Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

I - La paix par la solidarité internationale

D’une guerre à l’autre : Louise Weiss à la recherche de la paix (1918-1939)

Jacques Bariéty

Texte intégral

  • 1 La publication en a débuté à la fin des années 1960 chez Payot et elle a été reprise et achevée ch (...)
  • 2 Il y a lieu de penser que ces papiers, transférés en Allemagne, y ont été saisis par les Soviétiqu (...)
  • 3 Pour ces années, on y trouve essentiellement une documentation concernant le fonctionnement et les (...)

1Louise Weiss tient une place très originale parmi les personnalités françaises qui consacrèrent une grande partie de leurs efforts et de leur vie à la recherche de la Paix, et bien des aspects de sa riche et complexe personnalité et de son œuvre méritent encore des recherches. Certes, nous disposons de la collection en six tomes de ses Mémoires, sous le titre Mémoires d'une Européenne, qui reste la source essentielle et parfois unique1. En effet, pour la partie de sa vie antérieure à 1940, et en particulier son action politique entre 1918 et 1939, qui retient notre attention ici, Louise Weiss fut contrainte d’écrire ses Mémoires en fonction des souvenirs qu’elle avait mémorisés et d’une documentation très parcellaire, parce que la Gestapo avait saisi ses archives personnelles dans son appartement parisien en 1941 et 19422. Il y a bien au département des manuscrits de la Bibliothèque Nationale un fonds Louise Weiss, mais, pour l’avant-guerre, il ne contient que ce qui a échappé aux rafles des nazis, c’est-à-dire relativement peu3. Les historiens savent bien le profit qu’ils peuvent tirer de la lecture de Mémoires, mais ils savent aussi la façon critique dont il faut les lire et l’intérêt de les comparer avec d’autres sources, ce qui, dans ce cas, est souvent difficile.

  • 4 C. Bertin, Louise Weiss, Paris, Albin Michel, 1999, 520 pages.
  • 5 Ibidem, p. 519.
  • 6 On remarquera que l’éditeur est le même. En bonne méthode historique on préférera l’original au re (...)

2Il vient aussi de paraître une biographie de Louise Weiss par la romancière et essayiste Célia Bertin4. L’auteur y écrit qu’Élisabeth Roudinesco « est à l’origine de ce livre »5. Il est vrai que la célèbre historienne de la psychanalyse est la propre nièce de Louise Weiss, le docteur Roudinesco, père d’Élisabeth, ayant épousé Jenny Weiss, sœur cadette de Louise, qui fut médecin des hôpitaux de Paris et elle-même psychiatre. La participation d’Élisabeth Roudinesco à l’entreprise de Célia Bertin apporte beaucoup sur la famille Weiss, voire une présentation psychanalytique de ses démêlés, qui furent souvent compliqués, ainsi que sur la vie de la société parisienne de l’époque. Sur les activités politiques de Louise Weiss, en revanche, du moins durant l’entre-deux-guerres, on ne retrouve guère dans cette biographie que ce qui était déjà dans ses Mémoires d’une Européenne6.

  • 7 J. Bariéty, Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale, Paris, Pedone, 1977
  • 8 C. Rousseau prépara dans mon séminaire à la Sorbonne deux travaux restés inédits : L’Europe Nouvel (...)
  • 9 Le siège de l’Association est au Musée Louise Weiss, installé dans le château de Rohan à Saverne, (...)
  • 10 Louise Weiss l’Européenne, Lausanne, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, 1994, 594 p. On y trouve (...)

3Enfin je dois dire que j’ai eu le privilège de rencontrer Louise Weiss à l’époque où je rédigeais ma thèse de doctorat sur les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale7. Elle voulut bien s’intéresser à mon travail et me parla beaucoup de cette période qu’elle avait intensément vécue. À mon tour je m’intéressai à ce qu’avait été son action et, devenu plus tard professeur à la Sorbonne, je fis travailler plusieurs étudiants de mon séminaire de recherche sur celle-ci, notamment Corinne Rousseau8. Il faut rappeler aussi les activités de l’Association européenne des Amis de Louise Weiss, présidée par le célèbre égyptologue Jean Leclant9. L’Association a beaucoup contribué à la préparation d’un important recueil d’études publié par la Fondation Jean Monnet pour l’Europe de Lausanne10.

  • 11 Voir Louise Weiss l’Européenne, op. cit., t. 1 : une petite fille du siècle (1893-1919) ; É. Roudi (...)
  • 12 Il y avait eu un lien de famille avec Émile Erckmann, l’ami d’Alexandre Chatrian. Il y en a eut un (...)
  • 13 Le grand-père maternel de Louise, Émile Javal, fut un savant ophtalmologue et membre de l’Académie (...)
  • 14 Un ancêtre, négociant à Prague, qui avait aidé l’empereur François II de Habsbourg à payer la cont (...)

