Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Première partie. Quelle Grande Nation

Les adresses belges à la représentation nationale et leur influence sur l’image d'une Grande Nation

Hervé Leuwers

Texte intégral

  • 1 Voir notamment J.-Y. Guiomar, « Histoire et signification de la Grande Nation (août 1797-automne 1 (...)
  • 2 J. Godechot, La Grande Nation, Paris, 1956 ; rééd. Paris, Aubier, 1983.
  • 3 J.-Y. Guiomar, « Histoire et signification de la Grande Nation... », op. cit.
  • 4 Une Grande Nation, la Grande Nation.
  • 5 Puissante, victorieuse, forte, généreuse...

1L’expression « Grande Nation » a une histoire1 ; parce que le sens des mots évolue par la force de l’usage, elle est devenue, sous la plume des historiens, un outil pour désigner la nation révolutionnaire dans ses rapports avec l’étranger2 ou, plus étroitement, la nation directoriale. Implicitement, cette acception commune donne à l’adjectif « grande » un sens multiple qui renvoie tout à la fois aux victoires militaires, à l’extension des principes révolutionnaires hors de France et à l’élargissement des frontières de la patrie. Cet usage courant, comme l’a récemment rappelé Jean-Yves Guiomar3, cache le sens premier de cette locution et occulte les étapes révolutionnaires de son histoire alors que la forme exacte de l’expression4 sa signification, son lien privilégié avec certains adjectifs complémentaires5 ou la fréquence de son emploi ont évolué au cours de la décennie révolutionnaire.

  • 6 Il ne s’agit pas pour nous d’évoquer la nation comprise comme un groupe d’individus désirant vivre (...)

2En 1795, l’usage de la locution « Grande Nation », toujours précédée de l'article indéfini, demeurait rare ; à lire les débats parlementaires, la correspondance des représentants en mission ou les adresses des patriotes étrangers à la Convention, son emploi était lié à l’expression d’une image publique et idéalisée des caractères de la nation, c’est-à-dire des traits jugés distinctifs du peuple français6 À l’époque thermidorienne, cette représentation continuait à se construire et paraissait parfois s’uniformiser jusqu’au stéréotype. Dans ce processus, divers facteurs, comme les victoires militaires, les succès diplomatiques, l'émergence de républiques-sœurs ou la réunion de territoires étrangers à la République ont indubitablement joué un rôle central. Observer l’espèce de dialogue qui se noue publiquement, en 1795 et 1796, entre certains habitants de la « Belgique » et la députation nationale, c’est ainsi approcher une étape et un moment clef de la construction de l’image d’une Grande Nation.

  • 7 Pour une approche générale : C. Bruneel, « Des provinces belgiques et de la principauté de Liège a (...)

3Évidemment, à partir de textes destinés à la publication et adressés, directement ou non, aux représentants de la France, il ne s’agit aucunement d’étudier « l’esprit public » des provinces belges ; l’approche de l’acceptation ou du refus de certains idéaux de la Révolution dans la Belgique oblige à esquisser une étude géographique des comportements politiques ou religieux, et à rappeler que la diversité des opinions, dans ces régions plus encore qu’en France, marquait profondément une population aux origines et aux sensibilités politiques, religieuses et culturelles diverses7. Les sources étudiées, notre souci d’approcher l’émergence d’une représentation directoriale de la nation française, nous placeront dans une dimension avant tout théorique. Concrètement, notre approche des adresses belges et de leurs répercussions dans les discours des députés de la Convention et du Conseil des Cinq-Cents nous permettra de restituer l’image de la nation que des Belges voulaient donner à leurs interlocuteurs, d’étudier les réactions des députés à leurs adresses, et de nous interroger sur la contribution de ce dialogue franco-belge à la construction d’un discours qui n’évoquait encore qu’une Grande Nation.

DES BELGES DEMANDENT LEUR INTÉGRATION À LA FRANCE

4Avant de reconstituer l’image que les adresses belges donnent des Français, il nous faut préciser que les pétitions et les discours consultés furent rédigés dans des contextes divers, de février 1795 à juillet 1796. Les demandes qui y sont formulées évoluent parallèlement à la situation politique des provinces concernées, mais varient aussi en fonction des options politiques de leurs auteurs, qu’il est souvent difficile de restituer précisément. Évidemment, le corpus reconstitué n'a qu’une représentativité incertaine ; uniquement composé de discours ou d’adresses dénués d’hostilité envers la République, et même le plus souvent nettement favorables au rattachement à la France, il représente d’abord une sélection opérée par les députés eux-mêmes ce qui, dans la perspective retenue ici, qui est celle de la construction, par le dialogue, d’un discours officiel sur la nation française, ne fait qu’accentuer l’intérêt des documents retenus. Il convient cependant de préciser que les textes étudiés se rattachent à trois étapes différentes du processus d’intégration de la « Belgique » à la France.

  • 8 H. Hasquin, dir., La Belgique française, 1792-1815, Bruxelles, Crédit communal, 1993 ; R. Devleesc (...)
  • 9 H. Pirenne, op. cit., t. VI, p. 66 ; X. Rousseaux, « De la justice révolutionnaire à la justice ré (...)
  • 10 Arch. nat., AD XVI 34 : La municipalité de la commune de Vieux-Bourg-de-Gand, à la Convention nati (...)
  • 11 Arch. nat., AF II 100, dossier 738, pièce XIII : Pétition et réclamation des habitans & Magistrats (...)

