Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

I - La paix par la solidarité internationale

Joseph Paul-Boncour, Léon Blum, Paul Faure : trois regards socialistes sur la paix (1919-1939)

Robert Vandenbussche

Texte intégral

1Le débat sur la guerre et la paix a profondément marqué le socialisme international même si les propositions d’action se sont avérées vaines en 1914. La part prise par le socialisme français est d’ailleurs tout à fait notable puisque, avec Jaurès et Vaillant, les socialistes français revendiquent à la fois l’adhésion à l’internationalisme et à la patrie. Jaurès, n’hésite pas à définir une synthèse politique à travers laquelle il propose aux socialistes de pénétrer les références nationales d’esprit internationaliste car, à ses yeux, « c’est la libre fédération de nations autonomes répudiant les entreprises de force et se soumettant aux règles du droit » qui peut favoriser le recul de la guerre et donc, la construction de la paix. Certes, le parti socialiste français ne partage pas dans son ensemble les thèses jauressiennes ; les guesdistes n’imaginent pas sauver la paix dans un système capitaliste. Mais, en août 1914, le ralliement à la défense nationale est le fait d’une large majorité.

  • 1 Albert Thibaudet, Les idées politiques en France, Paris, 1931.

2C’est d’ailleurs ce ralliement qui constitue le cœur de l’opposition de ceux pour lesquels le parti n’a pas su sauver la paix en 1914. Le pacifisme devient une des revendications fortes des communistes mais plus largement de la sensibilité socialiste. Albert Thibaudet n’hésite pas à écrire dans Les Idées politiques de la France1 le « socialisme c’est la recherche de la paix ». Mais les contradictions visibles en 1914 le demeurent puisque la paix, après 1918, doit se construire et qu’elle impose de définir des objectifs et de déterminer des moyens.

3Trois acteurs principaux ont marqué les débats socialistes dans l’entre-deux-guerres. Dans les années 1920, Joseph Paul-Boncour, rallié à la SFIO en 1918, avocat de la famille de Jaurès, devient un des principaux porte-paroles du parti socialiste, à la Chambre des députés, dans la presse, dans les organes internationaux de la SDN. Héritier de la synthèse jauressienne, il démissionne du parti dont il dénonce le pacifisme aveugle. En face, mais surtout dans les années 1930, au sein de la « vieille maison reconstruite », Paul Faure assume un pacifisme résolu qui puise, dans le guesdisme et dans la mémoire de la guerre, ses sources essentielles. D’ailleurs après avoir combattu Paul-Boncour pour son patriotisme et son participationisme, il finit par se heurter à Léon Blum qui, confronté à la paix et à la défense démocratique, choisit la défense de la démocratie.

Organiser le temps de la paix

  • 2 Léon Blum et Joseph Paul-Boncour évoquent, l’un dans ses articles du Populaire, l’autre dans ses M (...)

4Dans la Chambre bleu horizon où ils veulent mener une opposition constructive, les socialistes organisent une véritable division du travail parlementaire au sein du groupe que préside Léon Blum. Certes, selon la tradition du parlementarisme français, ce sont les responsables institutionnels qui, dans les très grands débats, définissent les orientations politiques du groupe socialiste, en l’occurrence Léon Blum et Paul Faure, secrétaire général de la SFIO. Néanmoins, il revient très souvent à Joseph Paul-Boncour, élu député de Paris, de prendre la parole au nom de la SFIO ; d’ailleurs il est mandaté par le parti pour participer aux commissions parlementaires de la Guerre et des Affaires étrangères. Son influence et son audience grandissent dans la Chambre des députés puisqu’en 1924 il devient rapporteur, puis président jusqu’en 1931 de la Commission des Affaires étrangères tout en assumant la fonction de délégué permanent de la France à la SDN. Il incarne, tout en revendiquant l’héritage jauressien, l’aile droite du parti qui réclame une meilleure prise en compte des réalités internationales et, pour ce faire, une participation effective à des gouvernements de gauche. Malgré ces prises de position irritantes pour une majorité croissante de la SFIO, il garde longtemps la confiance du groupe parlementaire et plus particulièrement celle de Léon Blum2.

  • 3 Joseph Paul-Boncour, Entre deux guerres, t. 2 : 1919-1934. Paris, Plon, 1945, p. 46-47.
  • 4 Joseph Paul-Boncour, op. cit.

5Avec Léon Blum et la grande majorité du parti socialiste, il porte un regard critique sur les traités qui, en 1919, 1920 et 1921, tentent de reconstruire l’Europe. Même s’il n’a pas eu à en débattre à la Chambre (son élection a lieu à l’automne 1919) il dénonce dans le traité de Versailles la « paix du vainqueur »3, la paix imposée et la paix ambiguë puisqu’elle « continue la guerre en même temps qu’elle tâche d’organiser la paix »4. Car selon lui - c’est une thématique qui revient très souvent – le traité de Versailles par « les mesures que le vainqueur cherche à imposer au vaincu, par les précautions qu’il prend pour empêcher le vaincu de prendre sa revanche, et de troubler à nouveau la paix » contribue à créer les conditions de nouvelles tensions européennes. Dès lors, pour Joseph Paul-Boncour, le traité de Versailles porte en germe le risque d’instaurer une paix qui ne soit pas durable de construire une fausse paix.

  • 5 Joseph Paul-Boncour, op. cit.

6Le débat de ratification du traité de Trianon, le 7 juin 1921, lui offre l’occasion d’esquisser un projet auquel la SFIO s’efforce de tenir. Dans cette perspective, la reconnaissance du droit des nationalités constitue l’étape indispensable d’une organisation stable de l’Europe puisque la non-reconnaissance de ce droit a contribué à l’effervescence en Europe centrale avant 1914. Fidèle à la pensée jauressienne, Joseph Paul-Boncour estime qu’une paix durable peut donc se construire en Europe médiane mais que sa durée impose un certain nombre de contreparties. Elle exige d’abord la consolidation de la démocratie car le système démocratique, par « le contrôle qu’il permet d’exercer sur les traités, par la façon dont le peuple est mêlé à la vie publique » est une garantie de paix surtout si les choix de la démocratie l’orientent vers le socialisme. Elle exige aussi, et surtout, une « véritable société des nations » car les nationalités nouvelles peuvent manifester des impatiences, des convoitises, des ardeurs « qui, non contrôlées et non encadrées peuvent, à leur tour, « être causes de troubles et de conflits ». L’organisation générale et juridique de l’Europe peut permettre à ces nationalités ardentes de s’exprimer : mais confrontées à d’autres, dans un cadre de négociations, elles doivent être à même de ne pas provoquer la guerre5.

