Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 1. Le lien politique local dans la Grande Nation

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet

Les dynamiques locales de l'engagement et du refus politiques des citoyens

L’affaire du 26 pluviôse an V à Avignon ou la tradition révolutionnaire du peuple en armes

Christine Peyrard

Texte intégral

1Les événements avignonnais du 14 février 1797 ont provoqué naguère autant d’effroi, d'interrogations et de prises de position dans la presse nationale que les sinistres actualités en provenance aujourd’hui d’Algérie. Si la presse royaliste ou réactionnaire comme le Journal de Marseille de Ferréol Beaugeard s’empresse de révéler une insurrection d’anarchistes et se félicite du rétablissement de l’ordre opéré par les autorités militaires, les journaux républicains, tel L'Observateur du Midi de la République du Marseillais Peyre-Ferry ou le Journal des hommes libres, dénoncent une « insurrection royale » et L'Ami des lois ne voit dans le rétablissement de l'ordre que « la tranquillité de la terreur ». De l’apitoiement pour ces malheureuses contrées – « couvertes d’un crêpe ensanglanté et menacées des plus grandes horreurs », sur lesquelles « nous faisons grâce à nos lecteurs de nouveaux détails ; ils sont trop affligeants et se réduisent à deux mots : massacre, impunité » - le journal de Poultier passe à la mise en cause politique du gouvernement et rejoint le Journal des hommes libres et La Sentinelle de Louvet qui, depuis longtemps, dénonçaient le choix et les agissements du général Willot en Provence, l’impunité des « égorgeurs royaux » et la systématique mise en état de siège des villes fermement républicaines.

2Sans vouloir développer une quelconque analogie entre les massacres et assassinats perpétrés en toute impunité par des bandes terroristes et fanatiques, d'un côté ou de l’autre de la Méditerranée à deux siècles de distance, entre le catholicisme romain d'hier et l’islam d’aujourd’hui, entre l’ancienne cité des Papes et l’ancienne colonie française, l’historien ne peut pas néanmoins ignorer la réalité de la violence dans un État de droit ni renvoyer dos à dos les massacreurs et les massacrés, tant la Terreur blanche structure la vie politique en Provence de 1795 à 1815.

3Une affaire aussi singulière que celle d’Avignon peut permettre d’examiner la question du « lien social et politique local » posée par les organisateurs de notre rencontre. Dans une région de vifs, anciens et durables affrontements politiques, celle-ci révèle toute sa complexité et toute son épaisseur historique. Car on ne peut étudier l'époque directoriale en faisant table rase d’un passé qui hante la mémoire des contemporains. Le régime, issu de la répression du mouvement démocratique et populaire, a tenu à marquer ses différences avec la tradition révolutionnaire de 1789 et 1793 en ne proclamant pas la résistance à l’oppression comme droit de l’homme et du citoyen. Au delà des institutions et des faits révolutionnaires, il y a tout l’héritage de la culture politique d’Ancien Régime dont la violence est partie prenante. Ainsi, les agissements des autorités constituées sous la République directoriale rappellent aux républicains méridionaux les méthodes de la monarchie absolue. De même que la résistance à la « Terreur blanche » - concept, rappelons-le, forgé par les Thermidoriens afin de se dédouaner de toute responsabilité dans les actes terroristes du printemps et de l’été 1795 - s’inscrit indéniablement dans une vieille tradition politique française de contestation des valeurs dominantes, celle du protestantisme, voire même du jansénisme. C’est la mémoire des massacres des Vaudois de 1545 qui conduit les républicains avignonnais, emprisonnés à Valence après l'Affaire, à poser la question : « Sommes-nous remontés au XVIe siècle et revenus aux jours de Cabrières et Mérindol ? » ; c’est le rattachement des anciennes terres pontificales à la France révolutionnaire qui fait dénoncer « l’italianisme » de la classe politique locale ; c’est la montagne qui, à nouveau, a servi de lieu de refuge pour fuir les persécutions ; c’est l’emprisonnement ou l’exil pour les républicains-démocrates qui refusent de soumettre leur conscience individuelle aux injonctions des « honnêtes gens » et des autorités constituées. Pas plus qu’on ne peut ignorer le passé-présent des guerres de religion dans ce département du Vaucluse, créé par les Montagnards en juin 1793, où coexistent catholiques, juifs et protestants, il n’est pas possible non plus d’établir une spécificité méridionale en occultant le rôle du pouvoir politique national : toute la chronologie des événements provençaux est, en effet, directement liée aux choix politiques du gouvernement de la République française.

4Ces réflexions liminaires sur la dialectique entre le passé et le présent, entre le pouvoir local et le pouvoir national, nous permettent de reprendre la question politique que posent les républicains du Midi, victimes des « égorgeurs royalistes et papistes » qui s’intitulent encore parfois compagnons du Soleil ou de Jésus : comment faire vivre la République si les républicains sont persécutés et si les droits de l'homme en société ne sont pas respectés ? Question qui, comme tant d’autres, se pose d’abord dans le Midi avant de devenir la grande question nationale.

5Lorsqu'éclate l’affaire d'Avignon, les républicains-démocrates du Vaucluse n’exercent plus aucune fonction - la découverte de la Conjuration des Egaux ayant abouti à une vaste épuration politique dans tous les corps administratifs et militaires. Mais pendant le semestre qui a suivi l’insurrection parisienne (et avignonnaise) de Vendémiaire an IV, ceux qu’on appelle dans le Midi « les Montagnards » ont bénéficié non seulement de l’amnistie de brumaire an IV, mais encore de l’attention des autorités nationales avec la mission républicaine de Fréron, commissaire civil du Directoire exécutif, chargé de poursuivre les auteurs des fameux massacres de l’an III. Au cours de cette période d’ancrage à gauche du gouvernement, lesdits Montagnards ont recouru à tous les moyens que mettait la République directoriale à leur disposition. Résumons-les brièvement.

  • 1 Voir notamment Le Moniteur et Arch. Nat., F7 7147.

