Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

I - La paix par la solidarité internationale

L’idée de paix dans la jeunesse catholique

Alain-René Michel

Texte intégral

1Dans l’entre-deux-guerres, la question internationale et celle par conséquent de la paix occupent tout autant les esprits des catholiques, et les divisent même, que la question sociale. Du catholique d’Action française, nationaliste, au pacifiste du mouvement de Bierville qu’anime Marc Sangnier, des catholiques « nationaux » de la très puissante Fédération nationale catholique, dirigée par le Général de Castelnau, aux démocrates chrétiens du Parti démocrate populaire, de L’Aube, de Sept ou encore de Politique, toute la gamme des nuances multiples qui divisent alors l’opinion française, ou presque, sont représentées. Les débats, auxquels ces divisions donnent lieu, sont rendus plus aigus du fait de l’engagement pontifical sur ce terrain, en particulier depuis le couronnement de Pie XI, en 1922. Si ces nuances se partagent fort inégalement l’opinion catholique, l’Association Catholique de la Jeunesse Française est loin de ne constituer qu’une chapelle.

  • 1 Pas seulement par l’intégration de la JOC, mais aussi par la création de la JEC qui permet à l’ass (...)
  • 2 Cf. Les Annales, 15 octobre 1932, « Au service de l’esprit de guerre », par J. Giraud, p. 149-158.

2Fondée en 1886 par Albert de Mun, l’ACJF est alors l’une des plus puissantes organisations de jeunesse de l’hexagone. Diversifiant sa composition en accueillant la Jeunesse Ouvrière Chrétienne en 1928, puis en créant dans les mois qui suivent la Jeunesse Agricole Chrétienne et la Jeunesse Étudiante Chrétienne, elle élargit son assise et se démocratise1. En 1933, elle réunirait quelques deux cent mille jeunes gens. Elle est en mesure, lors de ses congrès de rassembler des dizaines de milliers de jeunes comme en 1936 à Paris, lors de la célébration de son cinquantenaire. Organisation à but religieux, la reconquête chrétienne de la France, elle affirme très tôt un caractère social puis civique, se donnant en particulier comme but de préparer ses membres à assurer dans leur vie adulte des responsabilités politiques. Mais par le contenu de la formation qu’elle diffuse, par exemple le souci social, l’ouverture aux autres milieux, le refus des préjugés sociaux ou encore l’acceptation du système politique français, et par ses prises de position dans nombre de domaines de la vie publique, elle se positionne clairement dans la mouvance d’un catholicisme de centre-gauche, aux côtés de ses amis démocrates chrétiens dans les rangs desquels on trouve nombre de ses anciens dirigeants, que ce soit au PDP ou à Politique. Et si elle se défend de faire de la politique, en particulier par refus du « Politique d’abord ! » à partir de 1926, il lui arrive pourtant de s’aventurer aux marges du débat partisan, voire même plus avant comme dans le cas justement du débat sur la paix. Ainsi organise-t-elle en 1933, à Lyon, un congrès exclusivement consacré à la paix, quand un an plus tôt elle s’est fermement opposée au chef de la FNC sur la question de l’influence des « marchands de canons » dans la conduite de la guerre. Elle n’avait d’ailleurs pas hésité alors à s’appuyer sur un article du Crapouillot2.

3Sans doute objectera-t-on qu’une telle étude, compte tenu des sources disponibles – presse, circulaires, et documents officiels - est celle des positions d’un état-major parisien. Cette histoire n’est pas négligeable même s’il convient d’être modeste dans les conclusions qu’on en tire et de ne pas extrapoler à tous les membres actifs de l’organisation ; elle indique un milieu, un climat dans lequel des milliers de jeunes ont vécu, certes plus ou moins influencés par son discours et ses valeurs. Notons aussi que l’écart entre la direction nationale de l’ACJF et ses adhérents est peut-être moins grand qu’on ne tend à le croire trop souvent. En effet, en 1928, le comité général de l’association avait programmé pour l’année suivante un congrès sur la paix et les problèmes internationaux. Or, à la suite de l’enquête préparatoire qui révéla combien la base ne la suivait pas, la direction décida la suppression de ce congrès dont la préparation était pourtant bien engagée. C’est dire aussi l’acuité des débats autour de la paix au sein de la Jeunesse catholique.

4Si l’idée de la paix à l’ACJF présente l’intérêt de ne pas être celle d’une chapelle, elle a aussi l’avantage de la durée, puisqu’elle anime l’organisation des lendemains de la Grande Guerre à la veille du second conflit, non sans connaître quelques évolutions. Pour la Jeunesse catholique, la paix se décline en trois modes. Elle est d’abord d’ordre moral ; c’est à ses yeux la seule vraie paix, celle du cœur, celle que produit l’application par les hommes du commandement chrétien de charité. C’est la paix par la réconciliation et l’accueil de l’autre. Mais si elle fondamentale, cette paix a besoin d’institutions pour l’aider à se perpétuer. Pour l’ACJF, la paix en effet doit être institutionnalisée. Enfin, quelle que soit la conviction de l’association en faveur d’un ordre international pour établir la paix, la paix ne peut être à ses yeux une fin en soi, elle ne la conçoit que dans la justice ; sans justice pas de paix. La fin des années trente révèle tout particulièrement cet aspect de ce que nous appellerons avec prudence et par commodité de langage, le « pacifisme » de l’ACJF.

