Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

I - La paix par la solidarité internationale

L’idée de paix chez les universitaires français de 1900 à 1939

Jean-François Condette

Texte intégral

  • 1 P. Ory et T.-F. Sirinelli, Histoire des intellectuels en France de l’Affaire Dreyfus à nos jours, (...)
  • 2 J.-F. Sirinelli, Intellectuels et passions françaises, Paris, Fayard, 1990, p. 21.
  • 3 Voir J. Verger, dir., Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986,432 p.
  • 4 C. Charle, La République des universitaires : 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1994, 506 p. ; voir auss (...)

1L’affaire Dreyfus, on l’a souvent dit, semble marquer l’émergence historique des universitaires en tant qu’intellectuels. Nombre d’entre eux mettent alors fin à une longue période de silence et entrent en politique. Ce vivier universitaire1 ne se replie pas, ensuite, dans sa tour d’ivoire et le lever de rideau2 de 1898 place désormais les universitaires sur le devant de la scène. Par leurs écrits, par leurs paroles ou par leurs actes, certains d’entre eux s’affirment comme des médiateurs désireux de peser sur l'évolution politique. L’universitaire, défini ici, non dans la conception napoléonienne de l’Université mais dans son acception étroite, à savoir l’ensemble des étudiants et des enseignants qui suivent ou organisent les études supérieures, devient dès lors un enjeu de pouvoir puisqu’il doit former l’élite de la Nation3 tout en élaborant le savoir scientifique. Très vite, c’est leur rôle dans la diffusion des valeurs nationales qui se retrouve au cœur du débat. Hérauts des valeurs nationales pour les uns, les universitaires sont, pour d’autres, des chantres du socialisme et de l’idée de paix qui participent à une œuvre de destruction des valeurs de l’ancienne France. Il est alors intéressant de voir quel rôle joue l’idée de paix chez les universitaires, entre 1900 et 1939, afin de mieux saisir leur positionnement. Confrontés à l’idée de revanche, la République des universitaires4 vit-elle, entre 1900 et 1914, une joyeuse veillée d’armes, participant de la plume et du verbe à la montée des tensions ? Jetés dans la boue et le sang du premier conflit mondial, les universitaires participent-ils massivement à l’Union Sacrée et, si tel est le cas, comment justifient-ils leurs combats ? Une fois la tempête apaisée, partagent-ils avec les Français cette imprégnation pacifiste tant de fois remarquée ? Au nom du plus jamais çà, deviennent-ils, alors des ambassadeurs de l’idée de paix ?

  • 5 A. Prost, dir., Histoire de l’enseignement et de l'éducation en France, Paris, 1981, t. 4, p. 283.
  • 6 Annuaire Statistique de la France, année 1939.
  • 7 Les enseignants et étudiants des facultés catholiques dont le positionnement serait très intéressa (...)
  • 8 Sur l’idée de paix, voir surtout : M. Vaisse dir., Le pacifisme en Europe des années 1920 aux anné (...)

2Les universitaires, entre 1900 et 1939 forment une petite société encore très malthusienne. Ce microcosme peut permettre un examen approfondi de l’influence de l’idée de paix sur un groupe social déterminé. Les enseignants du supérieur5 sont en effet 650 en 1890 et 1 568 en 1939 tandis que les étudiants voient leur nombre6 passer de 29377 en 1900 à 78972 en 1939. Toute la question est, dès lors, de savoir si cette petite entité sociale7 reproduit à l’identique les réactions des Français dans leur ensemble8.

Les universitaires de 1900 à 1914 : thaumaturges de la paix contre génération d’agathon ?

3Au tournant du siècle et jusqu’en 1914 pour le moins, les universitaires se trouvent au centre d’une bataille idéologique de grande ampleur. L’analyse est d’ailleurs très vite paradoxale car on reproche aux universitaires soit d’être des chantres de la revanche soit de se muer en doux apôtres de l’idée de paix, saboteurs socialisants de la grandeur nationale.

La Génération d’Agathon à l’Université ?

  • 9 P. Nora, « Lavisse, instituteur national », dans Les lieux de mémoire, t. 1 ; La République, p. 24 (...)
  • 10 L. Liard, Universités et facultés, Paris, A. Colin, 1890, chapitre XII.
  • 11 Idem, Chapitre : pourquoi il faut des universités ? Raisons nationales, p. 151.
  • 12 Ibidem, p. 97.
  • 13 E. Lavisse, Études et étudiants, Paris, A. Colin, 1890 ; discours aux étudiants en Sorbonne, p. 18 (...)
  • 14 E. Lavisse, « La question des universités françaises », dans Revue Internationale de l’Enseignemen (...)

4On a longtemps admis que l’opinion publique avait vécu, de 1900 à 1914, un long avant-guerre, acceptant par avance l’idée du conflit. La République, née de la défaite, se doit de mobiliser les consciences par l’école et de tendre toutes les énergies vers le but ultime qu’est la revanche. Dans cette perspective, les universitaires reçoivent une mission fondamentale qui est de montrer la puissance de la science française mais surtout de former l’élite de la jeunesse et les futurs enseignants aux valeurs nationales. Ils sont ainsi les relais indispensables des hussards noirs qui, dans chaque commune, œuvrent à la diffusion des idées nationales et républicaines. La figure emblématique d’Ernest Lavisse9, professeur en Sorbonne, directeur de l’École Normale Supérieure et grand instituteur national, par ses multiples manuels, est alors incontournable. Par ses recherches et par ses écrits, l’universitaire qu’il symbolise, devient un agent essentiel de diffusion des valeurs de la République. Louis Liard, grand artisan de la réforme des universités, insiste lui aussi sur les devoirs des universitaires. Ils doivent non seulement répondre au défi allemand de la science10 mais aussi créer de réelles écoles d’esprit public11. L’idéal de l’enseignement supérieur n’est autre que « de grouper la jeunesse en de larges foyers d’études, de science et d’esprit national et l’y élever librement dans le culte de la vérité et de la patrie »12. Les Allemands n’ont-ils pas fait de même, en développant leurs universités après les humiliations subies devant les armées napoléoniennes ? « Il faut donc mettre nos écoles comme nos frontières en état de défensive »13. On se souvient aussi que dans la décision de transférer les facultés de Droit et des Lettres septentrionales de Douai vers Lille en 1887, le gouvernement avait justifié son choix par des raisons idéologiques. Il s’agissait de contrer le développement de l’université catholique et de renforcer la frontière du Nord. « Je ne crains pas de dire que notre système de défense contre l’Allemagne ne sera complet que le jour où nous aurons bâti de grandes forteresses universitaires »14. Nous sommes donc en présence d’un discours officiel qui semble faire des universitaires des agents de diffusion des valeurs nationales au nom de la future revanche.

  • 15 Agathon, Les jeunes gens d’aujourd’hui, Réédition, Douai, Imp. Nat., 1995, 293 p. (présentation par (...)
  • 16 Agathon, op. cit., p. 69.
  • 17 Ibidem, p. 74.
  • 18 J.-P. Rioux, Nationalisme et conservatisme : la Ligue de la Patrie Française, Paris, Beauchesne, 1 (...)
  • 19 Pour plus de détails, voir J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle : Khâgneux et normaliens dan (...)
  • 20 Arch. dép. Nord ; M. 154/235 ; Action Française ; Rapport de police du 18 mars 1914 (À Lille, par (...)

5L’enquête d’Agathon intitulée Les jeunes gens d’aujourd’hui, semble confirmer l’analyse. Livre symbole d’une époque15, cette enquête est réalisée par deux jeunes nationalistes, Henri Massis et Alfred de Tarde, sous le pseudonyme d’Agathon. Les deux auteurs déclarent avoir réalisé un sondage d’opinion auprès de la jeune élite intellectuelle âgée de 20 ans. Selon eux, « il y a quelque chose de nouveau dans la jeunesse ». Au pessimisme des aînés, à leur découragement, a succédé une nouvelle génération qui a confiance en elle. Les jeunes gens de 1913 sont réalistes, ont le goût de l’action et la foi patriotique. On a ainsi assisté « au réveil de l’instinct national »16. « On ne trouve plus en effet dans les facultés, dans les grandes écoles, d’élèves qui professent l’antipatriotisme. À Polytechnique, à Normale où les antimilitaristes et les disciples de Jaurès étaient si nombreux naguère, à la Sorbonne même [...] les doctrines humanitaires ne font plus de disciples, à la faculté de droit, à l’École des Sciences Politiques, le sentiment national est extrêmement vif, presque irritable »17. Certains trouvent même dans la guerre un idéal esthétique qui célèbre le culte de l’énergie. Si l’on suit cette enquête, les universitaires auraient ainsi pleinement réussi leur mission, transformant les facultés en foyers d’esprit public, éradiquant l’idée de paix de l’esprit des jeunes. Il est certain qu’il existe dans l’Université française entre 1900 et 1914 un fort courant nationaliste qui envisage sans crainte l’idée de la guerre. L’influence de Charles Maurras et de son mouvement est forte dans les divers quartiers latins. Il ne faut pas oublier, non plus, qu’au moment de l’Affaire Dreyfus, l’université est loin d’être unanime. À la Ligue des Droits de l’Homme s’oppose ainsi la Ligue de la Patrie Française qui prouve que le dreyfusisme ne règne pas en maître à l’Université18. L’affaire Thalamas, en 1908, par l’importance de l’agitation des étudiants nationalistes au quartier latin, fournit un bel exemple du renouveau de ces mouvements19. Il semble bien exister dans la plupart des facultés des groupes nationalistes dynamiques20.

L’Université : un atelier de réflexion au service de l’idée de paix

  • 21 J.-J. Becker, 1914 : comment les français sont entrés dans la guerre ? Paris, FNSP, 1977, 639 p.
  • 22 Témoignage tiré de H. Tison, L’opinion publique et la loi de trois ans, Maîtrise, Paris, 1965, p.  (...)
  • 23 J. Guéhenno, journal d’un homme de quarante ans, Paris, Grasset, 1937, p. 124.
  • 24 J. Guéhenno, La mort des autres, Paris, Grasset, 1968, p. 30.

6En fait, cette vision d’une Université acquise aux valeurs belliqueuses doit être fortement corrigée. Nous savons que les années 1900-1914 ne sont en rien une longue veillée d’armes et que, jusqu’au bout, les Français croient en la paix21. Il est certes vrai qu’un renouveau de l’idée nationale existe dans la France du début du siècle mais il est loin d’être général et d’atteindre l’ampleur que lui confère l’enquête d’Agathon. Les Français comme les universitaires ne souhaitent pas la guerre et ne partent pas la fleur au fusil ; l’enquête est partiale et ne prend en compte qu’une fraction de la jeunesse. Il s’agit des jeunes gens proches des milieux maurrassiens, des étudiants en Droit et de ceux de l’École Libre des Sciences politiques. En fait, les universitaires, tout en étant patriotes, gardent constamment à l’esprit l’idée de paix. Pierre Renouvin, agrégatif d’histoire en 1912 et qui suit en même temps des cours à la faculté de Droit ne se souvient pas d’une telle atmosphère en Lettres. Une pétition contre la loi de 3 ans circule même parmi les agrégatifs d’histoire qui est signé par tous (sauf lui)22. Jean Guehenno conteste lui aussi cet esprit belliqueux : « la hantise de la revanche, je ne sais quelle mystique du godillot aurait commandé notre vie [...] Dans mes propres souvenirs, je n’entends sonner aucun clairon »23. « L’immense majorité de la jeunesse n’avait jamais espéré la guerre »24.

  • 25 Lille Université., 1905, p. 9-15.
  • 26 Voir G. Pédroncini, Histoire militaire de la France, t 3 : 1871-1940, Paris, PUF, 1991, p. 71-97 e (...)
  • 27 Voir J.-J. Becker, 1914 : comment les Français sont entrés dans la guerre ? (cite l’exemple du lyc (...)
  • 28 L’Humanité du 13 mars 1913 (voir dans J.-F. Sirinelli, Intellectuels et passions françaises, p. 29 (...)
  • 29 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle : Khâgneux et normaliens dans l'entre-deux guerres, p.  (...)
  • 30 Le Progrès du Nord du 14 mars 1913 (voir aussi Arch. nat. ; F/7/13335 ; rapport de police du 8 avr (...)
  • 31 Arch. dép. Nord ; VM 146173 : PV de l’assemblée de la faculté des Lettres de Lille ; séance du 18 (...)
  • 32 Annales de l’université de Lille, année 1912-1913.
  • 33 Lille Université, mars 1913, p. 53-56.
  • 34 Lille Université, février 1913, p. 37-31.
  • 35 H. Massis, Avant-postes : Chronique d’un redressement : 1910-1914, Paris, 1916, p. 98-104 ; articl (...)
  • 36 Idem, p. 108-110.