6Le recours au Corps législatif ? Depuis les élections de vendémiaire an IV, auxquelles n’ont pu participer tant de républicains de la première heure, victimes des massacres et proscrits, la députation du Vaucluse, comme celle du Midi provençal, est « ouvertement réactionnaire » pour reprendre les termes de J.-R. Suratteau. Son hostilité au passé révolutionnaire comme son soutien aux actes de la Terreur blanche empêchent, en effet, de la taxer de « conservatrice » ou de « modérée ». La transposition du vocabulaire politique anglo-saxon à la situation française ne peut être qu’une galéjade. Une commission a bien été constituée pendant cette première législature, suite aux violentes diatribes des représentants des Bouches-du-Rhône, Jourdan et Isnard du 30 ventôse an IV, aux protestations de Goupilleau de Montaigu (ancien représentant en mission dans le Vaucluse, enfin revenu de la confiance qu’il portait à Rovère, mais qui n’obtient pas le droit à la parole dans le Conseil des Cinq-Cents) et aux pétitions des républicains méridionaux1. Mais la création de la commission « chargée d'examiner les causes des troubles qui agitent quelques départements du Midi », c’est-à-dire les nouveaux massacres de républicains, n’a pas eu d’autre but que d’enterrer une question politique génante.

  • 2 Arch. nat., F7 3694/1.

7Le recours au pouvoir exécutif ? Nul doute, au vu des liasses considérables dans les archives ministèrielles, que les républicains méridionaux attendaient davantage du gouvernement que du Corps législatif. Nul doute aussi que le Directoire exécutif disposait d’une solide information sur la Terreur blanche. Avant de répéter paresseusement que la France provinciale n’avait pas un personnel politique compétent et de disserter sur l’analphabétisme des élites locales, l’historien du Directoire devrait d’abord se demander si les fonctionnaires de la capitale savaient lire les rapports administratifs. Toute la correspondance de Teste, commissaire près les tribunaux du Vaucluse en l’an IV éclaire parfaitement la situation méridionale. En outre, on ne peut passer sous silence la responsabilité politique de Carnot, suite à l’ampleur donnée au complot babouviste et à ses supposées ramifications provinciales. De la destitution du général démocrate Puget-Barbantane, au refus de tenir compte des avis du commandant militaire de la Provence et à son remplacement par le crypto-royaliste Willot, la « politique de l’escarpolette » (Barras) laisse le champ libre aux partisans de la réaction dans le Midi. La correspondance d’un thermidorien vauclusien, comme l’homme de loi Raphel auprès du ministre de l’Intérieur François de Neufchâteau, soulignant que l’assassinat des républicains est toujours à l’ordre du jour après l’affaire d’Avignon, reste tout aussi inutile2.

8Le recours au pouvoir judiciaire ? La théorie de son indépendance vis-à-vis du pouvoir administratif a été, d’emblée, mise à mal tant avec la nomination de Fréron comme commissaire du Directoire exécutif, qu’avec la destitution d’émigrés rentrés parmi les élus de Vendémiaire, opérée par le dernier représentant en mission dans le Vaucluse, Goupilleau de Montaigu en brumaire an IV. Toute cette période de transition entre la séparation officielle de la Convention et l’installation effective du Directoire mériterait plus d’études locales. Retenons ici le parcours d’un ardent républicain comme Antoine Teste, nommé commissaire du pouvoir exécutif près les tribunaux du Vaucluse. Ce notaire patriote de 1789, maire de Bagnols-sur-Cèze en 1791, procureur général syndic du Gard en 1792, employé aux armées des Alpes et d’Italie en 1793, s’est réfugié à Avignon au printemps 1795. Proscrit de Bagnols par la « réaction royale », où ses propriétés ont été dévastées et où ses fils ont été inscrits sur une liste d’émigrés alors que leur attachement au service militaire de la République était de notoriété publique (l’un est d’ailleurs mort à l’armée des Pyrénées-Orientales et François, volontaire de 1792 à 17 ans, deviendra général sous l'Empire), A. Teste a été destitué de ses fonctions comme père d’émigrés le 21 prairial an IV, soit un mois après l’arrestation de Babeuf.

  • 3 Arch. nat., BB18 888.

9Ses rapports, parfois journaliers, au ministre de la Justice pendant l’hiver et le printemps 1796, décrivent avec précision la situation dramatique dans le Vaucluse : « Citoyen ministre, Encore des assassinats, toujours des assassinats... » écrit-il, par exemple, le 3 prairial3. Le commissaire ne se contente pas de communiquer les derniers crimes contre les volontaires de passage ou les républicains locaux, mais rend compte aussi des difficiles arrestations des meurtriers, de leur évasion de prison lorsqu’ils ont pu être arrêtés ou encore de leur acquittement par les tribunaux lorsqu’une information judiciaire a pû être ouverte contre eux. En dépit du succès que représente l’arrestation et la condamnation de de Lestang, meneur royaliste dans le Haut-Comtat, ses lettres témoignent de la relative impuissance du commissaire du pouvoir exécutif confronté à des autorités judiciaires et administratives qui, élues en vendémiaire an IV par les seuls réacteurs, ou nommées grâce à l’influence du député Rovère, rechignent à assurer le maintien de l’ordre républicain. En réponse aux services de son ancien commissaire, le Ministère de la Justice donna l’ordre, le 8 messidor, de le faire arrêter. En bon républicain, Teste répondit à son mandat d’amener, dut apporter la preuve que ses fils n’étaient pas émigrés, mais resta soumis à de telles tracasseries judiciaires que, lors de la journée du 26 pluviôse, il resta « dans sa tanière », selon l’expression du chef de brigade Glanjeaud. Le commandant de la place d’Avignon ajoutait, dans son rapport, qu’en revanche « ses deux fils, dignes aides de camp de Moureau se trouvaient partout ». Il s’agit, bien sûr, des célèbres Jean-Baptiste et Antoine Teste, âgés alors de 16 et 14 ans, qui vont tant animer le mouvement républicain et démocratique en France et à l’étranger sous la Restauration.

  • 4 Bibl. mun. d'Avignon. Ms 2510.

10On peut ainsi mieux comprendre que le ministre de la Justice ne tienne pas compte du mémoire de l’affaire d’Avignon, rédigé le 21 ventôse an V par le juge de paix du 3e arrondissement. Ce récit républicain des événements dénonçant successivement la passivité des corps administratifs et militaires devant les provocations royalistes, l’hypocrisie des ennemis de la patrie qui « paraissent avoir la confiance du gouvernement » appelant des renforts militaires « dans une ville rendue à la plus parfaite tranquillité », grâce à la réaction défensive des patriotes avignonnais, l’entrée de colonnes mobiles « avec tout l’appareil de la guerre » et des « égorgeurs, ivres de sang et de fureur » organisant conjointement des patrouilles pour débusquer les républicains dans leurs maisons, les souterrains et les tombeaux, le départ du « brave bataillon de la 13e demi-brigade » et l’organisation de la garde nationale par « le vice-roi Willot », conclut à la responsabilité du général Tisson et au triomphe de la contre-Révolution si le gouvernement refusait de chercher la vérité4.