4Beaucoup de ce que devait être l’activité journalistique et politique de Louise Weiss s’explique par ses origines et le choc de la guerre de 1914-1918. Elle naquit à Arras en 1893, parce que son père s’y trouvait alors ingénieur des mines, mais la famille dont elle est issue appartenait à la très grande bourgeoisie parisienne, qui présentait toutefois l’originalité d’avoir toutes ses racines en Alsace11. Les Weiss étaient originaires de La Petite Pierre, bourgade de l’« Alsace bossue », dans les Vosges du nord ; longue lignée d’artisans et de commerçants de confession luthérienne ; l’arrière-grand-père avait été aubergiste à La Petite Pierre, le grand-père notaire et maire de Phalsbourg, la petite ville lorraine jumelle de l’alsacienne Saverne, qu’il quitta, la rage au cœur, au moment de l’annexion, pour aller mourir de chagrin à Nancy. Les Weiss étaient patriotes et républicains12. Le fils du notaire et père de Louise, Paul Weiss, né à Strasbourg en 1867, partit enfant avec les siens pour la « France de l’intérieur » et, après l’École Polytechnique, devint ingénieur des mines. Il épousa Jeanne Javal, issue d’une riche famille de la bourgeoisie juive, venue du Sundgau alsacien à Paris dans le courant du XIXe siècle et qui avait réussi dans les affaires, mais aussi la science et la politique13. Par une aïeule du côté Javal, née à Francfort-sur-le-Main, la famille avait aussi de la parentèle dans la vallée du Rhin et jusqu’à Prague14. Louise naquit en 1893 de l’union de Paul Weiss et Jeanne Javal, l’aînée de six enfants. On ne saurait sous-estimer la très grande variété de ces ascendances pour comprendre la personnalité de Louise Weiss, et plus tard ses activités, sans oublier les moyens de les réaliser.

5Enfant et adolescente, elle reçut à Paris une éducation bourgeoise, ponctuée d’un séjour dans un pensionnat pour jeunes filles de bonne famille en Allemagne, dont elle garda le plus mauvais souvenir. Élève au Lycée Molière, elle subit l’influence d’un de ses professeurs, Mlle Dugard, qui la poussa à faire des études. Il faut retenir aussi de sa jeunesse que Paul Weiss, fidèle à son Alsace natale, emmenait sa famille en vacances d’été chez les cousins restés à Colmar et à Strasbourg. Cet enracinement alsacien, voulu par le père, lui ouvrit les yeux, dès l’enfance, sur les difficultés du voisinage de l’Allemagne et de la France, plus encore sur les causes de ce qui allait être le drame de 1914, qui ne devait pas la surprendre. Dès sa jeunesse, Louise fut amenée ainsi à réfléchir aux problèmes de l’Europe, problèmes psychologiques et politiques internationaux, et au problème de la paix en général, au delà même des difficultés des relations franco-allemandes.

  • 15 L’inspection générale lui proposa un poste au Lycée de Chatellerault, qu’elle refusa et elle démis (...)
  • 16 Elle fit aussi, par la suite, des reportages pour Le Petit Parisien d’Élie J. Bois qui lui apprit (...)

6Poursuivant ses études au Collège Sévigné de Paris, elle fut reçue à l’agrégation des Lettres en août 1914, prouesse alors exceptionnelle pour une jeune fille, surtout de son milieu social. Elle avait 21 ans15. C’était la guerre, et quelle guerre ! Ses camarades de jeunesse, ainsi que les parents de son âge, à commencer par ses frères, appartenaient à la « génération sacrifiée ». Cette épreuve la marqua pour toujours et décida de son destin. Elle a dit elle-même l’immense tristesse de ces années où elle apprenait, mois après mois, la mort au combat de tant de ses amis de jeunesse, sans oublier les épreuves de ses frères et de ses cousins « allemands ». Elle se jura de tout faire pour éviter le retour de pareilles horreurs. Pour ce faire elle choisit de devenir journaliste. Elle écrivit pendant la guerre, et sous un pseudonyme, dans Le Radical16, mais l’important fut la création, en janvier 1918, d’un hebdomadaire d’information internationale, L’Europe Nouvelle, par un homme d’affaires, Hyacinthe Philouze, dont elle devint la collaboratrice. À vrai dire Philouze, homme avisé mais de peu de scrupules, semble avoir fait vivre le journal, dans ses premiers temps, des subsides de partisans de pays d’Europe centrale qui attendaient de la victoire de la France et de ses alliés la réalisation des projets qu’ils nourrissaient pour leurs pays.

  • 17 Comme on le devine à la lecture de ses Mémoires – ce qu’elle a bien voulu me dire me l’a confirmé (...)

7L’ambition de Louise Weiss était beaucoup plus haute. Elle avait fait la connaissance en 1916, dans le salon de Claire de Jouvenel, d’un jeune Slovaque, Milan Stefanik, naturalisé français, qui avait travaillé comme astronome à l’observatoire de Meudon et qui servait alors comme lieutenant aviateur dans l’armée française. La volonté brûlante de Stefanik était de contribuer à la naissance d’une Tchécoslovaquie séparée de l’empire des Habsbourg. Par Stefanik, Louise fit la connaissance d’Édouard Benes, chef de l’émigration tchèque à Paris, qui s’efforçait de convaincre Aristide Briand, alors président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, et Philippe Berthelot, son chef de cabinet, de l’aider dans cette tâche. Louise s’enflamma pour cette idée17. En août 1919, elle devait effectuer un grand voyage d’information dans les pays de l’Europe danubienne, à la suite duquel elle décida d’une part de prendre elle-même en mains L’Europe Nouvelle et d’autre part d’aller à Moscou découvrir la Russie bolchevique.

  • 18 Sur L’Europe Nouvelle notre source essentielle est le mémoire de maîtrise de Corinne Rousseau. Ave (...)

8Elle réussit à chasser Philouze de L’Europe Nouvelle (les moyens financiers dont elle disposait et le soutien de son père le permirent) et s’entoura de jeunes personnalités parmi lesquelles de nombreux universitaires ; citons Philippe Millet, fils de diplomate, normalien et agrégé de philosophie, qui devint directeur politique, puis Louis Joxe, jeune agrégé d’histoire et gendre de l’historien Elie Halévy. René Massigli, lui aussi agrégé d’histoire, devenu diplomate et chargé au Quai d’Orsay de suivre les affaires de la Société des Nations, devait aussi collaborer anonymement au journal18. L’ambition de Louise Weiss était de faire de l’hebdomadaire un périodique de très grande qualité d’information de politique internationale au service de la paix.

