Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 1. Le lien politique local dans la Grande Nation

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet

Les dynamiques locales de l'engagement et du refus politiques des citoyens

L’échange épistolaire Paris-Province, un moyen persistant de structuration des réseaux républicains

Philippe Bourdin

Texte intégral

  • 1 R. Chartier,Culture écrite et société. L'ordre des livres (XIVe-XVIIIesiècles), Paris, 1996, p. 22

1Lorsqu’arrive la Révolution française, le grand espoir nourri par Condorcet d'une opinion publique universelle, telle que lui semble l’autoriser le fort développement de l’imprimé dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, demeure tributaire d’une instruction publique insuffisamment développée et d’une langue commune à inventer. Pourtant, l’imprimerie permet de dépasser la seule culture orale, marquée par le cloisonnement des discussions, l’enclavement des connaissances : « en permettant l’échange sans la présence, en constituant un public avec des individus dispersés », elle « a érigé un tribunal invisible et immatériel dont les jugements, fondés en raison, s'imposent à tous »1. Elle a définitivement enraciné la rupture culturelle introduite par l’écriture alphabétique : dépouillant les figures et les signes de leurs mystères, ôtant aux prêtres le monopole de l’interprétation, n’avait-elle pas offert aux hommes, selon le constat optimiste de l'Esquisse d'un tableau historique de l’esprit humain, « un droit égal à la connaissance de la vérité » ?

  • 2 Cf. J. Svenbro.Phrasikleia. Anthropologie de la lecture en Grèce ancienne, Paris, 1988.
  • 3 Op. cit. note 1, p. 31. P.-Y. Beaurepaire, « Au cœur de l’expansion maçonnique du siècle des Lumièr (...)

2Cette égalité cependant reste pour l’heure largement circonscrite aux lieux de sociabilité savante ou mondaine (salons, cabinets de lecture, loges, académies), aux correspondances privées d’une élite sociale et intellectuelle alphabétisée et curieuse de savoir, qui mesure le pouvoir d’écrire et la liberté d’imprimer. Cette élite, dans les lieux précités, joue de la déclamation, de la lecture publique, moyens d’une convivialité d’autant mieux partagée qu’elle correspond aux apprentissages du collège, aux modèles de l’Antiquité - Antiquité qui associait fortement le texte à la voix et à l’écrit2. D’« intensive » (fondée sur un corpus limité de textes, lus et relus, transmis de génération en génération), la lecture, selon les termes de R. Chartier, devient à partir des années 1750 « extensive », se portant sur des imprimés nombreux et divers, lus rapidement et avidement, soumis à une constante activité critique3. Fonde-t-elle pour autant une frontière étanche entre l’univers émergeant de l’intellectuel et celui, perdurant, de l'homme du peuple ? Sans doute pas. D’une part, l’intellectuel sort déjà de son champ clos pour porter sa voix dans l’arène publique et écouter « le murmure grandissant d’une opinion soulevée par la tempête de l’indignation » : c’est le Voltaire de l'affaire Calas.

  • 4 D. Masseau,L’invention de l'intellectuel dans l'Europe du XVIIIesiècle, Paris, 1994, p. 162.

« Une rupture a eu lieu, car l’intellectuel affirme désormais son pouvoir en revendiquant sa mission morale et en admettant qu’un contrat le lie à la société toute entière. Celui qui n’est plus seulement un homme de cabinet, voué à l’écriture, devient le gardien vigilant d’une conception de l’homme qui mérite combat et abnégation, lorsqu’elle est bafouée par les pouvoirs en place »4.

  • 5 R. Chartier,Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, 1990, p. 113.

3D’autre part, lecture et proclamation demeurent un ciment essentiel de diverses formes de sociabilité familiales et populaires. Pensons au succès du théâtre, fût-il de tréteaux, des libelles, des pamphlets et des placards - contre Louis XV et ses ministres, contre Louis XVI le roi-cocu ou contre l’« Autrichienne » -, de la littérature bleue et des feuilles éphémères dans la petite et la moyenne bourgeoisie. La question sur Les origines culturelles de la Révolution française surgit alors infailliblement, sans doute dans la formulation de R. Chartier (« Quelle place doit-on accorder à la circulation de l’imprimé dans les mutations intellectuelles et affectives qui ont rendu pensable, admissible, déchiffrable la rupture brusque et radicale avec la monarchie absolue et la société des corps ? »5), à condition, me semble-t-il, d’étendre l'interrogation à l’ensemble de la production écrite, et particulièrement aux correspondances. Car la Révolution, qui rend pour un temps obsolètes les sociétés d'Ancien Régime, accélérant la mise en sommeil des loges, la fermeture des académies, favorise de nouveaux espaces de parole et d’écriture, les clubs et les sections, la rue particulièrement. Elle pousse l’élite sociale et intellectuelle à une action politique de chaque instant et lui impose, non sans résistances, de partager l’espace public avec cette entité que les Lumières idéalisaient sous le vocable de « peuple » (sous-entendu doué de raison) ou dénigraient sous celui de « populace » (prétendue limitée à ses instincts).

Le besoin de connaitre et de faire savoir (1789-1795)

4Dès 1789, entre ce « pays réel » - si l'on accepte l'anachronisme -, nourri semble-t-il majoritairement des attentes quasi millénaristes nées de la convocation des États généraux, et le « pays légal » qu’un système d’élection complexe lui impose, se pose le problème de la communication. L’urgence de l'attente populaire, l'obstacle de l’analphabétisme et les habitudes urbaines précédemment contractées imposent comme premier vecteur de l’opinion la lecture publique. Elle devient ipso facto un enjeu politique, d’autant plus vif qu’elle donne à l’information une forme sensible adéquate à l’émotion des premières foules d'auditeurs. Notons d’ailleurs les contradictions inhérentes à ces temps fondateurs du printemps 1789 : le risque existe que l’écrit, l’imprimé publiquement déclamés ne soient plus les armes de la raison distinguées par Condorcet mais celles des lecteurs institués et institutionnels, diseurs de l’aventure parisienne et prêtres de la nouvelle heure.

  • 6 P. Bourdin,Des lieux, des mots, les révolutionnaires. Le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799, Clermont- (...)

5Pour s’en tenir à l’exemple auvergnat, ces enjeux et ces risques sont immédiatement mesurés par les contemporains, et l’émancipation proposée selon les modalités ci-dessus décrites soumise au crible de la critique. De tous âges, de tous sexes, de toutes conditions, les Clermontois se pressent en mai 1789 pour écouter la lecture des lettres du député Gaultier de Biauzat, renouvelée plusieurs fois (et toujours dans un silence attentif) tant les foules sont denses et les lieux publics trop étroits. Les enjeux grandissant, des délégations en armes galopent jusqu’à Moulins pour escorter ensuite la malle-poste vers Clermont-Ferrand, de peur que le précieux courrier ne disparaisse en route. Et malheur au représentant qui manque un jour à son devoir : on le soupçonne aussitôt d’abandonner la cause, pour se rallier aux aristocrates. Les piques féroces dont il transperce ces derniers convainquent les plus patriotes mais lui aliènent les plus modérés - un manque de sens politique contre lequel le mettent en garde ses proches, en vain. Bref, une opinion politique naît et l’enjeu du courrier devient tel (entraîner la province, surveiller les élus de la nation) qu’un « Comité de correspondance » officiellement baptisé en août 1789, est mis en place dans la capitale auvergnate, chargé de lire publiquement les nouvelles versaillaises et parisiennes, les analyses de Biauzat surtout, et d’y répondre ensuite. Vingt membres sont nommés. Les premiers, correspondants ordinaires du député, seront aussi les fondateurs de la Société des amis de la Constitution en mars 1790. Mais ils sont supplantés en septembre 1789 par de plus modérés et de tout à fait royalistes, preuve de la crispation d’une partie des patriciens clermontois jaloux de l’influence de l’élu. L’un d’eux, Bergier, concurrent malheureux de Biauzat pour les États généraux, ne tentera-t-il pas la rétention des lettres de son rival, les expurgeant, les ânonnant publiquement, provoquant les plaintes des auditeurs et poussant le secrétariat de l’hôtel de ville, favorable au représentant, à tenir ouvert un double du courrier6

  • 7 Cité par F. Mège,Gaultier de Biauzat, sa vie et sa correspondance, Clermont-Ferrand, 1890, p. 68-6 (...)

6Cette parenthèse se referme dès novembre 1789. Le Comité retrouve ses membres d'origine et suscite des structures identiques dans tout le département du Puy-de-Dôme et au-delà (à Besse, Brioude, Champeix, Gannat, La Tour d’Auvergne, etc.), tandis qu’il fait insérer dans l’unique journal du cru, la Feuille hebdomadaire pour la province d’Auvergne, les meilleurs récits extraits du courrier. Nouvelle avancée de la démocratie, ultime échec pour Bergier. N'avait-il pas projeté d’expédier exclusivement la correspondance concernant l'ensemble de la sénéchaussée aux suppléants du député, par l’intermédiaire de surcroît de l’intendant de Chazerat - sous le prétexte d’utiliser des plis non timbrés... ? De ne faire qu’hebdomadairement un envoi en nombre vers les villes du ressort, se limitant, hors sénéchaussée, au Journal des débats ? Il y avait là moyen de tuer l’immédiate émotion, de figer l’élan provincial, la respiration révolutionnaire même. Contre cette froide banalisation, le premier Comité de correspondance avait proposé d’envoyer à l’ensemble des localités du département en gésine des résumés des récits envoyés par Biauzat, à moins que celui-ci ne réclamât leur publication in extenso. Tel avait été le cas. Plusieurs secrétaires travaillèrent même en juin 1789 à ses côtés, à Versailles, recopiant ses brouillons en nombre suffisant pour toutes les communes. Biauzat, ce faisant, mesurait parfaitement les impératifs d’une opinion ardente à forger l’histoire. Sans doute trouva-t-il là la force nécessaire à une tâche épuisante. Il lui arriva d’écrire trente-trois lettres en une journée, au détriment de son orthographe et de son style, desquels il s’excusa à plusieurs reprises : « J’écris à plume courante et sans avoir le temps de me corriger, à seconde ni à première lecture. Prévenez-en ceux à qui vous lirez mes lettres et invitez-les à juger de moi par ma pensée plutôt que par mes expressions »7. Gilbert Romme, simple observateur à Versailles, avait perçu l'efficace interaction née de ces écrits entre mandants et mandataire et, dès juillet 1789, sollicitait les patriotes riomois :

  • 8 Lettre à Dubreuil et Boirat, 11 juillet 1789. Citée par A. Galante-Garrone, Gilbert Romme, histoir (...)

« Ce témoignage d’adhésion, qui devient général et que Clermont notre rivale n’a point négligé, comme vous, peut fortifier les représentants dans leurs principes, les aguerrir contre l’opposition, en manifestant par une harmonie bien précieuse entre toutes les communes de France, que ce que l'assemblée a fait, la majeure partie de la nation l’auroit fait elle-même.
Resterez-vous donc par votre inertie confondus parmi les improbateurs des sages réformes qu’on propose ? [...]. Les membres de cette auguste assemblée ne sont que de simples mandataires, et comme les organes d’une volonté générale qui doit manifester son assentiment de quelque manière. Ces bons enfants de la patrie en faisant éclater leur zèle et leurs lumières pour le bonheur de la mère commune en attendent quelques regards d’affection »8.

