Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Troisième partie. Prolongement et conclusion

Conclusion

Jean-Pierre Jessenne

Texte intégral

1Fidèle à une démarche d’enrichissement progressif de nos travaux sur l’État-Nation post-révolutionnaire et avant une troisième rencontre centrée sur le passage du Directoire au Consulat, cette réflexion finale prendra moins la forme d’une conclusion que d’observations sur les cheminements suivis au cours de nos séances consacrées à l’intégration dans la Grande Nation.

2À cet égard, je retiens d’abord qu’à l’issue de ces deux journées, il n’est plus guère possible d’en rester à l’acception très approximative de cette notion de Grande Nation, telle que nous l’avions formulée dans les attendus initiaux de notre projet. Nous y posions la question à première vue naïve : « De quelle Nation s’agit-il ? ». Or, trois réponses se sont nettement dégagées des diverses interventions et imposent désormais un usage précautionneux du terme.

3Un premier sens, très extensif, dérivé de l’œuvre marquante de Jacques Godechot, revient à nommer « Grande Nation » la France de la Convention thermidorienne au Consulat, toujours constitutionnellement républicaine, mais dominatrice, voire conquérante à l’égard des autres États européens.

  • 1 Voir les communications respectives d’Annie Jourdan, Bernard Gainot, Hervé Leuwers, Marita Gilli e (...)

4Cette acception large dilue une signification plus forte dont les études croisées des discours sur la Grande Nation et de leur réception montrent la persistance plus ou moins vivace. L’invocation induit alors la confiance dans la mission libératrice d’une République française héritière de la Révolution et garante des droits des nations souveraines. Des exemples bataves, belges, rhénans ou, selon des modalités singulières, suisses1 attestent ainsi, à des degrés divers, la reconduction d’une dialectique toujours renouvelée entre les attentes des retombées émancipatrices de la domination française et les déceptions suscitées par ses effets réels. Par conséquent, si le refus s’amplifie au fil de la période directoriale, il est abusif d’analyser le rapport entre citoyens d’Europe et République française du Directoire seulement en termes de conflits entre dominés et conquérants.

  • 2 J.-Y. Guiomar, « La nation est-ce encore la nation ? ». L’auteur rappelle un peu plus haut dans sa (...)

5Mais l’un des grands mérites de cette table ronde est d’avoir éclairé un troisième usage de l’hyperbole « Grande Nation » à la fois davantage inscrit au cœur même de l’histoire républicaine et plus « contextualisé ». En effet, prolongeant l’analyse amorcée à Valenciennes, Bernard Gainot et Jean-Yves Guiomar confirment que l’usage de l’expression par le Directoire s’inscrit dans un contexte très précis : l’émergence de Bonaparte dans la politique italoméditeranéenne, en 1797. Si le premier souligne, malgré tout, les échos variés que la référence continue de susciter, le second insiste sur le détournement de l’idée nationale induit par cet usage : « L’examen des circonstances, en politique intérieure et en politique extérieure, où apparaît la grande nation livre la clef de l’expression et sa signification : c’est une sublimation de la nation [...] au moment ou disparaît ce que signifiait la nation depuis la Révolution »2. Cet usage déclamatoire ne serait ainsi rien moins qu’une propédeutique à l’emprise de Napoléon Bonaparte sur le pouvoir et sur l’Europe ; le Consul cessant d’ailleurs de se référer à la Grande Nation après 1799.

  • * À paraître.

6Aussi fructueux que soit cet effort de définition, il me semblerait néanmoins insuffisant d’en rester à une interprétation essentiellement politique et culturelle des relations entre les peuples. Or, quoiqu’on puisse regretter que ce fut dans une proportion trop limitée, la table ronde de Lille a au moins eu le mérite d’aborder la dimension sociale de l’intégration à la République directoriale, à la fois pour les Français et pour les habitants des territoires annexés. Sous réserve d’approfondissement de ce sujet, les communications de Gérard Gayot ou de Jean-Jacques Heirwegh et François Antoine* confrontées à celles de Serge Bianchi ou Yannick Marec suggèrent un décalage entre d’une part l’adhésion d’une classe dirigeante d’entrepreneurs satisfaits, y compris en pays conquis, de voir la République élargie offrir le cadre d’un marché agrandi et protégé de la concurrence anglaise et d’autre part la moindre intégration nationale des classes populaires, que peut laisser supposer le renoncement à une « protection sociale » assurée par la République, en faveur de l’individualisation des relations de travail ou de la communalisation de l’assistance et de l’instruction primaire.

7À cette figure de simple établissement d’un cadre commun ménageant les initiatives particulières correspond bien d’ailleurs le recrutement des personnels financiers, étudié par Matthieu de Oliveira en territoires belges, où les hautes fonctions sont monopolisées par les Français tandis que les fonctions d’exécution demeurent aux mains des autochtones.

