Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Troisième partie. Prolongement et conclusion

Querelles autour d’un coup d’État

Jean-Paul Bertaud

Texte intégral

  • 1 Mémoires de Barère publiés par H. Carnot, Paris, 1843, t. 3.
  • 2 I. Woloch, « Réflexions sur les réactions à Brumaire des milieux républicains provinciaux », dans (...)

1Sur le moment, peu de voix se font entendre pour défendre le « gouvernement à bascule »1 que le coup d’État du 18 et 19 brumaire vient d’abattre. Les républicains modérés adoptent bien vite le double réquisitoire des bonapartistes mené contre le régime défunt : le pouvoir dictatorial a outragé la Constitution à son berceau et n’a cessé par la suite de la violer ; par ailleurs, le contenu même de la Constitution rendait inévitable les factions et l’instabilité du pouvoir2. Bonaparte, avant comme après le 19-Brumaire, s’emploie avec beaucoup de finesse à convaincre qu’il est le Sauveur et à construire la « légende noire » du Directoire. L’empereur une fois déchu, des mémorialistes d’abord, des historiens ensuite ne cessent d’interroger : le coup de force du militaire n’était-il pas inscrit dans l’histoire de la Révolution dès lors que celle-ci rencontra l’opposition armée de toute l’Europe ? Le coup d’état sauve-t-il la Révolution en jetant bas la république issue de la Constitution de l’an III ? Bonaparte tue-t-il un régime apte à fonctionner ou euthanasie-t-il un moribond ? Succombe-t-il en 1799 ou bien avant ? S’il meurt en l’an VII, son décès date-t-il du 18 ou du 19 brumaire ? Faut-il s’en tenir au coup d’État parlementaire et regarder comme une péripétie « les quelques coups de bottes et de plat de sabre sur des toges défraîchies » ?

LE COUP D’ÉTAT INÉLUCTABLE ? LA RÉVOLUTION SAUVÉE (1815-1852)

2Pour les libéraux qui, sous la Révolution, luttent contre la réaction et soutiennent avec la Révolution l’Empire regardé comme son légataire, l’histoire du coup d’état est d’abord celle d’une mort de longtemps annoncée. Mignet dès 1824 et Thiers en 1827 dictent à leurs contemporains une leçon qui sera souvent reprise par la suite : le coup d’état, soutiennent-ils l’un et l’autre, était inéluctable : la Révolution française très entraînée dans une guerre voulue par les rois coalisés de l’Europe ne pouvait se maintenir que sous l’égide d’un général.

« Napoléon, écrit Mignet dans son Histoire de la Révolution, a présenté pour la France comme Cromwell le fit un moment pour l’Angleterre, le gouvernement de l’armée qui s’établit toujours lorsqu’une révolution est combattue ; elle change alors de nature et devient militaire de civile qu’elle était d’abord ».

3Thiers, dans son Histoire de la Révolution, affirme quant à lui que la Révolution « après avoir pris tous les caractères, monarchique, républicaine, démocratique prenait enfin le caractère militaire parce qu’au milieu de cette lutte perpétuelle avec l’Europe il fallait qu’elle se constituât d’une manière solide et forte ».

4Si les deux historiens semblent se faire l’écho de Robespierre prédisant dès 1791 le « généralat », la dictature militaire, leur propos rejoignent aussi ceux de Napoléon. N’affirmait-il pas à Sainte-Hélène, devant Las Cases qui le rapporte dans le Mémorial en 1823, que la situation de la France en 1799 était identique à celle de Rome qui, au milieu des périls extrêmes, reconnut la nécessité d’un dictateur militaire pour sauver la République ?

5Le coup d’État était inéluctable, le coup de force le fut pour le salut public. À quelques nuances près, les deux historiens reprennent sinon l’image de Cincinnatus, tout au moins celle du Sauveur qui, créée par Napoléon, sera enrichie par ses thuriféraires. Mignet ne cache pas le viol de la loi et l’attentat porté à la liberté par ce « 31 mai de l’armée » tourné contre la représentation nationale et la souveraineté populaire mais il reconnaît à Bonaparte le mérite d’avoir mené à bien une mission somme toute réparatrice au dedans, rénovatrice au dehors. Thiers, sévère pour la République directoriale, crédite lui aussi le général pour son action salvatrice en faveur de la Révolution affrontée à ce qu’il juge être une anarchie intérieure et à une guerre qui tourne mal. Il minimise les succès que les armées françaises ont remporté aussi bien au dehors qu’au dedans. Ainsi se trouve dressé le tableau des journées de brumaire, de leurs causes et de leurs conséquences : une Révolution condamnée à la dictature militaire par la guerre, une guerre qui tourne à l’échec par l’impéritie d’un gouvernement, une république abattue, une Révolution sauvée. La présentation sera reprise maintes fois, sous d’autres formes, jusqu’au XXe siècle.

