Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

Problématique de la paix

Pacifisme et patriotisme chez les Républicains français de Sadowa à la Loi des 3 ans

Jean-Yves Mollier

Texte intégral

  • 1 J. Jaurès, L’Armée nouvelle, rééd. Paris, Imprimerie nationale, 1992, 2 vol.
  • 2 J.-J. Becker, 1914. Comment les Français sont entrés dans la guerre ? Contribution à l’étude de l' (...)

1À la fin du XIXe siècle et encore plus au début du suivant, l’idée est communément admise dans la grande presse que toute la gauche est mobilisée pour la réduction du service militaire parce qu’elle est porteuse d’un idéal pacifiste et internationaliste qui lui fait ardemment désirer l’abolition des armées permanentes et la fin des conflits fratricides entre prolétaires de divers pays. Les journaux d’extrême droite, L’Action française, mais aussi les organes catholiques, La Croix en particulier, vont plus loin et soupçonnent les hussards noirs de la République d’avoir été contaminés par la propagande pacifiste dans les Écoles normales et de pervertir la jeunesse française en lui faisant oublier les devoirs du futur soldat. Sans aucun doute, les prises de position de Gustave Hervé dans La Guerre sociale, les déclarations des anarchistes Émile Pouget et Sébastien Faure, celles des anciens blanquistes qui avaient déposé en 1881 un projet de loi demandant la suppression des armées permanentes et celles des radicaux demeurés fidèles au programme de Belleville de 1869 pouvaient-elles alimenter cette croyance. Jaurès lui-même voyant dans la guerre une conséquence du capitalisme paraissait céder à ce penchant démobilisateur quoique son texte de loi de 1911 et le livre qui en sortit, L’Armée nouvelle, aient nuancé fortement ce point de vue1. Plus perspicace, Jean-Jacques Becker devait montrer dans son analyse du vote des parlementaires à propos de la loi des 3 ans que les radicaux se partagèrent assez largement lors du vote, et qu’une majorité d’entre eux accepta la prolongation du service militaire face au réarmement, réel ou supposé, de l’Allemagne2.

  • 3 S. Aprile, R. Huard, P. Lévêque et J.-Y. Mollier, La Révolution de 1848 en France et en Europe, Pa (...)
  • 4 S. Audoin-Rouzeau, 1870. La France dans la guerre, Paris, A. Colin, 1989.
  • 5 B. Ménager, Les Napoléon du peuple, Paris, Aubier-Montaigne, 1988.
  • 6 J.-Y. Mollier, « Belle-Ile-en-Mer, prison politique (1848-1858) », Maintien de l’ordre et polices (...)
  • 7 G. de Puymège, Chauvin, le soldat laboureur. Contribution à l’étude des nationalismes, Paris, Gall (...)
  • 8 A. Barbès cité par G. Sand dans sa lettre à Mme Lebarbier de Tinan d’octobre 1854 ; voir G. Sand, (...)
  • 9 J.-Y. Mollier, op. cit.

2L’existence d’un double courant, au sein de la gauche française, l’un pacifiste et l’autre plus délibérément patriote, voire nationaliste, remontait pourtant assez loin dans le temps et s’était nettement affirmé à la fin du second Empire, au moment où la victoire de Sadowa ouvrait à la Prusse le chemin d’une domination sans partage sur les territoires germaniques, libérés de la tutelle autrichienne qui avait prévalu après la répression qui suivit la fin du printemps des peuples3. En amont des années 1866-1870 qui voient naître, selon Stéphane Audoin-Rouzeau, le nationalisme français4, on ne saurait négliger la fièvre anti-anglaise qui parcourt les faubourgs parisiens en 1840, la réactivation de la légende, dorée celle-là, de Napoléon5, au début de la monarchie de juillet, ni le souvenir de la Grande Nation de la décennie révolutionnaire (1789-1799), tous éléments qui obligent à admettre qu’à gauche, c’est-à-dire pour l’époque, chez les partisans de la République, il y eut précocement des partisans convaincus de la nécessité d’entretenir une armée capable d’occuper la rive gauche du Rhin, si ce n’est la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas pour y transporter la flamme de la Révolution et le message des Droits de l’Homme et du Citoyen. Sans remonter aussi loin dans le temps, on se contentera d’insister sur le sentiment de joie qui s’empare des détenus de Belle-Ile-en-Mer, les frères ennemis Barbès et Blanqui réunis sur ce point, en 1854, à l’annonce du succès des armées françaises en Crimée6. Que ces deux adversaires résolus de la monarchie et du césarisme n’hésitent pas à voir dans la victoire de Napoléon III un événement susceptible de venger l’humiliation du traité de Vienne de 1815, prouve à l’évidence que dans l’esprit d’une partie des révolutionnaires et des socialistes quarante-huitards la paix ne serait durablement acquise et fondée en Europe qu’après la disparition des grands empires et le triomphe de la République universelle. Sans aller jusqu’aux excès du soldat Chauvin7, Armand Barbès avait osé écrire du fond de sa cellule à George Sand qu’« en [sa] qualité de ci-devant chauvin [il émettait] des vœux pour que les Russes soient battus par nos petits soldats »8, ce qui lui valut une grâce immédiate et sa libération qu’il refusa d’ailleurs en choisissant l’exil, faute de pouvoir demeurer incarcéré avec ses compagnons9.