11Le recours à l’opinion publique ? La presse nationale républicaine a mis en question le pouvoir militaire dans le Midi en révélant les méthodes despotiques du général Willot et ses liens avec les bandes terroristes. Tout en dénonçant la protection dont le commandant militaire de la Provence jouissait auprès des plus hautes autorités de l’État, elle a cru pouvoir annoncer, à plusieurs reprises, dans le courant du mois de nivôse an V, le rappel du général et son possible remplacement par... Pichegru ! Car nombreuses ont été les pétitions des Avignonnais pour rappeler que le désarmement des patriotes au printemps 1795 avait favorisé les massacres, pour dénoncer les mesures prises par les autorités dans la continuité thermidorienne et pour demander l’armement du peuple républicain. Prenons l'exemple du témoignage, publié par le Journal des hommes libres le 28 pluviôse an V. Après le compte rendu des derniers meurtres opérés par les « chevaliers de Jésus », le correspondant avignonnais concluait ainsi : « Que le Directoire ne pense pas que nous nous laissions égorger en attendant le secours de lois impuissantes et dont l’observation nous a été jusqu’à présent inutile ; s’il n’a pas les moyens légaux de nous sauver, au point où en est le mal, nous serons forcés de nous sauver nous-mêmes ».

  • 5 Cf. nos articles « Du club à la chambrée : la résistance républicaine en Provence pendant la terre (...)

12Le refus réitéré de « se laisser égorger comme des moutons » aboutit souvent dans les pétitions à la menace d’une « Vendée républicaine ». Au delà de la bravade méridionale, il y a non seulement le souvenir du rôle des fédérés du Midi en août 1792, mais aussi l’organisation du « parti républicain » sous le premier Directoire. Le journal de F. Beaugeard n'a de cesse de dénoncer les lieux de rassemblement des Montagnards et les hommes qui organisent la résistance républicaine - informations aussi précieuses pour l’historien qu’elles l'étaient alors pour les bandes de tueurs, comme celle de la jeunesse dorée d’Aix-en-Provence organisant des expéditions punitives dans le pays d’Apt, lynchant à cinquante contre un les militants et saccageant les chambrées républicaines5. La réaction républicaine des Thermidoriens après Vendémiaire an IV a permis aux vieux militants de la République de sortir des bois. De la montagne où certains avaient trouvé refuge, ils ont ramené la férigoule ou le brin de thym qu’ils arborent fièrement en déambulant dans les rues ou en investissant tous les cafés qui entourent la place dite de l’Horloge aujourd’hui. L’apparition de cet emblème, au sortir de la première Terreur blanche, est importante dans l’histoire méridionale car la plante qui pousse dans la montagne et fleurit dans le maquis (ou la garrigue) va être en 1848 l’attribut des partisans de la République démocratique et sociale, des Montagnards ou démocrates-socialistes. Les chansons de la Seconde République opposeront les « férigoulâtres » qui veulent planter la férigoule et danser la farandole pour que fleurisse la montagne aux « antiférigoulâtres » qui danseront la farandole lorsque la férigoule se fanera. Outre le symbole du brin de thym, relevons l’usage courant du terme de « Montagnards » pour désigner dans le Midi les « anarchistes » ou « exclusifs ».

13Ville-refuge avant d’être la cité que fuient les républicains après les événements de pluviôse, Avignon accueille les républicains persécutés dans les villages et les bourgs des alentours. La force redoutée des républicains-démocrates à Avignon tient à leur nombre, à leur capacité de mobilisation tant pour fêter les victoires de l’armée d’Italie que pour revendiquer l’armement des patriotes, et à la présence d’un incontestable leader populaire dans le chef-lieu. D’après le rapport des autorités militaires, cette ville était « le point de ralliement des anarchistes. Chaque jour des étrangers y ont asile ; ils se sont emparés de la place de la maison commune, des cafés qui l’environnent et, forts de leur nombre, ils ont insolemment levé la tête. Le principal sujet des entretiens des groupes était leur prochain succès sur ceux qu’ils appellent les royalistes : la nomination d’A. Moureau au Corps législatif, proposé par Babeuf, et de Teste père de Bagnols, fugitif du Gard, sous un mandat d’arrêt ».

  • 6 Lettres inédites de J.S. Rovère, membre du Conseil des Anciens, à son frère S.S. Rovère, ex-évêque (...)

14Le recours au vote ? Les événements avignonnais se produisent précisément au moment où les administrations communales doivent, selon la loi, faire afficher le nombre et le local des assemblées primaires du canton. Les meilleurs analystes de l’affaire sont les leaders politiques locaux, A. Moureau et J.-S. Rovère. Pour une fois, ces adversaires avignonnais depuis l’an II - à l’époque du clivage entre républicains incorruptibles et patriotes d’affaires - partagent, sans le savoir, la même opinion sur les événements. De Paris, Rovère toujours représentant du peuple, puisqu'il a depuis longtemps abandonné les bancs de la Montagne et qu'il a pu être admis au Conseil des Anciens malgré ses agissements en vendémiaire an IV, écrit ainsi à son frère, l’ancien évêque constitutionnel du Vaucluse qui brigue alors un mandat de député : « Toute cette affaire n’est qu’une carmagnole tragique pour s’emparer des élections »6. S’il se réjouit de la nouvelle incarcération de Moureau qu’il avait fait arrêter et traduire à Paris en l’an II, Rovère soupçonne son collègue Olivier Gérente d’avoir manigancé cette affaire avec les autorités militaires locales et commence à craindre que sa complaisance avec les émigrés et les royalistes, comme sa stratégie de conquête des « électeurs influents », ne soient plus suffisantes pour rester le patron du Vaucluse.