  • 19 À son retour à Paris, Louise fit, sous la présidence de Paul Painlevé, une conférence sur « a situ (...)
  • 20 Elle fut particulièrement émue par le sort misérable des Françaises, qui avaient été institutrices (...)
  • 21 Elle était à Berlin et s’efforçait d’obtenir pour la Russie un visa qui tardait. Sa mère vint la r (...)

9Quant à la Russie, après avoir été voir à Londres Krassine, qui y représentait le Lénine de la NEP, Louise séjourna à Moscou en 1921. Elle ne parvint pas à être reçue par Lénine lui-même, mais elle eut plusieurs entretiens avec Trotski et rencontra Tchitchérine et Radek. Fut-elle tentée par « cette grande lueur de l’est », comme tant de jeunes intellectuels de sa génération ? Pensa-t-elle que la « révolution » et l’abolition du capitalisme, dont les Bolcheviques affirmaient qu’elles étaient la seule voie pour établir la paix, apporteraient la solution ? Il est difficile de répondre à cette question. Il est certain qu’elle éprouva et conserva une immense sympathie pour le peuple russe, et qu’elle fût fascinée par la personnalité des chefs bolcheviques et leur ambition prométhéenne de transformer le monde19. Mais d’autre part, les souffrances indicibles du peuple, auxquelles le régime restaient insensible, et l’expérience quotidienne du système policier de surveillance et de délation la choquèrent profondément20. En 1922, après l’échec de la conférence de Gênes et la conclusion du traité germano-soviétique de Rapallo, elle fut tentée à nouveau d’abandonner l’Occident et de partir pour Moscou, mais le projet n’aboutit pas21.

  • 22 Cette affaire, elle aussi, a fait l’objet de travaux effectués dans mon séminaire et restés inédit (...)

10En fait, après ces tergiversations et ces hésitations, Louise Weiss trouva définitivement sa voie en 1924, avec le Cartel des Gauches, le gouvernement Herriot et le « protocole de Genève », présenté à l’assemblée générale de la Société des Nations de l’automne 1924 par son ami Benes, qui fut en l’occasion le porte-parole d’un projet imaginé par Herriot lui-même pour assurer la paix : le « triptyque » arbitrage-sécurité-désarmement22. Désormais elle mit toute sa confiance dans la Société des Nations pour assurer la paix et elle travailla, et réussit, à faire de L’Europe Nouvelle, en même temps qu’un « journal officieux » d’information internationale de grande qualité au service des politiques, des diplomates, des universitaires et du grand public cultivé, un instrument de promotion des activités de la SDN. C’est ainsi que L’Europe Nouvelle publia le grand discours prononcé par Édouard Herriot sur le projet de protocole et un article d’Aristide Briand, alors délégué de la France à la SDN, qui débuta ainsi sa nouvelle carrière politique comme « pèlerin de la Paix ». Ce fut, entre l’homme d’État et la journaliste, le début d’une relation qui se transforma en amitié et qui devait durer jusqu’à la mort de Briand.

  • 23 Louise Weiss, se trouvant alors en Amérique, n’assista pas à la conférence de Locarno. Sinon, elle (...)

11Le retour de Briand, en avril 1925, au Quai d’Orsay, où il devait rester jusqu’en janvier 1932, assura le très grand succès de L’Europe Nouvelle. Louise Weiss acquit pour le journal de nouveaux locaux, 73bis quai d’Orsay, à quelques pas du Ministère, et se fit construire avenue de Tokyo (aujourd’hui avenue du président Wilson) un hôtel particulier où elle commença à recevoir tout ce qui comptait en Europe. À L’Europe Nouvelle collaborèrent des personnalités aussi diverses que Philippe Berthelot, Léon Blum, Henri de Jouvenel, Wladimir d’Ormesson, Jacques Benoist-Méchin, Paul Valéry, Drieu La Rochelle, Alexis Léger, Georges Bonnet, Julien Cain. Surtout, Louise Weiss décida de participer à toutes les grandes conférences internationales, dont l’hebdomadaire devint en quelque sorte le journal officieux, avec la publication de documents officiels en même temps que des commentaires23.

12Peut-on dire que Louise Weiss fut une « pacifiste » ? Je ne le pense pas. Elle ne rompit jamais avec la diplomatie traditionnelle, tout au contraire, et elle ne renonça jamais aux instruments classiques de la sécurité, à commencer par les moyens militaires, même si elle fut favorable à un désarmement contrôlé, tout comme ses amis politiques d’ailleurs. Il est beaucoup plus juste de dire qu’elle chercha à être un artisan de paix.

13Le moment est venu d’essayer de présenter succinctement la façon dont L’Europe Nouvelle pensa construire la paix. Elle fut dans les années 1920 un drapeau et un programme. Louise Weiss voulut en faire un instrument scientifique d’information sur la vie internationale et la politique étrangère des puissances. Elle croyait à la raison et à la science. Au delà de l’information, il s’agissait d’aider les « décideurs », comme on ne disait pas encore, à préparer leurs décisions par une connaissance et une approche aussi « objectives » (dans le sens de l’étude scientifique d’un objet) que possible des grands problèmes politiques et économiques ; l’une des originalités de la revue fut en effet de donner une grande place aux problèmes économiques, financiers et commerciaux, et à leur influence sur la vie internationale. L’Europe Nouvelle voulut être une méthode et un instrument de travail pour la « Science de la Paix ». Elle ne fut jamais l’organe d’un pacifisme émotif ou moralisateur. Elle voulait connaître et prévenir les risques de conflit et en combattre les nuisances, comme on combat les maladies.