  • 3 Prince Bonaparte, Idées napoléoniennes, Paris, 1839.

6Les journées de 1830 porte au pouvoir celui qui, général sous Dumouriez, fut un combattant de Valmy. Louis-Philippe redonne à la France l’emblème qui fut celui de la Nation de 1789 à 1815 et procède au retour des Cendres. C’est dire que l’atmosphère est propice à la lecture faite précédemment du 18 brumaire. Elle est encore renforcée par les écrits du prince Louis-Napoléon qui a tout à gagner politiquement en peignant son oncle sous les traits d’un héros plébéien, fils et sauveur de la Révolution3. Les romantiques qui depuis 1835 désertent le camp des royalistes célèbrent celui qui retrouve la pose du jacobin botté. Napoléon Bonaparte sert aussi de caution aux politiques qui dans le « Mouvement » disputent son héritage aux Orléanistes de la « Résistance » aux changements. Les socialistes avec Buchez et Roux et leurs Documents parlementaires (1834-1838) regardent le coup d’état comme une impérieuse nécessité et la dictature établie par les armes comme héritière de la Révolution.

LA RÉPUBLIQUE ASSASSINÉE, LA DÉMYTHIFICATION DU SAUVEUR (1852-vers 1880)

7Après le coup d’État « de l’idiot », pour reprendre Marx, le coup d’état du « génie » est moins commémoré comme un acte salvateur que comme un crime. De Michelet dans l’Histoire de France à Villemain dans Souvenirs contemporains (1853), de Vaulabelle dans Histoire de deux Restaurations (1854) à Barni dans Napoléon, et à Thiers en 1863, les opposants politiques au Second Empire trouvent dans les écrits des historiens matière à jeter l’opprobre sur l’oncle aussi bien que sur le neveu.

8Duvergier de Hauranne dans Histoire du gouvernement parlementaire (1857) démonte pièce à pièce le décor monté pour l’apothéose du dictateur. Bonaparte n’est pas le Sauveur décrit jusqu’ici : il présente le gouvernement au 18-Brumaire comme consolidé au dedans et, grâce aux victoires de Brune et de Masséna, victorieux au dehors. « En même temps que le gouvernement s’affermissait à l’intérieur, les vives inquiétudes qui depuis plusieurs mois agitaient la France s’évanouissaient ou s’affaiblissaient et ce double succès accroissait le nombre des partisans du Directoire ». Brumaire apparaît donc comme « un coup mortel » porté au gouvernement représentatif « par la froide coalition d’un homme politique et d’un général » et débouche sur une dictature militaire. Duvergier de Hauranne souligne avec force le rôle joué par l’armée : « entre la révolution du 18-Brumaire et les révolutions précédentes il y a cette différence qu’au 18-Brumaire, la force militaire joua pour la première fois le principal rôle et agit comme une force indépendante. Jusqu’alors c’est toujours à la fraction dominante des assemblées ou au gouvernement établi qu’elle avait obéi. Au 18-Brumaire, elle se tourna contre l’Assemblée elle-même et contre le gouvernement établi et prit plaisir à voir les représentants du pays fuir et se disperser devant elle ». Le 18-Brumaire restera ainsi à jamais une date funeste pour tous ceux qui préfèrent les gouvernements représentatifs, malgré leurs imperfections, aux gouvernements militaires.