5Sous la Convention thermidorienne, l’espace belge disposait d’un statut inconfortable et incertain ; plus conquis que libéré par les armées de la République, il était économiquement et financièrement exploité. Certes, l'attitude des Français changea rapidement ; dès l’automne 1794, le Comité de Salut public, sans encore annoncer une prochaine réunion, invita les représentants du peuple à faire aimer la République et confia l'administration des pays conquis à des patriotes belges et français siégeant essentiellement à Bruxelles8 ; au début de l’année suivante, l’occupation se détendit encore : en février 1795, les comités de surveillance disparurent et, le mois suivant, le jury fut introduit dans les juridictions criminelles tandis que s’atténuait l’exploitation économique du pays9. Pour les régions issues des Pays-Bas autrichiens et de la province ecclésiastique de Liège qui avaient un moment été rattachées à la République, en mars 1793, mais aussi pour celles qui étaient restées étrangères à cette première réunion, l'occupation militaire du pays demeurait cependant trop lourde. Dans une adresse probablement rédigée en février ou mars 1795, la municipalité de Vieux-Bourg-de-Gand demanda ainsi l’allègement des contributions militaires et la disparition de la pratique des otages, qui était censée en faciliter la perception ; les auteurs formulaient l’espoir, en conclusion, que la Convention n'admettrait « point le droit de conquête pour écraser un peuple ami »10. Dans les provinces qui avaient connu la réunion de 1793, les adresses, visiblement rédigées par des patriotes locaux, pouvaient se faire plus enthousiastes au point de presque négliger les doléances fiscales ; par une délibération du 5 ventôse an III (23 février 1795), les habitants et les Magistrats des communes du pays de Franchimont, de Stavelot et de Logne rédigèrent une « pétition et réclamation » demandant l’application d’un arrêté des représentants du peuple près des armées du Nord et de Sambre-et-Meuse qui leur promettait, « sur leurs demandes manifestées par des pétitions particulières & par les réclamations des Magistrats des communes »11, le perfectionnement de la justice, la disparition des dîmes et des droits féodaux, la réforme fiscale ainsi que toutes « les loix de bienfaisance existantes dans la République ». Dans leur pétition, les auteurs allaient plus loin encore puisque, rappelant leur précédente réunion à la République, ils demandaient leur rattachement à la France.

  • 12 Arch. nat., AD XVI 34: Liberté. Égalité. Les envoyés des Gantais, à la Convention nationale, imp. (...)
  • 13 Le Moniteur universel, no 333 du 3 fructidor an III (20 août 1795), séance de la Convention du 26 t (...)
  • 14 Le Moniteur universel, no 339 du 9 fructidor an III (26 août 1795), séance de la Convention du 4 fm (...)

6En thermidor et fructidor an III, à l’approche des débats sur la réunion, les adresses belges furent plus nombreuses et bénéficièrent d’une plus large audience. Les Conventionnels accueillaient désormais à la barre, puis ordonnaient la mention au procès-verbal ou l’édition des discours de députations qui, invariablement, demandaient leur rattachement à la France. Le 14 fructidor an III (31 août 1795), les « envoyés des Gantais » présentèrent devant la Convention l’incertitude des Belges « sur le sort [...] réservé à leur patrie » et demandèrent leur réunion à la République12. Dès le 26 thermidor (13 août 1795), des représentants des 59 communes du département de Jemmapes avaient eux aussi regretté que leur région soit traitée en « pays conquis », rappelé leur intégration de 1793 et renouvelé « le vœu [...] pour leur réunion à la République française »13 ; Dans les deux décades suivantes, les députés accueillirent encore à deux reprises ces envoyés des communes du département de Jemmapes qui, à chaque fois, réclamèrent à la Convention la réalisation de ses promesses et leur rattachement à la République14.

  • 15 Par exemple : discours de J. H. Matthey, maire d’Anvers, le 30 thermidor an III (17 août 1795), re (...)
  • 16 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours, sur la question de la réunion d (...)
  • 17 Arch. nat., AD XV 47 : Réponse au mémoire d'Adrien-Philippe Raoux, sur le projet de réunion de la (...)

7Ces vœux de réunion se retrouvaient aussi dans les discours d’autorités locales belges, parfois reproduits dans Le Moniteur universel15 ; l'audience laissée à ces écrits n’était évidemment pas dénuée d’arrière pensée. Le vœu de réunion n’était pas unanimement partagé, mais l’expression d’une position politique différente, qu’elle fût favorable à l’Empereur ou à l’indépendance, ne pouvait facilement s’exprimer par l’écrit. Adrien Raoux, ancien magistrat au Conseil souverain du Hainaut, s’opposa pourtant à l’annexion dans un Mémoire sur le projet de réunion de la Belgique à la France. Tout en reconnaissant les avantages que les deux pays retireraient d’une fusion, il se prononçait clairement pour l’indépendance des anciens Pays-Bas. Vertement critiqué à la Convention, notamment par Portiez, ancien représentant en mission en Belgique, qui voyait en lui un partisan caché des États et de l’Autriche16, le Mémoire suscita également une réaction de patriotes belges ; dans les jours qui suivirent le décret de réunion, des envoyés du département de Jemmapes publièrent une Réponse au mémoire d’Adrien-Philippe Raoux dans laquelle, après avoir dénoncé le « joséphisme » de l’auteur, ils affirmaient leur joie d’être intégrés à la République17.

  • 18 R. Devleeshouwer, « Le cas de la Belgique », dans Occupants-occupés, 1792-1815. Actes du colloque (...)
  • 19 Le Moniteur universel, no 16 du 16 vendémiaire an IV (8 octobre 1795), séance de la Convention du 9 (...)
  • 20 F. Stevens, « L’introduction de la législation révolutionnaire en Belgique », La Révolution et l’o (...)

8Cette « réunion » s’était opérée dans la séance du 9 vendémiaire an IV (1er octobre 1795) ; à l’issue de longs débats, la France s’était agrandie de neuf nouveaux départements qui rassemblaient, sous leur maillage unificateur, les anciens Pays-Bas autrichiens, les principautés de Liège et de Stavelot-Malmédy ainsi que des territoires cédés par les Provinces-Unies au traité de La Haye18 ; à cet ensemble disparate on ajouta l’essentiel du duché de Bouillon dans la séance du 4 brumaire an IV (26 octobre 1795). Plus qu’une partie intégrante de la République, ces régions en étaient un sous-ensemble car la réunion, dans l’immédiat, n’était pas une intégration. Le décret du 9 vendémiaire précisait que les habitants des provinces qui ne s’étaient pas prononcées sur la réunion, en 1793, ne recevraient que les - droits garantis par la Constitution aux étrangers qui résid[ai]ent en France, ou qui y posséd[ai]ent des propriétés »19 ; les Belges rattachés à la République dès 1793 ne recevaient pas pour autant les mêmes droits que les Français de l’intérieur puisque les contributions militaires étaient en partie maintenues, que les administrateurs et les juges seraient pendant une année au moins désignés par les représentants du gouvernement et que les lois devraient subir une publication spéciale avant d’y être exécutoires20.

