Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Première partie. Quelle Grande Nation

Construction/destruction du discours sur la « Grande Nation »

Bernard Gainot

Texte intégral

  • 1 J.-Y. Guiomar, « Histoire et significations de « la Grande nation » (août 1797–automne 1799). Prob (...)

1Cette communication naît d’un échange de vues, lors des journées de Valenciennes sur le Directoire en mars 1998, à la suite de l’intervention de Jean-Yves Guiomar sur Histoire et signification de la « Grande Nation » (août 1797 – automne 1799). Problèmes d’interprétation1. J’avais alors annoncé, un peu rapidement, une « réponse » pour les journées de Lille de mars 1999. Terme maladroit, que je souhaite rectifier d’emblée ; la réponse supposerait qu’il y ait controverse avec J.-Y. Guiomar sur tel ou tel point de son interprétation. Or, il n’y a pas controverse, car je trouve absolument convaincante, et la définition du groupe linguistique à prendre en considération (« la Grande Nation »), et la séquence chronologique dans les bornes de laquelle l’expression apparaît dans l’espace public (automne 1797 - automne 1799), et l’inventaire des documents à analyser pour mesurer précisément la diffusion de la dite expression (essentiellement les journaux, et les adresses).

2Il s’agirait donc plutôt d’une communication complémentaire de celle de J.-Y. Guiomar (et non pas contradictoire), au cours de laquelle je souhaite indiquer trois pistes de recherches, qui restent à l’état d’hypothèses pour un chantier de grande ampleur, à reprendre quasiment dans l’état où Godechot nous l’a livré.

3La première piste porte sur les émetteurs du discours, lors de l’apparition de l’expression dans le courant de l’année 1797. La seconde piste porte sur la réception du discours, essentiellement à travers les flux d’adresses, de l’automne 1797 à l’automne 1799. La dernière piste enfin interroge la teneur et la cohérence du projet sous-tendu par l’expression, à travers la destructuration de celle-ci par ses critiques.

4Concernant les émetteurs du discours sur « la Grande Nation », commençons par quelques problèmes méthodologiques et historiographiques. La séquence 1797-1799 (parlons plutôt de « second Directoire ») est généralement inscrite dans une série causale surdéterminée par quelques jugements de valeur. Il y aurait, au cours de la décennie révolutionnaire, une succession de positions tranchées et contradictoires ; des déclarations pacifistes, voire antimilitaristes (la déclaration de la paix au monde de l’Assemblée Constituante) en opposition aux interventionnistes (qui mettent en avant le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes). Ces interventionnistes finissent par l’emporter, et provoquent la formation de la première coalition, en dépit de l’opposition des démocrates conséquents (restés fidèles aux vrais principes constitutionnels). Ces derniers, arrivés au pouvoir, mènent une guerre de défense patriotique, mais entraînés ou débordés par leurs succès, ils se convertissent à la guerre de conquête. Les années 1795-1797 sont les années de transition vers cette situation nouvelle ; mais il n’y a plus d’alternative à cette politique officielle, ou au sein du groupe dirigeant, sinon sur des points mineurs. Désormais, la République est condamnée à l’offensive, donc à la conquête territoriale, donc à l’oppression multiforme des peuples voisins, puis du peuple français lui-même ; et la République est absorbée (ou assassinée) par César. Les adeptes de cette succession de situations dialectiques s’arrêtent généralement à 1794 ou 1795 ; on comprend assez mal le passage des affrontements internes au groupe dirigeant sur la conduite de la diplomatie et de la guerre à une vision quasiment unifiée. L’idéologie correspondant à cette victoire serait le nationalisme (expression de la conscience de soi d’une bourgeoisie conquérante à tous les sens du terme) ; sa manifestation linguistique est la Grande Nation. Le terme est à la fois l’indicateur de la dite conscience de soi, et l’opérateur qui vise à maintenir et renforcer l’unanimité au sein du groupe dirigeant.

  • 2 H. Leuwers, Merlin de Douai, un juriste en politique (1754-1838), Arras, Artois Presses Université (...)

5Cette approche traditionnelle n’est pas à rejeter entièrement ; chaque situation concrète détermine de fait des approches diverses, voire contradictoires, qui induisent la pluralité de discours et de comportements des acteurs. Ce qui est en question, c’est la réduction de la période post-thermidorienne à un seul discours, une seule approche ; en outre, c’est la cristallisation d’une phase du débat en position emblématique et univoque d’un courant de pensée et d’une ligne politique (type Robespierre/Brissot, décembre 1791 ; Carnot/Saint-Just, juin 1794, etc.). Notre sentiment est que les approches dans les domaines militaire et diplomatique sont multiples et simultanées, et ce dès 17892 ; et qu’elles se posent quasiment dans les mêmes termes en 1799.

  • 3 E. Siéyès, « Qu’est-ce que le Tiers-Etat ? » Janvier 1789, réédition Œuvres de Siéyès, annotées pa (...)

6Au cœur de cette diversité, il y a bien entendu l’indétermination de la Nation, si on veut bien me pardonner ce jeu de mots. Le terme peut recouvrir tout aussi bien un projet libérateur (la Nation s’oppose à l’Empire) ; un état institutionnel (« un corps d’associés vivant sous une loi commune, et représentés par une même législature »3 ; un processus historique (Volney et Condorcet l’utilisent pour pointer les écarts culturels comme signes d’une différence d’étapes dans un processus d’évolution historique, dont le but ultime est l’unité de l’espèce humaine ; la nation comme « écart » est replacée dans un processus d’universalisation. C’est le sens de la notion de « civilisation »). Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes n’est pas le rejeton monstrueux de la Déclaration universelle des droits de l’homme ; ce sont deux façons d’appréhender le mode de l’association politique, sur deux plans différents qui ne se recoupent que de façon exceptionnelle. Le recours à l’énoncé de 1797, sa détermination par l’emploi de l’article défini, est précisément une tentative pour sortir de la polysémie, et une façon de créer du consensus. L’une et l’autre parfaitement illusoires, comme le prouve la brièveté d’usage de l’expression dans l’espace public.

