Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 1. Le lien politique local dans la Grande Nation

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Jacques Bernet

Préface

Jacques Bernet

Texte intégral

1Les 13 et 14 mai 1998, notre Faculté des Lettres et Sciences humaines a eu l'honneur et le plaisir d’accueillir la première des trois tables rondes organisées à l’initiative conjointe du CRHEN-O (Université de Lille 3), de l’IRED (Université de Rouen) et du CHRIV (Université de Valenciennes) sur le thème Du Directoire au Consulat : le lien politique local dans la Grande Nation. Cette première rencontre, à laquelle nos amis de l’Université catholique de Louvain et de l’Université libre de Bruxelles ont apporté leur actif concours, a pu réunir une bonne quarantaine de participants venus de diverses universités françaises, mais aussi belges et allemandes.

  • 1 Ph. Bourdin, B. Gainot dir., La République directoriale, co-édition Sociétés des Études robespierr (...)
  • 2 Formule employée officiellement à l'occasion du referendum sur la Constitution de l'an III.

2À l’origine de ce projet, initié par notre collègue Jean-Pierre Jessenne en 1996, le constat que la période directoriale et consulaire, dont nous commémorons présentement le bicentenaire, continue d'être passablement délaissée, ou étudiée d’un point de vue restrictif, essentiellement constitutionnel, qui ne contribue assurément pas à restituer l'intérêt d'une transition historique, dont on a surtout souligné l’échec politique. Certes, en mai 1997, l’important colloque de Clermont-Ferrand, dont les actes ont été récemment publiés sous le titre La République directoriale1 est venu en partie redresser ou tout au moins nuancer cette image négative. Les organisateurs des tables rondes ont cependant jugé intéressant de revenir sur une période dont l’ambition proclamée était de « terminer la Révolution »2, à la lumière des actuelles recherches et réflexions sur le pouvoir local, « composante de la dynamique nationale » à l'époque concernée. Il s’agissait donc de « mettre l’accent sur les facteurs et les processus susceptibles de consolider ou au contraire de disloquer le lien social, politique ou culturel, dans le cadre des collectivités locales, [...] une attention particulière étant portée aux modes différenciés ou convergents selon lesquels se dessinent les évolutions régionales en fonction d'antécédents révolutionnaires différents » (Jean-Pierre Jessenne). L’optique était donc résolument comparative au niveau des régions de la France directoriale et consulaire, c’est-à-dire, non seulement l’ancien royaume dans toute sa diversité, du Nord ou du bassin parisien globalement conformistes, aux provinces d’anti-révolution, voire de contre-révolution comme dans l’Ouest ou le Midi, mais aussi les territoires récemment annexés (Genève, Belgique, rive gauche du Rhin) ou vassalisés (Républiques-soeurs batave et italiennes).

3Une première séance introductive a permis de brosser à grands traits l’état des questions, en tirant les leçons du colloque de Clermont (Bernard Gainot), puis d’évoquer les spécificités politiques de deux grands espaces régionaux contigus mais bien différents : une grande « France du Nord », entre Seine et Flandre, globalement « patriote » et républicaine (Jean-Pierre Jessenne), une « Belgique », confrontée depuis 1789 aux aléas de révolutions « nationales », tour à tour conservatrice et libérale, enjeu territorial majeur du conflit francoautrichien, puis intégrée en 1795 à la Grande Nation dans le cadre des « neuf départements réunis » (Claude Bruneel).

4L’essentiel de cette première journée a ensuite été consacré aux formes contradictoires et aux dynamiques locales d’engagement ou de refus politiques des citoyens par rapport à un régime républicain, qui se voulait un « juste milieu » entre les « excès de la Terreur de l'an II » et le retour à l’Ancien Régime monarchique. Christine Peyrard a développé l’exemple d’Avignon et de la Provence, où les républicains durent entrer en résistance, dans un climat de « Terreur blanche ». Roger Dupuy a brossé un tableau nuancé de l’Ouest à partir de l’an III, où les paroisses n’étaient pas toutes unanimement « bleues » ou « blanches », et qui subit les flux et reflux d’une chouannerie endémique en pleine mutation. Une situation comparable, marquée par des formes de violence et des pratiques politiques du même ordre, sévissait dans la Basse-Normandie « chouannetée » étudiée par Sylvie Denys-Blondeau. Analysant le réveil, à partir de 1798, des structures maçonniques locales mises en sommeil au début de la Révolution, Pierre-Yves Beaurepaire, s’est placé au coeur de notre sujet en montrant combien la démarche pacificatrice des notables, anciens et nouveaux, exprimait une volonté de compromis et de stabilisation politique et sociale, au terme de la décennie révolutionnaire. Philippe Bourdin a utilisé les correspondances des trois hommes politiques auvergnats à Paris, de Thermidor à Brumaire, témoignant de leur souci d'ancrage républicain pour leur province d’origine. Enfin Philippe Raxhon s’est efforcé de montrer la volonté d’exprimer une continuité politique républicaine par le contenu et l’organisation des fêtes civiques liégeoises, du Directoire au Consulat.

