Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Première partie. Quelle Grande Nation

De la « Grande Nation » au petit caporal : variations auvergnates sur la république universelle

Philippe Bourdin

Texte intégral

  • 1 Sur toutes ces questions diplomatiques, cf. La République directoriale, Actes du colloque de Clerm (...)

1La politique extérieure du Directoire est toute entière tributaire des apparentes contradictions des cinq années précédentes. Le discours officiel intègre encore la prétention de défendre la liberté et les droits des peuples. Mission universelle réaffirmée par Merlin de Douai ou François de Neufchâteau, elle s’accorde cependant toujours avec la volonté de négocier les traités en position de force, de faire de Paris le conservatoire des chefs-d’œuvre de l’humanité. Les territoires occupés sont donc consciencieusement spoliés de leurs œuvres d’art. La diplomatie secrète, l’exploitation des pays vaincus font en réalité passer l’idéologie au second plan, renouant avec des pratiques d’Ancien Régime. En Suisse par exemple, la destruction du Corps helvétique, expression d’une confédération décentralisée au contraire d’une République française perçue comme anarchique et terroriste, le non-respect brutal de la neutralité allobroge, construisent pour longtemps et l’image négative du Directoire et une histoire nationale oublieuse de la crise de la confédération à la fin du XVIIIe siècle (Mallet du Pan, Mme de Staël ou Pestalozzi participent à cette élaboration de la mémoire). De même, la politique allemande de la France prélude à celle de Napoléon, s’appuyant sur des alliances avec les princes de moyenne importance auxquels est offert un accroissement de leurs pouvoirs et de leurs territoires, tandis que sont méprisées les aspirations des démocrates de Cologne, de Bâle ou de Brême. Désespérant de voir la France accéder aux idéaux qu’elle a érigés en atouts de la félicité universelle, en fondements de la République, certains comme Rebmann ou Gôrres rêvent pourtant de les établir dans leur patrie d’origine. Rêve partagé par les Italiens impliqués dans le « Triennio » et construisant un réseau de correspondants influents jusque dans les cabinets ministériels parisiens ; en vain1. Ces déceptions sont-elles partagées par les patriotes français ? Quelle est leur perception des peuples voisins et étrangers ? Que leur inspirent les idéaux développés dès 1789 de « République universelle » ou de « peuples-frères » ? Fédèrent-ils une élite ou l’ensemble de l’opinion publique ? Avec quelle postérité ? Autant de questions qui appellent, après les travaux récents sur les archives parlementaires fixant souvent des stéréotypes, des enquêtes de terrain ; ce dernier sera, pour la circonstance, auvergnat.

  • 2 A. Poitrineau, Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France (XVIIIe-XVIIIe siècles), Par (...)

2Que connaissent les populations du Massif Central de l’étranger, des peuples supposés s’agréger à la Grande Nation, lorsque la Révolution promeut ce débat ? Quelques Limousins, Foréziens ou Auvergnats sont partis pour les « Isles », le Canada ou la Guyane, mais en nombre infinitésimal, dans les années 1760. Fort peu de catholiques empruntent les routes de SaintJacques de Compostelle, depuis que la législation royale a organisé un contrôle sourcilleux des pèlerinages. Les communautés montagnardes sont cependant saisonnièrement amputées par des migrations dont le terme dépasse parfois les frontières de la France, quand bien même Paris, le Val-de-Loire et le Midi languedocien demeurent privilégiés. Ainsi en va-t-il des paysans foréziens, scieurs de long tentant leur chance jusque dans le Piémont, le Milanais, voire l’Espagne (dans la région de Valence), où les rejoignent des Cantaliens des pays d’Aurillac, de Saint-Flour, de Murat, à un degré moindre de Mauriac, s’ils ne se dirigent pas vers les Pays-Bas autrichiens et les Provinces-Unies2. Si l’on sait les bouleversements qu’entraînent ces absences prolongées des éléments valides masculins dans l’organisation villageoise - un rôle accru des femmes, une mise en sommeil temporaire des procédures de la justice seigneuriale puis de la justice de paix, une résistance à la milice puis à la conscription, par exemple -, on mesure mal, au-delà de leurs bienfaits économiques, l’apport culturel de ces voyages lointains, la vision de l’altérité qui en découle.

  • 3 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, F 149 (47). Cf. Ph. Bourdin, Pascal-Antoine Grimaud. prêtre, entré en R (...)
  • 4 Cf. J.-P. Dedieu, L’Espagne de 1492 à 1808, Paris, 1995, p. 249.

3Conceptualisée ou directement appréhendée, elle transparaît mieux dans les discours des élites intellectuelles et commerçantes. Un prêtre patriote, comme Pascal-Antoine Grimaud, correspondant privilégié du député Gaultier de Biauzat, se laisse aller dès les premières heures de la Révolution à un orgueil nationaliste exacerbé, faute, de son propre aveu, d’asseoir son jugement sur des connaissances. La France lui paraît aux avant-postes de la régénération, assimilée aux progrès de la raison et des Lumières, auxquels sont réputées ne s’ouvrir que minoritairement les élites espagnoles. Aux Ibères, il faudrait « bruler les paupières pour qu’ils s’aperçussent de la présence de la lumière, tant ils sont engoncés dans leurs gothiques préjugés »3. La xénophobie française proroge l’image d’une péninsule restée sous le joug de l’Inquisition, l’anti-modèle par excellence, tel que l’ont présenté les Lumières européennes : symbole, dans la deuxième moitié du dix-huitième siècle surtout, du pays attardé dans l’obscurantisme, elle est devenue un repoussoir quand la Prusse a été encensée. Ce rejet est clairement affirmé dans l’article « Espagne » de l’Encyclopédie méthodique de Panckouke : « C’est peut-être la nation la plus ignorante de l’Europe. Que peut-on espérer d’un peuple qui attend d’un moine la liberté de lire et de penser ? [...]. (L’Espagne) ressemble aujourd’hui à ces colonies faibles et malheureuses, qui ont besoin sans cesse du bras protecteur de la métropole : il faut l’aider de nos arts, de nos découvertes [...]. L’Espagne, cette nation aujourd’huy paralysée, a besoin d’une grande secousse qui la tire de cette léthargie politique »4.

L’UNIVERS DES PHILANTHROPES

  • 5 H. Bancal des Issarts, Lettres autographes de Madame Roland adressées à Bancal des Issarts, membre (...)
  • 6 Cf. L. Trénard, « Des Lumières à la politique : Jean-Marie et Manon Roland », dans Jean-Marie et M (...)
  • 7 M. Dorigny, « Bancal des Issarts », dans Dictionnaire historique de la Révolution française, dir. (...)
  • 8 L. Trénard, « Le rêve américain des rolandins de 1770 à 1800 », dans Jean-Marie et Manon Roland, A (...)
  • 9 Bibl. nat., NAF 9 534 (219-220, 225, 226, 228-229 et 231-232). Lettres de Lanthenas à Bancal des I (...)

4La Révolution idéologiquement conquérante, et s’affirmant pour l’heure, en 1790, libératrice des peuples, trouve davantage d’écho auprès des patriotes américains et anglais constitués en sociétés fraternelles. C’est naturellement vers eux que se tourne le futur Conventionnel Bancal des Issarts, admirateur de la constitution britannique. Fils d’un entrepreneur languedocien installé à Clermont-Ferrand en 1756 pour y développer une fabrique de soieries, à l’initiative de l’intendant La Michodière, il a fréquenté le collège de la ville avant d’aller étudier le droit à Paris et à Orléans, puis de s’installer successivement comme avocat et comme notaire5. Homme de piété, il fréquente le pasteur lyonnais Benjamin Frossard, auquel Manon Roland confiera en 1789 l’éducation de sa fille Eudora6. Il compte du reste, à partir de 1790, parmi les amis et correspondants du couple Roland, de Bosc d’Antic et de Lanthenas depuis les années 1780. Sera-t-il, à leur contact, influencé par l’ésotérisme, le mesmérisme particulièrement ? Des textes de sa main, datés de l’an VI, le laissent supposer. Toujours est-il que tous se retrouvent dans l’exaltation de la jeune République américaine. Leur réflexion se nourrit des ouvrages de Brissot et Clavière, De la France et des États-Unis ou De l’importance de la Révolution d’Amérique pour le bonheur de la France (Londres, 1787), de Benjamin Frossard, La cause des esclaves nègres (Lyon, 1788). Fort de la portée philanthropique de ces écrits, Bancal, Bosc, Lanthenas et Roland participent dès 1792 au Patriote français de Brissot et adhèrent à la Société des amis des noirs7. Habités par l’utopie rousseauiste et par le mirage américain, ils rêvent de créer aux États-Unis la cité idéale que la France tarde à fonder ; la Révolution leur fait croire un temps que le projet est réalisable sur le sol qui les a vus naître : ne pourraient-ils édifier, après l’achat des biens nationaux indispensables, une communauté qui attirerait ouvriers et paysans, forte de manufactures, d’une imprimerie, d’une bibliothèque, d’un café, d’un club patriotique encourageant l’initiative civique et d’une école indispensable aux futurs « apôtres de la liberté » ?8 Malgré le scepticisme des Roland, qui parlent de « fiction » et plaident encore pour le territoire américain, moins peuplé, moins imposé, offrant davantage de retraites paisibles, il s’agit bien, Lanthenas le répète à Bancal, d’établir un « centre de Lumières et de communication » utile à tout le genre humain, une association de philanthropes unie par la liberté et la philosophie. Lanthenas s’inspire du modèle des Frères Moraves mais observe également les velléités anglaises de fonder sur les côtes africaines des établissements indépendants des États européens, ou les identiques revendications suédoises d’amener sur le continent noir « une infinité de familles de tous les pais du nord ennuyées du despotisme civil et religieux qui les opprime »9.

