Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Première partie. Quelle Grande Nation

La Grande Nation, est-ce encore la Nation ?

Jean-Yves Guiomar

Texte intégral

  • 1 Voir dans Du Directoire au Consulat. 1. Le lien politique local dans la Grande Nation, dir. J. Ber (...)

1Ce texte est moins une communication en bonne et due forme qu’une mise au point concernant quelques-unes des questions que j’avais posées dans mon rapport sur la Grande Nation pour la table ronde de Valenciennes1.

  • 2 Le rapport n’avait utilisé que la réimpression.

2Cette mise au point s’appuie sur des sources plus étendues que celles du rapport, en particulier la lecture de l’édition intégrale du Moniteur entre mai 1797 et novembre 17992, ainsi que la consultation du Courrier de l’armée d’Italie (publié à partir de juillet 1797 à Milan et d’abord dirigé par Jullien de Paris) et du Conservateur (lancé en septembre 1797 par Daunou, Chénier et Garat), pour les années 1797-1798.

3À partir de ce corpus, je ferai le point sur la fortune de (expression « la grande nation », puis développerai une série de remarques quant à sa signification et sa fonction.

4Mais d’abord, je voudrais insister sur la différence entre l’approche que j’ai proposée, centrée sur l’étude de l’expression, et celle de Godechot, qui traite la Grande Nation comme une réalité, celle de la France et des territoires annexés ou transformés en républiques-sœurs.

5Plus j’avance dans mon analyse, plus je trouve que l’approche de Godechot est critiquable. Son livre sur La Grande Nation demeure certes très utile par la série d’études comparatives qu’il fait, mais il ne nous apprend pas ce qu’est la Grande Nation. Est-elle une réalité par la conscience que ses membres en ont – et quels sont ces membres –, réalité que des attitudes illustrent et concrétisent ? Et cette conscience, est-elle politique, idéologique, sociale, culturelle ? Ou bien la Grande Nation est-elle une représentation, un modèle idéal destiné à parachever la nation devenue en France en 1789 un être politique, par une nouvelle conception et une nouvelle pratique des rapports entre les peuples dans l’espace élargi de la domination française ?

6Que l’on parte de l’idée de réalité socio-politique « sur le terrain » ou de celle de représentation visant à saisir intellectuellement et à organiser un espace, c’est ce type de questions que l’approche de Godechot appelle. Mais pour ma part, je ne crois pas que la Grande Nation soit une réalité susceptible d’être repérée sur le terrain, s’incarnant dans des faits, et pas davantage une représentation à partir de laquelle s’initierait un processus de prise de conscience d’une unité collective, politique ou autre. Tout ce que j’ai lu me renforce dans la conviction que « la Grande Nation » n’est rien d’autre qu’une expression hyperbolique, un slogan quasiment publicitaire, un produit de « marketing » politique, un label aussi rapidement apparu que disparu, ayant eu à un moment précis du Directoire un grand succès avant d’être abandonné quand il devint inutile pour ses promoteurs.

7Une correction à ce jugement abrupt s’impose : ce slogan a servi à Bonaparte, en une phase cruciale de son ascension, phase qui correspond au moment où précisément était en train de disparaître ce que la nation avait signifié depuis 1789, à savoir la souveraineté du peuple. La promotion de la Grande Nation, c’est le signe de la disparition de la nation en tant que clef de voûte de la Révolution politique.

  • 3 Au chapitre I, Sieyès écrit que l’ordre noble a des privilèges, « des droits séparés des droits du (...)
  • 4 Le Moniteur universel du 18 floréal an V (7 mai 1797).

8Maintenant, reprenons la chronologie relative à l’expression. Sieyès utilise l’expression la grande nation dès 1789, dans sa brochure Qu’est-ce que le tiers-état ?, mais en un sens qui n’a rien à voir avec celui qu’il prendra en 17973. Personne d’ailleurs ne la reprend alors. Plus significatif est le fait que le 30 avril 1797, annonce est faite aux Cinq-Cents des préliminaires de paix de Leoben, du 18 avril. Jean Debry propose que ce jour soit une fête annuelle de la paix. « Quelle que soit la différence des usages, des opinions, des idiomes, des gouvernements (soyez-en sûrs), pénétrés d’admiration, Espagnols, Prussiens, Allemands, Sardes, Italiens, tous s’écrieront : Respublica florebit et manebit, la République est inébranlable, la grande Nation est immortelle4 ». Il ajoute qu’il ne reste en Europe qu’une seule nation (l’Angleterre) pour que la paix soit totale. L’impression de son discours est votée. Ici, c’est bien le sens que l’expression va avoir peu après.

