Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Deuxième partie. Des facteurs d'intégration et de dissociation

L’école primaire sous le Directoire : enjeux civiques et républicains

Serge Bianchi

Texte intégral

  • 1 L’école primaire demeure le parent pauvre dans les publications comme dans les colloques du bicent (...)
  • 2 D. Julia, Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris, Belin, 1981, 394 p. et Diction (...)
  • 3 F. Mayeur, De la Révolution à l’école républicaine, Histoire générale de l’enseignement et de l’éd (...)
  • 4 S. Bianchi, « Le fonctionnement des municipalités cantonales dans le sud de l’Ile-deFrance sous le (...)
  • 5 En particulier les enquêtes de l’an VI, de l’an IX et la consultation des archives des administrat (...)
  • 6 Pour les débats et les textes imprimés (discours et plans) se reporter à M. Gontard, L’enseignemen (...)
  • 7 À titre d’exemples, A. Aulard, « La politique scolaire du Directoire », Revue bleue, 1900, tome I  (...)
  • 8 H. Lemoine, « L’instruction primaire publique en Seine-et-Oise de 1789 à 1850 », Revue d’histoire (...)

1L’école primaire semble aussi délaissée dans l’historiographie contemporaine qu’elle l’aurait été au temps du Directoire1. Le bilan scolaire de la période directoriale fait l’objet d’une condamnation « sans nuances » réunissant, une fois n’est pas coutume, la plupart des historiens généralistes et des spécialistes de l’instruction primaire2, en contraste avec le bilan plutôt positif de l’enseignement supérieur et des grandes écoles3. Les mots qui reviennent le plus souvent sont « échec », « recul », avec bien des nuances pour la période montagnarde, mais aucune pour le Directoire, désigné souvent comme responsable de cette dégradation. Il est possible aujourd’hui de dépasser ce stade de l’anathème en profitant des logiques de cette table ronde, en recentrant la question scolaire sur le lien social, en rendant compte des réalités du terrain, comme nous l’avons tenté pour la pratique cantonale4 Ce dépassement est d’autant plus réalisable que des sources nombreuses permettent de mieux cerner les réalités régionales et locales5. La situation des écoles primaires « publiques » et « particulières » est éclairée au moment du sursaut de fructidor an V par la correspondance du ministre de l’Intérieur (François de Neufchâteau) avec les commissaires de département et de canton, par les débats parlementaires6. Des études réalisées au temps de la Troisième République et quelques ouvrages de références7 permettent une mise en perspective nationale d’enquêtes portant surtout sur l’Ile-de-France. Nous aborderons ainsi successivement l’évolution du cadre législatif et réglementaire de l’école primaire sous le Directoire, la situation concrète de l’institution scolaire dans la région parisienne8, avant de réfléchir aux enjeux « civiques » et « républicains » de l’école dans une période où l’historiographie classique a parlé de « guerre des écoles » et où l’idée de « compromis » des deux écoles nous paraît une piste intéressante de renouvellement de la problématique.

UN CADRE LÉGISLATIF CONTRAIGNANT

2On ne peut comprendre la situation de l’école primaire sans une approche, même succincte, des lois qui président à son fonctionnement. Ces lois succèdent à des débats parlementaires particulièrement instructifs, où interviennent des personnalités aussi compétentes sur les questions scolaires que Daunou, Lakanal, voire Sieyès, soit rapporteurs, soit détracteurs des projets présentés.

L’héritage de la loi Lakanal9 (brumaire an III)

  • 9 Il avait rapporté la loi de juin 1793.
  • 10 Auparavant ils passaient devant des assemblées municipales et générales.

3La Convention thermidorienne, dans le climat propice à la « liberté » scolaire de l’après-Thermidor avait chargé une commission de traduire en loi pratique les nombreuses pétitions adressées à ce sujet. Le rapport établi par Lakanal est suivi du vote d’une loi en 35 articles qui conserve en partie le dispositif des lois de l’an II (dont la loi « dite » Bouquier) mais innove sur un point essentiel. Ses dispositions ne marquent donc pas de rupture significative avec la période précédente ; une école primaire doit fonctionner pour 1 000 habitants. Les sexes sont séparés en théorie. L’enseignement est gratuit. Les instituteurs, nommés par des jurys d’instruction10 touchent 1 200 francs et 1 000 francs (pour l’institutrice), disposent d’un local fourni par la Nation, et bénéficient d’une retraite. Ils doivent enseigner, entre autres questions, la morale républicaine, la Constitution, la Déclaration des droits, l’histoire, la géographie...

  • 11 En particulier sur la surveillance des enseignants, les certificats de civisme, les examens préala (...)

4Mais la disposition qui fait couler le plus d’encre a trait à la « liberté », déjà envisagée dans le projet Bouquier. L’article 15 de la loi Lakanal établit que « les citoyens ont le droit d’ouvrir des écoles particulières [...] sous la surveillance des autorités constituées ». L’ensemble des modalités de contrôle des « écoles libres » proposées par Gilbert Romme et Levasseur de la Sarthe11 a été repoussé. Ainsi la continuité semble la règle en brumaire an III. En réalité, c’est la rupture qui l’emportera finalement, lorsque la Convention vote, le dernier jour de son exercice, une loi scolaire décriée par la plupart des historiens, qui clôt la période conventionnelle (plutôt favorable à une instruction primaire généralisée, publique et gratuite) et ouvre une période directoriale très contestée.

La loi Daunou, un « décret de réaction » ?12

  • 12 Expression de M. Gontard, op. cit., p. 151 : « un décret de réaction »...
  • 13 Il s’agit d’un décret additionnel rédigé par Lakanal, motivé ainsi : « Si vous les abandonnez aux (...)
  • 14 Projet du 6 messidor an III.
  • 15 Même si un principe théorique de surveillance figure à l’article 356 : la loi surveille particuliè (...)
  • 16 Expression de J. Guillaume.
  • 17 Expression de Ferdinand Brunot, citée par M. Gontard, op. cit., p. 155.
  • 18 Article 1.
  • 19 Article 2.
  • 20 Articles 6 et 8.
  • 21 Sauf pour un quart d’élèves indigents.
  • 22 Expression tirée de J. Godechot, Histoire de la fonction publique, Paris, Nouvelle librairie de Fr (...)
  • 23 Oratorien, Daunou avait été l’auteur d’un plan favorable à une école obligatoire, laïcisée et prom (...)

5Rédigée par la Commission des Onze, la loi a été rapportée par Daunou, transmise au Comité d’instruction publique, en partie modifiée par Lakanal, qui présente le décret pour l’enseignement des jeunes filles, mais finalement imposée par Daunou en personne et votée le 3 brumaire an IV. Elle prévoit onze articles pour l’enseignement des garçons et deux seulement pour celui des filles13, sans aller jusqu’aux formules « sexistes » de Daunou14 : « L’éducation des filles est réservée aux soins domestiques des parents et aux établissements libres et particuliers d’instruction ». Cette loi est placée sous un triple principe de « liberté » : liberté de l’éducation domestique, liberté d’établissements particuliers d’instruction, liberté des méthodes éducatives. Elle est conforme à l’article 300 de la Constitution de l’an III15 : « Les citoyens ont droit de former des établissements particuliers d’éducation et d’instruction ». Les ruptures avec les lois précédentes sont nombreuses. Peuton toutefois aller jusqu’à employer les termes de « réaction », de « déchéance intellectuelle et morale »16, de loi de « renonciation »17 ? On peut en juger par les dispositions suivantes. Il n’est plus question d’un nombre imposé d’écoles par rapport à une population donnée, mais « d’une ou plusieurs par canton »18. Les instituteurs, examinés par un jury, sont nommés et destituables par les administrations du département, mais surveillés par l’administration cantonale19. Ils seront désormais payés PAR LES PARENTS (mis en évidence par nous), dans la mesure où la somme forfaitaire proposée par Lakanal (500 francs) a été écartée, tout en conservant le logement « de fonction » ou une indemnité en cas de perte20. Les contenus scolaires de base sont la lecture, l’écriture, le calcul et les fondements de la morale républicaine. Ainsi, l’école, aux termes de la loi, n’est plus gratuite21, ni obligatoire, ni laïque, ni véritablement publique, sauf dans les programmes. Il n’est surtout pas question de la surveillance des écoles particulières. Les instituteurs perdent leur statut de fonctionnaire à part entière, ils deviennent au mieux des « semi-fonctionnaires »22. Nous ne pensons pas utile de qualifier à notre tour cette loi Daunou23, qui fournit le cadre légal des quatre années du régime directorial.