  • 10 H. Bancal des Issarts, op. cit. note 5, p. 101. Lettre de Manon Roland à Bancal, 26 octobre 1790 : (...)

5Bancal, qui pensait trouver dans le Puy-de-Dôme le lieu de recueillement idéal pour le groupe d’amis éclairés espéré par son voisin du Puy-enVelay10, part de novembre 1790 à juin 1791 à Londres, mû par sa curiosité et pour différentes missions. La première est aiguillonnée par sa correspondance avec Manon Roland qui, lectrice de la littérature anglo-saxonne et très au fait du patriotisme francophile de lord Stanhope, demande davantage de renseignements sur les mœurs britanniques et suggère des adresses que lui a données Brissot :

  • 11 Ibid., p. 131 et 135. Lettre du 30 novembre 1790.

« Je lisais hier bien le bon Grandville Sharx, qui fait des phrases si longues et si chrétiennes ; c’est un écrivain vénérable qui me semble dire en mauvais style les meilleures choses du monde et qui, à la différence du commun des auteurs, doit valoir encore mieux que ses livres. M. Lanthenas prétend qu’il y a à Londres plus de gens religieux que partout ailleurs en Europe ; moi, je crois qu’il y a plus que toute autre part des esprits indépendans qui rejettent toute croyance, et je pense que nous avons raison tous deux : c’est à vous de résoudre ce problème [...].
On vous parle du lord Stanhope et de sa société ; c’est certainement pour un François les hommes les plus intéressans à cultiver. Mais une liaison que l’ami Brissot n’aura pas manqué de vous mettre en même de faire, c’est celle de M. William qui enseigne publiquement le divorce. Il faudrait faire quelque grande confédération pour travailler dans quelques années, en même temps, en Angleterre et en France, à nous débarasser absolument des prêtres. Sans cette révolution la société ne fera point les progrès qui sont avec elle, maintenant facile »11,

  • 12 Cf. M. Dorigny, art. cit., note 7.
  • 13 H. Bancal des Issarts, op. cit. note 5, p. 165. Lettre de Manon Roland à Bancal, 27 janvier 1791.
  • 14 Ibid., p. 211. Lettre de Manon Roland à Bancal, avril 1791.
  • 15 Cf. C. Duprat, Pour l’amour de l’Humanité. Le temps des philanthropes, Paris, 1993.

6Bancal se lie effectivement à David Williams, Thomas Paine, Arthur Young et Clarkson, et se fait l’ardent partisan d’une fédération franco-anglaise destinée à répandre la liberté dans le monde12. Ses amis français ne l’encouragent-ils pas à prendre contact avec un noble allemand marié à une aristocrate anglaise, bien en cour auprès du prince de Saxe-Gotha, tandis qu’eux-mêmes recherchent des contacts en Suisse ?13 Ce sont en vérité les réseaux européens de la philanthropie qu’il sollicite et, après ceux de Philadelphie contactés par Brissot, les Quakers anglais, « ces amis de l’humanité qui doivent singulièrement goûter tout ce qui s’accorde avec les sentiments de la fraternité »14. Il le fait entre autres au nom de la Confédération des amis de la vérité, fondée à Paris en 1790 par Fauchet et Bonneville15. Le premier, qui l’a fréquenté au sein de la municipalité parisienne élue en juillet 1789, lui a présenté ainsi sa mission :

  • 16 Bibl. nat., NAF 9 534 (190-191). Lettre de Fauchet à Bancal, 15 avril 1791.

« Si cependant le séjour que vous avez encore à faire a Londres vous pouvés concourir a nous lier fraternellement avec les sociétés angloises qui ont des principes semblables et des desseins aussi cosmopolitiques [sic], vous rendres un grand service a la chose commune. M. le ministre Abauzit genevois d’un rare merite et d’une ame vaste, qui se charge de ma lettre, entrera avec vous dans la conspiration pour l’unité du genre humain. Notre assemblée générale a reçu avec les plus sensibles applaudissemens la proposition qui vous a été faite par M. Lanthenas de vous intéresser a nos liaisons et a nos correspondances avec les généreux anglois qui voudrons accélerér l’alliance du genre humain. Elle m’a chargé de vous en prier et de vous offrir tous les témoignages de sa reconnoissance fraternelle. Je saisis avec empressement cette occasion pour vous renouveler les sentimens d’un frère coélecteur de 1789, d’un ami coassocié du premier Comité de Paris, d’un concitoyen fidèle et d’un dévoué cosmopolite16.

  • 17 Bibl. nat., NAF 9 534 (192-195). Lettre de Bancal à Fauchet, 26 avril 1791.
  • 18 H. Bancal des Issarts, op. cit. note 5, p. 139 et 205. Lettres de Manon Roland à Bancal, 30 décemb (...)

7Bancal s’enthousiasme pour sa mission, qu’il promet de remplir avec « la franchise, l’amour le plus ardent de la liberté et de l’humanité et un zèle sans bornes ». Grisé par l’espoir du succès, il s’enthousiasme de voir se développer les sociétés de patriotes anglais17. Il ne peut toutefois ignorer que la contre-révolution a aussi ses théoriciens : en décembre 1790, Manon Roland lui a commandé « un extrait abrégé, mais une vraie quintessence des réfutations de l’ouvrage de Burke [...]. Burke, avec ses sophismes et sa politique des cours » - elle encouragera ultérieurement la traduction des objections de Paine contre celui-ci18. Lanthenas lui écrit pour lui confier son admiration devant la facilité des Anglais à trouver des fonds « pour pousser ce qui est utile et grand », et espère pouvoir compter sur cette manne en temps utile, pour servir la paix et la diplomatie :

  • 19 Ibid., p. 219. Lettre de Lanthenas à Bancal, 5 mai 1791.

« L’Angleterre a certainement grand intérêt que les principes de philantropie universelle, les principes démocratiques par conséquent, triomphent ici et s’établissent solidement. Si leurs ennemis parvenoient à les étouffer, si l’on réussissoit à faire prédominer la monarchie, il est certain que celle-ci, pour s’affermir en entretenant la guerre et par l’effet de la force que la liberté lui aurait restituée, écraserait bientôt l’Angleterre - ce qui n’arrivera jamais, si la liberté s’établit dans toute son étendue - [...]. Sous ce rapport, les amis de la liberté, en Angleterre, devraient se réunir pour fournir des moyens à ceux de la France de faire triompher les bons principes ; et je ne crois pas qu’on dût craindre de leur dire que ce soin serait digne d’eux »19.

  • 20 J. André, La révolution fratricide. Essai de psychanalyse du lien social, Paris, 1993, p. 151.
  • 21 S. Wahnich, L’impossible citoyen. L’étranger dans le discours de la Révolution française, Paris, 1 (...)
  • 22 Ibid., p. 160 et 174.
  • 23 Archives parlementaires, t. 53, p. 274.

