Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

Problématique de la paix

L’enquête de L’Humanité nouvelle sur la guerre et le militarisme (mai 1899)

Michel Leymarie

Texte intégral

  • 1 Per arbitros ad pacem ». Les grands artisans de l'arbitrage et de la paix, salon de 1898, salle 25 (...)

1Au salon de 1898, un tableau majestueux d’un certain M. Danger, commandé par un membre de la Société française pour l’Arbitrage entre les Nations, M. Labbé, représente les personnages qui ont été, à travers les siècles, des artisans de la paix et des propagateurs de la médiation et de l’arbitrage : de Confucius et Bouddha, Henri IV et Sully, à Lord Salisbury, Léon XIII ou Frédéric Passy ; au centre de la toile figure le tsar Alexandre III, près d’un autel sur lequel est inscrite la devise : « Per arbitras ad pacem »1. Aux yeux des contemporains, l’idée de paix et la notion d’arbitrage paraissent avoir fait de grands progrès en quelques années. La République est triomphante et le souvenir de la défaite s’estompe. La France préfère « le miracle de la paix armée », écrit Gabriel Trarieux, directeur de La Revue d’Art Dramatique dans L’Humanité nouvelle en 1899, et Jules Guesde s’exclame au congrès de la salle Japy : « on pourrait presque dire que l’ère des grandes guerres est close ».

  • 2 M. Merle, Pacifisme et internationalisme, Paris, Armand Colin, 1966, p. 255 et sq.
  • 3 N. Ingram, The Politics of Dissent, Pacifism in France 1919-1939, Clarendon Press - Oxford, 1991, (...)

2Si la période est marquée par la défaite des Espagnols devant les États-Unis, si les rivalités coloniales s’exacerbent, la France n’a pas connu de conflit en Europe depuis près de trois décennies ; les théories de la paix par le droit se développent, qui ont pour promoteurs de « lointains héritiers des théoriciens du droit naturel »2. Le nombre de sociétés, d’associations pour la paix augmente considérablement : entre 1898 et 1902, note Norman Ingram, trente-six nouvelles sociétés pour la paix sont constituées et les années 1899-1906 forment « la période de la plus grande influence du mouvement pour la paix en France »3. Le tournant du siècle est marqué par une offensive des juristes et des solidaristes qui espèrent soumettre l’autorité des États à des règles qui permettraient d’établir un ordre international garant de la paix.

  • 4 M. Vaïsse dir., Le pacifisme en Europe des année 20 aux années cinquante, Bruxelles, Bruylant, 199 (...)
  • 5 R. Fabre, « Un exemple de pacifisme juridique. Théodore Ruyssen et le mouvement « La Paix par le d (...)
  • 6 J. Defrasne, Le pacifisme en France, Paris, PUF, 1994, p. 33.
  • 7 Cf. É. Du Réau, L’Idée d'Europe au XXe siècle. Des mythes aux réalités, Bruxelles, Complexe, 1996.

3Le pacifisme, comme l’ont montré Maurice Vaïsse et Norman Ingram4, revêt diverses formes et recouvre des approches parfois contradictoires entre ceux qui sont mus par une inspiration religieuse ou éthique et d’autres qui analysent le pacifisme en termes plus politiques. Il y a alors en France plus que des nuances et souvent bien des contradictions entre le pacifisme réaliste des républicains de gouvernement, le « pacifisme bourgeois », le pacifisme idéaliste des radicaux en voie d’organisation ou bien le pacifisme des socialistes ou des anarchistes. Frédéric Passy, principale figure du pacifisme français jusqu’à la veille de 1914, a fondé la Ligue internationale et permanente de la paix en 1867 ; Théodore Ruyssen et l’association « La Paix par le droit »5 née en 1887, se donne pour objet de « vulgariser en les étudiant les solutions juridiques des conflits internationaux ». Des organismes internationaux sont créés : l’Institut international du droit à Bruxelles (1873), l’Union interparlementaire (1889), le Bureau international de la Paix à Berne (1891) qui a pour directeur Élie Ducommun ; un Prix Nobel de la Paix est fondé en 18966, l’année où Gaston Moch crée le Bureau français de la paix, qui préfigure la Délégation permanente des sociétés françaises de la paix. Quelques années auparavant, en 1891, dans le cadre du troisième Congrès international de la Paix réuni à Rome, des théoriciens du fédéralisme européen tentent de relancer le thème des États-Unis d’Europe7.

  • 8 L’Humanité nouvelle se fait l’écho de la communication du tsar dans un long article d’A. Hamon, 18 (...)

4Des hommes d’État relaient l’action d’organisations non gouvernementales alors qu’en trente ans, les fonds consacrés aux armements ont presque triplé en Allemagne, doublé en Grande-Bretagne et presque doublé en France. L’initiative la plus notable est celle du tsar Nicolas II : le 24 août 1898, son ministre Mouraview remet aux représentants des puissances étrangères une communication ayant trait au « maintien de la paix générale » et à « la réduction possible des armements excessifs qui pèsent sur toutes les nations » ; le 30 décembre 1898, le tsar propose la réunion d’une Conférence internationale8.

Augustin hamon et L’humanité nouvelle

  • 9 J. Huret, Enquête sur l’évolution littéraire [1891], préface et notices de D. Grojnowski, Paris, J (...)
  • 10 La revue, éditée par Schleicher frères et diffusée par les librairie Reinwald à Paris et la librai (...)

5Au tournant du siècle dernier, dans les journaux et les revues, l’enquête fleurit, de celle menée par Jules Huret en 1891 sur l’évolution littéraire à celle d’Agathon en 19129 sur les Jeunes Gens d’aujourd’hui. La revue L’Humanité nouvelle, revue internationale10, que fonde en 1897 Augustin Hamon, s’inscrit dans ce mouvement qui fait des revues - bien plus que des journaux - des vecteurs importants de la vie intellectuelle.

