Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Première partie. Quelle Grande Nation

Le (s) discours batave (s) sur la Grande Nation

« La cigale et la fourmi »

Annie Jourdan

Texte intégral

« Un gouvernement [...] doit sentir que, s’il ne tient pas ses engagements, sa grandeur n’est qu’une chimère »
(Goldberg, G.S., III, 501).

  • 1 Il semblerait qu’il y ait eu environ 5 000 réfugiés néerlandais sur le territoire français, dont 20 (...)

1Au lendemain de la prise de la Bastille, il n’y eut pas que des Français pour se réjouir. Quelques milliers de patriotes - belges, suisses, italiens et hollandais - partagèrent l’allégresse des premiers jours de la Révolution française. En particulier les patriotes bataves, réfugiés en France1, et qui, démunis et solitaires, rêvaient d’un glorieux retour au pays. Entre 1789 et 1795, année où le rêve devint réalité, avant de tourner bien vite au cauchemar, leurs interventions furent légion dans la presse ou à la tribune de l’Assemblée et à celle des Jacobins, tandis que furent créés une légion et un comité révolutionnaire bataves. Dès lors, et comme l’avait formulé en 1781 Johan Derk van der Capellen tot den Pol, héros des patriotes, la France est vue comme « l’alliée naturelle » - l’Angleterre étant en filigrane « l’ennemie naturelle ». C’est en ces termes que s’adressent au gouvernement français les patriotes avides d’exporter au plus vite la Révolution. L’auteur du journal Le Batave - Valckenaer - célèbre ainsi la « république gallicane », « nation généreuse et puissante ». Gerrit Paape, révolutionnaire hollandais à la plume prolixe salue lui aussi la France nouvelle. Et, s’il la qualifie de « nation fort singulière », c’est entre autres pour la célérité avec laquelle y ont triomphé les beaux principes de liberté, d’égalité, de fraternité. L’exilé de Dunkerque n’en finit pas de célébrer l’humanité et la générosité, la gaieté et l’insouciance du peuple français, comme si lui-même était peu accoutumé à tant de spontanéité expansive. C’est cette vivacité, cette « capacité à agir avant de réfléchir » qui, selon Paape, serait cause à la fois des plus belles réalisations révolutionnaires et bientôt de la dérive terroriste. À en croire le patriote batave, la France aurait quelques traits en commun avec la cigale de la fable - la Hollande en aurait-elle avec la fourmi ?

  • 2 Notons que le ternie de « Franc » est beaucoup plus récurrent que celui de « Gaulois ». Il est vrai (...)

2L’admiration batave des années 1789-1792 va se refroidir quand sera décrétée la Terreur, avant de ressusciter devant les prouesses des légions républicaines. Il n’est pas rare alors d’entendre les Hollandais évoquer la réunion possible « des Francs et des Batives » et chanter la « valeur française »2. Tant que les patriotes des Provinces-Unies aspirent à recouvrer eux-mêmes liberté et égalité, le discours politique susurre la même litanie. Il n’en finit pas de célébrer les exploits de la plus belle des révolutions et d’évoquer les formidables avantages qui découleraient d’une alliance avec un pays perçu encore comme la banque et le grenier de l’Europe.

  • 3 On retrouve quelquefois des allusions à la corruption et au libertinage français, mais c’est évidem (...)
  • 4 Konijnenburg est l’auteur de la plupart des tomes des Tafereelen van de Staatsomwenteling in Frankr (...)

3Certes, dans l’autre camp - orangiste - la nation française est représentée bien différemment. Féroce, irréligieuse, en proie aux systèmes chimériques de philosophes égarés, telle serait devenue la France. Quoi qu’il en soit, tant chez les amis que chez les ennemis de la Révolution, le discours sur la France tranche radicalement avec celui colporté depuis les guerres de Louis XIV et de louis XV. Il n’y est plus question d’un peuple superficiel, voire libertin3, même si patriotes et orangistes se retrouvent pour réprouver le supplice du Roi et la « tyrannie robespierriste ». Pourtant, il y en a, comme le pasteur révolutionnaire Konijnenburg pour tenter déjà d’expliquer la Terreur par le poids des circonstances. Et, plus que politiques et diplomates, l’historien-philosophe, que se veut Konijnenburg, souligne l’apport essentiel de la Révolution pour l’humanité tout entière4. De lait, à chacun son langage. Le discours batave sur la Grande Nation fluctue selon les hommes et les périodes. Cette contribution a pour objet d’en examiner les modulations.

L’HEURE DU TRAITÉ (1795-1796)

  • 5 Colenbrander, Gedenkstukken der algemeene gescbiedenis van Nederland 1795-1840, 21 vol., Den Haag, (...)

4Début janvier 1795, alors que s’amorce l’invasion des Provinces-Unies, les patriotes bataves sont tiraillés entre espoir et crainte. Espoir de délivrance et crainte que la France ne traite leur patrie en ennemie. Les interventions vont donc se succéder pour suggérer une « convention provisoire ». La France y est qualifiée de « une grande nation, dont ils [les Bataves] regardent l’alliance et l’amitié comme devant amener le retour de la prospérité de la Hollande et le terme de ses malheurs » (G.S. I, 436)5. On insiste sur le « système généreux et loyal qui dirige les opérations » de la Convention et sur les « incroyables succès des armées ». Mais l’accent se pose plus particulièrement sur l’identité de principes, de vues politiques, de diplomatie vis-à-vis des puissances européennes - et notamment de l’Angleterre (G.S. I, 458) - qui lie les deux républiques, dans l’espoir que se terminent au plus vite les hostilités.

  • 6 Voir J.-Y. Guiomar, « Histoire et signification de ‘La Grande Nation’ (août 1797-automne 1799) : pr (...)
  • 7 Ailleurs, les Bataves parlent de « une si grande nation » ou de « cette grande nation ». P. Geyl, L (...)
  • 8 Les politiques et diplomates se réfèrent souvent au traité d’Utrecht de 1579, ou plus loin encore, (...)

5À cette date, Bonaparte n’a pas encore lancé la fameuse expression : la Grande Nation, conçue seulement en août 17976. Français et Hollandais lui conservent donc l’article indéfini et les minuscules, ce qui en atténue le caractère absolu7. Nous y reviendrons. Pour l’instant, notons plutôt l’insistance des diplomates bataves pour fondre en une unité les deux Républiques, par le biais d’un traité d’alliance - et d’amitié - et en vue de « grands avantages réciproques » (ibid. 436). C’est dire qu’ils tentent d’imposer l’idée de « deux républiques égales et indépendantes ». Du côté hollandais, rien d’étonnant en somme, car la Batavie n’était-elle pas une de ces « républiques éternelles », dont parlait Montesquieu ? Elle, du moins, a le sentiment d’une continuité, d’une régénération réelle8. Le problème, c’est que le Comité de Salut public a des vues fort différentes. Et les agents bataves ne tardent pas à constater que, « la bouche pleine des plus beaux principes », les politiques français émettent des propositions inacceptables (G.S. I, 466).

