Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

I - La paix par la solidarité internationale

L’anticipation de la paix, à travers le contrôle postal du 11 novembre 1918

Bruno Cabanes

Texte intégral

  • 1 J.-N. Jeanneney, « Les archives des commissions de contrôle postal aux armées (1916-1918). Une sou (...)
  • 2 A. Cochet, L’opinion et le moral des soldats en 1916, d'après les archives du contrôle postal, Par (...)
  • 3 Notamment J.-J. Becker, 1914, Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses de l (...)

1Le contrôle postal est aujourd’hui un fonds d’archives bien connu, une « source précieuse pour l’histoire contemporaine de l’opinion et des mentalités », comme l’écrivait il y a trente ans Jean-Noël Jeanneney1. Pourtant, depuis la thèse consacrée par Annick Cochet au contrôle postal de l’année 19162, et malgré les importantes avancées méthodologiques conduites par Jean-Jacques Becker dans le domaine de l’étude de l’opinion publique3, il faut bien reconnaître que cette masse documentaire impressionnante, recueillie au Service historique de l’armée de Terre au fort de Vincennes, a inspiré un nombre réduit de travaux, notamment pour les années 1917 et 1918. Pourquoi le contrôle postal est-il si peu exploité pour la fin de la guerre et pour les mois qui vont de l’armistice à la démobilisation totale des troupes françaises ? Il est difficile d’y répondre. La lecture des rapports hebdomadaires du contrôle postal et des extraits des lettres jugées significatives offre à qui s’intéresse à l’opinion des combattants une appréciation concrète et nuancée de ce qu’on appelle souvent le « moral des troupes » et témoigne, de bien des manières, de l’influence réciproque de la vie au front et de la vie à l’arrière.

  • 4 J. Nicot, Les poilus ont la parole. Lettres du front : 1917-1918, Bruxelles, Éditions Complexe, 19 (...)
  • 5 Les archives du contrôle postal ne sont pas, comme on l’affirme parfois, celles de la censure mili (...)

2Bien sûr, les conditions de construction de ce fonds d’archives, à la fois « filtre destiné à empêcher les indiscrétions d’ordre militaire » et « instrument pour mesurer l’étiage du moral » comme le rappelle Jean Nicot4, plaident en faveur de la prudence la plus élémentaire. « On ne peut sous-estimer le risque de déformation inconsciente tenant à l’ambiance même du moment qui pouvait influencer, sans même qu’ils le sentissent, l’appréciation des lecteurs (effectuant le travail de la censure), soit que leur inquiétude patriotique les portât à grossir les signes préoccupants, soit plutôt que leur optimisme de principe les leur fit sous-estimer », note Jean-Noël Jeanneney. Puis il ajoute : « On se trouve en face d’une pyramide tronquée dont on connaît la surface supérieure — les extraits de lettres citées —, à partir de laquelle on doit deviner ses profondeurs ». Cela dit, la qualité du travail des lecteurs — quinze à vingt-cinq personnes par commission ont contrôlé au moins une fois par mois chaque régiment et chaque unité —, la précision des grilles de lecture — établies dans les instructions sur les commissions de contrôle postal du 1er décembre 1916 puis améliorées dans une note de la Section de Renseignements aux Armées (SRA) le 14 novembre 1917 —, le nombre de lettres lues — environ 180 000 lettres par semaine pour l’ensemble de l’armée française, soit 1/40e à 1/80e du total des lettres expédiées —, tout cela permet de conclure que les lettres sondées sont assez représentatives, somme toute, de l’ensemble5.