9Mais il faudra attendre que Bonaparte la fasse sienne pour qu’elle se répande, ce qui en dit long quant à son ascendant sur l’opinion dès ce moment. Je ne reviens pas sur ce que j’ai dit l’an dernier sur la manière dont elle s’est installée. Apparue dans une lettre de Bonaparte au Directoire du 1er août 1797, elle est lancée en grande pompe à Paris le 10 brumaire an VI (31 octobre 1797) lors de la réception de Monge et Berthier par le Directoire auquel ils apportent le traité de Campo-Formio, puis plus solennellement lors de la réception de Bonaparte par le Directoire le 10 décembre 1797.

10Une précision qui confirme la liaison de l’expression avec Bonaparte : à part la fameuse lettre du 1er août, que le Courrier de l’armée d’Italie publie le 3, la première occurrence de « la grande nation » que l’on trouve dans ce journal de Milan est en date du 20 vendémiaire (11 octobre 1797) : « Les Polonais arrivent en foule sous le drapeau de la grande Nation, titre vainement contesté aux vainqueurs des rois, à ceux qui ont commandé l’admiration de l’Europe, et dont les destinées doivent influer aujourd’hui sur les destinées du monde ». Chose rarissime : le journal fait allusion aux résistances qu’a rencontrées l’expression. Il est dommage qu’il ne soit pas plus précis. Puis, à Paris cette fois, le Conservateur, le 4 vendémiaire (25 septembre 1797), publie deux proclamations de Bonaparte où figure l’expression, et le 1er brumaire (21 octobre), le journal la reprend à son compte, en écrivant : « La gloire des généraux de la Grande Nation n’est pas de savoir vaincre, c’est d’être les généraux d’une armée qui sait vaincre. » Ce qui n’est pas mal vu : l’auteur de l’article tente de dissocier Bonaparte de la Grande Nation, signe que la liaison entre les deux est perçue et jugée préoccupante. Le 21 octobre, c’est dix jours avant la réception de Monge et Berthier : venue d’Italie, l’expression commence à faire son chemin à Paris.

  • 5 Faute d’exhaustivité de toute façon impossible, du moins mon corpus provient-il de sources homogèn (...)

11Concernant la fortune de l’expression en 1798, la lecture de l’édition intégrale du Moniteur ne m’amène pas à modifier ce que j’ai dit l’an dernier, sinon que, bien entendu, j’ai trouvé beaucoup plus d’occurrences que dans la réimpression. Au total, mes lectures m’ont fourni 118 occurrences de l’expression, dont 22 pour l’année 1797, 71 pour 1798 et 25 pour 1799. Une lecture exhaustive des sources documentaires en livrerait évidemment bien davantage5.

  • 6 Voir mon rapport pour la table ronde de Valenciennes.

12Concernant la fin de la carrière de l’expression, j’ai en revanche des correctifs à apporter. À partir de mes lectures de l’an dernier, j’avais conclu que l’expression avait reçu une atteinte décisive suite à l’attentat de Rastadt, et que son acte de décès avait été dressé dans le Journal des hommes libres le 5 brumaire an VIII (27 octobre 1799)6. Or la lecture du Moniteur complet montre un retour de l’expression en septembre-octobre 1799, brève flambée certes, qui n’invalide pas mon constat antérieur, mais qu’il est intéressant de relever.

  • 7 Le Moniteur universel, numéro du 1er vendémiaire an VIII.

13C’est ainsi que le 22 septembre, aux Cinq-Cents, Garrau, qui se déclare en plein accord avec Briot et Eschassériaux, s’élève avec véhémence contre toute idée de paix avec retour aux anciennes limites : « Hâtons-nous, représentants du peuple, de rassurer la grande nation sur la possibilité de toute transaction honteuse et indigne d’elle. » Une semaine plus tard, le 29 septembre, les directeurs annoncent par un message aux Cinq-Cents que Masséna a été victorieux à Zurich les 25 et 26, et Eschassériaux lance : » Comptez les ressources immenses encore de la grande nation, son inflexibilité dans la défense de sa liberté, et les effets terribles de sa vengeance. » Lui aussi veut une paix « digne de la grande nation »7. Enfin, dans le numéro du Moniteur du 14 vendémiaire an VIII (6 octobre 1799), la victoire de Bonaparte lors de la seconde bataille d’Aboukir est connue en France et déclenche l’enthousiasme aux Cinq-Cents. Carret (du Rhin) s’écrie : « Que la gratitude de la grande nation soit immortelle comme la gloire, armée d’Orient. »