  • 6 Journal Officiel, Débats parlementaires, 28 mars 1922.
  • 7 Journal Officiel, Débats parlementaires, 10 décembre 1929.

7L’expérience de la guerre et des difficultés de la reconstruction internationale, incitent Joseph Paul-Boncour à rejeter une idée naïve, une croyance mystique dans l’idée de paix, l’illusion qui consisterait à croire qu’il suffit de la proclamer pour qu’elle existe. La paix est donc une recherche, une quête de tous les instants parce que, à l’évidence, il y a un temps de la paix qu’il faut construire et organiser. Il réprouve donc une certaine naïveté politique qui pourrait laisser croire que la paix se décrète. En ce sens, il développe une sensibilité plus nuancée que celle de nombreux socialistes. S’il répète constamment qu’il hait la guerre, sa connaissance des milieux politiques l’incite à penser que, dans « l’ordre international, il n’est pas sûr qu’un acte de foi suffise à assurer la paix »6. En revanche, il estime que l’organisation du temps de paix exige des efforts permanents – il parle de la nécessité de cœurs virils – notamment de la part des socialistes. En effet, le socialisme, par son organisation internationale, peut mobiliser, selon la conception traditionnelle, toutes les forces de la paix afin de combattre, partout où elles se trouvent, les forces de guerre. Car la construction de la démocratie socialiste demeure, à terme, le moyen de la pacification internationale7.

  • 8 Joseph Paul-Boncour, op. cit., t. 2, p. 174-175.
  • 9 Joseph Paul-Boncour, op. cit., t. 2, p. 183-184.

8Pourtant, comme Jaurès, Joseph Paul-Boncour n’imagine pas d’attendre l’instauration du « socialisme international » pour construire la paix. L’utopie nécessaire n’interdit pas de promouvoir des solutions concrètes, des négociations pacifiques, des accords interétatiques pour résoudre les conflits et les tensions et, éventuellement, pour les éviter. Avec conviction et persévérance, il défend la « politique de Locarno » et la concertation internationale sur le désarmement comme l’ensemble de la démarche impulsée par la SDN auprès de laquelle le gouvernement Herriot l’a délégué. Certes, « l’esprit sociétaire est, à ses yeux, fondamental pour contribuer à la construction de la paix »8. Mais, loin du « pacifisme bêlant », Jean Paul-Boncour estime que la solidarité internationale et l’effort de désarmement doivent aussi permettre la sécurité des États si l’on souhaite « maintenir le monde en paix ». C’est pourquoi, il répète avec constance que l’on « maintiendra la paix, non par le désarmement des pays pacifiques mais en mettant au service de l’ordre international une force assez puissante pour décourager ceux qui voudraient la troubler »9. Jusqu’en 1940, il exprime le regret que la SDN n’ait pu ni étoffer ni consolider de moyens d’actions et d’intervention.

  • 10 Jean Jaurès, L’armée nouvelle, Paris, Imp. Nationale, réédition, 1992.
  • 11 Joseph Paul-Boncour, op. cit., t. 2, p. 245-246.

9La faiblesse inhérente de la SDN, à laquelle il porte un intérêt permanent, l’incite à participer activement à l’organisation de la défense nationale, tout en contribuant à la promotion de la politique sociétaire. C’est dans cette perspective qu’en 1927, il assume à la Chambre des députés, au nom du parti socialiste, la responsabilité de rapporter le projet de loi sur « l’organisation de la Nation en temps de guerre ». Dans les débats, il infléchit les propositions initiales pour permettre dès le « temps de paix », à la Nation de se dresser contre l’agresseur éventuel. Fidèle à une conception jacobine de la défense et s’inspirant largement des thèses émises par Jaurès dans l’Armée nouvelle10, il attend de cette loi la « réquisition permanente » de tous les Français, sans distinction de sexe, dans la diversité des fonctions et des activités permettant la défense du pays, comme la mobilisation de toutes les entreprises. Mais convaincu que la guerre menée par une démocratie doit être dirigée par un gouvernement de la démocratie, il propose une réforme de l’État pour permettre de conduire efficacement une éventuelle action de guerre. Militarisation du pays ? Jean Paul-Boncour rejette l’accusation pour rappeler la nécessité – en cas de besoin – de préparer le « passage du pied de paix au pied de guerre » et pour cela de « parvenir à se servir des institutions de la paix pour les transporter dans la guerre et pour pouvoir, dès le temps de paix et par ces institutions de paix, prévoir les nécessités de la guerre »11. Pour Joseph Paul-Boncour, s’il est vrai qu’il importe de « tuer la guerre », le réalisme politique impose d’envisager l’éventualité d’une guerre de légitime défense. La Chambre des députés vote la loi à une large majorité ; seuls les élus communistes la rejettent. Mais le Sénat diffère très longtemps la discussion qui ne vient à l’ordre du jour qu’en 1938. À l’évidence, les problématiques ont évolué.

10Entre temps, le statut politique de Joseph Paul-Boncour s’est transformé. En effet, Joseph Paul-Boncour ne cache pas ses sympathies pour une stratégie participationniste que rejette la majorité du parti socialiste. Par ailleurs, le retour en force, dans les rangs de la SFIO des thèses pacifistes et antimilitaristes – du fait, notamment de la concurrence croissante avec le parti communiste – met souvent en porte-à-faux le délégué français auprès de la SDN. C’est pourquoi, Joseph Paul-Boncour rompt avec le parti lors du Congrès de Tours en 1931 et fonde un petit parti charnière, l’Union socialiste et républicaine qui lui permet de conserver une indéniable influence politique puisqu’il accède, à plusieurs reprises, dans les années 1930, à des fonctions ministérielles – la Guerre, les Affaires étrangères – mais aussi à la présidence du Conseil, en janvier 1933, tout en gardant ses responsabilités auprès de la SDN.

