Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

Problématique de la paix

Opposition politique et patriotisme en France à la veille de la première guerre : les Soréliens et les Maurrassiens face à la paix et à la guerre (1900-1914)

Laurent Soria

Texte intégral

1Dans la période qui précède la Grande Guerre, les courants radicaux du mouvement ouvrier français, en particulier les socialistes révolutionnaires, influents dans la CGT, et les nationalistes organisés, essentiellement représentés par les Maurrassiens de l’Action française, se sont démarqués des analyses les plus répandues dans l’opinion publique française au sujet du maintien de la paix et du risque de guerre.

2Tandis que l’impression d’assister à une aggravation des relations internationales imprégnait peu à peu les contemporains et qu’une part non négligeable de ceux-ci commençaient à exprimer publiquement leur adhésion au principe de la fidélité patriotique en cas d’agression armée, les deux courants ont tourné le dos au débat sur la paix et la guerre. Ils n’ont eu de cesse de dénoncer à la fois l’illusion du risque de guerre, la duplicité de la politique des alliances et de la paix armée, et accessoirement la pusillanimité de ceux qui, à l’exemple de Jaurès ou des pacifistes « bourgeois », prétendaient promouvoir l’arbitrage comme règle de conduite entre les nations.

  • 1 Cf. l’ouvrage de Z. Sternhell, Ni droite, ni gauche. L’idéologie fasciste en France, Paris, 1983, (...)

3Cette coïncidence est-elle pour autant la marque d’une connivence entre les deux extrémismes ? Le problème a été soulevé à propos des esquisses de collaboration entre Soréliens et Maurrassiens autour de la question ouvrière. Le rapprochement éphémère mais réel entre les deux courants a pu renforcer la suspicion de « pré-fascisme » autour de la personne de Sorel1. Pourtant l’itinéraire tortueux du théoricien du socialisme révolutionnaire, irréductible adversaire de la guerre puis chaleureux partisan de la jeune révolution bolchevique, ne se laisse pas aisément réduire à cette dimension. Et au delà de la personnalité de Sorel, les cas de retournements brutaux et d’affinités paradoxales entre les militants d’extrême-gauche et d’extrême-droite sont suffisamment nombreux, - avant et surtout après 1918 -, pour rendre caduque l’explication biographique. L’idée de porosité idéologique ne semble guère plus acceptable, à moins de penser que tous les ennemis du libéralisme politique relevaient fondamentalement de la même haine de la Raison, affirmation pour le moins rapide. Le travail qui suit est basé sur l’idée qu’une enquête historique circonspecte sur un point précis, comme le problème de la paix dans les années 1905-1914, peut contribuer utilement à établir une problématique nuancée sur ces questions.

4Pour faciliter la confrontation des deux points de vue sur la paix, la recherche a été organisée en groupant les sources utilisées autour de trois thèmes qui permettent de baliser plus aisément le champ exploré :

  • Les conceptions de la paix dans les deux doctrines.
  • Les prises de position des deux courants en matière de politique étrangère.
  • Leurs évolutions dans la période de l’immédiat avant-guerre.

L’idée de paix chez maurras et sorel

5Les deux hommes sont convaincus que la violence est au cœur du processus historique pour Maurras sous la forme du conflit entre Civilisation et barbarie, pour Sorel sous la forme de la lutte entre la bourgeoisie capitaliste et le prolétariat révolutionnaire.

L’anti-humanisme de Maurras

  • 2 Article « Beauté », dans Dictionnaire politique et critique, p. 163, paru dans la Revue Encyclopéd (...)
  • 3 « Paix ou Guerre », dans L’Action française, 2 août 1914.

6Pour Maurras, la paix n’est pas une valeur civilisatrice, mais le résultat des efforts consentis par la société pour s’organiser. Elle sanctionne la victoire de la Civilisation sur les forces obscures de la barbarie. Elle est la récompense de ce travail pour réaliser cet idéal de bonheur social que Maurras nomme « la Beauté ». En attendant ce moment, la société moderne est traversée par le combat que se livrent la Civilisation et la Barbarie à travers la lutte des nations pour l’hégémonie ; la pitié et la sensiblerie, sentiments inférieurs, sont des freins qui empêchent les hommes d’accomplir leur destin national. : « La Beauté est la loi idéale du monde ; mais si nous honorons la pitié - qui n’est qu’un amour perverti, retourné vers l’inférieur, qui n’aperçoit que, par le fait même, nous ruinons quelques uns de nos pouvoirs de nous conduire à la beauté ? La beauté véritable est au terme des choses »2. Le peuple qui accepte de rendre les armes, est un peuple perdu. Maurras écrit le 2 avril 1908 dans l’Action française quotidienne : « L’humanitairerie martyrise le genre humain et la démocratie consomme la ruine des peuples ». Il voit dans la préparation virile au choc guerrier des idéaux nationaux, la grande nécessité du moment, car « l’évolution ne va pas vers l’unité mais vers la diversité. Nous sommes moins près des États-Unis d’Europe qu’aux temps des Vergennes et des Choiseul, qui en étaient moins près qu’Henry IV au moment du projet de paix perpétuelle »3.

  • 4 Lettre no 232, 19 janvier 1901, dans Maurras, Barrès. La République ou le Roi. Correspondance inéd (...)

7Enfin, si l’état de paix est mensonger et émollient, la tension de la guerre, incarnée en France par l’idée de Revanche, ouvre les yeux au peuple, et fait mûrir en lui la volonté restauratrice. Le 19 janvier 1901, Maurras écrit à Barrés : « Tant que nous serons en République et en démocratie, tenter la moindre diminution de ce sentiment constituera toujours un véritable crime d’État »4.

L’héroïsme sorélien

  • 5 G. Sorel, Les Illusions du Progrès, Paris, 1908, p. 256-257.
  • 6 Idem, op. cit., p. 257.
  • 7 Idem, op. cit., p. 43.

8De son côté, Sorel estime que le déclenchement d’une guerre pourrait réactiver la lutte des classes. Car les promesses enjôleuses de la paix, de la démocratie et du progrès de la bourgeoisie, sont trompeuses et perfides. Il estime que la paix et la démocratie ne sont que des mots forgés à l’usage « de la troupe ardente des bas-officiers de l’ordre bourgeois pour qu’elle continue à travailler dans l’intérêt de ses chefs » en oubliant qu’ils masquent « l’existence d’une solide hiérarchie »5. Seule la violence révolutionnaire peut servir d’antidote au mythe bourgeois mortifère de la Paix et du Progrès, produits cyniques de « la coterie holbachique des gens de lettres » qui risque « d’empoisonner la classe qui monte » en l’enivrant de faux espoirs : « la grandeur du pays, la domination des forces naturelles par la science, la marche de l’humanité vers la lumière, voilà les balivernes qui se retrouvent à tout instant chez nous, dans les discours des orateurs démocratiques »6. Une guerre paraît de ce point de vue préférable, car elle obligerait la bourgeoisie à dévoiler sa brutalité, et détruirait ainsi le mythe du Progrès dans la classe ouvrière, mettant à nu la divergence des intérêts bourgeois et ouvriers. Sorel, comme Lénine quelques années plus tard, voit dans l’avènement d’une guerre internationale l’une des voies possibles pour revivifier la conscience révolutionnaire des masses. « Deux accidents sont seuls capables d’arrêter ce mouvement (d’endormissement des ouvriers par les socialistes parlementaires) : une grande guerre étrangère qui pourrait retremper les énergies et qui amènerait au pouvoir des hommes ayant la volonté de gouverner ; ou une grande extension de la violence prolétarienne qui ferait voir aux bourgeois la réalité révolutionnaire et les dégoûterait des platitudes humanitaires avec lesquelles Jaurès les endort »7.

  • 8 G. Sorel, Réflexions sur la violence, Paris 1908, p. 49.

9Pour Sorel, comme pour Maurras, la violence est le moteur de l’évolution de l’humanité. Comme lui, il ressent les sacrifices que requiert la participation à la marche de l’Histoire. Son interprétation de la lutte des classes inclut donc une dimension morale. Les membres de chaque classe sont placés au pied du mur : ou bien ils accomplissent leur destin avec courage et énergie, ou bien ils flanchent devant la loi de la nécessité. Dans ce cas, même s’ils ne peuvent empêcher l’accomplissement de l’Histoire, ils peuvent le retarder voir le fausser durablement. Aussi Sorel se prononce-t-il sans hésitation en faveur d’une « bourgeoisie affamée de conquêtes », avide de bénéfices, intensifiant l’exploitation des ouvriers. C’est la thèse qu’il développe dans Réflexions sur la violence, ouvrage paru en 1908 : « Marx établit le parallèle entre une bourgeoisie puissante et un prolétariat puissant. [...] En face d’une bourgeoisie affamée de conquêtes et riche, si un prolétariat uni et révolutionnaire se dresse, la société capitaliste atteindra sa perfection technique »8.

