Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Première partie. Quelle Grande Nation

La Suisse face à la Révolution française : une conception différente de la Nation ; de la République des Suisses à la République helvétique (1789-1803)

Alain-Jacques Czouz-Tornare

Texte intégral

1Où se trouve la Suisse ? Hors jeu ou hors catégorie, la Suisse n’appartient ni à l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest ni à celle du sud du continent. Sa place naturelle serait au centre, mais les histoires de l’Europe centrale n’en font habituellement guère cas.

2Autre particularisme, lorsque débute le processus révolutionnaire français, les Suisses ont derrière eux un passé républicain des plus fournis. Les valeureux habitants de Suisse centrale peuvent même se targuer de compter au nombre des plus anciens républicains. N’ont-ils pas lutté et expulsé les Habsbourg de leurs territoires (Uri, Schwytz, Unterwald) dans le courant du XIVe siècle ? Leur propre conception de la Nation et de la République, forgée de haute lutte au fil du temps et figée par la tradition, loin de les préparer à accompagner avec sympathie la Révolution française, va rapidement se heurter à la nouveauté républicaine venu d’outre-Jura. Les Français ne verront ou ne voudront pas voir les différences fondamentales entre la démocratie vue respectivement de France et de Suisse. L’essentiel pour les révolutionnaires français n’était-il pas l’existence de ce précédent républicain dans une Europe généralement monarchique ? Ménagé pour des raisons idéologiques et stratégiques, le Corps helvétique continua à s’endormir sur ses lauriers républicains jusqu’à ce que le Directoire, impatient de normaliser la situation sur un secteur sensible de sa frontière ne vienne imposer à la Suisse, au tout début 1798, une République une et indivisible Au cours du XIXe siècle, les Suisses développèrent une vision fédéraliste, dont Napoléon Bonaparte posa les fondements en 1803, par l’Acte de Médiation. Ils l’opposèrent à la conception centralisée et jacobine de la République sensée servir durablement de point de référence négatif.

3Les Suisses furent d’autant plus les témoins attentifs des événements internationaux qu’ils se trouvaient dans l’impossibilité d’y prendre une part active. Des républicains jugèrent souvent sévèrement d’autres républicains sans toujours les comprendre. À cheval sur plusieurs modes de pensée et de civilisation, ils apportèrent un regard original et sans complaisance sur leurs voisins français.

LE PRESTIGIEUX PASSÉ RÉPUBLICAIN DES SUISSES

  • 1 Voir à ce sujet notre texte : « L’idée républicaine en Suisse », Annales historiques de la Révoluti (...)

4La Suisse subsiste dans l’inconscient collectif comme l’un des relais constitutifs de la démocratie issue de la Grèce antique. Rendant hommage à une Confédération suisse sept fois séculaire, le président de la République française adressa le 5 juin 1991 au gouvernement suisse un message débutant par ces mots : « Lorsqu’en 1291, les représentants des trois vallées signèrent le pacte d’où est issue la Confédération suisse, ils posèrent au même moment, les fondation de la liberté en Europe »1.

5En 1396, se déroula la retentissante bataille de Sempach qui vit une troupe de paysans et de montagnards des cantons primitifs farouchement indépendants détruire une armée autrichienne formée de soldats de métier. Cette victoire populaire rendit crédible l’alternative d’un ordre social n’impliquant plus obligatoirement la soumission à des hiérarchies aristocratiques. Ainsi se constitua une réunion de petites Républiques au cœur des monarchies, la nation helvétique réputée pour sa faculté de résistance à l’Autriche.

LES RÉPUBLIQUES DE LA SUISSE FORMENT-ELLES UNE NATION ?

  • 2 J. de Müller (Johannes von Mueller) Vue générale de la République fédérative des Suisses, 1776-1777 (...)
  • 3 Voir à ce sujet notre communication en collaboration avec E. Maradan, « Une république aristo-démoc (...)
  • 4 Voir notre communication avec E. Maradan, « Un anti-nationalisme : la nation suisse à la fin du dix (...)

6Le Corps helvétique était formé d’une Confédération de Républiques. Jean de Müller évoque la République fédérative des Suisses2. Il faudrait plutôt parler des Républiques de la Suisse tant il y avait peu de correspondance entre, par exemple, la République démocratique d’Appenzell et celles, aristocratiques de Fribourg3 ou de Berne. La conception corporative de l’État à Bâle ou Zurich était aux antipodes des démocraties alpestres de Suisse centrale. Mais même celles-ci possédaient des sujets non-privilégiés, lesquels formaient d’ailleurs la majorité des habitants du Corps helvétique. Si, selon Montesquieu, « l’Europe est une nation de nations », nous pouvons avancer que sous l’Ancien Régime, la Suisse était une république de républiques. La raison d’être de la république en Suisse était de ne point permettre l’émergence d’une monarchie, dont le seul souverain légitime n’aurait pu être que celui de l’Autriche. La république représentait en terre confédérale le plus petit dénominateur commun, le meilleur moyen d’éviter la création d’un pouvoir central incompatible avec l’existence de cantons souverains. Certes, une Diète fédérale se réunissait annuellement à la fin du XVIIIe siècle, mais il s’agissait d’une simple conférence d’ambassadeurs munis d’instructions de la part des XIII cantons souverains. Il n’existait d’ailleurs pas de pacte unique qui définissait réellement les obligations des cantons confédérés. À la Diète, toute décision se prenait à l’unanimité et les députés délibéraient ad référendum, soit sous réserve de l’approbation des cantons. Le Noble corps helvétique ne disposait donc pas même d’une forme sommaire de gouvernement central comme c’est le cas dans les Provinces-Unies avec les États généraux et le Stathouder. Peut-on pour autant en faire une anti-nation ?4 Si la Nation réside effectivement dans la communauté formée volontairement par des hommes libres et égaux en droits, les cantons fondateurs de la première Suisse, en 1291, formaient alors bel et bien une Nation avant la lettre. L’anomalie résidait plutôt dans la forme prise par son extension à géométrie variable, puisqu’associant territoires libres et colonisés dans le cadre de structures politiques et sociales totalement dissemblables. Au fond, cette nation est hors des normes françaises, puisque dans la France révolutionnaire, la Nation rassemble les patriotes-citoyens formant la volonté générale, tandis qu’en Suisse, l’idée de Nation garantit et même dans une certaine mesure fige les particularismes. La Nation suisse est un principe unificateur qui nourrit chacune de ses composantes de mythes communs fondateurs. À défaut d’une personne au pouvoir, c’est le pays tout entier qui est vu et vécu comme Corps helvétique. Le terme de souverain d’ailleurs s’applique toujours au peuple suisse dans son ensemble. Au fond, les Ligues des hautes Allemagnes auraient fort bien pu prendre l’appellation de Communauté des États indépendants, dans la mesure où l’on peut parler ici de nations cantonales. Contrairement à la France qui a toujours construit son unité contre tous les ferments de dispersion intérieure, la Suisse a bâti la sienne sur la reconnaissance de l’identité de chacune de ses composantes, privilégiant ainsi le jeu des équilibres par rapport au centre polarisateur. En ce sens, à l’opposé de la France, l’idée de la Nation a précédé en Suisse celle de l’État, à tel point que la Suisse ne devint réellement un État de droit qu’en 1798 seulement.

LE MODÈLE ARISTO-DÉMOCRATIQUE DE COOPTATION

  • 5 P. Guignet, Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle, Paris, 1989.
  • 6 G. Delaloye, « Dévoués à l’invention d’une identité suisse, les Alémaniques n’ont pas trouvé la leu (...)
  • 7 Cité par P.-A. Stauffer, « Quand l’histoire se confond avec la mythologie », L’Hebdo, 4 février 199 (...)