  • 4 R. Koselleck, L’expérience de l’Histoire, Paris, Seuil-Gallimard, 1998. Néanmoins, la perspective (...)

7La Nation comme antithèse de l’Empire, c’est une controverse ancienne sur la façon de réaliser le gouvernement universel, qui est réactivée à la fin du XVIIIe siècle, et pas seulement en France4. Sans reprendre tous les termes du débat, ce qui nous entraînerait bien au-delà des limites de cette communication introductive, remarquons que, paradoxalement, la référence à l’Empire est toujours présente dès qu’il est question du territoire (le fameux problème de la défense des limitesnaturelles) et dès qu’il est question de protéger celui-ci par les armes, (cf. Veillons au salut de l’Empire). L’universel est passé du côté de la Nation, comme élément de base d’une association de type supérieur (le droit des nations = le droit international). Remarquons encore les continuités en ce domaine avec toute une tradition française d’opposition à l’imperium mundi, qui est la domination brutale des britanniques sur les espaces maritimes. En 1797, dans La liberté des mers, Bertrand Barère reprend contre les Anglais les arguments de la diplomatie de Louis XVI au temps de la Ligue des Neutres, eux-mêmes inspirés de la controverse Grotius-Selden au début du XVIIe siècle. Tels sont les arguments exposés par le nouvel ambassadeur du Directoire auprès des Bourbons de Naples, Garat, en juin 1798 :

  • 5 Le Publiciste, no du 26 prairial an VI (15 juin 1798).

« Le Directoire de la République française, sire, n’a pas voulu seulement vivre en paix avec vous ; il vous invite à unir par tous les nœuds de l’amitié le peuple que vous gouvernez et celui dont il exécute les lois ; mais, entre les nations, comme entre les particuliers, l’amitié suppose ou produit un échange de tous les biens qu’on possède [...] Une politique éclairée le conseille ; et la nature, par la manière dont elle a placé les deux états sur les bords de la même mer, l’ordonne ».
Une nation qui, plus qu’aucune autre, serait étrangère à cette mer, si toutes les mers n’étaient ou ne devaient pas être les domaines communs de toutes les nations [...] »5.

  • 6 H. Laurens, « Bonaparte, l’Orient et la Grande Nation », Annales historiques de la Révolution fran (...)
  • 7 H. Laurens, Le royaume impossible : la France et la genèse du monde arabe, Paris, Armand Colin, 19 (...)

8Les destinataires privilégiés du discours sur la Grande Nation sont les petites nations opprimées par les grands empires ; le processus d’éveil commence quand les destinataires (les grecs ou les arabes opprimés par les turcs, les irlandais ou les hollandais opprimés par les anglais, etc.) sont aussi les locuteurs. Il faut remarquer simplement que le tour de passe-passe ne se produit pas toujours ; expérimenté avec les Maniotes6, il n’est pas repris par les Égyptiens7, et l’aventure se termine tragiquement avec les Irlandais. Il faudrait bien entendu faire l’inventaire de chacune des situations inter-communicationnelles dans lesquelles ce discours s’énonce.

  • 8 Le Publiciste, op. cit.

9Si la Nation ne se définit pas, ou pas essentiellement, par rapport à un territoire limité, la référence essentielle est institutionnelle. Dans le même discours de réception à la Cour de Naples, Garat ne manque pas de rappeler la conception républicaine de l’association internationale, qui est au fondement de toutes les projections de la Grande Nation dans le domaine des relations internationales : « les principes du directoire de la République française, dans ses relations avec les autres nations de l’Europe, sont les mêmes que ceux qui, dans la Constitution, unissent les Français aux français »8.

10Garat ne fait que mettre en application les idées exposées dans le prospectus du journal Le Conservateur, qu’il a dirigé conjointement avec Daunou et Marie-Joseph Chénier : ce prospectus signalait que le journal ne développerait pas de rubrique spécifique Relations extérieures, car cet intitulé n’est plus vraiment adéquat à une situation profondément bouleversée par l’irruption du système des républiques-sœurs dans l’équilibre européen. Et il expliquait :

  • 9 Le Conservateur, journal politique, littéraire, et philosophique, par les citoyens Daunou, Garat, C (...)

« La France, en quelque sorte, est aujourd’hui répandue dans l’Europe : nous ne parlerons donc pas de nos relations avec l’Europe, comme de relations extérieures ; notre intention et notre ambition sont de faire de cette partie de notre journal une histoire fidèle des causes qui agissent pour opérer une révolution universelle dans les destinées des nations »9.

  • 10 Correspondance des représentants du peuple Stévenotte (de Sambre-et-Meuse), Dessaix (du Mont-Blanc) (...)

11Cette conception est une conception républicaine, qui transcende les clivages partisans, quelles que soient par ailleurs les divergences sur la forme prise par l’association entre, notamment, le courant républicain-conservateur, et le courant néo-jacobin. Divergences qui ne vont cesser de s’accentuer, nous y reviendrons à la fin de cet exposé. Pour l’heure, en 1797-1798, la conception des rapports entre la République française et les républiques-sœurs, chez les démocrates néo-jacobins, est étonnamment semblable à celle du républicain-conservateur Garat : » il y a une relation trop intime, une influence trop directement réciproque de l’intérieur à l’extérieur pour ne pas réserver à la correspondance étrangère une place proportionnée à son intérêt », avertissent les députés démocrates Stévenotte, Dessaix, et Dethier, dans le premier numéro de leur journal, qui est voué à prendre la suite du Journal des hommes libres, censuré par le Directoire dans l’été 179810.

  • 11 Idem, no 15 (15 vendémiaire an VII, 6 octobre 1798 ; correspondance de Milan) et no 16 (16 vendémia (...)

