Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 1. Le lien politique local dans la Grande Nation

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet

Les dynamiques locales de l'engagement et du refus politiques des citoyens

Chouannerie et pouvoir local sous le Directoire

Roger Dupuy

Texte intégral

  • 1 Ce texte reprend, en fonction de la problématique du colloque, certaines des conclusions de l’ouvr (...)

1Réfléchir1 sur les rapports entre chouannerie et pouvoirs locaux dans le grand Ouest sous le Directoire, c’est d'abord constater que la période directoriale correspond à une mutation majeure de la chouannerie elle-même. On passe, vers la mi-95, d’un premier type de chouannerie, essentiellement paysanne jusque dans ses chefs, donc proprement anti-révolutionnaire, à une chouannerie plus proprement contre-révolutionnaire, c’est-à-dire contrôlée, organisée, encadrée, en partie par la noblesse locale, et surtout par un flot croissant d’émigrés rentrés, impatients de s’illustrer au service du roi dans cette nouvelle Vendée du nord de la Loire.

2La première chouannerie est ce que l'on pourrait appeler une microchouannerie et sévit de janvier 1794 au printemps 1795. C’est celle qu’ont illustrée des chefs comme Jean Chouan, qui a donné son nom à cette forme d’insurrection paysanne, ou encore Coquereau ou Jambe d’argent pour rester dans le département de la Mayenne, ou bien Guillemot dans le nord-est du Morbihan.

3Elle est composée de petites bandes d’insurgés, d’environ une dizaine d’hommes, rescapés de la Virée de Galerne que les Vendéens ont tentée au nord de la Loire entre octobre et décembre 1793, auxquels s’ajoutent quelques insoumis et des gens compromis dans le soulèvement de mars 1793, mais qui n’avaient pas rejoint les Vendéens. Elles se terrent dans des caches, le plus souvent souterraines, creusées aux tréfonds des bois ou au plus épais d’un landier d'ajoncs particulièrement touffu. On n’en sort que la nuit, le visage barbouillé de cendre, pour assaillir quelques notables patriotes des environs, acheteurs de biens nationaux, favorables aux prêtres « jureurs » et souvent officiers de la Garde nationale. Ou bien, on menace un curé jureur et on l’oblige à sauter dans son jardin, en chemise, pour échapper aux violences promises. Parfois on va jusqu'à harceler un cantonnement de soldats : quelques coups de fusil dans l'obscurité en tuant une sentinelle, histoire de les empêcher de dormir le reste de la nuit. Parfois on en tue davantage, en fin d'après-midi, en tendant une embuscade à un détachement de retour d'une maraude ou bien à une poignée de convalescents revenant de l’hôpital. Jamais d’embuscade durant la matinée, car elles alertent les cantonnements voisins et provoquent des ripostes immédiates, alors que le soir, les bleus ne se hasardent pas à poursuivre les Chouans, vite invisibles dans l’obscurité des bois.

4Il est évident que ces petites bandes vivent en symbiose avec les paysans du hameau à proximité duquel ils campent, et avec la complicité plus ou moins active d’une municipalité qui prétend ne rien savoir de leur existence ni des sympathisants qui les ravitaillent et les renseignent. Souvent, existent des liens familiaux entre certains membres de la bande et la municipalité, ce qui ne peut que renforcer la solidarité face aux « bleus ». Il y a complicité de fait entre le pouvoir civil local et le pouvoir militaire des insurgés, c’est d’ailleurs ce que pensent les autorités patriotes et ce qui justifie à leurs yeux une répression qui postule la responsabilité collective des communes abritant des chouans.