8S’emparant de l’idéal des « peuples-frères », la « Grande Nation » intégrera jusqu’en 1792 cette utopie universaliste, quoique ses promoteurs brissotins demeurent circonspects sur cet universalisme : il existe d’abord dans la communion de pensée et privilégie le monde anglo-saxon. Sans doute le psychanalyste Jacques André se laisse-t-il pour partie abuser par les intentions de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, lorsqu’il décrit la Révolution naissante comme un grand moment d’amour réunissant toujours davantage20. Et lorsque S. Wahnich pointe les étrangers participant à la fête de la Fédération du 14 juillet 1790, incarnant « l’espérance révolutionnaire dans sa valeur communicative », ou ceux que reçoivent les clubs des Jacobins et des Cordeliers, les sections21, elle confirme la rétraction de l’univers à une Europe essentiellement septentrionale - si l’on excepte des patriotes comme Pereyra et Cabarrus. Young, Miles, Keith, Paine, Charles de Hesse, Oelsner, Oswald, de Kock, Cloots, Clavière participent de ces réseaux dont rêvent Bancal et Manon Roland. Les adresses les plus chaleureuses arrivent d’Angleterre lorsque la guerre est déclarée, lorsque chute le trône, en l’honneur des « braves citoyens » qui « ont sacrifié leur vie, non seulement à la liberté française, mais à celle du genre humain »22. Que les armées françaises essuient leurs premières défaites et les patriotes de Manchester se rappellent à leur fraternité : « La partie opprimée de l’humanité, oubliant ses propres maux, ne sent que les nôtres ; et contemplant d’un œil inquiet ces événements, adresse au dieu de l’Univers les prières les plus ferventes pour qu’il soit favorable à votre cause, à laquelle la leur est si intimement liée »23. Que les Français triomphent à Valmy et Goethe y voit l’aube d’un jour nouveau, celui de la liberté triomphante. « Citoyens du monde », plusieurs étrangers sont élus à la Convention dans le courant de l’automne 1792 : baron prussien autoproclamé « orateur du genre humain », Anacharsis Cloots est élu dans l’Oise et dans la Saône-et-Loire, et opte pour la première représentation ; plébiscité par les électeurs de plusieurs départements, l’Anglo-américain Thomas Paine doit choisir entre l’Aisne, l’Oise, le Pas-de-Calais et le Puy-deDôme.

9Leur succès est celui d’un patriotisme cosmopolite idéalisé jusque dans les sociétés politiques provinciales. Journaux, courriers et représentants en mission y contribuent largement. Le club clermontois des Amis de la Constitution, dont Bancal a été l’un des fondateurs en mars 1790, correspond avec lord Stanhope l’année suivante. Couthon, dans une lettre à ses compatriotes, se réjouit le 24 novembre 1792, d’un charivari irrévérencieux que viennent d’organiser à Londres les » braves philanthropes » d’outre-Manche, et grossit à dessein l’information :

  • 24 F. Mège, Correspondance inédite de G. Couthon, député du Puy-de-Dôme à la Législative et à la Conv (...)

« Cinquante à soixante mille patriotes anglais ayant couvert un âne de tous les attributs de la royauté, manteau, sceptre, couronne, etc., etc., promenèrent le baudet ainsi arnaché dans toutes les rues de Londres : ils le conduisirent ensuite sur les bords de la Tamise ; et là, après l’avoir décapité, ils jetèrent le tout dans la rivière, en disant hautement que c’était ainsi qu’il fallait traiter les rois. Le Gouvernement n’a rien osé dire, et le Roi et sa famille, effrayés de ce préliminaire, partirent secrètement pour Windsor »24.

10Bancal des Issarts s’extasie à la même époque des rapprochements idéologiques et des embrassades fraternelles dont il est le témoin à la Convention. Il croit dur comme fer à l’exportation rapide du modèle français, qui pour cet anglophile a désormais supplanté les vertus d’Albion en établissant la République :

  • 25 F. Mège, Le Conventionnel Bancal des Issarts, Paris, 1887, p. 251.

« Nous avons eu dans la séance d’hier matin, écrit-il le 29 novembre, une scène très intéressante : deux députations l’une des Anglais, Irlandais et Écossais, résidant à Paris et l’autre de la société constitutionnelle de Londres. Ils ont été accueillis comme méritaient de l’être les descendants d’un peuple qui a tant fait et tant souffert pour la liberté, et qui, par des écrits immortels, a conservé en Europe les principes sacrés des droits de l’homme. Ce peuple si fier, si jaloux de sa liberté, se réveille : il institue dans toute l’étendue de la Grande-Bretagne des sociétés patriotiques, qui seront comme les nôtres des foyers de civisme et de lumières, et conduiront l’Angleterre à une révolution glorieuse. On y voit s’affaiblir chaque jour la superstition de la royauté. Le livre de Payne sur les droits de l’homme y a été distribué au nombre de plus de six cent mille exemplaires. On parle en Angleterre, en Écosse et en Irlande d’une prochaine Convention nationale. Quand cette opinion sera généralement répandue, il faudra bien qu’elle ait lieu, comme la même opinion produisit en France les États généraux, bientôt transformés en Assemblée nationale. Notre exemple sera utile aux Anglais, comme nous devons profité de celui qu’ils nous ont donné : ils franchiront probablement l’intermédiaire, et passeront de suite à une Convention »25.

  • 26 Cf. R. Pillorget, « La France et les États-Unis en état de « quasi-guerre » (1793-1801) », dans La (...)

11L’enthousiasme de l’auteur magnifie celui des étrangers venus à la barre de la Convention exalter la République ; le souci de l’information vérifiée paraît secondaire dans un temps où seul compte le futur idéalisé, réalisation de la loi et des principes propres à galvaniser l’opinion, y compris auvergnate. Las, la fin de la neutralité anglaise en 1793 réduit encore les frontières possibles de la « Grande Nation », et c’est vers les seuls États-Unis que doivent donc désormais se tourner les jacobins de Billom, un chef-lieu de district du Puy-de-Dôme fort en l’an II d’environ 4 500 habitants. Ils choisissent le mois de fructidor an II pour déclarer leur volonté d’union avec la nation américaine, peu après la mission parisienne de l’ambassadeur Monroe ; les relations franco-américaines sont alors cordiales, tandis que le traité anglo-américain du 19 novembre 1794, mettant fin à la neutralité des États-Unis, les refroidira notablement26.

  • 27 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 0817. Registres de la société populaire de Billom. Séance du 3 fructi (...)

« La réunion franche des deux Républiques de France et d’Amérique, déclare un sociétaire billomois, l’arrivée à Paris du ministre plénipotentiaire, son discours à la Convention ou il exprime au nom du peuple qu’il représente le désir sincère de voir fraterniser toujours deux grandes nations dont le gouvernement est fondé sur les mêmes bases, la déclaration des droits de l’homme et la vertu ; enfin les vœux que James Monroe fait pour la postérité de la république française, m’ont fait éprouver l’émotion la plus sincère et la plus douce en même tems ; un événement aussi heureux m’engage à vous proposer de faire une lettre a l’ambassadeur américain sur l’heureuse union des deux peuples. Que copie de cette lettre soit envoyée au président de la Convention avec une adresse ou la représentation nationale sera invité de décréter que la mer qui séparait les deux mondes s’appellera a l’avenir la mer de la fraternité. Le ministre plénipotentiaire d’Amérique sera pareillement invité de se joindre a nous pour obtenir ce décret »27.

  • 28 Ibid. Séances des 25, 29 fructidor et deuxième sans-culottide de l’an II (11, 15 et 18 septembre 17 (...)

12Monroe répond sur le même ton à une société populaire ravie, mais qui doit pendant quelques jours chercher un traducteur de la langue de Shakespeare : Français et Américains sont unis par la forme de leurs gouvernements, et tout autant par leurs liens culturels et commerciaux (« Ces deux nations occupent les rives opposées de la même mer ; leurs citoyens s’y rendent tous les jours ; par le moyen du commerce, ils se fournissent réciproquement ce qui manque à l’une et à l’autre ; par conséquent la distance ne peut pas mettre obstacle à une communication amicale et fraternelle entre elles »). Lanthenas, au nom de la Commission des dépêches, félicite aussi les Billomois28.

  • 29 M. David, Fraternité et Révolution française, Paris, 1987, p. 255 et sqs.
  • 30 S. Wahnich, op. cit., note 21, p. 156, 157, 160, 255 et sqs.

13Il faut noter, à travers l’exemple de ces élans provinciaux, la permanence des notions d’hospitalité et de peuples-frères, alors même que leur contenu est considérablement appauvri dans plusieurs discours devant les Assemblées (Législative puis Convention) depuis le 20 avril 1792. Le 18 mai, Carnot a établi une équivalence entre vagabonds et ennemis militaires, réclamant que sans aveu et étrangers soient systématiquement désarmés, à moins que leur bonne foi soit certifiée par deux citoyens actifs. À partir de novembre 1792, la libération des peuples antérieurement prônée ou prétextée, a laissé place à deux conceptions opposées de la conquête : soit une annexion pure et simple des territoires occupés après un simulacre d’acquiescement des populations ; soit la constitution de républiques-sœurs maintenues sous la férule de la France, autour de laquelle serait ainsi constitué un glacis défensif. Ipso facto se trouvent rafraîchies les espérances nationales des jacobins allemands, bataves ou italiens29. Le 18 mars 1793, Barère a fait adopter à l’unanimité un décret proclamant : « Les étrangers sans aveu seront chassés des terres de la République ». Après l’exposé de Robespierre, le 5 nivôse an II (26 décembre 1793), la théorie du gouvernement révolutionnaire devient indissociable d’une suspicion généralisée à l’égard des anciens amis étrangers, stigmatisés comme traîtres en puissance et désormais exclus du droit de représenter le peuple français. Avec l’instauration de la Terreur a grandi le fantasme du complot de l’étranger ; il devient « l’un des éléments du contexte mental dans lequel les membres du gouvernement révolutionnaire agissent et prennent des décisions » ; il est donc omniprésent dans leurs déclarations. Le terme même d’« étrangers » devient générique : « c’est l’Autre de la Révolution, son image inversée, la tyrannie, l’aristocratie. L’étranger désigne alors conjointement le non-national, le citoyen déchu, le traître à la patrie ». « C’est encore désigner tout le champ des valeurs, morales, sociales et politiques qui s’opposent à l’établissement de la République ». L’étranger est devenu ainsi « un désignant abstrait et une figure polymorphe de tout ce qui s’oppose à la Révolution de l’an II », à l’intérieur comme à l’extérieur du pays30.