  • 9 Idem, op. cit., p. 52.

10La violence prolétarienne est ainsi comprise comme l’acceptation d’une tâche que Sorel qualifie « d’héroïque », parce qu’elle oblige la classe ouvrière à renoncer à toute amélioration égoïste au sein d’une paix sociale trompeuse, pour servir les intérêts supérieurs du genre humain. Les prolétaires, en provoquant le réveil de la bourgeoisie, commenceront par en pâtir dans leur chair, mais ils sauveront l’humanité : « La violence prolétarienne, exercée comme une manifestation pure et simple du sentiment de lutte des classes, apparaît ainsi comme une chose très belle et très héroïque ; elle est au service des intérêts primordiaux de la civilisation ; elle peut sauver le monde de la barbarie. [...] C’est à la violence que le socialisme doit les hautes valeurs morales par lesquelles il apporte le salut au monde moderne »9.

11Dans l’appréciation des rapports de forces internationaux qui se nouent à l’époque, ces interprétations radicales du monde, en butte avec les théories néokantiennes en vigueur parmi les élites politiques républicaines, ont eu une influence forte sur la jeune génération des militants de l’Action française ou de la CGT. Il s’agit à présent d’examiner comment ces discours se sont traduits dans la pratique politique de l’avant-guerre.

Nationalistes et socialistes révolutionnaires face à la politique étrangère de la France (1900-1914)

Un risque de guerre négligeable

12Les deux courants pensent jusqu’à une date très proche de la guerre, que les conditions d’un grand conflit européen ne sont pas réunies, parce que les puissances dominantes du monde civilisé, n’y trouvent aucun intérêt.

13Pour les collaborateurs de Maurras, la politique européenne est toujours organisée dans les années 1900 selon un « ordre bismarckien ». Le Chancelier a établi en France une République faible et vassalisée, et il a passé avec l’Angleterre un accord délimitant les zones d’influence des deux nations protestantes. Dans ce contexte, le risque de guerre est quasiment nul. C’est la thèse développée dans Kiel et Tanger : la Revanche est une « comédie » jouée par les Républicains gambettistes, qui ne sont que de simples pions de l’Allemagne. Défendre les intérêts réels de la France ne relève pas de leur compétence.

14La conviction qu’elle n’est qu’une menace vide, brandie par les gouvernants pour consolider leur ascendant sur le peuple, se traduit par des efforts permanents des Maurrassiens pour détromper une opinion intoxiquée par la grande presse, et lui ouvrir les yeux sur la réalité de la politique étrangère. Les articles de politique étrangère de l’Action française forment des variations autour de ce thème.

  • 10 L’Action française, 2 juillet 1911.

15Parmi les chroniqueurs réguliers du journal, Jacques Bainville est celui qui s’est le plus investi dans la négation du risque de guerre. Ses éditoriaux de politique étrangère montrent une Allemagne triomphante, faisant la pluie et le beau temps en Europe, confortant patiemment une hégémonie peu contestée, comme ici, au début de la crise d’Agadir, en juillet 1911 : « Chef d’un pays arrivé, d’un État qui a réussi, l’Empereur d’Allemagne digère ses conquêtes et jouit de sa nouvelle fortune. Et la fortune crée un état d’esprit conservateur. [...] tant que nous et les autres, nous acceptons et nous endurons de vivre dans ce vieux monde tel que les victoires de la Prusse l’ont fait, on ne distingue pas de motifs impérieux de guerre »10. Le 24 novembre 1911, dans son bilan de la crise d’Agadir, sous le titre « le risque de guerre », il tient le raisonnement suivant : « On ne peut que se montrer incrédule devant ces hostilités à deux doigts d’éclater. Il s’agit de donner au public le plaisir des émotions dans un fauteuil. L’industrie du journal vit de roman-feuilleton, et le roman-feuilleton international fait toujours recette au lendemain d’une période de tension ».

  • 11 La politique coloniale et le PS », dans La Revue socialiste, février 1908, p. 112.

16Au sein du mouvement ouvrier français, les Soréliens sont largement responsables de la diffusion d’une thèse selon laquelle la guerre est devenue contraire aux intérêts du capitalisme moderne. Au sujet de la divulgation de cette idée parmi les socialistes, on peut citer à titre d’exemple, dans l’organe hebdomadaire allemaniste Le Parti ouvrier, un article signé par A. Engelfred, rédigé à l’occasion de l’incident de Tanger en juin 1905 : « L’incident du Maroc qui avait éveillé les craintes d’une guerre franco-allemande est en train de se solutionner diplomatiquement. [...] Il est probable que les difficultés qui dans l’avenir surgiront entre les grands États européens, recevront une pareille solution pacifique. Non à cause de l’horreur du sang que la bourgeoisie prétend ressentir. Elle n’a jamais hésité à le verser à flot pour défendre ses privilèges de classe ; mais parce que le bourgeois est aujourd’hui chair à canon, (il est soumis au service militaire), et il n’a pas envie de se faire trouer la peau pour la patrie, l’honneur du drapeau et autres semblables attrape-nigauds. [...] De plus, en cas de guerre européenne, la famine succéderait à la boucherie. Les ouvriers sans pain auraient les armes à la main ». De même, dans la Revue socialiste, Eugène Fournière écrit en février 1908 : « Contrairement à ce qu’affirment les doctrinaires attardés du marxisme, le capitalisme n’est pas homogène. Il a ses nationalistes et ses internationalistes, beaucoup plus nombreux, plus puissants, plus éclairés. [...] La guerre signifierait l’arrêt des affaires. La menace de guerre est coûteuse elle-même aux gens d’affaires »11.

  • 12 H. Lagardelle, « L’idée de Patrie et le Socialisme », dans Le Mouvement socialiste, octobre 1906, (...)
  • 13 Idem, art. cit., Le Mouvement socialiste, octobre 1906.
  • 14 M. Pavlovitch, Le conflit anglo-allemand. La guerre improbable, Paris, 1912, p. 50.
  • 15 Idem, op. cit., préface, p. VIII.
  • 16 H. Lagardelle, « Le conflit Anglo-allemand », dans Le Mouvement socialiste, août 1912, p. 141.

17Les guerres nationales correspondraient à un stade historique dépassé. À l’âge mûr du capitalisme, la guerre n’est plus utile. La violence militaire n’a plus de sens dans le périmètre européen où la logique de la concurrence et du marché l’ont supplantée. L’armée voit donc son utilisation confinée à la périphérie, pour le maintien de l’ordre colonial, et à l’intérieur, contre le prolétariat. C’est ce qu’explique en substance Lagardelle dans le Mouvement socialiste en 1908 : « L’armée, dépouillée de tout esprit guerrier, reste pacifique, prête seulement à répondre aux appels du capitalisme : elle ne sert plus qu’aux expéditions coloniales et contre les ouvriers »12. Quant à la guerre extérieure, sa forme moderne est « la guerre des tarifs ». Le protectionnisme est sa manifestation principale, si bien que la formation d’un « nationalisme économique » ne saurait constituer un danger réel de guerre, bien au contraire : « loin de pousser à la folie des armements, il comporte la réduction croissante des dépenses improductives, la limitation progressive du budget de la guerre. La paix, indispensable à la prospérité industrielle, ne risque pas d’être troublée par des aspirations aventureuses mal contenues »13. Après la crise d’Agadir, le Mouvement socialiste publie en décembre 1911, un article de M. Pavlovitch, enrichi et publié par la suite sous la forme d’un livre préfacé par Lagardelle au début de l’année 1912, Le conflit anglo-allemand. La guerre improbable. La thèse centrale en est que « la guerre est contraire aux intérêts même des capitalistes qui la craignent d’autant plus que la concurrence s’intensifie »14. L’auteur tente de démontrer qu’en réalité « l'Allemagne et l’Angleterre ne sont pas en concurrence mais sont complémentaires »15. Une idée que reprend Lagardelle en août 1912, de manière un peu plus édulcorée : « Comment ne pas être frappé des improbabilités actuelles d’une guerre anglo-allemande ? [...] Je ne dis pas que la conciliation soit dans les cœurs si elle est dans les intérêts... Les contacts internationaux ont d’autres motifs que les sentiments »16.

  • 17 F. Delaisi, « L’Armée nouvelle. La guerre avec l’Allemagne », dans La bataille syndicaliste, 2 jan (...)

