Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 1. Le lien politique local dans la Grande Nation

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet

État des questions et perspectives initiales

Les comportements politiques sous le Directoire en France du Nord-Ouest : des perspectives partielles et contradictoires

Jean-Pierre Jessenne

Texte intégral

  • 1 L'opportunité m’est ici donnée d'insister sur le fait que la conception et la préparation de ces t (...)

1Mon intervention, venant après le bilan historiographique de Bernard Gainot et avant une autre communication liminaire, poursuivra un double objectif. Il s’agira d’abord de préciser les orientations que les organisateurs des tables rondes ont voulu donner à nos travaux en les intitulant : « Du Directoire au début du Consulat : le lien social et politique local dans la Grande Nation ». En même temps, et alors que notre appel à communication déclarait d’emblée : « une attention particulière sera portée aux modes différenciés ou convergents selon lesquels se dessinent les évolutions régionales en fonction d’antécédents révolutionnaires différents », je tenterai de fixer quelques traits saillants des situations de la France septentrionale entre Seine et Flandres tout en soulignant les difficultés que soulève un tel bilan. J’ajoute que dans ces quelques pages, abusant du statut particulier « d’organisateur-introducteur »1, j’assemblerai tantôt des suggestions, tantôt des questions plutôt que je ne proposerai un texte tout à fait rédigé et achevé.

Une réflexion en termes de lien social et politique local appliquée au Directoire ?

Quelques propositions générales

2Les formules qui deviennent à la mode sont souvent galvaudées ; certaines gardent pourtant une portée heuristique irremplaçable et le concept de lien social en fait partie. Comment en effet ne pas considérer la question « qu’est-ce qui fait qu’une société tient ensemble ? » comme centrale dans les interrogations historiques. J’y associe explicitement le dérivé « lien politique » pour mettre l’accent sur une dimension qui mérite une réflexion spécifique, mais non isolée : par quels processus une communauté politique se construit-elle ou se disloque-t-elle ? Pourquoi les membres de cette communauté reconnaissent-ils ou rejettent-ils des règles, une hiérarchie et une autorité communes ?

  • 2 Sans multiplier les références citons notamment les actes de deux colloques significatifs : Les pr (...)

3L’ensemble de la période révolutionnaire constitue à cet égard un laboratoire exceptionnel. Mais le moment directorial et la rupture de Brumaire y occupent une place singulière. Celle-ci tient évidemment à l’enjeu global de la consolidation ou de la liquidation des acquis révolutionnaires, enjeu qui revêt de très nombreuses dimensions ; je ne retiendrai donc que celles qui se rattachent à nos préoccupations circonscrites par les deux notions qui nous servent de titre assorties du qualificatif « local ». Elles s’inscrivent d’abord dans une approche générale du Politique que nous sommes nombreux à avoir envisagée depuis quelques années, c’est-à-dire une conception en quelque sorte « décentrée et démultipliée »2 ; il ne s’agit pas d’examiner la portée des luttes politiques ouvertes en fonction des seules orientations nationalement définies, mais d'associer tous les niveaux de choix en matière d'affaires publiques. En second lieu, la démarche proposée conduit au refus d’une parcellisation des enjeux du pouvoir et inclut dans la dynamique collective les ingrédients aussi bien culturels que sociaux, institutionnels qu'économiques - même si des questions d’organisation ont conduit à repousser à une seconde rencontre l’étude particulière de certains aspects.

4Cette démarche, appliquée à la période directoriale, conduit donc à réexaminer à la fois la portée expérimentale du régime directorial et les causes de son instabilité, puis de sa mise en échec finale. Elle me semble devoir induire l’étude croisée de trois processus imbriqués, mais distincts : les engagements de type partisan en faveur d’options générales envahissent les luttes politiques en se concentrant sur la dichotomie républicains/royalistes ; le jeu du pouvoir local, notamment au village, est largement influencé à la fois par la conjonction du retour d’hégémonies ou de convictions traditionnelles avec des clivages récents et par la réorganisation territoriale de la République ; celle-ci joue aussi un rôle dans l’intégration des citoyens à l’État-Nation, troisième processus lui-même modifié par la dimension nouvelle prise par la guerre dans le cadre de la Grande Nation.

5Notre perspective à partir de ces trois observations, et pour cette étape valenciennoise de nos rencontres, est donc d’essayer de répondre à deux questions que je me permettrai de rappeler : Comment se nouent, dans la vie collective concrète, à l’échelle des villes et des villages, les engagements et les refus politiques des citoyens ? Comment s’opère la greffe des institutions directoriales, territoriales ou autres ? Leur caractère largement original s’avère-t-il une source de difficultés ?

6L’importance de cette question territoriale et la place qu'elle doit occuper dans nos débats justifient que nous nous y arrêtions un peu plus spécifiquement.

Le pari territorial du Directoire

  • 3 Voir notamment F. Gauthier, Triomphe et mort du droit naturel en Révolution, Paris, PUF, 1992.

7Le débat est ouvert sur les rapports entre les conceptions des droits de l’homme en 1789 et en 17953 ; un autre sur les conceptions de l’organisation nationale des collectivités territoriales aux deux dates mérite aussi l’attention. Au-delà de la commune inspiration par « l'éga-unité », les Thermidoriens s’éloignent, me semble-t-il, fondamentalement du mode de co-administration envisagé par les Constituants de 1789 en officialisant, dans la Constitution de l’an III, l’expérience de liens politiques que je qualifierai de surimposés, par la centralisation entre autres moyens. En effet, le souci de pallier les défauts auxquels est imputée l’impossibilité de consolider la Révolution les conduit à des inflexions dans les dispositions civiques et plus encore territoriales - inflexions qui prouvent d’ailleurs, s’il en était besoin, que les acteurs constitutionnels accordent effectivement un rôle crucial aux collectivités locales dans la construction nationale.

  • 4 Pour un exposé plus précis de ces dispositions constitutionnelles et des différences selon les loc (...)
  • 5 Le Moniteur, 22 messidor an III, t. XXV, p. 168.
  • 6 Le Moniteur, idem, p. 170.
  • 7 Le Moniteur, 22 messidor an III, t. XXV, p. 246.
  • 8 G. Fournier, op. cit„ 1994, t. 2, p. 146.

