Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 2. L'intégration des citoyens dans la Grande Nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet
, 
Hervé Leuwers

Présentation

Jacques Bernet et Hervé Leuwers

Texte intégral

  • 1 - J. Bernet, J.-P. Jessenne et H. Leuwers (éds), Du Directoire au Consulat, t. 1, Le lien politiqu (...)

1De la question du « lien politique local »1 à celle de « l’intégration des citoyens dans la nation », la frontière est ténue ; la franchir, c’est modifier un angle et une distance d’approche, sans néanmoins quitter l’observation des acceptations et des refus de la République directoriale ; c’est tenter de comprendre, par des lectures politiques, économiques ou culturelles, les difficultés à unir des citoyens autour d'un projet républicain partagé en un temps où la guerre, les « réunions » et la constitution de républiques-sœurs transformaient le visage de la France et sa place en Europe, et avant que le 18-Brumaire, qui suscita maintes lectures et interprétations (J.-P. Bertaud) ne vienne transformer la donne politique.

  • 2 - J.-Y. Guiomar, « Histoire et significations de la Grande Nation (août 1797-automne 1799). Problè (...)
  • 3 - Cf. infra : J.-P. Jessenne, « Conclusion ».

2L’intitulé de la rencontre invitait à revenir, comme l’avait proposé Jean-Yves Guiomar dans une communication introductive présentée à Valenciennes2, sur l’histoire et le sens de la locution « Grande Nation », précédée de l’article défini « la », dont l'usage s’observe essentiellement de l’été 1797 à l'automne 1799. L’attention portée aux mots et à leur emploi incitait à s'interroger sur la signification de « la Grande Nation » : était-elle encore la Nation ? Dans quelle mesure l’expression fut-elle un « slogan » au service de Bonaparte, ou une « formule de transition » vers l’Empire (J.-Y. Guiomar) ? Afin de mieux cerner son acception originelle, B. Gainot suggère trois pistes qui conduisent aux utilisateurs de ce discours, à sa réception et à sa critique ; regardant vers l’amont, H. Leuwers tente d’en expliciter l’archéologie et de lire, dans les textes provenant de Belgique, les caractères que l’on reconnaissait à la Nation française vers 1795. Quittant les discours publics pour la correspondance privée et l’échange des idées, Ph. Bourdin retrace, de la République à l’Empire, l’extinction progressive du rêve d’une fraternité universelle entre les peuples et l’effacement de la nation derrière un général « artiste de la propagande ». Au delà de la diversité actuelle de ses acceptions3, « la Grande Nation » paraît alors essentiellement désigner le peuple de l'ancienne France, dont le gouvernement, tout en prétendant assumer une mission libératrice, imposait sa volonté aux peuples voisins et tentait de remodeler à son image les pays dominés.

3L’examen de la cohérence et de l’unité éventuelles de cet espace directement ou indirectement français, posait une nouvelle fois la question des réactions aux « réunions » - pour les provinces belgiques et les départements rhénans- ou à la tutelle plus ou moins avouée de la France - pour les républiques-soeurs. L’interrogation, certes, n’est pas neuve et a suscité des débats longs et parfois passionnés ; il a pourtant paru utile de revenir sur les désaccords ou les déceptions qui séparèrent la France et ses « alliés ». Par l’étude des discours bataves sur la Grande Nation, A. Jourdan oppose propos privés et publics, et rétablit la chronologie et les raisons d’un progressif divorce ; l’exemple Suisse apparaît quant à lui atypique à maints égards, d’autant que l’influence française contribua à persuader les cantons de former un véritable État helvétique (A.-J. Czouz-Tornare). Les malentendus ou l’incompréhension, s’ils minaient les relations de la France avec les républiques-sœurs, pouvaient également ralentir l’intégration des départements nouvellement réunis à l’espace national. Il est cependant nécessaire d’exclure toute analyse considérant d’emblée l’époque française comme mère des nationalismes à venir ; en Rhénanie, même si les populations souffrirent de la guerre, elles ne rejetèrent pas l’abolition du « régime féodal » (M. Gilli), dont le poids réel à la fin du XVIIIe siècle a été, il est vrai, discuté (W. Stein) ; dans les anciens Pays-Bas autrichiens, le refus de la conscription et la » guerre des paysans » de l’an VII, qui en fut en partie la conséquence, peuvent être rapprochés des réactions hostiles à la loi Jourdan dans les départements voisins du Nord et du Pas-de-Calais (A. Crépin) ; à Eupen et Verviers, enfin, les fabricants de draps apprécièrent la liberté d’embaucher et d’entreprendre que leur assurait la Constitution de l’an III (G. Gayot). Sans nier la spécificité belge ou rhénane, c’est la prudence qui est proposée dans l'analyse des résistances ou des refus qui s’expriment à l’époque directoriale. En fait, la question de l’intégration des nouveaux départements à la République est éminemment complexe ; les attitudes changent en fonction des traditions ou des options politiques, des intérêts catégoriels ou des personnes ; la frontière entre acceptation et refus passe parfois à l’intérieur même des individus qui peuvent, par exemple, se réjouir de la disparition des redevances seigneuriales tout en s’opposant aux levées d’hommes !