14Concrètement, L’Europe Nouvelle trouva le traité de Versailles imparfait ; non pas « stupide », comme l’ont dit beaucoup, mais « imparfait », c’est-à-dire incomplet et inachevé. L’ambition du journal fut de préparer les compléments pour ce traité inachevé, surtout sur deux points : la Sécurité et les Réparations.

  • 24 Louise Weiss séjourna à Berlin à la fin de 1924 et y rencontra toutes sortes de personnalités, don (...)

15Consciente que la construction de la paix devait commencer par la construction de l’Europe, et celle-ci par l’aménagement des relations franco-allemandes pouvant conduire à une réconciliation, qu’elle souhaitait, Louise Weiss ne faisait pourtant pas une confiance aveugle à l’Allemagne. Rien ne serait plus erroné que d’imaginer qu’elle aurait été prête à payer la paix à n’importe quel prix. Elle avait, enfant, appris à connaître l’Allemagne impériale ; elle savait les responsabilités de l’Allemagne dans la genèse du drame de 1914 ; fille d’ingénieur des mines, elle savait dans quel état l’armée allemande avait laissé le nord de la France en le quittant. Elle savait surtout que l’absence de traités de garanties américano-français et anglo-français, signés en 1919 avec le traité de Versailles, mais devenus caducs dès 1920 du fait de la non-ratification du traité par les États-Unis, laissait la France – et l’Europe – sans sécurité ; elle savait la fragilité et la sensibilité extrêmes de la frontière germano-polonaise, sur laquelle devait se déclencher la seconde guerre mondiale ; elle ne cessa jamais de s’inquiéter du sort de la Tchécoslovaquie. Elle s’est interrogée souvent sur les buts lointains des hommes politiques allemands, même de Stresemann, le partenaire de Briand24.

16Quant aux Réparations, loin de les condamner a priori, elle les estimait justifiées, tant par les nécessités de la reconstruction des régions dévastées – dont aucune ne se trouvait en Allemagne – que par les impératifs du remboursement des dettes interalliées ; ce qu’elle demandait, c’était une évaluation scientifique des capacités de paiement de chacun, de toutes les capacités de paiement dans les divers registres des dettes internationales, ce que devaient être finalement le plan Dawes de 1924 et le plan Young de 1929. L’Europe Nouvelle soutint l’un et l’autre.

17Au plan de la consolidation de la paix, Louise Weiss avait placé un grand espoir dans le « protocole de Genève » de 1924. Déçue par l’échec du projet, du fait de l’opposition britannique, elle reporta tous ses espoirs sur la politique de détente pratiquée par Briand à partir de son retour aux affaires en 1925 ; les accords de Locarno en furent la première étape. Une lecture attentive de L’Europe Nouvelle sur un temps long mène à penser que la revue ne devint pas briandiste, avec les accords de Locarno ; elle était, pour ainsi dire, briandiste et locarnienne dès avant Locarno ; elle trouva, en 1925, en Aristide Briand le réalisateur de la politique qu’elle souhaitait. Je pense que Louise Weiss n’aurait pas désavoué cette interprétation de son œuvre.

18Aussi enthousiaste qu’elle fut des accords de Locarno, la connaissance critique qu’elle avait des textes et sa lucidité d’esprit lui en faisaient voir les limites ; complément d’un traité imparfait, Locarno était à son tour inachevé ; il y manquait encore la consolidation de l’Europe orientale avec la garantie des frontières germano-polonaise et germano-tchèque. Elle ne voulait en rien qu’une réconciliation franco-allemande fût payée par la Pologne ou la Tchécoslovaquie. Il ne suffisait pas que la paix fût assurée (ou parût assurée) à l’ouest de l’Europe. Elle ne pouvait l’être valablement que sur l’ensemble du continent.

  • 25 J. Bariéty, « Le pacte Briand-Kellogg de renonciation à la guerre de 1928 », dans J. Bariéty et A. (...)

19Le « Pacte général de renonciation à la guerre », communément connu sous le nom de pacte Briand-Kellogg, signé au Quai d’Orsay le 27 août 1928, fut une nouvelle déception. En fait, Briand avait espéré ramener les Américains dans les problèmes de sécurité en Europe, effaçant ainsi les effets désastreux de la non-ratification par les États-Unis du traité de Versailles, qui avait déséquilibré tout le projet de 1919. Mais les Américains ne voulaient pas être impliqués dans les affaires européennes et la diplomatie américaine réussit à transformer le projet français en une déclaration déclamatoire mais sans efficacité25.

  • 26 Sur le plan Briand d’Union Européenne de 1929-1930 on dispose désormais d’un ouvrage fondamental : (...)
  • 27 On trouvera ce mémorandum ainsi que quelques documents fondamentaux de cette affaire en annexe au (...)
  • 28 L. Weiss, op. cit., tome II, p. 309-315. On pourra se reporter aussi aux Mémoires d’A. François-Po (...)