  • 31 J. André, op. cit.. note 20, p. 152.
  • 32 Cf. S. Wahnich, op. cit., note 21, p. 243 et sqs. ; F. Jarrousse, Auvergnats malgré eux. Prisonnie (...)

14L’unité fraternelle de 1790, union des différences, a cédé le pas devant le rassemblement d’égales identités - qui s’additionnent dans la levée en masse. Le prime amour s’est peut-être transmué en haine : « C’est plutôt au modèle de la sphère, telle que celle-ci apparaît à plusieurs reprises dans les projets architecturaux de Boullée et Ledoux, que font songer les représentations dominantes du corps social en 1792-94. Volume idéal, la sphère conjugue perfection, égalité et clôture »31. Cette dernière a nourri les propositions de Saint-Just : « Les États ne sont guère agités par les gouvernements voisins. Il faudrait pour être heureux s’isoler le plus possible ». Le même a dénoncé les liens des hébertistes et des dantonistes avec des réseaux mythifiés d’étrangers indésirables, supposés démoraliser le peuple par leurs propos et leurs agissements. Le tout a justifié qu’à la charrette des condamnés à mort du 4 germinal an II (24 mars 1794) aient été amalgamés Cloots, le financier belge Proly, ses amis Pereyra et Desfieux, le banquier hollandais de Kock ; qu’à celle du 10 germinal (30 mars) aient été ajoutés Guzman et Junius Frey. En dehors des frontières territoriales, la mort du soldat ennemi a pris valeur politique à partir du décret du 7 prairial an II (26 mai 1794) : « Il ne sera fait aucun prisonnier anglais ou hanovrien » ; la générosité exercée envers eux est devenue « crime de lèse-humanité » et l’anglophobie la règle. La main de Pitt est désormais distinguée dans tous les complots, tous les attentats mal élucidés (contre Robespierre ou contre Collot d’Herbois). Non appliqué, mais largement traduit à des fins de propagande, le décret possède une haute portée symbolique et provoque une peur panique dans un des dépôts de prisonniers du Puy-de-Dôme32.

15Les deux villes principales du département, Clermont-Ferrand et Riom, dont les sections mettent au début de l’an II une application xénophobe à traquer les suspects étrangers, montrent une grande sensibilité à la politique extérieure et aux débats de la Convention. L’Anglais Worthington, qui loge à Riom dans une modeste chambre, est alors inquiété. L’inventaire de ses objets personnels montre un homme désireux de s’adapter au mieux à son pays d’accueil ce qui intrigue d’autant plus le comité de surveillance : ne lit-il pas une chronologie abrégée de l’histoire de France, le Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, la Constitution de 1791 et plusieurs décrets, une brochure intitulée Les bons Français justifiés du reproche de schisme, ou apologie de tous les citoyens qui ont juré de maintenir de tout leur pouvoir la Constitution, le tout accompagné d’une vingtaine de volumes dans la langue de Shakespeare ? Le soutien du directeur départemental des domaines nationaux, un certificat de bonne conduite du conseil général clermontois, insistant sur les qualités philanthropiques du prévenu, les certificats de civisme des sociétés populaires de Clermont-Ferrand et de Combronde, où il possède une résidence, tirent Worthington d’affaire en messidor an II. Parce que ses principes particuliers sont universels, et donc éminemment français en ce temps de repli national, son acculturation aux valeurs républicaines est ainsi certifiée par la section clermontoise de la Réunion :

  • 33 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, Registres de la section Réunion. Procès-verbal du 30 fructidor an II (1 (...)

« Sur la demande du citoyen Worthington anglais de naissance, il a été arrêté à l’unanimité que depuis qu’il habite la section, elle a reconnu en luy un homme probe, vertueux, charitable, et amy de la révolution française, qu’il a donné des preuves non équivoques de civisme, qu’il a secouru les pauvres peres et meres des deffenseurs de la patrie, par différens dons, qu’il a remis, et qui ont été versés dans la caisse de bienfaisance et qu’enfin ses principes de philanthropie ne sont aucunement douteux »33.

L’ÉTRANGER DU SOLDAT

  • 34 R. Bouscayrol, Cent lettres de soldats de l’an II, Paris, 1987, p. 64. Lettre de Jean Tailhand, de (...)
  • 35 R. Bouscayrol, « Deux lettres de 1794 d’un volontaire riomois à sa mère », Revue d’Auvergne, no 50 (...)
  • 36 R. Bouscayrol, op. cit. note 34, p. 155. Lettre du 12 germinal an II (8 avril 1794).
  • 37 Ibid., p. 76. Lettre du 26 germinal an II (15 avril 1794) à ses parents, à Riom.
  • 38 Lettre du 28 juin 1793 du soldat Moulinet, 3° bataillon du Puy-de-Dôme, à son père. Citée par O. S (...)

16Si doute il y a eu sur ce citoyen exemplaire, les conséquences du conflit européen sur l’opinion publique y sont pour beaucoup. Insensiblement, dans le privé tout relatif de la lecture des lettres du front - que les familles républicaines offrent après l’instant intime à la publication des séances d’une section, d’une société -, s’est déconstruite l’utopie première de l’amalgame des nations. Dans le bourg de Montaigut-en-Combrailles, l’on mesure la grandeur de la mission des « défenseurs de la liberté » opposés aux « vils ennemis », les premiers « d’un côté du Rhin, et les esclaves de l’autre »34. Le ralliement des déserteurs étrangers, sortis des « ténèbres du cahos, de l’ignorance », aux armées de la République peut un temps encourager tel ou tel des volontaires, mais la xénophilie est rare tant sont grandes les souffrances de la guerre35. Le soldat Paderno préfère se battre « comme un vrai sans-culotte » et espère bientôt « danser la carmagnole sur les places des tyrans sardes » (« ils ont voulu nous avaler, ils se sont trompés, les morceaux étaient trop gros, ils se sont étranglés »)36. Prisonnier des Piémontais, Gilbert Soulfour, de l’Armée d’Italie, mesure bien la distance entre le modèle universel proclamé et la réalité qui résiste, les nationalismes qui naissent en réaction. Dans l’église où il est enfermé, il entonne le « Ça ira », dans la bassecour voisine il plante avec ses camarades un arbre de la liberté malgré la surveillance hostile de leurs gardiens : « Ils nous menaçaient de coups de bâton en nous disant que nous étions plus en France. Il falloit dire Monsieur plus que citoyen »37. La France apparaît alors comme le paradis perdu, espace que l’on protège et qui protège, sans que s’impose le désir ou l’idée de la « Grande Nation ». Les Alsaciens n’y figurent pas forcément : « Nous ne comprenons rien à leur langue et ils ne comprennent point le français, nous sommes malheureux pour acheter quelque chose »38. Beaucoup rêvent à la douceur du foyer, tel Jacques Tuzest :

  • 39 R. Bouscayrol, op. cit., note 33, p. 254. Lettre du 13 nivôse an III (2 janvier 1795) à ses parent (...)

« Les ennemis de la République étant vaincus, j’aurai encore le bonheur de vous aller embrasser et rester, s’il plaît au ciel, au sein de ma famille. C’est là que je goûterai le torrent de délices que donnent l’égalité et la liberté aux hommes libres. C’est là que le cultivateur travaillera paisiblement dans ses champs et en retirera les doux fruits, et jouira tout ensemble de la liberté et de l’égalité »39.

  • 40 Ibid., p. 125. Lettre du 17 vendémiaire an III (8 octobre 1794) à sa mère, à Riom.
  • 41 Ibid., p. 62. Lettre de J. Boissier, de l’Armée de Sambre et Meuse, du 6 février an III (26 novembr (...)
  • 42 L. Duchet, Deux volontaires de 1791. Les frères Favier de Montluçon. Journal et Lettres, Montluçon (...)