5L’ampleur et l'efficacité de ces bandes initiales s’accroît avec l’affaiblissement de la pression répressive des bleus qui a été maximale dans les lendemains immédiats des batailles du Mans et de Savenay (décembre 1793) qui ont mis fin à la virée outre Loire de l’armée catholique et royale de Vendée. Au printemps 1794, l’urgence de la situation aux frontières, l’impression que les Chouans ne sont qu’un phénomène résiduel, entraînent des transferts de troupes vers la Belgique et la rive gauche du Rhin. Du coup, les insurgés peuvent développer une stratégie plus large regroupant des bandes voisines et accroître leur recrutement. Mais les chefs paysans de la micro-chouannerie prennent rapidement conscience des limites de leur action face aux garnisons bleues regroupées dans les villes et face aux cantons patriotes du bocage. À part le harcèlement des convois et des garnisons, quelques raids punitifs contre les notables patriotes dans des écarts isolés, ils ne peuvent pas causer de dommage vraiment sérieux à la République qui, elle, peut à tout moment réagir en concentrant ses forces en un point donné pour éliminer les bandes les plus actives et les chefs les plus entreprenants. Ce constat réaliste s’effectue au moment ou surgit Puisaye (été 1 794), un officier supérieur transfuge du fédéralisme, qui prend conscience de l’ampleur de la révolte paysanne en Bretagne et dans le Maine et se propose de la structurer pour organiser une véritable armée constituée par la coordination des bandes existantes, leur regroupement pour des opérations d’envergure, financées, équipées et soutenues militairement par les Anglais.

6Malgré l’échec de l'opération, l'affaire de Quiberon incarne cette dimension nouvelle de la chouannerie. La conscience d'une nécessaire mutation pour accroître l’efficacité militaire de ses actions, jointe à la faible espérance de vie des chefs de la chouannerie initiale, font qu’à partir de la fin de 1795, après la reprise de la guerre civile consécutive au débarquement de Carnac-Quiberon, on assiste, parallèlement à l’instauration du régime directorial, à la mise en place d’une nouvelle forme de chouannerie. Les chefs paysans de la première génération laissent la place - sauf dans le Morbihan - à des émigrés rentrés qui imposent une véritable hiérarchie militaire avec des commandements régionaux (Frotté en Basse Normandie, Scépaux dans le Maine, De Silz dans les pays de la basse Vilaine, Cadoudal dans le Morbihan...) susceptibles d'imposer le regroupement. des bandes locales en divisions destinées à des opérations plus ambitieuses s’étalant sur plusieurs jours contre des cantonnements de soldats bleus trop actifs ou contre des noyaux particulièrement exécrés de paroisses demeurées patriotes.

7Ces officiers nobles constituent des états-majors logés dans des châteaux et gardés par des compagnies permanentes de déserteurs soldés ou par des compagnies d’élite formées de jeunes aristocrates constituant, par ailleurs, un vivier d’officiers pour l’extension souhaitée de l’insurrection.

8Les rapports de cette nouvelle forme de chouannerie avec les municipalités des communes rurales qui l’accueillent ne sont plus ceux de la microchouannerie initiale. Désormais prédominent des rapports de subordination du pouvoir civil au pouvoir militaire chouan plutôt que la symbiose initiale. Les états-majors nobles cherchent à disposer de ressources financières (impôt contre-révolutionnaire sur les fermiers des biens nationaux, racket des notables patriotes, or britannique) pour solder des déserteurs qui constituent le noyau dur permanent de leur division respective mais aussi, à l’occasion, pour solder les paysans que l'on veut pouvoir mobiliser plusieurs semaines d’affilé. Cette militarisation de la chouannerie ne convient guère aux paysans d'autant que leurs rapports avec les émigrés rentrés ne sont pas toujours faciles et que le nombre croissant de ces jeunes aristocrates bloque désormais la promotion interne des chefs paysans locaux.

9La mutation qu’imposent les nobles s’effectue dans un contexte politique local déjà structuré et fortement polarisé. Depuis la micro-chouannerie initiale, on peut distinguer trois types de communes ou de groupes de communes :

