Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 1. Le lien politique local dans la Grande Nation

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet

Les dynamiques locales de l'engagement et du refus politiques des citoyens

Le réveil des structures maçonniques locales sous le Directoire et au début du Consulat

Pierre-Yves Beaurepaire

Texte intégral

Un champ à explorer

1Coincée entre ces deux prétendus âges d’or de l’histoire de l’Ordre que sont le XVIIIe siècle et le Premier Empire, l’histoire des loges maçonniques sous le Directoire et au début du Consulat demeure à l'état de friches au milieu d’un champ d’investigation dont la mise en valeur a indiscutablement bénéficié au cours des vingt-cinq dernières années des apports de la recherche en histoire culturelle et sociale. Parmi une production surabondante et souvent médiocre, on cherche en vain une étude d’ensemble sur le sujet. Les études pionnières d’Albert Mathiez dans les années 1920, d’André Bouton dans les années 1950, de Gérard Gayot dans les années 1970, de Michel Taillefer dans les années 1980, sont restées finalement assez isolées à l’exception notable de la riche thèse d’Éric Saunier sur la franc-maçonnerie normande et de quelques articles, dont celui de Maurice Arnould sur la franc-maçonnerie dans les « départements réunis ».

2Paradoxalement, cette lacune historiographique provient pour partie de la mise à la disposition des chercheurs d’un fonds exceptionnel, le fonds maçonnique du Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Son classement par orient et par loge, permet à tout chercheur, même novice en histoire maçonnique, d’obtenir en quelques minutes pour la ville souhaitée, un ou plusieurs dossiers contenant correspondances officielles et tableaux de membres. Cette facilité d’accès a d’évidents effets pervers. Le fonds maçonnique du Cabinet des manuscrits est trop souvent la source unique de nombreux travaux. Dès lors, l’histoire d’une communauté maçonnique se nourrit principalement de textes normatifs et de correspondances administratives échangées entre la loge et son obédience. Elle se prive de l'observation des formes de vie et de sociabilité maçonniques hors des cadres du Grand Orient, riches et variées, mais disqualifiées par ces sources officielles comme « irrégulières » et « sauvages ». Au mieux, cette histoire intègre l’étude de la composition socio-professionnelle de l’atelier, mais telle qu'elle apparaît sur les tableaux annuels que la loge adresse au centre parisien, c’est-à-dire de manière statique et figée. Partant, l’autonomie d'un foyer de sociabilité local, son existence informelle en marge des structures patentées de la sociabilité maçonnique - on oublie trop souvent que la constitution d’un atelier ou sa demande en constitution ne constituent en aucune façon son acte de naissance « biologique » - se trouvent oblitérées, balayées du champ d’investigation.

  • 1 Bibl. nat., Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique [Cab. mss, FM], FM1 19, Procèsverbaux de la C (...)
  • 2 D. Ligou, « La Franc-maçonnerie et la Révolution française », dans Actes du colloque international (...)
  • 3 J.-L. Chappey, « Les sociétés savantes à l’époque consulaire », dans Annales Historiques de la Rév (...)

3Les conséquences d’une telle démarche sur la connaissance de la période qui nous intéresse ici sont évidemment néfastes. Du fait de la léthargie du Grand Orient entre 1793 et 1795/1796, et de l’interruption des travaux de la Chambre Symbolique, véritable centre nerveux du corps maçonnique, dont le fonctionnement reposait entièrement sur la correspondance directe entre le centre et chacune des unités élémentaires de la chaîne d’union - interruption dont témoigne le silence du registre de la Chambre Symbolique pour les années 1795-17981-, il est normal de ne pas trouver dans la plupart des dossiers de la Bibliothèque nationale de documents d’archives pour cette période. De là en conclure que toute vie maçonnique s’est évanouie, il n’y a qu’un pas, la plupart du temps allègrement franchi, malgré la mise en garde de Daniel Ligou2. Pour la même raison, on date avec une grande mais vaine précision le réveil maçonnique provincial des premiers signaux adressés par les loges locales en réponse à la circulaire par laquelle Roettiers de Montaleau avertit l'ancien réseau de correspondance du Grand Orient que le centre de la chaîne d'union a repris force et vigueur. Ce faisant, on oublie que bon nombre d’ateliers ont attendu prudemment que l’ordre revienne dans la sphère maçonnique comme dans la sphère profane, avec le Consulat, pour réactiver leurs échanges épistolaires avec le centre parisien, d'autant qu’ils craignaient que les loges fussent visées par l'article 362 de la Constitution de l’an III. Plus grave, on escamote la période décisive qui précède, où les orients provinciaux ont été le théâtre d’initiatives locales et volontaristes de reconstruction des temples, de reconstitution des effectifs des loges, de remise en service de leurs réseaux de correspondance, de refonte concertée des organigrammes régionaux de l’Ordre, en réactivant les solidarités éprouvées des années antérieures à la Révolution, tout en intégrant la nouvelle donne politique et sociale nationale et locale. Les demandes d’autorisation adressées par les francs-maçons aux administrations communales puis aux préfets « permettent [ensuite] de mesurer les stratégies de reconnaissance et d’institutionnalisation mises en place » par les loges, « mais aussi d’apprécier le système de censure des autorités politiques », à l’instar de ce que propose Jean-Luc Chappey pour « les sociétés savantes à l'époque consulaire »3. C’est la richesse de cette période de réveil du corps maçonnique, qu’il convient d’étudier, non à partir du centre parisien, mais des cellules élémentaires, et ce d’autant plus que les francs-maçons qui les investissent et s’y investissent sont conscients que la sociabilité maçonnique n’est pas obsolète, qu’elle demeure un enjeu dans un champ politique, social et culturel en plein renouvellement. Il y a de ce point de vue de suggestives comparaisons à faire avec les travaux récents qui éclairent d’un jour nouveau le champ de la sociabilité profane à l’époque du Directoire et du Consulat.

Des sources à découvrir

  • 4 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM3 422 : À la gloire du G[rand] A[rchitecte] De l'un[ivers]. livre d'Ar (...)
  • 5 La loge ne figure pas dans le précieux répertoire d'A. Le Bihan, Loges et chapitres de la Grande L (...)

