Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 1. Le lien politique local dans la Grande Nation

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet

État des questions et perspectives initiales

Autour du colloque de Clermont

État des questions sur la République directoriale

Bernard Gainot

Texte intégral

1La République Directoriale ne donna guère lieu à des commémorations. Volonté de prendre la décennie révolutionnaire comme un « bloc » ? Dès lors, tout aurait été dit en 1989, et, dans les instances officielles, il aurait été décidé de ficeler en un seul et même paquet la prise de la Bastille, la canonnade de Valmy, et les expériences bien diverses de la Première République. Et Brumaire, alors ?... Nous attendons...

2Car nous ne sommes pas particulièrement preneurs des grandes célébrations, occasion de déployer une rhétorique convenue fortement imprégnée de clichés, d'autant plus ressassés qu’est grande l’ignorance des simples faits. Nous avons déjà eu l'occasion à maintes reprises de dire ce que nous pensons de ce type d’approche.

3Pourtant, nous souhaitions prendre date, en organisant ce colloque de Clermont-Ferrand ; à la fois pour renouer les fils de l'héritage historiographique ; pour présenter les chantiers ouverts ces dernières années ; définir des problématiques communes avec des collègues, de France ou de l'étranger, qui ont des directions de recherches moins centrées chronologiquement. Le choix d'un site décentralisé, outre la remarquable infrastructure d'accueil mise à notre disposition par les centres clermontois (le Centre de Recherches Révolutionnaires et Romantiques, et le Centre d’Histoire des entreprises et des communautés), était de plus en conformité avec le redéploiement des pouvoirs à l'époque de la République constitutionnelle : « Paris est moins, à partir de 1795, le centre unique de l'histoire de la France révolutionnaire qu'il ne l'avait été auparavant ».

4Cette citation est extraite du bilan des recherches sur le Directoire, présenté par Jean-René Suratteau dans les Annales historiques de la Révolution française, que nous avons placé au cœur de ce rapport introductif, à parité avec l'état des questions, du même J.-R. Suratteau, intégré dans la réédition du cours de 1943 de Georges Lefebvre sur la France du Directoire. Réédition qui date de 1977. Qu'en est-il vingt ans après ?...

5Bien entendu, les grandes lignes des problématiques de fond étaient préalablement fixées. Nous nous limiterons à quelques rappels, indispensables...

6Tout d'abord, la recherche de la stabilité républicaine, fondée sur la Constitution de l'an III, qui rejoint la question de la rupture avec le gouvernement révolutionnaire. L’impossible stabilisation fut considérée comme l'échec majeur du régime directorial. Dans les deux chapitres sur le Directoire, qui ne sont que l'esquisse d'un programme plus vaste concernant le bilan de la Révolution, Tocqueville voit surtout un déficit de légitimité républicaine. Dans ses profondeurs, la nation est restée politiquement attachée au pouvoir monarchique, mais elle refuse de revenir sur les évolutions sociales, et particulièrement sur la diffusion de la propriété. D’où le paradoxe du pouvoir en 1799 : la France « méprisait et détestait son gouvernement, et lui obéissait ». J.-R. Suratteau reprend, après d’autres, la même idée : « Ce qui rejoint les assertions de A. Mathiez et G. Lefebvre qui étaient d’accord qu'en 1792 et en 1795 les républicains ne formaient pas la majorité des français ; pour diverses raisons, notamment religieuses, cette majorité était toujours attachée à la forme monarchique du régime, à condition bien sûr que cette monarchie accepte les réformes de 1789, qu'elle soit constitutionnelle, qu'elle rejette expressément l'Ancien Régime politique et social ».

7D'autres auteurs (Ludovic Sciout, Victor Pierre) se sont plu à souligner lourdement que la république ne se maintient qu'en restaurant le gouvernement révolutionnaire : la Terreur est de nouveau à l'ordre du jour après le 18-Fructidor. D'autres encore, beaucoup moins virulents, comme Albert Meynier, organisent la chronologie du Directoire autour des coups d’État qui la jalonnent.