18Dans La Bataille syndicaliste, F. Delaisi explique en 1912 qu’il n’y a guère de chance de voir éclater une guerre franco-allemande : « L’Allemagne est gouvernée aujourd’hui, non par une caste d’officiers et de hobereaux épris de conquêtes, mais par une oligarchie toute puissante d’industriels et de financiers dont le kaiser n’est plus que “l’honnête courtier”. [...] Quand on est financier, on ne tue pas la poule aux œufs d’or... il vaudrait mieux qu’on en finisse avec ce vieux lieu commun périmé des guerres d’annexion et de conquêtes... Une guerre avec l’Allemagne ne serait pas une guerre patriotique, mais une guerre d’affaire »17.

Priorité à la bataille idéologique

19En contestant la validité des analyses habituelles de la politique internationale, les deux courants entendent privilégier avant toute chose la lutte idéologique contre les courants dominants de la vie politique française. Les ennemis qu’ils désignent ne sont pas tant à l’extérieur, qu’à l’intérieur des frontières.

L’Action française contre les « Prussiens de l’intérieur »18

  • 18 Selon H. Guillemin, l’expression a été lancée la première fois par un officier dénommé Ducrot, le (...)

20Les milieux nationalistes sont traditionnellement hostiles à l’alliance anglaise. L’anglophobie y est dominante, tant chez les Bonapartistes du Petit Caporal - ce qui n’est pas à proprement parler une surprise - que chez les cléricaux de La Croix, en passant par l’Intransigeant de Rochefort et la Libre Parole de Drumont. Opposés à l’Entente cordiale, réalisée par une diplomatie traîtresse, ces journaux se prononcent en outre souvent en faveur d’une alliance avec l’Allemagne. Cette anglophobie de l’extrême-droite repose sur deux arguments majeurs :

  • L’alliance anglaise implique le triomphe de la société libérale, individualiste, contraire à l’esprit français : « compter sur l’Angleterre pour une propagation libérale en Europe, c’est vouloir la fin de la France »19.
  • L’alliance anglaise, c’est la guerre à moyen terme. Or la France est trop faible pour tenter une guerre contre l’Allemagne. Citons ici à titre d’exemple La Patrie française du 9 avril 1905, (article non-signé) : « Dans le cas présent, (l’affaire de Tanger) on s’expose à des risques de guerre uniquement pour complaire à l’Angleterre. Le parti de la guerre, celui qui expose la France à toutes les surprises, à tous les dangers, c’est le parti de l’Entente cordiale. Rochefort écrit dans L’Intransigeant du 9 avril 1904 sous le titre « le complot franco-anglais » : « le plan poursuivi par le traître du Quai d’Orsay, est selon le vœu de Jaurès, la rupture entre la France et la Russie ». La Croix publie sous la signature de JJC le 7 avril 1905 : « C’est l’anglomanie de Delcassé qui nous vaut ces humiliations. Quand ce ministre est arrivé au pouvoir, une entente de la Russie, de l’Allemagne et de la France était sur le point d’être conclue. Cette alliance, qui était conforme à nos traditions, et qui aurait permis de régler la question de l’Alsace-Lorraine, monsieur Delcassé n’en a voulu à aucun prix ». E. Drumont, dans La Libre Parole du 11 avril 1904 fustige quant à lui « les imbéciles et les coquins » qui ont empêché une union avec l’Allemagne : « nous lui aurions pris l’Égypte, et elle nous aurait donné en échange ce que nous aurions voulu, rendu l’Alsace-Lorraine, consenti au Maroc la situation que nous aurions souhaitée ». Le 8 avril 1905, il s’oppose encore à l’alliance avec l’Angleterre : « dans l’état de décomposition et de désagrégation où les Juifs, les Dreyfusiens et les Internationalistes ont mis la France, nous ne pourrions faire la guerre sans nous exposer à toutes les catastrophes ». [...] Nous avions raison de dire : « ne vous embarquez pas dans cette alliance anglaise ».
  • 20 J. Arren, « Questions de politique étrangère », dans L’Action française bimensuelle, 15 juin 1904, (...)

21La politique étrangère républicaine est ainsi condamnée pour des motifs essentiellement polémiques, une posture d’opposition systématique dont hérite l’Action française. L’alliance russe, écrit Jules Soury dans l’Action française bimensuelle du 15 septembre 1901, a été conclue « assurément pour le bien de tous, à commencer par Israël. Elle est un instrument de ruine et de mort pour la France ». La conclusion de l’Entente cordiale en 1904, n’est pas mieux accueillie. Elle est le fruit du travail des « Loges » et de « l’ardeur guerrière des Israélites », afin « d’isoler l’Allemagne » et de « rabaisser l’alliance russe »20.

  • 21 Général Donop, « Commandement et Obéissance », dans L’Action française bimensuelle, 15 février 190 (...)
  • 22 C. Maurras, Kiel et Tanger, Paris, 1913, préface de 1910, p. III.
  • 23 Idem, op. cit., p. XXIX.
  • 24 Idem, op. cit., p. 192.
  • 25 Idem, op. cit., p. 352.

22D’autre part, le journal de Maurras affirme sans cesse que la désorganisation républicaine a rendu la voie de la guerre impraticable pour la France. Les témoignages divers destinés à illustrer la faiblesse militaire française abondent dans la revue comme dans le quotidien royalistes. Le 15 février 1907, la revue publie par exemple un article du général Donop intitulé « Commandement et Obéissance », dans lequel on peut lire ce constat très sombre de l’état de l’armée française : « La discipline est menacée, la corruption règne à tous les degrés... Humiliée, inquiète, divisée, détournée de ses devoirs, soumise à des chefs qui n’ont pas toute sa confiance, l’armée risque de ne pas être capable d’assurer les tâches que la patrie lui confierait... Elle craint le risque de ne pouvoir affronter avec succès les périls de la guerre »21. Maurras lui-même va assez loin dans l’expression de ce point de vue, à l’aide de formules frappantes et outrancières. C’est sur cette phrase significative que débute la préface de Kiel et Tanger, l’essai célèbre de Maurras consacré à la politique étrangère républicaine : « Kiel et Tanger propose à l’opinion française un doute radical sur le point de savoir si la République peut avoir une politique étrangère »22. Plusieurs fois réédité entre 1910 et 1913, ce livre constitue une entreprise systématique de dénigrement de la diplomatie française. De l’Alliance russe à la Triple Entente, la France n’aurait essuyé que des revers, car « le principal caractère de l’État républicain est d’être un État qui ne peut s’améliorer parce qu’il ne peut pas s’instruire »23. La politique d’alliance a fait de la France l’esclave de l’Angleterre : « L’Angleterre ne nous demande qu’une chose : de nous faire envahir, et nous le ferons. Nous ferons cette basse guerre de mercenaires où nul sacrifice des hommes ne sera payé en avantages pour la patrie ; nous la ferons [...] par un réflexe automatique qui aura découlé des excellentes positions que nous aura fait occuper notre seigneur, exploiteur et tuteur anglais »24. Delcassé est qualifié de « commis fidèle, mandataire docile du Pouvoir secret qui gouverne sous des prête-noms variés notre République française [...] Il a servi sans interruption ni faiblesse la cause du libre développement de l’Angleterre en Europe et aux colonies »25.

  • 26 L. Daudet, « Des fous en liberté », dans La Libre parole, 2 avril 1905.

23Fidèle à cette logique, Léon Daudet n’hésite pas à qualifier de « fous en liberté » ceux qui veulent comme Delcassé hausser le ton face aux revendications de l’Allemagne sur le Maroc affirmées avec force par Guillaume II lors de son voyage à Tanger au début du mois d’avril 1905. Estimant que l’incartade de l’Empereur n’est qu’une provocation, il écrit : « [...] ce qui est grave c’est la tension actuelle, économique et politique entre l’Angleterre et l’Allemagne. C’est que, renonçant délibérément à une attitude de spectateurs qui serait pour nous si fructueuse, nous prenons parti dans le débat »26.