  • 10 J.-Y. Mollier, Dans les bagnes de Napoléon III. Mémoires de Charles-Ferdinand Gambon, Paris, PUF, (...)
  • 11 J.-Y. Mollier et J. George, La Plus Longue des République 1870-1940, Paris, Fayard, 1994.

3L’entrée en guerre de Napoléon III contre l’Autriche en 1859 suscita des réactions similaires et provoqua le trouble du « parti » républicain qui s’estimait dépouillé d’une partie de son programme par celui qui avait assassiné la République le 2 décembre 185110. Si l’Empire, au lieu d’être la paix promise à Bordeaux en 1852, c’était la guerre révolutionnaire, au moins par destination, alors le régime méritait d’être partiellement soutenu puisqu’il rectifiait la carte des équilibres continentaux et qu’il affaiblissait les Habsbourgs après avoir abaissé le Tsar de toutes les Russie. Le Congrès de Paris de 1856 avait sonné l’heure du redressement français et la gauche ne pouvait bouder son plaisir par hostilité viscérale envers l’« assassin du 2 décembre ». Un courant se dessinait ainsi, interne à la gauche française, de 1854 à 1866, qui allait conduire au vote de la loi des 3 ans en 191311 et à l’union sacrée acceptée par Jules Guesde et Léon Jouhaux, ce qui ne fut pas simplement le résultat des circonstances mais qui relevait d’une évolution en profondeur que seules avaient masqué les prises de position hostiles à l’aventure mexicaine, en 1865-1867, le refus des expéditions coloniales après 1880 et la dénonciation des guerres impérialistes dans les années 1905-1913. S’il est vrai que, dans les nouvelles générations venues à la politique à la fin de l’Empire et au début de la IIIe République, le pacifisme et l’internationalisme avaient fait des progrès importants, la gauche n’en était pas moins profondément divisée sur cette question du bien ou du mal-fondé du pacifisme intégral.

Du pacifisme à l’internationalisme prolétarien, la multiplicité des influences dans le refus de la marche à la guerre en 1913

  • 12 J.-C. Caron, « Pacifisme et européanisme dans l’Europe du printemps des peuples (1848-1849) », Ide (...)

4Les sources d’une réflexion sur la nocivité des guerres, le danger encouru par l’entretien d’armées mercenaires sont nombreuses au XVIIIe siècle. Voltaire dénonça « la boucherie héroïque » dans Candide, Kant et l’abbé de Saint-Pierre proposent leur théorie et un projet de paix perpétuelle. Toutefois si le rationalisme des Lumières apparaît comme l’un des moteurs de cette prise de position, la pensée libérale lui fournit un puissant vecteur d’inspiration. Ce sont en effet les guerres napoléoniennes qui, par leur ampleur, leur durée, et l’hécatombe en vies humaines qu’elles provoquent vont faire naître les premières organisations destinées à combattre les risques de guerre. La première Société de la paix semble avoir vu le jour aux États-Unis en 1815, peut-être en liaison avec le souvenir traumatisant de la Guerre d’indépendance tandis qu’une association similaire s’implantait à Londres l’année suivante12. L’une et l’autre d’inspiration protestante diffuseront des centaines de milliers de brochures afin de sensibiliser l’opinion publique à ces problèmes. À partir des années 1840, on assiste à une seconde étape dans la mesure où l’on passe de la simple dénonciation d’un fléau à la réunion des bonnes volontés destinée à faire progresser concrètement les opinions défendues.

  • 13 Ibidem.
  • 14 N. Ingram, The Politics of Dissent: Pacifism in France, 1919-1939, Oxford, Clarandon Press, 1991.