Les infléchissements ultérieurs

  • 24 C’est le cas de Pierre-Louis Ginguéné, rédacteur de la Feuille Villageoise jusqu’en août 1795 et d (...)
  • 25 Dont celui de Duplantier, qui voudrait retarder l’âge de fréquentation des écoles particulières.
  • 26 État de l’instruction en France, cité par M. Gontard, op. cit., p. 180.
  • 27 M. Gontard, op. cit., p. 183.

6Sans constituer un enjeu politique majeur, l’école primaire fait l’objet de débats parlementaires où les rapports de force s’observent dans les projets des uns et des autres pour amender la loi Daunou. Les néo-jacobins et la gauche tentent ainsi d’obtenir des garanties à propos du traitement des instituteurs publics, du mariage des maîtres particuliers ou du contenu des manuels scolaires. Les royalistes exigent une réforme générale, sans succès avant fructidor an V. Le coup de force républicain met un moment l’école au premier plan sous l’influence d’idéologues proches de François de Neufchâteau, dans le cadre de la Commission d’instruction publique et des institutions républicaines24. Mais les projets obligeant les instituteurs particuliers au mariage et au serment républicain n’aboutissent pas. Les seules lois scolaires, prises en septembre et décembre 1797, portent sur l’interdiction d’aliéner des presbytères destinés aux instituteurs et sur l’obligation d’un certificat de fréquentation de l’école publique pour servir la République. Certes la mobilisation républicaine est inscrite dans la création d’un Conseil de l’Instruction publique, dans les arrêtés relatifs à l’observation du décadi dans toutes les écoles (thermidor an VI) ou à la surveillance mensuelle des écoles (pluviôse an VI) pour contrôler la présence de manuels républicains. Mais rien n’est modifié sur les points fondamentaux de la liberté scolaire, du statut et du traitement des instituteurs. Malgré une pléthore de projets et de débats25, le Directoire a vécu sur l’observation de la loi Daunou, jugée si sévèrement par des historiens qualifiés. En brumaire an VII, les Directeurs dressent un constat alarmant des carences scolaires dans leur Message et invitent les députés à reprendre le contenu de la loi... Lakanal pour y remédier. Rarement une autocritique aura été poussée aussi loin : « À l’exception d’un très petit nombre de départements les écoles primaires ou n’existent pas ou n’ont qu’une existence précaire. La plupart des instituteurs languissent dans les horreurs du besoin et luttent en vain contre le torrent des préjugés, du fanatisme et de la superstition. Si tout n’est pas à créer dans cette partie, tout est à ranimer et à vivifier »26. Le coup d’État mettra fin à ces nombreuses velléités de réformes : « De rapport en modification, de modification en ajournement les mois passaient. Les Cinq Cents s’épuisaient en discussions stériles27…. ». Le « vide » législatif de la période contraste ainsi avec le « trop plein » de la Convention girondine et montagnarde. Mais la connaissance de ce cadre législatif est bien la condition première pour comprendre la situation et l’évolution des écoles primaires sous le Directoire.

« EFFONDREMENT » OU « NAUFRAGE » DE L’ÉCOLE PRIMAIRE PUBLIQUE ?

  • 28 « Les écoles primaires sous le Directoire », Annales historiques de la Révolution française, 243, (...)

7De nombreuses enquêtes de terrain permettent d’approcher les réalités scolaires sous le Directoire. Les résultats partiels ont été analysés par Maurice Gontard (en 1959) et par Emmet Kennedy et Marie-Laurence Netter en 198128. Il nous semble que le constat établi doit tenir compte du contexte politique, des situations régionales et de la situation des écoles « particulières », pour éviter de noircir un tableau aussi négatif, qui n’est plus tout à fait celui de la République.

Le déclin des écoles publiques

  • 29 Lancée pendant les jours complémentaires de l’an V.
  • 30 A. Jacquet, « Les écoles dans un canton rural : Limours », dans 89 en Essonne, École, science et s (...)
  • 31 Arch. nat., F17 10 138.
  • 32 266 écoles au total pour 399 communes.
  • 33 Dans l’ensemble les effectifs des écoles publiques seraient plus élevés (de 7 élèves en moyenne pa (...)
  • 34 A. Aulard, Paris sous le Directoire, p. 348.

8Les bilans de l’enquête de l’an VI29 ne confirment qu’en partie les rapports cantonaux étudiés pour le sud de l’Ile-de-France. Le nombre d’écoles publiques est en net recul par rapport à la situation de l’an IL Il l’est légalement, puisque la loi envisage le regroupement des élèves dans quelques centres, sans organiser leur transport et leur entretien. Des communes protestent fréquemment contre les fermetures, comme celle de Fontenay-les-Briis en floréal an IV : « Il en résulterait une ignorance crasse et universelle de la jeunesse »30. Mais le nombre d’écoles publiques fonctionnant dans certains départements est proche du néant (Sarthe, Ardèche), alors que l’on note que certaines écoles ouvertes sont « désertes » ou presque « désertes ». La Lozère ne compterait plus aucun instituteur public31. La situation serait différente en Seine-et-Marne où 189 écoles publiques fonctionneraient pour 28 cantons contre 77 écoles particulières32, de même qu’en Seine-et-Oise33. Mais la Seine comprendrait quelque 56 écoles « nationales » ou « républicaines » (aux effectifs faibles) sur les 2 000 existant en l’an VI34 ! Il convient donc bien de parler d’« effondrement » de l’école publique, à nuancer ensuite par la situation des écoles particulières. Les raisons de ce malaise sont perceptibles dans de nombreux témoignages.

  • 35 Les instituteurs de l’an II ne touchent pas tous les 1 200 francs promis par la loi mais dans la p (...)
  • 36 La Convention interdit aux instituteurs de cumuler, S. Bianchi, Vie, pratiques et sociabilité poli (...)
  • 37 S. Bianchi et M. Chancelier, Draveil et Montgeron, deux villages en Révolution, Le Mée, Amatteis, (...)

9Le changement de la nature de la rétribution versée aux instituteurs est la cause première de nombreux drames individuels, tel celui de Pierre Coquillard en Seine-et-Marne, agréé par le jury, mais dans l’incapacité financière de « continuer cet exercice [...] n’ayant aucun traitement fixe et certain », ce qui n’était pas le cas dans la période précédente35. On constate alors la « démission » ou la reconversion de nombreux instituteurs, privés également du complément de secrétaire-greffier, par la loi36 et le regroupement au chef-lieu de canton des administrations municipales. Certains vont, il est vrai, ouvrir des établissements particuliers. D’autres entrent dans des carrières plus lucratives, comme Louis Richer, instituteur de Draveil en Brie, qui devient négociant et rachète aux enchères le presbytère qui lui servait de logement d’instituteur37 ! Dans de nombreuses régions l’enseignement est devenu une impasse professionnelle.

  • 38 E. Kennedy et M.-L. Netter, art. cité : « l’enseignement républicain, bien accepté chez les garçon (...)

10Cette situation est directement liée à la désertion des élèves, inégale mais généralisée : « Bientôt je n’aurais plus pour élèves que ceux que la loi m’oblige d’inscrire gratis » ! C’est le cas d’un instituteur de Strasbourg qui, sur 50 élèves, doit en accueillir 36 gratuitement. Les estimations de traitement des instituteurs montrent un recul de 50 % ou plus entre l’an II et l’an VI. Selon des estimations ponctuelles, les traitements passeraient de 400 livres en moyenne en 1789 (par an) à près de 800 en l’an II, pour retomber à moins de 400 sous le Directoire. La situation des institutrices est encore plus précaire. Les contemporains comme les historiens notent un refus généralisé de l’école publique pour les jeunes filles, et la préférence donnée aux écoles particulières et religieuses38. La responsabilité des parents n’est d’ailleurs pas toujours évidente. En Seine-et-Marne, les effectifs moyens tournent autour d’une quarantaine d’élèves.