  • 9 F. Mège, Les fondateurs du Journal des débats en 1789, Paris. 1865.

7Cependant, la participation aux Comités de l’Assemblée nationale, l’importance, la durée et la multiplication des séances, auxquelles s’ajoutèrent bientôt pour plusieurs - dont Biauzat - celles du club des Jacobins, rendaient impossibles sur le moyen terme ces échanges épistolaires réguliers. Prenant acte de cette incompatibilité, et constatant que, de son côté, son collègue Huguet envoyait également des lettres au Comité de correspondance clermontois, Biauzat conçoit en août 1789 le projet d’une feuille imprimée, « un précis de chaque séance de l’Assemblée nationale, où l’on pût trouver et les décrets et leurs motifs ». Les deux députés clermontois s’y emploieraient, en association avec leur collègue Grenier, de la sénéchaussée de Riom ; Baudouin, suppléant de la sénéchaussée de Versailles, en serait l’imprimeur et en supporterait les frais, rémunérant les rédacteurs par une expédition gratuite du Journal des débats et des décrets à toutes les villes et communes de la province d’Auvergne. Le projet prend corps à la mi-août et le premier numéro paraît le 30. Le style personnel et sensible de la correspondance disparaît, remplacé par une narration sèche et se voulant exacte des travaux des Constituants - avec un intérêt marqué pour les affaires auvergnates9. Rédacteur épisodique, Biauzat justifie du changement de ton, dont il sent bien qu’il lui aliène une partie des auditeurs provinciaux, et promet donc épisodiquement des analyses particulières :

  • 10 Lettre du 29 août 1789, citée par F. Mège, op. cit. note précédente, p. 17.

« Je ne fais aujourd’hui aucun commentaire sur les feuilles que je vous envoie. J'en ferai dans la suite sur celles qui seront plus de mon fait. Je joins cependant à cette lettre copie des réflexions que je fis hier sur l’article premier du projet de constitution, Je me suis restreint à y insérer le précis de ce que j’avais dit sans préparation. J’en fis la rédaction après l’assemblée à l’invitation de quelques personnes qui écrivent par forme de journal à leur province »10.

  • 11 Ibidem, p. 19.

8Le 4 octobre 1789, il certifie encore : « Je n’entendais détourner personne d'une correspondance quelconque déjà formée ; je ne visais pas à capter la confiance »11.

9De fait, le journal n’interrompt en rien les efforts épistolaires des édiles. Il n’est pas une législature sous laquelle les députés ne rendent pareillement des comptes à leurs électeurs, se heurtant également aux conflits d’intérêts locaux. Mais le champ de leurs lecteurs tend à se réduire aux élus des communes et des districts, aux dirigeants des clubs puis des sociétés populaires. Leurs échanges se privatisent et confortent dans ses pouvoirs et sa science politique une élite locale qui décide du partage ou non de l’information - avec les citoyens du cru comme avec les représentants. Les plaintes des plus idéalistes de ces derniers ne manquent pas. Thévenin et Romme, en novembre 1791, en accablent leurs habituels interlocuteurs :

  • 12 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 388. Lettre du 10 novembre 1791.

« Depuis trois ordinaires nous n’avons rien reçu de vous. Ce silence nous inquiètte d’autant plus que vous avez été plus exacts jusqu'à présent à nous communiquer tout ce qui intéresse l’ordre général de notre département, et qu’il est si essentiel que nous connoissions nous-memes dans tous les instans. Nous vous prions de reprendre une correspondance qui ne peut être utile qu’autant qu’elle sera active et non interrompue »12.

10Quant au Conventionnel Dulaure, proche des Girondins, il envoie bien volontiers son journal, Le Thermomètre du jour, à la municipalité clermontoise, mais le considère encore comme un moyen d’échange imparfait et amendable des opinions de ses commettants :

  • 13 Ibidem, s.d.

« Je crois qu'il est de mon devoir, pour répondre à votre confiance et pour vous donner un témoignage de mes opinions politiques, de vous faire passer mon journal qui servira à entretenir la correspondance qui doit exister entre tous les citoyens et leurs délégués. Je recevrai de vous avec reconnaissance toutes les observations tendantes à redresser ces mêmes opinions, si vous les jugiez peu conformes à l’intérêt général »13.

11C’est par lettre encore qu’en l’an III Maignet, dénoncé par Rovère à la Convention pour sa mission brutalement menée dans le Vaucluse, en appelle au tribunal de l’opinion :

  • 14 Ibidem. Lettre du 23 brumaire an III (13 novembre 1794).

« Dénoncé par Rovère, j’ai obtenu, quoique absent, une partie de la justice qui m’est due. Je la réclame toute entière et c’est pour l’obtenir que j’ai livré à l’impression les deux mémoires cy-joints. C’est surtout de l’estime de mes concitoyens, de ceux qui m’ont donné confiance que je suis jaloux. Qu’ils me lisent et qu’ils m’apprennent si je conserve leur amitié. C’est la seule satisfaction qu’au milieu de la Révolution l’homme de bien doive être toujours jaloux »14.

  • 15 Cf. P. Bourdin, op. cit., note 6, p. 233 et suivantes.
  • 16 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 388.
  • 17 F. Mège, Correspondance inédite de G. Couthon, député du Puy-de-Dôme à la Législative et à la Conv (...)
  • 18 A. Galante-Garrone,op. cit. note 8, p. 288-289.

12De 1789 à 1794, la forme et le ton des correspondances ont à l’évidence beaucoup évolué. Autant au départ elles liaient précision de l’information et subjectivité du jugement, autant cette dernière prime chez les Conventionnels. Pour les faits, sinon l’objectivité, leurs lecteurs sont renvoyés à leurs journaux ou à des mémoires qui souvent sont des plaidoyers pro domo - Monestier, comme son collègue Maignet, s’y emploiera15. Cette démarche est bien marquée par Couthon, par exemple dans sa lettre du 19 juin 1792 à ses concitoyens : « Je vous ai dit au sujet de Louis XVI la vérité telle que je la voyais, et surtout telle que je la sentais »16. Pris par l’actualité brûlante et les nécessités de la propagande, les représentants préfèrent désormais offrir une opinion, une sensation parfois éloignée de la raison jusqu’au mysticisme. Les grands principes, qui fondent le contrat social et la République, justifient nombre de métaphores empruntées à la culture classique, des références régulières aux exemples anglais et américains. Les individus disparaissent, hâtivement caricaturés ou noyés dans des catégories. Couthon fustige successivement dans l’hiver 1792 Bouillé, « tigre de cour », « monstre qu’on disait n’être qu’un bon homme », puis « l’horrible Marat dont le nom seul est un crime », au printemps 1793 les Girondins, « des lions et des tigres », « la faction des despotes », tandis que « l’universel Clootz » rejoint les « intrigants masqués »17. Romme en fait, lui, des « poltrons » et des « trembleurs »18. Quant aux événements, ils n’existent pas pour eux-mêmes, mais pour les causes qu’ils sont censés servir... ou flétrir. Citons Soubrany, effaçant d’un trait de plume la révolte fédéraliste :

  • 19 R. Bouscayrol,Soubrany ou la Révolution assassinée, Moulins, 1984. Lettre du 9 juillet 1793, p. 14 (...)

« En vain quelques départements, égarés par quelques administrateurs coupables, voudraient-ils calomnier Paris. Cette ville, le berceau et le soutien de la cause populaire, leur dira : “Jugez par les travaux de la Convention depuis l’expulsion des trente-deux scélérats qui entravaient la marche”. La Montagne répondra à ses détracteurs : « Lisez l’acte constitutionnel. Calculez à quelle époque il a été fait, dans combien de temps et prononcez entre les Noirs (les Girondins, les Brissotins) et nous ». Ce langage frappera tous les gens de bonne foi, et ils reconnaîtront leur erreur »19.

13Ces propositions de modélisation du discours, en particulier autour du thème du complot, participent d’une volonté profonde de faire naître et d’enraciner sur le long terme une culture politique - celle qui soudera la société « régénérée ». Le message est adressé non plus seulement aux premiers Amis de la Constitution mais au public élargi des sociétés populaires, une extension de l’auditoire favorable à l’effort d'acculturation.

  • 20 S. Bernstein, dans Vingtième siècle, juil.-oct. 1992, p. 67-77.

14Traitant pour des temps plus contemporains de « l’historien et la culture politique »20, S. Berstein proposait de considérer celle-ci comme un ensemble de strates superposées, hétérogènes mais solidaires entre elles, modèle me semble-t-il adéquat au moment révolutionnaire. Une première strate serait composée des racines philosophiques – traduisant une perception globale du monde et de son évolution, de l’homme et de la société -, et de leur vulgate (les idées des Lumières et leurs conséquences imprègnent ô combien le discours des élites révolutionnaires). Une deuxième strate se construirait de références historiques fortement idéalisées et mythifiées (démocratie athénienne, république romaine) ; une troisième, de la définition d’un régime politique et d’une société idéaux (elle peut, en négatif, se définir par le rejet des suspects et membres supposés d’un complot destructeur du « contrat social ») ; les dernières, des modes d’action et des représentations (discours, rites, symboles, etc.) destinés à faire advenir cet état des choses.

15Les Conventionnels, à travers leur correspondance entre autres, paraissent vouloir accélérer la sédimentation de ces différentes strates que, consciemment ou inconsciemment, ils se sont appropriées. Cela n’exclut pas dans les lettres de Couthon des confidences plus personnelles – Biauzat lui-même s’y employait en 1789, sans bien mesurer encore l’impact politique de tel ou tel jugement porté au su de chacun, quand la marge entre public et privé restait encore à déterminer. Couthon, sincèrement souffrant, note pour ses lecteurs et frères en jacobinisme les progrès de sa maladie. Tandis que la caricature affuble de physiques déformés, atrophiés, les ennemis de la République, lui met toujours en balance son handicap avec l'enormité du travail qu’il accomplit. Célébrant le don de sa personne à la Révolution, il contribue à mythifier son mal : tel la statue de la Vierge, ne sera-t-il pas processionnellement porté dans les rues de Clermont-Ferrand lors de sa mission auvergnate du deuxième semestre 1793 ?