5Un premier Congrès de la paix, directement influencé par les retombées de la Question d’Orient, se tint à Londres du 22 au 24 juin 1843, appelant de ses vœux la tenue prochaine d’un Congrès des nations et demandant aux gouvernements d’interdire les guerres en commençant par supprimer les collèges militaires, source première du développement des armées permanentes. Une Ligue de la fraternité universelle lia, en 1846, les deux questions de la lutte pour l’abolition de l’esclavage et celle de la guerre, montrant ainsi que pour les libéraux d’inspiration protestante, la même métaphysique soutenait leur mobilisation au service d’un idéal puisé dans la lecture de la Bible. A côté de ce premier courant, il faut situer celui qui touche davantage les catholiques français et qui irrigue le socialisme humanitaire de 1848. Le Congrès de la Paix tenu à Bruxelles du 20 au 22 septembre 1848, celui de Paris présidé par Victor Hugo du 22 au 24 août 1849 et celui de Francfort un an plus tard13 annoncent les États-Unis d’Europe conçus comme une manière définitive de régler la question et ajoutent la dimension fraternitaire, socialiste, au mouvement issu de la pensée libérale et réformée14. La guerre de Crimée et celles d’Italie furent à la base, dans les années suivantes, du mouvement qui entraîna la création de la Croix-Rouge, aux objectifs plus limités, très genevois de ce fait, mais on ne peut le détacher du sillon qui pousse les socialistes de l’Association Internationale des Travailleurs à joindre leurs efforts à ceux des libéraux pour réunir à Genève, en 1867, le Congrès pour la Paix et la Liberté. La bataille de Sadowa de juillet 1866 était dans toutes les mémoires et elle avait servi d’électrochoc puissant pour réactiver la tenue de grandes manifestations publiques destinées à remobiliser les opinions publiques.

  • 15 C.F. Gambon, op. cit., p. 274.
  • 16 Cette phrase figure dans un discours de J. Jaurès de 1895 ; voir J.-Y. Mollier et J. George, op. c (...)

6La fin du second Empire fait véritablement apparaître le mouvement socialiste, au sens large du terme, comme l’animateur désormais principal de la lutte contre la guerre, une partie de la gauche, blanquistes en tête, suivis des radicaux emmenés par Gambetta, revendiquant hautement cet idéal. Avec la publication du programme de Belleville qui inclut la suppression des armées permanentes, une équation se fait jour : l’Empire, c’est la guerre tandis que la République ne peut vouloir que la paix. La guerre franco-prussienne viendra perturber cette belle architecture et Blanqui comme Gambetta appelleront à la levée des patriotes mais ce sera dans le cadre d’une guerre défensive, puisque le territoire est envahi, et non d’une expédition à visée expansionniste, ce qui annonce directement la problématique du mois d’août 1914, aussitôt après l’acceptation de l’union sacrée. Il convient d’observer parallèlement à cette évolution qu’une autre fraction, majoritaire, du camp républicain, se ralliera d’autant plus aisément au vote de la paix en mars 1871 que, à ses yeux, la guerre était incapable de résoudre les différends entre nations. Dans les années qui suivent, on retiendra le projet de loi blanquiste de 1881 destiné à réaffirmer la justesse du programme de Belleville et le très bel article de Ferdinand Gambon, vieux militant quarante-huitard et communard, publié dans Le Cri du Peuple de mars 1887 et intitulé symboliquement : « Guerre à la guerre ! »15. On entre là dans une logique qui sera bientôt celle des anarchistes, des syndicalistes révolutionnaires, des marxistes et de nombreux socialistes : « le capitalisme porte la guerre comme la nuée dormante porte l’orage « , selon le mot de Jaurès16 et la tâche la plus urgente pour les adversaires de ce système consiste à opposer aux bellicistes l’ardeur du pacifisme internationaliste et fraternitaire. République et socialisme se retrouvaient ainsi unis au terme d’un long cheminement intellectuel dans lequel l’éducation chrétienne des futurs théoriciens avait joué un rôle certain.

  • 17 Dans ses Mémoires, Joseph Caillaux dira avoir envisagé de gouverner avec Jaurès pour éviter la gue (...)

7À la veille de la guerre de 1914-1918, le débat sur la loi des 3 ans cristallisa les oppositions en mettant en avant l’idée d’une menace qui frappait la France, ce qui revient à dire que les parlementaires radicaux qui votèrent cette législation ne se ralliaient pas, pour autant, aux arguments des partisans de la Revanche et à ceux des nationalistes de droite. Mis en veilleuse, leur pacifisme foncier n’était pas moins sincère mais il s’effaçait devant la nécessité de protéger le pays contre une agression extérieure. Dans l’autre camp, on retrouvait les socialistes et Jaurès, farouchement opposés à la propagande nationaliste et, paradoxalement, des libéraux façon Joseph Caillaux, qui, pour d’autres raisons, rejoignaient leurs adversaires sur le front intérieur, celui de la guerre sociale, parce qu’ils étaient convaincus, eux aussi, du caractère dévastateur de toutes les guerres17. Ainsi se retrouvaient, de nouveau rassemblés sur un programme pacifiste clair des chrétiens, des libéraux, des rationalistes et des socialistes de toutes origines qui firent la campagne pour empêcher l’adoption de cette loi militaire dont ils craignaient qu’elle ne fournît des arguments aux pangermanistes pour renforcer l’armée allemande. Quelle que fût leur formation, ces hommes illustraient à leur manière la multiplicité des sources d’inspiration du pacifisme même si la presse privilégia son rameau le plus visible et le plus bruyant, celui qui animait le socialisme français.