  • 39 Exemple de Dijon où 44 places sont à pourvoir pour 45 candidats
  • 40 Arch. mun. d’Arpajon, 20 avril 1797.

11L’autre problème récurrent est l’absence de local, soit pour les élèves, soit pour loger l’instituteur. La situation était différente en 1793 où les presbytères et les jardins, considérés comme biens nationaux, pouvaient être destinés à l’enseignement primaire et à l’hébergement du maître. La loi reste en vigueur sous le Directoire, mais la pratique de milliers de communes, avec l’aval des autorités, est de vendre aux enchères ces biens pour répondre aux urgences. Pierre Coquillard déplore ainsi la vente du presbytère. Comme les deux tiers des instituteurs, il se verrait attribuer une compensation de 40 livres, payable... à la trésorerie du département. D’autres locaux sont vendus, faute de moyens communaux, en particulier pour l’enseignement des filles. La dégradation matérielle de l’école publique est ainsi la cause directe de la désaffection de nombreux instituteurs. Les jurys se plaignent de la raréfaction des candidats, ce qui les oblige à les recevoir tous39. Certains seraient « nuls » ou à « instruire ». Cette situation est d’autant plus paradoxale qu’il s’agit d’un concours et que les regroupements proposés par le Directoire réduisent sensiblement le nombre des écoles ouvertes. En Charente comme en Seine-et-Marne, la moitié ou plus des écoles reçoivent des enfants des communes voisines. Dans le canton d’Arpajon par exemple, l’administration, si enthousiaste sur ses réussites, déplore que « trois écoles primaires ont été assignées seulement. La seule école primaire pour les garçons vient d’être aménagée au chef-lieu de canton40 ». Le canton compte 14 communes ! Le passif des dirigeants apparaît ainsi singulièrement lourd au regard de l’histoire et en comparaison de la période montagnarde. Les Directeurs soulignent eux-même en brumaire an VII la cause du malaise et de la désaffection des instituteurs : « Plus que tout peut-être l’état douloureux des maîtres dont rien n’assurait l’existence présente et qui n’avaient aucune perspective pour l’avenir ». Il faut toutefois tenir compte d’un phénomène parallèle, à la fois aggravant et complémentaire : la multiplication des écoles primaires « particulières ».

La « guerre des écoles » ?

  • 41 Le terme de « raz-de-marée » employé par Maurice Gontard est sans doute excessif.

12La loi autorisant l’ouverture, sans conditions, d’écoles non publiques entraîne leur essor important, à la mesure du déclin des écoles publiques. On peut parler parfois de « réveil » ou de « revanche » des « petites écoles »41. En réalité, la reconstitution de ce réseau est extrêmement difficile, au point que le total des écoles ouvertes à la fin du Directoire (publiques et particulières) est très éloigné de la situation connue à la fin de l’Ancien Régime. C’est le cas de la Champagne ou de l’Ile-de-France, malgré la notable exception de l’Alsace. La situation matérielle de ces écoles particulières est souvent précaire, dans la mesure où les problèmes d’écolage, de local et d’intégration comparables à ceux des écoles publiques peuvent se poser, de façon variable selon les régions.

  • 42 C’est le cas de l’Aisne (86 %), du Gers, de l’Yonne et du Bas-Rhin.
  • 43 71 % d’écoles publiques en Seine-et-Marne.
  • 44 Gazier, « L’école primaire et les évêques constitutionnels sous le Directoire », Revue d’histoire d (...)
  • 45 Exemple de Launay-Courson dans le canton de Lintours, en germinal an IV, Arch. dép. Essonne, L 166
  • 46 Événements de prairial an III, Arch. nat., F 17 1353, dossier 3.
  • 47 M. Gontard, op. cit., p. 147.
  • 48 R. Reuss, Notes sur l’instruction primaire en Alsace, Paris, Nancy, 1910, p. 214-215, 234 ; C. Blo (...)

13Un bilan partiel sur 11 départements et près de 1 500 écoles (en l’an VI) aboutit à une nette prépondérance des écoles particulières. Dans plusieurs départements, 80 % au moins des écoles sont particulières42. Seuls le Loir-et-Cher et la Seine-et-Marne inversent la tendance43. Cette situation de concurrence, banale dans d’autres régimes, se traduit parfois sur le terrain par des affrontements épiques, opposant le « parti » de l’instituteur républicain à celui du maître « ennemi » ou « réfractaire ». Une vision lucide des choses montre que la situation des écoles particulières demeure souvent complexe. C’est ainsi que de nombreux anciens curés se sont reconvertis, après la renonciation au sacerdoce, dans l’enseignement, n’étant plus astreints aux différents serments. Ils peuvent se retrouver unique enseignant, tel cet instituteur de Seine-et-Oise qui se décrit en ces termes : « Je suis curé, vicaire, bedeau, scribe de la commune, maître et maîtresse d’école. J’ai chaque jour de la semaine 50 à 60 enfants »44. Ils dépendent eux aussi des versements de parents auxquels ils sont tenus de donner des garanties. Ils peuvent ainsi se heurter à des instituteurs, quelquefois leurs auxiliaires sous l’Ancien Régime. La lutte s’engage alors sur tous les plans, dans un climat de « revanche » du catholicisme. Dans certaines communes, les habitants peuvent revendiquer, voire réquisitionner le presbytère en vue du retour au culte et à l’école particulière45. À Angerville (sud de l’île-de-France), l’instituteur est délogé par 150 femmes et enfants qui brisent les serrures et le molestent, « avec la complicité de l’ennemi »46. Son récit pourrait servir d’illustration de cette « guerre des écoles » : « Sur les onze heures du matin ma classe venant d’être finie, il est survenu une émeute dans ma cour et un attroupement de femmes et d’enfants d’environ cent cinquante qui mugissant et me faisant des menaces piquantes et outrageantes frappaient aux portes de mon presbytère [...] J’ai resté enfermé pendant trois heures, qui pendant ce temps brisaient les portes en menaçant de me lapider [...] ; ils m’ont trouvé et pris au collet en me disant mille injures et aussitôt m’ont traîné, maltraité et jeté mes meubles à la rue en me disant qu’ils avaient des ordres pour cela et qu’ils avaient leur curé Eude à mettre à ma place et que Le Roux qui tient l’école libre étant de leur parti leur avait lâché tous ses écoliers pour leur aider à me foutre à la rue et qu’ils avaient de plus de leur parti le procureur de la commune et autres du conseil général ». Les familles peuvent aussi exercer des pressions sur les enseignants. Les villageois de Verneusse47, dans l’est, tiennent l’instituteur pour un honnête homme. Mais ils lui interdisent d’accepter un poste public, ne voulant ni « reconnaître la République ni obéir à ses lois [...]. On attenterait à sa vie s’il persistait à vouloir s’installer ». Le ton est donné. En Alsace ou dans l’Aude, des voies de fait contre les instituteurs publics sont signalées48. Celui de Salles se déclare prêt à se « défendre jusqu’à la dernière goutte de mon sang et soutenir la constitution républicaine ». Certains parents menacent de retirer leurs enfants si le catéchisme n’est pas enseigné à l’école publique. Mais le prêtre peut également refuser la première communion pour l’enfant fréquentant l’école publique. Ces affrontements sont la suite logique des tensions qui ont opposé les parties dans les périodes précédentes. Ils peuvent bien sûr influencer directement le contenu de l’enseignement. En 1797 par exemple, le concile de l’Église constitutionnelle condamne l’enseignement « aride » et « emphatique » dispensé dans les écoles publiques.

14La lutte s’exacerbe avec les retombées du coup d’État de Fructidor. En témoignent les enquêtes sur la situation des écoles publiques, sur la présence des manuels républicains, les affiches et les rappels à l’ordre du pouvoir central aux administrations cantonales. Mais l’absence d’accompagnement législatif et financier ne peut modifier le tableau d’ensemble.

Un recul préoccupant

15En tentant une synthèse des deux systèmes scolaires, un recul peut être mis en évidence sur la plupart des secteurs de l’école primaire.

  • 49 Y. Pierronne, « Les enseignants en Révolution dans la région parisienne (1787-1802) », Étude de 19 (...)
  • 50 Arch. dép. Essonne, L 166.
  • 51 Id.