6Dans son numéro spécial de mai 1899, L’Humanité nouvelle présente une « Enquête sur la guerre et le militarisme », menée en collaboration avec une revue italienne, La Vita internazionale d’Ernesto Moneta. Ce type de coopération n’est pas original : les échanges et les collaborations entre intellectuels sur un plan international et notamment européen sont en effet une des caractéristiques de la « Belle Époque », qui est aussi une belle époque des revues. Ainsi l’enquête consacrée à l’influence allemande sur la France qu’effectue le Mercure de France en mars 1895, poursuivie en 1902 et 1903, est-elle menée en collaboration avec la Neue deutsche Rundschau.

  • 11 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (1871-1914), publié par J. Maitron, Paris, (...)
  • 12 La littérature antimilitariste, abondante, est illustrée notamment par Le Cavalier Miserey d’A. He (...)
  • 13 Lettres nantaises. Correspondance Brunellière-Hamon (1891-1899), présentée par R. Bourrigaud, Nant (...)

7Augustin Hamon, né en 1862, libre penseur et franc-maçon, est un militant disciple de Bakounine11 ; il a dû quitter la France après l’assassinat du président Carnot. Professeur à l’Université nouvelle de Bruxelles puis au Collège libre des Sciences sociales de Paris, il considère que « le militarisme est l’école du crime », comme il l’écrit le 24 janvier 1899 au républicain Charles Brunellière, fondateur du socialisme en Basse-Loire. Mais Augustin Hamon est également un antidreyfusard ; il regrette ainsi que la lutte contre l’anticléricalisme et l’antimilitarisme12, que l’on chantait « sur tous les tons », ait pour effet de laisser « de côté la tête : le Capitalisme » ; la mobilisation en faveur de Dreyfus « n’a rien à voir avec le socialisme »13.

  • 14 L’Humanité nouvelle aborde diverses questions (le socialisme, les rapports entre syndicats et part (...)
  • 15 D. Le Page, « De Paris à la Bretagne : Augustin Hamon », dans Le Mouvement social, no 160, juillet (...)

8 L’Humanité nouvelle, revue interdisciplinaire, qui « ne publie rien que de l’inédit », présente les écrits des principaux penseurs anarchistes, de Jean Grave à Élisée Reclus14. Par ses divers correspondants européens, russe, turc ou américain, elle fait une large place à l’étranger et offre une intéressante « revue des revues et des livres ». Mais elle se veut, également, « l’organe des tendances les plus larges et les plus indépendantes dans de nombreux domaines » : sciences sociales, physique, chimique, naturelles, philosophie, histoire, critique sociale, politique, littéraire, artistique, musicale ; elle publie aussi des nouvelles, des contes, des vers ; Paul Fort y donne ainsi des Ballades françaises. Rien de ce qui est humain ne paraît étranger à L’Humanité nouvelle, pas plus qu’à son directeur, Augustin Hamon, « homme curieux tant par la variété de ses intérêts — hygiénisme, psychologie, littérature - que par l’éclectisme de ses amitiés — J. Grave, Kropotkine, F. Pelloutier, A. Naquet, A. Le Braz, M. Cachin - »15. Hamon s’intéresse, comme en témoigne sa bibliographie, à l’anarchie, à l’hygiène, à la sociologie, à la psychologie, à la criminologie, aux techniques... et il assure régulièrement la critique des livres de sociologie et de philosophie dans sa revue.

L’enquête de L’humanité nouvelle. présents et absents

9Deux lettres-circulaires - la première en mars, la seconde en septembre 1898 - sont largement diffusées par L’Humanité nouvelle et par La Vita internazionale « aux personnalités les plus en vue ». Elles leur demandent si la guerre « parmi les nations civilisées » est encore une nécessité et elles les interrogent sur les effets du militarisme ainsi que sur les solutions et moyens à donner « aux graves problèmes du militarisme et de la guerre ». Sur les deux mille lettres envoyées, 138 réponses ont été recueillies ; 53 Français et 8 Françaises ont répondu ; les plus nombreux sont les journalistes et hommes de lettres (28) et les professeurs d’Université (11).

  • 16 G. Ferrero, Le militarisme et la société moderne, Paris, Stock, 1899. Cf. chapitre III : « Militar (...)
  • 17 L’Humanité nouvelle, loc. cit., p. 241-242.

10Parmi les réponses autres que françaises, deux retiennent particulièrement l’attention. La première est celle de Guglielmo Ferrero, dont Il Militarismo, publié à Milan en 1898 et traduit en français l’année suivante16, paraît être un des principaux inspirateurs du questionnaire ; Ferrero, importante figure intellectuelle de la période, veut montrer que « la guerre a perdu sa principale raison d’être entre nations civilisées ». La seconde est celle de Léon Tolstoï. Pour celui-ci, le patriotisme est une « duperie » ; selon l’auteur de Guerre et Paix, il n’est pas « nécessaire d’avoir ni entente internationale, ni arbitrage, ni tribunaux internationaux ». Le moyen d’en finir avec la guerre consiste à « mettre bas les armes et refuser de combattre »17 ; il faut « observer la loi fondamentale proclamée il y a des milliers d’années : Tu ne tueras point ».

  • 18 F. Brunetière, Mercure de France, « Enquête sur l’influence allemande », novembre 1902, p. 309.

11Augustin Hamon note dans sa présentation que « parmi ceux qui s’abstinrent de répondre furent surtout maints de ceux qui, d’une manière avérée, sont connus comme soutien du militarisme et de la guerre. » Le directeur de L’Humanité nouvelle note avec justesse « le caractère d’unilatéralité, de parti pris » donné à cette « enquête qui voulait être impartiale ». Notable différence avec, par exemple, l’enquête d’Agathon, qui est, comme on le sait, inévitablement partielle mais aussi volontairement partiale ! Dans l’enquête du Mercure de France sur l’influence allemande, Brunetière condamnait la rage « de procéder à ces enquêtes qui n’apprennent rien à personne ! »18. Tel n’est pas le cas de cette enquête, qui entend avec honnêteté dépasser les bornes de son lectorat habituel et solliciter des points de vue divers.

