Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

I - La paix par la solidarité internationale

Entre passé et avenir : les Décades de Pontigny ou la recherche d’une nouvelle concorde européenne

François Chaubet

Texte intégral

1Dans les années 1920 et 1930, l’interrogation sur l’identité européenne devint le thème obligé de réflexion de bon nombre d’écrivains et d’intellectuels, de Morand et son Europe Galante au Giraudoux de Siegfried et le Limousin, de Croce à Husserl. Avant eux cependant, Paul Valéry dans un article paru en juin 1919 dans la Nouvelle Revue Française (NRF) sur la « crise de l’esprit » avait inauguré la thématique sur le mode d’un constat angoissé devant la fragilité de la civilisation européenne confrontée, durant le premier conflit mondial, à la dégradation ouverte de ses valeurs. Au sortir de celui-ci, dans ce crépuscule historique où, à l’est, craquaient les vieux cadres, tandis que l’ouest européen tentait de bâtir un nouvel ordre territorial, Valéry laissait courir sa pensée au devant de ce qui était devenu problématique parce que dévalué, chimérique parce que menacé : la patrie européenne à restaurer.

  • 1 A. Gide, « Réflexions sur l’Allemagne », dans NRF, juin 1919, p. 35-46.

2Au même moment et au même endroit, André Gide prenait parti à son tour en rejetant toute attitude intellectuelle qui fût étroitement nationaliste sans céder pour autant à une quelconque fascination à l’égard de l’internationalisme révolutionnaire. Sur la question préjudicielle des futurs rapports franco-allemands, Gide adoptait déjà la perspective de ce que Thibaudet appellerait la « démobilisation des intelligences » et se refusait à donner crédit à la gigantomachie intellectuelle alors en vigueur selon laquelle Saint Thomas aurait terrassé Kant : « c’est une absurdité que de rejeter quoi que ce soit du concert européen. C’est une absurdité que de se figurer qu’on peut supprimer quoi que ce soit de ce concert »1 Cette conviction, à laquelle l’ensemble de la NRF devait se rallier, Gide entendit la faire connaître hors des frontières alors qu’émergeait, au début des années vingt, un nouvel espace intellectuel européen agité d’un véritable mouvement brownien de rencontres et de collaborations multiples. Les Décades de Pontigny, fondées en 1910 par Paul Desjardins (1859-1940) dans le cadre d’une vieille abbaye cistercienne afin de rapprocher les hommes de culture du continent, furent un de ces lieux privilégiés mis à profit par le nouveau cosmopolitisme européen, et grâce auquel la NRF exprima sa foi en une possible concorde des nations. Les Décades en effet se présentent telles une exemplaire métonymie d’une conscience européenne renouvelée et bien décidée à hâter la maturité du siècle. Un logis pacifiant accueille et rapproche pendant dix jours, trois fois dans l’année, des intellectuels d’horizons géographiques divers mais unis par leur commun souci de redonner à l’Europe une armature culturelle et morale et liés par le sentiment de la responsabilité incoercible des hommes de savoir dans la politique de paix à explorer. En vertu de la formule de Paul Valéry, il convenait de bâtir une « Société des Esprits au service d’une nouvelle société des Nations ». Le rôle de Pontigny et de son réseau de sociabilité intellectuelle, aux côtés d’institutions officielles ou officieuses, atteste ainsi les liens étroits entre le projet politique et le projet culturel européen dans l’entre-deux-guerres.

  • 2 Nous nous permettons de renvoyer à notre thèse, Paul Desjardins et les Décades de Pontigny ; Lille (...)

3À prétendre reconfigurer le visage créateur de l’Europe, l’initiative des hommes politiques, privée de pensées directrices et soumise dès lors à la confusion des faits, ne pouvait suffire aux yeux des intellectuels de l’Europe de l’Esprit. Valéry avait dénoncé les errements d’une politique matérialiste responsable d’une guerre fratricide et, à rebours de cette attitude expérimentale aveugle, les hommes de l’intelligence avaient à repenser la totalité, à démêler et interpréter l’écheveau des faits à la lumière des savoirs de la haute culture. Le tout incarné par l’Europe, jadis synthétisé par l’humanisme, seul l’écrivain était encore en mesure de lui redonner son éclat, annonçaient des personnalités telles Hofmannsthal, Valéry ou Thomas Mann. Ce dernier, et bien au-delà des problèmes propres à la République de Weimar, revendiquait de manière caractéristique la responsabilité éminente des intellectuels dans l’immédiat après-guerre : « on ne saurait nier que la démocratie, en supprimant les chefs dynastiques d’un pays, revêt d’une autorité nouvelle ses chefs intellectuels »2. Cette politique de l’Esprit recouvre deux modalités idéal-typiques, avec d’un côté la figure individuelle et collective du « philosophe-roi », de l’autre celle d’une république saint-simonienne conseillère ou porte-parole de certains projets politiques. Dans les deux cas, une responsabilité écrasante pèse sur les intellectuels en l’absence, au moins jusqu’en 1925, d’une volonté politique forte en faveur de la paix européenne.