15De sa prison de Valence, Agricol Moureau co-signe et rédige vraisemblablement un mémoire adressé au peuple français dans lequel on peut lire : « Le jour des élections approchait. Si la paix n’avait pas été troublée dans Avignon, les Républicains les eussent faites à leur gré. Le rappel de Willot était positif ; leur triomphe était donc assuré. Il fallait donc troubler la tranquillité publique, il fallait un mouvement qu’on pût appeler terroriste pour représenter le digne successeur de Cadroy comme le seul capable dans l’instant de réprimer les factieux. Le gouvernement est le dupe de cet outrage, Willot reste et Willot est représentant du peuple ; et les amis de la liberté sont chargés de fers ; et le champ des élections n’est libre qu’aux partisans du Pape et de la Royauté ». La thèse, exprimée à gauche en public et à droite, en privé, est que la violence des bandes terroristes bénéficie non seulement d’une impunité totale, mais encore de l'appui des forces dirigeantes au plan local et national. Si la Terreur blanche a pu devenir le meilleur moyen de la conquête du pouvoir, c’est que sévit dans l’ancien pays pontifical l’« italianisme ». Sous les plumes de Moureau et de Rovère, patriotes de 1789, on trouve la même dénonciation du machiavélisme des autorités locales dont les méthodes politiques révèlent l’héritage des légats pontificaux et de la curie romaine.

  • 7 Arch. dép. du Vaucluse, 1 L 231. Il ne faudrait pas conclure de l'absence de ces registres à l’apa (...)
  • 8 « Le plébiscite de l’an III en Vaucluse », dans AHRF, nov-déc., 1932, p. 506.

16Au delà des représentations de l’événement, il y a la campagne électorale de l’an V qui fait d’Antoine Teste et d’Agricol Moureau les candidats des républicains du Vaucluse. Le premier a, en effet, été proposé au siège de représentant du peuple par 31 électeurs de Mondragon, chef-lieu de canton dans la vallée du Rhône, le 15 pluviôse an V. Les registres des candidatures publiques, ouverts selon la loi à tous les électeurs, sont des documents d’autant plus précieux qu’ils sont peu nombreux à avoir été conservés7. Celui de Mondragon montre la bipolarisation de la vie politique et l’échec de la propagande des députés thermidoriens, Rovère et O. Gérente. Ici les royalistes ont joué le jeu constitutionnel : 35 autres citoyens du canton choisissent de soutenir la candidature de Trophime Roustan, « l’égorgeur royaliste » selon P. Vaillandet8, complice dans le massacre des prisonniers, transférés d’Orange à Pont-Saint-Esprit le 8 prairial an III, président de l’assemblée primaire de Mondragon en vendémiaire an IV, incarcéré alors pour sa participation au mouvement royaliste de Lestang et finalement acquitté le 21 ventôse an V, c’est-à-dire après l’affaire d'Avignon et juste avant les élections.

  • 9 Cf. « R. Bazin et A. Moureau : deux chefs d'opinion du "parti républicain" sous le Directoire ou l (...)

17Quant à Agricol Moureau, bien connu comme robespierriste (c’est le créateur du département de Vaucluse et l'oncle du jeune Viala), on sait qu’il a été choisi comme « démocrate à adjoindre à la Convention » pour représenter le Vaucluse dans la Conjuration des Égaux9. La publication des pièces saisies chez Babeuf par la Haute-Cour de justice de Vendôme, en nivôse an V, contribue à faire de Moureau, dont le nom est largement cité dans la presse réactionnaire et souvent associé à celui d’Antonelle, une personnalité nationale. Signataire de toutes les pétitions républicaines, Moureau est le porte-parole que se choisit le mouvement populaire lors des événements avignonnais qu’il convient maintenant de présenter.

18Si la « bagarre » d’Avignon, pour reprendre l’expression du taffetassier Coulet dans son journal intime, s'est produite le 26 pluviôse an V, les événements ont débuté, d’après le rapport du général Tisson, commandant de la force armée dans le Vaucluse, le dimanche 24, qui a été une journée de « rassemblements considérables d’anarchistes ». La victoire de la prise de Mantoue, annoncée la veille au spectacle par Tisson, a donné lieu à une impressionnante démonstration de force des républicains dans le chef-lieu du Vaucluse. Le nombre de ceux qui se sont réunis sur la place de la commune, ont assisté au défilé de la parade et crié : « Vive l’Armée d’Italie 1 Vive la République ! A bas le Roi ! » a impressionné tous les protagonistes de la journée.

19En dépit d’une altercation entre un républicain et un royaliste, la manifestation républicaine de ce dimanche put avoir lieu sans être davantage troublée jusqu'au coup de poignard porté contre le républicain et le coup de sabre reçu par son beau-frère, après la dispersion de la manifestation. Néanmoins, les blessés sont secourus et la tranquillité règne jusqu’au lendemain soir.

20Tous les protagonistes soulignent le calme d’Avignon, le 25 pluviôse, jusqu’à 8 heures du soir où un gendarme est assassiné. La victime est bien connue de tous : l’engagement politique de l’avignonnais Peyre depuis le début de la Révolution le range dans le camp des républicains ou des « exclusifs » puisqu’il venait d’être destitué de ses fonctions, comme tant d’autres républicains du Midi, après la découverte de la Conjuration des Égaux. Frappé d’un coup de poignard, l’ancien gendarme Peyre est achevé d’un coup de pistolet. Les auteurs du meurtre sont au nombre de cinq, d’après un sergent de la patrouille qui parvint à arrêter un des leurs, un royaliste bien connu. Averti, le général Tisson, commandant de la place, qui se trouve au bal que donne la comtesse de Modène, ordonne de faire enterrer la victime assassinée sur le champ.

21Le 26 pluviôse au matin, c’est l’effervescence à Avignon. Les républicains mettent en cause les mesures de sûreté prises par les autorités tant militaires que civiles, à savoir la convocation par le commandant de la place d’une garde extraordinaire de cent hommes, suite aux incidents dominicaux, et le choix par la municipalité de citoyens connus pour être « les plus violents ennemis de la République ». Ils dénoncent non seulement F anticonstitutionnalité de cette garde militaire de nuit, créée par le général Willot, composée de 500 citoyens avec un quota d’un septième de républicains, mais encore la distribution clandestine d'armes dans le quartier de la Fusterie, le quartier royaliste d’Avignon.

22C’est Agricol Moureau qui porte la parole auprès de toutes les autorités civiles et militaires. Il les accuse de ne pas assurer la sûreté des patriotes dans une ville placée en état de siège et réclame l’organisation constitutionnelle de la garde nationale, la punition selon la loi des auteurs de l’assassinat et l’application à la veuve Peyre de la loi du 10 vendémiaire (relative aux veuves et enfants des citoyens « homicidés »). Selon le rapport du général de brigade Tisson au général divisionnaire Willot, minimisant le rassemblement dans le quartier royaliste, Moureau aurait aussi demandé l’armement des patriotes.