  • 12 Joseph Paul-Boncour, op. cit., t. 2, p. 221-22.
  • 13 Joseph Paul-Boncour, Chambre des députés, Journal Officiel., 25 février 1926.
  • 14 Joseph Paul-Boncour, Chambre des députés, Journal Officiel, 19 décembre 1929.
  • 15 Joseph Paul-Boncour, Entre deux guerres, t. 2, p. 194-195.
  • 16 Joseph Paul-Boncour, Entre deux guerres, t. 2, p. 201.

11Jusqu’à la fin des années 1930, même s’il est très lucide sur les dictatures, et particulièrement sur le nazisme12, il demeure fidèle à la conception de la paix qui tient compte des nations et de leurs souhaits. Certes, en 1930-1931, il estime que l’Internationale socialiste peut inciter à l’établissement de la paix parce que les classes ouvrières, par son intermédiaire, demeurent en état de s’opposer à la guerre. Mais il est évident que les rapports d’État à État sont essentiels pour parvenir à « tuer » la guerre : en ce sens, les traités, les accords internationaux équilibrés sont parmi les procédures à exploiter pour construire la paix. Sécurité, arbitrage, désarmement : Joseph Paul-Boncour est un des meilleurs interprètes français de cette trilogie du pacifisme raisonné qui repose sur le droit mais aussi, et surtout, sur la volonté de paix des gouvernants et des peuples. L’arbitrage lui apparaît comme une démarche fort utile dans la mesure où elle permet, par sa lenteur, de différer probablement les conflits aigus : « Aller devant un tribunal, c’est évidemment plus long que de tirer un coup de canon » s’est-il écrié devant la Chambre des députés, en février 1926, lorsqu’il exerçait les fonctions de rapporteur de la Commission des Affaires étrangères13. De même, le désarmement lui paraît être une garantie de la construction positive de la paix. Au sein des institutions genevoises, il joue un rôle essentiel dans les discussions sur la réduction des armements. Car, à ses yeux, la paix est attachée à l’interdépendance des armements, ce qui signifie que la réduction des armements doit être collective afin que « ni sur terre, ni sur mer, ni dans l’air, il n’y ait une nation capable de tenir en échec la volonté coalisée des États groupés au sein de la Société des Nations »14. Dès lors, le désarmement doit être une démarche collective qui suppose généralisation et internationalisation des contrôles ; elle ne peut pas concerner exclusivement les États volontaires, c’est-à-dire les États pacifiques. Elle ne peut pas, non plus, imposer un abandon intégral des armes car cette procédure pourrait mettre en danger certains États plus menacés que d’autres15. Toute politique de désarmement suppose, à ses yeux, une sécurité devenue collective et une assistance véritablement mutuelle. C’est pourquoi, dès 1927-1928, Joseph Paul-Boncour rappelle l’utilité de faire construire par la SDN une force militaire d’intervention collective susceptible de faire reculer les velléités agressives ou belliqueuses16. Aucun de ces projets n’aboutit ; la Conférence du désarmement subit un échec patent.

  • 17 Joseph Paul-Boncour, Chambre des députés, Journal Officiel, 28 mars 1930.

12La conjoncture des années 1930 met à mal cette conception de la paix organisée dans la concertation et la coopération. D’ailleurs, Joseph Paul-Boncour qui, antérieurement, militait pour que l’économie puisse contribuer à « construire une atmosphère de paix »17, doit comme chef de gouvernement, en janvier 1933, se résigner à faire adopter par la France les premières mesures de nationalisme économique pour répondre à la conjoncture de crise mondiale.

  • 18 Joseph Paul-Boncour, Entre deux guerres, t. 2, p. 121-181.

13Pour expliquer cette évolution, Joseph Paul-Boncour, dans ses Mémoires rappelle que les projets wilsoniens, à l’origine de la SDN, supposaient un effort de construction démocratique internationale : la SDN devait à la fois construire la paix par la concertation entre États égaux et contribuer à l’essor et à la consolidation des États démocratiques. La crise de la démocratie, dont le symptôme le plus visible est proposé par la montée du phénomène totalitaire, entraîne la crise de la paix. Mais les États démocratiques partagent aussi une lourde responsabilité puisque face à la crise interne des valeurs démocratiques, elles ont accepté au nom de « l’apaisement » des capitulations successives qui, à terme, ont mené à la « déconstruction de la paix »18. C’est pourquoi, dès 1936, avec l’occupation de la Rhénanie, il appelle, sans être entendu à une « résistance » pour la paix mais aussi pour la démocratie.

La paix : un état de santé

  • 19 Joseph Paul-Boncour, Entre deux guerres, t. 3, p. 119.

14Comme dans l’ensemble du parti socialiste, le thème de la paix occupe aussi une place essentielle dans la pensée politique de Léon Blum. Ses interventions parlementaires, ses articles de presse, ses discours lors des réunions publiques, révèlent la prégnance de la problématique de la paix, bien avant les années cruciales de l’avant seconde guerre mondiale. En effet, il est, dans les années 1920, un des porte-parole principaux du groupe socialiste lorsque la Chambre des députés débat des problèmes internationaux ; il partage ces responsabilités, jusqu’à la fin des années 1920, avec Joseph Paul-Boncour dont il est assez proche même si les deux leaders politiques vont, un temps, se séparer, avant de se retrouver dans la crise du printemps 193819. Mais ces interventions sont plus nombreuses en dehors du Parlement.

15Une brochure fort intéressante, publiée en 1931, permet de faire le point sur le « pacifisme blumiste » avant que ne se déclenchent les grandes crises internationales des années 1930. Recueil d’articles parus dans Le Populaire entre novembre 1930 et février 1931, Les problèmes de la paix constituent à la fois un commentaire de l'actualité internationale à la lumière des références socialistes et une analyse affinée d’une conception socialiste de la paix à construire. Car, en fidèle disciple de Jaurès, Léon Blum ne veut croire en une guerre nécessaire, fatale ou inévitable. À ses yeux – comme à ceux des autres socialistes – la « volonté libre des hommes » peut permettre d’éloigner la guerre et donc de construire une « société pacifiée ». Cette exigence s’avère d’autant plus nécessaire que le retour en force des « forces nationalistes » s’exprime dans un grand nombre d’États européens. Elle suppose que l’opinion internationale soit informée des dangers qui menacent et que se développe une démarche volontaire pour rejeter le recours à la guerre.

