Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 1. Le lien politique local dans la Grande Nation

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet

Prolongement et Conclusion

Histoire et significations de « la Grande Nation » (août 1797-automne 1799) : problèmes d’interprétation

Jean-Yves Guiomar

Texte intégral

  • 1 Réédition Aubier-Montaigne, 1983.

1L’approche classique de la question a été définie par Jacques Godechot dans son ouvrage La Grande Nation1 où il considère celle-ci comme une réalité territoriale, politique et institutionnelle, celle de la France révolutionnaire ayant étendu ses limites au nord et à l’est et rayonnant sur une série de républiques-sœurs. Les nouveaux chantiers ouverts actuellement sur le Directoire permettent de reprendre et d’approfondir les problèmes abordés par Godechot dans une perspective largement comparatiste, concernant les rapports de la France et de son nouvel espace.

2Mais il importe d’abord, à mon sens, de prendre la mesure de l’expression même qui désigne cet ensemble nouveau, « la grande nation ». Je traiterai donc d'abord l’histoire de cette expression, puis les problèmes d’interprétation qu’elle pose. Je reviendrai en conclusion sur les questions qui résultent de l’approche de Godechot croisée avec celles qui découlent de l’examen de « la grande nation » en tant que dénomination.

Apparition et déclin de l'expression

  • 2 C’est le caractère absolu de l'expression qui fait que l’article défini est partie intégrante de l (...)

3Dès les débuts de la Révolution on trouve « une grande nation » (le duc de Lévis le 22 mai 1790, Volney en 1791 dans Les Ruines, Robespierre le 8 mars 1793, Portiez à la Convention le 30 septembre 1795, Benjamin Constant en mars 1797 dans Des réactions politiques, etc.) ou « votre grande nation » (des patriotes irlandais aux révolutionnaires français en novembre 1792), mais pour voir la France désignée comme « la grande nation » - avec le caractère d’exclusivité et d’absolu que signifie l’article défini - il faut attendre le mois d’août 17972.

  • 3 Les matériaux principaux des deux paragraphes suivants sont : la Correspondance (tome III, 1859) e (...)

4L’expression est apparue dans les conditions suivantes3.

5- En mai 1797, Bonaparte est à Milan, jouissant des résultats de Leoben et préparant le traité qui doit suivre. Du 5 au 16 mai, il renverse la république de Venise, qu'il a prévu de donner à l’Autriche mais en gardant les îles Ioniennes. Le 26 mai, il écrit au Directoire qu’il envoie le général Gentili à Corfou avec des troupes. Elles partent le 10 juin et sont à Corfou le 28. Le 28 juillet, Bonaparte écrit au Directoire que les Français sont arrivés, qu’il est en rapport avec les chefs du pays de la côte albanaise (des pachas dépendant de la Forte), et que la Grèce pourrait renaître. Il a reçu des lettres du « chef des Maniotes » (Maïna, le Magne, est au sud du Péloponnèse, et les Maniotes sont considérés comme les descendants directs des Spartiates). Le 30 il lui écrit qu’il attend ses envoyés. Le théâtre comprend donc les îles, l’Albanie et l’Epire, et le Magne.

6- Le 25 juillet, sont arrivés à Milan Dimo Stephanopoli et son neveu Nicolo. Ce sont des descendants de Maniotes installés en Corse depuis 1675. Dimo a été chargé en avril par le Directoire d’une mission scientifique en Grèce. Bonaparte le connaît bien : c’était le médecin de sa famille. Le 29, il le charge d’une mission politique au Marna : aller porter les semences « de la véritable liberté, (de) rendre les enfants de la Grèce dignes de leurs ancêtres et de la Grande Nation qui vient briser leurs chaînes ». Encore marquée de relativisme, voici l’apparition de l’expression. Ce texte et sa date viennent du récit que Dimo Stephanopoli et son neveu Nicolo ont publié à Paris en l’an VIII : l’expression est placée par les Stephanopoli dans la bouche de Bonaparte la veille du jour (12 thermidor, 30 juillet) où il leur donne ses instructions écrites, et datées, pour leur mission.

7- Le 1er août 1797, Bonaparte écrit au Directoire une longue lettre, où « la grande nation » apparaît cette fois avec son caractère absolu. Voici cette lettre.

  • 4 Lettre dans Correspondance, tome III, 1859, p. 285 (j’ai mis en gras les termes caractéristiques p (...)