  • 19 Comme le montre M. Rebérioux dans sa présentation de J. Jaurès, L’Armée nouvelle, Paris, 10/18, 19 (...)
  • 20 L. Barcelo, Paul d’Estournelles de Constant (Prix Nobel de la Paix 1909). L’expression d’une idée (...)
  • 21 Le premier ouvrage que L. Le Foyer consacre au sujet parait être La Guerre et la paix. Par des chi (...)
  • 22 E. D’Eichtal, « La paix internationale. Étude critique », Revue politique et parlementaire, janvie (...)
  • 23 Cf. V. Grossi, Le Pacifisme européen 1889-1914, Préface de J. Bariéty, Bruxelles, Bruylant, 1994. (...)

12Quelques figures importantes de la lutte pour la paix sont absentes de ce numéro de L’Humanité nouvelle : Frédéric Passy ou Théodore Ruyssen ; Jean Jaurès, dont l’intérêt pour le problème militaire est bien antérieur au dépôt à la Chambre de sa proposition de loi sur l’organisation de l’armée, le 14 novembre 1910, et à la publication de L’Armée nouvelle en 191119 ; Paul d’Estournelles de Constant, qui n’est pas encore le « commis voyageur de l’arbitrage international »20, ou Lucien Le Foyer21, auteur en 1904 de La Paix par le droit, qui est, dans les milieux radicaux, le spécialiste des questions internationales. Eugène d’Eichtal ne donne qu’en 1900 son « étude critique » : La Paix internationale, après la Conférence de La Haye22. L’absence la plus notable – on ignore s’il a été sollicité - est celle de Léon Bourgeois, le théoricien du solidarisme qui, siégeant aux conférences de La Haye à partir de 1899, milite pour une organisation juridique de la vie internationale et la formation d’une société de droit entre les nations qui mettrait la guerre hors-la-loi par des procédures internationales d’arbitrage23.

  • 24 B. Vergez-Chaignon, « Charles Richet », dans Dictionnaire des intellectuels français, J. Julliard, (...)
  • 25 C. Richet publie en 1907 Le Passé de la guerre et l’avenir de la paix.
  • 26 R. De Gourmont, Le joujou patriotisme, suivi de La Fête nationale, introduction et notes de J.-P. (...)
  • 27 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (1871-1914), publié par J. Maitron, Paris, (...)
  • 28 Ibidem et Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (1914-1939), tome XLIII, p. 41-4 (...)

13Mais si la réponse de quelques personnalités en vue, spécialistes du sujet, ne figure pas dans l’enquête, en revanche, parmi des inconnus ou des oubliés, est présente celle d’autres hommes et femmes, déjà ou bientôt célèbres : entre autres, Émile Durkheim, alors professeur à l’Université de Bordeaux, Victor Basch, professeur à la Faculté des Lettres de Rennes, Henri Hauser, professeur à l’Université de Clermont, Henry Béranger, professeur au Collège libre des Sciences sociales, Alfred Fouillée, membre de l’Institut, théoricien des « idées-forces », Georges Renard, secrétaire du délégué à la Guerre Rossel sous la Commune et professeur à l’Université de Lausanne. Charles Richet, professeur de médecine, dont l’engagement dominant est le pacifisme dans les années 1895-191424, a également répondu et il donne en 1899 chez Schleicher, le même éditeur que L’Humanité nouvelle, Les Guerres et la Paix. Étude sur l’arbitrage international25. Quelques hommes politiques sont là, eux aussi : le député de Paris Clovis Hugues, l’économiste et ancien ministre Yves Guyot, directeur du Siècle, Édouard Vaillant, présenté comme « ingénieur, ancien membre de la Commune, député de Paris ». Plusieurs femmes ont répondu à l’enquête, dont Savioz, romancière et journaliste à L’Événement, et Louise Michel, désignée comme une « ancienne institutrice, célèbre agitatrice révolutionnaire, anarchiste communiste ». La présence de l’anarchiste Jean Grave, fondateur des Temps nouveaux, ne surprend pas, non plus que celle de Rémy de Gourmont, qui figurait déjà dans l’enquête du Mercure de France. On se souvient que c’est dans cette revue, en avril 1891, que l’écrivain symboliste avait donné son fameux article, « Le Joujou patriotisme », qui fit scandale dans la presse nationaliste26. En outre, deux personnes alors proches d’Augustin Hamon, collaborateurs de L’Humanité nouvelle, ont apporté leur contribution : Georges Sorel27, qui publie en 1898 L’Avenir socialiste des syndicats, et Georges Gressent. Ce dernier, secrétaire d’Augustin Hamon, prend le nom de Georges Valois en 1906 ; il empruntera alors d’autres voies politiques et n’aura, dit le Dictionnaire de Jean Maitron, « plus rien a voir avec le mouvement ouvrier »28.

La guerre est-elle encore nécessaire ?

14« La guerre parmi les nations civilisées est-elle encore nécessitée par les conditions historiques, par le droit, par le progrès ? Quels sont les effets intellectuels, moraux, physiques, économiques, politiques du militarisme ? », telles sont les deux premières questions posées par l’enquête.

15Pour Victor Basch, la guerre est une « nécessité inéluctable pour les nations civilisées, telle que l’histoire les a façonnées » ; « l’instinct de guerre » paraît « indéracinable de l’humanité, tant que subsistera en elle la moindre inégalité ». « Il convient de se résigner à la guerre », affirme Émile Durkheim, qui constate « la recrudescence du militarisme », due au souvenir de 1870 et au fait que « l’armée a cessé d’être une profession comme les autres. Elle est devenue quelque chose d’intangible et de sacré » : l’armée a « acquis un privilège exorbitant, dont on commence à apercevoir le danger ». La présence de l’affaire Dreyfus et le rôle joué par l’État-major tout particulièrement, celle de « l’Arche sainte », se font ici ressentir. Henri Hauser croit que « la guerre est, encore aujourd’hui, une nécessité » : « elle reste encore l’un des rares moyens d’assurer le triomphe du droit, et par conséquent, le progrès » ; le militarisme « ne doit être considéré que comme un moyen de conserver la nation, et jamais comme une fin en soi ».