  • 20 Léon Blum, Les problèmes de la paix, Paris, Stock, 1931.

16Le thème des traités de paix à réviser est récurrent dans la pensée de Léon Blum : il est réaffirmé dans Les problèmes de la paix. Mais il prend moins de place que dans les années antérieures parce que les faiblesses et les lacunes contenues dans les textes d’après-guerre sont connues et reconnues. En revanche, les désordres politiques et moraux totalement apparents à l’articulation des années 1930, placent l’Europe dans une situation telle que la paix est effectivement malade. Les succès des nationalismes réveillés en sont les premiers symptômes. Pour Léon Blum, les régimes autoritaires – depuis 1925, il ne cesse de dénoncer l’Italie fasciste – sont les ennemis de la paix et « conspirent sans cesse contre la paix »20. Le racisme allemand, dont la croissance se traduit en termes électoraux, constitue un autre danger sévère pour la paix. Mais, en 1931, Léon Blum ne croit pas que ces menaces aient une acuité telle qu’elles puissent déboucher sur le déclenchement d’une guerre car, écrit-il, « ni la puissance ni le prestige militaire de l’Allemagne ne sont plus tels qu’elle puisse grouper sous son ombre, comme il y a quatorze ans, une moitié de l’Europe. Même à un Hitler, même à un Mussolini, on ne peut prêter des desseins aussi absurdes, aussi déments ». Les propos sont tenus à propos d’une « Allemagne désarmée ».

  • 21 Léon Blum, L'œuvre, t. 3/2, p. 161.
  • 22 Léon Blum, op. cit., p. 163.
  • 23 Léon Blum, op. cit., p. 199.

17La maladie des sociétés européennes justifie le recours à une thérapeutique qui doit être plus efficace que celle des traités ou celle du briandisme. En effet, pour Léon Blum, la stratégie de l’organisation concertée de la paix a engendré bien des désillusions et bien des déceptions. Se séparant de Joseph Paul-Boncour, Léon Blum estime que le triptyque « arbitrage, sécurité, désarmement » a révélé bien des limites et qu’il peut receler de nombreux dangers. En effet, la recherche de la sécurité peut pousser un peuple à se croire réellement menacé et donc à se rallier à l’idée d’une guerre pour se protéger ; dans ce cas, sans le vouloir, on s’approcherait de la notion de « guerre inévitable » ! D’autre part, l’arbitrage, procédure éminente de la « diplomatie pacifique », n’offre pas non plus une thérapeutique incontestable puisqu’il exige des conditions précises. Il suppose un contrat et impose, soit l’adhésion générale de tous les États à une stratégie de compromis, soit une soumission des contractants au recours à l’arbitre. Rarement remplies, ces conditions limitent donc l’éventualité du recours à l’arbitrage qui, dès lors, est fondamentalement vicié. « [Le vice fondamental de ce système...] c’est de faire reposer exclusivement la paix sur des contrats, sur des engagements, sur des promesses, alors que le plus dangereux obstacle à la paix est précisément la méfiance de peuple à peuple, alors que dans l’Europe armée d’aujourd’hui chaque État tient fatalement pour suspects, les contrats, les engagements, les promesses de l’État voisin »21. Pour Léon Blum, la course à la sécurité diplomatique par l’arbitrage risque de mener rapidement à une « préparation collective à la guerre »22. Enfin, il exprime un grand scepticisme à l’égard de « l’armée internationale » qui défend ardemment « son ami Paul-Boncour »23, car, selon lui, cette armée internationale suppose le préalable de la suppression des armées nationales.

18La seule thérapie efficace demeure, pour Léon Blum, l’organisation de la paix par la « suppression de toute possibilité matérielle de guerre, c’est-à-dire dans le désarmement ». Dès lors, Léon Blum oppose au triptyque que défendent les adeptes de la « diplomatie pacifiste », parmi lesquels il range Joseph Paul-Boncour, un autre triptyque qui associe à la paix, la nécessité conjointe de l’arbitrage et du désarmement, car la course aux armements interdit, de fait, toute organisation de la paix. Dès lors, la réduction contrôlée des armements nationaux devient une exigence que développe aussi Joseph Paul-Boncour.

  • 24 Léon Blum, op. cit., p. 200.
  • 25 Léon Blum, op. cit., p. 203.

19La construction de la paix, non pas provisoire, mais durable, suppose donc un certain nombre de conditions. Pour Léon Blum, elles sont simples à définir : « pour organiser réellement et totalement la paix, il faut concevoir logiquement des nations devenues incapables de faire la guerre... La Paix définitive sera, pour partie, l’œuvre de la volonté libre des peuples, pour partie l’effet des contraintes qu’ils se seront imposés sous l’impulsion de cette volonté et au-delà de cette volonté »24. La construction de la paix suppose donc des choix politiques volontaristes qui, de fait, pour le leader socialiste français, ne trouvent leur validité que dans la construction socialiste. Dans cette perspective, Léon Blum rappelle un thème très traditionnel sinon même orthodoxe dans le socialisme européen : la conviction que le socialisme international seul construire la paix. « C’est au socialisme international qu’incombe la destruction des vieux instincts, cette guérison des vieilles psychoses... Il suffira à cette tâche comme aux autres à mesure que les travailleurs accroîtront sa force... L’union des travailleurs fera la paix du monde »25.

  • 26 Léon Blum, op. cit., p. 224.

20La paix véritable est donc renvoyée à l’utopie socialiste. En outre, Léon Blum croit discerner dans la société capitaliste des signes d’effacement des menaces de guerre car selon lui la « guerre nouvelle » ne peut plus répondre à un certain nombre d’objectifs classiques : « Nous avons vu, depuis dix ans, disparaître de la conscience universelle, les grands mobiles de la guerre : le désir d’enrichissement, le désir d’accroissement territorial, le point d’honneur et le prestige... Le droit public comme la conscience publique reconnaissent aujourd’hui l’égalité des nations grandes ou petites »26. Léon Blum ne partage donc pas le pessimisme d’un certain nombre d’hommes politiques, ce qui ne signifie pas non plus qu’il développe une analyse parfaitement lucide.