24La dénonciation de la faiblesse française se teinte ainsi de neutralisme défaitiste, qui devient la base de l’argumentation de l’organisation contre le régime. Une lecture même superficielle de la fameuse « enquête » de L. Daudet sur l’espionnage juif-allemand, publiée par le journal pendant la crise d’Agadir, suffit à se convaincre qu’elle ne saurait être interprétée selon la version qu’en donnera plus tard son auteur, comme une action patriotique visant à rassembler les énergies contre l’ennemi, mais plutôt, étant donné son orientation franchement alarmiste, comme la volonté d’illustrer la déliquescence du pays, dont les rouages seraient totalement gangrenés par « l’espionnage juif ». À aucun moment de son « enquête », Daudet ne s’en prend à l’Allemagne mais aux « Prussiens de l’intérieur », c’est à dire à des industriels ou des commerçants juifs, des officiers francs-maçons, qu’il s’applique à confondre sur la base de lettres de délateurs anonymes dont il suscite lui-même le zèle de manière parfaitement diffamatoire. L’explosion accidentelle du croiseur « La Liberté », est de la sorte interprétée comme le signe de l’infiltration criminelle « des espions juifs saboteurs » dans la marine. (« Pourquoi Toulon ? » série d’articles du 1er au 31 octobre 1911).

  • 27 J. Bainville, « Vers un nouveau Algésiras », dans L’Action française, 6 juillet 1911.

25Le traitement de l’affaire d’Agadir, dans les éditoriaux du quotidien, illustre de manière exemplaire ce mélange de défaitisme antirépublicain et de neutralisme anglophobe qui forment le fond du discours de l’Action française. Le 6 juillet 1911, Maurras considère déjà que l’affaire est terminée : elle annonce un nouveau camouflet pour la France : « quels que soient ses efforts, l’État républicain garde sur lui l’empreinte de la défaite ». J. Bainville exprime le même état d’esprit dans le numéro daté du 6 juillet : « L’Allemagne obtient la conversation qu’elle désirait. [...] Nous soumettre à ce contrôle européen que l’Allemagne rejette pour elle-même et pour ses alliés dans des cas autrement plus douteux, c’est reconnaître le succès des méthodes et la supériorité des forces allemandes. C’est un nouveau recul devant le bloc austro-allemand qui fait la loi en Europe »27. Lors de la signature des accords qui mirent un point final à la crise en novembre, le journal les interpréta comme « le triomphe de la politique allemande » (22 novembre). Le 24, Bainville tira de l’affaire la conclusion suivante : le soutien de l’Angleterre devra se payer un jour ou l’autre car celle-ci « fait passer la carte à payer » sous la forme de l’exigence d’un soutien français sans faille à sa politique ou d’une nouvelle concession territoriale en Afrique, ce qui lui fait dire que : « la Triple Entente n’est pas si efficace que cela pour la France ». Et le 29, il précise encore : « si ces deux pays, l’Allemagne et l’Angleterre décident de vider leur querelle, la France pourrait servir de soldat continental aux Anglais ».

  • 28 On peut évoquer à titre d’exemple, la violente prise à partie de Gabriel Monod par Maurras qui acc (...)
  • 29 Dans L’Action française, 5 mai 1908.

26Bref, pour l’Action française, les sujets de politique étrangère deviennent autant de prétextes pour attaquer le gouvernement et l’oligarchie dreyfusarde, accusée d’être au cœur d’un complot antinational28. Ce credo maurrassien est décliné tout au long de la période par tous les membres de l’organisation. Le 3 mars 1911, le journal publie une lettre de M. Carenne, président du groupe de Pau des Camelots du Roi, à propos de la campagne contre la représentation de la pièce « du déserteur juif Bernstein », qui montre que le message est parfaitement passé chez les militants de base : « Il s’agit de défendre les revendications françaises contre l’envahissement juif autrement menaçant pour l’avenir de la patrie que l’invasion allemande ». Daudet, le 5 mai 1908, contre le voyage des étudiants de Charles Andler à Berlin, précise que si l’Action française descend dans la rue ce n’est point contre l’Allemagne en tant qu’État, fort admirable en tous points, mais contre l’entreprise de germanophilie culturelle des professeurs dreyfusards, qu’il accuse de distiller un « véritable poison intellectuel » : « L’Empereur allemand fait sa politique comme il l’entend au mieux des intérêts de son pays. Pour nous, dans cette affaire, il s’agit de lutter non contre l’Allemagne ou son empereur, mais contre l’oubli qui est une preuve de déchéance »29.

Les socialistes révolutionnaires contre les fossoyeurs socialistes du mouvement ouvrier

  • 30 H. Lagardelle, « Antimilitarisme et syndicalisme », dans Le Mouvement socialiste, janvier 1906, p. (...)

27Ils entendent quant à eux utiliser le thème de la politique étrangère pour s’opposer aux mensonges distillés dans la classe ouvrière par ceux qu’ils appellent avec mépris « les socialistes parlementaires ». Lagardelle, par exemple, s’attache à démontrer que les pacifistes comme Jaurès ne sont que des patriotes déguisés, qui reculent lorsqu’on leur présente la réalité d’une véritable politique antimilitariste. En 1906, il précise ainsi à l’occasion du procès du Sou du Soldat : « [...] Les tartuffes du pacifisme bourgeois et de l’humanitarisme pleurard, les tenanciers de congrès de la paix, les larmes-à-l'œil du dreyfusisme avorté, toute la bande des intellectuels droits-de-l’hommistes, tous les éléments mondains et sportifs qui avaient accouru porter leurs « sympathies » au socialisme, tous, ont eu un haut de cœur salutaire, se sont défilés au pas de course, et ont regagné leur classe »30.

  • 31 H. Lagardelle, art. cit., dans Le Mouvement socialiste, octobre 1906, p. 130.

28Le pacifisme, hymne humaniste à la paix et à l’arbitrage entre les nations, n’est pas du tout dans leur esprit la même chose que l’antipatriotisme, entreprise subversive qui vise à affaiblir l’État. Se définir comme ami de la paix serait même révélateur d’une aspiration conservatrice, visant plus exactement à « jouir en paix » et dans la concorde, des prébendes et des privilèges de la société de classes. Il s’ensuit que le pacifisme jauréssien dissimule une entreprise perverse dirigée contre le mouvement ouvrier, dans laquelle se révèle en outre la décadence spirituelle de l’esprit bourgeois. Car, selon Lagardelle le discours pacifiste n’a d’autre utilité que celle de nier la nécessité et l’actualité de la lutte des classes : « la classe bourgeoise actuelle ne demande qu’à jouir de la paix ; obsédée par la peur de la guerre, elle a perdu son principe, son idée. Qui aurait supposé que le pays classique du patriotisme guerrier, celui qui réalisa le plus fortement l’unité de l’État, serait celui qui, trop faible pour supporter le poids de la cuirasse et de l’épée, se ferait à la Conférence de La Haye, avec le tzar de la Russie, inorganique et mal armée, l’avocat de la paix perpétuelle et du désarmement des peuples ? [...] (On assiste à) la disparition dans la société bourgeoise de toute grandeur et de tout idéal. Le malheur, c’est qu’en pareilles époques d’affaiblissement, tous risquent d’être contaminés. [...] Heureusement que les forces de révolte, incompressibles et formidables, reposent au cœur du régime capitaliste. [...] La mort de l’idée de patrie ne signifie que la chute de la bourgeoisie. Tous les grands sentiments qu’elle incarnait et qui constituent l’éternelle raison de vivre : héroïsme, courage, sacrifice, dignité ne disparaîtront pas, mais fleuriront au plus profond de la conscience ouvrière en révolte. Voici que, forts de leurs instincts “inassouvis”, et de leurs qualités guerrières, se ruent à l’assaut du monde pour le régénérer, les nouveaux barbares, les barbares du dedans »31.

  • 32 H. Lagardelle, art. cit., dans Le Mouvement Socialiste, janvier 1906, p. 120 sqs.

29À l’exemple de Sorel, Lagardelle cherche à travers des formulations paradoxales de ce type, à nouer d’autres cohérences, en rupture radicale avec la pensée « bourgeoise », de manière à tracer les grandes lignes d’une culture politique propre à la classe ouvrière. Le prolétariat révolutionnaire n’a de toute façon pas à se préoccuper du faux problème de la paix, dont les termes sont viciés, et qui ne peuvent que farcir les cervelles d’idées fausses, et se mêler des affaires internationales, est déjà en soi une préoccupation suspecte. N’est-ce pas accepter la logique du monde bourgeois : « la patrie et la guerre sont affaire capitaliste et ne regardent en rien la classe ouvrière »32. Les socialistes révolutionnaires estiment qu’une authentique politique de classe doit se consacrer uniquement à la propagande antimilitariste, qui vise à affaiblir l’armée en tant que force de répression du mouvement ouvrier, et qui permet de couper les liens de solidarité que l’idée de patrie prétend cultiver entre les travailleurs et la bourgeoisie.

  • 33 G. Sorel, Réflexions sur la violence, Paris, 1908, p. 42.
  • 34 Idem, op. cit., p. 50.