Idéocratie

  • 3 V. Larbaud, Ce vice impuni, la lecture. Domaine anglais, Paris, Gallimard, 1936, p. 11.
  • 4 Cf. N. Racine et M. Trebitsch, « L’Europe des intellectuels dans l’entre-deux-guerres », dans Équi (...)

4Sur le modèle platonicien du philosophe-roi, réactivé récemment par Bergson, quelques-unes des figures les plus prestigieuses de Pontigny purent, ponctuellement, se retrouver dans la posture d’une relation directe et égalitaire avec le « prince ». Gide rencontre Rathenau à Colpach en 1921 chez l’industriel luxembourgeois Émile Mayrisch ; Valéry connaît un triomphal accueil à Berlin en 1926. Mais c’est plutôt collectivement, dans la tentative de constitution d’une quasi idéocratie européenne, que s’exprime le mieux l’aspiration politique de ces intellectuels en quête d’Europe. Valery Larbaud a donné un des plus vigoureux plaidoyers en faveur de cette « aristocratie ouverte à tous mais qui n’a jamais été nombreuse en aucun temps, une aristocratie invisible, dispersée, dépourvue de marques extérieures, sans existence officiellement reconnue, sans diplômes et sans lettres patentes et pourtant plus brillante qu’aucune autre ; sans pouvoir temporel et qui cependant détient une puissance considérable et telle qu’elle a souvent mené le monde et disposé de l’avenir »3. En réactivant le modèle ancien de la « République des Lettres » à l’intérieur duquel triomphent la Vérité et la Raison et où, selon la formule de Valéry, « les esprits des grandes nations européennes sont débiteurs et créanciers réciproques », Pontigny associait à la fois la tradition et son prolongement moderne révélé par l’efflorescence soudaine de revues, de traductions, de cénacles privés et de forums publics4.

  • 5 E. R. Curtius, « Herman Hesse », dans Essais sur la littérature européenne, Paris Grasset, 1954, p (...)

5Alors, nul écrivain ne fut européen séparément, et Ernst Robert Curtius, un des protagonistes essentiels de ce nouveau réseau, en a laissé un souvenir fort évocateur : « mais que de routes et de rencontres alors, dans une Europe spirituellement libérée ! Rilke traduisait des poèmes de Valéry dont celui-ci me montrait le manuscrit. Je voyais chez Scheler les premiers numéros de la Revista de Occidente. Valery Larbaud faisait connaître Joyce en France. La librairie « Shakespeare and Company » de Sylvia Beach, rue de l’Odéon, était un des rendez-vous internationaux comme celle de son amie Adrienne Monnier presque en face. Les Décades de Pontigny avaient repris depuis 1922. Le Pen Club était créé... Il existait une Europe de l’esprit bien vivante »5. Cette dernière se déploie en fonction des coordonnées multiples indiquées par les rencontres plus ou moins impromptues, quand Valéry abordait la tour de Muzot chez Rilke ou lorsque Hofmannsthal poussait la porte de Charles du Bos dans l’île Saint-Louis, par les conclaves officieux organisés par le prince de Rohan et ses Unions Intellectuelles (à partir de 1924) mais également par le Pen Club (à partir de 1921), enfin par les institutions culturelles officielles de la SDN. Pontigny, avec ses trois décades, littéraire, philosophique et politique, emprunte aux deux premières formules et, simultanément salon savant, colloque ouvert aux amateurs, retraites propices aux amitiés, modèle ce réseau en lui prêtant ses caractéristiques propres qui touchent au caractère durable de son organisation jusqu’en 1939, à leur aspect relativement structuré avec des thèmes de discussion choisis à l’avance et l’intervention de « spécialistes », à leur double physionomie de conversations privées et de dialogues officieux inspirés par l’esprit de Genève.

  • 6 A. Gide, art. cit.
  • 7 Cf. Deutsch-französiche Gespräche 1920-1950 : la correspondance de Ernst Robert Curtius avec André (...)
  • 8 Voir E. d’Ors, Du Baroque, Paris, Gallimard, 1935, p. 81-103.

