Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 1. Le lien politique local dans la Grande Nation

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet

Les dynamiques locales de l'engagement et du refus politiques des citoyens

Fêtes civiques à Liège de la Révolution au Consulat

Rupture ou continuité ?

Philippe Raxhon

Texte intégral

  • 1 L'analyse des fêtes révolutionnaires dans le département de l'Ourthe n’a pas fait l’objet d'une mon (...)

1L’examen des fêtes civiques à Liège de la Révolution au Consulat1 est-il une occasion de mesurer l’impact et la réception du nouveau régime dans les populations ? Nous pensons effectivement qu’il constitue un élément d’appréciation de la nature du refus ou de l’engagement des collectivités face à une situation nouvelle héritée d’un contexte de crise.

2Le principal intérêt de l’étude des fêtes révolutionnaires repose sur deux axes d'approche complémentaires. Le regard porté sur les fêtes nous permet de mieux apprécier la sensibilité des individus face à la Révolution qui les entraîne. Tandis que les événements qui en constituent la charpente visible influencent le déroulement des fêtes et modifient leur tracé, leur portée, leur signification.

3Les fêtes révolutionnaires sont tout sauf un compte rendu des faits révolutionnaires, mais à travers elles, comme à travers un prisme, percent les vérités que la nouvelle réalité imposée à partir des principes nouveaux, veut voir exposer aux yeux de tous. La fête a le rare mérite d’intégrer les contradictions au profit de ses organisateurs, qui sont aussi les organisateurs des victoires sur le terrain politique, tout en laissant libre place à l’exaltation collective et l'interrogation individuelle, aux désordres et à l’ordre, aux chants et au silence, aux sens et aux sentiments, à la haine et à l’amour, aux faiblesses confondues et à l’espoir entretenu, vivifié, qui rebondit au son des fifres et des tambours.

4C’est faire œuvre réductrice que de prendre, sur ce point, en défaut l’imagination créatrice et active des révolutionnaires qui ont développé, en l’espace de quelques années, un arsenal commémoratif et festif remarquable, en dépit d’un conformisme souvent souligné à juste titre, qui ne peut pourtant pas dissimuler l’effective effervescence qui s’est manifestée à l’occasion de ces fêtes populaires, dont on peut croire qu'elles accompagnent comme des coups de semonce les grands épisodes de la période révolutionnaire. Ces nécessaires coupures du tissu du temps s’imposaient aux yeux des contemporains comme aux nôtres aujourd’hui, pour bien cerner tous les enjeux d’une époque.

5Les fêtes ponctuent l’histoire révolutionnaire. En marquent-elles les étapes de transition ? Elles servent, ou desservent en prêtant le flanc à la critique, la conception du monde dans laquelle elles s’intègrent ; elles ne sont rien moins qu’innocentes.

6Cette période est mouvementée pour les Liégeois car leur révolution est une somme de saccades, elle se distingue par deux exils forcés de patriotes, suivis par deux restaurations épiscopales, et deux occupations françaises qui viennent mettre un terme à ces dernières. La Révolution liégeoise est constituée dès lors d’un assemblage de situations contradictoires, ce qui ne demeure pas sans influence sur la nature et le déroulement des fêtes s’intégrant dans son processus.

  • 2 P. Harsin, La Révolution liégeoise de 1789, Bruxelles, 1954.

7Il faut savoir que le 18 août 1789, l’Hôtel de Ville de Liège est envahi par la foule, tandis qu’un nouveau Conseil de la Cité, avec à sa tête deux bourgmestres patriotes, est établi. Un certain nombre de mesures révolutionnaires sont prises, ratifiées le soir même par le prince-évêque Hoensbroech. Les jours suivants, un mouvement similaire s’opère dans l’ensemble de la principauté ecclésiastique et le 26 août, Hoensbroech s’enfuit pour se réfugier à Trèves. Ainsi la Révolution liégeoise va progressivement se radicaliser, d’autant plus qu’elle est condamnée par la Cour impériale de Wetzlar, puisque Liège, malgré son indépendance, appartient au Cercle de Westphalie. Les Prussiens s’installent à Liège jusqu’au 16 avril 1790 ; mais les relations sont bonnes entre les patriotes et le roi de Prusse, qui est hostile à l’empereur d’Autriche. Après le départ des Prussiens, les troupes des Cercles envahissent la principauté et sont repoussées par la petite armée liégeoise. Il faut l'intervention de l'armée autrichienne pour en venir à bout et restaurer le prince-évêque (janvier-mars 1791). Le 3 juin 1792, Hoensbroech meurt et de Méan lui succède. Le 28 novembre de la même année, Dumouriez, après Jemappes, entre à Liège avec les exilés liégeois. Après la défaite de Neerwinden, une seconde restauration épiscopale débute en mars 1793. Elle s’accompagne d’une terreur blanche, et d’une occupation militaire autrichienne. À la fin du mois de juillet 1794, les Français chassent les Autrichiens de Liège, et le 1er octobre 1795, la principauté est incorporée à la République française. Nous nous contenterons de ces repères chronologiques en conseillant la lecture de la synthèse de Paul Harsin sur le sujet2.