23Pendant ce temps, un attroupement a lieu dans le quartier de la Carreterie que certains continuent d’appeler, comme en l’an II, le faubourg Antoine. Les artisans et boutiquiers d’Avignon revendiquent le droit d’exhumer le cadavre de Peyre pour rendre hommage à ce martyr de la République et exigent des armes pour assurer leur auto-défense face aux royalistes armés du quartier de la Fusterie. Les autorités refusent et exigent la dispersion du rassemblement.

24L’affolement est général lorsqu’un autre républicain, Xavier Abraham, attaqué par quatre émigrés rentrés, est laissé pour mort sur le carreau. Les autorités soutiendront qu’il n’y avait guère que 150 citoyens sans armes dans le quartier royaliste, tandis que les républicains avignonnais assureront que les assassins étaient nombreux et continuaient à tirer tout en prenant la fuite devant le rassemblement populaire et l’armée républicaine. Leur témoignage sera confirmé par un caporal, commandant le poste du bateau sur le Rhône, qui a bien vu plus de deux-cents individus prendre le bac-à-trailles pour tenter de traverser le fleuve et qui a donné l’ordre de riposter à leurs coups de feu. Mais ce que retiendront les autorités, c’est qu’un atelier d’armes a été forcé et que 250 fusils en réparation ont été enlevés par les vrais rebelles. Le fait que, dans cet atelier national, l’armement du peuple ait été effectué sous la seule autorité que les manifestants aient reconnue, celle de Moureau, et que le leader du mouvement populaire avignonais ait demandé l’autorisation à un officier municipal de prendre les armes défectueuses pour armer quelques 400 républicains du chef-lieu, ne figurera que dans les témoignages de la défense.

25A 3 heures de l’après-midi, des coups de feu éclatent à la porte du Rhône. Au moment des laits, J. B. Teste assure au général Tisson que ce sont les royalistes du quartier de la Fusterie qui tirent sur les patriotes. Toujours est-il que les soldats de la troupe en sont convaincus et que c’est bien la force armée légale qui, sous la pression du mouvement populaire, a riposté au rassemblement d’hommes armés qui tentaient de prendre la fuite en traversant le Rhône. Après les événements, les autorités et les royalistes parleront d’un bain de sang tandis que les républicains assureront que la fusillade n’a fait qu’un seul mort et 5 ou 6 blessés, sans que leurs chiffres et les noms des victimes soient réellement contestés.

26Le 27 pluviôse, 100 hommes de troupe de l’Isle, Carpentras et Tarascon, appelés en renfort par les autorités militaires d'Avignon, entrent dans la ville. Moureau qui porte toujours la parole a déjà fait remettre les 247 fusils en mauvais état aux autorités. « Les républicains se félicitaient d’avoir concouru avec les autorités au rétablissement de l’ordre », écrira le lendemain le correspondant avignonais de L'Observateur du Midi de la République, « mais bientôt quel changement ! combien cet événement est devenu funeste aux républicains. Les patriotes furent coupables, ils ne devaient point se défendre, des fusils furent distribués à tous les égorgeurs royaux qui se présentèrent, la colonne mobile de Nîmes arriva avec l’artillerie ; la ville fut cernée, les républicains furent arrêtées indistinctement, sans mandat d'arrêt et conduits au fort ; on a fait des visites domiciliaires, on vient d’arrêter A. Moureau et l’on parle d’une commission militaire pour juger les amis de la République qui n’ont pas voulu se laisser assassiner de suite par les féroces satellites du papisme et de la royauté ».

  • 10 Bibl. mun. d’Avignon, Ms 2543. Les Républicains avignonnais traduits devant le Tribunal criminel d (...)

27La ville est effectivement investie par les troupes militaires des environs, les pièces de canon ont leur mèche allumée, toutes les issues sont bloquées et les perquisitions effectuées sous la conduite des royalistes locaux. Quelques 200 Avignonnais sont emprisonnés au palais des Papes lorsque Willot entre à la tête de son armée, le 30 pluviôse, avec une commission militaire pour juger les insurgés. En raison du contexte électoral et de l’agitation dans la troupe avignonnaise, ceux-ci ne seront pas plus traduits devant la dite commission que devant le Tribunal criminel du Gard où leur condamnation à mort était assurée. Les autorités se contenteront de relâcher la plupart des prisonniers après les élections, tandis que 49 d’entre-eux seront traduits à Valence devant le Tribunal criminel de la Drôme. Les inculpés sauront reconnaître que le général Tisson a, au moins, empêché qu’ils ne soient égorgés dans la prison d’Avignon et sur la route d’Orange où de sinistres massacres de prisonniers avaient eu lieu en 1795. Mais ils révéleront aussi les menaces et les coups que la veuve du gendarme Peyre a endurés pour qu’elle dise que son mari a été tué par des patriotes : ses bourreaux n’obtiendront pas de tels aveux, seulement la mort de cette femme, officiellement décédée « d'une fièvre maligne »10.

  • 11 Bibl. mun. d'Avignon, Ms 2543.

28Ces républicains emprisonnés sont pratiquement tous des Avignonnais, artisans et boutiquiers surtout (62 %), mais aussi cultivateurs dont une femme (18 %), d’anciens gendarmes destitués (10 %), des propriétaires dont Agricol Moureau ou Elzéard Carcassonne (6 %) et quelques invalides (4 %)11. Notons la participation des juifs de l’ancien ghetto au mouvement républicain, parmi lesquels Xavier Abraham, taffetassier, acquéreur de biens nationaux et ancien abonné au journal de Babeuf qui présidera l’assemblée électorale de la section de la Liberté ou du « faubourg Antoine » dans les dernières années de la République. Enfin, toutes les classes d’âges sont partie prenante du mouvement : on relève la participation de vétérans, avec un vieux cordonnier de 75 ans, et des jeunes gens, dont deux anciens élèves de l’École de Mars, qui sont fileur en soie ou charcutier.

29Les conséquences de l’affaire sont une chasse aux « terroristes » dans toute la région, une éviction des républicains des scrutins électoraux de germinal an V et une longue affaire judiciaire.

  • 12 Arch. nat., F7 4276.
  • 13 Arch. dép. du Vaucluse, 1 L 221.

