Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 1. Le lien politique local dans la Grande Nation

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet

Prolongement et Conclusion

Conclusion

Jean-Pierre Jessenne et Hervé Leuwers

Texte intégral

1Le comité scientifique et les organisateurs des trois tables rondes intitulées « Du Directoire au Consulat », dont la rencontre valenciennoise sur le thème du lien politique dans la Grande Nation constituait la première étape, ont voulu contribuer au renouveau des études sur une période souvent délaissée et promouvoir une réflexion commune autour de thèmes choisis, et non envisager une histoire générale des années qui séparent la Convention thermidorienne de l’Empire. En guise de conclusion à ce volume d’actes, il est donc légitime d’envisager un diagnostic de l’état du chantier plutôt qu’une synthèse de la question.

  • 1 P. Bourdin, B. Gainot, dir., La République directoriale, Paris, Société des Études Robespierristes (...)

2Le rapprochement des vingt et une communications présentées dans ce volume, venant après le colloque de Clermont-Ferrand1, suggère d'abord que le chantier ouvert est considérable. Même d’un point de vue politique, il est décidément impossible de considérer la période 1795-1802 comme une séquence en deux temps brutalement antagonistes : le premier, sous le Directoire, de désordre stérile, le second, correspondant au Consulat, de reconstruction ordonnée. Le Directoire mérite indéniablement d’être relu comme période d'expériences multiples, comme une étape essentielle dans la marche vers l’accomplissement d'un difficile retour à l'ordre et l’établissement de nouvelles structures sociales, politiques ou culturelles ; dans cette perspective, l’instabilité et les désordres deviennent autant le résultat d’ajustements tâtonnants des institutions politiques et sociales que le produit des déchirements révolutionnaires ou des pratiques sociales et politiques des Français.

3La relative rareté des études spécifiques sur la période rend la recomposition forcément partielle voire gauchie par deux dérives : d’une part, les travaux couvrant toute la transition de la fin de l’Ancien Régime à l’Empire mettent le plus souvent l’accent sur des temps dits forts, comme ceux du Gouvernement révolutionnaire ou des débuts du Consulat, traitant ainsi le Directoire en parenthèse, d’autre part le cloisonnement des études - mise en œuvre constitutionnelle, mouvements politiques urbains, brigandage, etc. - ou leur orientation répétitive sur quelques sujets, l’esprit public par exemple, n’aide pas à une appréhension d’ensemble des dynamiques collectives et de leurs enjeux. Cette difficile connaissance du Directoire est accentuée par le manque de matériaux méthodiques sur des sujets importants comme les personnels politiques et administratifs, les finances locales ou l’état de l’agriculture.

4Ajoutons que si la question du rapport au document se pose pour toute démarche historique, elle prend une dimension plus accusée pour cette période, la nature des sources directoriales les plus souvent mises à contribution se conjuguant aux biais introduits par l’ampleur des écrits consulaires pour amplifier l’appréhension dépréciative de la période. En effet, les pratiques rapports des divers commissaires ont été massivement utilisés et interprétés au premier degré, comme des comptes rendus « objectifs » alors qu’ils sont le plus souvent inspirés par des opportunités, des motivations, voire des manipulations politiques précises ; en ce qui concerne la littérature administrative du Consulat, on sait à quel point elle accentue la vision négative du Directoire et exagère le caractère novateur de l’oeuvre consulaire.

5À partir de ces observations confirmant que le Directoire constitue un sujet historique qui mérite une sérieuse réévaluation, il importe de tester la pertinence des modes d’interrogation qui ont été envisagés au cours des deux journées valenciennoises. Rappelons brièvement les attendus initiaux de l’approche proposée : il s’agissait de revenir sur le Directoire « à la lumière des réflexions récentes sur le pouvoir local comme composante de la dynamique nationale à l’époque révolutionnaire », afin de « mettre l'accent sur les facteurs et les processus de consolidation ou de dislocation du lien social, politique ou culturel dans le cadre des collectivités locales et de porter une attention particulière aux modes différenciés ou convergents selon lesquels se dessinent les évolutions régionales en fonction d’antécédents révolutionnaires différents » ; ainsi entendions-nous « comparer le cas de la France du Nord, où le conformisme à l’égard des régimes successifs a dominé, à celui des territoires belgo-rhénans annexés ou des provinces d'anti-révolution massive ou au contraire d'engagement républicain ». Pour la première des tables rondes, deux thèmes ont été privilégiés : les dynamiques locales de l’engagement et du refus politiques des citoyens ; la greffe locale d’institutions du Directoire, en prenant l’exemple des municipalités cantonales et des institutions judiciaires. Sans reprendre les apports des diverses communications, nous pouvons nous efforcer d’en tirer quelques enseignements opératoires pour prolonger la relecture de l’expérience directoriale.