7Le positionnement des universitaires face à l’idée de paix peut, en fait, être observé en analysant leurs réactions aux modifications de la loi militaire. Une première mobilisation, assez faible, a lieu en 1905 après que la loi du 21 mars a réduit la durée du service militaire de trois à deux ans mais en supprimant la plupart des exemptions dont bénéficiaient les étudiants. Les facultés réagissent car la loi risque de faire baisser les effectifs. À Lille, les doyens sont invités à s’exprimer sur le sujet dans le journal étudiant, Lille Université, qui se réjouit certes des progrès faits dans l’égalité face à la loi mais qui met en garde le gouvernement contre les effets fâcheux que cette décision pourrait entraîner pour l’université. Le doyen Dupont (Lettres) craint que les étudiants bénévoles ne disparaissent. « Les deux années de service militaire contrarieront certaines vocations hésitantes... Elles porteront aussi atteinte aux vocations les plus décidées »25. Mais c’est surtout la loi des trois ans du 7 août 1913 qui déclenche les critiques les plus vives. La loi décide en effet de faire passer le service militaire de deux à trois ans pour compenser le déséquilibre démographique avec une Allemagne qui vient de renforcer son organisation militaire26. Une véritable bataille d’opinion se déclenche alors. Il est vrai que diverses pétitions étudiantes (et surtout lycéennes) soutiennent le projet de loi27. Le journal Le Temps consacre pendant plusieurs jours une rubrique spéciale à la question sous le titre le pays et les trois ans. Le 9 mars 1913, par exemple, le journal signale que les manifestations en faveur de la loi de 3 ans viennent confirmer les sentiments patriotiques de la jeunesse française. Le lendemain, il se réfère à une pétition des étudiants lyonnais qui a réuni 107 signatures. Les étudiants de Nancy envoient le 10 mars une lettre au Président du Conseil pour lui signaler que la jeunesse acceptera avec la plus vive allégresse d’accomplir tous les efforts qui lui seront demandés au nom de la patrie. Mais il existe aussi une opinion adverse qui semble assez largement répandue. Le 13 mars 1913, L'Humanité fait paraître une pétition opposée à la loi et qui demande une discussion approfondie du problème. Le texte est signé par de très nombreux universitaires dont P. Langevin, C. Seignobos, C. Andler, G. Séailles, C. Bouglé, L. Brunschvicg, E. Durkheim28. Une liste complémentaire de signataires est publiée le 16 mars qui comprend, entre autres, les noms de J. Perrin, F. Simiand, L. Lévy-Bruhl. Une pétition circule parmi les étudiants parisiens qui recueille plus de 300 signatures dont plus de 60 viennent de la rue d’Ulm29 et plus de 200 de la Sorbonne. À Saint-Cloud, 41 élèves sur 58 présents signent un texte équivalent. En province, le monde universitaire bouge également. À Lille, les étudiants et les enseignants sont très réservés. Le Progrès du Nord du 14 mars 1913 signale que les étudiants en Sciences ont adressé une lettre au journal pour lui signaler que le nouveau projet de loi militaire n’a pas suscité parmi la jeunesse universitaire, l’enthousiasme inconsidéré que toute une presse lui a prêté... Une majorité d’étudiants protestent contre le projet et n’en voit pas l’opportunité30. Le même journal, le 17 mars, livre une déclaration des étudiants en Médecine qui, eux aussi, critiquent la loi. Un petit référendum a été organisé au sein de la faculté et 88 % des présents se sont déclarés hostiles au projet. En Lettres, les universitaires sont eux aussi très réservés. L’assemblée de la faculté lilloise, dans sa séance du 18 avril 1913 déclare se soumettre aux décisions que les pouvoirs publics estiment devoir prendre mais considère que « la force qui naît du savoir et de la culture de l’intelligence constitue un élément essentiel de la puissance d’un pays »31. Elle émet alors le souhait que les étudiants puissent, après un an de service, être affectés dans des villes universitaires avec la possibilité de participer aux cours et de passer les examens. Le doyen Lefèvre (Lettres) commente lui aussi la loi et déclare : « si de longs congés de moissons ou de vendanges sont prévus par la loi... quel inconvénient y aurait-il à ce que les étudiants incorporés fussent autorisés, dans les mois qui précèdent l’examen, à partir eux aussi, en congé de moisson »32. Le journal étudiant Lille Université, juge très sévèrement la loi et consacre quatre pages de son numéro de mars 1913 à commenter le texte. Tout en se déclarant prêts à faire leur devoir, les étudiants émettent trois grandes réserves. Le renforcement excessif de l’armée risque de mener à l’installation d’un régime prétorien. La jeunesse craint la puissance du sabre et l’apparition d’un César qui mettra fin à la République. La loi risque de plus de renforcer encore l’exode rural dont se plaint le gouvernement. « L’Allemagne, enfin, ne s’est pas élevée au rang de puissance de premier ordre seulement par la valeur de ses soldats et la science de son État Major mais encore par son enseignement, par ses savants, ses professeurs. La jeunesse étudiante accepte, sans révolte, la prolongation d’une année de sa présence au régiment, mais, ne mâchons pas les mots, sans enthousiasme... Pour satisfaire aux nécessités de l’heure, n’allez pas, en armant tout le pays de fusils et de canons, opérer le désarmement intellectuel »33. Le journal évoque d’ailleurs par deux fois l’enquête d’Agathon. En mai 1912, il présente l’enquête et souscrit à l’idée qu’il faut se méfier du pangermanisme mais le texte invite aussi les étudiants à se méfier des excès du nationalisme. En février 1913, un nouvel article est encore plus explicite qui critique l’esprit belliqueux de l’enquête et montre sa solidarité avec la génération décriée par Agathon34. « Toutes les aspirations à la paix, à la fraternité qui agitèrent les âmes, il y a vingt ans, toutes ces conceptions..., elles nous animent encore ! » Henri Massis, lui-même, doit bien reconnaître que l’université n’est pas acquise, lui qui ne cesse d’attaquer l’esprit de la Nouvelle Sorbonne. Il fait alors la distinction entre les étudiants, favorables aux idées nationalistes et les enseignants qui sont restés des chantres de l’internationalisme. Dans un article intitulé Les thaumaturges du pacifisme, il décrit à sa manière une réunion35 de la section de philosophie de la Sorbonne qui traite de l’idée de paix, le 30 décembre 1912 et qui rassemble, entre autres, Beauvalon, Borel, Bouglé, Brunschivcg, Desjardins, Durkheim et Parodi. Théodore Ruyssen, de la faculté de Bordeaux est l’invité d’honneur. Critiquant les pures abstractions et la logomachie de « ces révolutionnaires dans le genre pot-au-feu » (reprise d’un mot de Péguy), Massis insiste sur l’absence de sens des réalités chez « ces innocents pédagogues qui s’abreuvent d’idéal ». Dans un autre texte sur l’université contre la loi de 3 ans, il poursuit ses attaques en dissociant la jeunesse patriote qui accepte la loi et « les politiciens de la Sorbonne, poignée d’idéologues perdus dans des subtilités décevantes »36. On ne peut trouver, venant d’un des auteurs de l’enquête d’Agathon, de plus net démenti à l’idée selon laquelle les universitaires français auraient été des chantres convaincus de la revanche à la veille de 1914. Plus que des foyers d’esprit public, les facultés sont des foyers d’esprit critique qui forment aux valeurs humanistes et espèrent un règlement pacifique des tensions.

Les idées de paix chez les universitaires entre 1900 et 1914

8En réalité, le pacifisme des universitaires ne constitue pas une idée monolithique. Si l’idée de paix est bien présente, elle revêt des conceptions très différentes selon les sensibilités politiques. Nous avons ainsi, au sein de l’université, plusieurs idées de paix qui, si elles induisent en apparence un même comportement, n’en constituent pas moins des discours différents.

  • 37 R. Fabre, « Un exemple de pacifisme juridique : Théodore Ruyssen et le mouvement la Paix par le dr (...)
  • 38 Université populaire de Lille ; 1900-1903 : Conférences.

9 La paix par le Droit. Une partie importante des universitaires semble soutenir l’idée d’une paix possible par le respect des grandes règles du droit international et la création d’un arbitrage entre les nations. Théodore Ruyssen incarne, par ses écrits et son action cette idée d’une paix par le Droit. Né en 1868, ancien élève de l’ENS, agrégé de philosophie, il devient en 1897 le président de la société la paix par le droit qui a été créée en 189537. Il entre ensuite dans l’Université en 1907 comme enseignant de philosophie à la faculté des Lettres de Bordeaux. Disciple de Kant, il fait du projet de paix perpétuelle sa référence. C’est par l’éducation des enfants qu’on évitera la guerre en dénonçant l’esprit belliciste. Il faut également agir sur les gouvernements pour qu’ils mettent en place une armature juridique internationale. En 1913, le professeur bordelais est involontairement à l’origine d’une « affaire Ruyssen ». Fin janvier et début février 1913, T. Ruyssen effectue un voyage en Alsace, invité par le groupe alsacien de conciliation internationale. Dans diverses conférences, il appelle au rapprochement international et déclare être favorable à un statut d’autonomie des Alsaciens à l’intérieur du Reich ; il souligne qu’en aucun cas cette question ne doit servir de prétexte à une nouvelle guerre. La presse de droite s’empare de ses propos et organise le scandale. À Bordeaux, l’Université est en état de siège ; les Camelots du Roy organisent l’agitation, interrompant les cours du professeur ; on conspue le « traître pangermaniste, l’agent de Guillaume II ». Il n’en demeure pas moins que cette idée de paix par le droit semble rallier un nombre non négligeable d’universitaires. À Lille, par exemple, la première conférence de la toute nouvelle Université Populaire est faite par Charles Richet, professeur de physiologie à Paris, le 28 janvier 1901. Le thème retenu est celui de l’arbitrage international. La guerre est décrite comme « un ulcère profond qui fait la honte de l’humanité mais Richet déclare qu’un jour viendra où la paix régnera sur la Terre »38. La guerre est amenée à disparaître car l’arbitrage international va la rendre impossible. Il faut se hâter de créer un tribunal suprême qui jugera les différends entre nations. Le triomphe de l’idée de paix passe aussi par un changement d’état d’esprit dans les écoles : il faut cesser de faire la gloire des conquérants qui « ont accomplis des exploits infâmes » et ont fait coulé le sang.

  • 39 J.-J. Becker, Les pouvoirs publics et l’antimilitarisme avant la guerre de 1914 : le carnet B, Par (...)
  • 40 Arch. nat. ; F7/13348 ; Projet de sabotage de la mobilisation ; 34 p.
  • 41 Bibl. mun. Lille ; Danchin II-103 ; Tract de 1898.
  • 42 Arch. dép. Nord ; M. 155/12 ; rapport de police du 13 novembre/1898.

10 La Paix par la Révolution. Il existe également, au sein de l’université, l’idée d’une paix possible par la révolution, présente chez les étudiants d’extrême gauche et chez quelques enseignants socialistes ou socialisants mais elle demeure très minoritaire. Il est du devoir des travailleurs intellectuels, solidaires du prolétariat mondial, de refuser toute idée de mobilisation et de participation à une guerre qui opposerait des nations capitalistes et les sociétés bourgeoisies entre elles. Le travailleur n’a pas de patrie ; c’est par le triomphe de la révolution et du socialisme au niveau international que la paix s’imposera. Cet antipatriotisme couplé à un antimilitarisme forcené touche assez peu le monde universitaire. Seuls quelques petits groupes présents dans les facultés témoignent de cette idée radicale de la paix qui est beaucoup plus présente dans les milieux syndicaux ouvriers, en particulier à la CGT et dans les groupes anarchistes39. L’idée d’un sabotage de la mobilisation par la grève générale ou l’action directe40 choque un monde universitaire qui ne comprend pas cet antipatriotisme même s’il adhère davantage à l’antimilitarisme. À l’Université de Lille, un petit groupe d’étudiants collectivistes existe depuis les années 1887-1890 qui distribue chaque année divers tracts et organise de petites réunions. En novembre 1898, ils profitent de la rentrée des facultés pour distribuer un tract qui en appelle à la lutte du prolétariat contre « les bourgeoisies inconscientes »41. Il faut s’unir pour éviter « l’immensité du champ de bataille et les combats à venir qui feront s’égorger des peuples frères. Il ne faut pas que la France revoit des jours sanglants... tel est le rêve des sans-patrie ». Le commissaire de police signale42 au préfet, en novembre 1898, que le groupe socialiste étudiant qui a été créé il y a une dizaine d’années, vient d’être réactivé. Les étudiants sont d’ailleurs très surveillés par la police. Chez beaucoup de socialistes, et en particulier chez les universitaires, il semble bien cependant que le discours révolutionnaire accepté dans sa globalité, s’accompagne d’une pratique plus réformiste. Partageant avec les groupuscules étudiants révolutionnaires un profond antimilitarisme, ils n'acceptent plus leur antipatriotisme.

  • 43 E. Lavisse, Études et étudiants ; p. 241.
  • 44 Idem, Discours prononcé à l’association des étudiants de Paris ; 4 juin 1887.

11 Le pacifisme patriotique. En fait, le monde universitaire dans sa grande majorité semble se rallier à un pacifisme patriotique qui n'est en rien contradictoire. Rejetant le nationalisme belliqueux des mouvements de droite extrême comme l’antipatriotisme des groupes révolutionnaires, les universitaires se déclarent profondément patriotes mais aussi partisans du désarmement et de la négociation internationale. E. Lavisse lui-même ne peut être réduit au simple rôle de héraut de la revanche. L’idée de paix est aussi une des grandes valeurs de la nation et beaucoup d’universitaires estiment que la France a une mission particulière dans le monde. Elle doit diffuser les principes de 1789, assurer le triomphe de « la justice et de la liberté inaliénable de l’Homme »43. Comparant les jeunesses allemandes et françaises, Lavisse différencie le patriotisme français qui est tolérant, du patriotisme allemand qui « est un orgueil de race engendrant l’amour de la guerre pour la guerre. Je suis sûr que vous serez d’excellents soldats mais vous n’êtes ni des fanfarons de guerre ni des fanfarons de patriotisme... Mes amis, sachez concilier le patriotisme avec l’Humanité... Soyez des patriotes humains. Regardez au-delà des guerres, la paix »44. Conscients de la grandeur de la nation, les universitaires se doivent de participer à l’œuvre de diffusion des valeurs héritées de la Révolution Française. C’est par sa culture et ses principes que la France peut dominer le monde non par la guerre. Il est donc fondamental de bien distinguer entre nationalisme et patriotisme lorsque l’on parle de l’idée de paix chez les universitaires entre 1900 et 1914. Lille Université dans son article 45 sur la génération d’aujourd’hui, après avoir critiqué Agathon, termine ainsi : « Certes nous sommes encore trop loin de la paix universelle... mais n’est-ce pas à souhaiter qu’elle devienne un jour une réalité ?... Aimons notre pays, oui mais ne haïssons pas les autres peuples... Soyons patriotes et humains, des civilisés et non des barbares ». Il est donc erroné de faire de l’ensemble des universitaires des apôtres de la revanche. Conscients de la mission de la civilisation française dans le monde et profondément patriotes, la majorité des universitaires reste attachée à l’idée de paix.