17D’aucuns cherchent dans la comparaison des repères familiers : ainsi, Alexis Grosse observe près de Kaiserlautern des gorges et des montagnes « aussi hautes que le Puy-de-Dôme »40. Plus rares sont ceux qui profitent pleinement de leurs découvertes, s’enthousiasmant sur la beauté des villes palatines, s’étonnant des glaçons énormes charriés par le Rhin, admirant Cologne après le siège de Maestricht41. Cette xénophilie dépendrait-elle de l’éducation antérieure ? On le croirait volontiers à lire la belle correspondance du capitaine Gilbert Favier, de Montluçon (Allier)42. Fils d’un riche avocat, il a fait sa logique et sa physique au collège de Bourges (Nièvre) mais s’est engagé comme volontaire en 1791 sans avoir achevé ses études de droit : il ne quittera les drapeaux qu’en 1816, sa carrière ayant été interrompue par deux périodes de captivité en Angleterre (1793 - an IV et 1806-1814). Son patriotisme, ses convictions - il admire La Fayette et excuse presque sa désertion, tandis qu’il n’aura pas de mots assez durs sur la médiocrité et la trahison de Dumouriez - souffrent du développement de la guerre de conquêtes, de la promotion au rang d’officiers supérieurs d’hommes grossiers, à la moralité douteuse, sur lesquels il multiplie les observations désabusées.

  • 43 Ibid., p. 100. Lettre du 12 vendémiaire an IV (4 octobre 1795).
  • 44 Ibid., p. 124. Lettre du 11 floréal an VII (30 avril 1799).
  • 45 Ibid., p. 127. Lettre du 1er prairial an VII (20 mai 1799).
  • 46 Ibid., p. 132. Lettre du 17 brumaire an VIII (8 novembre 1799).
  • 47 Ibid., p. 135. Lettre du 3 nivôse an VIII (24 décembre 1799).
  • 48 Ibid., p. 143. Lettre du 8 prairial an VIII (28 mai 1800).

18Chaque ville de garnison est pour ce fin lettré l’occasion de fréquenter le théâtre, l’opéra. Il va aller jusqu’à établir à Besançon une société de danse au sein de l’état-major, au droit d’entrée prohibitif - nourrit-il ainsi sa nostalgie avouée de la société aristocratique qu’il a fréquentée dans l’Ailier ? Il lit d’abondance, en l’an VI particulièrement, dans l’attente des combats en Italie. Surtout, chacune de ses haltes contraintes ou victorieuses en territoire ennemi est pour lui l’occasion d’enrichir sa culture. Fait prisonnier par les Anglais, il affirme lors de sa libération, en vendémiaire an IV : « Je n’ai pas perdu mon temps dans ma captivité, je suis plus fort dans la langue angloise, que j’ai appris par principes, que je ne l’étois dans le latin, j’ai aussi un peu cultivé l’allemand, j’ai fait des amis, j’ai étudié une nation »43. Cela ne signifie en rien qu’il en accepte le gouvernement : l’attentat de Rastadt contre les plénipotentiaires français Bonnier et Roberjot le 29 avril 1799 - Debry, le troisième envoyé, vient soigner ses blessures dans le régiment de Favier - provoque chez le Montluçonnais un accès de haine contre les Autrichiens et le cabinet britannique qui veulent « rendre la guerre éternelle et en faire une guerre d’extermination »44. Ces instants tragiques ne le détournent pourtant pas de ses curiosités. À Strasbourg, il se « livre à présent entièrement à l’allemand » et s’essaie à la traduction des Souffrances du jeune Werther de Goethe (« je le trouve bien difficile »45). A Kehl, au début de l’an VIII, il assiste à une représentation en langue vernaculaire du Misanthropie et repentir, de Kotzebue, et avoue sa satisfaction : « Je commence à bien entendre la langue allemande, j’ai été content de ce drame, il y a plus d’épisodes et même quelques farces, qui contrastent singulièrement avec le larmoyant de la pièce arrangé pour la scène française »46. Ses prédispositions pour les langues européennes l’aident dans sa conduite des hostilités à trouver, au cours des sièges trop longs, des accommodements avec l’ennemi pour améliorer l’ordinaire de ses troupes, partageant par exemple avec les Autrichiens le bois nécessaire à réchauffer des hommes qui souffrent. Poursuivant ses rêves chevaleresques, il fait de ces rencontres un art de la guerre : « J’ai causé en allemand avec le chef du poste ennemi qui m’a donné la main ; nous nous faisons la guerre honorablement »47. De là son aversion pour la propagande des gazettes : « J’en ai [...] vu de françoises qui sont pleines de mensonges, celles allemandes ne disent pas plus la vérité, les rapports officiels présentés par l’ennemi sont encore plus exagérés dans les avantages et plus diminués dans les pertes que ceux de France. Dans les pertes néanmoins les généraux françois se taisent »48. Ce libre esprit, en route pour l’Italie en messidor an VIII, s’extasiera encore sur le relief escarpé et les sources du massif du Saint-Gothard, précisément décrit, sur l’hospitalité des Suisses : « Nous les avons ruinés entièrement, et tout pauvres qu’ils sont ils accueillent les autheurs de leur misère, tandis que les Italiens auxquels nous faisons peu de mal nous logent dans des palais et nous laissent mourir de faim. Pauvres Suisses comme je vous plains ! Fourbes, voleurs, vils Italiens vous méritez le joug ». Prononcées après Marengo, ces paroles xénophobes, porteuses d’a priori inusités chez Gilbert Favier, marquent son incompréhension première des peuples méridionaux, qu’il s’emploiera très vite à réviser :

  • 49 Ibid., p. 150-151. Lettre du 15 messidor an VIII (4 juillet 1800). Sa connaissance de la langue ita (...)

« L’Italie est un superbe païs, les terres sont extrèmement fertiles ; mais messieurs les italiens n’aiment pas beaucoup le travail. J’ai été hier au spectacle, d’une ville de 30 000 âmes. Les arlequins et les pantalons m’ont fait rire, mais m’ont bientôt ennuié. Aucune police n’existe dans ces salles de comédie, on n’ôte pas son chapeau, chacun se promène, mange et fait autant de bruit que sur une place publique, quelques femmes sont jolies, mais elles m’ont semblé bien libertines, leur mise est assez belle [...]. J’étudie avec transport la langue italienne, je la lis déjà, elle n’est pas du tout difficile pour celui qui sait le latin, cette langue est singulièrement sonore, je ne désire plus que la connoissance de celle-ci, je pourrois connoitre dans les originaux les auteurs Allemands, Anglois et Italiens, c’est assez pour un habitant de Montluçon »49.

  • 50 Ibid., p. 94. Lettre du 5 avril 1793.
  • 51 Bibl. nat., NAF 9 533 (134-135). Lettre du 19 ventôse an V (9 mars 1797) de Bancal des Issarts à B (...)
  • 52 Bibl. nat., fonds Lanthenas, no 303. Lettre de Lanthenas à Bancal, 20 ventôse an VI (10 mars 1798) (...)
  • 53 F. Jarrousse, op. cit., note 32, p. 51. Lettre du surveillant Michelon à la municipalité de Clermo (...)
  • 54 Ibid., p. 56. Lettre de l’agent national du district d’Issoire, 8 vendémiaire an III (29 septembre (...)
  • 55 Ibid., p. 192.

19Bancal des Issarts lui aussi a connu l’expérience de la captivité, mais l’a vécue comme un traumatisme. Favier l’a vu, commissaire de la Convention auprès de Dumouriez, livré par ce dernier aux Autrichiens le 1er avril 1793 (« horreur dont on n’a pas d’exemple », écrit le capitaine50). Libéré en 1795, le Conventionnel est tourmenté par le mysticisme dans lequel il s’est enfermé et qui marquera depuis cette année tous ses écrits. Aucune vision de l’Europe des peuples-frères ne l’habite désormais ; il garde seulement des contacts avec les États-Unis, où son ami Bosc d’Antic fait un long voyage pour fuir la passion amoureuse que lui inspire Eudora Roland, dont il est le tuteur. Bancal espère que la diplomatie réunira à nouveau l’Amérique et la France, dont il suit l’armée en Italie, savourant chacune des victoires « Puisse le gouvernement américain connoître tous les avantages de notre situation, toute notre force, et réparer ses erreurs »51. Député au Conseil des Cinq-Cents, il fréquente avec Lanthenas la deuxième Société des amis des noirs52. Des Issarts comme Favier, participant d’une élite lettrée, demeurent cependant très minoritaires dans leurs relations à l’étranger, non dans leurs élans patriotiques. Cela ne signifie aucunement que se développe chez beaucoup d’autres une paranoïa tournée contre tout individu expatrié. Il n’est qu’à observer, en vis-àvis des expériences de captivité déjà évoquées, la réception dans le Puy-deDôme, entre 1794 et 1796, des quelques centaines de prisonniers de guerre et déserteurs qui y transitent. Bien sûr, on rencontrera tel surveillant, au demeurant isolé, se faisant fort d’établir dans son dépôt « une discipline a lalmande », qu’il présuppose comme il le fait des habitudes de ceux qui sont sous sa garde : « Rien ne peut les contraindre sinon que d’estre tous renfermer dans quelque local ensemble »53. Un autre, peinant sur l’état nominatif de ceux dont il a la garde, prouvera son inappétence à toute ouverture : « Ce sont des noms du Diable qu’on peut difficilement écrire, encore moins prononcer. Enfin vaille que vaille, déchifrera qui pourra »54. On entendra enfin les craintes des administrateurs clermontois imbus de préjugés sur des Piémontais issus à leurs yeux d’une armée de dévots : au contact des femmes et des enfants, ne leur communiqueront-ils pas « tantôt les idées superstitieuses, tantôt les sentiments fanatiques dont ils sont imbus »55 ? Mais, ravis de trouver une main-d’œuvre bon marché, qui parfois s’intègre jusqu’à faire souche, cultivateurs et entrepreneurs accueillent sans regimber les prisonniers qui leur sont proposés. Malgré les évasions qui grossissent les rangs locaux de la contre-révolution, nombre d’administrateurs, volontiers compatissants devant la misère matérielle et morale des reclus, continuent de penser que de la qualité de leur accueil dépendent les ralliements individuels à la République. Le Conventionnel Jean-Baptiste Monestier, en mission dans les Pyrénées, en fournit le modèle, recommandant à son frère Michel, agent national du district de Clermont-Ferrand, un Espagnol qui a accompli « dans les troupes du tyran les fonctions d’adjoint du commissaire des guerres » :

