Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

I - La paix par la solidarité internationale

Les protestants français et le problème de la paix en 1919

André Encrevé

Texte intégral

1À la fin de l’année 1918 Charles Maurras, antiprotestant notoire, écrit, à propos du président Wilson et du problème de la paix :

  • 1 Tel est le nom du navire sur lequel Wilson voyage à l’occasion de son séjour en Europe après l’arm (...)
  • 2 Cité par la Revue chrétienne, 1918, p. 423-424.

« Ce n’est pas sur un Washington1, c’est sur un Mayflower que le petit-fils des Puritains a repassé l’abîme atlantique. Sa doctrine politique est la conclusion logique d’une foi. Ah si cette foi devenait la foi du monde, tout le reste serait non aisé ni facile (rien de supérieur n’est aisé ni facile) mais possible et, par conséquent, nécessaire. Ôtez ce support, qu’est-ce qui tient ? »2.

2Certes, répond le pasteur John Viénot, qui, il est vrai, n’en tire par les mêmes conclusions que Maurras. Il précise, en effet :

  • 3 Ibid., p. 424.

« Et nous voilà devant la vraie question. L’avenir du monde, la Société des Nations, dépendent de la réalisation dans les faits de l’idéalisme chrétien [...] C’est la conviction qui ressort de toute notre activité, la base granitique de nos plus belles espérances »3.

3On le voit, deux hommes aussi opposés que Ch. Maurras et J. Viénot sont d’accord pour estimer que la question d’une paix chrétienne, voire, étant donné les convictions religieuses de Wilson, d’une paix protestante peut se poser en 1919, même si Maurras répond par la négative. D’ailleurs, à cette date bien des huguenots vont rechercher les voies d’une véritable pacification des rapports entre les Allemands et les Français, incluant une reprise des relations entre les Églises protestantes des deux pays, étant entendu, naturellement, qu’un chrétien ne saurait rester insensible à l’appel au pardon.

  • 4 Pour l’environnement général des débats évoqués dans cette communication, consulter : P. Harismend (...)

4Pour traiter cette question j’aborderai donc successivement les réflexions des protestants avant l’armistice, puis leurs réactions devant la SDN, que nombre d’entre eux regardent comme au moins d’inspiration protestante, et enfin leurs réactions face au traité de paix ainsi que leurs initiatives à propos de la reprise de relations fraternelles avec les Églises protestantes allemandes, qui en sont la conséquence4.

Le problème de la paix avant l’armistice

  • 5 Cité, notamment car c’est un texte célèbre, par L. Gambarotto, Foi et Patrie, la prédication du pr (...)

5Pour comprendre leurs réactions il convient tout d’abord de se souvenir qu’en 1914 et durant toute la guerre les protestants adoptent en général une attitude très fermement patriotique. Très rares, en effet, sont ceux qui estiment que la France peut avoir une part de responsabilité, si petite soit-elle, dans le déclenchement du conflit. Cependant, le 4 août 1914, avant que les combats aient effectivement commencé, le pasteur Charles Babut, prend une initiative originale : il écrit à un pasteur allemand, Ernst Dryander, premier prédicateur de la Cour de Berlin, qu’il connaît personnellement, pour que, précise-t-il, « l’amour fraternel, qui ne doit jamais cesser d’animer les disciples du Christ, fût, en dépit de la guerre, maintenu et proclamé ». Et, dans ce but, il lui propose de s’associer à une déclaration où les chrétiens des pays en guerre s’engageraient notamment « sous le regard et avec l’aide de Dieu, à bannir de leurs cœurs toute haine » et à « employer toute l’influence dont ils peuvent disposer pour que la guerre soit conduite avec autant d’humanité que possible, pour que le vainqueur quel qu’il soit n’abuse pas de sa force, pour que les personnes et les droits des faibles soient respectés »5.

  • 6 Elle est également signée par deux autres pasteurs, Theodor Lahusen et Karl Axenfeld, mais elle es (...)
  • 7 Cité par L. Gambarotto, ibid, p. 442 et 443.

6C’est peu de dire que la réponse de Dryander6 indigne les huguenots. Datée eu 15 septembre 1914, et donc postérieure à la violation de la neutralité de la Belgique, à l’invasion du Nord de la France et aux représailles à l’encontre de la population civile qui ont scandalisé tous les Français, elle affirme qu’il n’y a pas « la plus lointaine apparence » pour qu’on ait besoin « en Allemagne d’un avertissement ou d’un effort quelconque pour que la guerre soit conduite en accord avec ces principes chrétiens » et que « de notre côté on combat avec une maîtrise de soi, une conscience et une douceur dont l’histoire universelle n’offre peut-être pas d’exemple ». De plus, en réponse à la violation de la neutralité de la Belgique (non évoquée par Babut, mais dont les Alliés font usage dans leur propagande), la lettre soutient que les Allemands sont semblables à un « homme paisible qui serait assailli en même temps par trois hyènes altérées de sang » et que « quand on lutte pour sa vie on ne se demande pas si l’on enfonce, dans le combat, le portail de son voisin »7. On imagine sans peine l’effet d’une telle lettre en France.

7D’ailleurs le 28 septembre le Conseil de la Fédération protestante de France répond, en quelque sorte, par un manifeste où l’on peut lire que :

  • 8 Ibid., p. 446.

« Au nom du protestantisme tout entier, [le Conseil] exprime sa profonde douleur de voir, après tant de siècles de christianisme, deux grands empires violer systématiquement les règles les mieux établies du droit des gens [...] réprouve l’abus de phrases pieuses dont les empereurs d’Allemagne et d’Autriche donnent le scandaleux exemple depuis le début des hostilités [...] dénonce à la chrétienté tout entière le mal accompli par des pratiques qui déguisent, sous un vêtement de paroles évangéliques, la négation de la religion des prophètes et de Jésus-Christ »8.

  • 9 Consulter à ce sujet D. Robert, « Les protestants français et la guerre de 1914-1918 », dans Franc (...)

8On le voit, les positions des deux camps ne sont pas de nature à faciliter la reprise de relations fraternelles après la fin de la guerre. D’autant plus que la durée du conflit, son ampleur et son acharnement ne font rien pour arranger les choses. De ce fait, comme on peut s’y attendre, les protestants ne voient, en général, dans les tentatives de médiations de 1917 que la marque de la propagande allemande, qu’elles viennent des socialistes révolutionnaires, du pape ou des protestants Scandinaves9.

  • 10 Il écrit, par exemple, dans le numéro du 2 février 1918 : « L’Allemagne tout entière persévère dan (...)
  • 11 Revue chrétienne, 1919, p. 108, article de F. Maugé.
  • 12 Numéro du 25 octobre 1918, p. 170, col. 4.

9De plus, tout au long de la guerre, et même après l’armistice, une vision particulièrement négative des Allemands est véhiculée par la presse protestante. Et cela aussi bien dans les colonnes d’Évangile et Liberté, où écrit le pasteur Louis Lafon qui, ancien chrétien social passe peu à peu au nationalisme à l’occasion de la guerre10, que dans celles de la Revue chrétienne, qui compare, en janvier 1919 l’Allemagne à une « association de malfaiteurs »11. Quant à L’Église libre elle soutient en octobre 1918 que : « c’est froidement, c’est systématiquement, c’est par ordre que l’armée allemande a assassiné, incendié, pillé, déporté en masse, réduit les régions évacuées en désert »12. Le 22 novembre 1918, dans un éditorial particulièrement incisif, mais qui traduit bien le sentiment général des huguenots, le pasteur M. Hirsch écrit :

  • 13 Idem, p. 185, col. 1.

« Avoir par orgueil — un orgueil poussé jusqu’à la démence — jeté le monde dans cette tuerie de cinquante et un mois ; avoir ajouté, aux massacres du champ de bataille, l’assassinat des femmes et des enfants [...] avoir saupoudré tout cela de textes bibliques et l’avoir légitimé par le droit souverain de la force [...] tous les démons réunis n’avaient jamais rien trouvé de pareil »13.

  • 14 Idem, p. 95.
  • 15 Voir, par exemple Le Témoignage, le journal des luthériens publié à Paris, mais très sensible, nat (...)

10Même un chrétien social convaincu comme Édouard de Boyve écrit en août 1918 dans L’Émancipation, qu’avec « l’Allemagne, l’Autriche et la Turquie se trouvent le mensonge, la violation de tous les engagements et tous les crimes les plus odieux »14. Naturellement, après l’armistice et les récits des habitants des régions occupées, l’indignation ne fera que croître15. Au fond, en 1919 l’image que les protestants français ont des Allemands fait penser, à un degré un peu inférieur, à celle qu’ils auront en 1945.

  • 16 Numéro du 19 janvier 1918, p. 11, col. 3. Lafon reste cependant méfiant, non au sujet des intentio (...)

11À partir de 1918, toutefois, il devient indispensable de se préoccuper de la paix, en raison, certes, de la prolongation du conflit, mais aussi, et surtout, parce que les célèbres 14 points du président Wilson, qui sont en fait les buts de guerre des Américains, contraignent à réfléchir et à faire des propositions. D’une façon générale, les 14 points sont plutôt bien accueillis par les huguenots. Il est vrai qu’il sont présentés par un protestant convaincu, qui se trouve à la tête d’un pays à large majorité protestante. Dans Évangile et liberté le pasteur Louis Lafon exprime bien cet élément en soutenant que « les protestants de France ont retrouvé leur âme dans le verbe puissant qui leur apporte de l’autre côté de l’Océan toutes leurs aspirations, leurs revendications éternelles de liberté pour tous »16.

12Sur un plan plus général, dans Le Christianisme au XXe siècle, le pasteur Paul Doumergue se félicite de voir le problème moral placé au premier plan par Wilson. L’idée d’une paix maintenue par une Société des nations, et non plus par la force ne peut, en effet, que renforcer les Français dans l’idée qu’ils font la guerre pour la défense du droit. Paul Doumergue écrit ainsi qu’à la suite de l’initiative de Wilson :

  • 17 Numéro du 31 janvier 1918, p. 33, col. 2. Voir, dans le même sens, la réaction d’Émile Doumergue ( (...)

« [...] la question morale est devenue la question du monde nouveau. Les empires du centre auront beau ergoter — sourire de cette utopie, fulminer contre cette impudence, la Déclaration des droits et des devoirs internationaux a été portée devant la conscience des peuples et cette conscience n’en sera plus dessaisie. Les buts de guerre sont posés, dressés ; ils ne seront plus déplacés, abaissés. C’est là un pas en avant, un grand pas »17.