Les universitaires et la Grande Guerre : entre ralliement et reniement ?

  • 45 J.-J. Becker et S. Berstein, Victoire et frustration, Paris, Le Seuil, 1990, p. 26.

12La première guerre mondiale surprend les Français. Pour l’immense majorité d’entre eux, c’est l’inquiétude qui domine et les sentiments sont très réservés depuis la consternation jusqu’à la résignation45. Pour les universitaires qui ont tant voulu la paix, l’heure est à a mobilisation.

Dans la mêlée : Les universitaires français dans la guerre

  • 46 P. Fridenson dir., « L’autre front : 1914-1918 », dans Cahier du Mouvement social, no 2, 1977, 235 (...)
  • 47 Voir J.-F. Condette, Une faculté dans l’Histoire : la faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1945,(...)
  • 48 J.-J. Becker et S. Audoin-Rouzeau dir., Les sociétés européennes et la guerre de 1914-1918, Paris (...)
  • 49 Revue Internationale de l’Enseignement., t. 1916, p. 136-138.
  • 50 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 29.
  • 51 Arch. dép. Nord ; 2 T 653 ; Livres d’or lillois (voir aussi Arch. nat. ; F 17 décembre 752 à 12761 (...)

13L’Université paye un lourd tribut au premier conflit mondial. Étudiants et enseignants ne sont en rien épargnés par la mobilisation, même s’il est vrai que le monde enseignant des universités est, à l’époque, un monde composé d’hommes assez âgés qui se retrouvent davantage employés sur l’autre front46 que dans le feu des combats. Les étudiants, quant à eux, se retrouvent très vite au front, sans qu’il y ait d’opposition particulière de leur part. À Lille, la mobilisation puis l’occupation allemande réduisent fortement les inscriptions. Les facultés de l’État qui regroupaient 1402 étudiants en 1913 n’en comptent plus que 71 en 1914-1915. Ils ne sont encore que 213 en 1915-1916 et 408 en 1917-191847. L’École Libre des Sciences Politiques de Paris qui comptait 800 élèves en 1914 n’en a plus que 72 en 1915 dont un tiers d’étrangers48. Le nombre des étudiants parisiens a diminué d’environ 60 % pendant la guerre. La faculté des Lettres de Besançon qui avait 133 étudiants inscrits en 1913-1914 n’en a plus que 48 en 1914-1915 ; la faculté des Sciences de Bordeaux passe de 339 unités avant-guerre à 174 en 1914-1915 et celle des Lettres de 302 à 122 unités49. Ces jeunes universitaires se comportent avec courage et sont souvent promus rapidement sous-officiers, ce qui les expose fortement aux dures réalités du combat en tant que chefs de sections. Le livre d’or de la Faculté Libre des Sciences Politiques signale la mort de 340 élèves. Le monument aux morts de l’ENS, inauguré en 1923, porte 239 noms soit un quart des élèves et anciens élèves mobilisés50. Sur ces 239 noms, 107 qui appartiennent à des élèves en cours d’études à l’école en 1914 (sur un total de 211 soit 50,71 % du total). À Lille, les étudiants ont également payé le prix fort. Les divers livres d’or parus en 1919-1920 témoignent de la saignée démographique. La faculté de Droit pleure deux enseignants, un employé et 54 étudiants morts aux combats. Elle déplore encore 11 disparus et 30 blessés graves51. À la faculté des Lettres lilloise, la plaque du monument aux morts rappelle les noms de 50 victimes. Sur les 351 inscrits de 1914, 13,9 % ont trouvé la mort. Défalcation faite des femmes, des réformés et des gens âgées, 24,25 % des 202 mobilisés de la faculté sont morts à la guerre. Les divers livres d’or insistent sur l’attitude héroïque de ses étudiants qui ont multiplié les exploits. Tel étudiant « a été blessé en entraînant sa section à l’assaut des tranchées ennemies au nord du village de Craonne » ; tel autre « s’est offert spontanément pour couper les fils de fer barbelés sous un feu violent ».

  • 52 J.-F. Condette, La faculté des Lettres de Lille..., op. cit., t. 2, p. 522 et suivantes.

14Lorsqu’on passe aux enseignants, l’expérience du feu est aussi une réalité pour les plus jeunes ou pour ceux qui s’engagent comme volontaires. A la faculté des Lettres de Lille, les vingt et un enseignants titulaires de 1914 ne sont plus que deux, en 1915, à assurer leurs cours dans une ville occupée. En fait, sept des titulaires sont mobilisés tandis que les autres enseignants ont quitté Lille pour se mettre au service de la nation à l’arrière52.

  • 53 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 29.
  • 54 C. Charle et E. Telkes, Les professeurs du Collège de France, Paris, INRP, 1988.
  • 55 C. Charle et E. Telkes, Les professeurs de la faculté des Sciences de Paris, Paris, INRP, 1989.
  • 56 C. Charle, Les professeurs de la faculté des Lettres de Paris, Paris, INRP, t. 2, 1986.
  • 57 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 411-412.
  • 58 Arch. dép. Nord ; 2 T 490 ; Dossier personnel d’A. Vacher.

15Certains universitaires, dégagés des obligations militaires, choisissent de s’engager. Charles Bayet en est le symbole, lui qui est né en 1849 en Belgique et qui s’était déjà engagé volontaire en 1870. Agrégé en 1872, membre de l’École Française de Rome, professeur à la faculté des Lettres de Lyon, il est ensuite nommé recteur de l’académie de Lille en 1891 avant d’être appelé à la direction de l’enseignement supérieur en 1902. En 1914, à 65 ans, il s’engage de nouveau et monte au front, participant aux combats sur le front de l’Est puis dans l’armée d’Orient. Tombé malade, il décède en 1918 après avoir perdu son fils cadet lors d’une attaque53. Paul Fallot, professeur au Collège de France, réformé, s’engage lui aussi, comme beaucoup d’autres. Il combat en tant que deuxième classe en Argonne puis devient officier et participe à la libération de Strasbourg54. Le plus souvent, alors que les cadets sont au combat, les aînés mettent leurs compétences particulières au service du pays. Émile Borel, professeur de calcul des probabilités et de physique55, travaille au repérage des sons puis remplace son neveu, tué au combat. Il termine la guerre comme commandant d’une batterie d’artillerie lourde, lui le membre du comité central de la Ligue des Droits de l’Homme, radical-socialiste et futur président de la fédération des associations françaises pour la SDN. Au Collège de France, Emmanuel Fauré, le fils du compositeur, professeur d’embryogénie, passe la guerre au laboratoire de vaccination anti-typhoïdique de l’armée puis au laboratoire de physiologie des études chimiques de la guerre. H. Wallon, professeur de psychologie et de l’éducation de l’enfant se transforme en médecin de bataillon puis devient médecin chef du train sanitaire. Il est ensuite affecté au centre psychiatrique de Tours (1918-1919) pour aider les blessés. À la Sorbonne, V. Basch, professeur de langue et littérature allemandes, fondateur de l’une des premières sections de la Ligue des Droits de l’Homme à Rennes, ardent socialiste et adepte de l’idée de paix, part aux États-Unis (comme le fera Bergson) pour faire des conférences de propagande et hâter l’entrée en guerre des USA56. H. Lichtenberger, professeur de littérature et philologie germaniques est chargé de dépouiller la presse et la littérature de guerre allemandes. En 1917, au cabinet de P. Painlevé, il gère un service d’information de la présidence du conseil. Pour H. Bourgin, la guerre est aussi une épreuve et un tournant. Agrégé de Lettres, docteur en 1905, collaborateur de l’Année Sociologique, enseignant au lycée Louis le Grand, il a signé en 1913 la pétition de l’Humanité contre la loi de trois ans. En mai 1915, il est nommé chef du service des informations au cabinet d’A. Thomas, puis au sous-secrétariat d’État à l’artillerie lourde, enfin à celui du ravitaillement. Il reste au gouvernement après la rupture de l’Union Sacrée et condamne ses camarades de la SFIO qui retournent dans l’opposition57. Une lettre du Président du Conseil au ministre de l’Instruction Publique, en juillet 1919, insiste sur le travail précieux des géographes au service géographique de l’armée. Demangeon, Gallois, de Martonne, de Marguerie, Raveneau et Vacher ont ainsi multiplié les enquêtes de terrains, les notices descriptives détaillées sur les divers théâtres d’opérations58. Les universitaires participent pleinement à l’effort de guerre. Dans la boue des tranchées ou sur l’autre front, ils prouvent leur attachement à la patrie sans aucune réserve.

« Rossignols des carnages » ? : la justification universitaire de la guerre

  • 59 Voir par exemple, R. Fabre, « Un groupe d'étudiants protestants en 1914-1918 : la Fédération Franç (...)
  • 60 J. Guéhenno, Journal d'un homme de quarante ans, p. 184-185.
  • 61 J.-J. Becker et S. Audoin-Rouzeau dir., Les sociétés européennes et la guerre de 1914-1918, p. 145 (...)
  • 62 Revue Internationale de l’Enseignement, t. 1914, p. 248-255.
  • 63 Voir le texte intégral dans R. Cheval, Remain Rolland, l’Allemagne et la guerre, Paris, PUF, 1963, (...)
  • 64 Les écrits abondent sur ce thème de la guerre juste (voir la Revue Internationale de l’Enseignemen (...)
  • 65 R. Rolland, Journal des années de guerre : 1914-1919, Paris, A. Michel, 1952, p. 714-715.
  • 66 E. Durkheim et E. Lavisse, Lettres à tous les français, Paris, A. Colin, 1992, avant-propos, p. 16
  • 67 Idem, p. 21-32.

16Beaucoup d’universitaires ne se contentent pas de remplir leur mission à l’arrière et entreprennent un travail de justification. Acceptant de légitimer le combat, ils élaborent un discours idéologique qui vise à prouver que ce conflit est une guerre juste59. Ils se transforment alors en hérauts qui célèbrent le sacrifice de leurs cadets sur les champs de batailles. J. Guehenno, lorsqu’il revient sur cette époque ne peut, en 1937, cacher sa révolte : « la guerre durait par l’imposture... Les plus honnêtes ne savaient que se taire... La république des Lettres, dans son ensemble, était devenue une profitable entreprise de pompes funèbres. jamais Maurice Barres n’avait connu une telle alacrité. Parmi tant de croquemorts, il se trouvait promu au rang de maître des cérémonies »60. Et il est vrai que l’immense majorité des universitaires accepte la guerre et tente de justifier le nécessaire sacrifice de la jeunesse. Même les plus attachés à l’idée de paix, à quelques exceptions prêts, se rallient à la guerre. V. Basch, vice-président de la Ligue des Droits de l’Homme rédige ainsi en 1915 un long rapport que la ligue approuve et qui justifie la guerre : « Il faut que soient brisés l’impérialisme et le militarisme prussiens avant qu’il nous soit possible de parler de paix... Cette guerre est la lutte des peuples libres ou désireux de se libérer contre le militarisme... C’est ainsi que cette guerre atroce peut devenir une guerre sainte »61. F. Challaye, futur figure de proue du pacifisme intégral, participe aux travaux du comité de propagande socialiste pour la défense nationale créé en 1916 par H. Bourgin et L. Rosenthal... Le discours prononcé par le doyen Alfred Croiset, le 5 novembre 1914, pour l’ouverture des cours en Sorbonne met en avant la même idée : « nos pensées... vont vers ceux des nôtres qui font face aux barbares... Nous sommes ici pour travailler à défendre la civilisation française... Ils se disent les soldats de Dieu..., un Dieu de tribu, un Moloch barbare, grossière incarnation de la force brutale, à qui l’on offre en sacrifice, pour prix de sa faveur, le sang des femmes et des enfants... Le nôtre (de Dieu)... s’appelle vérité et justice, raison et liberté »62. Le 3 novembre 1914, l’ensemble des universités françaises, exceptée celle de Lille qui n’a pu être contactée (elle est en zone occupée), rédigent un texte intitulé les universités françaises aux universités des pays neutres. Il s’agit en fait de contrer une initiative des intellectuels allemands qui ont lancé un appel aux nations civilisées63 depuis Berlin, le 10 octobre 1914. Cinquante-trois universitaires ont signé le texte ainsi qu’un grand nombre d’auteurs et d’intellectuels afin de rejeter l’idée de la seule responsabilité allemande et repousser les calomnies qui font des soldats allemands des barbares. Les universitaires français, par leur déclaration, réfutent ces positions en affirmant que c’est l’Allemagne qui a déclenché les hostilités et qui ne respecte pas les traités internationaux ni les lois de la guerre. La pensée allemande vient de se déclarer solidaire, tributaire et sujette du militarisme prussien et, qu’emportée par lui, elle prétend à la domination universelle. Les armées alliées ne font que défendre la liberté du monde. Les universitaires français sont ainsi quasi unanimes à soutenir l’effort de guerre et justifient le conflit au nom du Droit, de la Justice et de la défense de la Civilisation64. Nombre d’entre eux rejoignent alors les diverses associations et les comités de propagande. Une « Ligue pour perpétuer à travers les âges le souvenir des crimes allemands et en prévenir le retour » est fondée à Paris. Cette ligue de haine, selon le mot de Romain Rolland est dirigée par J. Richepin et comprend plusieurs universitaires dont E. Bourgeois, E. Picard, A. Colin65. Un « Comité de propagande socialiste pour la défense nationale » est créé au printemps 1916. H. Bourgin y justifie la poursuite de la guerre, invitant les socialistes à poursuivre l’Union Sacrée. E. Lavisse préside quant à lui le « Comité d’études et de documentation sur la guerre » dont le secrétaire n’est autre qu’E. Dukheim. À leurs côtés, on trouve Bergson, Boutroux, Seignobos, Lanson et de nombreux autres universitaires. À partir de 1915, E. Durkheim et E. Lavisse dirigent le « Comité de publication des lettres à tous les français ». Il s’agit d’écrire des textes assez courts qui sont ensuite tirés à trois millions d’exemplaires. Les cibles privilégiées sont les instituteurs et institutrices qui doivent servir « d’auxiliaires de notre propagande »66. Dans la première des douze lettres, Durkheim explique qu’il n’y aura pas de victoire rapide, la guerre mettant aux prises deux coalitions67. « Le vainqueur sera celui qui résistera le mieux à l’épreuve de la durée » ; C’est pour cela qu’il faut que l’opinion publique soit forte et unanime car « l’état moral des peuples est appelé à jouer dans la guerre un rôle de la plus haute importance ». Le comité de publication des lettres comprend aussi, chez les universitaires, C. Andler, J. Bédier, H. Bergson, E. Boutroux, E. Denis, J. Hadamard, G. Lanson, A. Meillet, C. Seignobos et A. Weiss. Sur les quinze membres du comité, on trouve ainsi douze universitaires, ce qui prouve, l’acceptation de ce rôle de héraut de la guerre juste.