  • 9 De fait, dès le 20 février 1795, Carnot s’était plaint qu’on n’ait pas retiré plus d’avantages de l (...)

6Le 1er pluviôse an III, la proclamation des représentants de la République française avait pourtant rassuré les esprits. Elle promettait l’indépendance, la liberté, le respect du culte, le maintien de l’ordre. Elle promettait de ne pas bouleverser le pays, qui serait traité en ami. On comprend mieux alors l’enthousiasme batave des premiers jours. Il s’exprime entre autres par des éloges inconditionnels : « Grand peuple », voire le « plus grand peuple du monde », les « incomparables français » constitueraient une « si grande nation ! » (Geyl, 165-172). L’hyperbole valorisante et incitative est de rigueur, dans l’espoir que les attentes soient comblées. Il en va tout autrement quand sont énoncées les exigences du Comité de Salut public, perçues comme « exorbitantes » et contraires à la proclamation du 20 janvier9. Blauw, envoyé à Paris par le gouvernement provisoire pour traiter sur place, s’insurge des mois durant contre les termes de ce traité et cherche à démontrer que les prétentions françaises sont incompatibles avec la « loyauté et la bonne foi » du gouvernement conventionnel. Pis même, ce dernier violerait sa parole - et se déshonorerait aux yeux de l’Europe tout entière, tandis qu’il bafouerait les droits de l’Homme et trahirait le peuple français (G.S. I, 674 ; 685). Les États généraux de Hollande ne cesseront de conseiller au diplomate de crier à la trahison et de refuser toute mesure qui amoindrirait leur territoire et minerait leur prospérité. La France alors est qualifiée de « nation française », et le « grand peuple » redevient le « peuple français ». Les gouvernants bataves en profitent aussi pour rappeler à l’alliée traîtresse les crimes de Louis XIV et la haine vivace qui en a découlé en Hollande vis-à-vis des Français. Cette mise en garde oppose à « l’injustice » des conditions du traité la modération et la générosité qu’ils étaient en droit d’attendre après le soutien qu’ils ont apporté aux armées françaises et les sacrifices que la République est prête à faire quand la France sera revenue à la raison.

7De Paris, dans leur correspondance secrète, les diplomates Blauw et Meijer rapportent aux États généraux leurs entrevues avec les « matadors » du Comité de Salut public qui ne leur épargnent ni humiliations, ni scènes. L’hyperbole élogieuse des jours heureux laisse place à l’ironie, surtout quand il s’agit de l’intraitable Sieyès, qui professerait des principes machiavéliques, qui serait un « nouveau Mazarin » et dont le ton impérieux ne doit pas faire oublier la lâcheté - Blauw évoque l’attitude de Sieyès durant l’an IL Le Comité de Salut public est décrit comme « un nouveau Divan », arborant l’étendard de la liberté, de l’égalité, de la fraternité, pour mieux tromper son monde.

  • 10 Lorsqu’il est question de l’arrivée dans la République de Reubell et de Sieyès, Dumont-Pigalle parl (...)

8Vis-à-vis des Français, les diplomates adoptent certes un autre ton. Ils se font à la fois incitatifs et dissuasifs, soulignant qu’un grand peuple ne saurait se conduire de la sorte. Et, ils essaient de prouver qu’un affaiblissement de la République batave irait contre les véritables intérêts de la France. D’une part, les termes du traité seraient de ceux que l’on adresse aux peuples vaincus et conquis. Or, les patriotes et la Hollande dans son ensemble ont été fidèles à la France. D’autre part, ils vont miner et désespérer la nation et donc se l’aliéner. Prétexte pour rappeler que le déclin néerlandais est en partie dû à la France, qui entraîna la Hollande dans la guerre d’Amérique, où elle a perdu plus de cent millions de florins, avant d’être abandonnée à son triste sort par le gouvernement de Louis XVI. Blauw conseille donc d’abandonner les « bénéfices momentanés » au profit « des avantages incalculables d’une étroite alliance » - avec une « nation digne d’être libre et alliée de la France ». Ce qui importe, c’est de faire recouvrer à la patrie sa puissance et sa prospérité, de sorte qu’elle puisse réellement aider son alliée. Et un projet quelque peu utopique proposait d’unir la République batave à la Belgique de manière à créer « une alliée puissante de la France » (G.S. I, 695-696). On se doute qu’il n’en fut jamais question à Paris et que, s’il fut connu, le projet fut jugé saugrenu. Quoi qu’il en soit, les médiateurs tinrent bon. Ils surent faire alterner critique, protestation, dignité et éloge - dans une perspective persuasive. Et les observations ironiques sur le despotisme de la Grande Nation, ils les réservaient aux lettres adressées à leurs concitoyens10.

  • 11 La France avait laissé courir le brait, qu’étant donné le refus des États-Généraux de signer le tra (...)

9Le traité d’alliance fut signé le 16 mai, après un bras de fer qui recouvre près de trois mois. Les deux nations n’avaient rien épargné pour se convaincre mutuellement. Du côté français, par le biais de menaces et de chantages. Le 3 juin 1795, Pieter Paulus écrit ainsi à Valckenaer, que, bon gré, mal gré, il a fallu signer, sinon les Prussiens n’auraient pas tardé à envahir le territoire11. Début mai, Reubell et Sieyès étaient venus sur place et, devant les refus successifs et opiniâtres des Bataves, avaient consenti malgré tout à réduire leurs exigences.

L’HEURE DE LA CONSTITUTION (1796-1797)

  • 12 Si l’on en croit Vitringa, la France est une grande République, et sans doute « la plus puissante d (...)