3Étudier, à partir des archives du contrôle postal, les représentations que les combattants français se font de la paix, au jour de l’armistice du 11 novembre 1918, c’est se placer délibérément dans le temps court, celui des « mouvements vifs et superficiels, des brusques tumultes, des émotions à la petite journée » (Georges Duby). Mais ce temps court ne doit pas faire illusion. Dans les lettres envoyées le jour de l’armistice, ou dans les quelques jours précédents, le poids des quatre années de guerre, celui des souffrances passées, en d’autres termes le poids des morts sur les survivants, émousse sensiblement le sentiment de satisfaction et structure des attitudes plus stables, qui se superposent aux réactions immédiates. Ainsi en est-il de la prudence qui prévaut, dans de nombreuses lettres. Le 15 octobre, un soldat de la 46e DI, 1re Armée, s’empresse de nuancer les nouvelles venues de l’arrière : « Quelqu’un t’aurait mis l’eau à la bouche que cette guerre devait finir bientôt. Je crois qu’à l’arrière on voit tout en rose », explique-t-il à sa femme. « Oui, il peut se faire que cela finisse, mais les combats sont encore durs malgré que les boches sont démoralisés ». « Le bruit court que l’armistice est signé mais il ne faut pas se faire d’illusion, car il court en ce moment bien des fausses nouvelles », prévient, pour sa part, un combattant du 70e RI.

4Un peu partout, l’annonce de la signature de l’armistice est accueillie avec étonnement. Le mot qui revient le plus souvent sous la plume des combattants est celui de stupeur. « Vous dire quel soulagement fut le nôtre au marin de l’armistice est impossible. C’était plutôt quelque chose qui ressemblait à de la stupeur. Habitués au danger, tout d’un coup, c’était fini ! On avait de la peine à le croire, et cependant c’était vrai », témoigne un soldat de la 5e Armée à un ami suisse. « Le grand jour de la victoire, si longtemps attendu, est arrivé. On est à moitié ahuri », renchérit un combattant du 102e bataillon de chasseurs à pied. « Voyez ma plume tremble sous mes doigts, ça m’a abasourdi », écrit un autre qui ajoute : « On se demande parfois si c’est bien vrai que ce soit la fin » (151e RI). Naturellement, l’armistice était attendu depuis plusieurs semaines, et les négociations avec les émissaires allemands étaient suivies avec attention. Mais une lecture précise du contrôle postal permet de distinguer des unités où l’information, dans les jours précédant le 11 novembre, est bien diffusée de celles qui ignorent à peu près tout. « Tout le monde voudrait avoir des nouvelles de l’armistice et personne ne sait rien », se plaint un combattant de la 10e DI, 5e Armée. Cette lettre date du 10 novembre.

  • 6 Sur l’importance de la sensibilité aux cloches en milieu rural, A. Corbin, Les cloches de la terre(...)

5Puis la stupeur fait place à une joie retenue, à un « sentiment de contentement muet » : « Notre joie ne pouvait éclater », reconnaît un soldat. « Cela nous faisait mal comme quand on a envie de pleurer [...] Il n’y eut pas une joie bruyante, débordante comme celle des Parigots. Ce fut un soulagement, une joie à peine extérieure, plutôt du recueillement, quelques refrains à peine fredonnés ». Quelques lettres reviennent pourtant sur les manifestations de joie et sur les festivités consécutives à l’annonce de l’armistice. Un soldat du 51e RI à sa mère : « La cessation des hostilités était à 11 heures ». Aussitôt l’heure, tout le monde a crié : « C’est fini ! » Mais il n’y avait déjà plus de boches devant nous et il y avait vingt-quatre heures que leurs officiers étaient partis. Une heure après, ravitaillement, coopératives, tout était là et à midi, tambours et clairons ont joué en première ligne pendant une heure et à la fin la Marseillaise deux fois ». Un soldat du 172e RI, 1re Armée à ses parents : « Aujourd’hui, nous venons d’apprendre la bonne nouvelle. L’armistice vient d’être signé à 11 heures ce matin. La fin tant désirée de cette maudite guerre vient de s’amener. Ce soir nous avons eu repos. Ah ! C’est joli ! Et puis ce soir il y a eu renforcement de l’ordinaire et retraite aux flambeaux. Quelle joie ! Toutes les cloches des environs sonnent, c’est beau ! ». Des sonneries de cloches que de nombreux combattants opposent à celles d’août 1914 : « Des types sont montés au clocher et au milieu de la nuit, ces sons de cloches sont bien les seuls que j’ai trouvé intéressants, surtout bien différents du glas d’août 1914 » (74e DI, 4e Armée)6.