Au Directoire exécutif, 14 thermidor an V [1er août 1797]
Citoyens directeurs, après quinze jours de navigation assez heureuse, la flotte qui était partie de Venise, composée de plusieurs vaisseaux de ligne et de quelques frégates, sous les ordres du capitaine Bourdé, ayant à bord quelques troupes de débarquement, commandées par le général Gentili, a mouillé dans la rade de Corfou. Quatre bâtiments de guerre vénitiens qui s’y trouvaient ont augmenté notre escadre. Le 10 messidor, nos troupes ont débarqué et pris possession des forts de Corfou, où elles ont trouvé six cents pièces de canons, la plus grande partie en bronze. Un peuple immense était sur le rivage pour accueillir nos troupes.
À la tête de ce peuple était le Papa ou chef de la religion du pays, homme instruit déjà d’un âge avancé. Il s'approcha du général Gentili et lui dit : « Français ! vous allez trouver dans cette île un peuple ignorant dans les sciences et les arts qui illustrent les nations, mais ne le méprisez pas pour cela, il peut devenir encore ce qu’il a été : apprenez en lisant ce livre à l’apprécier ».
Le général ouvrit avec curiosité le livre que lui présentait le Papa, et il ne fut pas peu surpris en voyant que c'était l'Odyssée d’Homère.
Les îles de Zante, Céphalonie, Sainte-Maure ont le même désir et expriment le même vœu, les mêmes sentiments pour la liberté ; l’arbre de la liberté est dans tous les villages ; des municipalités gouvernent toutes les communes, et ces peuples espèrent qu’avec la protection de la grande nation ils recouvreront les sciences, les arts et le commerce qu’ils avaient perdu sous la tyrannie des oligarques.
L’île de Corcyre était, selon Homère, la patrie de la princesse Nausicaa.
Le citoyen Arnault, qui jouit d’une réputation méritée dans les belles-lettres, me mande qu'il va s’embarquer pour faire planter le drapeau tricolore sur les débris du palais d’Ulysse.
Le chef des Maniotes, peuple vrai descendant des Spartiates, et qui occupe la péninsule où est situé le cap Matapan, m’a envoyé un des principaux du pays pour me marquer le désir qu’il aurait de voir dans son port quelques vaisseaux français et d’être utile en quelque chose au grand peuple. Je lui ai répondu la lettre dont vous trouverez ci-joint copie.
Bonaparte4.

8L’expression plaît beaucoup à Bonaparte. Dans une proclamation à ses soldats pour la fête de fondation de la République, le 1er vendémiaire an VI, il s’écrie : « C’est de ce jour que date la fondation de la république, l’orgueil de la grande nation ; et la grande nation est appelée par le destin à étonner et consoler le monde ». Le 7 octobre, dans une lettre à Talleyrand : « Nous serons pour longtemps la grande nation et l'arbitre de l’Europe », puis de nombreuses fois par la suite (parfois deux fois le même jour, comme le montre la Correspondance), et ce jusqu’au 10 décembre, lors de sa réception solennelle par le Directoire. Après quoi l’expression ne reparaît plus chez lui (rien dans ses proclamations de 1798 concernant l’Égypte) avant son récit du Mémorial.

  • 5 Réimpression du Moniteur universel, tome 29, p. 57-58.
  • 6 Ibid., p. 172 et 268.

9C’est le 1er novembre que l’expression a fait son entrée à Paris, lors de la réception par le Directoire de Monge et Berthier, venus au nom de Bonaparte présenter le traité de Campo-Formio. Après les discours, l’assistance s’écrie : « Vive la République ! Vive la grande nation ! Vive Bonaparte ! » (Moniteur5). Les mêmes cris retentiront le 10 décembre. À partir de novembre, l’expression est fréquemment employée, et ce durant toute l’année 1798 (où dans le Moniteur la graphie tend à se normaliser sous la forme la Grande-Nation). Ou la trouve dans les discours des directeurs (notamment lors des fêtes et commémorations) et des ministres, dans ceux des présidents des Assemblées, dans les traités (de la réunion de Mulhouse, de celle de Genève6), dans des correspondances, etc.

  • 7 Hansen,Quellen zür Geschichte des Rheinufers im Zeitalter der Franzosen, tome IV, Bonn, 1938, p. 32 (...)
  • 8 Ibid.
  • 9 Italique dans le texte, daté du 1er frimaire an VI (21 novembre 1797), dans Des intérêts de la Rép (...)

10Très vite elle a gagné l’étranger : le 13 novembre 1797, Geich, au nom de la fédération cisrhénane parle de « die Völker Zeugen der Siege der Grosse Nation » (les peuples témoins de la victoire de la grande nation)7, et de nombreuses adresses de demande de réunion de la rive gauche du Rhin la reprennent massivement entre janvier et avril 1798, en français et en allemand8. Le 21 novembre, César Laharpe écrit à ses concitoyens de Berne et de Fribourg que la liberté est toute proche : « Vous demandez d’une commune voix la garantie de la grande nation, qui peut seule vous rétablir dans la juissance de vos droits (...) »9. En revanche, j'ai eu le sentiment, mais avec des lectures beaucoup trop restreintes pour avoir une certitude, que l'expression était peu utilisée en Belgique et encore moins en Italie. Mais il y a là des recherches à faire.

  • 10 An das Direktorium, daté du 10 mai 1798. Lavater a aussi publié Deux mots d'un Suisse libre à la Gr (...)