14Je ne sais pas à quel courant appartenait Carret, mais pour les autres il est clair qu’il s’agit des néo-jacobins, dont on sait la fidélité à la Grande Nation, et qui ne peuvent qu’être soulagés par les victoires de l’automne en Suisse (et en République batave contre la tentative de débarquement anglo-hollandaise). Quant à la nouvelle d’Aboukir, elle ne peut que les rassurer puisqu’ils sont convaincus que le Directoire avait « déporté » Bonaparte en Égypte, que la France, dans l’été de 1799, était sans nouvelles de lui et que certains le croyaient mort.

  • 8 Sur cette chronologie, voir Boulay de la Meurthe, « Le Directoire et l’expédition d’Égypte », Revu (...)

15Ce bref retour de flamme de la Grande Nation à ce moment précis a quelque chose de particulièrement ironique, puisque c’est dans le même numéro du Moniteur du 14 vendémiaire, où il est question de la victoire d’Aboukir, que commence la publication d’une longue série de textes concernant l’Égypte, qui va se poursuivre chaque jour jusqu’au 25 vendémiaire, jour où Bonaparte arrive à Paris. La lettre de Bonaparte, datée du 28 juillet et arrivée à Marseille le 25 septembre8 en même temps qu’une série de rapports de Berthier, qui sont les textes que le Moniteur publie, a un objectif précis : masquer l’échec de Bonaparte devant Saint-Jean-d’Acre et transformer en expédition victorieuse (avec retour triomphal au Caire) ce qui était bel et bien une défaite, à quoi s’ajoutait que Bonaparte avait quitté son armée sans ordre du Directoire. Les publications du Moniteur du 14 au 25 vendémiaire ont donc pour fonction de prévenir toute attaque contre Bonaparte et de préparer le terrain de son arrivée à Paris (il a débarqué à Fréjus le 17 vendémiaire), avec l’objectif que l’on sait, donc en contradiction totale avec les aspirations des néo-jacobins thuriféraires de la Grande Nation.

  • 9 Voir le rapport pour la table ronde de Valenciennes.

16Ce dernier retour de « la grande nation » dans le langage politique est donc rendu cruellement significatif par la conjoncture. On doit cependant noter que tous les néo-jacobins ne s’expriment pas dans la même tonalité. Le ton très combatif, offensif même, de Briot en août, de Garrau et Eschassériaux en septembre contraste avec l’amertume brûlante de V. Roho dans son article du Journal des hommes libres du 27 octobre9. Mais y a-t-il de réelles divergences ou nuances entre les néo-jacobins sur ce plan ? Il faudrait une analyse fine pour en décider, et j’ignore si les sources la rendraient possible.

17Un dernier mot sur la fin de l’utilisation de l’expression : au cours du débat qui a suivi la présente intervention, Bernard Gainot a signalé qu’elle avait de nouveau été utilisée au moment de Marengo. J’ai consulté le tome VI (1860) de la Correspondance de Napoléon pour la période allant de mars à fin août 1800, et je n’ai rien trouvé. Il y est plusieurs fois question de « la nation française », de « la France », du « peuple français », mais pas de « la grande nation ». Plusieurs proclamations auraient pourtant pu, vu leur ton, s’y référer. Deux textes sont remarquables : le 6 juin, un ordre du jour parle des » insensés qui osent insulter le territoire d’un grand peuple » et, plus significativement encore, un Bulletin de l’armée de réserve du 18 juin déclare que malgré l’Angleterre « la Belgique fera partie du territoire du grand peuple ».

18La consultation du Moniteur entre mars et juillet 1800 m’a fourni une occurrence de « la grande nation ». Le numéro du 26 messidor an VIII (14 juillet 1800) évoque une communication extraordinaire, datée du 3 juillet et signée Bossi et Pareto, du gouvernement au peuple ligurien, où on lit : « Les armes de la grande nation viennent de rendre l’existence à la république ligurienne. » Mais plusieurs fois, dans le journal, il est question du « premier consul de la première nation » (l’administration provisoire de Milan, no du 21 prairial), du « peuple français qui a mérité d’être appelé le grand peuple » (Portiez au Tribunat, le 3 messidor, à l’occasion de la mort de Desaix, no du 5 messidor). Lucien Bonaparte, le 25 messidor, parle du « premier peuple de la terre [...], Français, portons avec orgueil le nom du grand peuple » (Moniteur du 27 messidor).