  • 18 Évangile et Liberté, du 19 janvier 1918, p. 12, col. 3. Il affirme aussi : « La chose essentielle (...)

13Certes, mais tout cela reste bien général. Dans le courant de l’année 1918 on note, toutefois, une réflexion sur la paix dans certains journaux protestants. Une partie, il est vrai, se contente de remarques qui ne sont pas spécifiquement religieuses. C’est ainsi, par exemple, que dans Évangile et Liberté A. Reyss semble assimiler la paix à la victoire de l’armée française : « Nous vaincrons et la paix et la justice finiront par régner sur la terre », soutient-il18. D’autres, plus profonds mais assez isolés, affirment qu’une paix durable ne pourra pas être obtenue si l’on accorde pas aux Allemands des satisfactions légitimes. Émile Doumergue écrit ainsi en avril 1918 dans Foi et Vie qu’il n’y a que deux manières de terminer une guerre, soit l’anéantissement du vaincu soit la satisfaction générale des belligérants. Optant pour la seconde solution il affirme :

  • 19 Numéro du 10 avril 1918, p. 120, col. 2.

« [...] il reste une seule issue, par laquelle puisse passer la paix : la satisfaction, la satisfaction de tous les peuples, même des Allemands. Il ne faut pas vouloir traiter les Allemands comme les Turcs traitent les Arméniens. [...] Chaque peuple libéré, libre, doit respecter la liberté des autres, doit être obligé et, s’il le faut, contraint, à respecter la liberté de tous les autres »19.

  • 20 Voir p. 283.
  • 21 Évangile et Liberté, 27 avril 1918, p. 82, col. 1 et 3.

14Il est vrai qu’il ajoute que tel est le sens qu’il donne à la Société des Nations. Il reste que cette prise de position, qu’il renouvelle d’ailleurs le 10 octobre 1918 alors que la situation militaire est totalement favorable à la France20, lui vaut une polémique avec Louis Lafon, qui soutient, tout simplement, que « la victoire des Alliés sera celle de la justice et que la justice ne peut pas satisfaire le peuple allemand [...] d’être obligé quand on est un bandit, à vivre désormais en honnête homme, ce n’est pas pour le bandit une satisfaction »21.

  • 22 Cité, notamment, par Le Christianisme au XXe siècle, 28 mars 1918, p. 98, col. 2.

15Toutefois, la position dominante est bien exprimée par la Fédération protestante de France en mars 1918. Elle avait été conviée par trois évêques luthériens Scandinaves à participer à une conférence internationale dont le but serait de rechercher les moyens de rétablir l’unité spirituelle de la chrétienté, donc la paix entre les membres des différentes Églises, en s’abstenant de parler des origines de la guerre. Naturellement, la Fédération protestante refuse de participer à une telle réunion. Tout en rendant hommage aux intentions de ses promoteurs, elle répond classiquement que « notre premier devoir est de rester plus que jamais en communion avec notre peuple victime d’une injuste agression »22. S’interrogeant ensuite sur le moyen de rétablir la communion spirituelle, elle commence par refuser toute idée de silence sur les origines de la guerre :

  • 23 Ibid.

« La communion spirituelle, pour n’être pas un vain simulacre [...] a pour condition essentielle [...] la confession des responsabilités encourues, et la répudiation formelle des injustices commises. Les coupables quels qu’ils soient doivent être déclarés coupables. Un silence honteux sur tous ces points ne serait qu’un mensonge ; et la chrétienté, sous une apparence d’unité, restant divisée dans son fond serait sans rayonnement autour d’elle »23.

16Puis, à mots couverts mais de façon parfaitement claire, ils affirment qu’ils demanderont la condamnation de l’Allemagne avant d’envisager toute idée de pacification entre Églises :

  • 24 Ibid., col. 3. Dans sa contribution déjà citée Daniel Robert donne de très larges extraits de ce t (...)

Une fois la paix signée : « Nous demanderons, au nom même de cet honneur de Dieu [...] que la lumière complète soit faite sur les causes de la guerre et sur la façon dont elle a été déclarée et engagée. Nous demanderons à l’humanité d’appeler le bien : bien ; et le mal : mal. Nous lui demanderons de condamner solennellement tout mépris par la raison d’État de la parole donnée et des engagements internationaux. Nous lui demanderons de proclamer que la force ne prime jamais le droit [...] et que toutes les violations [du droit] doivent en être réparées »24.

17il est clair que la violation de la neutralité de la Belgique est sous jacente à cette argumentation. Mais aussi qu’elle offre aux Français un angle d’attaque que les Allemands et les neutres auront du mal à combattre, d’autant plus que l’Allemagne a pris l’initiative des opérations militaires en Belgique et qu’elle ne peut guère plaider la légitime défense, sinon à titre préventif, ce qui est toujours délicat. Par ailleurs, les combats ne s’étant pas déroulés sur le territoire allemand les atrocités à l’encontre des populations civiles n’ont été commises que par les Allemands, ce que les Français ne manqueront pas d’exploiter.

  • 25 Voir, par exemple, l’article de J. Viénot dans la Revue chrétienne, 1918, p. 76 : l’annexion de l’ (...)
  • 26 Voir, par exemple l’article de C. Meyer dans Le Témoignage du 1er octobre 1918 : « Mais la guerre (...)

18Précisant la pensée des responsables protestants les journaux insistent sur le fait que la paix ne pouvant naître que de la justice, seule celle-ci, entendue comme la réparation par les Allemands des injustices qu’ils ont commises, notamment l’annexion de l’Alsace-Moselle25, mais aussi de la réparation, plus prosaïque des destructions commises, est de nature à rétablir la paix. La Fédération protestante n’ose pas le dire en face, mais elle utilise à dessein le mot « réparées ». Certains vont d’ailleurs plus loin et, sans trop se préoccuper d’utiliser une argumentation religieuse, demandent tout simplement des garanties26.

19On le voit, avant l’armistice la réflexion sur une pacification de l’Europe conforme aux principes fondamentaux du christianisme, voire simplement acceptable aux regards de ceux-ci, n’est ni très avancée ni très originale. Il est vrai qu’alors elle ne peut guère dépasser le stade théorique. La fin de combats contraint à réfléchir en termes plus concrets.

La SDN

20Chacun le sait, pour Wilson, la SDN est la clé de voûte de son système de maintien de la paix. Et nous avons vu que des hommes comme Ch. Maurras considèrent qu’il s’agit d’un système protestant. Qu’elle soit d’inspiration chrétienne, un pasteur comme Wilfred Monod en est intimement persuadé. À tel point qu’à l’occasion de la fondation de la SDN, le 28 avril 1919, il publie dans la Revue chrétienne un poème intitulé « Société des nations », qui se termine par les deux strophes suivantes :

  • 27 Revue chrétienne, 1919, p. 179.

« Les railleurs ont beau jeu : Société mort-née !
Mars combattra toujours sur la terre fanée
Le genre humain vieilli peut-il créer du neuf ?
Anges, mages, bergers, que notre espoir flamboie !
Adorons l’Avenir qui jette un cri de joie
Sous le mufle de l’âne et le museau du bœuf »27.

  • 28 Il y reprend, aussi, la comparaison avec la naissance du Christ : « Quand la Société des nations j (...)
  • 29 Voir, par exemple Évangile et Liberté du 4 janvier 1919, p. 2, col. 1 et 2 ; ou L’Évangéliste du 3 (...)

21On ne saurait mieux comparer la naissance de la SDN et la naissance du Christ. D’ailleurs, dans ses mémoires, Wilfred Monod qualifie la fondation de la SDN d’apparition « de l’Homme lui-même, c’est-à-dire d’une humanité consciente de son unité en Dieu »28. Il est vrai que, dès le début de l’année 1919 Wilfred Monod, imité en cela par plusieurs publications protestantes, affirme regarder la SDN comme un pas important vers l’établissement du Royaume de Dieu29. Paul Doumergue écrit ainsi :

  • 30 Foi et Vie, 1919, p. 44, col. 1.

« Et si imparfaits, informes que puissent être les premiers linéaments de la Société des Nations, sa stature déjà dressée suffit à imposer le respect. Le chrétien reconnaîtra dans cette lente avance des nations [...] le chemin qui commence aux sentiers de la Galilée, et par delà encore de la Judée et de la Grèce, le chemin qui mène au Royaume de Dieu »30.

  • 31 Voir, par exemple, l’article signé « A. Br. » dans L’Évangéliste du 13 mars 1919, p. 24, col. 1 et (...)
  • 32 Évangile et Liberté du 5 février 1919, p. 31, col. 2.

22Certes, tous les publicistes protestants ne sont pas aussi enthousiastes31. Et, comme on peut s’y attendre, Louis Lafon ne cache pas ses doutes : « La Société des Nations est pour tous les chrétiens une grande espérance. L’espérance c’est la ferme attente de ce qui n’est pas encore [...] », rappelle-t-il32. Il reste qu’incontestablement l’annonce de la formation de la SDN provoque une réflexion proprement religieuse au sein de la communauté protestante.

23Cette attitude s’explique par plusieurs facteurs. Tout d’abord, la SDN est proposée par Wilson. Or celui-ci, très populaire dans toute l’Europe, certes au début de l’année 1919, jouit d’une popularité spécifique dans les rangs des huguenots. La plupart des publications protestantes font paraître à plusieurs reprises des articles particulièrement enthousiastes à son endroit, en raison de ses positions politiques, certes, mais surtout par suite de ses convictions religieuses. C’est ainsi, par exemple, que L’Église libre n’hésite pas à le comparer à Luther :

  • 33 L’Église libre du 21 février 1919, p. 31, col. 1 ; article signé du pseudonyme « Omnès ».

« Il n’est pas difficile d’admirer le Président Wilson. Les raisons qui y obligent abondent : ne fût-ce que cette servitude vis-à-vis de sa conscience — seul moyen d’être libre — qui l’a jeté au milieu de la mêlée non sous le coup du ressentiment [...] qui ne devait rien à la surprise, que tout ce qui était digne d’exister se trouvait menacé par la ruée allemande. C’est alors qu’il fit entendre lui aussi son ‘je ne puis autrement’ qui domine le siècle et tous les siècles, et fait de lui l’un des plus grands parmi les enfants des hommes »33

  • 34 Cité, notamment, par Le Christianisme an XXe siècle du 13 février 1919, p. 59, col. 1.