11L’expression n’est pas toujours employée avec louange. Ainsi Lavater : « Eine Nation, die sich in mehr als einer Absicht die Grosse zu nennen berechtigt glauben kann (...) Frankische Nation ! nenne dich nicht die GN. Kolossalische Grosse ist nicht wahre Grosse, und 300 Milionen Chinesen würden euch lacherlich scheinen, nennten Sie sich vis-à-vis von euch die grosse Nation »10. (Une nation, qui à plus d’un titre se croit en droit de se nommer la grande nation. (...) Nation franque ! ne t’appelle pas la grande nation. Une grandeur colossale n’est pas une vraie grandeur, et 300 millions de Chinois vous paraîtraient risibles s’ils s’intitulaient vis-à-vis de vous la grande nation.)

  • 11 Le Moniteur universel (tome 29, p. 669) et discours imprimé en brochure (BN, Le43 3036). J’ai respe (...)
  • 12 Pour préparer ce travail, je n’ai utilisé que la réimpression. Une étude du journal complet s'impo (...)

12Venons-en maintenant au déclin de l’expression. Je crois qu’on peut dire que c’est une conséquence de l'attentat de Rastadt du 28 avril 1799, et que les succès militaires de la deuxième coalition ont renforcé cet effet. Le 8 mai, dans un discours aux Cinq-Cents, Bailleul dit : « La République française fut surnommée par l’étranger La grande nation. Elle est plus maintenant, elle est avec ses alliés la seule nation »11. Certes dans la même séance, Boulay-Paty et d'autres se réfèrent à la grande nation. Boulay-Paty s’écrie : « Guerriers de la grande nation, le Nord et le Midi se sont humiliés devant vos armes puissantes ; de nouveaux triomphes vous attendent (...). Vengeance ! » Mais il est clair que le coup est ressenti très durement. Le 20 prairial (8 juin), lors de la fête funèbre organisée au Champ-de-Mars en l'honneur des plénipotentiaires assassinés, Marie-Joseph Chénier n’emploie l’expression qu'une seule fois, dans une ambiance ossianesque ; « Le génie de la grande nation, les yeux fixés vers le ciel et l’avenir, s’enveloppe de son deuil majestueux ». Lors de la même cérémonie, Merlin de Douai parle, lui, de « nation aussi puissante que généreuse ». À noter que c’est dans le numéro du 25 prairial (13 juin) du Moniteur, qui fait le compte rendu de la fête, que j’ai trouvé la dernière occurrence de « la grande nation »12.

  • 13 Celles qui sont regroupées dans deux dossiers aux Archives nationales, en C 685 et C 686.

13Les adresses envoyées de toute la France au Corps législatif suite à cet attentat, immédiatement relayées par celles qui suivent le coup du 30 prairial, ne font pas une grande place à l’expression : 4 seulement suite à l'attentat, et au total, sur 482 adresses que j’ai lues13, 12,2 % l’emploient (dont 2 sur 17 adresses parisiennes). On monte à 13,9 % si l’on inclut des expressions voisines comme « une grande nation », qui a ici le même sens (on trouve parfois les deux dans la même adresse), ou « la plus grande et la plus éclairée des nations ».

14Mais c’est dans le Journal des hommes [libres] du 5 brumaire an VIII (27 octobre 1799), journal où pour 1799 l’expression est rare (il faudrait comparer avec 1798), que l’on trouve l’acte de décès le plus net de l’expression, sous la plume de V. Roho, dans un article intitulé « Respect au peuple et à la loi » : « Une nation qui appela toutes les autres à la liberté, et les voulut aider à la conquérir après l’avoir conquise pour elle-même ; une nation justement célèbre par toutes les sortes de gloire, et qui tenait le monde attentif au récit de ses continuels prodiges ; la grande nation, puisqu’ainsi la nommait l’Europe, sembla tout à coup disparaître sous le double rapport de l’exercice de ses droits politiques et de la jouissance de ses droits civils, pour faire place à une petite horde de voleurs, d’égorgeurs, d’intrigants et de traîtres ».

15Mais tout cela nous amène à des problèmes d’interprétation que je vais maintenant aborder.

Problèmes d’interprétation

16Ces problèmes sont de trois ordres : ceux relatifs à la naissance de l’expression, ceux relatifs à la période où elle est abondamment utilisée, et ceux relatifs à son déclin.

Naissance de l'expression

  • 14 « Bonaparte, l’Orient et la Grande Nation », no 273, juillet-septembre 1988.