8Comme en 1789, on observe un parallélisme évident entre la structure de ces collectivités et le mode de suffrage. Sur ce second point, on le sait, la version remaniée du système censitaire, promue par la Constitution directoriale, instaure une citoyenneté presque universelle pour les hommes sédentaires de plus de 21 ans, mais elle introduit une restriction drastique de l’accès aux fonctions ; la pyramide de citoyenneté prend ainsi une forme singulièrement discontinue avec une base très large et un rétrécissement brutal dès qu’est franchi le second degré des responsabilités publiques4. En symétrie avec cette disposition, l’agencement du dispositif territorial obéit à la volonté de verrouiller le lien politique entre les différents niveaux de l’État. Le déplacement du point nodal de l’administration territoriale aux municipalités cantonales constitue à cet égard une décision primordiale en l’an III. Trois intentions justifient cette disposition. La première est dictée par la volonté thermidorienne de limiter l’influence jacobine en supprimant l'une des instances, les administrations de districts, où elle s’était manifestée avec force. La seconde intention relève des débats qui ont parcouru les projections sur la circonscription idéale et qui ont été si vifs en 1789 ; les Thermidoriens osent la solution qui apparaissait déjà comme la plus rationnelle à bon nombre de Constituants, mais que ceux-ci n’avaient pas reprise pour ménager les traditions communautaires, celle de 5 400 collectivités établies sur un territoire intermédiaire entre les communes et le département et ne correspondant à aucune communauté préexistante. Mais ces deux intentions sont inséparables d’une troisième qui est en rupture manifeste avec les choix de 1789 : il s'agit d’instaurer un rapport d’autorité exclusivement descendant entre le gouvernement central et toutes les collectivités locales au nom de l'efficacité et de l’ordre. En justifiant ces dispositions, Boissy d’Anglas, rapporteur de la Constitution de l’an III, énonce clairement les priorités ; il justifie d'abord la substitution des municipalités cantonales aux communales en désignant celles-ci comme « une immensité d’administrations agissant en même temps trop souvent dans des directions opposées et le plus souvent sans subordination »5 ; plus tard, il évoque la volonté des Constituants de contrebalancer la puissance des départements par les districts et il l’oppose à l’inutilité des corps intermédiaires dans la mesure où le risque de recomposition des féodalités n’est plus d’actualité ; il conclut enfin : « Je le répète, ce n’est pas seulement le besoin de l’économie qui nous a déterminés, mais la nécessité de supprimer des rouages inutiles, des corps dangereux et de donner à l'administration une marche plus rapide »6. La suppression des municipalités communales n’est donc pas seulement un changement d’échelle territoriale, c’est aussi l’officialisation constitutionnelle du renoncement à l’autonomie administrative des communes, renoncement jusqu'alors seulement légalisé dans le contexte du gouvernement révolutionnaire ; La Révellière annonce clairement que les collectivités locales auront pour seules fonctions l’exécution des décisions gouvernementales : « En effet dans une république dont vous consacrez l’unité, chaque homme qui remplit une fonction publique, même locale, n’est l’agent ni de la commune, ni du canton, ni du département : il est celui de toute la République, chargé de verser dans tel arrondissement déterminé, telle portion déterminée de l’autorité nationale »7. Comme le relève justement Georges Fournier, la Constitution de l’an III s’avère « dès sa formulation, l’amorce d’un système plus fondamentalement centralisateur que celui de l’an II »8. Ces orientations, pour engagées qu’elles soient vers l’instauration d’un lien politique surimposé, parient néanmoins sur la possibilité d’associer des logiques contradictoires.

  • 9 Cité par G. Fournier, idem, p. 138.

9Ces rappels permettent d’affiner le questionnement sur les points névralgiques où peuvent se produire les dysfonctionnements du système territorial du Directoire. La préférence accordée à l’échelle cantonale est assortie de la reconnaissance d’un réalité communautaire villageoise puisque les agents municipaux ont justement une assise communale. N’est-ce pas l'aveu d’une hésitation sur la conformité du cadre cantonal aux références communautaires des citoyens ? N’y a-t-il pas, de prime abord, un risque d’incompatibilité entre une logique communale reconnue, mais minimisée, et une logique cantonale valorisée mais peu crédibilisée ? Le risque est d’autant plus important que la juxtaposition, au sein des collectivités territoriales, de responsables élus et nommés constitue un autre pari. Les agents municipaux élus se trouvent en effet supervisés, dans le cadre de chaque municipalité cantonale, par un commissaire, nommé et révoqué par le Directoire exécutif (article 191) ; il « surveille et requiert l’exécution des lois ». Daunou signale d’ailleurs qu’il eût été possible d’aller plus loin : « Peut-être que, dans la rigueur des principes, il faudrait attribuer au Directoire exécutif le choix de tous les administrateurs locaux qui ne sont en effet que ses agents [...]. Cependant par respect pour les habitudes consacrées durant la Révolution, nous nous sommes bornés à demander pour le gouvernement, la nomination d'un seul fonctionnaire »9 ; n’est-ce pas avouer implicitement que le libre choix des administrateurs locaux par les citoyens est désormais illusoire ? La concession aux habitudes n'ouvre-t-elle pas la voie aux affrontements entre des autorités se réclamant de deux légitimités différentes ?

10Reste à partir de ces interrogations à étudier comment elles s’entrecroisent avec celles plus globales formulées précédemment. En fait, en l’état de la recherche, les matériaux pour répondre à ces questions en France du Nord s’avèrent très disparates et sujets à des révisions critiques que ces tables rondes devraient alimenter.

Des recherches aux documents, les moyens et les biais d’un profil politique régional

11Je voudrais associer, dans ce point de passage historiographique et méthodologique, état de la recherche et retour quasi élémentaire sur les problèmes soulevés par l’exploitation de documents caractéristiques de la période directoriale.

La vision de la France septentrionale dans l'histoire politique et l'historiographie régionale

12Cet état des lieux s’essaie à englober non seulement la région du Nord actuelle mais aussi une France du Nord-Ouest entre Seine et Flandre étendue à la Haute-Normandie et à la Picardie. Ce découpage a évidemment une part d'artificiel - et de préoccupations personnelles - il a aussi une certaine logique eu égard au profil général de cet ensemble : densité de population, fort semis de petites communes rurales et villes plutôt nombreuses, haut niveau d’alphabétisation, situation stratégique entre Paris et frontières, etc.

  • 10 M. Vovelle, op. cit., 1993.
  • 11 Idem, p. 329 ; M. Vovelle inclut dans cette aire, en distinguant plusieurs sous-ensembles : les pla (...)

13Mais plus précisément, cette aire régionale est l'objet d’appréciations assez convergentes dans des travaux nationaux récents sur la géopolitique révolutionnaire et les héritages qui façonnent les comportements directoriaux. J’en prendrai deux exemples en commençant par la tentative la plus méthodique de cartographie des comportements politiques révolutionnaires, celle de Michel Vovelle, publiée sous le titre La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française10. Quelles que soient les limites de l’entreprise que l’auteur lui-même souligne, elle a au moins le mérite de constituer le premier essai de « spatialisation » départementale - c’est d’ailleurs l’un des biais - d une série d’indices des comportements collectifs. On sait qu’après une impressionnante série de cartes analytiques, Michel Vovelle finit par « battre les cartes », c’est-à-dire par établir un jeu de corrélations entre huit critères fondamentaux et deux questions-clefs : Quelle est l’intensité de la prise de parole dans les départements ? Quelle est la géographie d’une France de droite et d’une France de gauche ? Finalement, en appliquant une méthode de hiérarchisation des critères, l’auteur aboutit à distinguer une douzaine de France parmi lesquelles « La France de l’ordre des plaines de grande culture »11. Je ne puis revenir sur toutes les nuances du diagnostic mais je retiens surtout la formule : « Monde du conformisme, du profil bas... » et, plus loin, « les votes significatifs qui permettent de classer à droite ou à gauche ces ensembles territoriaux penchent constamment à droite de 1792 à 1798 et le parti de l’ordre y trouve en l’an III son terrain d'élection ». La recherche singulièrement stimulante de Michel Vovelle nous pose, pour résumer, deux questions : est-on fondé à dépasser la description pointilliste ou à l’inverse très générale des comportements politiques pour valider l’existence d’un profil « France du Nord-Ouest » associant un conformisme d’intégration à l’État-nation et des manifestations ponctuelles d’activisme politique énergique ? En ce domaine la période directoriale donne-t-elle lieu à des fixations spécifiques sous forme d'enracinement conservateur, mais non contre-révolutionnaire ?

  • 12 Op. cit., p. 318.
  • 13 Sur ce point on se reportera aux titres déjà cités et à la tentative de bilan sur les comportement (...)

14Une seconde œuvre significative des recherches récentes livre des réflexions utilement complémentaires. Dans les actes du colloque Les pratiques politiques en province à l'époque de la Révolution française, un débat engagé après la communication de Colin Lucas, « Le jeu du pouvoir local sous le Directoire »12, tend à opposer une France méridionale « hyper-conflictuelle » à une autre, grosso modo septentrionale, où les antagonismes politiques et les troubles seraient plutôt atténués après l’an III. À ces perspectives, Roger Dupuy suggérait de substituer une lecture plus complexe avec au moins un troisième faciès : « une espèce de monarchisme modéré ». En effet, alors que les enseignements de l’histoire récente de la période révolutionnaire tendraient plutôt à nuancer la typologie des engagements politiques13, ne convient-il pas, pour la période directoriale de rechercher aussi la diversité des attitudes ? Mais comment alors échapper à l’éparpillement ?