16Un ouvrier relieur, Louis Guétant, juge que « la religion du drapeau est la plus déprimante des idolâtries ». Georges Sorel affirme que « le patriotisme est identique au militarisme » et, constatant que « les socialistes sont devenus patriotes », « entraînés par le courant général », il note que « tout semble conspirer en faveur du militarisme ». Seuls les anarchistes seraient les adversaires du militarisme. Clémence Royer, traductrice de L’Origine des espèces, pense de darwinienne façon que « le militarisme est une maladie de la sénilité des nations qui précède et souvent cause, ou, du moins, précipite leur disparition ».

17Quant au militarisme, ses effets sont jugés globalement négatifs. Certes, il peut être « favorable au développement physique » et il a d’incontestables avantages moraux » : il mêle les classes sociales, favorise la solidarité », juge Victor Basch, « il tonifie et fortifie la race ». Certes, l’intelligence humaine a pu trouver, « en approfondissant l’art de détruire, des inventions parfois merveilleuses, utiles à toutes les sciences » (Charles Richet). Mais « si la caserne est souvent une bonne école pour les classes inférieures, elle peut devenir un danger pour les classes cultivées » et « l’effet le plus certain du service militaire est de discipliner les masses, de les habituer à l’obéissance passive et irréfléchie ». « La déchéance de l’esprit individualiste, tel est l’effet moral le plus redoutable du militarisme » (Victor Basch). Richet souligne avec d’autres les effets économiques « funestes » du militarisme, le coût pour les nations : « avec l’argent dépensé dans le budget de la guerre, en dix ans encore, il n’y aurait plus ni impôt ni douane. » Les effets moraux sont souvent désastreux et le militarisme apparaît peu compatible avec la démocratie libérale.

18Alfred Fouillée relativise les « vertus dites militaires » : « courage, patience, ordre, endurance, discipline, patriotisme, sont au fond des vertus civiques, qui trouvent à s’exprimer dans une foule de professions, depuis le médecin qui s’expose dans une épidémie jusqu’au magistrat intègre qui sacrifie tout à sa conscience ».

19« Toute une jeunesse d’apprentis, d’étudiants, d’artistes interrompt chaque année et délaisse son travail pour aller marquer le pas et porter armes » écrit un homme de lettres, Victor Charbonnel. « Le militarisme favorise naturellement le despotisme et le césarisme », affirme Alfred Fouillée ; il « engendre la grossièreté, la paresse, le fanatisme de l’obéissance ; il est corrupteur », juge Rémy de Gourmont. La promiscuité des casernes, l’accoutumance à la passivité intellectuelle, la diminution de l’initiative individuelle sont souvent dénoncées. Pour Georges Gressent, « les effets du militarisme sont déplorables à tous les points de vue », de « l’aveulissement caractérisé par l’affaiblissement de l’esprit d’initiative » aux « habitudes crapuleuses que le soldat contracte à la caserne et dont les moindres sont la paresse et l’ivrognerie », sans compter la pédérastie — « phénomène constaté plus souvent dans les milieux militaires que dans les milieux civils »-, le développement de la prostitution, la propagation des maladies vénériennes. L’analyse que fait Louise Michel est radicale ; elle juge que « le militarisme se tue de lui-même par ses excès et ses crimes. [...] Plus il aura de meurtres à son actif, moins il durera. Les cadavres semés comme le grain feront la paix du monde. »

20L’attitude des officiers et « l’esprit de caste » (Jacques de Biez) sont particulièrement stigmatisés : « l’officier, au sortir de l’École polytechnique, de Saint-Cyr, de Saint-Maixent, renonce à tout travail, à toute culture ultérieure », dit Victor Basch.

Solutions et moyens

  • 29 « Et qu’on y fasse entrer en grand nombre les femmes, ennemies naturelles de la guerre qui prend l (...)

21« Constater le mal est relativement facile : la véritable difficulté commence aux remèdes » écrit le même Victor Basch, rejoint par Gabriel Trarieux, pour qui « les solutions théoriques sont assez faciles à entrevoir ». « Il semble que l’abolition des armées ne puisse être réalisée immédiatement. [...] Mais il est un mal que nous pouvons tout de suite supprimer : c’est la guerre », affirme Charles Richet. Pour ce faire, il convient, comme y invite Georges Renard, de multiplier « les associations pacifiques de tout genre »29

22Une solution originale et isolée que rapporte Hortense Bouet, rédactrice au Journal des Économistes, consisterait à « renoncer aux grands armements modernes et à revenir à l’arme blanche ». La neutralisation de l’Alsace-Lorraine, dont l’annexion est la cause de l’hostilité entre la France et l’Allemagne », est proposée par le seul Victor Charbonnel. Une autre solution est donnée par Paul Passy : « répandre l’Évangile, source unique, quoique généralement méconnue de tout bien sur cette terre ». Cet auteur précise qu’il parle « de l’Évangile de Jésus-Christ, pas celui des Jésuites, qui n’y ressemble guère ». Pour l’économiste Yves Guyot, directeur du Siècle, la solution pratique réside dans le libre-échange : c’est le protectionnisme, « expression de l’esprit mendiant et persécuteur » qui, par ses tarifs, « se met en état de guerre ».