6Au-delà de la diversité fonctionnelle de ces différents lieux, Pontigny adhère aux deux propositions qui soutiennent l’Europe des Esprits dont l’une renvoie à l’idée d’un patrimoine européen un et multiple, et l’autre à l’affirmation d’une nécessaire unité des savoirs. Chez Gide, chez un Robert de Traz, directeur de la Revue de Genève et souvent présent aux décades littéraires, revient, tel une basse continue, le thème de l’union des différences et de la polyphonie européenne : « c’est en se nationalisant qu’une littérature prend place dans l’humanité et signification dans le concert »6 affirme l’auteur des Caves du Vatican. Il est ainsi ôté à l’identité européenne constituée de « nations égales devant Dieu » (Ranke) tout caractère d’univocité alors même que cette diversité légitime les démarches de médiation susceptibles de convertir les tensions en dynamique culturelle créatrice. Ce thème de la médiation intra-européenne acquiert d’autant plus de résonance que l’Europe elle même apparaît aux yeux de beaucoup d’intellectuels de l’Europe des Esprits comme médiatrice entre l’asianisme et l’américanisme. Les Décades font jouer les différentes facettes du prisme européen et diffractent l’éclairage sur le Romantisme (1927), sur le Classicisme (1929), sur le Baroque (1931), sur Goethe (1932), sur Érasme (1936). En convoquant ces grands universaux littéraires et ces grandes figures du passé intellectuel, il s’agissait aussi de réunir quelques hommes de valeur susceptibles de leur conférer une nouvelle actualité. Chaque décade (30 à 50 personnes) donne lieu à un délicat travail de composition où Paul Desjardins cherche à réaliser le meilleur ordonnancement humain afin que toutes les nations du continent puissent se frotter les unes aux autres. La pierre de touche de ce programme fut donc la venue au contact des intellectuels allemands. Dès 1922, Pontigny accueille le critique Ernst Robert Curtius, un des principaux médiateurs intellectuels entre France et Allemagne dans les années vingt7. A contrario, en 1923, le Pen Club, réuni à Londres, récuse la présence germanique et l’interdit n’est levé qu’en 1925. En pleine occupation de la Ruhr, invitation est lancée à Heinrich Mann qui l’accepte. Max Scheler se déplace en 1924, suivi par le professeur de sciences politiques à Heidelberg, Arnold Bergstrasser, en 1926. Un des sommets de ces échanges franco-allemands est atteint quand toute une pléiade d’historiens de l’art formés en grande partie par Panofsky à Hambourg vint jeter des lumières neuves sur le classicisme et ses rapports avec le baroque en 19318. Si les Allemands furent les plus beaux étrangers de Pontigny, ils voisinaient d’ordinaire avec des contingents d’Anglais issus de Bloomsbury ou de Cambridge, de Russes (Chestov, Berdiaev), d’Italiens (Prezzolini, Salvemini, Moravia), de Belges (Marie Delcourt, Paul Fierens), de Suisses (De Traz, Piaget) ou d’Espagnols (Eugenio d’Ors).

  • 9 Cf. F. Vidal, « L’éducation nouvelle et l’esprit de Genève », dans Équinoxe, printemps 1997, p. 81 (...)

7L’autre point de ralliement des décadistes résidait dans leur attachement à l’idée d’une culture globale, à la hauteur de l’effort encyclopédique jadis consenti par les Européens. C’était là le credo de l’humaniste accompli qu’était Paul Desjardins ; et Pontigny déclina de manière rétrospective cet article de foi lorsque sous la tapisserie des grands thèmes littéraires était déchiffré l’héritage du Moyen Âge ou de la Renaissance, mais aussi de façon prospective, quand des décades consacrées à l’éducation cernaient de près les méthodes de « l’école nouvelle » dont le Bureau International d’éducation, créé à Genève en 1925, fut un des promoteurs avec l’appui de la SDN9. L’élitisme de Pontigny ne tendait pas tant à maintenir soigneusement à l’écart un petit noyau de doctes liseurs qu’à chercher à ennoblir toute vie. La réflexion sur l’école, fort ancienne chez Paul Desjardins, pivotait autour de la nécessaire réconciliation entre humanités classiques et savoirs techniques contemporains grâce, notamment, aux méthodes pédagogiques inspirées de l’École Nouvelle. Le fondateur des Décades chercha à plusieurs reprises la mise en application des résolutions adoptées au cours de certaines décades avec plus ou moins de bonheur.

8La proximité de Pontigny avec tout un milieu genevois donne à comprendre l’autre représentation fédératrice des décadistes et qui assimile les Décades à une république saint-simonienne porte-parole des institutions de Genève mais également du planisme défendu par l’homme politique belge Henri de Man.

  • 10 Sur Julien Luchaire et la coopération intellectuelle de la SDN, consulter la thèse de J.-J. Renoli (...)
  • 11 Lettre de Paul Desjardins à Henri de Man, 30 juillet 1929, Archives de Man, Institut International (...)
  • 12 Voir M. Brelaz, Henri de Man, une autre idée du socialisme, Genève, Éditions les Antipodes, 1985, (...)