  • 1 À paraître.

4Le thème de l’intégration ne renvoie cependant pas uniquement à l’idée d’une fusion entre deux espaces autrefois séparés ; il peut également concerner la constitution d’une entité territoriale nouvelle, qui prendrait conscience de son identité propre et de son unité, aux dépens de ceux qui avaient pensé la réunir à un ensemble déjà constitué. L’exemple « belge » est, à cet égard, particulièrement révélateur. Pour les neuf départements réunis qui, rappelons le, étaient issus des Pays-Bas autrichiens, de la province de Liège et d’autres pays limitrophes, la période française est celle d’un rattachement économique à la République qui, s’il avait originellement suscité bien des espoirs, symbolisés par la réouverture solennelle de l’Escaut, ne tint pas ses promesses (J.-J. Heirwegh et F. Antoine1). Le Directoire est également l’époque de la constitution d’une administration nouvelle dans laquelle les Belges occupent des postes subalternes de l’Enregistrement et des domaines, mais aussi des emplois de receveurs généraux et de receveurs particuliers dans les Contributions ; dès le Consulat pourtant, ces derniers emplois supérieurs furent attribués de préférence à des Français (M. de Oliveira). L'unité géographique et administrative donnée à l’espace belge, de même que de communes déceptions face aux effets de la réunion, contribuèrent à rapprocher des hommes autrefois séparés et à unifier un territoire auparavant hétérogène.

5Les tensions religieuses dans les départements réunis sont un autre élément à prendre en compte pour mesurer l’ampleur des résistances à la République, et les étapes de la constitution d’une conscience belge ». Indirectement, l’exemple rhénan a permis de mesurer l’originalité de la politique religieuse menée dans les anciens Pays-Bas ; à la rigueur des mesures imposées en Belgique, en 1793 et en 1795, on peut opposer les ménagements accordés à l’Église et au clergé de Rhénanie, puisqu’aucun serment ne fut exigé des pasteurs protestants et qu’on repoussa jusqu’après le Concordat la sécularisation des biens monastiques (W. Stein).

6En France même, la question religieuse n’eut pas moins d’acuité pendant ces années. Ainsi, tandis que le 18-Fructidor compromit l’espoir, nourri par Grégoire et les membres de l’Église gallicane, d’un rapprochement entre Rome et la République (B. Plongeron), le second Directoire, notamment dans la Picardie étudiée par J. Bernet, ne put imposer les cultes civiques contre l’Église. Cette permanence des tensions religieuses ne pouvait, aux yeux des citoyens, être compensée par l’éventuel succès de conquêtes sociales ou culturelles : le Directoire apparaît comme l’époque de la « communalisation de l’assistance publique » (Y. Marec), il est vrai parfois originale, puisque, dans les départements réunis, la préservation des biens hospitaliers parut assurer le retour à la situation de l’Ancien Régime (L. Delporte) ; les années directoriales furent également celles du rétablissement de la contrainte et du pluralisme fiscal, même si le principe du consentement citoyen à l'impôt ne fut pas abandonné (C. Wolikow) ; dans le domaine éducatif, enfin, le Directoire, délaissant l’enseignement primaire, permit le développement des écoles particulières pour lesquelles l’enjeu religieux fut central jusque dans des régions largement sécularisées comme le sud de l’Ile-de-France (S. Bianchi).

7Par leur variété et l’interdépendance des thèmes abordés, la vingtaine de communications ici rassemblées indiquent à la fois les ambitions et les limites de cette rencontre qui se veut avant tout, dans l’esprit des tables rondes intitulées Du Directoire au Consulat, une étape dans l’actuel essai de relecture de l’époque directoriale.

Notes

1 - J. Bernet, J.-P. Jessenne et H. Leuwers (éds), Du Directoire au Consulat, t. 1, Le lien politique local dans la Grande Nation, Lille, CRHEN-O, 1999, 336 p.

2 - J.-Y. Guiomar, « Histoire et significations de la Grande Nation (août 1797-automne 1799). Problèmes d’interprétation », dans J. Bernet, J.-P. Jessenne et H. Leuwers (éds), op. cit., p. 317-328.

3 - Cf. infra : J.-P. Jessenne, « Conclusion ».

Notes de fin

1 À paraître.

Auteurs

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Université de Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540