Clandestinité des cercles, secrets des lettres (1795-1799)

16Après le 9-Thermidor et ses prolongements politiques, les correspondances pendant un temps s’interrompent. Trop essentielles, pour le réseau jacobin particulièrement - des commissaires des sociétés populaires n’assistaient-ils pas en permanence le travail des représentants, soit à la Convention soit sur le terrain de leurs missions, doublant leurs efforts épistolaires par leurs propres récits, en général redondants ? -, les lettres à l’évidence demeurent compromettantes. Lorsqu’elles sont néanmoins envoyées, leur destinataire n’est plus l’ensemble des élus municipaux de telle ou telle commune, les « frères et amis » en jacobinisme, mais bien davantage l'administration départementale, dont la Constitution de l’an III renforce considérablement les pouvoirs, ou l’ami privé dont on sait l'influence locale. Et ces envois jouent un rôle essentiel sous le Directoire, alors même que les cercles constitutionnels essaient de regrouper les francs républicains et parmi eux nombre d’anciens jacobins réduits à une action clandestine. La nécessaire réactivation des réseaux d’opinion, induite par la régularité des élections, légitime tout autant le recours à l’écrit. Trois correspondances ont, pour le démontrer, retenu notre attention : celle de Jean-François Gaultier de Biauzat avec son gendre Abraham, celle de Dulaure avec son ami Baudusson, celle de Chollet-Beaufort avec son beau-frère Gilhard. Dans ces trois cas, l’on notera d’emblée combien la confiance familiale ou amicale remplace ou prolonge et réactive celle née des anciennes fraternités idéologiques.

  • 21 Cf. P. Bourdin,art. cit. note 6, p. 55.
  • 22 Arch. dép. Puy-de-Dôme, F 156 (96). Lettre à la municipalité de Clermont-Ferrand, 22 germinal an I (...)
  • 23 Ibidem, F 156 (77). Lettre du 20 nivôse an IV (9 janvier 1796).

17Ancien Constituant, Biauzat a brièvement connu les prisons de l’an II, davantage pour une opposition ancienne à plusieurs jacobins locaux que pour une défection à ses obligations patriotiques durant la Terreur. Sa carrière politique a rebondi après le 9-Thermidor : il appartient au noyau épuratoire de la société populaire et retrouve la mairie de Clermont-Ferrand (qu’il n’avait pu diriger en 1790, suite à ses activités parisiennes), jusqu’au 5 juillet 1795 du moins. Car, s’il n’a pas compris dans un premier temps les émeutes parisiennes de germinal au III, il rallie fermement et au risque de sa vie la cause républicaine dans l'été de la même année. L’assemblée électorale du département lui en sait gré, qui le nomme bientôt haut-juré ; il siège à ce titre au procès de Vendôme et expédie à ses concitoyens les feuilles d’Hésine et d’Antonelle, proches de Babeuf. Installé en l’an IV commissaire auprès du Tribunal correctionnel de Paris, Biauzat est redevenu un homme d’influence qui fait et défait les représentants du gouvernement dans le Puy-de-Dôme, à défaut de pouvoir occuper lui-même la place de commissaire auprès du pouvoir exécutif - il refuse aussi le poste de professeur de législation à l’École centrale. Il reprend alors avec la province les instructifs échanges épistolaires qu’il entretenait sous la première législature, et choisit pour destinataires des amis sûrs, Abraham le premier, qui, secrétaire général auprès de l’administration départementale, lui sert de relais auprès de la municipalité clermontoise et, très tôt, du cercle constitutionnel21. Tous les sujets sont abordés, la politique internationale comprise, quoique Biauzat n’ait qu’une vague connaissance des avancées de Bonaparte et des préliminaires de la paix (« Le Directoire et ses agens diplomates sont boutonnés sur tout cela, au point de ne rien laisser transpirer »)22. Mais l’accélération et la complexité des événements nationaux les rendent parfois tout aussi insaisissables (« Je ne vous donne pas de nouvelles politiques, parce que le plus ordinairement celles du dimanche sont démenties le lundi »)23.

  • 24 Ibidem. F 156 (78). Lettre du 25 nivôse an IV (14 janvier 1796).

18La volonté existe bel et bien pourtant chez le haut-juré comme chez son gendre de dominer et d’orienter l'actualité. Biauzat, dès nivôse an IV, offre à la municipalité de Clermont-Ferrand les moyens culturels de « raviver l’énergie républicaine », lui décrivant par le menu un spectacle patriotique auquel il a assisté à l’Opéra et la pressant de le reproduire pour les Auvergnats24. Il insiste sur la nécessité d’accompagner toute représentation de La Marseillaise et de bannir Le Réveil du peuple, à l’heure où il croit pouvoir accorder un début de confiance au nouveau régime, sous réserve - déjà - d’une épuration des Conseils :

  • 25 Cf. note 22.

« [...] Ce dont je me suis assuré, c’est que les amis de la République conçoivent enfin des espérances d’un cours maintenu. Les deux Conseils vont se purger des ferments aristocratiques qui auroient formé bientôt dans le sein de la législature des fièvres putrides ou malignes. Vous verrez dans les journaux qu’il restera encore quelques molécules peu louables, ne fut-ce que Monsieur Dumolard qui taxe le gouvernement de brigandage et d’infamie. Mais il faut s'attendre que le temps purifiera tout, ou que la malveillance qui pourroit rester sera comprimée. Le Directoire ne demande qu’a connoitre le mal pour le corriger. Malheureusement il est quelquefois induit en erreur par des gens qui lui font corriger le bien »25

  • 26 Ibidem, F 156 (94). Lettre à la municipalité de Clermont-Ferrand, 18 germinal an IV (7 avril 1796).

19Cette liberté de ton impose cependant à Biauzat de cacher ses lettres dans les envois de l’un de ses amis alors à Paris ; l’absence de réponse l’inquiète souvent : son courrier n’est-il pas intercepté ?26 Soupçon d’autant plus fondé que l’avocat Boirot, l’un des activistes de l'Agence royale, dirige la poste aux lettres clermontoise.

20En l’an V, le soupçon devient certitude : le pouvoir est peu à peu gangrené par les royalistes ; Biauzat le répète et le prouve par une série d'exemples à ses interlocuteurs provinciaux, les mettant en garde à la veille des élections de germinal. Son implication militante est très claire dans sa lettre du 24 nivôse (13 janvier 1797) :

  • 27 Ibidem, F 156 (111).

« Ce qui m'a paru d'abord plaisant, et puis honteux, est le cri nouveau des distributeurs de journaux. Rappelez vous la lugubre psalmodie des vicaires qui conduisoient les cadavres des pauvres aux Capucins ou à la Mouray [les Capucins et la Morée étaient deux cimetières de Clermont-Fd, N.A.], et vous aurez l'idée de ce que l'on voit et de ce que l’on entend : journal-du-soir... Vous savez qu’il est deffendu, et par une loi, à ces crieurs de s’arrêter. Ils marchent lentement comme à pas comptés et prononcent autant de sylabes qu’ils font de pas.
Mais, me suis-je dit, ces crieurs s’atachoient particulièrement aux journaux populaires ! Je me suis fait alors la question, ne seroit-ce pas le motif que la loi a été provoquée et rendue ? Car les journaux contre révolutionnaires n’avoient pas besoin d’être anoncés à haute voix pour obtenir du débit. Vous resoudres cette question, et vous en tirerez les conséquences.
Le gouvernement républicain ne plait a presque personne ici [...]. Déjà l’on a répandu le bruit que les patriotes qu’on ne désigne plus sous ce nom, mais sous celui de jacobins, ont formé le projet de dominer dans les assemblées primaires, et touts les journaux royalistes qui font echo dans les assemblées de société proposent et arretent des mezures pour éconduire des assemblées primaires ces amis de la liberté.
Je vous fais passer trois pamphlets qui vous mettront a même de juger de l’esprit des ecrivains. Vous voudrez bien les remettre à Abraham après que vous les aurez lus »27.

  • 28 Ibidem, F 156 (112). Lettre du 26 nivôse an V (15 janvier 1797).

21Biauzat renouvelle plusieurs fois ses craintes et ses alertes, relevant les compromissions des Thermidoriens : les royalistes « sont soutenus, peut-être même excités et soldés par ceux même qui devroient être les plus attachés au régime nouveau »28.

  • 29 Ibidem, F 156 (113). Lettre du 30 nivôse an V (19 janvier 1797).

« Tout ce qui est dit pour la Révolution et contre l'Ancien Régime soulève comme aurait fait en 1790 la proposition de retablir les parlements et les aydes. On se fait un honneur de paraître abominer la Révolution, et cette manière n’est pas dedaigné par des gens qui se disent representans du peuple. Ou tout cela nous conduira-t-il ? »29

  • 30 Ibidem, F 156 (118 et 123). Cf. P. Bourdin, Le Puy-de-Dôme sous le Directoire. Vie politique et esp (...)

22Cette incertitude et cette amertume tenaillent Jean-François lorsqu’il se rend à Vendôme pour juger Babeuf ; elles expliquent vraisemblablement son indulgence et son implication décidée dans le combat républicain. Alors que le Puy-de-Dôme ne compte que deux abonnés au Tribun du peuple, il va, outre le journal d’Hésine et les ouvrages d’Antonelle, multiplier l’envoi de brochures favorables aux accusés, voire imprimées par leurs soins, et critiquer en revanche la prose de Viellard30. Un voyage à Clermont-Ferrand, dont il rend compte dans un pli particulier, en germinal an V, finit de le contrarier et subséquemment de le pousser au combat. Il a assisté de visu aux menées des royalistes locaux (de leur trésorier Onslow, particulièrement) pour acheter les électeurs, aux violences des assemblées primaires, a mesuré la concussion de deux officiers municipaux et les conséquences de cette atmosphère délétère :

  • 31 Ibidem, F 156 (107). Lettre du 11 germinal an V (31 mars 1797). Cf. P. Bourdin, « Les Jacobins du B (...)

« Le peuple de Clermont m'a paru dans les élections divisé en deux classes. L'une composée d’ennemis de la Révolution, de gens trompés et peureux, l'autre de patriotes ayant plus ou moins d’énergie et des intentions très pures [...]. En dernière analise sans la corruption, les rixes et les violences des meneurs sectionnaires, le parti patriote l’emportait à une très grande majorité »31.

23C’est à la même époque que naît chez le représentant Jacques-Antoine Dulaure un sentiment d'urgence à soutenir les initiatives authentiquement républicaines. Aux heures chaudes du printemps 1793, alors qu’il siégeait à la Convention, il avait pris la relève de Couthon, en mission, pour correspondre avec la municipalité de Clermont-Ferrand. Consterné par la trahison de Dumouriez, et ipso facto d’une méfiance extrême à l’égard des généraux, il avait surtout mis en garde ses concitoyens contre les luttes fratricides de la Convention, marquant son désaccord avec une partie des Montagnards :

  • 32 Bibliothèque municipale et inter-universitaire de Clermont-Ferrand (BMIU), Ms 351. Lettre du 9 avr (...)