8Deux types d'approches peuvent prévaloir pour expliquer le mécanisme des coups d’État ; une approche purement institutionnelle (le dysfonctionnement des autorités constituées), ou bien une approche de nature socio-politique (inadéquation de la forme de l’État républicain « malgré tout », à la demande sociale de la Nation.)

9La première approche a été considérablement revalorisée dans la dernière décennie, en symbiose avec le courant baptisé « retour du politique », dans des ouvrages tels que ceux de Marcel Gauchet (La révolution des pouvoirs), de Bernard Manin (Principes du gouvernement représentant), et plus généralement de toute l’école de François Furet et Ran Halévy qui souligne, dans une perspective de droit positif comparé, la supériorité du compromis constitutionnel de 1787 aux États-Unis. Ce que Jacques Godechot avait, de son côté, minutieusement analysé il y a une trentaine d'années.

10Les interprétations correspondant à la seconde approche sont plus variées ; elles se situent dans une lignée historiographique dite « classique », mais connaissent un renouvellement marqué, toujours dans le sillage du renouveau de l’histoire politique. Tout tourne finalement autour de la notion de République bourgeoise, notion constamment utilisée par Aulard dans son Histoire politique de la Révolution Française, pour l’opposer à celle de démocratie. La notion est centrale également dans le tome de l'Histoire socialiste de la Révolution française, sur le Directoire, qui est dû à Gabriel Deville. Il faut encore mentionner, dans la continuité, le titre de la dernière grande synthèse – digne de ce nom – sur la période, due à Denis Woronoff dans la Nouvelle histoire de la France contemporaine aux Éditions du Seuil (1972).

11Qualifier la République constitutionnelle de République bourgeoise a certes le mérite d’attirer l’attention sur l’étroitesse de la base sociale du régime, sur son « rétrécissement » après la poussée « démocratique » de 1792-1794. La simplification pédagogique de l’exposition du déroulement de la Révolution par phases n'épuise pas le problème pour autant ; nous avons déjà souligné que de grands auteurs classiques comme Mathiez ou Lefebvre considéraient sans appel que la République était aussi minoritaire en 1792 qu’elle l'était en 1795. Certes, gardons-nous d’identifier corps politique (ceux qui désignent les représentants) et corps social (les « élites » opposées aux « masses », entités bien abstraites). On se doute que les manifestations, interventions, interactions, du corps social dans le champ politique sont autrement complexes qu'on ne les imaginait en lisant Daniel Guérin...

12Pour en revenir à Aulard, marqué par les grandes luttes politiques du XIXe siècle, l’identification était quasi-automatique entre suffrage censitaire et république bourgeoise, d’un côté ; suffrage universel et république démocratique, de l'autre. L'équation au premier degré se développe désormais à plusieurs inconnues, et J.-R. Suratteau en avait déjà bien repéré les difficultés dans son célèbre article de 1968 (« Heurs et malheurs de la sociologie électorale »).

13Les études électorales se multiplient désormais : des journées de synthèse récentes en ont rendu compte à Dijon, sous la direction de Jean Bart et Serge Wolikow, en juin 1996, à Compiègne en mai 1997, cette dernière organisée par les Annales historiques Compiègnoises dirigées par Jacques Bernet. Plusieurs intervenants ici présents y ont participé. La mise au point d’un état des recherches en ce domaine devrait bientôt voir le jour avec la publication d'un Guide de recherches électorales pour la décennie révolutionnaire, fruit de cinq années de travail dans le cadre d’un atelier de l'IHRF qui fonctionna à Ivry-sur-Seine. Nombre de chercheurs qui ont publié récemment articles et ouvrages sur ces données électorales, tels que Malcolm Crook, Melvin Edelstein, Georges Fournier, Sylvie Denys-Blondeau, sont passés par cet atelier, et étaient présents à Clermont.

14Les pratiques politiques, ce sont aussi les clubs ; nous savons désormais qu'ils ne s'effacent pas brutalement à l'automne 1794, et qu’ils renaissent sous des formes diverses : sociétés de lecture, cercles constitutionnels, réunions politiques. Le no 6 de l'Atlas historique de la Révolution française, sous la direction de Jean Boutier et Philippe Boutry, avait été l’occasion d'une utile mise au point, en constante évolution depuis lors.