19Je suis donc porté à conclure que l’utilisation de l’expression qui nous occupe ici n’a plus alors qu’un usage résiduel (à noter que l’unique emploi que j’en ai trouvé est dans la bouche d’Italiens), et tout cela donne l’impression que les intervenants s’ingénient à ne pas y recourir. Ne serait-ce pas que « la grande nation » n’a plus l’heure de plaire au maître ? Elle semble remplacée par « le grand peuple » ou « la première nation ». C’est très voisin, mais ce n’est pas tout à fait la même chose ; il y a comme un resserrement nationaliste sur le peuple français seul capable de lutter contre la coalition des monarques d Ancien Régime, tandis que la Grande Nation pouvait impliquer une ouverture des Français prenant la tête d’une communauté de peuples destinés un jour à n’en plus former qu’un seul.

20Toujours au cours du débat, Jacques Bernet s’est demandé s’il était réellement utile de s’interroger sur la fin de l’utilisation de l’expression. Pour en avoir le cœur net, il faudrait suivre son histoire au cours du XIXe siècle. Je crois simplement pour ma part qu’elle a effectivement achevé sa carrière active en 1799, et que, si « le grand peuple » est l’un de ses avatars, la Révolution française, à cet égard, se termine sur un incontestable mélange d’orgueil et de vanité de la part de ses dirigeants, un net sentiment de supériorité sur les autres peuples, ce qui pourrait être l’une des origines idéologiques de la si fameuse « exception française ».

21Une autre question posée par mon rapport de Valenciennes était : qui fait partie de la Grande Nation ? La réponse ne laisse aucun doute, il s’agit de la France et des Français. Inutile d’accumuler les citations montrant que les territoires annexés et les républiques-sœurs sont conviés – avec un accent de paternalisme volontiers condescendant voire menaçant (soyez digne de l’honneur qu’on vous fait, que faites-vous pour le mériter ?, la Grande Nation sait se venger des outrages, etc.) – à s’intégrer à la Grande Nation, mais les territoires acquis ou dominés et les populations intégrées n’ont pas grandi la nation : la Grande Nation n’est pas grande parce qu’elle s’est quantitativement agrandie, mais parce que ses accroissements sont la sanction normale et le témoignage visible de sa grandeur substantielle, que des accidents ne sauraient que confirmer et illustrer.

22Il est cependant un texte qui mérite d’être cité, notamment parce qu’il est l’une des rares occurrences où l’expression s’accompagne d’un début de commentaire. Le Moniteur du 27 nivôse an VII (17 janvier 1799) publie une lettre de Turin d’un Piémontais à un correspondant inconnu : « Vive la liberté ! reconnaissance éternelle à la Grande-Nation ! À propos de Grande-Nation, crois-tu que nous aurons le bonheur d’en faire partie intégrante ? que le Piémont sera réuni à la France ? [...] Le Piémontais est plus fait pour être français que pour être italien » (à cause du poids de la religiosité en Italie).

23Plus intéressant encore à propos de ces raisons, le Moniteur du 8 ventôse (26 février) publie le procès-verbal de la séance du gouvernement provisoire de Turin qui a voté la réunion à la France, et les raisons avancées par la commission préparatoire : 1) L’insuffisance du gouvernement qui régit en ce moment le Piémont ; 2) « Ils cherchent ensuite à démontrer, par des faits historiques, que leur Patrie fit jadis partie des Gaules », évoquent les habitudes de vivre avec les Français, l’usage presque universel du français, des raisons géographiques ; 3) Enfin ils soulignent que l’indépendance serait trop lourde en raison des frais de gouvernement et d’armée.

24Ce passage ne concerne pas directement le problème de la Grande Nation, mais son intérêt tient à ce que parmi les raisons avancées à la réunion du Piémont à la France, il y a des éléments d’ordre historique, géographique, linguistique et culturel-« ethnique ». Or ce sont les ingrédients du principe des nationalités, dont j’estime qu’il fait son apparition, mêlé au droit des peuples, beaucoup plus tôt qu’on ne le pense habituellement.

25Tels sont, pour l’essentiel, les compléments et correctifs que mes lectures de l’année 1998 m’ont conduit à apporter à mon rapport de Valenciennes. Je terminerai par une série de remarques.