20Parfaitement conscient de cet échec, mais gardant contre mauvaise fortune bon visage, Briand prépara un nouveau projet. Ce fut le plan d’« Union européenne » qu’il présenta en septembre 1929 devant l’assemblée de la Société des Nations26. L’Europe Nouvelle et Louise Weiss s’investirent totalement dans cette nouvelle tentative de Briand pour construire la paix en Europe. On constate d’ailleurs que le projet, qui prit forme par le mémorandum français du 1er mai 1930, reprend et synthétise les thèmes, politiques et économiques, développés dans L’Europe Nouvelle depuis dix ans27. Hélas, l’assemblée suivante de la SDN, en septembre 1930, où l’on devait débattre des propositions françaises, fut troublée par l’annonce de la première grande victoire électorale des nazis. Briand se serait laissé allé à dire : « c’est foutu ». Son projet allait finir par se perdre dans les sables de comités et de sous-commissions. Louise Weiss, elle, ne s’y trompa pas. Elle a raconté dans ses Mémoires le choc qu’elle éprouva lors du voyage qu’elle fit en Allemagne en septembre 1931, accompagnant Pierre Laval, président du Conseil, et Aristide Briand, toujours ministre des Affaires étrangères, pour installer André François-Poncet comme ambassadeur de France à Berlin, dans un ultime effort pour sauver ce qui pouvait l’être encore des relations franco-allemandes28. Horrifiée par ce qu’elle avait vu et entendu à Berlin, elle passa, avant de rentrer à Paris, par Prague où elle dit à son ami Benes que Hitler était à la veille d’arriver au pouvoir ; il ne voulut pas la croire.

  • 29 C. Rousseau a repris l’essentiel des conclusions de sa recherche sur La Nouvelle École de la Paix (...)
  • 30 On pourra trouver une documentation sur La Nouvelle École de la Paix dans le fonds Louise Weiss de (...)
  • 31 On constate que dans les débats de La Nouvelle École de la Paix le nazisme était de façon générale (...)
  • 32 Un système de bourses permettait à des étudiants d’aller à Genève s’initier aux travaux de la SDN. (...)

21Malgré ses appréhensions, et désormais son pessimisme, Louise Weiss voulut encore se battre. L’Europe Nouvelle ne suffisait plus. Elle fonda en 1930 La Nouvelle École de la Paix29, lieu de pédagogie des relations internationales et de la paix. L’entreprise fut financièrement soutenue par la Ville de Paris et les ministères de l’Instruction publique et des Affaires étrangères. D’abord installée dans les locaux de L’Europe Nouvelle, elle obtint en 1931 le privilège de pouvoir tenir ses réunions dans l’amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne. En effet l’essentiel de ses activités consistait à rassembler, chaque semaine de novembre à mai, un public d’étudiants et d’hommes et de femmes intéressés par la vie internationale de leur temps pour écouter des conférenciers, personnalités éminentes, hommes politiques, économistes, écrivains français et étrangers, et débattre du sujet traité. Les liens étaient étroits avec la Société des Nations et les travaux qui s’y déroulaient30. Chaque année universitaire, les séances étaient axées sur un thème majeur ; ce furent, en 1930-1931, l’œuvre de la SDN ; en 1931-1932, le plan Briand d’union européenne ; en 1932-1933, la crise économique mondiale ; en 1933-1934, le pouvoir, les États, l’Allemagne31 ; en 1934-1935, l’évolution de l’Europe. Les activités de L’École, on le voit, « collaient » à l’actualité, cherchant toujours à associer à une information de qualité une pédagogie de la paix32. Parmi les plus connues des personnalités qui participèrent aux activités de La Nouvelle École de la Paix citons, dans le désordre, Germain Martin, Albert Thomas, Jacques Rueff, Georges Bonnet, Georges Boris, Henri de Jouvenel, Wladimir d’Ormesson, Jacques Kayser, Jules Saueurwein, Friedrich Sieburg, Rudolf Breitscheid, Jules Romains, Édouard Herriot, Julien Benda, Drieu La Rochelle, Paul Valéry.

  • 33 Elle assista elle-même à la scène et en fit l’objet d’un éditorial de son journal. Dans ses Mémoir (...)
  • 34 Ibidem, p. 339-341.
  • 35 Le journal passa aux mains d’Alfred Fabre-Luce et de Jacques Benoist-Méchin.

22Mais Louise Weiss comprit bientôt que les espoirs des années vingt étaient en train de se transformer en illusions dangereuses. Le 30 janvier 1933 Hitler était de-venu chancelier du Reich. Parmi les collaborateurs de L’Europe Nouvelle et les conférenciers de La Nouvelle École de la Paix, dont on a cité les noms, il en était qui faisaient montre de complaisances à l’égard de l’Allemagne d’Hitler, qui d’ailleurs parlait volontiers lui aussi d’une nouvelle Europe ; on devait en retrouver plus tard certains dans la pire collaboration intellectuelle et politique. Beaucoup aussi continuèrent longtemps à penser que la paix à tout prix restait la valeur suprême et qu’elle méritait bien des sacrifices ; le pacifisme absolu devait en conduire certains au défaitisme. Louise Weiss sentit très tôt les dangers de l’une et l’autre de ces dérives. Un tel dévoiement de ses espoirs de paix la peinait profondément, et elle craignit qu’à poursuivre dans cette voie on risquait fort de faire le jeu de l’Allemagne devenue nazie. L’Homme était pour elle une valeur plus haute que la paix. Elle fut scandalisée, à l’automne 1933, quand Josef Goebbels, ministre de Hitler, parlant lui aussi d’« Europe » et de « paix » à la tribune de la Société des Nations (que l’Allemagne n’avait pas encore quittée), fut applaudi par les mêmes délégués qui avaient ovationné Aristide Briand deux ans auparavant. C’en était trop ; cela ne pouvait plus continuer33. La lucidité de son esprit ne pouvait tolérer une telle impudence. Il est vrai aussi que ses origines et les leçons qu’elle avait reçues dans sa famille l’immu-nisaient contre les effets d’une propagande aussi grossièrement mensongère, auxquels tant d’esprit pourtant succombèrent si longtemps. Elle décida de se séparer de L’Europe Nouvelle, ce qu’elle annonça par l’éditorial du numéro du 3 février 1934 : « Il est temps pour moi de dire adieu aux lecteurs de L’Europe Nouvelle... Ceux qui veulent bien considérer l’avenir comprendront qu’un être sur lequel a pesé la nécessité de prendre chaque semaine des déterminations si diverses et qui entend poursuivre son action se doive maintenant de réfléchir longuement et, au besoin, s’accorder un temps de retraite »34. Il s’en trouvera plus tard pour lui reprocher de ne pas avoir été plus explicite sur les raisons de son départ et de ne pas avoir véritablement sabordé le journal35. On était en février 1934 ; à d’autres, et des plus illustres, ne fallut-il pas beaucoup plus de temps pour devenir lucides ?