8Le contenu des fêtes révolutionnaires est nourri par la ferveur patriotique, la confiance en la victoire assurée des idéaux révolutionnaires, la volonté d'instruire le peuple. On peut distinguer deux grandes époques dans l’expression festive de la période révolutionnaire liégeoise, celle comprise entre 1789 et 1795, et celle postérieure à cette dernière date, qui marque une rupture définitive puisque nos régions sont réunies à la République française, et qu’une batterie de décrets régularisent le déroulement des fêtes révolutionnaires chez nous. Les fêtes révolutionnaires de l’ancienne principauté cessent d’avoir une facture proprement liégeoise, d’autant plus vigoureusement que ces fêtes ont alors aussi pour fonction de niveler les sentiments particularistes liés peu ou prou au passé, signes d’une époque dont il faut se débarrasser. Nous examinerons plus loin ce qu’il en est pour la période comprise entre 1795 et 1799. Toujours est-il qu’entre 1789 et 1795, on recense plusieurs types de fêtes :

  1. Les commémorations : Ce sont les fêtes des faits et gestes des grands épisodes de la Révolution, à commencer par la première journée insurrectionnelle elle-même (18 août 1789), ou la fête de la Liberté (9-Thermidor), ambiguë à Liège puisqu’elle marque aussi la libération de la ville par les troupes françaises. C’est l'occasion de poser la question de la légitimité de la Révolution.

  2. Les célébrations des acteurs : Les morts sont des martyrs comme Pinsmay, Chapuis ou Bouquette ; les vivants sont des héros comme Fyon ; tous sont sanctifiés et prennent la forme définitive d’une référence collective.

  3. Les célébrations des idées et des symboles : La fête de l’Hospitalité qui marque l’accueil à Paris en 1793 des Liégeois persécutés, les Te Deum ou la liturgie et le rituel au service de la patrie menacée à l'heure des guerres, les plantations d’arbres de la liberté, les fêtes de l’amitié entre la Prusse et Liège, sont des exemples qui illustrent cette démarche.

  4. Les fêtes d'ordre privé : Il s’agit de fêter ensemble, hors des cadres officiels, l’homme ou l’acte révolutionnaire, lors d’un dîner, d’un concert ou d'une débauche.

  5. Les fêtes de la contre-révolution : Lors des restaurations épiscopales, tout est mis en œuvre pour accueillir le prince revenant.

9Il est bien évident que cette classification est subjective, et que les qualités citées sont mobiles, ingrédients qui se chevauchent d’une fête à l’autre.

  • 3 Remarquons que le culte décadaire ne sera pleinement mis sur pied qu'à partir du 17 thermidor an VI (...)

10Après Thermidor, le principe qui domine est alors l'uniformisation des fêtes, notamment sur le territoire liégeois. Il faut savoir que le décret des XV articles du 18 floréal an II régularisant les préceptes de la doctrine républicaine n’aura de portée paradoxalement qu’après juillet 1794, c’est-à-dire après l'arrivée des Français chez nous et la chute de Robespierre. Les fêtes révolutionnaires auront alors deux dimensions distinctes, elles seront nationales ou décadaires, selon qu’elles se rapportent à des célébrations d’envergure ou qu’elles s’apparentent au repos forcé où le travail quotidien est banni et fait place au culte des symboles3.

11La Constitution du 5 fructidor an III (22 août 1795) publiée en Belgique par arrêté des représentants du peuple en date du 14 vendémiaire an IV (6 octobre 1795), décida dans le cadre de son article 301, qu’il serait établi des « fêtes nationales pour entretenir la fraternité entre les Citoyens et les attacher à la Constitution, à la Patrie et aux Lois ».

  • 4 Rendue exécutoire en Belgique par arrêté du Directoire en date du 7 pluviôse an V (26 janvier 1797)

12La loi du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795)4 instaurait sept fêtes nationales dont la fonction était aussi de niveler les sentiments particularistes ; en l’occurrence les fêtes de la Fondation de la République (1er vendémiaire), de la Jeunesse (10 germinal), des Époux (10 floréal), de la Reconnaissance (10 prairial), de l’Agriculture (10 messidor), de la Liberté (10 thermidor), et des Vieillards (10 fructidor). En fait, les fêtes révolutionnaires de la République française furent introduites chez nous dès le 26 septembre 1794, avec la volonté à Liège de ne pas rapporter à l’ordre du jour de joie le caractère original des fêtes de la première révolution liégeoise. À partir des années 1795-96, il n’est alors plus question de cocardes rouges et jaunes (couleurs liégeoises), ou vertes et blanches (couleurs franchimontoises), ni de chants révolutionnaires tels que le « Valeureux Liégeois ». Comme nous l’avons précisé, dans sa volonté d’uniformisation, la Convention post-thermidorienne s’efforcera de gommer les particularités d'une révolution dont, par la force des choses, elle a absorbé les composantes.