261. L’expression » la grande nation » ne se rencontre pas dans n’importe quel type de documents. Elle n’apparaît pas dans les débats « sérieux » des Conseils, ni dans les discours qui accompagnent les remises de lettres de créance des ambassadeurs. Est-elle employée dans les relations entre individus, comme la conversation ou la correspondance privées ? On vient de voir la lettre d’un Turinois, mais est-ce une vraie lettre ? En revanche, on la trouve dans les lettres de Trouvé à La Réveillière-Lépeaux (en annexe à la fin des Mémoires de ce dernier). Mais est-ce courant ? D’après mes lectures, c’est essentiellement une expression d’adresses, de proclamations, de discours solennels. Une expression de tribune et de tribuns. Elle fait partie du discours public, mais non du registre officiel. C’est une pièce de la rhétorique révolutionnaire, dont on sait qu’elle ne lésine pas sur l’emphase.

  • 10 Avec cette précision que ces fêtes n’en sont peut-être pas vraiment : le Conservateur du 5 nivôse (...)

27Cela n’est pas sans intérêt eu égard à l’accent mis par les tables rondes consacrées au Directoire sur l’analyse à la base, dans le peuple et chez les acteurs locaux de la Révolution. « La grande nation » est-elle une expression qui s’est enracinée dans les réalités locales ? Je serais tenté de répondre non, sinon par imitation des fêtes qu’organise à foison le pouvoir central10, mais seule l’enquête sur le terrain peut en décider.

28De la nation à la Grande Nation, on change d’échelle mais, plus encore, de nature. La nation, c’est quelque chose qui se lie à la souveraineté du peuple, aux élections, aux rapports entre la représentation nationale et l’exécutif, toutes choses qui font l’objet de débats réels et sont l’objet de réflexion et de pratiques politiques dans le corps social. Y a-t-il quelque chose de comparable quant à la Grande Nation ? Entraîne-t-elle, en dehors des cérémonies, une pratique quelconque ? Est-ce une notion créatrice ? A ces questions, pour ma part je réponds non. À la base, le peuple français et les autres peuples entraînés dans son destin par la Révolution conquérante et victorieuse ne peuvent que s’incliner, avec reconnaissance, respect ou crainte, devant cette sorte de déesse offerte à l’admiration la plus hyperbolique qui soit. Pour Bonaparte, décerner à la France (et à son armée) le titre de « la grande nation », c’est comme décerner des sabres d’honneur. Il y a là de la récompense, un art de flatter ceux qu’on domine, en leur distribuant des attributs qui puissent leur donner à penser qu’ils sont partie prenante dans la domination qu’ils subissent. Quoi d’étonnant alors, si « la grande nation » ne peut offrir aux citoyens quelque chose qu’ils puissent s’approprier réellement, qui leur servirait dans la construction du lien social ?

  • 11 L’importance de ces initiatives de Bonaparte a été bien mise en valeur par G. Ferrero dans son Bon (...)

292. Serrer de près la chronologie et la conjoncture correspondant à l’apparition de l’expression est fascinant. Elle apparaît chez Bonaparte fin juillet 1797, elle est lancée à Paris fin septembre. Court moment, mais combien riche en événements décisifs pour la suite de l’histoire ! Depuis la signature des préliminaires de Leoben en avril, Bonaparte s’est installé à Mombello, près de Milan, où il règne sur une véritable cour de Français et de patriotes italiens. C’est le moment où il décide qu’il ne sera plus jamais l’instrument des directeurs. Il leur a imposé Leoben (ce qui l’a sorti d’une situation pour le moins scabreuse), comme il s’apprête à leur faire avaler Campo-Formio. Il a créé la République cisalpine à laquelle il donne ses institutions et dont il nomme les représentants et les dirigeants11. C’est le 9 juillet 1797 que la Cisalpine a été solennellement célébrée dans une grandiose fête au Champde-mars de Milan. Trois semaines après, « la grande nation » est lancée, alors que Bonaparte a pris Venise et mis un pied dans les îles Ioniennes, donc dans le monde hellénique façonné par Alexandre de Macédoine (auquel il se réfère dans ses proclamations), avec à l’horizon l’Égypte, Constantinople, l’Inde.

  • 12 Le Moniteur universel du 10 messidor an V (28 juin 1797).

