Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 1. Le lien politique local dans la Grande Nation

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet

Les dynamiques locales de l'engagement et du refus politiques des citoyens

Les formes de violence et les pratiques politiques dans la Normandie chouannetée

Sylvie Denys-Blondeau

Texte intégral

  • 1 J.-C. Martin, « Deux siècles d'opposition paysanne en pays ornais » dans Orne Info., no II, fév. 1 (...)

1La violence n'apparaît pas subitement après Thermidor dans la Normandie chouannetée, elle correspond à une longue tradition d’intervention populaire que certains ont mis en continuité avec les grandes révoltes du XVIIe siècle1. Dans l’Orne, dès 1789 la violence est omniprésente avec les troubles frumentaires des premiers mois de 1789, suivis par les émeutes anti-fiscales de juillet 1789 puis par les courants de la Grande Peur pour se terminer par la révolte anti-féodale de la fin de juillet. Un nouveau tournant est pris en 1792 avec le mouvement des septembriseurs ornais dont le massacre de neuf prêtres réfractaires et la reprise des troubles anti-féodaux. L'onde de choc de la Virée de Galerne ébranle les populations, en particulier les exécutions à Alençon des prisonniers vendéens en huit fournées entre le 5 et le 30 frimaire an II qui concernent 170 rebelles. L’an III marque une rupture dans ce continuum de violence. L’historiographie récente de la contre-révolution a reposé en termes nouveaux le passage de la violence en révolution à la violence contre la révolution. Entre les soulèvements de 1789, ceux de 1792 et celui de l’an III nous constatons certes des modifications radicales, mais aussi un mode d’intervention populaire à travers l’expression violente. Le lien social et politique qui se tisse au cours de la décennie révolutionnaire a plusieurs fois redéfini la violence acceptable et celle qui ne pouvait l’être : l’inacceptable social et politique on le retrouve dans le grand problème des subsistances, dans l’obligation militaire, dans la politique déprêtrisatrise et antireligieuse mais aussi dans les incohérences politiciennes des Thermidoriens et dans l’élaboration d'un appareil politico-administratif local.

2Les débuts de la Révolution ont accordé à la violence une souveraineté et en ont fait une forme de représentation politique : ainsi se trouvait définie une bonne violence qui a immédiatement induit l’autre violence appelée contre-révolutionnaire.

  • 2 B. Baczko,Comment sortir de la Terreur. Thermidor et la Révolution. Paris, Gallimard, 1989.
  • 3 C. Lucas, « The crowd and politics between Ancien regime and Revolution », dans Journal of Modern (...)

3Les travaux de B. Baczko2 ont reconsidéré le discours thermidorien sur la violence après la Terreur, ce moment central où le peuple apparaît comme une force barbare, capable de tous les crimes - c’est déjà la « classe dangereuse » du XIXe siècle. Comme le remarquait également C. Lucas3 le regard sur la violence change ; Thermidor et le Directoire constituent l’étape où le pouvoir politique abandonne le projet d'utiliser pour sa dynamique propre les conflits et les luttes directs et les abandonne aux forces désignées sous l’appellation générique de contre-révolutionnaires.

  • 4 C. Peyrard,Les Jacobins de l’Ouest, Paris, Éd. CTHS.

4Nous voyons donc les nouvelles pratiques du pouvoir thermidorien et ensuite directorial - ce volontarisme pour stabiliser, pour consolider les acquis est permanent -, connaître de graves dysfonctionnements. Ces difficultés sont produites et par le pouvoir lui même qui institue dès l’origine une énorme violence d’État (abandon du maximum, décret des Deux-Tiers, coups d’État, destitutions) et par la reprise sur le terrain d'une violence qui passe de plus en plus sous le contrôle des réseaux royalistes. Comme le remarque C. Peyrard « un cycle révolutionnaire s’achève au printemps 1795 »4.

  • 5 S. Denys Blondeau,Aspects de la vie politique dans l'Ouest intérieur à l’époque de la transition d (...)