6Mais c’est aussi la joie des populations libérées que notent les correspondants. Un soldat à une amie : « Nous avons délivré beaucoup de civils. Si tu voyais avec quelle joie ils nous accueillent ; les villages sont pavoisés ; à presque toutes les fenêtres, il y a un drapeau tricolore ou des guirlandes. Ils nous racontent leurs misères depuis quatre ans et je t’assure que ce n’est pas gai ». Un autre à sa femme : « J’ai trouvé quelques villages fraîchement reconquis et où se trouvent encore quelques habitants. Vous dire la joie qui rayonne dans les yeux de ces braves gens, c’est impossible. Les enfants acclament, les vieux saluent avec une sorte d’orgueil et de fierté à soulever leurs casquettes de plein gré devant des officiers français après avoir été contraints de le faire devant des officiers allemands ».

7Pourtant, à lire plus attentivement les lettres des soldats français, on découvre également un sentiment de méfiance, assez largement répandu, à l’égard de ces populations occupées, dont la coexistence passée avec les Allemands suscite des doutes sur leur esprit de résistance : « C’est pitié à voire les pauvres civils qui ont eu à subir toutes les horreurs de ces Vandales ; aussi sommes-nous les bienvenus auprès de ces gens-là », témoigne un combattant du 83e RI, 1re Armée. Puis il concède : « Maintenant il y a une exception de certaine catégorie de gens qui n’ont eu le regret que de voir partir les boches ; ce sont de jeunes filles et de jeunes femmes qui ont volontairement mené une vie de patachon avec ces mangeurs de choucroute ». Un soldat de la 9e DI, 5e Armée, ajoute, dans une lettre à sa femme : « On retrouve les civils qui étaient depuis la guerre avec les boches ; ils sont contents d’être délivrés mais ils n’ont pas l’air d’avoir été trop malheureux ». Une distinction est faite parfois entre les populations occupées depuis le début du conflit et les Alsaciens-Lorrains : « L’accueil que nous réservent ces Alsaciens-Lorrains ? Pour ma part, je garderai une certaine méfiance vis-à-vis de ces gens-là, car leurs témoignages de fidélité à la France me semblent des grimaces dans le but de se concéder nos bonnes grâces. En dépit de toutes ces protestations, mon pistolet ne me quittera pas et en cas de défaillance, il sera là pour les rappeler à de bons sentiments » (un soldat du 51e RI, 5e Armée). Une opinion qu’on trouvait déjà exprimée, dans les premières semaines de 1918, pour souhaiter que la question d’Alsace-Lorraine ne fasse pas obstacle à la paix : « Avec leur Alsace-Lorraine, on commence à en avoir assez ; moi je me fous des Alsaciens, ils sont encore plus boches que les autres et ils se foutent pas mal de nous » (lettre saisie, 4e Génie). « Ils sont plus boches que les boches, ils nous regardent avec mépris... Toutes ces jolies images et tableaux faits sur l’Alsace, de la foutaise ! Il faut voir le réel. Aussi les sentiments patriotiques que j’avais meurent-ils tout doucement » (22e RI).

  • 7 Le thème du deuil dans les sociétés européennes durant et après la Première Guerre mondiale est en (...)