1917-1919 : Gagner la paix ou le début de l’ère des doutes

  • 68 J.-J. Becker, Les français dans la grande guerre, chapitre V (agitation pacifiste chez les institu (...)
  • 69 R. Rolland, Journal des années de guerre : 1914-1919, Paris, A. Michel, 1952, 1908 p. (J’étais seu (...)
  • 70 R. Rolland, Au dessus de la mêlée-, 75e édition, 1914, 164 p, p. 32
  • 71 R. Rolland, « Le meurtre des élites », dans Journal de Genève, 14 juin 1915.
  • 72 Arch. nat. ; F 7/13416 ; SDN ; rapport du préfet de la Gironde au Ministre de l’Intérieur ; 5 mars (...)

17La participation des universitaires à l’Union Sacrée montre leur ralliement à l’idée d’une guerre qu’il faut absolument gagner pour que triomphe ensuite une paix durable. Doit-on alors parler d’un reniement de leur idée de paix ? En fait, si l’on met de côté l’antipatriotisme extrême des groupuscules révolutionnaires et le bellicisme de certaines formations de droite, les universitaires semblaient, avant 1914, s’être massivement ralliés à un pacifisme patriotique où l’idée de paix restait subordonnée à la défense nécessaire de la patrie. C’est cette prégnance du patriotisme qui facilite le ralliement à l’Union Sacrée sans qu’il y ait reniement des convictions anciennes. La paix est toujours l’objectif suprême mais la France, attaquée, doit se défendre. Incarnation des principes de 1789, elle combat pour le droit et la paix des peuples. La durée de la guerre et la connaissance de l’horreur des combats entraînent cependant chez de nombreux universitaires, un difficile examen de conscience qui se transforme en mea culpa, avec le retour de la paix. N’ont-ils pas été, en fin de compte, les artisans d’un véritable bourrage de crânes qui devait apprendre à la jeunesse à bien mourir ? Ils sont cependant très peu nombreux ceux qui, pendant la guerre, remettent en cause la version officielle du conflit68. Les appels successifs de R. Rolland depuis la Suisse ont peu d’écho et déchaînent contre eux, les sarcasmes de la presse. Dénonçant la trahison des intellectuels qui ont renié leur idéal supranational, R. Rolland, insiste sur « l’odieuse hypocrisie des bouchers qui parlent de l’enthousiasme des moutons qui se font égorger »69. Dans son célèbre article intitulé « Au-dessus de la mêlée »70, publié dans le Journal de Genève des 22 au 22 septembre 1914, l’ancien professeur de musicologie, sans renier sa condition de Français, condamne la guerre qui fait se massacrer les jeunesses européennes et qui débouche sur le meurtre des élites, jetées dans l’aventure sanglante, chaque pays, gaspillant ses génies comme chair à canon71. En France, les initiatives qui critiquent l’effort de guerre restent très limitées dans le monde universitaire. Une « Société d’études documentaires et critiques sur la guerre » voit le jour en janvier 1916 qui remet en cause la version officielle de l’unique responsabilité allemande. On y retrouve en particulier Charles Gide, professeur de Droit, Georges Demartial et Michel Alexandre. Divers groupes voient également le jour, à partir de 1917, qui militent déjà pour la création d’une société des nations et la paix. On y trouve un fort noyau universitaire autour de T. Ruyssen. Une Ligue pour une Société des Nations organise diverses conférences à Paris et en province pour contribuer à la création d’une force internationale capable de rendre impossible le retour d’une pareille catastrophe72.

  • 73 G. Demartial, La mobilisation des consciences, Paris, Rieder, 1922, p. 156.
  • 74 Revue Internationale de l’Enseignement, t. 1920, p. 5-36.
  • 75 Revue Universitaire, t. 1919, p. 21-25.
  • 76 Cité dans P. Miquel, La paix de Versailles et l’opinion publique française, Paris, Flammarion, 197 (...)
  • 77 P. Sagnac, Le Rhin français pendant la Révolution et l’Empire : 1789-1814, Paris, F. Alcan, 1917, (...)
  • 78 P. Miquel, La paix de Versailles et l’opinion publique française, op. cit., p. 304-305 (poème de J (...)

18Le travail de remise en cause prend davantage d’ampleur avec la fin des hostilités. En 1920, dans Les responsabilités de la guerre, le patriotisme et la vérité, G. Demartial réfute l’idée d’une Allemagne responsable unilatérale du conflit et met en garde contre le traité de Versailles, trop humiliant pour le vaincu. En 1922, dans La mobilisation des consciences, il poursuit son œuvre en insistant sur la censure et la propagande gouvernementale pendant la guerre, dénonçant les intellectuels qui ont glorifié le carnage, surtout « dans le haut enseignement »73. Avec la fin des hostilités, l’ancienne unanimité cède la place à la diversité des analyses sur la meilleure manière d’organiser la paix. Une grande majorité des universitaires continue, un temps, sur la voie tracée pendant la guerre. La paix de Versailles marque alors la victoire de la Civilisation sur la Barbarie. Dans sa séance solennelle de rentrée, l’Université de Paris, le 20 décembre 1919, célèbre « le triomphe de la justice »74. Il faut désormais cueillir les fruits de la victoire et préparer les conditions de la paix, ce à quoi ont travaillé de nombreux universitaires qui ont été conseillers techniques et traducteurs dans les négociations à Versailles. Le doyen de la faculté de Droit, Larnaude, fait ensuite un long discours : « la paix qui clôt ce gigantesque duel du Mal et du Bien, devait par la force des choses, être tout imprégnée de droit elle aussi. Ayant combattu en son nom, ayant mis la force à son service, les peuples libres ne pouvaient pas le répudier au lendemain de la victoire... C’est en effet par le droit et avec le droit que les grands traités qui ferment les portes du temple de Janus, ont réglé et établi le statut renouvelé des nations et du monde ». Dès 1918-1919 cependant, il semble bien que les universitaires se retrouvent divisés en deux camps. Les uns espèrent une paix généreuse qui n’accable pas les vaincus et ouvre les portes d’une rapide réconciliation européenne. Pour eux, il ne faut surtout pas créer les conditions d’une nouvelle revanche. Ces universitaires, pour un temps, adhèrent aux idées du président Wilson. Le droit des peuples à disposer d’eux mêmes, le refus de la diplomatie secrète, sont autant de thèmes qui permettent aux universitaires de renouer avec leur idée de paix d’avant la tourmente. Par la conciliation et la générosité, par l’application des grands principes du droit international, la paix peut s’installer durablement. L’idée de créer une Société des Nations séduit en particulier tous ceux qui avaient milité avant guerre pour la paix par le droit. Le président Wilson est ainsi reçu en Sorbonne, le 21 décembre 1918 et fait docteur Honoris Causa ; on remet alors à « Wilson le juste, ancien professeur de droit politique de l’université de Princeton », les insignes et le diplôme de docteur75. Pour d’autres cependant, la paix qui vient doit être française et affaiblir au maximum l’ennemi héréditaire. Plus que le désarmement, c’est le problème du Rhin et des réparations qui focalise l’attention. Divers « comités de la rive gauche du Rhin » se créent dans les grandes villes de province. Un comité bordelais est par exemple créé en février 1919 par un inspecteur d’académie76 qui est secondé par Maximilien Sorre, le géographe et par Philippe Sagnac. Ce dernier organise d’ailleurs une conférence sur la libération du Rhin et montre que la France de 1919 est l’héritière de la France de 1794. Sagnac a d’ailleurs publié en 1917, Le Rhin français pendant la Révolution et l’Empire (1789-1814) où il décrit minutieusement l’œuvre accomplie par la France révolutionnaire sur les bords du Rhin. L’ancien professeur lillois et futur titulaire de la chaire d’histoire de la Révolution Française en Sorbonne écrit : « ayant fait la guerre pour affranchir les peuples, non pour les asservir, elle leur apporte toutes les institutions libres... Longtemps après la chute du régime français, le pays rhénan gardait la culte du souvenir. Il n’était prussien que sur la carte. Seule la France avait son amitié, lui ayant apporté dans les plis du drapeau tricolore, le droit et la liberté »77. La fin du premier conflit mondial ne pourrait-elle pas signifier pour ces peuples, une nouvelle victoire de la liberté ? Jean Izoulet, professeur au Collège de France, multiplie, quant à lui, les articles sur le Rhin français montrant que dès l’Antiquité, c’est le Rhin qui sert de frontière entre la civilisation et le monde barbare78.

Les universitaires de 1919 à 1939 : des ambassadeurs de la paix voués à l’impuissance ?

  • 79 J. Giraudoux, guerre de Troie n'aura pas lieu, (première représentation le 22 novembre 1935).

19Une fois la guerre terminée, les universitaires sont dans une situation ambiguë. La participation à l’effort de guerre apparaît à certains comme une complicité au grand massacre. Ce sentiment a pour corollaire une profonde méfiance envers les pouvoirs constitués. S’ils ont été très peu nombreux à s’opposer à la guerre, ils sont par contre unanimes à crier plus jamais ça. L’idée de paix, déjà largement présente avant 1914, sort renforcée du conflit et devient une donnée intrinsèque de leur comportement. Cette incapacité à penser la guerre débouche, pour quelques uns, sur une forme de cécité qui les rend inaptes à saisir la nature des régimes dictatoriaux qui se développent. Toute analyse alarmiste de la situation internationale fait remonter à la surface le souvenir des horreurs et des erreurs de 1914-1918 et se retrouve immédiatement cataloguée comme une tentative belliqueuse qu’il faut éliminer. Les universitaires seraient-ils alors devenus entre 1919 et 1939, des chantres aveugles de la paix, ressemblant au personnage d’Hector que Giraudoux79 met en scène dans La guerre de Troie n’aura pas lieu.

Des ambassadeurs de la paix entre 1919 et 1939 ?

  • 80 Voir surtout A. Prost, Les anciens combattants et la société française de 1914 à 1939, Paris, FNSP (...)
  • 81 Lille Université, Mars-avril 1926, 146 p.
  • 82 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit.
  • 83 Idem, p. 236.
  • 84 Ibidem, p. 239.
  • 85 Voir J.-F. Condette, Une faculté dans l’Histoire : la faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1945,(...)
  • 86 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 316-343 (texte intégral de la chanson, p. (...)
  • 87 R. Aron, Le spectateur engagé, Paris, Julliard, 1981, p. 26.
  • 88 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 500.
  • 89 Idem, p. 534.

20De 1919 à 1935 pour le moins, l’idée de paix est une valeur fondamentale du monde universitaire et cette imprégnation pacifiste80 peut être observée à travers deux prismes : les actions quotidiennes des universitaires au sein de leurs facultés puis les activités plus militantes au sein des associations. Durant ces années 1919-1939, les étudiants et les enseignants ne cessent d’enterrer et de célébrer leurs morts. Le rappel des horreurs semble encore être le meilleur vaccin contre la folie humaine. Chaque faculté organise ainsi ses rituels annuels de deuil autour de l’espace sacré du monument aux morts. Rue d’Ulm, le monument est inauguré le 9 décembre 1923. A Lille, une grande cérémonie universitaire est organisée le 17 janvier 1921. Devant un public debout, les autorités universitaires font un appel détaillé des victimes. Il n’est pas de fêtes universitaires dans le Nord qui ne fassent, entre 1919 et 1939, le détour par Lorette ou Vimy. Lors du 14e congrès des étudiants de France, en avril 1925, Lille organise de grandes cérémonies mais n’oublie pas d’y intégrer un pèlerinage à Notre Dame de Lorette. « Durant cette minute, longue, angoissante comme l’agonie d’un blessé, les étudiants de France, têtes découvertes, maudirent la guerre »81. À l’École Normale Supérieure82, la génération de 1905 qui a échappé aux combats arrive à l’âge de l’éveil politique profondément marquée par la guerre et le pacifisme est désormais une donnée fondamentale de leur univers mental. Le quartier latin des années 1920 connaît une vie agitée. Les étudiants d’Action Française et des diverses ligues d’extrême droite s’opposent aux étudiants socialistes et communistes autour du thème de la paix. L’affaire Scelle en 1925 en témoigne. Partisan convaincu de la paix, favorable au rapprochement franco-allemand et au Cartel des Gauches, Georges Scelle a critiqué l’occupation de la Ruhr en termes très vifs. En février 1925, un arrêté lui confie un cours de droit public à la faculté de Paris, de tradition conservatrice. Cette nomination déclenche la tempête et les étudiants conservateurs dénoncent immédiatement ce « pistonné » qui doit le poste à ses appuis politiques et organisent le chahut de ses cours. Dans cette affaire qui devient nationale avec diverses grèves en province, l’ENS se place aux côtés du professeur Scelle. L’Œuvre du 2 avril 1925 annonce une pétition qui recueille 102 signatures83. En janvier 1926, l’Action Française reproche à P. Langevin d’avoir présidé la conférence pacifiste d’une institutrice allemande. En réalité, les camelots du Roi attaquent le membre de la ligue des Droits de l’Homme proche du parti communiste. Le 15 janvier 1926, son cours au Collège de France est interrompu par le jet de boules puantes et de fumigènes84. Les étudiants d’Action Française, les Jeunesses Patriotes et leur Phalange Universitaire à partir de 1926, le Faisceau Universitaire et les divers mouvements plus ou moins éphémères d’extrême droite occupent ainsi le terrain et s’opposent aux étudiants de la LAURS (Ligue d’Action Universitaire Républicaine et Socialiste créée en 1924), à la Fédération Nationale des Étudiants Socialistes ou aux Jeunesses Communistes. Les divers quartiers latins français résonnent de leurs querelles qui sont loin d’être toujours pacifiques même si chacun estime défendre sa conception de l’idée de paix85. A l’ENS, l’attachement à l’idée de paix et le soutien à la SDN semblent dominer largement. Soumis à l’obligation de faire une préparation militaire, condition de l’obtention de leur sursis, les normaliens critiquent vivement l’armée. Les mascarades et les canulars se multiplient et brocardent les officiers chargés d’instruire. En 1923, l’organisation du service militaire des normaliens est de nouveau modifiée. On instaure un brevet de préparation militaire supérieur (PMS). Les élèves cessent d’être sous-lieutenant d’office en sortant de l’École ; ils doivent obtenir le brevet qui sanctionne deux ans de formation militaire. Les incidents se multiplient. Le 9 mai 1924, la conférence d’un officier sur « Les violations allemandes du traité de Versailles » est chahutée par les étudiants acquis à la cause de l’apaisement ; vingt normaliens sortent en chantant l’Internationale. Lors de la revue annuelle de 1927, les élèves organisent un spectacle qui se moque des instructeurs et critique la loi Paul-Boncour votée le 7 mars86. « Entre 1924 et 1928, il y a l’ENS... Le sentiment le plus fort chez nous était probablement celui de la révolte contre la guerre et de ce fait le pacifisme. J’étais pacifiste passionnément »87. Sartre et Aron se font un honneur d’échouer à la PMS. Beaucoup de normaliens fréquentent par intermittence les cours militaires ; en 1927-1928, plus d’un tiers des élèves sont recalés. Le 26 novembre 1928, une pétition est publiée dans le Populaire : 83 normaliens s’opposent à la PMS, refusant l’idée d’être un jour officier et de commander des hommes. Il n’est point besoin d’approuver pour bien obéir et le simple soldat peut penser ce qu’il veut Mais le commandement est une fonction qui fait de celui qui l’exerce le gardien et l’exécuteur d’un régime88. Dans ces années 1930-1935, l’École apparaît bien comme une serre pacifiste pour la génération de 190589.