5Dans l'espace normand que nous avons étudié5 la guerre chouanne, à partir de juin 1795 et pendant plus d’un an, impose aux administrateurs et aux militaires une ligne politique d’apaisement, de conciliation que l'on retrouve dans les pacifications souvent largement accordées par les républicains et dans l’affirmation de quelques principes simples, comme la lutte contre les mauvais prêtres et les émigrés tout comme le ralliement du personnel girondin. La deuxième guerre qui termine la période d'octobre 1799 à février 1800 n’est plus un soubresaut interne au processus de la Révolution mais une entreprise totalement extérieure, une opération montée et organisée par les forces du royalisme international.

  • 6 C. Mazauric, « Autopsie d’un échec : la résistance à l'anti-révolution et la défaite de la contre- (...)

6Nous verrons donc sur la période des quatre années du Directoire les violences d’installation, c’est-à-dire celles qui mettent à jour les incohérences politiques du nouveau régime directorial, au cours des élections, au moment des installations des nouvelles administrations, violences légales puisqu’organisées par le régime mais qui, et ce sera une de nos interrogations, n’entraînent pas de réactions populaires organisées. Pourquoi la violence chouanne qui se transforme totalement entre la première et la deuxième guerre n’a-t-elle pas su utiliser à son profit les faiblesses du régime en particulier au moment des élections et pourquoi, comme le rappelait C. Mazauric6, aboutit-elle à un échec ?

Les nouvelles pratiques politiques et l’expression de leur rejet

Les élections

7L'élection directoriale, annuelle, généralisée, constitue le temps fort de la période, elle en constitue le temps légal avec celui du calendrier des fêtes républicaines. Mais l’on sait que cette construction sophistiquée ne pouvait pas être en phase avec les réalités humaines et historiques du moment directorial d’où ce décalage, cette syncope des quatre années directoriales. L’élection directoriale se présente comme la manifestation principale de la contrainte politique, comme un exercice démocratique prématuré, dans un corps social non pacifié et pas encore rallié en profondeur aux principes fondateurs de la société civile, donc génératrice de violence. Rappelons que si le suffrage quoique censitaire est largement ouvert à la base, c’est le verrou du second degré qui est déterminant (un grand électeur pour 1 000 habitants dans le département de l’Orne).

  • 7 P. Guéniffey,Le Nombre et la Raison. La Révolution Française et les élections, Paris, EHESS, 1993.

8Dès la première consultation de fructidor an III7, le plébiscite pour la Constitution et les décrets, de nombreuses assemblées électorales font part de leur embarras car elles éprouvent une grande difficulté pour comprendre tous les enjeux de ce texte considéré encore aujourd’hui comme un vrai code de droit public. On sera obligé de désigner des rapporteurs chargés d’expliquer le texte (pour ce premier scrutin dans l’Orne, la participation est de 10,7 % par rapport à une moyenne nationale de 15 %). Les sources très lacunaires pour cette élection qui se déroule en pleine guerre chouanne montrent la fréquence des mises en permanence, pratique qui renoue avec la période de l’an IL Cette pratique se développe dans les zones où l’opposition royaliste est la plus structurée, à Mortagne par exemple où l’année suivante aura lieu une rixe électorale mortelle. Toute la partie est du département de l’Orne est touchée, en particulier les régions de Laigle et de Bellême, seules régions où l'on a pu parler d’un jacobinisme rural et où les enjeux nationaux sont les plus affirmés. Nous pouvons prendre comme exemple l’assemblée de Ceton, minuscule canton voisin du Perche, avec une participation de 17,5 % donc supérieure à la moyenne et qui, pendant cinq semaines, se réunira en se déclarant en permanence ; c’est l’hostilité à l’égard de la contrainte des Deux-Tiers qui motive les électeurs, ils refusent les décrets tout comme neuf autres cantons alors que la Constitution n’est refusée que par deux cantons ; ce refus se fait en termes très violents, on écrit que les décrets sont attentatoires à la « souveraineté du peuple ». Certaines assemblées rédigent des doléances où elles précisent que « dans le cas où ils s'apercevraient que leur choix serait restreint et qu’il servirait de stratagème, influence ou force dans leurs opérations ils ne prendront aucune part à la nomination et pourront protester contre elle ». Cette méfiance à l’égard de la république thermidorienne en dit long sur l’ampleur du discrédit qui touche le nouveau régime avant même son installation. Nous voyons dans ces mises en permanence et ces doléances le dernier écho de la théorie du mandat impératif qui est la forme populaire de la représentation nationale.

