Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Deuxième partie. Des facteurs d'intégration et de dissociation

Les dimensions économique, financière, sociale et culturelle de la Grande Nation

Introduction

Philippe Guignet

Texte intégral

  • 1 On ne manquera pas de se reporter à ce propos à l’ouvrage collectif dirigé par H. Hasquin sur La Be (...)

1À l’orée d’un après-midi de travail devant nous permettre de cerner au moins quelques aspects des dimensions économique, financière, sociale et culturelle de la Grande Nation, il n’apparaît pas malséant, d’autant plus que les départements belges réunis y seront souvent à l'honneur, de rappeler que le Directoire est une période décriée notamment dans l’historiographie de la Belgique1. Le régime français a été montré du doigt par les historiens libéraux comme par les catholiques. Alors que le catholique Godefroid Kurth dans son manuel d’histoire de Belgique décrit des Français arrogants et spoliateurs, le libéral Henri Pirenne justifie sans barguigner l’emploi qu’il fait de la dénomination de « domination française », alors qu’il parle dans d’autres chapitres de période espagnole ou autrichienne. Certes le mouvement wallon s’est attelé à réhabiliter la période française et aujourd’hui, les publications belges suscitées par le Bicentenaire l’ont bien montré, les passions se sont pour le moins apaisées. Beaucoup sont enclins à porter au crédit de l’occupation ou de la domination française l’établissement de règles et de droits identiques pour tous, une rationalisation des structures administratives et après les à-coups des débuts directoriaux, une incubation des transformations industrielles hissant la Belgique du XIXe siècle au premier plan. Les communications de cet après-midi évitent naturellement les prises de position polémiques ; il n’est cependant pas certain que l’image traditionnelle du Directoire s’en sorte sensiblement revalorisée...

2Trois grands axes de réflexion vont structurer nos travaux. L’histoire sociale des institutions et l’approche prosopographique de l’intégration des neuf départements belges réunis à l’espace de la République française sont les solides terrains où s’inscrit la communication de Matthieu de Oliveira. On observera que sa contribution est un utile complément à la thèse de Jacques Logie sur les magistrats des cours et des tribunaux en Belgique (1794-1814). La constatation la plus importante formulée par cet auteur est celle d’un bouleversement du monde judiciaire à compter de l’annexion du 9 vendémiaire an IV. Les magistrats issus des juridictions supérieures d’Ancien Régime ne figurent que dans un nombre limité de cas au sein des nouveaux tribunaux. M. de Oliveira aboutit à des conclusions d’une tonalité bien différente lorsqu’il s’agit des administrations financières. Nous écouterons donc avec une particulière attention sa démonstration qui invite à un approfondissement prosopographique par l’analyse des cercles de nuptialité et des alliances des grands administrateurs.

  • 1 à paraître.

3La seconde approche valorisée par nos communicants est naturellement économique. J.-J. Heirwegh, F. Antoine1 comme G. Gayot privilégient à la fois les idéologies et les pratiques. L'intégration des départements belges dans l’espace français offre des perspectives nouvelles aux milieux d’affaires. Les approches de ces auteurs apparaissent en fait redoutablement convergentes. L’ouverture des Pays-Bas méridionaux sur le monde éveille de grandes espérances chez beaucoup. Les réponses des Chambres de commerce et les mémoires statistiques des préfets ne le cachent pas. G. Gayot fait l’inventaire critique de la notion de modernisation économique et se livre à un travail réflexif sur les mots de la modernisation. L’espace industriel observé de Verviers à Eupen et à Montjoie et plus largement l’espace économique unifié de la Seine au Rhin lui apparaissent comme un territoire de prédilection pour l’expérimentation libérale où les principaux acteurs commencent à trouver les mots justes pour magnifier l’exercice libre et illimité des activités industrielles et commerciales. En tout cas, la croissance économique fut au rendez-vous, comme d’autres études l’ont montré de longue date. Il est clair que cet essor fut un ciment toujours friable mais décisif afin de solidariser les peuples et les territoires « belgiques » avec la République française puis l’Empire. Ces solidarités territoriales et macroéconomiques nouvelles ont-elles été sans effet sur le lien social, sur ce qui fait tenir une société debout une fois que les solidarités organiques soudant tant bien que mal la société de corps d’Ancien Régime ont disparu ?

  • 2 R. Grevet et P. Marchand, dir., « Les débuts de l’École républicaine (1792-1802) », Actes du Colloq (...)

4Le dernier terrain investi par les intervenants relève de ce que nous serions tenté d’appeler les sauvegardes éducatives et hospitalo-caritatives du lien social. Ce domaine historiographique sur lequel campent l’histoire de l’éducation comme celle des hôpitaux peut paraître déjà fort occupé mais S. Bianchi, Y. Marec et L. Delporte démontrent qu’il comporte encore quelques terres en friche. S. Bianchi convie à rouvrir le dossier de l’instruction publique au temps du Directoire. Il ne manquera certainement pas d’être interpellé tant le constat semble sans appel : l’école primaire publique n’est plus sous le Directoire en situation d’assurer un encadrement civique et républicain des enfants digne de ce nom. Il est vrai que l’effondrement des petites écoles publiques va de pair avec la multiplication des établissements privés. Les participants ne manqueront pas de faire le lien avec les apports d’un autre colloque tenu à l’Université de Lille 3 en 1995 sur L’École républicaine2. Quant aux contributions de Y. Marec et L. Delporte, elles inciteront certes à mieux se remémorer les avatars de politiques hospitalières conduites de l’Ancien Régime au premier tiers du XIXe siècle. La législation dans ce domaine est toutefois déjà bien connue. La nouveauté des propos tient surtout à une meilleure prise en compte d’une part de l’articulation des diverses instances décisionnelles, du local au national, d'autre part à une valorisation du jeu fonctionnel permettant d’emboîter les institutions hospitalières et les secours à domicile dans un système global de régulation sociale.

5Ma tâche s'achève. Il s’agissait de planter le décor et d’amorcer des pistes de réflexion appelées à se prolonger dans la discussion. On nous permettra simplement d'ajouter que l’organisation d’une table ronde suppose une approche analytique d’une période. Il va de soi que le poids des dissensions religieuses rappelées ce matin par B. Plongeron a beaucoup pesé sur le remodelage des structures éducatives et hospitalo-caritatives. Sur le plan économique et celui des idéologies économiques, l’effondrement de l’encadrement religieux et le discrédit infligé à l’éthique sociale véhiculée par le catholicisme tridentin créaient un vide dans lequel l’idéologie libérale trouvera commodément place en dépit des coups d’arrêt aux effets réels mais limités d’une résistance populaire sporadique. Mais n’anticipez pas trop sur les développements d’une possible discussion.

Notes

1 On ne manquera pas de se reporter à ce propos à l’ouvrage collectif dirigé par H. Hasquin sur La Belgique française, 1792-1815, Bruxelles, Crédit Communal, 1993.

2 R. Grevet et P. Marchand, dir., « Les débuts de l’École républicaine (1792-1802) », Actes du Colloque des 23-25 novembre 1995, Revue du Nord, no spécial, t. LXXVIII, no 317, oct.-déc. 1996, p. 663-1070.

Notes de fin

1 à paraître.

Auteur

Université de Lille 3 (CRHEN-O)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540