9La France sans dictateur avait dissipé les dangers qui l’entouraient et ressaisi la fortune. En vendémiaire an VIII, elle ne devait son salut qu’à elle-même : c’est la conclusion d’E. Quinet dans la Révolution française (1865). Si le régime qui a rétabli la situation de la France succombe si facilement aux prétoriens, c’est que se conjuguent la peur et la gloire. La peur qui étreint les Français en l’an VIII leur a été distillée par Bonaparte : il a fait croire à des périls extrêmes qui n’existaient pas. Il ne faisait ainsi que relayer les modérés et les contre-révolutionnaires à l’œuvre dès 1795.C’est le camp de la réaction qui la première a su leurrer les Français et les démoraliser. Instruisant Bonaparte sur les moyens de parvenir au pouvoir en garrottant les intelligences, elle lui a montré aussi le but : détruire la Révolution avec la République. « Qu’était-ce que l’adhésion de la France aux journées de brumaire, interroge l’historien ? L’aveu implicite que sa révolution était avortée puisqu’on rentrait dans l’ancienne loi, d’après laquelle salut, progrès, vie, civilisation avaient toujours dépendu de la puissance et de l’ambition d’un seul [...] On allait donc revoir la forme impériale du pouvoir de Philippe le Bel, de Charles V, de Louis XIV et peut-être même de Charlemagne puisque la nation n’avait pu pendre la robe virile ». Apeurés et aveuglés par la gloire du général, les Français tombèrent dans la servitude. Mystifiant ses contemporains, Bonaparte trompa aussi les générations à venir. Il estompa dans les esprits la journée du 19, « la journée de l’épée », pour ne laisser en pleine lumière que celle du 18. Il fit ainsi croire qu’il n’y avait eu nulle violence ou que la force n’avait été que la conséquence de décrets réguliers des assemblées qui seules devaient être chargées de cette date. Napoléon commanda à l’Histoire d’antidater l’événement, elle a obéi.

10Au lendemain de la guerre de 1870 et de la Commune, la contre-Révolution semble triompher. Alors que les royalistes s’interrogent sur les moyens de rétablir la monarchie pour éradiquer « le mal français », Taine rédige et commence à publier les Origines de la France contemporaine. Le régime qu’abat Bonaparte y est présenté comme un nouveau-né peu viable puisqu’atteint dès sa naissance d’un mal incurable que portaient les Français de 1789 et les faisait agir comme des fous et penser comme des enfants. Bien avant 1799, le corps social se dissolvait ; pour ses millions d’atomes désagrégés, il ne restait plus un seul noyau de cohésion spontané et de coordination stable. Au contraire la société militaire restait saine. « Monde préservé des souillures politiques et ennobli par l’attitude d’abnégation, il y a [en elle] tout ce qui constitue une société organisée et viable [...] la hiérarchie morale et la discipline des cœurs ». Les militaires « qui n’ont pas le loisir d’être des publicistes et qui ne sont républicains que d’écorce » étaient prêts à suivre le général, « trouvant très bon pour le peuple français leur propre régime, le régime autoritaire sans lequel il n’y a pas d’armée ». Avec leur aide, Bonaparte construisit « une caserne philosophique » où n’ont pas fini de vivre les Français.

LES ÉRUDITS ENTRE THURIFÉRAIRES ET DÉTRACTEURS (de 1880 à nos jours).

11Dans les dernières années du XIXe siècle, le Sauveur qu’aurait été Bonaparte connaît une célébration renouvelée. Tout y concourt : le réveil du nationalisme et de l’esprit de revanche conduisent à chercher des leçons d’énergie dans la geste militaire de la Révolution et de l’Empire ; l’expansion coloniale conduit la France à se heurter à l’Angleterre et l’anglophobie se ressource au souvenir napoléonien ; enfin, pour les radicaux héritiers d’un jacobinisme militaire et pour les boulangistes, la pratique du culte de Napoléon est une occasion de plus pour vitupérer la République parlementaire et célébrer les mérites du régime personnel, d’une dictature militaire.

12À la suite du livre du prince Napoléon traçant le portrait d’un Bonaparte, homme du peuple, porté au pouvoir par la volonté populaire au milieu des périls de la guerre (Napoléon et ses détracteurs, 1887) paraissent des dizaines d’ouvrages apologétiques, de ceux de Barrès et d’Housaye à ceux de Lévy ou de Masson, de Chuquet ou de Vandal.