  • 27 Léon Blum, op. cit., p. 236.

21Néanmoins, derrière l’orthodoxie du propos, percent des remarques plus perspicaces avec lesquelles d’ailleurs Joseph Paul-Boncour exprime son accord. En effet, pour Léon Blum, paix et démocratie sont étroitement associées : « Quiconque veut la paix doit être l’ennemi du despotisme. Tout individu, toute collectivité qui prétendent travailler à l’organisation de la Paix, doivent travailler à la destruction des dictatures ». Ce postulat blumiste implique de placer au cœur du débat la « solidarité entre la liberté et la paix » et donc à mobiliser éventuellement tous les démocrates pour construire la paix. Dans l’immédiat, Léon Blum préconise d’une part de « mettre en dehors de la solidarité internationale » les régimes dictatoriaux et de construire d’autre part un « cordon sanitaire » dont il ne précise pas la méthode mais dont il imagine la finalité. En isolant les dictatures, il estime que les dictateurs se rendront à la raison en admettant le désarmement et donc une démarche pacifiste27.

  • 28 Léon Blum, op. cit., p. 234.

22Avant que ne se déclenchent les grandes crises internationales des années 1930, Léon Blum propose de la paix une conception plus nuancée et complexe qu’on ne l’a dit souvent. Certes, le discours relève d’une grille d’analyse qui demeure traditionnelle. Mais il est vrai aussi que Léon Blum perçoit, en homme politique, les difficultés de l’heure. Certes, il n’évoque pas en 1936 l’idée d’une guerre préventive, mais en affichant la solidarité étroite entre paix et liberté, il esquisse un certain nombre d’évolutions si la « liberté » venait à être trop menacée. Son choix peut présenter quelques hésitations. Léon Blum est conscient, dès 1933-1934, que l’Allemagne hitlérienne représente une menace et qu’il est essentiel que les démocraties européennes opposent un « veto décisif » aux revendications allemandes. Il craint le retour à « cette Europe de 1914 scindée en deux camps hostiles, obsédée par le bruit des armes ». Mais il ne veut pas envisager la perspective d’une guerre parce que, écrit-il, « une volonté universelle à laquelle rien ne pourra résister, pas même l’Allemagne hitlérienne » se construit pour contribuer à une « organisation active de la paix »28.

  • 29 Léon Blum, op. cit., p. 230-231.
  • 30 Léon Blum, op. cit., p. 533-534.

23Le leader socialiste peut donc réaffirmer un certain nombre de principes dans la mesure où son parti demeure à l’écart des responsabilités – ce qui lui reproche Joseph Paul-Boncour. Néanmoins, les tensions internationales incitent Léon Blum à affiner ses analyses et à clarifier certains choix. C’est ainsi que la crise éthiopienne lui permet, certes, de rappeler les « grands principes du pacifisme genevois », mais surtout de préciser le choix éventuel d’un recours à la guerre. Dans un important discours prononcé devant les députés, le 27 décembre 1935, il souligne que « tant que les nations resteront armées, tant qu’elles garderont une puissance offensive, il est impossible d’exclure totalement l’hypothèse où la communauté internationale serait contrainte d’user de la force collective pour réprimer l’agression ou pour imposer sa sentence... Exclure a priori cette hypothèque, quelles que soient les conditions, quels que soient les cas, c’est laisser à l’agresseur le champ libre »29. Cependant, face à l’agression de l’Éthiopie par l’Italie fasciste, Léon Blum veut croire en l’efficacité des seules « sanctions pacifiques ». De même, au moment de la remilitarisation de la Rhénanie, à la fin de l’hiver 1935-1936, Léon Blum condamne fermement la violation unilatérale des traités internationaux mais se félicite que l’on choisisse « la procédure du règlement pacifique par l’entremise et l’action internationales »30.

  • 31 Léon Blum, L’œuvre de Léon Blum du 6 février 1934 au Front populaire, p. 138-139.
  • 32 Léon Blum, Le Populaire, 7 juin 1936.

24Le regard de Léon Blum semble donc paradoxal. Ses capacités d’analyse sont le plus souvent en éveil mais elles semblent se heurter parfois à la conviction que la guerre n’est pas fatale et que la négociation peut toujours avoir son efficacité pour organiser la paix c’est-à-dire « soumettre à la justice, au lieu de les remettre à la force, le règlement des conflits qui peuvent les (les nations) opposer, assurer, par l’assistance mutuelle et, le respect de la loi et de l’autorité des sentences, garantir la sécurité individuelle de chaque État par la sécurité collective en faisant peser d’avance sur l’agresseur le poids de la communauté internationale toute entière »31. S’agirait-il donc d’une « conception velléitaire » ? La réponse à cette question se trouve, en partie, dans le discours d’investiture qu’il prononce devant les députés, le 6 juin 1936. En présentant les objectifs de son gouvernement, il rappelle son attachement – comme celui de la France – à la paix, c’est-à-dire au « respect de la loi internationale » et de « la sécurité collective ». Mais il prend soin d’ajouter : « La volonté de paix d’une nation comme la France, quand elle est sûre d’elle-même, quand elle s’appuie sur la morale et sur l’honneur, sur la fidélité à ses amitiés éprouvées, sur la sincérité profonde de l’appel qu’elle adresse, à tous les peuples, peut être proclamée avec éclat et avec fierté ». Auparavant, il a jugé bon de signaler que « cette volonté unanime n’est nullement un signe d’abandon ni une marque de faiblesse »32.

  • 33 Léon Blum, Le Populaire, 30 juin 1936.

25Cette déclaration d’intentions, associée à toutes les nuances complexes émises par Léon Blum, est à l’évidence, riche d’évolutions ultérieures. Quelques semaines plus tard, devant le Sénat, il énonce d’ailleurs les objectifs et les modalités de sa politique de paix. Il souligne en cette occasion que la paix que son gouvernement entend promouvoir ne peut être subordonnée à des « affinités ou à des antagonismes politiques... La propagande ou la lutte pour ou contre tel ou tel système politique ou social, ne doivent pas être des prétextes de guerre... ». Mais il avertit aussi que son gouvernement n’entend pas mettre en œuvre une « paix craintive sous la loi du plus fort, ni une paix passive égoïste, dans le repli sur soi-même ». Il souhaite promouvoir une politique de paix « indivisible » pour la France, l’Europe et le monde33.