  • 90 Revue Internationale de l’Enseignement, 1921, p. 66-69.
  • 91 Annales de l’université de Paris, t. 1931, p. 50-63 et 140-173.
  • 92 Revue Internationale de l’Enseignement, 1930, p. 133-149.
  • 93 Revue Internationale de l’Enseignement, 1936, p. 174-176.

21Dans les facultés, l’idée de paix, sans être aussi manifeste, demeure une constante. Nombre d’universitaires sont convaincus qu’il faut œuvrer au rapprochement des peuples. Divers instituts voient le jour qui ont pour fonction de mieux faire connaître les pays étrangers. L’Institut Français de Prague cherche à « favoriser les rapports entre les deux peuples »90. En 1928, l’Institut d’Études Germaniques est créé à la Sorbonne91 qui ressemble beaucoup à celui de Strasbourg. « À Paris comme en Alsace, on a compris le danger permanent qu’il pourrait y avoir, pour ces deux grands peuples voisins, à s’ignorer l’un l’autre ou à se connaître inexactement... De bonnes informations culturelles étaient une des conditions préalables à tout rapport politique »92. Le but de l’institut, dirigé à Paris par H. Lichtenberger est d’établir la concorde entre les peuples. Un centre d’études de politique étrangère est fondé à Paris en février 1935 ; le conseil d’administration comprend entre autres, C. Bouglé, A. Demangeon, P. de Marguerie, A. Siegfried ; son secrétaire n’est autre que P. Renouvin. « L’action du centre des études de politique étrangère sur l’opinion publique peut être efficace et bienfaisante. Trop de français, même parmi les élites intellectuelles et sociales, ignorent tout ou presque des problèmes de politique extérieure. Ils se laissent tromper par des propagandes »93.

  • 94 Revue Internationale de l’Enseignement, 1938, p. 15-24.
  • 95 Annales de l’Université de Paris, 1928 (En 1927-1928, la faculté des Sciences de Paris reçoit 1027 (...)
  • 96 C. Charle, La République des universitaires : 1870-1940, p. 350-351.
  • 97 Annales de l’Université de Lille, 1927-1928.

22C’est dans cette optique là qu’il faut également intégrer les efforts faits par les universités afin de développer les échanges avec l’étranger. Au 31 juillet 1936, les universités françaises accueillent ainsi 8409 étudiants étrangers94 dont 4714 pour l’Université de Paris. Ces échanges suivent en fait les grands choix de la politique étrangère du Quai d’Orsay avec une prédilection pour les pays d’Europe Centrale et les alliés traditionnels de la France95. Il y a ainsi, en 1936, 1612 étudiants polonais dans l’Université française, 1133 roumains, 462 britanniques pour 415 allemands. Christophe Charle confirme cette ouverture des universités sur l’étranger même si elle reste tardive et limitée. De 1926 à 1939, 279 invités viennent donner des cours ou des conférences à la faculté des Lettres ou des Sciences de Paris soit en moyenne une vingtaine par an (147 en sciences et 132 en lettres). La vieille Europe domine très largement, URSS comprise avec 228 conférences. Les petits pays d’Europe Centrale et Orientale, en situation de clientèle culturelle ou diplomatique envoient de nombreux invités96. L’Allemagne représente 18 invitations contre 45 aux pays nordiques (Danemark, Suède, Norvège, Finlande). A cette politique d’invitation s’ajoute une politique d’échanges entre universitaires pour des durées plus longues. À Lille, les échanges entre enseignants sont aussi développés après 1919 surtout avec les pays proches que sont la Belgique et la Grande Bretagne. La faculté des Lettres tisse aussi des liens solides avec la Pologne, la Tchécoslovaquie et la Roumanie À Lille également, l’Institut d’expansion universitaire et de patronage des étudiants étrangers, créé avant 1914, renforce son travail. Une activité parallèle à la vie universitaire traditionnelle est organisée pendant les vacances d’été. Des cours sont ainsi organisés à Boulogne-sur-Mer et à Calais afin de permettre aux étrangers de passer le diplôme d’études françaises. Dès l’été 1920, les cours reprennent et 254 personnes sont présentes. Les effectifs vont ensuite en augmentant avant que la crise économique et les tensions internationales ne viennent compromettre le développement. Ils sont ainsi 816 inscrits en 1930 mais 303 au cours de l’été 1938. En 1928, l’Institut d’expansion universitaire innove même et crée un système de cours mixtes. Une cinquantaine élèves français vont suivre des cours en Allemagne pendant les vacances tandis que de jeunes allemands viennent en France. Le but de ces foyers franco-allemands qui apparaissent dans de nombreuses académies est d’œuvrer au « rapprochement des jeunesses françaises et allemandes, condition nécessaire d’un rapprochement durable des peuples »97. Le directeur de l’institut, Charles Guerlin de Guer, fait un séjour à Berlin en avril 1928 pour organiser l’échange puis est chargé d’une mission de propagande universitaire en Europe Centrale. Dans le rapport qu’il rédige à son retour, il note qu’« en matière de politique extérieure... on en saurait dissimuler que tout n’est pas pour le mieux dans la meilleure des Europe possible, que la voie de la conciliation, de l’entente et de la paix morale absolue est encore embarrassée d’obstacles sérieux ». Cette œuvre des foyers continue d’ailleurs jusqu’en 1938.

  • 98 J.-M. Valentin, J. Bariéty et A. Guth, La France et l'Allemagne entre les deux guerres mondiales, (...)
  • 99 Annales de l'Université de Paris, 1931, p. 163 et suivantes.

23Tout se passe comme si les universitaires s’étaient transformés en ambassadeurs de la paix au sein de leur établissement, travaillant au rapprochement des peuples98. Ils tentent également d’informer leurs étudiants en organisant des conférences qui traitent des pays étrangers. En 1930, Edmond Vermeil, professeur à l’Université de Strasbourg, fait une conférence à l’Institut d’Études Germaniques de Paris et analyse la situation Outre-Rhin99. Il montre les progrès de « la doctrine et des méthodes démagogiques d’Hitler, Goebbels et autres énergumènes » et appelle à la vigilance contre le terrible danger de « ces forces obscures et instinctives », contre la « grotesque eschatologie fondée sur la pureté de la race germanique et la supériorité de l’aryen blond ». Il est donc urgent d’aider l’Allemagne à retrouver son équilibre interne et de travailler à l’intégration de deux grands peuples dans une communauté européenne.

  • 100 Voir J.-F. Sirinelli, Intellectuels et passions françaises : manifestes et pétitions au XXe siècle (...)
  • 101 N. Racine, « La revue Europe et le pacifisme dans les années vingt », dans M. Vaisse dir., Le paci (...)
  • 102 J.-F. Sirinelli, Intellectuels et passions françaises, op. cit., p. 64-66.

24En dehors de l’Université, certains s’engagent plus avant au sein d’associations militantes ou acceptent de donner leur caution à un certain nombre de pétitions100. Dans la revue Europe du 15 février 1924, un appel est lancé101 « pour les affamés d’Allemagne ». S’opposant à la politique intransigeante du gouvernement, certains intellectuels demandent une politique basée sur la réconciliation. La pétition est signée, entre autres, par P. Langevin, V. Basch, L. Lévy-Bruhl, F. Buisson et P. Rivet. En 1925, c’est encore l’idée de paix qui fait se mobiliser les intellectuels et certains universitaires. Dans L’Humanité du 2 juillet 1925, H. Barbusse publie un texte, « les travailleurs intellectuels au côté du prolétariat contre la guerre au Maroc ». Condamnant l’intervention française, au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, en appelant à l’arbitrage de la SDN, il termine en déclarant que « c’est la guerre qu’il faut déshonorer ». Signé par les membres du groupe Clarté, par le groupe surréaliste, ce texte l’est aussi par J. Rivet, A. Prenant et H. Janson. Une pétition opposée est immédiatement rédigée qui paraît dans Le Figaro du 7 juillet 1925 et qui est intitulée « les intellectuels aux côtés de la patrie »102. Les signataires justifient la guerre au Maroc et la présence française en Afrique au nom de l’œuvre civilisatrice qui a fait cesser les guerres continuelles entre tribus. Les soussignés tiennent donc à adresser leur reconnaissance aux troupes qui combattent « pour le Droit, la Civilisation et la paix ». Le texte est signé par 175 personnes le premier jour puis les soutiens se multiplient. P. Appell, professeur de mécanique rationnelle et recteur de l’académie de Paris, H. Andoyer et quatre autres professeurs de la faculté des Sciences de Paris signent par exemple ce manifeste. En 1927, de nombreux universitaires s’opposent encore à la loi Paul-Boncour qui définit un plan complet « d’organisation générale de la nation en temps de guerre ». Ils s’offusquent surtout de l’article IV qui traite de la mobilisation intellectuelle et de la défense du moral de la nation. Ils y voient le possible retour de la censure et de la propagande. Dans la revue Europe, une pétition contre la mobilisation des consciences réunit plus de 160 signatures dont celles de F. Challaye, P. Langevin et celles de 54 élèves de l’ENS (dont Sartre et Aron). Ces quelques exemples montrent l’importance de la référence à l’idée de paix dans le monde intellectuel des années vingt. Les universitaires n’échappent pas à cette prégnance et acceptent, pour les plus politisés d’entre eux, de signer manifestes et pétitions.

Des idées de paix divergeantes entre 1919 et 1939

  • 103 Idem, p. 73.

25Si Le bain pacifiste103 est donc important chez les universitaires, il s’en faut de beaucoup qu’il soit uniforme.

  • 104 Voir les rapports des préfets et les multiples coupures de presse dans Arch. nat. ; F/7/13416 à 13 (...)
  • 105 Arch. dép. Nord ; 2 T 748 ; Association Française pour la SDN.
  • 106 Voir A.-R. Michel, La JEC face au nanisme et à Vichy, Lille, PUL, 1988.

26Le mouvement la « Paix par le Droit », né avant 1914 continue son action. La guerre apparaît comme la victoire du Droit sur la Barbarie et les idées de Wilson incarnent un temps tous les espoirs. Un grand nombre d’universitaires semble alors devenir d’ardents défenseurs de la SDN, suivant L. Bourgeois et F. Buisson qui créent à l’automne 1918, une Association française pour la Société des Nations. T. Ruyssen assure jusqu’en 1939, le secrétariat général des organisations qui soutiennent la SDN. Pour ces universitaires qui croient à l’arbitrage international, les accords de Locarno et le pacte Briand-Kellogg marquent l’apogée du mouvement. G. Scelle, C. Bouglé, F. Buisson, P. Appell, L. Lévy-Bruhl, L. Brunschvicg, J. Cavaillés ou R. Cassin sont les figures de proue de cette idée de paix. Dans les grandes villes, de multiples conférences sont organisées par l’Association française pour la SDN et nombre d’universitaires rejoignent les comités qui organisent le mouvement104. À Lille, le comité de patronage de la section d’arrondissement regroupe en 1934, entre autres, R. Salengro (maire de Lille), Mgr Liénart (évêque de Mlle), le recteur Châtelet et le recteur des facultés catholiques. Le président de la section est Alexandre de Saint-Léger, professeur d’histoire régionale à la faculté des Lettres. Dans le comité exécutif de la section, on trouve huit universitaires sur vingt-deux titulaires105. On semble même reconstituer une sorte d’union sacrée, au-delà des clivages politiques ou confessionnels, des membres des Facultés catholiques étant associés à l’entreprise. Les groupes d’étudiants chrétiens qui existent dans les facultés peuvent d’ailleurs souvent être associés à cette forme de pacifisme. La Jeunesse Étudiante Chrétienne qui se développe après 1929 est elle aussi très attachée à cette idée de paix. École spirituelle, elle est aussi une école civique même si elle refuse le combat politique. En 1939, la JEC regroupe environ 900 sections et l’on peut estimer à 20 000 les jeunes des collèges, des lycées, EPS et facultés qui sont touchés par la presse jéciste106. Très attentive à l’évolution de la situation en Allemagne, elle signe, en 1931, la déclaration des jeunes catholiques pour la paix qui soutient le SDN.