« Tout ira bien et la patrie sera sauvée, si l’harmonie règne parmi tous les patriotes ; s’ils marchent de concert et si les exagérés, les hommes emportés ne viennent pas tout gâter par des propositions extravagantes et subversives de tout ordre. On peut être ferme, sévère et très révolutionnaire sans cesser d'être sage, sans cesser d’être équitable. Il ne s'agit pas seulement de frapper fort, il faut encore frapper juste : et pour frapper juste il faut de la réflexion et de l’accord. Vous n’avez pas besoin de ces conseils, Citoyens, et je ne vous les expose que comme le résultat de ce qui se passe sous mes yeux. Je vois beaucoup d’hommes qui jouent l’exaltation du patriotisme, plutôt pour satisfaire leur haine, leur ambition, pour se faire une réputation de popularité qui conduit trop souvent aux emplois et à la fortune, que pour servir leur patrie et faire le bonheur de leurs concitoyens. J’ai remarqué que ces hommes, qui sont trop nombreux, déclament plus qu’ils n’agissent, parlent des vertus civiques sans les pratiquer, disposent le peuple moins à servir la patrie qu’à les servir eux-mêmes »32

  • 33 Ibidem. Lettre du 13 avril 1793. Dulaure, se fondant sur le désir de Marat de dissoudre l’Assemblée (...)
  • 34 Ibidem. Lettre du 11 avril 1793.

24Cette dénonciation sans fard des Enragés est prolongée dans ses lettres suivantes par la mise en accusation de Marat : « un homme malade, un homme tourmenté par la maladie appelée atrabile, [...] dont on parle tant et dont on devrait si peu parler, cet homme qui a prêche la dictature, le pillage et le meurtre et qui a une influence assez dangereuse sur la partie peu instruite du peuple de Paris »33. De telles prises de position le rapprochaient très sensiblement des Girondins ; il avait été également, comme beaucoup d’entre eux, favorable à l’appel au peuple lors du procès du roi (dont il avait voté la mort sans sursis). Jacques-Antoine se voulait toutefois davantage l'apôtre d'un « juste milieu » nécessaire à ses yeux à la stabilité de la République, un « juste milieu entre les principes endormeurs des modérés qui ne conviennent point dans des temps de révolution, et les principes extravagans des exagérés qui se rapprochent par leur extrémité de ceux des contre-révolutionnaires »34.

  • 35 Ibidem. Lettre du 23 avril 1793.

25L’écriture de la Constitution de 1793 lui avait fait espérer une unité républicaine retrouvée : « un vrai républicain ne doit point s’attacher à tel ou tel parti, à tel ou tel homme ; il doit s’attacher à la masse des événements, à la prospérité de sa nation, sinon il n’est que partial, qu'esclave »35. Or :

  • 36 Ibidem. Lettre du 20 avril 1793.

« Les petits intérêts qui nous tracassent et nous avilissent aujourd’hui seront anéantis devant l’édifice majestueux d’une Constitution populaire qui sera la seule au monde digne de l’admiration du philosophe. Et je le dis sans cesse à mes collègues, nous ne sommes pas envoyés ici pour faire triompher la cause de tel parti, de tel énergumène pour servir les passions de Pierre ou de Jacques, mais pour sauver la patrie et établir, sur des fondemens solides, le bonheur du peuple, pour détruire le despotisme des tyrans, l'aristocratie des nobles, le fanatisme des prêtres et non pour détruire et entraîner le peuple dans notre destruction »36.

  • 37 Ibidem. Lettre du 28 mai 1793.
  • 38 A. Galante-Garrone, Gilbert Romme. Histoire d'un révolutionnaire (1750-1795), Paris, 1971, p. 288- (...)

26Aussi, l’éviction des Girondins de la Convention parut-elle à Dulaure comme un coup de couteau dans le contrat social désiré - « le triomphe de l’anarchie »37. Son effroi et la fièvre qui s’ensuivirent, avoués le 28 mai, laissèrent place au plus profond silence dans sa lettre du 30... Avec une insistance tardive, il chercha à gagner les faveurs des nouveaux maîtres de la place, sans en dire mot dans sa correspondance, tandis que Gilbert Romme commentait pour les Riomois : « on le repousse avec horreur, comme ayant désigné la Montagne comme composée d'assassins. Il est obligé de se retirer et d’aller chercher une place dans les bas-côtés »38.

  • 39 BMIU. Ms 351. Lettre du 14 germinal an III (3 avril 1795). Dulaure est en mission en Corrèze lorsq (...)
  • 40 P. Mondanel,Lettres autographes et documents inédits concernant Jacques-Antoine Dulaure, député du (...)
  • 41 Ibidem. Lettre no 10, de Dulaure à Baudusson, 24 germinal an IV (13 avril 1796).

27Proscrit de la Convention en vendémiaire an II, Jacques-Antoine avait réussi à s’exiler en Suisse. Thermidor avait signé, comme pour beaucoup d’autres, sa résurrection politique, journalistique (il collaborait à La Sentinelle de Louvet) et savante, dans le giron des Idéologues. L’événement lui avait aussi permis de reprendre sa correspondance avec ses électeurs clermontois, à temps pour leur raconter les journées de germinal an III et la déportation de Collot d’Herbois, Billaud-Varenne et Barère39. Élu député au Conseil des Cinq-Cents, il apparaît comme l’archétype du thermidorien, d’une fidélité sans faille à la République directoriale, tel qu’il s’en réclame au début de l’an IV, sans renier son engagement de 1793 : « Je suis le champion de la constitution et je me vois tous les jours obligé de rompre des lances à droite ou à gauche »40. De fait, il dénonce alors les menées des anciens jacobins, les tentatives babouvistes, et se préoccupe de diffuser dans le Puy-de-Dôme, par l’intermédiaire de son ami Côme-Damien Baudusson (nommé par son entremise commissaire du pouvoir exécutif auprès de l’administration municipale de Pont-sur-Allier), la vulgate officielle : « Je voudrais que tu pu lire le journal intitulé Le Rédacteur que le gouvernement dirige, où il se trouve les nouvelles les plus fraîches et officielles et en même temps des instructions fréquentes pour les commissaires »41.

28La correspondance abondante échangée entre les deux hommes permet toutefois de mesurer l’engagement fermement républicain de Dulaure, et son acceptation in fine des cercles constitutionnels rendus nécessaires par le danger royaliste. Les considérations personnelles qui émaillent ses écrits, les affaires et la gestion de biens fonciers qui souvent les provoquent, disparaissent alors au profit du discours politique à promouvoir. Ainsi Dulaure exprime-t-il ses craintes le 16 brumaire an V (6 novembre 1796) :

  • 42 Ibidem, Lettre no 41, 16 brumaire an V (6 novembre 1796).

« La majorité du Corps législatif est bonne, ainsi que le Directoire. Nous voulons tous bien sincèrement, bien ardemment la république et nous ferons tout pour y réussir malgré les messieurs de Clichy. Nous avons à craindre trois choses : la lassitude de nos armées, les prochaines élections et le mauvais état de nos finances. Il faudrait la paix pour réparer deux de ces maux, mais les prochaines élections, sur lesquelles les chouans fondent leurs plus douces espérances, sont aussi importantes. Si malheureusement il rentre au Corps législatif un mauvais Tiers tout est foutu. C'est aux patriotes des départements à se concerter pour faire uniformément un bon choix »42.

  • 43 Cf. Ph. Bourdin, art. cit. note 30.

29Bien placé parmi les fondateurs des organisations « néo-jacobines » du Puy-de-Dôme (huit cercles, et peut-être onze, dès l’an V), Baudusson ne peut cependant le rassurer sur l’évolution du département : les élections de germinal an V marquent la victoire de l’Agence royale qui, enhardie, provoque en floréal puis en messidor des soulèvements meurtriers contre les républicains, au bois de Cros en particulier43 :

  • 44 BMIU, Ms 635. Lettre à Dulaure, 3 floréal an V (22 avril 1797).

« L'un des départements le plus patriote est aujourd'hui comme tu vois une petite Vendée... conclut Baudusson. Mais j’espère que les nouvelles satisfaisantes de la paix arretteront les projets contre révolutionnaires de ces messieurs. Ils ajourneront sans doute la partie jusqu’à ce que le brave nouveau tiers leur aura donné le signal... Ah, mon cher Dulaure, que de fautes le gouvernement a commise cette année. Il n’y a que des secousses, dont on ne peut apprécier les suittes, qui puissent reparer le mal deja fait ; et je ne vois pas par quel moyen on peut y parvenir. Le Français a le caractère trop frivole pour s’amuser longtems a porter le costume d’un republicain ; il lui faut de la gaité, des plaisirs frivoles, tout ce qui tient au sérieux lui déplait. Nos bourgeois desirent aujourd’hui la contre-révolution avec autant d’ardeur qu’ils ont voulu la Révolution. Au surplus c’est du bon ton d’être aristocrate ; ou si l’on veut s’aviser d’être encore républicain en société, il faut être si modéré pour être supportable qu’on joue plutôt le rôle d’aristocrate raisonnable que celui d’un partisan du nouvel ordre de chose. L’éducation de la jeunesse a trop été négligé ; les jeunes gens du jour ne scavent rien, ils se sont modelés sur les prétendus gens du bon ton : cette espèce de gens depuis la réaction s’étant trouvé à l’aise, depuis cette époque [...] tous les ridicules de la cour de Louis 16 on été remis en vigueur. Nos jeunes têtes pour être aimables les ont parfaitement copié ; et adieu le régime républicain. Il n’y a pas aujourd’hui jusqu’au enfants de douze ans qui n’affectent d’avoir de gros batons et ne fassent les petits tapageurs. Mon ami, les hommes sont des singes. Si vous voulez rectifier les mœurs dans un état, commencez par les pères, les enfants feront ce qu’ils auront vu faire à leur père »44.

  • 45 Cf. P. Bourdin, « Instruire le peuple enfant. Autour de Jacques-Antoine Dulaure et du second Direc (...)
  • 46 P. Mondanel,op. cit., note 39. Lettres n° 45 et 47, de Dulaure à Baudusson, 16 et 30 messidor an V (...)

30Vision pessimiste, en opposition à l’idéal majoritaire d’une jeunesse porteuse d’un avenir intact, elle trouble Dulaure, qui à la même époque réfléchit sur des projets éducatifs45. Il réagit d’abord en envoyant à plusieurs reprises des publications patriotiques, dans un but émancipateur avoué : « quelques imprimés que tu répandras afin de propager ou plutôt de restaurer les principes républicains qui sont avilis partout » ; ou bien en restreignant le champ possible des lecteurs : « c’est une petite consolation à offrir aux républicains si cruellement opprimés et assassinés dans notre département »46. Dans un deuxième temps, et après avoir immédiatement averti ses commettants des résultats heureux du coup de force du 18-Fructidor - cette « secousse » attendue par Baudusson -, il appelle à épurer les administrations - il se réjouira aussi des mesures coercitives à venir contre les nobles et les prêtres -, et surtout à reconstituer des réseaux :

  • 47 Ibidem. Lettres no 48, 51 et 54 de Dulaure à Baudusson, 18 fructidor an V, 16 et 30 vendémiaire an (...)

« Tous les républicains de Paris sont fortement intéressés et décidés à maintenir [...] les résultats du 18 fructidor. Les républicains des départements n’y sont pas moins intéressés. C’est pourquoi il doit s’établir, entre les uns et les autres, un accord de pensées, un concours de lumières pour contribuer à consolider l'ouvrage commencé »47.