  1. Une minorité de communes réputées bleues avec comme caractéristiques :
    • un conseil municipal composé d'une majorité de patriotes prononcés.
    • Le maintien d’un curé constitutionnel respecté par une large partie des habitants lesquels, de ce fait, dénoncent les agissements des prêtres réfractaires locaux ou réfugiés dans les communes voisines.
    • La présence d’une garde nationale nombreuse et active qui entretient des rapports d’hostilité violente et souvent « personnalisée » avec les chouans installés dans les communes limitrophes.
    • Ces communes paient leurs impôts assez régulièrement, vendent leurs biens nationaux et acceptent, en maugréant, assignats puis mandats territoriaux.
  2. Une minorité plus large de paroisses réputées blanches ou chouannées :
    • leur municipalité est totalement ou partiellement démissionnaire.
    • Les prêtres « juroux » en ont été chassés, les prêtres réfractaires y sont nombreux et officient parfois publiquement dans l’église paroissiale, profitant des mesures de pacification instaurées par la Convention thermidorienne en décembre 1794.
    • Les impôts ne rentrent pas, les biens nationaux n’ont été que partiellement inventoriés ou vendus à des prête-noms de la noblesse locale.
    • La garde nationale n’y a pas été organisée ; en revanche, une bande chouanne y tient ses quartiers dans un château et les métairies proches d'un bois qui peut servir, à l’occasion, de position de repli.
  3. Un nombre important de communes « neutres », sans doute la moitié des communes existantes, qui peuvent se caractériser par :
    • des municipalités qui s’efforcent de donner l’apparence du patriotisme (correspondance avec les autorités, une partie des impôts payés, inventaire des biens nationaux terminés et ventes apparemment effectuées, mais on acquitte également les sommes exigées par les chouans des fermiers des biens nationaux et, surtout, même si une garde nationale peut exister virtuellement sur le papier, elle ne manifeste aucune activité véritable).
    • Présence de prêtres réfractaires nombreux dont les maires assurent qu'ils ne troublent en rien l’ordre public.
    • Présence possible de chouans dans les écarts et les marges boisées du territoire communal, mais qui ménagent les habitants tout en les obligeant à refuser, sous des prétextes divers (charrettes rendues inutilisables), de vendre leurs grains à la ville voisine et aux garnisons bleues.

10Ce classement des communes n’est pas totalement stable, notamment le clivage entre communes neutres et communes blanches est assez poreux et la présence d’agents recruteurs chouans actifs ou influents peut provoquer le glissement d’une catégorie dans l'autre, notamment lors du succès électoral royaliste qui a précédé le coup d’État de Fructidor.

11Le passage à la grande guérilla nobiliaire, fin 1795, s’est donc traduit par une double pression des Chouans : pression sur les paroisses neutres, favorisées souvent par les exactions ou les réquisitions réitérées des garnisons bleues qui, de leur côté, ménagent les communes patriotes ; raids armés sur les communes patriotes pour les désarmer et inciter les notables bleus à chercher refuge dans les chefs-lieux de districts. Il s’agit de contrôler la totalité du plat pays pour créer les conditions d’un soulèvement massif lorsque la conjoncture militaire générale s’y prêtera. Cette double pression est momentanément favorisée, à l'automne 1795, par la décision de Hoche, après la victoire de Quiberon, de transférer le gros de ses troupes en Vendée pour en finir avec Stofflet et surtout avec Charette dont l’invulnérabilité et le prestige sont devenus des arguments majeurs de la propagande chouanne. La liquidation des deux chefs vendéens au printemps suivant permet à Hoche de faire glisser ses forces au nord de la Loire et d’entreprendre la réduction méthodique et successive des principales « divisions » chouannes. Hoche renverse le rapport de force en sa faveur tout en menant une politique d’apaisement et de tolérance à l’égard des prêtres réfractaires mais aussi et surtout à l’égard des prêtres exilés, souvent en Espagne, dont on autorise le retour et le culte public dans les églises paroissiales, Il s’agit de séparer les intérêts de la contre-révolution monarchique et nobiliaire des intérêts d’une anti-révolution paysanne qui s’interroge sur la durée de la guerre qu’elle subit et sur les chances d’une restauration royaliste après l’échec de Quiberon et celui de l'équipée, plutôt pitoyable, du comte d’Artois le long des côtes bretonnes et vendéennes (octobre-novembre 1795).

12Mais la pacification imposée dans l’Ouest par Hoche devient très ambiguë dès lors qu’elle s’inscrit dans un contexte plus général qui la fait coïncider avec un changement global de la stratégie du parti royaliste qui mise sur une victoire électorale de la coalition des mécontents lui permettant de contrôler les deux Conseils législatifs pour ensuite se débarrasser des directeurs « jacobins » et faire prévaloir une politique de restauration monarchique. L’apaisement religieux est donc présenté par les royalistes comme une concession d’un régime aux abois et la reddition militaire des Chouans comme une volonté de soulager les paysans dans la mesure où les élections vont faire prévaloir les intérêts des honnêtes gens et des partisans de la paix avec le reste de l’Europe.