  • 56 Ibid., p. 175-176. Lettre du 28 messidor an II (16 juillet 1794) (AD, P.d.D., L 4 072).

« En Héspagne il se nommait Alphonse ; en France il se nomme Agricole Vialat ; ç’a été le vœu de la société populaire de Tarbes ; il a mérité cette faveur de nos bons sans-culottes par une excellente conduite qu’il a tenu dans cette commune. Il a témoigné un grand amour de la liberté et de l’égalité, un grand débarassement de toute superstition et une ardeur singulière pour apprendre notre langue.
L’éducation qu’il a reçu, les talens qu’il montre, la bonne volonté qu’il manifeste lui aurait peut-être obtenu la faveur de rester à Tarbes ; mais à l’ouverture de la campagne, au moment ou nous commençons à chauffer Fontarabie il ne seroit pas prudent de donner la moindre latitude à la loi. Je te l’adresse donc pour qu’il fasse son internat dans notre commune. Il aime le travail et l’application. J’ai tout lieu de croire que vous en serés content. Il est singulièrement flatté de voiagér dans ma patrie »56.

LA NATION EN UN HOMME

  • 57 Ph. Bourdin, Le Puy-de-Dôme sous le Directoire. Vie politique et esprit public, Clermont-Ferrand, (...)
  • 58 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 665 (no 138).
  • 59 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 665 (no 138).
  • 60 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 660. Lettre du 30 floréal an IV (19 mai 1796) aux administrations mun (...)

20Si l’individu est amendable, la propagande républicaine n’entrevoit aucune rédemption pour les États hostiles à la France. Les fêtes du Directoire contribuent à fixer des stéréotypes nationalistes, particulièrement lors de l’attentat de Rastadt, qui donne partout lieu à des cérémonies publiques. Occasion de vanter les « libérateurs futurs des mers, les héros qui devaient humilier la fière Albion », d’inscrire jusque dans les villages les plus reculés où l’acculturation républicaine demeure pourtant imparfaite des vœux martiaux : « Benissez la Providence, et maudissez l’Autriche », lit-on à Plauzat, tandis qu’à Artonne l’on parie sur l’effacement de « la perfide Autriche [...] du rang des gouvernements »57. La Russie est associée dans l’oppobre aux autres coalisés lors de la fête clermontoise du 1er vendémiaire an VIII, victime des chansons d’instituteurs et d’administrateurs inspirés. À Verny qui s’inquiète (« Quand le Russe joignant les assauts aux batailles/Viendra dans nos foyers égorger nos enfans/Embraser nos cités, renverser nos murailles/Sera-t-il temps alors de déployer nos rangs »), répond Clément avec une mâle assurance : « Avec l’Aigle et le Léopard/Nous terrasserons tôt ou tard/Ces instrumens de mort/Venus du fond du Nord »58. En contrepoint est réaffirmée l’image d’une France libératrice de l’Europe, confortée par toute nouvelle victoire. En thermidor an VI, le président de l’administration d’Artonne se veut messianique, annonçant « aux rois de l’univers la fragilité de leur trône » : « L’écroulement de celui des français en a entraîné d’autres dans sa chute et d’autres suivront dans le cours de l’an VII si les despotes n’acceptent pas la paix que la grande nation veut bien leur offrir »59. Mais la « Grande Nation » est ainsi moins généreuse que condescendante, comme le vainqueur avec le vaincu, différence majeure par rapport aux idéaux de 1789. Les comparaisons avec les empires antiques, si elles sont facilitées par la formation intellectuelle de leurs auteurs, sont révélatrices de ces annexions territoriales et idéologiques. « Rappelez [aux citoyens], prône en l’an IV le commissaire du gouvernement auprès de l’administration centrale du Puy-de-Dôme, ces victoires dont l’antiquité n’offre point d’exemple, et auprès desquelles celles d’Alexandre, d’Annibal, de César, sans en excepter celle des Thermopyles ne sont que des pygmées. O Valeur, ô Courage, ô Générosité ! C’est à Fleurus, à Gemmape, à Millesimo que vous avez fixé votre maximum : le passé ne vous a pas atteints, l’avenir ne vous surpassera pas »60. Discours entendu et amplifié par le vice-président de l’administration départementale lors du passage par Clermont-Ferrand des soldats de l’Armée d’Italie, en pluviôse an VI. La République victorieuse, il s’emploie à édifier un corpus de modèles nationaux empruntés à l’histoire immédiate, éclipsant les héros romains pour le plus grand profit de Bonaparte :

  • 61 Arch. nat., C 524 (no 249). Rapport de l’administration centrale sur la fête en l’honneur des sold (...)

« Vous venez de quitter la patrie des Brutus et des Scipion. Depuis des siècles, cette terre ne rappelait plus que leurs marbres insensibles [...]. Il était dans les destinées de la grande nation d’offrir un modèle aux peuples d’Italie [...] en leur montrant Brutus au capitole souriant aux projets des Décius français. La cendre de Scipion est redevenue brûlante sous les pas du héros que le général romain eût ambitionné pour le rival de sa gloire : son génie s’est attaché au nom de Buonaparte »61.

21Ce qui, en 1789, aurait pu être un idéal collectif de fraternité universelle n’est donc plus une proposition lancée au monde ; elle se concrétise dans la force des faits, « bonheur » imposé malgré les résistances et confisqué au profit d’une ambition particulière, celle du général vainqueur. La fierté de la conquête surpasse dans l’opinion les anciens élans xénophiles, d’autant plus facilement qu’elle est liée au désir de paix. Ainsi dans la région rurale de Viverols, au cœur d’un Livradois rétif à la conscription et nourrissant volontiers l’anti-révolution, au début de l’an VIII :

  • 62 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 552. Lettre du commissaire du pouvoir exécutif près l’administration (...)

« L’esprit public s’abbat et se ravive a mesure que nos armées éprouvent des revers ou qu’elles obtiennent des succès. L’on ne savait trop qu’en dire n’a guere lors que l’on voyait presque toute l’Italie reconquize, l’Helvetie entamée et nos frontières menacées d’une invasion prussaine. Lors que l’on voyait par la suite le royalisme lever une tête altière et le fanatisme ralumer ses coup... Aujourd’hui que le vainqueur de l’Italie que I on croyais enserclé avec sa brave armée dans les contrées de l’Egipte vient de reparaître en France après s’etre acquis de nouveaux lauriers, l’esprit public sort de son engourdissement »62.

  • 63 Cf. Ph. Bourdin, op. cit. note 57, p. 179-180.
  • 64 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 663.

22Les remèdes nécessaires à cette vitalité républicaine sont obligeamment fournis par Bonaparte, faisant avec invention oublier ses propres défaites et l’apathie subséquente. L’annonce de ses victoires italiennes est affichée dans la moindre campagne auvergnate, dans les villes au son du tambour et par proclamations sur les places publiques. Artiste de la propagande, le petit caporal devient pareillement « le vainqueur de l’Orient », multipliant les adresses en ce sens, et contre toute vérité. Les discours qui le vantent prennent forme de panégyriques : lui sont attachées la paix, la prospérité, la défense des droits de l’homme63. Jusqu’à cette apothéose bucolique offerte le 15 brumaire an VI (5 novembre 1797) par trois villages riverains de l’Ailier, Neschers, Coudes et Montpeyroux64. Contrairement aux fêtes annuelles durant lesquelles l’actualité se fond dans le rituel, le symbolisme est mis en cette occasion au service du fait politique et militaire, le traité de Campo-Formio, et de son promoteur. Instruments et allégories du cortège empruntent à toute la panoplie révolutionnaire, sans exception, tandis que les conflits internes et externes à la République sont personnifiés par des mannequins.