30Le courant sorélien se distingue de ce fait radicalement de l’action pacifiste que cherche à promouvoir Jaurès, dans laquelle il ne voit au mieux qu’un idéalisme verbeux : en prenant au sérieux les oppositions nationales et en exaltant la prétendue unité du genre humain, le pacifisme des socialistes parlementaires contribue à masquer les divisions réelles - les intérêts antagoniques - de la société moderne. C’est donc précisément parce qu’ils montrent un trop grand souci pour la paix, l’arbitrage et le désarmement, que Jaurès et le courant majoritaire de la SFIO apparaissent suspects de collaboration de classe. Ils sont les vecteurs d’une infiltration de la pensée bourgeoise la plus vile au sein du mouvement ouvrier. Dans Réflexions sur la violence, Sorel pourfend les adorateurs socialistes de l’idéal de paix comme des adversaires de la lutte des classes, partisans de la paix sociale, puisque la guerre internationale n’est pas une menace réelle : « les socialistes parlementaires prétendent que la bourgeoise est devenue décadente et qu’elle ne demande qu’à vivre en paix ». Pour Sorel, cette fable est l’expression « de leurs espoirs de prise de pouvoir rapide ». [...] C’est pourquoi Jaurès déploie toute son énergie : « il faut maintenir la paix à tout prix ; il faut mettre une limite aux violences prolétariennes »33. Il n’a pas de mot assez durs pour condamner ceux qui, par faiblesse ou par ambition personnelle, collaborent de ce fait à maintenir la société dans un état de « conservation idéologique parfaite » : « le socialisme civilisé aurait sur le prolétariat le même effet que l’instruction classique donnée par l’Église aux rois barbares : le prolétariat serait corrompu et abruti comme le furent les Mérovingiens »34.

  • 35 E. Berth, « Le pacifisme de Jaurès », dans Le Mouvement socialiste, 1er janvier 1907, p. 97.

31Jaurès est à ce titre l’une des cibles favorites du Mouvement socialiste, qui l’attaque plus d’une fois directement, par exemple dans cet article signé par Berth : « Le pacifisme de Jaurès forme le fond de son être et de sa politique. Jaurès représente en effet la bourgeoisie pacifiste, lâche, qui a perdu tout sentiment du droit et de l’honneur, prête à toutes les capitulations, à tous les compromis. [...] Un socialisme intimement bourgeois, saint-simonien, qui réserve aux capacités bourgeoises de larges débouchés dans une organisation étatiste de la production ; un socialisme de gros fonctionnaires jouisseurs, n’ayant aucune vocation évidemment pour l’ascétisme, et qui veulent la vie « large ». [...] Pour Clemenceau, un non-patriote est un traître. Il a raison de son point de vue. Avec lui, les choses sont claires. Il est d’un côté, la patrie, et nous de l’autre, la grève »35.

  • 36 F. Delaisi, « L’Armée nouvelle. La guerre avec l’Allemagne », dans La Bataille syndicaliste, 2 jan (...)

32La conclusion logique de cette position va dans le sens d’un abstentionnisme total du mouvement ouvrier dans les affaires internationales. C’est bien ainsi que les Soréliens conçoivent l’application du mot d’ordre de la grève générale en cas de mobilisation : il ne s’agit pas de défendre la paix mais de déclencher un mouvement révolutionnaire insurrectionnel. Il est contraire aux intérêts de la classe ouvrière de soutenir la proposition de Jaurès d’une armée de défense nationale démocratique ; il faut au contraire construire une force ouvrière autonome, entièrement consacrée à l’émancipation prolétarienne. Or, comme l’explique Francis Delaisi dans un article de La bataille syndicaliste, cet objectif principal disparaît « si le socialisme se laisse encadrer par tous les officiers professionnels et intellectuels dont Jaurès se sert pour le ligoter, s’il met toute sa force morale, son impétuosité, sa violence, à la disposition du grand capitalisme de proie »36.

  • 37 E. Berth, « Notes bibliographiques », dans Le Mouvement socialiste, 1er janvier 1907, p. 97.
  • 38 R. Michels, « Le socialisme allemand après Mannheim », dans Le Mouvement socialiste, 1er janvier 1 (...)

33Les socialistes révolutionnaires refusent, pour cette raison, toute collusion avec l’Internationale, dirigée par la social-démocratie allemande, qui résume toutes les tares du socialisme réformiste. Les Soréliens dénoncent souvent l’emprise étouffante du parti allemand sur l’Internationale, et celle des syndicalistes allemands sur le Bureau Socialiste International. En 1907, E. Berth reproche aux syndicats allemands d’être en réalité des « agences d’affaires » organes de « collaboration », dont le défaut le plus grave est d’éduquer les ouvriers à la mentalité individualiste et égoïste du monde bourgeois. Voilà la tâche à laquelle s’adonnent les grands chefs du socialisme international, au lieu de « constituer le prolétariat à l’état de monde à part, où le jeune ouvrier, grandissant dans cette atmosphère de lutte, d’héroïsme et de sacrifice, reçoit la meilleure des éducations, celle de l’exemple et de la vie »37. La revue publie plusieurs articles d’un dissident allemand du Parti social démocrate allemand en exil, R. Michels, qui critique le manque d’implication de son parti dans la lutte antipatriotique et antimilitariste. L’explication qu’il en donne, rejoint parfaitement la critique des Soréliens au sujet de la SFIO : « Tout cela pour la simple raison que la social-démocratie a incessamment le cauchemar de perdre avec son organisation que pourrait anéantir l’État, le fruit de tant d’années de labeur zélé, ainsi que le bienêtre relatif d’un brillant et très nombreux état-major d’ouvriers-employés »38.

34Dans une démarche similaire à celle des militants royalistes, les Soréliens réincorporent ainsi les termes des antagonismes nationaux dans la sphère du combat idéologique ; prendre position au sujet de la politique diplomatique de l’Allemagne ne les intéressent pas. Ils ne ménagent pas en revanche leurs efforts pour lutter contre l’influence des idées allemandes sur le cours de la politique intérieure française. Ce qui se passe de l’autre côté du Rhin n’est pris en considération que dans la mesure où l’on peut s’en servir comme munitions dans la lutte où ces militants se sont engagés à fond, la guerre des idées, dont la vie politique française reste pour eux la scène unique.

L’action française et les socialistes révolutionnaires dans l’avant-guerre (1911-1914)

35Dans ce dernier volet, il s’agit d’examiner plus particulièrement comment les deux groupes se sont comportés lorsque la perspective de la guerre est devenue plus forte, à un moment où les familles politiques se ressoudent autour de l’alternative la paix ou la guerre.

36On peut y lire comment, à contre-courant, les dissidents de l’extrême-droite et de l’extrême-gauche ont tenté de toutes leurs forces de préserver leur différence.

L’Action française face au désir de guerre

  • 39 C. Prochasson a noté, faisant écho à d’autres travaux, comme ceux de l’historien américain Arno Ma (...)
  • 40 L. Daudet, « La Tristesse d’Olympio », dans L’Action française, 6 janvier 1914.
  • 41 M. De Roux, « La IIIe République et l’Allemagne », dans La revue mensuelle d’Action française, 15 (...)

37Devant la perspective de ce que plus d’un annonce comme une boucherie sans précédent, l’Action française fait preuve d’une vive réticence qui tranche avec l’optimisme de la plupart des membres du camp conservateur des membres de l’État-major, des officiers et des publicistes de la grande presse, parmi lesquels se répand alors l’idée « qu’il faut en finir » et que la guerre sera à la fois victorieuse et régénératrice39. En 1914, les articles de l’Action française dénoncent l’optimisme belliciste, se placent spectaculairement en porte-à-faux par rapport au camp de la droite et de l’extrême droite, composé d’officiers impatients d’en découdre et de conservateurs rêvant d’un renversement politique en leur faveur par la grâce de la guerre. À tous ceux-là, le journal de Maurras administre des douches froides quotidiennes. Le 6 janvier 1914 par exemple, Daudet réagit contre les hommes qui, « comme De Mun, prétendent l’Allemagne affaiblie : Notre ami J. Bainville a prouvé le contraire. La vérité est que l’Allemagne est forte même chez nous »40. Le 22 février, Maurras écrit : « nous avons la République de Bismarck. Il est impossible, en fabriquant un chef par le vote, d’empêcher les interventions publiques et secrètes de l’Étranger, alors surtout que l’Étranger est installé au cœur du pays ». Le numéro du 15 avril 1914 de la revue, consacré en partie à l’Allemagne, aborde la question sous un seul angle bien résumé par le titre : « La IIIe République et l’Allemagne ». Le contenu est sans surprise : Caillaux est un agent allemand et le pays est donc perdu : « Comptez bien que les institutions républicaines, discontinues, incompétentes, dépendantes vis à vis de l’or de l’étranger, ne peuvent sauvegarder la patrie »41.