La paix des cœurs

  • 3 En 1926, Mgr Julien est le seul représentant de l’épiscopat à Bierville, cf. J.-C. Delbreil, Les c (...)
  • 4 Cf. Les Annales, 15 juin 1923, « Le devoir international et le devoir civique des catholiques », p (...)
  • 5 Revue fondée en 1913 par Gaetan Bernoville, avec le soutien de C. Péguy ; en 1919, de nouveaux col (...)
  • 6 Cf Les Annales, 15 novembre 1923 et 15 avril 1924, « Une enquête sur le nationalisme », I et II, p (...)

5Cette dimension morale, voire spirituelle pour l’ACJF, de la paix signifie d’abord l’acceptation de l’autre, le refus de tout ostracisme ou de tout sentiment de supériorité. Une telle conception est bien entendu à l’opposé de celle des nationalistes. Dès les premières années qui suivent la Grande Guerre, et bien avant la condamnation de 1926, l’association a tenu à se démarquer du nationalisme, et pas seulement d’ailleurs de celui de Maurras. Dès 1923, en pleine occupation de la Ruhr, sa revue, Les Annales de la Jeunesse Catholique, dans un article consacré au devoir international des catholiques, fait écho à la dénonciation du nationalisme par Mgr Julien, l’évêque d’Arras3. Elle en retient en particulier sa stigmatisation des excès nationalistes d’une opinion catholique qui s’est égarée après la victoire dans « des jugements assez éloignés de ceux qu’auraient dû nous dicter nos sentiments chrétiens »4. A la fin de cette même année et au début de 1924, Georges Bidault, toujours dans Les Annales, rend très largement compte de l’enquête que Les Lettres viennent de lancer et s’apprêtent à publier5. Le commentaire traduit bien tout le soutien que l’association apporte à cette démarche et toute sa réprobation du nationalisme6. Elle ne manque d’ailleurs pas dans ces différents articles d’affirmer l’incompatibilité entre le catholicisme et le nationalisme. En réalité l’ACJF ne fait que suivre les directives pontificales ; en effet, en décembre 1922, Pie XI, dans son encyclique Ubi arcano Dei, a stigmatisé le « nationalisme immodéré ». Bien entendu la condamnation de l’Action française en 1926, sans doute pour d’autres raisons qu’internationales, vient conforter l’association dans son engagement anti-nationaliste, même si ce n’est pas d’abord l’aspect qu’elle retient de la décision pontificale. Ce rejet du nationalisme, qu’il soit d’ailleurs maurrassien ou barrèsien, est une constante de l’attitude internationale de l’ACJF pendant tout l’entre-deux-guerres ; il alimente pour partie son antifascisme.

  • 7 Cf. La vie internationale, par J. Liouville, Librairie de la Jeunesse catholique, (probablement 19 (...)
  • 8 Cf. « Plans d’étude » proposés par l’Union Régionale de Lyon pour l’année 1926-1927, 72 p. : « Pla (...)
  • 9 Les Annales, 15 janvier 1928, « Plans d’études — Le patriotisme », p. 93.

6Quant aux motivations de ce refus, une synthèse publiée en 1931, justement après l’échec de la convocation d’un congrès sur ces questions, en indique clairement la nature religieuse : le nationalisme y est présenté comme « un amour exclusif... exaltant l’orgueil des peuples fondé sur une prétendue supériorité de race ou de culture »7. C’est déjà ce que soulignait Georges Bidault dans son article de 1924 quand il citait Daudet applaudissant à la famine du peuple allemand. Propos inacceptables pour un chrétien dont la foi affirme « l’unité de la famille humaine : les hommes sont tous membres d’une même famille par la communauté d’origine et de destinée »8, comme le rappelle l’Union Régionale de Lyon à ses militants en 1926. Sans oublier que, dans sa forme fasciste, le nationalisme est associé à la primauté de la force. Enfin, le nationalisme conduit à l’impérialisme, qu’il soit économique, comme celui des États-Unis, militaire comme celui de l’Allemagne impériale ou mystique comme celui de l’URSS9. Par tous ces différents aspects, parce qu’il est source de guerre, le nationalisme est donc contraire aux principes chrétiens de charité et de fraternité.

  • 10 Id., p. 14-15.
  • 11 A. Fleury, La Croix et l'Allemagne, 1930-1940, Paris, Le Cerf, 1986, p. 28-29. L’auteur y note le (...)

7À cet amour exclusif de la patrie, à ce « nationalisme immodéré » selon Pie XI, à ce qu’elle dénonce d’ailleurs en 1931 comme un « culte idolâtrique », l’association oppose un patriotisme chrétien, accueillant aux autres patries. À l’opposé des conceptions nationalistes, elle affirme en effet que « la diversité des nations est un bien », elle est même « une richesse... un élément de l’harmonie du monde à laquelle chaque génie national apporte sa note particulière ». Mieux, l’humanité est d’autant plus prospère que les peuples qui la composent « développent leur génie particulier »10. L’amour de la patrie est donc un devoir pour tout catholique, à la condition de reconnaître l’égale dignité de tous les peuples. Par ailleurs l’association rejette tout autant l’internationalisme qu’elle a condamné le nationalisme, car la patrie est à ses yeux une réalité incontournable de la condition humaine et l’internationalisme nie justement la réalité des patries. Sans doute une telle conception, pourtant fondée sur les enseignements pontificaux, n’est pas aussi évidente au sein du catholicisme français. Pour preuve, rappelons le cas de La Croix dont l’étude de Alain Fleury a bien montré qu’elle est demeurée germanophobe sinon nationaliste jusqu’en 192711.