23Nombre d’auteurs présents jugent que l’éducation, l’instruction publique, peut jouer un grand rôle ; il faut « s’adresser à l’enfance », affirme Georges Gressent. « Enseignons aux enfants les horreurs de la guerre », dit Léon Riotor, un homme de lettres ; « c’est en modelant le cerveau de nos enfants que nous préparerons l’humanité future, l’humanité meilleure, l’humanité nouvelle » déclare Victor Basch. « Tous ceux qui considèrent la guerre comme le plus cruel des maux [doivent] redoubler de zèle dans leur propagande pacifique », dit Charles Richet. « Il faut dans les écoles primaires, par les livres, par les instituteurs, inspirer aux enfants et aux jeunes gens le respect des droits d’autrui et l’horreur du sang versé pour les guerres de conquête. »

24Mais au-delà des enfants, il conviendrait de s’adresser à l’ensemble de la société, « apprendre à l’homme la science de la vie, lui enseigner l’art d’être bon », dit Jacques de Biez, homme de lettres et conseiller d’arrondissement républicain. Selon le juriste et sociologue Paul Bureau, professeur à la Faculté libre de Droit de Paris, il faut « développer l’individu » pour « faire de lui un antimilitariste, un excellent citoyen ». Pour Durkheim, « le seul remède [...] est d’orienter autrement l’éducation publique afin de soustraire l’esprit national à ce déplorable monoidéïsme [le culte de l’armée] ». Pour faire perdre à l’armée « la situation transcendante qu’elle détient », il faut la ramener « au niveau commun », « multiplier les points de contact entre le corps des officiers et la société civile », développer « le culte du droit, le respect de la loi, l’amour de la liberté, le juste souci des devoirs et des responsabilités » ; « il faut faire l’éducation populaire », ajoute Georges Sorel, « il faut faire pénétrer les idées anti-militaristes par endosmose ».

25C’est pourquoi ce dernier, qui considère qu’on a rendu le peuple « esclave des marchands de papier imprimé », juge sévèrement les journalistes et plus précisément la presse quotidienne belliqueuse. Fouillée voit en elle « une grande école de haine mutuelle » ; « il est absolument nécessaire de changer l’état d’esprit de la presse quotidienne, qui, entre les mains d’hommes souvent ignorants, vicieux et cupides excite les haines internationales et l’esprit militaire le plus étroit », ajoute Charles Richet.

26Réduire le service militaire, telle est la solution que préconisent quelques personnalités sollicitées, comme la comtesse Diane, femme de lettres : « réduire les effectifs de l’armée dans de grandes proportions, afin qu’elle demeure le noyau d’une force qui pourrait s’accroître par la mobilisation, si la patrie était en danger ». Certains, comme Châteauvieux, écrivain, prônent « le licenciement des armées permanentes et la fusion dans le monde des travailleurs des derniers professionnels du parasitisme à panaches ». De manière piquante, Georges Gressent propose de consulter la nation par référendum en cas de conflit, « et ceux-là seuls qui voudraient la guerre seraient envoyés au combat »...

  • 30 Cette réflexion court encore dans les années qui suivent. Ainsi J. Charmont explique dans la Revue (...)

27Plus sérieusement, il faut, selon Georges Renard, « rapprocher le plus possible le militaire du civil, lui ôter l’apparence et l’illusion d’être un personnage d’exception » ; pour Henry Béranger, l’armée est une « simple nécessité historique » et il faut « remplacer les soudards par des soldats »30.

28Diverses variantes de l’anticapitalisme apparaissent dans l’enquête. Un dénommé Auguste Chirac, homme de lettres, propose une formule dont on connaît et les origines et les tentatives d’application ; la solution préconisée consisterait à décréter « la grève générale des combattants » et à « faire disparaître du globe l’abominable système économique du capital. Sans capitalisme, les guerres deviendraient rapidement inutiles et comme telles abandonnées. » Pour Georges Gressent, il faut « reconstituer l’Internationale des travailleurs sur des bases économiques extrêmement solides » ; pour un autre homme de lettres, Adolphe Retté, il faut refaire l’Internationale « en dehors de la politique ».

29Mais ce sont des solutions « politiques » que proposent Hugues, Savioz ou Vaillant : le remède résiderait « dans la solidarité universelle de ceux qui sont volés contre ceux qui les volent. La rapidité de la guérison dépendra des progrès du socialisme dans le monde », affirme le député du XIXe arrondissement de Paris. Savioz pense que le moyen le plus rapide qui conduira à « la pacification des peuples » réside d’abord dans « le refus de crédits, par les députés pacifistes et socialistes, des sommes destinées à l’agrandissement de l’effectif de l’armée, ce qui aura pour résultat un désarmement graduel ». Selon Édouard Vaillant, « l’unique solution est dans la victoire du socialisme [...] et ce n’est que par la fédération des républiques socialistes conquises en chaque pays, par le peuple, que nous pourrons, avec sécurité, commencer, sans heurt, l’évolution qui mènera à ce but ».

30La réponse de l’anarchiste Jean Grave tient en quelques lignes : « Il n’y a qu’une solution, c’est que les peuples commencent par se débarrasser, chacun chez eux, de tous les parasites qui les gouvernent, les exploitent, qu’ils travaillent à amener un état social où l’intérêt particulier ne sera plus en conflit avec l’intérêt général. Quand ils auront compris cela, le militarisme et les frontières auront disparu ».

31Il faut noter la présence, au sein de l’enquête, de la réponse du vicomte de Colleville, anticapitaliste et antisémite. Cet ancien sous-préfet ironise de manière isolée sur les « vagues ligues autorisées, sinon patronnées par le pouvoir [qui] s’épanchent annuellement en de monotones oraisons sur les bienfaits de la paix », « les chroniques propositions d’arbitrages, les dithyrambiques éloges de la paix » ; il formule l’hypothèse selon laquelle « ces fournisseurs de cautères pour jambes de bois reçoivent large subvention d’Israël ». Le seul remède pour cet antisémite consiste dans « la révolution, le renversement de ce gouvernement syndic de l’aristocratie judaïco-financière » qui commande au monde.