17Dans un article paru en 1988 dans les Annales historiques de la Révolution française14, Henry Laurens attribue la création de l'expression aux pachas de Bosnie et d’Albanie qui étaient en relation avec Bonaparte. Il s’appuie sur le Journal de voyage en Suisse et Italie de Desaix, publié en 1907 par Arthur Chuquet. Desaix a séjourné à Milan au printemps et en été 1797, et il parle du « pacha de Bosnie qui appelle le général l’homme fort de la grande nation ». Nous savons qu’en effet Bonaparte, comme Gentili, était en relation avec Ali, le pacha de Janina - en Épire et non en Bosnie - qui escomptait une aide française pour ses entreprises autonomistes contre la Porte (il y a aussi le pacha de Delvino, plus au nord, et celui de Scutari, encore plus au nord, on touche là à la Dalmatie qui est impliquée dans les affrontements entre la France et l'Autriche) mais le seul document que j’ai trouvé est une lettre d’Ali Pacha du 1er juin 1797, publiée dans la Correspondance inédite de Napoléon, où Ali écrit : « L’estime et la vénération que je nourris pour vous, général, pour une grande et puissante nation, m’a fait désirer son amitié ». C’est donc ici l’expression ancienne qui est employée. Je n'ai pas trouvé trace de texte permettant d’étayer la version donnée par Desaix et avalisée par Henry Laurens. Desaix ne date pas son propos, et rien, me semble-t-il, ne permet de dire avec certitude que les pachas sont les inventeurs de cette expression, bien que son emphase et son parfum de flatterie intéressée s’accordent parfaitement à l’esprit des relations publiques dans l’Empire ottoman.

  • 15 « Le babouvisme et l'unité italienne » (1938), repris dans Regards sur l’époque révolutionnaire, 1 (...)

18La question est à creuser, et elle n'est pas de pure érudition, car en mai Bonaparte pense à l’Égypte, et donc à la Porte. La prise de possession des îles Ioniennes est en rapport direct avec ce qui chez lui n’est encore qu'un songe mais devient vite un projet (sa correspondance avec le Directoire et Talleyrand à partir d’août le montre). L’apparition de l’expression dans la bouche de Bonaparte ne peut être disjointe de l’élargissement considérable de son champ d’action projeté, et de la fascination de l’Orient, qui remonte à sa lecture des Ruines de Volney (1791) et s’exerce alors puissamment sur lui. Notons en outre que Bonaparte aime tout ce qui est « grand » : selon Mallet du Pan, « la Grande République » était une expression favorite dans sa bouche. Godechot cite un texte de Bonaparte aux Italiens du 31 mars 1795, où il parle de « la grande cause »15. Et nous avons vu « le grand peuple » dans la lettre du 1er août. En Égypte, il se qualifiera de « sultan El-Kebir » (le grand sultan).

19Mais il y a une autre piste, qui a ma préférence. Toutes les sources indiquent que la veille du départ de Dimo Stephanopoli le 30 juillet, il y a eu un dîner auquel ont pris part entre autres Dimo Stephanopoli et son neveu, l'épouse, née Comnène, du général Junot, Augereau marié à la fille d’un négociant grec de Naples, Augereau qui, lorsque Bonaparte dit que les Stephanopoli sont non des Corses mais des Spartiates, porte un toast vibrant à la liberté des Grecs. Nous avons vu que, selon Dimo Stephanopoli, c’est ce soir-là que Bonaparte a parlé de « la grande nation qui vient briser leurs chaînes », celles des Grecs asservis depuis le XVe siècle par un pouvoir barbare et despote. Plutôt que chez des pachas auxquels la notion de nation est peu familière, ne serait-ce pas dans cette ambiance exaltée que l’expression a jailli, à l’heure où dans sa cour de Mombello Bonaparte s’émancipe du Directoire et se berce de rêves et de projets d’envergure mondiale ? Une expression inventée ou reprise immédiatement par un homme dont le génie n’est pas seulement militaire mais plus encore politique, et qui a vu que, dans sa simplicité et sa perfection propres à marquer les esprits, cette expression s’accordait à merveille à ses projets. Si l’expression venait des pachas, qui semble-t-il (c’est un point à travailler) avaient lancé dès le mois de mai des contacts en direction de Bonaparte, pourquoi faudrait-il attendre les 29 juillet-1er août pour le voir s'en servir ?

20Mais l’expression est chargée d’autres éléments. Dans son discours du1er novembre à Paris, Monge a fait des allusions à la liberté des Grecs qui attendent les Français, ce qui inquiète vivement la Porte. Il se réfère aussi à la Gaule, s’écriant : « Oh mânes révérées de Vercingétorix, vous êtes bien vengées ! » De même Barras, le 10 décembre, s’adressant à Bonaparte : « Après 18 siècles, vous avez vengé la fortune de César : il apporta dans nos champs l'asservissement et la destruction, vous avez porté dans son antique patrie la liberté et la vie ; ainsi se trouve acquittée l’immense dette que le ressentiment des Gaulois avait contractée envers Rome ». Dans ses Mémoires, Barras dit que cette allusion à César était une mise en garde (ne pas franchir le Rubicon...), réplique aux phrases menaçantes prononcées à cette occasion par Bonaparte.