30Même si Cadenet avait été, dès le 25 pluviôse, investi par une bande terroriste venue d’Aix pour massacrer l’ancien juge de paix d’Aix-en-Provence et saccager la chambrée républicaine, les événements avignonnais donnent le signal de la Terreur blanche dans le département et au delà. Prenons l'exemple de l'Isle-sur-Sorgue où un rassemblement armé est dénoncé au couvent Sainte-Élisabeth. Les autorités municipales somment, le 28 pluviôse, les rebelles qui y sont réfugiés d'ouvrir la porte au nom de la loi. Ceux-ci acceptent l’entrée d’une délégation qui constate qu’ils ne sont qu’une douzaine, avec une trentaine de fusils, sabres et cartouches. Finalement, la porte du local est incendiée, un rebelle est tué, trois autres sont arrêtés, parmi lesquels le commandant en second de la colonne mobile de l’Isle. Le drapeau tricolore, avec cette devise « Société populaire de l’Isle », que l’on découvre est considéré comme le « signe de ralliement des factieux ». Au nombre des fuyards figure le juge de paix qui, le 10 nivôse, avait signalé au ministre de la Justice la présence des auteurs des massacres commis en messidor an III dans la commune et décrit la terreur que causait dans la ville le retour des égorgeurs auxquels s’étaient joints de nombreux déserteurs12. Pour le commissaire du Directoire exécutif, cet épisode n’est que la suite de l’affaire d’Avignon et de Carpentras et contribue à montrer l’existence d’une « insurrection générale »13.

  • 14 Arch. dép. du Vaucluse, 1 L 231.
  • 15 Arch. nat., F1 CIII Bdr 1

31Dans la liste des ayants droit de vote du canton, établie le 4 ventôse an V, les républicains de l’Isle avaient pris soin de mentionner, en s’appuyant sur la liste arrêtée par le département le 4 prairial an II, que sur les 1025 électeurs il y avait 18 émigrés (dont un siégera à l’assemblée électorale du Vaucluse en germinal an V avec 3 autres électeurs de l’Isle), 35 parents d’émigrés et 2 qui ne remplissaient pas les conditions de domicile14. Le Ministère de l’Intérieur avait répondu, au mois de ventôse, qu’en vertu « des lois des 3 brumaire et frimaire derniers, les présumés émigrés, les parents d’émigrés (comme les amnistiés et les provocateurs liberticides) ne doivent pas cesser d’être considérés comme citoyens et, donc, s’ils ont rempli les conditions qui donnent la citoyenneté, ils doivent être inscrits comme tous les autres citoyens au registre civique, admis à voter dans les assemblées primaires et peuvent être élus aux fonctions publiques. C’est au peuple à jouir de la liberté illimitée qui lui est laissée pour ne nommer que des amis de la république et de l’égalité comme de la justice sur laquelle elle repose »15.

  • 16 Arch. dép. du Vaucluse, 1 L 220.

32Un mois après l’attaque du local des républicains, la municipalité de I’IsIe se félicite du calme qui règne dans la ville depuis le 28 pluviôse, nonobstant un triple assassinat ; comme les victimes sont trois républicains, elle dénonce le rôle des réfugiés à Cavaillon - bastion républicain du Vaucluse en l’an IV - auprès de l’administration départementale qui va destituer la municipalité de Cavaillon pour avoir accueilli les républicains d’Avignon, de l’Isle et de tout le Lubéron et pour avoir demandé si « la vertu hospitalière, fille de la fraternité, était devenue un crime aux yeux de la justice ? »16.

33L’exemple de Pertuis, le 16 ventôse, montre l’influence des événements avignonnais sur le comportement des républicains. Au départ, une semblable réaction d’auto-défense collective qui conduit à se réunir en armes dans le local républicain (une vaste abbaye fortifiée, acquise comme bien national, pouvant contenir plus de 200 personnes) pour « résister à l’oppression », suite aux coups de feu essuyés par les paysans dans leurs champs. Puis la crainte que « leur défense, quoique légitime, soit regardée comme une rebellion à la loi » lorsque les bandes royalistes de Manoscains et d'Aixois, après s’être emparées de la municipalité, contraignent les administrateurs à donner l'ordre de disperser l’attroupement républicain ; enfin, la décision de choisir le sauve-qui-peut pour échapper au massacre ou à l’arrestation. L’attaque du local républicain aboutit à détruire les meubles et à abattre la toiture, tandis que la fusillade dans la ville lit deux victimes, assassinées dans leur propre maison. Dans la ville d’Apt, c’est la fabrique de l’ancien jacobin Jacques Fouque qui sert de lieu de rassemblement et de cache d’armes pour les républicains. Ceux-ci vont prêter main forte aux citoyens de Lourmarin, le 17 ventôse, pour repousser les bandes royalistes jusqu’à ce que l’arrivée de la force armée républicaine les conduise, eux aussi, à prendre le maquis.

34La violence qui désole alors toute la Provence ne se réduit pas à celle des bandes de « sabreurs royaux » qui traquent leurs adversaires, les assassinent et saccagent leurs locaux. Il y a aussi la violence de l’État car les républicains fuient non seulement ces bandes armées qui sèment la terreur, mais encore les soldats du général Willot et les mandats d’arrêt décernés contre eux par la justice républicaine, au moment où les auteurs des fameux massacres du Fort Saint-Jean à Marseille en 1795 sont acquittés par le Tribunal criminel du Gard et accueillis triomphalement par la jeunesse muscadine d’Aix-en-Provence.

35La mise hors compétition électorale des « Montagnards » en l'an V ne se réduit donc pas aux seuls Avignonnais.

  • 17 Arch. mun. d'Avignon, 1 K 9.

36Les résultats électoraux dans le canton d’Avignon témoignent d’une assez forte participation électorale, aux premiers jours du moins (27 %, contre 20 % en l’an IV et 17 % en l’an VI), mais avec de très fortes disparités selon les quartiers. Dans la moitié des assemblées, la participation peut atteindre le tiers des ayants droit de vote (émigrés non radiés compris, car la qualité des électeurs ne souffre pas de contestation dans les procès-verbaux d’Avignon) ; mais dans l’autre moitié qui concerne les quartiers sans-culottes de la ville (dont l’ancienne carrière des Juifs du Pape), elle n’atteint pas les 15 %17.