12Lorsqu’on pose en axiome qu’une nation est un espace sur lequel tous les habitants obéissent à la même loi, c’est le terme loi qui est le plus important. Avec les révolutions de l’époque moderne, on peut dire que c’est l’espace sur lequel les habitants concourent à la définition de la loi à laquelle ils obéissent : autrement dit, la Nation est l’espace sur lequel s’exerce la souveraineté du pouvoir législatif, dont le mode rationnel de fonctionnement est le système représentatif. Ce qui souligne la contradiction entre le modèle légi-centré de l’association des nations, et le fait que le discours soit repris par un officier supérieur comme Bonaparte, simple instrument de l’exécutif, selon les termes de la Constitution de l’an III. D’ailleurs, les émetteurs des discours sur la Grande Nation, dans les territoires soumis aux bouleversements institutionnels, sont dans une écrasante proportion les officiers généraux. Parmi d’innombrables exemples, retenons le toast porté par le général Suchet, chef d’état-major général de l’armée d’Italie, le 1er vendémiaire an VII à Milan : Aux alliés fidèles de la Grande Nation, malheur à ceux qui ne le sont pas ! » Ou bien, dans le même registre, la fin de la proclamation du général Mac Donald, commandant de l’armée de Rome, qui vient d’épurer le Consulat de la République Romaine : « La grande Nation le veut, sa volonté sera exécutée ! »11.

  • 12 Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Paris, Garnier-Flammari (...)

13Reste l’épiphanie nationale ; la révélation aux peuples de la Terre, la nouvelle alliance que l’un d’entre eux propose pour amorcer la régénération de l’humanité. Je reprends volontairement le problème dans les termes de Michelet, mais il est posé dans des termes à peine plus laïques chez Volney et Condorcet12. Ces auteurs posent la question des décrochages historiques : l’antériorité de la régénération du peuple français, et l’absence de synchronisation des étapes nationales à l’intérieur d’un processus identique de développement. Les jalons de la marche à la civilisation sont repérables et identifiables, mais la Nation française a pris une longueur d’avance. Ce qui était simple constatation conjoncturelle chez Condorcet devient rente perpétuelle avec l’adjonction de l’article défini.

14L’efficacité visée est une double identification ; des Français à la Nation, de la Nation à la République. Aussi le terrain de prédilection du discours sur la Grande Nation est-il l’espace officiel des cérémonies publiques, comme nous l’avons relevé pour les interventions des généraux. Mais l’inspiration première se trouve dans ces textes hautement significatifs pour l’articulation de l’espace public issu de la Révolution française, que sont les articles de journaux. La connivence entre les principaux locuteurs, journalistes et officiers supérieurs, n’est-elle pas particulièrement intéressante à noter ?

15La réception du discours est assez difficile à mesurer. Comme piste de recherche privilégiée, j’ai choisi le réemploi de l’expression dans les adresses collectives de la période. Évidemment, cette piste n’est pas exclusive ; les circulaires et rapports des commissaires du pouvoir exécutif, la presse locale, la rhétorique des cérémonies publiques, sont d’autres voies possibles pour la recherche. L’analyse des adresses permet une approche assez simple, relativement centralisée, et en fin de compte assez significative, puisqu’elle permet de mesurer la circulation de l’expression dans l’édifice représentatif (des autorités constituées aux associations civiques, instituées ou non, et retour...).

16Dans la séquence chronologique août 1797-fin 1799, quatre grands flux d’adresses sont repérables ;

  • Les adresses envoyées pour approuver le coup d’État anti-royaliste de fructidor an V.
  • Les adresses envoyées pour s’indigner de l’attentat contre les plénipotentiaires de Rastadt (floréal an VII).
  • Les adresses envoyées au Corps législatif pour le féliciter des « journées » des 29 et 30 prairial an VIL
  • Les adresses qui approuvent le coup d’État de brumaire an VIII.
  • 13 P.D. Cheynet, « Les départements d’Aquitaine et le coup d’Etat du dix-huit fructidor an V », Plais (...)

17Toutes ces adresses ne s’additionnent pas, puisque les interlocuteurs des rédacteurs de celles-ci ne sont pas identiques, selon les situations considérées ; le Directoire exécutif, la Nation, le Corps législatif, les Consuls... Certaines séries ont fait l’objet d’études partielles ou globales13. En reprenant les remarques de J.-Y. Guiomar, qui établit une fréquence de 12,2 % pour les adresses qui emploient l’expression la Grande Nation sur l’ensemble des adresses de la séquence chronologique Rastadt-journées de Prairial (482), il est possible de faire une étude sérielle dans un espace particulier ; l’espace nordique, qui inclut les deux départements intégrés du Nord et du Pas-de-Calais, et les sept départements belges annexés des Deux-Nèthes, de la Dyle, de l’Escaut, de Jemmapes, de la Lys, de l’Ourthe, et de Sambre-et-Meuse. Nous n’avons pas retenu la Meuse-Inférieure, les Forêts, et les départements germanophones plus tardivement annexés de la rive gauche du Rhin (Roer, Sarre, Rhin-et-Moselle, Mont-Tonnerre).

18Cet ensemble nordique représentait pour les adresses de Prairial 36 textes, soit 6,5 % du total (555). Nous nous proposons d’étendre la recherche aux séries d’adresses consécutives au coup d’État de fructidor an V, et à celles qui suivent l’assassinat des plénipotentiaires de Rastadt (floréal an VII), pour établir une synthèse régionale.

19Pourquoi cet échantillon ? Outre l’opportunité non négligeable qui m’amène à présenter cette communication à Lille, la problématique peut se déployer dans plusieurs directions.

20L’échantillon retenu présente des départements intégrés à différentes périodes dans l’ensemble national ; opposons pour aller vite les deux départements français aux sept départements belges. La fréquence du recours à l’adresse comme moyen d’expression est-elle un indice différentiel entre les deux ensembles ? En est-il de même pour la fréquence d’utilisation de l’expression la Grande Nation ? Ces indices de fréquence sont-ils des indicateurs d’intégration dans l’ensemble national ?