  • 48 Arch. dép. Puy-de-Dôme, F 146 (76 et 77). Lettres à Gaultier de Biauzat, 5 et 10 fructidor an V (2 (...)
  • 49 Ibidem, F 146 (79). Lettre à Gaultier de Biauzat, 25 fructidor an V (11 septembre 1797).
  • 50 Ibidem, F 146 (78). La pétition est envoyée en fait à Engelvin (membre de la Société des Amis des N (...)

31Sans doute ce repli sur le pré-carré républicain est-il contradictoire avec la volonté d’unité nationale ailleurs affirmée par Dulaure. Il faut le comprendre comme une résistance espérée conjoncturelle aux dangers de l’anti et de la contre-révolution, fondée sur une communauté culturelle et une défense de l’héritage révolutionnaire. Les mêmes convictions se retrouvent, plus fermement énoncées et mises en action, chez Gaultier de Biauzat et son gendre Abraham. Biauzat, membre de la deuxième Société des Amis des Noirs et des Colonies, du club de la rue du Bac où il fréquente Antonelle, est le pivot parisien indispensable à la fondation des cercles constitutionnels auvergnats. Toute sa correspondance - n’était-ce pas, sinon les rencontres de visu, le seul canal possible ? - nous le prouve. Quelques jours avant le 18-Fructidor, son ami vendômois Croze le convainc d’une épuration nécessaire des tribunaux et des administrations : « Vous me recommandez la prudence et la fermeté dans les patriotes. Je vous jure qu'il y a longtemps que je leur donne ces conseils. Mais leur patience est à bout. Conspués, honnis, vilipendés, apostrophés par les royalistes et les fanatiques, le saq est plein, ils le veulent crever »48. Le même correspondant avouera sa déception : le coup de force est limité, laisse en place des royalistes - à Blois, où ils se réunissent en « chambre noire » avec le fils La Rochambeau, par exemple -, qui trouvent de surcroît des appuis auprès des ministres Bénezech et Cochon. Il fonde ses propos sur le Journal des hommes libres49. Suscitant ces confidences, Biauzat est reconnu patriote, et les républicains auvergnats s’attachent à sa personne. Ne lui envoient-ils pas, pour qu’il les transmette, leurs félicitations aux Conseils et au Directoire après le 18Fructidor, lui fournissant ainsi la liste des Clermontois recommandables ?50. Ne lui demandent-ils pas conseil pour structurer leur réunion en ouvrant officiellement, en vendémiaire an VI, un cercle constitutionnel - et c’est son ami d’Albiat, cofondateur en mars 1790 de la Société des Amis de la Constitution, que l’on retrouve dans ce rôle - ?

  • 51 Ibidem, F 146 (83). Lettre de d’AIbiat à Biauzat, 5 vendémiaire an VI (26 septembre 1797).

« Nous désirerions nous former en cercle constitutionnel, mais nous avons besoin de connoitre la forme d’organisation de celui de Paris, soit pour les admirions, conditions, forme de déliberation, publicité, distinction entre les deliberans et les assistans. J’ai écrit à Dulaure à cet effet. Nous avons fait une démarche auprès du departement pour avoir la salle électotrale. En attendant nous nous bornerons à faire lire les nouvelles et les discours que nous recevrons »51.

32De manière concomitante, Abraham informe son beau-père de l’échec de la démarche des « néo-jacobins » auprès du département, du légalisme thermidorien de Boutarel, « le valet B. », dont Biauzat avait pourtant assuré la promotion au poste de commissaire du pouvoir exécutif pour le Puy-de-Dôme :

  • 52 Ibidem, F 148 (43 et 44). Lettres d’Abraham à Biauzat, 4 et 9 vendémiaire an VI (25 et 30 septembre (...)

« Le citoyen B. a dit que dans notre département il n’y avait que 18 à 20 anarchistes desquels le gouvernement se débarasserait quant il voudrait. Il parait donc bien certain qu'il y a un coup a porter pour le directoire. Je n’en doute pas. Il s’agit de savoir de quelle manière il le dirigera et contre qui... Cherche et tente de savoir si l’apostat [Boutarel, N.A.] est à Paris pour affaire de gouvernement ou pour ses intérêts qu'il ne néglige jamais »52.

33Le jeu auquel le gouvernement se livre au lendemain des élections de germinal an VI, après avoir provoqué des assemblées scissionnaires fomentées par des envoyés spéciaux (Pech dans le Puy-de-Dôme), confirme Abraham dans ses craintes. Au début de l’an VII, elles sont à nouveau nourries par les agissements de Boutarel et de l’un de ses subordonnés, encore une fois en voyage vers la capitale :

  • 53 Ibidem, F 148 (46). Lettre du 2 vendémiaire an VII (23 septembre 1798).

« Les actes d’usurpation du gouvernement, les mouvements violents et tyranniques auxquels il s’est porté envers plusieurs gouvernements républicains, les bruits qui circulent ici sur le soin du gouvernement de cisalpiner la constitution de l’an III, tout nous porte à considérer avec quelque crainte de départ brusque de ces deux apostats... Rien ne parait pouvoir faire obstacle à cette marche usurpatrice. La classe moutonnière qui ne sut jamais faire un pas pour accelerer ou regulariser la révolution, semblable à la cire, prendra toutes les formes qu'on lui donnera. Le caractère de ces machines est suffisamment connu, aussi les humbles moutons sont-ils appelés par ceux qui les tondent maintes et maintes fois les amis de la constitution de l'an III »53

  • 54 Idem.
  • 55 Cf. P. Bourdin, op. cit. note 29, p. 275 et suivantes.
  • 56 En particulier dans sa lettre du 22 germinal an VII (11 avril 1799) : « Électeur ou non, le canari (...)
  • 57 Arch. dép. Puy-de-Dôme, F 148 (65). Lettre du 28 thermidor an VII (15 août 1799).
  • 58 Ibidem, F 148 (67). Lettre du 26 vendémiaire an VIII (18 octobre 1799).

34Abraham prend note des bruits qui commencent à courir sur les ambitions de la famille Bonaparte et compte sur ces luttes internes au pouvoir parisien pour assurer la résurrection des républicains les plus ardents : « Nous pourrions nous trouver dans ce cas dans la position des rats qui dansent dit-on quand les chats se battent »54. Tandis que Biauzat obtient à Paris la destitution de Boutarel au profit de l’ancien babouviste Rouillon-Petit, son gendre l’informe de l’état de l’opinion auvergnate à la veille des élections de l’an VII, de l’agitation des indicateurs de la police, de l’avancement du procès des agresseurs du Bois-de-Cros (stipendiés par les royalistes) ou des progrès constants du cercle constitutionnel, pour lequel il écrit un Père Duchesne en patois55. Peut-être par prudence ou par une ironie convenue avec son lecteur, il ne nomme plus dans sa correspondance les « gouvernementaux » du cru : Boutarel devient le « canari major », ses affidés, commissaires locaux du pouvoir exécutif, de simples « canaris »56. Sans doute à la fin de l’an VII conserve-t-il encore quelque espoir dans le régime et ses représentants : « Que le Directoire ne se laisse pas tromper par les endormeurs, qu’ils nous donnent les moyens de nous débarasser de tous les prêtres réfractaires et je te réponds que l’énergie, le patriotisme désintérressé reparaîtront dans notre pays quoiqu'on ait fait pour l’en bannir »57. Mais tout semble consommé un mois plus tard, et cette fois sans arrière-pensée stratégique, lorsque Bonaparte rentre d’Italie : « je ne pus, mon cher beau père, t'écrire par le courrier précédent. La nouvelle de l’arrivée de Bonaparte, la farandole à laquelle elle donna lieu me tinrent toute la soirée »58.

Peur de l’avenir et courriers égoïstes (1799-1800)

35Le trouble et les attentes du camp républicain à la veille et au lendemain du 18-Brumaire apparaissent nettement dans une troisième correspondance, échangée entre le très modéré Pierre Chollet-Beaufort, élu en l’an VII au Conseil des Cinq-Cents, et son beau-frère Gilhard. Le premier doit toute sa carrière, patiemment construite d’un échelon à l’autre des administrations, à la Révolution française. Sans avoir l’entregent et la popularité de Biauzat, l'aura intellectuelle et scientifique de Dulaure, il représente bien l’ascension du monde provincial de la basoche. Homme de loi dans la petite ville d’Aigueperse en 1 789, il avait fait partie du comité permanent de celle-ci, l’année suivante, lorsqu’il s’était agi d’établir des relations épistolaires avec les représentants à l’Assemblée nationale constituante. Membre du directoire du département de 1790 à 1792, il est ensuite procureur-syndic du district de Riom, puis retrouve de l'an IV à l’an VII l’administration départementale, qui sera son tremplin pour la députation. En l’an VII, il apparaît au sein du Conseil des Cinq-Cents comme l’archétype du nouvel élu, tel que B. Gainot l’a repéré dans sa thèse :

  • 59 B. Gainot,Le mouvement néo-jacobin à fin du Directoire. Structures et pratiques politiques, thèse (...)

« Le renouvellement des Conseils en germinal an VII a porté au Corps législatif (essentiellement au Conseil des Cinq-Cents d’ailleurs) une partie d'administrateurs départementaux, sans expérience des tâches du législateur. Par contre, ils ont souvent été en contact avec les groupes politiques locaux. Ces derniers ne cessent d’être actifs tout au long de la période directoriale, au moins dans les villes qui exercent une fonction de commandement »59.

  • 60 Je remercie Olivier Paradis des renseignements biographiques qu'il m'a fournis sur Mathieu-Marie G (...)

36Tel est bien le cas de Chollet : jusqu’à sa mort (en 1803), il s’entretient avec son beau-frère des affaires de l’État et de sa ville d’origine. Mathieu-Marie Gilhard appartient au même monde de la justice ; fils d’un notaire royal, il a brillamment réussi ses études au collège militaire d'Effiat, multipliant en toutes disciplines prix et accessits. Avocat en Parlement en 1789, officier municipal d’Aigueperse l’année suivante, procureur de la commune en 1792, juge de paix du canton en 1797, il est nommé en vendémiaire an VIII commissaire du Directoire exécutif pour cette même circonscription60. Deux destins parallèles donc, qui en l’an II se construisaient en osmose avec les Jacobins locaux pour en l’an VII se conjuguer avec un vif désir de paix, au lieu d’une conscription socialement injuste (« tous les bourgeois de notre commune [...] ont obtenu du jury des dispenses définitive sans en excepter un seul »), de réquisitions indéfiniment renouvelées (« nous voilà revenus aux expediens de 93 »). Le rejet de la loi Jourdan est total :

  • 61 Collection particulière. Lettre du 21 fructidor an VII (7 septembre 1799).

« La paix, voilà le guet du salut où tous nos efforts doivent tendre, dussions nous même faire des sacrifices et nous retirer chez nous en déclarant notre ferme intention de maintenir notre constitution et de ne plus nous mêler des affaires des autres. J'ai vu avec peine des propositions au Conseil qui tendent à un but tout opposé. Il serait bien tems cependant de mettre à proffit les terribles leçons de l’expérience qui se renouvellent chaque jour »61.