23Deux militaires blessés ouvrent la marche, présentant la Déclaration des droits de l’homme. Trois femmes les suivent sur un char. La première tient d’une main une pique, de l’autre un bonnet phrygien, un joug baissé est à côté d’elle : elle figure la Liberté. Le triangle de l’Égalité est placé dans les mains de la seconde. La troisième, la tête ceinte de lauriers, embrasse un bouquet de roses : elle rappelle la Victoire. Trois drapeaux tricolores flottent au-dessus de leur tête. Une charrue dont le soc s’enfonce dans les lauriers, traçant le sillon de la gloire, les sépare de deux vieillards portant le livre de la Constitution. Le char traîne deux mannequins représentant l’un le royalisme (« les conspirateurs de clichi »), l’autre le fanatisme. Le cortège, nombreux, s’avance vers un autel surmonté de la statue de Bonaparte. Après le discours du président de l’administration et des mouvements de la troupe, deux tourterelles (à défaut de colombes) sont libérées, et les participants parcourent les villages, où les soldats réitèrent leurs exercices. Au bord de l’Ailier, le commandant de la colonne mobile, avec un détachement de dix hommes, s’embarque, portant Bonaparte en triomphe. Il ordonne le feu sur une petite île et enchaîne un mannequin vêtu de rouge, désignant l’Anglais, tandis que les deux figures de la monarchie et du fanatisme sont livrées aux huissiers pour être déportées du canton... Un repas champêtre clôt une fête qui, dans son organisation comme dans son souci d’unité des patriotes, rappelle la Fédération : les administrateurs ont donné six livres pour acheter rubans et poudres nécessaires, les riches ont été invités « à faire de généreuses aumônes aux malades indigents et aux pauvres ». Six cent trente-deux convives sont réunis, de toutes conditions. Les toasts se multiplient : aux institutions anciennes et actuelles (l’Assemblée législative, la Constitution de l’an III, le Directoire), aux Républiques-sœurs et aux États-Unis, aux valeurs révolutionnaires (égalité, justice, liberté, république, « patrie en danger »), plus anecdotiquement « à la charrue ». Certaines exclamations rappellent le gouvernement révolutionnaire et les victoires de l’an II, les héros jacobins victimes de la réaction de l’an III à l’an V, les martyrs de Prairial et Soubrany surtout, militaire et représentant du Puy-de-Dôme mort avec les derniers Montagnards de la Convention. Et tout autant, ce sont les « morts au champ d’honneur », les armées et leurs généraux que l’on honore, Desaix, l’enfant du pays bientôt tué à Marengo et déjà auréolé de sa réputation de « sultan juste » acquise en Égypte, Hoche et par dessus tout Bonaparte.

24L’abondance confuse du message est forme d’appauvrissement théorique, au profit de cet homme qui a l’avantage de témoigner d’un passé révolutionnaire mythifié, de projeter chacun dans un avenir militaire qui ne l’est pas moins. La nation s’efface derrière l’individu, tandis que les vœux universels, qui nourrissaient au moins les élites, sont oubliés au profit d’une mise en scène infantilisante des relations européennes, transcrites dans ces guignols de chiffons pompeusement offerts par le pouvoir local. À moins que ces mêmes vœux ne se limitent aux Républiques-sœurs soumises, seuls les États-Unis demeurant une référence intacte parce qu’imprécise et lointaine. Bancal alors se retire définitivement dans sa campagne auvergnate. Favier retrouve Desaix à Marengo et apporte sa pierre à la légende de l’officier comme à celle de Bonaparte :

  • 65 Cf. note 49.

« Si nous avions été vaincus, c’en étoit fait pour nous de l’Italie, et je ne sais comment, entourés d’ennemis, nous aurions pù faire retraite. L’ennemi avoit déjà réussi à forcer notre gauche à se retirer, une grande confusion régnoit, le 1er Consul paroit : « Amis, dit-il, c’est assez battre en retraite. Et de suite le courage renoit, tout revient à son rang, dans un quart d’heure les bataillons ennemis sont enfoncés et au moment d’être victorieux éprouve[nt] une défaite complette.
Le général Desaix, officier aimé de tous les partis, est frappé du coup mortel, notre capitaine des grenadiers lui dit : Général vous êtes blessé. Taisez-vous, répond le Général en tombant, n’en parlez pas au soldat »65.

***

25De l’univers des philanthropes à l’étranger du soldat, il y a bel et bien deux mondes découverts collectivement ou individuellement, deux moments dans cette découverte où se mêlent rêve, mythe et réalité. Il faut compter avec une élite lettrée conditionnée par ses lectures et ses liens avec la Société des amis des noirs, avec un petit peuple brutalement propulsé hors des limites paroissiales sur les sentiers périlleux, effrayants et sanglants de la guerre. Rares sont ceux qui font le lien entre ces deux cultures, comme Gilbert Favier abreuvant sa soif d’idéal et de savoir sur les champs et dans les camps où le portent victoires et défaites. Le principe de réalité - la vie de l’arrière, les morts et les prisonniers, décrits de manière sensible par les correspondances - a rapproché, il est vrai, l’intellectuel de l’opinion publique. Les heurts des nationalismes, les obstacles matériels et culturels à la fraternité, l’antinomie des modèles et des habitudes politiques ont relégué pour un temps - pour longtemps ? - dans une imaginaire arche sacrée le modèle de la République universelle. La « Grande Nation » se veut d’abord française, toujours désireuse pourtant d’accueillir non des peuples entiers mais des individus jugés amendables en fonction de la qualité de l’accueil qui leur est offert. Ce syncrétisme entre valeurs républicaines et catéchismes anciens ne vaut pas pour les États hostiles : aucune rédemption ne leur est offerte, tandis que les fêtes du Directoire contribuent, en moquant les gouvernements étrangers, à fixer des stéréotypes nationaux et une analyse sommaire des relations extérieures. La France se déclare en retour toujours « libératrice », mais désormais par la force des armes davantage que par celle des idées. D’où les références multiples aux empires antiques, qui finissent inexorablement par renvoyer à leurs fondateurs, des généraux vainqueurs, et, succès italiens obligent, à un Bonaparte expert en propagande. Comme le craignait Robespierre en 1792, la nation s’efface alors derrière l’individu comme elle le faisait devant le roi. L’académisme des panégyriques, qui vantent les vertus du petit caporal, ne sont-ils pas l’une des manifestations des ponts reconstruits entre l’Ancien Régime et le Consulat ?

Notes

1 Sur toutes ces questions diplomatiques, cf. La République directoriale, Actes du colloque de Clermont-Ferrand (22, 23, 24 mai 1997), Clermont-Ferrand et Paris, 1998. En particulier, les articles d’H. Leuwers, M. Gilli, J. Delinière et A.-M. Rao.

2 A. Poitrineau, Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France (XVIIIe-XVIIIe siècles), Paris, 1983, p. 49 et sqs.

3 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, F 149 (47). Cf. Ph. Bourdin, Pascal-Antoine Grimaud. prêtre, entré en Révolution (1736-1799). Milieux sociaux, cultures, idéologies et pratiques politiques, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, janvier 2000.

4 Cf. J.-P. Dedieu, L’Espagne de 1492 à 1808, Paris, 1995, p. 249.

5 H. Bancal des Issarts, Lettres autographes de Madame Roland adressées à Bancal des Issarts, membre de la Convention, avec une introduction de Sainte-Beuve, Paris, 1835.

6 Cf. L. Trénard, « Des Lumières à la politique : Jean-Marie et Manon Roland », dans Jean-Marie et Manon Roland, Actes du colloque national de Villefranche-sur-Saône (27 au 27 octobre 1989), Lyon, 1990, p. 16.

7 M. Dorigny, « Bancal des Issarts », dans Dictionnaire historique de la Révolution française, dir. A. Soboul, Paris, 1989, p. 69-70.

8 L. Trénard, « Le rêve américain des rolandins de 1770 à 1800 », dans Jean-Marie et Manon Roland, Actes du colloque national de Villefranche-sur-Saône (27 au 27 octobre 1989), Lyon, 1990, p. 53-69 ; Bibl. nat., NAF 9 534 (231-232). Lettre de Lanthenas à Bancal des Issarts, 16 juin 1790 : « Au moins pourrait on se réunir pour douze ans, afin de profiter de l’achat qu’on ferait des biens du clergé et les mettre ensemble en valeur, tout en les faisant servir aux progrès de la liberté. Au bout des douze ans, on resterait réuni ou l’on se séparerait [...]. À la campagne une maison d’éducation rurale, à la ville une imprimerie, journal, etc. Ici il faudrait avoir quelque maison de religieux. Du jardin du bas on feroit café et club patriotique, et le batiment servirait aux autres usages. Voila à peu près ce qui me revient souvent dans la tête qu’on pourrait faire ».