13Bonaparte avait été un temps ravi par les « bonnets rouges » et voici qu’après la Première guerre mondiale, les « talons rouges » l’enlèvent. Bainville dans le Napoléon qu’il fait éditer en 1931, se sert du héros pour dessiner la figure du chef militaire providentiel. Au milieu de l’apathie et de la prostration générale, Bonaparte, sous sa plume, se dresse et prend, comme l’avaient fait avant lui Henri IV et Louis XIV, la tête du « Tiers parti », il sauve la France en lui conservant comme seul acquis de la Révolution les biens nationaux sinon l’égalité. Le journaliste de L’Action française emprunte à Mignet et à Thiers les thèmes du chaos intérieur avec la menace des exaltés ou exagérés et de la guerre conduisant logiquement à un coup d’État. De Quinet, Bainville retient l’argument de la démoralisation du pays et soutient que le chef ne doit pas attendre un mouvement spontané des hommes pour rétablir l’ordre, qu’il ne doit compter que sur lui-même et sur la force des armes. Avec Barrès, Bainville partage les vues d’un Bonaparte pédagogue d’énergie pour la nation. À l’exemple de Vandal, il reconnaît dans le 18-Brumaire un coup d’État qui tue la République mais sauve la France.

14De 1931 à nos jours, des historiens ne cesseront de broder la toile historique offerte par Bainville. Pour ne s’en tenir qu’à l’immédiat avant-guerre, L’ascension de Bonaparte de Madelin en 1937 explique la montée au pouvoir de Bonaparte par le chaos intérieur, par la crise morale, par les périls de la guerre, enfin par la peur des uns et par « la révolte des estomacs » des autres. Bonaparte répond à l’espoir des Français de voir apparaître l’homme providentiel capable de « nettoyer les écuries d’Augias ». Il est « celui qui remet chacun à sa place en évinçant définitivement la pègre qui avait prédominé ».

15Déjà les érudits disputent le parc et le château de Saint-Cloud du 18-Brumaire aux idéologues. Aulard qui, tout en ayant sa place dans le paysage politique du temps, a revisité, dès 1901 les sources et en est ressorti avec une thèse qui, sur certains points, est proche de celle de Quinet. La France de 1799 était, selon lui, hypnotisée par la peur des babouvistes et de leurs héritiers et par la gloire du conquérant de l’Italie. Bonaparte prophétisa l’Apocalypse alors que les institutions commençaient, depuis l’an VII, à mieux fonctionner et que l’ennemi ne menaçait plus aussi fortement l’intégrité du sol national. Brumaire est l’assassinat d’une République. Aulard reconnaît toutefois que l’espérance de vie du régime était bien mince. La guerre - retour aux thèses de Thiers et Mignet - en se pérennisant rendait inéluctable le coup de force militaire. La Révolution en guerre porte en elle le recours à la dictature militaire. Attaquée de tous les côtés, elle ne pouvait se préserver d’un retour à l’Ancien Régime et parvenir à sa stabilisation que par la dictature d’un tribun - c’était le vœu de Marat -, d’une assemblée - ce fut l’an II - ou d’un général comme le craignait l’incorruptible et comme le voulurent les Thermidoriens.

  • 4 Extraits des « Mémoires du général Jourdan », dans Carnet historique et littéraire, février 1902.

16 Les coups d’État de Meynier (1928) reprennent en le nuançant le tableau de la France en 1799 dressé par Aulard. Si l’historien relève les inconvénients de la pentarchie et s’il souligne le désordre que le Directoire aurait apporté aux finances, il admet que le bilan du régime n’est pas seulement négatif. Bonaparte, écrit-il, « reçut une construction déjà tracée et élevée même sur quelques points ». S’il tua la République, celle-ci n’était plus, depuis la loi de floréal an VI, une république démocratique. Un régime qui, comme l’avait dénoncé jadis Jourdan4, l’on s’arrange pour que systématiquement les élections soient invalidées afin de créer une assemblée favorable au gouvernement n’est plus une république mais une dictature. Les néo-jacobins pouvaient-ils espérer faire revivre la République en l’an VII alors que l’unité de vues leur manquait et qu’ils ne trouvaient aucun appui réel dans la masse du peuple parce qu’ils avaient refusé de se mêler à la tourbe des septembriseurs, des buveurs de sang et des brise-scellés ?

  • 5 A. Mathiez, Le Directoire, Paris, 1934.
  • 6 G. Lefebvre, La France sous le Directoire, cours professé en 1943 et édité par J.-R. Suratteau, Pa (...)

