Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

Introduction

Robert Vandenbussche

Texte intégral

1La paix est un concept complexe et ambivalent puisqu’elle postule un rapport antagonique avec la guerre. La paix c’est l’état de non guerre, qui s’instaure à la suite d’un accord entre les concurrents pour une durée indéterminée. La paix peut caractériser les rapports internationaux et donc les relations inter étatiques. Elle peut aussi concerner les relations internes à une société donnée. Elle suppose donc une aspiration mais aussi une volonté qui permet de la construire, de l’organiser et de la rendre durable, c’est-à-dire de satisfaire les compétiteurs. Mais pour reprendre la formulation de Raymond Aron, elle peut devenir « belliqueuse » si des équilibres sont rompus ou si des risques de rupture se dessinent.

2Les débats sur la paix ne sont pas nouveaux ; ils nourrissent une large part de la philosophie politique. Mais ils se sont renouvelés car avec la philosophie des Lumières s’est posé désormais le problème de son organisation. Dès lors se sont construites et diffusés des « utopies » qui s’inspirent de préoccupations économiques - la paix par le commerce, par la technologie, le développement industriel - de préoccupations politiques - la paix par la mobilisation sociale des prolétaires par delà les frontières étatiques - ou culturelles - la science, l’art cristallisant la paix-. Mais le XXe siècle a fortement ébranlé ces « prophéties » : les deux guerres mondiales, en devenant totales, et les guerres coloniales, en suscitant, de fait, de quasi guerres civiles, remettent en cause les schémas préétablis. Elles suscitent, néanmoins, d’autres projets qui se forgent, le plus souvent, autour de la légitimité démocratique.

3La paix peut donc répondre à des objectifs rationnels ; elle peut aussi contenir des aspirations plus affectives et plus morales et se nourrir - comme la guerres d’ailleurs - de passions, de fantasmes. La construction de la paix suppose des choix, des perspectives, des décisions, au total des actions menées par des instances ou des organisations structurées. Mais elle suppose aussi un regard, une vision, une conception qui mobilise les individus. L’importance de cette « opinion » est considérable dans les démocraties puisqu’aucune instance gouvernementale ne peut y agir efficacement sans mobilisation de la population concernée. Les dimensions historiques - l’inscription dans la durée et anthropologique- la référence au sujet - sont donc étroitement liées dans une analyse du processus « pacifique ». C’est cette double perspective qu’ont retenu les organisateurs du colloque lorsqu’ils ont souhaité placer les « représentations de la paix » au centre de la recherche.

4Dans ce champ d’investigation, la France offre un observatoire fort intéressant par ses ambiguïtés et ses contradiction. À l’instar des autres nations européennes, elle est confrontée à l’ambivalence de ses préoccupations politiques. En effet, attachée à la défense et à la promotion de la souveraineté nationale, elle prétend aussi incarner les valeurs d’universalité qui préparent à l’esprit de paix. Mais si le nationalisme français a eu le capacité de s’incarner dans des organisations, les ligues par exemple, et formuler à la fois une construction idéologique cohérent et une « passion », le pacifisme est demeuré une « sensibilité », un « état d’esprit », alimentée par des références intellectuelles très diversifiées, mais incapable de se reconnaître dans un mouvement même si des comportements individuels peuvent être fréquemment modelés. Enfin, meurtrie par les guerres mondiales, voire même par les guerres coloniales menées en Indochine et surtout en Algérie, la France demeure marquée par la mémoire constamment prégnante de l’expérience vécue des conflits.

5Les organisateurs du colloque ont inscrit leur projet dans la durée mais en retenant, dans le XXe siècle, les moments les plus chargés de sens. En effet, la Belle Époque peut apparaître comme une période de paix armée, de paix belliqueuse puisque, si l’aspiration à la paix est vivace, elle s’exprime de manière véritablement ambivalente : pacifisme et patriotisme peuvent conjuguer leur efficacité dans un système européen non organisé. Dès lors, la première guerre mondiale pose deux problèmes fondamentaux, celui de la paix à construire et celui des références intellectuelles qu’elle suppose. Mais s’il est vrai que l’expérience du tragique guerrier donne, après 1918, une plus large ampleur à l’aspiration pacifique et lui permet de se reconnaître dans un projet plus élaboré - la construction internationale et la concertation démocratique à l’échelon interétatique - le renouvellement de la vision et des regards sur la paix n’a pas l’intensivité attendue tandis que les ambiguïtés demeurent. Enfin, si les années postérieures à 1945 expriment toujours un nouvel enthousiasme pacifique, les Français éprouvent très vite la conviction que si la « paix est impossible » du fait de la guerre froide, la « guerre n’est pas improbable » puisque, de fait, ils sont appelés à participer à des guerres coloniales, en Indochine, et surtout en Algérie où s’affrontent les contradictions et les ambiguïtés traditionnelles. Il faut attendre le début des années 1960, pour que la France accède à une démarche pacifiée puisque 1962 marque la fin de la guerre en Algérie retenue comme borne de l’analyse. Mais cette démarche ne perd pas son ambiguïté puisque le début des années 1960 marque aussi le choix français d’une stratégie de dissuasion nucléaire qui affirme sa prétention à l’indépendance diplomatique et militaire dans un monde bipolaire.

6Un tel projet suppose des champs d’enquête ouverts et des approches diversifiées. C’est pourquoi l’histoire politique, sociale et culturelle côtoie l’histoire de l’art et l’analyse littéraire. Certes, dans la mesure où, surtout après 1918 les idéologies totalitaires envisagent aussi bien la violence extérieure que la violence intérieure, la double perspective - paix extérieure et paix sociale - aurait pu être retenue. Mais les organisateurs du colloque ont préféré, pour cette première étape, privilégier la « paix interétatique ».

Auteur

Université de Lille 3 – CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540