32 L'Humanité nouvelle exprime diverses variantes attendues de l’antimilitarisme – patriotique ou non - qui illustrent l’idée selon laquelle il convient de substituer à l’impérialisme une autre forme de combat, la lutte des classes, dans le cadre national ou international. La solution du désarmement - partiel ou total - ne surprend pas non plus ; elle est loin de relever seulement de la culture anarchiste. En revanche, il faut noter la présence réitérée ici de solutions qui s’inscrivent dans d’autres traditions ou cultures politiques et qui sont dans « l’air du temps » : l’arbitrage international ou les États-Unis d’Europe.

33Comme le rappelle en effet Paul Passy, en désarmant, on ne ferait que « reprendre l’article du vieux programme républicain relatif à l’abolition des armées permanentes et à leur remplacement en vue de la défense nationale par la nation armée et exercée. » La solution de Victor Charbonnel est de « convenir entre nations d’un désarmement partiel, et par là même de renoncer peu à peu au principe du service universel » ; l’originalité du propos est ici d’en « revenir aux armées de métier et de mercenaires, qui sont sans doute aisément prétoriennes, mais auxquelles on imposerait un commandement d’esprit démocratique ». Un ancien élève de l’École polytechnique, Chauvisé, propose sans aller plus avant « le désarmement franc et loyal, sans regret et sans arrière-pensée de toutes les nations civilisées. » Le « désarmement réciproque équivalent » et l’organisation de l’arbitrage international que préconise Gabriel Trarieux sont parmi les solutions les plus fréquemment évoquées.

34Maurice Block, membre de l’Institut, économiste, directeur de l’Annuaire de l’Économie politique et de la Statistique, suggère de « faire adopter un code international », créer « un conseil d’arbitrage permanent, composé de représentants de tous les pays ». La mise en place d’une commission internationale d’arbitrage, d’une Cour arbitrale permanente emporte les suffrages de Châteauvieux et de Paul Passy, de Georges Gressent et de Gaston Moch. Plusieurs personnalités jugent comme Henri Hauser qu’il faut « pousser à la multiplication des traités d’arbitrage » et suggèrent même la conclusion systématique de traités. Ainsi Georges Renard qui voudrait voir « conclure des traités permanents d’arbitrage destinés à éviter les solutions brutales de la force » ; ou Victor Charbonnel, qui souhaite « faire précéder toute guerre d’une intervention diplomatique des puissances autres que celles qui vont être aux prises, et même d’un arbitrage qui tenterait tous les moyens de conciliation ».

35Cette solution de l’arbitrage et des traités a aussi les faveurs d’Alfred Fouillée, qui prône « l’extension de l’arbitrage », « un tribunal international perpétuel », une « Cour de justice internationale ». Mais en attendant, « il faut multiplier ces traités qui iront des petites questions aux grandes et feront la tache d’huile à mesure que l’opinion en verra les avantages » ; il approuve les « congrès et conférences en vue de la paix, du désarmement partiel ». C’est la même démarche que préconise Charles Richet : « Nous pouvons supprimer la guerre en établissant le principe de l’arbitrage international, dont la réalisation serait facile et pourrait être immédiate, et en incitant chaque gouvernement à conclure avec les gouvernements voisins ou lointains, des traités d’arbitrage ».

36Des observateurs plus lucides demeurent sceptiques devant le remède que préconisent par exemple Chauvisé (« une Haute-Cour de justice internationale, tribunal suprême qui représenterait le droit strict au lieu de la force brutale et dont les sentences seraient sans appel ») ou Victor Charbonnel (la « constitution d’une Justice supérieure qui déciderait des litiges internationaux, toutes les puissances devant s’allier contre celle qui n’accepterait pas les décisions prononcées »). Et certaines réponses témoignent d’une réserve certaine face à une solution qui paraît difficile à mettre en œuvre : faire jouer le droit contre la force, l’arbitrage contre la guerre. « Il me paraît vain de songer à la création d’un tribunal arbitral permanent, car ce tribunal n’aurait pas à sa disposition la force nécessaire pour faire respecter ses sentences », écrit Henri Hauser. L’arbitrage international, les ententes diplomatiques sont, aux yeux de Gabriel Trarieux, « des étapes nécessaires sans doute » mais elles lui « inspirent une défiance incurable ». Un homme de lettres, Octave Houdaille, voit en ces solutions « une chimère » et Léon Riotor, pourtant membre de la Ligue de la paix par le Droit, s’exclame : « hélas ! de nos belles idées, nulle sanction n’est sortie ».

  • 31 É. Du Réau, op. cit., p. 66 et sq.

37Un autre moyen de promouvoir l’idée et la réalité de la paix consisterait à « tendre à une fédération des États d’Europe », ainsi que le souhaite Victor Charbonnel, à « travailler à la constitution des États-Unis d’Europe, qui ne doivent être cependant qu’une étape intermédiaire », affirme un ancien polytechnicien qui demeure anonyme. Georges Renard pense qu’« il faut marcher vers une fédération de nations qui puisse sans cesse grandir et rende de plus en plus difficiles les conflits internationaux ». Pour Gaston Moch, homme de lettres, il faut « favoriser l’internationalisation des intérêts », « faciliter autant que possible la circulation de la pensée, des personnes et des marchandises », favoriser l’« interdépendance et la connaissance réciproque, en développant notamment l’étude des langues étrangères, et en particulier celle d’une langue internationale vraiment pratique » : l’espéranto. Mais cette fédération européenne, comme le montre l’étude d’Élisabeth du Réau, demeure alors à l’état de mythe31.