9L’humanisme moderne que la SDN s’évertue à construire trouve à Pontigny un large relais. Trois décades sont consacrées à la SDN en 1922, 1923 et 1937 ; surtout, aux côtés d’Albert Thomas, ancien élève de Paul Desjardins dont il était resté très proche, tout un milieu d’experts, associés aux nombreuses institutions genevoises, participe à l’animation des Décades : André Siegfried et Salvador de Madariaga (SDN), Henri Focillon et Julien Luchaire (CICI)10, Paul Rives et Arthur Fontaine (BIT). De même, Pontigny prend à son compte la diffusion de la pensée d’Henri de Man. Celui-ci est invité en 1929 à la décade « Bourgeoisie » par un Paul Desjardins récemment converti à cette approche idéaliste du socialisme dont le livre, Au-delà du Marxisme, traduit en 1927 pour la France, synthétisait les données. Le fondateur de Pontigny écrivait ainsi à de Man : « voici donc qu’il va s’agir à Pontigny de ce qui est à vouloir : la révolution et de quelle profondeur il faut qu’elle porte... Ce qu’on vous objecte du côté marxiste, ce dont on vous loue non moins dangereusement du côté conservateur, c’est que vous énervez l’action révolutionnaire et l’affadissez en néo-christianisme... Faisons une tentative en utilisant les découvertes faites dans l’intervalle en psychologie concrète, pour rendre évident que nous sommes plus radicalement révolutionnaires que les scholastiques de la révolution qui nous rejettent comme des tièdes et des endormeurs »11. Dès lors Desjardins s’évertue à favoriser la pénétration des idées du théoricien belge en mettant sur pied, à Paris, plusieurs conférences de propagande. De plus, quand Albert Thomas décède en 1932, il tente de mobiliser son réseau d’influence afin de donner le poste de Directeur du BIT à de Man12.

Le réseau de Pontigny

10Le groupe humain constitué par la grande orbe pontignacienne abrite en fait plusieurs cercles qui, à leur intersection, partagent les valeurs idéologiques associées aux représentations de l’Europe de l’Esprit.

  • 13 Dès 1921, des étudiants américains rédigent des mémoires sur Proust. Voir Proust, Correspondance, (...)
  • 14 Voir G. Bosetti, « L’audience de Gide en Italie : un maître à penser pas comme les autres », dans (...)
  • 15 Cf. C. Foucart, « André Gide et Die Welt », dans Bulletin des Amis d’André Gide, no 58, avril 1983 (...)
  • 16 Consulter D. Steel, « Écrivains et intellectuels britanniques à Pontigny 1910-1939 », dans Bulleti (...)

11Le premier de ces milieux fut celui de la NRF. Celle-ci, incontestablement rayonna sur le monde intellectuel européen de l’entre-deux-guerres et le succès de la décade littéraire de Pontigny devient concurremment le signe de cette nouvelle audience et le terrain de son élargissement. La revue capitalise alors les mérites attachés au prestige de quelques-uns des siens (Gide, Valéry, Proust13), à l’ouverture intellectuelle affichée par ses sommaires où se côtoient « l’hommage à Dada » d’un Jacques Rivière et des pages empreintes d’une robuste naïveté données par Marcel Arland dans son article, « Sur un nouveau Mal de Siècle » en février 1924, à la liberté d’esprit de ses interventions, revendiquée dès 1919 à l’égard du politique afin de préserver l’autonomie critique de l’art. L’œuvre et la personne de Gide incarnaient suprêmement la séduction exercée par une revue qui se voulait vivante. Des jeunes littérateurs italiens regroupés autour de Il Baretti ou d’Il Convegno14 et avides de rapporter la vie à une morale provisoire, des écrivains allemands attirés tout au contraire par l’image d’un sage olympien ayant surmonté ses inquiétudes15, nombreux étaient ceux désireux d’approcher le « plus illustre des vivants » selon le critique italien Borghese. La présence à Pontigny de quelques représentants de Bloomsbury, Lytton Strachey en 1923 et Roger Fry en 1925, tient essentiellement à l’entregent gidien. Les liens noués à l’abbaye autorisaient par la suite des arrangements où l’amitié faisait part indissoluble avec l’intérêt littéraire : Roger Fry convainc Charles du Bos, directeur littéraire de la collection « Feux Croisés », d’éditer La Route des Indes de son ami Forster ; il met à profit la présence de Bernard Groethuysen pour lui suggérer la publication dans Commerce de poèmes de son protégé Charles Mauron16.

  • 17 Sur Davos, voir I. Belitz, « Grenzgänger zwischen Wissenschaften, Generationen und Nationen: Gottf (...)