7À Berne, Soleure, Lucerne ou Fribourg, dominait une bourgeoisie privilégiée nommée Patriciat, lequel fait penser aux institutions politiques en place dans les « Bonnes villes » du Nord de la France et des Flandres décrites par Philippe Guignet dans sa thèse de doctorat d’État5. Comme a pu l’écrire le journaliste G. Delaloye : « Que la Suisse de l’Ancien Régime, engoncée en des cités étriquées et mesquines, phagocytée de surcroît par des oligarchies prétentieuses autant que bornées, passe pour un lieu avancé de démocratie politique peut surprendre. Ce serait oublier que l’invraisemblable enchevêtrement des liens entre souverains, alliés et sujets dans l’espace suisse de l’époque ménageait des poches indiscutables de libertés »6. Si ces cantons restaient toujours nominalement des républiques, celles-ci consistaient en autant d’aristodémocraties de cooptation, dont les institutions tendaient à perpétuer le pouvoir d’un petit nombre tout en empêchant l’émergence d’un pouvoir personnel. Le sous-développement institutionnel et l’absence d’un gouvernement fédéral allait de pair sous l’Ancien Régime helvétique avec l’idée que l’on se faisait d’une alliance des confédérés, garante des droits individuels de chaque canton. De plus, les différents pays suisses d’origine germanique, qui se définissent par leurs libertés individuelles et collectives ont toujours essayé de briser l’ambition et le pouvoir personnel. D’inspiration démocratique et égalitaire, la société suisse a toujours répugné à toute forme d’élitisme. Ce qui a pu faire dire à Georges Arès, en ce qui concerne notre époque contemporaine, que « la Suisse est une confédération de républiques lilliputiennes dont le monarque se nomme Suffrage universel »7. Ainsi, l’attachement à la république est perceptible dans les aristodémocraties par l’exclusion des nobles des plus hautes charges de l’État, et l’élection des « Soixantes » ou du Petit Conseil par un tirage au sort appelé « aveugle » ou « die blinde Wahl » en allemand. Dans cet esprit et à l’ombre virtuellement tutélaire des Habsbourg, une monarchie - même réduite à un simple principe unificateur comme dans le Saint-Empire romain germanique - était déjà irrecevable. Ainsi, les titres de « nobles, illustres, puissants et souverains seigneurs », qu’exhibaient les patriciens étaient encore une manière d’affirmer un pouvoir pluriel et non seulement une manière de singer l’aristocratie. En ce sens, la république du point de vue suisse était bel et bien une antimonarchie, bien plus sûrement que la future république centralisatrice française héritière de la monarchie capétienne. À défaut du serment de haine à la monarchie en vogue en France sous la Révolution, le fameux serment des trois Suisses fondateurs symbolisait depuis cinq siècles l’adhésion volontaire à une Nation plurielle et l’hostilité envers toute orientation monarchique.

  • 8 F. de Capitani, Emblèmes de la Liberté, p. 340.
  • 9 Voir à ce sujet : Emblèmes de la Liberté. L’Image de la république dans l’art du XVIe au XXe siècle (...)

8Même si la plupart des États de Suisse dérivaient de plus en plus en oligarchie à la fin du XVIIIe siècle, tous prenaient un soin particulier à entretenir les fondements symboliques républicains de leurs institutions. Comme le rappelle François de Capitani en ce qui concerne Berne, si « aucune autre ville suisse n’entoure ses avoyers de tant de magnificence [...] ce cérémonial met en exergue les principes républicains, celui par exemple - répété à satiété - selon lequel nul détenteur de charge officielle n’est audessus de la loi »8. À Berne, le plus grand des cantons suisses de l’époque (1/3 du territoire) les emblèmes de la république se mêlaient harmonieusement aux signe de l’aristocratie. Offert en 1726 aux autorités par le peintre Johann Grimm (1675-1747), le « calendrier perpétuel », qui se présente sous la forme d’un arc de triomphe composé d’armoiries, se trouve surmonté du titre : Suprematus Magistratus Reipublica Bernensis. De même le « trône » de l’avoyer, placé en 1785 dans la salle du Petit Conseil de l’hôtel de ville, présente sur son dossier outre les emblèmes de la souveraineté de la République bernoise l’inscription « Freiheit-Gleichheit »9. À ce titre, relevons que des Républiques aussi différentes que la bernoise et la française vont puiser à la même source antique. La grande médaille du mérite fait apparaître en 1752 la République de Berne sous la forme d’une Minerve casquée, tenant dans sa main gauche une hampe surmontée d’un bonnet de la liberté, tandis qu’à Fribourg, les armoiries de l’État de Fribourg, ornant le nouveau règlement militaire de 1790, sont surmontées du chapeau de Guillaume Tell, symbole de liberté, en lieu et place de la couronne.

9En Suisse, le principe républicain apparaît consubstantiel à celui de nation suisse. En 1774, dans son roman Fabius und Cato, Albrecht von Haller évoquant les diverses formes étatiques de son temps ne pose plus la question fondamentale du choix de la république ou de la monarchie mais formule le dosage qu’il convient d’établir entre démocratie et aristocratie au sein de la république.

  • 10 -J.-J. Rousseau, Du Contrat social, 1762, Livre II, chapitre VI.
  • 11 J.-J. Cart, De la Suisse avant la Révolution et pendant la Révolution, Lausanne, 1802, p. 2.

10Le « Noble Corps helvétique » forme une république au sens rousseauïste du terme, puisque, pour le citoyen de Genève, « Tout gouvernement légitime est républicain. Je n’entends pas par ce mot une aristocratie ou une démocratie, mais en général tout gouvernement guidé par la volonté générale »10. Même le Vaudois Jean-Jacques Cart, pourtant virulent à l’égard de l’Ancien Régime, dut admettre que « L’on trouvait dans la plupart de ces Conseils Souverains des Magistrats de tous les métiers [...] C’est ainsi que quelques prétendus gentillâtres, mais essentiellement les marchands, les avocats, les apothicaires, les bouchers, les boulangers, les cabaretiers, les teinturiers, les tailleurs, les savetiers, en un mot, tous les bourgeois de chaque ville capitale étaient souverains despotes d’un canton »11. Sommes-nous si éloigné d’une république de notables de style IIIe République française par exemple ?

LA PLURISÉCULAIRE PRÉDOMINANCE FRANÇAISE EN SUISSE

11Le petit homme malade au cœur de l’Europe qu’était la Suisse, se montra d’autant plus sourcilleux quant aux ingérences étrangères, qu’elle chercha à éviter que ne soit trop visible l’influence française. Or, si cette ligue permanente de petits États souverains a pu subsister c’est qu’il convenait aux grandes puissances de soustraire cette zone stratégique à la convoitise de quiconque. À quoi bon faire la guerre pour l’acquisition de ce cœur-balcon de l’Europe, puisque la nature l’avait si bien pourvu de défenses naturelles assurant l’existence d’un État à part entière. C’est en se sens que la Suisse est une Nation de l’extérieur. Étant la moins dangereuse pour la Suisse, la monarchie capétienne se chargea naturellement d’assurer la survie de cette mosaïque territoriale. Les Suisses gérèrent finalement aussi efficacement leur image - la fameuse « liberté des Suisses » (Schweizer Freiheit) que les cols alpins confiés à leur garde. Ainsi, alors qu’Y. Florenne a pu présenter la France comme « une et divisible », la Suisse, confédération de résistances, semblait désunie mais indivisible, de par la volonté intéressée des grandes puissances pour qu’il en soit ainsi.

12Quand on parlait en France de Nation suisse, c’est moins au sens de tribu ou de peuple comme lorsque les voyageurs du XVIIIe siècle évoquent la » nation iroquoise » que par la volonté de faire admettre - même en partie de façon fictive - l’indépendance-neutralisation de ce glacis entre Rhin et Rhône. En concevant l’expression même de Nation suisse, la France considérait la Suisse comme un bloc afin de pouvoir en tirer bénéfice. D’ailleurs, quand on parlait à Paris de « ceux de la Nation », il était inutile d’ajouter « suisse » pour comprendre qu’il s’agissait de la Confédération. Réciproquement, quand on disait le roi dans certains cantons catholiques en particulier, il était généralement superflu d’ajouter de France, tant il fonctionnait, avant même que Napoléon Bonaparte ne s’en adjuge le titre, comme médiateur virtuel en Suisse car principe unificateur tacite entre les cantons. C’est ainsi que, sous protection française, le Corps helvétique a pu représenter l’archétype des systèmes démocratiques modernes et une expérience historique unique, puisque protégée artificiellement par et du monde extérieur. Or, ce prétendu modèle tendait à préserver un conglomérat de particularismes sans intention de projeter son histoire et son système sur les autres pays et encore moins de tendre à l’universel. Ce qui explique en grande partie pourquoi ce modèle suisse tant admiré de démocratie n’a pu être exporté.

13La tragique journée du 10 août 1792 qui vit l’effondrement de l’établissement suisse en France entraîna pour les Suisses la perte de cet interlocuteur valable qu’était le roi. Là où le roi rassurait, la très Grande Nation faisait peur à la toute petite nation, surtout après l’avènement du Directoire.

LA SUISSE RÉFÉRENCE RÉPUBLICAINE

14En cette fin de XVIIIe siècle, la Suisse avait à défendre une réputation de société alpestre inaltérée, d’État démocratique libre où les vertus républicaines antiques perduraient. Les Suisses bénéficiaient alors d’un immense capital de sympathie dans un monde qui chérissait ses glaciers sublimes et ses bergers naïfs. Jean-Jacques Rousseau avait transformé dans l’imaginaire collectif la Suisse en véritable Arcadie, survivance miraculeuse d’un monde préservé de la décadence. Difficile dans ces conditions pour les Français, de voir en eux de grands enfants à encadrer comme pour leurs autres voisins.

  • 12 Voir à ce sujet : D. Johnson-Cousin, « La Suisse en tant qu’utopie dans l’Encyclopédie de Paris et (...)
  • 13 « Lettres écrites de Suisse », cité par Ricco Labhardt, Quel Tell, p. 84.