16Les tableaux des effectifs d’enseignants entre 1789 et 1797 montrent un déclin sensible, principalement des institutrices pour la période du Directoire, particulièrement par rapport à la situation de l’an II. Dans la ceinture de Paris étudiée par Yves Pierronne, le nombre d’enseignants passerait de 59 hommes et 15 femmes sous l’Ancien Régime à 36 instituteurs et 11 institutrices en l’an II et à 18 enseignants et 3 enseignantes pour le Directoire49 La fréquentation scolaire est presque partout en baisse, en particulier dans les petits villages, où l’état des chemins ne permet pas aux enfants de fréquenter l’école du chef-lieu de canton. Le canton de Limours compte ainsi une moitié des villages sans école en l’an VI. L’administration cantonale réclame la réouverture des écoles fermées : « Toute autre distribution rendrait illusoire pour la majorité des communes et même pour les plus populeuses le bienfait de l’établissement des instituteurs primaires »50. La commune de Fontenay-les-Briis proteste contre le projet de fermer l’école, en toute conscience des enjeux : « des enfants de l’âge de six ans qui ne sont en état de fréquenter les écoles que pendant l’hiver ; vu qu’à peine ont-ils atteint l’âge de sept ans, sont employés à la garde des bestiaux ou au labour de la terre suivant leur force et capacité, et qu’il n’y a que le temps de l’hiver qu’ils puissent donner à leur éducation. Considérant en outre que le chemin de Fontenay à Vaugrigneuse est impraticable dans le temps où les enfants sont dans le cas de la fréquenter, vu aussi que la commune de Fontenay est composée de douze hameaux éloignés dudit Vaugrigneuse de plus d’une lieue. Considérant enfin que le presbytère est absolument nécessaire à ladite commune tant pour loger l’instituteur que pour établir le bureau des papiers, archives, registres, et tenir les assemblées particulières en cas de besoin et encore pour servir de corps de garde [...] »51. La baisse semble très sensible pour la scolarisation des filles, assez satisfaisante en Ile-de-France à la fin de l’Ancien Régime, même si le réseau des écoles particulières peut pallier cette tendance...

  • 52 Cas de Mennecy, à partir de données continues de 1740 à 1850 : « Évolution de l’alphabétisation da (...)
  • 53 R. Grevet, « Alphabétisation et instruction des populations rurales du nord de la France (milieu X (...)
  • 54 M. Chancelier et S. Bianchi, op. cit., p. 313 et 89 en Essonne, revue citée, 11, 1991, p. 22.
  • 55 S. Bianchi, « Le fonctionnement des municipalités cantonales dans le sud de l’Ile-de-France sous l (...)
  • 56 Parmi les questions proposées aux candidats : « Tous les peuples s’accordent-ils dans les hommages (...)

17La baisse du niveau des connaissances n’est pas directement quantifiable. Les évolutions des signatures ne permettent pas de la caractériser52. Pourtant des études sur l’alphabétisation dans le Nord font apparaître un recul sur une durée plus longue53. En particulier, une vaste enquête menée en germinal an IX par le ministre de l’Intérieur Chaptal vise à comparer l’état de l’instruction en 1789 et dix ans après. Sur 56 réponses de municipalités, 8 pensent que la situation est meilleure à la fin du Directoire, 20 parlent de dégradation marquée du niveau scolaire en réponse à la question : Y avait-il avant la Révolution plus ou moins d’individus qui savaient lire et écrire ? Un témoignage sur l’état de l’école de Montgeron, village de 900 habitants à la fin du Directoire, pourrait servir de bilan quelque peu pessimiste : « Plus de moyen pour salarier l’instituteur, plus d’instruction publique. Il se tient une école : elle va comme on paie, les sexes y sont confondus et il n’est pas peut-être d’abus plus choquants et qui aient plus d’influence sur les bonnes mœurs. Point d’ordre, point d’exactitude, peu ou point d’études. Les enfants « vaguent » dans les rues : les pères et les mères n’en sont plus les maîtres ; le respect filial s’éteint. L’enfant atteint l’adolescence et ne sait ni lire ni écrire. Les mœurs s’affaiblissent. Ignorant, grossier, perverti avant l’âge, désobéissant, fainéant, voilà sauf les exceptions malheureusement trop peu nombreuses, voilà l’enfant du jour »54. Dans les bilans des administrations cantonales, les questions scolaires ne sont envisagées que sous l’angle du statut, de la qualification et de la moralité des instituteurs, mais jamais sous l’angle du niveau des élèves55. Le contraste de ce dernier avec les exercices proposés pour les prix de l’école centrale de Seine-et-Oise en l’an VII est effarant. Il témoigne du fossé se creusant entre l’école du peuple et celle des élites en cette période du Directoire56.

  • 57 « L’école de la République commençait à sortir de terre en Tan II lorsqu’elle fut frappée (par la (...)
  • 58 Il s’agit de Richaud qui emploiera bientôt le terme d’« abolies » plutôt qu’“avilies ».

18Le procès intenté ainsi au Directoire est appuyé sur trop de témoignages directs pour ne pas être retenu, au moins sur le chef du « délabrement » de l’école primaire57. Le commissaire du département de Seine-et-Oise résume la situation en brumaire an VIII : « Les institutions républicaines sont avilies et l’objet de la dérision publique »58. Mais il convient de le rapporter à deux questions essentielles. La situation finale ne correspond-elle pas aux priorités affichées par le régime depuis la loi Daunou ? Surtout, qu’en est-il des enjeux civiques et républicains, au cœur du projet scolaire dans la période de la Convention girondine et montagnarde ? C’est dans ces deux domaines que les apports les plus novateurs sont décelables.

ENJEUX CIVIQUES ET RÉPUBLICAINS DE L’ÉCOLE : L’IMPOSSIBLE COMPROMIS

19Sous le Directoire comme dans la période précédente, « l’école de la République » est opposée dans les discours (parlementaires, administratifs) à « l’école du fanatisme ». Le décalage du discours avec le malaise matériel et moral évident de cette école ne doit pas masquer les enjeux proclamés, les problèmes de terrain et les solutions alternatives « pragmatiques » tentées dans certaines régions.

Des enquêtes tardives ?

  • 59 Rédigée par François de Neufchâteau lui-même. Sur le personnage, voir les travaux et la thèse de D (...)
  • 60 Titre d’un périodique rédigé par Lakanal, en mission républicaine à Bergerac en l’an II.

20Dans les derniers jours de l’an V, une enquête nationale sur le fonctionnement des écoles est diligentée par François de Neufchâteau. Il place la sauvegarde de l’esprit républicain dans l’enseignement du peuple comme dans les fêtes et les cérémonies militaires. Les 18 questions adressées par l’intermédiaire des commissaires aux instituteurs tendent toutes à restaurer les valeurs, les symboles de l’esprit républicain et à lutter contre le fanatisme : « Comment l’avez vous combattu ? Et par quelles Instructions avez vous surtout éclairé les habitants des campagnes ? Quelles causes ont empêché d’ouvrir les écoles primaires qui devaient avoir lieu et n’ont pas été établies ». François de Neufchâteau, ancien professeur, juge de paix, auteur de manuels élémentaires, partage avec des intellectuels comme Lakanal la volonté de la républicanisation des campagnes par l’éducation. De la Feuille Villageoise à la Feuille du Cultivateur59 ou au Journal populaire pour les Frères des campagnes60, la volonté « populiste » d’éducation des villageois se maintient, l’instituteur étant l’un des vecteurs de cette acculturation.

  • 61 Les commissaires doivent vérifier également les questions relatives à la santé, à la nourriture et (...)

21« Quels sont ceux des instituteurs qui ont le mieux rempli les vues du gouvernement ? Les enfants ont-ils récité ou écrit la déclaration des droits et des devoirs, l’acte constitutionnel ? La Constitution et les livres républicains sont-ils connus dans les villages ? » Cette enquête ciblée est relayée un moment par des visites mensuelles effectuées par le commissaire de canton, des élus municipaux et des membres des jurys d’instruction. Les rapports décadaires des commissaires permettent de cerner de plus près le respect des manuels républicains, du décadi et la participation des écoles à l’idéologie républicaine. Ils doivent être accueillis avec prudence, compte tenu du décalage entre les idéaux du ministre61 et l’état réel des établissements, tangible dans certaines réponses du type : « Les écoles primaires ne sont pas encore organisées » (prairial an VI).