17Le Directoire savait bien qu’il lui fallait réformer une constitution qui, à trop vouloir équilibrer les pouvoirs, condamnait à trancher les différends à la force des baïonnettes il n’eut jamais le courage de le faire, il succomba : tel est le diagnostic de Mathiez5 que Lefebvre6 reprend. Ce dernier rejoint aussi Mignet, Thiers et Aulard quant à la dictature nécessaire pour arriver à la paix et à la stabilisation de la Révolution. Face à une aristocratie qui, dépossédée de ses biens, ne se bornait pas « à l’insurrection avec l’argent de l’ennemi » mais « exploitait les exigences de la guerre, source inépuisable de mécontentement », les Thermidoriens après avoir expérimenté et défait une dictature d’assemblée recherchèrent leur sauvegarde et celui de la Révolution dans la dictature militaire. Car c’est bien d’une dictature militaire dont il s’agit : « Le soir du 19 brumaire quand ils eurent bâclé l’organisation du Consulat provisoire, ils [les notables] n’auraient pas dû conserver d’illusion. L’armée avait suivi Bonaparte et lui seul. Il était donc le maître. Quoi qu’ils en aient dit et lui-même et ses apologistes, son pouvoir, de par son origine, était une dictature militaire donc absolue ». Lefebvre, fort de ses propres recherches, et de celles des chercheurs de son temps, souvent ses disciples, poursuit l’œuvre de réévaluation commencée notamment par Aulard. « Il faut examiner, écrit-il, ce que l’on peut appeler, en quelque sorte, l’œuvre positive du Directoire dans la politique intérieure. Elle n’est pas négligeable et elle a préparé, dans une très large mesure, l’œuvre du Consulat ». La réorganisation de la fiscalité, l’assainissement des finances de l’État par des moyens certes peu recommandables, la mise en place d’instruments financiers qui, après une mise au point, devaient permettre une décontraction du crédit et une reprise des affaires sont à porter au crédit du Directoire. L’historien souligne aussi le travail de François de Neufchâteau de thermidor et de fructidor an V comme ministre de l’Intérieur et de floréal an VI à thermidor an VII, il indique les avancées qu’il permit dans les secteurs de l’instruction publique, de l’assistance et de l’administration locale. Le temps a manqué au Directoire pour mener à bien ses entreprises dans le domaine industriel. Le régime napoléonien lui doit beaucoup.

  • 7 J. Godechot, Les Révolutions, Paris, 1965 et L’Europe et l’Amérique à l’époque napoléonienne, Pari (...)
  • 8 L. Bergeron, L’épisode napoléonien, aspects intérieurs, Paris, 1972.

18La République directoriale n’était pas « le corps malade » que Bonaparte présenta en instaurant sa dictature : les disciples de Lefebvre, J. Godechot, J.-R. Suratteau et A. Soboul7 le redisent, ils reconnaissent toutefois qu’il était bien difficile, pour sauver la Révolution, d’éviter la dictature « militaire » de Napoléon Bonaparte dès lors que la dictature d’une assemblée dans le cadre d’une République démocratique et sociale était rejetée par une partie importante de la classe politique associée aux notables. Les continuités entre la République directoriale et la République consulaire l’emportent néanmoins sur les ruptures. Pour A. Soboul, par exemple, « le Consulat se soude étroitement au Directoire : les conséquences de la Révolution furent consolidées, la prépondérance des notables définitivement établie, la reconstruction de l’État menée à bien ». L. Bergeron8 quant à lui, montrant les liens existant entre la République directoriale et le régime napoléonien éclaire la voie « d’une révolution par en haut » ouverte par le coup d’État de Brumaire. Il montre les « quelques amputations dans l’héritage immédiat de la Révolution », il indique aussi les emprunts déconcertants à l’Ancien Régime.

  • 9 J. Tulard, « L’Empire entre dictature et monarchie », Revue de l’Institut Napoléon, 1996.