37De l’assemblée électorale, réunie à Avignon à partir du 20 germinal, retenons la lettre des électeurs du canton d’Orange jointe au procès-verbal. Rédigée le 22 germinal, jour de l’élection du député du Vaucluse, et lue le lendemain, celle-ci fait état du retour dans leurs foyers de 7 électeurs sur 8 : « Nous ne pouvions plus exercer librement nos fonctions », en raison à la fois « des signes bruyants d'improbation qu’une des tribunes de l’assemblée s’est permise de la manière la plus scandaleuse à la dernière séance » et « des insultes que nous avons essuyées dans les rues ». Bref, les « avis multipliés et confirmés par des membres même de l’assemblée nous ont aussi instruits que nos vies étaient menacées dans cette commune ».

38Dans ce contexte, les résultats électoraux ont été sans grande surprise dans le Vaucluse et l’élection d’un émigré rentré, J. Bernardy, au siège à pourvoir au Corps législatif, a été autant saluée par le commissaire Lefébure que par le député Rovère qui n’oublia pas de féliciter, aussi, le général Willot pour sa brillante campagne électorale. Après les élections, si la représentation dominante des événements d’Avignon et du Vaucluse est basée sur la totale occultation de la Terreur blanche, elle ne parvient pas à faire taire la protestation républicaine.

39Les républicains emprisonnés à Valence déposeront une plainte devant le juge de paix pour l'anonymat du libelle accusateur, paru le 13 prairial an V à Avignon, « sans date, sans nom d’imprimeur, sans signature ». Ce libelle cherchait à démontrer que la conspiration d’Avignon concernait tout le département, en s’appuyant sur la résistance de Pertuis, Lourmarin, Apt, Cadenet et autres lieux ; que « le chef des conciliabules secrets dans le Lubéron » était le fabricant de faïence Fouque, le « fameux président de la commission qui fit incendier Bédouin » et que les responsables des troubles étaient « les anarchistes » comme ceux de l’Isle-sur-Sorgue qui « conservaient religieusement de drapeau de la société populaire ». Pour les Avignonnais, il ne fait pas de doute que l’auteur de ce texte est Lefébure, commissaire du Directoire exécutif auprès du département. Dans leur deuxième lettre ouverte ou mémoire judiciaire du 3 thermidor an V, ils rappelleront l’itinéraire de ce « caméléon politique » qui, avant de s'entourer « d’une brillante jeunesse » et de « proposer d’appeler dans Avignon les bandes sanglantes de Jésus organisées dans le Haut-Comtat », était « sans fortune, sans parents, sans domicile » et, surtout, qu'il « a été choisi comme agent par le gouvernement révolutionnaire, celui de la commission populaire d’Orange, de Bédouin, etc., et adjoint à Fréron dans sa seconde mission dans le Midi ».

40Par ailleurs, dans leur pétition du 12 thermidor an V, les républicains réfugiés à Orange - vieille ville protestante et dernier bastion républicain du Vaucluse - tenteront de convaincre le général Sahuguet, nouveau commandant militaire que le discours des « honnêtes gens » ou « amis de l’humanité », relatif aux « brigands, anarchistes, terroristes etc », a fait des généraux « les instruments de leur volonté cruelle », car les « vrais amis de la liberté et des lois » ont été « égorgés, pillés et proscrits ».

41Plus originale est la procédure judiciaire contre les républicains avignonnais parce que le coup d’Etat de Fructidor n’a pas eu de conséquences immédiates. Moureau reste prévenu « d’avoir organisé, combiné et dirigé les mouvements séditieux, attroupements, révoltes contre les autorités constituées, pillages d’armes, assassinats et meurtres le 26 pluviôse ». Lui et ses amis, mis à part celui qui meurt en prison, restent donc embastillés à Valence.

  • 18 Arch. dép. Drôme, L 1768.

42Néanmoins, leur affaire est portée devant le Conseil des Cinq-Cents par l’intermédiaire du député de la Drôme, Martinel, le 19 vendémiaire an VI. Celui-ci rappelle « l’événement extraordinaire » qui eut lieu à Avignon, à l’approche des dernières élections. Tout en insistant sur le fait que plus d’une centaine de « pères de famille de la classe ouvrière ou indigente ont été jetés dans les cachots d’Avignon, qu’une quantité innombrable de proscrits ont été contraints d’aller chercher leur salut à l’Armée d’Italie, et qu’une cinquantaine d’autres sont depuis sept mois dans les fers et attendent leur procès », l’ancien conventionnel refuse de se prononcer sur la prise d’armes et se contente de présenter les deux thèses en présence : d’un côté, « la rebellion contre l'autorité constituée » et de l’autre « la résistance légitime à l’oppression et à l’assassinat ». Sa prise de parole est, certes, motivée par la pétition des républicains de Valence en faveur des Avignonnais à une époque où de nouveaux troubles royalistes, dirigés par le baron de Saint-Christol, agitent alors la Drôme et le Vaucluse sur cette frontière de catholicité qu’est depuis 1789 le Haut-Comtat face aux protestants du Dauphiné. Martinel révèle, alors, la pression exercée par les juges du tribunal criminel, « en prairial ou messidor an V », auprès de tous les députés de la Drôme pour obtenir une révision des lois sur la composition des jurys de façon à ce que le tribunal puisse choisir les jurés sur une liste générale. S’il avoue n’avoir pu imaginer que l’obstacle au jugement des prisonniers d’Avignon « venait des juges de la Drôme », il reconnaît que le tribunal était « un instrument des vengeances royales ». Suite à ses propositions relatives à la formation d’une commission pour examiner les pétitions des Avignonnais, à l’envoi d’un message au Directoire exécutif pour connaître les causes qui ont retardé leur jugement et au prompt rapport de la commission chargée de proposer une loi sur la forfaiture des juges, le Ministère de la Justice casse les jugements du Tribunal criminel de la Drôme des 30 thermidor, 16 et 18 fructidor an V, pour excès de pouvoir donnant lieu à forfaiture. Le Tribunal de cassation s’appuie, le 14 frimaire an VI, sur le décret du 16 août 1790, relatif à la séparation des instances judiciaires et administratives, et sur le Code des délits et des peines du 3 brumaire an IV, interdisant aux juges de délibérer sur les listes de jurés18. L’affaire est renvoyée au Tribunal criminel de l'Isère.

  • 19 Bibl. mun. d’Avignon, Ms 2545 et Arch. dép. Isère, L 1603.
  • 20 Nous remercions Robert Chagny pour l’aide qu'il nous a apportée sur la couverture journalistique d (...)