La guerre des livres ?

  • 62 Sur le Travail de la Commission d’instruction publique et les manuels, deux communications du coll (...)
  • 63 M.-E. Plagnol-Duval, art. cité, p. 474.
  • 64 En 1797 paraît la septième édition de ses Principes de la grammaire française...
  • 65 En ventôse an VI par exemple, Arch. dép. Essonne, L 166, affiche.
  • 66 À propos des Cahiers d’histoire naturelle ou portefeuille des enfants et de l’Abrégé des hommes il (...)
  • 67 Circulaire du département de Seine-et-Oise de brumaire an V, diffusant dans les cantons les Gramma (...)

22L’enquête de l’an VI se situe entre deux périodes de promotion de livres élémentaires à destination des écoles primaires62. Au début de l’an IV sont définis les « bons livres », en conclusion d’un concours lancé en l’an II par le Comité d’instruction publique, relayé en brumaire an III par un rapport de Lakanal (novembre 1795). Trois ans plus tard, en brumaire an VII (novembre 1798), des membres de l’Institut examinent les livres élémentaires édités, pour en dégager les meilleurs à la demande de François de Neufchâteau et de Ginguéné. Le ministre de l’Intérieur, ancien professeur lui-même, était persuadé de la force des ouvrages, sans prôner l’uniformité des manuels. Il apporte « une attention profonde à la formation tant intellectuelle que morale de l’enfant. Plus que d’enseignement il s’agit ici d’éducation et parfois d’éducation nationale »63. Il avait rédigé pour la jeunesse une Méthode pratique de lecture et des Maximes républicaines de morale universelle. Il appuie donc la permanence d’ouvrages primés en l’an II comme les livres de Melin, de Chemin-Dupontès64 et de La Chabaussière. Des « tableaux des livres élémentaires pouvant servir à l’usage des enfants » font l’objet d’une large publicité65, comme l’Alphabet national, l’Alphabet syllabique, le Catéchisme de la Constitution française, la Constitution de la République française à l’usage des écoles, le Précis historique de la vie des hommes illustres de l’antiquité... et l’Institution des enfants du citoyen-ministre. L’acquisition de ces livres est encouragée par des prospectus et des circulaires vantant la qualité, le faible coût et les avantages des manuels. On parle de « livre élémentaire classique, avoué du gouvernement »66. Mais il ne semble pas que ceux-ci aient été distribués gratuitement aux écoles : « Il ne sera fait aucun envoi gratuit »67. Dans ces conditions, l’achat des livres dépend de la persuasion des parents par l’instituteur. On remarque aussi le rapprochement dans la plupart des titres d’un terme de nature religieuse (catéchisme, évangile) et d’un terme républicain. Dans le Catéchisme Républicain de La Chabeaussière les Dix commandements prennent le contre-pied de la morale chrétienne, mais conservent la structure de celle-ci, en un mélange de transfert, de syncrétisme et d’opposition délicat à décrypter : « Ta boutique tu fermeras chaque décadi strictement »... Face à ce catéchisme républicain, les écoles particulières peuvent privilégier l’Ancien et le Nouveau Testament, l’Imitation de Jésus-Christ. La guerre des livres aura-t-elle lieu ?

  • 68 Arch. dép. Essonne, L 166.
  • 69 Id.
  • 70 E. Kennedy et M.-L. Netter, art. cité, p. 32.

23Les visites dans le canton de Limours donnent une image des livres disponibles dans sept écoles, en prairial an VI. Il s’agit de deux écoles publiques et de cinq écoles particulières pour un canton de treize communes. Selon le commissaire (modérément républicain), les écoles publiques sont bien fournies, l’une apte à « faire des sujets attachés par principes à la République et tous les élèves munis de livres républicains », l’autre où « un élève, quoique bien jeune nous a récité par cœur les droits et les devoirs de l’homme et du citoyen. Il sera récompensé d’un livre sur la Constitution68 ». Dans les autres écoles, des livres républicains existent, sauf dans deux, dont une utilisant le Bulletin des Lois. Dans cette période d’encouragement au décadi et de serment de haine à la royauté, une « remobilisation républicaine » est donc plausible. Mais il n’est pas exclu que le tableau soit quelque peu idéalisé lorsqu’on lit dans une autre visite des commissaires de Limours, le simple pastiche des questions posées par l’administration : « Nous avons trouvé tous les enfants munis des livres élémentaires qui ont été adoptés par la Convention. On y observait le décadi et on s’y honorait du nom de citoyen »69. Sur un plan plus général, des enquêtes partielles montrent que les écoles publiques (43 sur 71) sont plus nombreuses à posséder des livres élémentaires que les écoles particulières (24 sur 108)70. Cette question des manuels de l’an VI est donc au cœur de la pédagogie civique dévolue par le régime aux instituteurs.

L’instituteur, médiateur de la République ?71

  • 71 Nous renvoyons à notre article des Mélanges C. Mazauric, « Les instituteurs de la Première Républi (...)
  • 72 M. Langumier, Fêtes et cérémonies pendant la Révolution française dans le district de Bourg-la-Rei (...)

24Comme en l’an II, mais dans un contexte modifié, les instituteurs sont placés par le pouvoir au centre de la mission républicaine. Les tutelles administratives sont devenues plus lourdes, à travers les jurys, les vérifications des compétences et de moralité, les visites répétées. Mais il leur est toujours exigé d’être des missionnaires de la République dans leur activité quotidienne. Dans certains villages, le décadi et les fêtes décadaires ne sont plus guère observés que par le public scolaire. Lors de ces fêtes ont lieu des concours de récitations civiques et des remises de prix aux élèves méritants. Les fêtes de la jeunesse, agrémentées de cérémonies militaires, sont celles qui rassemblent le plus72, dans la ligne proposée par François de Neufchâteau. Selon la loi de thermidor an VI, les instituteurs publics doivent conduire les enfants à toutes les fêtes nationales. La concurrence est rude avec les ecclésiastiques, qui célèbrent parfois le dimanche, au vu et au su de tous. La défense de la République devient ainsi l’unique enjeu proclamé de l’école publique, tandis que les objectifs purement scolaires (lecture, écriture, calcul) passent au second plan ou sont dominés par ces objectifs idéologiques. L’instituteur est aussi celui qui est chargé de diffuser les lois auprès des adultes, en l’absence de personnel politique résidant au village. L’un des paradoxes tient au fait que l’instituteur n’est plus vraiment un fonctionnaire, puisque non rémunéré par l’État, mais que sa présence est jugée indispensable dans toutes les cérémonies civiques, auprès des juges de paix, des administrations communales et des officiers des gardes nationales. La permanence de ce type de discours nous semble toutefois masquer des évolutions profondes dans le sens du compromis plus que de la « guerre des écoles »...

La cohabitation scolaire ?

25En dépassant le cadre manichéen du discours républicain ou antirépublicain, les enquêtes montrent des tentatives et des formes de compromis qui ont peu été prises en compte à ce jour, en dehors de l’article pionnier d’Emmet Kennedy et de Marie-Laurence Netter.

  • 73 Exemples donnés par M. Gontard, et E. Kennedy et M.-L. Netter, art. cité, p. 19-20.
  • 74 S. Bianchi, « La bataille du calendrier ou le décadi contre le dimanche. Nouvelles approches pour (...)

