Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xe siècles)

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Régine Le Jean
, 
Alain Dierkens
, 
et al.

Sur les femmes et leurs éventuels pouvoirs au premier Moyen Âge

Conclusions du colloque

Stéphane Lebecq

Texte intégral

1C’est peu dire que d’affirmer que la femme est un objet d’études très sollicité en ce moment. Et pas seulement par les médiévistes que nous sommes : à Lille même, nous cohabitons aujourd’hui avec un autre colloque, sur l’Éducation des femmes de la Renaissance à nos jours ; et à Bruxelles nous cohabitions les jours précédents avec un colloque sur les femmes lettrées du XVIe siècle, tandis que le vice doyen de la Faculté des Lettres nous y annonçait une prochaine rencontre sur le thème « vies et paroles de femmes au XVIIe siècle ». Je me pose donc la question : est-ce l’avènement du printemps qui fait que les instituts de recherches et d’enseignement supérieur, émanations d’une société machiste qui célèbre volontiers la femme-objet au retour des beaux jours, privilégient la femme comme objet de leurs travaux ? En tout cas, la conjonction de l’air du temps et d’un sujet dont le contenu précis a été défini il y a quelque dix-huit mois a abouti à un résultat remarquable, une réussite scientifique que j'ai entendu louer de toutes parts dans les couloirs.

2Cette réussite est avant tout celle des différents orateurs. Je dis orateurs, parce que, dans la langue française et jusqu’à nouvel ordre, le masculin l’emporte sur le féminin ; mais en réalité treize femmes ont parlé dans le colloque contre (contre ?) seulement quatre hommes, ce qui est assez rare (en tout cas dans la tradition académique française) pour être souligné. Je dois ajouter de surcroît qu’aucune n’a utilisé la présente tribune pour affirmer la revendication d’un éventuel women power, même si toutes et tous n’ont pas manqué de souligner l’origine et la singularité presque exclusivement masculines de leur information.

3Car si on se penche un peu sur les sources qui ont permis aux uns et aux autres de fonder leur communication et par conséquent de délimiter le cadre de leur réflexion, on constate qu’il n’a guère été fait appel aux sources les plus matérielles, donc a priori les plus objectives, comme la paléoanthropologie (au demeurant si riche d’enseignements, si l’on se réfère aux Journées anthropologiques de Valbonne sur La femme pendant le Moyen Âge et l’époque moderne, éditées au CNRS en 1994), ou l’archéologie. Celle-ci n’a été sollicitée qu’à propos de l’environnement dans lequel les enfants du comte Eudes de Blois ont été élevés grâce à l’affectueuse attention de leur mère Berthe de Bourgogne, et qu’à propos des monastères doubles - ou du moins de ceux qui méritent d’être dûment cités comme tels - de la Gaule du Nord (dossier auquel les fouilles actuellement conduites par Etienne Louis à Hamage, près de Marchiennes, devraient apporter un éclairage totalement neuf).

4Au final, n’ont été à peu de choses près sollicités que des matériaux élaborés par l’homme, et donc susceptibles d’être porteurs d’idéologie. Une petite place a été faite à l’œuvre d’art, essentiellement figurée (depuis le Sacramentaire de Chelles et le Psautier d’Utrecht jusqu’aux mosaïques d’Haghia Sophia ou au Psautier grec de Paris) et au produit de l’artisanat de luxe, comme la fameuse chasuble de Bathilde. Mais, nul ne s’en étonnera, c’est de l’œuvre écrite qu’a été tiré l’essentiel de notre information : traités légués par la « science » antique ; textes juridiques et normatifs (canons, par exemple ceux du deuxième concile de Nicée ; lois, depuis les codes et novelles byzantins jusqu’à l’édit de Rothari et au corpus des lois lombardes ; capitulaires) ; sources historiographiques (comme, parmi de nombreuses autres, la continuation de la chronique de Théophane ou la chronique d’Anne Comnène), hagiographiques (de la Vie de Marie l’Égyptienne à la Vie de Liutberge), épistolaires (comme l’assez abondante correspondance échangée autour de l’impératrice Agnès de Poitou et de ses proches) ; chartes de toutes formes et de toutes origines, testaments, inventaires et registres comptables.