21La Gaule est une référence que l’on trouve souvent à cette époque. Voir par exemple le programme de la fête de la fondation de la République par François de Neufchâteau pour le 1er vendémiaire an VII, qui coïncide avec l’exposition des produits industriels français. Dans la marche, « des hommes vêtus des anciens habits des principaux peuples qui occupèrent la Gaule porteront le Faisceau ». À noter aussi qu’au concile national ouvert le 15 août 1797 on préconise la reprise par l’évêque de Lyon du titre de primat des Gaules.

  • 16 Ce qui tend à le confirmer, c'est que « une grande nation » avait cours bien avant toute expansion (...)

22À mon sens, tout cela est très significatif. La Gaule, la Grèce, l’Égypte et l’Orient : plus qu’une référence à l’expansion territoriale de la République française, je crois que « la grande nation » est l’expression de sa dilatation dans le temps et son expansion dans l’ordre de la civilisation : elle est aujourd’hui l’héritière et le porte-parole de tout ce que le passé a donné de plus grand et de plus fort (et l'homme qui entend incarner cela « règne » à ce moment sur l’Italie du nord, condensant dans sa personne la Gaule vaincue et Rome victorieuse). La France se place au niveau de l’humanité tout entière dans son Histoire, elle est la grande nation civilisatrice, émancipatrice, enfin sur le point de vaincre l’Angleterre commerçante qui domine les océans pour son profit égoïste. Plus que dans un sens spatial et territorial, c’est dans l’ordre du temps que la France, dans l’été et l’automne de 1797, se dénomme elle-même « la grande nation »16.

Emploi, portée et signification de l'expression

  • 17 Selon lui, à la réception par le Directoire de la lettre de Bonaparte du 1er août, La Révellière s (...)

23- Elle n’est pas employée par tout le monde avec la même fréquence. Ainsi, malgré ce que dit Barthélemy dans ses Mémoires17. La Révellière-Lépeaux l’utilise peu, de même François de Neuchâteau ou Merlin de Douai ; Barras davantage.

  • 18 Dans sa thèse sur De la coutume à la loi - Le pays de Gueldre de 1713 à 1848 (Montpellier-III, 199 (...)

24- Elle est toujours la marque de la force et de la domination de la France et exprime puissance et orgueil : « la grande nation vengera l’univers » (des Anglais) ; Ochs parle de Barras « dont les manières simples et naturelles font oublier qu’il est président du directoire de la grande nation » (lettre à son beau-frère du 13 décembre 1797) ; il y a beaucoup de superlatifs dans les adresses allemandes (en Sarre, « Grossmütig und mächtig Nation », magnanime et puissante nation). Mais là il y a aussi des accents de doute implicite18.

25- Une question importante se pose : « la grande nation » désigne-t-elle la France des anciennes limites ayant étendu son domaine et son influence, ou la France agrandie ? Les nouveaux Français - Allemands, Belges - font-ils partie de la grande nation ou bénéficient-ils de ses bienfaits ? Seule une analyse fine du vocabulaire permettrait d’en décider.

  • 19 Voir Partie V, paragraphe VII : « Comment les mots influencent les passions » (éditions Vrin, 1990 (...)
  • 20 Henry Laurens a bien souligné ce point dans L'expédition d'Égypte. Paris, Le Seuil, Points-Histoir (...)

26- L’expression forme un bloc, elle n'est guère développée et commentée. Elle appartient à mon sens au registre que Burke analyse dans sa Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et du beau (1757), selon lequel il est des mots et des expressions qui signifient et impressionnent par eux-mêmes, au-delà de tout renvoi à une réalité19. Cet emploi des mots, qui lancent ce qu’on peut appeler des « idées-images », est l’un des éléments clefs de la rhétorique politique qui devient l’arme par excellence de la lutte pour le pouvoir à partir de la Révolution française. Bonaparte a compris la puissance de cet outil. Le point capital est là ; l’expression a été inventée ou lancée par lui au moment de sa plus grande gloire. « La grande nation » est un instrument pour sa propagande personnelle, une arme idéologique dont il se sert massivement20, pour l’abandonner quand elle ne lui sert plus à rien.

Déclin de l’expression

27Après la fête funèbre de juin 1799, on ne la trouve plus dans le Moniteur. Dans le JHL, on la trouve peu (trois fois, dont deux avec valeur négative, dont celle citée plus haut). Dans les adresses au Corps législatif, il y a 5 occurrences en prairial, 48 en messidor, 13 en thermidor et 1 en fructidor. Le pourcentage dans les adresses, près de 14 %, n’est pas négligeable, néanmoins c’est nettement minoritaire. Cela dit, il serait difficile de prouver que lorsque l’expression n’y est pas, c’est parce qu’elle aurait été explicitement repoussée. Mais il y a une étude fine à faire de ces adresses.