4Si l'on part du fonds maçonnique du Cabinet des manuscrits, il convient tout d'abord d’y rechercher des livres d’architecture - c’est-à-dire les registres de procès-verbaux des tenues maçonniques- des loges qui ont travaillé la pierre brute sous le Directoire et le Consulat. Le livre d’architecture n’est certes pas « la » source idéale, mais il présente l’insigne avantage de restituer la vie de la loge, au jour le jour, tenue après tenue. Celui de la loge Les Cosmopolites de Saint-Jean de Jérusalem, orient de Nantes, illustre tout le potentiel que recèle ce type de sources pour mettre en évidence le réveil des structures maçonniques locales4. Sans ce registre, on ignorerait jusqu’à l’existence de cette loge fondée en 1796 et qui n’a pas laissé d’autres archives5.

5La première tenue d’apprenti a lieu le 10 décembre 1796. Composée d'une dizaine de membres qui pour la plupart ont fréquenté les colonnes des loges nantaises avant 1789, elle marque d'emblée sa volonté de se poser en héritière de la Maçonnerie d’Ancien Régime, de témoigner par sa « stricte observance » de la tradition maçonnique, du caractère immuable des travaux d’un Art Royal imperméable aux bouleversements de la sphère profane. Son titre distinctif fait clairement référence à la plus vieille loge nantaise, Saint-Jean de Jérusalem, ainsi qu’à la loge des Cosmopolites de Sainte-Cécile fondée en 1772. Les frères suivent scrupuleusement les anciens rituels et notent avec précision le déroulement des cérémonies d’installation. Politiquement modérés, voire réactionnaires, ces frères refusent de laïciser leurs travaux et d’abandonner les références catholiques de l’Art Royal. Les deux fêtes de l’Ordre, la Saint-Jean d’été « qui est d’obligation indispensable pour tous les maçons répandus à la surface de la terre » et la Saint-Jean d’hiver, « fête si mémorable et si chère à tous les bons maçons » sont célébrées conformément à la tradition. Les hauts grades d’essence chrétienne, comme celui de Rose-Croix demeurent prisés. Le calendrier révolutionnaire n’a pas sa place dans le temple du Grand Architecte de l'Univers. Les candidats déclarent leur appartenance à l’Église catholique. Le registre montre également que la loge ne vit pas repliée sur elle-même, elle reçoit des visiteurs de Paris et « d’une loge régulièrement constituée à l’orient de Nantes » dont nous ignorons le nom. La volonté de cette poignée de gardiens de la tradition maçonnique de ne laisser pénétrer « dans un lieu où règnent la discrétion, la fidélité et la justice », aucune nouveauté issue de la sphère profane régénérée est manifeste. Après quatorze tenues, du 10 décembre 1796 au 10 novembre 1797, le registre s’interrompt. La confrontation de cette source avec d'autres registres maçonniques contemporains est cependant éclairante puisqu’elle révèle la sensibilité et la diversité des réactions des loges et de leurs membres aux bouleversements politiques et religieux du moment.

  • 6 Voir par exemple : Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM3 668, livre d’architecture de Saint-Jean du Désert (...)
  • 7 Arch. mun. Dunkerque, archives de Maurice Bacquart, copie du livre d’architecture d’Amitié et Frat (...)
  • 8 Arch. mun. Dunkerque, archives de Maurice Bacquart, Statuts et règlement intérieur d'Amitié et Fra (...)

6Le souci de retirer des formules, sceaux et autres titres maçonniques, toute référence à la franc-maçonnerie des Lys apparaît clairement dans les documents des loges du département du Nord, sans qu’il soit le plus souvent possible de faire la part exacte, non pas tellement de l’opportunisme des frères, mais de leur souci de ne pas donner prise à leurs détracteurs prompts à dénoncer les loges comme autant de refuges royalistes, et de leur degré d’adhésion aux mots d’ordre du Directoire6. À Dunkerque, Amitié et Fraternité qui domine la maçonnerie littorale de la mer du Nord depuis le milieu du XVIIIe siècle ne se contente pas d’écarter prudemment toute référence à l’Ancien Régime. Les normalisations successives des références et signes maçonniques auxquelles se livrent les représentants de la bourgeoisie négociante et juridique qui peuplent ses colonnes avec une remarquable continuité de la fin de l’Ancien Régime à la fin de l’Empire, ne sont pas seulement d’opportunistes et flagorneurs gages de loyauté et d’allégeance au pouvoir en place. Elles manifestent aussi leur adhésion sincère à la Révolution, puis leur aspiration à un retour à l’ordre et à la modération, qui achève la Révolution sans en remettre en cause les acquis. Le Vénérable, Thibault, célèbre l’égalité qui règne entre maçons « qui ont repoussé jusqu’à l’extinction le délire de ces préjugés absurdes en renversant l’édifice gothique et bizarre des prédilections antisociales »7. Mais les maçons restent des élus qui se retrouvent dans le temple de l’entre-soi : la loge rappelle donc dans ses statuts de 1798 qu’« on ne pourra jamais recevoir un frère servant au grade Maître Bleu »8. Les registres de la loge dont Thibault tint le maillet de 1790 à 1801, permettent ainsi d’appréhender comment un groupe de notables somme toute assez stable a traversé la décennie révolutionnaire et réussi, par-delà des choix politiques individuels différents, décalés, voire contradictoires, à reconstituer une communauté maçonnique prospère dès le début du Consulat.

  • 9 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 2281, Amitié et Fraternité, orient de Dunkerque, dossier 1, f° 78 r°
  • 10 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 2281, Amitié et Fraternité, orient de Dunkerque, dossier 2, f° 1, 20 (...)
  • 11 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 2281, Amitié et Fraternité, orient de Dunkerque, dossier 2, f° 8 r°, (...)

7Dès 1792, la loge caviarde son sceau imprimé9, dont le centre était occupé par trois fleurs de lys. En 1799, tout en conservant sa forme originelle, elle remplace les fleurs de lys par des faisceaux de licteurs10, puis eu 1804 par deux rangées d’étoiles surmontées d'une couronne11. Dans le même temps, la loge a, à l’inverse de l’atelier nantais, laïcisé ses fêtes : la célébration des deux Saint-Jean est remplacée par celles des deux solstices, le calendrier républicain est introduit - non sans provoquer de fréquentes erreurs de concordance pour le secrétaire - de même que la référence à la République une et indivisible et à la protection de la loi. Dès le réveil officiel de la loge, le 10 septembre 1797, le Vénérable fait prêter à ses frères le serment de fidélité à la République.