  • 5 Feuille nationale liégeoise, août 1798, p. 14

13Mais le premier jour de l’insurrection liégeoise ne serait-il pas déjà un jour de fête ? Il se décompose en trois actes principaux avec le renversement de la magistrature dévouée au prince-évêque, et l’élection par acclamation de deux nouveaux bourgmestres, Jean-Rémi de Chestret et Jacques-Joseph Fabry, avec la reddition des troupes épiscopales ; avec enfin le retour d’Hoensbroech à Liège, ramené de sa résidence d’été par la foule, et pressé de ratifier les mesures prises par les révolutionnaires, qui sont celles de modérés. En outre, cette « Heureuse Révolution », comme la surnommèrent ses contemporains, ne fit pas couler le sang. Enfin, elle est proprement liégeoise, puisqu’il n’est point question d’ériger une assemblée nationale constituante. Il s’agit non pas de rompre avec le passé, mais de renouer avec lui ; et la perspective de la fête révolutionnaire s’en trouve modifiée. La situation consensuelle, provisoire, qui découla du 18 août et des jours qui suivirent dans les 22 autres « bonnes villes » de la principauté, donna à ces premières effervescences une coloration de fête aux yeux même des contemporains des événements. La victoire se remporte autant qu’elle se célèbre. Le rite prend le pas sur l’émeute, et renforce l’assurance et le souci de légitimité chez les émeutiers, connue si la discipline cautionnait l’acte rebelle. Ainsi, lorsque les citoyens se rendent chez le bourgmestre séide du prince, de Villenfagne, pour lui réclamer les clés magistrales, symbole du pouvoir civil, ils y vont l'épée à la main, mais selon une « marche majestueuse réglée au son du tambour et des instruments », tandis que « l’étendard de la liberté flotte dans les airs »5. Plus loin, c’est un cortège qui ramène dans la cité le carrosse du prince-évêque, dans « l’allégresse universelle », selon la Gazette de Liège du 21 août 1789. Enfin, l’unanimité est forgée, lorsque le prince arbore la cocarde patriotique, et quand un Te Deum en action de grâce est prévu dans la cathédrale Saint-Lambert.

14Qualifiés de restaurateurs de la liberté, les nouveaux dirigeants liégeois vont pleinement assumer ce titre. En effet, nous avons dit que la Révolution liégeoise avait la couleur d’une restauration, et le culte des ancêtres sera une référence essentielle, élément significatif du cadre festif liégeois où le présent s’intègre dans le passé, et s’y régénère au souffle des généreux aïeux, porteurs de valeurs éternelles, comme dans le cas du bourgmestre Sébastien Laruelle, opposant au prince-évêque et assassiné en 1637, point de repère de la cause liégeoise même après l’assimilation du pays de Liège à la France, et l’on est étonné de la vigueur du symbole, si l’on connaît l’enthousiasme qui secoua la cité mosane lorsque les restes de son corps furent découverts dans un état de conservation remarquable en 1798. L’idéologie républicaine française n’avait pu éteindre cette flamme qui se réveilla à l’occasion de la fortuite et macabre exhumation.

  • 6 Feuille nationale liégeoise, août 1789, p. 22.

15Dès les jours qui suivirent le 18 août, des députations des 22 autres « bonnes villes » de la principauté se rendirent à Liège pour se rallier à la capitale, et s’employer à la « régénération de la Constitution Nationale »6. Ils viennent pour féliciter les patriotes, enseignes déployées, et se rendre au Te Deum, mais aussi pour affirmer leur présence et exposer leurs propres revendications. C’est une « Fête de la Fédération » avant l'heure, dans la mesure où ces députations composées de notables, mais surtout d'hommes armés, renouent avec le « pacte fédératif » qui unissait les 23 « bonnes villes » de la principauté de Liège. Parmi ces délégations, la plus turbulente fut celle des Franchimontois, composée du Conseil de Verviers et de deux mille hommes conduits par le bourgmestre Jean-Joseph Fyon. Les Franchimontois incarneront l'aile radicale de la Révolution liégeoise, et l’un des animateurs, l'avocat Laurent-François Dethier, sera l’auteur d’une Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen remarquable pour son temps. L’expression franchimontoise trouve son originalité dans le cadre d’un Congrès national qui tint pendant des mois ses séances dans le petit village de Polleur. Or là aussi, la première réunion du Congrès fut l’objet d’un cérémonial, dont une messe solennelle. Fyon, futur babouviste mort obscurément en 1816, fut pendant la Révolution l’objet d'un véritable culte vivant. Surnommé le « Titus de Verviers », dès 1789, des cortèges de femmes portant des fleurs et de vieillards tenant des bâtons blancs allaient lui présenter des compliments.

  • 7 Ch. R. W. de Dohm, Exposé de la Révolution de Liège en 1789, Liège, 1790, p. 32.

16Les semaines qui suivirent l’insurrection liégeoise furent marquées par trois faits majeurs : la fuite du prince-évêque à Trèves le 26 août, qui sera perçue comme une trahison par ses sujets ; les divisions entre patriotes modérés et radicaux, et la condamnation de la Révolution par le Tribunal suprême de l’Empire, la Chambre impériale de Wetzlar. Dans ce contexte se déroulèrent les émeutes d’octobre où pour la première fois le sang coula, puisque la garde patriotique fit feu sur une foule réclamant du pain et des réformes plus importantes. Parmi les victimes se trouvait un garde patriotique, massacré le 7 octobre par les émeutiers, Guillaume Pinsmay. Cet événement fut un véritable catalyseur des aspirations des bourgeois maintenant sur la défensive devant les déferlements incontrôlés des pauvres des faubourgs qui attendaient plus de la révolution. En effet, ce jeune homme « dont la mort remplit Liège d’un deuil universel »7 devint le martyr d’un révolution bourgeoise, dont la célébration marqua le rejet, sinon le mépris, de la réaction populaire, et renforça cette ségrégation autour de la notion de citoyen, de la question de la citoyenneté active et passive.