8Ces observations confirment le besoin, déjà observé à l’issue de la première table ronde, de développer à la fois l’histoire sociale du politique et l’étude de la politique sociale appliquée sous la république directoriale. Ceci nous renvoie à la fois au nécessaire réexamen du concept de République bourgeoise et au questionnement sur les engagements des différentes classes sociales dans la crise finale du régime.

9Selon la même démarche de croisement des diverses composantes du comportement politique, nous avons voulu réserver une place spécifique à l’étude du facteur religieux. À cet égard, les confirmations semblent avoir prévalu : les analyses, par Bernard Plongeron ou Jacques Bernet, de l’ecclésiologie et des réactions des Français se situent à des échelles différentes et ne partent pas des mêmes prémices quant aux possibilités initiales d’une pacification religieuse, mais elles convergent sur l’observation que les désaccords religieux constituent un facteur majeur de rupture du lien politique, et ce en dépit d’antécédents variés, en matière d’implantation de l’église constitutionnelle notamment.

10Notons aussi que l’exemple de la Rhénanie, étudié par Wolfgang Stein, nuance la capacité de contrainte de la République en ce domaine où les frontières héritées continuent de se traduire par un contrôle des pratiques fort variable et dépendant de l’attitude des autorités locales.

  • 3 Cf La déclaration d’intentions commentée en particulier dans le premier volume de ces rencontres D (...)

11Cette observation, qui répond parfaitement à l’appréhension « démultipliée et décentrée » du politique que nous avons voulu favoriser3, suscite d’ailleurs un regret : il me semble qu’en ce domaine, autant que dans l’étude du serment en 1790-91, l’historiographie incline à postuler que la réserve religieuse induit automatiquement l’opposition politique ; il reste beaucoup à chercher sur les modalités et l’inexorabilité du passage de l’un à l’autre. Le glissement est-il si évident ?

12Nous touchons là d’ailleurs à un problème plus large posé par l’analyse « multifactorielle » du politique. Nous l’avions déjà relevé après la première de nos tables rondes : il n’est jamais facile de dépasser les cloisonnements des sujets d’étude pour effectivement conjuguer les approches des attitudes sur un terrain donné - convictions religieuses, attentes sociales, réactions aux exigences militaires, résonances des thèmes nationaux etc. - en un diagnosticsynthétique des comportements collectifs. La tentation est forte d’inférer d’emblée des refus religieux une hostilité au régime ou des réticences face à la conscription un "a-patriotisme" "a-patriotisme" ou un "a-étatisme". Or en ce domaine, je plaiderai à nouveau l’exigence d’une analyse dynamique qui prenne en compte le fractionnement des engagements politiques dans une population donnée et demeure prudente dans la généralisation des profils politiques à l’échelle des départements, des régions et a fortiori des pays.

  • 4 Je songe en particulier au colloque de Clermont-Ferrand (mai 1997), La république directoriale, Pa (...)
  • 5 Tiraillement déjà évoqué dans le volume valenciennois Le lien politique local clans la Grande Nati (...)

13Ce plaidoyer pour la complexité ne signifie nullement qu’il faille renoncer à une vision plus large des enjeux nationaux et européens de la séquence entre Révolution et Empire. Au contraire, le retour sur l’ensemble des contributions proposées et plus généralement le regain des travaux sur le Directoire4 suggèrent une vision d’ensemble paradoxale, pour la France et pour l’Europe, de l’expérience politique associée à ce régime. D’un côté, le diagnostic formulé à propos des comportements politiques locaux, lors de la table ronde de Valenciennes, se trouve confirmé : en France comme dans les départements réunis ou les républiques-sœurs, on observe un fractionnement du lien politique et social qui résulte de la juxtaposition souvent confuse de manifestations de militantisme vigoureux, de consentement incertain aux exigences du gouvernement Français et de refus des contraintes imposées. Attentes sociales, convictions religieuses et politiques et plus généralement sentiments d’appartenance tiraillés entre communautés de vie, patrie et Nation – « grande ou petite »5 - rejouent selon des figures complètement émiettées. Mais, à considérer de plus haut cet émiettement, on peut se demander s’il ne contribue pas à renforcer la portée fondamentale de la Révolution française dans la fondation et l’extension des pratiques de citoyenneté. Finalement, en repoussant les frontières de la République tout en étant incapable de faire triompher sa règle du jeu constitutionnelle, le Directoire n’a-t-il pas paradoxalement élargi la voie de la « découverte de la politique » et de la participation aux affaires publiques initiées par la Révolution ?

  • 6 Voir par exemple A. Jourdan, P. Bourdin...