8La proximité du coup d’État du 18 fructidor rendait certes opportune une manifestation d’attachement à la République propre à écarter les soupçons qui pesaient sur les temples maçonniques refuges royalistes. Mais on peut tout aussi légitimement faire remarquer qu’en pleine période d’instabilité politique, alors que les soupçons pèsent effectivement sur les loges renaissantes, le moment n’était pas le mieux choisi pour rouvrir les travaux maçonniques, sauf si les convictions républicaines des membres de la loge étaient sincères et attestées. D'autre part, le livre d’architecture nous apprend que la prestation de serment est par la suite réitérée, « de bon gré et sans contrainte », à chaque tenue.

  • 12 Les procès-verbaux de 1797 et de 1798 font notamment référence à des frères dunkerquois inconnus a (...)
  • 13 Voir notamment pour les loges du Nord de la France, le rapport de Riffé de Caubray, dont un exempl (...)

9L'étude attentive du registre d'Amitié et Fraternité montre également clairement le maintien d’une activité maçonnique entre 1793 et 179712, qu’il faut rapprocher à la fois des très nombreuses références aux loges septentrionales faites par le registre des procès-verbaux de la Chambre Symbolique du Grand Orient dès la reprise des correspondances provinciales, et surtout de l’envoi de plusieurs missions d'inspection par le centre parisien qui craint manifestement de voir, comme fréquemment sous l’Ancien Régime, des orients périphériques animés de forces centrifuges et d'aspirations à l’autonomie13.

  • 14 Bibl. nat., Cab. mss, FM. FM2 2291, Trinité, orient de Dunkerque, dossier 1, ff° 35. 8 avril 1800.
  • 15 P.-Y. Beaurepaire, L’Autre et te Frère, l’Étranger et la Franc-maçonnerie en France au XVIIIesiècl (...)

10Eu janvier 1799, Randon Lucenay, Grand Premier Surveillant du Grand Orient et véritable représentant en mission, est à Dunkerque. Il y visite la Trinité, lui remet les dernières circulaires du Grand Orient et l’encourage vigoureusement à reprendre sa correspondance avec le centre parisien, alors que la loge hésite en raison de l'article 362 de la Constitution de l'an III14. En 1802, l’avocat P. N. Rifle de Caubray, effectue une longue tournée d’inspection. Dans les départements belges, il visite notamment les ateliers de Bruxelles, Louvain, Mons, Tournai et Liège. Il prévoit à juste titre l’ouverture rapide de nombreuses loges dans les départements septentrionaux. Ces tournées sont autant de reprises en mains après une trop longue autonomie. D’où les réactions violentes d'Amitié et Fraternité au séjour de Randon Lucenay à Dunkerque, accusé d’être un aventurier et de faire commerce de la maçonnerie. Pour comprendre les enjeux de la reprise il faut se souvenir que pour beaucoup d’orients périphériques, l’âge d’or de la franc-maçonnerie d’Ancien Régime ne coïncide pas avec l'affirmation du Grand Orient, mais avec les difficultés de sa devancière, la Grande Loge ; alors que les historiens de l’Ordre présentent naturellement un point de vue opposé. En effet, la faiblesse du centre a permis aux puissantes loges périphériques de développer leurs propres réseaux de correspondance, enjeu de pouvoir essentiel dans la République universelle des francs-maçons15, tant en France qu’à l'étranger, et de s’imposer comme centre régional autonome, quitte pour cela à opérer un transfert d’allégeance en faveur d’une obédience étrangère, prestigieuse et... lointaine. Or, le Grand Orient s’est constamment efforcé d’éliminer tout écran entre le centre de la chaîne d’union et les unités élémentaires du corps maçonnique. Or, au cours de la Révolution comme lors de la maladie de la langueur dont souffrit la Grande Loge à la fin des années 1760, les loges ont eu à nouveau l’opportunité de s’organiser sur une base fédérale, en favorisant l’émergence de structures locales et départementales. Toulouse a vu naître, sinon un Grand Orient méridional comme on le dit parfois, du moins un comité général des loges puis un Grand Orient provisoire qui conteste la légitimité du Grand Orient parisien, tandis qu’à Bordeaux s’est formée une Fédération maçonnique. En 1792, à Dunkerque, Amitié et Fraternité avait déjà rédigé des observations critiques sur le projet de réorganisation du corps maçonnique proposé par le Grand Orient. On y perçoit clairement l’aspiration à une décentralisation maçonnique, à l’autonomie des loges locales, et la ferme volonté que les « loges de département » que l’on envisage de créer soient l’émanation des loges locales et non pas investies par le pouvoir parisien dont elles seraient les relais. Enquêter sur les prises de position des frères provinciaux par rapport au mouvement fédéraliste nous paraît s’imposer.

  • 16 J. Bournonville, Les francs-maçons, des Lumières à l’Empire : un exemple de sociabilité à Lille, V (...)
  • 17 Copie du procès-verbal de la tenue du 18 thermidor an X transmise par M. Michel de Sainte-Marévill (...)