26Ce compromis apparaît nécessaire aux deux parties. D’une part, de nombreux instituteurs républicains seraient condamnés à l’impasse en observant strictement les consignes ministérielles. Les parents exercent le chantage politique de retirer leurs enfants en cas de prosélytisme républicain trop appuyé. C’est ainsi que des instituteurs de Combs-la-Ville, de Brie-Comte-Robert (en Seine-et-Oise et en Seine-et-Marne) se plaignent de la désertion de 20 et de 45 de leurs élèves, pour des raisons idéologiques. Un instituteur de La Chapelle-la-Reine n’a plus que 5-6 élèves depuis qu’il n’utilise que des livres républicains ! Certains sont « punis » de la sorte pour avoir refusé certains services religieux comme sonner la cloche de l’église ou... chanter au lutrin. Les échos de province sont concordants. À Bergues dans le Nord, « si on parlait religion, les parents retireraient leurs enfants » ; dans le Gers « Dès qu’elle enseignerait cette matière (le catéchisme républicain) les élèves ne seraient plus confiés à ses soins »73. Mais d’un autre côté les écoles particulières sont surveillées étroitement un moment, au même titre que les publiques. Certaines, les « plus fanatiques », sont contraintes de fermer en l’an VI, si elles ne respectent pas le décadi ou si elles fêtent le dimanche74. Les instituteurs particuliers sont tenus de conduire leurs élèves aux fêtes nationales (thermidor an VI). Ils ne peuvent célébrer ostensiblement le dimanche sous peine de fermeture. De nombreuses écoles sont ainsi fermées en l’an VI dans les bastions de la renaissance catholique : en Sarthe, en Maine-et-loire et dans la Drôme. 58 maîtres particuliers sont révoqués dans la Manche. D’où des comportements de compromis qui se dégagent dans un sens comme dans l’autre, ce qui enrichit la problématique et introduit de nouvelles approches.

  • 75 Il en va de même à Auch.
  • 76 Arch. dép. Nord, L 4803.

27La Seine-et-Marne serait un bon laboratoire pour jauger cette « cohabitation obligée ». Selon l’enquête (fiable) le « fanatisme pénètre dans le tiers des écoles publiques » (les plus nombreuses). Les instituteurs y jouent sur les deux tableaux »75 : célébrer le décadi mais fermer les yeux sur le dimanche, utiliser tour à tour des livres républicains et l’Imitation de Jésus. Le mélange des deux cultures dans certaines écoles publiques ne laisse pas de surprendre. Pour certains il s’agit d’un retour partiel à la situation de l’Ancien Régime, quand le maître d’école assistait le curé dans les tâches religieuses, tout en prônant une certaine laïcisation. Certains instituteurs « républicains » sont qualifiés par leur hiérarchie de « fanatiques », voire « anti-patriotes »76. D’autres ne conduisent pas leurs élèves aux cérémonies décadaires. Le Directoire devient alors une période charnière dans le statut de l’enseignant, en rupture avec le volontarisme de la Convention montagnarde, annonçant la situation de certains instituteurs pendant la monarchie de Juillet, entre tutelle administrative et pression cléricale.

  • 77 E. Kennedy et M.-L. Netter, art. cité, p. 15 à propos d’un instituteur particulier de Charente.
  • 78 S. Bianchi, « Les curés rouges dans la révolution française », Annales historiques de la Révolutio (...)

28Mais d’autres surprises s’imposent, en sens opposé ou convergent. Près de 40 % des écoles particulières feraient preuve de civisme selon les commissaires, posséderaient des livres républicains que les maîtres utilisent lors des visites. Certaines de ces écoles respectent le décadi (et le dimanche), le port de la cocarde pour les élèves, et tenteraient de concilier la religion renaissante et la République modérée, dans le cadre d’une opinion publique peu politisée. Ce compromis durera autant que la vigilance des autorités. On peut noter des exemples d’anciens curés qui tentent de concilier la religion et la République, utilisant tour à tour la Constitution, le Journal de l’Agriculture et le catéchisme catholique77. À notre sens il conviendrait de mener une enquête sur les carrières des curés « démocrates » et des « curés rouges »78 qui avaient dû renoncer, la mort dans l’âme, au sacerdoce en l’an II, en tentant de rester des pédagogues civiques. Ils trouvent dans le régime du Directoire l’occasion de concilier à nouveau la morale républicaine et un christianisme épuré. Le sursaut républicain de l’an V est le meilleur encouragement à la recherche du compromis par cette catégorie originale d’enseignants.

  • 79 Arch. dép. Gers, L 664.
  • 80 Près de 50 % des communes n’ont pas d’école primaire de garçons en 1820 !

29Il tend pourtant à se relâcher au moment du coup d’État de Brumaire, dans un contexte d’abandon quasi général du décadi et de succès grandissant des écoles particulières. D’où le bilan lucide tiré par les Directeurs au moment de passer la main. Il n’empêche que ce compromis éphémère entre les deux écoles crée les conditions d’une possible réconciliation sur le terrain des cultures républicaine et chrétienne, rappelant l’époque qui a précédé la Constitution civile du clergé. On voit s’esquisser le portrait de l’instituteur idéal d’Auch, le citoyen Moreau79, dispensant un enseignement à la fois républicain et religieux, en règle avec le gouvernement (Le Catéchisme républicain et la Grammaire française) comme avec les parents qui le paient (l’Imitation de Jésus-Christ et la Bible). Pendant une période assez brève, de nombreuses écoles particulières ne sont pas anti-républicaines et de nombreuses écoles publiques concilient la Constitution et le catéchisme. Ceci tempère l’impression de « guerre des écoles » et d’effondrement de l’école primaire publique. À la décharge du régime directorial, il convient également de rappeler que la défense de l’école primaire obligatoire, publique, laïque rêvée par les réformateurs de l’an II n’a jamais constitué une priorité politique et financière ; le vote de la loi Daunou laissait la voie libre au « naufrage » de cette école, jusqu’à l’analyse de Destutt de Tracy, définissant en 1800 deux systèmes complets d’enseignement et la sphère « inférieure » de l’école du peuple. On doit aussi souligner que les régimes postérieurs (Empire et Restauration) s’inscrivent dans les mêmes logiques80, refusant de créer un corps d’instituteurs réellement fonctionnaires et de doter l’école primaire des moyens réclamés par une partie de l’opinion publique.

Des carences patentes

  • 81 R. Grevet, École, Pouvoir et Société (fin XIVe siècle-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais, Li (...)

30Mais si l’on en revient aux seuls enjeux civiques et républicains, les faiblesses du Directoire sont patentes, quels qu’en soient les responsables. Les carences du régime sont dénoncées par des centaines d’administrations et de communes qui évoquent dans leurs doléances les enjeux civiques de l’école primaire en les raccordant aux moyens financiers dont l’État doit la doter. L’administration cantonale de Limours rejoint ainsi les administrateurs du Nord et l’agent national de Seine-et-Marne. Elle déclare en fructidor an VI : « Le gouvernement républicain ne peut être maintenu que par des citoyens assez éclairés pour connaître leur intérêt. La République doit mettre l’instruction à ceux qui par leurs contributions concourent aux dépenses des établissements des écoles, l’organiser de manière à ce qu’elle soit physiquement à leur portée. Elle le doit aussi à ceux de qui elle exige par sa Constitution de savoir lire et écrire pour être inscrit sur le tableau civique ». En Seine-et-Marne l’agent de Lumigny (an VI) conclut en ces termes : « Il faut un instituteur propre à les [les principes républicains] mettre en action, assuré de trouver une rétribution indispensable à son existence ; il faut à celui-ci un emplacement sain et propre en étendue à son exercice ; il faut une loi précise pour contraindre les pères et mères à envoyer leurs enfants à l’exercice des écoles publiques ». Selon certains maires du Nord : « Sans instruction, point de véritable participation politique au niveau local ni de possible défense des droits de la collectivité ou des individus en particulier »81. Cette convergence situe bien le décalage majeur entre les idéaux républicains, incarnés par l’institution scolaire primaire (esseulée) et la détresse matérielle et physique qui caractérise cette institution sous le Directoire.

  • 82 Travaux cités, 1994. 17 instituteurs sont dans ce cas entre 1792 et 1795, mais seulement 4 entre 1 (...)
  • 83 À la suite de la loi Guizot, le traitement des instituteurs dépasse 600 francs par an et doublera (...)

31Moins considéré et plus isolé que sous la Convention girondine et montagnarde, l’instituteur au village ne peut travailler dans un contexte favorable à la tâche de missionnaire civique qui lui est impartie. Yves Pierronne montre que de nombreux instituteurs exerçaient en l’an II des tâches politiques complémentaires (officiers municipaux, secrétaires de municipalités, membres des sociétés populaires) qui ont disparu sous le Directoire82. Ne pouvant s’appuyer sur des municipalités représentatives (dont il était le secrétaire) ni sur des institutions républicaines solides (sociétés populaires), l’instituteur public est tiraillé entre le contrôle de sa hiérarchie, les pressions des parents et le réveil catholique, tout en étant discrédité financièrement et moralement. Il faudra attendre les effets de la loi Guizot pour une première revalorisation83 et l’essor des écoles normales, la Seconde et (surtout) la Troisième République pour que l’école primaire publique soit replacée au cœur du projet de formation d’un peuple citoyen, et pour que l’instituteur public retrouve ce rôle de médiateur républicain qu’il n’a pu exercer réellement sous le Directoire.