  • 62 Idem.

37La correspondance des deux hommes est moins tournée vers l'action que vers la réflexion, leur réseau moins construit pour la lutte politique que pour la réussite des carrières dont l’addition permettrait la mainmise sur l’État. Cela n’évite pas les accrocs : « Je me suis apperçu, écrit Gilhard à Chollet en fructidor an VII, que les imprimés que tu envoies à l’administration municipale de notre commune, ont été détournés de leur destination », preuve que les conflits demeurent, que la propagande est censurée62. Cependant, la phase « néojacobine » d’organisation du combat laisse place chez les deux Aiguepersois à une sociabilité plus feutrée, relevant d’arrangements privés et non de luttes publiques, ramenant à des fraternités plus anciennes (des Loges, des salons, des sociétés d’entraide, etc.) que celles nées dans les années de Terreur. Gilhard cadre ainsi les débats idéologiques menés avec Chollet :

  • 63 Ibidem. Lettre du 18 vendémiaire an VIII (10 octobre 1799).

« Je veux te communiquer quelques réflexions que m'a fait naître un projet de résolution que j’ai lu dans les journaux [...]. C'est de la discussion des opinions que naît la lumière et tu vois que je ne mets aucune présomption dans celle que j’émets et que je suis bien aise qu’on me fasse appercevoir mes erreurs »63.

  • 64 Ibidem.

38La prise de distance par rapport au cas examiné, loin des enthousiasmes, des déceptions ressenties et emphatiquement ou ironiquement marquées par Biauzat et Abraham, n’empêche pas l’attente urgente de la réponse : l’attachement à une « régénération par la loi » justifie l’impatience quand une nouvelle fois le régime est fragilisé. Gilhard soufflera par exemple à son beau-frère, le 30 brumaire an VIII (21 novembre 1799) : « ta lettre m’a fait le plus grand plaisir et m’a procuré la jouissance d’un objet longtemps attendu »64.

39De fait, la missive rendait compte du coup d’État du 18 précédent, par périphrase prudente : « l’événement qui a préparé les changemens importans qui se sont opérés si rapidement dans notre situation politique » :

  • 65 Ibidem. Lettre du 30 brumaire an VIII (21 novembre 1799).

« Mes vœux, réaffirme alors Gilhard, ont toujours été et seront toujours pour le bonheur de mon pays et le maintien des principes libéraux sur lesquels reposent les bases d’une Constitution qui nous a coûté tant de sacrifices. J’ai vu avec la plus grande satisfaction que c’est le vœu exprimé par ceux qui ont aujourd’hui entre les mains les destinées de la République. Dieu veuille que cette secousse soit enfin la dernière et nous procure un ordre de choses stable et tranquille et la paix au dedans et au dehors »65.

40Gilhard inscrit donc la prise du pouvoir par Barras et Bonaparte dans la continuité des secousses révolutionnaires, sans rupture franche avec les fondements institutionnels qui en sont nés et sont devenus pour les républicains des références obligées. Le Consulat à ce moment précis est encore vécu comme la République, et ce d’autant plus facilement que l’imprécision des « principes libéraux » - sous la plume de l’auteur, il s’agit surtout des libertés inhérentes à la séparation des pouvoirs - s’accorde bien avec l’ordre bourgeois résumé dans le tryptique redondant stabilité-tranquillité-paix. Les notions de peuple, d'égalité, de souveraineté sont bel et bien absentes du discours. Le cadre politique seul importe, à l’heure justement où le calme n’est pas totalement assuré :

  • 66 Idem.

« J'ai oui dire que la loi du 19 n'a pas été absolument bien accueillie à Clermont où elle n’a été publiée que par un simple commissaire de police. A Riom elle l’a été avec pompe. Notre municipalité [Aigueperse, N.A.] a aussi donné de l’éclat à cette publication. Toute ma crainte est qu'elle n’occasionne du trouble dans quelques départemens. Donnes moi quelques détails lorsque tu m’écriras, sur ce qui s’est passé et sur ce qui se propose et compte sur ma discrétion »66.

  • 67 Cf. note 60.
  • 68 J. Godechot,Les institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Paris, 1968, p. 626.

41Avant comme dans les mois qui suivent le 18-Brumaire, Gilhard offre à son correspondant ses commentaires sur les réformes administratives, judiciaires et économiques successives, et, à travers eux, définit son credo « libéral », ce minimum politique sur lequel il n’entend pas transiger. Aussi en vendémiaire an VIII fustige-t-il un projet d’adjudication de la perception des contributions directes : « elle favorise la fraude et l’agiotage et éloigne la probité et la bonne foi », permettant toutes les vexations contre les contribuables, « surtout envers la classe ignorante du cultivateur »67 Le principe d’équité remplace celui d’égalité. En ventôse de la même année, un autre projet, adopté par le Tribunat, sur l’extension des fonctions de commissaire de police, semble à Gilhard attentatoire à la séparation des pouvoirs et à la liberté individuelle. Le texte préfigure la loi du 7 pluviôse an IX (27 janvier 1801) créant les « magistrats de sûreté », qui devront recevoir les dénonciations, les plaintes et diriger les poursuites avec l’aide des juges de paix, officiers de gendarmerie, maires et adjoints68 :

« Je vais te faire part de quelques réflexions que m’a fait naître le projet de loi présenté par le gouvernement et qui est déjà adopté par le tribunat sur les fonctions attribuées aux commissaires de police et aux adjoints municipaux que l'on charge des fonctions du ministère public pour les tribunaux de police judiciaire en simple. Rien, je l'avoue, ne m’a plus étonné que de voir réunis sur la même tête deux fonctions essentiellement incompatibles. Comment en effet peut-on charger de la poursuite d’un délit le même fonctionnaire qui est censé avoir constaté ce même délit en sa qualité de commissaire de police. Il n’y a jamais eu jusqu'à présent d'exemple de cumul de fonctions aussi opposées. Et Dieu sait comment un ministère aussi essentiel sera exercé dans les campagnes. C’est une porte ouverte aux vexations et aux vengeances. L’on a allégué le motif de l'économie en évitant par là de créer de nouveaux fonctionnaires mais ce motif ne peut balancer les inconvéniens qui en résultent et je crains qu'a force de vouloir simplifier on ne tombe dans un excès contraire à celui qu'on a voulu éviter ».

  • 69 Collection particulière. Lettre du 30 ventôse an VIII (21 mars 1800).
  • 70 Ibidem. Lettres des 24 frimaire, 10 nivôse, 30 nivôse, 28 pluviôse et 22 ventôse an VIII (15, 31 dé (...)

42Gilhard en revanche renoncerait à la gratuité de la justice, donc au salaire de ses serviteurs, se fondant sur l’exemple suisse : « C’est à celui qui a besoin d’un juge à le payer, et celui qui ne plaide pas ne doit rien »69. Ainsi se délitent les solidarités - encore s’étonne-t-il qu’aucun représentant n’ait usé dans le débat de ces réflexions « si simples et si naturelles » - sous la plume de ce collectionneur des décrets des précédentes assemblées, à la recherche d’un corpus complet pour la Législative et la Convention, de ce lecteur assidu du Bulletin des lois, du Mercure de France et du Moniteur (brièvement abandonné après le 18-Brumaire), de la Décade philosophique surtout, et de tout journal littéraire « dans les bons principes » que lui procurera Chollet-Beaufort, son mentor en ce domaine. Un temps, il lui fit parcourir le Journal de Paris du très modéré Roederer, avant que celui-ci n’accède à d'éminentes responsabilités publiques70.

  • 71 Ibidem. Lettres des 8 et 24 frimaire, 10 nivôse an VIII (29 novembre, 15 et 31 décembre 1799).

43Ce ne sont pourtant pas les débats nationaux qui occupent l’essentiel des échanges épistolaires de ce couple d’amis. Gilhard est obnubilé par les enjeux locaux, le devenir d’Aigueperse, et sans doute cette obsession, ce « localisme » sont-ils à mettre au rang des victoires consulaires : le militantisme provincial meurt, les « masses de granit » bornent leur territoire, victimes d’une acculturation à rebours des pratiques politiques révolutionnaires et de l’idée de nation. Aigueperse ne bénéficiera pas d’une recette des impôts, Aigueperse ne sera pas siège d’une administration forestière, Aigueperse ne disposera pas d'un tribunal de première instance, devant se contenter d’une justice de paix. Aigueperse sera-t-elle même chef-lieu d’arrondissement ?71 Devant sa ville qui décline, l’emploi public qui se tarit, Gilhard retrouve les accents des années 1789-90, lorsque départements et districts étaient découpés à grand renfort de compromis locaux :

  • 72 Ibidem. Lettre du 24 frimaire an VIII (15 décembre 1799). Cf. cartes jointes.

« [...] L'on se propose d’établir des administrations communales de quarante lieues quarrées. En réfléchissant sur la situation de notre commune je me suis bercé de l’espoir que cet ordre des choses pouvoit lui être favorable, voilà comment : en réunissant l’ancien district de Montaigu à celui de Riom, on peut former un ensemble qui peut se diviser aisément en trois arrondissemens dont chacun aura la superficie exigue, et dont les chefs lieux seraient Riom, Montaigu et Aigueperse. L’arrondissement d’Aigueperse pourrait, par exemple, se composer d’une partie du canton de Mena et de ceux de Combronde, Artonne, Aigueperse intérieur et extérieur, Randan et même Ennezat sinon en totalité du moins en partie. Montaigu s’etendroit dans la montagne et Riom réunirait le surplus des deux ci-devant districts. Par ce moyen nous éviterions toute rivalité et toute concurrence. Voilà, diras tu peut être un beau rêve ou un beau château en Espagne. Cependant, il est dans l’ordre des possibles et dans l'incertitude où nous sommes sur notre sort futur il est permis à chacun de faire le sien »72.

  • 73 Ibidem. Lettre du 28 thermidor an VIII (16 août 1800). : « Nous nous sommes réunis le 21. Les tous (...)

44Bien entendu, cette voie ne sera pas suivie et les orgueils de clocher, d’autant plus meurtris, s’épanouiront en querelles fratricides entre plaine et montagne, comme se déchiraient dans l’Attique de Pisistrate Pédiens et Diacriens. Le montant et la répartition de l’impôt cristalliseront en l’occurrence ces affrontements qui, d’entrée, diviseront les conseils d’arrondissement73.

  • 74 Ibidem. Lettre du 24 frimaire an VIII (15 décembre 1 799).
  • 75 Ibidem. Lettre du 8 frimaire an VIII (29 novembre 1799).
  • 76 Cf. note 73.