21Le recours à l’expression la Grande Nation est-il variable selon les ensembles régionaux ? Nous possédons quelques indications pour le Sud-Ouest. P. Cheynet notait que le thème de la Grande Nation y était « assez bien représenté » : il donne notamment l’exemple de quatre emplois, mais il faut remarquer que les expressions utilisées sont approximatives ; la Grande République ou le Grand peuple français, mais jamais la Grande Nation. En revanche, l’expression figure bien dans la séquence repérée par J.-Y. Guiomar, et il note que les hautes fréquences se situent dans un arc dont les extrémités sont la Gironde à l’Ouest, le littoral varois à l’Est. J’avais pour ma part relevé la haute fréquence du recours aux adresses dans l’ensemble du Sud-Ouest (111 adresses, soit 20 % du total) pour les journées de Prairial, chiffre qui se situait au-dessus du nombre déjà élevé d’adresses pour Frictidor (66 adresses).

22Il peut être intéressant de comparer cet espace régional qui utilise volontiers l’adresse comme moyen d’expression à l’espace nordique.

23Les quatre séries d’adresses se situent à des moments différents ; y a-t-il des variations d’intensité dans l’utilisation de l’expression la Grande Nation au cours de la séquence chronologique ? P. Cheynet relève un usage approximatif en fructidor an V. Ce n’est que vers l’automne 1797 (donc légèrement après la rédaction des adresses) que l’usage se fixe sur la Grande Nation. J.-Y. Guiomar et moi-même avons relevé une fréquence plus élevée, au moins dans le Sud-Ouest, le Sud-Est et le Centre, au printemps 1799. Logiquement, la plus haute fréquence devrait se situer dans le contexte d’indignation patriotique de floréal an VIL Cette hypothèse d’évolution chronologique est-elle vérifiable pour tous les espaces régionaux ?

24Enfin, il ne faut pas perdre de vue que les circonstances changent, les destinataires des adresses également. Il est logique que les émetteurs ne soient pas les mêmes ; il faut donc les identifier (autorités constituées et/ou associations plus ou moins institutionnalisées de citoyens, fonctionnaires publics ou rédacteurs à titre privé lorsqu’il s’agit d’émetteurs individuels). Pouvons-nous dès lors affirmer que l’un ou l’autre des courants politiques qui s’expriment (républicain-conservateur ou néo-jacobin) ont plus ou moins recours à l’expression la Grande Nation ?

  • 14 Cette analyse a été conduite à partir de la série C des Arch. nat. (C 685, C 686, essentiellement) (...)

25Autant d’hypothèses que je propose de développer à travers l’étude des adresses de l’espace nordique14. Commençons par évaluer la provenance départementale, et la répartition par périodes.

Répartition selon Espace/Temps

Répartition selon Espace/Temps

Émetteurs

Émetteurs

- Le chiffre (...) indique le nombre de signataires des adresses émises par les groupes républicains.
- Le chiffre (...) indique le nombre d’occurrences « la Grande Nation... » dans le texte des adresses prises en compte.

26La répartition spatiale souligne l’importance du Pas-de-Calais, puis du Nord et de l’Aisne ; enfin une ligne de Mons au pays de Liège. Marginalement, les départements les plus silencieux sont certes les départements « flamands » (épicentre de la « Guerre des paysans » sous le second Directoire), mais aussi les Forêts (Luxembourg) et les Ardennes.

27La répartition temporelle souligne l’importance des adresses fructidoriennes, mais aussi secondairement le sursaut néo-jacobin de l’été 1799 et ce, sans que des différences de comportement marquées puissent être relevées entre départements réunis et départements intégrés.

28Concernant les émetteurs, les groupes républicains (cercles constitutionnels, sociétés politiques, associations informelles) font quasiment jeu égal avec les administrations, sans que l’on puisse là non plus relever de comportement bien différencié selon les ensembles départementaux. Nous pouvons simplement noter un plus grand nombre de signataires dans les départements « français ». Dans les départements réunis, et singulièrement dans la partie « flamande », les signataires se concentrent dans les chefs-lieux ; Bruges, Gand, Anvers. Compte tenu du contexte, une bonne part de ces signataires sont des militaires en garnison. Mais, là aussi, il faut corriger par le relatif silence des Forêts et des Ardennes.

29Arrêtons-nous plus longuement, après ces considérations générales, sur les quelques occurrences de « la Grande Nation » dans le texte des adresses : 15 sur 149 (10 %).

30Les occurrences les plus fréquentes (8) sont celles qui lient l’expression « la Grande Nation » au système représentatif : les représentants de la grande nation est l’association qui se rencontre le plus fréquemment. Des expressions très proches peuvent également être relevées ; la représentation d’une nation libre (administration municipale de Louvain) ; les ministres de la Grande Nation (pour désigner les plénipotentiaires assassinés à Rastadt).

31Un deuxième groupe, presqu’aussi important (6 occurrences) renvoie au processus « civilisateur » ; la Grande Nation y est généralement qualifiée de nation généreuse (habitants de la commune de Laon, citoyens de la commune et du canton de Mons), mais on peut aussi trouver le Génie de la Grande Nation (qui se réveille en Prairial ; les républicains de Gand), ou encore l’esprit public de cette grande nation (administration municipale de Montreuil-sur-mer). Mais la référence au processus » civilisateur » est particulièrement nette dans l’adresse des habitants de Cambrai ; « Alors enfin, l’antique Germanie s’empressa de recevoir l’olivier de paix des mains de la Grande, comme de la plus généreuse, des nations ! »

  • 15 L’expression est empruntée à E. Hobsbawm, Nations et nationalismes depuis 1780, Paris, Gallimard, (...)

32On le voit, la grande majorité des occurrences relie l’expression, soit au fonctionnement institutionnel (le système représentatif), soit à la position particulière dans le processus civilisateur universel (projection vers les autres nations). Très peu, finalement, relèvent de l’affirmation de soi, du sentiment que l’on peut qualifier de » proto-nationalisme populaire »15 : trois occurrences. Le cercle constitutionnel de Dunkerque, en faisant référence aux victoires, parle de la gloire indescriptible de la Grande Nation ; les républicains d’Audruicq mentionnent également les triomphes de la Grande Nation ; tandis que les républicains d’Arras évoquent la plus grande des nations. Il est intéressant de relever que ces expressions proviennent d’un secteur géographique bien délimité, et que leurs émetteurs soient plutôt des groupes politiques néo-jacobins. Sinon, pour les autres références, on ne relève pas de différences significatives entre les départements réunis et les départements « français ».