24À de nombreuses reprises les journaux des huguenots insistent sur le caractère particulièrement protestant de Wilson. Ils rapportent que, recevant le 27 janvier 1919 une délégation de la Fédération protestante de France, Wilson lui déclare : « En de pareilles conjonctures, si je ne croyais pas en la providence de Dieu, je me sentirai perdu en indécision [...] comptez sur moi pour apporter à la défense de notre idéal commun toute la persévérance de l’esprit des Puritains »34. Formules, parmi bien d’autres, qui ne peuvent que provoquer un certain enthousiasme chez les huguenots qui, minoritaires habitués à être presque ignorés de leurs concitoyens, sont particulièrement sensibles à la proclamation de l’Évangile tel qu’ils le comprennent par une voix aussi illustre et aussi écoutée que celle du président de la principale puissance mondiale. Le Christianisme au XXe siècle écrit ainsi :

  • 35 Numéro du 6 février 1919, p. 50, col. 3. Notons aussi, dans le même ordre d’idées, qu’Émile Doumer (...)

« Le président Wilson n’a donc pas oublié en Europe qu’il était fils de pasteur, et que les grands principes dont il s’est fait le champion ont leur source dans l’Évangile interprété par les hommes de la Réformation libératrice »35.

  • 36 Numéro du 27 février 1919, p. 81 ; selon le journal ce spectateur aurait expliqué que cela voulait (...)
  • 37 Le Christianisme au XXe siècle du 12 décembre 1918.
  • 38 Ibid., no du 23 janvier 1919, p. 32.
  • 39 Ibid., no du 30 janvier 1919.
  • 40 Le Témoignage du 19 février 1919, p. 73.
  • 41 Cité, notamment, par Le Témoignage du 5 février 1919, p. 51, col. 2.
  • 42 Revue chrétienne, 1920, p. 263.

25Porté par l’enthousiasme ce même journal n’hésite pas à rapporter que, selon un spectateur qui regardait Wilson descendre solennellement les Champs Élysées, celui-ci aurait eu, alors, un « sourire protestant »36. Par ailleurs, on trouve dans la presse protestante des articles sur Wilson président des 450000 boy-scouts américains37, sur Wilson luttant contre l’alcoolisme38, etc. On publie le récit des audiences accordées par Wilson aux représentants des Églises protestantes d’Italie, à l’occasion de son voyage à Rome, aux représentants de la Fédération protestante39, à ceux de la Société biblique de France40. Il n’est pas jusqu’à la vénérable compagnie des pasteurs de Genève qui soutient que « l’œuvre de [...] Jean Calvin apparaît dans toute sa grandeur en ces jours où le Président Wilson met la merveilleuse puissance de son pays au service de la cause de l’humanité »41. Réfléchissant, à la fin de l’année 1920, alors que Wilson a été désavoué par le Sénat des États-Unis, Wilfred Monod n’hésite pas à le comparer à Moïse, qui a pu contempler la terre promise, mais qui n’a pas pu y entrer42. Il est clair que l’œuvre d’un homme aussi imprégné des principes du protestantisme ne peut qu’être regardée d’un œil favorable par les huguenots.

  • 43 Le Christianisme... du 8 mai 1919, p. 202. Le comité de la Société de l’Histoire du Protestantisme (...)
  • 44 Voir, par exemple, Le Christianisme... du 21 août 1919, p. 377.

26Par ailleurs, la SDN elle-même apparaît à bien des protestants comme d’inspiration protestante. D’ailleurs, estiment-ils, ce n’est pas par hasard qu’elle s’installe à Genève, la ville de Calvin43. Ils relèvent aussi qu’en anglais le mot qui sert à désigner le « Pacte » qui lie les membres de la SDN est « covenant » ; or c’est un mot très célèbre dans le monde calviniste dans la mesure où c’est à l’aide de « covenants » signés entre eux par les protestants écossais à l’appel de John Knox, que ceux-ci ont pu résister à la reine catholique Marie Stuart tout en affirmant leur droit à la liberté et à la résistance à l’oppression44. Par ailleurs Émile Doumergue, spécialiste de Calvin, se plaît à rappeler que ce dernier avait tenu à affirmer que les frontières étaient sacrées, ce qui lui permet, audacieusement, de soutenir :

  • 45 Le Christianisme... du 21 août 1919, p. 377, col. 3.

« Les hommes du XXe siècle sont ainsi revenus au vieux programme calviniste du XVIe siècle. Est-il étonnant qu’ils aient, inconsciemment mais logiquement, songé à établir la Ligue qui doit garantir l’application de ce programme, dans la ville où ce programme a été formulé à l’aurore des temps modernes ? »45.

  • 46 Il se déclare en particulier déçu par son attitude en face des Allemands : « La Société des Nation (...)

27Toutefois, ils savent bien qu’à elle seule et telle qu’elle est constituée, la SDN n’est pas assurée de parvenir à maintenir la paix mondiale. De ce fait, ils cherchent le moyen de lui permettre de mieux tenir son rôle. En avril 1919 Louis Lafon, qui ne cache pas son hostilité à la SDN dans son état actuel46, explique ainsi que pour que celle-ci devienne efficace, il faut d’abord changer les hommes. Il précise :

  • 47 Évangile et Liberté du 23 avril 1919, p. 108, col. 1.

« Il ne faut pas désespérer de la Société des nations, d’une Société des Nations juste, pacifique, gardienne de la vie de la race, mais il ne faut pas l’attendre pour aujourd’hui ni pour demain. Elle sera quand l’Évangile du Christ aura pénétré très profond et plus loin dans les âmes, quand il aura sinon détruit, du moins bridé les égoïsmes des hommes, quand par l’esprit du Dieu vivant, nous aurons remporté, nous les Disciples du Maître, de plus décisives victoires sur le péché [...] Tout le reste est chimère »47.

28En fait, nous retrouvons là un thème assez fréquent dans le protestantisme et qui est le reflet de ses conceptions doctrinales et ecclésiastiques. Chacun le sait, le protestantisme ignore la sacralité de l’objet, fût-ce une civilisation (seule les personnes sont « sacrées », c’est-à-dire en relation avec Dieu). De ce fait, sa notion de civilisation chrétienne est très différente de celle que défend alors la hiérarchie catholique et que l’on trouve décrite, par exemple, dans l’encyclique Rerum novarum, c’est-à-dire une civilisation dont les institutions sont approuvées et contrôlées par l’Église. Pour les protestants, une civilisation chrétienne — dans le problème qui nous occupe elle serait une civilisation pacifiée et donc pacifique — est une civilisation où tous les individus se conduisent, librement, sans contrainte et sous l’effet des seuls arrêts de leur conscience, comme d’authentiques chrétiens. D’autant plus que dans le protestantisme le fidèle possède une relation directe avec Dieu, sans passer par la médiation des clercs, comme dans l’Église romaine

29De ce fait, quand ils cherchent le meilleur moyen pour maintenir la paix entre les peuples, nombre de publicistes protestants en viennent à la conclusion qu’il faut avant tout faire appel à la « conversion » individuelle. C’est ainsi, par exemple, que Paul Doumergue, paraphrasant la formule bien connue de Clemenceau, intitule sa méditation de Noël 1918, « Je fais la paix ». Dans son texte il explique que la fin de la guerre ne doit pas être confondue avec la paix, qui n’est pas un idée négative (absence de guerre), mais une action positive personnelle :

  • 48 Foi et Vie, 1919, p. 3, col. 1 et 2.

« Il ne s’agit pas de faire de grands discours sur la paix, de vastes programmes de paix, mais, au jour le jour, dans la position où je suis [...] parmi les hommes qui sont mon entourage, d’être moi-même un centre de rapprochement, de ralliement, d’unité. [...] Cette paix là, qui se dégage des âmes individuelles dans la vie de la nation, c’est à nous..., c’est à moi, pour ma petite part, qui peut n’être pas si petite — de la faire »48.

30Et, naturellement, le seul moyen c’est de prendre au sérieux du message du Christ. Après la signature du Traité de Versailles, le pasteur Charles Corbière l’exprime de façon claire :

  • 49 Le Christianisme... du 10 juillet 1919, p. 313, col. 3. ; voir aussi, par exemple, l’article de H. (...)

« Les lois les plus sévères, les traités les plus prévoyants ne sauraient suffire. Il n’y a de progrès réel au sein de l’humanité que celui qui s’appuie sur une transformation des cœurs [...] Il faut que nous ouvrions nos âmes à l’amour fraternel pour introduire dans le monde des germes nouveaux [...] Dieu, qui nous a gardés pendant le guerre, ne nous est pas moins indispensable dans la paix. Il est un porche sous lequel chacun doit passer, celui de la nouvelle naissance, un guide à suivre sans cesse, Jésus-Christ. À cette condition nos voies seront bénies. La paix portera tous ses fruits »49.

31Cet appel à la conversion individuelle, qui conduit à tenter de constituer des personnalités chrétiennes pour parvenir à mettre sur pied une société chrétienne et pacifique, est typique du protestantisme du XIXe siècle. Il n’est donc pas surprenant que nous la retrouvions en 1919.

  • 50 Revue chrétienne, 1920, p. 265.
  • 51 Ibid.

32Toutefois, certains, souvent les partisans de la gauche chrétienne sociale, réfléchissant sur les réformes sociales qu’ils jugent nécessaires, en viennent à la conclusion que, dans ce domaine, l’appel à la conversion individuelle est insuffisant et que seule une action collective sur les structures sociales est en mesure de promouvoir les réformes indispensables. Naturellement, ils tentent aussi d’appliquer ces principes généraux au problème du maintien de la paix par le moyen de la SDN. Et c’est par l’appel à la constitution d’une sorte de Société des Églises, qui pourrait contribuer à donner une armature chrétienne à la SDN, qu’ils espèrent parvenir à fortifier celle-ci et à la rendre durable. Dans son sermon prononcé dans le temple de l’Oratoire le 14 novembre 1919, le pasteur Wilfred Monod l’exprime clairement : « [...] pour fortifier la Société des Nations, il faut lui créer une âme ; et c’est là, mes frères, la mission urgente et sublime de la chrétienté contemporaine »50. Et, pour cela, il compte sur une association internationale pacifiste et d’inspiration chrétienne sociale fondée en 1914, l’Alliance universelle pour l’entente fraternelle entre les peuples par le moyen des Églises, qui vient de formuler un programme d’action en ces termes : « La Société politique des Nations, pour être viable, doit être inspirée par une Société morale des Peuples, qui aura elle-même pour âme une Société spirituelle des Églises »51. En bon adepte des doctrines du christianisme social, Wilfred Monod y voit le moyen de dépasser le vieux schéma de l’individualisme chrétien en introduisant les Églises (entendues dans le sens protestant, c’est-à-dire des assemblées de chrétiens dans lesquelles, en application de la doctrine du sacerdoce universel, les clercs n’ont pas de position privilégiée) dans le débat sur le maintien de la paix. Il précise :

  • 52 Ibid., p. 266. On trouve la même idée dans la revue Le Christianisme social (nous ne l’avons guère (...)