  • 21 B. Gainot,Le mouvement néo-jacobin à ta fin du Directoire, 3 vol. dactyl., Paris I, 1993, p. 815.

28Elles sont l’une des expressions du néo-jacobinisme, et je pense que l’analyse de celui-ci dans la phase finale du Directoire, de prairial à brumaire, devrait nous en apprendre beaucoup sur le destin de « la grande nation », l’expression et ce qu’elle représente. J’ai dressé une carte (reproduite en annexe) localisant les départements d’où viennent les adresses dans lesquelles j’ai trouvé l’expression. Elle confirme largement la géographie du néo-jacobinisme telle que Bernard Gainot la décrit dans sa thèse : « On connaissait déjà l’importance de Toulouse et de sa région. On peut désormais lui adjoindre un large Midi, de l’Aquitaine au littoral varois, en passant par le Languedoc et la région marseillaise ; un Centre-Est très actif et largement autonome par rapport à l’espace parisien. En dehors de cette France périphérique, quelques îlots (le Nord, la Seine-Inférieure) et quelques gros noyaux urbains (Metz, Saintes, Bourges, Auxerre...) »21.

  • 22 Qui considère à ce moment que le sort de la République se joue en grande partie en Italie.
  • 23 Op. cit.. p. 794.
  • 24 Reproduite in extenso par B. Gainot dans sa thèse à la fin du vol. 2.

29Bernard Gainot écrit aussi à juste titre qu’à l’été 1799 le néojacobinisme22 montre un retour en force vers le droit des peuples et en conséquence une prise de distance à l’égard de l’affirmation de la « grande nation »23. Là est la question clef : si les études à venir confirment que l’expression a décliné (voire disparu) en 1799, ce sera à apprécier par rapport aux enjeux politiques et idéologiques auxquels elle est liée. Pour les néojacobins « la grande nation » n’est pas la notion majeure, « patrie » et « patriotes » sont des références beaucoup plus fortes du mouvement. Il est intéressant que l’adresse d'Auxerre du 24 juillet 1799 parle d’une nouvelle fédération à faire et évoque non la grande nation, mais « la Grande Commune »24. Il faut cependant remarquer que Briot, que B. Gainot qualifie de « principal dirigeant du groupe néo-jacobin » reste l’un des plus fidèles à « la grande nation » : il s’y réfère trois fois le 1er août aux Cinq-Cents en présentant trois écrits de patriotes italiens réfugiés, il s’y réfère encore le 29 août. Le 3 novembre, le JHL publie une adresse de soldats d’Italie où figure l’expression, et le journal précise que l’original est entre les mains de Briot. N’y a-t-il pas une anticipation du nationalisme de gauche entre 1815 et 1848 ?

  • 25 Qu’en est-il par exemple du journal La trompette, ou journal du département du Doubs, où la marque (...)

30Ce sont là des questions importantes, qui doivent être approfondies. Le statut de la notion de « nation » - à fortiori « la grande nation » - par rapport aux difficultés d’émergence de la démocratie me paraît être l’un des chantiers de la relance des travaux sur le Directoire, à même de nous éclairer sur la place de cette notion depuis 1789, mais aussi pour tout le XIXe siècle. Cela passe par une analyse poussée des réseaux et des textes : discours, adresses, débats parlementaires, et surtout la presse, notamment en province25.

31Mais il faudrait regarder aussi du côté des idéologues et de la Décade philosophique, ainsi que dans le Magasin encyclopédique. La France du Directoire et du Consulat brille d’un éclat considérable dans le domaine intellectuel. Elle exerce une forte attraction sur les Belges, les Allemands, les Italiens, les Anglais même. Le Paris d’alors est la capitale intellectuelle de l’Europe. Est-ce l’une des manifestations de la grande nation ? Le drainage des œuvres d’art vers Paris tout au long du Directoire en est-il une illustration ?

  • 26 Comme on l’a vu, l’idée revient souvent que c’est l’Europe qui a nommé la France la grande nation. (...)
  • 27 Hansen cite le texte d'un poète, W. Gand, à l’occasion d’une fête à Trêves suite au traité de Luné (...)

32C’est en ce point que la problématique que j’avance ici, centrée sur l’histoire de l’expression, recoupe celle issue des travaux de Jacques Godechot. La grande nation s’impose à des peuples vivant dans un espace bien plus étendu que celui de la France en 1789. Elle est la concrétisation d’une nouvelle souveraineté. Il est donc essentiel de mesurer sous quelles formes et jusqu’à quel point les populations entrées dans l'aire de cette souveraineté y ont ou non adhéré. Les discours, les souscriptions, les fêtes, la conscription - comme d’autres modes d’expression : symboles, chansons et hymnes, la vie intellectuelle et artistique, et aussi la participation aux élections, les formes diverses de la sociabilité politique -, tout cela témoigne-t-il ou non d’un début d'adhésion à la grande nation en tant qu’ensemble à base territoriale, en voie d’intégration politique26 ? On remarque par exemple que « la grande nation », si présente dans les adresses de réunion de la rive gauche du Rhin en 1798, semble disparaître par la suite27.