  • 16 B. Gainot, « Révolution, Liberté = Europe des nations ? La sororité conflictuelle », Mélanges Mich (...)

33La connotation « néo-jacobine » de l’expression est toutefois paradoxale, car c’est autour de ce même courant que s’élabore une critique radicale de l’assujettissement des républiques-sœurs à la république française, au cours de l’été 179916.

  • 17 Arch. nat., AD XVIIIa (12), Opinion de P.J. Briot (du Doubs) sur la situation intérieure et extéri (...)

34Le texte de référence est le discours de Pierre-Joseph Briot, prononcé devant le Conseil des Cinq-Cents le 12 fructidor an VII (29 août 1799) sur la situation intérieure et extérieure de la République17. Briot représente le courant néo-jacobin ; son discours veut être la réponse synthétique du Corps législatif aux adresses qui lui sont parvenues depuis les journées des 29-30 Prairial. Cette circulation des textes dans le cadre du système représentatif est le fondement de l’« esprit public », selon les conceptions de l’époque.

35Il faut remarquer d’emblée que le terme de Grande Nation n’apparaît qu’une seule fois dans ce discours de Briot ; nous verrons dans quel contexte. Ce dernier est tout à fait différent de celui de fin 1797-1798, quand la République française était en mesure de s’imposer à l’Europe. La formation de la seconde coalition, et les revers qui l’ont suivi, contraint les républicains à la défensive, et pose même la question de la survie de l’État : la coalition prépare pour la France un plan de partage analogue à celui de la Pologne. La Nation est donc posée en référence à l’État, et plus seulement à la République ; Briot lance un appel à la réconciliation des républicains patriotes et des monarchistes constitutionnels.

36Mais, parallèlement à cette référence historique, le représentant du Doubs souligne que la situation de faiblesse, et donc de péril, dans laquelle se trouve le pays, le territoire, vient essentiellement de la perversion dans l’organisation des pouvoirs. Le titre du rapport de Briot insiste sur le fait que la situation extérieure ne peut être séparée de la situation intérieure ; détachement des citoyens français à l’égard des institutions et revers militaires en Méditerranée ont une seule et même cause : un système d’aristocratie concentrée, une tyrannie à plusieurs têtes. Bref, il s’agit d’absorber la Révolution Française dans un système d’oligarchie. Les codes constitutionnels qui furent imposés aux républiques-sœurs (Romaine, Helvétique, Cisalpine, Batave) sont des codes oligarchiques élaborés à l’étranger pour préparer la voie à une révision constitutionnelle en France, « d’abord dans le plus grand mystère, et ensuite par un coup d’État ».

37Il est possible de voir ici l’indétermination du terme « Nation » ; soit referrée à l’État, et ainsi historicisée (un territoire défini, une masse démographique formidable) ; soit referrée à la République, et donc à un système institutionnel dont les caractères et les principes universalisables se traduisent par une organisation solidaire et néanmoins séparée des pouvoirs.

38Cette organisation n’est-elle qu’un rideau de fumée qui couvre une application particulièrement cynique du droit de conquête ? Briot rappelle que la France avait renoncé solennellement aux conquêtes ; mais il ne faut pas l’accuser trop rapidement d’avoir renoncé aux promesses si judicieuses de la Constituante ; » elle a été forcée de conquérir pour n’être pas conquise [...] de porter au loin la terreur de ses armes, pour assurer la Révolution [...] de redemander, fondé sur le vœu des peuples et l’intérêt de sa sûreté, les limites que la nature a tracées à son territoire ». Ces frontières naturelles, ainsi revendiquées, doivent être conservées intactes, mais il faut instantanément réaffirmer solennellement qu’elles ne pourront plus être dépassées.

39Dès lors, et en nous bornant seulement aux aspects principaux, quelles sont les bases d’un système institutionnel alternatif à l’oligarchie ? (système alternatif que les néo-jacobins appellent la démocratie représentative) :

40Redonner la primauté au Corps législatif, primauté qui est la sienne dans l’interprétation littérale de la Constitution de l’an III.

41Adresser un manifeste aux puissances européennes, pour poser clairement la question de la guerre et de la paix.

42Promettre aux pays alliés des avantages, si la France est contrainte de poursuivre les opérations de guerre contre son principal adversaire : l’Angleterre (en matière de liberté des mers, de liberté commerciale, de profit colonial ; on retrouve les thèmes majeurs de l’ouvrage de Barère précédemment signalé).

43Enfin, une proclamation solennelle de la République (ou des républiques) Italique(s), avec Florence (la patrie de Machiavel) pour capitale ; et c’est à cette occasion que la Grande Nation réapparaît : « Florence deviendra la capitale d’une nation ennemie implacable de l’Autriche, et alliée reconnaissante de la Grande Nation »

  • 18 J.-Y. Guiomar s’interroge sur l’utilisation de l’expression par les néo-jacobins à la fin du Direc (...)

44Certes, il est tout à fait possible de s’en tenir à une version purement opportuniste de ce programme ; l’appel conjoint à l’union nationale en France, et à la proclamation d’une (des) république(s) italique(s) est le sursaut d’une classe dirigeante aux abois, mais qui n’a pas renoncé au droit de conquête, et à ses objectifs de domination en Europe : la référence ultime à la Grande Nation est le révélateur de la poursuite de ces desseins de grandeur. À vrai dire, cette lecture est la plus couramment admise ; Briot anticiperait ainsi le « nationalisme de gauche », le nationalisme jacobin du XIXe siècle18.