23 La Nouvelle École de la Paix fonctionna encore quelques temps. Mais dans l’hiver 1934-1935 des conférences de Jules Romains, puis d’Henri de Man et surtout de Drieu La Rochelle inquiétèrent. Bientôt la contestation apparut dans les débats : la vie politique se durcissait en France et Louise Weiss craignit de voir la sérénité, voire la sécurité de ses assemblées menacées. Au conseil d’administration du 20 janvier 1936, donc avant même le coup de force hitlérien de la remilitarisation de la Rhénanie, elle demanda et obtint la suspension des conférences. L’École se survécut dans des activités secondaires et fut finalement dissoutes le 20 décembre 1939.

  • 36 Interview de Louise Weiss par Vera Florence et Marie-Claude Leburgue et diffusée le 2 janvier 1979 (...)
  • 37 G. Suarez, Briand, tome VI, Paris, Plon, 952, p. 368-370.

24Restait un dernier espoir : le rôle des femmes. Aussitôt après le départ de L’Europe Nouvelle Louise Weiss se lança dans un nouveau combat pour obtenir le vote des femmes. Certes, elle se lança dans ce combat pour une raison évidente de justice, à l’exemple des suffragettes anglaises : pourquoi et au nom de quoi cette exclusion des femmes de la vie politique ? Mais elle en donna aussi plus tard une motivation plus personnelle, liée à l’histoire de sa génération : pourquoi l’exclusion de la vie politique des deux millions de Françaises qui n’avaient pas pu fonder de famille parce que ceux qui auraient dû être leurs compagnons dormaient de leur sommeil éternel dans les cimetières militaires ou survivaient, invalides, dans les hospices ?36. Et il me revient à l’esprit ces phrases prononcées par Aristide Briand, dont elle fut si proche dans les dernières années de la vie de celui-ci, le 14 juin 1931. C’était à Gourdon, dans le Lot, et ce fut le dernier discours public de grand tribun. Les anciens combattants étaient rassemblés là pour un banquet fraternel, et beaucoup avaient amené leur femme. Briand leur dit : « Tant que les femmes seront avec nous, tant qu’elles défendront leur pays, leur mari, leurs frères, leurs enfants, tant qu’avec la bonté profonde de leur cœur elles s’efforceront d’aider à la défense de l’humanité contre les atrocités de la guerre, notre cause sera en de bonnes mains : je les supplie de ne pas la déserter. C’est vers elles que je me tourne en cet instant solennel ! »37. La paix par les femmes ? Comment Louise Weiss n’aurait-elle pas entendu cet appel ultime de son vieil et grand ami ? Là aussi ce fut pour elle une grave déception. Trompant ses espoirs, le Front populaire ne donna pas le droit de vote aux femmes.

  • 38 À la veille de la seconde guerre et au début de celle-ci, Louise Weiss partagea une grande passion (...)

25La guerre arriva. Elle l’avait vu venir, sans illusion, mais aussi avec une grande crainte ; parce qu’elle allait apporter à nouveau son cortège de souffrances et de deuils, bien sûr, mais aussi parce que sa lucidité et les connaissances de la situation qu’elle tenait de son réseau de relations lui avaient appris l’impréparation française et le déséquilibre profond du rapport des forces entre la France et l’Allemagne38.

  • 39 Ce discours, où se révèle sa très grande culture, a été publié dans L. Weiss, op. cit., Lausanne, (...)

26Ce n’est pas ici le lieu de traiter de ses activités pendant l’occupation et dans la Résistance. Il importe toutefois de rappeler qu’elle espéra à nouveau jouer un rôle politique après 1945 (elle n’avait que cinquante-deux ans), mais la nouvelle génération ne lui fit pas de place. Elle collabora plusieurs années avec Gaston Bouthoul à l’Institut de polémologie qui avait repris ses ambitions des années vingt : la prévention des conflits par l’analyse scientifique et la pédagogie de la paix. Ce fut pour elle une nouvelle déception intellectuelle et personnelle. Elle parcourut le monde, avec une préférence pour les civilisations exotiques et les pays primitifs, à la recherche d’on ne sait quel mystère de l’Homme. Une immense joie pour elle, et une consolation après tant de déceptions, fut de tenir à Strasbourg, le 17 juillet 1979, comme doyenne d’âge, le discours inaugural du premier parlement européen élu au suffrage universel, celui des hommes et des femmes39.