12Quelque prestigieuse que fût cette République des écrivains et des critiques, elle ne peut entièrement prétendre résumer à elle seule l’intelligence déployée durant les décades. Aux côtés des hommes de lettres, Pontigny associait, dès ses origines, le monde universitaire, et Léon Brunschvicg voisinait avec Gide à la décade « Humanisme » en 1926 tandis que Valéry dialoguait avec Henri Maspero lors de la décade « Orient-Occident » de 1925. Quant aux universitaires étrangers, la plupart d’entre eux étaient liés à Paul Desjardins, tel le révérend Steward, spécialiste de Pascal à Trinity College, ou à son gendre Jacques Heurgon qui avait fréquenté la fine fleur de l’Université allemande à Rome. La montée des tensions internationales, à partir de 1932, compromit cette évolution possible qui aurait abouti à apparenter partiellement les Décades avec Davos, théâtre, en 1928, de la rencontre entre 49 professeurs allemands (Tillich, Naumann), suisses (Piaget) et français (Bouglé, Mauss) et de l’organisation de séminaires couplés avec des cours magistraux pour 364 étudiants. Sur le modèle de l’ethos communautaire et fraternel pontignacien, Davos devait permettre le rapprochement des individus grâce aux libres contacts privés17.

  • 18 C. Jacquemard-de Gemeaux, Ernst Robert Curtius (1886-1956). Origines et cheminements d’un esprit e (...)
  • 19 G. Duhamel, Lumières de ma vie, t. V, les espoirs et les épreuves, Paris, Mercure de France, 1953, (...)

13Si ce milieu universitaire européen tend à se constituer sur le tard, en revanche, on rencontre de manière constante un cercle d’intellectuels catholiques ou proches du catholicisme (Curtius), sincèrement persuadés de la valeur du monde moderne et tout affairés à éprouver la validité de leur foi à son contact, engagés également, pour certains d’entre eux, dans le mouvement pacifiste. La tête de pont de ce groupement fut le critique Charles du Bos, « sergent-recruteur » et inspirateur de nombres de sujets de décades. Doté d’une admirable culture anglaise et allemande, relié à une vaste galaxie européenne, du Bos éternel outsider de la vie littéraire française trouve à Pontigny l’espace d’un véritable accomplissement. Autour de lui se pressent du côté français, Louis Massignon (1924), Jean de Pange (1924), François Mauriac (1925, 1926, 1929), alors que chez les catholiques allemands apparaissent Max Scheler (1924), Margaret Sussman (1926), Peter Wust (1929). Scheler fut très vraisemblablement convié par l’entremise de Curtius qui, dès février 1918, le présentait comme « [...] un Européen qui veut un nouveau cosmopolitisme de l’esprit, la démocratisation, la séparation de l’Église et de l’État, l’union de l’Église et du socialisme contre le capitalisme... »18. Le philosophe souhaitait rétablir les liens universitaires avec la France et une mort prématurée interrompit les premières réalisations engagées à Pontigny. Par ailleurs des catholiques allemands issus du pacifisme sont invités. En 1922, pour la décade de réouverture, Paul Desjardins réussit à attirer F. W. Foerster. Opposé à son gouvernement durant la guerre, il s’était fait l’avocat d’une Allemagne de l’Esprit qui, à la lumière du Kant de la Paix Perpétuelle, serait source d’inspiration pour une Europe fédérale. Cependant, à Pontigny, les premiers moments de sa participation le trouvèrent sur la défensive en attendant que Georges Duhamel ne fasse entendre des paroles apaisantes19. En 1928 et 1929 se place la venue de Clara Fassbinder, militante catholique pacifiste, habituée surtout des Semaines Sociales qu’elle fréquenta de 1927 à 1939.

  • 20 Cf. H. M. Bock, « Connaître l’Allemagne et la reconnaître. Zu Entstehung und Zusammenhang der Deut (...)
  • 21 I. Belitz, art cit.

14Enfin, se retrouve aux Décades la double présence d’intellectuels et d’hommes politiques, les uns dans la mouvance d’un néo-libéralisme politique, les autres dans celle du socialisme réformiste. Les premiers étaient organisés autour de personnalités telles André Siegfried, Albert Thibaudet, Alfred Fabre-Luce ou Pierre Viénot. Celui-ci, présent à Pontigny depuis 1923, devient l’un des principaux protagonistes du rapprochement franco-allemand en suggérant à Émile Mayrisch la création du futur Comité franco-allemand (1926-1938), où cohabitèrent industriels (Peyerhimoff, Bosch), publicistes et écrivains (Jean Schlumberger, Curtius) et hommes politiques (Von Papen)20. Installé à Berlin pour le bureau allemand du Comité jusqu’en 1930, Viénot encourage plusieurs projets dont celui du jeune sociologue franco-allemand Salomon Delatour, désireux de créer à Francfort un Institut de France à l’intérieur duquel auraient été conviés des hommes politiques (Léon Blum, Anatole de Monzie) et des conférenciers plus classiquement inscrits dans le monde des lettrés21. Enfin Pontigny abrite quelques grandes personnalités représentatives du socialisme européen, d’Albert Thomas à de Man, de Georges Valois présent en 1929 et 1932 à Angelo Tasca.