8Omniprésence des morts, sentiment de stupeur, regard ironique sur l’attitude de certaines populations occupées : on peut expliquer de multiples manières que la joie des soldats français, au matin du 11 novembre 1918 ne soit pas sans mélange et que l’anticipation de la paix s’accompagne d’inquiétude. L’absence des proches, le poids des deuils familiaux qui touchent les sociétés européennes dans leur quasi-totalité7 sont cruellement ressentis. Souvent, en ces circonstances exceptionnelles, c’est le sentiment d’être oublié qui prévaut, la différence d’appréciation entre le front et l’arrière, notamment sur la question de la paix, qui fait l’objet des témoignages les plus amers : « La lecture des journaux nous donne encore plus le cafard, car nous trouvons que l’on fait bien trop de fêtes à l’arrière et que l’on délaisse trop ceux qui ont souffert. Je t’assure qu’il y a de très fortes rumeurs parmi nous car on nous prend vraiment pour de belles gourdes : cela va se gâter, je crois. C’est une honte, toutes ces fêtes ne sont pas utiles pour le moment. Pour nous autres, pas encore un seul mot de tout ce que nous avons fait » (Un soldat de la 16e DI, 5e Armée, à sa femme). « Tu me parles des réjouissances qui ont eu lieu à Bourges en l’honneur de la victoire. Cela est très bien mais je trouve qu’on exagère un peu. Ceux qui font la fête là-bas ne sont pas ceux qui l’ont gagnée, cette victoire, ou du moins il y en a bien peu » (Un soldat du 95e RI, 5e Armée, à une amie). « Je vois que partout on a fêté la fin de la guerre. Personne ne travaillait, et cependant on leur a payé leur journée. Nous autres, aucun cadeau, pas même une chopine de vin gratuite. Tu peux croire que cela ne nous a pas fait plaisir, c'est toujours les gens de l’arrière qui bénéficient » (Un soldat de la 16e DI, 5e Armée à son père).

9Pour les combattants, l’essentiel est ailleurs : ce qui les préoccupe surtout, c’est la date de la démobilisation, ce que beaucoup appellent la « paix du soldat ». Ils en voient un signe annonciateur, dans la suspension des permissions pour les classes les plus anciennes, jusqu’à la classe 1899 : « On ne tardera pas à renvoyer les vieilles classes. C’est une opinion générale » (9e Corps, 4e Armée). Mais quand les autres suivront-ils ? « Je te recommande de ne pas trop t’emballer. As-tu songé à ce qu’était une démobilisation ? Ne crois pas que nous rentrerons dans nos foyers aussi vivement que nous sommes partis », prévient un soldat du 79e RI, 1re Armée, dans une lettre à sa femme. « Il est à prévoir que l’occupation du territoire sera longue et demandera beaucoup de monde ». Ainsi, les plus jeunes s’attendent à partir comme troupes d’occupation en Allemagne : « À présent, nous partirons comme troupe d’occupation, c’est-à-dire pour garder les frontières », rapporte un soldat dès le 12 novembre (172e RI). « Nous aurons la compensation d’aller nous amuser un peu chez les Fritz comme troupe d’occupation, car on doit y aller. Ce sera le rendu de 1870-1871, ça ne fera pas de mal de changer de pays », annonce un jeune soldat du 70e RI. On assiste aussi à un phénomène générationnel qui structure les mentalités selon l’expérience de guerre : ainsi, ceux de la classe 19 ont parfois le sentiment de pas avoir assez contribué à la guerre. Un soldat du 172e RI, 1re Armée à sa sœur : « Du fait de l’armistice, je serai préservé des dures fatigues à passer dans les tranchées quoique j’aurais bien voulu faire comme les camarades, car pour moi, il me semble que je n’ai accompli que la moitié de mon devoir ».

  • 8 L’attitude des troupes d’occupation en Allemagne à l’égard des civils n’a fait l’objet, à ma conna (...)