19Dans la continuité de Lefebvre, les historiens retiennent plus le 19 que le 18 brumaire comme journée fondatrice du régime napoléonien. Murat se campant au milieu des députés et conviant ses soldats « à les foutre dehors » symbolise à leurs yeux ce qu’allait être le régime, une dictature militaire. Au début et à la fin de tout, il y a d’abord l’épée. C’est par elle que Napoléon façonne les institutions. Leur modèle, écrit Godechot dans les Institutions de la France sous la Révolution et l’Empire (1951), est emprunté à l’armée. L’Empire baigne dans une culture de guerre qui imprègne les esprits des jeunes pour qui la gloire des armes est « le bien suprême et la mesure du caractère » (R. Rémond) et de leurs parents. J. Tulard réagit avec Bergeron contre une telle interprétation dans son Napoléon (1977). S’il dénonce la légende noire du Directoire, il souligne les vices du régime et soutient que Bonaparte crée en définitive une dictature de salut public. Parce que l’opération parlementaire de Sieyès était compromise – « un des coups d’Etat les plus mal conçus et les plus mal conduits », selon Tocqueville - on fit donner la troupe qui ne devait jouer qu’un rôle d’intimidation. « Et l’accusation de dictature militaire est lancée alors que rien ne permet de l’étayer »9. Napoléon affirmera toujours la supériorité du civil sur le militaire. Les généraux dont beaucoup complotèrent contre le premier consul ne tinrent pas en main les ministères et les officiers envoyés pour siéger dans les préfectures sont rares, fatigués et à la retraite. La section Guerre au Conseil d’État n’eut jamais qu’un rôle consultatif. Il n’y a pas une caste militaire contrôlant le politique et l’économique. C’est accidentellement que l’armée est intervenue au 19-Brumaire. Comme Bainville l’a souligné, écrit Tulard, Brumaire ne se distingue pas des autres coups d’État. C’est la victoire d’une faction politique gouvernant déjà depuis cinq ans et inquiète de sauver ce qu’elle pouvait de la Révolution. Parmi les petites révolutions faite dans la grande, la révolution du 18-Brumaire a seule un autre caractère, elle est faite en faveur de la propriété.

  • 10 J.-P. Bertaud, 18 Brumaire, Bonaparte prend le pouvoir et Guerre et société en France de Louis XIV (...)

20Le débat reste ouvert : si les généraux ne forment pas sous le Directoire un « parti », ne se réunissent-ils pas en majorité, durant un temps, pour défendre des positions menacées, comme le montre Godechot dans sa thèse sur Les commissaires aux armées sous le Directoire ? Si les généraux, sous l’Empire, n’ont jamais disposé de l’État, pour partager le pouvoir, sinon toujours les prébendes, leur présence et celle de leurs officiers dans l’appareil d’État doit-elle être regardée comme relativement négligeable ? L’imprégnation du régime et de la société par les valeurs militaires - ce que Tulard ne nie pas - doit-elle être majorée ou minorée ? Ne convient-il pas aussi de reconsidérer le poids que la guerre a exercé sur les mentalités non seulement sous l’Empire mais sous la Révolution ? La gloire militaire accompagnant la naissance de la démocratie n’en a-t-elle pas peu à peu transformé le caractère ? L’héroïsme du soldat ne tendit-il pas à se substituer à la vertu civique ? Quelle place accorder au nationalisme et à l’esprit de revanche flatté par les prouesses de Bonaparte en Italie et en Égypte10 ?

  • 11 D. Woronoff, La République bourgeoise, de thermidor à brumaire, Paris, 1972.
  • 12 La République directoriale, sous la direction de Ph. Bourdin et B. Gainot, Clermont-Ferrand, 1998.
  • 13 Numéro spécial des Annales historiques de la Révolution française, no 2 de 1997.

21Déjà bien balisée par Lefebvre et ses disciples, synthétisée par Woronoff11, reprise encore par le colloque de Clermont-Ferrand12 et par un numéro spécial des Annales historiques de la Révolution française13 la réévaluation du Directoire a touché le secteur politique. Bonnard, en 1789, au colloque sur Les assemblées révolutionnaires et la formation des pratiques parlementaires, montre que les assemblées perfectionnent alors leurs mécanismes avec la doctrine du vote annuel de l’impôt, la distinction moderne entre irresponsabilité et inviolabilité, la dotation par les deux conseils d’un bureau, de services et de commissions, par une victoire de l’hémicycle pour les délibérations. Quant aux élections, B. Gainot remarque dans le numéro des Annales historiques de la Révolution française déjà cité qu’elles sont bien désormais le rouage essentiel du dispositif institutionnel qui structure l’espace politique. Le suffrage devenant la source unique de la légitimité contribue à faire du Directoire un régime représentatif. On est ainsi conduit à se demander, avec l’auteur, si le coup d’Etat du 18-Brumaire est moins déterminé par la peur des possédants devant l’épouvantail des partageux que par « le refus catégorique d’une fraction significative de la classe politique issue de la Révolution à l’émergence d’une démocratie représentative façonnée par des lois organiques votées par la majorité du Corps législatif » ?