15La démocratie ne disparait donc pas en 1795, avec la défaite des sans-culottes. La seule alternative globale et radicale, sur ce terrain, au régime du Directoire n’est pas constituée par le babouvisme, fort peu présent au colloque de Clermont, si ce n'est par une contribution de Jean-Marc Schiappa, dynamique animateur de l'association des Amis de Gracchus Babeuf, qui organisa une table ronde autour de la figure du « Tribun du Peuple », à la fin de l'année dernière. Dès 1970, Isser Woloch avait insisté sur l’autre alternative démocratique au conservatisme républicain, représentée par ces républicains-démocrates, ou fermes républicains, ou néo-jacobins. Termes synonymes, ne nous laissons pas enfermer dans de vaines querelles de terminologie. Suratteau accordait une très large place aux travaux de Woloch, tout en exprimant de nombreuses réserves : « Woloch, découvrant cette distinction sur laquelle il appuie... entre des « jacobins » ou soi-disant tels, proches des babouvistes, et d'autres non moins « jacobins », éloignés du Tribun du Peuple et de ses idées ; Aulard l’avait déjà écrit de façon plus concise dans son Histoire politique de la Révolution française ; publiée en 1903. Certes, mais depuis, dans le sillage de Woloch et grâce à lui, la connaissance de cette « alternative démocratique », distincte du babouvisme, et occultée par l’historiographie qui s'y rattache (Dautry, Bruhat, Saitta...) se précise : la récente biographie d'Antonelle, due à Pierre Serna, éclaire d'un jour nouveau la conjuration des Égaux et les configurations politiques nouvelles qui recherchent une issue démocratique dans les cadres mêmes imposés par la Constitution de l'an III. Cette configuration, que je nomme démocratie représentative, pour reprendre la même formule que celle utilisée à l’époque par les principaux dirigeants du néo-jacobinisme, est bien proche du programme esquissé par Jean-Pierre Gross dans un numéro de septembre du Monde diplomatique, sous le nom de « libéralisme égalitaire ». Nous savons également que ce programme, selon des relais qui restent à préciser, trouvait son prolongement dans les républiques-sœurs, chez ces démocrates italiens étudiés par Antonino De Francesco, Anna-Maria Rao, ou chez ces démocrates bataves étudiés par Peter Geyl et Joost Rosendaal. Une synthèse partielle a été tentée dans un numéro récent des Annales historiques de la Révolution française intitulé : « Être républicain et démocrate après Thermidor ».

16Le thème de la représentation n’est pas illustré seulement par l'agencement des pouvoirs politiques. C’est aussi toute une vision du corps social qui se mesure à l'aune des productions de l’époque dans les domaines de l’art, de la littérature, des correspondances privées et publiques. L’intention affichée des organisateurs du colloque de Clermont était d’accorder une large place à ces représentations mentales. Que l'on songe à toutes ces productions architecturales qui matérialisent dans le paysage urbain ou qui projettent dans l’avenir les palais de la Représentation Nationale, les salles de réunion des assemblées primaires, etc., tels que nous les restitue Annie Jourdan dans La politique monumentale de la Révolution française.

17Mais ce sont aussi les représentations théâtrales, mise en scène des affrontements socio-politiques, et reflet des imaginaires de l'époque ; l'une des vedettes est la fille de Madame Angot. Elle fut amplement et justement célébrée au cours de diverses interventions du colloque. Le succès populaire contribua largement à faire de la poissarde parvenue, jusque dans la mémoire collective, l’incarnation de l'époque, bien davantage qu'une Marianne encore dans les limbes. Chansons, saynettes, pièces de théâtre, brocardent les puissants du jour, que l'on confond en bloc avec la représentation républicaine. Acuité de la verve satirique, ou application de l'adage qui veut que l’on ne prête qu'aux riches, la matière est abondante. Gardons-nous cependant de tous les considérer comme des corrompus ou des imbéciles. Là encore, Jean-René Suratteau nous sert de référence, avec sa récente biographie de Reubell : « Je crois Reubell certainement économe et même avare, mais non pourri, bon père de famille, confondant parfois la carrière de ses fils avec l'intérêt de l’État, le plus ferme des républicains de gouvernement... »

18Hervé Leuwers pour Merlin de Douai, Christine Le Bozec pour Boissy d'Anglas, ont présenté les facettes multiples – il n’est pas là question de réhabilitation, la critique historique ne gagne rien à être saisie par la fièvre procédurale – de thermidoriens qui furent aussi de grands hommes d’État, sachant maintenir certains principes dans la gestion gouvernementale plutôt sensible à ce que l'on n'appelle pas encore la restauration des grands équilibres.