10La perspective d’occuper l’Allemagne se nourrit de cette insatisfaction, proche, parfois, du sentiment de culpabilité fréquent chez les survivants. Réclamer une paix dure et exemplaire, c’est éviter toute tentation de reprendre les combats. Mais il y a plus. Venger les morts, puisque tel est bien le but que se fixent, au-delà des termes de l’armistice, la plupart des combattants, c’est trouver une place dans le rapport douloureux et ambigu des vivants et des survivants. « Nous avons une petite dette à régler ensemble et je voudrais bien y être pour la régler », reconnaît un soldat dans une lettre à sa mère. « Bientôt ce sera la sainte vengeance, la vengeance divine dans la victoire complète », dit un autre. Dans ces circonstances, les recommandations des officiers se font plus pressantes, semble-t-il : « Nous partons pour l’Allemagne. Nous avons reçu à ce sujet les instructions les plus sévères [...] Nous savons quelle doit être notre attitude vis-à-vis des Fritz ». (130e RI, 5e Armée). » Le capitaine nous a fait un discours : « Les amis, nous a-t-il dit, c’est nous les vainqueurs. Un de ces jours, nous allons entrer en Allemagne. Je veux que vous ayez une tenue correcte et que vous soyez disciplinés afin de leur faire voir que vous entrez en vainqueurs et non en assassins » (110e régiment d’artillerie lourde, 7e Armée). Pourtant dans certaines lettres, les menaces de viols sont parfaitement explicites : « On a commencé à nous dire qu’on allait aller là-bas comme troupes d’occupation et ce sera beau. Tant pis pour les belles Allemandes. On ne répond pas de la casse », annonce un soldat du 47e RI, 1re Armée, dans une lettre... à sa fiancée. « Nous sommes en route pour aller en Bochie. Tu peux croire que nous y allons de bon cœur. Il faut qu’on baise les femelles boches. Ils ont assez sali les nôtres, c’est notre tour », admet un autre (130e Ri, 5e Armée). « Nous montons vers la Bochie, nous les tenons enfin ces cochons de Boches. Je t’assure que chez eux nous ne les traiterons pas en douceur. Dans quelques jours, la Gretchen nous cassera du bois et mettra le couvert et il faudra que ça saute. Si mon Fritz est là, il faudra qu’il se débrouille, sans cela gare à ses os ». (44e Régiment d’artillerie de campagne, 5e Armée)8.

11Dans de nombreuses lettres, les combattants allemands sont présentés comme de pauvres bougres, affamés et abandonnés de leurs officiers. « Les Boches se rendent en masse mais on les refuse, on ne prend que les Alsaciens. Ils crèvent littéralement de faim car depuis 14 jours les soldats allemands n’ont pas touché de viande » (7e Armée). Mais le plus souvent, c’est la distance haineuse qui l’emporte sur la sympathie. Selon un procédé classique, étudié notamment par le philosophe René Girard, l’animalisation de l’ennemi permet de le brutaliser plus aisément. L’expression « ces cochons de boches » revient fréquemment dans les lettres du 11 novembre. On promet de « baiser les femelles boches ». Un soldat s’en prend au Président Wilson parce qu’il ose traiter les Allemands en êtres humains : « Pour Wilson, je suis de ton avis », écrit un soldat à sa sœur. « Il parle aux Boches comme à des gens. Que veux-tu ? Il n’a rien vu, cet Américain-là » (328e RI, 5e Armée). L’annonce de l’armistice ne dissipe pas la haine de l’ennemi. « On ne haïra jamais assez ces boches, ces barbares qui ont ravi à notre affection les êtres qui nous étaient chers », déclare un soldat. « Les sales boches ont fait du mal, mais je t’assure que nous leur en faisons aussi. Le jour où nous avons pris Villers-le-Sec, je suis entré un des premiers dans le pays en tuant ceux qui étaient devant moi, ils avaient beau faire camarade, il n’y avait plus de pitié ; j’étais comme fou, j’étais dans une fureur comme jamais je n’ai été ; le seul regret que j’ai à présent, c’est de n’avoir pas assez tué, mais il n’y a rien de perdu », confesse un combattant du 418e RI, à trois jours de l’armistice. Les ultimes attaques précédant le 11 novembre, les morts pour rien des dernières heures de la guerre, et les atteintes contre les civils français provoquent l’indignation : « Figure toi que ces cochons, ces lâches de boches ont tiré toute la nuit et jusqu’à 10 heures 30 ce matin des obus à gaz et incendiaires sur Mézières où ils savaient qu’il y avait une nombreuse population. Quels bandits, ils ont fait beaucoup de victimes », écrit un soldat le jour de l’armistice. « Les boches ont fini la guerre comme ils l’avaient commencée : bombardement d’une ville pleine de civils par obus suffocants. C’était bien triste de voir les pauvres enfants et femmes fuir devant le nuage qui les suffocait », confirme un autre (117e RI, 5e Armée).