11Sous le Directoire et le Consulat, les loges renaissantes réactivent leurs anciens réseaux de correspondance malgré l’article 362 de la Constitution de l'an III. À Valenciennes, Saint-Jean du Désert met à profit l’héritage de l’Ancien Régime, à savoir une densité maçonnique nettement plus forte dans sa zone d’influence directe que dans celle de Lille, pour reprendre contact avec les frères du Quesnoy, d’Avesnes, de Condé... qui n’ont pas encore retrouvé le chemin des loges, et adresser régulièrement des planches aux loges de Mons, Bruxelles et Tournai’16. Mais les francs-maçons du Réveil se révèlent aussi capables de réorganiser leurs réseaux en y incluant de nouveaux partenaires. On voit ainsi quatre membres de la jeune et prometteuse loge des Amis Philanthropes, orient de Bruxelles, visiter Amitié et Fraternité dès novembre 1798. C’est même le Second Surveillant des Amis Philanthropes, qui procède le 18 thermidor an X à l'installation de Saint-Frédérick des Amis Choisis, orient de Boulogne-sur-Mer17. Si les loges sont conscientes de la nécessité d’une correspondance avec le centre pour coordonner la réfection de la chaîne d’union, elles aspirent à plus d’autonomie dans la gestion de leurs réseaux. Significativement, c’est l’époque où aux deux extrémités de la République, Amitié et Fraternité, orient de Dunkerque, et Saint-Jean d'Écosse, vieille et puissante loge marseillaise, éternelle réfractaire à l'autorité du Grand Orient, mettent en avant leurs origines « écossaises », leurs constitutions étrangères quelles vieillissent à dessein. Mais le Grand Orient renaissant montre clairement sa détermination à remporter définitivement la lutte entamée dès les années 1772-1773. Le principe d’une franc-maçonnerie nationale, avec à sa tête une obédience souveraine sur tout le territoire de la République doit s’imposer à tous. Et le Grand Vénérable Roettiers de Montaleau de menacer clairement les loges récalcitrantes de profiter de la mentalité obsidionale ambiante pour faire intervenir les autorités. Toute correspondance avec l’étranger, par essence suspecte, ne pourrait que nourrir les légitimes inquiétudes des autorités si elles venaient à en être informées. Quant à la requête des loges belges de voir s’élever une Grande Loge Provinciale, elle sera rejetée en 1805.

12Les archives profanes recèlent également de précieuses sources d’information pour mettre en évidence le réveil des structures maçonniques. Elles conservent en effet les demandes d’autorisation que les frères doivent, conformément à la Constitution de l’an III, adresser à l’administration municipale pour tenir loge, ainsi que les déclarations - en cas de réponse favorable - par laquelle la loge porte à la connaissance des autorités la liste de ses membres, leur lieu et dates de réunion. Ces documents permettent de dater avec beaucoup plus de précision que les correspondances échangées avec le Grand Orient le passage de la sociabilité informelle à la sociabilité formelle. Les termes de l’autorisation et les délais de son obtention sont également un bon indice des réticences éventuelles des autorités municipales ou, au contraire, des avantages que procure la présence de maçons en leur sein.

  • 18 Arch. dép. Loire-Atlantique, 28 J 49.

13En juin 1799, les fondateurs de la loge nantaise Mars et les Arts dont les premiers travaux remontent à janvier adressent leur demande aux administrateurs du canton et municipalité de Nantes : « Une société de citoyens. Citoyens administrateurs, Plusieurs citoyens, dont les noms sont en bas, vous préviennent qu’ils ont l’intention de se réunir dans le local ci-devant La Retraite des hommes de Saint-Clément pour prendre quelques moments de délassement et employer ces mêmes moments à pratiquer les vertus et la bienfaisance. Ils espèrent que vous accorderez votre assentiment à une société qui n’a d’autre désir que la prospérité de la République »18. Il leur est répondu très favorablement en quelques jours. II est vrai que parmi les trois signataires de l’autorisation, figurent deux membres d’une autre loge nantaise, Paix et Union.

Les enjeux du réveil maçonnique

14La tendance à opposer la franc-maçonnerie d’Ancien Régime et la franc-maçonnerie consulaire puis impériale, accusée d’avoir initié le processus de « déviation profane » de l’Ordre, empêche de prendre conscience de la permanence des défis auxquels les francs-maçons ont été confrontés dès les origines de l’Ordre, et de la récurrence des enjeux. Or, c’est parce que les francs-maçons sont de longue date habitués à affronter les défis qui leur sont lancés sous le Directoire et le Consulat qu'ils manifestent une claire conscience des enjeux du Réveil et des stratégies à adopter. Sur ce plan, la maçonnerie révolutionnaire s’inscrit indiscutablement dans la continuité de celle d’Ancien Régime.

  • 19 À titre d’exemple, voir P.-Y. Beaurepaire, Les Francs-Maçons à l'Orient de Clermont-Ferrand au XVI (...)

15Le premier défi que doivent relever les francs-maçons est interne à la communauté des frères. Il n’est pas nécessaire de revenir ici sur le fait que la commune appartenance à la chaîne d’union n’a nullement induit des choix politiques collectifs19. Les trajectoires sont individuelles, et partant, multiples, heurtées, conflictuelles. Toute idée de solidarité politique entre frères est éminemment contestable, pour la bonne raison que la franc-maçonnerie refuse toute prise de position politique - elle prête en corps serment de loyauté et de fidélité aux autorités légitimes successives, ce qui est très différent - et considère que les sphères publique et politique d'une part, maçonnique d’autre part, sont par essence incompatibles. Pour autant, comment les francs-maçons vont-ils cohabiter, au sens plein du terme, dans le temple de la concorde fraternelle retrouvée, en assumant leurs trajectoires individuelles, y compris leurs conséquences les plus dramatiques, sans introduire dans le temple les germes de la discorde ? ou sans feindre la réconciliation, ce qui à terme risque d’induire les même conséquences ?

16Il s’agit en fait de savoir si la communauté maçonnique a les capacités de permettre à ses membres de transcender leurs différences et leurs oppositions profanes, sans les nier, puisqu’elles sont constitutives de leur identité. Or, les pères fondateurs de 1717-1723 avaient déjà perçu ce défi comme essentiel pour l’Ordre maçonnique, puisque sa capacité à s’affirmer comme société neutre, pour reprendre le concept forgé par Jacob Katz, était gage de survie et d’enrichissement mutuel entre l’autre et le frère. Les Constitutions veillaient à évacuer les débats politiques et religieux de l'enceinte du temple, et n’en bannissaient que les seuls extrémistes, dont les positions radicales étaient jugées incompatibles avec l’idéal de dialogue et de rapprochement.

  • 20 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM3 668, Livre d'architecture de Saint-Jean du Désert, orient de Valenci (...)

17Or la neutralisation de la sphère maçonnique se pose lors du Réveil, non seulement sur le plan politique mais aussi religieux. Le livre d’architecture de Saint-Jean du Désert, orient de Valenciennes, enregistre à quelques tenues d’intervalle la réception du profane « Anselme Thuillier, âgé de 34 ans, juge de paix du canton du couchant à Valenciennes, professant la religion de l’honnête homme », celle de Xavier Mortier, 45 ans « Commissaire provisoire du gouvernement près de l'administration du canton professant la religion dominante », ainsi que celles de plusieurs profanes professant la « religion naturelle »20. Le calendrier des tenues maçonniques est élaboré avec grand soin pour respecter les grandes fêtes religieuses et « donner aux frères le loisir d'assister à la fête nationale ».