  • 21 Arch. nat., AD XV 47 : Discours prononcé au temple de la loi, à Bruxelles, le 10 brumaire, l’an 4e (...)
  • 22 Arch. nat., AD XV 47 : Convention nationale. Avantages de la réunion à la France de la ci-devant B (...)
  • 23 Arch. nat., BB 30 166 : Liberté, Justice, Égalité. Pétition présentée le 13 thermidor de l'an IV, (...)

9Pour des raisons notamment fiscales, des Belges tentèrent parfois d’accélérer le processus d’intégration de leurs départements à la France. Il est vrai que les représentants du peuple Pérès et Portiez, entre octobre et décembre 1795, leur répétaient inlassablement que « la réunion n’[était] point une chimère »21 ; Bouteville, commissaire du gouvernement dans les pays réunis à partir de nivôse an IV, rappelait avec autant de ferveur que les Belges et les Français étaient désormais « des concitoyens, des frères »22. Afin d’accélérer la concrétisation de ces promesses, le 13 thermidor an IV (31 juillet 1796), deux députés de vingt communes du département de Jemmapes demandèrent aux Cinq-Cents de lever le régime militaire qui pesait sur la Belgique et d’y appliquer sans tarder toutes les lois de la République, la Constitution et la Déclaration universelle des droits de l’homme23.

10Ces pétitions, ces adresses, ces discours de citoyens belges concernaient, on le voit, différentes étapes de l’intégration de la Belgique à la France. Ces textes, qu’ils demandent la réunion à la République, se félicitent de leur rattachement ou revendiquent leur totale intégration, ont cependant en commun d’émettre un discours public sur la nation française dont la cohérence et l’unité surprennent.

DES BELGES DÉFINISSENT LA NATION FRANÇAISE

11Dans les adresses ou les discours étudiés, les Belges ne qualifient jamais les Français de « Grande Nation » ; ils parlent certes de la nation, mais sans lui lier l’épithète « grande ». L’usage limité de l’expression à la Convention, en 1795, nous interdit de tirer de cette observation la moindre conclusion, d’autant plus que l’image que les Belges donnent des Français se rapproche nettement de celle entretenue par certains députés qui, parfois, semble être résumée par la locution « une Grande Nation ».

  • 24 Arch. nat., AD XVI 34: Liberté. Égalité. Les envoyés des Gantais..., op. cit.
  • 25 Discours prononcé le 30 thermidor an III (17 août 1795). Le Moniteur universel, n. 343 du 13 fruct (...)
  • 26 Arch. nat., AD XV 47 : Réponse au mémoire d’Adrien-Philippe Raoux..., op. cit., p. 12 et 7.
  • 27 Le Moniteur universel, no 339 du 9 fructidor an III (26 août 1795), séance de la Convention du 4 f (...)
  • 28 Arch. nat., AF II 100, dossier 738, pièce XIII : Pétition et réclamation des habitons & Magistrats (...)
  • 29 Arch. nat., AD XVI 34 : La municipalité de la commune de Vieux-Bourg-de-Gand..., op. cit., p. 9.
  • 30 Dans la séance du 26 thermidor an III (13 août 1795), une députation des habitants de 59 communes (...)
  • 31 Discours prononcé le 30 thermidor an III (17 août 1795) ; reproduit dans Le Moniteur universel, no(...)
  • 32 Arch. nat., AD XVI 34: Liberté. Égalité. Les envoyés des Gantais..., op. cit. ; Le Moniteur univer (...)
  • 33 Arch. nat., AF II 100, dossier 738, pièce XIII : Pétition et réclamation des hahitans & Magistrats (...)
  • 34 Arch. nat., AD XV 47 : Réponse au mémoire d'Adrien-Philippe Raoux..., op. cit., p. 3.

12Dans les textes retenus, les Belges attribuent à la nation quatre caractères essentiels qui sont la gloire, la liberté, la générosité et le respect du droit des peuples. Le rappel des victoires de la République est pratiquement systématique ; généralement neutre, il prend ponctuellement, dans des textes probablement issus de milieux patriotes, des accents enthousiastes, comme chez ces Gantois qui regrettaient, en août 1795, de ne pouvoir mêler leurs voix aux « chants de triomphe » des enfants de la République24, ou dans la bouche du président de l’administration municipale d’Anvers qui rappelait à ses concitoyens « ce courage [et] cette énergie, que des Français seuls pouvaient déployer »25 ; la nation française était glorieuse parce que victorieuse. Le conflit qui opposait la République à ses ennemis était présenté sans plus de nuance ; c’est parce qu’elle était libre que la nation devait combattre : en octobre 1795, les auteurs de la Réponse au mémoire d’Adrien-Philippe Raoux évoquaient ainsi l’affranchissement de la nation française et son combat pour la « cause de la liberté »26, tandis que les députés des communes du département de Jemmapes, le mois précédent, assuraient à la Convention qu’ils « combattr[aient] encore avec la République pour la liberté »27. La liberté, selon les adresses à la Convention et les discours des responsables locaux, était en effet une cause qui ne concernait pas les seuls Français ; certains textes présentaient ainsi la République comme investie d’une mission universelle, celle de propager les valeurs de 1789. Les administrateurs de l’arrondissement de Spa, en février 1795, qualifiaient la nation de « généreuse & protectrice », car elle offrait la liberté aux amis des pays conquis28 ; les pétitionnaires de Vieux-Bourg-de-Gand, usant d’une métaphore évangélique, désignaient les Français comme « les apôtres des droits éternels et imprescriptibles de l'homme »29, tandis que les représentants des communes du département de Jemmapes et le président de l’administration municipale d'Anvers rappellaient qu'ils devaient leur « affranchissement » aux Français30. Un quatrième caractère était attribué à la nation dans les adresses des Belges qui sollicitaient leur réunion au nom des décrets de mars 1793 : la fidélité des Français au droit des peuples. La République n’annexait pas, selon les auteurs de ces textes, mais réunissait à sa nation des peuples qui demandaient leur intégration et souhaitaient partager avec elle la liberté. La « réunion » était présentée comme la fusion de deux peuples qui ne formeraient plus qu’une « même famille » (août 1795)31, « la grande famille de la République » (août 1795)32 ou « une grande famille d’hommes libres, éclairés, bienfaisans & heureux ! » (février 1795)33 ; Pour les auteurs de la Réponse au mémoire d'Adrien-Philippe Raoux (octobre 1795), la France était la « mère-famille »34.

  • 35 Le Moniteur universel, no 343 du 13 fructidor an III (30 août 1795), p. 1379.