15Durant la période pré-révolutionnaire en France, la Suisse se met à représenter affectivement plus que ce qu’elle était encore effectivement. Nombre d’auteurs s’évertuèrent alors à la présenter ou à en faire un modèle de représentation de la société naturelle. Ainsi, en 1757, Genève, pourtant en butte à d’implacable dissensions politiques, est-elle perçue par l’Encyclopédie comme la « république si sage et éclairée », le séjour « de la philosophie et de la liberté ». La Suisse en général était alors présentée comme le « pays-que-la-raison-désire », selon la formule du chevalier de Jaucourt dans l’Encyclopédie de Paris (1751-1780) de d’Alembert et Diderot12. À la suite d’un Voltaire proclamant : « Liberté, liberté ! Ton trône est en ces lieux », Roland de la Platière fit de la Suisse en 1780 le seul pays « où l’homme avec la simplicité de la nature, ait conservé la dignité de son être, où la liberté vivement sentie ne soit point une chimère »13. En 1791 encore, lors de la première séance de la Société des amis de la Constitution de Troyes, le 27 février, son président décrira les patriotes comme « semblables aux rochers de l’heureuse Helvétie ».

  • 14 Sur les causes de cette modération voir notre communication : « L’invasion tardive des cantons suis (...)

16Le nouveau régime en France cherchait à créer une filiation fictive entre lui et les diverses républiques existantes. Il y parvint en ménageant la neutre Helvétie, le temps de son propre enracinement, pour mieux jouer corollairement sur l’apparente similitude des deux pouvoirs républicains. Que la Suisse se soit placée de fait dans un état de non-belligérance favorable à la Coalition importait peu sur le plan idéologique. La France révolutionnaire réinventait, au fur et à mesure de ses besoins et pour son usage interne, une République suisse amie naturelle. Ce qui explique en grande partie l’attitude bienveillante voire complaisante d’un Robespierre14, tandis que Guillaume Tell devenait un héros éponyme de la Révolution, donnant son nom, en décembre 1793, à la section parisienne du Mail. D’une certaine manière, la Nation suisse à bout de force cédait bien involontairement son fond de commerce républicain à la France, dans le cadre informel d’un transfert de légitimité.

  • 15 Cité par Pierre-André Stauffer, L’Hebdo, Le magazine suisse d’information, 23 décembre 1992, p. 16.
  • 16 Voir notre communication en collaboration avec E. Maradan, « Les résistances suisses à l’Europe jac (...)

17Au moment où triomphe la Révolution française, les « libres Suisses » peuvent se sentir confortés dans leur manière de vivre, étant présentés comme des « pâtres détenteurs des vertus républicaines primitives » par les hommes nouveaux de la France : image rousseauïste et préromantique à souhait. Face à la Révolution française, ce paquet mal ficelé de républiques se rassurait à bon compte en se présentant comme l’une des plus vieilles démocraties des temps modernes. Les Suisses pouvaient légitimement avoir la sensation du devoir républicain et de la révolution déjà accomplis. Les penseurs avaient suffisamment vanté ses mérites de république modèle pour qu’après avoir survécu aux déchirements de l’Europe et au mépris des régimes autocrates, elle ait pu traiter de haut la toute jeune et insolente République française. Tandis que les Français avaient eu recours aux glorieux ancêtres helvétiques pour légitimer leur propre démarche, les Suisses interprétèrent l’attention qu’on leur portait comme une reconnaissance de leur forme archaïque de gouvernement. D’autant plus que les Suisses avaient toujours été particulièrement sensibles à l’image que l’on se faisait d’eux à l’étranger, peut-être parce qu’ils sentaient confusément combien la création et le maintien de leur pays avait été et restait tributaire du bon vouloir de leur environnement. Les Suisses ne se croient pas directement concernés par ce qui se passe à l’extérieur pour mieux (faire) oublier tout ce que nous lui devons. Pour l’écrivain soleurois Peter Bischsel, « l’image que nous nous faisons de notre pays est un produit importé. Nous vivons dans la légende que l’on a créé autour de nous »15. À tel point qu’une grande partie de la Suisse persiste à s’enraciner dans une Sondergeschichte, une histoire vécue comme séparée de celle du reste de l’Europe16. Toute une tradition historique que la Révolution française n’a fait qu’exagérer a encouragé la Suisse à se considérer comme un Sonderfall, un cas particulier, un État unique en son genre.

LIBERTÉS CONTRE LIBERTÉ

  • 17 G. de Reynold, Défense et illustration de l’esprit suisse, Neuchâtel, éd. de la Baconnière, 1939, p (...)
  • 18 M. Vovelle, « Révolution, Liberté, Europe », op. cit., éd. La découverte, Société des études robesp (...)
  • 19 J.-F. Leuba et O. Piller, Rapport des Commissions de la compréhension du Conseil national et du Con (...)

18Les libertés telles que les concevaient les Suisses étaient incompatibles avec la Liberté conceptualisée par les Français. Comme l’a bien montré Gonzague de Reynold, la Suisse « s’est formée non par unifications, mais par agrégations ; elle s’est constituée, non pour fondre les groupes humains dans un plus grand tout, mais pour leur assurer leur être propre, leur autonomie ». Et de rappeler que « les cantons suisses ne sont point de simples divisions territoriales. Ils sont des républiques »17. Comme nous l’avons vu, la Confédération n’opposait pas la république à l’aristocratie et associait les notions d’égalité et de privilège. Un Suisse pouvait facilement intégrer à son schéma de pensée la « glorieuse » Révolution anglaise de 1688, comprise comme un retour à un état antérieur, mais surtout pas une révolution faisant table rase du passé. Ce respect atavique des héritages, des hiérarchies et des longues traditions séculaires se trouvait aux antipodes du modèle français de la nation et d’une Révolution française laquelle, comme l’a écrit M. Vovelle, « associant intimement l’idée de liberté, d’émancipation, voire violente, à celle de nation, propose un modèle de la nation à la fois original et destinée à un grand avenir »18 En ce sens, l’idéal du notable suisse annonce la société vue par Burke comme « une communauté cimentée par l’histoire ». Cette analyse reste d’ailleurs toujours d’actualité. Analysant les causes de l’échec du vote du 6 décembre 1992 sur l’adhésion à l’EEE, un rapport des commissions du Parlement suisse rend ce verdict : « La Suisse alémanique a une vision très idéalisée de l’histoire du pays, histoire faite de la résistance aux « juges étrangers », donc une vision du pays tournée vers un passé glorieux mythifié »19.

19La Révolution française aurait pu être pour les Suisses une divine surprise. Confiants dans leur passé, les Suisses ne pouvaient penser que la république ait pu avoir un quelconque avenir à l’étranger. Solidement attachées à une idéologie sereinement conservatrice, d’inspiration aussi traditionnelle que républicaine, les oligarchies cantonales se montrèrent tout de suite des plus réservées à l’égard des changements opérés en France voisine. Le pouvoir d’inertie, le seul qui unifiait vraiment les Suisses de l’époque, était tel qu’il les empêcha de profiter de cette dynamique pour se régénérer, contrairement à ce qui se passera en 1830.

20Les Suisses au pouvoir comprirent très vite que la conception française de la liberté ne correspondait nullement avec le système de valeurs qui sous-tendait leur propre manière d’être libre. Il est difficile de trouver une distance mentale plus grande que celle séparant les républicains suisses des jacobins français sur les moyens de promouvoir la démocratie. Pour les Suisses la liberté exprimait avant tout leur indépendance à l’égard des grandes dynasties et l’autonomie des corporations et de leurs membres. Quant à l’égalité, elle valait pour les citoyens au sein de leurs corps sociaux respectifs.

  • 20 J.-H. Meister, Appendices à ses souvenirs, p. 231.

21Même les Suisses partisans des idées nouvelles restaient hostiles à la conception jacobine de la société. Comme l’exprima en 1795, le Zurichois Henri Meister : « Je déteste et détesterai toujours les révolutions [...]. L’esprit du jacobinisme est, par sa nature même, destructif de toute espèce de gouvernement, qu’à côté d’un institut aussi désorganisateur, la république la plus démocrate ne se soutiendrait pas mieux que la monarchie la plus illimitée »20.

  • 21 M. Vovelle, « Révolution, Liberté, Europe », op. cit., p. 133.
  • 22 Voir à ce sujet les articles de P.-A. Stauffer, L’Hehdo du 1er décembre 1994, p. 12 et du 23 mai 19 (...)