15L’intention profonde qui anima Paul Desjardins en fédérant cette pluralité de sentiments et d’idées politiques et esthétiques visait à assurer la mutuelle « coéducation des élites » préconisée par Ortega y Gasset dans son ouvrage Espana invertebrada.

16En vertu de cet engrenage des pensées et des sensibilités, deux axes de réflexion guident les décadistes dans l’exploration des assises culturelles et politiques sur lesquelles on puisse édifier la paix européenne.

Un humanisme moderne

17Paul Desjardins et la grande majorité des décadistes appartenaient à ce long XIXe siècle achevé en 1914, jadis contemporains de cette « Belle Époque » au cours de laquelle les Européens se crurent « hégeliènement » placés à la fin ou au couronnement de l’histoire. Durant les années de guerre, confrontés à la Nemesis historique et à la ruine partielle de l’optimisme libéral, ces intellectuels assistèrent, après guerre, à l’accélération du processus de civilisation (changements technico-économiques, politiques) source de nouvelles inquiétudes.

  • 22 R. Fernandez, « De l’esprit classique », dans NRF, no 184, janvier 1929.

18Pontigny chercha donc à esquisser les contours d’un humanisme moderne afin de conjurer tant le nihilisme d’un Spengler que le programme d’une restauration culturelle purement conservatrice à la façon d’un Henri Massis ou d’un Hofmannsthal. Certes, les Décades se fondent sur le large crédit accordé à la culture européenne depuis Dante jusqu’à Tolstoï et persistent dans la croyance que civilisation signifie civisme et humanité humanisme. En dépit de la brisure de 1914 et à rebours du cri de joie de Cocteau persuadé que « la jeunesse ne doit pas acheter de valeurs sûres », les décadistes de Pontigny s’accordent sur la nécessité de renouer avec l’héritage intellectuel européen, notamment dans sa dimension chrétienne, pour mieux préserver le présent de l’infra-humain destructeur représenté par la multiplication incontrôlée des techniques. Mais la condition d’une tradition maintenue met en jeu les capacités de cet humanisme à se renouveler, exposé aux enjeux de l’époque. Autour de la NRF tente de naître un « classicisme moderne », une conciliation entre Romantisme et Classicisme, appelée de ses vœux également par Thomas Mann en 1926 et à laquelle Ramon Fernandez souscrit en 192922. Quelle que soit la réussite effective d’un tel programme, le climat de libre recherche qu’il autorisait, justifiait à lui seul les attentes de l’Europe intellectuelle. Cependant, cette synthèse culturelle européenne invoquée à Pontigny et référée surtout à la Raison, demeure, dans l’ensemble, marquée du sceau des références philosophico-littéraires du passé. Elle vise la stabilisation de la modernité davantage que l’exploitation de la situation de crise traversée par celle-ci, et les décadistes ne s’approchèrent guère d’une théorie critique de l’identité philosophique européenne, pas plus qu’ils ne tentèrent, à l’égal d’un Henri Berr, l’unification du savoir par l’intégration des sciences sociales. Cette disposition intellectuelle, née toutefois de la conscience de la crise, se complète par un effort similaire dans le domaine de la réflexion politique. Pontigny se penche sur les chances de rénovation de la démocratie libérale.

La démocratie à rénover

  • 23 Cf. H. M. Bock, « Les débats sur le rapprochement franco-allemand et l’entente européenne dans les (...)

19L’idée d’une nouvelle entente internationale fut associée à la considération d’une rénovation nécessaire de la démocratie libérale. Le thème de la solidarité nouvelle entre nations, théorisée par Norman Angell dans The Great Illusion en 1910, participe de la réflexion libérale en faveur de l’idée européenne. En insistant sur le processus de la division du travail comme trait marquant de la modernité, les néo-libéraux mettent l’accent sur l’interdépendance économique des nations. Mais la fragilité de cette conscience unitaire étayée par les seules considérations matérialistes conduit à rechercher, en aval, les éléments normatifs, d’ordre culturel, qui préservent « l’unité » européenne. D’une part, la création de l’Entente internationale de l’acier en 1926 entre sidérurgistes allemands, français et luxembougeois, de l’autre, la mise sur pied du Comité franco-allemand d’information et de documentation relevant de cette démarche23.