8Cette fraternité internationale recommandée par l’ACJF n’en reste pas à l’état de vœu pieux ou de principe moral tout théorique. Très tôt l’association engage son action dans cette perspective. C’est d’abord le souci manifeste d’ouverture au monde que traduit la revue des Annales dans ses colonnes. Dès les premiers numéros de l’après-guerre, c’est-à-dire le début des années 1920, la rédaction multiplie les articles qui présentent la jeunesse catholique d’autres pays, y compris d’Allemagne, ou qui traitent de la vie internationale et de ses problèmes d’actualité ; les événements d’Europe occupent bien sûr la première place, mais il est aussi question des États-Unis, du Mexique, de l’URSS ou encore de l’Extrême Orient. Articles d’information auxquels il faut ajouter les conseils de lecture dans les bibliographies régulièrement offertes aux lecteurs. Ainsi les membres de l’association, au moins ses responsables, reçoivent-ils toute une éducation à l’ouverture au monde, à l’acceptation des autres peuples, quand règne plutôt en France une certaine suffisance qu’expliquent en grande partie les illusions que la victoire de 1918 a produites dans l’opinion française.

  • 12 Le Bulletin Catholique International est créé en juin 1925 par M. Vaussard dans le but de soutenir (...)

9Éducation à l’acceptation de l’autre d’autant plus aisée que l’ACJF participe à des organisations internationales et que par là certains de ses dirigeants sont conduits à une découverte concrète et sensible de l’autre par le dialogue international. Ces contacts ont d’ailleurs été noués pendant la Grande Guerre entre alliés ; l’expérience des prisonniers de guerre qui ont pris langue avec les populations de leur résidence, comme la Suisse, a aussi préparé ce dialogue. En 1921 l’association participe à la création du Secrétariat international des fédérations d’étudiants catholiques, organisme très vite connu sous l’appellation Pax Romana, puis à celle du Secrétariat international de la jeunesse catholique, au sein duquel Marcel Prélot va jouer un rôle très actif. En 1925, elle est encore de la création du Bulletin catholique international12. Notons enfin qu’à ses différents congrès elle invite des délégations étrangères. Cette dimension internationale, loin d’être banale alors, est à l’époque lourde de signification. Elle implique la reconnaissance d’une « société internationale », une société de membres égaux ; c’est là une conception nouvelle pour une opinion habituée alors à un monde dominé par quelques puissances, convaincues de leur supériorité. C’est surtout, quelques années après la déchirure européenne que fut la Grande Guerre, reconnaître tous les peuples comme des égaux, y compris l’adversaire d’hier et le vaincu d’aujourd’hui, l’Allemagne. Et celle-ci est bien présente dans chacun des organismes internationaux à la création desquels la Jeunesse catholique française a participé ; ses délégués siègent d’ailleurs à côté de ceux de la jeunesse catholique allemande.

  • 13 Cf. Les Annales, 15 avril 1924, « Nouvelle Allemagne ».
  • 14 Id., 15 avril 1927.
  • 15 Les Annales, 15 janvier 1929, « Le rapprochement franco-allemand », p. 34-35.
  • 16 Id., 15 novembre 1930, « La vie internationale : les élections allemandes », p. 333.
  • 17 Id., 15 octobre 1932, « Le Mois », p. 41.