12Stupeur, satisfaction muette, recueillement, méfiance, inquiétude de l’avenir, haine de l’ennemi : la diversité des sentiments exprimés par les soldats français dans leurs correspondances du 11 novembre 1918 remet en cause l’image simplificatrice d’une joie collective qui aurait uni la nation toute entière, civils et combattants, dans la perspective de la paix prochaine. Certes, ce que montre le contrôle postal, c’est le lien étroit entre le front et l’arrière, le souci constant des proches, au terme d’une guerre qui passe encore pour avoir été une guerre défensive. Mais une lecture plus attentive des lettres de l’armistice révèle également un sentiment d’incompréhension mutuelle : d’un côté des civils pour qui l’armistice signifie, malgré les deuils, les destructions, les inquiétudes pour l’avenir, la fin d’un cycle de souffrances et l’avènement de la paix ; de l’autre, les combattants qui côtoient encore les cadavres de leurs camarades et s’apprêtent à partir occuper l’Allemagne. Au-delà de la diversité des sensibilités et des destins individuels, la réalité du contrôle postal du 11 novembre est tout entière dans ce va-et-vient entre l’arrière et le front, entre le temps bref du soulagement et le temps long, des fatigues de la guerre.

Notes

1 J.-N. Jeanneney, « Les archives des commissions de contrôle postal aux armées (1916-1918). Une source précieuse pour l’histoire contemporaine de l’opinion et des mentalités », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 1968, p. 209-233.

2 A. Cochet, L’opinion et le moral des soldats en 1916, d'après les archives du contrôle postal, Paris X-Nanterre, Thèse, 1985.

3 Notamment J.-J. Becker, 1914, Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1977.

4 J. Nicot, Les poilus ont la parole. Lettres du front : 1917-1918, Bruxelles, Éditions Complexe, 1998.

5 Les archives du contrôle postal ne sont pas, comme on l’affirme parfois, celles de la censure militaire ; il s’agit plus exactement d’une évaluation de l’opinion générale et du moral des combattants.

6 Sur l’importance de la sensibilité aux cloches en milieu rural, A. Corbin, Les cloches de la terre, Paris, Albin Michel, 1994.

7 Le thème du deuil dans les sociétés européennes durant et après la Première Guerre mondiale est encore peu exploré ; avec les notions de « cercles de deuil » et de « communauté de deuil », l’historien J. Winter est un des premiers à avoir exploré ces pistes de recherches (Sites of Memory of Mourning, Cambridge University Press, 1995, et « Communauties in Mourning » dans F. Coetzee et M. S. Coetzee, éd., Authority, Identity and the Social History of the Great War, Oxford, Berghan Books, 1995). Par ailleurs, en attendant le livre de S. Audoin-Rouzeau consacré aux deuils de guerre, à paraître à l’hiver 2000, aux éditions Noêsis, voir S. Audoin-Rouzeau et A. Becker, « Le deuil », dans 14-18, Retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2000.

8 L’attitude des troupes d’occupation en Allemagne à l’égard des civils n’a fait l’objet, à ma connaissance, d’aucune recherche poussée. Pour démêler la réalité des mythes forgés dans les années 1920 et 1930, notamment sur les violences sexuelles commises par les troupes coloniales, il faudrait mener un travail comparable à celui de John Horne et Allan Kramer sur les atrocités allemandes en Belgique et dans le Nord de la France en 1914 (cf. J.-J. Becker et Alii, Guerre et cultures, 1914-1918, Armand Colin, 1994).

Auteur

Université catholique de l’Ouest, Angers

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540