« C’est aux Églises, en effet, à élaborer courageusement l’idéal religieux et social après lequel brament les peuples désemparés, affamés, ensanglantés. C’est aux Églises à former l’opinion publique, à créer une atmosphère où la Société des Nations puisse respirer et s’épanouir »52.

  • 53 La Fédération protestante de France a été fondée officiellement en 1905 et elle a tenu sa première (...)

33Toutefois, au sein du protestantisme français les chrétiens sociaux ne sont qu’une minorité. De ce fait, cette idée ne sera pas réellement explorée. Il reste que les instances dirigeantes du protestantisme tiennent à manifester leur soutien à l’idéologie qui a conduit à la fondation de la SDN. En effet, la Fédération protestante décide de tenir son Assemblée générale du 18 au 21 novembre 1919. L’occasion est excellente pour faire connaître la position des protestants à propos d’un certain nombre de questions, d’autant plus que ce n’est que la deuxième fois qu’une telle Assemblée se réunit53. Sur proposition d’Élie Gounelle, en accord avec Raoul Allier, elle adopte un vœu (amendé par Louis Lafon) à propos de la SDN dont la formulation a été soigneusement pesée, pour qu’il puisse obtenir l’unanimité des voix. On y lit notamment :

  • 54 Cité, notamment, par Le Christianisme... du 27 novembre 1919, p. 543, col. 3.

« L’Assemblée générale [...] Convaincue que la Paix ne peut être séparée de la Justice ; Espérant que sous la pression de l’Esprit ceux qui ont déchaîné le cataclysme s’en repentiront et répareront [...] Attends, avec confiance, le jour où, dans une humanité pacifiée, les Églises de la chrétienté tout entière seront au premier rang pour soutenir la cause sainte de la Société des Nations, d’inspiration si visiblement prophétique, chrétienne et protestante. Elle adjure les chrétiens et les Églises de faire tout pour que cette Société des Nations devienne la réalité de demain »54.

  • 55 Sur ce sujet consulter la polémique qui a opposé Élie Gounelle et Louis Lafon dans Évangile et Lib (...)

34On le voit, l’ensemble des protestants français considère que l’idéologie qui a permis de concevoir la SDN est bien d’inspiration protestante, mais, pour le reste, il apparaît que les huguenots n’ont pas tous la même façon d’envisager la paix avec l’Allemagne, au sens chrétien du terme, puisque seule une concession d’Élie Gounelle à Louis Lafon a permis l’adoption de ce vœu à l’unanimité55. Par ailleurs, en évoquant la repentance des Allemands ainsi que les réparations et en affirmant que la SDN, telle qu’elle a été constituée, n’est pas encore en mesure de maintenir la paix, la Fédération protestante ne fait pas preuve d’un très grand optimisme.

Le traité de paix et la réconciliation avec les églises allemandes

  • 56 Notons, cependant que, tout en les évoquant assez souvent, les hebdomadaires religieux n’en font p (...)

35Avant la signature du Traité, durant le premier semestre de l’année 1919, naturellement les journaux discutent des conditions dans lesquelles une paix véritable — et donc conforme aux principes chrétiens — devrait être signée56.

  • 57 P. 109.
  • 58 Revue chrétienne, 1919, mars-avril 1919, « Le Mois » par John Viénot (il s’agit d’une chronique).

36Certains, il est vrai, ne développent guère une réflexion proprement religieuse, se contentant de réclamer des garanties de sécurité contre l’Allemagne que l’on pourrait trouver dans des journaux politiques. C’est ainsi, par exemple, que dans la Revue chrétienne Francis Maugé demande que l’Allemagne soit à nouveau divisée (et il suggère une division confessionnelle) ou, au moins, il réclame la dissociation de la Prusse du reste de l’Allemagne ; ainsi, « la Prusse réduite alors à l’impuissance, n’aura plus qu’à accomplir son temps de travaux forcés, pour prétendre, après réparation complète des ruines qu’elle a accumulées, à l’égalité dans le droit commun »57. Quant au pasteur John Viénot, dans la même revue il réclame tout simplement les trois conditions classiques : réparations, garanties, sécurités ; et, pour fermer la route des invasions il veut mettre la France sur le Rhin (sans annexion toutefois !), ce qui ne porte pas la marque de la recherche d’une paix durable fondée sur les principes chrétiens58.

37On peut d’ailleurs se demander comment les huguenots peuvent se montrer aussi hostiles à un pays à très large majorité protestante comme l’Allemagne. C’est que, presque paradoxalement, à leurs yeux l’Allemagne ne correspond pas à l’idée qu’ils se font d’un pays protestant. On lit, ainsi, par exemple dans L’Église libre :

  • 59 L’Église libre du 9 mai 1919, p. 73, col. 1 et 2 ; article signé Émile Charpentier.

« Ce n’est pas le protestantisme qui vient d’être abattu avec les Hohenzollern. Non c’est le Saint Empire Romain Germanique ; c’est le Moyen Âge. C’est le principe même qu’avait proclamé voici onze siècles, le pape et l’empereur, le principe d’autorité [...] le Moyen Âge a vécu. Le monde moderne a enfin triomphé. Mais n’oublions pas que le monde moderne est, en grande partie, né de la Réformation. [...] Le Saint Siège est un des vaincus de la guerre. Cette effroyable théocratie que les grands papes du Moyen Âge avaient rêvée vient d’être anéantie avec Guillaume II »59.

  • 60 P. 322, col. 1. Il argumente de la façon suivante : « [...] même dans l’hypothèse d’une victoire t (...)
  • 61 Dès décembre 1918 il se moque, dans L’Émancipation, du conseil municipal de Paris qui réclame le r (...)
  • 62 Point 8 : « Tous les territoires français devront être libérés et toutes les autres parties envahi (...)
  • 63 Voir L'Émancipation de mars 1919 ; il se défend en invoquant le droit (l’Entente est liée par la c (...)

38Un débat anime toutefois la presse protestante à propos des réparations. L’économiste chrétien social Charles Gide ne cache pas son hostilité à des demandes inconsidérées. Dès 1915, d’ailleurs, dans Foi et Vie, il avait mis en garde ses lecteurs contre les chances réelles de faire « payer la note aux vaincus »60. Et, en janvier 191961, il publie dans L’Émancipation un article intitulé « l’article 8 du Président Wilson ». En fin juriste, il rappelle que l’Allemagne a signé l’armistice sur la base des 14 points et que ceux-ci engagent les deux parties. Or le point 8 n’évoque en aucune façon une indemnité de guerre, il parle seulement de la « restauration » des territoires envahis62. On ne peut donc réclamer que des restaurations ou réparations. Se moquant des évaluations fantastiques qui circulent dans la presse, il soutient alors que les dommages effectivement causés par l’invasion de la France s’élèvent à 15 à 20 milliards (et à 5 milliards pour la Belgique). Quant au total des dommages dans l’ensemble des pays envahis, il le chiffre au maximum à 50 milliards. Ce qui lui vaut, naturellement, une polémique avec ceux qui l’accusent de plaider la cause de l’Allemagne63.

39Tout autre est le raisonnement de Louis Lafon, qui réclame de très vastes réparations, sur la simple base d’une argumentation morale qui, il est vrai, ne tient pas compte du texte des 14 points. Estimant que les revendications de l’Entente doivent être uniquement fondées sur la justice, il précise :

  • 64 Évangile et Liberté du 16 novembre 1918, p. 226, col. 2. L. Lafon revient à plusieurs reprises sur (...)

« Que l’ennemi répare le dommage qu’il a causé, qu’il relève les villes et les villages qu’il a démolis ou incendiés, qu’il indemnise, dans la mesure du possible, les victimes qu’il a faites, qu’il paie tous les frais de la guerre qu’il a voulue et déchaînée, ce n’est là que la simple justice. L’injustice serait que l’Allemagne, repue des biens qu’elle a volés, reprît tranquillement sa vie tandis que ceux qu’elle a dépouillés et frappés resteraient à jamais appauvris et misérables. La restauration du droit ne va pas sans le châtiment du coupable. La justice des Alliés peut être implacable sans cesser d’être pure [...] »64.

  • 65 Ainsi, par exemple, dans Foi et Vie du 10 avril 1919 Émile Doumergue estime qu’il ne faut pas se f (...)
  • 66 Revue chrétienne, 1898/II, p. 317.

40Avec quelques nuances65, c’est bien cette façon de voir les choses qui domine dans la presse protestante ; et qui consiste à regarder l’Allemagne comme un individu délinquant, que le châtiment doit conduire au repentir. Et sans doute la plupart des journaux ont-ils donc le sentiment de présenter une réflexion ancrée au cœur de la doctrine chrétienne en insistant sur la notion de justice ; car, comme chacun sait, un chrétien en saurait s’opposer à une solution juste et, pour reprendre une formule utilisée par le pasteur Frank Puaux lors de l’affaire Dreyfus, « laisser se voiler l’image de la justice, c’est préparer le triomphe de l’incrédulité »66. Mais il est aussi incontestable que cette position rejoint celle du gouvernement français.

  • 67 Le Christianisme... du 26 décembre 1918, p. 421, col. 2.
  • 68 Il rappelle ainsi que dans le Nouveau Testament on voit une veuve réclamer « Fais-moi justice de m (...)