10C’est là un aspect important de la conception internationale de l’association et qui atteste de sa volonté d’ouverture, de son acceptation de l’autre. Au printemps de 1924, Les Annales veulent se faire l’écho du nouveau visage de l’Allemagne dans un article intitulé « Nouvelle Allemagne »13, quand l’affaire de la Ruhr a enflammé bien des esprits, en particulier à droite. Mais trois ans plus tard, en 1927, la rédaction de l’organe de l’association s’engage bien plus loin ; il n’est plus question de seulement travailler à réduire la germanophobie de ses lecteurs et adhérents, mais bien de les engager à militer pour un partenariat avec l’ennemi d’hier en recommandant le rapprochement avec l’Allemagne14. En 1931, fidèle à ses propos, l’ACJF adhère au Comité d’entente des jeunesses françaises pour le rapprochement franco-allemand que vient de fonder Jean Luchaire, fort éloigné pourtant des milieux catholiques. Elle y siège aux côtés des Jeunesses laïques républicaines, des Étudiants jeunes républicains, ou encore de la Jeunesse démocrate populaire. Ce rapprochement implique à ses yeux un traitement égalitaire de l’Allemagne. À plusieurs reprises elle est ainsi conduite à s’exprimer sur le traité de Versailles. En janvier 1929, la rédaction des Annales ne croit pas possible d’appliquer entièrement ce traité ; à cette occasion elle tient cependant à se démarquer des positions de la Jeune République dont elle critique « le sentimentalisme généreux mais souvent irréfléchi » ; elle lui préfère au contraire le « réalisme » de Wladimir d’Ormesson15. Deux ans plus tard, à la fin de 1930, alors que les nazis progressent aux élections, elle prône la « stricte observation des engagements librement conclus » ; c’est clair, elle cite la SDN, Locarno ou le Pacte de Paris, mais n’évoque pas le traité de Versailles16. Enfin, encore en 1932, à l’occasion de la rupture des conversations franco-allemandes, alors qu’elle dénonce l’intransigeance du catholique von Papen et soutient la fermeté de Herriot, elle rappelle cependant que Versailles a fait de l’Allemagne « une nation de second ordre, ce qui, pour un grand pays, est tout de même humiliant »17. Ce rapprochement, elle veut y croire jusqu’à la veille de l’accès de Hitler au pouvoir, d’autant plus qu’elle juge les catholiques allemands seuls capables de barrer la route aux nazis. Ce soutien finalement à la politique d’Aristide Briand, le père de la loi de Séparation, illustre bien la conception morale que l’ACJF se fait de la paix ; celle-ci s’appuie sur la réconciliation des hommes selon le principe chrétien de charité. C’est un argumentaire sans cesse repris par les documents de l’association pour justifier son attitude internationale et combattre le nationalisme qui habite encore nombre de ses membres. Bien entendu, la politique internationale de Pie XI y est pour quelque chose ; elle a déterminé cette nouvelle orientation d’une association dont le nationalisme à la veille de 1914 n’avait rien à envier à celui de nombres de groupes de jeunesse de l’époque. Cette paix pour laquelle elle milite, par la réconciliation des peuples et la pacification des esprits, doit, comme le revendique le pape lui-même, être confortée par des institutions.

Une paix institutionnalisée

  • 18 Cf. « La paix du Christ dans le règne du Christ », 10 plans d’études sur la morale catholique et l (...)
  • 19 Cf. « Plans d’étude » par l’UR de Lyon, doc. cit., p. 69.

11Très tôt, l’association considère que la paix s’organise. Dans les plans de travail que sa direction nationale propose en 1924 à ses cercles d’études, elle la définit ainsi : « La paix est la tranquillité de l’ordre », et tout ordre, précise-t-elle, se construit. Il lui arrive souvent, et en particulier dans ce document de 1924, de rappeler l’action de l’Église au Moyen Âge en faveur de la paix : « L’influence du catholicisme détermina, dans cette Europe, une certaine communauté de législation générale, armée de sanctions appropriées, tendant au maintien de la paix entre les peuples ». Et d’exposer les différentes institutions mises en place à cette fin par l’Église comme la Paix de Dieu, les Trêves de Dieu, ou encore la chevalerie18. Toute une analyse présente d’ailleurs la « modernité » comme responsable de la guerre, par la destruction qu’elle aurait opérée de l’ordre chrétien qu’incarnait la chrétienté, et le nationalisme comme l’un des produits de ce monde moderne qu’inaugure la Renaissance. Il y est même question du principe des nationalités qui, endormi au Moyen Âge par l’action de l’Église, mais réveillé par « les doctrines du XVIIIe siècle et de la Révolution » serait un « principe dangereux ». Même s’il est acceptable, ce principe serait une source d’anarchie internationale et même de guerre, puisqu’en reconnaissant aux peuples, le droit de disposer d’eux-mêmes, « il tend à désorganiser les États déjà constitués et à remanier sans cesse la carte du monde »19.

  • 20 Cf. J. Liouville, op. cit., p. 15.
  • 21 Les Annales, 15 janvier 1933, « Le congrès national de l’ACJF à Lyon », p. 282-307.
  • 22 Cf. J. Liouville, op. cit., p. 16
  • 23 Les Annales, 15 mai 1933, « Les vœux du congrès », p. 306-307.

12Riche de cette expérience historique, l’association veut contribuer à l’organisation de la société internationale en une communauté, au bien commun de laquelle travailleront les nations. Cette conception, elle la tire de la tradition catholique, en particulier thomiste, mais aussi d’auteurs contemporains comme Gabriel Marcel. Celui-ci s’est exprimé à la Semaine sociale de 1928, justement consacrée à la question internationale, et l’ACJF ne manque pas de citer ses propos dans sa synthèse de 1931 : « Pour que règne l’ordre international, il faut donc que les peuples tendent délibérément à se compléter, à s’entraider, à s’unir sans s’unifier »20. La crise économique dont les effets se font sentir en Europe à partir du début des années 1930, conforte l’association dans ces convictions. Ainsi insiste-t-elle, au congrès de la paix de Lyon, sur « l’interdépendance des états » que cette crise révèle, et démontre-t-elle en conséquence la nécessité d’une « entente économique internationale, d’institutions capables d’orienter les économies nationales vers le bien commun supérieur de l’économie internationale »21. Déjà en 1931, elle ne concevait plus qu’une organisation économique puisse « se cantonner à l’intérieur des frontières nationales ». Pour toutes ces raisons, les peuples doivent collaborer : « La solidarité des nations est un fait incontesté, la collaboration des États est une obligation stricte »22. Cette collaboration internationale, l’ACJF la conçoit comme une transposition à l’échelon international de son principe de collaboration sociale. Dans les deux cas, il s’agit d’éviter la guerre, la lutte des classes dans les États, la guerre dans le monde. En 1933, à Lyon, elle se représente cette collaboration internationale comme « l’expression de la loi de charité universelle que le Christ a apportée aux hommes »23. Or depuis la fin de la Grande guerre, il est une institution de collaboration des peuples, de dialogue entre les nations en vue de régler toutes les tensions internationales par le droit et la négociation et d’éviter le retour de la guerre : la Société des Nations.