  • 107 Voir J. et M. Charlot, « Un rassemblement d’intellectuels : la Ligue des Droits de l’Homme » dans (...)
  • 108 Arch. dép. Nord ; M. 155/10 ; Rapport de police du 7 février 1900 : « Ce ne sont là, à quelques ex (...)
  • 109 Arch. dép. Nord ; M. 154/26 ; rapport de police du 15 novembre 1924.
  • 110 Arch. dép. Nord ; rapport du 24 novembre 1924.
  • 111 Arch. dép. Nord ; rapport du 25 janvier 1926.
  • 112 Arch. dép. Nord ; rapport du 27 septembre 1926.
  • 113 Arch. dép. Nord ; rapport du 2 février 1930

27L’idée de paix est également une donnée intrinsèque pour de nombreux mouvements que l’on peut situer sur la gauche de l’échiquier politique. Cette paix a ses fondements dans l’idée de justice, de liberté et dans l’application du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Elle est souvent la continuation de ce pacifisme patriotique si fort avant 1914 dans l’Université. Au combat pour la paix, ces divers mouvements associent très vite l’antifascisme sans se rendre compte qu’il y a dans cette association, à long terme, une possible contradiction. L’idée de paix est aussi le plus souvent le plus petit dénominateur commun qui fait s’unir des mouvements très opposés sur les autres thèmes. La Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen continue son combat entre 1919 et 1939 et se réfère constamment à cette idée de paix107. Dès avant 1914, la ligue s’était fait remarquer par l’importance, en son sein, des membres de l’Université108 ; cette réalité n’est pas remise en cause. Un rapport de police daté du 15 novembre 1924 annonce109 qu’à l’occasion du transfert des cendres de Jaurès au Panthéon, le comité lillois organise un meeting à la faculté des Lettres. H. Demont, président de l’association Contre la Guerre, E. Kahn, président du comité central de la Ligue des Droits de l’Homme, T. Ruyssen, président de l’association La Paix par le Droit sont présents. On y traite, devant 600 personnes, du caractère sacré de l’existence humaine en espérant la création rapide d’un code de droit international. La SDN doit être transformée en société générale des nations qui possède un organe exécutif fort. « Si l’organisation universelle n’a pas lieu d’ici quelques années, les puissances se réarmeront et, avec la science nouvelle, la guerre sera bien plus terrible que la dernière »110. Locarno marque, pour eux, « le premier pas vers la paix universelle »111. La Ligue des Droits de l’Homme multiplie ensuite les meetings qui dénoncent le fascisme, le nazisme et les ligues françaises qu’elle assimile souvent au mouvement fasciste. Le 26 septembre 1926, V. Basch vient à Lille112 traiter de la dictature carnavalesque de Mussolini ; il revient en 1930 pour parler du désarmement mais les jeunesses patriotes organisent le chahut113.

  • 114 Le Mouvement Social, Octobre-Décembre 1977, article de N. Racine-Furlaud, « Le CVIA », p. 87-114.
  • 115 Vigilance, no 2, 18 mai 1934, p. 4.

28Le Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes, né au lendemain des événements du 6 février 1934 compte aussi beaucoup sur le soutien des universitaires114. Fondé en mars 1934, le CVIA se déclare en dehors des partis politiques même s’il est très représentatif des mouvements de gauche. Le bureau mis en place le 18 mai 1934 compte de nombreux universitaires comme M. Prenant, H. Wallon, P. Langevin, A. Bayet, V. Basch115. Les objectifs du CVIA sont de défendre l’idée de paix par le désarmement et la révision des traités mais aussi de lutter contre le danger fasciste en France. Cette idée d’une paix humaniste et généreuse, basée sur la négociation et le désarmement est assez fortement présente chez les universitaires, en particulier chez ceux qui sont proches du parti radical ou de la SFIO.

  • 116 Arch. dép. Nord ; M. 154/229.
  • 117 Arch. dép. Nord ; M. 154/229 ; Ligue Internationale des Combattants de la paix.
  • 118 Arch. dép. Nord ; M. 154/196-B ; Rapport de police du 25 octobre 1931.
  • 119 Arch. dép. Nord ; M. 154/275 ; Comité d’Entente et d’Action contre le Fascisme et la Guerre.
  • 120 Collectif, La guerre et la paix dans les Lettres françaises : 1925-1939, Reims, PU, 1983 ; article (...)
  • 121 Voir : N. Racine et L. Bodin, Le PCF pendant l’entre deux guerres, Paris, FNSP, 1982, 310 p. et Y. (...)
  • 122 Le PCF sera très antimunichois (cf. L’Humanité du 1er octobre 1938 : L’accord de Munich est un Sed (...)

29L’idée d’une paix par la révolution est toujours présente dans le monde universitaire entre 1919 et 1939, même si elle demeure minoritaire. La lueur à l’Est attire certains universitaires qui se retrouvent soit à l’intérieur du Parti Communiste soit sur ses marges, le plus souvent comme compagnons de route. La première guerre mondiale a, ici aussi, son importance car elle est à l’origine, chez certains, d’un sentiment de révolte contre la guerre et d’un désir profond de changer la société, contrôlée par une bourgeoisie sclérosée. L’internationalisme et le choix du modèle soviétique deviennent alors les seuls moyens d’assurer la paix dans l’intérêt du prolétariat mondial. Pour ces révolutionnaires, les travailleurs, même intellectuels, n’ont pas de patrie et doivent refuser toute idée de mobilisation au nom des nations bourgeoises. Le Cri des jeunes, organe bimensuel des jeunesses socialistes SFIO n’a pas la modération de ses aînés lorsqu’il déclare116 le 4 avril 1933 : « nous ne reconnaissons pas le droit de sacrifier inutilement et stupidement l’avenir de la jeunesse... Au cas où on vous forcerait de diriger vos armes contre vos frères de misère, vous refuserez de commettre un tel crime ». Dans cette optique, Hitler et Mussolini ne sont que des agents du capitalisme, des alliés des marchands de canons et le révolutionnaire n’a pas à participer à une guerre entre capitalistes. Divers comités apparaissent qui reprennent ces idées mais les universitaires y sont assez peu nombreux. La Ligue Internationale des Combattants de la Paix est proche de cette philosophie. Rejetant toute idée de guerre, elle ne déclare « accepter que l’union sacrée internationale contre les magnats de la finance, de l’industrie et du commerce »117. Les révolutionnaires doivent combattre le pacifisme petit bourgeois qui est un instrument aux mains des impérialistes ; il faut démasquer la SDN, un des « principaux instruments du pacifisme impérialiste et montrer son rôle essentiellement antisoviétique » déclarent les jeunesses communistes118 en 1931. L’action du Comité d’Entente et d’Action contre le Fascisme et la Guerre travaille également dans ce sens. Face à la guerre impérialiste qui se prépare, face à « l’inique traité de Versailles »119, certains intellectuels passent à l’action. H. Barbusse, P. Langevin, H. Wallon, R. Rolland lancent l’idée d’un congrès mondial contre la guerre et pour la défense de l’URSS qui est organisée à Amsterdam du 27 au 29 août 1932. 2200 délégués s’y retrouvent et décident de créer un Comité mondial de lutte contre la guerre et de défense de l’URSS120. Un second congrès se tient à Paris, salle Pleyel, le 4 juin 1933 qui réunit 3000 délégués européens et débouche sur la création d’un Comité mondial de lutte contre la guerre et le fascisme où l’on retrouve Rivet, Alain, Bayet, Basch. À l’intérieur de ce camp, les luttes sont cependant très vives entre les diverses tendances et les retournements de la politique extérieure du parti communiste français ne font qu’accentuer les tensions121. Après avoir été longtemps fidèle à la tactique classe contre classe, refusant toute idée participation à une guerre entre démocraties bourgeoises, le PCF entre, en 1935, dans la stratégie des fronts populaires. Ce virage transforme le PCF en parti hostile à toute concession avec les dictatures, ce qui en fait, pour certains un chantre de la guerre122. Cette idée de paix par la fraternisation des prolétaires, si elle existe dans l’Université, par quelques enseignants ou divers groupes étudiants, n’en reste pas moins minoritaire.

  • 123 Cité dans Y. Lacaze, L'opinion française et la crise de Munich, Berne, Peter Lang, 1991, p. 172.

30Un néopacifisme de droite apparaît également qui reçoit un écho assez faible dans l’Université même s’il recrute des adeptes dans les mouvements étudiants proches des ligues ou chez quelques enseignants. En théorie, certes, l’Allemagne reste l’ennemie mais les objectifs de cette droite ont perdu de leur clarté. L’anticommunisme est désormais une donnée fondamentale et le ralliement du PCF à la politique de défense nationale leur apparaît suspect. Ce dernier ne cherche en fait, par sa politique de résistance aux dictatures qu’à déclencher un conflit européen d'où il espère voir apparaître une révolution. Le péril rouge est désormais devenu plus important que la peste brune. Au moment de Munich, le 27 septembre 1938, l’Action Française titre A bas la guerre et affirme refuser une guerre sur ordre des juifs, des étrangers et des communistes de Moscou. Face à une France divisée et affaiblie, face au péril du Front Populaire qui « a laissé les juifs et les rouges diriger la nation », l’Allemagne devient un remarquable rempart contre le bolchevisme. La guerre doit être repoussée et il faut commencer par faire le ménage chez soi en détruisant la démocratie libérale, source de division. Le nazisme et le fascisme apparaissent à certains comme des idéologies dynamiques qui célèbrent le culte de la jeunesse et pratiquent l'anticonformisme. La défaite de l’Allemagne ne manquerait pas de signifier la victoire du communisme mondial. Joseph Barthélémy, professeur à la faculté de droit de Paris, dans un article paru le 29 mars 1938 dans le journal Le Temps, témoigne lui aussi de ce néopacifisme123. L’universitaire pose la question suivante. Faut-il que des millions d’irrédentistes soient maintenus dans une organisation politique donnée, que deux millions de français périssent alors qu’autant d’entre eux sont déjà morts dont les os ne sont pas encore secs, pour la Serbie lors de la première guerre mondiale ? Dans un autre article du 12 avril, il témoigne, certes, de sa sympathie pour la Tchécoslovaquie mais insiste sur l’aspect artificiel du pays qui est un agrégat de nationalités. Faut-il dès lors sacrifier trois millions de Français au maintien de trois millions de germanophones dans la dépendance de Prague ? Il n’est aucune cause qui vaille que la France se suicide. Il complète son raisonnement en affirmant que les traités qui engagent la France ne sont plus valides. Le traité de Locarno a perdu toute validité du fait de sa violation en mars 1936 par l’Allemagne et du retrait de cette dernière de la SDN. Son accessoire traité franco-tchécoslovaque d’octobre 1925 est lui aussi caduc.

31Si l’idée de paix est particulièrement présente dans le monde universitaire entre 1919 et 1939, elle est cependant loin d’avoir le même sens dans les diverses familles politiques qui l’intègrent dans leur corpus idéologique.

Le recul de l’idée de paix : 1935-1939

  • 124 Relations Internationales, no 53, 1988 ; Le pacifisme de 1920 à nos jours ; article de M. Vaisse s (...)

32Face aux coups de force des dictatures, les universitaires vont se retrouver face à leurs propres contradictions. Si certains restent fidèles jusqu’au bout à leur refus de la guerre, d’autres finissent par mettre en doute les fondements de leur idée de paix, au prix de terribles déchirements. Faut-il, en effet, rester fidèle à ses convictions pacifistes au risque d’être dominé ? Faut-il au contraire se rallier à une vue plus réaliste qui admette l’idée d’une défense nationale ? Dans tous les mouvements, ces questions sont à l’origine de multiples tensions qui brouillent les itinéraires. Les universitaires, par leur capacité d’analyse et leur connaissance de l’étranger semblent, en fait, avoir surmonté leur pacifisme un peu plus tôt que le reste des Français124, même s’il existe de multiples exceptions. Alors que l’idée de paix semble culminer chez les français au moment des accords de Munich, elle connaît chez les universitaires un reflux sensible. Au sein du mouvement La paix par le droit, un débat intense oppose, dès 1931-1932, F. Challaye et T. Ruyssen. Le premier défend l’idée de « la paix sans aucune réserve », déclarant préférer l’occupation étrangère à la guerre qui est le mal absolu. T. Ruyssen répond par une idée de paix qui admet certaines réserves. La justice et le respect du droit valent la peine de participer à la défense de la nation. Les revers successifs de la SDN, l’échec de la conférence du désarmement sont autant de déceptions qui conduisent de nombreux universitaires à revoir leurs positions.

  • 125 R. Aron, Le spectateur engagé, Paris, Julliard, 1981, p. 67.
  • 126 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 536 et suivantes.
  • 127 Revue d'histoire de la philosophie et d'histoire générale de la civilisation, t. 1933.
  • 128 Revue d'histoire de la philosophie et d'histoire générale de la civilisation, t. 1936.