22La manière suisse de penser la liberté et la république était naturellement influencée par des siècles de tradition qui avaient forgé l’identité de la nation suisse. Comment accepter le caractère fulgurant de la Révolution Française ? Michel Vovelle a pu écrire avec justesse : « Quelque soit l’aspect mystificateur du discours de « la Grande Nation » qui s’élabore à partir de 1796 et 1797, et l’esprit nouveau qui l’inspire, renforçant le sentiment de supériorité de la France sur les républiques sœurs ou les peuples soumis, reste l’idée que la France est l’agent de propagation de la liberté »21. Certes, mais l’espace identitaire confédéré fonctionnait avec un modèle particulier de la liberté. La Suisse alémanique en particulier, la seule qui comptait à l’époque, estimant être la plus authentique incarnation de la liberté, n’a que faire, semble-t-il, de la Liberté imposée de l’extérieur22. Les Suisses voulaient bien que la nouvelle France s’inspire de leurs principes, mais n’acceptaient pas de leçon de leur grande protectrice. Celle-ci eut de plus en plus tendance à considérer ses voisins comme de pauvres hères qui devaient trouver leur salut dans Limitation servile du modèle révolutionnaire. Il s’agit bien en quelque sorte d’un conflit de générations dans le landerneau républicain. Les vieux Suisses avaient maintenu une république, au temps où celle-ci apparaissait incongrue et voilà que de jeunes audacieux se permettaient de vouloir exporter une version renouvelée de la république, dans laquelle ils ne se reconnaissaient plus. Il y avait dans l’air comme une odeur de captation d’héritage ! L’incompréhension ne pouvait être que totale. La France créait un nouveau modèle, la Suisse n’en finissait plus d’user jusqu’à la corde un ancestral principe républicain.

23Paradoxalement, si les événements de France offraient l’occasion du changement en Suisse, c’est moins par leurs aspects novateurs et séduisants que par l’affaiblissement momentané de la puissance française tutélaire qui avait tant contribué à figer les institutions. Les régimes en place seront incapables de saisir cette opportunité. À l’opposé, les refondateurs de la Suisse en 1848 sauront profiter de la situation offerte par le contexte international. Entre-temps, Berne avait cessé d’exister comme « superpuissance » cantonale contribuant au blocage de tout processus de réforme.

L’EXEMPLE DE LA RÉGION JURASSIENNE FACE À LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

24La Suisse occidentale fut touchée de manière toute différente selon que l’on se trouve à Genève, Sion, Fribourg, Lausanne, Neuchâtel ou Porrentruy. Examinons deux de ces différents territoires.

  • 23 Voir les travaux de J.-R. Suratteau, Le département du Mont-Terrible sous le régime du Directoire ( (...)

25Cette région tournée vers la zone rhénane fut la mieux étudiée par l’historiographie française, grâce en particulier aux travaux de Jean-René Suratteau23.

26L’actuel canton du Jura et la partie bernoise du Jura appartenaient au Prince-Évêque de Bâle, installé à Porrentruy, depuis le passage à la Réforme de la cité rhénane. Une partie de ce territoire parlait allemand mais la plus grande partie s’exprimait en français. Lié à l’Empire, l’évêque ainsi que la plus grande partie de sa cour parlaient l’allemand. C’est d’ailleurs dans cet idiome que s’exprima Joseph de Roggenbach lors de la première séance des États du pays, qui se déroula au château de Porrentruy, le 16 mai 1791.

  • 24 P.-O. Bessire, « Les alliances et la Révolution », dans Histoire du Jura bernois et de l’ancien Évê (...)

27Le contrecoup de la Révolution française se fit immédiatement sentir dans l’évêché de Bâle. La fermentation régnait dans la partie septentrionale de l’évêché et l’évêque Joseph de Roggenbach fit appel aux troupes autrichiennes qui firent leur entrée à Porrentruy le 20 mars 1791. Ce fut l’occasion pour Léopold d’Autriche de rappeler que les États du Prince-Évêque ne faisaient pas partie de la Suisse et qu’ils ne pouvaient « être démembré » de l’Empire, dont ils faisaient partie intégrante. Le traité du 11 septembre 1739 autorisait les troupes françaises à pacifier le pays insurgé. C’est en vertu du traité de 1780 allant dans le même sens que, suite à la déclaration de guerre, les troupes françaises du général Custine pénétrèrent dans l’évêché dans la nuit du 29 au 30 avril 1792. « Ainsi s’écroulait sans gloire la Principauté épiscopale de Bâle, qui avait derrière elle huit siècles d’autonomie »24 et avec elle l’hégémonie germanique sur la contrée, avant que Berne ne fasse main basse sur ce territoire en 1815.

28Dans un premier temps, le Prince-Évêque se rendit à Bienne, laissant à Porrentruy un conseil de régence. Simple alliée des Suisses, seule la partie sud du territoire était incluse dans la neutralité suisse, raison pour laquelle les Français se contentèrent d’abord d’occuper le Porrentruy, respectant scrupuleusement les frontières de la Prévôté de Moutier-Grandval et du couvent de Bellelay. En juin 1792, la Diète helvétique exprima l’espoir que la principauté de Neuchâtel et Valengin, la République de Genève et les États de l’évêque de Bâle soient compris, suivant l’antique usage, dans l’enceinte de la neutralité suisse. Les événements extérieurs obligeaient les Suisses à prendre enfin en compte les intérêts de la Suisse occidentale considérés comme vitaux pour la propre existence des XIII cantons. La nation suisse semblait prendre conscience de l’importance d’intégrer ses périphéries.

29Le 27 novembre 1792 est proclamée la « République libre et indépendante de la Rauracie » composée par les Franches-Montagnes, Saint-Ursanne, l’Ajoie, Delémont et les bailliages de langue allemande. Le 19 décembre 1792, l’Assemblée nationale locale proclama, avec la déchéance du prince, la République rauracienne. Dans la sphère géographique de ce qui deviendra la Suisse romande, ce fut le premier État francophone indépendant. La petite république vit alors des moments mouvementés. Le 7 mars 1793 une nouvelle assemblée proposa l’annexion pure et simple de la Rauracie à la France et le 23 mars, la Convention déclara qu’elle acceptait « au nom du peuple français, le vœu librement émis par le peuple souverain du Pays de Porrentruy dans l’Assemblée générale de ses représentants ». Formé de deux districts, le département du Mont-Terrible était le plus petit des 85 départements français, malgré l’intégration en février 1797 du Pays de Montbéliard, l’ancienne principauté des ducs de Wurtemberg. Désormais, sur toute terre francophone en quête d’autonomie planait la menace d’une annexion probable à la France.

  • 25 P.-O. Bessire, op. cit., p. 218.
  • 26 P.-O. Bessire, op. cit., p. 217.

30Quant aux bailliages réputés suisses de l’Erguel et de Moutier-Grandval, ils disposaient traditionnellement d’une large autonomie, Moutier étant même combourgeoise de Berne. Cependant, ces territoires livrés à eux-mêmes firent l’objet des visées expansionnistes de la ville indépendante de Bienne. Une députation de Jurassiens du Sud fut envoyée auprès de Leurs Excellences de Berne, pour leur présenter « l’hommage respectueux de la majorité du Pays d’Erguel » et solliciter « leur protection et leurs utiles conseils ». Bessire remarque que l’Erguel se transforma entre 1792 et 1797 en une « espèce de terrain vague entre la Suisse et la France » et « vécut dans un état de semi-indépendance »25. Après l’éphémère Rauracie, le Pays d’Erguel représente une 2e esquisse d’un État francophone en Suisse occidentale. Cependant la ville de Bienne, essentiellement germanophone à l’époque, désirait mettre la main sur ce territoire non s’associer à lui, malgré une ultime démarche de Berne à la veille de l’effondrement de la Confédération. L’occasion de créer un espace majoritairement francophone dans le cadre du Corps helvétique d’avant 1798 venait d’échouer. De son côté, la France du Directoire entraînée par l’Alsacien Reubell, étudié par Jean-René Suratteau, jouait moins la carte de l’émancipation des sujets que celle de « l’annexion à la France des territoires vacants ou contestés de la ci-devant Principauté »26. Cruel dilemme : Les francophones semblaient alors n’avoir d’autre choix que d’être Suisse assujetti ou nouveau Français. Or, en dehors de la Suisse point de salut si l’on voulait conserver son identité. Le 29 brumaire an VI (19 novembre 1797), le Directoire décida de prendre possession des territoires « qui dépendaient du ci-devant Évêché et Principauté de Bâle, en Erguel, Moutier-Grandval et Bellelay » dans la mesure où la France « était subrogée à tous les droits du ci-devant Évêché de Bâle ».

31Le 28 janvier 1798, toute l’Alsace devint française au moment où le Directoire entérina les résultats du plébiscite organisé à Mulhouse le 3 janvier précédent en faveur du rattachement de cette cité indépendante traditionnellement alliée des Suisses. Même la ville de Bienne fut occupée le 6 février 1798. L’occupation des seigneuries méridionales de l’ancien évêché préluda à l’invasion des XIII cantons. Le Jura réunifié devint en 1798 le département du Mont-Terrible dans sa plus grande extension. En 1800, le département du Mont-Terrible fut purement et simplement rattaché à celui du Haut-Rhin. Toute la région était ainsi réorientée vers la France, comme n’allait pas tarder à l’être une ville de Genève, bientôt placée à la tête d’un grand département savoyard.

32L’exemple jurassien aurait dû logiquement encourager les Suisses à se donner plus d’unité afin de mieux faire face à la Grande Nation. Il n’en a rien été sur le moment, les cantons se trouvant dans l’incapacité par eux-mêmes de modifier quoi que ce soit à leurs structures. Tout juste vit-on les autres territoires suisses tentés par l’exemple de la Révolution française chercher à mieux s’intégrer à l’espace confédéral sans y trouver de répondant.