41Puisqu’à leurs yeux l’Allemagne est responsable de la guerre, la plus élémentaire justice, estiment-ils, exige qu’elle soit déclarée coupable et punie « judiciairement » en quelque sorte, par le moyen du traité de paix. C’est ainsi, par exemple que, réfléchissant sur la légitimité d’évoquer le problème du traité dans les sermons dominicaux, le pasteur P. Larcher affirme en décembre 1918 que, certes, jamais « dans nos chaires protestantes françaises »67 un prédicateur n’a réclamé la vengeance, ce qui serait, d’ailleurs, un blasphème, mais qu’il est du devoir des chrétiens, et donc des pasteurs, de promouvoir la justice68, qui seule peut conduire à la pacification du monde, puisque seule une paix juste peut provoquer la transformation de l'Allemagne. De ce fait, un pasteur a le devoir de parler de ce problème ; il explique, notamment :

  • 69 Ibid., col. 3 et 4.

« Point n’est question ici de vengeance, mais de justice. Il faut que justice se fasse ! Justice, et non pas seulement les sanctions et les condamnations morales déjà prononcées par la conscience universelle, d’ailleurs, justice ! C’est-à-dire sanctions matérielles assez rigoureuses pour que les coupables mesurent à leurs propres souffrances toute l’étendue des tortures par eux répandues, et qu’à tout jamais disparaisse de la surface terrestre la possibilité de retour de semblables horreurs. Car, selon la manière dont s’accomplira, sous le châtiment le repentir ou la transformation de l’Allemagne, la paix sera définitive ou bien de nouvelles guerres suivront »69.

  • 70 Voir, par exemple l’article de Louis Lafon dans Évangile et Liberté du 23 avril 1919, p. 107, col. (...)
  • 71 Le Christianisme... du 30 janvier 1919, p. 37, col. 2.

42Les articles sur ce thème sont nombreux. Faisant souvent l’analogie avec un malfaiteur individuel, on insiste aussi, en général, sur la nécessité de la réparation de la faute, dans le but d’éviter la récidive70. Et l’on signale que l’on pourra juger de la sincérité des sentiments affichés par l’Allemagne à l’aune de son application sincère des 14 points, et du traité de paix. Or, signale Paul Doumergue dès janvier 1919, malheureusement elle ne semble pas en prendre le chemin71. De ce fait, avant de songer à admettre l’Allemagne à la SDN, il faudra s’assurer qu’elle accepte au moins trois conditions, qui sont autant de clauses nécessaires d’un futur traité de paix :

  • 72 Ibid., numéro du 13 février 1919, p. 57, col. 2.

« Il n’est pas question que l’Allemagne aille s’agenouiller devant l’Entente, comme les empereurs au pied du pape, mais qu’elle consente des réparations, qu’elle reconnaisse sa responsabilité, qu’elle donne la preuve — et la garantie — qu’elle a vraiment changé, qu’elle est autre »72.

  • 73 Cité, notamment, par Le Christianisme... du 17 avril 1919, p. 167, col. 1.

43L’état d’esprit général des protestants français est bien exprimé dans la réponse que le bureau de la Fédération protestante de France adresse en avril 1919 à trois évêques luthériens Scandinaves qui s’étaient adressés à elle dans le but de lui demander son opinion sur l’opportunité de la réunion d’une conférence ecclésiastique internationale qui manifesterait l’unité spirituelle de l’Église chrétienne. Dans sa réponse, la Fédération protestante explique que, certes, l’heure est grave pour les chrétiens du monde entier, parce que la guerre montre qu’ils n’ont « pas su faire rayonner suffisamment l’Évangile pour en pénétrer la société moderne », de ce fait, le « monde ne dissimule pas son scepticisme devant le sentiment qui nous possède »73. Les trois évêques Scandinaves posent donc avec raison le problème du rôle des chrétiens dans la vie de la société, mais ils invitent seulement les chrétiens :

  • 74 Ibid.

44« [...] à dénoncer l’égoïsme responsable de tous les conflits entre les peuples, à lutter de toutes leurs forces contre les causes de guerre, à travailler à l’arbitrage international, à protester contre le mensonge qui proclame l’existence de deux morales l’une pour les individus et l’autre pour les peuples »74.

  • 75 Ibid, p. 167, col. 2
  • 76 Ibid.
  • 77 Ibid.

45Certes, explique la Fédération, ce programme est excellent mais, reprenant pratiquement les termes de sa lettre de 1918, elle affirme qu’on ne peut songer à en faire l’objet d’une conférence, avant que la « conscience chrétienne soit délivrée du fardeau qui l’oppresse et que solennellement le mal ait été appelé mal »75 ; ce qui revient à demander une condamnation de l’Allemagne, la suite (elle évoque les origines de la guerre et la façon dont elle a été conduite) le montre sans équivoque. Il est donc inacceptable d’abuser [sic] de la vérité religieuse qui affirme « que tous les hommes sont pécheurs et qu’il sont tous appelés à la repentance [...] il ne faut pas mettre sur le même rang les prophètes [...] et les misérables qui les lapident »76 Si donc tout « ne débutait pas par la proclamation de la vérité [...] et par un jugement porté au nom de cette vérité, nous estimons qu’un interdit pèserait sur l’Église universelle. S’étant déclarée incapable d’apprécier le présent, elle serait incapable de préparer le futur [...] »77.

46Ce texte est éclairant ; il montre bien la volonté des protestants français d’obtenir une condamnation morale de l’Allemagne, il fait donc penser à l’attitude qui sera celle du Conseil œcuménique en 1945, et il est à l’unisson des réactions de la majorité des huguenots en face du problème du Traité de paix. Mais comme en 1919 cette opinion n’est pas partagée par les neutres, la conférence n’a pas lieu.

47À propos du Traité de Versailles, les réactions sont diverses mais, comme on peut s’y attendre, on note tout de même une assez large approbation pour des raisons religieuses. Quelques uns le condamnent, toutefois, mais avec des arguments opposés. Il est, cependant, intéressant de noter que la franche hostilité ne repose pas sur une argumentation religieuse. Prononçant le discours d’ouverture de la Conférence de l’Alliance coopérative internationale quelques jours avant la signature officielle du Traité, Charles Gide affirme ainsi :

  • 78 Cité par L’Émancipation, juillet 1919, p. 100 col. 2.

L’Europe « [...] telle que nous la voyons, plus frémissante de colères, de rancunes et de haines qu’avant la guerre [...] Parmi les 70 chefs d’États et diplomates qui vont demain apposer leur signature sur le traité de paix, y en aura-t-il un seul qui pense que cet acte est celui qui va nous apporter la paix définitive [...] » ; ce n’est pas un jour nouveau qui se lève, c’est plutôt « un ciel d’orage tout ensanglanté des feux du couchant [...] Non : la date historique du 28 juin 1919 n’est pas celle de la paix qui vient mais seulement celle de la guerre qui finit [...] mais c’est assez néanmoins pour que le monde puisse pousser un immense soupir de soulagement [...] »78.

48Dans le numéro du mois d’août de L’Émancipation Ch. Gide accentue ses critiques, expliquant, notamment :

  • 79 Ibid., août 1919, p. 110, col. 1. Sur cette question consulter aussi le livre de M. Penin (voir no (...)

« Ne parlons pas des quatre États qui sont dans le camp des vaincus et ne pardonneront jamais les amputations qu’ils vont subir. Ils ne dissimulent pas que leur haine sera inexpiable [...] Et d’ailleurs, qui serait assez naïf pour croire qu’ils puissent se résigner ? A-t-on jamais vu dans l’histoire un peuple quelconque, même s’il est coupable, faire son mea culpa »79.

49Ce qui est une analyse politique lucide, mais elle n’est pas spécifiquement chrétienne. Louis Lafon, quant à lui, trouve que le Traité n’est pas assez contraignant pour l’Allemagne, puisqu’il est clair que celle-ci entend tout faire pour ne pas l’appliquer :

  • 80 Évangile et Liberté du 2 juillet 1919, p. 179, col. 3 et 180, col. 1.

« Mais la paix n’est pas faite pour quelques signatures au bas d’un papier. Ce papier n’est qu’une espérance. L’avenir qu’il contient il faut le prendre. L’Allemagne est résolue à ne tenir, si possible, aucun de ses engagements. Elle violera tous ceux qu’elle pourra avec allégresse, avec orgueil. Elle continue à faire une vertu de sa mauvaise foi. Elle s’enchante d’un nouveau rêve de sang et de butin. [...] À la France surtout incombe la tâche de contraindre l’Allemagne à exécuter le traité. [...] En avant vers la paix qui est signée, mais qui n’est pas faite encore »80.

50Il développe là une conception de la paix par la contrainte, qui laisse supposer qu’une véritable pacification des rapports franco-allemands est hors d’atteinte dans un avenir proche, et qui n’est pas spécifiquement fondé sur une argumentation chrétienne.

51Il reste que la plupart des commentateurs protestants sont plutôt favorables, pour des raisons morales. À leurs yeux le traité est conforme à la justice, il est donc tout à fait en accord avec les principes fondamentaux du christianisme et aucun chrétien digne de ce nom ne saurait lui refuser son assentiment. Le pasteur John Viénot, par exemple, ne cache pas sa très vive satisfaction. Il explique :

  • 81 Revue chrétienne, 1919, p. 186-187.

« C’est une date inoubliable qui s’est inscrite dans l’histoire [...] si l’on veut bien prendre le traité dans son ensemble il nous semble impossible de nier qu’il constitue un arrêt de justice [...] La conscience humaine parlant par la voix des Alliés a condamné l’Allemagne impérialiste en en même temps elle n’a pas écrasé le peuple allemand. [...] C’est la justice qui, pour la première fois depuis des siècles, s’inscrit enfin dans l’histoire. Le sang des victimes retombe sur les bourreaux »81.

  • 82 L’Église libre du 4 juillet 1919, p. 105, col. 2.
  • 83 Foi et Vie, 1919, p. 175, col. 1.
  • 84 Voir, par exemple, la réaction de Paul Doumergue dans Le Christianisme... du juillet 1919.
  • 85 Wilfred Monod précise : « Les optimistes fades et les farouches pessimistes, sont également éloign (...)
  • 86 Matthieu Lelièvre écrit ainsi dans L’Évangéliste du 3 juillet 1919 : « Ce qui menace de caducité c (...)
  • 87 Numéro du 16 mai 1919, p. 166, col. 1.