17Dans les heures qui suivirent la mort du soldat, dans la nuit du 9 au 10 octobre 1789, le bourgmestre de Chestret faillit périr dans un attentat, auquel il échappa de justesse avant d’abattre lui-même son agresseur d’un coup de feu en pleine poitrine. La tentative ainsi déjouée fut reçue comme un heureux coup du sort, que l’on célébra par une messe et un Te Deum dans la collégiale Saint-Martin. Une fois encore, par le biais du Te Deum, l'on retrouve cette recherche obsessionnelle de la caution supérieure, divine, par le pouvoir en butte à ce qu’il désigne comme l’anarchie sociale. Ceci dit, même si la présence de la symbolique religieuse, chrétienne, au sein du discours révolutionnaire liégeois trouve ses racines et sa justification dans l’histoire même des rapports de force qui ont nourri les groupes sociaux dans la principauté ecclésiastique, il est bon de nuancer la portée de cette affirmation en soulignant d’emblée que cette référence n’était pas exclusivement propre à Liège.

18La radicalisation de la Révolution, et les interventions répétées du prince-évêque en direction du tribunal de Wetzlar a contraint celui-ci à condamner les patriotes liégeois. Ces derniers, risquant de subir une intervention militaire, se tournèrent vers le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume II, qui s’empressa de leur accorder sa protection en endossant le rôle de médiateur, entre le Tribunal d’Empire, le prince-évêque et les patriotes. La conséquence de cette décision fut l’envoi d’un corps expéditionnaire prussien en vue d’occuper pacifiquement la capitale de la principauté. Leur présence fut l’occasion de diverses festivités publiques à partir de la fin novembre 1789. Mais la bonne entente entre les Liégeois et les Prussiens allait se rompre en avril 1790, lorsque Frédéric-Guillaume II prit la décision de retirer ses troupes de Liège, laissant la principauté face aux soldats des Cercles. La guerre était inévitable, et il fallut se résoudre à mobiliser les énergies de la Nation, et stimuler le zèle patriotique. C’est à cette occasion que fut composé le chant « Le Valeureux Liégeois », que fut béni l’étendard de la cité, et que des Te Deum ponctuèrent les progrès et les victoires des patriotes.

  • 8 G. Nautet, Notices historiques sur le pays de Liège. Verviers, 1853, t. I, p. 329.

19Isolée, épuisée, la petite armée liégeoise sera contrainte à la reddition, et les patriotes menacés à l’exil, dès le 11 janvier 1791. La restauration épiscopale fut l’occasion elle aussi de réjouissances publiques imposées comme telles par le pouvoir épiscopal et autrichien, et reçues de manière relativement tiède par la population. Un Te Deum fut chanté à la cathédrale de Liège, tandis que des fêtes diverses saluèrent le retour du prince : « les anciennes régences des villes, rétablies dans leurs fonctions ordonnèrent, à cette occasion, des réjouissances publiques ; la ville de Verviers se montra sobre de démonstrations, dans ce moment ; mais les riches émigrés de Spa n’eurent pas la même réserve ; ils donnèrent des fêtes d’une magnificence extraordinaire »8.

20Les patriotes liégeois en exil à Paris se rangeront du côté de la France révolutionnaire expansionniste, considérant qu’une guerre internationale pour la liberté contre les souverains d’Europe les ramènerait dans leur foyer. Après la déclaration de guerre du 20 avril 1792, les Liégeois viendront renforcer des compagnies franches au service de Dumouriez dans sa campagne de Belgique. Le 28 novembre 1792, à la suite de la victoire de Jemappes, Dumouriez fit son entrée à Liège. Un nouveau régime allait s’établir, contrastant avec l’ancien, dans la rapidité même de sa formation, puisqu’il s’agissait enfin pour les Liégeois de rompre avec le passé, et de se mettre au rythme de la France républicaine. En novembre 1792, l’accueil triomphal fait à Liège à Dumouriez laissait présager une alliance des plus favorables. Il en fut de même dans les autres « bonnes villes », où des fêtes civiques furent organisées et plantés les arbres de la Liberté.

21Pour les Liégeois, il s’agit alors d'assumer une deuxième révolution, qui, cette fois-ci, s’accélère. Et c’est ici que la déchirure culturelle est la plus forte, entre des traditions ancestrales que les Liégeois sont contraints d’abandonner au nom de la crédibilité politique, et des maximes nouvelles, dans un décor institutionnel reconstruit, qui ne peut s’échafauder qu'avec la présence des Français, eux-mêmes à la recherche d'alliés en Europe. L’on assiste alors au sein des populations qui vivent dans cette enclave démocratique à proximité de la rive gauche du Rhin si vitale pour la France, à une tentative d’assimilation complète aux principes de la nouvelle République, au point pour ces Liégeois de manifester par le vote, le désir d’y être réunis. Dans ce contexte, la décision de démolir le symbole de la patrie liégeoise, la cathédrale Saint-Lambert, s’est nourrie de toute la force de cette rupture complète.

  • 9 Voir J. Bayer-Lothe, « Aspects de l'occupation française dans la principauté de Liège », dans Occup (...)

22L’installation du nouveau régime, l’élection d'une Convention nationale liégeoise au suffrage universel, la création de sociétés populaires, la saisie des biens des émigrés, l’établissement d’un tribunal révolutionnaire9 se firent à Liège à l’image des événements français, pour sceller de manière définitive, et en dépit de certaines réticences françaises, les liens de deux nations jadis séparées par une frontière.

  • 10 Cf. G. de Froidcourt, « Les réfugiés liégeois à Paris en 1793 et Pierre Lebrun. La fête de l’hospit (...)
  • 11 Le Moniteur universel, 17 avril 1793, no 107.