L’EXEMPLE DU PAYS DE VAUD27

  • 27 Voir à ce sujet notre communication « L’arrivée des Français en Suisse occidentale en 1798. Multipl (...)
  • 28 F. Flouck et D. Tosato-Rigo, « La Révolution vaudoise : choix ou nécessité ? », De l’Ours à la Coca (...)
  • 29 Cité par P. Kohler, Madame de Staël et la Suisse, Lausanne, Payot, 1916, p. 240.

33Nous sommes ici au cœur du pays romand et de l’idée romande et nombre d’auteurs parlant de la Romandie se limitent à citer ce pivot et élément central de la Romandie. On pouvait d’ailleurs le croire en 1798, moment où les frontières cantonales éclatèrent dans les esprits avant même que d’être pulvérisées par la France. Le 9 décembre 1797, Frédéric-César de La Harpe remet au Directoire une pétition dont les trois quart des signataires sont des Fribourgeois de langue française. Lorsque le 28 décembre 1797, le Directoire déclare que les membres des gouvernements bernois et fribourgeois « répondront personnellement de la sûreté individuelle et des propriétés des habitants du Pays de Vaud qui se seraient adressés encore à la République française pour réclamer en exécution des anciens Traités, sa médiation, à l’effet d’être maintenus ou réintégrés dans leurs droits », la France reconstitue virtuellement un espace francophone homogène et indépendant, en vertu d’un ancien traité de 1564 réinterprété pour les besoins de la cause. En février 1798, les deux tiers du canton de Fribourg désirant échapper à la domination patricienne ont envoyé des délégués à l’assemblée représentative provisoire à Lausanne. Comme le relèvent François Flouck et Danièle Tosato-Rigo : « La ligne de démarcation ne passe à l’évidence pas entre Bernois et Vaudois, mais entre les privilégiés et les non-privilégiés. Ce qui compte pour eux, ce sont un certain nombre de principes et leur application : la citoyenneté pleine et entière et l’égalité juridique sont prioritaires par rapport à l’indépendance politique. Le caractère proprement vaudois de cette révolution ne les intéresse pas véritablement. Se libérer des Bernois n’est qu’une conséquence secondaire de l’accession des Vaudois à un statut de citoyen libre et responsable, tel que l’ont défini les Lumières au XVIIIe siècle »28. Ce n’est donc pas en qualité de francophones mais en qualité de personnes discriminées que les Vaudois, les Bas-Valaisans et les Fribourgeois se révoltent, au même titre d’ailleurs que les Argoviens qui sont germanophones. À ce titre, l’attitude de Madame de Staël, opposée à toute intervention française, est révélatrice de l’état d’esprit régnant dans l’élite du pays. Craignant la perte de ses droits féodaux, elle tenta en vain d’influencer Bonaparte, Barras et Talleyrand. Benjamin Constant lui-même se montra hostile à toute intervention française dans le Pays de Vaud. Madame de Staël intrigua jusqu’au dernier moment pour retarder l’invasion et regagna la Suisse dans les premiers jours de janvier 1798. Laharpe, son ennemi intime à Paris, écrivit, le 30 décembre 1797, à son ami et combourgeois de Rolle, Louis-Auguste Brun, ancien peintre de la cour de Louis XVI : « C’est la Staël qui par ses intrigues a empêché que le rapport ne fût fait plus tôt ; elle part ; je voudrais que le feu commençât par leur château de Coppet, car c’est une infernale gueuse ! »29 Comme on le voit, il n’existait aucune unité d’action au sein des communautés vaudoise et genevoise de Paris. Ceux qui croyaient diriger le révolutionnement de la Suisse depuis Paris étaient respectivement un Vaudois (Laharpe) et un Bâlois (Pierre Ochs).

  • 30 F. Jequier, « Le 24 janvier 1798 : une « révolution » atypique », De l’Ours à la Cocarde,
  • 31 C. Lafontant, « La résistance à la Révolution de 1798 dans le Jura vaudois », Bibliothèque historiq (...)

34Le Pays de Vaud sujet de ces Messieurs de Berne fut le fer de lance du mouvement révolutionnaire en Suisse occidentale, quant bien même seule une minorité agissante des villes emmenées par Frédéric-César de Laharpe désirait l’indépendance du Pays de Vaud. François Jequier parle de la Révolution vaudoise comme d’« un fait urbain », « une révolution bourgeoise sans levier populaire »30. Les études menées, dont celle de Chantal Lafontant sur Sainte-Croix31, montrent clairement les réticences des campagnes qui se sentaient plus proches des Bernois que des Français. La résistance provient surtout des régions périphériques du Pays de Vaud : Sainte-Croix, Grandson, une partie du pays d’En-Haut, ainsi que du bailliage d’Orbe et du Gros-de-Vaud. Le problème de la levée des volontaires vaudois contribua au recrutement de la Légion fidèle à Berne.

  • 32 Dumouriez à Le Brun, au quartier général de Valenciennes, le 24 août 1792. Arch. des Affaires étran (...)

35La volonté française d’utiliser le problème du Pays de Vaud et par ricochet Fribourg pour mieux atteindre Berne a été sous-estimée dans la mesure où ce paramètre n’est guère flatteur pour notre orgueil national. Du reste, ce n’est pas tant la proclamation de l’indépendance vaudoise que l’éclatement en quatre morceaux du tout puissant canton de Berne qui va permettre de rééquilibrer l’ensemble confédéral dont Berne formait jusqu’en 1798 le tiers du territoire. Ce redécoupage de la Suisse occidentale va surtout générer l’émergence d’une Suisse francophone. Le tout à cause ou grâce aux Français. L’émancipation de la partie occidentale de la Suisse fut générée par la volonté française d’affaiblir Berne, comme le préconisait déjà clairement le général Dumouriez en 1792 : « Il n’y a que Berne de dangereux, parce qu’il n’y a que lui de puissant : si vous détachez le Pays de Vaud et le Valais, haut et bas, par l’affranchissement, Berne, réduit à son territoire, devient un des faibles cantons ; il en est de même de Fribourg »32.

36Cependant, accuser les Vaudois d’avoir trahi la Suisse relève de la mauvaise foi, dans la mesure où les Suisses faisaient traditionnellement appel à la France comme puissance médiatrice, lorsqu’un problème majeur surgissait, comme ce fut le cas dans l’évêché de Bâle en 1740 et en juillet 1782 à Genève.

37Le 24 janvier 1798, l’indépendance vaudoise est proclamée à Lausanne et le 28 janvier les troupes françaises font leur entrée dans le Pays de Vaud. Il ne sera pas dit que la Suisse romande se sera libérée toute seule. Tant dans le Jura, qu’à Fribourg, dans le Pays de Vaud et le Valais, la Révolution signifia la fin de la domination suisse alémanique sur les terres de langue française. Même Neuchâtel se verra affranchi de son souverain prussien en 1805. Le fait est curieusement et traditionnellement occulté par des cantons romands soucieux de ne pas faire remonter leur émergence à la seule invasion française, si traumatisante pour les Confédérés d’Outre-Sarine. Alors que le canton de Vaud appartient à la République helvétique sous la dénomination de canton du Léman, on commémore officiellement son entrée dans la Confédération de 1803, comme si l’Acte de Médiation imposé par Napoléon Bonaparte était en soi plus légitime que la République helvétique.

L’INÉVITABLE RESTRUCTURATION DE IA NATION SUISSE

38Dans l’esprit des réformateurs suisses, puisqu’existent en Suisse les bases d’une démocratie - certes confisquée par certains - et république, inutile d’importer de France un modèle inapplicable. Mais comment puiser dans le passé suisse ce qui est indispensable au renouvellement des structures confédérales quand ces structures empêchent toute démarche d’ensemble et comment recourir à la France sans se voir imposer de nouvelles structures étrangères à la mentalité suisse ? Tel fut le grand dilemme des réformateurs suisses de la toute fin du XVIIIe siècle. Il s’agissait pour eux, non pas d’instaurer une république qui existait déjà mais d’en redéfinir le contenu. C’est lorsqu’ils constateront l’impossibilité de réformer la Suisse de l’intérieur, à cause du cantonalisme exacerbé, qu’une partie des notables se résoudront à recourir à l’intervention française, en désespoir de cause. Devant le refus obstiné des cantons patriciens de toute concession, les réformateurs se transformèrent par défaut en révolutionnaires. Les ressortissants des territoires sous tutelle, furent contraints de se rallier provisoirement à l’idée d’une république unitaire transitoire, prélude à l’établissement ultérieur d’une véritable république fédérative. C’est ainsi que les plus fervents centralisateurs nous apparaissent moins comme des admirateurs inconditionnels des préceptes de la Révolution française que comme des défenseurs de la souveraineté de leur canton virtuel, en ce qui concerne le Pays de Vaud. Frédéric-César de Laharpe, l’un des cofondateurs de la République helvétique ne tient-il pas des propos qu’apparemment contradictoires, lorsqu’il affirme le 30 nivôse an VI que : « Le Pays de Vaud doit devenir indépendant sous le titre de république lémanique pour former un canton de la République helvétique une et indivisible qui va être établie ». Laharpe et ses partisans adhéraient par la force des choses au modèle français en sachant bien qu’il ne pouvait s’agir que d’une phase transitoire.