52Quant au pasteur Maurice Hirsch il soutient que « rien dans cette paix n’est teinté de ce qu’il est légitime d’appeler violence ». Lyrique, il ajoute : « Nous entrons dans l’ère nouvelle [...] il n’y aura plus de nuage de boue et de sang qui troublera, devant la conscience des hommes, la vision de Dieu. Et Christ sera Roi »82. Tout en approuvant, d’autres tiennent à noter, qu’il s’agissait pour les négociateurs d’une tâche très difficile (Émile Doumergue parle de « quadrature du cercle »83 et de cote mal taillée), et la plupart insistent sur le fait que le Traité doit être non un point d’arrivée, mais un point de départ84. Voire un programme à réaliser, difficile, il est vrai explique Wilfred Monod, parce qu’il repose sur deux impératifs contradictoires : exiger sa stricte application (c’est-à-dire, « briser l’orgueil prussien ») et éteindre l’esprit de vengeance qui règne en Allemagne, mais avec l’aide de Dieu les chrétiens devraient y parvenir85. Souvent, aussi, on s’inquiète du refus allemand d’accepter sincèrement le traité86. De ce fait, explique Le Témoignage, la paix, « il faudra la gagner [...] oui la gagner à force de patiente sagesse, de loyauté, d’inviolable fidélité au droit, et, l’heure propice venue, de générosité »87. Effectivement, assez vite on va être conduit à se poser la question de la reprise des relations fraternelles avec les Églises protestantes allemandes.

  • 88 Foi et Vie, 1919, p. 184, col. 1.
  • 89 Il écrit exactement : « Ce qu’il y a de très grave, c’est que des chrétiens évangéliques ont donné (...)

53En effet, explique Paul Doumergue dès le 1er juillet 1919, de par la signature du traité de paix, l’Allemagne cesse d’être notre ennemie ; elle est appelée à entrer, tôt ou tard, à la SDN, et nous devrons alors la traiter fraternellement. Mais précise-t-il, « pour être fraternels vis-à-vis de l’Allemagne, malgré les morts, malgré les ruines, il faut avoir pardonné »88. En effet, pour ces pasteurs et laïcs engagés, se pose la question du pardon aux Allemands, malgré la violation de la neutralité de la Belgique et les atrocités commises à l’encontre de la population civile. D’ailleurs, dès l’armistice, les journaux protestants ont commencé à s’interroger à ce sujet. D’autant plus que les huguenots ont une vision très défavorable des protestants allemands qui ont appuyé la politique du Kaiser : le 23 octobre 1919, Matthieu Lelièvre ne va-t-il pas jusqu’à écrire qu’ils sont encore plus loin de lui que ne le sont les catholiques, bien qu’un abîme, précise-t-il, le sépare de ces derniers89.

  • 90 Elle est publiée intégralement dans le Cahier B de Foi et Vie, 1er mars 1919, p. 33-44.

54Mais comment est-il possible de pardonner aux Allemands. À ce propos, en 1919 la plupart des journaux rappellent la doctrine traditionnelle du pardon, c’est-à-dire que, pour être pardonné, il faut demander pardon, se repentir, regretter ses fautes, et le faire savoir à ceux que l’on a offensés. Émile Doumergue prononce toute une conférence sur ce sujet, et il l’intitule de façon significative « La vengeance, la punition et le pardon, mémoire sur les ententes futures rédigé par un protestant français à l’usage d’un neutre hollandais »90. Il affirme, classiquement :

  • 91 Ibid., p. 36, col. 2 et 3.

« [...] est-il possible de dire que l’Évangile réclame de nous, pour tous ceux qui ont commis des fautes ou des crimes à notre préjudice, un pardon sans condition ? [...] Dieu ne pardonne pas à celui qui ne se repent pas, qui ne change pas. Jésus a-t-il pardonné à la femme adultère sans avoir vu au fond de son cœur les sentiments de honte et de repentir, qui l’autorisaient à la pardonner ? Le pardon en dehors du repentir et de la foi c’est la négation du péché ; c’est la négation de la sainteté, c’est la négation de tout l’Évangile [...] Lui [Dieu] ne pardonne pas sans les conditions de repentir et de foi ; nous ne sommes pas tenus de pardonner sans repentir et sans foi »91.

55Suivant un raisonnement de ce type, son demi frère, Paul Doumergue soutient non moins classiquement :

  • 92 Foi et Vie, 1919, p. 63, col. 1.

« Il ne serait pas chrétien, celui qui ne voudrait pas le bien de son ennemi — entendant par là que son ennemi devienne bon, une force de bien ici-bas [...] Quand l’allemand sera devenu « pacifique », quand il aura confessé son crime de guerre, et, acceptant ses responsabilités, fait la preuve que, dans la cité du droit, il peut être citoyen, alors le rapprochement se fera de lui-même dans la Société des nations et dans la Société des Églises »92.

  • 93 Voir, par exemple : Le Témoignage du 29 janvier 1919, p. 39, col. 2, et du 12 février 1919, p. 59, (...)

56Sous une forme ou sous une autre c’est aussi cette position que la plupart des publications protestantes adoptent en 191993 ; approuvées, d’ailleurs, par le consistoire de l’Église de Genève qui soutient :

  • 94 Cité, notamment, par Le Témoignage du 29 janvier 1919, p. 39 col. 2 et 40, col. 1.

« Il faut [...] [que] les Églises allemandes, qui ont renoncé dès le début de la guerre, à être la conscience de leur nation et qui, loin de blâmer les crimes abominables commis par leurs chefs et leurs soldats, n’ont cessé d’y applaudir au grand scandale du reste de la chrétienté, il faut que ces Églises fassent amende honorable et, saisies d’une contrition sincère, demandent pardon à Dieu et aux hommes »94.

  • 95 Pour plus de détails sur cette question, consulter le texte, déjà cité de D. Robert, p. 426-428. ; (...)
  • 96 Deux Français y participent toutefois, deux méthodistes, J. Faivret et L. Parker (voir L'Évangélis (...)
  • 97 Cité par D. Robert, op. cit., p. 427.

57L’occasion de mettre à l’épreuve ce type d’affirmation se présente rapidement. En effet l’Alliance universelle pour l’entente fraternelle entre les peuples par le moyen des Églises, fondée le 2 août 1914 lors d’une conférence à Constance, décide de mettre à profit la signature du Traité de Versailles pour tenter de favoriser un rapprochement entre les anciens belligérants. Elle organise donc du 30 septembre au 4 octobre 1919, à Oud Wassernaer (près de La Haye) une conférence internationale, à laquelle elle convie notamment les représentants des comités français et allemands de cette Alliance. Wilfred Monod, président de la branche française, répond par une lettre où il demande explicitement, qu’avant de les admettre en séance on exige des Allemands une déclaration de culpabilité, en particulier au sujet de la violation de la neutralité de la Belgique95. Élie Gounelle fait de même dans une lettre distincte. Comme ils n’obtiennent pas satisfaction, ils refusent de se rendre à la conférence96. Toutefois, après diverses péripéties, la délégation allemande finit par faire une déclaration, en anglais, où elle affirme : « personnally consider the violation of the Belgian neutrality in 1914 as morally mong »97.

  • 98 Février-mars 1920, p. 140-158.
  • 99 Voir L’Évangéliste du 23 octobre 1919, p. 93, col. 2 et 3 ; et du 20 novembre 1919, p. 103, col. 2 (...)
  • 100 W. Mond rapporte dans Après la journée que plusieurs années plus tard l’un des délégués allemands (...)
  • 101 Voir Le Christianisme social, 1920, p. 181-199.
  • 102 Après la journée, p. 251.

58Cette formule satisfait Wilfred Monod, qui publie peu après un article dans Le Christianisme social intitulé « La violation de la neutralité belge, désavouée par les Allemands »98. Et cela bien que, dès octobre 1919 L’Évangéliste, appuyé en décembre 1919 par Évangile et Liberté ait expliqué que les circonstances de cette déclaration, et les diverses restrictions qui l’avaient entourées, ne permettaient pas de la tenir pour une déclaration de repentance99. Ce qui provoque, naturellement, des débats, tranchés, toutefois, par les Allemands présents à Oud Wassernaer, qui affirment, peu après, de façon quelque peu embarrassée, et en s’appuyant sur l’aspect « personnel » de leur déclaration, avoir été mal compris100, n’avoir jamais désavoué la politique de leur gouvernement, et ne reconnaître à l’Allemagne aucune culpabilité dans l’origine de la guerre101. Ce qui, résume Wilfred Monod, en 1938, revenait à dire « Je blâme en qualité de chrétien ; j’approuve, ou j’accepte, en qualité de patriote »102.

59Quoi qu’il en soit, cela pose donc à nouveau le problème du pardon, puisqu’il apparaît rapidement que, en dépit de formules contournées de quelques pasteurs allemands particulièrement modérés, les Églises allemandes n’ont aucunement l’intention de faire la moindre déclaration de culpabilité. C’est alors que quelques pasteurs français, qui souhaitent ardemment une véritable pacification des relations entre les protestants allemands et les protestants français, présentent une autre doctrine du pardon. En réponse Louis Lafon et aussi à la conférence d’Émile Doumergue que nous citions tout à l’heure, Élie Gounelle développe la doctrine du pardon prophétique. Il explique, en effet, dans Le Christianisme social qu’il ne faut pas confondre Dieu et les hommes et qu’il y a deux éléments dans le pardon chrétien, le pardon unilatéral de l’offensé à son ennemi, dont le Christ a donné l’exemple en pardonnant à ses bourreaux, et l’absolution de Dieu, qui dépend du repentir profond du coupable. Il précise :

  • 103 Le Christianisme social, 1920, p. 165.

« Nous ne pouvons absoudre nos ennemis (cela regarde Dieu seul et ne se fera qu’à certaines conditions). Mais nous devons leur pardonner comme le Crucifié, non parce qu’ils sont assez repentants, mais pour qu’ils s’y appliquent. [...] à la source de tout pardon chrétien, il y a un acte d’amour inconditionnel, de générosité : c’est l’acte difficile que nous avons à faire, nous chrétiens français. Il n’est pas suffisant pour que le criminel soit absous ; mais il est la condition première et nécessaire, pour qu’un jour il le soit »103.

  • 104 Voir Le Christianisme social, 1920, p. 391-397
  • 105 Voir la Revue chrétienne, 1920, p. 275 ; Il écrit, notamment : « l’esprit de l’Évangile demande ce (...)