33Au printemps 1938, le mouvement La Paix par le Droit célèbre son cinquantième anniversaire et lors du congrès, le professeur Masson (Sorbonne) en appelle à la mobilisation, au nom de la défense du droit contre la barbarie. Une partie de l’assistance réagit alors vivement mais le tournant est pris. T. Ruyssen, au lendemain des accords de Munich, affirme que cette paix est une « paix hors du droit » mais son mouvement est désormais divisé en deux tendances rivales. Chez R. Aron, d’abord proche des milieux socialistes et très pacifiste dans les années vingt, le tournant est aussi assez précoce. C’est son séjour en Allemagne à partir de 1930 qui lui fait découvrir la réalité des violences nazies. Lecteur à l’Université de Cologne jusqu’en août 1933, il est souvent à Berlin. Au journaliste qui lui demande dans Le spectateur engagé à quelle date il a cessé d’être pacifiste, il répond : « pacifiste au sens d’Alain, refusant une fois pour toute l’éventualité de la guerre, c’est en 1932-1933 que j’ai cessé de l’être. Alain utilisait volontiers la formule de Bernard Russel : tous les maux que nous voulons éviter par la guerre sont moindres que la guerre elle même. À partir de 1932-1933, j’ai pensé que cette formule était fausse »125. J.-F. Sirinelli note, pour l’ENS un changement d’attitude à partir de 1935, qui correspond en fait à un changement de génération126. La génération de 1905 était fille de Locarno et son pacifisme était pour elle un impératif catégorique. La génération de 1915 est différente. Elle arrive à l’âge de la maturité politique au moment où Hitler prend le pouvoir, à l’époque de la guerre d’Espagne et de l’Anschluss. Les normaliens des promotions 1935 et suivantes se montrent beaucoup moins sensibles aux espoirs de sécurité collective. À Lille, on peut également remarquer un changement d’attitude dès 1935. Les universitaires décident en effet de sortir de leur réserve pour sensibiliser l’opinion publique aux menaces extérieures. Jusqu’à cette date, les thèmes retenus pour les conférences publiques étaient presque exclusivement littéraires ou scientifiques. En 1935 cependant, les universitaires décident d’étudier le monde germanique. Huit conférences sont ainsi organisées. Les communications traitent de la littérature, de l’art mais aussi de Nietzsche et Stephan George, précurseurs du Troisième Reich, ou de l’économie allemande contemporaine. Une conférence introductive est réalisée par le professeur Piquet sur le préjugé raciste127. Retraçant l’historique des idées racistes depuis Gobineau, il détruit les théories nazies de la domination de la race aryenne. En 1936, c’est l’Italie qui est ensuite étudiée lors de dix conférences où l’on analyse l’Humanisme, l’art italien, la musique mais aussi l’économie italienne contemporaine et la résurrection de l’Italie antique128. L’ensemble de ces conférences, même si les universitaires critiquent les aspects dictatoriaux du régime, garde une certaine retenue. Le jugement est beaucoup moins prononcé que pour l’Allemagne nazie et tout se passe comme si les universitaires, en ménageant l’Italie, espéraient encore la ramener dans le camp de la France. H. Henne, dans sa conférence sur la résurrection de l’Italie antique célèbre les dix ans qui viennent de s’écouler. En 1937 et 1938, le thème retenu est celui du monde slave. La première année est réservée à l’étude de la Russie et la seconde, aux pays d’Europe Centrale. Les diverses conférences sur la Russie, si elles célèbrent l’âme russe, sa littérature et sa musique montrent un rejet radical du modèle soviétique. Les différents conférenciers insistent sur l’aspect dictatorial du régime, sur la confiscation du pouvoir par l’élite communiste. Méfiants envers l’Allemagne, plus conciliants envers l’Italie, les universitaires lillois voient dans l’URSS, un repoussoir.

  • 129 Idem, t. 1938, p. 247.

34En 1938, alors qu’Hitler multiplie ses exigences territoriales, l’Université étudie l’Europe centrale autour de huit conférences. Maurice Braure fait en particulier un exposé sur le rôle historique de la Pologne, en insistant sur l’importance des liens qui unissent ce pays à la France et sur le danger permanent qu’a toujours représentée la poussée germanique vers l’Est. Commentant les revendications allemandes sur Dantzig, il soutient qu’il s’agit là de terres polonaises. V.-L. Tapié, titulaire de la chaire d’Histoire des Civilisations de l’Europe centrale depuis 1937, traite de « la résurrection tchécoslovaque », retraçant les trois cents ans d’effort du peuple tchécoslovaque pour retrouver l’indépendance après la répression de 1620. Il ne peut cependant s’empêcher d’évoquer « les heures sombres qui peuvent être réservées à l’État tchécoslovaque »129. Les universitaires lillois tentent donc, à partir de 1935 de sensibiliser l’opinion aux problèmes internationaux. Tout en restant très attachés à l’idée de paix, ils insistent désormais sur la nécessaire vigilance face aux dictatures.

35Le CVIA se divise très rapidement après 1935. L’unanimité de départ, fondée sur l’idée de paix, se brise sur l’attitude à adopter face aux agressions fascistes. Tout est subordonné à la priorité plus ou moins grande donnée à l’idée de paix sur le combat antifasciste. Le CVIA, partagé entre ses deux impératifs, explose.

  • 130 Le parcours individuel de Paul Langevin est ici très significatif. Professeur de physique générale (...)
  • 131 Racine, « Un rassemblement d’intellectuels : le CVIA », dans Le Mouvement Social, no 101, 1977, p.  (...)
  • 132 Voir M. Bilis, Socialistes et pacifistes : 1934-1939 ou l’impossible dilemme des socialistes franç (...)

36Les uns, comme A. Bayet, pensent que le refus de toute sanction contre les agresseurs, la répudiation sine die de toute idée de guerre encouragent les fascismes et qu’il faut donner un coup d’arrêt aux prétentions des dictatures130. D’autres refusent l’idée même d’une possible sanction et ces partisans de la paix à tout prix pensent qu’il faut négocier avec Hitler, en lui offrant une paix de pleine égalité. Le congrès du CVIA de juin 1936 et le refus de la gauche non communiste d’abandonner les conceptions pacifistes entraînent la scission. Langevin, Wallon, Prenant, Joliot, Perrin et Rivet abandonnent la présidence du CVIA. Les divisions face à la guerre d’Espagne puis face à Munich multiplient ensuite les tensions. À partir de 1937-1938, les pacifistes ultras jouent au sein du CVIA le rôle essentiel et déclarent toujours que la guerre n’est pas fatale. Après la crise de Munich, quelques sections désapprouvant la ligne du bureau, entrent en rébellion. La section de Strasbourg dénonce ainsi le pacifisme intégral et démissionne en bloc comme celle des Alpes Maritimes131. La Ligue des Droits de l’Homme connaît elle aussi ses tensions qui débouchent en 1937 sur la démission du comité central de sept membres dont G. Bergery et F. Challaye, mis en minorité et qui réclamaient une plus forte conviction pacifiste. Il n’y a pas cependant que les comités et les ligues qui s’étaient spécialisées dans la défense de l’idée de paix qui se divisent. En réalité, toutes les associations, toutes les formations politiques connaissent cette période de tension. Le parti socialiste SFIO lui aussi, se divise entre partisans de la fermeté et pacifistes regroupés autour de Paul Faure et Marceau Pivert132.

  • 133 J.-F. Sirinelli, Intellectuels et passions françaises, op. cit., p. 103-108.

37Les ralliements à la politique de fermeté se développent donc chez les universitaires à partir de 1935 et se multiplient en 1938. Devant l’occupation de la Tchécoslovaquie, en mars 1939, l’Union des Intellectuels pour la Justice, la Liberté et la Paix adresse une lettre au Président de la République qui est un violent réquisitoire contre la politique extérieure du gouvernement. Le texte est signé, entre autres, par P. Langevin, J. Perrin, F et I. Joliot-Curie, H. Hauser, J. Ancel, A. Bayet, H. Focillon, E. Vermeil. L’étude des pétitions après 1936 confirme l’analyse et montre des universitaires qui rallient peu à peu le camp de la fermeté. Dans la revue Commune de décembre 1936 paraît une « déclaration des intellectuels républicains au sujet des événements d’Espagne qui critique la politique française de non-intervention ». Les signataires réclament l’intervention au nom du droit et de la paix. La liste des signatures réunies est impressionnante et atteint, selon la revue, plus de 1400 personnes. Dans la première liste, les professeurs sont mis en tête avec 41 noms et 200 signatures d’agrégés du secondaire, puis viennent les noms de 94 écrivains et artistes. Parmi les universitaires, on peut citer les noms133 de V. Basch, A. Bayet, J. Bloch, L. Cazamian, J. Hadamard, F. Joliot-Curie, P. Langevin, F. Perrin, M. Prenant, E. Vermeil, H. Wallon. La pétition qui paraît dans L’Œuvre du 30 août 1939 et dans le journal Le Temps du lendemain, intitulé « L’appel à l’union des intellectuels français » témoigne de ce ralliement à l’idée d’une guerre de défense de la nation. Les signataires parmi lesquels on retrouve P. Langevin, V. Basch, F. et I. Joliot-Curie, A. Bayet font part de leur stupeur devant le pacte germano-soviétique et « invitent tous les républicains français à s’unir pour la défense résolue de la France et de la liberté du monde ». Pour quelques-uns cependant, l’attachement à l’idée de paix les entraîne, avec d’autres facteurs explicatifs, vers un pacifisme intégral qui leur fera accepter, un temps du moins, le joug allemand. F. Challaye, disciple d’Alain et professeur de philosophie, après avoir adhéré à l’Union Sacrée pendant la première guerre mondiale, évolue peu à peu vers ce pacifisme absolu. Auteur en 1931 d’un article remarqué « Pour la paix sans aucune réserve », il y définit trois comportements : le « bellicisme » qui pense que la guerre est bonne, le « bellipacifisme » qui combat pour la paix mais qui accepte qu’il y ait des guerres justes et le « pacifisme intégral » qui réfute à priori toute idée de guerre. Partisan de la troisième solution, il déclare préférer l’occupation étrangère à la guerre. En 1934, dans un autre texte intitulé « Pour la paix désarmé même en face d’Hitler », il confirme son analyse tout en condamnant le racisme allemand.

38En 1939, cependant, la grande majorité des universitaires, en 1939 a surmonté son pacifisme et s’est ralliée à l’idée d’une nécessaire fermeté. On peut en effet, à partir de 1935, observer chez eux, de multiples débats et un délicat examen de conscience qui les fait renoncer à une idée de paix trop systématique.

Notes

1 P. Ory et T.-F. Sirinelli, Histoire des intellectuels en France de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Paris, A. Colin, 1987, p. 27.

2 J.-F. Sirinelli, Intellectuels et passions françaises, Paris, Fayard, 1990, p. 21.

3 Voir J. Verger, dir., Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986,432 p.

4 C. Charle, La République des universitaires : 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1994, 506 p. ; voir aussi : B. Joly, « La France et la revanche (1871-1914) », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 46-2, avril-juin 1999, p. 325-347.

5 A. Prost, dir., Histoire de l’enseignement et de l'éducation en France, Paris, 1981, t. 4, p. 283.

6 Annuaire Statistique de la France, année 1939.

7 Les enseignants et étudiants des facultés catholiques dont le positionnement serait très intéressant à connaître sur le thème sont exclus de cette étude, nos recherches personnelles concernant plus directement les facultés d’État.

8 Sur l’idée de paix, voir surtout : M. Vaisse dir., Le pacifisme en Europe des années 1920 aux années 1950, Bruxelles, Bruylant, 1993, 455 p. ; Id., « Le pacifisme de 1920 à nos jours », dans Relations Internationales, n° 53, 1988 ; M. Vaisse, « Le passé insupportable : les pacifismes : 1984-1938-1914 », dans Vingtième Siècle, no 3, juillet 1984, p. 27-39.

9 P. Nora, « Lavisse, instituteur national », dans Les lieux de mémoire, t. 1 ; La République, p. 247-289.

10 L. Liard, Universités et facultés, Paris, A. Colin, 1890, chapitre XII.

11 Idem, Chapitre : pourquoi il faut des universités ? Raisons nationales, p. 151.

12 Ibidem, p. 97.

13 E. Lavisse, Études et étudiants, Paris, A. Colin, 1890 ; discours aux étudiants en Sorbonne, p. 183.

14 E. Lavisse, « La question des universités françaises », dans Revue Internationale de l’Enseignement, 15 décembre/1886, p. 17 et 21.

15 Agathon, Les jeunes gens d’aujourd’hui, Réédition, Douai, Imp. Nat., 1995, 293 p. (présentation par J.-J. Becker, p. 7).

16 Agathon, op. cit., p. 69.

17 Ibidem, p. 74.

18 J.-P. Rioux, Nationalisme et conservatisme : la Ligue de la Patrie Française, Paris, Beauchesne, 1977, p. 9. Sur les 9921 adhésions individuelles pour lesquelles les professions sont connues, l’auteur note la présence de 227 professeurs et maîtres de conférences (2,2 % des adhésions) et 1590 étudiants (16 %).

19 Pour plus de détails, voir J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle : Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux guerres, Paris, PUF Quadrige, 1994, p. 220 et suivantes (voir aussi Arch. nat. ; F 17 décembre 557 : incident du 23 décembre 1908).

20 Arch. dép. Nord ; M. 154/235 ; Action Française ; Rapport de police du 18 mars 1914 (À Lille, par exemple, une réunion de l’Action Française regroupe, le 17 mars 1914 environ 500 personnes dont un grand nombre d’étudiants. Le conférencier déclare qu’il est temps de réagir contre les adversaires du patriotisme.

21 J.-J. Becker, 1914 : comment les français sont entrés dans la guerre ? Paris, FNSP, 1977, 639 p.

22 Témoignage tiré de H. Tison, L’opinion publique et la loi de trois ans, Maîtrise, Paris, 1965, p. 116-124.

23 J. Guéhenno, journal d’un homme de quarante ans, Paris, Grasset, 1937, p. 124.

24 J. Guéhenno, La mort des autres, Paris, Grasset, 1968, p. 30.

25 Lille Université., 1905, p. 9-15.

26 Voir G. Pédroncini, Histoire militaire de la France, t 3 : 1871-1940, Paris, PUF, 1991, p. 71-97 et J.-J. Becker, « Les trois ans et le début de la première guerre mondiale », dans Guerres mondiales et conflits contemporains, janvier 1987, p. 7-26.