9 Bibl. nat., NAF 9 534 (219-220, 225, 226, 228-229 et 231-232). Lettres de Lanthenas à Bancal des Issarts, 28 avril, 17, 19 et 25 mai, 16 juin 1790.

10 H. Bancal des Issarts, op. cit. note 5, p. 101. Lettre de Manon Roland à Bancal, 26 octobre 1790 : elle rend compte de l’avis que vient de lui donner Lanthenas, de retour d’Auvergne, sur les sites de Montpeyroux et de Beauregard, deux villages du Puy-de-Dôme.

11 Ibid., p. 131 et 135. Lettre du 30 novembre 1790.

12 Cf. M. Dorigny, art. cit., note 7.

13 H. Bancal des Issarts, op. cit. note 5, p. 165. Lettre de Manon Roland à Bancal, 27 janvier 1791.

14 Ibid., p. 211. Lettre de Manon Roland à Bancal, avril 1791.

15 Cf. C. Duprat, Pour l’amour de l’Humanité. Le temps des philanthropes, Paris, 1993.

16 Bibl. nat., NAF 9 534 (190-191). Lettre de Fauchet à Bancal, 15 avril 1791.

17 Bibl. nat., NAF 9 534 (192-195). Lettre de Bancal à Fauchet, 26 avril 1791.

18 H. Bancal des Issarts, op. cit. note 5, p. 139 et 205. Lettres de Manon Roland à Bancal, 30 décembre 1790 et 14 avril 1791.

19 Ibid., p. 219. Lettre de Lanthenas à Bancal, 5 mai 1791.

20 J. André, La révolution fratricide. Essai de psychanalyse du lien social, Paris, 1993, p. 151.

21 S. Wahnich, L’impossible citoyen. L’étranger dans le discours de la Révolution française, Paris, 1997, p. 188.

22 Ibid., p. 160 et 174.

23 Archives parlementaires, t. 53, p. 274.

24 F. Mège, Correspondance inédite de G. Couthon, député du Puy-de-Dôme à la Législative et à la Convention nationale (1791-1794), Paris, 1892, p. 269.

25 F. Mège, Le Conventionnel Bancal des Issarts, Paris, 1887, p. 251.

26 Cf. R. Pillorget, « La France et les États-Unis en état de « quasi-guerre » (1793-1801) », dans La France de la Révolution et les États-Unis d’Amérique, Paris, 1995, p. 51.

27 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 0817. Registres de la société populaire de Billom. Séance du 3 fructidor an II (20 août 1794).

28 Ibid. Séances des 25, 29 fructidor et deuxième sans-culottide de l’an II (11, 15 et 18 septembre 1794).

29 M. David, Fraternité et Révolution française, Paris, 1987, p. 255 et sqs.

30 S. Wahnich, op. cit., note 21, p. 156, 157, 160, 255 et sqs.

31 J. André, op. cit.. note 20, p. 152.

32 Cf. S. Wahnich, op. cit., note 21, p. 243 et sqs. ; F. Jarrousse, Auvergnats malgré eux. Prisonniers de guerre et déserteurs étrangers dans le Puy-de-Dôme pendant la Révolution française (1794-1796), Clermont-Ferrand, 1998, p. 180. Le 30 prairial an II (18 juin 1794), les prisonniers de guerre du dépôt de Riom croient devoir être égorgés dans la nuit suivante, aux dires d’un officier autrichien qui vient d’apprendre la teneur du décret dans une auberge voisine et en pleure beaucoup, malgré les propos de réconfort maladroit d’un Français : « Les lois humaines des françois pouvoient le tranquiliser, [...] elles ne pouvoient en aucun cas avoir des effets rétroactifs ».

33 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, Registres de la section Réunion. Procès-verbal du 30 fructidor an II (16 septembre 1794). Cf. Ph. Bourdin, Des lieux, des mots, les révolutionnaires. Le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799, Clermont-Ferrand, 1995, p. 160 et 169.

34 R. Bouscayrol, Cent lettres de soldats de l’an II, Paris, 1987, p. 64. Lettre de Jean Tailhand, de l’armée de Sambre et Meuse, à ses parents, à Montaigut (18 frimaire an III - 8 décembre 1794).

35 R. Bouscayrol, « Deux lettres de 1794 d’un volontaire riomois à sa mère », Revue d’Auvergne, no 500, 1985, t. 99, no 2.

36 R. Bouscayrol, op. cit. note 34, p. 155. Lettre du 12 germinal an II (8 avril 1794).

37 Ibid., p. 76. Lettre du 26 germinal an II (15 avril 1794) à ses parents, à Riom.

38 Lettre du 28 juin 1793 du soldat Moulinet, 3° bataillon du Puy-de-Dôme, à son père. Citée par O. Siffrin, Les bataillons de volontaires nationaux des départements du nord du Massif Central en 1792, Paris I-Sorbonne, mémoire de maîtrise, 1986.

39 R. Bouscayrol, op. cit., note 33, p. 254. Lettre du 13 nivôse an III (2 janvier 1795) à ses parents, à Riom.

40 Ibid., p. 125. Lettre du 17 vendémiaire an III (8 octobre 1794) à sa mère, à Riom.

41 Ibid., p. 62. Lettre de J. Boissier, de l’Armée de Sambre et Meuse, du 6 février an III (26 novembre 1794), à sa mère, à Riom ; R. Bouscayrol, art. cit., note 35.

42 L. Duchet, Deux volontaires de 1791. Les frères Favier de Montluçon. Journal et Lettres, Montluçon, 1909.

43 Ibid., p. 100. Lettre du 12 vendémiaire an IV (4 octobre 1795).

44 Ibid., p. 124. Lettre du 11 floréal an VII (30 avril 1799).

45 Ibid., p. 127. Lettre du 1er prairial an VII (20 mai 1799).

46 Ibid., p. 132. Lettre du 17 brumaire an VIII (8 novembre 1799).

47 Ibid., p. 135. Lettre du 3 nivôse an VIII (24 décembre 1799).

48 Ibid., p. 143. Lettre du 8 prairial an VIII (28 mai 1800).

49 Ibid., p. 150-151. Lettre du 15 messidor an VIII (4 juillet 1800). Sa connaissance de la langue italienne progressant, il saluera ainsi son frère le 22 fructidor suivant (9 septembre 1800) : « Addio caro fratello, io t’abbraccio del tutto mio cuore. Mili complimenti alla signora italiana Jabin ».

50 Ibid., p. 94. Lettre du 5 avril 1793.

51 Bibl. nat., NAF 9 533 (134-135). Lettre du 19 ventôse an V (9 mars 1797) de Bancal des Issarts à Bosc, alors à Charleston. Bancal annonce le départ de Paris de Monroe et transmet pour avis ses réflexions sur la société, publiées sous le titre Du nouvel ordre social fondé sur la religion.

52 Bibl. nat., fonds Lanthenas, no 303. Lettre de Lanthenas à Bancal, 20 ventôse an VI (10 mars 1798) : « Les amis des Noirs se réunissent chez moi aujourd’hui ail heures. Peux tu t’y rendre. Ils auront du plaisir à te voir, et j’en aurais aussi à pouvoir te parler [...] ».

53 F. Jarrousse, op. cit., note 32, p. 51. Lettre du surveillant Michelon à la municipalité de Clermont-Ferrand, nivôse an IV (Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 1764).

54 Ibid., p. 56. Lettre de l’agent national du district d’Issoire, 8 vendémiaire an III (29 septembre 1794) (Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 4 505).

55 Ibid., p. 192.

56 Ibid., p. 175-176. Lettre du 28 messidor an II (16 juillet 1794) (AD, P.d.D., L 4 072).

57 Ph. Bourdin, Le Puy-de-Dôme sous le Directoire. Vie politique et esprit public, Clermont-Ferrand, 1990, p. 174-176.

58 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 665 (no 138).

59 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 665 (no 138).

60 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 660. Lettre du 30 floréal an IV (19 mai 1796) aux administrations municipales.

61 Arch. nat., C 524 (no 249). Rapport de l’administration centrale sur la fête en l’honneur des soldats de l’armée d’Italie, 9 pluviôse an VI (28 janvier 1798).

62 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 552. Lettre du commissaire du pouvoir exécutif près l’administration du canton de Viverols 1er brumaire an VIII (23 octobre 1799).

63 Cf. Ph. Bourdin, op. cit. note 57, p. 179-180.

64 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 663.

65 Cf. note 49.

Auteur

Université de Clermont-Ferrand

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540