23Mais les revers militaires de mars 1793 poussèrent les troupes françaises à se replier, et les révolutionnaires liégeois les plus compromis à prendre le chemin de l’exil pour la seconde fois. Ils rejoignirent Paris, où l’accueil fut chaleureux, au point de s’inscrire dans le cadre même du calendrier républicain, puisque le 10 avril fut décrété « Jour de l’Hospitalité », jour où officiellement se rencontrèrent les réfugiés liégeois et les membres du Conseil général de la Commune de Paris. Les Liégeois reçurent à cette occasion un local pour déposer leurs archives, garantie de la préservation du souvenir, et tenir des débats. Il faut savoir que Pierre Lebrun, naturalisé Liégeois et rédacteur du Journal Général de l’Europe, était devenu depuis le 10 août 1792 ministre des Affaires étrangères, et soutenait de fait ses compatriotes du mieux qu’il put. Le 14 avril fut célébrée la fête de la translation des archives de la ville de Liège qui seront désormais conservées à la Commune de Paris10. Le cortège était formé par les autorités constituées, les corps judiciaires et les citoyens armés. Les hussards ouvrirent la marche, suivis de gendarmes et de gardes nationales. Vinrent ensuite la Table des Droits de l’Homme, les représentants des sociétés populaires, les juges et officiers de paix, les commissaires de police, le buste de Brutus, le Tribunal révolutionnaire, le faisceau des départements, les administrateurs des départements, les sections, une statue de la liberté. Pache, le maire de Paris, conduisait les municipalités. Etaient présents les membres du Tribunal de Cassation, le Conseil exécutif de la Commune, des conventionnels, des vétérans, et d’autres encore. Le trajet du cortège n’est pas dénué de signification puisque les participants empruntèrent le quai Peletier, les rues d’Arcis et Saint-Martin, où se trouvaient les Liégeois avec leur écharpe bicolore, sous l’arc de triomphe de la porte Saint-Martin, avec un char transportant leurs archives. C’est là qu’eut lieu l’échange de baisers fraternels entre Français et Liégeois, dont les deux cortèges fusionnèrent, pour s’ébranler vers les boulevards Saint-Denis, Montmartre, Poissonnière, se diriger vers la porte Saint-Honoré, et s’arrêter devant les Jacobins, pour reprendre le chemin de l’Hôtel de Ville où furent déposées les archives. Durant les discours prononcés, le procureur de la Commune lança : « il faut que maintenant Liège soit dans Paris et bientôt Paris sera dans Liège »11. La fête se termina par l’exécution d’un Hymne des Marseillais revu pour les circonstances par Sylvain Maréchal. La vie politique des exilés liégeois à Paris pouvait commencer. Elle suivra le rythme de la Révolution française. La Fête de l’Hospitalité fut celle de la rupture, son cérémonial marque l’acceptation définitive des Liégeois de partager le sort des révolutionnaires français.

24Entre-temps sévissait à Liège la répression épiscopale du dernier prince-évêque de Méan. Plusieurs Liégeois payeront de leur vie leur attachement à la République. Deux d’entre eux firent l’objet d’un culte après le retour des Français, lorsqu’ils seront devenus martyrs de la Liberté. Il s’agit de Jean-Denis Bouquette, exécuté à Huy le 24 mars 1 794, dont la tête fut enterrée à proximité du lieu d’exécution ; et Grégoire-Joseph Chapuis, décapité à Verviers le 2 janvier 1794. Dès leur retour, les Français déterrèrent la tête de Bouquette, qui fut ramenée en ville couverte d’un drap blanc tenu par quatre jeunes filles vêtues elles aussi de blanc. La tête fut ensevelie et un arbre de la liberté fut planté à titre de sépulture. Le 5 prairial an IV, une fête civique eut lieu en l’honneur de sa mémoire. Le 2 janvier 1794, les Français organisèrent une cérémonie à la mémoire de Chapuis. Un cénotaphe bordé de deux peupliers fut érigé à l’emplacement de l’exécution sur la place du Sablon, devenue place du Martyr, dénomination qui disparaîtra après l’avènement de Napoléon Ier en 1804, pour réapparaître au XIXe siècle. Ces cultes voués aux martyrs liégeois se dérouleront dans un cadre bien défini par la politique post-thermidorienne.

  • 12 Gazette de Liège. 29 juillet 1795.
  • 13 Ibid.
  • 14 (1758-1811). Cet homme de lettres apprécié fut l'un des animateurs politiques de la Révolution liég (...)
  • 15 Voir Couplets chantés à la fête sans-culottide, célébrée dans la commune de Liège, le cinquième jou (...)