  • 24 Id, 15 juin 1923, « Le devoir international... », art. cit.
  • 25 J. Liouville, op. cit., p. 25-33.
  • 26 Les Annales, 15 octobre 1932, éditorial pour le premier titre, p. 137 ; 15 novembre 1932, pour le (...)
  • 27 Cf. Les Annales, 15 octobre 1936.

13Très tôt, l’ACJF a manifesté son soutien à cette institution, rejoignant ainsi, voire même appuyant l’action d’Aristide Briand. Dès 1923, faisant écho aux propos mêmes de Mgr Julien, la rédaction des Annales qualifie la SDN d’organisation « proprement évangélique »24, et la synthèse de 1931 lui consacre un chapitre entier. Elle y est alors présentée dans le détail de ses différentes instances, de son fonctionnement. À ses lecteurs et adhérents, elle affirme : « Nous devons donner notre appui à la SDN », car elle répond, explique la direction de l’ACJF, aux vœux de Benoît XV et de Pie XI. Les catholiques lui doivent donc un soutien loyal car « elle est la réalisation d’une idée catholique » en même temps qu’elle est « un précieux instrument de collaboration internationale »25. Quand, un peu plus tard, la SDN connaît de sérieuses difficultés, en butte aux critiques, ainsi par exemple à l’automne 1932, l’association lui maintient un soutien sans faille. Alors que montent de partout les critiquent, Les Annales n’hésitent pas à titrer : « Faillite de la SDN ? » et à répondre, par un autre titre, « Genève au service de la civilisation »26. En 1936, tout indique que la politique de sécurité collective a échoué ; la SDN est gravement menacée. Que ce soit en Éthiopie, en Extrême Orient ou encore en Espagne, partout la guerre resurgit. Et pourtant l’association veut encore y croire et exprime, peut-être plus que jamais, sa vigoureuse conviction que la Société de Genève est la seule garante de la paix et qu’elle est indispensable. Il n’y a à ses yeux aucune autre alternative, comme elle le dit si clairement avec ce titre de l’automne 1936 : « la SDN ou la guerre »27. Mais elle ne se contente pas d’articles, voire d’incantations ; en dépit de son refus de tout engagement partisan, elle prend position et franchit le « Rubicon » de la politique. Elle s’engage dans un débat où s’affrontent durement les partisans d’un ordre international fondé sur le droit aux partisans de la souveraineté absolue et inaliénable des nations et de leur liberté d’action internationale, y compris par la force. Or cette ligne de fracture divise la famille catholique elle-même, et l’association n’hésite pas à s’engager dans la bataille. En janvier 1924, elle adhère à la Ligue des catholiques français pour la justice internationale, or celle-ci est membre de la Fédération française des associations pour la SDN. Surtout, en avril 1928, l’association adhère directement à une organisation dont le caractère politique et interconfessionnel est évident : l’Entente des jeunes pour la SDN. C’est dire la force de ses convictions briandistes et l’originalité de sa conception de la paix dans un monde catholique où l’emportent davantage les thèses de la FNC. Sans doute se défend-elle de faire de la politique ; l’historien doit pourtant constater que son engagement au sein d’organisations militant en faveur de la SDN est éminemment politique. Quand le général de Castelnau accuse l’ACJF de se fourvoyer en politique en défendant des thèses briandistes, il ne se trompe pas peut-être même sous-estime-t-il la force d’un engagement qui va bien au delà d’un soutien à Briand. L’association juge en effet insuffisante la politique de sécurité collective ; il lui paraît nécessaire d’aller plus loin.

  • 28 Cf. « Plans d’études » par l’UR de Lyon, op. cit., plan no 16.
  • 29 Les Annales, 15 juillet 1932, « Le problème de la paix et la souveraineté des États », par G. Le B (...)
  • 30 Id., 15 mai 1933, art. cit.
  • 31 Id., 15 juillet 1931, « Le rapprochement franco-allemand », p. 68-69.
  • 32 Id., 15 novembre 1930, p. 326-327.

