Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Première partie. Quelle Grande Nation

La Grande Nation, un discours et sa réception

Introduction

Jean-Clément Martin

Texte intégral

1Dans le débat séculaire qui s’est établi autour de la définition de la Nation et particulièrement de Grande Nation, et de sa diffusion auprès des peuples d’Europe, les communications qui suivent apportent des contributions variées selon les terrains d'études et les acteurs suivis, mais elles sont unifiées par le point de vue adopté : la prise en compte des paroles des différents acteurs impliqués localement dans le débat. Ces textes s’intéressant tous à l’usage du discours et à la réception de ce discours, se situent dans le domaine des représentations, venant d’univers politiques extrêmement différents. La lecture qui est ainsi proposée s’appuie certes parfois sur plus de réflexion théorique (voir B. Gainot), mais elle reste cependant socio-politique pour l’essentiel, permettant d’appréhender comment les discours se forment et s’appliquent de façon plus ou moins militante, puisque les acteurs sont tout à la fois des diplomates, des administrateurs, des militants et de simples bourgeois ou paysans. Ainsi de la Rhénanie, des départements du Nord ou de la Picardie, à la Belgique, la République batave et la Suisse, les études qui suivent ont-elles privilégié une approche alliant les analyses de discours à la compréhension des attitudes politiques, religieuses, sociales, pour inclure dans le champ de vision les élites politiques, pro- et contre-révolutionnaires, mais aussi les gens plus ordinaires, témoins de la diffusion des idées et des notions.

2Ces textes peuvent être regroupés en trois ensembles, outre la partie théorique qui inaugure la communication de B. Gainot. D’une part, Annie Crépin, à propos des paysanneries du Nord et Marita Gilli sur la Rhénanie, s’intéressent à la façon dont, au nom de la Nation et de la Grande Nation, s’est mené l’effort d’administration. D’autre part, Annie Jourdan, à propos de la République batave, Bernard Gainot étudiant des adresses politiques dans le Nord, Hervé Leuwers suivant presque la même voie depuis la Belgique, s’intéressent aux hommes politiques d’une plus grande envergure qui ont à négocier avec les révolutionnaires français pour savoir comment les mots Nation et Grande Nation peuvent été conjugués conjointement par les uns et par les autres. Enfin Alain Czouz-Tornare, au travers d’une approche plus globale de la vie politique suisse, montre comment les Suisses ne se reconnaissent pas dans la terminologie Grande Nation et comment naissent des malentendus.

3Ces textes parlent à la fois de la même chose, mais, se situant sur des terrains différents et à des échelles différentes, on voit bien que si la question de la Grande Nation est ouvertement posée à propos des relations entre Belges et Bataves et Français, c’est plus la question de la Nation, tout court, qui est en jeu dans le texte qu’Annie Crépin a consacré à l’analyse de l’application, dans trois régions différentes, des principes nationaux. Ces présentations donnent donc à lire un spectre très éclaté dans lequel se diffracte la notion imprécise et polysémique de la Grande Nation, mais aussi et plus simplement de la nation elle-même. Nation et les mots Grande Nation ont été au cœur d'un débat politique extrêmement vif, extrêmement riche, dont on voit les différentes conceptions présentes s’affronter, renvoyant à des horizons politiques et à des volontés politiques différentes. Il y a à ce point de vue là, dans ces textes, non pas le constat d’une diversité, qui stériliserait la terminologie, mais l’approche d’un débat qui fait écho à un volontarisme politique, dont il faut comprendre le sens. Les hésitations qui en résultent, et qui sont l’objet des communications qui suivent, ne sont pas des handicaps pour l’historien, mais portent au contraire des enseignements importants. Malgré les débats entamés depuis les années 1788-1789, le terme de nation n’est pas fixé, incluant la dimension pacifiste de 1790, comme celle plus conquérante des années 1792-1794. Comme le souligne B. Gainot, qui en donne assez bien le cadre en rappelant les grandes acceptions du mot ; si bien que l’expression Grande Nation, quand elle arrive à terme entre 1797 et 1799, a déjà été l’objet d’applications différentes, et trouve, à ce moment-là, l’obligation d’une nouvelle confrontation avec des réalités disparates. Ces significations sont multiples et simultanées ; la période de référence ici, le second Directoire, met particulièrement en évidence ce moment pendant lequel s’établit de nouveaux équilibres, prélude à la politique impériale.