45Cette invitation à l’approche comparative a toute sa légitimité, que je ne cherche nullement à contester. Je cherche simplement à lire le discours de Briot, discours réellement anticipateur, comme porteur d’une culture politique contestataire que le coup d’État de Brumaire est venu recouvrir et disqualifier. C’est un discours autocritique : Briot admet que les impératifs de la « défense républicaine » ont amené dans le passé les démocrates à justifier une perversion des institutions (le recours à l’institution militaire comme régulateur ultime des conflits d’ordre constitutionnel) qui fut la matrice du système oligarchique. Cette perversion a conduit à « dépopulariser » la République dans son ensemble, à multiplier les mécontents et les indifférents sur le territoire national, les soulèvements armés chez nos voisins ; de telle sorte que les vrais républicains sont réduits à n’apparaître que comme « une minorité factieuse en opposition au vœu national », et que la masse des mécontents est devenue une « masse nationale ».

46La référence à la Grande Nation apparaît dans son usage comme strictement complémentaire de l’usage de « République », ou de « Constitution » ; à l’origine, une association politique constituante du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Puis une dérive oligarchique, dans laquelle l’emploi des mots a servi à masquer des pratiques tyranniques (pratiques qui relèvent de la responsabilité première de l’exécutif). Enfin, l’espoir que la crise permettra une refondation conjointe de la République et de la Grande Nation.

  • 19 B. Gainot, « I rapporti franco-italiani nel 1799 : tra confederazione democratica e congiura polit (...)
  • 20 A.-M. Rao, Esuli. L’emigrazionepolitica italiana in Francia (1792-1802), Naples, Guida Editori, 19 (...)

47Si on met entre parenthèses cet objectif utopique (et ambigu : la Grande Nation chez Briot renvoie à la fois à une antériorité dans le processus historique, et à un argument démographique, effectivement lourd de potentialités impériales), pour nous en tenir à la phase purement critique, de dénonciation du système oligarchique, force est de constater que Briot n’est que le porte-parole d’un courant plus vaste, s’exprimant notamment dans la presse démocrate, et de façon très minoritaire dans les adresses de l’été 1799, à travers la revendication d’une fédération européenne des peuples19. La genèse et les vecteurs de ce programme alternatif restent à faire ; j’ai émis l’hypothèse du rôle central joué par les patriotes italiens réfugiés en France20. Cette hypothèse n’épuise pas la question des relais locaux.

  • 21 J. Godechot, « Nation, Patrie, nationalisme et patriotisme en France au XVIIIe siècle », Annales h (...)
  • 22 O. Blanc, La dernière lettre. Prisons et condamnés de la Révolution, Paris, Editions Robert Laffon (...)

48Il reste enfin à mettre en valeur le fait que Briot a conscience de la polysémie dans l’usage qu’il fait du terme « nation ». Polysémie qui a été soulignée plusieurs fois pour cette fin du XVIIIe siècle, notamment par Godechot et Suratteau21, mais qui n’existe pas dans l’utilisation de l’expression la Grande Nation : cette dernière est employée essentiellement en référence à une temporalité. Lorsque les usages du déterminant nation, national se référent à l’espace, et à la communauté qui s’organise dans cet espace, dans ce territoire, ils renvoient à un type de contrat politique différent. Les monarchistes constitutionnels peuvent se retrouver dans cette forme d’association nationale ; de même que l’usage du terme patrie n’est pas l’apanage exclusif des héritiers du courant révolutionnaire patriote des débuts de la Révolution22.

  • 23 Ch. de Lacretelle (l’article est signé Lacretelle le jeune) : « A quoi nous sert-il de faire une r (...)
  • 24 Idem, les termes soulignés l’ont été par nous.

49À titre d’exemple, nous pouvons prendre les articles de l’un des journalistes les plus talentueux du courant monarchiste constitutionnel, Charles de Lacretelle, publiés dans le journal Les nouvelles politiques. À la fin de l’année 1796, Lacretelle s’interroge sur la politique italienne du Directoire, et il met en garde ce dernier contre le projet de « républicanisation » de la péninsule, qui ne peut conduire qu’à la guerre perpétuelle. Mais il admet la prise de gages territoriaux, l’usage du droit de conquête au profit de la nation française, pour établir un équilibre européen qui assure la paix continentale : « Eh ! Quelle paix sera possible si vous ne vous servez pas d’une partie de vos conquêtes, pour en garantir d’autres, plus importantes pour la sûreté et la prospérité nationales [...] »23. En d’autres termes, de façon prémonitoire puisque l’expression n’est pas encore cristallisée lorsque Lacretelle rédige son article, il veut démontrer que la formation de la Grande Nation est nocive pour les intérêts nationaux de la France. « Osez donc ouvrir une nouvelle campagne, ordonnez de nouvelle levées d’hommes ; levez, imaginez des contributions presque égales à notre revenu ; laissez languir sans paiement, expirer de misère la foule de vos créanciers et tous les fonctionnaires publics ; et dites à l’Europe, dites à la nation française que l’objet de tous ces mouvements est d’établir en Italie une république indépendante [...] »24.

  • 25 Mémoires historiques et diplomatiques de Barthélémy, depuis le 14 juillet jusqu’au 30 prairail an V (...)
  • 26 Ch. de Lacretelle, op. cit.
  • 27 Mémoires de Barthélemy, op. cit., p. 145.

50Plus explicitement, au sein du même courant politique, la référence à la Grande Nation se décline sur le mode ironique dans les Mémoires de l’ex-directeur Barthélémy, plaidoyer pro-domo, selon les canons du genre, mais pratiquement contemporain du discours de Briot, ce qui apporte un autre éclairage à la déconstruction de l’édifice directorial. Il présente ainsi les événements qui ont conduit à la proclamation de la République Helvétique en 1798 : « Ainsi, voilà la Grande Nation qui soulève un parti de patriotes mécontents dans le canton de Berne, et qui ravit à tout le reste du peuple le premier de ses droits, l’indépendance […]25. L’expression apparaît toujours dans la bouche des agents de Reubell et de Merlin, pour mieux faire ressortir son côté mystificateur. Chez Barthélémy comme chez Lacretelle, la « vraie liberté » est la liberté enracinée, produit des siècles passés ; elle rend dérisoire la liberté « nouvelle », produit du système représentatif imposé par la force des baïonnettes. Selon Lacretelle, « Genève connaissait la liberté ; longtemps, elle avait présenté la physionomie d’une démocratie sans orages ; Genève avait des mœurs pures, une grande prospérité, beaucoup de lumières ; elle était la patrie des grands hommes. Genève a suivi les mouvements de notre révolution et aujourd’hui, l’anarchie désole encore ses murs, après que nous sommes parvenus à la repousser des nôtres [...] »26. Deux ans plus tard, Barthélémy considère que les cantons suisses du Haut-Valais, en révolte contre l’occupation française, qui pratiquent la « démocratie pure », sont le dernier refuge de la démocratie en Europe, en 1798 : « Schauenbourg continua ses exploits contre ces troupes démocrates ; elles furent hachées, offrant à l’Histoire l’étrange spectacle des troupes de la République Française massacrant en Europe les restes constitués de la démocratie »27.