De la grande révolution à sadowa, la mutation du nationalisme d’inspiration républicaine

  • 18 R. Rémond, La Droite en France, Paris, Aubier, 1954, devenue, Les Droites en France, Paris, Aubier (...)
  • 19 J. Garrigues, Le Général boulanger, Paris, Olivier Orban, 1991, et J.-Y. Mollier et J. George, op. (...)
  • 20 M. Winock, Nationalisme, Antisémitisme et Fascisme en France, Paris, Éd. du Seuil, 1990.

8En 1954, dans la première édition de ce qui était encore La Droite en France, René Rémond pouvait se croire autorisé à affirmer que le boulangisme fut l’acte de naissance du nationalisme et l’affaire Dreyfus son acte de baptême18. Compte tenu du nombre restreint de chercheurs travaillant sur cette période de référence, le jugement pouvait apparaître fondé, voire solidement étayé puisque la campagne du général Boulanger, en 1887-1889, avait incontestablement marqué un tournant dans l’histoire de la gauche française, une partie des anciens communards, dont Rochefort, et des radicaux, parmi lesquels Alfred Naquet, ayant rejoint le fougueux condottiere dans son combat pour la dissolution et la révision de la Constitution19. Les progrès de l’investigation historique et la multiplication des professionnels de la recherche ont évidemment conduit à réviser cette appréciation et à admettre que, depuis les déclarations tonitruantes de Danton en faveur de la guerre en 1792, le « parti » républicain français n’était pas demeuré indemne de la contamination nationaliste ou franchement chauvine qui avait marqué l’évolution du pays. Résumant ces débats, Michel Winock tentera, en 1990, d’en faire la synthèse en distinguant un nationalisme ouvert, plutôt pacifiste, accueillant à l’étranger, d’un nationalisme fermé, agressif, chauvin et cocardier, ce qui est théoriquement acceptable mais qui ne saurait exempter d’une analyse précise des cycles d’explosion ou d’exacerbation nationaliste à porter au compte du camp républicain20.

  • 21 J. Godechot, La Grande Nation. L’expansion révolutionnaire de la France dans le monde de 1789 à 17 (...)
  • 22 A. Blanqui, Œuvres, textes réunis et rassemblés par D. LeNuz, t. 1, Nancy, PUN, 1993.
  • 23 S. Aprile, R. Huard, P. Lévéque et J.-Y. Mollier, op. cit.

9Les spécialistes de la Révolution française savent que si Lazare Carnot se révéla, après juillet 1794, un adversaire résolu de Robespierre défunt, il fut l’un des artisans de la Grande Nation et de son aventure européenne21. Après le coup d’État du 18 brumaire, le général Bonaparte fut l’héritier de ce courant d’idées et la légende de l’Empereur doit beaucoup à cet enracinement révolutionnaire, pour ne pas dire jacobin. La guerre d’Espagne, en 1823, ne semble pas avoir éveillé de grands mouvements d’adhésion mais l’occupation du territoire français par les cosaques et les uhlans, en 1814-1815, a entraîné des phénomènes de rejet ou d’irritation qui se réveilleront ultérieurement. La Pologne, en 1831, cristallisa, à gauche, la passion nationaliste, encore cantonnée à la notion d’aide aux pays martyrisés. De ce point de vue, on peut comparer cette poussée de fièvre à celle qui a mobilisé les intellectuels et la jeunesse des collèges et des Écoles en faveur de la Grèce opprimée en 1821-1822. Blanqui lui-même avait alors décidé de partir pour la Morée22, ce qui devait constituer, avec le souvenir de son père représentant du peuple, un des jalons essentiels de sa prise de conscience. La Patrie en danger de 1870 devra beaucoup à l’invasion prussienne mais quelque chose aussi à la connaissance intime de l’histoire de France. De même fut-il marqué, comme bien d’autres membres des sociétés secrètes de l’époque, par la campagne populaire menée à Paris contre les manifestations d’orgueil de l’Angleterre en 1840 ou contre l’assassinat de la République romaine par le président Louis Napoléon Bonaparte en avril-mai 1849. Aux yeux des républicains, si Lamartine avait peut-être raison de ne pas vouloir exporter la révolution en février-mars 1848, du moins la République, deuxième du nom, avait-elle obligation de porter secours aux nations qui réclamaient son aide23.