  • 33 Voir à ce sujet notre communication, « L’image de la France du Directoire au travers des récits de (...)
  • 34 Korrespondenz des Peter Ochs, Hrg. von G. Steiner, Basel, 1935, II, Nr. 270, p. 373.

39Globalement les Suisses restèrent imperméables à la conception française de la République, surtout après l’avènement d’un Directoire de plus en plus menaçant pour la Suisse et apparemment de moins en moins respectable33. Le 18-Fructidor fut diversement apprécié selon que l’on espérait ou que l’on redoutait l’intervention française en Suisse. Les patriotes suisses se montraient pour la plupart hostiles aux jacobins les plus avancés. Ainsi Pierre Ochs, l’autre fondateur de la République helvétique écrira à Laharpe, d’Aarau, le 20 avril 1798 (1er floréal an VI), quelques jours après la fondation de la République helvétique : « Mon ami, si nous n’y prenons garde, nous verrons le sans-culottisme en Suisse, comme il l’a fait en France, dégoûter tous les gens sensés de la Révolution »34.

  • 35 Archiv. des Affaires étrangères, CP, Suisse 466, fol. 341. Lausanne, BCU, Fonds La Harpe, H 52, 3. (...)

40Dans une Confédération si étroitement liée à la France par le service militaire étranger, la culture et l’économie, la Révolution française ne pouvait manquer de susciter une ample résonance. En 1798, la Suisse va prendre de plein fouet la Révolution française en phase finale. Le traité de Campo-Formio du 18 octobre 1797 entre le Directoire et la cour de Vienne laissait la France maîtresse de l’Italie jusqu’à l’Adige, et lui livrait la rive gauche du Rhin, laissant le Corps helvétique entre l’Allemagne et l’Italie abandonné dans la sphère révolutionnaire française. Vint ensuite le temps des désillusions lorsque les forces françaises qui occupèrent la Suisse au début de 1798 se livrèrent à des excès et que le Directoire céda aux attraits du « Trésor » de Berne. Laharpe mit en garde les autorités françaises contre « les vexations qu’éprouve le peuple suisse », craignant « qu’une haine furieuse succède dans les cœurs au penchant qui l’entraînait vers ceux qu’on lui annonçait comme ses libérateurs »35.

L’INASSIMILABLE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

  • 36 Cf. A.-M. Jean Gaspard Jaton, Lavater, Lucerne-Lausanne, éd. René Coeckelberghs, 1988, p. 53.

41Les républicains suisses de vieille souche ne comprenaient pas la République helvétique qui mettait fin à leurs usages et autres libertés : « Vous dédémocratisez [sic] ceux qui étaient démocrates trois siècles avant vous », écrivait Lavater aux Français, datant une lettre du 5 mai 1798, « dans la première année de l’esclavage suisse »36.

42Voici des extraits d’un mémoire des Waldstätten adressé au Directoire français, le 5 avril 1798 :

  • 37 Document cité par H. Zschokke, Histoire de la destruction des républiques démocratiques de Schwitz, (...)

« La République française [...] parut n’avoir eu d’abord en vue que de favoriser les efforts qui pourraient être faits par les habitants des états aristocratiques pour réacquérir cette liberté primitive dont les cantons démocratiques furent la source et les auteurs.
Tranquillisés par ces principes [...] nous étions bien éloignés de croire qu’elle voulût porter atteinte à la liberté et à l’indépendance des gouvernements populaires, tandis qu’elle se plaisait à les proposer pour modèles aux autres peuples de la Suisse.
[...] Rien n’égale à nos yeux le malheur de perdre la constitution fondée par nos ancêtres, adaptée à nos mœurs et à nos besoins, et cimentée par la jouissance, pendant plusieurs siècles, de toute la somme d’aisance et de félicité dont nos paisibles vallons soient désormais susceptibles.
[...] Où trouverez-vous ailleurs que chez nous un mode de gouvernement qui mette plus exclusivement entre les mains du peuple l’exercice et le droit de la souveraineté ? Où l’égalité civile et politique soit plus parfaite ? Où chaque citoyen jouisse d’une plus grande somme de liberté ? Nous ne portons d’autres chaînes que les chaînes légères de la religion et de la morale, d’autre joug que celui des lois que nous nous sommes données.
(...) Nous sommes des peuples de pâtres et de montagnards, qui, fidèles à la simplicité des mœurs de nos ancêtres, avons su jusqu’ici conserver peu de besoins et nous contenter de notre heureuse médiocrité : les faibles revenus de nos cantons suffiraient à peine à salarier le grand nombre de fonctionnaires que nous donnerait la nouvelle constitution.
(...) Ne vous étonnez donc pas, citoyens directeurs, si la certitude que nous avons de cette affligeante perspective, nous fait abhorrer ce nouvel ordre de choses »37.

43La Constitution de la République helvétique était pour les Suisses révolutionnaire dans tous les sens du terme. L’article 1erstipulait qu’il n’y avait plus désormais de frontières entre les cantons. L’article 2 précisait que « l’universalité des citoyens est le souverain ». L’article 5 posait à la face du ciel que « la liberté naturelle de l’homme est inaliénable ; elle n’est restreinte que par la liberté d’autrui ». L’article 6 donnait certes un bel exemple de tolérance mais braqua une grande partie des catholiques convaincus : « La liberté de conscience est illimitée ; la manifestation des opinions religieuses est subordonnée aux sentiments de concorde et de paix. Tous les cultes sont permis s’ils ne troublent point l’ordre public et n’affectent aucune domination ou prééminence ». Or, l’équilibre confessionnel était perçu comme une des garanties du cloisonnement de la Suisse. D’où une lutte acharnée des anciennes élites contre cet aspect de la Constitution helvétique.

44Le révolutionnement tardif de la Suisse n’en a pas moins été intégral. La Révolution semblait à nouveau porteuse de formidables espoirs. Comme pour être citoyen il fallait être instruit, l’école y fut considérée comme le point central du lien social et national, contrairement à ce qui se passait en même temps en France.

  • 38 M. Marcacci, « Peter Ochs, le réformateur méprisé », La double naissance de la Suisse moderne. De l (...)

45Toutefois, comment ce nouvel État de droit pouvait-il assimiler en si peu de temps, par exemple, les libertés de commerce et d’établissement ? Ce fut un choc trop brutal pour que la République helvétique parvienne à s’assurer la loyauté sans réserve de tous ceux qui profitèrent de ses bienfaits. Il n’en reste pas moins qu’en tant que fossoyeur de ce « cadavre récalcitrant » qu’était devenu le Corps helvétique à la fin du XVIIIe siècle, la création de la République helvétique par Peter Ochs (1752-1821) « a permis la transition vers la modernité, en sauvant peut-être l’existence d’une « nation suisse »38 et a permis à plus long terme paradoxalement l’émancipation à l’égard de la décidément trop Grande Nation.

LA NAISSANCE DU FÉDÉRALISME SUISSE AU XIXe SIÈCLE

  • 39 G. de Reynold, Conscience de la Suisse. Billets à ces Messieurs de Berne, Neuchâtel, 1939, p. 7.
  • 40 Voir à ce sujet notre communication, « Un paradoxe de l’histoire : le centralisme, passage obligé p (...)
  • 41 F. Walter, « Mythes & réalité de l’égalité suisse », Actes du 3e Symposium humaniste international (...)
  • 42 J.-F. Bergier, Europe et les Suisses. Impertinences d’un historien, Genève, éd. Zoë, 1992, p. 150-1 (...)
  • 43 G. de Reynold, Cercles concentriques, Bienne, 1943, p. 103.