6En premier lieu, la notion de lien politique, telle qu'elle a été privilégiée dans cette première étape, conduit heureusement à une histoire pleine de l’État, des luttes politiques et de leurs enjeux. Plusieurs communications montrent qu'il faut éviter de parcelliser les niveaux ou les domaines de l’analyse et, au contraire, veiller à entrecroiser les clivages politiques généraux - entre royalistes et républicains en particulier -, le fonctionnement et la maîtrise des institutions locales et le règlement d’affaires très concrètes comme les subsistances ou les réquisitions. Par le croisement des données, l’expérience politique du Directoire s’inscrit dans le prolongement des années 1789-1795, qui avaient permis l’élaboration de nouveaux rapports aux pouvoirs et l’épanouissement de la citoyenneté ; les processus de politisation continuent de se déployer, même s’ils empruntent des voies qui ne suivent pas les tracés constitutionnels : des violences politiques à l’abstention électorale, qui peut s’avérer être une contestation plus qu’un désintérêt.

7Dans l’ensemble de cette dynamique politique, le dispositif territorial et le problème de l’articulation entre les différents rouages et niveaux de l’État constituent bien une question cruciale. Les contributions sur les municipalités cantonales et les institutions judiciaires confirment qu’il est impossible de porter un jugement monolithique sur la mise en place et le fonctionnement de ces administrations ; les situations varient d'une institution à l’autre, chaque rouage de l'État disposant de sa spécificité, et plus encore d’une partie de la République à l'autre, les départements réunis, notamment, connaissant des situations locales particulières. Des dysfonctionnements communs aux différentes administrations apparaissent cependant, qu’il serait utile de rapprocher et d'analyser en parallèle ; de plus, il faudrait probablement, pour mieux cerner et comprendre le difficile fonctionnement des institutions locales du Directoire, mettre davantage l’accent sur les faiblesses de l’appareil de maintien de l’ordre et mieux mesurer l’interaction entre d’une part l’activité des municipalités cantonales et des justices inférieures et d’autre part le durcissement des clivages politiques et des ingérences de l'État dans les affaires locales après le 18-Fructidor.

8Au delà de ce que l'on pourrait appeler la politique explicite, la période directoriale se caractérise aussi par l'importance de la recomposition des liens concrets mais diffus, au travers desquels se scellent à la fois la confirmation de nouveaux réseaux de pouvoir et la réinstallation partielle d’hégémonies antérieures à la Révolution. Ainsi, s’élabore tantôt l’amalgame des notables de différentes origines, en dépit des clivages politiques, tantôt la consolidation de noyaux militants qui entretiennent la flamme de l'une ou de l’autre des options révolutionnaires ou contre-révolutionnaires. Correspondances et sociabilité sont deux manifestations importantes de ce processus qu’il faudrait plus largement étudier, notamment dans les provinces et les pays conquis ; l’expérience des cercles constitutionnels, le renouveau de l’activité des loges maçonniques, la renaissance d’une sociabilité savante, sont autant de sujets de recherche prometteurs.

  • 2 Voir, à l’origine, J. Nicolas, dir., Mouvements populaires et conscience sociale, Paris, Maloine, (...)

9Au total, les exemples d'engagements politiques analysés au cours de ces deux journées suggèrent la nécessité, avant toute synthèse renouvelée, d'élargir les thématiques et de multiplier les études de cas et les monographies, en conjuguant le plus possible des approches multiples. Par exemple, sur le plan temporel, il s’avère indispensable d’interpréter les comportements collectifs en fonction de trois durées dans lesquelles ils s'inscrivent : la continuité des appartenances traditionnelles, comme la communauté villageoise, qui ne disparaissent pas avec la Révolution ; l’irruption soudaine mais marquante d’événements nationaux comme l’abolition des privilèges, la mort du roi, le 9-Thermidor ou le 18-Fructidor ; et enfin des épisodes singuliers, notamment locaux, comme les événements avignonnais de pluviôse an V, qui confèrent une dimension locale spécifique à la dynamique nationale. Par ailleurs, pour interpréter les attitudes politiques, il paraît nécessaire d’élargir le souci de la nuance dont témoigne désormais l’emploi, dans l’historiographie, des notions de contre-révolution et d’anti-révolution2 ; plus généralement, on peut observer la coexistence, dans l’opinion publique, de l’intransigeance dans des noyaux très politisés, ayant souvent appartenu à des « partis » opposés pendant la Révolution, et le plus ou moins fort brouillage des antagonismes chez beaucoup de citoyens. La compréhension du lien ou du déchirement politiques suppose dès lors d’introduire le problème des influences respectives de ces ingrédients composites. Enfin, il convient toujours d’envisager conjointement les divers niveaux du politique : sous le Directoire, il apparaît crûment que la crédibilité de l’État dépend aussi bien du mode selon lequel les Directeurs ou les législateurs assument la Constitution que de la manière dont les commissaires cantonaux ou les municipalités assurent l’ordre public, les levées d’hommes ou le fonctionnement des marchés. Dans tous ces domaines, il reste beaucoup à chercher et à trouver pour comprendre la nature et la fragilité du lien politique dans l’État-Nation.