  • 24 A. Barbés à G. Sand, octobre 1854, op. cit.

10Comme on l’a vu, la guerre de Crimée marque un tournant véritable dans la maturation du sentiment national chez les républicains puisque le « Bayard de la démocratie », Armand Barbès, ose se prévaloir de sa qualité de « ci-devant chauvin » pour approuver la politique impériale en matière de diplomatie militaire. « Que puisque la France avait tiré l’épée, il fallait vaincre ! »24, écrira-t-il à George Sand, ce qui ne laisse aucune équivoque sur son état d’esprit. Blanqui avait adopté une position voisine au bagne de Belle-Ile-en-Mer alors que, sur tous les autres sujets, il était en désaccord total avec son ex-compagnon, ce qui signifie que l’élite du « parti » républicain de 1854, les deux grandes options réformiste et révolutionnaire de l’avenir, communiaient dans le même sentiment en matière de défense des intérêts de la patrie des Droits de l’Homme, la France qu’ils chérissaient. Les guerres d’Italie confirmèrent cette vision de l’évolution du continent européen et, si la guerre du Mexique réveilla le vieux fond pacifiste et humanitaire, la bataille de Sadowa exacerba la nervosité de bon nombre de vieux républicains, Blanqui et Barbès se portant de nouveau en première ligne pour appeler les jeunes générations à leur devoir. Une ligne de fracture se dégageait peut-être, pour l’occasion, entre les militants de 1830-1848, très sensibles à la grandeur nationale, et ceux qui, sans qualification, issus de la jeune industrie, se portaient plus volontiers vers l’antimilitarisme et la grève révolutionnaire pour faire tomber l’Empire.

  • 25 J.-Y. Mollier, « Armand Barbès et l’évolution de la gauche sous le second Empire », Regards croisé (...)
  • 26 Ibid., p. 127.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid., p. 129.

11Sadowa, comme l’a bien vu Stéphane Audoin-Rouzeau, constitue un tournant, et creuse probablement un fossé entre ces deux sensibilités à la commune origine. Grâce à la lecture d’une correspondance privée et inédite de Barbès, rédigée en ces années climatériques, on peut apercevoir le développement de cette faille, son élargissement progressif et les traces qu’elle laisse pour l’avenir de la gauche française25. Dès 1863, l’exilé qui avait refusé, comme Victor Hugo, Louis Blanc et Edgar Quinet, l’amnistie d’août 1859, écrivait à son ami Chardenal, un républicain réfugié en Angleterre qui était son porte-parole : « Avant peu, je l’espère, notre chère France qui est toujours la grande Nation reprendra son initiative et sa mission dans l’humanité »26. Appelant à l’annexion de la Hollande en 1866 pour faire pièce à la puissance de la Prusse, il ira jusqu’à souhaiter la conquête de la Belgique, du Luxembourg et de la rive gauche du Rhin27. À la lueur des événements liés à la campagne de l’été 1866, il mettra en garde les ouvriers parisiens contre leur torpeur : « La liberté est une bonne chose, écrira-t-il, mais on a trop négligé ces derniers temps la prédication du devoir et de la vaillance militaire. La liberté peut se représenter comme une jouissance. Or, si l’on désire jouir, on ne se trouve guère disposé à aller faire le sacrifice de sa vie, au coin peu attrayant d’une borne »28. Nationaliste, encore plus que patriote, Barbès analysait l’évolution du monde à venir et craignait que l’Angleterre et l’Amérique ne dominassent le monde en lui imposant une vision égoïste de l’histoire. Pour contrebalancer cette mutation dans l’équilibre des nations, il fallait donc que la France reprît son idéal, qu’elle portât haut son étendard égalitaire et fraternel et qu’elle n’hésitât pas à regrouper en son sein tous ses enfants, quelle que fût leur origine sociale, confessionnelle ou idéologique. C’était un tournant dans l’évolution de cette sensibilité et Barbès vieillissant ne put que s’inquiéter des dérives pacifistes qui se firent jour au Congrès de Genève en 1867 et lors de l’adoption du programme de Belleville en 1869.

De sadowa à la loi des 3 ans, l’affirmation d’un patriotisme républicain intransigeant

  • 29 J.-Y. Mollier et J. George, op. cit., ch. V.
  • 30 Ibid.