15L’historiographie régionale permet-elle d’étayer les diagnostics et de répondre aux questions ? En fait, les travaux contemporains, repris pour l’essentiel en annexe 1 suggèrent trois séries de remarques.

  • 14 Voir à propos de cette situation historiographique, outre la communication de Bernard Gainot dans (...)

16D’abord, on peut relever que les travaux spécifiques sur la période directoriale en France du Nord sont étonnamment limités : ce n’est pas un problème de sources ; certes on ne trouve pas partout l'éventail des principales séries utilisables, les fonds des municipalités de canton notamment sont lacunaires dans le Nord et l'Aisne surtout, mais rares sont les secteurs où le croisement des fonds de différentes instances ne permette pas des investigations. Donc il s'agit bien plutôt d’un problème de discrédit de la période et de désintérêt longtemps manifesté par les chercheurs14 ; impression confirmée d’ailleurs par le fait qu’en parcourant les nombreuses monographies et les éludes thématiques ou biographiques sur l’ensemble de la période révolutionnaire, on constate que l’épisode directorial est en général rapidement survolé.

  • 15 Pour l'ensemble de ces références régionales reprises dans l’annexe 1, les notes renvoient à cette (...)
  • 16 Efforts qui ont notamment abouti au numéro spécial des Annales historiques compiégnoises intitulé (...)

17Si nous considérons dans un second temps les modes d’approches privilégiés par ces travaux spécifiques, nous observons des traits significatifs. À l’inverse des autres moments révolutionnaires, le Directoire n’a guère suscité de monographies tentant d’embrasser tous les aspects de la période dans une aire géographique donnée ; l'ouvrage de Georges Sangnier, sur le district de Saint-Pol, paru en 1946, est quasiment le seul à avoir pratiqué cette démarche15. Quelques articles et maîtrises ont abordé la vie politique sous ses divers aspects, surtout sous l’angle de « l’esprit public », terme un peu daté et équivoque puisque davantage pris dans l’acception neutre de « comportements et opinion politique » - que dans le sens républicain d’attitude citoyenne de soutien au régime. Les contributions les plus nombreuses envisagent un aspect des comportements collectifs. Trois faiblesses sautent aux yeux : le déficit en matière d’étude sociale est criant ; la couverture géographique demeure très partielle et inégale, la région picarde restant très mal connue malgré les efforts de Jacques Bernet16 ; la prédominance des études sectorielles laisse deviner une tendance à privilégier les aspects les plus spectaculaires des sources les plus accessibles.

  • 17 F. Wartelle, articles cités, 1983 et 1985.
  • 18 G. Lemarchand, article cité, 1987 ; Comité régional d’histoire de la Révolution (Collectif), La Ré (...)

18Ainsi la tendance lourde des clichés sur la période entre paroxysme révolutionnaire et Consulat rejoint les faiblesses de la recherche et les pentes méthodologiques pour mettre l'accent sur les thèmes du désordre, de la désaffection de l’opinion publique à l’égard de la République et finalement de l’impuissance du régime. Parmi les publications récentes, rares sont les travaux un peu synthétiques qui s’attachent à des approches plus complexes en termes de recomposition des forces et des manifestations de l’opinion publique ; il faut donc noter l’intérêt particulier des articles de François Wartelle sur le Pas-de-Calais17, de l’article de Guy Lemarchand sur « l'impossible contre-révolution » du pays de Caux et du chapitre que Gérard Hurpin consacre au Directoire dans La Révolution en Haute-Normandie18.

19Cet état de la recherche passablement fructueux suggère quelques interrogations de méthode qu’illustre le recours à des documents significatifs des sources les plus utilisées.

Rapports et luttes de pouvoir : la construction du politique

20La majeure partie de l’historiographie est fondée sur l’exploitation des innombrables rapports politiques qu’a suscité la situation locale de l’an III à l’an VIII et qu’a nourri plus particulièrement l'activité des commissaires. Bizarrement ces textes ont peu donné lieu au regard critique dont les historiens se font une spécialité. Je propose trois exemples de natures différentes (annexe 2). Les décalages entre eux méritent l’attention autant que leurs contenus.

  • 19 L. Jacob, « Un ami de Robespierre, Buissart d'Arras », Revue du Nord, 1934, p. 277-294.

21Le premier, la lettre d’Antoine Buissart, du 24 messidor an V (12 juillet 97) à Carnot tout juste élu directeur, n’est pas un rapport officiel, mais une sorte de service personnel rendu à un ex-condisciple de l’Académie d’Arras, par un thermidorien de province sans fonction de premier plan, mais un temps ballotté entre sa vieille amitié pour les Robespierre et son ralliement à Guffroy quand celui-ci mena campagne contre Joseph Lebon, puis Robespierre19. Ce républicain directorial, un peu incertain mais sûrement proche des positions de Carnot, dresse un tableau politique nuancé à la fois doublement dichotomique et notoirement diffracté. En effet il revient à plusieurs reprises sur l’opposition entre campagnes et villes tout en structurant immédiatement son tableau autour de l'opposition entre royalistes et anarchistes, c’est-à-dire ex-montagnards. Mais, ses descriptions de détail insistent toujours sur la complexité des divisions, sur le décalage entre des meneurs ou comploteurs et la masse, sur l’interférence de préjugés, de clientélismes ou de divers affrontements symboliques, à propos des fêtes par exemple. Son rêve politique est donc de jouer les « intermédiaires » pour rassembler les « véritables citoyens » ou les « honnêtes républicains ». En même temps, il insiste sur quatre données rurales qui concernent tout à fait directement notre propos : l’influence du « fanatisme » par lequel il désigne évidemment le catholicisme romain ; la gravité de la désertion ; les difficultés du maintien de l’ordre ; la carence républicaine des agents municipaux et des juges de paix des cantons ruraux. Le tableau, lucide et équilibré, pèse cet amalgame, complexe et passionnant pour l’historien, d’engagement politique partisan ou militant et d’attitudes publiques d'acceptation, de mauvais gré et de refus pouvant aller jusqu’à l’adhésion aux manifestations de rejet du régime. Le contraste par rapport aux deux autres textes saute aux yeux.

22Il s’agit de très communs exemples de rapports de commissaires l'un départemental, dans le Nord, à la fin de thermidor et au début de fructidor an V, l’autre cantonal de germinal an VI, en Seine-Inférieure. Sans entrer dans le détail des analyses, on peut relever la même démarche de désignation des adversaires politiques comme des jouets ou des acteurs d’un vaste complot antirépublicain orchestré par les prêtres réfractaires, les émigrés rentrés, les royalistes, autrement dit « la ménagerie des animaux ennemis de la République », décrite par le commissaire de Forges-les-Eaux à la manière d’une scène infernale. Dans les deux textes, le but recherché est la légitimation d’un recours à la violence d’État au nom de la République à sauver autant que l’auto-justification des commissaires eux-mêmes.

23À la lumière de ces exemples, on voit à quel point, les rapports, trop souvent pris comme sources au premier degré, participent directement de l’action politique. Ils transfèrent la dynamique politique générale dans les collectivités locales en radicalisant les antagonismes. Ils rendent difficile pour l'historien la nécessaire différenciation entre le compte rendu vraisemblable et la reconstruction politique plus ou moins manipulatrice. En tout cas, ils rendent absolument illusoire l’histoire souvent pratiquée à partir de la simple juxtaposition des rapports locaux plus ou moins mis en relation avec l’histoire générale. Sur la base de ces observations, on peut tenter d’esquisser quelques lignes de force d’un profil régional et surtout les problèmes qu’il soulève.