« Les batailles pour la paix »

26Les débats internes qui ont touché le militantisme pour la paix s’aggravent avec la répétition des crises internationales entre 1934 et 1939. Ils prennent d’autant plus d’acuité que la « bataille pour la paix » se déplace de plus en plus des « tapis verts diplomatiques » vers d’autres terrains qui sont de plus en plus militaires, en Éthiopie, en Espagne, en Autriche, en Tchécoslovaquie. La « dénonciation de la guerre » qui a caractérisé l’action militante dans les années 1920 et au début des années 1930 prend, alors, une autre tonalité. La publication de brochures, la répétition de rencontres publiques, les campagnes de tracts, doivent mobiliser les « travailleurs » sur les objectifs politiques attendus. À cet égard, dans une démarche paradoxalement proche de celle des communistes, le secrétaire général de la SFIO, Paul Faure, dont l’adhésion au pacifisme est sans failles, apparaît comme un acteur de premier ordre.

  • 34 Paul Faure, Si tu veux la paix, Limoges, 281 p.

27Dès 1932, Paul Faure, député du Creusot s’était rendu célèbre par un « discours dénonciateur » prononcé devant la Chambre des députés. Il y dénonçait les ententes inavouées des milieux d’affaires français avec l’étranger et particulièrement avec l’Allemagne hitlérienne comme ils l’avaient fait, avant 1914, avec l’Allemagne impériale. C’est avec le même esprit de procureur documenté qu’il publie, à la veille des élections de 1936, un ouvrage intitulé Si tu veux la paix...34, véritable réquisitoire contre les industriels qui a pour objectif essentiel de provoquer la « révolte de l’opinion » pour contribuer à la victoire de la paix.

28En marxiste habile, il développe une démarche dialectique qui lui permet d’évaluer les « raisons d’espérer » avant de mettre en accusation les « fauteurs de guerre » et d’énoncer les perspectives de paix.

  • 35 Paul Faure, op. cit., p. 8-9.

29Paul Faure souhaite, parmi les « raisons d’espérer », partir d’un axiome : « les États les plus hostiles à la guerre sont ceux où l’influence socialiste y est active et forte » ; en contre partie, souligne-t-il, « quand cette influence disparaît, pour une raison ou pour une autre, le pacifisme subit un échec et un recul ». Cependant, il relève aussi que les « forces réelles et innombrables de paix » présentent une grande diversité. « On en trouve parmi les démocrates, les anciens combattants, les artistes, les savants, les littérateurs, les esprits se réclamant d’une foi religieuse. Il y a des gouvernements qui pratiquent une politique de paix pour diverses raisons »35. Les horreurs de la guerre, la construction d’institutions de paix comme la SDN, l’évolution de l’opinion permettent de faire admettre que la guerre n’est ni fatale ni inévitable.

  • 36 Paul Faure, op. cit., p. 33-34.

30Les foyers d’incendie et les « torpilleurs de la paix » n’en demeurent pas moins fort nombreux et fort différenciés selon le dirigeant socialiste. En effet, la méfiance réciproque et la peur mutuelle perturbent les relations internationales que les méthodes des diplomates ou les intérêts des militaires ne contribuent pas à apaiser. Dès lors « l’impérialisme capitaliste et les dictatures fascistes » - notamment l’Allemagne qui ajoute, à « un racisme systématisé, ses désirs d’expansion »36 - peuvent exploiter cette angoisse des peuples avec zèle. Mais, pour Paul Faure, ce sont « les hommes de l’industrie lourde et les marchands de canon » - parmi lesquels il dénonce particulièrement Schneider – qui sont les plus dangereux et les plus criminels. Enfin, la crise économique mondiale offre aux uns et aux autres l’occasion de manifester leurs perspectives belliqueuses et de justifier la reprise de la course aux armements, en développant des campagnes de presse particulièrement actives pour dénoncer une sécurité menacée.

  • 37 Paul Faure, op. cit., p. 38.
  • 38 Paul Faure, op. cit., p. 51.
  • 39 Paul Faure, op. cit., p. 276.

31Dans ces conditions, Paul Faure appelle à la création d’un « mouvement européen et mondial qui réunirait en un irrésistible faisceau toutes les forces matérielles et morales susceptibles de fonder la paix. Il propose de confier cette « mission historique » à la France qui devrait rechercher « le désarmement, l’organisation concrète et juridique de la paix et de la Société des Nations »37. Car, pour Paul Faure, « la route de la paix passe par le désarmement »38 ; pour y parvenir une volonté politique s’impose et suppose d’abord la prise de contrôle par l’État, des usines d’armement car ce sont les fabrications privées d’armes et de munitions qui sont un danger pour la Paix. Elle suppose ensuite que l’État joue son rôle régulateur pour réduire les armements et pour faire créer des activités de production qui servent à l’outillage national et, plus généralement, à l’utilité publique. Dès lors, prophétise-t-il « les recherches des savants, la technique des ingénieurs, le labeur des ouvriers [seront] exclusivement consacrés à l’embellissement et à l’enrichissement de la vie... Des machines agricoles pour féconder la terre et rendre les moissons plus faciles et plus joyeuses, des bras de fer et d’acier pour suppléer l’effort des travailleurs et le rendre moins rude, des instruments de médecine et de chirurgie pour combattre la maladie et la souffrance, des appareils de chauffage et de lumière pour élever plus haut le niveau de vie physique et moral des peuple et des individus... Voilà le rêve de paix devenu réalité »39.

  • 40 Paul Faure, op. cit., p. 276. Le manifeste travailliste a été longuement discuté au sein de l’IOS.

32Paul Faure achève son réquisitoire contre la guerre et son plaidoyer pour la paix en rappelant, avec les travaillistes britanniques, que « l’organisation de la paix exige la transformation des bases économiques de l’État et le sacrifice d’une part de sa souveraineté... car seul le socialisme est capable d’organiser la paix ». Pour le dirigeant socialiste, il ne peut pas non plus s’agir d’une paix armée puisque « les crises économiques et financières que subissent les États modernes ne permettent plus les charges d’une paix armée »40. Si tu veux la paix, prépare la paix, écrit-il implicitement.