14Elle est bien consciente des faiblesses et des insuffisances de la SDN. Dès 1926, et à différentes reprises par la suite, elle souligne l’inefficacité relative de cette organisation et affirme d’une manière générale la nécessité de la réformer en la renforçant. Elle évoque par exemple le problème posé par « la susceptibilité des états ombrageux et indépendants ». À long terme l’association conçoit d’aller bien au delà du seul renforcement des institutions existantes. Pour construire un ordre international gage de paix, il lui faut être plus audacieuse : la paix est au prix de la souveraineté des états. Cette proposition, elle la formule pour la première fois en 1926 : « La société internationale ne peut être une société des nations pleinement autonomes » ; c’est du moins le contenu de l’un des plans d’études que la direction régionale de Lyon propose à ses adhérents28. Six ans plus tard, dans le cadre de la préparation du congrès de la paix, l’association va plus loin sous la plume de Georges Le Brun Kéris : « L’État n’est pas un îlot, il fait partie d’un tout ; son seul droit est de participer au gouvernement de ce tout. Participer au gouvernement de la société internationale et non la régenter à sa guise selon qu’il en aura la force ». Poussant la logique à son terme, l’auteur conclut même à l’indispensable reconnaissance « d’un domaine supranational »29. Ces propos ne sont pas ceux d’un membre occasionnel de la rédaction de la revue de l’association ; G. Le Brun Kéris en est le responsable des questions internationales jusqu’à la veille de la guerre, son avis est donc autorisé. Par ailleurs si son rapport lors du très officiel congrès de Lyon, soutenu et encadré par la hiérarchie catholique, ne reprend pas exactement cette formulation pour le moins hardie, il n’en parle pas moins d’érosion nécessaire de la souveraineté des états30. Cette proposition, qui se nourrit en fait de la tradition catholique de réserve à l’égard de l’État, annonce le rôle moteur de ces jeunes catholiques devenus adultes dans la construction européenne sous le mode fédéral après 1945. D’ailleurs la proposition, au début des années trente, par Aristide Briand, d’une Union Fédérale Européenne reçoit le soutien de l’ACJF, qu’elle conçoit comme la garantie de la paix en Europe et dont le rapprochement franco-allemand doit être justement « le support indispensable »31. Elle n’hésite pas à présenter ce projet « comme une semence qui commence à prendre racine mais dont la tige ne peut poindre avant quelques années »32

La paix par la justice

  • 33 « La paix du Christ dans le règne du Christ », doc. cité. Plan 2 : La doctrine catholique touchant (...)
  • 34 J. Liouville, op. cit., p. 17-22.

15Si la fin des années trente illustre remarquablement cette composante de la conception de la paix à l’ACJF, elle n’en cohabite pas moins avec les deux précédentes depuis le début de la période. En effet, alors qu’elle milite pour rendre la guerre impossible voire inutile, elle ne cesse de concevoir la guerre, mieux le droit à la guerre, et d’énoncer toujours le principe de la « guerre juste ». Ainsi dans les dix plans d’études qu’elle propose en 1924 à tous ses adhérents, trois traitent de la guerre et de la doctrine catholique en la matière. La guerre juste y est précisément définie comme la guerre de défense, la guerre pour rétablir le droit « injustement violé », s’appuyant en particulier sur les principes énoncés par Thomas d’Aquin. Elle y étudie en détail la conduite chrétienne des hostilités et les droits du vainqueur toujours au regard de la tradition catholique33. Sept ans plus tard, la synthèse sur la question internationale proposée aux adhérents en lieu et place du congrès de 1929, marque pourtant une très nette évolution. Si le principe de la guerre juste est toujours présent, un chapitre sur six en traite, son application en apparaît de moins en moins réalisable. Bien plus qu’en 1924, en effet, l’association précise toutes les conditions nécessaires pour qu’un conflit soit reconnu comme une guerre juste : outre qu’il faut violation du droit, il importe que celle-ci soit grave, qu’aucun autre moyen de réparation que la guerre ne puisse être envisagé et enfin que l’intention soit droite. Or elle en conclut à l’impossibilité de réunir ces conditions : « Il faut reconnaître toutefois que cette théorie de la juste guerre ne présente plus aujourd’hui qu’un médiocre intérêt pratique, car les conditions que nous venons d’énoncer ne sont presque jamais réalisées ». Mais surtout, même si ces conditions sont réunies, la guerre juste n’est de toute façon plus possible, la guerre ayant changé de nature. Elle est devenue en effet une guerre totale dans laquelle les États « engagent... toute leur population valide, toutes leurs ressource ». S’appuyant sur l’exemple de la Grande Guerre, elle démontre combien personne ne peut désormais mesurer les conséquences d’une déclaration de guerre même juste, car indique-t-elle, « une guerre est comparable à un incendie dont nul ne peut se flatter de pouvoir circonscrire les ravages ». Enfin la solidarité entre les peuples est telle que toute guerre présente « dans une certaine mesure, les caractères odieux de la guerre civile ». Pour l’association, le déclenchement de la guerre par une autorité nationale, même de défense ne saurait se justifier, seule une autorité supérieure aux États et soucieuse de l’intérêt de tous peut prendre une telle décision et en a le droit : « Ces considérations amènent les esprits raisonnables à subordonner l’exercice du droit de guerre, initialement reconnu aux États, à la décision d’une autorité qui représente la communauté internationale et défende ses intérêts »34. Bref, en 1931, l’association ne conçoit plus l’exercice de la guerre juste que comme l’opération de police internationale assumée par une autorité transcendant les États. Elle n’est plus alors qu’un instrument pour rétablir l’ordre international, en un mot un instrument au service de la paix. Notons cependant qu’à la différence des pacifistes l’ACJF théorise l’utilisation de la guerre, même limitée, et que par là elle ne peut être qualifiée de pacifiste.

  • 35 Cf. Les Annales, 15 novembre 1936,
  • 36 Cf. J. Liouville, op. cit.