  • 21 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 2291, La Trinité, orient de Dunkerque, dossier correspondance (1784- (...)
  • 22 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM3 301, Registre d'architecture de la loge Les Amis Réunis, orient de L (...)
  • 23 Document aimablement communiqué par M. Michel de Sainte-Maréville à qui je renouvelle mes sincères (...)

18Mais cette neutralisation réussie de la sphère maçonnique, propice à son élection par les représentants de la bourgeoisie révolutionnaire comme foyer de sociabilité de choix, passe fondamentalement par le pari des frères de tourner la page. Les références à la Révolution et à la mise en sommeil de l’atelier sont volontairement allusives. On fait mention des « entraves et oppositions que nous avons essuyées »21, on évoque, « les circonstances » ou « des événements impérieux »22. En définitive, les attaques, dont les dossiers des Amis Réunis, orient de Lille, ou de Saint-Louis des Amis Réunis, orient de Calais contiennent des exemples, sont assez rares23.

19Si la Révolution est peu évoquée dans les archives maçonniques, le réveil maçonnique est l’occasion de sceller la concorde fraternelle retrouvée, par-delà les options politiques différentes voire antagonistes qu’ont pu prendre les membres de l’atelier au cours de la radicalisation révolutionnaire. L’aspiration à une réconciliation nationale trouve ainsi sa traduction dans la sphère maçonnique. À Mons, la Concorde nous offre également un témoignage saisissant de la fonction pacificatrice assumée par la loge maçonnique et de la puissance de l’initiation.

  • 24 M. A. Arnould, « La reprise d’activité maçonnique à Mons et dans le département de Jemappes sous l (...)
  • 25 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 556, dossier de la Concorde, orient de Mons, f° 14.

20Au premier rang des officiers élus en 1800, qui pour la plupart avaient travaillé la pierre brute sur les colonnes des loges montoises sous l’Ancien Régime, figure eu effet, Théodore Anthoine, Vénérable, ancien conseiller au Conseil souverain de Hainaut, qui avait émigré de 1794 à 1795, puis était redevenu simple avocat. Son Second Surveillant, Jean-Baptiste Fonson, avait lui au contraire été désigné comme maire de Mons lors de la seconde invasion française en 1794. Le secrétaire de la Concorde, Charles Foncez, s’était plus encore fait remarquer comme jacobin ardent. Président de la Société des amis de la liberté et de l’égalité en 1792, partisan convaincu de la réunion du département de Jemappes à la France, conseiller général du département, il avait été désigné comme député aux Cinq-Cents en l’an VI. Était également membre de la loge, sans pour autant occuper un poste d’officier, Jean-Baptiste Hippolyte Rosier, commissaire du gouvernement près le Tribunal criminel, jacobin farouche au dire de Maurice Arnould24, mais rallié à Bonaparte puisque l’un des premiers citoyens du département à recevoir la légion d'honneur. Le frère Sévérin Lamine, Premier Surveillant, expose ainsi leur projet commun : « Ces frères ainsi réunis, mais parmi lesquels il y avoit eu sur la plus heureuse des révolutions connues différentes opinions jusqu’au 18 brumaire, et voulant en faire disparaître la plus légère nuance, sont convenus de former une nouvelle Loge sous le nom de la Concorde »25.

  • 26 Arch. mun. Dunkerque, archives de Maurice Bacquart, tenue du 29 décembre 1791, planche lue par le (...)

21À Dunkerque, les membres d’Amitié et Fraternité, dont plusieurs ont été victimes de la Terreur montagnarde adhèrent sans difficulté au projet politique du Directoire. Leur Vénérable n’avait-il pas dès le 29 décembre 1791 lu une planche rédigée par quelques maçons parisiens qui proposaient « de former un ouvrage périodique dégagé de tout esprit de parti, qui joindra à l’expression fidèle de la loi et de la vérité des faits, des observations instructives dont le but principal sera de maintenir la Constitution, de rallier tous les esprits et de ramener enfin le calme si nécessaire au bonheur des individus et à la prospérité » ? La loge avait applaudi au projet et proposé de « travailler au maintien de la liberté et au bien-être de notre commune patrie »26.

  • 27 La confrontation des tableaux d'Amitié et Fraternité pour 1787, 1792 et 1799 montre ainsi la grand (...)

22Pour comprendre tout à la fois le succès du réveil maçonnique et la capacité des francs-maçons à relever les défis qui leur sont lancés sous le Directoire et le Consulat, il convient à présent d'insister sur l’amalgame réussi entre vieux maçons rescapés de l’Ancien Régime et nouveaux initiés, entre les représentants de la bourgeoisie négociante et juridique qui formaient déjà avant 1789 le noyau dur de bon nombre d’ateliers parmi les plus dynamiques et les représentants locaux et départementaux du pouvoir profane : sous-préfets et préfets, fonctionnaires des administrations fiscales, officiers supérieurs et généraux. Si l’on excepte les loges d’Ancien Régime au recrutement nobiliaire important, qui peinent à rallumer leurs feux du fait de l’émigration de bon nombre de leurs cadres - c'est le cas de la Parfaite Union de Valenciennes, par exemple-, on ne peut que constater la fidélité des francs-maçons d’avant 1789 à leur engagement maçonnique et à leur loge d'origine27. Symboliquement, le maillet de Vénérable a d'ailleurs été confié, lorsque c’était possible, à des frères qui l'avaient tenu avant la Révolution, claire démonstration de la continuité des travaux maçonniques. À Dunkerque, les officiers de la puissante Amitié et Fraternité ont tous une longue carrière maçonnique derrière eux, et la mémoire vivante de la loge, le frère Jean Bagge, est toujours présent après plus de soixante ans de vie maçonnique ! Thibault, docteur en médecine est Vénérable de 1790 à 1801. La loge sait également parfaitement mettre en scène le retour de « son » grand homme, en l'espèce le frère Emmery, fêté avec pompe le 30 novembre 1798. Ancien Vénérable, consul de Suède, colonel de la garde nationale, député à la Législative, maire de Dunkerque, Emmery incarne la bourgeoisie révolutionnaire hostile à la radicalisation montagnarde. Victime de la Terreur, il revient à la tête de la garde nationale pour réprimer l’émeute populaire du 20 juillet 1795. Son allégeance à Bonaparte le porte à la mairie le 25 thermidor an X puis au Corps Législatif en 1806. Élu orateur le 30 juin 1800, son discours donne le ton d’une maçonnerie consulaire où les notables locaux peuvent à nouveau se retrouver entre pairs dans un foyer de sociabilité chaleureux et confortable, à l’abri des regard indiscrets, mais sûrs de leur appartenance reconnue aux élites, dans la tranquillité de l’ordre retrouvé et du respect de l’autorité légitime :