13C’est probablement le maire d’Anvers, J.-H. Matthey qui, dans sa réponse au discours que les représentants du peuple Lefebvre de Nantes et Dominique Ramel avaient prononcé pour la réouverture de l’Escaut, en août 1795, résuma le plus clairement les différents caractères attribués à la nation française ; dans une phrase où chaque mot a son importance, il célébrait l’événement en l’attribuant à « la bienfaisance d’une nation victorieuse et magnanime, qui met sa gloire à rendre libres ceux qui aiment et veulent la liberté »35. Dans cette riche formule, c’était la puissance militaire de la nation, sa liberté, sa générosité et son respect du droit des peuples qui étaient simultanément rappelés.

  • 36 Discours prononcé le 30 thermidor an III (17 août 1795) ; reproduit dans Le Moniteur universel, no(...)
  • 37 Arch. nat., BB 30 166 : Liberté, Justice, Égalité. Pétition présentée le 13 thermidor de l’an IV, (...)

14Il ne faut évidemment pas attribuer à cette image de la nation, véhiculée par des adresses et des discours publics, une signification et une importance qu’elle n’avait pas. D’abord parce que les auteurs de ces textes reprennent inévitablement, consciemment ou non, une phraséologie lue dans la presse et dans les proclamations des représentants en mission, ou entendues au cours de cérémonies officielles. Lors de l’ouverture de la navigation de l’Escaut, le discours du maire d’Anvers était une réponse aux représentants en mission dont l’allocution avait commencé par ces mots : « Citoyens, le peuple français, armé pour sa liberté, armé pour la liberté des nations [...] ; le peuple français ne compte ses victoires que par ses bienfaits envers l’humanité [...] »36. La victoire, la liberté, la générosité du peuple français, maintes fois rappelées, composaient autant d’articles d’un véritable catéchisme officiel. N’était-il pas logique que ces auteurs qui demandaient la fin du régime d’occupation, la disparition des réquisitions ou le rattachement, cherchaient à renvoyer aux députés de la République une image de la Nation qu’ils appréciaient et développaient généreusement ? Le souci d’étayer leur démonstration par des références à la Constitution et à la Déclaration des droits de l’homme, notamment montré par les auteurs de la pétition des représentants des communes de Jemmapes (juillet 1796), paraît répondre au même choix37. Ainsi, les Belges ne faisaient que renvoyer aux Français l’image que ces derniers avaient d’eux-mêmes.

  • 38 Arch. nat., AD XVI 34: Liberté. Égalité. Les envoyés des Gantais..., op. cit., p. 3 (séance de la (...)
  • 39 Sur ces derniers points, voir la contribution de G. Gayot, dans ce volume, et J. Logie, Les magist (...)

15Tout ramener à un simple calcul politique, ou à une plate imitation d'un discours convenu, serait pourtant aussi réducteur que d’accorder trop de prix à cette représentation étrangère de la nation. Certes, dans certaines adresses, l’instrumentalisation de cette image est manifeste ; le rappel des caractères de la nation, ou de la représentation nationale, qui sont souvent les mêmes, est parfois nettement destiné à obtenir la réalisation des doléances exprimées ; les Gantois - pourtant probablement patriotes - précisaient ainsi que les représentants étaient « trop grands, trop puissans et trop généreux pour régler une paix aux dépens d’un peuple victime » (août 1795)38. Le doute subsistait peut-être ! Pour d’autres, comme J.-H. Matthey (août 1795), comme les auteurs de la Réponse au mémoire d’Adrien-Philippe Raoux (octobre 1795) et comme les députés de Jemmapes (août 1795), la reconnaissance des caractères de la nation se justifiait également par l’attente d’une régénération belge et par une expérience vécue : celle de l’abolition des « droits féodaux », de la réforme de la Justice ou des promesses d’un renouveau économique39.

16Quelles que fussent les convictions politiques et les motivations des auteurs de ces adresses ou de ces discours, il faut convenir qu’ils renvoyaient aux députés une image flatteuse de la nation ; cette reconnaissance extérieure, annoncée par l’imprimé et régulièrement rappelée au sein des assemblées révolutionnaires, entretenait inévitablement cette représentation idéalisée et ce discours sur ce que certains désignaient comme « une Grande Nation ».

« UNE GRANDE NATION RENFORCÉE PAR UNE RECONNAISSANCE EXTÉRIEURE

17Au sein de la Convention, la lecture des adresses issues de Belgique, puis le débat sur la réunion de ces provinces à la République, entretinrent inévitablement la rhétorique libératrice et victorieuse de certains députés ; le discours sur la nation se construisait ainsi, en partie, par le dialogue entre les députés de la République et les représentants des « peuples amis ».

  • 40 Voir : réponse de Chénier à la troisième députation des députés des communes du département de Jem (...)
  • 41 Le Moniteur universel, no 348 du 18 fructidor (4 septembre), séance du 14 fructidor (31 août), p. 1 (...)
  • 42 Le Moniteur universel, no 333 du 3 fructidor an III (20 août 1795), séance de la Convention du 26 t (...)

18Dans leur réponse aux députations belges qui se présentèrent devant la Convention, notamment pendant l’été 1795, les présidents de l’Assemblée se contentaient généralement de promettre aux pétitionnaires l’examen de leurs réclamations40 ; ce vague engagement était cependant assorti d’un discours rassurant qui entretenait l’image convenue de la nation. C’est Chénier, dans sa réponse aux Gantois (août 1795) qui se montra le plus disert et le plus lyrique : assurant que « cette belle république qui [...] semble depuis cinq ans, avoir fait un traité avec la victoire [...] » n’oubliait pas les Belges, il affirmait « [qu']il existe entre tous les hommes libres, quelque point du globe qu’ils habitent, une fraternité inaltérable » et promettait que « les droits immortels des peuples ne ser[aient] plus foulés aux pieds »41. Daunou, dans une réponse à la députation du département de Jemmapes (août 1795), rappelait quant à lui le combat de la nation « pour la liberté » et affirmait qu’elle tiendrait ses engagements envers les peuples qui avaient « été reconnus pour faire partie de la République française »42. Le jeu de miroirs se poursuivait, et les discours des présidents de l’Assemblée ne faisaient que réfléchir l’image de la nation que leur présentaient les députations belges.