4Il est donc possible de souligner les significations à long terme que ces textes portent - cas de la Suisse à part. Ces textes sont d’abord enracinés dans un débat politique ancien et authentique appuyé sur l’enthousiasme révolutionnaire - qui est notamment signalé dans un certain nombre de textes autour des peuples bataves, à partir de la grande nouvelle de juillet 1789-Ils s’enracinent aussi, et sûrement davantage, dans la suite de la déclaration de paix au monde, faite le 22 mai 1790, qui me semble bien être un des points nodaux d'une volonté de redéfinir la Nation. Cette référence permet de comprendre les attitudes des administrateurs dans les différents exemples étudiés, approche des acteurs qui paraît neuve.

5Il est en effet possible de penser, à la lecture de ces communications que d’une part, tous les acteurs politiques qui interviennent auprès des opinions locales ou nationales au nom de la Nation ou au nom de la Grande Nation, échouent à imposer une définition unique, mobilisatrice ; ils échouent même à imposer une orientation politique claire, si bien que certains auteurs insistent à bon droit sur le fait que, dans un certain nombre de cas, la Grande Nation peut apparaître comme le masque de calculs politiques. De l’utopie généreuse d’une Grande Nation jamais réalisée à une réalité conquérante d’une France annexant assez cyniquement les pays voisins, il n’y a qu’un pas facile à franchir - ce que l’historiographie a déjà fait souvent sans nuance pour condamner en bloc la Révolution. Le terme Grande Nation s’inscrit il est vrai dans un jeu politique cynique, ni utopique ni généreux, cherchant à affirmer des pouvoirs, à délimiter des territoires et à berner les individus. De ce point de vue, qui a bien une validité, les administrateurs, qui sont présentés dans leur action et ont utilisé le terme de Grande Nation de cette façon détournée, ont été les vaincus de cette histoire qui les dépassent.

6Cependant, d’autre part, l’engagement de ces administrateurs témoigne de la continuité d’un débat autour de la définition d’une nation, marquée par l’ouverture aux autres peuples, dans une perspective cosmopolitique. Au-delà du cynisme et des détournements des mots, un déchirement traverse tous ces individus, qui se sentent dans l’obligation de nouer les deux bouts du droit positif et du droit naturel qui composent l’horizon juridique des hommes de cette époque. Cette continuité dans des préoccupations collectives me semble essentielle puisque ces administrateurs, que l’on voit à l’œuvre, qu’ils soient Français ou Belges, participent de cette culture-là, et ne détournent pas des idées politiques pour leur intérêt personnel ou collectif. Ces acteurs révolutionnaires restent porteurs d’un idéal auquel, manifestement, ils croient toujours. Dans le cas de la République batave ou dans le cas belge, où l’on a affaire à des administrateurs de haut niveau qui veulent créer des relations d’égalité et de parité avec la République française, il est bien clair qu’une part de leurs activités s’inscrit dans une volonté d’utiliser les textes produits par les révolutionnaires eux-mêmes pour, au nom des actes produits par la France, demander aux Français d’appliquer ce que la France a, elle-même, créé.

7Lorsque l’on a affaire à des administrateurs de moindre envergure, qui ont à traiter des affaires beaucoup plus pratiques et qui sont confrontés, non pas à la politique au plus haut niveau, mais à la politique régionale, comme c’est le cas de ceux qui se trouvent notamment en Rhénanie, ceux-ci rencontrent alors deux obstacles, le peuple rhénan lui-même, réticent à admettre de nouvelles organisations, et les Français eux-mêmes recherchant leur profit personnel. Si bien que là encore des Rhénans invoquent, au nom de la France, les principes français. Au même moment, ce genre de renversement de positions se trouve aussi notamment en Italie, où « les patriotes » du pays ont été les porteurs d’un idéal qu'il fallait imposer contre ceux-là mêmes qui étaient chargés de l’appliquer.