14En même temps, il est vrai, autre face du paradoxe, l’incapacité à fonder une légitimité assise sur un lien politique fort, conduit à la captation de l’autorité par Bonaparte. En effet, la relecture suivie des textes proposés fait ressortir la montée en puissance du général Bonaparte dès 17966 ; plusieurs contributions s’achèvent d’ailleurs sur l’observation que nombreux sont les Européens qui croient que le Premier Consul incarne la réconciliation entre la République libératrice et l’influence française sur l’Europe.

15Aurions-nous déjà réglé la question du ralliement de la Nation à Bonaparte et au coup d’État ? Évidemment pas et Jean-Paul Bertaud nous a rappelé à la fois que l’historiographie sur ce thème a toujours été divisée et que c’est l’amalgame des espoirs et des craintes qui sert de toile de fond au coup d’État. Attente d’une nouvelle avancée des droits des peuples, méconnaissance ou sacrifice délibéré de la souveraineté effective de la nation dont la grandeur a déjà quelque chose d’impérial. La prise de pouvoir fait appel à tous ces ressorts à la fois.

16Par conséquent, l’étude plus poussée de ce moment s’inscrit tout à fait en prolongement des problématiques formulées au début de notre projet pluriannuel : « [Il s’agit] de mettre l’accent sur les facteurs et les processus de consolidation ou de dislocation du lien social, politique ou culturel dans le cadre des collectivités locales, de comprendre par quels processus une communauté politique se construit ou se disloque, pourquoi les membres de cette communauté reconnaissent ou rejettent des règles, une hiérarchie et une autorité communes »

17La préoccupation première du colloque de Rouen sera donc d’aborder la dynamique du 18-Brumaire et le passage du Directoire au Consulat comme des événements nationaux certes, mais envisagés dans une approche décentrée de l’histoire de l’État-Nation, au moment souvent présenté comme la clôture de la Révolution.

18Ce moment et cette démarche invitent ainsi à s’interroger sur la nature de la crise de régime à la fin de la République directoriale, tout en dégageant la portée expérimentale de cette expérience ; ils conduisent aussi à appréhender les recompositions de l’autorité, en liaison avec les formules d’ordre et de pouvoir instaurées par le Consulat, la création des préfets notamment. Trois questions devraient ainsi être au cœur des débats : Est-il pertinent de lire Brumaire, la fin de la république directoriale et l’installation consulaire comme la réponse apportée à une France et à des Français en attente d’un nouvel ordre ? Dans quelle mesure le passage d’un régime à l’autre s’accompagne-t-il d’une recomposition politique et culturelle participant de la légitimation du nouveau pouvoir ? L’autorité politique se reconstruit-elle sur une redéfinition du pouvoir local et de l’organisation du territoire ?

  • 7 Valenciennes, Bruxelles et Louvain notamment.

19Mais nous ne saurions aborder cette histoire sans revenir, par-delà Brumaire, sur un héritage révolutionnaire dont nous pensons qu’il fonde les conceptions contemporaines du lien politique et social, établies sur les principes des droits de l’homme et de la nation souveraine : comment cet héritage est-il subverti et/ou pérennisé dans le régime autoritaire et dominateur du Consulat et de l’Empire ? Cette interrogation nous paraît fondamentale et toujours d’actualité. Voilà pourquoi nous nous réjouissons de poursuivre à Rouen les rencontres et les réflexions commencées à Valenciennes et à Lille, grâce au CRHEN-O et au soutien de plusieurs universités7 et collectivités territoriales.

Notes

1 Voir les communications respectives d’Annie Jourdan, Bernard Gainot, Hervé Leuwers, Marita Gilli et Alain Czouz-Tornare.

2 J.-Y. Guiomar, « La nation est-ce encore la nation ? ». L’auteur rappelle un peu plus haut dans sa contribution : « la nation, c’est quelque chose qui se lie à la souveraineté du peuple aux élections, aux rapports entre la représentation nationale et l’exécutif ».

3 Cf La déclaration d’intentions commentée en particulier dans le premier volume de ces rencontres Du directoire au Consulat - 1 Le lien politique local dans la Grande Nation, J.- P. Jessenne, Les comportements politiques sous le Directoire en France du Nord-Ouest, des perspectives partielles et contradictoires, p. 20.

4 Je songe en particulier au colloque de Clermont-Ferrand (mai 1997), La république directoriale, Paris et Clermont, 1998.

5 Tiraillement déjà évoqué dans le volume valenciennois Le lien politique local clans la Grande Nation et à nouveau bien mis en évidence dans ce volume par Annie Crépin à propos de la conscription.

6 Voir par exemple A. Jourdan, P. Bourdin...

7 Valenciennes, Bruxelles et Louvain notamment.

Notes de fin

* À paraître.

Auteur

Université de Rouen - GRHIS-IRED et chercheur associé CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540