10Une fois le traité signé, il fallut convoquer une assemblée qui aurait pour tâche la réalisation d’une constitution. Les comptes rendus des séances ont été notés et ils sont particulièrement intéressants pour comprendre la mentalité et la culture politique des Hollandais et ce qui les sépare de leurs alliés. Ce qui frappe tout d’abord dans les discussions de 1796, c’est la crainte chez la plupart des députés d’imiter trop fidèlement la France. Les constitutions françaises servent certes de références fondatrices mais elles n’éclipsent point le modèle américain, ni même le modèle batave. Les fédéralistes et les adversaires d’une centralisation trop poussée reconnaissent que la Constitution française « dans les circonstances relatives à ce pays est un chef-d’œuvre de politique, la meilleure en rapport avec les mœurs et les temps ». La « puissante nation », en proie aux convulsions de toutes sortes, se devait d’y remédier par « des lois qui soient accordées aux circonstances » (RGP, 1796, 157-159, 200). C’est que le contexte historique était fort différent dans les deux pays. La France héritait de l’Ancien Régime une structure centralisée, qui a fait sa force et que la République a simplement reprise et démocratisée, mais la dictature de l’an II a démontré qu’une unité absolue pouvait déboucher sur un despotisme tout aussi néfaste que celui des rois. Non que le législateur - Vitringa - méprise ce qu’a accompli l’alliée, ni qu’il méconnaisse « son noble sentiment pour la liberté » et sa « générosité ». Mais il tente d’expliquer qu’en France, une dépendance absolue est concevable à cause de l’héritage monarchique, non point en Hollande, où l’ancienne constitution, fédéraliste et libérale, a fait ses preuves12. D’autres acceptent en principe un pouvoir centralisé, fort et illimité, mais doutent eux aussi qu’il soit applicable en Hollande. Et de rappeler les horreurs commises au nom des principes de liberté, d’égalité et de fraternité. Le spectre de Robespierre demeure omniprésent. Chez les unitaires, il en va différemment. Certains se font un devoir de prouver que, si les provinces bataves ont des intérêts fort dissemblables - argument privilégié des fédéralistes -, cela vaut aussi pour les départements français. Et, donc, l’unité envisageable en France l’est aussi en Hollande. La destruction des « distinctions provinciales » apparaît ici tant neuve qu’avantageuse, et, cette idée se serait éveillée grâce à « l’heureuse révolution française » (ibid.).

  • 13 Comme Konijnenburg, dont il est l’ami ou du moins le collègue, il insiste sur les actes de courage (...)

11Les partis se déchirent également pour ce qui touche à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Contre une déclaration, il y en a comme le député unitariste, van Manen, pour démontrer qu’elle était nécessaire « dans un pays où dominaient le despotisme et l’inégalité, et où les hommes se retrouvaient « libres et égaux » du jour au lendemain ». Mais quand on voit combien ces beaux principes ont été bafoués, van Manen est d’avis qu’il vaut mieux rédiger un contrat social, qui tiendra compte des spécificités « naturelles » : territoire, produits du sol, climat, nature et activités de la nation. Ockerse, patriote radical, met lui aussi en garde contre une imitation trop servile de la « République mère » (De Democraten). Se fondant sur la théorie des caractères nationaux, il constate qu’un peuple vif et expansif doit être contenu par les lois, alors qu’un peuple lent et flegmatique peut se permettre de mettre en œuvre « une démocratie plus étendue »13. C’est une constitution similaire qu’il encouragera en 1798. Son scepticisme sur le modèle français ne l’empêche pas de célébrer la France, cette « Mère », qui portera ou supportera son « enfant » : la « chétive » République batave. Sœur, amie, alliée ou mère, ces dénominations ne paraissent pas antinomiques aux patriotes, mais elles sont formulées à certaines occasions seulement, entre autres quand l’enthousiasme prévaut ou quand il est question d’amadouer et de se concilier les politiques français.

  • 14 À la veille du 18-Fructidor, Valckenaer écrit ainsi à un collègue : « J’ai compris au cours de l’an (...)

12À ce premier stade (1795-1797), il semblerait que les Bataves reconnaissent volontiers la puissance de la République française, mais aussi ses problèmes, ses erreurs et sa spécificité. Ils se savent pressés par le temps et admettent l’urgence d’une constitution, afin d’éviter une intervention de la « puissante république » - qu’ils redoutent et refusent. Ils aiment à croire que l’alliée a tout à gagner de la prospérité néerlandaise - entre autres un soutien contre l’Angleterre, une marine et un commerce florissants - et, à cet effet, ils valorisent les avantages que pourrait procurer leur pays à l’alliée - surtout si l’on réunissait la Belgique à la Hollande. La France n’aurait rien à craindre de cette prospérité retrouvée. N’est-elle point la « colossale voisine » qui n’a qu’un pas à faire pour « écraser sa petite sœur » (G.S. I, 487) ? Ce sont là des discours politiques et diplomatiques adressés à la France, en vue d’améliorer les termes du traité d’alliance ; le discours à l’intention des Hollandais est moins élogieux et moins modeste : la rancune, la crainte, l’appréhension s’y traduisent bien souvent par l’ironie ou la métaphore dépréciative ; de l’ours que serait Reubell au renard que serait Sieyès et à l’avocat incarné par Talleyrand ; des « matadors » du Comité de Salut public au « comptoir français » ; du « Machiavel moderne » au « nouveau Mazarin » (Sieyès, donc) ; du despotisme à l’orientale mis en œuvre par le gouvernement français au « nouveau Divan » parisien, les législateurs bataves s’en donnent à cœur joie et, dans les correspondances privées, se départent de leur ton sérieux et respectueux et affichent le peu d’estime qu’ils professent pour la Grande Nation - trop vorace. Quant à la République batave, ce serait, si l’on en croit le Robespierre batave, Valckenaer : « un petit satellite qui tourne autour de la grande planète » (G.S. H, 528). Pourtant, ces invectives s’adressent avant tout au gouvernement et non point au peuple français14.

L’HEURE DE LA RÉVOLUTION (JANVIER-JUIN 1798)

  • 15 La France pourtant ne veut pas avoir l’air d’intervenir dans cette politique intérieure. Vis-à-vis (...)

13La Constitution, laborieusement élaborée et portée au suffrage populaire en août 1797 est rejetée à l’unanimité. Au même moment, le parti radical fait tous ses efforts pour se concilier le Directoire parisien. Pieter Vreede, le chef, écrit ainsi à Delacroix - ministre des Affaires étrangères - pour lui en signaler les « défectuosités », dues aux intrigues orangistes et fédéralistes, dans l’espoir que la France intervienne et soutienne les « âmes vraiment républicaines » - au nom « de l’alliance et de la loyauté de la République mère ». Jeu dangereux que joue aussi dans l’autre camp Bicker - auprès de Boissy d’Anglas et, plus tard, de Talleyrand - et qui aurait pu aboutir à une véritable prise en main par le Directoire des affaires intérieures de la république-sœur15. Après le 18-Fructidor, cependant, qui encourage les radicaux à persévérer, d’autant que la Constitution a donc été rejetée et que la République batave n’a toujours pas d’existence politique réelle, leurs agents parviennent - moyennant finances - à persuader Barras et Merlin de Douai de leur envoyer un nouveau ministre plénipotentiaire et un nouveau général. Ce seront Charles Delacroix et Joubert.