  • 43 Nous avons développé cette idée dans notre article : « Droit des peuples et droits du peuple vainq (...)
  • 44 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 36 (Portiez de l’Oise).
  • 45 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 124 (Garran).
  • 46 Arch. dép, du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours... : joug (p. 10-Merlin-, 32-Esc (...)
  • 47 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 32.
  • 48 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 10 (Merlin) et 37 (Portie (...)
  • 49 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 1-9 (Merlin), 30 (Eschass (...)
  • 50 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 11 (Merlin) et 164 (Deren (...)
  • 51 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 39 (Portiez), 75 (Roberjo (...)
  • 52 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 38 (Portiez), 55 (Pérès), (...)
  • 53 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 159-168 (Derenty).
  • 54 Non sans euphémisme, Lefebvre de Nantes précisait notamment que le département des Deux-Nèthes éta (...)

19C’est la même représentation idéalisée de la nation qui ressort des discours des Conventionnels sur la réunion de la Belgique à la France, imprimés et diffusés dans la presse, mais aussi « par ordre de la Convention », individuellement ou en recueils. Certes, ces discours sont dominés par des arguments pragmatiques et concrets ; tous les orateurs s’attardent sur les avantages économiques, financiers, militaires ou politiques de la réunion, qui sont d’ailleurs les points essentiels du débat43. L’image qu’ils présentent de la nation s’accorde pourtant avec l’usage observé dans les adresses des Belges. Grisés par les succès militaires et par les traités de Bâle et de La Haye, ils évoquent la gloire militaire de la nation et la « crainte » qu’inspirent ses armes, rappellent « la force et [...] la puissance » de la République44 et annoncent que le succès seul dictera la paix45. Souvent fidèles au discours libérateur, ils dénoncent par l’emploi de mots comme « tyran », « tyrannie », « despotisme », « intrigue », « joug », « fers » ou « esclavage » la condition jugée servile des peuples de l'Europe et les ambitions politiques de l’Autriche et de l’Angleterre46. Face à l’Europe « esclave », ils se présentent comme les missionnaires de la liberté ; les Français, selon Eschassériaux, sont les « libérateurs des deux peuples » belge et batave47, tandis que Merlin et Portiez évoquent tous deux l’agrandissement du « domaine de la liberté » pour désigner les réunions de 179348. Pour nombre d’orateurs - mais pas pour tous-, cette mission libératrice s’opérait dans le respect du droit des peuples, car la liberté était offerte aux nations qui la demandaient ; pour les auteurs favorables à la réunion, les consultations électorales organisées en Belgique, en 1793, s’étaient opérées librement49, et « l’honneur » (Derenty) et la « loyauté » (Merlin de Douai) de la nation interdisaient d’abandonner un peuple libéré et un moment réuni à la République50. Les anciens commissaires en Belgique, comme Portiez ou Roberjot, ou de chauds partisans de la réunion, comme Reynaud, assuraient quant à eux que les Belges attendaient impatiemment la réunion51, et beaucoup rappelaient les adresses et les députations des Belges pour asseoir leur démonstration52 ; Derenty, qui fut l’un des rares députés à construire son discours autour du respect nécessaire du droit et des principes, insista ainsi longuement sur les démarches réitérées des 59 communes du département de Jemmapes devant l’Assemblée53. Certes, des députés comme Lefebvre de Nantes ne cachaient pas la diversité politique des provinces de Belgique54, mais cela ne les empêchait pas de soutenir que la « majorité » des Belges était favorable à la réunion.

  • 55 Arch. nat., BB 30 166 : Liberté, Justice, Égalité. Pétition présentée le 13 thermidor de l’an IV, (...)
  • 56 Arch. nat., BB 30 166, Corps législatif : Conseil des Cinq-Cents. Rapport de Bergier. Sur une péti (...)
  • 57 Le Moniteur universel, no 3 du 3 vendémiaire an V (24 septembre 1796), séance de la Convention du 4 (...)
  • 58 Arch. nat., BB 30 166, lettre de Bouteville à Merlin, ministre de la Justice, datée du 25 vendémia (...)

20Dans l’entretien de cette image victorieuse, libératrice et respectueuse du droit des peuples de la nation, la part du calcul politique est évidente. Dès avant le débat sur la réunion, l’accueil réservé par la Convention aux députations belges, la publication de leurs pétitions ou adresses dans Le Moniteur et l’entretien, par le discours, d’une représentation idéalisée de la nation se transformaient en instruments pour atteindre un objectif politique : la frontière du Rhin. Chez certains députés, pourtant, la séduction de cette image libératrice de la Révolution pouvait encore influencer des choix. Pendant l’été 1796, déçus par le maintien des réquisitions et des contributions militaires, des communes du département de Jemmapes demandèrent aux Cinq-Cents que soit levé le régime militaire imposé à leurs administrés55 ; Bergier, chargé du rapport, proposa l’application immédiate du régime constitutionnel dans les départements réunis en rappelant, dans son discours, la « victoire » du peuple français, la « liberté » offerte à « la nation belge délivrée du joug autrichien », ainsi que le « vœu » de réunion prononcé dès 1793 et son acceptation par la Convention ; victorieuse, libératrice et respectueuse du droit des peuples, la nation ne serait jamais, assurait-il, « ni dominatrice sur les pays réunis, ni privilégiée »56. En séance, les propositions de Bergier furent jugées peu opportunes57 ; ce fut également l’avis de Bouteville qui, consulté par le ministre de la Justice, répondit que la publication spéciale des lois et une forte présence militaire demeuraient indispensables pour éviter les troubles et habituer les habitants à la République ; sans rejeter l’intégration de ces départements, il proposait de procéder par étapes et d’apprendre la République à ces « nouveaux frères »58.

21Présentée par des Belges ou par des députés, convenue ou doublée d’un souci de la transposer dans les faits, cette image de la nation paraissait avoir des contours nettement définis et étonnamment cohérents ; les mots pour la désigner, nous l’avons vu, étaient cependant multiples et changeants. Pour mieux définir les relations entre les mots et les choses qu’ils désignent, le relevé des usages de « nation » dans les discours prononcés par les députés favorables à la réunion de la Belgique à la France peut apporter quelques enseignements.

  • 59 Tableau établi à partir des discours réunis dans Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier 15 736 : Rec (...)

LES DÉPUTÉS QUALIFIENT LA NATION FRANÇAISE. (Débats sur la réunion de la Belgique, octobre 1795)59.