  • 42 J. Bainville, « Des Peuples exigeants », dans L’Action française, 26 février 1912.
  • 43 J. Bainville, « L’Orage qui monte », dans L’Action française, 24 septembre 1912.
  • 44 Idem, art. cit., 25 juillet 1914.

38Les commentaires de l’actualité produits par Bainville témoignent en outre de la crainte que la guerre n’emporte tout sur son passage et ne détruise la Civilisation toute entière, détruisant avec elle les espoirs d’une restauration. En 1912, il écrit par exemple : « tout doucement la tentation est venue de tirer parti de ces beaux instruments de domination et de puissance. Un nouvel état d’esprit se forme en Europe : c’est le désir de se payer des sacrifices consentis. On se croit prêt, on se croit fort. [...] Les flottes et les armées, c’est comme un capital improductif. Les peuples se lassent de cette stérilité »42. Il dénonce dans la paix armée quelques mois plus tard, un équilibre instable qui stimule « l’envie d’en finir et l’irritation que cause aux autres nations une menace perpétuellement suspendue sur leur tête. [...] On peut espérer qu’une guerre ne sera pas longue et cruelle. Et avec cette espérance, on entre joyeusement en campagne »43. Plus tard en juillet 1914, son angoisse devient palpable : « Au cas où l’intervention de la Russie deviendrait inévitable, ce ne serait plus la Triple Entente autour d’un tapis vert, ce serait l’alliance franco-russe dans ses œuvres vives, qui serait désormais soumise à la plus cruelle des épreuves ; celle d’un oui ou d’un non, également gros de conséquence à prononcer. L’opinion dans notre pays est-elle préparée à l’idée d’une grande guerre continentale à soutenir pour la Serbie ? Le gouvernement de la République a-t-il lui-même assez pensé aux conséquences où l’alliance russe pouvait l’entraîner ? [...] ou bien suivre la Russie et engager la France étonnée dans une guerre dont elle aurait peine à comprendre la raison et l’utilité, ou bien déchirer l’alliance avec la Russie »44. Cette inquiétude, visiblement sincère, s’accroît encore le 27 : « Jamais la situation n’a été aussi grave. Par quelle folie a-t-on pu imaginer qu’une Europe constituée de deux groupements de puissances formidablement armées, offrait à la paix des bases solides ? »

  • 45 L. Daudet, « La non-préparation à la guerre », dans L’Action française, 17 et 18 juillet 1914.
  • 46 J. Bainville, « Une épreuve pour l’alliance franco-russe », dans L’Action française, 25 juillet 19 (...)
  • 47 C. Maurras, « Trois idées en progrès », dans L’Action française, 28 juillet 1914. Maurras s’emploi (...)
  • 48 L’Action française, 31 juillet 1914.

39Les Maurrassiens sentent bien que la mobilisation ne pourrait que légitimer la République et détruire ainsi leurs efforts pour la déconsidérer. Aussi, en juillet 1914, alors qu’un vent de guerre se lève avec violence dans toute l’Europe, Daudet reprend la saga de « l’espionnage juif - allemand », pour démontrer « la non-préparation à la guerre » parce que des sociétés allemandes auraient le monopole des fournitures de l’armée45. Bainville s’attache à expliquer que « la France est l’otage » de ses alliés46 ; Maurras rappelle, que la puissance passe par la restauration monarchique47. Le 29 juillet, H. Vaugeois écrit dans un éditorial intitulé « la République n’est pas libre » : « [...] Sommes-nous prêts ? Nous pourrons espérer être prêts un jour, à condition d’être débarrassés du seul régime politique sous lequel on ait vu un ancien premier ministre complice d’assassinat, libre de définir tout l’appareil de la justice ». Le 31 juillet, Maurras se montre plus que réservé devant la guerre qui se profile : « la supériorité naturelle de la France ne doit pas nous cacher l’infériorité de la démocratie »48.

  • 49 C. Maurras, « Le Moral », dans L’Action française, 1er août 1914 : « Dans ce journal où parut l’Av (...)
  • 50 C. Maurras, « La Vérité », dans L'Action française, 4 août 1914 : « Pendant qu’on écrit, la porte (...)

40Un renversement brutal en direction de l’Union sacrée et de la guerre de défense patriotique a finalement lieu dans les numéros du 1er et du 2 août ; longue et laborieuse justification par Maurras de la trajectoire de son organisation, dans laquelle il tente de prouver avec un certain aplomb, que son organisation n’a jamais eu d’autres soucis que celui d’avertir et d’armer ses concitoyens contre le péril allemand49. La lecture de ces éditoriaux patriotiques « de la dernière heure », ne peut néanmoins que renforcer le sentiment d’avoir affaire à un ralliement opéré à contrecœur. Maurras n’écrit-il pas lui-même le 4 août, qu’en embrassant les militants mobilisés qui partaient vers le Front, il « pleurait de rage ? »50

Débâcle des socialistes révolutionnaires devant la réalité de la guerre

  • 51 A. Merrheim, La Vie ouvrière, 1er janvier 1911, p. 1.
  • 52 P. Monatte, « La délégation à Berlin », dans La Vie ouvrière, 5 août 1911.
  • 53 « Le manifeste de la CGT contre la réaction militariste », dans La vie ouvrière, 5 mars 1913, p. 3 (...)
  • 54 Idem, art. cit., 1913.

41La montée brutale de la tension internationale s’accompagne de l’effritement rapide de l’influence des Soréliens dans le mouvement ouvrier. Les différents organes de la CGT, répercutent de moins en moins les thèses soréliennes, et accordent la priorité à la lutte contre la guerre. Les articles que publient les jeunes dirigeants de la génération montante du syndicalisme, A. Rosmer, P. Monatte, G. Yvetot, A. Merrheim, tous pourtant formés au sein de la famille socialiste révolutionnaire, sont inspirés par la conscience du risque de guerre et pénétrés de la nécessité de se mobiliser coûte que coûte pour faire barrage au massacre des peuples qui se profile. En janvier 1911, Merrheim ouvre le feu par un article intitulé « Les corbeaux s’assemblent : l’approche de la guerre ». Il y explique, que si « nulle part la France n’est la rivale de l’Allemagne, car les intérêts des deux pays sont de plus en plus liés »51, les rivalités anglo-allemandes pourraient bien entraîner un conflit généralisé. Il se montre inquiet et sceptique tout à la fois quant aux possibilités concrètes de grève générale, si on ne prend pas la peine d’éduquer la classe ouvrière dans ce sens. En août, Pierre Monatte se félicite de « l’esprit nouveau de résistance contre la guerre qui anime l’Allemagne ouvrière »52. Le terme de cette évolution de la CGT se solde par un rapprochement spectaculaire avec la SFIO, qui s’exprime nettement dans le manifeste du Comité Confédéral contre la loi de trois ans, publié par la Vie Ouvrière le 5 mars 1913 : il y est question de montée des « charges militaires », de « dualité meurtrière », de « choc fratricide des peuples »53. En opposition complète avec les principes soréliens, l’organisation proclame son attachement au principe même de la paix : « N’oublions pas que c’est dans la paix que le mouvement syndical peut prospérer et grandir ; que c’est dans la paix que la classe ouvrière peut poursuivre son œuvre d’émancipation »54.

42À partir de 1913, sous la pression des événements, le courant sorélien éclate. Les uns, comme Sorel lui-même, fidèles avant tout à leurs engagements idéologiques, condamnent la guerre, refusent le choix du patriotisme, et en appellent à une révolution européenne. Les autres, majoritaires en 1914, se laissent emporter par le torrent du chauvinisme, au nom du patriotisme de classe qui, disent-ils, les obligent à défendre par dessus tout, la survie de leur classe ouvrière nationale.

  • 55 G. Dumoulin, « Les vrais antipatriotes », dans Le Mouvement socialiste, juillet-août 1913, p. 129.