  • 28 Révolution et guerre de conquête. Les origines d'une nouvelle raison d’État (1789-1795) », Revue d (...)

33Dans un article paru en 199328, Hervé Leuwers analyse la contradiction entre le droit des peuples posé par les révolutionnaires français en 1790 et la nouvelle raison d’État qui prévaut à partir de 1795, selon laquelle c’est en fonction des seuls intérêts de la France que telle réunion doit être faite ou non. Or « la grande nation » pourrait nous livrer la clef de la manière dont les révolutionnaires français et leurs alliés dans les pays réunis ont « résolu » cette contradiction. En posant un être qui par son article défini semblait si précis alors que l’examen de l’expression montre qu’il était tout au contraire fort indéfini, les révolutionnaires ne cherchaient-ils pas à clore tout débat avant même qu’il n’ait commencé, tenant pour tranchée une question qui justement ne l’était pas ? Comme je l’ai noté plus haut, il est difficile de savoir jusqu’à quel point les populations des territoires réunis étaient tenues et se tenaient elles-mêmes (y compris chez les plus ardents partisans de la France) pour des membres de la grande nation. Rares sont ceux - un Lambrechts, un Reinhard - pour lesquels la chose est évidente. Au-delà de ces cas, n'y avait-il pas beaucoup de « faire semblant » ?

  • 29 Tout ceci nonobstant les très réels bénéfices que les peuples intégrés et ceux des républiques-soe (...)
  • 30 Une force dont Burke a vu avec une puissance d’analyse étonnante qu'elle allait jouer un rôle cent (...)

34Si tel est le cas, alors on comprendrait pourquoi toute l’opération qui a commencé en 1792, s’est précisée en 1795 et à laquelle le tournant italien - et bonapartiste - de 1797 a donné un caractère « définitif » est placée sous le signe du sublime et de la rhétorique. En 1789, la nation souveraine a surgi comme le référent politique majeur, se présentant comme l’aboutissement du travail de la raison à l’œuvre, tout au long du XVIIIe siècle, dans le droit naturel moderne, dont le droit des peuples est la traduction. Mais dès que cette nation est sortie des anciennes limites et au fur et à mesure qu’elle s’étendait, elle n’a pu maintenir sa référence au droit naturel moderne et à la raison. C’est alors qu’est venue la fiction - au sens hobbésien du terme - de la grande nation, pour donner une couleur d’adhésion à ce qui, par un appel obsessionnel à la magie des mots, était effet de séduction, de fascination et d’admiration (et d’auto-admiration)29. Il n’est dès lors pas étonnant que le principal auteur de l’opération ait été Bonaparte, qui ne croyait qu’à la séduction et à la force30.

35Un dernier point, qui montre à quel point ce n'était pas le droit naturel moderne qui inspirait l’expansion de la grande nation : il est constamment question de peuples unis, là où on aurait dû avoir : unis. Il s’agissait donc, selon la fiction mise en place, de retrouver l’unité des origines, non de passer un contrat. Peut-on dire alors que la contradiction relevée par Hervé Leuwers a été réellement résolue ? Ou n’a-t-elle été que gelée, pour éclater au grand jour à partir de 1815 ?

36S'il en est bien ainsi, alors le Directoire - et tout particulièrement l’année 1797 - est le moment charnière où l’acquis politique de la Révolution française bascule dans le monde moderne, mais chargé des équivoques et des difficultés à court, moyen et long terme, que le recours aux baïonnettes entraînait inévitablement.

  • 31 Bien qu'il s’agisse d’un autre chantier, il serait intéressant de connaître le sort fait à l’expre (...)

37Telles sont, quelques-unes des questions que pose « la grande nation », questions difficiles et brûlantes, mais qui ouvrent aux historiens de nouveaux et passionnants chantiers31.

Carte

Carte

X : Nombre d’adresses par département

Notes

1 Réédition Aubier-Montaigne, 1983.

2 C’est le caractère absolu de l'expression qui fait que l’article défini est partie intégrante de l’expression. C'est lui qui fait la différence avec « une grande nation ». Cela impose à mon sens que, si l’on met l’expression entre guillemets, la graphie soit « la grande nation » et non la « grande nation ».

3 Les matériaux principaux des deux paragraphes suivants sont : la Correspondance (tome III, 1859) et la Correspondance inédite (tome II, Venise, 1819) de Napoléon ; Voyage de Dimo et Nicolo Stephanopoli en Grèce pendant les années V et VI, 2 vol., Paris, an VIII.

4 Lettre dans Correspondance, tome III, 1859, p. 285 (j’ai mis en gras les termes caractéristiques pour notre propos). Comme le montrent tant les lettres de Gentili que celles d'Arnault à Bonaparte (Correspondance inédite), le récit de Bonaparte concernant l’arrivée des Français est totalement fantaisiste. Il n’y avait personne sur le rivage et aucun pope n'a présenté l'Odyssée au général Gentili.