9C’est dans un climat de vengeance et de règlement de comptes que se déroule cette première consultation ; à Mortagne il se cristallise autour de la personnalité de Charles Desgrouas, député montagnard dans la mouvance cordelière proche de l’alençonnais Hébert, que l’assemblée primaire n’entend pas voir « perpétualiser ». En même temps les prêtres rédigent des affiches contre « les principes destructeurs du gouvernement républicain ». La propagande royaliste est déjà très active et l’administration départementale veut en souligner l’ampleur en envoyant au Comité de Salut Public, le 26 fructidor, une lettre qui lui avait été adressée et qui lui recommandait de « faire rejeter la constitution et de faire rétablir la royauté ».

10Les directives royalistes de l’an V, instructions de Frotté, le futur chef de la chouannerie normande, intitulées Pour les royalistes de Normandie sont très claires sur la stratégie à suivre, il écrit : « il faut respecter la liberté des élections, donner les voix aux plus honnêtes gens connus dans le pays [...] que les meilleurs français s’emparent de toutes les branches du gouvernement tel mauvais qu’il puisse être ». Une partie des hommes au pouvoir est prête, de son côté, à accepter le compromis avec les royalistes. Hoche parle de la guerre d’opinion qui remplace la guerre d’action et qui se manifeste aux élections de l’an V, dans un contexte de réaction peut-être plus marquée dans l’Ouest en l’an V qu’en l’an III, comme en témoigne le retour massif des émigrés et des prêtres, les persécutions contre les Constitutionnels ou les acquéreurs de biens nationaux, la réouverture des églises, les vexations multiples subies par l’armée.

11La consultation de l’an V est la plus démocratique (candidatures, listes civiques, scrutins de réduction), la moins organisée et contrôlée par le pouvoir ce qui explique le raz-de-marée royaliste. La stratégie royaliste est donc d’investir les postes de la fonction publique locale. Mais même dans cette période légaliste la violence est toujours présente. La rixe électorale de Mortagne qui fait trois morts dans le camp républicain est une exception mais révélatrice des conflits politiques locaux. Cette irruption de la violence s’explique en effet par la somme de rancœurs accumulées depuis le début de la Révolution et qui se cristallisent sur la rivalité entre Desgrouas et Antoine Berthereau et sur l’incurie de l’administration cantonale de la ville et du commissaire Delestang qui est tout acquis au royalisme. La forte participation de l'ordre de 30 %, la plus forte des quatre scrutins directoriaux, est bien le signe d’une mobilisation exceptionnelle. Les études concernant les départements bretons la confirment, l’Ouest travaillé par l’opposition royaliste a joué le jeu démocratique. La compromission d’une grande partie des hommes politiques de l’Orne, commissaire du Directoire en tête qui se trouve sur la même ligne politique que Carnot, a aussi largement contribué à assurer le triomphe royaliste.

12Or Fructidor et la vague de destitutions qui touche tout l’appareil politico-administratif gèle tout le processus de ralliement et entraîne une radicalisation du régime qui veut refonder la République. L’abandon progressif du soutien populaire à travers les élections par exemple en est un bon exemple. Le commissaire départemental de l’Orne parle à propos de l’état d’esprit de la population au lendemain de Fructidor d’un « mouvement sensible de flottement, de vacillance ». Les élections sont désormais travaillées par le pouvoir et le contrôle des commissaires cantonaux et centraux est de plus en plus étroit. Les scissions, organisées par le pouvoir dans les cas de victoire royaliste, sont la nouvelle atteinte à l’exercice de la souveraineté, elles sont nombreuses en Normandie, dix pour les scrutins de l’an VI et VII dans les trois départements bas-normands. Dans l’Orne, elles concernent des assemblées primaires qui auraient été sous influence des royalistes, elles sont toutes validées et comme le dit une affiche officielle : « elles ne sont pas des crises d’opinion qui nous présagent de nouveaux orages politiques ; elles portent au contraire le caractère très prononcé d’une grande amélioration dans l’esprit public ». En l’an VII de véritables candidatures officielles sont même proposées mais c’est bien l'aveu de l’impossibilité de rencontrer dans le pays réel un soutien et la résistance à l'élection est un des signes de cette anti-révolution qui prépare le soulèvement des « mécontents » de l'an VIII.