45L’enjeu économique ne saurait toutefois dissimuler celui des carrières individuelles, offertes ou brisées par la nouvelle carte du pays. Là réside la survie des réseaux politiques antérieurement construits, celui des bons amis selon l’appellation choisie par Gilhard74. Il est par conséquent essentiel de conserver « une tête de pont » parisienne, un homme d’influence ou plusieurs qui souffleront à qui de droit les nominations à venir. Gilhard après le 18-Brumaire encourage d'abord Chollet à trouver une place dans un ministère ou dans la diplomatie - « parce qu'il y a lieu de présumer qu’il y aura une réduction dans le nombre de membres du corps représentatif » -, et veut le protéger de tout engagement politique trop exposé : « Je dois [...] te dire que j’ai vu avec plaisir que tu n’es pas du nombre de ceux qui sont délégués dans les départements. Cette mission quoique bien honorable est épineuse et l’expérience nous a appris qu’il est bien difficile de s’en acquitter sans se faire des ennemis »75. Le souvenir des représentants en mission effacé, il espère bientôt que Chollet rejoindra le Sénat ou le Tribunat (« surtout ayant ainsi que tu me le dis des connaissances dans les commissions législatives »), et ce sans cacher le faisceau d’intérêts particuliers qui est en jeu : « Tu ne doutes nullement de tous les motifs qui me le font désirer »76. Chollet devenu sénateur est effectivement fêté puis sollicité par ses anciens commettants, comme si demeurait encore un lien entre l'ancien corps électoral et ce représentant nommé, entre un pays profond asphyxié par les derniers bouleversements et ce notable dont le sort est à cette date essentiellement parisien :

  • 77 Idem.

« Il y a effectivement bien des gens de notre petite commune qui ont besoin de travailler, et qui seroient vraiment à plaindre si nous n'obtenions aucun établissement. J’ai cru devoir faire part à nos administrateurs, précise Gilhard qui fait désormais pression sur son correspondant, des articles de ta lettre où tu témoignes tes bonnes intentions pour ta commune. Ils y ont paru sensibles et tu dois avoir reçu une lettre d’eux à ce sujet »77.

  • 78 Cf. note 74.
  • 79 Cf. note 73.
  • 80 Ibidem. Lettre du 22 ventôse an VIII (13 mars 1800).
  • 81 Ibidem. Lettres des 8 et 24 frimaire an VIII (29 novembre et 15 décembre 1799).
  • 82 Ibidem. Lettre du 30 nivôse an VIII (19 janvier 1800).

46Dans cette guerre d’influence, Gilhard, loin d’obtenir gain de cause auprès de Chollet, propose des noms, et n’oublie jamais le sien, son ego conforté par les visites à domicile que lui font les amis de son beau-frère à l’administration départementale ou au Tribunat. Agent particulier des contributions au début de l’an VIII, il se verrait bien contrôleur à la direction des impôts directs de l’arrondissement ensuite, ou dans l'administration des forêts, bref des places assurant un revenu régulier sans être marquées politiquement ; là est l’une des préoccupations majeures de l’ancien jacobin : une situation « indépendante et pour ainsi dire sans respectabilité, du moins politique »78. Sa revendication en effet frappe par son égoïsme grandissant (et confessé), loin de toute logique de réseau : « Je t’avoue franchement qu’étant accoutumé un peu [sic] au travail depuis près de dix ans il me paroitroit très étrange de me trouver tout à coup sans occupation »79. Sans doute cette âpreté à entrer dans les nouvelles carrières trouve-t-elle aussi ses causes dans son refus « de vivre bourgeoisement c’est-à-dire dans l’oisiveté », dans son souci d’éduquer ses enfants toujours plus nombreux, et son fils avant tout, qu’il veut le continuateur d’une ascension sociale réussie80. Ces différents facteurs finissent par le détourner de son prime et viscéral attachement à son terroir d’origine, par vaincre cet immobilisme qui est le gage de sa notabilité. Combien de fois n’a-t-il pas accompagné ses sollicitations de précisions sans équivoque : « Je ne suis nullement dans l’intention de me déplacer » ; « ce ne seroit qu’autant que je pourrois l’exercer chez moi » ; « s'il y a occasion de me continuer dans le même genre de fonction que je remplis sans me déplacé, c’est mon seul désir »81 ? Au point de finalement se proposer pour le poste hypothétique et politisé « d’agent inférieur du gouvernement » dans l’arrondissement communal82. Au point, dernier avatar de ce carriérisme, de revendiquer un rôle dans le conseil de département, en vain :

  • 83 Cf. note 79.

« Le seul motif qui m’avoit fait désirer une place dans le conseil de département étoit, comme je te l’avois dit, parce que je présumois que cette place m’auroit procuré quelques relations et connoissances utiles, notamment avec le préfet dont j’aurois pu tirer parti [...]. Une autre raison [...], c’est que j'y trouvois aussi l'avantage d'être placé sur la liste des éligibles du département, tandis que celle de conseiller de l’arrondissement communal ne me place que sur celle des éligibles de l’arrondissement »83.

  • 84 Cf. M.-Cl. Grassi,L'art de la lettre au temps de La Nouvelle Héloise et du romantisme, Genève, 199 (...)
  • 85 B. Gainot,op. cit., note 58, p. 810.

47Avec Gilhard, l’on quitte les normes de la correspondance mondaine du dernier quart du XVIIIe siècle ; les confidences ne sont plus timides, le moi n’a jamais paru moins haïssable ; à moins que cette complaisance pour soi-même ne s’excuse, comme le prétendait le chevalier de Mérée, par une « véritable nécessité »84. Car l'inquiétude - Gilhard parle d’« état d’anxiété »- et le repli des forces vives de la nation, au lieu de l’enthousiasme et de la mobilisation qui conduisaient encore le combat des cercles constitutionnels du Directoire, semblent patents chez l'Aiguepersois en ce début du Consulat. L’évolution de la forme et du fond des échanges épistolaires rend compte de cette déconnexion progressive de l’événement, de ce renoncement à le provoquer et à le dominer. L’activisme dans un premier temps recourt à des réseaux politiques anciens, antérieurs même à la Terreur, nés dans l’élan patriotique de 1789 : si en l’an IV et en l’an V, la lettre privée n’est plus publiquement proclamée, du moins est-elle échangée avec les autorités politiques auvergnates, auxquelles elle apprend ou commente encore les nouvelles nationales et internationales. Sa privatisation s'accélère avec les nécessités de la lutte contre l'Agence royale, celles de la constitution des cercles constitutionnels, à l’heure où doivent se rassembler dans la prudence et parfois la clandestinité les « néo-jacobins » et les républicains distingués par B. Gainot comme « libéraux conservateurs »85. Aussi secrète qu’il se peut, la correspondance sert alors parfois une lutte sourde contre les émissaires du gouvernement dans les départements, puis contre les agents de la police, indicateurs dont se moque fréquemment Abraham. Il s’agit de déjouer leurs menées, sur le terrain comme dans les cabinets ministériels, pour gagner la bataille de l’information. Celle-ci passe désormais moins par le courrier publié, la missive servant la structure militante davantage que le contenu du discours, puisé maintenant aux journaux d’opinion et retranscrit en imprimés, dont le plus bel exemple clermontois est Le Père Duchesne en patois. Le coup d'État du 18-Brumaire casse cette dynamique, déchire grandement la toile d’araignée républicaine laborieusement tissée, et renvoie beaucoup d’administrateurs locaux à leur réalité personnelle. De ce « localisme » contraire aux causes nationales, aux combats collectifs, le Consulat va magistralement jouer pour partout s’attacher des notables pétrifiés.

LES ANCIENS DISTRICTS

LES ANCIENS DISTRICTS

1. Montaigut / 2. Pionsat / 3. Menat / 4. Saint-Gervais / 5. Montel-de-Gelat / 6. Giat
7. Pontaumur / 8. Manzat / 9. Pontgibaud / 10. Volvic / 11. Combronde / 12. Artonne
13. Riom intérieur / 14. Riom extérieur / 15. Aiguerperse intérieur / 16. Aigueperse extérieur
17. Randan / 18. Ennezat

LES ARRONDISSEMENTS SELON GILHARD (Frimaire an VIII)

LES ARRONDISSEMENTS SELON GILHARD (Frimaire an VIII)

L'ARRONDISSEMENT DE RIOM SOUS LE CONSULAT

L'ARRONDISSEMENT DE RIOM SOUS LE CONSULAT

Notes

1 R. Chartier,Culture écrite et société. L'ordre des livres (XIVe-XVIIIesiècles), Paris, 1996, p. 22.

2 Cf. J. Svenbro.Phrasikleia. Anthropologie de la lecture en Grèce ancienne, Paris, 1988.

3 Op. cit. note 1, p. 31. P.-Y. Beaurepaire, « Au cœur de l’expansion maçonnique du siècle des Lumières : la correspondance fraternelle et ses réseaux », dans Correspondre, jadis et naguère, 1995, p. 337-347.

4 D. Masseau,L’invention de l'intellectuel dans l'Europe du XVIIIesiècle, Paris, 1994, p. 162.

5 R. Chartier,Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, 1990, p. 113.

6 P. Bourdin,Des lieux, des mots, les révolutionnaires. Le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799, Clermont-Fd, 1995 ; P. Bourdin, « Jean-François Gaultier de Biauzat (1739-1815) - Hortensius ou nouveau Robespierre ? », dans Annales historiques de la Révolution française, 1997, no 1, p. 31-60.

7 Cité par F. Mège,Gaultier de Biauzat, sa vie et sa correspondance, Clermont-Ferrand, 1890, p. 68-69.

8 Lettre à Dubreuil et Boirat, 11 juillet 1789. Citée par A. Galante-Garrone, Gilbert Romme, histoire d'un révolutionnaire (1750-1795), Paris, 1971, p. 423.

9 F. Mège, Les fondateurs du Journal des débats en 1789, Paris. 1865.

10 Lettre du 29 août 1789, citée par F. Mège, op. cit. note précédente, p. 17.

11 Ibidem, p. 19.

12 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 388. Lettre du 10 novembre 1791.

13 Ibidem, s.d.

14 Ibidem. Lettre du 23 brumaire an III (13 novembre 1794).

15 Cf. P. Bourdin, op. cit., note 6, p. 233 et suivantes.

16 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 388.

17 F. Mège, Correspondance inédite de G. Couthon, député du Puy-de-Dôme à la Législative et à la Convention nationale (1791-1794), Paris, 1892. En particulier, lettres des 24 novembre et 19 décembre 1792, p. 269 et 273, du 12 décembre 1793, p. 329.

18 A. Galante-Garrone,op. cit. note 8, p. 288-289.

19 R. Bouscayrol,Soubrany ou la Révolution assassinée, Moulins, 1984. Lettre du 9 juillet 1793, p. 146.

20 S. Bernstein, dans Vingtième siècle, juil.-oct. 1992, p. 67-77.

21 Cf. P. Bourdin,art. cit. note 6, p. 55.

22 Arch. dép. Puy-de-Dôme, F 156 (96). Lettre à la municipalité de Clermont-Ferrand, 22 germinal an IV (11 avril 1796).

23 Ibidem, F 156 (77). Lettre du 20 nivôse an IV (9 janvier 1796).

24 Ibidem. F 156 (78). Lettre du 25 nivôse an IV (14 janvier 1796).

25 Cf. note 22.

26 Ibidem, F 156 (94). Lettre à la municipalité de Clermont-Ferrand, 18 germinal an IV (7 avril 1796).

27 Ibidem, F 156 (111).

28 Ibidem, F 156 (112). Lettre du 26 nivôse an V (15 janvier 1797).

29 Ibidem, F 156 (113). Lettre du 30 nivôse an V (19 janvier 1797).

30 Ibidem, F 156 (118 et 123). Cf. P. Bourdin, Le Puy-de-Dôme sous le Directoire. Vie politique et esprit public, Clermont-Ferrand, 1990.