25Après thermidor an II, le temps de l’exportation des principes révolutionnaires fit place à celui de la nécessité pour la République d’assurer ses frontières naturelles en exploitant les territoires conquis. Le hasard veut que le jour de la chute de Robespierre soit aussi celui de la libération de Liège par les armes, dans la foulée de Fleurus. Ainsi l’objet de la fête de la Victoire qui s’en suivra est baigné dans une réelle ambiguïté. Et la question que l’on pourrait se poser est de savoir si les Thermidoriens ont à Liège associé ou assimilé la chute de Robespierre à la libération de la ville afin d’asseoir leur propagande. Remarquons d'emblée que, la première année, c’est la délivrance des Liégeois qui est célébrée plutôt que la mort de l’incorruptible, car la fête est avant tout militaire. Il faut dire qu’à Liège, les élites révolutionnaires se maintiendront après thermidor an II. En outre, pour commémorer la victoire du Pont des Arches, point de passage entre les deux rives de Meuse où se concentrèrent les affrontements les plus violents avec les Autrichiens, l’autorité républicaine le dénomma deux ans après « Pont de la Victoire », nom qui disparut à la chute de Napoléon. Il est alors vrai que cette fête met aussi en valeur la symbolique de la traversée, avec l’effet d’un fleuve qui sépare les rives de la liberté de celles du despotisme. Le 9-Thermidor devient à la fois fête de la Victoire et fête de la Liberté. D’après la Gazette de Liège du 29 juillet 1794, « ce n’étoit point là une de ces cérémonies de l’ancien régime où l’on semblait dire au peuple : « voyez quelle distance vous sépare de vos maîtres » ; ici l’abandon, la fraternité, la douce égalité, se voyaient par-tout ». Le cortège se déplaçait en fonction de l’axe du Pont des Arches, il était composé des autorités constituées, de l'état-major, d’enfants, de jeunes gens, de parents, de vieillards, des chœurs, d’un char avec une statue de la Liberté, d’un autre avec les blessés de guerre, le tout encadré par les militaires. La bataille était reconstituée, incarnée dans la symbolique d’un pas de charge au pied du pont, au son d’une musique guerrière. Après la simulation, le cortège se dirigeait vers Outremeuse et le faubourg d’Amercoeur, bombardé par les Autrichiens en fuite. De retour au Pont des Arches, des discours étaient prononcés, tandis qu’un feu roulant d’artillerie offrait un nouveau simulacre de combat. « Sur la place de la maison-commune est élevée une superbe décoration en relief ; des colonnes s’élancent dans les airs ; le dôme est terminé par une statue de la Victoire annonçant les nouveaux triomphes de la République [...]. Sur l’autel de la patrie est une pierre de la Bastille, & la Constitution de 1793 »12. Cet autel est le point de convergence du cortège. Là encore sont prononcés des discours, tandis qu’un corps de musique exécute des morceaux de Gossec. « Voici le moment de la destruction des emblèmes de la royauté et de la tyrannie, ces emblèmes sont brisés ; des tourbillons de fumée s’élèvent & annoncent l’anéantissement de ces hochets funestes qui ont fait tant de mal au monde »13. Jean-Nicolas Bassenge14, alors commissaire du Directoire exécutif près l’Administration centrale du département de l’Ourthe, se montrera fermement attaché aux principes de ces fêtes qui raffermissent selon lui la communauté révolutionnaire. À la fin de 1794 eut lieu une fête où apparaissent encore des éléments proprement liégeois. Cette fête sans-culottide15 illustre l’alliance passée entre Français et Liégeois contre l’invasion militaire étrangère. Le cortège de cette fête rejoignait quatre stations symbolisant les âges de la vie terrestre (enfance, adolescence, âge viril, vieillesse), sur l’air notamment de La Marseillaise et du Valeureux Liégeois.

  • 16 Arch. de l'État à Liège, Fonds Français, Préfecture, 432 (4).
  • 17 Id., 432 à 440.

26Ceci dit, et pour revenir à elle, la Fête de la Liberté va se substituer à celle de la Victoire, et c’est la chute de Robespierre, plutôt que la libération de l’ancienne capitale, qui sera commémorée. À Liège, on évoque en ces termes « l’époque où nous aurons à célébrer les glorieuses journées des 9 et 10 Thermidor : au souvenir des événements qui ont cimenté les principes de notre Liberté, qui ne se sentiroit électrisé du feu ardent du patriotisme ? », selon l’Administration municipale de la commune de Liège16. La fête de la Liberté fait partie de ces fêtes institutionnalisées par la nouvelle bourgeoisie de notables vainqueurs après thermidor an II, et il se dégage des procès-verbaux de celles-ci17 un enthousiasme officiel, un débordement littéraire formel, même s’il n’est pas rare de voir stigmatiser la faible participation du public à la fête, mais aussi du personnel politique local. Or la fête est aussi l’occasion de se compter, et de compter les fonctionnaires absents. Sous le couvert d’une commémoration, le citoyen affichait ses opinions politiques au grand jour, et rassurait ses collègues et ses supérieurs sur ses sentiments patriotiques. Des administrateurs n’hésiteront pas à citer les noms des notables absents dans leurs procès-verbaux à destination de l’administration départementale.

  • 18 Id. 432 (1).
  • 19 Ibid.

27La lecture des comptes rendus de ces fêtes est aussi un indicateur de la vie quotidienne des populations. Ainsi, à l’occasion de la fête du 10 ventôse an III, qui célèbre les victoires françaises en Hollande, le maire Godin de la municipalité de Stodimont écrit à l'administration du Limbourg : « Vu la disette extrême de nos pauvres habitants, dont plusieurs meurent tous les jours faute de subsistances [...], nous ne pourrions mieux remplir l’objet relatif à cette fête, qu’en invitant les citoyens bien intentionnés à faire une souscription pour donner pendant quelques jours du pain à notre pauvre peuple »18. La situation est la même à Dalhem, à cause de la « disette qui règne généralement de tout côté ». On y décide d’organiser la fête, mais pour autant que « les circonstances le permettent » car, précise le maire Dehousse, « la fièvre et la disentrie règnent ici depuis très longtems, et font journellement un cruel et affligeant ravage [...] (sic). La misère touche à son comble par le défaut d’ouvrage qui produit l’interruption des manufactures ; la rareté des vivres fait retentir les cris de l'indigence de toute part »19. A Deneux, la misère est trop importante pour concevoir autre chose comme manifestation commémorative qu’un Te Deum en action de grâce. L’autorité communale a ainsi l’occasion de se plaindre de manière indirecte, en s’écartant de la ligne politique officielle. Ceci dit, le Directoire fut bienvenu car la Convention avait laissé les Liégeois dans une incertitude citoyenne. Libérés en juillet 1794, et devenus Français en octobre 1795, les Liégeois vivèrent mal cette période d’entre-deux où ils cessaient d’être Liégeois sans être encore Français. Le soulagement que constitua l’accès pour eux à la nationalité française se traduisit notamment par une réelle volonté de la part des autorités locales d’appliquer les mesures festives.