13Les élus sont donc régulièrement déligitimés par les destitutions, les démissions, les nominations administratives. Ce personnel discrédité va devoir assurer la difficile médiation avec la population dans un environnement franchement hostile.

14Nous prendrons comme exemple le personnel des municipalités cantonales, premier échelon du pouvoir local qui échappe au peuple et qui se constitue dans les zones les plus touchées par l’insurrection comme un groupe isolé coupé de plus en plus du souverain proclamé.

Le personnel.

  • 8 R. Dupuy,De la Révolution à la chouannerie, Paris, Flammarion, 1988.

15La création des municipalités cantonales fut souvent ressentie comme une atteinte à la séculaire représentativité des communes. Cette structure innovante, trop nouvelle dans le contexte de l’époque, a donc rencontré une forte hostilité. Nous avons constaté que pendant la première année d’installation des administrations municipales certaines sont restées en marge du processus et ne connaîtront jamais un fonctionnement normal, en particulier dans les espaces les plus isolés du département, dans l'Ouest chouanneté où le pouvoir local est en pleine déréliction. Nous pouvons prendre l’exemple de la municipalité de Passais où le « tropisme contre-révolutionnaire »8 se manifeste en particulier par les fortes densités, la présence de grands massifs forestiers et son enclavement. C’est une des régions les plus agitées de la première guerre chouanne où l’autorité des agents municipaux n’est plus reconnue dès 1794. L'hostilité à la République passe par le refus des réquisitions de céréales pour le ravitaillement d’Alençon, le complet abandon des fonctionnaires publics et par l'absentéisme généralisé aux élections (10 électeurs pour 4 000 inscrits) dès l'an IV.

16Une véritable tempête secoue le personnel municipal : sur les 72 élus des quatre consultations, 54 démissionnent et 6 sont révoqués après Fructidor. Certaines communes n’envoient aucun élu, ces derniers lorsqu’ils ont accepté leurs charges se réfugient dans les bourgs protégés par l'armée. Il faut attendre 9 mois après l’élection de l’an IV pour que la première réunion de l’assemblée municipale ait lieu. Les administrateurs se livrent à un véritable chassé-croisé, la fréquence des mêmes patronymes révèle l’existence de réseaux familiaux, pratique pourtant interdite par la Constitution, un fils remplace un père ou un cousin, qui ont des représentants chez les Chouans comme chez les républicains. Le président de la municipalité de Passais est de notoriété publique un proche de Frotté. Cette mobilité extrême ne peut s’expliquer que par le contexte de violence, de peur, de guerre civile qui continue d’exister même après le désarmement. En 1795 à Saint-Roch c’est un notable de 1792 qui est assassiné, c’est un maire qui l’est à son tour en ventôse an IV. Ce personnel en contact direct avec la population, mais en même temps isolé par rapport à elle, incarne l’autorité républicaine ce qui signifie l’accomplissement de tâches qui sont loin de lui gagner les sympathies, répartition des impositions, tenue de l’état-civil que les prêtres insoumis demandent de boycotter par exemple. Nous avons rappelé qu’à partir de la première pacification, le mot d’ordre des royalistes est de subvertir la République de l’intérieur. Le vide politique est devenu une arme efficace aux mains des inspirateurs du projet contre-révolutionnaire même si en elle-même cette « arme » n'ouvre pas une perspective très positive pour le parti du trône. Les phases de destitutions après Fructidor et après Floréal aboutissent le plus souvent à la réinstallation du même personnel et la distinction entre élus et nommés, pourtant essentielle dans la théorie du pouvoir, apparaît souvent très théorique.