14À cette date, inutile de dire que foisonnent les hyperboles valorisantes. La France redevient « une généreuse et invincible alliée », « la plus grande, la plus célèbre et la plus courageuse des républiques » (RGP, 1798, I, 539, 541). Le ministre de la République batave à Paris célèbre sur le même ton le 18-Fructidor et « l’intrépide et sage surveillance du Directoire », le courage de ses guerriers, la fermeté des deux conseils qui ont permis de mettre fin au complot royaliste (ibid., 537). Les radicaux se flattent d’imiter la France, de lui être utiles et de se rendre dignes de leur alliée. Ducange, l’agent de Barras, en viendra à écrire à Delacroix que les patriotes l’attendent « comme Israël attendait le Messie » (ibid., 595). La stratégie aura son petit effet, d’autant que les démocrates affirment suivre à la lettre les instructions du gouvernement français. Delacroix et Joubert rempliront donc les espérances des radicaux et les soutiendront dans le coup d’État du 22 janvier 1798 - dans l’espoir qu’eux du moins réalisent au plus vite une Constitution d’après le modèle français, afin que les Provinces-Unies puissent enfin remplir dignement leur rôle d’alliée « de la grande nation » (ibid., 610). Cette réunion inédite « des Francs et des Bataves » ne veut pas dire que la France aura accès aux secrets de l’État. Vreede rappelle qu’il n’est pas question que l’alliée soit informée des affaires intérieures. Le législateur Ockerse surenchérit et évoque la liberté et l’indépendance bataves, avant de minimiser l’intervention française du 22 janvier. Ce sont là des discours politiques adressés en néerlandais aux membres de l’Assemblée. En français, le ton est différent et, officiellement, tous se réjouissent et célèbrent donc la réunion de deux peuples de héros, de même que « l’immortel Buonaparte et ses miracles républicains » - c’est l’époque des projets d’invasion de l’Angleterre et de la nouvelle expédition en Irlande, qu’aurait dû diriger Bonaparte.

  • 16 Sur ces trois projets, voir S. Schama, op. cit., p. 375-377. B RGP, 1798, I, p. I-XXXVII.
  • 17 Cf. mon article, « Les Gaulois en Batavie. Des relations diplomatiques machiavéliques », dans Remou (...)

15Contrairement à la première assemblée, celle qui se met en place en janvier ne perd pas de temps et élabore en quelques mois une constitution unitaire, à partir des points constitutionnels convenus, rédigés en janvier 1798, à partir du projet français, d’après le projet de 1797 revu et corrigé par Daunou et du symbole constitutionnel concocté par Delacroix16. Le Comité de constitution dirigé par Ockerse a pourtant apporté des changements qu’il motive auprès de Delacroix par le fait que leur projet était déjà fort avancé et que le peuple batave a un génie national et particulier » (RGP, 1798, II, 100/101) : il a « plus besoin d’éperon que de bride », contrairement au peuple français. Sous ces divers prétextes, et avec le soutien de Ducange, le gouvernement néerlandais impose donc à Delacroix une constitution mieux adaptée au caractère national. C’est dire que, nonobstant les manifestations dithyrambiques d’allégeance, les politiques bataves n’entendent pas se laisser diriger. C’est aussi ce que constatent plusieurs agents français, quand ils écrivent : « les Bataves se moquent de nous », ils cachent « leur conduite des voiles les plus épars ». Il est vrai qu’il était difficile à la petite nation de défier ouvertement « sa colossale voisine », mais il lui était tout aussi difficile, sinon impossible, de trahir ses propres certitudes sur ce qui touchait au bonheur de la patrie17.

  • 18 J’ai étudié le problème dans » La République éternelle et le Directoire français, le poids des repr (...)

16Est-ce à ces réticences qu’est dû entre autres le soutien - discret - apporté par le Directoire français à Daendels et aux modérés ? Car le 12 juin vient l’heure du 22-Floréal français. Non qu’il faille assimiler ce nouveau coup d’État à celui qui vient d’épurer les deux Conseils parisiens - ainsi que le font bien des historiens. Ce qui est certain, c’est que les radicaux s’étaient aliénés non seulement une grande partie de l’élite de la nation - entre autres plusieurs ministres du gouvernement - mais aussi le général en chef des armées, Joubert, le général Daendels et l’amiral de Winter. Faute d’avoir su rallier les divers partis et les hommes de talent, faute d’avoir su satisfaire aux attentes du gouvernement français, le directoire batave dut à son tour céder la place à des hommes moins retors, à première vue, du moins18.

  • 19 Il est intéressant de comparer les pièces officielles, les lettres des législateurs avec la version (...)

17Le 22 janvier 1798 suivait de près le 18-Fructidor ; le 12 juin suit de près le 22-Floréal. Et, dans son mémoire justificatif, Blauw - ancien ministre plénipotentiaire, désormais, en disgrâce - ne pourra s’empêcher de constater que « les partis néerlandais ont passé en miniature par toutes les périodes des folies humaines qui ont caractérisé la Révolution française » (G.S. III, 633 ff.). Sous le Consulat, à la date où il écrit, il impute les commotions diverses au machiavélisme et aux oscillations du Directoire français. Au son du terme magique, « la Grande Nation le veut », les ministres de la France en Hollande auraient imposé leurs lois, piétiné les mœurs, bafoué les promesses. La « puissante république » n’aurait aucunement respecté ses alliés. L’adversaire de Blauw, l’ancien directeur van Langen, ne dit pas autre chose. Et plus encore que le diplomate disgracié, il souligne la vénalité des hommes en place. Entre autres celle de Barras qui aurait exigé 800 000 florins pour secourir les radicaux. De fait, le Directoire français avait le pouvoir d’installer un gouvernement ou de le faire tomber. Une fois décidé la chute, il était quasiment impossible de s’y opposer (G.S. III, 618). Dans ces textes publiés peu après le 18-Brumaire, l’image brossée de la Grande Nation est peu flattée et peu flatteuse19. Après le temps des fleurs vient donc celui des reproches. Pourtant, malgré leur désir d’indépendance et leur refus de voir la République française intervenir dans leurs affaires domestiques, les partis bataves se bousculent successivement aux portes du Luxembourg dans l’espoir d’un soutien contre leurs adversaires. Et cela, ils ont tendance à l’oublier, quand ils fulminent contre les ingérences de la République mère - devenue quelque peu « marâtre ».