43C’est cette évolution en forme de débâcle, qu’annonce en juillet 1913, un dernier article d’inspiration « classiste », signé par G. Dumoulin. On peut y lire le désarroi des militants et leur difficulté à maintenir leur ligne au cœur de la tempête des nationalismes. Contre l’évidence, l’auteur estime en effet que, dans le débat sur les trois ans, « la CGT a délibérément écarté le problème de la défense nationale et s’est contentée de rappeler que les politiciens d’affaires et les capitalistes tirent de gros profits de la défense et sont les premiers à la compromettre par leurs sabotages des fournitures militaires, leurs cartels internationaux, leurs folles entreprises coloniales ». Un peu plus loin, il se perd dans une argumentation tortueuse, alors qu’il entend accabler la classe capitaliste, et refuser la loi des trois ans : « je m’empresse de dire qu’être Sans Patrie ne signifie pas que l’on soit contre son propre pays. Mais si nous sommes restés français dans notre mouvement ouvrier, il n’en va pas de même du patronat et de la bourgeoisie capitaliste. [...] C’est bien le moment de pleurnicher sur l’invasion des produits allemands. Si la classe capitaliste n’avait pas été aussi routinière, réfractaire aux idées de progrès et aux entreprises audacieuses, si elle avait obéi à la poussée ouvrière au lieu d’y résister stupidement, elle tiendrait sa place aujourd’hui sur le marché mondial. [...] Votre loi de trois ans ne fera qu’aggraver cette situation, et les beuglements des nationalistes serviront tout simplement à faire de la France une colonie allemande où les seuls qui seront restés français seront les syndicalistes et les révolutionnaires »55.

44L’auteur de l’article semble moins se convertir au patriotisme que tenter d’en instrumenter la vigueur, dont il mesurait soudain la force dans la classe ouvrière. Destinée à ménager aux partisans de l’indépendance de classe un semblant d’espace politique, cette intervention risquait pourtant de dérouter encore davantage les militants désorientés. Sans nécessairement le souhaiter, il consignait ainsi les dispositions permettant à tous ceux qui le souhaiterait d’abandonner le navire de la lutte des classes pour la chaloupe de la défense nationale.

Conclusion : maurassiens et soréliens. Volontarisme et politique à l’aube du XXe siècle

Deux formes de dissidence politique

45Cette étude a tenté de montrer que les itinéraires des mouvements sorélien et maurrassien présentaient de nombreux points communs. L’un comme l’autre contestent avec passion la pertinence de la pensée dominante de l’époque qui faisait de la Paix la valeur centrale de la Civilisation. Ils considèrent tous deux l’universalisme humaniste comme une vaste duperie des hommes au pouvoir, ayant pour seul but d’endormir les oppositions, de conforter leurs positions dominantes, et de dissimuler derrière l’étalage de bons sentiments, l’âpreté de leurs ambitions personnelles. Ils éprouvent notamment la même aversion pour la personne de Jaurès qui incarne à leurs yeux le type même de la génération dreyfusarde, éloquent et hypocrite, démagogue et arriviste, symbole vivant de « l’humanitairerie » pour les uns et de « l’humanisme pleurnichard » pour les autres.

46Ils partagent également la même analyse de la situation diplomatique, considérant d’une part que les motifs d’une grande guerre ne sont pas réunis, et d’autre part que les intérêts véritables du peuple sont contradictoires avec une implication de la France dans le système des alliances et les tourbillons de la politique européenne.

  • 56 Le projet maurrassien est explicitement un projet de restauration : retrouver le fil un moment int (...)

47Ces constats ne portent pourtant guère le signe d’une parenté idéologique. Le fonds doctrinal de Maurras et celui de Sorel restent complètement opposés, ainsi que leur base sociale et leur projets politiques. C’est par des chemins sensiblement différents qu’ils aboutissent à des formulations voisines56. En revanche, leurs tactiques respectives mettent en avant la nécessité de bâtir une culture d’opposition radicale à l’idéologie républicaine, un trait qui laisse penser que le « nietzschéisme » propre à cette génération intellectuelle a pu jouer un rôle dans la coïncidence de leurs sensibilités. On peut trouver chez les Maurrassiens et les Soréliens, le même souci d’établir rationnellement la puissance des déterminismes historiques et le constat de leur ignorance parmi les hommes, puis d’énoncer les règles d’un volontarisme exigeant et héroïque, qui fait irrésistiblement penser à Nietzsche. Maurras pense ainsi rétablir la France dans sa constitution monarchique pour qu’elle puisse accomplir son destin dans la lutte des peuples ; Sorel cherche à favoriser l’établissement de la classe ouvrière en classe « pour-soi », pour lui faire prendre conscience de son rôle historique et lui permettre de tenir son rôle glorieux dans la lutte des classes.

  • 57 Pour s’impliquer dans la problématique de la guerre, il aurait fallu que les deux courants accepte (...)

48La convergence tactique des deux courants doit sans doute quelque chose à cette posture radicale de dissidence, refusant de transiger avec « le monde enchanté » de l’apparence et de l’illusion, dont le soubassement n’est pour eux constitué que d’une accumulation de tromperies et d’erreurs57. Sorel énonce explicitement que son projet consiste à faire vivre un autre mythe, « un mythe révolutionnaire », c’est à dire une forme de conscience historique « d’expression de la volonté collective des masses populaires ». À sa façon Maurras a lui aussi conscience de travailler avec une matière volatile, à construire une autre version de la réalité. Tous deux sont attelés à la tâche de « faire exister », qui définit la posture intellectuelle de leur génération. Ce faisant, ils inventent une nouvelle façon de faire de la politique qui annonce celle des partis du XXe siècle.

Une dissidence étouffée par la logique de guerre

  • 58 Maurras répondit assez cyniquement dans L’Action française du 21 février 1914 à Maginot, alors Sec (...)

49Le fait d’avoir sous-estimé le risque de guerre, et d’avoir tenté d’éradiquer dans les masses la fidélité patriotique au gouvernement, se paya cher pour les deux courants. Les militants nationalistes n’ont pu faire comprendre à leurs troupes l’exigence de faire de la Restauration un préalable à toute forme de participation à la défense patriotique. Ils ont contredit de la sorte les penchants « naturels » de leur famille politique, et se sont isolés en ne respectant pas les règles minimales de la solidarité nationale58.

50Les socialistes révolutionnaires ont quant à eux, voulu couper les ponts avec les autres sensibilités du mouvement ouvrier. Fermement amarrés à la certitude que la guerre capitaliste ne devait pas les concerner, ils se sont retranchés dans un abstentionnisme hautain qui finit par les isoler eux-mêmes, lorsqu’il apparut que le mot d’ordre purement incantatoire de la grève générale ne suffirait pas à empêcher la mobilisation, et encore moins à déclencher une révolution.

51Les Maurrassiens et les Soréliens n’avaient plus qu’à espérer que la paix fût maintenue, malgré leurs justifications respectives de la violence, leur dégoût de l’humanitarisme, et leurs considérations sur le rôle productif de la guerre en matière de progrès. La déclaration de guerre fut certainement vécue par eux comme un fiasco politique. L’Action française a du accepter de mettre son activisme antirépublicain entre parenthèses, alors qu’il constituait l’essentiel de sa différence et de sa visibilité politique. Les socialistes révolutionnaires n’ont eu d’autre choix qu’entre le refus radical de la guerre (que peu d’entre eux ont choisi à l’exception de Sorel lui-même) et le ralliement à la défense patriotique au nom de la sauvegarde du mouvement ouvrier français.

52C’est ainsi qu’en 1914, alors que la plupart de ceux qui acceptèrent la guerre justifièrent leur bellicisme au nom d’idéaux humanistes et pacifistes, les deux courants politiques qui avaient produit les doctrines les plus éloignées du pacifisme et les justifications les plus radicales de la guerre et de la violence, furent aussi les moins sujettes à approuver un grand conflit armé européen.

53Leur échec est cependant provisoire. Certes, il semble confirmer la force de la solidarité patriotique au moment de l’entrée en guerre de la France. Il n’en demeure pas moins que l’affirmation forte de contre-modèles théoriques et pratiques, fonctionnant non plus autour de la fidélité patriote envers les institutions mais au service d’identités idéologiques comme la race ou la classe, érigées en impératifs catégoriques de masse, posait les jalons pour de nouvelles formes d’engagement dont pourraient se réclamer ceux qui, écœurés par quatre années interminables de guerre, ou déçus par l’incapacité du vieux monde à en tirer les leçons, partiraient à la recherche d’autres certitudes et d’autres utopies.

Notes

1 Cf. l’ouvrage de Z. Sternhell, Ni droite, ni gauche. L’idéologie fasciste en France, Paris, 1983, et la littérature abondante qu’il a suscitée.

2 Article « Beauté », dans Dictionnaire politique et critique, p. 163, paru dans la Revue Encyclopédique, 15 août 1895.

3 « Paix ou Guerre », dans L’Action française, 2 août 1914.

4 Lettre no 232, 19 janvier 1901, dans Maurras, Barrès. La République ou le Roi. Correspondance inédite. 1888-1923. Commentée par H. Massis, Paris, 1924.