17Enfin la dernière violence institutionnelle que nous évoquerons est celle du verrouillage de la représentation par le système des élections à deux degrés. A bien des égards les électeurs du second degré qui annoncent les notables consulaires et impériaux sont les vrais représentants reconnus et acceptés de la République directoriale : un grand électeur pour 200 inscrits c’est là le verrou majeur d’un système électoral largement ouvert à la base. La Constitution de l’an III a affirmé qu’il fallait que l’« universalité des citoyens » délègue son pouvoir à un groupe socio-politique qui en sera le medium. L'électeur du second degré devient ainsi le paradigme de l’homme public. Cette confiscation de la représentation enlève au régime tout soutien populaire. Ces grands électeurs qui annoncent les notables sont largement occupés dans la fonction publique locale (un quart d’entre eux dans l’Orne). En l’absence de parti politique le pouvoir cherche des relais d’opinion vers la société civile, les électeurs du second degré constituent à bien des égards une classe politique de plus en plus autonome, c’est-à-dire coupée du pays réel.

18Les élections, le personnel politique, deux exemples en principe de légalisme républicain mais en permanence déstabilisés par le refus et la violence. Vouloir établir un système politique ordonné alors que les stratégies de ralliement sont en cours ne pouvait entraîner que tensions et violences.

La révolte chouanne comme forme d’expression politique

La violence avant le politique.

19Les journées révolutionnaires ont été une des formes de l’exercice de la souveraineté directe, une autre de ces formes d'expression est la chouannerie. Le contenu de classe de cette révolte est indiscutable et son authenticité n’est plus en discussion.

20Les registres de soumissions à la fin des deux guerres ainsi que les dossiers du Tribunal criminel de l’Orne nous ont permis d’interroger ces affaires de chouannerie dans deux directions : la continuité avec les soulèvements précédents et l’expression d’une violence spécifique à travers les procès-verbaux. Nous y avons vu à l’œuvre la rupture de l’événement dans la lente édification du consensus républicain. Pour les Thermidoriens l’intervention populaire sous toutes ses formes est irrecevable. Pour désigner l’autre, l’opposant radical, la propagande gouvernementale forge la figure monstrueuse du « royaliste à bonnet rouge ».

21Ce sont les espaces les moins intégrés dans le processus d’acculturation républicaine pour des raisons d’isolement tant géographique que culturel qui furent les plus marqués par la révolte. Le bocage Normand fut donc atteint par une révolte rurale dès 1789. Les études sont toutes concordantes pour faire apparaître que c’est l’ensemble de la communauté qui se soulève dès cette date. La violence de 1792 prend le relais et se conjugue avec les effets d’annonce de la Virée de Galerne pour aboutir au soulèvement de l’an III qui n’est en Normandie que le premier acte de la première guerre chouanne. La violence est donc omniprésente dans un département comme l’Orne et précède l’installation politique.

22Des foyers d’agitation récurrente se mettent en place : le Domfrontais, la région de Laigle, l’Ouest du district d’Alençon. Ce que M. Vovelle appelle le « mauvais-gré », qui nous semble être la première assise de l’anti-révolution s’y retrouve en permanence et se conjugue à la faiblesse de l’encadrement par les sociétés populaires ce qui différencie fortement cette partie de la Normandie de l’autre Normandie, ouverte vers Paris par l’axe séquanien et contrôlée par les grandes villes.

23L’an III marque le tournant des troubles qui, sporadiques et dispersés, deviennent soulèvement général à partir de l’automne. Entre les émeutes de la faim de la région de Laigle et de celle d’Alençon en germinal-prairial an III et le soulèvement général appelé première guerre chouanne, la continuité est évidente, les révoltés ce sont ces « Chouans du bissac » mis sur les routes par la crise frumentaire. Il y a continuité entre les troubles du printemps et de l’été 1795, troubles de subsistances dans le cadre de l’épuration anti-terroriste et de la première guerre chouanne. Les attroupements qui se forment dans la région d’Alençon aux cris de « point de grains, point de républicains, au diable la Convention ! » en sont l’expression. Les mécontents, les « malveillants » foisonnent. Le glissement est révélateur du changement politique majeur qui se produit à ce moment. Ainsi ces trois journaliers de la région du Pin près d’Alençon obligés de prendre la route pour aller trouver de quoi nourrir leurs familles alors qu’« ils n’ont plus de grains depuis quinze jours » ; ils rejoignent une bande de 20 personnes et vont attaquer une ferme ; ils expliquent dans leur interrogatoire : « notre réunion s’est faite partiellement sans intention, la misère seule nous a fait courir la campagne pour avoir des subsistances dont nous manquions absolument depuis quinze jours ».