Eschassériaux aîné

« Je vois la Belgique enfin, après tant d’orages et de dissentions, se reposer libre dans le sein d’une grande nation. » (p. 27)

Portiez de l’Oise

« Tous [les Belges] se soumettraient sans murmure aux lois d’une grande nation, d’une nation victorieuse, devant laquelle s’est humilié l’orgueil des rois coalisés. » (p. 36)

Roberjot

« [Les nations voisines] - respecteront une nation grande et belliqueuse, autant de temps que dureront les fastes de la République française. » (p. 70)

Delacroix

« Une nation aussi généreuse que grande-[a porté en Belgique la liberté et la paix.] (p. 107)

Delacroix

« Il est de son intérêt [de l’Allemagne] d’acheter par quelques sacrifices le voisinage, la protection, l’alliance nécessaire d’une nation puissante. » (p. 109)

  • 60 Précisons que l’adjectif « belliqueux » n’avait, sous la plume du député, aucune connotation péjor (...)

22Ces quelques citations incitent à remarquer qu’en octobre 1795, chez les députés de la Convention, l’adjectif « grande » était peut-être le plus fréquemment employé pour qualifier la nation. L’on peut également observer que dans ces phrases, l’épithète « grande » se doublait d’une évocation de l’image libératrice ou victorieuse de la République : Eschassériaux et Delacroix rappelaient le combat de la nation pour la liberté, tandis que par les épithètes « victorieuse » (Portiez) et « belliqueuse » (Roberjot), leurs collègues rappelaient ses succès et sa force militaires60. L’adjectif « grande » renvoyait évidemment à la spécificité de la nation française, à sa destinée jugée hors du commun ; par l’apposition de « nation victorieuse » à « Grande Nation », Portiez de l’Oise démontrait cependant que ces deux expressions étaient liées.

  • 61 J.-Y. Guiomar, op. cit.
  • 62 Cf. supra : Les députés qualifient la Nation française (octobre 1795).

23Dans les mois suivants, alors que la rhétorique victorieuse et libératrice subsistait dans les discours publics ou privés du Directoire, l’adjectif « grande » s’imposa incontestablement, selon une chronologie sensible aux succès et aux revers militaires de la République et d’un général victorieux61. L’adjectif « grande » soulignait le caractère exceptionnel de la nation et de ses succès ; mais s’il l’emporta sur « puissante » ou « victorieuse »62, c’est peut-être aussi parce que, par son imprécision même, il permettait de rappeler implicitement que la nation française se prétendait mère de la liberté et du droit des peuples.

***

  • 63 Le Moniteur universel, no 183 du 3 germinal an III (23 mars 1795), séance de la Convention du 29 ve (...)

24À l’issue de notre étude, deux conclusions s’imposent. La première concerne la réception, dans la Belgique de 1795, de l’image victorieuse, libérée, libératrice et respectueuse du droit des peuples reconnue à la nation. Cette flatteuse représentation, qui était essentiellement issue des assemblées révolutionnaires, était abondamment reprise dans les pétitions ou les discours officiels ; connue et reproduite, par convention, par conviction - pour les plus patriotes -, pour séduire les députés ou pour obtenir la réalisation de doléances, elle renvoyait aux Conventionnels l’image qu’ils se faisaient, ou qu’ils prétendaient avoir de la France et des Français, sans pour autant que cette idée, dans notre corpus, se manifeste par l’usage de l’expression « Grande Nation ». Il ne faudrait cependant pas en conclure que cette dernière était totalement absente des discours étrangers ; ainsi, des représentants de la ville de Cologne dirent devant la Convention, en ventôse an III (mars 1795) : « Représentans, une grande nation libre et victorieuse, qui veut briser les chaînes des peuples esclaves, ne peut vouloir enchaîner un peuple libre depuis vingt siècles »63 ; même si la formulation trahissait peut-être la méfiance des orateurs, l’on peut remarquer que ce discours reprenait tous les caractères de la nation isolés plus haut : ses succès militaires (la « nation [...] victorieuse »), sa liberté (la « nation libre »), sa générosité (la « nation [...] qui veut briser les chaînes des peuples esclaves ») et son respect du droit des peuples (la « nation [...] ne peut vouloir enchaîner un peuple libre »).

  • 64 Sur l’image de la nation pendant le Directoire et sur le décalage entre discours et pratique, voir (...)

25La seconde conclusion concerne les conséquences de la reprise de l’image idéalisée de la nation par des étrangers. Il est probable que l’adoption - même convenue - de cette représentation par des citoyens de Belgique ou d’Allemagne, contribua à l’entretien des discours sur la Révolution libératrice et sur le droit des peuples, au moment même où les principes paraissaient plus que jamais délaissés ou méconnus par les députés. Si la France thermidorienne acceptait, en certaines occasions, d’introduire à l’étranger l’abolition de la féodalité ou la réforme de la Justice, c’était généralement au mépris du droit des peuples, car l’avis des nations « amies » paraissait compter moins que l'intérêt de la République64. Sans insister ici sur ces décalages évidents entre discours et pratique, l’on peut souligner que l’espèce de dialogue qui s’instaura entre les députés et les peuples qualifiés d’amis obligeait les représentants à entretenir, par le discours, une image idéale de la nation dans laquelle l’expression « Grande Nation » trouva progressivement une place.

Notes

1 Voir notamment J.-Y. Guiomar, « Histoire et signification de la Grande Nation (août 1797-automne 1799-, dans J. Bernet, J.-P. Jessenne, H. Leuwers, éditeurs, Du Directoire au Consulat : le lien politique local dans la Grande Nation, Lille, CRHEN-O, 1999, p. 317-328 ; H. Laurens, « Bonaparte, l’Orient et la Grande Nation », Annales historiques de la Révolution française, 1988, p. 289-301 ; A. Mathiez, « Origine de l’expression la Grande Nation », dans Annales historiques de la Révolution française, 1929, p. 290.

2 J. Godechot, La Grande Nation, Paris, 1956 ; rééd. Paris, Aubier, 1983.

3 J.-Y. Guiomar, « Histoire et signification de la Grande Nation... », op. cit.

4 Une Grande Nation, la Grande Nation.

5 Puissante, victorieuse, forte, généreuse...

6 Il ne s’agit pas pour nous d’évoquer la nation comprise comme un groupe d’individus désirant vivre ensemble, ni de parler des éléments objectifs (langue, histoire, culture...) ou subjectifs (volonté de vivre ensemble) qui peuvent la définir. L’image et la représentation de la nation auxquels nous faisons allusion renvoient aux caractères qui, selon les contemporains, permettaient de distinguer les Français des autres nations.