12Les nuances qui séparent le jeune tribun radical Léon Gambetta du vieil enfermé Auguste Blanqui s’estompent à l’automne 1870 et peu de choses séparent les appels enflammés de La Patrie en danger des proclamations du ministre de la Guerre réfugié à Tours. Le refus de la paix honteuse et de la signature du traité de Francfort les verra en harmonie même si l’ancien représentant décidera, après son retrait des affaires, de se muer en chef de l’opposition à Thiers et aux monarchistes. Dans les années 1880, le leader de l’Union républicaine soutiendra Jules Ferry dans son désir d’offrir à la France des compensations coloniales parce qu’il était persuadé, lui aussi, que l’affrontement des impérialismes conduirait, tôt ou tard, au partage du monde. Mieux valait alors que la France participât à l’immense steeple-chase plutôt que de se cantonner au rang de puissance moyenne29. Opportunistes et radicaux ancienne manière s’étaient rejoints sur ce point crucial, suscitant sur leurs flancs la naissance d’une Extrême Gauche qu’incarnera le Clemenceau des années 1880-1900. Les deux pôles dominants de la République signeront, à partir de 1891, les traités d’alliance avec la Russie puis l’Angleterre et, après le déclenchement de la crise de Tanger en 1905, Clemenceau lui-même ralliera les positions de ses adversaires, persuadé que le militarisme allemand était désormais l’ennemi principal30.

  • 31 C. Digeon, La Crise allemande de la pensée française, Paris, PUF, 1959.
  • 32 J. Y Mollier, « Le manuel scolaire et la bibliothèque du peuple », Romantisme, no 80/1993, p. 79-9 (...)
  • 33 P. Nora, « Lavisse, instituteur national », Les Lieux de Mémoire, t. 1, La République, Paris, Gall (...)

13Au-delà de ces évolutions politiques, ou politiciennes, on doit s’interroger sur les mouvements d’opinion qui ont marqué la France, la défaite de 1870 étant l’événement le plus important comme l’a admirablement démontré Claude Digeon dans sa thèse31. L’école joua un grand rôle dans l’inculcation d’une conscience nationale pétrie d’amour de la patrie et d’une ardent désir de faire retrouver au pays les provinces perdues et sa grandeur d’antan, contrairement à ce qu’affirma, sans nuances, la presse d’extrême droite, champion du nouveau nationalisme après 1886. Pierre Foncin, avec ses 13 millions d’exemplaires diffusés par Armand Colin de sa Première Année de géographie32 fut, bien plus que l’historien Ernest Lavisse, « l’instituteur national » selon Pierre Nora dont l’analyse est pour le moins rapide33, et qui ne vendit guère que cinq millions de volumes dans la même période 1872-1889, l’artisan de cet éveil des sensibilités. La géographie était, on le sait, devenue un enjeu capital dans la formation des esprits depuis 1870 et les générations des Hemly, professeur à Strasbourg et maître de la jeune école, des Vidal de la Blache, son élève, et de Martonne, le gendre de celui-ci, firent accomplir à leur discipline une évolution considérable, chassant sa fonction illustratrice au profit de ses vertus rationnelles, explicatives et scientifiques, ce que les militaires, leurs disciples ou partenaires avant la Grande Guerre, apprécièrent tout particulièrement.

  • 34 J.-Y. Mollier, op cit.

14D’autres manuels scolaires, dont le plus célèbre, Le Tour de la France par deux enfants. Devoir et patrie, qui fut acheté par plus de six millions de petits Français entre 1877 et 1900, contribuèrent eux aussi à forger un sentiment national à toute épreuve, sans qu’il soit vraiment besoin d’y ajouter la discipline des Bataillons scolaires chers à Paul Bert, les exercices de la Ligue des patriotes adulée par Déroulède ou la gymnastique et la préparation militaire à l’honneur en ces années de redressement français34. La littérature populaire, avec les romans de Paul d’Ivoi, du capitaine Danrit, la presse de masse avec les développements accordés à l’expédition du commandant Marchand pendant l’été 1898 ou à d’autres épopées coloniales, les expositions régionales, nationales ou universelles de 1889 et 1900, participèrent également à cet épanouissement patriotique, ce que devaient révéler avec insistance les crises politiques les plus aiguës, le boulangisme d’abord, l’affaire Dreyfus ensuite, et les dramatiques événements du Maroc en 1905 et 1911. La presse mit en avant les déclarations des ténors de la droite monarchiste et nationaliste mais, dès l’affaire Schnaebelé, en 1886, une partie des républicains avait franchi le cap qui la séparait de ses ennemis en politique intérieure et accepté de défiler avec des troupes dont les motivations n’étaient pas les mêmes. L’affaire Dreyfus, après 1898, opposa certes la gauche et la droite, mais, de 1894 à 1897, la ligne de partage n’avait nullement été celle-ci, la gauche regrettant initialement l’abolition de la peine de mort en matière politique.