  • 41 Paul Faure, op. cit., p. 258.
  • 42 Paul Faure, op. cit., p. 277.

33Adossé à une expérience vécue avec des millions d’hommes au cours de la Première Guerre mondiale, et arc-bouté sur des références idéologiques orthodoxes, Paul Faure développe une argumentation pacifiste fidèle à l’internationalisme marxiste. Cependant, Paul Faure ne définit pas et n’illustre pas le concept de « paix à tout prix » ; il récuse le « pacifisme bêlant ». Il admet au nom du « patriotisme humain » le principe de la défense nationale et condamne l’aventure. S’il adhère à l’esprit genevois, il en voit les limites car la stratégie du désarmement a échoué devant la SDN. Réservé sur une collaboration avec l’URSS, il ne croit pas en une croisade antifasciste car à ses yeux les grandes démocraties sont aussi les plus grands producteurs de matériel de guerre41. Dès lors, la construction de la paix passe plutôt, en attendant les effets de l’action internationaliste, par une alliance étroite des travaillistes anglais et des socialistes français42. À l’évidence, l’anticapitalisme demeure plus vivace que la défense démocratique dans la pensée de Paul Faure ce qui le distingue de Joseph Paul-Boncour mais aussi de Léon Blum.

34Si l’utopie et les principes généraux peuvent rapprocher certaines analyses, l’ordre des priorités imposé par la conjoncture internationale finit par aboutir à de nouveaux clivages et à des recompositions.

  • 43 Paul Faure, Le Populaire, nombreux articles de P. Faure à l’automne 1936.
  • 44 Joseph Paul-Boncour, Entre deux guerres, t. 3, p. 57-69.
  • 45 Léon Blum, Chambre des députés, Journal Officiel, 6 décembre 1936.
  • 46 Léon Blum, Le Populaire, 29 juin 1938.

35La guerre d’Espagne laisse persister les divergences antérieures. Léon Blum participe à la « non intervention en Espagne » et la justifie pendant de longs mois même s’il pratique une « non intervention relâchée ». Il estime en effet qu’une intervention armée en Espagne aurait inévitablement mené à la guerre qu’il repousse avec le soutien résolu et insistant de Paul Faure43. En revanche, Joseph Paul-Boncour qui apprécie beaucoup Léon Blum et dont le parti appartient à la majorité du Front populaire, y voit, avec amertume, une nouvelle capitulation qui accroît les menaces sur la sécurité française et sur la paix44. Pourtant, le chef du gouvernement est persuadé, dès 1936, que l’installation d’une dictature militaire en Espagne sera une sérieuse menace sur la paix45 ; il partage la conviction, qu’un jour, il faudra refuser de perpétuer les éternelles négociations et se résigner à la fermeté. Mais, jusqu’au printemps 1938, avec Paul Faure et la majorité du parti socialiste, pour Léon Blum il faut « tout faire pour éviter la guerre, tout faire pour se jeter au devant de la guerre qui nous menace et qui veut passer »46.

  • 47 Léon Blum, Journal Officiel, 13 mars 1938.
  • 48 Léon Blum, Le Populaire, 18 mars 1938.
  • 49 Léon Blum, Congrès du parti socialiste, 7 juin 1938.
  • 50 Léon Blum, Le Populaire, 28 octobre 1938.

36La tonalité des propos tenus par Léon Blum change avec la crise de l’Anschluss. En effet, en constituant son deuxième gouvernement, après l’invasion de l’Autriche par les nazis, le 12 mars 1938, Léon Blum fait appel au « résistant » Joseph Paul-Boncour pour diriger le Ministère des Affaires étrangères. Ses interventions devant la Chambre des députés, à la radio, illustrent une évolution sensible vers l’idée de résistance. Il n’hésite pas à évoquer la guerre ; il appelle à « l’unité française pour éviter la guerre » ; il conjugue la double nécessité de « sauver à la fois la paix et l’honneur »47. À l’occasion du Congrès qui se tenait à Royan, au début de juin 1938, il précise encore sa position puisque, à l’indignation des « socialistes paul-fauristes » il n’hésite pas à formuler l’idée que « pour éviter la guerre, il faut, dans certains cas, accepter d’en courir le risque »48. Il a fait inscrire dans la motion finale du congrès une formule claire : « le socialisme veut la paix, même avec les impérialismes totalitaires, mais il n’est pas disposé à s’incliner devant leurs entreprises. S’il était réduit à cette extrémité, qu’il essaierait de prévenir par tous les moyens, il saurait défendre l’indépendance du sol national, l’indépendance de toutes les nations couvertes par la signature de la France »49. Quelques semaines après la signature des accords de Munich qu’il ratifie, en octobre 1938, Léon Blum publie dans Le Populaire, plusieurs articles consacrés aux problèmes de la paix. Il développe un certain nombre de thèmes qui sont repoussés par Paul Faure et ses amis. Ses interventions qui visent à mobiliser les militants martèlent les mêmes choix. Le socialisme ne peut pas accepter la capitulation sans condition – vocabulaire utilisé par Paul-Boncour – devant la menace ou la pression étrangère. Il ne peut ni accepter, ni à plus fortes raisons, préconiser une soumission passive devant l’asservissement du peuple. Il refuse, pour le socialisme, de ne « jamais placer la haine de la guerre, l’horreur de la guerre, en balance avec aucun autre mobile, aucun autre sentiment »50.

37La motion qu’il rédige pour le Congrès exceptionnel que tient la SFIO à Montrouge, en décembre 1938, insiste sur le choix de la défense nationale contre les menaces totalitaires. Le divorce est consommé avec les partisans de Paul Faure qui se situent, à cette date, dans la minorité du parti. Mais pour Léon Blum, il est temps de « ranimer dans les masses populaires cet esprit de résistance à l’injustice et à l’oppression qui est un des éléments constitutifs du socialisme. Car en luttant contre le fascisme, le parti lutte donc tout à la fois pour l’indépendance et pour la liberté de la France, pour le salut du socialisme, pour la préservation de la paix.