  • 28 Arch. mun. Dunkerque, archives de Maurice Bacquart, copie du livre d’architecture d’Amitié et Frat (...)

« La maçonnerie sort d'un long sommeil. Il a fallu du courage pour réunir cette suite de frères qui venaient goûter le charme de la véritable égalité, pour se livrer aux doux épanchements de l’amitié et aux vertus bienfaisantes et hospitalières qui distinguent notre Ordre. Si de tels hommes ont donné de l'ombrage à ceux qui gouvernaient par la terreur et avec un sceptre de fer, ils doivent être assurés de toute la protection de ceux qui sont désormais chargés de nos grandes destinées. Tranquilles sous les rapports publics, ils font assurer notre bonheur sous les rapports particuliers »28.

  • 29 Voir par exemple F. Collaveri, La Franc-maçonnerie des Bonaparte, Paris, Payot, 1982, p. 26-29.

23C'est indiscutablement cette convergence des aspirations de la bourgeoisie révolutionnaire modérée et du projet politique du Directoire puis du Consulat qui explique l’attrait de la sociabilité maçonnique pour les notables locaux, et en fait un terrain de rencontre et d’échanges privilégiés entre notables locaux et représentants civils et militaires du nouveau régime. Ce faisant, les loges du Directoire et du Consulat n’ont nullement innové ou entamé un fatal processus de déviation profane. Les loges d’Ancien Régime, faute d’obtenir la reconnaissance officielle à laquelle elles ne renoncèrent jamais tout à fait, avaient recherché force parrainages des intendants et de leurs subdélégués, des représentants des administrations royales, des colonels de régiment et commandants de place, de la haute-robe... Le procédé est identique pour la période qui nous intéresse. Négociants et hommes de lois appellent à leurs côtés commissaires de la République puis préfets et généraux de brigade, souvent précédés en éclaireurs de leurs secrétaires pour les premiers et d’officiers supérieurs pour les seconds. L’effet d’entraînement est immédiat pour la loge qui affilie en nombre les représentants des administrations fiscales, ainsi que de nombreux médecins, officiers de santé et directeurs d’hôpitaux, sur la présence desquels on n’a guère insisté jusqu'ici. Pour autant, les officiers de la loge ne sont pas dépossédés de leurs postes de responsabilité, c’est là un fait essentiel. Ces parrains et autres gages d’allégeance au nouveau pouvoir sont fréquemment absentéistes et n’imposent pas la plupart du temps aux loges une lourde tutelle. L’efficacité de ce type d’affiliation est par ailleurs bien réelle. On ne retiendra ici que deux exemples parmi plusieurs dizaines29.

  • 30 Arch. dép. Morbihan, L 291, 21 floréal an IV.
  • 31 Y. Rome, 250 ans de Franc-Maçonnerie en Bretagne, Côtes-d’Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire (...)

24À Lorient, le 21 floréal an IV (20 mai 1796), le commissaire du Directoire exécutif près l'administration municipale, Lapotaire, franc-maçon, écrit au général La Valette, également franc-maçon, pour lui demander l’autorisation de tenir loge. Il précise que « la liste de la majeure partie des frères de cette réunion vous tranquillisera sûrement, leur civisme et leur amour pour la patrie ne vous paraîtra pas équivoque ». L'administration du département à laquelle le général La Valette a transmis le dossier « rend hommage aux principes de fraternité professés par les francs-maçons, longtemps auparavant que les Français eussent eu le courage de les proclamer », elle se dit convaincue « que c’est le feu sacré longtemps resté couvert sous la cendre dans cette Société qui a déterminé la Révolution », et se veut confiante quant à la décision d’autorisation que la commune de Lorient rendra conformément à la loi30. Lors de la Restauration, c’est à la même soumission aux autorités que la loge La Parfaite Union, orient de Rennes, devra de pouvoir continuer ses travaux. Le 1er décembre 1815, son Vénérable écrit au préfet d’Ille-et-Vilaine : « Nous avons promis, sous la foi du serment, de nous occuper, en aucune manière, des affaires et des événements politiques [...] S’il est vrai qu’on cherche à se procurer nos noms, je vous les donnerai sans en omettre un seul. Si l’autorité veut connaître nos statuts et règlements particuliers, je les lui communiquerai. Si elle désire être instruite du jour et de l’heure de nos réunions, je l’en préviendrai ». Sur foi de quoi, le préfet demande au ministre Decazes, le 4 juin 1816, de « permettre la réunion de cette société dont font partie plusieurs habitants et fonctionnaires publics qui ont donné des preuves non équivoques de leur dévouement au roi ». Deux semaines plus tard, Decazes, franc-maçon notoire, répond que « la réunion de cette société peut être autorisée puisque vous n’y voyez aucun inconvénient »31.

25La pédagogie de l’innocence que les francs-maçons ont adoptée dès les origines de l’Ordre a donc porté ses fruits et permis à la structure en marge de la sociabilité légitime et patentée, qu’est la franc-maçonnerie, de traverser l'ensemble du XVIIIe siècle. Dans ce domaine également, on observe clairement la permanence des enjeux et la récurrence des défis, qu’exprime le 23 frimaire 1796 Louis Florimond Fustier dans Le Messager du Soir, en réponse aux inquiétudes suscitées par le réveil des structures maçonniques :

  • 32 Cité par F. Collaveri,La Franc-maçonnerie des Bonaparte, op. cit., p. 27.