L’HEURE DE LA RÉACTION (JUIN 1798-NOVEMBRE 1799)

18Au lendemain du 12 juin, le gouvernement provisoire, composé d’unitaristes modérés, envoie Schimmelpenninck à Paris. Sa mission consiste à faire accepter le coup d’État et reconnaître le nouveau gouvernement. C’est lui qui, jusqu’en 1805, jouera un rôle non négligeable dans les relations entre les deux Républiques. Dès son arrivée à Paris, il se montre plutôt satisfait sur le tour que prennent les événements et sur ses contacts avec Talleyrand - qualifié de « grand homme ». Si l’on en croit ses missives, la Révolution française aurait achevé sa course. Le gouvernement mis en place n’afficherait aucune sympathie pour les « anarchistes » ou les « démagogues ». Et les Hollandais auraient fait l’erreur de confondre Delacroix et le gouvernement français. Le diplomate ne voit donc que des raisons d’espérer. À cette date, la République batave espère en effet que soit signé un traité de commerce entre les deux alliés et que soient rappelées les troupes françaises en garnison en Hollande et revues les délimitations des frontières.

19C’est qu’une fois la Constitution batave acceptée et le gouvernement reconnu, la petite République avait espéré que soient recouvrées indépendance réelle et prospérité. Or, il n’en était rien. Les sources d’irritation se multipliaient, à propos du séjour sur le sol batave de 25 000 soldats français, des corsaires français, des querelles relatives au partage du port de Flessingue. À cela s’ajoutaient encore les exigences françaises pour une amnistie de tous les prisonniers politiques et la revendication des biens des émigrés français et des communautés religieuses. Ces prétentions et polémiques incessantes ont des répercussions négatives auprès des Bataves, pour qui la Grande Nation ne connaîtrait que le « droit du plus fort », l’oppression, l’usurpation (G.S. III, 492-493). Et il est vrai que la France, en proie à des difficultés sans fin, faisait flèche de tout bois.

20En février 1799, au moment où périclite la situation financière de la République mère, Schimmelpenninck se réjouit. C’est le moment ou jamais de faire des affaires. Gogel - ministre des Finances - propose ainsi de donner deux millions pour les biens des émigrés - là où la France en exigeait quatre -, il souhaite racheter Flessingue et voir signer un traité de commerce. Pendant quelques mois, l’espoir demeura en effet que soit enfin conclu un traité de commerce entre les deux Républiques. Dans ce but, la France a envoyé un agent sur place. Lubberts, c’est le nom de l’agent, avait examiné la situation et ses conclusions n’étaient pas très différentes de celles des Bataves. Lui aussi reconnaissait que la République était en déclin et près de la mine. Des mesures s’imposaient. Le hasard voulut qu’à son retour en France, il tombe malade et qu’ait lieu le 30-Prairial. Le rapport fut jeté aux oubliettes. Quoi qu’il en soit, le très réaliste Schimmelpenninck avait prévu qu’on n’accepterait le traité qu’à certaines conditions et qu’il faudrait une fois de plus faire des sacrifices et se montrer généreux. À cette date, l’irritation batave est à un degré tel, que le ministre des Finances Gogel se serait publiquement écrié : « qu’on nous envahisse donc » ! - au grand dam des politiques français (G.S., III, 495-502).

  • 20 Schimmelpenninck donne un portrait très positif de Talleyrand. Il célèbre son esprit de conciliatio (...)

21La Grande Nation voyait avec chagrin les régimes se succéder en terre batave sans que s’opère un changement favorable aux caisses de l’Etat - inexorablement vides. En Hollande, le coup d’État du 30-Prairial laissait présager un nouveau bouleversement, d’autant que Talleyrand donnait sa démission20. Le gouvernement français n’allait-il pas apporter son soutien aux « anarchistes », dont plusieurs agents séjournaient et complotaient à Paris ? Ne voulant être pris de court, les modérés cherchent alors à réunir tous les partis, au nom des dangers encourus par leur « pauvre petite patrie » - menacée indirectement par le changement opéré en France. Ce qu’il faudrait, écrit Schimmelpenninck, c’est transformer la cause du gouvernement « en cause nationale » (G.S., III, 525). Le gouvernement batave pouvait en effet espérer réconcilier les hommes de tous les partis autour des principes du 22 janvier 1798 que partageaient en définitive tous les patriotes - excepté bien sûr les orangistes et fédéralistes impénitents. Et, ce que reproche Schimmelpenninck au gouvernement radical, c’est justement de ne pas avoir su rallier tous les partis et d’avoir permis à la France – « une puissance étrangère » - de se mêler des affaires domestiques de son pays, ce qui lui a valu d’être un « objet de risée aux yeux de toute l’Europe ».

  • 21 Bien qu’ils deviennent peu à peu francophobes, les patriotes restent fidèles aux idéaux pour lesque (...)

22Entre-temps, la puissante République mère vivait des jours tumultueux. Les invincibles armées étaient vaincues en Italie, en Suisse, en Allemagne ; Bonaparte était en route pour l’Égypte. Les dangers se précisaient du côté de la mer du Nord. Les Anglais et les Russes approchaient. Une vague de panique envahit la République batave, qui incite les politiques à rechercher une protection du côté de la Prusse et, en particulier, à signer un traité de neutralité. Inutile de dire que la France ne l’entendait pas ainsi. Qu’aurait-elle à gagner d’une alliée neutre, qui poursuivrait son commerce avec l’ennemi et qui ne lui serait d’aucun secours dans la lutte qui s’amorçait ? Du reste, la République française affirmait haut et fort qu’elle allait tout mettre en œuvre pour défendre la Hollande. Le problème, c’est qu’on n’en était pas vraiment certain en terre batave. Après quelques déboires qui portent tort à la république-sœur - reddition de la flotte, retrait de Daendels du nord du pays, plusieurs défaites - qui blessent le patriotisme de Schimmelpenninck et lui font craindre le pire, Français et Bataves l’emportent malgré tout. Mais si la France sacrifie tant de moyens à la défense de la république-sœur, les Hollandais comprennent qu’il faudra faire de « nouveaux sacrifices extraordinaires », tout comme ils comprennent que, bon gré mal gré, leur sort est lié au sort de « cette grande république ». À cette date, rares sont ceux qui s’en réjouissent (G.S., III, 542-45)21.

  • 22 La France veut que la République-sœur renvoie les ministres du gouvernement - trop peu serviles - e (...)