30Sur le plan intérieur, la conjoncture n’est pas moins instructive. Le 23 juin, Dumolard, clichyen, a lancé aux Cinq-Cents une forte interpellation, s’étonnant du silence du Directoire exécutif sur la politique française en Italie, l’expédition lancée vers Corfou. Il demande si nous sommes revenus aux temps de Cloots et d’une guerre perpétuelle, et s’indigne de l’immixtion française dans les affaires italiennes12. Il demande que les Cinq-Cents s’occupent de la politique extérieure et qu’une commission soit créée. À noter que cette séance est la dernière, avant la Restauration, où une assemblée représentative française délibère sur la politique extérieure (entre juin 1797 et novembre 1799, il n’y a sur ce terrain que des bribes de débats vite interrompus). Comme on sait, cette interpellation de Dumolard, personnage secondaire qui n’a rien à voir avec un dirigeant de premier plan, a sur Bonaparte – qui a connaissance de son intervention le 30 juin et répond d’abord en envoyant à Paris la déclaration d’indépendance de la Cisalpine – et sur l’armée d’Italie des effets considérables, puisqu’elle est le point de départ du mouvement qui va aboutir au coup d’État de Fructidor en septembre.

  • 13 Une défaite dont ces principes ne commenceront à se remettre qu’après 1871 (à part l’épisode, bref (...)

31Donc, tant sur le plan intérieur que sur celui des rapports entre la France révolutionnaire et l’extérieur, le moment précis où « la grande nation » est lancée est particulièrement important, nouant l’intérieur et l’extérieur d’une façon décisive – politiques intérieure et extérieure n’en font alors à vrai dire plus qu’une –, telle que les deux principes fondamentaux de la Révolution française, à savoir la souveraineté nationale et le droit des peuples, connaissent en même temps et pour les mêmes raisons la défaite13.

32Sur les deux plans, intérieur et extérieur, c’est le même homme, Bonaparte, qui est au centre du processus, et c’est précisément à ce moment-là qu’il nomme la France la Grande Nation : il ne me paraît pas possible d’y voir une coïncidence. L’examen des circonstances, en politique intérieure et en politique extérieure, au moment où apparaît « la grande nation », livre la clef de l’expression et sa signification : c’est une sublimation de la nation – avec ce que le terme de sublimation implique de passage d’un plan à un autre plan plus épuré –, au moment où disparaît ce que signifiait la nation depuis le début de la Révolution. Un signifiant est remplacé par un autre qui l’efface, le dépouille de toute valeur créatrice tout en paraissant par sa forme lui rendre le plus grand des hommages. Même les néo-jacobins, les plus attachés à ce que la nation signifiait dans l’ordre politique, s’y sont laissé prendre. Peut-être surtout eux, d’ailleurs.

  • 14 N’oublions cependant pas les belles études de Jacques Godechot dans ce domaine.

333. Le rôle de l’Italie dans cette entreprise de sublimation est capital. L’étude de la politique continentale de la Révolution française a longtemps eu le regard braqué surtout sur le nord et l’est : la Belgique, la Hollande et l’Allemagne de la rive gauche du Rhin. Mais ces dernières décennies, l’Italie n’a cessé de prendre de l’importance, notamment grâce aux travaux des historiens italiens14. Cela va aussi avec le fait que la grande historiographie de gauche de la Révolution française s’arrêtait à la chute de Robespierre et ne voyait dans la suite qu’une longue et parfois méprisable dégradation. Or à l’occasion de cette enquête sur la Grande Nation, j’ai été frappé par la position particulière de l’Italie, qui n’arrive dans le champ de la Révolution française qu’en 1794-1795.

34Dans les rapports entre la France et l’ensemble Belgique-Hollande, il y a certes des péripéties, mais nulle tension profonde. Je serais tenté de dire que, là, la France absorbe et domine sans problèmes majeurs, rencontrant quelques adhésions résolues et une masse d’indifférence. Mais quant à une relation de peuple à peuple, il ne se passe rien.