  • 40 Il y en eut deux, l’un à Paris et l’autre à Strasbourg.

27Elle mourut à Paris, sans héritiers directs ; par testament elle, qui avait reçu une éducation laïque et n’avait jamais pratiqué aucun culte, manifesta le souhait d’un service protestant40 ; et elle fit de la ville alsacienne de Saverne, proche de La Petite Pierre d’où venait son ascendance paternelle et son nom, sa légataire.

28Un destin hors série, une vie apparemment gâchée, mais dont l’intensité et la richesse apportent tant aux réflexions des historiens du siècle qui se termine.

Notes

1 La publication en a débuté à la fin des années 1960 chez Payot et elle a été reprise et achevée chez Albin Michel dans les années 1970.

2 Il y a lieu de penser que ces papiers, transférés en Allemagne, y ont été saisis par les Soviétiques, dans la mesure où ils n’avaient pas disparu. Lorsqu’en 1994 les autorités russes rendirent à la France certaines archives françaises, un espoir fut permis ; il fut déçu. Certains dossiers de Louise Weiss furent restitués, concernant sa famille, son enfance et des coupures de journaux. Rien de politique sur l’entre-deux-guerres.

3 Pour ces années, on y trouve essentiellement une documentation concernant le fonctionnement et les conférences publiques de La Nouvelle École de la Paix que Louis Weiss créa en 1930 et qui fut mise en sommeil dès 1936. Voir ci-dessous.

4 C. Bertin, Louise Weiss, Paris, Albin Michel, 1999, 520 pages.

5 Ibidem, p. 519.

6 On remarquera que l’éditeur est le même. En bonne méthode historique on préférera l’original au remake.

7 J. Bariéty, Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale, Paris, Pedone, 1977.

8 C. Rousseau prépara dans mon séminaire à la Sorbonne deux travaux restés inédits : L’Europe Nouvelle et les relations franco-allemandes (1924-1930), mémoire de maîtrise, 1990, 440 p. ; La Nouvelle École de la Paix, Mémoire de DEA, 1991,150 p.

9 Le siège de l’Association est au Musée Louise Weiss, installé dans le château de Rohan à Saverne, auquel Louise Weiss a légué beaucoup de ses biens.

10 Louise Weiss l’Européenne, Lausanne, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, 1994, 594 p. On y trouvera notamment, p. 195-250, un article de C. Rousseau, « Louise Weiss, l’Europe et la Paix durant l’entre-deux-guerres » reprenant l’essentiel des conclusions de ses mémoires de maîtrise et de DEA.

11 Voir Louise Weiss l’Européenne, op. cit., t. 1 : une petite fille du siècle (1893-1919) ; É. Roudinesco, Généalogies, Paris, 1994 et C. Bertin, op. cit., p. 13-sq.

12 Il y avait eu un lien de famille avec Émile Erckmann, l’ami d’Alexandre Chatrian. Il y en a eut un aussi avec Jean-Frédéric Oberlin, le célèbre pasteur, théologien et philanthrope du Ban de la Roche, dans les Vosges alsaciennes.

13 Le grand-père maternel de Louise, Émile Javal, fut un savant ophtalmologue et membre de l’Académie de Médecine. Son arrière grand-père, Léopold Javal, fut député de l’Yonne et participa à la proclamation de la République le 4 septembre 1870.

14 Un ancêtre, négociant à Prague, qui avait aidé l’empereur François II de Habsbourg à payer la contribution de guerre exigée par Napoléon, fut anobli en récompense de ce service. Son fils, Léopold von Laemmel, fut l’un des fondateurs de la Creditanstalt, la principale banque d’affaires de l’empire.

15 L’inspection générale lui proposa un poste au Lycée de Chatellerault, qu’elle refusa et elle démissionna. C. Bertin écrit, op. cit., p. 57, que le traitement proposé était « dérisoire ». Louise Weiss n’en conserva pas moins, toute sa vie, la fierté d’avoir été reçue à l’agrégation, ce dont elle se prévalait souvent, et elle entretint des relations amicales avec de nombreux universitaires.

16 Elle fit aussi, par la suite, des reportages pour Le Petit Parisien d’Élie J. Bois qui lui apprit le métier de journaliste.

17 Comme on le devine à la lecture de ses Mémoires – ce qu’elle a bien voulu me dire me l’a confirmé – Stefanik fut la grande passion amoureuse de sa jeunesse, mais qui ne se réalisa pas. Stefanik, devenu entre temps général et ministre de la Guerre de la toute nouvelle Tchécoslovaquie, lui apprit au début de 1919 ses fiançailles avec une jeune italienne ; la façon qu’il eut de le lui annoncer la blessa profondément. Le 4 mai 1919, Stefanik trouva la mort dans un accident d’avion. Au delà de cette épreuve personnelle, Louise Weiss devait rester fidèle à son amitié pour Benes et au modèle politique de la Tchécoslovaquie d’alors. En mars 1999 se tint à Paris un colloque sur Stefanik et la Slovaquie, dont on souhaite que les Actes soient publiés.

18 Sur L’Europe Nouvelle notre source essentielle est le mémoire de maîtrise de Corinne Rousseau. Avec la mort inopinée de Philippe Millet, en octobre 1923, L’Europe Nouvelle devint véritablement l’affaire de Louise Weiss qui choisit comme plus proches collaborateurs Louis Joxe et Jacques Benoist-Méchin, dont les destins allaient tant diverger.