19Le cas de François de Neufchâteau, cher à Dominique Margairaz, est bien emblématique, lui aussi, de ces républicains de gouvernement. Pourtant, quel handicap ! Écoutons Tocqueville : « François de Neufchâteau, qui était ministre de l’intérieur en 1799, au moment même où les étrangers menaçaient le territoire de la France dévorée au-dedans par l’anarchie, était principalement préoccupé de bien ordonner les fêtes civiques ; la plupart de ses circulaires ont cet objet. Il est vrai que c’était un des plus sots hommes de lettres qui se soient jamais mêlés de politique ».

20Littérature et bureaucratie ; ces deux univers réputés violemment antagoniques depuis les effusions romantiques et les anathèmes surréalistes (mais le mélange des genres pratiqué par certains régimes du XXe siècle les justifie rétrospectivement). Dans son entreprise pédagogique, François de Neufchâteau enrôla Parny, un élégiaque, pour la confection de manuels de morceaux choisis, préfiguration de nos Lagarde et Michard. Catriona Seth nous a rappelé cette tentative. Versant bureaucratique, le travail de François de Neufchâteau en tant que commissaire du pouvoir exécutif à la tête du département des Vosges fut à l’image de celui accompli par nombre d'autres de ces commissaires : obscur et colossal. Le bureaucrate devient d'ailleurs une figure familière sous la République Directoriale ; tantôt envié pour la relative protection que le poste offre aux personnes en délicatesse avec le pouvoir, tantôt haï pour son arrogance, tantôt suffisant parce qu'on confond bien souvent le mérite et la fonction, tantôt humilié parce que l'État républicain est bien mauvais payeur ; ce bureaucrate dont Catherine Kawa, à la suite de Clive Church, nous présente le profil de carrière contrasté, au sein du ministère de l’Intérieur. L’un des hommes les plus puissants du Directoire ne fut-il pas le quasi-inamovible Lagarde, qui est vraisemblablement le personnage assis figurant au premier plan sur l’affiche de notre colloque. Du moins est-ce l’indice que, au rebours de Tocquevile, nous ne méprisons ni la personne, ni la fonction.

21La bureaucratie directoriale annonce la France des notables ; nous voilà installés dans la longue durée. Plutôt que d’insister sur les survivances du gouvernement révolutionnaire, cette anarchie tempérée par la violence, (toujours Tocqueville), Raymond Guyot et Albert Soboul à sa suite, ont préféré mettre l'accent sur les continuités du Directoire au Consulat. En dépit du désordre des séries d'archives autour du 18-Brumaire, intentionnelle selon Suratteau (ce que je crois bien volontiers), on ne peut que mettre l’accent sur ces continuités dans le domaine économique. Le regretté François Hincker avait pris l’exemple des finances pour illustrer cette continuité, mais aussi pour en préciser les limites : la finalité de la contribution reste civique, même si la réhabilitation et la part croissante de la fiscalité indirecte remettent en question cette dimension essentielle de la citoyenneté.

22J.-R. Suratteau accordait une place centrale aux analyses de la conjoncture économique (on sait que c'est en 1798 que s'opère un renversement de tendance). Bien que beaucoup plus réduite au colloque de Clermont, indice d'un recul marqué du paradigme labroussien dans l'historiographie récente, elle ne fut pas nulle ; ainsi pour les ventes de biens nationaux et les études du marché foncier dans le Blésois, ou encore les contrats de métayage dans l’Allier. Mais nous souhaiterions lui voir prendre une part plus importante au cours de nos prochaines rencontres.

23Certes, il faut maintenant évoquer tous ces chantiers à peine esquissés, insuffisamment approfondis, en dépit des quelques interventions qui sont autant d'invitations à reprendre et à prolonger le débat.