5Dans l’ensemble, je veux dire si on laisse de côté les documents les plus descriptifs comme les typika orientaux ou les polyptyques occidentaux, le matériel mis en œuvre est fortement imprégné du système de représentations et de valeurs de ses auteurs. Or ce matériel est à plus de 90 % d’origine masculine, plus précisément monastique ou cléricale : il exprime donc le regard que les hommes, en particulier les moines et les clercs, jetaient sur les femmes. Ce regard, dont chacun sait qu’il était dans les temps paléochrétiens et protomédiévaux fortement conditionné par la littérature patristique - je remarque au passage que celle-ci a été très peu (trop peu ?) sollicitée en tant que telle dans l’ensemble de nos travaux - était tellement dominant qu’il a même marqué le discours des quelques auteurs femmes dont le témoignage a été invoqué - qu’il s’agisse de l’Anglo-Saxonne Hugeburc, de la Franque Dhuoda, ou de la Byzantine Anne Comnène.

6Ce système de représentations est quelque peu écrasé par le poids de certains modèles, de certains types, dont les principaux et antagonistes sont la vierge d’une part et la courtisane d’autre part. Le modèle absolu est bien sûr celui de la vierge consacrée, la moniale respectueuse de ses engagements et qui utilise le voile religieux comme une cuirasse spirituelle - ce même voile, notons-le, qui devint précocement (aussi bien dans les plus anciennes représentations byzantines de la Theotokos que, pour citer un exemple occidental parmi d’autres, dans la Vierge à l’Enfant du folio 7v° du Book of Kells) l’attribut obligé de l’iconographie mariale. À l’opposé, la digne héritière d’Ève, chargée de tous les topoi véhiculés sur le deuxième sexe : la faiblesse, morale bien sûr, mais aussi physique ; le commérage et la médisance (autant de bons prétextes pour exclure la femme des tribunaux byzantins) ; l’impudeur (songeons à ces nonnes orientales hantées par le démon de la porneia, ou soulevées par le souvenir hystérique de leur fiancé perdu), le commerce du corps, voire - si Ton se réfère aux fantasmes tératologiques de Pierre Damien - la prédisposition de la femme pécheresse à enfanter des monstres.

7Entre ces deux pôles, la réalité qu’on a aperçue propose toutes sortes de figures, dont les singularités sont déterminées par les hasards et les nécessités de la vie : je veux dire les paramètres de l’âge, du statut juridique et social, ou - on ne peut plus variable - des aléas de toute biographie, par exemple une conversion, une entrée en religion, un mariage, une maternité, un veuvage. Bien sûr. c’est ici. loin (ou du moins à l’écart) du poids écrasant des modèles, qu’on peut entrevoir quelques realia.

  • comme la femme dans le quotidien de son affection ou de son autorité maternelles (qu’on pense à Berthe de Bourgogne, à l’impératrice Eudocie Makrembolitissa, à Anne Dalassène) ;

  • comme la femme au travail (non pas au dur maniement de l’araire, que Géraud d’Aurillac et Odon de Cluny considèrent comme un opus virile, mais à l’opus textile, qu’on voit par exemple exigé des dépendantes de l’abbaye de Prüm, ou à l’opus scribendi, tel qu’on le voit pratiqué dans les scriptoria féminins de Jouarre et de Chelles) ;

  • ou comme la femme dans l’exercice éventuel du pouvoir, dont il a été beaucoup question, comme nous y invitait l’intitulé même du colloque.

8Qu’un pouvoir ait été reconnu aux femmes, dans ces sociétés qui, en Orient comme en Occident, étaient tellement marquées, au-delà même de toutes les pesanteurs anthropologiques, par le système de valeurs du christianisme, peut paraître paradoxal. Car, comme il nous l’a été dit, beaucoup d’entre elles ne se voyaient reconnaître aucun droit, je veux dire aucune reconnaissance juridique, voire même parfois ontologique. Cela est surtout net en Orient, où pesait sans doute plus qu’ailleurs le poids de la tradition civile grecque, dans laquelle la capacité des femmes - même nées citoyennes - de générer des citoyens souffrait de nombreuses interdictions. Or, dans le droit byzantin, tel qu’on le voit se perpétuer du Code justinien aux Novelles de Léon VI, les femmes continuèrent de souffrir de nombreuses incapacités, pas seulement en matière civile (elles restaient écartées de toute charge publique), mais aussi devant les tribunaux, dont l’accès leur était pratiquement interdit. Au fond, en Orient comme en Occident, leur seule place était à la maison, ou, pour parler le langage des polyptyques, dans le manse. Ce qui ne revient pas à dire qu’elles n’y avaient aucun pouvoir.