Les enseignants de la ceinture parisienne en 1789 d’après les rôles de taille de 1789 (sauf pour Saint-Denis, exempte de la taille, dont les personnels ont été recensés dans les délibérations municipales) Source : G. Gille, G. Weill dir., Les archives de l’Ile de France, coédité par les Archives des départements 77, 78, 92, 93, 94 et 95 en 1989, 380 p.

Les enseignants de la ceinture parisienne en 1789 d’après les rôles de taille de 1789 (sauf pour Saint-Denis, exempte de la taille, dont les personnels ont été recensés dans les délibérations municipales) Source : G. Gille, G. Weill dir., Les archives de l’Ile de France, coédité par les Archives des départements 77, 78, 92, 93, 94 et 95 en 1989, 380 p.

Répartition des effectifs enseignants entre 1787 et 1802 dans la ceinture parisienne. (Source : Yves Pierronne, 1994)

Répartition des effectifs enseignants entre 1787 et 1802 dans la ceinture parisienne. (Source : Yves Pierronne, 1994)

les enseignants dans le personnel révolutionnaire de la ceinture parisienne. (Source : Y. Pierronne, 1994)

les enseignants dans le personnel révolutionnaire de la ceinture parisienne. (Source : Y. Pierronne, 1994)

Titres : Mp : Maître(esse) de pension ; Me : Maître(esse a école ; In : Instituteur (rice) / Période : AR : Ancien Régime Fonctions politiques : Ad : Administrateur de district ; AN : Agen national ; EL : Électeur du département ; M : Maire ; OM : Officier municipal ; Pr : Procureur de la commune ; SG : Secrétaire Greffier ; Sp : membre de la société populaire

Inspection de sept écoles primaires du canton de Limours en l’an VI. (Arch. Dép. de l’Essonne, L166)

Inspection de sept écoles primaires du canton de Limours en l’an VI. (Arch. Dép. de l’Essonne, L166)

L’enquête de l’an VI. Questionnaire sur l’état matériel et moral des écoles primaires. (Arch. Dép. de l’Essone, L 166)

L’enquête de l’an VI. Questionnaire sur l’état matériel et moral des écoles primaires. (Arch. Dép. de l’Essone, L 166)

Les « bons » livres « élémentaires ». (Arch. Dép. de l’Essonne, L 166)

Les « bons » livres « élémentaires ». (Arch. Dép. de l’Essonne, L 166)

Notes

1 L’école primaire demeure le parent pauvre dans les publications comme dans les colloques du bicentenaire, avec un colloque sur les Manuels scolaires et Révolution française à Créteil pour 549 colloques recensés, Les colloques du bicentenaire, Paris, La Découverte, 1991, fiche 224.

2 D. Julia, Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris, Belin, 1981, 394 p. et Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989 : « Le grand espoir de régénération de la nation s’est brisé », p. 580. Les manuels généraux d’Albert Soboul, François Furet, Jacques Godechot (« L’école élémentaire fut l’échec de la Révolution en matière d’enseignement ») reprennent ce constat, radicalisé par Jacques Solé., La Révolution en questions, Paris, Le Seuil, 1988, p. 312 : « L’échec culturel le plus grave concerne l’éducation ».

3 F. Mayeur, De la Révolution à l’école républicaine, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, tome III, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1981, p. 88 : « L’enseignement supérieur s’adapte aux nécessités scientifiques et techniques mieux que ne l’avaient fait les institutions antérieures ». En contraste : « Force est donc de dresser un bilan d’échec de l’œuvre révolutionnaire en matière d’éducation primaire », p. 64.

4 S. Bianchi, « Le fonctionnement des municipalités cantonales dans le sud de l’Ile-deFrance sous le Directoire », dans Table ronde Du Directoire au Consulat (Valenciennes 1998), Lille, 1999, p. 169-187.

5 En particulier les enquêtes de l’an VI, de l’an IX et la consultation des archives des administrations cantonales.

6 Pour les débats et les textes imprimés (discours et plans) se reporter à M. Gontard, L’enseignement primaire en France de la Révolution à la loi Guizot, Paris, Annales de l’université de Lyon, 1959, note 9, p. 135-160 et p. 556-561.

7 À titre d’exemples, A. Aulard, « La politique scolaire du Directoire », Revue bleue, 1900, tome I ; J. Guillaume, Procès-verbaux du Comité d’instruction Publique de la Convention nationale, 6 volumes, Paris, 1890-1907 ; surtout M. Gontard, op. cit., 577 p. qui multiplie les exemples et études de cas, malgré un préjugé très défavorable à la politique directoriale.

8 H. Lemoine, « L’instruction primaire publique en Seine-et-Oise de 1789 à 1850 », Revue d’histoire de Versailles et de la Seine-et-Oise, 1944, p. 72-99.

9 Il avait rapporté la loi de juin 1793.

10 Auparavant ils passaient devant des assemblées municipales et générales.

11 En particulier sur la surveillance des enseignants, les certificats de civisme, les examens préalables. Pourtant les citoyens qui n’auraient pas fréquenté l’école publique seraient écartés de toute fonction publique, aux termes de l’article 14.

12 Expression de M. Gontard, op. cit., p. 151 : « un décret de réaction »...

13 Il s’agit d’un décret additionnel rédigé par Lakanal, motivé ainsi : « Si vous les abandonnez aux soins domestiques vous les condamnez pour la plupart à une entière nullité morale ».

14 Projet du 6 messidor an III.

15 Même si un principe théorique de surveillance figure à l’article 356 : la loi surveille particulièrement les professions qui s’intéressent aux mœurs publiques »,

16 Expression de J. Guillaume.

17 Expression de Ferdinand Brunot, citée par M. Gontard, op. cit., p. 155.

18 Article 1.

19 Article 2.

20 Articles 6 et 8.

21 Sauf pour un quart d’élèves indigents.

22 Expression tirée de J. Godechot, Histoire de la fonction publique, Paris, Nouvelle librairie de France, 1993, tome I.

23 Oratorien, Daunou avait été l’auteur d’un plan favorable à une école obligatoire, laïcisée et promouvant des instituteurs publics dès 1790, mais la Terreur a provoqué une évolution conservatrice. En contraste de cette « désorganisation » de l’école primaire, il est tenu pour le fondateur des écoles centrales !

24 C’est le cas de Pierre-Louis Ginguéné, rédacteur de la Feuille Villageoise jusqu’en août 1795 et de la Décade philosophique et littéraire.

25 Dont celui de Duplantier, qui voudrait retarder l’âge de fréquentation des écoles particulières.

26 État de l’instruction en France, cité par M. Gontard, op. cit., p. 180.

27 M. Gontard, op. cit., p. 183.

28 « Les écoles primaires sous le Directoire », Annales historiques de la Révolution française, 243, 1981, p. 3-38.

29 Lancée pendant les jours complémentaires de l’an V.

30 A. Jacquet, « Les écoles dans un canton rural : Limours », dans 89 en Essonne, École, science et société, 11, 1991, p. 25.

31 Arch. nat., F17 10 138.

32 266 écoles au total pour 399 communes.

33 Dans l’ensemble les effectifs des écoles publiques seraient plus élevés (de 7 élèves en moyenne par école) que ceux des écoles particulières, selon E. Kennedy et Marie-L. Netter, art. cité, p. 28.

34 A. Aulard, Paris sous le Directoire, p. 348.

35 Les instituteurs de l’an II ne touchent pas tous les 1 200 francs promis par la loi mais dans la plupart des cas plus de 700 francs, sans compter la rétribution du secrétariat de la municipalité.

36 La Convention interdit aux instituteurs de cumuler, S. Bianchi, Vie, pratiques et sociabilité politiques dans le sud de l’Ile-de-France (1787-1800), thèse d’État, Paris I, 1995, dactyl., p. 604.