43Passons sur l’évasion de certains prisonniers et venons-en au procès des Avignonnais qui a lieu, à Grenoble, du 18 au 22 ventôse an VI19. Soulignons d’abord, qu’il se déroule dans le contexte général de la campagne électorale de germinal an VI et que le chef-lieu de l’Isère joue dans le Sud-Est de la France sous le Directoire un rôle comparable, quoiqu’encore trop méconnu, à celui du fief républicain de Toulouse dans le Sud-Ouest. Le journal républicain-démocrate, Le Clair-Voyant, et le Cercle constitutionnel de Grenoble font de ce procès le point d’orgue de leur campagne d’opinion20. Notons, ensuite, l'absence de plusieurs témoins, tombés comme émigrés sous le coup de la loi du 19 fructidor an V, ou simplement indisposés, et le choix des Avignonnais de prendre leur co-accusé, A. Moureau, comme avocat de la défense. Après cinq jours d’audience, aux cinq chefs d’accusation et 468 questions, les jurés ont rendu à l’unanimité un verdict d’acquittement et la remise sur le champ en liberté de tous les prévenus.

  • 21 nat., BB18 889.
  • 22 Arch. nat., AF III 265
  • 23 Arc.h. nat., AF III 217.

44En guise d'épilogue, retenons que Moureau et la quarantaine de ses amis n'ont pu participer à l’allégresse républicaine post-fructidorienne, ni à l’ouverture du Cercle constitutionnel d’Avignon en vendémiaire an VI, dont Jean-Baptiste Teste a été le secrétaire, ni à la campagne électorale dans leur département. Certes, l’arrivée à Avignon des fameux prisonniers de Valence acquittés par le tribunal de Grenoble, a été un grand événement célébré dans la rue par le peuple de gauche et dans les urnes par les électeurs républicains. Mais il convient de noter aussi que, dès son retour, A. Moureau a été convoqué par les nouvelles autorités militaires et par le nouveau commissaire du Directoire exécutif pour apprendre que d’éventuels troubles lui seraient imputés et qu’il lui était conseillé de refuser une fonction élective. Quant à Glanjaud, l'ancien commandant de la place d'Avignon, détenu au fort d’Antibes après sa mise en accusation pour arrestations arbitraires par le directeur du jury d’Avignon le 24 pluviôse an VI, il est défendu par le général de brigade Tisson, rendu lui-même à la liberté et réintégré dans son grade, dans un mémoire au Ministère de la Justice où il fait état, en ventôse, des calomnies portées contre lui depuis « six mois »21. Après les élections, le commissaire du gouvernement se lamentera du choix des électeurs dans le Vaucluse, dénoncera « l'audace du parti d’A. Moureau », le remplacement de la formule de « Haine à la royauté et à l’anarchie » par celle de « Haine à la royauté et aux thermidoriens » dans l’assemblée avignonnaise de la Liberté, présidée par X. Abraham, et le triomphe de « la faction des enthousiastes du code anarchique de 93 »22, tandis que le général Dugua, commandant en chef de la 8e division militaire, qui a fait fermer le cercle républicain de Marseille et mettre Avignon en état de siège, reconnaît la bonne volonté républicaine de Moureau qui a tenu sa promesse de ne pas se laisser nommer à la députation23. L’affaire d’Avignon montre non seulement les compromissions auxquelles s’est prêtée la classe politique républicaine et l'importance accordée au pouvoir militaire, vu le décri de la tradition du peuple en armes, mais aussi combien serait utile l’étude des campagnes électorales, au delà des résultats électoraux, dans toute la France à l’époque directoriale.

Notes

1 Voir notamment Le Moniteur et Arch. Nat., F7 7147.

2 Arch. nat., F7 3694/1.

3 Arch. nat., BB18 888.

4 Bibl. mun. d'Avignon. Ms 2510.

5 Cf. nos articles « Du club à la chambrée : la résistance républicaine en Provence pendant la terreur blanche » dans La France démocratique. Mélanges offerts à M. Agulhon. Paris, 1998, p. 207-216 ; « Peut-on parler de sociabilité méridionale sous le Directoire », dans Provence Historique, fasc. 187, janv-mars 1997, p. 95-108.

6 Lettres inédites de J.S. Rovère, membre du Conseil des Anciens, à son frère S.S. Rovère, ex-évêque constitutionnel du Vaucluse, publiées et annotées par V. Laval, Paris, 1908, p. 209.

7 Arch. dép. du Vaucluse, 1 L 231. Il ne faudrait pas conclure de l'absence de ces registres à l’apathie politique des citoyens, notamment ruraux, comme tend à le faire M. Crook dans Elections in the Frenh Revolution, Cambridge, 1997, p. 144. L'exemple de Bonnieux, dont S.S. Rovère est électeur, montre qu’une absence constatée de listes de candidats ne signifie pas faible mobilisation électorale dans le canton.

8 « Le plébiscite de l’an III en Vaucluse », dans AHRF, nov-déc., 1932, p. 506.

9 Cf. « R. Bazin et A. Moureau : deux chefs d'opinion du "parti républicain" sous le Directoire ou l'impossible oubli de la République démocratique » dans La République directoriale, Paris, 1998, p. 379-399.

10 Bibl. mun. d’Avignon, Ms 2543. Les Républicains avignonnais traduits devant le Tribunal criminel de la Drôme au Peuple français, Valence, 24 floréal et 3 thermidor an V ; Observation (anomyme) sur les derniers massacres d'Avignon du 13 prairial.

11 Bibl. mun. d'Avignon, Ms 2543.

12 Arch. nat., F7 4276.

13 Arch. dép. du Vaucluse, 1 L 221.

14 Arch. dép. du Vaucluse, 1 L 231.

15 Arch. nat., F1 CIII Bdr 1

16 Arch. dép. du Vaucluse, 1 L 220.

17 Arch. mun. d'Avignon, 1 K 9.

18 Arch. dép. Drôme, L 1768.

19 Bibl. mun. d’Avignon, Ms 2545 et Arch. dép. Isère, L 1603.

20 Nous remercions Robert Chagny pour l’aide qu'il nous a apportée sur la couverture journalistique du procès par le Clair-Voyant du 24 nivôse au 30 ventôse an VI.

21 nat., BB18 889.

22 Arch. nat., AF III 265

23 Arc.h. nat., AF III 217.

Auteur

Université de Provence

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540