51Revenons maintenant au discours de Briot. Les deux usages de la Nation, institutionnel et territorial, sont simultanés sans être confondus, même si les deux impliquent l’existence d’un contrat d’association (c’est la référence centrale au code constitutionnel) ; la Grande Nation apparaît dans l’hypothèse d’un contrat d’alliance de type nouveau entre peuples souverains, mais n’implique pas obligatoirement la projection vers l’extérieur de la conscience exclusive de sa grandeur par le porte-parole institutionnalisé du groupe qui l’énonce. Mais toute la question, à laquelle le cours des événements ne permit pas de répondre, est de savoir si une République Italique en voie de constitution, une République Batave ou une République Helvétique régénérées pourraient avoir droit à leur tour au titre de Grande Nation...

52L’expression la Grande Nation est donc à la fois indéterminée et fortement contextualisée.

  • 28 J.-R. Suratteau, L’idée nationale..., op. cit., Paris, PUF, 1972, p. 70-71.

53Elle est indéterminée, car elle n’a pas de référents précis. En tous cas, il serait extrêmement réducteur d’en faire la pure et simple manifestation d’une conscience de soi dominatrice, la formule-clef d’un discours à usage interne, précurseur des grandes poussées nationalistes de la fin du XIXe siècle et du XXe siècle. Indétermination dont Jean-René Suratteau précisait bien la fonction ; « forger la conscience des diverses nationalités en devenir »28.

54La formule paraît donc au premier abord inséparable du messianisme révolutionnaire. Elle se cristallise néanmoins au temps de la République constitutionnelle, et c’est à mon avis la contradiction la plus forte. Le message est formulé aux marges de l’Europe révolutionnée, pour appeler les peuples asservis par les empires à entrer dans une confédération politique nouvelle de nations souveraines ; mais le diffuseur du message est l’institution militaire, émanation du pouvoir exécutif, tandis que la constitution d’un peuple en nation est inséparable de la réunion d’un Corps législatif. Soustraire les affaires extérieures de la loi commune pour en faire un domaine réservé de l’exécutif, c’est l’indice d’une perversion des institutions républicaines, annonciatrice de tendances oligarchiques, puis de l’usurpation impériale (usurpation des prérogatives de la Nation par le gouvernement). L’inflation de l’expression au temps du second Directoire ne peut masquer longtemps la contradiction entre les pratiques et les principes ; les défenseurs du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes constatent celle-ci sur le registre de l’indignation, mais se divisent sur le modèle d’association à proposer aux nations républicanisées. Ce qui permet aux tenants de l’équilibre traditionnel des puissances de liquider tranquillement une expression dont ils n’ont fait qu’un usage conjoncturel.

55Il est possible toutefois de relever que cet usage ainsi défini, coexiste avec un usage plus traditionnel qui se réfère à l’espace territorial et à l’administration de cet espace par les rouages de l’État. Toutefois, ni chez les dirigeants, ni dans les cadres politiques intermédiaires (tels que les administrateurs locaux, les adhérents des sociétés politiques, les journalistes), ni à plus forte raison dans les populations locales, l’identification de la Nation à l’État n’est encore pleinement réalisée en cette extrême fin du XVIIIe siècle. De même, les référents majeurs de la Nation ne sont pas encore parfaitement hiérarchisés. Le sont-ils plus nettement aujourd’hui ?

Répartition spatiale des flux d’adresses (fructidor an V - fructidor an VII). (B. Gainot)

Répartition spatiale des flux d’adresses (fructidor an V - fructidor an VII). (B. Gainot)

Les émetteurs des flux d’adresses (fructidor an V – fructidor an VII). (Atlas de ta Révolution française, fasc. 6 : les sociétés politiques, p. 73)

Les émetteurs des flux d’adresses (fructidor an V – fructidor an VII). (Atlas de ta Révolution française, fasc. 6 : les sociétés politiques, p. 73)

Origines des adresses référencées « la Grande Nation » (fructidor an V - fructidor an VII). (B. Gainot)

Origines des adresses référencées « la Grande Nation » (fructidor an V - fructidor an VII). (B. Gainot)

Notes

1 J.-Y. Guiomar, « Histoire et significations de « la Grande nation » (août 1797–automne 1799). Problèmes d’interprétation », Du Directoire au Consulat. Le lien politique local dans la Grande Nation, sous la direction de Jacques Bernet, Jean-Pierre Jessenne, Hervé Leuwers, Lille, Centre de recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 1999.

2 H. Leuwers, Merlin de Douai, un juriste en politique (1754-1838), Arras, Artois Presses Université, 1996.

3 E. Siéyès, « Qu’est-ce que le Tiers-Etat ? » Janvier 1789, réédition Œuvres de Siéyès, annotées par M. Dorigny, EDHIS, 1989, 3 volumes.

4 R. Koselleck, L’expérience de l’Histoire, Paris, Seuil-Gallimard, 1998. Néanmoins, la perspective développée par Koselleck, selon laquelle le devenir de l’empire (bund) est la formation d’une constellation (fédération) d’Etats républicains jouissant de droits constitutionnels égalitaires, est fortement contestée par B. Kriegel, Philosophie de la République, Paris, Plon, 1998.