24C’est le futur commissaire ornais du Directoire J.-J. Chauvin qui résume le mieux ce renversement de la violence en révolution dans une violence contre la révolution. Il écrit dans un de ses rapports : « il y a eu une réaction terrible en l’an III, les patriotes purs, les hommes de la révolution ont été incarcérés, opprimés, avilis par la calomnie et les noirceurs, persécutés par des fonctionnaires prévaricateurs ; les républicains énergiques n’ont plus été présentés au peuple que comme des voleurs ou des assassins, le peuple qui n’appréciait, qui ne voyait la révolution que dans ces hommes qui avaient eu le courage de la faire, a abandonné cette cause sacrée que des scélérats lui présentaient comme la cause du crime, de l’affaissement de l’esprit public, de la corruption de l’opinion ».

  • 9 R. Cobb,The Police and the People, the French Popular Progress, 1789-1820, Oxford, 1970.

25Un nouveau cycle révolutionnaire commence en l’an III, R. Cobb9 parlait à son propos d’un émiettement de la révolte dans le cadre d'un nouveau rapport de forces. Le terme de « brigand » est le signe de ce glissement sémantique et idéologique : désormais ce sont les archives judiciaires qui constituent la base de toute documentation. Un quart des affaires judiciaires du Tribunal criminel de l’Orne entre 1790 et l’an VIII concerne des faits de chouannerie. Les troubles, la guerre, la révolte, cette incertitude du vocabulaire témoigne assez de son caractère composite. La distinction est parfois impossible entre les faits de chouannerie caractérisés, et ceux relevant d’activités qui oscillent entre la contre-révolution et l’anti-révolution : arbres de la liberté abattus, propos inciviques, affaires liées aux prêtres, fraudes, faux-papiers, faux-assignats, passeports. C’est la violence physique qui est le critère de différenciation comme l’a rappelé C. Lucas, c’est l’ultime forme d’expression lorsqu'il ne reste plus d’autres alternatives légales ou organiques. Les volontaires et les Chouans sont en permanence confondus dans les archives et cette imbrication entre occupants et occupés explique la difficulté du travail de la justice. Les deux grands pourvoyeurs de chouannerie ce sont les conflits religieux et la désertion massive dont l’origine est l’injustice flagrante que subissent les ex-jeunes gens de la première réquisition, âgés alors de 25 à 28 ans et toujours à l’armée, alors que leurs cadets restent tranquillement chez eux. La désertion massive repose en partie sur de telles injustices, de même que les exemptions qui permettent aux fonctionnaires, aux hommes mariés, aux employés des forges et bien d’autres catégories de ne pas partir. Hoche a recours aux compagnies franches sur une idée de Carnot « tout homme compris dans la loi de réquisition qui sera enrôlé dans les compagnies franches sera autorisé à rester dans sa famille à condition de marcher contre les chouans de son canton ».

26Or, nous l’avons vu, au même moment les autorité thermidoriennes installent le dispositif de la République bourgeoise. Cette fracture aurait pu être à l'origine d’un affrontement direct avec le pouvoir : or nous ne pouvons pas parler d’agression caractérisée à l’exception des violences électorales royalistes de Mortagne et d’atteintes aux personnes. Ce hiatus entre la violence sur le terrain et la relative impunité du pouvoir s’explique bien sûr par l'efficacité de la pacification de Hoche mais aussi par l’impossibilité d’une violence légitime face à un pouvoir qui a en partie intériorisé son ascendance populaire.