  • 20 Id., 432 (6).
  • 21 Id., 434 (3).
  • 22 Id., 436 (8).

28Les fêtes du 1er pluviôse, bien célébrées à Liège, célèbrent la mort de Louis XVI et sont l’occasion de renouveler le serment de haine à la royauté mais aussi à « l’anarchie », et de témoigner de son respect pour la Constitution de l’an III. Le commissaire du Directoire exécutif près l’Administration municipale du canton de Spa, Leruitte, dans un rapport destiné à Bassenge, nous donne une idée de la manière dont sont perçus les opposants à ces fêtes : « la haine pour la Royauté ! mon amour pour la République ont été partagés avec transport par le plus grand nombre des habitants de ces contrées, la mince partie avoit fui dès la veille ou se tenoit cachée dans leurs mazures comme des hiboux ; on en distinguoit quelquefois un ou deux qui lorgnoient le cortège du fond de leur retraite, avec des yeux où le dépit et la Rage y étoient mieux peints que la curiosité »20. La fête de la chute de la royauté assimile la haine de la tyrannie éprouvée par les Liégeois, à leur joie de partager le sort de la France républicaine. En somme, cette haine commune avec les Français cristallise les aspirations nationales. Cette fête est d’ailleurs liée à la fête du 1er vendémiaire (fondation de la République), la plus régulièrement célébrée, considérée comme le fondement des autres fêtes, et qui repose sur l’idée que la France, après avoir traversé les orages et vaincus les hypocrites, est maintenant stabilisée. Cette fête intégrait tous les attributs du cérémonial républicain : autel de la patrie, arbre de la liberté, cortège des citoyens et des autorités. Elle cessera d’être célébrée après l’accession de Bonaparte au consulat à vie. Il en est de même avec les autres fêtes instituées par la République, et que les Liégeois assumèrent, comme la fête de la Souveraineté du peuple (30 ventôse), « grave et religieuse »21, la fête de la Jeunesse (10 germinal), la fête de la Reconnaissance (10 prairial), la fête de l’Agriculture (10 messidor), la fête des Époux (10 floréal), la fête de la Vieillesse (10 fructidor), et la fête du 14-Juillet. À l’occasion de cette dernière en l'an IX s’élevait le chant du cygne, car « le peuple est las et fatigué des révolutions » et s’il s’agit de rendre hommage aux assaillants de la Bastille, il faut aussi célébrer les « immortels auteurs du 18 Brumaire »22. Cette fête permit d’associer l’idée de révolution de 1789 à Bonaparte, en rejetant Robespierre. Une série de fêtes de circonstance sont aussi à relever dans cette période, comme par exemple à l’occasion de la signature du traité de Campo-Formio, des obsèques de Hoche, ou celles des ambassadeurs français assassinés à Rastadt, ou encore lors du passage de Sieyès à Liège en prairial An VII.

  • 23 Id., 436 (9).
  • 24 Voir G. de Froidcourt, « La visite du Premier Consul à Liège en l’An XI », dans Bulletin de la Soci (...)

29Les fêtes du régime post-thermidorien reposaient sur la valorisation ritualisée de la symbolique républicaine, et si, nous l’avons dit, la vraie rupture avec les fêtes propres à la Révolution liégeoise se situe entre 1794 et 1795, il est clair que le coup d’État de Brumaire (9-10 novembre 1799) aura des conséquences sur la gestion festive de l’idéologie républicaine, avec une perte symbolique au profit de fêtes plus personnalisées. Le canevas des fêtes républicaines resta relativement constant jusqu’au Consulat, même si elles sont gagnées par un certain formalisme, un appauvrissement du contenu, une chute de spontanéité, une banalisation du message républicain. Ainsi les discours des autorités locales sont généralement une simple copie des directives ministérielles concernant les fêtes. Jusqu’au Consulat, les fêtes républicaines étaient assumées tant bien que mal par les municipalités du département de l’Ourthe, et le 18-Brumaire marque la fin d'une époque dans ce domaine, où place est laissée à des célébrations de Bonaparte et des siens, avec des fêtes liées à la victoire de Marengo, à la publication de la paix de germinal an IX, ou à l’accession de Bonaparte au consulat à vie, à l’occasion de laquelle les autorités liégeoises envoyèrent des adresses de félicitations à celui à qui « l’Europe doit sa tranquillité »23. Cortèges, Te Deum, distributions de vivres aux indigents et mariages se succédèrent. Et c’est encore le défenseur de la paix et le promoteur des industries qui fut célébré lors de sa visite à Liège en thermidor an XI24.

  • 25 Courrier du Département de l'Ourthe, 14 octobre 1795.