35Pour l’Allemagne, c’est différent : c’est une partie de l’Empire germanique, un corps flasque certes, mais un gros morceau. Après avoir un moment hésité en 1795, les thermidoriens puis les directoriaux se sont décidés pour la conquête puis l’annexion. Dans l’hiver et le printemps de 1798, un flot d’adresses émane des sociétés constitutionnelles de la rive gauche du Rhin, étroitement contrôlées voire créées et manipulées par l’occupant, adresses plus révérencieuses les unes que les autres à la Grande Nation mais où toutes sortes d’arrière-pensées se perçoivent, montrant qu’à part une poignée de patriotes allemands, qui pensent alors leur patriotisme en termes d’intégration à la France, cette intégration n’est pas désirée, tandis qu’une voie plus autonome ne se décide pas à apparaître. Il y a de la méfiance, voire de l’hostilité informulée dans l’air. C’est l’époque où se déroulent les négociations de ce qui est abusivement appelé le « congrès » de Rastadt, négociations que les délégués de l’Empire font traîner en finassant à tout propos, de telle sorte que, même si la question paraîtra réglée en 1801, au traité de Lunéville, jamais l’Allemagne n’a véritablement cédé la rive gauche du Rhin.

36Non seulement il n’y a pas eu de rencontre de peuple à peuple, entre les Français et les Allemands, mais il n’y a eu que faux-semblants, et pire. Chacun a feint de croire que l’autre était dupe. Le misérable drame de l’assassinat des plénipotentiaires français le 28 avril 1799 est un cas rarissime dans la vie diplomatique. Les directeurs, en laissant se dérouler cette pseudonégociation, ont pris une grosse responsabilité. Cet événement lamentable et désastreux est lourd de signification quant à l’avenir des relations entre la France et l’Allemagne au XIXe.

37Pour l’Italie, les choses sont tout autres. Là, j’ai le sentiment qu’il y a eu une rencontre véritable entre deux peuples. Bonaparte et Salicetti, Buonarotti, Jullien de Paris, Briot, Melzi et bien d’autres acteurs ; la splendeur de la création de la République cisalpine, promesse d’une aurore que symbolisent les trois couleurs italiennes nées en Cispadane peu auparavant ; le bonheur palpable de Bonaparte entre avril et août 1797 – peut-être le seul moment de sa vie où il a été vraiment heureux et où les événements lui donnaient le droit de penser que c’était à juste titre ; enfin la Consulte de Lyon de 1802 puis la création du royaume d’Italie et le flamboyant règne de Murat à Naples, tout cela témoigne de la réalité du rapport entre la France constituée et une Italie aspirant à l’être, et de la créativité de cette relation. Même si les Italiens avaient plus d’une raison de désirer que la domination française ne s’éternise pas.

38Entre l’Italie et la France recevant de Bonaparte le titre de la Grande Nation, il existe un lien fort, particulier, unique, que l’extension de la France en Belgique et en Allemagne n’exprimait pas. L’Italie, et ce qu’elle offre d’ouverture vers l’Orient : l’expression qui nous occupe ici apparaît, ne l’oublions pas, à propos de la prise de contrôle de Corfou.

  • 15 Cité par A. Sorel, dans L’Europe et la Révolution française, t. 6, p. 437.
  • 16 Je suis d’accord avec Bernard Gainot lorsqu’il dit qu’il est nécessaire de problématiser ce « nati (...)

39Bonaparte ne croyait pas à la nation. Dans ses instructions à Eugène de Beauharnais, vice-roi d’Italie, il écrivait : « Il y a bien peu de différence entre un peuple et un autre », même s’il faut faire comme s’il y en avait15. C’est pourquoi pour lui la Grande Nation c’est certes la France, mais une France qui n’est pas la nation souveraine, indépendante avec un territoire aux limites précises et fixes ; c’est une France qui innerve de son énergie nationale et de ses institutions modernes une foule de populations aux histoires jusque-là confinées mais appelées sous sa direction à former une masse commune d’importance mondiale (afin, bien sûr, de vaincre l’Angleterre, toujours placée à cette époque en contrepoint de la Grande Nation). En somme, la Grande Nation pour Bonaparte, c’est déjà l’Empire. C’est pourquoi il lui est si facile de cesser d’utiliser l’expression qu’il a créée ou lancée, ce qu’il fait dès les préparatifs de l’expédition d’Egypte. On ne peut dès lors que demeurer surpris de voir les néo-jacobins, initiateurs du nationalisme de gauche qui aura cours jusqu’en 184816, continuer de faire de cette expression leur drapeau.