27 Voir J.-J. Becker, 1914 : comment les Français sont entrés dans la guerre ? (cite l’exemple du lycée Condorcet de Paris où une pétition réunit 500 signatures au bas d’un texte où les jeunes se déclarent prêts à sacrifier joyeusement pour la vie et la gloire de la patrie, trois années de leur jeunesse)

28 L’Humanité du 13 mars 1913 (voir dans J.-F. Sirinelli, Intellectuels et passions françaises, p. 29-30).

29 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle : Khâgneux et normaliens dans l'entre-deux guerres, p. 228-229.

30 Le Progrès du Nord du 14 mars 1913 (voir aussi Arch. nat. ; F/7/13335 ; rapport de police du 8 avril 1913, p. 11 : « il convient de noter qu’un assez grand nombre d’universitaires ont pris la parole aux cours des meetings contre la loi de trois ans »).

31 Arch. dép. Nord ; VM 146173 : PV de l’assemblée de la faculté des Lettres de Lille ; séance du 18 avril 1913.

32 Annales de l’université de Lille, année 1912-1913.

33 Lille Université, mars 1913, p. 53-56.

34 Lille Université, février 1913, p. 37-31.

35 H. Massis, Avant-postes : Chronique d’un redressement : 1910-1914, Paris, 1916, p. 98-104 ; article du 17 mai 1913.

36 Idem, p. 108-110.

37 R. Fabre, « Un exemple de pacifisme juridique : Théodore Ruyssen et le mouvement la Paix par le droit », dans Vingtième Siècle, Juil.-Sept. 1993, p. 38-54.

38 Université populaire de Lille ; 1900-1903 : Conférences.

39 J.-J. Becker, Les pouvoirs publics et l’antimilitarisme avant la guerre de 1914 : le carnet B, Paris, Klincksieck, 1973.

40 Arch. nat. ; F7/13348 ; Projet de sabotage de la mobilisation ; 34 p.

41 Bibl. mun. Lille ; Danchin II-103 ; Tract de 1898.

42 Arch. dép. Nord ; M. 155/12 ; rapport de police du 13 novembre/1898.

43 E. Lavisse, Études et étudiants ; p. 241.

44 Idem, Discours prononcé à l’association des étudiants de Paris ; 4 juin 1887.

45 J.-J. Becker et S. Berstein, Victoire et frustration, Paris, Le Seuil, 1990, p. 26.

46 P. Fridenson dir., « L’autre front : 1914-1918 », dans Cahier du Mouvement social, no 2, 1977, 235 p. ; Voir aussi C. Prochasson et A. Rasmussen, Au nom de la patrie : les intellectuels et la première guerre mondiale, 302 p.

47 Voir J.-F. Condette, Une faculté dans l’Histoire : la faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1945, Lille, PUSeptentrion, 1999, chapitre VIII sur la première guerre mondiale.

48 J.-J. Becker et S. Audoin-Rouzeau dir., Les sociétés européennes et la guerre de 1914-1918, Paris X-Nanterre, 1990, 495 p. (communication de J.-F. Sirinelli sur « les intellectuels français et la guerre », p. 136-138).

49 Revue Internationale de l’Enseignement., t. 1916, p. 136-138.

50 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 29.

51 Arch. dép. Nord ; 2 T 653 ; Livres d’or lillois (voir aussi Arch. nat. ; F 17 décembre 752 à 12761 : livres d’or de 1914-1918).

52 J.-F. Condette, La faculté des Lettres de Lille..., op. cit., t. 2, p. 522 et suivantes.

53 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 29.

54 C. Charle et E. Telkes, Les professeurs du Collège de France, Paris, INRP, 1988.

55 C. Charle et E. Telkes, Les professeurs de la faculté des Sciences de Paris, Paris, INRP, 1989.

56 C. Charle, Les professeurs de la faculté des Lettres de Paris, Paris, INRP, t. 2, 1986.

57 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 411-412.

58 Arch. dép. Nord ; 2 T 490 ; Dossier personnel d’A. Vacher.

59 Voir par exemple, R. Fabre, « Un groupe d'étudiants protestants en 1914-1918 : la Fédération Française des Associations Chrétiennes d’Étudiants », dans Le Mouvement Social, no 122, Janvier-Mars 1983, p. 75-101 ralliement à l’effort de guerre).

60 J. Guéhenno, Journal d'un homme de quarante ans, p. 184-185.

61 J.-J. Becker et S. Audoin-Rouzeau dir., Les sociétés européennes et la guerre de 1914-1918, p. 145-162.

62 Revue Internationale de l’Enseignement, t. 1914, p. 248-255.

63 Voir le texte intégral dans R. Cheval, Remain Rolland, l’Allemagne et la guerre, Paris, PUF, 1963, p. 320-322.

64 Les écrits abondent sur ce thème de la guerre juste (voir la Revue Internationale de l’Enseignement, la Revue Universitaire). Exemple d’Albert Sarrault : « l’Instruction publique avait une manière évidente et personnelle de seconder la lutte de nos armées. Le rôle de l’université, en effet, est de faire que le pays tout entier sache pourquoi il combat, pour quelle histoire et quel avenir... et, en « éclairant ainsi de sa science, le sentiment national, comme en l’affermissant de son exemple, de l’entretenir et de le fortifier dans... une volonté de victoire totale ». (Circulaire du Ministre de l’Instruction Publique et des Beaux Arts, septembre 1915 ; RIE, t. 1915, p. 321-324).

65 R. Rolland, Journal des années de guerre : 1914-1919, Paris, A. Michel, 1952, p. 714-715.

66 E. Durkheim et E. Lavisse, Lettres à tous les français, Paris, A. Colin, 1992, avant-propos, p. 16.

67 Idem, p. 21-32.

68 J.-J. Becker, Les français dans la grande guerre, chapitre V (agitation pacifiste chez les instituteurs syndiqués).

69 R. Rolland, Journal des années de guerre : 1914-1919, Paris, A. Michel, 1952, 1908 p. (J’étais seul en face d’un monde possédé de haine et de fureur guerrière ; p. 27) puis 1048.

70 R. Rolland, Au dessus de la mêlée-, 75e édition, 1914, 164 p, p. 32

71 R. Rolland, « Le meurtre des élites », dans Journal de Genève, 14 juin 1915.

72 Arch. nat. ; F 7/13416 ; SDN ; rapport du préfet de la Gironde au Ministre de l’Intérieur ; 5 mars 1917 (rôle de T. Ruyssen) ; Voir aussi : Arch. nat. ; F 7/13416 à 13420 (de nombreux rapports de police notent l’action d’universitaires en province qui multiplient les initiatives pour organiser la future paix).

73 G. Demartial, La mobilisation des consciences, Paris, Rieder, 1922, p. 156.

74 Revue Internationale de l’Enseignement, t. 1920, p. 5-36.

75 Revue Universitaire, t. 1919, p. 21-25.

76 Cité dans P. Miquel, La paix de Versailles et l’opinion publique française, Paris, Flammarion, 1972, 610 p.

77 P. Sagnac, Le Rhin français pendant la Révolution et l’Empire : 1789-1814, Paris, F. Alcan, 1917, 391 p.

78 P. Miquel, La paix de Versailles et l’opinion publique française, op. cit., p. 304-305 (poème de J. Izoulet).

79 J. Giraudoux, guerre de Troie n'aura pas lieu, (première représentation le 22 novembre 1935).

80 Voir surtout A. Prost, Les anciens combattants et la société française de 1914 à 1939, Paris, FNSP, 1977, 3 t.

81 Lille Université, Mars-avril 1926, 146 p.

82 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit.

83 Idem, p. 236.

84 Ibidem, p. 239.

85 Voir J.-F. Condette, Une faculté dans l’Histoire : la faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1945, Lille, Puseptentrion, 1999, 430 p. (chapitre IX).

86 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 316-343 (texte intégral de la chanson, p. 327-328).

87 R. Aron, Le spectateur engagé, Paris, Julliard, 1981, p. 26.

88 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 500.

89 Idem, p. 534.

90 Revue Internationale de l’Enseignement, 1921, p. 66-69.

91 Annales de l’université de Paris, t. 1931, p. 50-63 et 140-173.

92 Revue Internationale de l’Enseignement, 1930, p. 133-149.

93 Revue Internationale de l’Enseignement, 1936, p. 174-176.

94 Revue Internationale de l’Enseignement, 1938, p. 15-24.

95 Annales de l’Université de Paris, 1928 (En 1927-1928, la faculté des Sciences de Paris reçoit 1027 étudiants étrangers dont 204 polonais, 214 russes, 183 roumains, 40 hongrois. La faculté des Lettres de Paris reçoit 1747 étrangers dont 293 polonais et 130 britanniques...).

96 C. Charle, La République des universitaires : 1870-1940, p. 350-351.

97 Annales de l’Université de Lille, 1927-1928.

98 J.-M. Valentin, J. Bariéty et A. Guth, La France et l'Allemagne entre les deux guerres mondiales, (article de L. Richard : « aspects des relations intellectuelles et universitaires entre la France et l’Allemagne dans les années vingt », p. 111-124).

99 Annales de l'Université de Paris, 1931, p. 163 et suivantes.

100 Voir J.-F. Sirinelli, Intellectuels et passions françaises : manifestes et pétitions au XXe siècle, p. 41 et suivantes.

101 N. Racine, « La revue Europe et le pacifisme dans les années vingt », dans M. Vaisse dir., Le pacifisme en Europe, Bruxelles, Bruylant, 1993, p. 51-69.

102 J.-F. Sirinelli, Intellectuels et passions françaises, op. cit., p. 64-66.

103 Idem, p. 73.

104 Voir les rapports des préfets et les multiples coupures de presse dans Arch. nat. ; F/7/13416 à 13420 ; Le Journal des Débats du 10 août 1923 signale par exemple, la création d’un groupement universitaire pour la SDN et note : loin de limiter son action à Paris, le bureau... concentre en ce moment toute son activité autour de l’organisation de sections régionales qui se sont déjà constituées dans presque toutes les universités de province... D’importantes manifestations sont prévues à Lyon, Strasbourg, Rennes, Lille, Reims et Alger (Arch. nat. ; F 7/13417).

105 Arch. dép. Nord ; 2 T 748 ; Association Française pour la SDN.

106 Voir A.-R. Michel, La JEC face au nanisme et à Vichy, Lille, PUL, 1988.

107 Voir J. et M. Charlot, « Un rassemblement d’intellectuels : la Ligue des Droits de l’Homme » dans Revue Française de Sciences Politiques, décembre 1959, p. 995-1028.

108 Arch. dép. Nord ; M. 155/10 ; Rapport de police du 7 février 1900 : « Ce ne sont là, à quelques exceptions prêts, que des étrangers au pays et qui appartiennent à l’enseignement supérieur... ».

109 Arch. dép. Nord ; M. 154/26 ; rapport de police du 15 novembre 1924.

110 Arch. dép. Nord ; rapport du 24 novembre 1924.

111 Arch. dép. Nord ; rapport du 25 janvier 1926.

112 Arch. dép. Nord ; rapport du 27 septembre 1926.

113 Arch. dép. Nord ; rapport du 2 février 1930

114 Le Mouvement Social, Octobre-Décembre 1977, article de N. Racine-Furlaud, « Le CVIA », p. 87-114.

115 Vigilance, no 2, 18 mai 1934, p. 4.

116 Arch. dép. Nord ; M. 154/229.

117 Arch. dép. Nord ; M. 154/229 ; Ligue Internationale des Combattants de la paix.

118 Arch. dép. Nord ; M. 154/196-B ; Rapport de police du 25 octobre 1931.

119 Arch. dép. Nord ; M. 154/275 ; Comité d’Entente et d’Action contre le Fascisme et la Guerre.

120 Collectif, La guerre et la paix dans les Lettres françaises : 1925-1939, Reims, PU, 1983 ; article de J. Prézeau, « Le mouvement Amsterdam-Pleyel », p. 106-114.

121 Voir : N. Racine et L. Bodin, Le PCF pendant l’entre deux guerres, Paris, FNSP, 1982, 310 p. et Y. Santamaria, Le PCF dans la lutte pour la paix : 1932-1936, Thèse de doctorat, Paris X.

122 Le PCF sera très antimunichois (cf. L’Humanité du 1er octobre 1938 : L’accord de Munich est un Sedan diplomatique).

123 Cité dans Y. Lacaze, L'opinion française et la crise de Munich, Berne, Peter Lang, 1991, p. 172.

124 Relations Internationales, no 53, 1988 ; Le pacifisme de 1920 à nos jours ; article de M. Vaisse sur le pacifisme français des années trente, p. 37-52 (insiste sur un pacifisme surmonté dans les années 1936-1938).

125 R. Aron, Le spectateur engagé, Paris, Julliard, 1981, p. 67.

126 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 536 et suivantes.

127 Revue d'histoire de la philosophie et d'histoire générale de la civilisation, t. 1933.

128 Revue d'histoire de la philosophie et d'histoire générale de la civilisation, t. 1936.

129 Idem, t. 1938, p. 247.

130 Le parcours individuel de Paul Langevin est ici très significatif. Professeur de physique générale et expérimentale au Collège de France, dreyfusard, allié des socialistes contre la loi de trois ans, compagnon de route du parti communiste, membre dirigeant du comité Amsterdam-Pleyel, président du Comité Mondial contre la Guerre et le Fascisme, à l’origine de la création du CVIA en mars 1934, il s’oppose à la politique de non intervention dans la guerre d’Espagne et devient président du Comité International de Coordination et d’information pour l’Aide à l’Espagne Républicaine. Il désapprouve les accords de Munich et le pacte germano-soviétique puis devient un actif résistant durant la seconde guerre mondiale.

131 Racine, « Un rassemblement d’intellectuels : le CVIA », dans Le Mouvement Social, no 101, 1977, p. 90.

132 Voir M. Bilis, Socialistes et pacifistes : 1934-1939 ou l’impossible dilemme des socialistes français, Paris, Syros, 1979, 372 p. ; C. Prochasson, Les intellectuels, le socialisme et la guerre : 1900-1938, Paris, Le Seuil, 355 p.

133 J.-F. Sirinelli, Intellectuels et passions françaises, op. cit., p. 103-108.

Auteur

Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540