Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 1. Le lien politique local dans la Grande Nation

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet

Les dynamiques locales de l'engagement et du refus politiques des citoyens

Le Directoire en Belgique : de la Révolution à la contre-Révolution

Luc Dhondt

Texte intégral

1L’avènement du Directoire coïncida pratiquement avec l’incorporation des anciens Pays-Bas autrichiens, de la principauté de Liège et de quelques autres territoires à la République française, on la qualifia de « réunion », terme utilisé lors de la demande des pro-révolutionnaires belges à la fin de la première conquête, suite à la victoire de Jemappes de 1792-1793. La deuxième conquête, celle de 1794, suite à cette autre victoire, celle de Fleurus, n’avait pas réalisé le projet de réunion. Il fallut attendre le premier octobre de l’an 1795, lorsque fut appliquée la clausule de la Constitution de l’an III qui considérait que les territoires belges se situaient dans les limites constitutionnelles de la France. Cette décision ne fut reconnue internationalement - et notamment par le prince légitime, l’empereur d’Autriche, sous la menace des armes - que le 18 octobre 1797 par la paix de Campo-Formio. Les circonstances provoquèrent cependant de longues discussions au sein de l’Empire allemand, discussions qui ne prirent fin que par une intervention vigoureuse de l’empereur imposant le traité de Lunéville de 1801. Entre-temps le Directoire avait vécu.

2En Belgique, la période du Directoire fut marquée par trois événements majeurs : l’établissement de l’administration française, l'introduction des lois révolutionnaires et leur application plus ou moins lente et, tertio, la Guerre dite des Paysans ou Vendée belge, à la fois contre et anti-révolutionnaire.

3L’on ne peut que souligner le fait que tous ces événements se déroulèrent dans un processus particulier de révolutions et contre-révolutions. Ce processus comportait des éléments analyseurs différents pour les cadres de référence des éléments sociaux et politiques inclus. En plus, les anciens Pays-Bas méridionaux ne vécurent pas le même processus que les provinces françaises. Si les événements de France furent suivis par l’opinion et s’ils influèrent sur la vie politique, la rencontre fut à la fois tardive, épisodique et trompeuse.

4La première clé essentielle réside dans cette autre révolution par le haut, celle de Joseph II, dont les réformes ressemblent parfois fort à celles de la Révolution française. Un jour, il fit même remarquer à Marie-Antoinette que le pouvoir résidait dans le tiers état. Avant Joseph II, les Pays-Bas vécurent sous ce que nous avons appelé le « compromis thérésien ». ce compromis limitait l'intervention et le pouvoir de l'État. En échange de l'octroi de dons et emprunts importants, les puissants locaux et puissances locales réussirent à garder privilèges et pouvoirs au niveau local et provincial face aux ambitions centralisatrices et absolutistes. Joseph II tenta d’écraser ces pouvoirs et de libéraliser l'économie. Il tenta de « socialiser » -au sens le plus strict du ternie - l’État et l’Église. Il récolta une révolution, une contre-révolution aux composants divers.

5Il s’était attaqué à ce qu’on appelait « la constitution républicaine de l’État couronné ». Si nous nous limitons au Brabant, théâtre principal de la Vendée belge de 1798, nous constatons que les grandes abbayes menacées de suppression, quelques nobles et une foule de petits notables, la haute finance et surtout un courant populiste issu des corporations, des « nations » se rallièrent pour repousser l'empereur infâme, d’abord en manifestant leur opposition, ensuite en cherchant l'appui de ses ennemis, c’est-à-dire la Prusse, l’Angleterre et les Provinces-Unies et finalement par une révolution. Soulignons à ce propos le caractère particulier du courant qui se réclamait du caractère républicain de la constitution, celui d’Henri Van der Noot, personnage réputé ultra-conservateur et clérical jusqu’à la caricature. En fait, c’était un libertin, proche de la « bohème des Lumières » à Bruxelles, pour employer le ternie de M. Darnton, « bohème » sur laquelle nous avons présenté une communication lors du colloque de Valenciennes sur le livre à cette époque. Lecteur de Rousseau et d’Holbach, Van der Noot craignait la prépondérance des privilégiés au sein des États autant que l’État. Face à la noblesse friande des grâces du prince, face au clergé fort de sa représentation des campagnes, Van der Noot repoussait à la fois une démocratie douteuse et le despotisme, préférant la force populaire des corporations. Tous firent pourtant alliance face à Joseph IL Une petite armée fut rassemblée dans le Brabant hollandais, un réseau de comités patriotiques établi et après bien des hésitations et à bout d’espoir il fut décidé de déclencher la révolution le jour de la Saint-Raphaël, archange et général des armées célestes. Ce jour-là, à Hoogstraaten, sur le territoire national, l'armée d’invasion publia un manifeste par lequel Joseph Il était déclaré déchu du trône. Le lendemain elle occupa Turnhout, où, attaquée par l’armée impériale, elle remporta une grande victoire avant de se retirer de la Campine belge pour y revenir par la suite, ce fut cependant en Flandre qu’une opération de diversion mena à l’indépendance grâce à l’appui des notables et de leurs milices et l’échec de la stratégie du général en chef d’Alton, si efficace en 1789. Début décembre, Bruxelles fut évacuée, par le régime impérial confronté à la populace des nations et la milice du banquier Walckiers.