8Il est alors possible de conclure sur la part qui revient aux initiatives militantes, lorsque ces administrateurs locaux, dans des régions particulières, ont à faire appliquer, et aimer, cet idéal par des populations. Annie Crépin montre exemplairement comment les administrateurs locaux jouent un rôle essentiel. Ce sont eux qui font passer les idées et qui organisent les idéaux politiques ; c’est leur engagement personnel qui est essentiel en l’occurrence, rappelant qu’il n’y a pas une machine révolutionnaire qui fonctionnerait toute seule. Leur activité atteste, au contraire, que des milliers d’individus agissent à la base, selon leur niveau d’engagement, leur volonté de respecter des idéaux, mais aussi leur volonté de comprendre ou de ne pas comprendre les populations, qui les environnent et qui réagissent autant aux personnalités qu’aux idées. Ainsi ces administrateurs font-ils appliquer des lois, les font comprendre, les font aimer ou au contraire les font détester. Annie Crépin montre que, finalement, sur un fond de population globalement peu politisée, apolitique, les administrateurs se comportent d’une façon paternelle, donnant des leçons ou rentrent dans un cycle de répressions (dénonciations entraînant résistances et mouvements armés). On voit là comment se nouent des négociations. Un mot d’ordre politique n’existe pas en dehors d’une application imaginée par des individus.

9Ces textes montrent à quel point il est urgent de comprendre, dans cette disparité d’application, comment des mots d’ordre politique ont été mis en œuvre, non pas avec des idées arrêtées, non pas en suivant des doctrines précises, mais au contraire dans le déchirement, et dans des volontés d’adaptation. Cela veut dire qu'il est certainement souhaitable, à côté des études idéologiques toujours nécessaires, de comprendre comment ces mots d’ordre ont été vécus, transmis et adaptés. On a affaire là à cette dimension pragmatique au sens linguistique du terme des mots, puisque ces administrateurs, sans illusions, croient « que dire c’est faire », et croient qu’il est toujours possible au travers du discours d’arranger les choses, sans être dupes des difficultés qu’ils rencontrent - même avec les Français qui les entourent et notamment avec les soldats de l’armée française qui ne comprennent pas tous les enjeux des mots d’ordre qu’ils sont censés porter et qu’ils sont censés diffuser. Pendant ce second Directoire qui va transformer son échec dans l’acceptation du Consulat, il est très intéressant de prendre en compte ces hommes intermédiaires, mitoyens à certains égards, qui eurent la tâche de façonner de nouveaux citoyens.

10Dernier point, tous ces textes illustrent les jeux de miroirs qui se tiennent entre les différentes instances politiques et nationales. A. Czouz-Tornare montre parfaitement qu’il est possible de voir à quel point les Suisses ont été, d’un côté les modèles d’une république que les Français avaient imaginée et qui n’avait jamais existé et, en même temps les témoins de liberté républicaine qu’ils n’entendaient pas faire disparaître dans la liberté que la France voulait leur imposer. Double relation mêlant mythes et réalités, qui se conclut dans un jeu de miroirs débouchant sur des malentendus. À cet égard, cette situation mériterait que l’on relise la Révolution belge comme la première révolution atlantique, parce ce que c’est en Belgique, dans les Provinces-Belgiques que la Révolution a commencé, ce que, par la suite, les Français et les historiographes français, oublieront assez consciencieusement. Il serait bien venu de rendre aux Belges ce qui leur appartient et de réécrire les relations franco-belges au moment des différentes occupations dans cette perspective.

11Les débats autour de la nation, Nation française et Grande Nation, n’ont pas épuisé tout leur intérêt et l’approche régionale et locale demeure féconde.

Auteur

Université de Nantes

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540