  • 14 La thèse de B. Gainot sera publiée en 2000 par le Comité des travaux historiques et scientifiques, (...)
  • 15 Woloch, Jacobin Legacy, the Democratie Movement under the Directory, Princeton, 1970. On consultera (...)
  • 16 L’expression est de B. Gainot.

22On se trouve ainsi confronté à la question des néo-jacobins à laquelle Gainot a consacré sa thèse14. I. Woloch15 a été parmi les premiers à rouvrir ce chantier et à promouvoir une histoire renouvelée des néo-jacobins ou, pour reprendre les termes employés par Aulard, des républicains démocrates. Leur réveil en l’an V s’accompagne d’un dynamisme à former une multitude de cercles constitutionnels regroupant modérés et républicains « prononcés ». En l’an VI leur propagande est légaliste, leur attitude démocrate et s’ils restent attachés à l’an II ils en réprouvent les excès. Leur programme marqué par leur préoccupations sociales s’écarte du babouvisme. Leur action leur vaut le succès aux élections de l’an VIL Il leur reste « cent jours pour convaincre »16. S’ils échouèrent à rénover la République, est-ce comme l’écrit Vovelle dans son livre récent Les jacobins de Robespierre à Chevènement (1998) parce qu’ils ne disposaient plus alors de l’appui d’un vrai parti démocratique « à l’heure même où les victoires de la seconde coalition, faisant s’effondrer les républiques-sœurs, menaçaient à nouveau les frontières, requérant un autre gouvernement de salut public » ?

23Il reste encore à faire bien des recherches sur l’histoire politique du Directoire, il est en tout cas désormais impossible de qualifier le régime de totalement « dégénéré ». Le coup d’État de Brumaire apparaît ainsi sous un éclairage neuf. Encore peut-on se demander, comme jadis Bergeron, si nous avons en main, pièces à l’appui, tous les éléments de la conspiration et si nous n’aurions pas intérêt à explorer des pistes délaissées par Vandal qui reste le plus souvent notre référence.

Notes

1 Mémoires de Barère publiés par H. Carnot, Paris, 1843, t. 3.

2 I. Woloch, « Réflexions sur les réactions à Brumaire des milieux républicains provinciaux », dans Mélanges offerts à M. Vovelle, Paris, 1997, p. 313.

3 Prince Bonaparte, Idées napoléoniennes, Paris, 1839.

4 Extraits des « Mémoires du général Jourdan », dans Carnet historique et littéraire, février 1902.

5 A. Mathiez, Le Directoire, Paris, 1934.

6 G. Lefebvre, La France sous le Directoire, cours professé en 1943 et édité par J.-R. Suratteau, Paris, 1977. G. Lefebvre, La Révolution française, Paris, 1957.

7 J. Godechot, Les Révolutions, Paris, 1965 et L’Europe et l’Amérique à l’époque napoléonienne, Paris, 1967. J.-R. Suratteau, « Le Directoire, points de vue et interprétations d’après les travaux récents », Annales historiques de la Révolution française, 1976, p. 181-214. A. Soboul, La Civilisation et la Révolution française, Paris, t. III, 1983.

8 L. Bergeron, L’épisode napoléonien, aspects intérieurs, Paris, 1972.

9 J. Tulard, « L’Empire entre dictature et monarchie », Revue de l’Institut Napoléon, 1996.

10 J.-P. Bertaud, 18 Brumaire, Bonaparte prend le pouvoir et Guerre et société en France de Louis XIV à Napoléon Ier, Paris, 1998.

11 D. Woronoff, La République bourgeoise, de thermidor à brumaire, Paris, 1972.

12 La République directoriale, sous la direction de Ph. Bourdin et B. Gainot, Clermont-Ferrand, 1998.

13 Numéro spécial des Annales historiques de la Révolution française, no 2 de 1997.

14 La thèse de B. Gainot sera publiée en 2000 par le Comité des travaux historiques et scientifiques, CNRS.

15 Woloch, Jacobin Legacy, the Democratie Movement under the Directory, Princeton, 1970. On consultera aussi sa remarquable synthèse: The New Order, Transformations of the French Civic Order, 1789-1820, New-York, 1994.

16 L’expression est de B. Gainot.

Auteur

Université de Paris I

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540