9Car c’est là, bien sûr, qu’elles s’imposaient dans leur rôle de mater - et pour commencer (qu’on me pardonne la lourdeur du jeu de mots) dans celui de matrix, qui leur donnait une responsabilité fondamentale non seulement dans la reproduction de l’espèce, mais plus encore dans la pérennisation - variant suivant les systèmes idéologiques - du peuple, de la cité, du lignage : ainsi nous a-t-il été rappelé que c’est à la femme plus qu’à l’homme qu’appartenaient dans la tradition juive la perpétuation du peuple, et dans la tradition romaine celle de la cité. Il est par ailleurs bien connu que dans l’idéologie sociale des aristocraties du premier Moyen Âge, la fonction principale du mariage était la pérennisation des lignages : cela nous a été vigoureusement rappelé, exemples à l’appui, aussi bien à propos de la Byzance des IXe-Xe siècles que de l’Occident des Xe-XIe siècles.

10C’est également au sein du foyer que la mère, spécialement (mais pas exclusivement) dans les milieux aristocratiques, exerçait sa responsabilité de prime éducatrice de ses jeunes enfants, disposant par exemple de ce mobilier adapté (berceau, cuvette de bain...) qu’on aperçoit à la cour comtale de Blois, leur donnant à l’occasion les meilleurs atouts matériels (beaux vêtements, parures précieuses) pour réussir dans la vie (comme la Galate Marie à son fils Théodore de Sykeon les élevant dans l’obsession de la crainte de Dieu (comme la Syrienne Marthe mère du Stylite Syméon le Jeune), ou écrivant carrément à leur intention un miroir destiné à leur éducation, comme le fameux liber manualis rédigé par l’aristocrate carolingienne Dhuoda pour son fils Guillaume.

11Certaines nous sont apparues comme détentrices d’une indéniable puissance économique, que leur ont par exemple valu un bel héritage, un beau mariage, un confortable veuvage. Il semble bien que ce soit la mise en vente ou l’engagement de sa propre dot qui ont permis à la Thessalonicienne Eudocie Bourion de sauver de la ruine son mari, le prôtospathaire Etienne Rasopôlès, et sa famille. Berthe de Bourgogne, devenue veuve, nous est apparue comme la gestionnaire efficace, non seulement de son douaire - ce qui, au fond, n’avait rien d’étonnant -, mais aussi de l’ensemble du patrimoine de son mari défunt par souci de préserver l’héritage de ses enfants. Plus généralement, il nous a été rappelé que, dans les royaumes francs des IXe-Xe siècles, l’appréciation du poids économique des familles jouait un rôle essentiel dans les stratégies matrimoniales des milieux comtaux, même si in fine c’est au mari que revenait, par la Morgengabe et la dos, la constitution du douaire. Il faut dire en effet - et on n’en sera pas surpris - que, dans presque tous les exemples cités, la puissance économique de la femme n’est apparue que temporaire, ou déléguée, en tout cas maintenue sous le contrôle ou au service du pouvoir masculin : celui du père, du mari, du fils.

12Néanmoins certaines parmi ces femmes, bénéficiant d’un éclairage particulier, nous sont apparues comme flottant au sommet des vagues de l’histoire. Impératrices, reines, comtesses, on les a vues exercer un réel pouvoir, ou pour le moins une réelle influence, même dans l’ordre politique, sur leur mari, ou sur leur fils, surtout quand un veuvage précoce leur reconnaissait ce qu’on appellerait à partir de la fin du Moyen Age un droit de régence. Il nous a même été dit que le couple comtal ne formait pas seulement un connubium, ce qui allait de soi, mais aussi un consortium dans lequel l’épouse devait à son époux fides et consilium, ce qui faisait d’elle la coresponsable des actes de son mari, et qui lui valut dès la fin du IXe siècle une véritable reconnaissance dans la titulature produite par les nécrologes et actes diplomatiques, puisque, de simple épouse du comte, elle devint en toutes lettres comitissa. Mais la reconnaissance quasi juridique de cette responsabilité ne doit pas nous masquer l’essentiel : le consortium du couple comtal était une communauté à base essentiellement affective et matérielle, dans laquelle l’épouse restait sous la tutelle, disons le mundium, de son illustre époux. Sans doute peut-on dire de toutes celles-là ce qui a été dit très explicitement aussi bien des aristocrates lombardes que des reines carolingiennes : c’est plus une apparence d’autorité ou de puissance qui leur a été reconnue qu’un véritable pouvoir.