23En octobre 1799, fatigués et dégoûtés des affaires publiques, les ministres bataves se retrouvent pour reconnaître que la France, « si colossale soit-elle » est confrontée à des problèmes insolubles. Sa situation financière n’a fait qu’empirer, et elle va s’adresser une fois de plus à son alliée. Schimmelpenninck avoue qu’étant donné la dépendance de la Hollande à cette grande puissance, il importe de se montrer conciliant. Mais son pays étant lui-même au bord de la mine, s’il doit aider la France, ce sera avec son crédit, et non avec de l’argent comptant. À la veille du 18-Brumaire, l’amitié franco-batave est donc une fois de plus ébréchée. La France exige la cession de Flessingue et continue à intervenir dans les affaires intérieures de son alliée, tandis que le traité de commerce a été abandonné et que le projet de neutralité n’est pas accepté. Bref, nonobstant la proclamation solennelle selon laquelle la République-sœur est indépendante, cette dernière fulmine contre le peu de liberté que lui concède sa colossale voisine22.

24On comprend mieux alors le soulagement du diplomate batave au lendemain du 18-Brumaire. Il voit dans cet heureux événement « se ranimer le patriotisme de 1789 et se calmer la tourmente révolutionnaire ». La paix générale ne saurait tarder. Bref, il est temps de faire en sorte que l’événement soit favorable à la patrie. La première rencontre avec Bonaparte entérine ce sentiment. Le général est « on ne peut plus aimable » (G.S., III, 569-70). Tout espérance est permise. Durant une vingtaine de jours seulement, car le 29 novembre suivant, le premier Consul suggère à la République batave de venir en aide à « un ami en difficultés », de donner un témoignage généreux d’affection et de lui procurer six millions de florins. Le gouvernement de La Haye souhaitait manifester son affection tout autrement. Bonaparte ne voulut pas en entendre parler. Un autre discours lui aurait semblé diplomatique et calculateur, voire mercantile et vénal. Le grand homme ne désirait qu’une chose : une démonstration gratuite de reconnaissance et d’amitié (G.S., III, 574). Il fut fort déçu de la réaction batave et n’oublia jamais l’affront fait au Héros de la France.

  • 23 Les agents français constatent entre autres que les dtoyens paient en impôts la moitié de leurs rev (...)

25Au cours de cette dernière phase (juin 1798-novembre 1799) - la dernière traitée ici, car les deux Républiques vivront encore ensemble des jours mouvementés - se succèdent en terre batave les états d’âme. Les espérances alternent avec les craintes et les déceptions, entre autres, quand arrivent dans les Provinces-Unies Brune et Fouché, qui viennent de « révolutionner » la République cisalpine, ou quand il s’avère que le traité de commerce ne sera jamais signé et que Paris continue à vouloir diriger La Haye. Et, après le 30Prairial, nombreux sont ceux qui se réjouissent de la destitution de directeurs jugés despotiques et corrompus. À cette date, la République française s’est aliénée bien des esprits. Les témoins français sur place le confirment, qui rien finissent pas d’avertir le gouvernement parisien de ce que « la Grande Nation est détestée ». Elle est vue comme la cause de toutes les commotions, de la misère, de l’anéantissement du commerce23. Au rythme des ingérences en matière de politique intérieure et des problèmes causés par le partage du port de Flessingue, le séjour en Hollande des troupes françaises, les actions intempestives des corsaires français, au rythme des faillites amstellodamoises, et bien qu’ils reconnaissent la puissance de « cette colossale république », les Bataves ne rêvent plus que de la neutralité, qui leur permettrait de recouvrer leur propre puissance, réduite à néant par leur alliance avec la Grande Nation. Ils ont beau minimiser leur force - la litote est de mise quand il s’agit de leur patrie : « petite patrie », « pauvre petite patrie », « petite mais brave nation » -, ils se perçoivent en définitive, de par leur glorieux passé et de par les termes mêmes du traité, comme les égaux du Directoire parisien. Aussi, le 18-Brumaire est-il accueilli avec enthousiasme. Schimmelpenninck s’empresse d’en avertir ses collègues de La Haye : « Que serait devenu ce pays ; que serait devenue notre pauvre patrie [...] sans ce grand projet » ? La joie est générale, d’autant que Talleyrand revient sur scène. Mais, on l’a entrevu, elle sera de courte durée.

***

  • 24 Cf. Zillesen, Loosjes, Konijnenburg, Rogge. Les uns sont très violents et très critiques contre le (...)

26Dans le cadre de cette rencontre, il est impossible d’aborder en détail les divers discours - diplomatique, politique, historique, privé - qui touchent à la Grande Nation. Pour conclure, cependant, il faut noter qu’ils diffèrent non seulement selon les auteurs et les circonstances mais aussi selon les genres. Le discours historique contemporain par exemple se sépare du discours politique en ce qu’il minimise l’influence française et les interventions de l’alliée envahissante, sans pour autant réellement célébrer le Directoire parisien - condamné ici aussi pour son esprit dominateur, son ingratitude, sa vénalité et ses intrigues. La plupart des histoires de la République batave, quoi qu’il en soit, sortent au début du Gonsulat. Leurs auteurs n’ont donc plus à épargner ceux qui ont si mal traité leur « pauvre petite patrie ». Ces vastes recueils célèbrent la Révolution française et sa lutte pour l’émancipation de l’humanité, ses glorieuses légions et le Héros de la France. Si les interprétations se séparent sur les détails, elles se retrouvent pour admirer les armées et le génie militaire et législateur que serait Bonaparte, et ce dès 179824. La Grande Nation, à leurs yeux, c’est avant tout celle qu’a créée le général en chef de l’armée d’Italie. Une nation qui dicte ses lois à l’Europe tout entière et qui va recouvrer son calme et son unité par la grâce du 18-Brumaire - vu comme le signe du retour à l’ordre et à la paix. C’est encore l’attente des auteurs dans les années 1802-1807.

  • 25 Konijnenburg termine ses tableaux historiques en faisant l’éloge du Héros Bonaparte qui va apporter (...)
  • 26 On a vu qu’ils peuvent aussi conférer au tenue une connotation ironique : « La Grande Nation le veu (...)