« Rassurez les bons citoyens sur l’esprit de la maçonnerie dont les autorités constituées sont pour la plupart membres. Soyez même convaincus que la reproduction des loges est un des pronostics les plus certains du retour, peut-être plus prochain qu'on ne le pense, de la paix, de l’aisance et de la gaieté dans notre Patrie, et, si la force de mes raisonnements échoue contre vos préjugés, le seul moyen que je connaisse pour les détruire totalement c’est de demander à y être admis »32.

26Fustier sera désigné le 16 octobre 1803 député de la loge Les Amis du Gouvernement, orient d’Aurillac, auprès du Grand Orient...

  • 33 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 2541, Les Amis Réunis, orient de Lille, dossier correspondance avec (...)

27Les francs-maçons nourrissent en fait deux aspirations contradictoires et complémentaires. Ils fondent l'autonomie de la sphère maçonnique en se distinguant radicalement des principes d’organisation de la sphère profane. Dans le même temps, ils se veulent des sujets puis des citoyens exemplaires, et n’ont jamais cessé de rêver à une reconnaissance officielle. On le constate dans les démarches du chevalier de Ramsay en direction de Fleury et de Louis XV ; en Angleterre, avec la charte d’incorporation dans les années 1760. En 1789 et 1791, la question est à nouveau posée au Grand Orient : « Notre ordre sera-t-il privilégié »33 ? Elle est plus que jamais d’actualité sous le Directoire et le Consulat.

28De son côté, le pouvoir a parfaitement compris que maintenir les loges en lisière de la sociabilité patentée et reconnue comportait de nombreux avantages. La perspective sans cesse différée mais jamais abandonnée d'une reconnaissance officielle, dont la présence de hauts dignitaires du régime voire de membres des familles royale puis impériale pouvait apparaître comme une première étape, incite les frères à multiplier les signes d’allégeance et de fidélité. D'autre part, elle conduit les loges à une auto-censure et à une auto-police particulièrement efficaces, et à prévenir toute inquiétude des autorités. Bonaparte l’a parfaitement compris ; l’Ancien Régime et le Directoire également.

29Grâce aux articles 360 et suivants de la Constitution de l’an III, les autorités maintiennent une pression constante sur les loges, meilleur moyen de garantir leur fidélité, tout en se montrant en réalité souples et confiantes dans le civisme de leurs membres, à l’image de Félix Gros, commissaire du Directoire exécutif près l’administration municipale de Lille :

  • 34 On en trouvera un exemplaire dans Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 255, La Fidélité, orient de Lille, (...)
  • 35 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 255, La Fidélité, orient de Lille, dossier 1800-1849, pièces non cot (...)

« Citoyens,
Je vous transmets copie d’une réponse du Ministre de la Police Générale au commissaire du Directoire près le Département du Nord, relativement à vos réunions34 ; vous y verrez qu’elles sont parfaitement autorisées, tant qu’elles ne dégénéreront pas en association contraires à l’ordre public ; vous y verrez aussi que vous devez déclarer le lieu de vos assemblées au Magistrat de police, que vous devez être continuellement sous sa surveillance, et qu'il peut s’introduire parmi vous, toutes les fois qu'il le juge convenable. Je suis très persuadé, citoyens, qu’en usant de vos droits, vous savez vous conformer à vos devoirs, que les lois et les autorités constituées seront toujours environnées de votre respect et qu'en bons maçons, vous ne cesserez de travailler avec ces derniers à édifier le bonheur général.
Salut et Fraternité,
Félix Gros »35

  • 36 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 2281, Amitié et Fraternité, orient de Dunkerque, dossier 2 : corresp (...)

30Lorsque des administrations municipales manifestent quelque inquiétude, le département et le ministre les tranquillisent quant au civisme des frères, tout en se gardant bien d'accorder une quelconque reconnaissance officielle à leurs loges. Les loges continuèrent donc à offrir de nombreux gages de fidélité et d’allégeance au pouvoir, tout en s’efforçant de mettre en scène leur fidélité afin d’en retirer les justes avantages, à l’image d’Amitié et Fraternité qui interroge le Grand Orient : « Le célèbre Bonuâparte [sic] est maçon d'après tout ce que nous en avons appris. Mais nous n’en n’avons pas la certitude. Veuillez nous informer si effectivement il est frère, en quel loge il a été reçu, & quel grade il possède ; afin que nous puissions le reconnaître et décorer son buste qui orne notre attelier »36.

  • 37 R. Halévi,Les loges maçonniques dans la France dAncien Régime. Aux origines de la sociabilité démo (...)

31À l’instar de la franc-maçonnerie sous la Restauration, encore mal connue, les loges du Directoire et du Consulat méritent donc d’être redécouvertes, leurs archives mises au jour et confrontées, afin de mettre en évidence la permanence d’une structure de sociabilité en marge de la reconnaissance officielle, et ses capacités à s'adapter aux bouleversements successifs qui ébranlent la sphère profane et renouvellent l’offre en terme de sociabilité, pour demeurer le théâtre feutré où les frères mettent en scène l'égalité des pairs, bien loin des frontières artificiellement tracées par Ran Halévi entre une sociabilité traditionnelle et une sociabilité moderne37.

Notes

1 Bibl. nat., Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique [Cab. mss, FM], FM1 19, Procèsverbaux de la Chambre symbolique de 1789 depuis 1799. Il n’y a pas de procès-verbaux pour les années 1795-1798 (voir folio 603).

2 D. Ligou, « La Franc-maçonnerie et la Révolution française », dans Actes du colloque international d'histoire maçonnique du 20 mai 1989 : Franc-maçonnerie et Révolution française dans le Bassin méditerranéen, Marseille, 1990, p. 19-20,

3 J.-L. Chappey, « Les sociétés savantes à l’époque consulaire », dans Annales Historiques de la Révolution Française, 1997, no 3, p. 454.

4 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM3 422 : À la gloire du G[rand] A[rchitecte] De l'un[ivers]. livre d'Architecture théorique. 91 feuilles cotés et paraphés par le Vénérable de la R[espectable] L[oge] St Jean érigé en cet O[rient] sous le titre distinctif des Cosmopolites de St Jean de Jérusalem. Daté du 1erdu Xemois 5796 [soit le premier décembre 1796]. Signé Jourdain Rose Croix Vénérable.