7 Pour une approche générale : C. Bruneel, « Des provinces belgiques et de la principauté de Liège aux départements réunis. Approche des situations politiques », dans J. Bernet, J.-P. Jessenne, H. Leuwers, op. cit., p. 37-52.

8 H. Hasquin, dir., La Belgique française, 1792-1815, Bruxelles, Crédit communal, 1993 ; R. Devleeschouwer, L’arrondissement du Brabant sous l’occupation française, 1794-1795, Bruxelles, 1964 ; H. Pirenne, Histoire de la Belgique, t. VI, Bruxelles, Maurice Lamertin, 1926.

9 H. Pirenne, op. cit., t. VI, p. 66 ; X. Rousseaux, « De la justice révolutionnaire à la justice républicaine : le Tribunal criminel de Bruxelles (1794-1795) », La Révolution et l'ordre juridique privé : rationalité ou scandale ?, Paris, PUF, t. II, 1988, p. 527-540.

10 Arch. nat., AD XVI 34 : La municipalité de la commune de Vieux-Bourg-de-Gand, à la Convention nationale, [Paris] imp. Dufart, s.d.

11 Arch. nat., AF II 100, dossier 738, pièce XIII : Pétition et réclamation des habitans & Magistrats des communes du pays de Franchimont, Stavelot & Logne, formant l’arrondissement de l’administration de Spa, situé entre Meuse et Rhin, aux représentons du peuple français, Verviers, Oger-Leroux, s.d., 4 p. in-4°, p. 1.

12 Arch. nat., AD XVI 34: Liberté. Égalité. Les envoyés des Gantais, à la Convention nationale, imp. de Guffroy, s.d., 4 p. in-4° ; Le Moniteur universel, no 348 du 18 fructidor an III (4 septembre 1795), séance de la Convention du 14 fructidor (31 août), p. 1401-1402.

13 Le Moniteur universel, no 333 du 3 fructidor an III (20 août 1795), séance de la Convention du 26 thermidor (13 août), p. 1339.

14 Le Moniteur universel, no 339 du 9 fructidor an III (26 août 1795), séance de la Convention du 4 fmctidor (21 août), p. 1364 ; ibid., no 348 du 18 fructidor (4 septembre), séance du 14 fructidor (31 août), p. 1401.

15 Par exemple : discours de J. H. Matthey, maire d’Anvers, le 30 thermidor an III (17 août 1795), reproduit dans Le Moniteur universel, no 343 du 13 fructidor an III (30 août 1795), p. 1379.

16 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours, sur la question de la réunion de la Belgique à la France, imprimés par ordre de la Convention nationale, Paris, Laran et Ant. Bailleul, an V, p. 41.

17 Arch. nat., AD XV 47 : Réponse au mémoire d'Adrien-Philippe Raoux, sur le projet de réunion de la Belgique à la France par les envoyés du département de Gemmappes, imp. des travailleurs aveugles, s.d., 15 p. in-8°. Ce texte est signé Broutart, Descamps et Balasse.

18 R. Devleeshouwer, « Le cas de la Belgique », dans Occupants-occupés, 1792-1815. Actes du colloque qui s’est tenu à Bruxelles, les 29 et 30 janvier 1968, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, s.d., p. 43-65 ; H. Leuwers, « Droit des peuples et droits du peuple vainqueur. Caractères et justifications de la seconde réunion de la Belgique à la France (1795) », dans Justice et institutions française eu Belgique (1795-1815), Hellemmes, Ester, 1996, p. 203-218.

19 Le Moniteur universel, no 16 du 16 vendémiaire an IV (8 octobre 1795), séance de la Convention du 9 vendémiaire (1er octobre), réimpression, t. XXVI, p. 122, article 6 du décret du 9 vendémiaire.

20 F. Stevens, « L’introduction de la législation révolutionnaire en Belgique », La Révolution et l’ordre juridique privé..., op. cit., t. II, 1988, p. 485-493. H. Leuwers, « Droit des peuples et droits du peuple vainqueur... », op. cit., p. 206-209.

21 Arch. nat., AD XV 47 : Discours prononcé au temple de la loi, à Bruxelles, le 10 brumaire, l’an 4e, par Portiez (de l’Oise), représentant du peuple, commissaire du gouvernement dans les pays réunis [1er novembre 1795], Bruxelles, imp. des Armées, s.d., p. 1.

22 Arch. nat., AD XV 47 : Convention nationale. Avantages de la réunion à la France de la ci-devant Belgique et pays de Liège et Maestricht, et compte de la seconde mission des représentons Peres (de la Haute-Garonne) et Portiez (de l’Oise) dans ces pays réunis. Imprimé par ordre de la Convention nationale, s.l.n.d., p. 98. Discours prononcé par Bouteville lors de sa prise de fonction, le 30 frimaire an IV (21 décembre 1795).

23 Arch. nat., BB 30 166 : Liberté, Justice, Égalité. Pétition présentée le 13 thermidor de l'an IV, au Conseil des Cinq-Cents, au nom des habitons des communes ciaprès nommées, par les citoyens Drogart, homme de loi à Tourmay, et Feutry, cultivateur à Marquain, s.l.n.d., 16 p. in-8°.

24 Arch. nat., AD XVI 34: Liberté. Égalité. Les envoyés des Gantais..., op. cit.

25 Discours prononcé le 30 thermidor an III (17 août 1795). Le Moniteur universel, n. 343 du 13 fructidor an III (30 août 1795), p. 1379.

26 Arch. nat., AD XV 47 : Réponse au mémoire d’Adrien-Philippe Raoux..., op. cit., p. 12 et 7.

27 Le Moniteur universel, no 339 du 9 fructidor an III (26 août 1795), séance de la Convention du 4 fructidor (21 août), p. 1364.

28 Arch. nat., AF II 100, dossier 738, pièce XIII : Pétition et réclamation des habitons & Magistrats des communes du pays de Franchimont..., op. cit., p. 13.