5 Le Publiciste, no du 26 prairial an VI (15 juin 1798).

6 H. Laurens, « Bonaparte, l’Orient et la Grande Nation », Annales historiques de la Révolution française, 1988, p. 289-301 ; A. Mathiez, « Origine de l’expression "la Grande Nation" », Annales historiques de la Révolution française, 1929, p. 290.

7 H. Laurens, Le royaume impossible : la France et la genèse du monde arabe, Paris, Armand Colin, 1990.

8 Le Publiciste, op. cit.

9 Le Conservateur, journal politique, littéraire, et philosophique, par les citoyens Daunou, Garat, Chénier, Bibl. nat., 8° Lc2 967 (prospectus, 1er jour complémentaire de l’an V, 17 septembre 1797). Les termes soulignés l’ont été par nous.

10 Correspondance des représentants du peuple Stévenotte (de Sambre-et-Meuse), Dessaix (du Mont-Blanc), Dethier (de l’Ourthe), et de plusieurs autres députés avec leurs commettants, 1er vendémiaire an VII (22 septembre 1798).

11 Idem, no 15 (15 vendémiaire an VII, 6 octobre 1798 ; correspondance de Milan) et no 16 (16 vendémiaire an VII, 7 octobre 1798 ; correspondance de Paris).

12 Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Paris, Garnier-Flammarion, 1988 ; Volney, « Les ruines », Œuvres complètes, tome II, Paris, 1826.

13 P.D. Cheynet, « Les départements d’Aquitaine et le coup d’Etat du dix-huit fructidor an V », Plaisirs d’archives, Recueil offert à Danièle Neirinck, Laval, imprimerie de la Manutention, 1997, p. 429-487 ; J. Waquet, « Géographie d’une indignation : l’attentat de Rastadt et l’opinion en France (floréal-prairial an VII) d’après les adresses aux pouvoirs publics », Actes du Congrès national des sociétés savantes, Bordeaux, 1979, tome II, p. 501-517 ; B. Gainot, « Les adresses de félicitations parvenues au Corps Législatif pour les journées des 29-30 prairial an VII », Annales historiques de la Révolution française, 1988, p. 265-288.

14 Cette analyse a été conduite à partir de la série C des Arch. nat. (C 685, C 686, essentiellement), mais aussi de la série AF III (Elections, adresses et pétitions) : Aisne : AF III 211 (2) dossier 265 ; Ardennes : AF III 214 (1) dossier 970 ; Dyle : AF III 225 (2) ; Escaut : AF III 226 ; Jemmapes : AF III 238 dossier 1019 ; Lys : AF III 244 dossier 1034 ; Deux-Nèthes : AF III 250 dossier 1049 ; Nord : AF III 252 dossier 1052 ; Pas-de-Calais : AF III 254 dossier 1057 ; Ourthe : AF III 253 dossier 72 ; Sambre-et-Meuse : AF III 257 dossier 1067.

15 L’expression est empruntée à E. Hobsbawm, Nations et nationalismes depuis 1780, Paris, Gallimard, 1990, chap. II.

16 B. Gainot, « Révolution, Liberté = Europe des nations ? La sororité conflictuelle », Mélanges Michel Vovelle, Société des Etudes Robespierristes, 1997, p. 457 – 468.

17 Arch. nat., AD XVIIIa (12), Opinion de P.J. Briot (du Doubs) sur la situation intérieure et extérieure de la République, 12 fructidor an VII.

18 J.-Y. Guiomar s’interroge sur l’utilisation de l’expression par les néo-jacobins à la fin du Directoire ; « n’y a-t-il pas là une anticipation du nationalisme de gauche entre 1815 et 1848 ? ». C’est effectivement un chantier absolument essentiel, même si l’expression « nationalisme de gauche » demande à être problématisée.

19 B. Gainot, « I rapporti franco-italiani nel 1799 : tra confederazione democratica e congiura politico-militare », Società e storia, no 76, 1997, p. 345 376.

20 A.-M. Rao, Esuli. L’emigrazionepolitica italiana in Francia (1792-1802), Naples, Guida Editori, 1992.

21 J. Godechot, « Nation, Patrie, nationalisme et patriotisme en France au XVIIIe siècle », Annales historiques de la Révolution française, 1971, p. 481 ; J.-R. Suratteau, L’idée nationale de la Révolution à nos jours, Paris, 1972 et du même, « Nation/Nationalité », Dictionnaire historique de la révolution Française, Paris, PUF, 1989, p. 781-783 ; J.-Y. Guiomar, L’idéologie nationale : Nation, représentation, propriété, Paris, 1974.

22 O. Blanc, La dernière lettre. Prisons et condamnés de la Révolution, Paris, Editions Robert Laffont, 1984.

23 Ch. de Lacretelle (l’article est signé Lacretelle le jeune) : « A quoi nous sert-il de faire une révolution en Italie ? », Nouvelles politiques, 16 brumaire an V (6 novembre 1796).

24 Idem, les termes soulignés l’ont été par nous.

25 Mémoires historiques et diplomatiques de Barthélémy, depuis le 14 juillet jusqu’au 30 prairail an VII, Paris, s. d., p. 126.

26 Ch. de Lacretelle, op. cit.

27 Mémoires de Barthélemy, op. cit., p. 145.

28 J.-R. Suratteau, L’idée nationale..., op. cit., Paris, PUF, 1972, p. 70-71.

Table des illustrations

Titre Répartition selon Espace/Temps
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1721/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Émetteurs
Légende - Le chiffre (...) indique le nombre de signataires des adresses émises par les groupes républicains.- Le chiffre (...) indique le nombre d’occurrences « la Grande Nation... » dans le texte des adresses prises en compte.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1721/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Répartition spatiale des flux d’adresses (fructidor an V - fructidor an VII). (B. Gainot)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1721/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Les émetteurs des flux d’adresses (fructidor an V – fructidor an VII). (Atlas de ta Révolution française, fasc. 6 : les sociétés politiques, p. 73)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1721/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Origines des adresses référencées « la Grande Nation » (fructidor an V - fructidor an VII). (B. Gainot)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1721/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

Auteur

Université Paris I - Panthéon - Sorbonne

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540