Conclusion

38L’attachement des socialistes à une paix durable est un des thèmes de convergence entre la SFIO et la population française. Mais si l’opinion est « potentiellement pacifiste », le parti l’est pleinement puisqu’il mène une action militante vigoureuse en faveur de la paix et persévérante pendant tout l’entre-deux-guerres même si elle présente un certain nombre de facettes.

39Les dirigeants socialistes sont – pour la très grande majorité d’entre eux – d’accord sur les principes essentiels qui constituent le triptyque idéologique auquel ils sont associés : la paix par la sécurité collective, l’arbitrage, le désarmement. Ils demeurent fidèles à cet engagement jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. En revanche, ils se distinguent dans le choix de la hiérarchie des valeurs pour un socialiste français. Un Paul-Boncour n’imagine pas que la recherche de la paix mette en cause la sécurité nationale tandis que Paul Faure estime que le capitalisme industriel et financier secrète la course aux armements. La synthèse blumiste demeure longtemps celle des socialistes, mais elle oblige son auteur à définir ses priorités quand la conjoncture internationale l’impose. Dès lors, on peut dire que les choix sont aussi déterminés par la conception que les dirigeants partagent du socialisme. Démocrate socialiste pour Joseph Paul-Boncour ? Socialisme démocratique pour Léon Blum ? Les deux héritiers de Jean Jaurès ne se séparent pas sur la notion de paix mais sur le rôle du parti socialiste dans la démocratie française de l’entre-deux-guerres. Quant au guesdiste Paul Faure, l’anticapitalisme est une préoccupation forte qui ne l’incite pas à rejoindre un « front antifasciste pour la paix ».

40Cependant, les positions des trois acteurs politiques n’ont pas beaucoup évolué par rapport à l’expérience de la première guerre mondiale. Car si Joseph Paul-Boncour et Léon Blum se retrouvent en 1938, ils défendaient aussi la participation des socialistes à « l’union sacrée » entre 1914-1918. Paul Faure, dès 1915, s’en était écarté. La répétition des itinéraires illustre clairement la modestie du renouveau intellectuel du socialisme français qui réfléchit plus aisément sur le passé que sur les problématiques nouvelles posées dans les années de l’entre deux guerres. Dès lors, l’ambition du socialisme de peser sur l’événement montre aussi ses limites puisque la synthèse blumiste ne peut plus fédérer les perspectives socialistes quand les tensions internationales obligent à choisir entre « paix » et « démocratie ».

Notes

1 Albert Thibaudet, Les idées politiques en France, Paris, 1931.

2 Léon Blum et Joseph Paul-Boncour évoquent, l’un dans ses articles du Populaire, l’autre dans ses Mémoires, cette aminé et cette estime réciproque.

3 Joseph Paul-Boncour, Entre deux guerres, t. 2 : 1919-1934. Paris, Plon, 1945, p. 46-47.

4 Joseph Paul-Boncour, op. cit.

5 Joseph Paul-Boncour, op. cit.

6 Journal Officiel, Débats parlementaires, 28 mars 1922.

7 Journal Officiel, Débats parlementaires, 10 décembre 1929.

8 Joseph Paul-Boncour, op. cit., t. 2, p. 174-175.

9 Joseph Paul-Boncour, op. cit., t. 2, p. 183-184.

10 Jean Jaurès, L’armée nouvelle, Paris, Imp. Nationale, réédition, 1992.

11 Joseph Paul-Boncour, op. cit., t. 2, p. 245-246.

12 Joseph Paul-Boncour, op. cit., t. 2, p. 221-22.

13 Joseph Paul-Boncour, Chambre des députés, Journal Officiel., 25 février 1926.

14 Joseph Paul-Boncour, Chambre des députés, Journal Officiel, 19 décembre 1929.

15 Joseph Paul-Boncour, Entre deux guerres, t. 2, p. 194-195.

16 Joseph Paul-Boncour, Entre deux guerres, t. 2, p. 201.

17 Joseph Paul-Boncour, Chambre des députés, Journal Officiel, 28 mars 1930.

18 Joseph Paul-Boncour, Entre deux guerres, t. 2, p. 121-181.

19 Joseph Paul-Boncour, Entre deux guerres, t. 3, p. 119.

20 Léon Blum, Les problèmes de la paix, Paris, Stock, 1931.

21 Léon Blum, L'œuvre, t. 3/2, p. 161.

22 Léon Blum, op. cit., p. 163.

23 Léon Blum, op. cit., p. 199.

24 Léon Blum, op. cit., p. 200.

25 Léon Blum, op. cit., p. 203.

26 Léon Blum, op. cit., p. 224.

27 Léon Blum, op. cit., p. 236.

28 Léon Blum, op. cit., p. 234.

29 Léon Blum, op. cit., p. 230-231.

30 Léon Blum, op. cit., p. 533-534.

31 Léon Blum, L’œuvre de Léon Blum du 6 février 1934 au Front populaire, p. 138-139.

32 Léon Blum, Le Populaire, 7 juin 1936.

33 Léon Blum, Le Populaire, 30 juin 1936.

34 Paul Faure, Si tu veux la paix, Limoges, 281 p.

35 Paul Faure, op. cit., p. 8-9.

36 Paul Faure, op. cit., p. 33-34.

37 Paul Faure, op. cit., p. 38.

38 Paul Faure, op. cit., p. 51.

39 Paul Faure, op. cit., p. 276.

40 Paul Faure, op. cit., p. 276. Le manifeste travailliste a été longuement discuté au sein de l’IOS.

41 Paul Faure, op. cit., p. 258.

42 Paul Faure, op. cit., p. 277.

43 Paul Faure, Le Populaire, nombreux articles de P. Faure à l’automne 1936.

44 Joseph Paul-Boncour, Entre deux guerres, t. 3, p. 57-69.

45 Léon Blum, Chambre des députés, Journal Officiel, 6 décembre 1936.

46 Léon Blum, Le Populaire, 29 juin 1938.

47 Léon Blum, Journal Officiel, 13 mars 1938.

48 Léon Blum, Le Populaire, 18 mars 1938.

49 Léon Blum, Congrès du parti socialiste, 7 juin 1938.

50 Léon Blum, Le Populaire, 28 octobre 1938.

Auteur

Université de Lille 3 – CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540