29 Arch. nat., AD XVI 34 : La municipalité de la commune de Vieux-Bourg-de-Gand..., op. cit., p. 9.

30 Dans la séance du 26 thermidor an III (13 août 1795), une députation des habitants de 59 communes du département de Jemmapes demanda à la Convention « l’exécution des diplômes qui, en les réunissant à la France, leur [avaient] assuré la liberté et l’affranchissement des droits de servitude » ; Le Moniteur universel, no 333 du 3 fructidor an III (20 août 1795), séance de la Convention du 26 thermidor (13 août), p. 1339. Évoquant l’anniversaire du 10 août, J.H. Matthew disait que l’événement lui rappelait « le moment auquel nous devons notre affranchissement » ; Le Moniteur universel, no 343 du 13 fructidor an III (30 août 1795), p. 1379.

31 Discours prononcé le 30 thermidor an III (17 août 1795) ; reproduit dans Le Moniteur universel, no 343 du 13 fructidor an III (30 août 1795), p. 1379.

32 Arch. nat., AD XVI 34: Liberté. Égalité. Les envoyés des Gantais..., op. cit. ; Le Moniteur universel, no 348 du 18 fructidor an III (4 septembre 1795), séance de la Convention du 14 fructidor (31 août), p. 1401-1402.

33 Arch. nat., AF II 100, dossier 738, pièce XIII : Pétition et réclamation des hahitans & Magistrats des communes du pays de Franchimont..., op. cit., p. 3.

34 Arch. nat., AD XV 47 : Réponse au mémoire d'Adrien-Philippe Raoux..., op. cit., p. 3.

35 Le Moniteur universel, no 343 du 13 fructidor an III (30 août 1795), p. 1379.

36 Discours prononcé le 30 thermidor an III (17 août 1795) ; reproduit dans Le Moniteur universel, no 343 du 13 fructidor an III (30 août 1795), p. 1379.

37 Arch. nat., BB 30 166 : Liberté, Justice, Égalité. Pétition présentée le 13 thermidor de l’an IV, au Conseil des Cinq-Cents.op. cit.

38 Arch. nat., AD XVI 34: Liberté. Égalité. Les envoyés des Gantais..., op. cit., p. 3 (séance de la Convention du 14 fructidor an III-31 août 1795).

39 Sur ces derniers points, voir la contribution de G. Gayot, dans ce volume, et J. Logie, Les magistrats des cours et des tribunaux de Belgique. 1794-1814, Genève, Droz, 1998.

40 Voir : réponse de Chénier à la troisième députation des députés des communes du département de Jemmapes, le 14 fructidor an III : Le Moniteur universel, no 348 du 18 fructidor (4 septembre), séance du 14 fructidor (31 août), p. 1401 ; réponse de Chénier aux envoyés de la commune de Gand : ibid., p. 1402.

41 Le Moniteur universel, no 348 du 18 fructidor (4 septembre), séance du 14 fructidor (31 août), p. 1402.

42 Le Moniteur universel, no 333 du 3 fructidor an III (20 août 1795), séance de la Convention du 26 thermidor (13 août), p. 1339.

43 Nous avons développé cette idée dans notre article : « Droit des peuples et droits du peuple vainqueur... », op. cit.

44 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 36 (Portiez de l’Oise).

45 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 124 (Garran).

46 Arch. dép, du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours... : joug (p. 10-Merlin-, 32-Eschassériaux-, 46-Pérès-), fers (p. 11-Merlin-), tyran-tyrannie (p. 32,-Eschassériaux-, 37 - Portiez-, 164-Derenty-), despotisme (p. 10-Merlin-), intrigue Cp. 10-Merlin-, 31-Eschassériaux), esclavage (p. 46-Pérès-).

47 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 32.

48 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 10 (Merlin) et 37 (Portiez).

49 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 1-9 (Merlin), 30 (Eschassériaux), 48 (Pérès), 60 (Roberjot), 129 (Garran), 138 (Boissy), 151-156 (Génin), 162 (Derenty).

50 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 11 (Merlin) et 164 (Derenty).

51 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 39 (Portiez), 75 (Roberjot) et 141 (Reynaud).

52 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 38 (Portiez), 55 (Pérès), 80 (Roberjot), 160-161 (Derenty).

53 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 159-168 (Derenty).

54 Non sans euphémisme, Lefebvre de Nantes précisait notamment que le département des Deux-Nèthes était « un peu influencé par les ennemis de la réunion ». Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours..., p. 92-93.

55 Arch. nat., BB 30 166 : Liberté, Justice, Égalité. Pétition présentée le 13 thermidor de l’an IV, au Conseil des Cinq-Cents.op. cit.

56 Arch. nat., BB 30 166, Corps législatif : Conseil des Cinq-Cents. Rapport de Bergier. Sur une pétition individuelle des habitans de plusieurs communes de la Belgique. Séance du 4e jour complémentaire, an IV, Paris, imprimerie nationale, vendémiaire an V, p. 3-4

57 Le Moniteur universel, no 3 du 3 vendémiaire an V (24 septembre 1796), séance de la Convention du 4e jour complémentaire an IV (19 septembre 1796), p. 12.

58 Arch. nat., BB 30 166, lettre de Bouteville à Merlin, ministre de la Justice, datée du 25 vendémiaire an V (16 octobre 1796).

59 Tableau établi à partir des discours réunis dans Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier 15 736 : Recueil des discours, sur la question de la réunion de la Belgique à la France, op. cit.

60 Précisons que l’adjectif « belliqueux » n’avait, sous la plume du député, aucune connotation péjorative, bien au contraire ; Derenty qualifia ainsi les Belges de « peuple belliqueux et généreux ». Arch. dép. du Pas-de-Calais, Barbier B 736 : Recueil des discours, sur la question de la réunion de la Belgique à la France, op. cit., p. 164.

61 J.-Y. Guiomar, op. cit.

62 Cf. supra : Les députés qualifient la Nation française (octobre 1795).

63 Le Moniteur universel, no 183 du 3 germinal an III (23 mars 1795), séance de la Convention du 29 ventôse (19 mars 1795), p. 746.

64 Sur l’image de la nation pendant le Directoire et sur le décalage entre discours et pratique, voir : H. Leuwers, « Théorie et pratique des relations internationales chez les hommes du Directoire », dans P. Bourdin et B. Gainot, La République directoriale, Clermont-Ferrand et Paris, 1997, p. 937-959.

Auteur

Université de Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540