13Le succès de la stratégie électoraliste des monarchistes entraîne le sursaut jacobin du coup d’État de Fructidor (septembre 1797), les résultats des élections sont annulés, totalement ou partiellement, dans une quarantaine de départements dont ceux de l’Ouest insurgé, et une série de mesures « terroristes » s’en prend aux émigrés rentrés et à leurs parents ainsi qu’aux prêtres réfractaires et à ceux récemment revenus d’exil qu’on condamne à nouveau au bannissement ou à la clandestinité.

14Dans l’Ouest comme ailleurs en France, le coup d’État de Fructidor signifie la remise en selle du personnel politique jacobin mis à l’écart depuis l’automne 1794. Le sentiment de la partie de la population plutôt favorable aux insurgés, c’est que le Directoire revenait sur la parole donnée et ne pouvait rompre véritablement avec les hommes de 1793-1794. En fait, il semble bien que les décrets pris à Paris n’ont pas toujours été appliqués localement, en particulier ceux concernant les prêtres revenus d’exil qui sont laissés tranquilles dans la mesure où ils n’apparaissent pas comme des trublions frénétiques. D’ailleurs la chouannerie ne repart pas d’emblée au lendemain du coup de force de Fructidor. En Angleterre, les princes estiment qu’une relance serait prématurée, localement la population rurale ne semble pas pressée de remettre ça d’autant que le Directoire, au lendemain de la loi Jourdan instaurant la conscription, semble vouloir éviter d’appliquer les levées d’hommes dans l’Ouest ci-devant insurgé.

15Mais en 1799, la situation militaire se dégrade fortement pour le Directoire tant en Hollande qu’en Suisse ou dans la péninsule italienne et l'arrivée des Russes semble modifier le rapport des forces en faveur des souverains coalisés. Le moment semble venu pour un soulèvement massif de tout l’Ouest, pour autant la paysannerie ne suit pas véritablement. Les chefs chouans sont conscients qu’il leur faut un succès immédiat et durable pour entraîner une mobilisation véritable. Pour l’obtenir, il leur faut de gros effectifs, ils sont donc obligés d’organiser une sorte de conscription royaliste enrôlant, de gré ou de force, tous les jeunes célibataires. Les chefs se sont concertés et veulent frapper un grand coup en octobre en occupant simultanément plusieurs villes de l’Ouest. Mais les bandes chouannes ne peuvent se maintenir dans les villes surprises, trois jours au Mans, mais seulement quelques heures à Nantes ou à Saint-Brieuc qu’il faut évacuer une fois la surprise passée et la prison forcée pour en délivrer les royalistes incarcérés. Du coup les jeunes paysans rentrent chez eux, sauf dans le Morbihan où Cadoudal a reçu d’Angleterre des armes, des munitions et des livres sterlings et semble n’avoir jamais bénéficié de conditions aussi favorables. Le retour d’Égypte de Bonaparte puis le coup d’État de Brumaire précipite la réddition sous l’action conjuguée de la diplomatie du générai Hédouville et de la dureté répressive de Brune.

16Pour en rester au Directoire et à l’impact local de sa politique, constatons que la concentration de l’administration communale dans des municipalités cantonales n’a pas modifié de façon significative la géographie des affrontements. Le poids des données religieuses dans la guerre civile fait que l’église paroissiale reste l’enjeu majeur des conflits. Visiblement les commissaires et les municipalités de cantons n’ont pas le même prestige que les anciens directoires de district, de sorte que la réforme a, de fait, éloigné le pouvoir central de la population. Constatons par la même occasion que la politique de pacification religieuse amorcée par la Convention thermidorienne dès décembre 1794 s’est progressivement imposée, surtout dans les nombreuses communes « neutres » et que cette politique d’apaisement a contribué, progressivement, à disqualifier les extrémistes des deux bords.