24Nous évoquerons ainsi trois directions, ponctuées par le rappel de trois rencontres majeures, jalons pour le renouvellement de l'historiographie de la décennie révolutionnaire.

25Le colloque de Rennes sur Les résistances à la Révolution a permis de dégager le concept d'anti-révolution. Ce concept fut une étape importante, mais désormais dépassée ; il consacra l'inversion de la problématique classique, selon le schéma bien connu du monde à l'envers, cul par-dessus tête. L'État républicain, qui se voyait peu de temps auparavant voué aux gémonies en raison de sa coupure irrémédiable avec les masses populaires, était désormais dépeint comme une machine totalitaire, mais une machine paralysée par un refus d’obéissance engendré par son volontarisme abstrait, sa méconnaissance profonde des traditions populaires locales, sorte de revanche et de la société civile chère aux libéraux, et des communautés organiques exaltées par le courant traditionaliste qui ressuscita Joseph De Maistre à travers Alexandre Soljenytsine.

26Le peu d’espace laissé aux formes diverses de la résistance à l’État Républicain (paysans belges et réfractaires à la conscription) est peut-être le signe d'une prudence vis-à-vis de telles dérives historiographiques. Mais gardons-nous de tout virement de bord trop brutal ; les interrogations sur le réveil religieux du catholicisme romain, sur les difficultés et les tentatives de reconstitution de l’Église constitutionnelle, sur la recomposition des communautés locales déstructurées par le choc des années révolutionnaires, doivent retrouver toute leur place. Si on gomme la dimension religieuse des affrontements partisans, la période devient incompréhensible ; je ne fais ici que m'inspirer des travaux de Serge Bianchi, Jacques Bernet, Michel Vovelle.

27Puisque nous nous attachons aux communautés, comment pourrions-nous passer sous silence un autre colloque rennais, toujours sous la direction de Roger Dupuy ; Pouvoir local et Révolution ? Si les régions de l’Ouest furent si peu présentes dans les communications de Clermont (à l'exception de l'Orne de Sylvie Denys, et de la Sarthe évoquée par Christine Peyrard à travers la personnalité de Rigomer Bazin), n'est-ce pas parce que le terrain avait été si bien labouré au cours des années précédentes ? Mais c'est pourtant un espace qu’il faudra visiter de nouveau. Ne prenons que l'exemple inépuisable des municipalités de canton, sur lesquelles est revenue Claudine Wolikow, présentant pour le sud de la Champagne un bilan bien plus nuancé que la condamnation radicale et sans appel, fréquemment admise ; on les présente bien souvent comme étouffant les communautés de base, ou bien comme rouages d’une centralisation qui glace la sève de la démocratie rurale. Mais, à l'inverse, on en a fait aussi des illustrations parfaites de l'anarchie tempérée par la violence, ce à quoi, nous l’avons vu, se résumerait le régime du Directoire. Les analyses futures, repartant notamment des travaux du nordiste Jean-Pierre Jessenne et de l'occitan Georges Fournier, nous aideront sans nul doute à reprendre le problème avec un point de vue qui ne sera pas celui de la centralisation bureaucratique.

28Et l'armée ? Est-elle un conservatoire des idées républicaines ? Est-elle un instrument de coercition qui a renié ses antécédents patriotiques pour devenir la force de frappe qui laissera des souvenirs contradictoires aux populations européennes ?

29Fortes d’une série de recherches locales sur les divisions de l'intérieur, les interventions concernant l'instrument militaire au colloque de Clermont ont surtout retenu la problématique du maintien de l'ordre ; surveillance des communautés locales, réalités de l’état de siège (les deux villes principales du pays – après Paris, bien entendu – à savoir Lyon et Marseille, vivent pratiquement toute la période directoriale sous le régime de l’état de siège. Stephen Clay nous l’a rappelé pour Marseille, Bruno Benoit pour Lyon), interventions fréquentes des militaires dans les luttes politiques, ainsi que devait nous le montrer Philippe Bourdin pour le Puy-de-Dôme.