  • 35 J.-Y. Mollier et J. George, op. cit., ch. V.
  • 36 J. et M. Ozouf, La République des instituteurs, Paris, Gallimard - Le Seuil - Hautes Études, 1993.

15Si l’on veut bien admettre la sinuosité de ces évolutions souterraines, on comprend mieux pourquoi l’Assemblée nationale, ses deux chambres réunies, vota un ensemble de textes qui, au début du XXe siècle, eurent pour fonction d’organiser une armée coloniale, de renforcer la défense navale et de préparer une alliance militaire aussi solide que celle du camp ennemi35. Paradoxalement, c’est au moment où la presse nationaliste - c’est-à-dire de droite et monarchiste - et catholique se déchaîne contre les déclarations de Gustave Hervé et de quelques personnalités en vue de l’extrême gauche que s’affirme silencieusement une conscience nationale à l’abri de toute épreuve. Pour sa part, Mona Ozouf l’a mise en lumière à propos des instituteurs qui, dans leur grande masse, étaient patriotes et prêts à accomplir leur devoir en 191436, mais on pourrait étendre la démonstration aux grandes masses des effectifs de la CGT ou de la SFIO. Elles pouvaient sembler approuver les prises de position internationalistes et pacifistes de leurs dirigeants mais, fondamentalement, elles avaient été gagnées par la propagande nationaliste républicaine qui avait utilisé les divers canaux fournis par l’école, l’armée, la presse et les médias du temps. Elle ne doit évidemment pas être confondue avec la prose des Léon Daudet et de Charles Maurras dont elle n’épouse ni les excès ni les soubassements idéologiques, mais elle se révéla plus efficace que cette dernière lorsque les épreuves de la Grande Guerre amenèrent chacun à décider quel était son devoir.

16C’est en fait après la Grande Guerre et ses souffrances sans nombre, ses centaines de milliers de morts, que la gauche française s’emparera durablement du flambeau du pacifisme. La IIIe Internationale, avec Lénine, flétrira la guerre impérialiste décidée par les marchands de canon soutenus par leurs bourgeoisies nationales et les tenants de la IIe Internationale seront au moins d’accord pour ne plus pratiquer de politique agressive envers les autres peuples. Briand, transformé en pèlerin de la paix et en défenseur de la SDN, retrouvera partiellement les ardeurs de sa jeunesse révolutionnaire et les organisations syndicales s’impliqueront à tel point dans ce nouveau combat qu’il leur sera très difficile, au moment de Munich, de comprendre qu’il n’était plus temps de se masquer les yeux devant la montée de l’expansionnisme nazi. Un travail de deuil s’est accompli après 1918 et la plus grande partie de la gauche française avait oublié qu’avant 1914 elle avait été divisée sur la question du pacifisme et même sur celle du nationalisme. La mémoire était fragile et si, à gauche, on voulait bien se réclamer du patriotisme, il n’était pas question d’admettre qu’un authentique nationalisme, à forte teneur républicaine, messianiste et laïque, avait traversé le siècle révolu et nourri de ses illusions et de ses fantasmes le cœur de bon nombre de ses militants.

17De même que les origines chrétiennes et libérales du pacifisme avaient tendance à s’estomper devant la prise en charge du message par les représentants de l’internationalisme prolétarien, de même le nationalisme était rejeté à droite et évacué de la mémoire, les boulangistes issus du camp républicain étant ou des traîtres ou des faibles d’esprit, ce qui facilitait probablement l’écriture d’une histoire militante mais ce qui occultait la complexité des phénomènes qui avaient marqué le cheminement des forces politiques françaises de la Grande Révolution à la Grande Guerre. Nul ne lisait plus Barbès ni Blanqui et tous deux étaient sagement rangés dans la catégorie des socialistes utopiques ou des précurseurs, mais leur action et leurs écrits des années 1854-1870 rappellent que les héritiers de 1789 et de 1793 avaient inclus dans leur programme l’idée que la France devait ouvrir la voie aux autres nations et, peu ou prou, exporter son expérience pour libérer les peuples encore asservis. En août 1914, la défense de la civilisation face à la « barbarie » allait mobiliser des millions de paysans républicains et patriotes, preuve de la prégnance d’un idéal forgé au cours de multiples luttes, ce qui ne pouvait que favoriser l’union sacrée et l’entente nationale mais ce qui ne pouvait cacher la réalité d’un ancrage à gauche du nationalisme, fût-il ouvert et généreux dans son essence.