37 S. Bianchi et M. Chancelier, Draveil et Montgeron, deux villages en Révolution, Le Mée, Amatteis, 1989, p. 316-317.

38 E. Kennedy et M.-L. Netter, art. cité : « l’enseignement républicain, bien accepté chez les garçons lorsque l’instituteur est habile, apparaît singulièrement répulsif pour les filles ».

39 Exemple de Dijon où 44 places sont à pourvoir pour 45 candidats

40 Arch. mun. d’Arpajon, 20 avril 1797.

41 Le terme de « raz-de-marée » employé par Maurice Gontard est sans doute excessif.

42 C’est le cas de l’Aisne (86 %), du Gers, de l’Yonne et du Bas-Rhin.

43 71 % d’écoles publiques en Seine-et-Marne.

44 Gazier, « L’école primaire et les évêques constitutionnels sous le Directoire », Revue d’histoire des deux mondes, 1910, p. 688-689.

45 Exemple de Launay-Courson dans le canton de Lintours, en germinal an IV, Arch. dép. Essonne, L 166.

46 Événements de prairial an III, Arch. nat., F 17 1353, dossier 3.

47 M. Gontard, op. cit., p. 147.

48 R. Reuss, Notes sur l’instruction primaire en Alsace, Paris, Nancy, 1910, p. 214-215, 234 ; C. Bloch, « L’instruction publique dans l’Aude pendant la Révolution », Revue internationale de l’enseignement, 1894, p. 31.

49 Y. Pierronne, « Les enseignants en Révolution dans la région parisienne (1787-1802) », Étude de 1994.

50 Arch. dép. Essonne, L 166.

51 Id.

52 Cas de Mennecy, à partir de données continues de 1740 à 1850 : « Évolution de l’alphabétisation dans le duché de Villeroy et dans le canton de Mennecy », colloque l’Essonne, l’Ancien régime et la Révolution (Mennecy, 1990), 1991, p. 111-116.

53 R. Grevet, « Alphabétisation et instruction des populations rurales du nord de la France (milieu XVIIIe, début XIXe siècle), colloque La culture paysanne (Rennes, 1993), Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 100, 1993, p. 441-458.

54 M. Chancelier et S. Bianchi, op. cit., p. 313 et 89 en Essonne, revue citée, 11, 1991, p. 22.

55 S. Bianchi, « Le fonctionnement des municipalités cantonales dans le sud de l’Ile-de-France sous le Directoire », colloque Du Directoire au Consulat (Valenciennes, 1998), Lille, 1999, p. 169-187.

56 Parmi les questions proposées aux candidats : « Tous les peuples s’accordent-ils dans les hommages qu’ils rendent à la divinité ? De combien de manières diffèrent-ils sur ce point ? » !

57 « L’école de la République commençait à sortir de terre en Tan II lorsqu’elle fut frappée (par la réaction et le reflux) », selon M. Gontard, op. cit., p. 188. À ses yeux le Directoire, particulièrement pour son bilan scolaire, « c’est encore la République, ce n’est plus la Révolution ».

58 Il s’agit de Richaud qui emploiera bientôt le terme d’« abolies » plutôt qu’“avilies ».

59 Rédigée par François de Neufchâteau lui-même. Sur le personnage, voir les travaux et la thèse de Dominique Margairaz, la présentation de Jean-René Suratteau dans le Dictionnaire historique..., op. cit., p. 481-483.

60 Titre d’un périodique rédigé par Lakanal, en mission républicaine à Bergerac en l’an II.

61 Les commissaires doivent vérifier également les questions relatives à la santé, à la nourriture et à la discipline.

62 Sur le Travail de la Commission d’instruction publique et les manuels, deux communications du colloque La République directoriale (Clermont-Ferrand, 1997), Société des Études Robespierristes, 1998 : Catriona Seth, « Parny et l’Instruction publique : un affrontement d’idéologie », p. 439-453, qui montre le rôle de Ginguéné et de François de Neufchâteau dans l’élaboration des livres pour la jeunesse ; et M.-E. Plagnol-Duval, « Enfance et littérature en 1797 », p. 455-474.

63 M.-E. Plagnol-Duval, art. cité, p. 474.

64 En 1797 paraît la septième édition de ses Principes de la grammaire française...

65 En ventôse an VI par exemple, Arch. dép. Essonne, L 166, affiche.

66 À propos des Cahiers d’histoire naturelle ou portefeuille des enfants et de l’Abrégé des hommes illustres de Plutarque, Arch. dép. Essonne, id.

67 Circulaire du département de Seine-et-Oise de brumaire an V, diffusant dans les cantons les Grammaires de Pankouke, de Lhomond et le Catéchisme Français.

68 Arch. dép. Essonne, L 166.

69 Id.

70 E. Kennedy et M.-L. Netter, art. cité, p. 32.

71 Nous renvoyons à notre article des Mélanges C. Mazauric, « Les instituteurs de la Première République. Essai sur les instituteurs et la naissance de l’éducation républicaine en milieu rural (1792-1800) », Pour la Révolution française, Rouen, Publications de l’université, 1998, p. 189-199.

72 M. Langumier, Fêtes et cérémonies pendant la Révolution française dans le district de Bourg-la-Reine, maîtrise Paris XII, 1983, 226 p. dactyl.

73 Exemples donnés par M. Gontard, et E. Kennedy et M.-L. Netter, art. cité, p. 19-20.

74 S. Bianchi, « La bataille du calendrier ou le décadi contre le dimanche. Nouvelles approches pour la réception du calendrier républicain en milieu rural », Annales historiques de la Révolution française, 312, 1998, p. 245-264.

75 Il en va de même à Auch.

76 Arch. dép. Nord, L 4803.

77 E. Kennedy et M.-L. Netter, art. cité, p. 15 à propos d’un instituteur particulier de Charente.

78 S. Bianchi, « Les curés rouges dans la révolution française », Annales historiques de la Révolution française, 1985, 262, p. 459-460.

79 Arch. dép. Gers, L 664.

80 Près de 50 % des communes n’ont pas d’école primaire de garçons en 1820 !

81 R. Grevet, École, Pouvoir et Société (fin XIVe siècle-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais, Lille, 1991, p. 242-246.

82 Travaux cités, 1994. 17 instituteurs sont dans ce cas entre 1792 et 1795, mais seulement 4 entre 1797 et 1802.

83 À la suite de la loi Guizot, le traitement des instituteurs dépasse 600 francs par an et doublera en 25 ans. Voir Enfances, publication du Comité de recherches historiques sur les révolutions en Essonne, 1999, S. Bianchi, « Instituteurs et historiens de leurs écoles », p. 62 ; et C. Carenton, « L’éducation de l’enfant : un enjeu entre l’État et l’Église », colloque L’Essonne au temps de la Seconde République (Crosne, 1998). La République confisquée ? 1848 en Essonne, Crâne, Créaphis, p. 23-40.

Table des illustrations

Titre Les enseignants de la ceinture parisienne en 1789 d’après les rôles de taille de 1789 (sauf pour Saint-Denis, exempte de la taille, dont les personnels ont été recensés dans les délibérations municipales) Source : G. Gille, G. Weill dir., Les archives de l’Ile de France, coédité par les Archives des départements 77, 78, 92, 93, 94 et 95 en 1989, 380 p.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Répartition des effectifs enseignants entre 1787 et 1802 dans la ceinture parisienne. (Source : Yves Pierronne, 1994)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1748/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre les enseignants dans le personnel révolutionnaire de la ceinture parisienne. (Source : Y. Pierronne, 1994)
Légende Titres : Mp : Maître(esse) de pension ; Me : Maître(esse a école ; In : Instituteur (rice) / Période : AR : Ancien Régime Fonctions politiques : Ad : Administrateur de district ; AN : Agen national ; EL : Électeur du département ; M : Maire ; OM : Officier municipal ; Pr : Procureur de la commune ; SG : Secrétaire Greffier ; Sp : membre de la société populaire
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1748/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Inspection de sept écoles primaires du canton de Limours en l’an VI. (Arch. Dép. de l’Essonne, L166)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1748/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1748/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre L’enquête de l’an VI. Questionnaire sur l’état matériel et moral des écoles primaires. (Arch. Dép. de l’Essone, L 166)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1748/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1748/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Les « bons » livres « élémentaires ». (Arch. Dép. de l’Essonne, L 166)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1748/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1748/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 348k

Auteur

Université de Rennes II

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540