30Ceci dit, la dernière fête que nous pourrions évoquer ici est celle de la Réunion du pays de Liège à la France. En suivant les aléas des révolutions, nous avons senti qu’il n’y avait pas un complet souci de coordination doctrinale dans les fêtes de facture liégeoise avec les théories révolutionnaires françaises, avant l’établissement du régime français, avant même la pleine intégration politique de la principauté de Liège à la République française, tandis que sous le Consulat, une indéniable et rapide décrue des festivités révolutionnaires est amorcée. Le 20 vendémiaire an IV eut lieu cette fête de la Réunion, un cortège se rendit au faubourg d’Amercoeur en ruine, en signe de solidarité pour la population victime des bombardements. Le cortège reprit le chemin de l’hôtel de ville mais en s’arrêtant sur la place aux Chevaux, où l’autel de la patrie avait été élevé, en face « de la ci-devant cathédrale expirante, de ce vaste repaire du despotisme [...] d’où sortait tous les maux du peuple »25. Après la lecture du décret de la Convention, le président mit le feu à un bûcher élevé près de la statue de la Liberté, et prononça le serment de fidélité à la République, qui fut répété par les spectateurs. Rentrés dans l’hôtel de ville, les membres de l’administration et de la municipalité votèrent en commun une adresse à la Convention, et la confièrent à quatre députés qui étaient chargés de la remercier, et de réclamer l’exécution prompte et entière de son décret, ainsi que la publication des lois françaises. À trois pas de là se démontait une cathédrale. Le consul Bonaparte, lors de sa visite à Liège, ne manqua pas de le déplorer, et de faire accélérer les travaux de déblaiement et de reconstruction du faubourg d'Amercoeur. Une page était tournée.

Notes

1 L'analyse des fêtes révolutionnaires dans le département de l'Ourthe n’a pas fait l’objet d'une monographie. On citera néanmoins R. Dubois, « Une fête républicaine à Huy en 1798 », dans Annales du Cercle hutois des sciences et des beaux-arts, 1888, t. VIII, p. 58-62 ; et du même auteur, « Deux fêtes républicaines à Huy (1799) », op. cit., 1896, t. XI, p. 232-242 ; M. Evrard, « La célébration des fêtes républicaines dans nos villes », dans De la Meuse à l’Ardenne, 1989, no 8 ; « Fêtes publiques célébrées à Hasselt sous la République française », Bulletin de la section littéraire de la Société chorale et littéraire des mélophiles de Hasselt, 1875, t. XII, p. 39-59 ; Ph. Raxhon, « Les fêtes révolutionnaires à Liège », dans Fêtes et musiques révolutionnaires : Grétry et Gossec. Études sur le XVIIIe siècle, no spécial XVII, Université libre de Bruxelles, 1990, p. 157-191. On consultera en outre C. Pergameni, « Les fêtes révolutionnaires et l'esprit public bruxellois au début du régime français d'après des documents inédits », dans Annales de la Société d'archéologie de Bruxelles, 1913, t. XXVII, p. 5-59 ; et du même auteur, « Fêtes bruxelloises sous le Directoire », dans Revue de l'Université de Bruxelles, 1927-28, 33e année, p. 142-159.

2 P. Harsin, La Révolution liégeoise de 1789, Bruxelles, 1954.

3 Remarquons que le culte décadaire ne sera pleinement mis sur pied qu'à partir du 17 thermidor an VI (4 août 1798).

4 Rendue exécutoire en Belgique par arrêté du Directoire en date du 7 pluviôse an V (26 janvier 1797).

5 Feuille nationale liégeoise, août 1798, p. 14

6 Feuille nationale liégeoise, août 1789, p. 22.

7 Ch. R. W. de Dohm, Exposé de la Révolution de Liège en 1789, Liège, 1790, p. 32.

8 G. Nautet, Notices historiques sur le pays de Liège. Verviers, 1853, t. I, p. 329.

9 Voir J. Bayer-Lothe, « Aspects de l'occupation française dans la principauté de Liège », dans Occupants-occupés (1792-1815). Actes du colloque de Bruxelles des 29 et 30 janvier 1968, Bruxelles, 1969, p. 67-110.

10 Cf. G. de Froidcourt, « Les réfugiés liégeois à Paris en 1793 et Pierre Lebrun. La fête de l’hospitalité », dans Bulletin de la Société royale « Le Vieux-Liège », 1956, t. V, p. 53-76.

11 Le Moniteur universel, 17 avril 1793, no 107.

12 Gazette de Liège. 29 juillet 1795.

13 Ibid.

14 (1758-1811). Cet homme de lettres apprécié fut l'un des animateurs politiques de la Révolution liégeoise.

15 Voir Couplets chantés à la fête sans-culottide, célébrée dans la commune de Liège, le cinquième jour complémentaire de l'an deuxième de la République, Liège, 1794.

16 Arch. de l'État à Liège, Fonds Français, Préfecture, 432 (4).

17 Id., 432 à 440.

18 Id. 432 (1).

19 Ibid.

20 Id., 432 (6).

21 Id., 434 (3).

22 Id., 436 (8).

23 Id., 436 (9).

24 Voir G. de Froidcourt, « La visite du Premier Consul à Liège en l’An XI », dans Bulletin de la Société beige d'Études napoléoniennes, mars 1952, no 4, p. 10-23.

25 Courrier du Département de l'Ourthe, 14 octobre 1795.

Auteur

Chercheur FNRS - Université de Liège

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540