Surpolitisation, involution et intégration nationales après l’an III : l’état contradictoire du lien politique en France du Nord-Ouest

24Alors que l’historiographie a mis l’accent sur l’instabilité et le désordre, j’insisterai plutôt sur la situation politique fondamentalement contradictoire dans la République directoriale. La déchirure du lien politique territorial ne cesse de s’aggraver, mais la dramatisation des enjeux politiques peut être considérée à la fois comme un échec et comme une forme d’intégration nationale.

Le fractionnement de l’autorité et du système territorial de l’an IV à l’an VIII

  • 20 Au sens défini par Pierre Gremion, de difficulté à faire transiter l’autorité et les décisions d'u (...)

25Il constitue une des faiblesses majeures de la République directoriale par perte de conductibilité du système de pouvoirs20. Il s’agit donc de repérer où se situent les cassures qui freinent ou interdisent cette conductibilité, mais là où les recherches isolent souvent un maillon, j’insisterai plutôt sur la multiplicité des articulations névralgiques sans aller bien au-delà de l’énumération et du diagnostic sommaire. On peut essentiellement distinguer quatre types de points sensibles.

26Dans le système territorial, ceux-ci correspondent aux différents niveaux de l’organisation :

  • État central / Administrations départementales / Commissaires : quelques études suggèrent que le fonctionnement est plutôt assuré21.
  • Institutions départementales / Municipalités cantonales / commissaires cantonaux : les travaux sont rares et ne relèvent pas de problèmes spectaculaires.
  • Autorités supérieures / Municipalités cantonales / Communes : les disjonctions sont avérées dans l’ensemble des campagnes de la région, mais au-delà des incantations cent fois répétées (voir l’exemple du texte : annexe 2), il conviendrait de réfléchir plus avant sur la nature du dysfonctionnement : quel part faut-il faire au « décrochage » entre les communautés de vie, les communautés villageoises notamment, et les instances cantonales nouvellement créées22, à l’engagement politique explicitement anti-républicain ou au processus de reconquête du pouvoir local par des notables restaurés dans leur hégémonie et dans leur rôle d'intermédiaires ? Il est probable qu’en l’an IV et en l’an V les motifs s’entremêlent. En revanche après Fructidor, la perception du phénomène par les autorités républicaines confirmées ou réinstallées s’unifie. L’admonestation de Coffin, nouveau commissaire du Directoire, à l’administration du département du Pas-de-Calais, le 29 vendémiaire an VI (20 octobre 1797), laisse paraître clairement le renforcement des exigences directoriales à l’égard des agents municipaux et le retour à une politique de contrainte à l’égard des collectivités locales : « Administrateurs municipaux restés en fonction, vous qui n’êtes pas tout à fait le fruit de l’intrigue et de la contre-révolution, vous qui pour la plupart avez ouvertement protégé les implacables ennemis de la république, qui avez bassement suivi le plan des conspirateurs royaux, je suis sur vos pas, je ne vous abandonnerai qu’après vous avoir fait déposer l’écharpe que vous êtes indignes de porter. Mais vous républicains estimables, agents municipaux qui avez vainement lutté contre vos collègues pour assurer l’exécution des lois [...], recevez le tribut de reconnaissance que vous doit le gouvernement ; vos concitoyens, revenus bientôt de leurs erreurs, vous rendront la justice que vous méritez »23. Les menaces sont traduites dans une tentative pour remplacer massivement les personnels municipaux qu’on observe dans toute la France du Nord. Par exemple, plus de la moitié des agents dans 43 cantons du Pas-de-Calais sont démis à l’automne 179724 ; les proportions sont assez proches en Seine-Inférieure25. Le coup d’État municipal prolonge donc bien l’épreuve de force contre les assemblées et les directeurs. À défaut d’étude circonstanciée de ce processus, on pressent que ce sont les rapports des commissaires qui dictent la sévérité de l'épuration, ce qui ne peut que favoriser le décrochage entre la situation locale des pouvoirs et les orientations imposées par les courtiers du nouvel exécutif. Très vite les limites de leur marge de manœuvre se manifestent par l’impossibilité de pourvoir les postes. En effet, les commissaires tentent de recruter un personnel largement différent de celui installé par les élections de l’an IV et de l’an V. Mais étonnamment nombreux sont les villageois de toutes professions et d’itinéraires politiques différents qui refusent l’exercice des fonctions ; on trouve des exemples dans tous les départements concernés. Dès lors la thrombose entre l’État directorial et les communautés villageoises semble se généraliser. En revanche le problème ne se pose pas dans les mêmes termes dans les cantons urbains puisqu’il n’y a pas dédoublement de la collectivité territoriale et la situation renvoie davantage au contexte politique évoqué plus loin. Pour les autres types de difficultés soulevées par le système d’autorité, je me borne ici à une énumération.

27Autorités élues / autorités nommées d’une part, autorités administratives / autorités judiciaires d’autre part : l’état actuel des recherches ne permet guère de repérer une forte influence des conflits de ce type (contrairement au Midi par exemple).

  • 26 Par exemple X. Starczewski montre qu’au sud du secteur de Lille les levées spécifiques pour les co (...)

28Autorités / agents d’exécution : le problème n’est pas souvent commenté et pourtant, il est signalé dans la quasi totalité des monographies ou des études sur « l’esprit public ». La difficulté à recruter des gardes champêtres, à mobiliser les gardes nationales ou à constituer les colonnes mobiles mériterait sûrement une ample réévaluation26.

29Mais il est évident que le fonctionnement de l’appareil d'État est indissociable d’un problème politique plus global qui confère à l'apparence de troubles stériles une portée qui n’est pas seulement circonstancielle.

Un problème politique d’État autant que de « partis »

30L’obstacle essentiel que rencontre le régime directorial dans la constitution d’une légitimité qui, en s’enracinant dans les provinces, aurait permis de restaurer ou d’instaurer un lien politique fort, réside fondamentalement dans le fait que l’État républicain en arrive à exercer des fonctions qui sont vécues comme totalement paradoxales par les citoyens, car il s’avère à la fois omniprésent et absent.

  • 27 G. Sangnier, op. cit., 1946, t. 2, p. 57 à 66.
  • 28 Par exemple dans le canton de La Bassée, au sud de Lille, le taux de couverture des réquisitions e (...)

31D’un côté, le gouvernement directorial multiplie les requêtes susceptibles de favoriser les attitudes de mauvais gré. Trois exemples particulièrement significatifs au Nord pourraient être développés : le prélèvement des chevaux à propos duquel la remarquable étude de Georges Sangnier sur le district de Saint-Pol montre que les exigences écrasantes du Directoire constituent une des raisons majeures du mécontentement paysan27 ; la conscription sur laquelle il y a convergence des études locales pour signaler le caractère massif des refus28 ; les contraintes religieuses encore sur lesquels nous reviendrons ultérieurement.

  • 29 Voir notamment, S. Bourgoin, mémoire cité, 1987 et B, Grissolange, op. cit., 1997.