16La crise internationale de la seconde moitié des années trente confirme justement combien l’association n’est pas pacifiste et que la paix n’est pas pour elle une fin en soi. Quand, à l’automne 1936, la SDN est menacée, l’ACJF ne conçoit aucune autre alternative pour construire la paix que l’organisation d’une communauté internationale dans le cadre des institutions genevoises. Elle dénonce alors ceux qui mettent en péril ces institutions, c’est-à-dire les nazis et les fascistes désignés comme des « a-sociaux »35. La formule est intéressante, car elle renvoie au champ social et national ; l’humanité apparaît bien ici comme une société, organisée comme telle avec ses règles, son gendarme, mais aussi ses marginaux : dans le cas présent, les dictatures totalitaires de Rome et de Berlin. Il est donc hors de question pour l’association de concevoir une paix obtenue par la soumission à la loi des brigands. Une telle paix est inacceptable ; d’ailleurs, en 1931, le comité général définissait ce type de paix comme une oppression : « La paix peut être le triomphe de la violence qui foule aux pieds les droits les mieux établis ; elle est alors synonyme d’oppression ; sous l’ordre matériel qu’elle présente, se cache un désordre moral »36.

  • 37 Les Annales, 15 avril 1938, « Dies Irae, éditorial », p. 1.
  • 38 Id., 9 octobre 1938.
  • 39 Id., 9 octobre 1938, « Notre jeunesse dans la tourmente », p. 235-237.
  • 40 Id., 15 janvier 1939, « Deux mois de la vie du monde », par G. Le Brun Kéris.

17L’Anschluss et Munich offrent à l’association l’occasion de mettre à l’épreuve cette conception de la paix. Dès le printemps de 1938, elle comprend que la paix s’est envolée ; son éditorial de mars « Dies Irae » sonne le glas de ses espérances : « Nous nous sommes faits des cœurs pacifiques. En vain, semble-t-il. La guerre est là. Elle est partout... »37. Même conviction après la signature des accords de Munich quand beaucoup croient encore à une entente avec l’Allemagne hitlérienne. Aussitôt Munich, la rédaction des Annales affirme que « le spectre de la guerre ne peut s’éloigner, il ne disparaîtra pas »38. La revue explique alors la nature militaire et guerrière des régimes nazi et fasciste. La paix est impossible : « On peut satisfaire Hitler un moment, on ne le rassasie pas »39 indique-t-elle juste après Munich. Par la suite divers articles s’attachent à expliciter cette conviction ; Berlin s’est engagé dans une guerre de conquête que rien ne semble devoir arrêter. À moins que, dans un dernier sursaut, les États occidentaux ne se liguent pour lui barrer la route. Tel est du moins, en janvier 1939, l’espoir qu’exprime G. Le Brun Kéris, sous le titre « Résistance », alors qu’il présente l’ensemble des initiatives diplomatiques contre Hitler. S’il s’y félicite du rapprochement russo-polonais, c’est surtout des occidentaux qu’il attend un « front cohérent », dont l’accord commercial anglo-américain ou encore la conférence de Lima lui apparaissent comme les prémices40. À la différence de ses composantes comme la JEC, qui s’exprime alors avec beaucoup plus de prudence et de loyalisme à l’égard du gouvernement français, on mesure ici combien l’ACJF affiche très vite une position antimunichoise dès le début octobre. Si elle a voulu ardemment la paix, s’aventurant, par son engagement briandiste, hors du ghetto catholique, elle ne la conçoit depuis le début que dans la justice et le respect du droit. Il ne peut à ses yeux y avoir d’autre paix que celle-là. Pourtant l’association ne prône pas une quelconque guerre préventive, édition contemporaine de la guerre juste contre celui qu’elle dénonce comme l’Anté-Christ ; le barrage ou le front des démocraties qu’elle appelle de ses vœux et dont elle veut croire qu’il s’ébauche, elle ne le conçoit pour l’heure que diplomatique. Mais d’évidence, il ne lui en faudra plus beaucoup pour se rallier à une guerre juste vraie croisade contre le mal.

18Cette conception de la paix n’a certes rien de bien neuf. Elle s’appuie sur la tradition catholique la plus fidèle ; que ce soit la référence fréquente à la pensée de Saint Thomas d’Aquin ou au magistère des papes contemporains. Ainsi l’idée d’une communauté internationale organisée à laquelle les états sacrifient une part de leur souveraineté exprime bien la conception catholique d’un État qui s’il est légitime ne peut-être absolu et doit donc être limité en vue du Bien Commun.

19Mais exprimée avec une telle vigueur et dans le contexte politique de l’entre-deux-guerres, en particulier celui de la politique de Sécurité collective que soutiennent en France Aristide Briand et la gauche, une telle conception tire à gauche une association catholique qui fréquente des organisations et des personnalités fort éloignées de son milieu, et la met d’ailleurs en conflit ouvert avec des organisations sœurs auxquelles elle fournissait jusque là certains des cadres, comme la FNC. À travers l’idée que l’ACJF se fait de la paix, outre que son caractère démocrate-chrétien est évident, se dessinent déjà les évolutions politiques dont l’après-guerre sera le théâtre par un premier glissement au centre-gauche voire au de-là pour certains de ces militants catholiques.

20Enfin le rôle que ces jeunes catholiques, devenus adultes après la Libération, vont jouer dans la construction européenne apparaît clairement par l’affirmation, déjà, d’une conception fédérale et supra-nationale de l’Europe.