5La seconde journée s'est attachée plus particulièrement à l’étude de la greffe des institutions locales du Directoire, la plus novatrice étant incontestablement celle des municipalités cantonales rurales. Michel Pertué en a d’abord décrit la laborieuse gestation, de 1789 à 1795. L’exemple de la mise en place, de la composition et du fonctionnement de cette institution éphémère (et par trop décriée), dans le sud de l’île-de-France étudié par Serge Bianchi, comme au coeur de la Picardie (canton d’Attichy, évoqué par moi-même), s’il a concerné deux espaces globalement attachés à la République, n’en témoigne pas moins des succès appréciables d'une formule administrative efficace et adaptée aux circonstances, dont les leçons pourraient s’avérer utiles à l’heure où nous envisageons – enfin – la modernisation et la simplification de notre carte territoriale. Quant au fonctionnement des municipalités urbaines, il offrait une plus grande continuité, mais il aurait fallu diversifier les études régionales en France même, pour mieux apprécier les spécificités d'Anvers (50 000 habitants) et de Turnhout (8 000 habitants), toutes deux situées dans le département annexé des deux-Nèthes, sous le Directoire et le Consulat (Fred Stevens).

6Déjà rodées en France, mais nouvellement implantées en Belgique, les nouvelles institutions judiciaires n’en ont pas moins contribué à l’acculturation politique et à l’encadrement administratif des citoyens, qu'il s’agisse des justices de paix, tribunaux de proximité par excellence, étudiés dans le canton d’Armentières (Sylvie Humbert-Convain) et le département belge de la Dyle (Jacques Logie), ou de la justice criminelle présentée pour le département du Nord (David Moyaux) et l’ensemble de la Belgique (Xavier Rousseaux).

7Enfin les interventions de Jean-Yves Guiomar sur la « Grande Nation » et de Claude Langlois sur les enjeux religieux du Directoire, étaient avant tout destinées à poser les premiers jalons pour la suite de nos travaux à Lille, en mars 1999. Si le premier s’est surtout attaché à expliciter les origines d’une expression, brusquement apparue au cours de l’été 1797, qui servit d’abord et avant-tout la propagande du général Bonaparte, le second a su brosser une synthèse magistrale de la situation religieuse chaotique au lendemain de la calamiteuse tentative de « déchristianisation » de l’an II, débouchant sur une expérience inédite et bien difficile de pluralisme cultuel, entre catholicismes romain et gallican, protestantismes, judaïsme, et théophilantropie plus ou moins officielle. L’application concrète de cette compétition et l’analyse de ses implications, en termes de pouvoir, nécessitent la réalisation d’enquêtes locales minutieuses.

8De ces deux riches journées, nourries de communications et de fructueux débats, grâce à la présence d’aussi éminents spécialistes que les professeurs Jean-Clément Martin (Nantes), Claude Mazauric (Rouen), Jean Bart (Dijon), Philippe Guignet (Lille), Gérard Gayot (Valenciennes) ou Wofgang Stein (Institut Historique Allemand de Paris), nous retiendrons avant tout l’intérêt premier des études de terrain et des confrontations régionales, qui permettent de mieux appréhender les réalités complexes et évolutives d’une période, qui paraît valoir beaucoup mieux que sa réputation pour le moins mitigée.

Notes

1 Ph. Bourdin, B. Gainot dir., La République directoriale, co-édition Sociétés des Études robespierristes, Centre d’histoire des entreprises et des Communautés et Centre de recherches révolutionnaires et romantiques, Université Biaise Pascal, Clermont-Ferrand, 1998, 2 vol., 1095 p.

2 Formule employée officiellement à l'occasion du referendum sur la Constitution de l'an III.

Auteur

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540