32Par ailleurs, l’État régulateur et protecteur s’est effacé au nom du libéralisme économique ou s’avère défaillant par incapacité, notamment liée à la dislocation territoriale évoquée précédemment. Sur le premier plan, qui sera plutôt développé, dans la table ronde de 1999, on peut juste observer le déploiement de logiques contradictoires : d’une part, en matière de ravitaillement, le morcellement des échanges qui conduit les villes à lutter entre elles pour se réserver l’accès aux zones d'approvisionnement, ont indéniablement pour effet de conférer aux communautés locales un rôle accru de nature à entretenir une sorte de « communalisme économique », d’autre part en ce qui concerne la décisive question des biens nationaux, la législation de l’an III non seulement revient pour l’essentiel aux dispositions de 1790, mais transfère aussi aux administrations départementales la responsabilité des ventes ce qui éloigne les décisions des citoyens les plus directement intéressés. L’investissement des citoyens dans les collectivités territoriales officielles ne peut que pâtir de cette situation. Sur le second plan, la difficulté du maintien de l’ordre public est cruciale. Le problème du brigandage est certainement l’un des plus ressentis en France septentrionale et ou observe une aire d’action des chauffeurs qui coïncide assez étonnamment avec le territoire que je prends en référence29.

33Finalement l'opinion publique semble osciller entre une attente insatisfaite et un détachement désabusé qui aboutissent d’une part à chercher des solutions locales aux problèmes collectifs, d’autre part à des comportements politiques paradoxaux qui se manifestent notamment dans les comportements électoraux.

  • 30 C. Desailey, Les comportements politiques dans le canton de Marchiennes de Thermidor à Brumaire, m (...)
  • 31 105 votants sur 338 à Ecoust-St-Mein, 72 sur 156 à Achiet (J.-P. Jessenne, op. cit., 1987, p, 111)
  • 32 J.-P. Jessenne, op. cit., 1987, p. 111.
  • 33 G. Hurpin, op. cit., 1988, p. 149.
  • 34 Exemple de Somain en l’an VII étudié par C. Desailly, mémoire cité. 1989, p. 133.
  • 35 S. Bessada, mémoire cité. 1989, 2e partie.

34Les études électorales, encore rares pour nos régions et pour cette période, indiquent tantôt une tendance manifeste à la désaffection, tantôt une participation exceptionnelle, bon indice de ce mélange de « surpolitisation » et d’involution nationale que j’évoquais. Par exemple, nous disposons de résultats relativement suivis pour les élections des agents municipaux et de leurs adjoints dans le canton de Marchiennes (Nord) : la participation est de 34 % en l’an IV et s’élève à 56 % en l’an V30 ; ce taux de participation, en nette reprise par rapport aux résultats observés après 1790, semble confirmé pour quelques élections locales étudiées dans le Pas-de-Calais31. En revanche, la participation aux assemblées primaires de germinal an V (mars 1797) s’avère très faible dans le Pas-de-Calais où elle ne dépasse pas 13 % des citoyens actifs32 alors qu’elle s’élève encore à 31 % en Seine-Inférieure33. Mais, après Fructidor, la tendance à la baisse de participation s’étend, y compris à l’élection des agents ; en Seine-inférieure, certaines communes refusent de se réunir pour le vote et la moyenne départementale atteint à peine 18 % en l'an VI, 10 % en l’an VII. Toutefois, dans certaines localités, à l’occasion d’affaires particulièrement conflictuelles, on peut observer de brusques regains de mobilisation34 ; on sait que ces phénomènes sont très communs dans les villes. La pratique des scissions dans les assemblées de deuxième degré, très inégalement étudiée dans la région, en tout cas bien inventoriée en Seine-Inférieure montre par ailleurs la permanence de partisans des différents camps en présence et donc l’absence d’une apathie politique globale, mais, évidemment elles ne contribuent nullement à légitimer les « élus »35.

35Ainsi, quoique les études soient encore trop dispersées et ponctuelles pour qu’on puisse oser un bilan solide de la participation en France septentrionale, aucun indice ne va, pour l’instant, dans le sens des analyses de Malcolm Crook ou Georges Fournier qui montrent une montée en puissance assez générale de cette participation dans le Sud. Pourtant, il est des situations, notamment urbaines, mais pas exclusivement, qui inclinent à écarter l’hypothèse d’un désintérêt universel pour les affaires publiques et le vote.

36Décidément, autant le caractère partiel et géographiquement inégal des recherches que le rapprochement de celles qui sont disponibles inclinent à un diagnostic qui écarte les appréciations sommaires et univoques. Il semble difficile de parler d’une France du conservatisme ou de l'ordre autant que de départements du désordre généralisé et de la défaillance universelle de l’État. Il n’est guère plus satisfaisant de parler de royalisme modéré que d’attachement républicain fervent. C’est bien plutôt l’éclatement des attentes, des comportements et au total du lien politique qui caractérise la situation de régions qui s’étaient fortement coulées dans les structures politiques de l’État-Nation en 1789.

37En fait, les raisons de cette déchirure sont très diverses : le déficit de légitimité du Directoire lié aux pratiques électorales et à des exigences étatiques pesantes croise, dans des campagnes, les disjonctions entre le système des pouvoirs et les communautés de vie d’un côté, les collectivités territoriales et les autorités publiques de l’autre ; plus ou moins intensément selon les localités, mais dans les villes surtout, le fractionnement en noyaux politiques antagonistes rend impossible une acceptation minimale des règles politiques. Chaque groupe ou chaque communauté prétend faire prévaloir son ordre, situation qui ne signifie pas désintérêt pour les affaires publiques mais qui s’avère évidemment incompatible avec un minimum de consensus sur le régime post-révolutionnaire.

38Deux questions fondamentales demeurent ainsi posées : comment la fin de Révolution peut-elle s'opérer en intégrant à l’État-Nation individus, communautés diverses, classes sociales divisés par des intérêts et des visions de la collectivité plus parcellisés voire antagonistes que jamais ? Comment l’État peut-il rétablir une légitimité, une autorité et une organisation territoriale qui concilient inévitables exigences et aspiration générale à profiter des droits conquis ?

39Avant de consacrer une table ronde à la manière dont se mettra en place la solution brumairienne, il reste beaucoup à découvrir sur les facettes multiples de cette période à la fois transitoire et formidablement expérimentale.

***

Annexes

Annexe 1 : Travaux contemporains portant spécifiquement sur la période directoriale en France du Nord-Ouest

AMELINE Claude, Les troubles populaires en Seine-Inférieure sous le Directoire, Université de Rouen, Maîtrise, 1990, dir. G. Lemarchand.

Annales historiques compiégnoises, « Le Directoire dans l’Oise », no 65-66, automne 1996. BESSADA Sylvie, Les élections en Seine-Inférieure de l'an V à l’an VII,, Université de Rouen, Maîtrise, 1989, dir. P. Goujard, C. Mazauric.

BOURGOIN S., Bandes de brigands et banditisme en Seine-inférieure sous le premier Directoire, Université de Rouen, Maîtrise, 1987, dir. C. Mazauric.

DESAILLY Christine, Les comportements politiques dans le canton de Marchiennes de Thermidor à Brumaire, Université de Lille 3, 1989, Maîtrise, dir. A. Lottin en collaboration avec J.-P. Jessenne.

DESCAMPS Pierre, « La contre-révolution dans le pays de Weppes en l'an III », dans Le tournant de l'an III, CTHS, 1997, p. 313-325.

DEVIGUERIE Jean, « Aspects de la déchristianisation dans le département du Nord sous le Directoire », dans A. Lottin (éd.), Église, vie religieuse et Révolution dans la France du Nord, Lille 3-CHRN, 1990, p. 107-121.

DUBOIS G., « Les résistances à la conscription et les appels royalistes à la désertion dans la Seine-Inférieure sous le Directoire », dans Bull. Soc. libre d'émulation de la Seine-Inférieure, 1935, p. 199-264.

EUDE M., « Esquisse d’un tableau politique de la Normandie pendant la période du Directoire », dans Cahiers Léopold Delisle, 1971-72, no 1-2, p. 67-73.

GRISSOLANGE Bérénice, « Le brigandage en l’an III dans les plaines de grande culture », dans Le tournant de l’an III, CTHS, 1997, p. 339-349.