27Dans les correspondances ou mémoires privés, si le ton diffère et privilégie la litote ou l’ironie, et plus rarement l’hyperbole et l’éloge, il en va de même. Contrairement donc au discours politique officiel qui valorise la puissance, la gloire et la grandeur de la République française quand la politique directoriale est favorable à la République batave et insiste sur sa domination et ses abus de pouvoir quand l’inverse se produit, historiens et mémorialistes contemporains déplacent l’accent et répandent leurs louanges sur les seules armées ou sur quelques individus25. La Grande Nation est perçue dans l’ensemble comme un régime impérialiste, corrompu et corrupteur, brutal et anarchique, où prédominent les intérêts et les intrigues. Un régime qui ne saurait faire la paix, parce qu’il ne peut se permettre ni d’accueillir, ni de nourrir ses glorieuses légions (Zillesen). Aussi, s’ils condescendent de temps à autre à adopter le terme, les Bataves évitent de lui conférer un sens absolu et figuré - et, donc, « l’unicité superlative », qu’implique l’article défini et les majuscules. Ils optent le plus souvent pour une signification littérale - « la grande république » - ou pour les articles indéfini et démonstratif qui en relativisent le caractère hyperbolique et exceptionnel, à moins qu’ils ne définissent leur alliée par le terme plutôt neutre de « nation française »26.

  • 27 G. van Hogendorp, Journal 1806-1813, La Haye, 1981, p. 41 (en date de 1807). Et l’ironie de l’histo (...)
  • 28 La misère des Provinces-Unies s’accroît encore après l’instauration du blocus continental. B avec l (...)

28Après le Directoire et malgré les promesses du 18-Brumaire, le Consulat et l’Empire décevront à leur tour tant les uns que les autres. À tel point qu’en 1810, le premier des francophiles bataves, Valckenaer, établit un triste parallèle entre 1672 et 1810, avant de renier à jamais la période française. C’est là un ancien Jacobin, on se doute que chez les modérés, les fédéralistes et les orangistes, la désillusion s’est exprimée avec plus d’amertume encore, et la Grande Nation n’est brossée ni comme émancipatrice ni comme libératrice. Gijsbert van Hogendorp, un des artisans de la Restauration orangiste de 1813, met en garde ses compatriotes, et ce, dès 1807, contre « l’esprit d’irréligion et d’immoralité qui a fini par bouleverser la France et qui n’a que trop infecté l’Europe ». La Grande Nation offrirait partout « l’image de l’Enfer »27. Ce qu’il ne dit pas, mais ce que ne vont pas tarder à dire et à répéter les hommes de tous bords, c’est que la période française avait miné le pays batave. La cigale prodigue et volage avait épuisé les ressources de sa diligente voisine28.

Notes

1 Il semblerait qu’il y ait eu environ 5 000 réfugiés néerlandais sur le territoire français, dont 200 se trouvaient à Paris. Au total, on estime les fugitifs au nombre de 40 000. 20 000 auraient séjourné un certain temps dans les Pays-Bas autrichiens. Cf. J. Rosendaai., « La Liberté est une garce ! Les Bataves à Paris (1787-1795) » dans Remous révolutionnaires. République batave, armée française (éd. A Jourdan & J. Leerssen), AUP, 1996, p. 59-60.

2 Notons que le ternie de « Franc » est beaucoup plus récurrent que celui de « Gaulois ». Il est vrai que Franc veut dire « libre » et dès 1792, il n’est pas rare de retrouver le terme dans la bouche de fervents patriotes, tels Brissot ou Prudhomme. De ce point de vue, du moins, le brûlot de Sieyès a eu moins d’échos que ce qu’on croit. Cf. mon article « The image of Gaul during the French Revolution. Between Charlemagne and Ossian », Celticism (T. Brown), Rodopi, 1994, p. 195.

3 On retrouve quelquefois des allusions à la corruption et au libertinage français, mais c’est évidemment pour célébrer la Révolution et vilipender les courtisans de Versailles - la cour la plus immorale sur terre. Voir mon article, « La perception des français aux Pays-Bas (1500-1815). De l’incompatibilité des caractères nationaux » dans L’Europe des politesses et le caractère des nations, (éd. A. Montandon), Antropos, 1997, p. 177-195.

4 Konijnenburg est l’auteur de la plupart des tomes des Tafereelen van de Staatsomwenteling in Frankrijk, Amsterdam, 1794-1809. Ouvrage qui s’inspire des Tableaux historiques de la Révolution française.

5 Colenbrander, Gedenkstukken der algemeene gescbiedenis van Nederland 1795-1840, 21 vol., Den Haag, 1905-1922. Sera abrégé : G.S. Voir aussi L. de Gou, Plan van Constilutie 1796, Den Haag, 1975. De staatsregeling van 1798. Bronnen tot de totstandkoming, 2 vol. Den Haag, 1988-1990. Sera abrégé RGP (titre de la série).

6 Voir J.-Y. Guiomar, « Histoire et signification de ‘La Grande Nation’ (août 1797-automne 1799) : problèmes d’interprétation » dans J. Bernet, J.-P. Jessenne et H. Leuwers, DU Directoire au Consulat. 1. Le lien politique local dans la Grande Nation, Lille 3, CRHEN-O, 1999, p. 371-327.

7 Ailleurs, les Bataves parlent de « une si grande nation » ou de « cette grande nation ». P. Geyl, La Révolution batave, Paris, 1971, p. 172.

8 Les politiques et diplomates se réfèrent souvent au traité d’Utrecht de 1579, ou plus loin encore, à l’époque des antiques Bataves, se battant contre le joug romain. Voir W. Frijhoff, « L’évidence républicaine : les Bataves au passé, au présent et au futur » dans Annales historiques de la Révolution française, 1994, no 2, p. 179-194.

9 De fait, dès le 20 février 1795, Carnot s’était plaint qu’on n’ait pas retiré plus d’avantages de la « brillante conquête » et que « les mesures prises, dans ce pays, étaient Elles que les vainqueurs semblaient, en quelque sorte, y recevoir la loi des vaincus ». G.S. I, p. 602-605.

10 Lorsqu’il est question de l’arrivée dans la République de Reubell et de Sieyès, Dumont-Pigalle parle ainsi de la venue de l’ours et du renard (G.S., II, p. 647).

11 La France avait laissé courir le brait, qu’étant donné le refus des États-Généraux de signer le traité, elle sacrifierait les Provinces-Unies au profit dune meilleure alliance avec la Prusse - alliance signée le 5 avril 1795, dont les termes étaient secrets. Voir Geyl, op. cit., p. 192. Quant à la Hollande, sa tactique est de « temporiser ». Notons aussi la crainte des Hollandais que se répète la répression sauvage de 1787. À cette date, les Prussiens et les Anglais avaient poursuivi et maltraité les patriotes, brûlé leurs maisons, etc. et replacé le stadhouder au pouvoir.

12 Si l’on en croit Vitringa, la France est une grande République, et sans doute « la plus puissante du monde entier », elle doit donc « réunir dans ses pouvoirs exécutif et législatif une concentration absolue de pouvoir et doit posséder une énergie, de sorte que les impulsions se communiquent tel un feu électrique d’une province à l’autre ». RGP, 1796, p. 157.