5 Réimpression du Moniteur universel, tome 29, p. 57-58.

6 Ibid., p. 172 et 268.

7 Hansen,Quellen zür Geschichte des Rheinufers im Zeitalter der Franzosen, tome IV, Bonn, 1938, p. 322.

8 Ibid.

9 Italique dans le texte, daté du 1er frimaire an VI (21 novembre 1797), dans Des intérêts de la République française considérés relativement aux olygarchies helvétiques.

10 An das Direktorium, daté du 10 mai 1798. Lavater a aussi publié Deux mots d'un Suisse libre à la Grande Nation.

11 Le Moniteur universel (tome 29, p. 669) et discours imprimé en brochure (BN, Le43 3036). J’ai respecté la graphie du Moniteur.

12 Pour préparer ce travail, je n’ai utilisé que la réimpression. Une étude du journal complet s'impose.

13 Celles qui sont regroupées dans deux dossiers aux Archives nationales, en C 685 et C 686.

14 « Bonaparte, l’Orient et la Grande Nation », no 273, juillet-septembre 1988.

15 « Le babouvisme et l'unité italienne » (1938), repris dans Regards sur l’époque révolutionnaire, 1980, p. 275.

16 Ce qui tend à le confirmer, c'est que « une grande nation » avait cours bien avant toute expansion territoriale.

17 Selon lui, à la réception par le Directoire de la lettre de Bonaparte du 1er août, La Révellière sautait comme un cabri en s’écriant : « La grande nation ! Que c’est joli ! Quelle belle idée ! », Mémoires de Barthélemy (1768-1819). Paris, Plon, 1914, p. 223.

18 Dans sa thèse sur De la coutume à la loi - Le pays de Gueldre de 1713 à 1848 (Montpellier-III, 1994, dactyl., p. 455 à 537), Josef Smets, qui signale que les adresses allemandes n'ont guère été étudiées, montre qu'elles sont largement le fruit d'une pression des Français et que sur le total des signatures (14,9 % des signatures possibles) beaucoup ont été extorquées. Mais l'excès même des expressions louangeuses laisse parfois percer le doute quant à la réalité de la liberté annoncée. Je remercie Marita Gilli de m'avoir signalé cette thèse.

19 Voir Partie V, paragraphe VII : « Comment les mots influencent les passions » (éditions Vrin, 1990, p. 214-218).

20 Henry Laurens a bien souligné ce point dans L'expédition d'Égypte. Paris, Le Seuil, Points-Histoire, 1997, p. 28.

21 B. Gainot,Le mouvement néo-jacobin à ta fin du Directoire, 3 vol. dactyl., Paris I, 1993, p. 815.

22 Qui considère à ce moment que le sort de la République se joue en grande partie en Italie.

23 Op. cit.. p. 794.

24 Reproduite in extenso par B. Gainot dans sa thèse à la fin du vol. 2.

25 Qu’en est-il par exemple du journal La trompette, ou journal du département du Doubs, où la marque de Briot est forte ?

26 Comme on l’a vu, l’idée revient souvent que c’est l’Europe qui a nommé la France la grande nation. Mais (réserve faite du problème des pachas) c'est au contraire la France elle-même qui s’est ainsi dénommée. L'expression et tout ce qu'elle signifie sont donc pour les peuples réunis l’objet d’une réception (ou d’un rejet) dont l'analyse doit permettre de prendre la mesure de cette intégration.

27 Hansen cite le texte d'un poète, W. Gand, à l’occasion d’une fête à Trêves suite au traité de Lunéville. On lit dans ce texte : « Danke sei der Vorsehung, mit der Grossen unüberwindlichen Nation verbrüdet » (merci à la Providence d'être frères de la grande et invincible nation) (Hansen, t. IV, p. 1300). Mais c'est le seul texte allant en ce sens.

28 Révolution et guerre de conquête. Les origines d'une nouvelle raison d’État (1789-1795) », Revue du Nord, t. 75, janvier-mars 1993.

29 Tout ceci nonobstant les très réels bénéfices que les peuples intégrés et ceux des républiques-soeurs ont tirés de l’action de la Révolution française.

30 Une force dont Burke a vu avec une puissance d’analyse étonnante qu'elle allait jouer un rôle central dans la suite des temps. « C’est ainsi, écrit-il, que nous sommes affectés par la force, qui est un pouvoir naturel » (op. cit., p. 110). L'italique est dans le texte.

31 Bien qu'il s’agisse d’un autre chantier, il serait intéressant de connaître le sort fait à l’expression « la grande nation » par l'historiographie du XIXe et du XXe siècle.

Table des illustrations

Titre Carte
Légende X : Nombre d’adresses par département
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 363k

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540