HURPIN G., dans La Révolution en Haute-Normandie, Comité régional d’histoire de la révolution française de Haute-Normandie, 1988, ch. 10, « Stabilisation et crise politique sous le Directoire », p. 144-158.

HURPIN G., Correspondance des commissaires du directoire de la Seine-Inférieure avec les ministres de l'Intérieur (1797-1800), Université de Rouen, Maîtrise, 1977.

JACOB Louis, « L’esprit public dans le Nord au début du Directoire », dans Revue du Nord, t. XXVII, 1944, p. 33-45.

KLAWINSKI Ludovic, La question des subsistances dans la région lilloise, Université de Lille 3, Maîtrise, 1990, dir. J.-P. Hirsch.

LARGESSE P., « Le dénombrement de 1796 (Caudebec-les-Elbeuf, Cléon...) », dans Bull, de la société d’histoire d’EIbeuf, 1987, no 9.

LEGER Carole, Religion et politique religieuse à Rouen sous le Directoire, Université de Rouen, Maîtrise, 1987, dir. G. Lemarchand.

LEMARCHAND Guy, « Une contre-révolution impossible : le Pays de Caux face à la Basse-Normandie, 1793-1800 », dans F. Lebrun et R. Dupuy (dir.), Les résistances à la Révolution. Imago, 1987, p. 106-115.

LETHUILLIER Jean, « L'esprit public sous le Directoire, géographie politique du département du Calvados », dans Annales de Normandie, déc. 1989, p. 333-349 (Hors-zone étudiée stricto sensu, mais retenu pour la typologie des comportements proposée).

MARTIN Frédérique, Les mouvements royalistes à Rouen pendant la période révolutionnaire, Université de Rouen, Maîtrise, 1993, dir. C. Mazauric.

MOREAU Christelle, La vie politique dans le canton de Templeuve de Thermidor à Brumaire, Lille 3, Maîtrise, 1997, dir. J.-P. Jessenne.

POUGET Emmanuel, Les administrateurs du Nord sous le Directoire, Lille 3, Maîtrise, 1989, dir. A. Lottin, en collaboration avec J.-P. Jessenne, 280 p.

PRUDHOMME Dominique, « Pratique religieuse et comportements socio-politiques dans le Pays de Caux sous le Directoire », dans À travers la Haute-Normandie en Révolution, Rouen, 1989, p. 289-297.

RENAULT F., Robillard, le banditisme dans l'Eure sous le Directoire, Université de Rouen, Maîtrise, 1987.

RICHARD C., « Note sur l’esprit public en l'an V », dans Revue du Nord, t. 5, 1914, p. 232-243. SANGNIER Georges, Le district de Saint-Pol de Thermidor à Brumaire, Blangermont, 1946, 2 t., 272 et 310 p.

VANDERVENNET Claude, « Le culte clandestin et l’organisation des missions dans le district de Saint-Pol » (Synthèse d'un mémoire de maîtrise), dans A. Lottin (éd.), Église, vie religieuse et Révolution dans la France du Nord, Lille 3-CHRN, 1990, p. 99-107.

WARTELLE François, « Des sociétés populaires à la constitution de factions durables, archétypes des partis politiques, l’exemple d’Arras, 1791-1797 », Actes du XXIVecongrès de la Fédération des sociétés savantes du Nord de la France, 1983, p. 7-17.

WARTELLE François, « Formation et dislocation des noyaux militants en conjoncture de repli du mouvement populaire : l’exemple du Pas-de-Calais sous la Convention thermidorienne et le Directoire », dans Mouvements populaires et conscience sociale, Paris, Maloine, 1985, p. 603-621

Il faudrait évidemment ajouter de nombreuses monographies, études thématiques ou biographiques qui parcourent la période directoriale ; quelques unes seront reprises dans les notes, citons aussi les collections d’histoire des villes (Privat, et pour de nombreuses villes du Nord, PUL et Éditions des Beffrois). Dans la plupart de ces ouvrages, l’époque directoriale est rapidement survolée, l’accent étant largement porté sur les désordres.

Des travaux concernant l’an III, je n’ai gardé que des titres empiétant sur la période directoriale.

Annexe 2 : Rapports, luttes politiques et mises à mal du lien politique

II/1 : Rapport personnel de Buissart, avocat d'Arras, à Carnot sur la situation du Pas-de-Calais le 24 messidor an 5(Arch. dép. du Pas-de-Calais, Collection Barbier 164/50)

« J’appréhende que ma lettre du 6 de ce mois ne vous laisse désirer bien des choses ; c’est pourquoi je reprends la plume.

Qu'il existe encore des royalistes et des anarchistes c'est ce qu’il est facile d'assurer ; quelle est la force, quels sont les projets et les moyens de l’un et de l’autre parti ? Voilà ce qu’il faudrait déterminer et ce qui est d’autant moins aisé que tous deux dissimulent. Les campagnes et les villes présentent une physionomie différente.

Dans les campagnes peu ou point d'anarchistes, mais le fanatisme s'essaye de temps en temps. Des déportés paroissent sur différents points ; quelques-uns sont entourés de rassemblements nombreux ; d’autres ne se montrent que dans les ténèbres. La force armée, avertie toujours un peu tard se porte sur les lieux et ne trouve plus rien. Je ne connais que deux faits de ce genre dans l'arrondissement d'Arras [...].

Des arbres de la liberté ont été coupés depuis près d'un an dans douze ou quinze communes de l’arrondissement ; informations : personne ne parle : ces délits en annonçant des royalistes ne prouve pas encore beaucoup de courage et d'audace.

Quatre ou cinq acquéreurs d'églises ou de presbytères ont été insultés ; mais ces insultes ne sont pas graves ; les auteurs ont été poursuivis. Je ne puis conjecturer le nombre des déserteurs ; mais depuis peu quelques uns d’entre eux ont insulté et menacé un patriote pour le contraindre à crier « Vive le roi ». Quelques coupables sont désignés, mais ne sont pas encore saisis.

Sept ou huit voitures de grains ont été pillées cette année dans les environs d’Arrouaise ; les premières informations n’ont rien appris ; les deux dernières ont eu un résultat plus satisfaisant mais les prévenus sont encore en fuite, sauf l’un d’eux gravement blessé par un chasseur. L’impunité de ces délits vient de deux causes : 1° le silence des témoins ou l’adresse des coupables, 2° l’impuissance de la gendarmerie, trop peu nombreuse (quelque soit son esprit) pour envelopper un grand rassemblement ou pour suivre la piste la piste des déportés ou réquisitionnaires, sinon défendus au moins favorisés par des fanatiques [...].

Voilà sur les campagnes, les faits qui me sont connus ; vous en conclurez que l'esprit n’en est pas très bon. Peut-être l'instruction, des adresses ou d'autres moyens équivalents pourront arrêter les progrès du mal ; mais le plus utile et le plus urgent est l’enlèvement des déserteurs que je crois assez nombreux pour occasionner des troubles partiels et d'échapper aux recherches ordinaires mais pas assez pour faire masse et résister ouvertement.

Les villes ne sont pas aussi aisés à définir. À Arras par exemple, plusieurs rixes attestent l'irritation des partis ; mais heureusement, elles n’ont encore produit aucun événement funeste ; l’origine de ces divisions découle à peu près de l'existence de deux sociétés.

Dans la première se trouvent les amnistiés ; l'intention manifestée à leur retour de ratrapper quelques places, ensuite leurs rassemblements, les liaisons réelles ou apparentes de quelques uns avec le C. Coffin, commissaire, la destitution de la municipalité attribuée en partie à leur crédit, quoiqu'assez motivée d’ailleurs, ces circonstances ont été pour un grand nombre de citoyens, des motifs ou des prétextes d’inquiétudes.