5 G. Sorel, Les Illusions du Progrès, Paris, 1908, p. 256-257.

6 Idem, op. cit., p. 257.

7 Idem, op. cit., p. 43.

8 G. Sorel, Réflexions sur la violence, Paris 1908, p. 49.

9 Idem, op. cit., p. 52.

10 L’Action française, 2 juillet 1911.

11 La politique coloniale et le PS », dans La Revue socialiste, février 1908, p. 112.

12 H. Lagardelle, « L’idée de Patrie et le Socialisme », dans Le Mouvement socialiste, octobre 1906, p. 130.

13 Idem, art. cit., Le Mouvement socialiste, octobre 1906.

14 M. Pavlovitch, Le conflit anglo-allemand. La guerre improbable, Paris, 1912, p. 50.

15 Idem, op. cit., préface, p. VIII.

16 H. Lagardelle, « Le conflit Anglo-allemand », dans Le Mouvement socialiste, août 1912, p. 141.

17 F. Delaisi, « L’Armée nouvelle. La guerre avec l’Allemagne », dans La bataille syndicaliste, 2 janvier 1912.

18 Selon H. Guillemin, l’expression a été lancée la première fois par un officier dénommé Ducrot, le 31 octobre 1871 « qui avait dépeuplé les remparts pour foncer sur les anarchistes parisiens », dans L'Arrière-pensée de Jaurès, Paris, 1966, p. 152.

19 J. Arren, « Questions de politique étrangère », dans L’Action française bimensuelle, 15 juin 1904, p. 459.

20 J. Arren, « Questions de politique étrangère », dans L’Action française bimensuelle, 15 juin 1904, p. 459.

21 Général Donop, « Commandement et Obéissance », dans L’Action française bimensuelle, 15 février 1907, p. 267.

22 C. Maurras, Kiel et Tanger, Paris, 1913, préface de 1910, p. III.

23 Idem, op. cit., p. XXIX.

24 Idem, op. cit., p. 192.

25 Idem, op. cit., p. 352.

26 L. Daudet, « Des fous en liberté », dans La Libre parole, 2 avril 1905.

27 J. Bainville, « Vers un nouveau Algésiras », dans L’Action française, 6 juillet 1911.

28 On peut évoquer à titre d’exemple, la violente prise à partie de Gabriel Monod par Maurras qui accusait « ce sournois ennemi de l’esprit français » de « germaniser nos enseignements secondaire et supérieur », une oeuvre de « dénationalisation intellectuelle » qui, selon lui, préparait « l’invasion des Barbares ». Cité par V. Nguyen, Aux origines de l'Action française. Intelligence et politique à l’aube du XXe siècle, Paris, 1991, p. 920. Les royalistes structurent leurs interventions politiques autour de la dénonciation d’un vaste complot aux ramifications innombrables contre la France. Tous les maux dont souffrent le pays ont une seule et même origine : le caractère étranger du régime républicain. Ainsi, pour Maurras, la défaite de 1870 s’explique par l’existence d’un complot antinational : « la presse libérale gardait toute la faveur de la Prusse, puissance protestante en qui revivaient, disait-on, les principes de Voltaire et de Frédéric [...] rien n’est mieux établi que cette participation de publicistes français, nombreux et influents, au budget des Affaires étrangères prussiennes [...] Beaucoup acceptèrent les présents avec plus de légèreté, d’irréflexion, de cupidité naturelle que de scélératesse [...] Nous ne manquions pas de patriotisme. Il nous manquait un État bien constitué ». (L’Avenir de l’Intelligence, Paris 1903, p. 31).

29 Dans L’Action française, 5 mai 1908.

30 H. Lagardelle, « Antimilitarisme et syndicalisme », dans Le Mouvement socialiste, janvier 1906, p. 120.

31 H. Lagardelle, art. cit., dans Le Mouvement socialiste, octobre 1906, p. 130.

32 H. Lagardelle, art. cit., dans Le Mouvement Socialiste, janvier 1906, p. 120 sqs.

33 G. Sorel, Réflexions sur la violence, Paris, 1908, p. 42.

34 Idem, op. cit., p. 50.

35 E. Berth, « Le pacifisme de Jaurès », dans Le Mouvement socialiste, 1er janvier 1907, p. 97.

36 F. Delaisi, « L’Armée nouvelle. La guerre avec l’Allemagne », dans La Bataille syndicaliste, 2 janvier 1912.

37 E. Berth, « Notes bibliographiques », dans Le Mouvement socialiste, 1er janvier 1907, p. 97.

38 R. Michels, « Le socialisme allemand après Mannheim », dans Le Mouvement socialiste, 1er janvier 1907, p. 5.

39 C. Prochasson a noté, faisant écho à d’autres travaux, comme ceux de l’historien américain Arno Mayer, la montée du « désir de guerre » parmi les élites. Voir Au nom de la Patrie, Paris 1996, chapitre IV, notamment les pages 124-129.

40 L. Daudet, « La Tristesse d’Olympio », dans L’Action française, 6 janvier 1914.

41 M. De Roux, « La IIIe République et l’Allemagne », dans La revue mensuelle d’Action française, 15 avril 1914, p. 318.

42 J. Bainville, « Des Peuples exigeants », dans L’Action française, 26 février 1912.

43 J. Bainville, « L’Orage qui monte », dans L’Action française, 24 septembre 1912.

44 Idem, art. cit., 25 juillet 1914.

45 L. Daudet, « La non-préparation à la guerre », dans L’Action française, 17 et 18 juillet 1914.

46 J. Bainville, « Une épreuve pour l’alliance franco-russe », dans L’Action française, 25 juillet 1914. « La France otage », dans L'Action française, 26 juillet 1914. « Les Alliances à l’épreuve », dans L’Action française, 27 juillet 1914.

47 C. Maurras, « Trois idées en progrès », dans L’Action française, 28 juillet 1914. Maurras s’emploie dans cet article à attaquer la démocratie en ignorant la crise européenne : « Le progrès ce n’est pas la démocratie mais la religion catholique, la nation ». Il termine cet article sur le constat qu’il y a en France « une contradiction entre les mœurs et les institutions ».

48 L’Action française, 31 juillet 1914.

49 C. Maurras, « Le Moral », dans L’Action française, 1er août 1914 : « Dans ce journal où parut l’Avant-guerre, [...] nous essaierons de rendre le même service sacré si les conditions changent et que la guerre doive éclater. Sans crier « A Berlin », sans consentir à prendre aucune responsabilité dans les décisions politiques, nous soutiendrons de notre voix ceux qui courront à la frontière, en essayant d’y mettre tout ce que nous avons de vie, d’âme et de sang ».

50 C. Maurras, « La Vérité », dans L'Action française, 4 août 1914 : « Pendant qu’on écrit, la porte s’ouvre, un Camelot du Roi, un Étudiant, un Ligueur, un vieil ami se précipite, nous embrasse ou nous dit adieu et nous laisse pleurant de rage, mais obstinés dans notre ancien effort d’éclaircissement national ».

51 A. Merrheim, La Vie ouvrière, 1er janvier 1911, p. 1.

52 P. Monatte, « La délégation à Berlin », dans La Vie ouvrière, 5 août 1911.

53 « Le manifeste de la CGT contre la réaction militariste », dans La vie ouvrière, 5 mars 1913, p. 314.

54 Idem, art. cit., 1913.

55 G. Dumoulin, « Les vrais antipatriotes », dans Le Mouvement socialiste, juillet-août 1913, p. 129.

56 Le projet maurrassien est explicitement un projet de restauration : retrouver le fil un moment interrompu du classicisme. Il faut arrêter le processus de décadence. Une idée que Maurras résume par cette formule « arrêter, c’est perpétuer ». Pour Sorel et les siens, l’avenir au contraire, est à écrire : rien n’est encore né ; il faut finir de détruire les illusions héritées du vieux monde.

57 Pour s’impliquer dans la problématique de la guerre, il aurait fallu que les deux courants acceptent de reconnaître qu’ils partageaient un minimum d’idéaux en commun avec leurs adversaires politiques, ce qu’aucun d’eux n’était préparé à admettre.

58 Maurras répondit assez cyniquement dans L’Action française du 21 février 1914 à Maginot, alors Secrétaire à la Guerre, qui l’accusait de se servir de la santé des soldats comme d’un argument de bataille : « Les lois de la République ne mettent pas la défense de la patrie au dessus de la lutte des partis. Donc, rien ne l’interdit. L’amoralisme est une vertu de la République. Celui qui refuse d’exploiter un argument le laisse simplement aux autres ».

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540