13Un point de convergence entre plusieurs communications, concernant aussi bien l’Orient que l’Occident, aussi bien le début que la fin de la période considérée, a été, me semble-t-il, que la femme à laquelle le consensus social concédait le plus volontiers un pouvoir était, d’une certaine manière, la femme invertie, la femme-homme. Ainsi, si l’on va du premier degré de l’inversion jusqu’au plan le plus métaphorique :

  • la femme qui trouvait dans le travestissement masculin une force matérielle et spirituelle : c’est le cas de la Papula qui, suivant Grégoire de Tours, se déguisa en homme pour vivre, vir inter viros, sa vocation religieuse à l’abri de toute poursuite familiale ;

  • la femme qui exhibait des vertus de force ou d’autorité réputées masculines (celle, donc, qui vivait viriliter, comme, cas linguistique limite, la virago évoquée par la Vita Liutbirgae), et qui constituait un véritable topos de l’hagiographie franque des VIe-XIe siècles ;

  • peut-être l'abbatissa (je note au passage le paradoxe lexical de ce mot, qui n’est que la féminisation du mot abbas, père : étymologiquement parlant, l’abbesse est une père - dirais-je une parraine ?), en particulier l’abbesse d’un monastère double, qui, forte de la position acquise grâce à sa propre famille, commandait aux deux communautés, masculine et féminine, et qui pouvait exiger, comme dans une inversion du modèle matrimonial entrevu plus haut, le consilium des hommes de la communauté jumelle ;

  • enfin la veuve qui, voilée ou non, devenait éventuellement un être asexué, ainsi qu’il est ressorti, peut-être avec quelque hardiesse, d’une de nos premières discussions (rappellerai-je que la bibliographie francophone de la question reste dominée par le volume édité par Michel Parisse sur Veuves et veuvage dans le haut Moyen Âge, Paris 1993 ?).

14Au moment de conclure, je voudrais souligner le fait qu’on n’a guère parlé de l’éventuel pouvoir de séduction de la femme. Certes il a été question de la pulchritudo, qui devait, suivant Jonas d’Orléans, figurer dans la corbeille de mariage de la bonne épouse au même titre que la naissance et la beauté morale ; certes il a été plusieurs fois question des concours de beauté préalables aux fiançailles princières, et qui, inspirés peut-être d’une très ancienne pratique orientale (le livre d’Esther en signale à la cour d’Assuerus de Perse), paraissent avoir été d’usage plus courant à la cour byzantine qu’à la cour carolingienne (même si, comme cela nous a été rappelé, c’est grâce à un tel concours que Louis le Pieux découvrit Judith). Mais est-il ici et là question de l’initiative séductrice de la jeune fille ou de la femme ? Bien sûr que non ! La beauté physique n’était au fond qu’une valeur ajoutée à ce qui faisait l’essentiel du prix de la femme dans le marché des valeurs matrimoniales : l’illustration de sa naissance, le poids de sa fortune et l’éclat de ses vertus.

15Pouvoir de la femme, donc, dans l’Orient et l’Occident du premier Moyen Âge ? Ce qu’on a plutôt vu ici, dans le duché de Bénévent, à Byzance, à la cour carolingienne, dans les monastères féminins des chrétientés orientale et occidentale, dans les grandes et petites exploitations foncières, et dans presque tous les autres lieux balayés par le faisceau de notre observation, ce fut concession conditionnelle et apparence de pouvoir, ou, pour mieux dire en multipliant les emprunts textuels (que je souligne) aux communications entendues,...droits très faibles et malléables ;...pouvoirs mouvants, contestés, fragiles ;...délégation temporaire d’autorité... Au final, la femme ne sera restée pendant tous ces siècles (à quelques très singulières exceptions près ?) qu’un objet social, qui ne trouva l’opportunité de s’imposer que dans les interstices de la loi, ou des pratiques sociales. Cela n’est peut-être pas une découverte, mais il était important de le rappeler, et surtout de le démontrer. Merci à tous d’y avoir contribué.

Auteur

Université de Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540