30Comment évoquer le Directoire sans évoquer la montée du pouvoir militaire ? Mais recentrer le problème sur le contrôle des divisions militaires de l’intérieur comme enjeu des luttes partisanes, attirer l'attention sur l’instrument militaire comme vecteur central de la tutelle de l’État sur les communautés (nous pensons ici aux travaux de Jonathan Devlin, ou de Howard Brown), c’est déplacer la problématique sur un tout autre aspect que la sempiternelle ascension de Napoléon Bonaparte. Sans occulter le 18-Brumaire, toutefois ; les interventions multiples des militaires dans la vie politique, que ce soient les colonnes mobiles, l’état de siège, les commissions militaires, contribuent-elles au maintien de l’ordre, donc au renforcement de la stabilisation – ce qui reste le problème majeur de la stratégie politique post-thermidorienne-, ou bien aggravent-elles la crise politique jusqu'à rendre inévitable le coup d’État ? Inévitable, mais tout autant paradoxal, puisqu'on peut se demander si Brumaire ne fut pas une façon pour la classe politique thermidorienne de se protéger d’une armée encore largement imprégnée des idéaux égalitaires ?

31Jacques Godechot voyait le problème autrement, dans sa thèse sur les commissaires aux armées. Mais il a trop simplifié le problème en faisant du relâchement du contrôle du pouvoir civil sur les généraux la seule et unique cause de l’évolution vers le césarisme. Il devait infléchir nettement sa problématique et l'élargir dans La Grande Nation, accordant aux patriotes des pays voisins la place prépondérante qui leur revient de droit, et admettant la multiplicité et la rivalité des projets directoriaux, tiraillés au moins entre Charles Delacroix, Reubell, Talleyrand, sans parler de Merlin de Douai.

32Pourtant, au moment où paraissait La Grande Nation, la question de l’expansion révolutionnaire en Europe allait de nouveau se réduire à un affrontement entre des armées françaises pillardes et assoiffées de conquêtes territoriales, et des populations unanimes dans la résistance. Paysans belges, vivamaria toscans et sanfédistes napolitains devenaient des armées populaires, des groupes de partisans décolonisateurs avant la lettre. Telle fut la perspective simplificatrice qui domina la troisième rencontre que nous souhaitions évoquer, le colloque de Bruxelles de 1968, significativement intitulé Occupants-occupés.

33À Clermont, Anna-Maria Rao a su restituer le rôle autonome des démocrates Italiens ; Fred Stevens a montré que la « guerre des paysans » belges de 1798 relevait d’une large palette d’interprétations. Quant aux généraux français, Bonaparte n'était pas le seul à avoir une tête politique. L'exposition consacrée au général Desaix prouve que les perspectives cisalpines éveillaient d'autres échos que la fameuse apostrophe aux soldats de l'armée d’Italie appelés à s’enrichir sur le pays. Quant au système même des républiques-sœurs, il ne recouvre pas qu’un projet cynique de domination. Le débat politique devient européen, et s'inscrit dans des configurations qui peuvent aussi préserver une part des projets originels d'émancipation, sans céder totalement à une « realpolitik » cynique.

34Mais n’anticipons pas. Les tables rondes auxquelles nous sommes conviés dans les années qui viennent doivent prolonger ces réflexions sur la religion, le pouvoir local, l'éveil des nationalités.

35Au terme de cette présentation, que ceux qui ne se retrouveraient pas dans les thèmes que j'ai retenus ne m'en tiennent pas trop rigueur. La suite des débats leur donnera l'occasion de les évoquer plus longuement. Pour ma part, j'aurais également souhaité accorder une place aux questions coloniales, totalement et injustement absentes ; aux Idéologues et aux débats d’idées, trop brièvement évoqués malgré la confrontation de Kant et de la pensée française lors de la conférence de 1798, analysée par Jacques Guilhaumou.

36Il y a encore beaucoup à faire. Néanmoins, la grande convivialité qui a toujours régné au sein des équipes organisatrices de ces diverses séances tournantes, toujours décentralisées, sur le Directoire, est de bon augure pour la suite. Il est temps maintenant que Philippe Bourdin et moi-même, en attendant la parution très prochaine des Actes, passions le relais...

Auteur

IHRF – Paris I Panthéon – Sorbonne

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540