5 La loge ne figure pas dans le précieux répertoire d'A. Le Bihan, Loges et chapitres de la Grande Loge et du Grand Orient de France (2emoitié du XVIIIesiècle), Paris, Commission d’histoire économique et sociale de la Révolution française, Mémoires et documents n° 20, 1967, XXXIV-456 p. ; 2e éd., 1990, 456 p.

6 Voir par exemple : Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM3 668, livre d’architecture de Saint-Jean du Désert, orient de Valenciennes, f° 18. À Dunkerque, l'existence d'une planche évoquant l'ancien Grand Maître Philippe duc d'Orléans, déclenche une polémique.

7 Arch. mun. Dunkerque, archives de Maurice Bacquart, copie du livre d’architecture d’Amitié et Fraternité, discours du frère Thibault, 21 juin 1801.

8 Arch. mun. Dunkerque, archives de Maurice Bacquart, Statuts et règlement intérieur d'Amitié et Fraternité, orient de Dunkerque, 1798.

9 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 2281, Amitié et Fraternité, orient de Dunkerque, dossier 1, f° 78 r°.

10 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 2281, Amitié et Fraternité, orient de Dunkerque, dossier 2, f° 1, 20 septembre 1800.

11 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 2281, Amitié et Fraternité, orient de Dunkerque, dossier 2, f° 8 r°, 11 janvier 1805.

12 Les procès-verbaux de 1797 et de 1798 font notamment référence à des frères dunkerquois inconnus avant 1792 et initiés avant la reprise officielle des travaux.

13 Voir notamment pour les loges du Nord de la France, le rapport de Riffé de Caubray, dont un exemplaire est conservé à la Bibliothèque municipale de Lille, sous la cote BR 8° 4319 ; ainsi que les interventions de Randon Lucenay : Bibl. nat., Cab. mss. FM, FM2 2291, Trinité, orient de Dunkerque, dossier 1, ff° 35-36.

14 Bibl. nat., Cab. mss, FM. FM2 2291, Trinité, orient de Dunkerque, dossier 1, ff° 35. 8 avril 1800.

15 P.-Y. Beaurepaire, L’Autre et te Frère, l’Étranger et la Franc-maçonnerie en France au XVIIIesiècle, Prix Le Monde de la Recherche universitaire, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 65-84.

16 J. Bournonville, Les francs-maçons, des Lumières à l’Empire : un exemple de sociabilité à Lille, Valenciennes et Dunkerque, 1733-1815, thèse de l'École nationale des Chartes, 1989, p. 190 donne une carte de la correspondance de la Parfaite Union, orient de Valenciennes, en 1805-1810.

17 Copie du procès-verbal de la tenue du 18 thermidor an X transmise par M. Michel de Sainte-Maréville que je remercie très vivement.

18 Arch. dép. Loire-Atlantique, 28 J 49.

19 À titre d’exemple, voir P.-Y. Beaurepaire, Les Francs-Maçons à l'Orient de Clermont-Ferrand au XVIIIesiècle, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal, Institut d’Études du Massif Central, 1991. volume XLI, 365 p. et Ph. Bourdin, Des lieux, des mots, les révolutionnaires. Le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799. Clermont-Ferrand, Publication de l'Institut d’Études du MassifCentral, collection Prestige, VII, 1995, 512 p.

20 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM3 668, Livre d'architecture de Saint-Jean du Désert, orient de Valenciennes, du 15 août 1796 au 29 décembre 1800, f° 56 v° (1er ventôse an VIII) ; f° 53 r° (4 nivôse an VIII).

21 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 2291, La Trinité, orient de Dunkerque, dossier correspondance (1784-1850), f° 28 v°.

22 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM3 301, Registre d'architecture de la loge Les Amis Réunis, orient de Lille, f° 5, 3 prairial an VII ; f° 10, 27 fructidor an VII.

23 Document aimablement communiqué par M. Michel de Sainte-Maréville à qui je renouvelle mes sincères remerciements.

24 M. A. Arnould, « La reprise d’activité maçonnique à Mons et dans le département de Jemappes sous le Consulat et l’Empire », dans Mélanges offerts à Christine Piérard, Annales du Cercle archéologique de Mons, tome 74, 1990, p. 13 auquel on recourra pour la liste de l'ensemble des membres de la loge.

25 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 556, dossier de la Concorde, orient de Mons, f° 14.

26 Arch. mun. Dunkerque, archives de Maurice Bacquart, tenue du 29 décembre 1791, planche lue par le Vénérable Thibault.

27 La confrontation des tableaux d'Amitié et Fraternité pour 1787, 1792 et 1799 montre ainsi la grande stabilité de la composition du collège des officiers de la loge.

28 Arch. mun. Dunkerque, archives de Maurice Bacquart, copie du livre d’architecture d’Amitié et Fraternité, discours du frère Emmery, 30 juin 1800.

29 Voir par exemple F. Collaveri, La Franc-maçonnerie des Bonaparte, Paris, Payot, 1982, p. 26-29.

30 Arch. dép. Morbihan, L 291, 21 floréal an IV.

31 Y. Rome, 250 ans de Franc-Maçonnerie en Bretagne, Côtes-d’Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-Atlantique, Morbihan, Le Faoüet, Liv'éditions, collection Létavia recherches, 1997, 156 p.

32 Cité par F. Collaveri,La Franc-maçonnerie des Bonaparte, op. cit., p. 27.

33 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 2541, Les Amis Réunis, orient de Lille, dossier correspondance avec le Grand Orient, f° 148 v°, 26 août 1791.

34 On en trouvera un exemplaire dans Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 255, La Fidélité, orient de Lille, dossier 1800-1849, pièces non cotées.

35 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 255, La Fidélité, orient de Lille, dossier 1800-1849, pièces non cotées, 3 nivôse an VII.

36 Bibl. nat., Cab. mss, FM, FM2 2281, Amitié et Fraternité, orient de Dunkerque, dossier 2 : correspondance 1800-1847, f° 3 r° ; 8 brumaire an X.

37 R. Halévi,Les loges maçonniques dans la France dAncien Régime. Aux origines de la sociabilité démocratique, Cahier des Annales, no 40, Paris, 1984, 118 p.

Auteur

Université d’Artois

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540