***

38Le numéro spécial de L’Humanité nouvelle de mai 1899 s’achève par un mémoire adressé « par de nombreuses notabilités » au ministre des Affaires étrangères, au moment du Congrès de La Haye. Il reprend nombre de points soulevés dans les réponses apportées à la revue et fait quelques suggestions parmi lesquelles figurent la réduction des armements et la création d’une Cour permanente d’arbitrage international ; pour ce qui concerne l’épineux moyen d’assurer l’exécution des décisions prises si un État refusait l’arbitrage, les signataires proposent que l’Europe se réserve le droit « de se coaliser contre lui, de le mettre à l’index, de rompre tous traités de commerce et toutes relations avec lui, d’interdire ou de frapper de droits excessifs la sortie de ses marchandises », de faire reproduire par cette société des nations européennes, « sur une plus vaste échelle, l’excommunication des papes du Moyen Âge, qui n’hésitaient pas à anathématiser les rois » ; en un mot, de pratiquer un embargo qui « pourrait être prononcé au nom de l’Europe par le chef d’État désigné à cet effet par le Congrès intergouvememental qui s’occupera de cette question »...

  • 32 Les signataires du texte envisagent d’abord la création de trois confédérations, « correspondant c (...)
  • 33 P. Leroy-Beaulieu, Économiste français, 3 septembre 1898, cité p. 12 de l’annexe de L’Humanité nou (...)

39« Pour rendre durable la paix générale et amener l’avènement des États-Unis d’Europe », les signataires invitent à la création d’une véritable « confédération générale » des États européens32. Union politique, cette confédération serait aussi une union douanière, un Zollverein à l’échelle du continent ; c’est ce que demande, par exemple, Paul Leroy-Beaulieu : « Si l’Europe ne veut pas abdiquer devant ses nouveaux concurrents, il faut qu’elle se résolve à constituer de nouveaux cadres »33.

40L’enquête de L’Humanité nouvelle, qui présente une large palette d’analyses et d’opinions, au-delà de celles de son lectorat principal, est fille de son temps : alors que le continent européen n’a pas connu de conflit majeur depuis longtemps, elle témoigne du désir et de la volonté d’éliminer ou de réduire les risques de guerre ainsi que des espoirs fondés sur l’arbitrage international. La Conférence de La Haye, réunie du 18 mai au 9 juillet 1899, va apporter des réponses qui vont dans le sens de nombreux participants à l’enquête : sur la proposition de d’Estournelles de Constant et de Bourgeois, le principe d’une Cour permanente d’arbitrage est adopté. L’ébauche de procédure de conciliation et d’arbitrage est reprise à la deuxième Conférence de La Haye en 1907.

  • 34 Émile Durkheim, séance du 30 décembre 1907 de la Société française de Philosophie, « Pacifisme et (...)

41Mais « l’éclosion de cette conscience internationale » que Gabriel Trarieux appelle, comme d’autres, de ses vœux, est lente à venir ; « la transition est incertaine et peut-être de longue durée », affirme Édouard Vaillant. Quelques années plus tard, en 1907, lors d’un fameux débat à la Société française de Philosophie, Émile Durkheim, présent lui aussi dans l’enquête de L’Humanité nouvelle, ne manque pas d’affirmer avec lucidité face à Théodore Ruyssen : « Maintenir la paix ne cessera d’être une simple inspiration morale pour devenir une réalité juridique qu’autant qu’il existera une société organisée, chargée de la faire respecter »34.

  • 35 N. Ingram, « L’envers de l’entre-deux-guerres en France : ou à la recherche d’un passé pacifiste » (...)

42Le pacifisme qui apparaît souvent dans L’Humanité nouvelle, - en dépit des divergences qui peuvent exister dans les réponses-, est conforme à ce que Norman Ingram appelle « le pacifisme d’ancien style », dont l’épicentre est bien « juridique et politique »35, même si la composante éthique est bien présente, fût-ce de façon sous-jacente. Dans le contexte des premières années du siècle, les limites de ce pacifisme et de ces projets somme toute peu réalistes sont patentes. Le règlement des conflits majeurs par des moyens préventifs tels que l’arbitrage ou le recours à une préservation dynamique de la paix par une fédération des États-Unis d’Europe resteront, on ne le sait que trop, longtemps lettre morte.

Notes

1 Per arbitros ad pacem ». Les grands artisans de l'arbitrage et de la paix, salon de 1898, salle 25, tableau no 562, Cedias Musée social, Br. 8762, 2/48.

2 M. Merle, Pacifisme et internationalisme, Paris, Armand Colin, 1966, p. 255 et sq.

3 N. Ingram, The Politics of Dissent, Pacifism in France 1919-1939, Clarendon Press - Oxford, 1991, p. 10. Voir, notamment, le premier chapitre: « Peace through Justice, or the Old Pacifism Defined » et le commentaire que fait N. Ingram de Roger Chickering, Imperial Germany and a World Without War: The Peace Movement and German Society, 1892-1914, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1975.

4 M. Vaïsse dir., Le pacifisme en Europe des année 20 aux années cinquante, Bruxelles, Bruylant, 1993 ; ainsi que son article « Pacifisme », dans Dictionnaire historique de la vie politique française au XXe siècle, J.-F. Sirinelli dir., Paris, PUF, 1995, p. 741-744.

5 R. Fabre, « Un exemple de pacifisme juridique. Théodore Ruyssen et le mouvement « La Paix par le droit » (1884-1950), dans XXe siècle. Revue d’histoire, no 39, juillet-septembre 1993.

6 J. Defrasne, Le pacifisme en France, Paris, PUF, 1994, p. 33.

7 Cf. É. Du Réau, L’Idée d'Europe au XXe siècle. Des mythes aux réalités, Bruxelles, Complexe, 1996.

8 L’Humanité nouvelle se fait l’écho de la communication du tsar dans un long article d’A. Hamon, 1898, 3, p. 427-445.

9 J. Huret, Enquête sur l’évolution littéraire [1891], préface et notices de D. Grojnowski, Paris, José Corti, 1999. Agathon, (Henri Massis et Alfred de Tarde), Les jeunes gens d'aujourd’hui, [1912-1913], présenté par J.-J. Becker, Paris, Imprimerie nationale, 1995.