10Indéniablement, dans cette entreprise et au regard des objectifs que nous nous étions fixés, des difficultés sont apparues. L’une des plus manifestes concerne l’exigence de comparaison entre régions d'antécédents révolutionnaires différents et plus encore entre « France de l’intérieur » et « départements réunis ». Malgré la restriction de l'observation aux départements de la « ci-devant Belgique », la jonction entre les cheminements historiques préalables au Directoire et l’expérience de la période elle-même n’a pas toujours été établie. Elle exige sûrement une plus grande rigueur dans la définition des éléments de la comparaison et une concentration plus exclusive sur ce seul objet d’étude ; voilà un chantier à poursuivre plus franchement. Un autre problème, pourtant très classique, demeure mal appréhendé : il s’agit des différenciations et des relations entre villes et campagnes face aux enjeux politiques. La tendance demeure pour les uns à généraliser les manifestations politiques explicites surtout présentes dans les villes et bourgs (clubs, luttes de partis...), pour les autres à ne considérer l’expérience directoriale qu’à l’aune du mauvais gré politique probablement dominant dans les campagnes. Il est indispensable de s’attacher à l’interaction qui a dû exister entre ces deux logiques. Enfin, nous n'avons pas l’impression d’avoir assez avancé dans la reformulation de la place du Directoire dans l'histoire de l’État et plus encore dans celle de l’histoire sociale du politique. Un accord s'est esquissé sur l’idée que la notion de « République bourgeoise » devait être reconsidérée, mais nous n’avons guère avancé dans l’examen de l’assise sociale du régime ou de la signification sociale de sa défaillance.

  • 3 L’intégration sociale et culturelle des citoyens dans la Grande Nation, Université de Lille 3, 12 e (...)
  • 4 La communication de Jean-Yves Guiomar visait justement à amorcer la réflexion sur cette notion ; s (...)
  • 5 Table ronde prévue à Rouen les 26, 27 et 28 mars 2000, Le Directoire, Brumaire et le Consulat dans (...)

11Il est vrai que deux autres tables rondes devraient permettre d’aller plus loin sur ces points. La question du lien social, notamment abordée au travers de l’assistance et de l’éducation, sera l’un des thèmes de la prochaine rencontre de Lille (mars 1999)3 ; ces journées d’études nous permettront aussi de revenir sur une composante essentielle de la dynamique politique directoriale, la religion, souvent évoquée au cours des journées de Valenciennes, mais à laquelle nous avons délibérément choisi de consacrer une demi-journée de notre deuxième session ; une autre séance, enfin, abordera la portée intégratrice du thème de la Grande Nation4, point de passage obligé d’un projet qui s’achèvera en l’an 2000 par une réflexion sur le 18-Brumaire et le legs directorial5.

Notes

1 P. Bourdin, B. Gainot, dir., La République directoriale, Paris, Société des Études Robespierristes & Clermont-Ferrand, Centre d'histoire des entreprises et des communautés, Centre de recherches révolutionnaires et romantiques, 1998, 2 t., 1095 p.

2 Voir, à l’origine, J. Nicolas, dir., Mouvements populaires et conscience sociale, Paris, Maloine, 1985.

3 L’intégration sociale et culturelle des citoyens dans la Grande Nation, Université de Lille 3, 12 et 13 mars 1999.

4 La communication de Jean-Yves Guiomar visait justement à amorcer la réflexion sur cette notion ; selon la même démarche, Claude Langlois nous a dressé un état de la question religieuse qui, pour des raisons techniques, sera publié dans les actes de la table ronde de Lille.

5 Table ronde prévue à Rouen les 26, 27 et 28 mars 2000, Le Directoire, Brumaire et le Consulat dans l’histoire du lien politique et de l'État-Nation.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540