Notes

1 J. Jaurès, L’Armée nouvelle, rééd. Paris, Imprimerie nationale, 1992, 2 vol.

2 J.-J. Becker, 1914. Comment les Français sont entrés dans la guerre ? Contribution à l’étude de l'opinion (printemps-été 1914), Paris, PFNSP, 1977.

3 S. Aprile, R. Huard, P. Lévêque et J.-Y. Mollier, La Révolution de 1848 en France et en Europe, Paris, Éditions sociales, 1998.

4 S. Audoin-Rouzeau, 1870. La France dans la guerre, Paris, A. Colin, 1989.

5 B. Ménager, Les Napoléon du peuple, Paris, Aubier-Montaigne, 1988.

6 J.-Y. Mollier, « Belle-Ile-en-Mer, prison politique (1848-1858) », Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 1986, p. 185-211.

7 G. de Puymège, Chauvin, le soldat laboureur. Contribution à l’étude des nationalismes, Paris, Gallimard, 1993.

8 A. Barbès cité par G. Sand dans sa lettre à Mme Lebarbier de Tinan d’octobre 1854 ; voir G. Sand, Correspondance, éd. Georges Lubin, Paris, Garnier, 1964-1990, 24 vol., t. VIII, p. 582 et sqs.

9 J.-Y. Mollier, op. cit.

10 J.-Y. Mollier, Dans les bagnes de Napoléon III. Mémoires de Charles-Ferdinand Gambon, Paris, PUF, 1983.

11 J.-Y. Mollier et J. George, La Plus Longue des République 1870-1940, Paris, Fayard, 1994.

12 J.-C. Caron, « Pacifisme et européanisme dans l’Europe du printemps des peuples (1848-1849) », Ideologie del 1848 e mutamento sociale, à paraître, Turin, 2000.

13 Ibidem.

14 N. Ingram, The Politics of Dissent: Pacifism in France, 1919-1939, Oxford, Clarandon Press, 1991.

15 C.F. Gambon, op. cit., p. 274.

16 Cette phrase figure dans un discours de J. Jaurès de 1895 ; voir J.-Y. Mollier et J. George, op. cit., p. 259.

17 Dans ses Mémoires, Joseph Caillaux dira avoir envisagé de gouverner avec Jaurès pour éviter la guerre. Apocryphe ou non, cette volonté a le mérite de montrer que le pacifisme se nourrit bien de multiples influences et qu’on ne saurait le réduire à l’une de ses inspirations. Voir J. Caillaux, Mes Mémoires, Plon, 1942, 3 vol.

18 R. Rémond, La Droite en France, Paris, Aubier, 1954, devenue, Les Droites en France, Paris, Aubier, Éditions de 1982.

19 J. Garrigues, Le Général boulanger, Paris, Olivier Orban, 1991, et J.-Y. Mollier et J. George, op. cit., ch. IV.

20 M. Winock, Nationalisme, Antisémitisme et Fascisme en France, Paris, Éd. du Seuil, 1990.

21 J. Godechot, La Grande Nation. L’expansion révolutionnaire de la France dans le monde de 1789 à 1799, Paris, Aubier-Montaigne, 1983.

22 A. Blanqui, Œuvres, textes réunis et rassemblés par D. LeNuz, t. 1, Nancy, PUN, 1993.

23 S. Aprile, R. Huard, P. Lévéque et J.-Y. Mollier, op. cit.

24 A. Barbés à G. Sand, octobre 1854, op. cit.

25 J.-Y. Mollier, « Armand Barbès et l’évolution de la gauche sous le second Empire », Regards croisés sur la correspondance de Cicéron à Armand Barbés. Les Cahiers du GRHIS, no 5/1996, p. 123-134.

26 Ibid., p. 127.

27 Ibid.

28 Ibid., p. 129.

29 J.-Y. Mollier et J. George, op. cit., ch. V.

30 Ibid.

31 C. Digeon, La Crise allemande de la pensée française, Paris, PUF, 1959.

32 J. Y Mollier, « Le manuel scolaire et la bibliothèque du peuple », Romantisme, no 80/1993, p. 79-93.

33 P. Nora, « Lavisse, instituteur national », Les Lieux de Mémoire, t. 1, La République, Paris, Gallimard, 1984, p. 247-289.

34 J.-Y. Mollier, op cit.

35 J.-Y. Mollier et J. George, op. cit., ch. V.

36 J. et M. Ozouf, La République des instituteurs, Paris, Gallimard - Le Seuil - Hautes Études, 1993.

Auteur

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540