46Au XVIIIe siècle, fédéralisme, centralisme, sont des termes absents du vocabulaire politique suisse d’Ancien Régime. Le fédéralisme n’existait pas avant la chute de l’ancienne Confédération qui consistait en un assemblage disparate de petits États, parmi lesquels les villes-États fortement centralisées. Leur coexistence relevait plus d’un rapport de forces que de l’équilibre subtil des composantes, car seule l’influence française parvenait à faire pièce au désir toujours persistant des cantons de raviver des conflits confessionnaux ou territoriaux. Si le fédéralisme est bien, comme l’a défini Gonzague de Reynold « une forme politique dans laquelle plusieurs États ou Cités, afin de mieux sauvegarder leur existence, leur indépendance et de promouvoir leurs intérêts communs, consentent à sacrifier une part de leur souveraineté, pour établir un pouvoir central, dirigeant et suprême »39, aucun de ces éléments n’existait avant 1798 autrement que sous forme d’esquisse. Les Suisses cherchaient avant tout à vivre chacun de leur côté dans une communauté volontaire régie par des mythes rassembleurs communs. Ce n’est qu’entre 1798 et 1848 que se mit en place le processus qui conduira la Nation suisse d’une alliance d’États (Staatenbund) à un État fédéral (Bundesstaat). Vue la perception ultérieure de ce phénomène on peut d’ailleurs parler d’un fédéralisme tardif à effet rétroactif40. En effet, la Suisse moderne établie en 1848 crut salutaire, pour affermir sa légitimité, de faire remonter ses origines au plus profond de l’Ancien Régime confédéré. La formation de la Suisse moderne en 1798 puis en 1848, n’a pu se réaliser de manière pacifique, tant il y avait d’obstacles structurellement infranchissables sur le plan politique et social. Un passage obligé par une phase centralisatrice s’avéra incontournable pour la conception d’une Confédération supra cantonale, formée de cantons équilibrés et égaux entre eux. Il fallut le révolutionnement de la Suisse en 1798, le rééquilibrage des différentes composantes de la Suisse, avec en particulier le démembrement du canton de Berne, pour que soient établis les fondements d’un pouvoir central que Napoléon Bonaparte aura le génie de faire coïncider en 1803 avec l’instauration de la dignité et l’égalité des États cantonaux par ailleurs redevenus autonomes. Un historien suisse contemporain, François Walter, a relevé qu’en Suisse, la suppression des inégalités territoriales est sans doute l’acquis le plus important de la Révolution41. Jean-François Bergier signale de son côté que « la dure, mais brève expérience de la République helvétique fut salutaire parce qu’elle mit a contrario en évidence les traits distinctifs d’une culture politique proprement suisse et qu’elle suscita à y revenir le plus vite possible »42. D’ailleurs, ce sont aussi ces Cités-États fortement centralisées, ces régimes oligarchiques, dominateurs et hégémoniques, qui allaient à l’encontre d’une nature suisse perçue comme profondément démocratique, qui ont préparé, nourri l’hostilité envers le centralisme. En effet, dans la mesure où la démocratie suisse puise ses racines dans le Moyen Âge germanique, elle renvoie à un type de société qui « ne repose pas sur l’individu comme la société française, mais sur la famille, l’association, le gouvernement local »43, soutenue par des campagnes attachées à leur autonomie communautaire. Il reviendra aux patriotes suisses assimilés aux Jacobins de prendre sur eux rétroactivement tout le lourd fardeau d’une vision centralisatrice que les différentes parties de la Suisse ne pouvaient accepter pour le pays tout entier. Or, ce sont pourtant bien les dérives centralisatrices sur le plan cantonal des futurs partisans du dogme fédéraliste qui ont achevé de disqualifier préventivement la notion même de centralisme.

***

47Les Suisses ont été entraînés dans une séquence de transformation révolutionnaire pour laquelle ils n’étaient guère préparés, malgré l’apparente similitude des régimes républicains en Suisse et en France après 1792.

48D’un particularisme régional, le concept de république était devenu un modèle universel. La république ne légitimait plus la fixation de privilèges et usages locaux nommés libertés et remontant aux sources médiévales de la commune, mais s’appuyait désormais sur la Liberté revisitée et transmise par la philosophie des Lumières. En 1789, s’il avait fallu en Suisse mettre les aristocrates à la lanterne, on eût dû commencer par des républicains. Ironie du sort et surprenant malentendu ! Alors que ce n’est qu’en Suisse que la république ne fut jamais sérieusement remise en question durant les temps modernes, nos vieux républicains suisses ne virent dans la trop déroutante et fulgurante République française pas tant la condition première d’une société nouvelle et libre, mais, comme les adversaires royalistes de celle-ci, l’image de l’anarchie et de la Terreur.

  • 44 Marat, Supplément à l’offrande à la Patrie.

49Inversement, vue de France, la république des Suisses était le témoin vivant et finalement gênant, de ce à quoi pouvait aboutir une telle forme de gouvernement, ce qui faisait dire au Neuchâtelois Marat, hanté par le retour du despotisme, que « toute démocratie tend naturellement à l’aristocratie »44.

50La domination française, pourtant déjà si évidente sous les rois de France, allait se faire outrageante avec l’invasion/libération suivie de cinq années de présence/occupation française en Suisse. Et pourtant, qu’on le veuille ou non, en 1798, « l’année terrible » comme dit Gonzague de Reynold, furent posés les fondements de la Suisse plurielle. L’hégémonie française avait conduit les Suisses à prendre conscience de la nécessité d’instaurer un minimum d’unité entre leurs différentes composantes. La Suisse allemande comprit que la reconnaissance du fait romand légitimait l’existence de la Suisse elle-même, face aux grandes puissances. Il reviendra à la Restauration, bien mal nommée en la circonstance, d’intégrer les périphéries helvétiques à la Maison suisse, avec l’entrée de Genève, Neuchâtel et du Valais dans la Confédération.

  • 45 F. Walter, « L’idée de république en Suisse », dans Actes du IIe Symposium humaniste international (...)

51En Suisse, le fait que la Révolution ait acclimaté le nouveau paradigme de la démocratie représentative trouve son aboutissement emblématique au milieu du XIXe siècle sous les traits du symbole républicain : Helvetia. Comme l’a écrit François Walter : « La belle Helvetia que les timbres montrent de profil à bel et bien deux faces. L’une héritée de la révolution, la république démocratique et représentative ; l’autre d’ancien apanage : tradition républicaine, vieille conception germanique de la liberté et antique démocratie mythifiée. Si Helvetia n’a pas le destin d’un Janus biffrons, c’est que les historiens ont su opérer un sérieux lifting pour intégrer les deux héritages, autrement dit pour fonder la république »45.

  • 46 Recht + Freiheit, édition spéciale mars 1999, p. 1. Internet : http://www. ruf-ch.org
  • 47 Cf. les propos tenu par l’Obwaldien Adalbert Durrer, président du PDC suisse et candidat malheureux (...)
  • 48 Autre candidat au Conseil fédéral. L’Hebdo, 4 mars 1999, p. 20.
  • 49 L’Hebdo, 12 mars 1999, p. 23.

52Le chemin qui va de la Révolution française et de son prolongement helvétique à sa reconstitution voire son occultation historiographique du XIXe siècle représente un parcours mémoriel particulièrement riche et propre à faciliter l’appréhension des charpentes mentales de la Confédération suisse. Prenons cet exemple pour finir : les Suisses ont voté le 18 avril 1999 pour la réforme de la Constitution. En guise d’arguments contradictoires, des opposants à cette réforme ont mis en exergue le fait que « le terme de nation helvétique » allait être rayé de la Constitution fédérale de 1874, d’où selon eux « la dissolution de la nation suisse et l’assujettissement de la Confédération et des cantons aux conventions de l’ONU », d’où « la fin de la Suisse »46. Nombre de Suisses pensent appartenir à une « Nation de la volonté », résidant dans la croyance que « ce qui nous a longtemps fait tenir ensemble, c’étaient les menaces des grandes puissances »47, alors que celles-ci ont au contraire longtemps entretenu soigneusement l’illusion d’une nation suisse à part entière. Au fond, comme le reconnaît le ministre jurassien Jean-François Roth : « La Suisse n’est pas une nation. Nous nous enorgueillissons d’être multiculturels, multilingues, de pouvoir vivre ensemble malgré tous ces obstacles. Mais ces obstacles, précisément, nous empêchent d’être une véritable nation pourvue d’une identité forte. Nous sommes Appenzellois ou Jurassiens avant d’être Suisse »48 D’où une certaine fascination/répulsion pour la voisine de l’Ouest et son arrogante et insupportable unité. « Grande Nation à petits prix » pouvait-on lire en 1999 dans les gares helvétiques sur des panneaux publicitaires de Railtours/Suisse et en français dans le texte. Faut-il y voir de l’ironie ou du respect ? Et le journaliste Pascal Décaillet de remarquer pour sa part au même moment dans les colonnes de L’Hebdo : « longtemps, nous avons cru que la seule vraie nation de l’univers était la France »49.

53Si l’on se penche pour conclure sur notre époque contemporaine, il est frappant de voir combien notre perception et notre gestion de l’Europe en marche rappelle notre attitude face à la France révolutionnaire. Comparaison désagréable dans la mesure, où nous rejouons le rôle d’une Confédération incapable de se transformer elle-même et de prendre une position tenable face un mouvement européen irrésistible qui finira par la submerger quand il lui plaira. Hostile à la Révolution quoiqu’elle-même issue de révoltes populaires, hostiles envers la République, alors qu’elle-même en était une, la Suisse se montre aujourd’hui réservée à l’égard d’une Europe dont elle a pourtant le sentiment d’être l’incarnation. En 1798, la Suisse telle qu’elle se présentait alors était devenue une gêne pour la France. Sa dernière utilité pour l’Europe consistera-t-elle à lui offrir un emplacement de choix pour inscrire la légende au cœur de la carte européenne ? Ne dirait-on pas que, décidément, la nation suisse n’a que faire de la présence auprès d’elle d’une grande nation qu’elle soit française ou bientôt européenne ?

Notes

1 Voir à ce sujet notre texte : « L’idée républicaine en Suisse », Annales historiques de la Révolution française, 1994, no 2, p. 205.