6L’indépendance ne tiendrait qu’un an. Il est cependant à noter que L’éphémère « République des États belgiques unis » dut réprimer plusieurs révoltes en faveur de Joseph IL La principale fut celle de la Flandre méridionale. Déjà en 1788 une révolte s’y était déclarée contre les notables et en faveur des réformes de Joseph II. En 1790, un grand mouvement se leva contre les patriotes en faveur du nouvel empereur, Léopold II, tout en se réclamant de la Révolution française. Il fut écrasé, tout comme des mouvements démocratiques furent réprimés. Ainsi, le pays avait dès 1790 vécu des expériences révolutionnaires de nature très différente.

7Dans les années qui suivirent, les progressistes restèrent divisés entre joséphinistes et sympathisants de la Révolution française. Parmi ces derniers on trouvait plus ou moins curieusement, au sein du « Comité des Belges et Liégeois réunis » du Nord de la France, bon nombre de conservateurs exilés.

8Après Jemappes, Dumouriez donna la liberté aux Belges. Mais la République française mena de fait les conservateurs au pouvoir, avant de se voir dans l’obligation de les contrecarrer par l’abolition de l’Ancien Régime et la demande de la réunion à la France. Après la défaite de Neerwinden, le régime impérial se réinstalla. Otage de l'appui des conservateurs et de leurs chantages constitutionnels, le régime digéra facilement la défaite de Fleuras.

9Il en alla autrement pour les Belges. La révolution libératrice et généreuse de 1792 fut remplacée par une République française d’occupation, soucieuse de tirer des Pays-Bas les moyens de sa survie. Ainsi elle maintint les structures de l’Ancien Régime pour en tirer un profit maximal. Le pays libéré en 1792 se retrouvait pays étranger conquis. On voyait même les paysans contestant la dîme mis au pas par les troupes républicaines. Les tissus sociaux et économiques furent bouleversés et bien des structures anéanties. En dépit des efforts des républicains convaincus, le pays sombrait dans une décadence quasi générale. Coupé de ses anciens marchés, interdit de ceux de France, victime de l’instabilité des pouvoirs, relégué à la seule identité qui restait, celle de la religion, le pays ne pouvait qu’espérer des lendemains plus cléments, que ce soient ceux de l’intégration à la République ou ceux d’une libération par l’Autriche ou par les puissances maritimes. L’accommodement ne se faisant pas, les puissants de la société civile et bien des non-puissants regardaient de l’autre côté de la frontière en espérant retrouver un certain bonheur. C’est à ce moment que se dessine pour l'historien la ressemblance avec l'année 1789. A nouveau des émigrés s’organisèrent en comités étrangers. Celui d’Emmerich rappelle celui de Breda. A nouveau ils firent la cour au prince d'Orange, à la Prusse et à l’Angleterre. En 1798, année de la Vendée belge, Chateaubriand, séjournant à Londres, nota la présence des « réfugiés brabançons parmi les vendeurs de contre-révolution qui s’agitaient autour des ministres ». Stahremberg, ambassadeur d’Autriche notifia à lord Grenville qu’il était au courant de l’assistance répétée de l'Angleterre aux émissaires belges d’une révolte imminente. Mais cette révolte se fit attendre en dépit de la désolation du pays. Toutes les tentatives échouèrent dans la médiocrité, un idéalisme insensé et des brigandages sans envergure.

10Il y avait à cet échec une double raison. D’une part, l'on ne comprenait que trop bien qu’un changement ne pouvait provenir que d'une intervention étrangère. D’autre part, il y avait la réunion et le Directoire. Des deux côtés il y avait la conviction que le radicalisme de la Révolution n’était que provisoire.

11La réunion et le Directoire amenèrent l’introduction d’une administration à la française et celle des lois républicaines, mais avec des nuances : provisoirement, les nouveaux départements ne pouvaient participer aux élections nationales et, si les lois républicaines étaient décrétées, leur application se faisait attendre. Tout ceci confirmait l’idée d’un règlement provisoire. La Révolution s’imposait sans se réaliser complètement et surtout à son avantage.