27L’installation du Directoire se passe pour toute la basse-Normandie en pleine guerre chouanne. C’est une guerre de guérilla qui est menée ; les généraux qui la conduisent sous l'autorité de Hoche sont souvent très critiques à l'égard de ses enjeux, certains n’hésitant pas à déclarer que les véritables Chouans se trouvent dans « les autorités constituées sous le contrôle des hébertistes ». C’est ainsi que le général Krieg en poste à Tinchebray analyse le soulèvement : « des administrateurs, des agents militaires indignes de ces places par la bassesse de leurs passions, par l’intérêt sordide dont ils étaient esclaves, exemptaient de cette réquisition Paul parce qu’il était parent de Pierre, parce qu’il avait de quoi graisser la patte à monsieur un tel et Pierre parce que sa jolie parente convenait à la lubricité de monsieur un tel », c’est sans nuance et tout militaire mais très révélateur de la perception désenchantée de certains chefs militaires qui font « le sale boulot » dans les départements insurgés. Ce qui explique aussi la large amnistie des rebelles vendéens et chouans. Pour Hoche ce qu’il faut à tout prix éviter c’est d’en faire des martyrs. C’est aussi pourquoi il préconise les cantonnements qui doivent être une « école de la liberté, de l’égalité et de patriotisme ». Mais cette proximité entre la population et les militaires va en définitive entretenir le soulèvement.

28Nous prendrons comme exemple une affaire de chouannerie jugée en nivôse an VII. Le chef, Joseph Davoust surnommé l'Ami du Roi âgé de 23 ans au moment de l’inculpation est cultivateur à Saint-Cyr-en-Pail dans la Mayenne ; il a déjà été arrêté en prairial an III et relâché puis condamné à mort par contumace par un tribunal militaire : outre sa participation aux opérations militaires on l’accuse de porter le courrier pour le compte de Boishardy et d’avoir fait pour le compte de l’armée royaliste, le recensement des hommes en état de porter les armes ainsi que celui des acquéreurs de biens nationaux susceptibles d’être mis en réquisition. La bande de Davoust compte une vingtaine d'inculpés dont un officier municipal ; ils sont jugés pour de nombreux attentats commis entre l’an III et l’an V dans la région de Mamers, de Lassay et d'Alençon. Ils ont attaqué des villages pour les mettre à contribution, réquisitionné chez les républicains, brûlé les rôles de l’impôt du percepteur, volé des assignats et les insignes de la garde nationale, et enfin assassiné le maire jacobin d’un bourg de la Mayenne, ainsi qu’un officier municipal dans le canton d’Alençon. En outre ils ont fait brûler la cocarde tricolore, crier « Vive le Roi ! » aux patriotes, voler les objets du culte d’un curé constitutionnel. Après la pacification de l’an IV, la bande continue son activité par une autre série d’assassinats où figurent deux prêtres constitutionnels. La bande de Davoust a ainsi tenu en coupe réglée, pendant plus de deux années les habitants de cette région forestière située aux confins de la Sarthe et de la Mayenne. Les informateurs, les complices pullulent, c’est une région entière qui échappe pendant de longs mois à l’autorité républicaine. Au moment du procès de la bande, en l’an VII, des affiches sont placardées à Alençon pour en réclamer l’ajournement et les témoins éventuels sont menacés. Le jugement sera reporté et trois des principaux accusés pourront s’évader profitant du contexte de reprise des troubles liés à la deuxième guerre et à la mansuétude, voire à la complaisance de l’appareil judiciaire en particulier du président du Tribunal criminel très proche de certains milieux royalistes. L’amnistie rendra caduque les différentes instructions des affaires de chouannerie et les huit peines de mort effectives prononcées à Alençon sont loin de donner une image exacte de l’ampleur de la contrerévolution dans le département. Notre approche prosopographique du groupe des Chouans à travers les registres de soumissions de la région de Domfront confirme plusieurs caractéristiques du groupe : ce sont des hommes très jeunes, qui s’engagent dans les bandes chouannes par groupes paroissiaux, souvent issus des écarts, des maisons isolées des villages et dont les motivations politiques ne sont pas très affirmées. Certaines familles se retrouvent dans les affaires judiciaires concernant les émeutes de 1792 et celles de la chouannerie et sans avoir pu préciser les individus concernés nous savons que les travaux de R. Dupuy, de D. Sutherland ou de J.C. Martin ont eux aussi constaté ces parentèles de la révolte.