Les citoyens formant la seconde société affichent beaucoup d’attachement à la Constitution de 1795 et le plus grand nombre sans doute sont sincères, mais ils sont un peu exclusifs ; ils accusent l'autre société tout entière de n'en pas vouloir et très probablement ils ont tort. Je me garderai bien de répondre des amnistiés sur ce point, mai parmi les citoyens qui les entourent, il en est plusieurs qui ne les connoissoit pas pendant leur règne ou qui les ayant combattu depuis ne e sont sans doute ralliés autour d'eux que par crainte du royalisme.

D’autres citoyens qui n’approchent pas les amnistiés n’ont pas moins obtenu la qualification de terroristes tels sont par exemple les ouvriers à l’attelier des armes [...].

Voilà bien plusieurs partis ; sont-ils divisés par la haine, par les souvenirs ou les craintes ou le sont-ils encore par les principes ? Sans doute, il existe à cet égard plusieurs nuances. Se trouve-t-il de l’un ou de l’autre côté quelques conspirateurs adroits fomentant les divisions et prêts à diriger l'irritation commune au profit du royalisme ou de l’anarchie : cela est très possible, mais je crois pouvoir dire qu’ils ont peu de confidents et que la masse des nommés terroristes ou des nommés chouans ne sont pas conspirateurs. Quant aux derniers, je veux dire les amis de la municipalité destituée, on les voit figurer les premiers aux fêtes publiques et s’ils sont menés, je ne puis démêler à cet égard la politique ou la tactique des meneurs.

Cette tactique étoit un peu plus apparente le 10 thermidor : le matin fête générale, après-midi, fête particulière, composée de personnes invitées et parées, urne funéraire dédiée aux victimes de la tirannie ; on fit des stations ; on jetta des fleurs devant quelques maisons ; le spectacle étoit imposant et religieux, mais détaché de la fête générale, il ressembloit un peu à une affaire de parti Avertis peut-être par les mêmes réflexions, les administrateurs du département augmentèrent la pompe du 10 août, firent aussi promener des urnes et c'étoit sans doute la meilleure manière de déjouer les vues des ordonnateurs de la première cérémonie. Les mêmes acteurs se trouvèrent à près tous à la seconde.

Voilà ce qui est public et ostensible et je ne scais absolument que cela. Je n'ignore pas qu’entre les deux extrêmes se trouvent beaucoup de bons citoyens et un plus grand nombre d'indifférents, les uns amis constants et décidés de la république, les autres sans principes politiques, mais aimant au moins le repos et pour cette raison craignant sans doute autant que nous la contre-révolution.

Les vrais républicains sont néanmoins assez mal vus des résignés, mais sauf les extrêmes, les intermédiaires au moins pourroient se rapprocher et plusieurs fois plusieurs de mes amis et moi en avons formé le projet et raisonné sur les moyens. Nous pensions bien à une société intermédiaire mais cela n’est pas sans inconvénient et d’ailleurs nous serions embarassés sur le local.

[...Suivent des avis sur deux « fonctionnaires » locaux et notamment sur Coffin. accusé de sympathie pour les amnistiés]... je crois que les faits antérieurs sont exagérés ou dénaturés. Peut-être aigri à son tour par l’injustice voit-il dans tous ses ennemis des ennemis de la République et cette disposition pourroit noircir un peu le tableau qu’il se fait du département ; mais s’il s’agit du royalisme, il a raison, il ne s’agit que de plus ou de moins. J’ignore si à cet égard, il exagère, mais je le crois décidément attaché au gouvernement, à la constitution et très capable de les servir [...].

Au total : division dans les villes : deux troupes mobiles s'agitent et s’accusent réciproquement mais sans doute avec exagération ; le royalisme et l’anarchisme les dirigent peut-être mais à l'insu du plus grand nombre des soldats ; les chefs s’il y en a cachent leur projets ; comme le royalisme est depuis longtemps habitué à la dissimulation, on peut lui croire plus de force qu'il n'en montre et évaluer l’autre parti sur l’apparence. Entre les deux extrêmes, les véritables citoyens, un peu isolés au milieu d’une masse inerte ; cette masse plus ou moins fanatisée dans les campagnes, dans les villes un peu aigrie et fatiguée par la misère.

[…]

Si les délits ne sont pas tous poursuivis, il faut d'abord s’en prendre aux agents et adjoints municipaux et ensuite aux juges de paix des cantons de village ; une bonne instruction sur leurs devoirs et sur leurs travaux respectifs les aideront beaucoup [...].

Les campagnes, quoiqu'enrichies par la Révolution payent les impôts et surtout l'emprunt forcé d’une manière à faire croire quelles n'ont pas un grand amour pour la république. Les villes quoiqu’accablées par la misère s’exécutent mieux ; néanmoins, elles commencent à murmurer, depuis la levée de la contribution somptuaire parce que le paiement se fait en numéraire [...]. »

II/2 Rapport de Groslevin, commissaire auprès du département du Nord, au ministre de la police, le 25 thermidor et le 4 fructidor an V (Arch. nat. F7 3683), cité par C. Richard, art. cité, 1914, p. 242

« Il y a dans ce département une foule d’émigrés et de prêtres rentrés. Malgré mes recommandations, il est rare que la gendarmerie les appréhende. Ils ont trop d'asiles pour se soustraire... Tout veille sur eux et ils sont dans une si grande sécurité qu’ils se montrent publiquement. Il est vrai que les prêtres réfractaires poussent l’audace jusqu’à dire leurs messes de grange en grange, de maison en maison, et auxquelles se rendent des milliers de personnes ; mais ils changent de lieux et d’heures, et puis, comment dissiper sans danger un nombre d'hommes aussi considérable ? Ne serait-ce pas allumer la guerre civile et exposer quelques gendarmes à être massacrés ? Il faut que les dépositaires de l'autorité souveraine se prononcent contre les émigrés, les royalistes, les prêtres. Eux seuls possèdent les moyens de punir les uns et de contenir les autres. S’ils négligent de le faire, le mal s'accroîtra tous les jours et le remède sera terrible. Les signes extérieurs des cultes se rétablissent aussi de toutes parts et il n'y a que dans les grandes communes que l’on ne sonne pas les cloches...

Vous connaissez la cause comme moi de toutes ces infractions, et quand on a dit au Directoire que les malveillants répandaient que l’Assemblée nationale commençait à devenir bonne, on a dit la vérité. Elle fait aujourd'hui l'espoir de tous les contre-révolutionnaires. De temps en temps, ils manifestent leurs desseins, tantôt à Cambrai en cassant les vitres des patriotes, tantôt au Quesnoy en coupant les arbres de la liberté... »

**

« Les autorités administratives et judiciaires, remplies d'hommes perfides ou faibles ne se servent de leur pouvoir que pour faire exécrer la République ;... il n'y a plus que l’amour pur et vif de la Constitution et une bonne législation qui puissent la sauver du danger qui la menace. Pouvons-nous l'espérer de ceux à qui le pouvoir suprême est confié ? »

II/3 Rapport du commissaire auprès du canton de Forges-des-Eaux au commissaire du département de Seine-Inférieure sur les troubles dans l'assemblée primaire du 2 germinal an VI (Arch. dép. Seine-Maritime, L 212, cité par S. BESSADA, maîtrise citée, 1989)

« Citoyen

[...]