19 À son retour à Paris, Louise fit, sous la présidence de Paul Painlevé, une conférence sur « a situation en Russie » ; elle n’en parle pas dans ses Mémoires, mais le texte de la conférence est conservée à la Bibliothèque Nationale (département des manuscrits, D 8406).

20 Elle fut particulièrement émue par le sort misérable des Françaises, qui avaient été institutrices et gouvernantes dans les grandes familles russes d’avant la révolution, et qui étaient abandonnées de tous. Elle parvint à en faire rapatrier un certain nombre en France avec l’aide de son ami Benes, qui disposait de quelque influence à Moscou.

21 Elle était à Berlin et s’efforçait d’obtenir pour la Russie un visa qui tardait. Sa mère vint la rechercher et la ramena à Paris. Les relations de Louise avec ses parents furent très complexes.

22 Cette affaire, elle aussi, a fait l’objet de travaux effectués dans mon séminaire et restés inédits.

23 Louise Weiss, se trouvant alors en Amérique, n’assista pas à la conférence de Locarno. Sinon, elle participa à toutes les grandes conférences internationales de l’ère Briand, dans l’entourage du grand homme. De ce fait la collection de L’Europe Nouvelle est une source de première qualité pour la vie internationale des années 1925-1931. Paul Painlevé, président du Conseil d’avril à novembre 1925, aida financièrement Louise Weiss.

24 Louise Weiss séjourna à Berlin à la fin de 1924 et y rencontra toutes sortes de personnalités, dont Streseman dont elle écrit « quel redoutable adversaire » (Mémoires d’une Européenne, op. cit., tome II, p. 229). À la suite de ce séjour elle publia un numéro spécial de L’Europe Nouvelle, le 14 mars 1925, qui mérite toujours de retenir l’attention de l’historien.

25 J. Bariéty, « Le pacte Briand-Kellogg de renonciation à la guerre de 1928 », dans J. Bariéty et A. Fleury éd., Mouvements et initiatives de paix dans la politique internationale (1867-1928), Berne, Peter Lang, 1987, p. 355-370.

26 Sur le plan Briand d’Union Européenne de 1929-1930 on dispose désormais d’un ouvrage fondamental : A. Fleury éd., Le plan Briand d’union fédérale européenne, Berne, Peter Lang, 1999, 610 p., actes d’un colloque tenu à l’université de Genève, en septembre 1991, par l’Association Internationale d’Histoire contemporaine de l’Europe. On pourra voir aussi J. Bariéty, « Le projet d’union européenne d’Aristide Briand », dans G. Soutou et J. Berenger éd., L’Ordre européen du XVIe au XXe siècle, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1999.

27 On trouvera ce mémorandum ainsi que quelques documents fondamentaux de cette affaire en annexe au livre ci-dessus mentionné et édité par A. Fleury.

28 L. Weiss, op. cit., tome II, p. 309-315. On pourra se reporter aussi aux Mémoires d’A. François-Poncet, Souvenirs d’une ambassade à Berlin, Paris, 1946. André François-Poncet avait été délégué-adjoint à la Société des Nations en 1930 et sous-secrétaire d’État à l’Économie nationale dans le gouvernement Laval-Briand de 1931. Il eut à s’occuper du plan Briand.

29 C. Rousseau a repris l’essentiel des conclusions de sa recherche sur La Nouvelle École de la Paix dans Louise Weiss l’Européenne, op. cit., Lausanne, p. 228-250.

30 On pourra trouver une documentation sur La Nouvelle École de la Paix dans le fonds Louise Weiss de la Bibliothèque Nationale (voir note 3).

31 On constate que dans les débats de La Nouvelle École de la Paix le nazisme était de façon générale formellement condamné, mais le fascisme italien trouva des défenseurs.

32 Un système de bourses permettait à des étudiants d’aller à Genève s’initier aux travaux de la SDN. D’autre part, l’exemple de l’École fut imité dans plusieurs grandes villes de provinces.

33 Elle assista elle-même à la scène et en fit l’objet d’un éditorial de son journal. Dans ses Mémoires d'une Européenne, op. cit., tome II, p. 327-328, elle cite cet éditorial qui concluait que le but de l’Allemagne était « de réarmer clandestinement sans être plus inquiétée qu’elle ne l’est actuellement ». Dans ses Mémoires, elle ajoute : « c’était la fin du rêve du Pèlerin de la Paix. Et, aussi, le mien ».

34 Ibidem, p. 339-341.

35 Le journal passa aux mains d’Alfred Fabre-Luce et de Jacques Benoist-Méchin.

36 Interview de Louise Weiss par Vera Florence et Marie-Claude Leburgue et diffusée le 2 janvier 1979 par la Radio Suisse Romande. Ce texte a été publié dans L. Weiss, L’Européenne, op. cit., Lausanne, p. 457-479.

37 G. Suarez, Briand, tome VI, Paris, Plon, 952, p. 368-370.

38 À la veille de la seconde guerre et au début de celle-ci, Louise Weiss partagea une grande passion avec une personnalité qu’elle appelle « le Chevalier » et qui semble avoir eu des raisons d’être bien informée. Celui-ci, ancien combattant de la première guerre, fut tué au combat comme officier de réserve pendant la campagne de France du printemps 1940. L. Weiss, Mémoires d’une Européenne, op. cit., tome IV : le sacrifice du Chevalier.

39 Ce discours, où se révèle sa très grande culture, a été publié dans L. Weiss, op. cit., Lausanne, p. 481-502. Elle avait été élue sur la liste RPR.

40 Il y en eut deux, l’un à Paris et l’autre à Strasbourg.

Auteur

Paris – Sorbonne

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540