20D’une autre façon, avec la question du développement souhaitable d’une démocratie industrielle vectrice de rapports plus égalitaires entre capital et travail, Pontigny réunit les milieux modernisateurs par excellence de l’après guerre : les industriels saints-simoniens du Redressement Français, les socialistes et syndicalistes apôtres d’un nouvel élan productiviste sous l’égide du mouvement ouvrier, les néo-radicaux sectateurs d’une plus grande intervention de l’État. Par-delà les divergences entre ces groupes, reste leur conviction commune de renforcer le pouvoir de certaines élites, celle des techniciens de la production ou celle du savoir politico-administratif, voire, celle incarnée par l’intellectuel dans le mouvement socialiste pour de Man. Quoique Desjardins, républicain profond, n’ait jamais pensé que les « compétences » fussent, en droit, fondées à diriger la démocratie, il n’en contribue pas moins à faire de Pontigny un des cénacles de la pensée technocratique soucieuse d’ordonner le pays selon d’autres méthodes que celles adoptées au siècle précédent. Mais, il n’était pas non plus oublieux de l’humanisme de Saint Simon qui avait rêvé la réconciliation de l’homme et de la machine, et Pontigny, à sa façon, en mélangeant les personnalités et les catégories sociales, se voulut le cadre d’une démarche plurielle (à défaut d’être véritablement synthétique comme chez Alexis Carrel ou au Centre de Synthèse).

21Profondément européennes dans leur composition et leur thématique, les Décades de Pontigny furent partie prenante de ce nouveau cosmopolitisme surgi au début des années vingt et fondé, notamment, sur le chevauchement des réseaux de sociabilité et des institutions officieuses ou officielles. L’abbaye ne se contenta pas d’offrir un moderne refuge mais son coenubium devint la base d’opérations concrètes, à la SDN ou au Comité franco-allemand, au service d’une concorde entre les nations européennes.

22Pontigny, avec l’étoilement de ses sujets de réflexion, l’imbrication souhaitée de ses différentes élites, et enfin son inlassable activité jusqu’en 1939 restitue assez fidèlement le programme idéologique de restauration novatrice dans lequel baignait ce projet de paix et d’identité spirituelle européennes et dont l’appel à « l’héroïsme de la raison » en 1935, de Husserl, constitue la charte tardive. L’Europe avait à ressaisir son noyau identitaire incarné par la Raison universaliste.

23Les Décades attestent surtout la part décisive assumée par certaines fractions intellectuelles françaises dans la gestation de cette Europe nouvelle. Paul Desjardins évoquait Pontigny tel « un noyau de la future Europe ». Toutefois, l’institution resta bien française, en cherchant à concilier l’inconciliable : l’élégance de l’esprit et le goût de la libre conversation d’une main, de l’autre, l’intrépidité révolutionnaire et l’énergie de se décoller du passé. Desjardins, conforté par les Thomas, Gide, Focillon, Viénot, prêcha ainsi, lointain héritier du Saint Bernard de 1153, en faveur d’une idée intéressante de l’homme, celle de l’humanisme européen « dialogique », cherché dans le passé et vu dans l’avenir. Cette mobilisation intellectuelle française révèle de manière plus générale le souci d’exploiter le « trésor culturel » afin de compenser le déclin démographique et économique de l’après 1918.

  • 24 Voir B. Schröder-Gudéhus, « Les professeurs allemands et la politique du rapprochement », dans Ann (...)
  • 25 Voir A. Tasca pour la Conférence avortée de septembre 1939, Archives de guerre Vichy 1940-1944, Pa (...)

24Le retournement politique des années 1932-1933 ne peut pas cependant sonner à la façon d’une sévère condamnation de cet élitisme européen, ou à tout le moins, comme un bon révélateur de ses limites. La faiblesse numérique de ce réseau, impuissant à contrebalancer les tendances nationalistes profondes de certains corps intellectuels24, le tropisme technocratique peu propice à penser le social, inscrivent les deux principales faiblesses de l’Europe des Esprits. Mais Pontigny, avec la venue de Man en 1929, se réorienta partiellement tout au long des années trente vers des activités sociales en hébergeant, hors Décades, les sessions des Conférences de Plan en 1934 et 193925, les « Semaines de l’Éducation ouvrière » en 1935, autour de l’Institut Supérieur Ouvrier de la CGT et du couple Lefranc.

25Malgré tout, Pontigny et son réseau politico-intellectuel demeure une source de vie et dont on constate la résurgence après 1945. Certains acteurs (André Philip, Clara Fassbinder) poursuivent le même idéal et s’associent aux multiples événements auxquels l’idée européenne se trouve mêlée. Et si l’Europe alors fut le fait des politiques et des économistes, cette construction pragmatique ne doit pas occulter le rôle séminal de ces hommes tournés vers la recherche d’une nouvelle synthèse culturelle plus active. Pontigny, grâce à son atmosphère vivifiante unique, s’inscrit dans cette généalogie de la pensée européenne modelée par les vertus de l’hospitalité, de Coppet à Colpach. À l’ombre d’un vieux mur cistercien, le génie de l’Europe a découvert alors de nouvelles raisons d’espérer.