Notes

1 Pas seulement par l’intégration de la JOC, mais aussi par la création de la JEC qui permet à l’association de s’implanter dans l’Enseignement Primaire Supérieur et l’Enseignement Technique dont le recrutement est majoritairement populaire.

2 Cf. Les Annales, 15 octobre 1932, « Au service de l’esprit de guerre », par J. Giraud, p. 149-158.

3 En 1926, Mgr Julien est le seul représentant de l’épiscopat à Bierville, cf. J.-C. Delbreil, Les catholiques et les tentatives de rapprochement franco-allemand (1920-1933), Metz, SMEI, p. 84.

4 Cf. Les Annales, 15 juin 1923, « Le devoir international et le devoir civique des catholiques », p. 360-364.

5 Revue fondée en 1913 par Gaetan Bernoville, avec le soutien de C. Péguy ; en 1919, de nouveaux collaborateurs rejoignent ou renouvellent l’équipe initiale, avec Martin Chauffier, le R.P. Bessières ou encore G. Tessier par exemple ; la revue disparaît en 1933, après avoir fondé en 1921 La semaine des écrivains catholiques ; cf Catholicisme, col. 485-486. Cette enquête est dirigée par Maurice Vaussard et s’adresse aux intellectuels catholiques.

6 Cf Les Annales, 15 novembre 1923 et 15 avril 1924, « Une enquête sur le nationalisme », I et II, par G. Bidault.

7 Cf. La vie internationale, par J. Liouville, Librairie de la Jeunesse catholique, (probablement 1931), 47 p., p. 12. Ce document a été commandé par le comité général à l’un de ses membres comme résultat de ses réflexions sur cette question en lieu et place des rapports d’un congrès qui ne put avoir lieu en 1929.

8 Cf. « Plans d’étude » proposés par l’Union Régionale de Lyon pour l’année 1926-1927, 72 p. : « Plan no XVII - La Nation et le Nationalisme », p. 68.

9 Les Annales, 15 janvier 1928, « Plans d’études — Le patriotisme », p. 93.

10 Id., p. 14-15.

11 A. Fleury, La Croix et l'Allemagne, 1930-1940, Paris, Le Cerf, 1986, p. 28-29. L’auteur y note le faible écho qu’y trouve la condamnation de 1926 ; il faut attendre la nomination du P. Merklen pour que le quotidien catholique opère, en matière internationale, un véritable tournant.

12 Le Bulletin Catholique International est créé en juin 1925 par M. Vaussard dans le but de soutenir les positions pontificales ; cf. G. Cholvy et Y.M. Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 2, p. 298.

13 Cf. Les Annales, 15 avril 1924, « Nouvelle Allemagne ».

14 Id., 15 avril 1927.

15 Les Annales, 15 janvier 1929, « Le rapprochement franco-allemand », p. 34-35.

16 Id., 15 novembre 1930, « La vie internationale : les élections allemandes », p. 333.

17 Id., 15 octobre 1932, « Le Mois », p. 41.

18 Cf. « La paix du Christ dans le règne du Christ », 10 plans d’études sur la morale catholique et les questions internationales, Librairie de la Jeunesse catholique, Paris 1924, 29 p., p. 12-14 ; le titre est une référence explicite à Pie XI et à sa devise : « De pace Christi in regno Christi quaerenda ».

19 Cf. « Plans d’étude » par l’UR de Lyon, doc. cit., p. 69.

20 Cf. J. Liouville, op. cit., p. 15.

21 Les Annales, 15 janvier 1933, « Le congrès national de l’ACJF à Lyon », p. 282-307.

22 Cf. J. Liouville, op. cit., p. 16

23 Les Annales, 15 mai 1933, « Les vœux du congrès », p. 306-307.

24 Id, 15 juin 1923, « Le devoir international... », art. cit.

25 J. Liouville, op. cit., p. 25-33.

26 Les Annales, 15 octobre 1932, éditorial pour le premier titre, p. 137 ; 15 novembre 1932, pour le second titre, p. 189.

27 Cf. Les Annales, 15 octobre 1936.

28 Cf. « Plans d’études » par l’UR de Lyon, op. cit., plan no 16.

29 Les Annales, 15 juillet 1932, « Le problème de la paix et la souveraineté des États », par G. Le Brun Kéris, p. 3-12.

30 Id., 15 mai 1933, art. cit.

31 Id., 15 juillet 1931, « Le rapprochement franco-allemand », p. 68-69.

32 Id., 15 novembre 1930, p. 326-327.

33 « La paix du Christ dans le règne du Christ », doc. cité. Plan 2 : La doctrine catholique touchant la Paix et la Guerre, Plan 3 : La doctrine catholique et la conduite des hostilités, Plan 4 : La doctrine catholique et les droits du vainqueur dans une juste guerre.

34 J. Liouville, op. cit., p. 17-22.

35 Cf. Les Annales, 15 novembre 1936,

36 Cf. J. Liouville, op. cit.

37 Les Annales, 15 avril 1938, « Dies Irae, éditorial », p. 1.

38 Id., 9 octobre 1938.

39 Id., 9 octobre 1938, « Notre jeunesse dans la tourmente », p. 235-237.

40 Id., 15 janvier 1939, « Deux mois de la vie du monde », par G. Le Brun Kéris.

Auteur

Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540