29Nombre d’élus des municipalités cantonales, de juges de paix, d'électeurs du second degré sont en permanence sous la menace. Un exemple parmi des dizaines est celui de Michel Gérard, adjoint et instituteur dans une commune du Domfrontais et un des chefs de la révolte de 1792 : il est attaqué par les chouans qui menacent de le décapiter, ils lui demandent les papiers de la municipalité et les brûlent, ils le font mettre à genoux et lui coupent les cheveux en lui disant : « tu es damné comme un chien, tu enseignes les enfants à la République ». Les prêtres figurent également parmi les principales victimes en particulier les 868 prêtres assermentés du département, les « intrus » comme on les appelle dans les villages. La mise à contribution des acquéreurs de biens nationaux ou des fermiers est une des pratiques les plus courantes, le terme chouanneter signifiant faire du chantage, racketter, et dans le domfrontais sept acquéreurs de biens nationaux sont tués.

  • 10 M. Reinhard,Le département de la Sarthe sous le Directoire. Paris, 1935.
  • 11 J. Jaurès,Histoire socialiste de la Révolution française. Paris, Éd. Sociales, t. V, p. 420

30La chouannerie que nous avons étudiée dans l’Orne relève certainement du projet contre-révolutionnaire royaliste mais essentiellement dans sa dernière manifestation de 1798-99. L’idéologie royaliste n’en est pas constitutive et son déclenchement en l'an III est une forme directe de protestation populaire. C’est seulement pendant le deuxième soulèvement que les directives royalistes pour organiser un vaste soulèvement dans le contexte de la reprise de la guerre continentale en feront le premier soulèvement contre-révolutionnaire. L’ouest ornais qui en est le cœur mais pas l’unique espace n’avait pas manifesté d'opposition réactionnaire à la Révolution jusqu’en 1793. Le décrochage s’effectue progressivement par la politique déprêtrisatrice, par l’impact de la révolte vendéenne, par les désillusions liées à la vente des biens nationaux. Marcel Reinhard10 avait défini la chouannerie comme « une coalition d’intérêts et de convictions lésés ou froissés par le nouvel ordre des choses ». Dans un modèle de société rurale au « tropisme contre-révolutionnaire » accusé - en reprenant la formule de R. Dupuy - l’absence d’alternative populaire à la Révolution a fait basculer la violence dans la lutte contre-révolutionnaire. Mais c’est aussi à l’époque où le caractère de classe du nouveau régime s'affirme et que l’engagement politique populaire n’est plus reconnu par le pouvoir qu’une des formes d’opposition s’incarne dans la chouannerie. La violence de la révolte chouanne répond à celle du pouvoir directorial qui l’utilise en permanence. Mais la violence d’État se fait au nom de l'avenir et se justifie par un discours normatif alors que le combat chouan n'a pas d’autre objet que de « combattre la bourgeoisie au profit du passé »11 puisque les formes de représentation politique sont confisquées par la bourgeoisie, la combattre devient donc nécessairement réactionnaire.

Notes

1 J.-C. Martin, « Deux siècles d'opposition paysanne en pays ornais » dans Orne Info., no II, fév. 1984.

2 B. Baczko,Comment sortir de la Terreur. Thermidor et la Révolution. Paris, Gallimard, 1989.

3 C. Lucas, « The crowd and politics between Ancien regime and Revolution », dans Journal of Modern History, 1988.

4 C. Peyrard,Les Jacobins de l’Ouest, Paris, Éd. CTHS.

5 S. Denys Blondeau,Aspects de la vie politique dans l'Ouest intérieur à l’époque de la transition directoriale. L’exemple ornais. Le Pays Bas-Normand (en cours de publication 1998).

6 C. Mazauric, « Autopsie d’un échec : la résistance à l'anti-révolution et la défaite de la contre-révolution » dans Les résistances à la RévolutionActes du Colloque de Rennes 1985, 1987.

7 P. Guéniffey,Le Nombre et la Raison. La Révolution Française et les élections, Paris, EHESS, 1993.

8 R. Dupuy,De la Révolution à la chouannerie, Paris, Flammarion, 1988.

9 R. Cobb,The Police and the People, the French Popular Progress, 1789-1820, Oxford, 1970.

10 M. Reinhard,Le département de la Sarthe sous le Directoire. Paris, 1935.

11 J. Jaurès,Histoire socialiste de la Révolution française. Paris, Éd. Sociales, t. V, p. 420

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540