Notes

1 A. Gide, « Réflexions sur l’Allemagne », dans NRF, juin 1919, p. 35-46.

2 Nous nous permettons de renvoyer à notre thèse, Paul Desjardins et les Décades de Pontigny ; Lille, 1996, 2 vol., sous la direction de Jean-François Sirinelli.

3 V. Larbaud, Ce vice impuni, la lecture. Domaine anglais, Paris, Gallimard, 1936, p. 11.

4 Cf. N. Racine et M. Trebitsch, « L’Europe des intellectuels dans l’entre-deux-guerres », dans Équinoxe, printemps 1997, p. 23-36.

5 E. R. Curtius, « Herman Hesse », dans Essais sur la littérature européenne, Paris Grasset, 1954, p. 194.

6 A. Gide, art. cit.

7 Cf. Deutsch-französiche Gespräche 1920-1950 : la correspondance de Ernst Robert Curtius avec André Gide, Charles du Bos et Valery Larbaud, édition H. J. M. Dieckmann, Frank-furt am Maim, Klostermann, 1980.

8 Voir E. d’Ors, Du Baroque, Paris, Gallimard, 1935, p. 81-103.

9 Cf. F. Vidal, « L’éducation nouvelle et l’esprit de Genève », dans Équinoxe, printemps 1997, p. 81-98.

10 Sur Julien Luchaire et la coopération intellectuelle de la SDN, consulter la thèse de J.-J. Renoliet, L’Institut International de Coopération Intellectuelle (1919-1940), Paris I, 1995, 3 vol.

11 Lettre de Paul Desjardins à Henri de Man, 30 juillet 1929, Archives de Man, Institut International d’Histoire Sociale, Amsterdam.

12 Voir M. Brelaz, Henri de Man, une autre idée du socialisme, Genève, Éditions les Antipodes, 1985, p. 605-610.

13 Dès 1921, des étudiants américains rédigent des mémoires sur Proust. Voir Proust, Correspondance, Éd. Ph Kolb, Paris, Plon, 1993, t. XX, p. 523.

14 Voir G. Bosetti, « L’audience de Gide en Italie : un maître à penser pas comme les autres », dans Novecento, no 8, 1987, p. 71-151.

15 Cf. C. Foucart, « André Gide et Die Welt », dans Bulletin des Amis d’André Gide, no 58, avril 1983, p. 146-172.

16 Consulter D. Steel, « Écrivains et intellectuels britanniques à Pontigny 1910-1939 », dans Bulletin des Amis d’André Gide, no 116, octobre 1997, p. 367-394 ; de même son article dans ce numéro, « Roger Fry et Charles Mauron à Pontigny », p. 395-421.

17 Sur Davos, voir I. Belitz, « Grenzgänger zwischen Wissenschaften, Generationen und Nationen: Gottfried Salomon-Delatour », dans Lendemains, no 86-87, 1997, p. 49-75.

18 C. Jacquemard-de Gemeaux, Ernst Robert Curtius (1886-1956). Origines et cheminements d’un esprit européen, Bern, Berlin, New York, Paris, Wien, Peter Lang, 1998, p. 76.

19 G. Duhamel, Lumières de ma vie, t. V, les espoirs et les épreuves, Paris, Mercure de France, 1953, p. 113-116.

20 Cf. H. M. Bock, « Connaître l’Allemagne et la reconnaître. Zu Entstehung und Zusammenhang der Deutschland-Analyse von Pierre Viénot 1922-1923 », dans Lendemains, no 66, 1992, p. 27-48.

21 I. Belitz, art cit.

22 R. Fernandez, « De l’esprit classique », dans NRF, no 184, janvier 1929.

23 Cf. H. M. Bock, « Les débats sur le rapprochement franco-allemand et l’entente européenne dans les milieux proches de la NRF durant l’entre-deux-guerres » dans Jacques Rivière l’Européen, Bulletin des Amis de Jacques Rivière, no 87-88, 2e et 3e trimestre 1998.

24 Voir B. Schröder-Gudéhus, « Les professeurs allemands et la politique du rapprochement », dans Annales d’études internationales, 1, 1970, p. 23-44.

25 Voir A. Tasca pour la Conférence avortée de septembre 1939, Archives de guerre Vichy 1940-1944, Paris-Milan, Éditions du CNRS et Feltrinelli, 1986, p. 222-223.

Auteur

Université de Tours

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540