12Le Directoire fit bonne figure, et pas seulement par la présence de l’ancien recteur joséphiniste de l’Université de Louvain, Lambrechts. La politique d’accommodement du Directoire fit naître bien des espoirs, des espoirs qui allaient de l’intégration politique des notables et de l’intégration économique jusqu’au rétablissement des couvents. Le Directoire estima la pacification assez avancée pour permettre le renouvellement du tiers des députés belges par l’élection. Benezech encouragea même les émigrés à rentrer au pays. La situation semblait sous contrôle. Les tentatives de débarquement des Anglais et celles d’une insurrection avaient échoué et continuaient d’échouer. L’application délicate des lois sur le culte occasionna certes des troubles - principalement dans le Brabant - mais pas une révolte. Les élections amenèrent certes 22 modérés dans le corps législatif et une foule d’anciens baillis et nobles dans les conseils de département mais les résultats en France se révélèrent bien pires. Ceci dit, il faut relativiser les résultats. La peur de la conscription avait fait hésiter les ayants droit au vote et le nombre des électeurs s’en était ressenti. Le coup d’État du 18Fructidor de l’an V mit cependant fin aux espoirs d’accommodement et s’ajouta à l’application des lois républicaines. Le serment des prêtres fut imposé, la nationalisation des biens ecclésiastiques prit une tournure définitive avec les premières mises en vente, la conscription fut introduite. En plus la politique d’accommodement avec l’Autriche ruina l’espoir d’un retour de l’empereur tourné désormais vers l’Italie.

13C’est dans ces circonstances que prit naissance la Guerre des Paysans fin octobre 1798. Des affiches annoncèrent la grande insurrection pour le 25 ou le 28 octobre, des dates qui rappellent celles de 1789. La révolte s’embrasa. Elle gagna plusieurs régions, mais surtout les campagnes de l’ancien Brabant et du Pays de Waes, où déjà, en 1789 une tentative de révolte s’était manifestée sous les mêmes insignes et slogans que ceux de la Guerre des Paysans : la croix, la religion, la constitution. Le mouvement prit de l’envergure, face à la faiblesse des institutions et de l’armée républicaine. Cette dernière comptait à peu près 8 000 hommes, mais le meilleur et le gros de la troupe était affecté à la défense de la côte et de la frontière de l’Est, les troupes de l'intérieur étant constituées principalement de soldats au repos. La révolte gagna une grande partie du pays, conquit quelques villes, mais ne réussit pas à s’y établir en dépit de larges sympathies passives. La constitution de colonnes volantes permit au régime de pacifier assez vite le pays en dépit de la saison hivernale. Grâce à l’infrastructure routière de la Flandre, les bandes d’insurgés furent anéanties. Mais ce ne fut que le 5 novembre qu’eut lieu la prise du réduit insurrectionnel de l’ancien fort Sainte-Marguerite sur l’Escaut. Un mois plus tard, la force principale des Paysans, après de longs mouvements à travers la Campine et la Hesbaye, à l’exemple de l’armée patriotique de 1789, fut écrasée à Hasselt. L’opération mit fin à la Guerre des Paysans. Toutes les tentatives ultérieures pour susciter une nouvelle insurrection avec l’appui de l’Angleterre échouèrent.

14L’événement laisse planer bien des questions.

15Était-il préparé ? Sans aucun doute, mais il revêt aussi un caractère spontané. Il répondait à un mécontentement très large et était appuyé par des forces étrangères, mais il semble aussi s'inspirer de l’exemple de 1789. On y retrouve la même stratégie, des slogans et symboles similaires, très souvent ceux de la Révolution brabançonne, mais aussi des partisans de l’Autriche. Ce fut une révolte de la piétaille. Les notables restèrent à l’écart, du moins sur le terrain, parce que cette piétaille comprenait bon nombre de leurs secondants. Elle se composait essentiellement d’anciens patriotes, de quelques ecclésiastiques, de commerçants des campagnes et de petites gens, ouvriers agricoles et artisans, mais de fort peu de paysans. L'élément mobilisateur semble avoir été la conscription, jointe à la volonté de revanche et le repli sur la religion. Celle-ci faisait partie de l’émergence d’une citoyenneté institutionnelle déclenchée par Joseph II et ensuite par la Révolution française. Tous deux se sont révélés des analyseurs pour la société impliquée. Ayant vraisemblablement compris que le mouvement était voué à l'échec, les notables et les villes n’ont pas marché avec les insurgés d’autant plus que les corporations avaient été anéanties. L’insurrection semble avoir procédé à la fois du mécontentement causé par la conscription et de plans concertés visant à réintéresser les puissances étrangères à une action contre le régime de la Révolution, qui sous le Directoire semblait s’installer définitivement, tout en laissant entrevoir la perspective d’un nouveau régime des notables et d’une économie plus libre, perspectives en partie concrétisées sous Napoléon.

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540