13 Comme Konijnenburg, dont il est l’ami ou du moins le collègue, il insiste sur les actes de courage et de patriotisme du peuple français. Il voit la France comme la première des nations, rang qu’elle avait perdu au cours du XVIIIe siècle par la faute des intrigues autrichiennes et les dépenses de la Cour. De Democraten, no 38. Dans le numéro 64 (26 juillet 1797), il croque la République française comme adoptant progressivement les traits d’une « aristocratie élective ».

14 À la veille du 18-Fructidor, Valckenaer écrit ainsi à un collègue : « J’ai compris au cours de l’année passée qu’on pouvait faire tous les sacrifices, mais que la nation Ibatave] resterait froide et indifférente et que, du côté du comptoir français, il fallait compter plus sur une opposition que sur un soutien. Le vaisseau de l’État, de par les oscillations du Directoire, a quelque peu quitté sa trajectoire, et l’on en voit les conséquences dans les élections du nouveau tiers. Comme nous sommes le petit satellite qui tourne autour de la grande planète, il s’ensuit que tout ce qui est archimodéré [...] l’emporte haut-la-main ». La seule solution pour sortir de l’impasse, ce serait que « les vaillants soldats français, les bons bougres, reviennent au pays et qu’ils soient élus en masse 1...1. À la suite de Voltaire, je m’attends à ce que parmi les 350 000 hommes qui reviennent des années, il y en ait au moins 300 000 de vérolés, qui grâce à la vie des camps seront devenus plus ou moins tapageurs [...] et qui feront chanter sur un tout autre ton les muscadins et consorts » (G.S. 1797, 528).

15 La France pourtant ne veut pas avoir l’air d’intervenir dans cette politique intérieure. Vis-à-vis de l’Europe, de crainte de briser les quelques alliances conclues et vis-à-vis des marchands et banquiers néerlandais, de crainte qu’ils n’exportent leurs capitaux.

16 Sur ces trois projets, voir S. Schama, op. cit., p. 375-377. B RGP, 1798, I, p. I-XXXVII.

17 Cf. mon article, « Les Gaulois en Batavie. Des relations diplomatiques machiavéliques », dans Remous révolutionnaires, op. cit., p. 110-113.

18 J’ai étudié le problème dans » La République éternelle et le Directoire français, le poids des représentations dans la révolution batave » dans Congrès de Fribourg, 1998, à paraître.

19 Il est intéressant de comparer les pièces officielles, les lettres des législateurs avec la version que donnent les historiens contemporains. C. Rogge, Geschiedenis der staatsregeling voor het Bataafsche volk, Amsterdam, 1799 et C. Zillesen, Geschiedenis der Verenigde Nederlanden [...] tot 1798, Amsterdam, 1802, VI, p. 106. Rogge est assez modéré sur le rôle joué par le Directoire français, il valorise les activités de ses compatriotes, mais Zillesen incrimine la politique machiavélique des directeurs, entre autres de Merlin de Douai, vendu au ministère anglais, agent de Pitt, etc. Les deux historiens célèbrent la révolution du 22 janvier 1798, parce qu’elle a apporté à la petite République une Constitution.

20 Schimmelpenninck donne un portrait très positif de Talleyrand. Il célèbre son esprit de conciliation, sa disposition à respecter l’indépendance des autres nations, sa répugnance pour la domination, son esprit brillant, son goût exquis, sa douceur et sa modestie dans les discussions difficiles. À l’inverse, sur le Directoire exécutif, il écrit : « Tout était fait pour le faire haïr. Aucune direction d’envergure dans les délibérations, aucun talent politique, aucune communication raisonnable, aucun effort pour se foire estimer ou aimer ; des hommes saouls de pouvoir et de succès militaires ; des formes désagréables, de sentiment, de goût et d’éducation sous des vertus austères et républicaines » (G.S. III, 509-510).

21 Bien qu’ils deviennent peu à peu francophobes, les patriotes restent fidèles aux idéaux pour lesquels ils se sont battus depuis 1780 (époque des patriotes).

22 La France veut que la République-sœur renvoie les ministres du gouvernement - trop peu serviles - et libère les derniers radicaux encore emprisonnés. G.S., III, p. 564-565.

23 Les agents français constatent entre autres que les dtoyens paient en impôts la moitié de leurs revenus et le vingtième de leurs propriétés foncières (Lombard de Langres, G.S., DI, 45 et Florent Guyot, G.S., III, 124).

24 Cf. Zillesen, Loosjes, Konijnenburg, Rogge. Les uns sont très violents et très critiques contre le Directoire ; les autres assez modérés, tout en reconnaissant ses torts ; d’autres oublient le gouvernement pour censurer ou célébrer certains individus. Mais tous disent admirer le « peuple français », et, entre 1795 et 1807, n’en finissent pas de chanter les exploits des armées de la République mère. On retrouve cet enthousiasme dans la presse italienne en 1796-1797, cf. A. M. Rao, » ‘Une promenade patriotique’ : la campagne d’Italie dans la presse républicaine italienne’, dans Les intellectuels européens face à la campagne d’Italie, 1796-1798, (éd. J.-P. Barbe & R Bernecker), Munster, p. 97-114.

25 Konijnenburg termine ses tableaux historiques en faisant l’éloge du Héros Bonaparte qui va apporter la paix générale, a, en célébrant l’héroïsme des martyrs de la Révolution et leurs traits sublimes. De Condorcet à Joubert, de Marceau à Beaurepaire ou à Desilles. vol. XXV, p. 255-256. Bref, en dépit des horreurs sanglantes, aucune nation moderne - voire antique - n’égalerait la France (p. 26l). Mais, en 1816, dans son Nationaal Gedenkboek van 1813 (La Haye, 1816), l’ancien patriote démocrate adopte un tout autre ton pour condamner la tyrannie et l’hypocrisie du « conquérant de l’Europe », et chanter le retour du Sauveur : Guillaume d’orange.

26 On a vu qu’ils peuvent aussi conférer au tenue une connotation ironique : « La Grande Nation le veut » !

27 G. van Hogendorp, Journal 1806-1813, La Haye, 1981, p. 41 (en date de 1807). Et l’ironie de l’histoire veut qu’il écrive dans la langue même du peuple qu’il invective. C’était là le lot des élites bataves.

28 La misère des Provinces-Unies s’accroît encore après l’instauration du blocus continental. B avec la misère et le blocus - et ses douaniers français - s’accroît aussi la francophobie. L’abeille impériale malgré son labeur ne contribue donc pas au retour de la prospérité batave.

Auteur

Université d’Amsterdam

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540