17Finalement, dans l’Ouest insurgé, le régime en place à Paris est avant tout incarné par une armée qui se méfie à la fois des paysans, soupçonnés d’être presque tous favorables aux Chouans, et des citadins patriotes accusés de vouloir, par leur volonté de vengeance, refuser tout compromis pacificateur. L’armée hésite entre deux stratégies : soit soutenir activement les jacobins locaux mais c’est entretenir les haines accumulées, soit reprendre la politique de Hoche en empruntant une sorte de troisième voie restaurant, de fait, l’allégeance religieuse à Rome et le pardon pour les rebelles afin de dissocier l’anti-révolution paysanne des chefs de la contre-révolution aristocratique pour en faire un état-major sans troupes. Il faut en finir avec l’insurrection pour consacrer la totalité des forces armées de la République à la guerre étrangère. De fait, c’est une partie de l'armée mais aussi les notables des communes neutres qui vont contribuer à définir et à créer les conditions de la réussite d’une véritable pacification déjà, en partie, réalisée sur le terrain par ces notables trop longtemps ignorés par une historiographie focalisée sur les attitudes partisanes les plus radicales. Ces notables avaient déjà récusé l’extrémisme des deux bords, ils s’opposaient au retour de la plupart des privilèges de l'Ancien Régime mais également aux excès d’une bipolarisation politique génératrice de violence et d’extermination réciproque. La plupart des militaires également avaient fini par exécrer ces patriotes exagérés qui ne rêvaient que vengeance et liquidation du camp adverse.

18Il y a donc une indéniable distorsion entre les fluctuations complexes des affrontements politiques au sommet de l’État et des réalités locales constituées par les haines engendrées par les atrocités de la guerre civile, par les antagonismes nés des privilèges perdus et des situations acquises, le tout sur un fond de lassitude issue de huit années d’affrontements dont on ne voit pas la fin et qu’on sait liés à la guerre générale qu’on voudrait voir cesser sans pour autant revenir aux abus de l’Ancien Régime. L’Ouest semble avoir régressé vers des temps qu'on pouvait croire abolis, ceux de l’impuissance de l’État à maintenir la paix civile, ceux où une soldatesque débridée imposait ses besoins et ses excès à un plat pays sans défense. Une minorité, dans les deux camps, nourrit des rancunes inexpiables et le Directoire finit par s’appuyer sur l’une d’elle par crainte d’une Restauration trop violemment réactionnaire. La condition préalable d’une possible solution semble le retour à la paix générale, dans des conditions acceptables par tous, mais la situation, en 1799, ne semble guère la favoriser, d’autant que les violences de la guerre civile n’accablent pas au même degré tous les départements de la République et que les partisans du triomphe final de la « grande Nation » peuvent compter sur l’armée.

19Le régime, tel qu’il a nationalement et localement évolué après Fructidor, est donc abhorré par les tenants de l’anti et de la contre-Révolution mais il ne répond pas non plus à l’attente des notables modérés qui jouent une espèce de course contre la montre dont le résultat est essentiellement tributaire de l'évolution de la conjoncture militaire. La conséquence majeure de cette situation, l’historiographie traditionnelle l’a déjà dit et répété, c’est le discrédit global du régime, c’est le recul de l'esprit public, une sorte de repli de la communauté locale sur elle-même qui aboutit à une désaffection de l’opinion à l’encontre d’un pouvoir dont l'unique préoccupation semble être de se cramponner aux affaires. Tout comme la politique de Robespierre avait fini par désorienter et lasser la sans-culotterie parisienne, les à-coups de la politique directoriale, mais aussi les échecs successifs de la chouannerie, n’ont pu que consolider la tendance cyclique de l’opinion populaire, en particulier paysanne, à considérer que l’essentiel de sa vocation politique se situe dans la gestion des affaires courantes, quotidiennes et étroitement locales et que pour le reste, il faut surtout s’en protéger car les petits, les faibles et les humbles ne gagnent rien à se mêler des affaires des puissants. D’autant que la chouannerie militarisée de 1799 ne sied guère aux paysans et que cette nouvelle prise d’armes n’a eu comme seul résultat concret que de remettre en cause les concessions accordées au clergé rentré d’exil et prêt au compromis. En fait, la guerre civile, en perdurant, a préparé, à sa façon, au règne des notables, c’est-à-dire à une délégation des pouvoirs aux intermédiaires politiques traditionnels ou nouveau, en fonction de leur engagements récents dans les affrontements de la guerre civile mais aussi de leur audience supposée auprès des instances nationales. C’est indéniablement un recul de la dynamique démocratique instaurée en mars-avril 1789 et qui avait perduré jusqu’en 1793-94, ne serait-ce qu’au travers de l’engagement insurrectionnel.

Notes

1 Ce texte reprend, en fonction de la problématique du colloque, certaines des conclusions de l’ouvrage qui vient d’être publié (novembre 1997) dans la collection de la Vie Quotidienne chez Hachette, Les Chouans. Nous y renvoyons pour la bibliographie et les sources.

Auteur

Université de Rennes II - CRHISCO

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540