2 J. de Müller (Johannes von Mueller) Vue générale de la République fédérative des Suisses, 1776-1777, éditée d’après les manuscrits par Doris et Peter Walser-Wilhelm, Zurich, Ammann Verlag, 1991.

3 Voir à ce sujet notre communication en collaboration avec E. Maradan, « Une république aristo-démocratique à la fin du XVIIIe siècle. Fribourg en Suisse », Républicanismes. Chroniques allemandes, Revue du CERAAC, no 2, 1993, p. 43-64.

4 Voir notre communication avec E. Maradan, « Un anti-nationalisme : la nation suisse à la fin du dix-huitième siècle », Nations and nationalisms : France, Britain, Ireland and the eighteenth-century context, éd. par Michael O’Dea et Kevin Whelan, Studies on Voltaire and the eighteenth century 335, Voltaire Foundation, 1996, p. 197-207.

5 P. Guignet, Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle, Paris, 1989.

6 G. Delaloye, « Dévoués à l’invention d’une identité suisse, les Alémaniques n’ont pas trouvé la leur », Le Temps, mardi 20 avril 1999, p. 14. Voir aussi : A.-M. Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècles, Paris, éd. du Seuil.

7 Cité par P.-A. Stauffer, « Quand l’histoire se confond avec la mythologie », L’Hebdo, 4 février 1999, p. 21.

8 F. de Capitani, Emblèmes de la Liberté, p. 340.

9 Voir à ce sujet : Emblèmes de la Liberté. L’Image de la république dans l’art du XVIe au XXe siècle, publication dirigée par D. Gamboni et G. Germann, en collaboration avec F. de Capitani, Berne, 1991, éd. Staempfli & Cie, p. 372.

10 -J.-J. Rousseau, Du Contrat social, 1762, Livre II, chapitre VI.

11 J.-J. Cart, De la Suisse avant la Révolution et pendant la Révolution, Lausanne, 1802, p. 2.

12 Voir à ce sujet : D. Johnson-Cousin, « La Suisse en tant qu’utopie dans l’Encyclopédie de Paris et d’Yverdon ; esquisse d’analyse interprétative », Revue historique vaudoise, MCMXCIII, p. 107-108.

13 « Lettres écrites de Suisse », cité par Ricco Labhardt, Quel Tell, p. 84.

14 Sur les causes de cette modération voir notre communication : « L’invasion tardive des cantons suisses en 1798 », 115e-116e Congrès national Sociétés savantes, 1990-1991, t. 1, Comm. d’hist. de la Révolution française, p. 115-130.

15 Cité par Pierre-André Stauffer, L’Hebdo, Le magazine suisse d’information, 23 décembre 1992, p. 16.

16 Voir notre communication en collaboration avec E. Maradan, « Les résistances suisses à l’Europe jacobine », L’identité culturelle, laboratoire de la conscience européenne. Actes du colloque de Besançon, 2-5 novembre 1994. Besançon-Paris, 1995, p. 219-234.

17 G. de Reynold, Défense et illustration de l’esprit suisse, Neuchâtel, éd. de la Baconnière, 1939, p. 16.

18 M. Vovelle, « Révolution, Liberté, Europe », op. cit., éd. La découverte, Société des études robespierristes, Paris, 1993, p. 139.

19 J.-F. Leuba et O. Piller, Rapport des Commissions de la compréhension du Conseil national et du Conseil des États, 22 octobre 1993, p. 7.

20 J.-H. Meister, Appendices à ses souvenirs, p. 231.

21 M. Vovelle, « Révolution, Liberté, Europe », op. cit., p. 133.

22 Voir à ce sujet les articles de P.-A. Stauffer, L’Hehdo du 1er décembre 1994, p. 12 et du 23 mai 1996, p. 8.

23 Voir les travaux de J.-R. Suratteau, Le département du Mont-Terrible sous le régime du Directoire (1795-1800), Paris 1964 et « L’intervention française dans le Jura et en Suisse (1792-1800) », Actes de la Société jurassienne d’émulation, 1978, p. 191-219. Voir aussi : « Les campagnes d’Helvétie de 1798 et 1799 et la politique jurassienne du Directoire », Revue suisse d’histoire, 1965, p. 169-203.

24 P.-O. Bessire, « Les alliances et la Révolution », dans Histoire du Jura bernois et de l’ancien Évêché de Bâle, Moutier, 1977, p. 196.

25 P.-O. Bessire, op. cit., p. 218.

26 P.-O. Bessire, op. cit., p. 217.

27 Voir à ce sujet notre communication « L’arrivée des Français en Suisse occidentale en 1798. Multiplicité des discours et diversité des esprits », Colloque international de Fribourg (CH) des 29 au 29 mai 1998 : Libération ou invasion ? La Révolution et la Suisse en 1798. Réflexions critiques et méthodologiques d’historiographie. Actes à paraître.

28 F. Flouck et D. Tosato-Rigo, « La Révolution vaudoise : choix ou nécessité ? », De l’Ours à la Cocarde. Régime bernois et Révolution en Pays de Vaud (1536-1798), Lausanne, éd. Payot, p. 39.

29 Cité par P. Kohler, Madame de Staël et la Suisse, Lausanne, Payot, 1916, p. 240.

30 F. Jequier, « Le 24 janvier 1798 : une « révolution » atypique », De l’Ours à la Cocarde,

31 C. Lafontant, « La résistance à la Révolution de 1798 dans le Jura vaudois », Bibliothèque historique vaudoise, Lausanne 1989. Voir le long métrage de F. Reusser, La guerre dans le HautPays, (1998), d’après l’œuvre de C.-F. Ramuz.

32 Dumouriez à Le Brun, au quartier général de Valenciennes, le 24 août 1792. Arch. des Affaires étrangères, Paris, Correspondance politique Suisse, vol. 429, fol. 230. Papiers de Barthélemy, I, p. 252-253, no 561. Dumouriez proposait un « plan révolutionnaire lié entre les sujets de Berne et les Allobroges, entre les sujets de l’évêché de Bâle et les Alsaciens, entre les Gruériens et les indomptables habitants du Jura ; que ce plan soit méthodique et simple ; que ces différents peuples limitrophes, pour acquérir leur liberté, s’amalgament avec les gardes nationales de l’Ain, du Jura et Haut-Rhin ».

33 Voir à ce sujet notre communication, « L’image de la France du Directoire au travers des récits de contemporains suisses », La République directoriale, Clermont-Ferrand, 1997, t. 2, p. 961-986.

34 Korrespondenz des Peter Ochs, Hrg. von G. Steiner, Basel, 1935, II, Nr. 270, p. 373.

35 Archiv. des Affaires étrangères, CP, Suisse 466, fol. 341. Lausanne, BCU, Fonds La Harpe, H 52, 3. Correspondance de Frédéric-César de La Harpe sous la République helvétique, vol. II, lettre 299, p. 414.

36 Cf. A.-M. Jean Gaspard Jaton, Lavater, Lucerne-Lausanne, éd. René Coeckelberghs, 1988, p. 53.

37 Document cité par H. Zschokke, Histoire de la destruction des républiques démocratiques de Schwitz, Uri et Unterwalden, Paris et Berne, 1802, p. 207-212.

38 M. Marcacci, « Peter Ochs, le réformateur méprisé », La double naissance de la Suisse moderne. De la République helvétique à l’État fédéral, Genève, 1998, p. 31.

39 G. de Reynold, Conscience de la Suisse. Billets à ces Messieurs de Berne, Neuchâtel, 1939, p. 7.

40 Voir à ce sujet notre communication, « Un paradoxe de l’histoire : le centralisme, passage obligé pour la formation d’un fédéralisme suisse au XIXe siècle », Les Fédéralismes. Réalités et représentations 1789-1874. Actes du colloque de Marseille, septembre 1993, Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 1995, p. 361-371.

41 F. Walter, « Mythes & réalité de l’égalité suisse », Actes du 3e Symposium humaniste international de Mulhouse, p. 195.

42 J.-F. Bergier, Europe et les Suisses. Impertinences d’un historien, Genève, éd. Zoë, 1992, p. 150-151.

43 G. de Reynold, Cercles concentriques, Bienne, 1943, p. 103.

44 Marat, Supplément à l’offrande à la Patrie.

45 F. Walter, « L’idée de république en Suisse », dans Actes du IIe Symposium humaniste international de Mulhouse, L’idée républicaine à Mulhouse, en France et en Europe, Mulhouse, 1991, p. 95.

46 Recht + Freiheit, édition spéciale mars 1999, p. 1. Internet : http://www. ruf-ch.org

47 Cf. les propos tenu par l’Obwaldien Adalbert Durrer, président du PDC suisse et candidat malheureux au Conseil fédéral. L’Hebdo, 4 mars 1999, p. 18.

48 Autre candidat au Conseil fédéral. L’Hebdo, 4 mars 1999, p. 20.

49 L’Hebdo, 12 mars 1999, p. 23.

Auteur

Université de Fribourg

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540