Dans l'assemblée primaire une foule innombrable d’aristocrates de tout genre, femmes, filles, enfants, prêtres, parents d’émigrés, banqueroutiers, destitués, royalistes, anarchistes, fanatiques, jamais ménagerie n’a offert tant d'espèces d'animaux différents nourris de la même pâte contre-révolutionnaire, motions menaçantes, injurieuses, bâtons entre les mains des lâches ennemis de la République, signes foudroyant d’approbations, d’improbations, admission de votants sans qualités, répudiation des patriotes qui avaient le droit de voter, tels étaient les aliments de ces hommes voraces du malheur de la République, Les lois violées rendaient notre opération nulle. Après six heures de souffrance et de patience, de réclamations au nom de la loi, je pris le parti de sortir en silence, je rallais mes phalanges républicaines, les conduisis au lieu des séances de l’administration, là nous nous sommes constitués au nombre de trente à quarante en assemblée primaire et patriotique. Nous avons nommé des patriotes fermes et vigoureux, des philosophes instruits, des acquéreurs de biens nationaux, des républicains [...].

Dès la nuit du trente ventôse au 1er germinal, les oiseaux de proie ont tapissés les rues de placards où Cizleville, président destitué deux jours avant par le Directoire était désigné comme président à renommer et autres semblables. Ces affiches m’ont été apportées de grand matin [...] »

Notes

1 L'opportunité m’est ici donnée d'insister sur le fait que la conception et la préparation de ces tables rondes furent un travail d’équipe authentique rassemblant des collègues et amis issus d'universités différentes, de spécialités diverses, mais réunis par un même souci de promouvoir l’histoire de la Révolution française et de mener des projets communs autour du Centre de Recherche sur l'Histoire de l’Europe du Nord-Ouest notamment.

2 Sans multiplier les références citons notamment les actes de deux colloques significatifs : Les pratiques politiques en province à l'époque de la Révolution française, Montpellier, 1988 ; R. Dupuy dir., Pouvoir local et Révolution, la frontière intérieure. Rennes, 1995, 577 p, et trois titres G. Fournier, Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du XVIIIesiècle au début du XIXesiècle, Toulouse, 1994, 2 t., 481 p. et 455 p. ; J.-P. Jessenne, Pouvoir au village et Révolution, Artois 1760-1848, Lille, PUL, 1987, 308 p. ; M. Vovelle, La découverte de la politique, Paris, La Découverte, 1993, 363 p.

3 Voir notamment F. Gauthier, Triomphe et mort du droit naturel en Révolution, Paris, PUF, 1992.

4 Pour un exposé plus précis de ces dispositions constitutionnelles et des différences selon les localités on se reportera au toujours utile J. Godechot, Les institutions de La France sous la Révolution et l’Empire, (1951). rééd. Paris, PUF, 1989, p. 460 et suivantes.

5 Le Moniteur, 22 messidor an III, t. XXV, p. 168.

6 Le Moniteur, idem, p. 170.

7 Le Moniteur, 22 messidor an III, t. XXV, p. 246.

8 G. Fournier, op. cit„ 1994, t. 2, p. 146.

9 Cité par G. Fournier, idem, p. 138.

10 M. Vovelle, op. cit., 1993.

11 Idem, p. 329 ; M. Vovelle inclut dans cette aire, en distinguant plusieurs sous-ensembles : les plaines du coeur du Bassin Parisien, la Haute-Normandie, la Picardie et la région du Nord (en prolongeant jusqu'aux Ardennes ?).

12 Op. cit., p. 318.

13 Sur ce point on se reportera aux titres déjà cités et à la tentative de bilan sur les comportements politiques ruraux dans Histoire et société rurales, no 3, 1er semestre 1995, L’histoire rurale en France, J.-P. Jessenne, « Du sujet au citoyen. La participation des ruraux aux affaires publiques de L’Ancien Régime au Consulat », p. 123-133.

14 Voir à propos de cette situation historiographique, outre la communication de Bernard Gainot dans ce volume, les remarques introductives de Michel Vovelle, dans La République directoriale, Paris et Clermont-Ferrand, Bibliothèque d'histoire révolutionnaire, 1998, 2 t., p. 25-34.

15 Pour l'ensemble de ces références régionales reprises dans l’annexe 1, les notes renvoient à cette annexe, ici G. Sangnier, op. cit., 1946.

16 Efforts qui ont notamment abouti au numéro spécial des Annales historiques compiégnoises intitulé « Le Directoire dans l’Oise », no 65-66, automne 1996.

17 F. Wartelle, articles cités, 1983 et 1985.

18 G. Lemarchand, article cité, 1987 ; Comité régional d’histoire de la Révolution (Collectif), La Révolution en Haute-Normandie, Rouen, 1988, 464 p., p. 136-158. En prolongement de cevolume, notons que les recherches dirigées par P. Goujard, C. Le Bozec, G. Lemarchand et C. Mazauric permettent de disposer d’informations plus denses pour le département de SeineInférieure que pour la plupart des autres (Voir annexe et divers volumes parus ou à paraître proposant des synthèses de ces travaux, ensemble consultable à l'IRED, Université de Rouen).

19 L. Jacob, « Un ami de Robespierre, Buissart d'Arras », Revue du Nord, 1934, p. 277-294.

20 Au sens défini par Pierre Gremion, de difficulté à faire transiter l’autorité et les décisions d'un niveau de l'appareil d'État à un autre, dans Le pouvoir périphérique, bureaucrates et notables dans le système politique français, Paris, Seuil, 1976.

21 Voir le très bon mémoire de maîtrise d’E. Poucet sur les administrateurs du Nord, mémoire cité, 1989 et la recherche de G. Hurpin sur la correspondance des commissaires de l’Eure, mémoire cité, 1977.

22 J’ai pour ma part beaucoup insisté sur ce point, op. cit., 1987, chapitre III et je persiste à y accorder beaucoup d'importance ; I. Woloch par exemple considère que l’adéquation entre communautés villageoises et municipalités cantonales ne soulève pas de difficultés particulières The New Regime, New York, Norton, 1994, 536 p., p. 119.

23 Cité par G. Sangnier dans Histoire des territoires ayant formé le département du Pas-de-Calais, Arras, 1946, p. 216.

24 J.-P. Jessenne, op. cit., 1987, p. 116.

25 Cf. S. Bessada, mémoire cité, 1989, p. 225.

26 Par exemple X. Starczewski montre qu’au sud du secteur de Lille les levées spécifiques pour les colonnes mobiles en l’an VII se soldent par des refus massifs : 259 refus contre 16 acceptations dans 11 localités ; il met en évidence le phénomène d’entraînement collectif au refus par village à la fois contre l’enrôlement et contre la venue d'une force de l'ordre extérieure, Levées d'hommes et comportements collectifs dans trois cantons du sud de Lille sous la Révolution et l'Empire. Lille 3, mémoire de maîtrise, dir. J.-P. Jessenne, 1997, p. 90. G. Lemarchand relève aussi des exemples de difficultés pour la composition des gardes nationales dans le Pays de Caux, op. cit., 1987, p. 110.

27 G. Sangnier, op. cit., 1946, t. 2, p. 57 à 66.

28 Par exemple dans le canton de La Bassée, au sud de Lille, le taux de couverture des réquisitions en l'an VII n'atteint pas 50 %, X. Starckzewsky, mémoire cité, 1997, p. 95.

29 Voir notamment, S. Bourgoin, mémoire cité, 1987 et B, Grissolange, op. cit., 1997.

30 C. Desailey, Les comportements politiques dans le canton de Marchiennes de Thermidor à Brumaire, mémoire cité, 1989, p. 114.

31 105 votants sur 338 à Ecoust-St-Mein, 72 sur 156 à Achiet (J.-P. Jessenne, op. cit., 1987, p, 111).

32 J.-P. Jessenne, op. cit., 1987, p. 111.

33 G. Hurpin, op. cit., 1988, p. 149.

34 Exemple de Somain en l’an VII étudié par C. Desailly, mémoire cité. 1989, p. 133.

35 S. Bessada, mémoire cité. 1989, 2e partie.

Auteur

Université de Rouen - IRED et CHREN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540