***

40En conclusion, l’approche de la Grande Nation que je propose est très éloignée de celle de Godechot. Elle en critique les fondements et met en cause l’absence de toute interrogation chez lui sur la nature et le statut de l’expression entre 1797 et 1799. Mais mon approche est également éloignée de toute une tradition qui, jusqu’à nos jours, a repris l’expression sans sourciller (avec tout au plus un zeste de distance en la mettant entre guillemets), comme si elle était une évidence, une chose allant de soi, comme si elle était caractéristique de la période révolutionnaire tout entière, comme si elle désignait un état supérieur que la France aurait atteint au cours de la Révolution et qui se serait durablement incorporé à son être national jusqu’à en exprimer la substance même, dans sa relation avec elle-même et avec le monde.

  • 17 Que l’expression soit née en août 1797 est pourtant connu depuis 1929 (au moins), date où Mathiez (...)

41C’est une position très surprenante, puisque cette tradition, plutôt de gauche, ne s’est jamais reconnue dans la période directoriale, surtout dans sa phase finale à partir de l’été de 1797. C’est pourtant la seule période de la Révolution française à laquelle on puisse rattacher l’expression17.

42Je n’ai nullement découvert que « la grande nation » était née seulement à ce moment-là, la chose est connue depuis longtemps. Pourtant, les historiens semblent n’en avoir tiré aucune conséquence, peut-être parce que à ma connaissance – personne n’avait suivi sa carrière active et donc noté qu’elle avait été si courte.

43Or, malgré la brièveté de cette carrière active et, plus encore, malgré le fait qu’elle a joué un rôle clef dans la défaite des notions politiques majeures de la Révolution, « la grande nation » a connu un succès durable dans l’historiographie et dans la tradition politique françaises (au moins jusqu’à la seconde guerre mondiale), succès qui contraste étonnamment avec sa volatilité à l’époque révolutionnaire. Cela ne devrait-il pas, comme on dit, « interpeller » les historiens ?

Notes

1 Voir dans Du Directoire au Consulat. 1. Le lien politique local dans la Grande Nation, dir. J. Bernet, J.-P. Jessenne, H. Leuwers, CRHF.N-O, Lille 3, 1999.

2 Le rapport n’avait utilisé que la réimpression.

3 Au chapitre I, Sieyès écrit que l’ordre noble a des privilèges, « des droits séparés des droits du grand corps des citoyens. Il sort par là de l’ordre commun, de la loi commune. Ainsi ses droits civils en font déjà un peuple à part dans la grande nation. C’est véritablement imperium in imperio ».

4 Le Moniteur universel du 18 floréal an V (7 mai 1797).

5 Faute d’exhaustivité de toute façon impossible, du moins mon corpus provient-il de sources homogènes. Elles concernent la vie politique au « sommet », et ne permettent évidemment pas de conclure pour ce qui en est « à la base ».

6 Voir mon rapport pour la table ronde de Valenciennes.

7 Le Moniteur universel, numéro du 1er vendémiaire an VIII.

8 Sur cette chronologie, voir Boulay de la Meurthe, « Le Directoire et l’expédition d’Égypte », Revue des Questions historiques, octobre 1880.

9 Voir le rapport pour la table ronde de Valenciennes.

10 Avec cette précision que ces fêtes n’en sont peut-être pas vraiment : le Conservateur du 5 nivôse an VI (25 décembre 1797) se plaint de leur « monotonie » et de leur « langueur, bien opposée à la gaieté et à la joyeuse allégresse qui doivent distinguer une fête populaire ».

11 L’importance de ces initiatives de Bonaparte a été bien mise en valeur par G. Ferrero dans son Bonaparte en Italie, 1936, rééd. éd. de Fallois, Paris, 1994. Cet ouvrage a été injustement mal reçu par les historiens français spécialistes de la Révolution.

12 Le Moniteur universel du 10 messidor an V (28 juin 1797).

13 Une défaite dont ces principes ne commenceront à se remettre qu’après 1871 (à part l’épisode, bref quoiqu’important pour la suite, de 1848).

14 N’oublions cependant pas les belles études de Jacques Godechot dans ce domaine.

15 Cité par A. Sorel, dans L’Europe et la Révolution française, t. 6, p. 437.

16 Je suis d’accord avec Bernard Gainot lorsqu’il dit qu’il est nécessaire de problématiser ce « nationalisme de gauche », mais ce serait évidemment le sujet d’une autre travail.

17 Que l’expression soit née en août 1797 est pourtant connu depuis 1929 (au moins), date où Mathiez consacra à la question une note dans les Annales historiques de la Révolution française (p. 290), note qui n’a guère retenu les historiens avant l’étude d’Henry Laurens parue dans la même revue en juillet-septembre 1988 (voir mon rapport de Valenciennes).

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540