10 La revue, éditée par Schleicher frères et diffusée par les librairie Reinwald à Paris et la librairie Spineux à Bruxelles, parait jusqu’en 1904.

11 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (1871-1914), publié par J. Maitron, Paris, les Éditions ouvrières, 1977, tome XV, p. 27-28. Dictionnaire de biographie française, M. Prévost, RomanD’Amast, H. TriboutDeMorembert, tome XIV, Paris, Letouzey et Ané, 1989, p. 560.

12 La littérature antimilitariste, abondante, est illustrée notamment par Le Cavalier Miserey d’A. Hermant (1887), Sous-Offs de L. Descaves (1889) ou Biribi de G. Darien (1890).

13 Lettres nantaises. Correspondance Brunellière-Hamon (1891-1899), présentée par R. Bourrigaud, Nantes, Archives et documents CDMOT Nantes, 1990, p. 343-345.

14 L’Humanité nouvelle aborde diverses questions (le socialisme, les rapports entre syndicats et partis...) et publie notamment en 1898 une importante étude de Pelloutier sur les Bourses du Travail.

15 D. Le Page, « De Paris à la Bretagne : Augustin Hamon », dans Le Mouvement social, no 160, juillet-septembre 1992, p. 99-124.

16 G. Ferrero, Le militarisme et la société moderne, Paris, Stock, 1899. Cf. chapitre III : « Militarisme et césarisme en France » et chapitre VI : « Du passé à l’avenir ».

17 L’Humanité nouvelle, loc. cit., p. 241-242.

18 F. Brunetière, Mercure de France, « Enquête sur l’influence allemande », novembre 1902, p. 309.

19 Comme le montre M. Rebérioux dans sa présentation de J. Jaurès, L’Armée nouvelle, Paris, 10/18, 1969.

20 L. Barcelo, Paul d’Estournelles de Constant (Prix Nobel de la Paix 1909). L’expression d’une idée européenne, préface d’É. du Réau, Paris, Éditions L’Harmattan, 1995. Cf. les chapitres IV et V.

21 Le premier ouvrage que L. Le Foyer consacre au sujet parait être La Guerre et la paix. Par des chiffres, Paris, Giard et Brière, 1901.

22 E. D’Eichtal, « La paix internationale. Étude critique », Revue politique et parlementaire, janvier 1900.

23 Cf. V. Grossi, Le Pacifisme européen 1889-1914, Préface de J. Bariéty, Bruxelles, Bruylant, 1994. Bibliographie p. 413-492.

24 B. Vergez-Chaignon, « Charles Richet », dans Dictionnaire des intellectuels français, J. Julliard, M. Winock, dir., Paris, Editions du Seuil, 1997, p. 981-982.

25 C. Richet publie en 1907 Le Passé de la guerre et l’avenir de la paix.

26 R. De Gourmont, Le joujou patriotisme, suivi de La Fête nationale, introduction et notes de J.-P. Rioux, Paris, Jean-Jacques Pauvert, Coll. Libertés, 1967.

27 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (1871-1914), publié par J. Maitron, Paris, les Editions ouvrières, 1977, tome XV, p. 173.

28 Ibidem et Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (1914-1939), tome XLIII, p. 41-44.

29 « Et qu’on y fasse entrer en grand nombre les femmes, ennemies naturelles de la guerre qui prend leur fils et leur mari », ajoute Georges Renard.

30 Cette réflexion court encore dans les années qui suivent. Ainsi J. Charmont explique dans la Revue politique et parlementaire de septembre 1900 ce que doit faire la démocratie : non pas « briser l’armée », mais resserrer son union avec la nation en pénétrant « le corps des officiers de la vie et de la pensée du pays », dans J. Jaurès, L’Armée nouvelle, présentation par M. Rebérioux, op. cit., p. 17.

31 É. Du Réau, op. cit., p. 66 et sq.

32 Les signataires du texte envisagent d’abord la création de trois confédérations, « correspondant chacune à des peuples de même région géographique, à des races de même groupe et à des langues de même famille » : la première, « gallo-latine et celto-gauloise », regrouperait le Portugal, l’Espagne, la France, la Belgique, la Confédération helvétique, l’Italie, la Roumanie et la Grèce et la Crête ; une deuxième, slave, serait constituée autour de la Russie ; la troisième, germanique, comprendrait l’Allemagne, l’Autriche, la Hollande, le Danemark, la Suède et la Norvège. (Enquête, annexe, p. 11). Il faut remarquer que sont ensuite mentionnées les difficultés qui tiennent à la position de l’Angleterre : « Cette [première] confédération sera complète quand l’Angleterre, semi-latine, après y avoir été longtemps hostile, sentira qu’elle ferait bien de s’y rattacher et de renoncer à son isolement systématique [...] Cette coalition deviendrait malheureusement plus inévitable encore si la Grande-Bretagne, refusant de diminuer ou d’arrêter ses armements, n’éprouvait le besoin de sortir de son isolement que pour nouer une alliance secrète ou tacite avec les États-Unis, ayant en vue, d’une façon plus ou moins déguisée, la domination économique et commerciale de l’Occident et l’amoindrissement de l’expansion coloniale du continent européen. »

33 P. Leroy-Beaulieu, Économiste français, 3 septembre 1898, cité p. 12 de l’annexe de L’Humanité nouvelle, mai 1899.

34 Émile Durkheim, séance du 30 décembre 1907 de la Société française de Philosophie, « Pacifisme et patriotisme » ; débat avec T. Ruyssen et M. Parodi, La Science sociale et l’action, introduction et présentation par Jean-Claude Filloux, Paris, PUF, 1970, p. 296.

35 N. Ingram, « L’envers de l’entre-deux-guerres en France : ou à la recherche d’un passé pacifiste », dans M. Vaïsse dir., Le Pacifisme en Europe…, op. cit., p. 33.

Auteur

Université de Lille 3 — CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540