60Cette conception du pardon, critiquée par certains, comme Louis Lafon104, mais approuvée par d’autres, comme Eugène Ménégoz105, permet, toutefois, la reprise des relations avec les Églises allemandes l’âme en paix et donc une forme de pacification. A-t-elle réellement convaincu ? Cela ne semble pas certain, on s’en aperçoit en 1945. Alors, en effet, à la suite de discussions entre les responsables du Conseil œcuménique des Églises et les représentants de l’Église allemande dans le but d’obtenir de celle-ci une déclaration de culpabilité, le 19 octobre 1945, à Stuttgart, le Conseil de l’Église évangélique allemande remet aux envoyés du Conseil œcuménique une déclaration où l’on peut lire, notamment :

  • 106 Cité par Réforme du 3 novembre 1945, p. 2.

« [...] nous nous sentons, avec notre peuple, dans une grande communion de souffrance, ainsi que dans une solidarité de péché. C’est avec une profonde douleur que nous déclarons : par notre faute, une indicible souffrance s’est abattue sur beaucoup de peuples et de pays »106.

61Mais, pour obtenir cela, il a fallu une autre guerre.

*****

62En 1919, les protestants français sont donc partagés, quant au problème de la paix. Certains sont pessimistes, comme Charles Gide, qui écrit, en décembre :

  • 107 L’Émancipation, décembre 1919, p. 165, col. 2.

« Haine inexpiable chez les vaincus, et même rancunes sourdes et prêtes à fermenter dans le camp des victorieux ; semences de guerres futures jetées sur tous les points du monde ; toute l’Europe centrale et orientale et l’Asie devenues une cuve en ébullition, comme le chaudron des sorcières, d’où nul ne peut prévoir ce qui sortira. Et la Société des Nations qui semble frappée, comme celui qui l’avait créée, d’hémiplégie [...] »107.

63Cette opinion, toutefois, est très largement minoritaire dans la presse protestante. Plus à l’unisson du protestantisme français nous semble l’opinion de Paul Doumergue qui écrit, le 12 avril 1919 :

  • 108 Foi et Vie, 1919, p. 103, col. 2 et 3.

« Comme dans un pays un citoyen travaille en fonction de la Cité, ainsi dans le monde les Nations ont à travailler en fonction de l’Internationale qu’est la Société des Nations [...] Il est vrai qu’une Société des Nations où chaque peuple apporterait un esprit de fraternité, d’humanité, où ‘celui qui veut être grand’ serait ‘le serviteur de tous’ réaliserait le royaume de Dieu sur la terre. C’est la chimère chrétienne, dit-on ; et moi je dis : prenez garde si vous avez peur du ciel sur la terre, que la terre ne devienne, ou plus exactement ne demeure, un enfer »108.

Notes

1 Tel est le nom du navire sur lequel Wilson voyage à l’occasion de son séjour en Europe après l’armistice.

2 Cité par la Revue chrétienne, 1918, p. 423-424.

3 Ibid., p. 424.

4 Pour l’environnement général des débats évoqués dans cette communication, consulter : P. Harismendy, « Les intellectuels protestants français dans les années 20 », dans Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920, sous la direction de P. Colin, Paris, Cerf, 1997, p. 51-82. Ainsi que R. Fabre, « Les pacifismes protestants français de l’entre-deux-guerres », dans Le pacifisme en Europe des années 1920 aux années 1950, sous la direction de M. Vaïsse, Bruxelles, Bruylant, 1993, p. 237-256.

5 Cité, notamment car c’est un texte célèbre, par L. Gambarotto, Foi et Patrie, la prédication du protestantisme français pendant la Première Guerre mondiale, Genève, Labor et Fides, 1996, p. 441.

6 Elle est également signée par deux autres pasteurs, Theodor Lahusen et Karl Axenfeld, mais elle est connue sous le nom de « réponse de Dryander ».

7 Cité par L. Gambarotto, ibid, p. 442 et 443.

8 Ibid., p. 446.

9 Consulter à ce sujet D. Robert, « Les protestants français et la guerre de 1914-1918 », dans Francia, Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, vol 2 (1974), Artemis, Zurich et Munich, 1975, p. 415-430.

10 Il écrit, par exemple, dans le numéro du 2 février 1918 : « L’Allemagne tout entière persévère dans le crime. Elle ne regrette rien, elle ne veut rien réparer, elle veut prendre et prendre encore, des territoires, des richesses, et faire le monde esclave ». (p. 22, col. 2.)

11 Revue chrétienne, 1919, p. 108, article de F. Maugé.

12 Numéro du 25 octobre 1918, p. 170, col. 4.

13 Idem, p. 185, col. 1.

14 Idem, p. 95.

15 Voir, par exemple Le Témoignage, le journal des luthériens publié à Paris, mais très sensible, naturellement, à ce qui se passe en Alsace. Le pasteur Paul Pfender écrit ainsi le 26 mars 1919 : « [Les témoignages...] sont nombreux et accablants. Ils sont unanimes à constater les violations du droit des gens le plus élémentaire, les actes de sauvagerie froidement prémédités et mis à exécution dès août 1914 : civils assassinés, déportés, ou contraints de travailler comme esclaves ; jeunes filles arrachées à leurs mères, blessés achevés jusque dans les hôpitaux [...] Il y a eu partout des horreurs que les imaginations de sauvages en délire auraient de la peine à concevoir. » (p. 109, col. 2.).

16 Numéro du 19 janvier 1918, p. 11, col. 3. Lafon reste cependant méfiant, non au sujet des intentions de Wilson, mais sur celles de l’Allemagne, « qui continue à ne croire qu’en la force et qui n’acceptera le droit que lorsque la force aura été brisée entre ses mains » (ibid).

17 Numéro du 31 janvier 1918, p. 33, col. 2. Voir, dans le même sens, la réaction d’Émile Doumergue (demi-frère de Paul) dans Foi et Vie du 20 janvier 1918 et celle de César Meyer dans Le Témoignage du 15 janvier 1918.

18 Évangile et Liberté, du 19 janvier 1918, p. 12, col. 3. Il affirme aussi : « La chose essentielle est de vaincre ; seule notre victoire ouvrira les yeux des peuples allemands et autrichiens et amènera chez eux un état d’esprit et de conscience capable d’assurer un avenir de paix et de tranquillité. » (Ibid., col. 2.)

19 Numéro du 10 avril 1918, p. 120, col. 2.

20 Voir p. 283.

21 Évangile et Liberté, 27 avril 1918, p. 82, col. 1 et 3.

22 Cité, notamment, par Le Christianisme au XXe siècle, 28 mars 1918, p. 98, col. 2.

23 Ibid.

24 Ibid., col. 3. Dans sa contribution déjà citée Daniel Robert donne de très larges extraits de ce texte, dont nous ne citons ici qu’un court fragment ; voir p. 424-425.

25 Voir, par exemple, l’article de J. Viénot dans la Revue chrétienne, 1918, p. 76 : l’annexion de l’Alsace y est décrite comme « le symbole de toutes les autres crucifixions de peuples ».

26 Voir, par exemple l’article de C. Meyer dans Le Témoignage du 1er octobre 1918 : « Mais la guerre gagnée, il y a à imposer à nos ennemis une paix qui soit juste. Cette paix, c’est [...] celle dont Lloyd George a résumé les principes en trois mots réparations, restitutions, garanties [...] garanties données que de pareils actes ne seront plus commis et, ajouterons-nous responsabilité personnelle reconnues et constatées judiciairement par une procédure officielle de tous ceux qui se sont rendus coupables d’un acte de barbarie ou qui l’ont commandé. » (p. 148, col. 1.)

27 Revue chrétienne, 1919, p. 179.

28 Il y reprend, aussi, la comparaison avec la naissance du Christ : « Quand la Société des nations jeta son premier vagissement, devant la Seine [...] les cohortes angéliques ne descendirent pas du ciel pour entonner à nouveau l’hymne de Bethléem : ‘Paix sur la terre !’ Mais si l’apparition dans l’Histoire du Fils de l’Homme lui valut, (d’après la tradition) un accueil délirant, l’apparition de l’Homme lui-même, c’est-à-dire d’une humanité consciente de son unité en Dieu, aurait mérité quelque cantate lointaine dans les nuées... » (Après la journée, souvenirs et visions, 1867-1937, Paris, Grasset, 1938, p. 226.)

29 Voir, par exemple Évangile et Liberté du 4 janvier 1919, p. 2, col. 1 et 2 ; ou L’Évangéliste du 30 janvier 1919, p. 190, col. 1.

30 Foi et Vie, 1919, p. 44, col. 1.

31 Voir, par exemple, l’article signé « A. Br. » dans L’Évangéliste du 13 mars 1919, p. 24, col. 1 et 2.

32 Évangile et Liberté du 5 février 1919, p. 31, col. 2.

33 L’Église libre du 21 février 1919, p. 31, col. 1 ; article signé du pseudonyme « Omnès ».

34 Cité, notamment, par Le Christianisme an XXe siècle du 13 février 1919, p. 59, col. 1.

35 Numéro du 6 février 1919, p. 50, col. 3. Notons aussi, dans le même ordre d’idées, qu’Émile Doumergue, professeur d’histoire de l’Église à la Faculté de théologie de Montauban, et spécialiste de Calvin, prononce au début de l’année 1919 une conférence intitulée « Calvin et l’Entente, de Wilson à Calvin », publie dans Foi et Vie, cahier B no 2, 20 janvier 1919, p. 12-22.

36 Numéro du 27 février 1919, p. 81 ; selon le journal ce spectateur aurait expliqué que cela voulait dire « on voit bien que cet homme est en paix avec sa conscience » (ibid.).

37 Le Christianisme au XXe siècle du 12 décembre 1918.

38 Ibid., no du 23 janvier 1919, p. 32.

39 Ibid., no du 30 janvier 1919.

40 Le Témoignage du 19 février 1919, p. 73.

41 Cité, notamment, par Le Témoignage du 5 février 1919, p. 51, col. 2.

42 Revue chrétienne, 1920, p. 263.

43 Le Christianisme... du 8 mai 1919, p. 202. Le comité de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français tient d’ailleurs à écrire à la Vénérable compagnie des pasteurs de Genève pour la féliciter de ce que Genève ait été choisie pour accueillir le siège de la SDN (Évangile et Liberté du 4 juin 1919, p. 157).

44 Voir, par exemple, Le Christianisme... du 21 août 1919, p. 377.

45 Le Christianisme... du 21 août 1919, p. 377, col. 3.

46 Il se déclare en particulier déçu par son attitude en face des Allemands : « La Société des Nations, telle qu’elle sort à l’heure actuelle de l’œuf, non seulement n’ose pas ou ne veut pas prononcer un juste verdict de condamnation sur les peuples coupables de tant d’infamies et d’atrocités, mais encore elle n’a pas le courage de déclarer quel est le grand crime humain, le grand crime [il veut parler de la guerre], et d’édicter contre lui, si de nouveau il est perpétré dans le monde, une sévère pénalité [...] Au contraire, elle tolère la guerre, elle prévoit qu’il y aura des circonstances où l’intérêt la fera nécessaire et fructueuse. » Évangile et Liberté du 23 avril 1919, p. 107, col. 3.