31 Ibidem, F 156 (107). Lettre du 11 germinal an V (31 mars 1797). Cf. P. Bourdin, « Les Jacobins du Bois de Cros (Clermont-Ferrand, an V) : chronique d’un massacre annoncé », dans Annales historiques de la Révolution française, 1997, n° 2, p. 249-304.

32 Bibliothèque municipale et inter-universitaire de Clermont-Ferrand (BMIU), Ms 351. Lettre du 9 avril 1793.

33 Ibidem. Lettre du 13 avril 1793. Dulaure, se fondant sur le désir de Marat de dissoudre l’Assemblée, l'amalgame dans son rejet à Dumouriez. Il soutient la décision de l’enfermer à la prison de l’Abbaye. Dans une lettre du 25 avril (ibidem), il se désole de l'acquittement de « l’Ami du Peuple », et renouvelle brillamment ses appels à la raison et aux Lumières, contre toute idolâtrie :
« Je suis encore obligé de vous parler d'un homme et les républicains ne doivent s'occuper que des choses. Mais nous avons une République et nous ne sommes pas encore républicains. Je vais vous parler de Marat. Marat, accusé, s’est présenté hier au tribunal révolutionnaire accompagné d'une foule immense qui crioit : vive Marat. Il a été acquitté de l'accusation, et la même foule qui l'avait escorté au tribunal l'a couronné et l'a porté en triomphe à la Convention nationale. Je suis moins affligé du triomphe de cet homme que de l’idolâtrie du peuple. Je vois sa morale pervertie par cette idolâtrie : je ne vois point un peuple de républicains dans un peuple qui crie : vive Marat, et qui adore un homme. Je vois un peuple d'esclaves, le même qui crioit naguère vive le Roi. Je vois un peuple qui a besoin d'adorer quelqu'un et qui substitue une idole à une autre. Les vrais républicains ne doivent idolâtrer que la Liberté, ne doivent crier que vive la République. Quand serons-nous républicains ? ».

34 Ibidem. Lettre du 11 avril 1793.

35 Ibidem. Lettre du 23 avril 1793.

36 Ibidem. Lettre du 20 avril 1793.

37 Ibidem. Lettre du 28 mai 1793.

38 A. Galante-Garrone, Gilbert Romme. Histoire d'un révolutionnaire (1750-1795), Paris, 1971, p. 288-289...

39 BMIU. Ms 351. Lettre du 14 germinal an III (3 avril 1795). Dulaure est en mission en Corrèze lorsque se produit l'insurrection de prairial an III, mais fait parvenir à ses concitoyens sa proclamation imprimée en date du 9 prairial (28 mai 1795) :
« [...] Des conspirateurs reconnus, des trompeurs à gages, et des trompés forment la masse des rebelles qui viennent de faire éclater le plus affreux des complots.
Eh ! Dans quel temps ces hommes de sang, ces conspirateurs atroces, ces satellites du crime viennent-ils agiter les torches de la guerre civile et déchirer le sein de leur patrie ? Dans l'instant où le plus grand calme est nécessaire pour consolider la liberté, rétablir le crédit public, achever une constitution si désirée et ramener l’abondance dans l’intérieur [...]. Dans l'instant où le plus grand calme et la plus grande célérité sont indispensables pour faire prospérer, pour hâter des négociations qui doivent assurer la liberté, le bonheur et la gloire des Français, leur donner la paix et les faire enfin jouir des fruits de la révolution ».

40 P. Mondanel,Lettres autographes et documents inédits concernant Jacques-Antoine Dulaure, député du Puy-de-Dôme à la Convention nationale et au Conseil des Cinq-Cents, extraits de L’Auvergne littéraire, no 196, Clermont-Ferrand, 1er trimestre 1968. Lettre no 7, de Dulaure à Baudusson, Paris, 24 frimaire an IV (15 décembre 1795).

41 Ibidem. Lettre no 10, de Dulaure à Baudusson, 24 germinal an IV (13 avril 1796).

42 Ibidem, Lettre no 41, 16 brumaire an V (6 novembre 1796).

43 Cf. Ph. Bourdin, art. cit. note 30.

44 BMIU, Ms 635. Lettre à Dulaure, 3 floréal an V (22 avril 1797).

45 Cf. P. Bourdin, « Instruire le peuple enfant. Autour de Jacques-Antoine Dulaure et du second Directoire », dans Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), CNRS-Saint-Cloud, à paraître.

46 P. Mondanel,op. cit., note 39. Lettres n° 45 et 47, de Dulaure à Baudusson, 16 et 30 messidor an V (4 et 18 juillet 1797).

47 Ibidem. Lettres no 48, 51 et 54 de Dulaure à Baudusson, 18 fructidor an V, 16 et 30 vendémiaire an VI (4 septembre, 7 et 21 octobre 1797).

48 Arch. dép. Puy-de-Dôme, F 146 (76 et 77). Lettres à Gaultier de Biauzat, 5 et 10 fructidor an V (22 et 27 août 1797).

49 Ibidem, F 146 (79). Lettre à Gaultier de Biauzat, 25 fructidor an V (11 septembre 1797).

50 Ibidem, F 146 (78). La pétition est envoyée en fait à Engelvin (membre de la Société des Amis des Noirs), Triozon-Chomette (ancien animateur de la Société populaire d'Issoire), Biauzat et son ami d'Albiat, tous alors à Paris.

51 Ibidem, F 146 (83). Lettre de d’AIbiat à Biauzat, 5 vendémiaire an VI (26 septembre 1797).

52 Ibidem, F 148 (43 et 44). Lettres d’Abraham à Biauzat, 4 et 9 vendémiaire an VI (25 et 30 septembre 1797).

53 Ibidem, F 148 (46). Lettre du 2 vendémiaire an VII (23 septembre 1798).

54 Idem.

55 Cf. P. Bourdin, op. cit. note 29, p. 275 et suivantes.

56 En particulier dans sa lettre du 22 germinal an VII (11 avril 1799) : « Électeur ou non, le canari de chaque canton est venu ici [à Clermont-Ferrand, N.A.] par ordre et chargé de presser les électeurs de chaque canton et de les diriger dans le sens voulu. Le président [de l’administration à élire, N.A.] excepté, les autres étaient indiqués par le canari major. Voila donc ou nous réduit la cupidité, l'ambition et les crimes d'une poignée de fripons et de factieux ! ! ! ». (Arch. dép. Puy-de-Dôme, F 148 (57).

57 Arch. dép. Puy-de-Dôme, F 148 (65). Lettre du 28 thermidor an VII (15 août 1799).

58 Ibidem, F 148 (67). Lettre du 26 vendémiaire an VIII (18 octobre 1799).

59 B. Gainot,Le mouvement néo-jacobin à fin du Directoire. Structures et pratiques politiques, thèse Paris 1-Sorbonne, 1993, p. 810.

60 Je remercie Olivier Paradis des renseignements biographiques qu'il m'a fournis sur Mathieu-Marie Gilhard.

61 Collection particulière. Lettre du 21 fructidor an VII (7 septembre 1799).

62 Idem.

63 Ibidem. Lettre du 18 vendémiaire an VIII (10 octobre 1799).

64 Ibidem.

65 Ibidem. Lettre du 30 brumaire an VIII (21 novembre 1799).

66 Idem.

67 Cf. note 60.

68 J. Godechot,Les institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Paris, 1968, p. 626.

69 Collection particulière. Lettre du 30 ventôse an VIII (21 mars 1800).

70 Ibidem. Lettres des 24 frimaire, 10 nivôse, 30 nivôse, 28 pluviôse et 22 ventôse an VIII (15, 31 décembre 1799, 19 janvier, 17 février et 13 mars 1800).

71 Ibidem. Lettres des 8 et 24 frimaire, 10 nivôse an VIII (29 novembre, 15 et 31 décembre 1799).

72 Ibidem. Lettre du 24 frimaire an VIII (15 décembre 1799). Cf. cartes jointes.

73 Ibidem. Lettre du 28 thermidor an VIII (16 août 1800). : « Nous nous sommes réunis le 21. Les tous premiers jours se sont passés en vaines discussions entre la plaine et la montagne. Les membres de cette dernière partie proposèrent [...] une comparaison des revenus de la plaine avec ceux de la montagne [...]. Dans cet aperçu ils confondoient les prés et les vignes avec les terres a bled. Quand à la montagne [...] ils en supposoient un cinquième d'un produit absolument nul et comme ne devant compter pour rien dans l’évaluation des revenus. Ils se representoient un autre cinquième comme n’étant en produit que tous les dix ans et [...] enfin ils consentirent à comprendre dans leur estimation les autres trois cinquièmes comme présentant une année de produit sur trois [...]. Avec un calcul pareil, ils faisoient refluer sur la plaine quatre vingt mille francs d’imposition en décharge sur la montagne ».

74 Ibidem. Lettre du 24 frimaire an VIII (15 décembre 1 799).

75 Ibidem. Lettre du 8 frimaire an VIII (29 novembre 1799).

76 Cf. note 73.

77 Idem.

78 Cf. note 74.

79 Cf. note 73.

80 Ibidem. Lettre du 22 ventôse an VIII (13 mars 1800).

81 Ibidem. Lettres des 8 et 24 frimaire an VIII (29 novembre et 15 décembre 1799).

82 Ibidem. Lettre du 30 nivôse an VIII (19 janvier 1800).

83 Cf. note 79.

84 Cf. M.-Cl. Grassi,L'art de la lettre au temps de La Nouvelle Héloise et du romantisme, Genève, 1994, p. 74.

85 B. Gainot,op. cit., note 58, p. 810.

Table des illustrations

Titre LES ANCIENS DISTRICTS
Légende 1. Montaigut / 2. Pionsat / 3. Menat / 4. Saint-Gervais / 5. Montel-de-Gelat / 6. Giat7. Pontaumur / 8. Manzat / 9. Pontgibaud / 10. Volvic / 11. Combronde / 12. Artonne13. Riom intérieur / 14. Riom extérieur / 15. Aiguerperse intérieur / 16. Aigueperse extérieur17. Randan / 18. Ennezat
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1681/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre LES ARRONDISSEMENTS SELON GILHARD (Frimaire an VIII)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1681/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre L'ARRONDISSEMENT DE RIOM SOUS LE CONSULAT
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1681/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

Auteur

Université Blaise Pascal — Clermont II Centre d'Histoire des Entreprises et des Communautés

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540