47 Évangile et Liberté du 23 avril 1919, p. 108, col. 1.

48 Foi et Vie, 1919, p. 3, col. 1 et 2.

49 Le Christianisme... du 10 juillet 1919, p. 313, col. 3. ; voir aussi, par exemple, l’article de H. Boniface, ibid., numéro du 17 juillet 1919, p. 321 ; L’Évangéliste du 17 juillet 1919, p. 64 ; Foi et Vie, 1919, p. 118.

50 Revue chrétienne, 1920, p. 265.

51 Ibid.

52 Ibid., p. 266. On trouve la même idée dans la revue Le Christianisme social (nous ne l’avons guère citée parce qu’en 1919 elle ne fait paraître qu’un seul numéro en décembre et ne reprend une parution régulière qu’en 1920), 1920, p. 401. Elle est également développée par le pasteur Jules Jézéquel dans la Revue chrétienne, 1920, p. 268-272.

53 La Fédération protestante de France a été fondée officiellement en 1905 et elle a tenu sa première assemblée générale en 1909 ; la guerre n’a pas permis une nouvelle réunion avant 1919.

54 Cité, notamment, par Le Christianisme... du 27 novembre 1919, p. 543, col. 3.

55 Sur ce sujet consulter la polémique qui a opposé Élie Gounelle et Louis Lafon dans Évangile et Liberté du 17 décembre 1919, p. 288-289 et dans Le Christianisme social, 1920, p. 159-166 et p. 391-402, en particulier p. 395.

56 Notons, cependant que, tout en les évoquant assez souvent, les hebdomadaires religieux n’en font pas leur axe principal de réflexion. Seule une revue, Foi et Vie, dirigée par Paul Doumergue et où son demi-frère Émile écrit souvent, consacre une partie très importante de ses pages au problème de la paix et de ses rapports avec la foi chrétienne (comme ils écrivent aussi l’un et l’autre dans Le Christianisme au XXe siècle on trouve dans cet hebdomadaire un écho des idées développées dans Foi et Vie).

57 P. 109.

58 Revue chrétienne, 1919, mars-avril 1919, « Le Mois » par John Viénot (il s’agit d’une chronique).

59 L’Église libre du 9 mai 1919, p. 73, col. 1 et 2 ; article signé Émile Charpentier.

60 P. 322, col. 1. Il argumente de la façon suivante : « [...] même dans l’hypothèse d’une victoire totale, il faut considérer que les États vaincus seront en mauvais état au point de vue financier et qu’ils seront même, évidemment, d’autant plus appauvris que la guerre aura été longue et qu’ils auraient [sic] été plus complètement ‘écrasés’ comme on dit. » (Ibid.). Sur Charles Gide et son attitude pendant cette période, consulter M. Penin, Charles Gide, 1847-1932, l'esprit critique, Paris, L’Harmattan, 1997 ; en particulier p. 186-188.

61 Dès décembre 1918 il se moque, dans L’Émancipation, du conseil municipal de Paris qui réclame le remboursement de la contribution de guerre de 200 millions que les Allemands avaient imposé à la ville en 1871 (soient 2 milliards avec les intérêts) ; il explique que si la Prusse réclame le remboursement des 300 millions exigés par Napoléon en 1806, avec les intérêts la somme s’élèvera à 72 milliards !

62 Point 8 : « Tous les territoires français devront être libérés et toutes les autres parties envahies devront être restaurées (the invaded portions restaured). » (Numéro de janvier 1919, p. 2 col. 1.)

63 Voir L'Émancipation de mars 1919 ; il se défend en invoquant le droit (l’Entente est liée par la convention d’armistice) ; la polémique se poursuit dans plusieurs autres numéros.

64 Évangile et Liberté du 16 novembre 1918, p. 226, col. 2. L. Lafon revient à plusieurs reprises sur le problème des réparations et c’est à sa demande expresse que, dans le « vœu » de l’Assemblée générale de la Fédération protestante, cité plus haut, le mot « répareront » a été introduit, il le précise dans Le Christianisme social, 1920, p. 395 ; Élie Gounelle lui répond, d’ailleurs, qu’il estime lui aussi que les Allemands doivent payer les réparations (ibid.).

65 Ainsi, par exemple, dans Foi et Vie du 10 avril 1919 Émile Doumergue estime qu’il ne faut pas se faire trop d’illusions. Il écrit : « Certes, ce n’est pas la dette que je conteste. Est-ce que l’Allemagne pangermanique, coupable de la guerre et de ses conséquences, ne doit pas, en bonne justice, rendre ceci et cela et encore ceci... ? Parfaitement elle le doit. [...] Mais pourra-t-elle rendre ce que d’aucuns espèrent ? [...] Et peut-être vaudrait-il mieux, par de trop grande illusions, ne pas préparer des désillusions. » (p. 117, col. 2.)

66 Revue chrétienne, 1898/II, p. 317.

67 Le Christianisme... du 26 décembre 1918, p. 421, col. 2.

68 Il rappelle ainsi que dans le Nouveau Testament on voit une veuve réclamer « Fais-moi justice de ma partie adverse » (ibid.), et que les prédicateurs doivent s’en inspirer.

69 Ibid., col. 3 et 4.

70 Voir, par exemple l’article de Louis Lafon dans Évangile et Liberté du 23 avril 1919, p. 107, col. 2.

71 Le Christianisme... du 30 janvier 1919, p. 37, col. 2.

72 Ibid., numéro du 13 février 1919, p. 57, col. 2.

73 Cité, notamment, par Le Christianisme... du 17 avril 1919, p. 167, col. 1.

74 Ibid.

75 Ibid, p. 167, col. 2

76 Ibid.

77 Ibid.

78 Cité par L’Émancipation, juillet 1919, p. 100 col. 2.

79 Ibid., août 1919, p. 110, col. 1. Sur cette question consulter aussi le livre de M. Penin (voir note 60), qui cite des textes intéressants de Ch. Gide.

80 Évangile et Liberté du 2 juillet 1919, p. 179, col. 3 et 180, col. 1.

81 Revue chrétienne, 1919, p. 186-187.

82 L’Église libre du 4 juillet 1919, p. 105, col. 2.

83 Foi et Vie, 1919, p. 175, col. 1.

84 Voir, par exemple, la réaction de Paul Doumergue dans Le Christianisme... du juillet 1919.

85 Wilfred Monod précise : « Les optimistes fades et les farouches pessimistes, sont également éloignés de la vérité ; notre mission sur la terre est une mission de travail persévérant, de progrès lentement affermi, de collaboration croissante avec l’Esprit rédempteur [...] » (Revue chrétienne, 1919, p. 196.)

86 Matthieu Lelièvre écrit ainsi dans L’Évangéliste du 3 juillet 1919 : « Ce qui menace de caducité ce traité de paix, c’est que la conscience allemande est terriblement malade et que son réveil semble aussi éloigné que jamais. » (p. 57, col. 1).

87 Numéro du 16 mai 1919, p. 166, col. 1.

88 Foi et Vie, 1919, p. 184, col. 1.

89 Il écrit exactement : « Ce qu’il y a de très grave, c’est que des chrétiens évangéliques ont donné leur approbation ou au moins leur absolution, à ces crimes, ou leur ont accordé la complicité de leur silence. Nous avons souvent dit qu’entre le catholicisme et nous il y a la distance qui sépare la morale de Jésus de celle des jésuites, c’est-à-dire un abîme. Eh bien ! cet abîme existe plus encore entre les chrétiens selon l’Évangile et les chrétiens selon le kaiser. » (L’Évangéliste du 23 octobre 1919, p. 93, col. 2.)

90 Elle est publiée intégralement dans le Cahier B de Foi et Vie, 1er mars 1919, p. 33-44.

91 Ibid., p. 36, col. 2 et 3.

92 Foi et Vie, 1919, p. 63, col. 1.

93 Voir, par exemple : Le Témoignage du 29 janvier 1919, p. 39, col. 2, et du 12 février 1919, p. 59, col. 1 ; L’Évangéliste du 3 juillet 1919, p. 57, col. 1 et 2 ; L'Église libre du 24 janvier 1919, p. 13, col. 3 ; Évangile et liberté du 2 juillet 1919, p. 180, col. 2 et 3.

94 Cité, notamment, par Le Témoignage du 29 janvier 1919, p. 39 col. 2 et 40, col. 1.

95 Pour plus de détails sur cette question, consulter le texte, déjà cité de D. Robert, p. 426-428. ; ainsi que Le Christianisme social, 1920, p. 140-158.

96 Deux Français y participent toutefois, deux méthodistes, J. Faivret et L. Parker (voir L'Évangéliste du 20 novembre 1919).

97 Cité par D. Robert, op. cit., p. 427.

98 Février-mars 1920, p. 140-158.

99 Voir L’Évangéliste du 23 octobre 1919, p. 93, col. 2 et 3 ; et du 20 novembre 1919, p. 103, col. 2 et 3.Et Évangile et Liberté du 17 décembre 1919, p. 288-289.

100 W. Mond rapporte dans Après la journée que plusieurs années plus tard l’un des délégués allemands lui a expliqué que « le texte voté leur avait valu, en Allemagne des reproches véhéments dans les milieux ecclésiastiques, dans les Comités religieux ; on avait refusé de s’asseoir à côté de l’un des signataires, traité en pestiféré. » (p. 251.)

101 Voir Le Christianisme social, 1920, p. 181-199.

102 Après la journée, p. 251.

103 Le Christianisme social, 1920, p. 165.

104 Voir Le Christianisme social, 1920, p. 391-397

105 Voir la Revue chrétienne, 1920, p. 275 ; Il écrit, notamment : « l’esprit de l’Évangile demande cependant que l’offensé, dans son for intérieur, pardonne sans conditions ».

106 Cité par Réforme du 3 novembre 1945, p. 2.

107 L’Émancipation, décembre 1919, p. 165, col. 2.

108 Foi et Vie, 1919, p. 103, col. 2 et 3.

Auteur

Université de Paris XII-Val de Marne

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540