Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xe siècles)

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Régine Le Jean
, 
Alain Dierkens
, 
et al.

Femmes au miroir des polyptyques : une approche des rapports du couple dans l’exploitation rurale dépendante entre Seine et Rhin au IXe siècle

Jean-Pierre Devroey

Texte intégral

  • 1 J. L. Nelson, « Commentary on the papers of J. Verdon, S.F. Wemple and M. Parisse », dans Frauen in (...)

Thinking over the historiography of early medieval women leaves me unsure whether to be more impressed by the difficulty of the subject, or by the energy with which it is currently being tackled1

  • 2 E. Ennen, Frauen im Mittelalter, München, 1985. Histoire des femmes en Occident, sous la dir. de G. (...)
  • 3 D. Herlihy, Opera muliebria: Women at Work in Medieval Europe, Philadelphia, 1990.
  • 4 B. Andreolli, « Tra podere e gineceo. Il lavoro delle donne nelle grandi aziende agrarie dell’alto (...)
  • 5 L. Kuchenbuch, « Opus Feminile. Das Geschlechtverhältnis im Spiegel von Frauenarbeit im früheren Mi (...)

1L’autorité de Janet Nelson, évoquée ici en liminaire, n’est pas inutile pour justifier la modestie des résultats que nous nous proposons de présenter aujourd’hui. L’intérêt pour la « femme en tant que femme » dans la société rurale du haut moyen âge n’a guère plus de dix ans2. Trois tableaux d’ensemble ont été publiés coup sur coup en 1990 et 1991 par David Herlihy3, Bruno Andreolli4 et Ludolf Kuchenbuch5. Ces recherches éclairent d’un jour nouveau les questions du rôle et du statut économique et social de la femme et présentent des résultats convergents.

  • 6 Cité par J. P. Poly, « Régime domanial et rapports de production « féodalistes » dans le midi de la (...)
  • 7 Ambrosius Mediolanensis, Epistulae, lib. 4, epist. 15: (Ad) Irenaeo [...] Sic enim scriptum est: No (...)

2Une anecdote racontée par Odon de Cluny dans les années trente du Xe siècle met en scène la rencontre, une trentaine d’années auparavant, de Géraud d’Aurillac avec une femme de la campagne, qui conduit l’araire. Le saint lui demande comment elle ose se livrer à un opus virile. La femme répond que son mari est malade, alors qu’approche la saison des semailles, et que personne ne peut l’aider à labourer. Géraud met fin à cette calamité, qui l’afflige, en lui donnant l’argent qui lui permettra d’engager des ouvriers agricoles et de cesser ainsi un travail d’homme. Il rétablit ainsi les lois de la nature6 : « la nature rejette toute tromperie et, Dieu, qui est son auteur a en horreur qu’on aille contre elle ». Ce récit illustre la force du contraste qui oppose la part de l’homme à celle de la femme dans le partage des travaux agricoles. La notion d’opus virile n’est pas entrée dans les textes de la pratique au haut moyen âge. Avant le XIIe siècle, où elle se banalise, l’idée d’une ségrégation sexuelle du travail constitue un rare emprunt à l’œuvre d’Ambroise de Milan7.

  • 8 Vita Meinwerci episcopi, ed. F. Tenckoff, MGH SS in us. schol., cap. 146-151. Cap. 148: Nihem quoqu (...)

3Il est toutefois évident que les territoires respectifs de l’homme et de la femme devaient être clairement délimités dans la conscience des contemporains d’Odon de Cluny. Au début du XIe siècle, Meinwerk, évêque de Paderborn, entreprend de visiter régulièrement les domaines de son évêché. Qu’il s’agisse de prévoir les réserves de nourriture nécessaires à l’approche de la moisson ou d’assurer des distributions aux indigents, de mesurer la fidélité des serfs ou d’adoucir les charges seigneuriales pour la veuve et l’orphelin, ses interlocuteurs sont des hommes, les intendants de ses domaines. L’évêque adresse ses reproches à deux reprises à des femmes. À la femme du villicus de Nihem, il commande de se dépouiller de ses vêtements pleins d’ostentation, pour arracher les orties et les autres mauvaises herbes qui avaient envahi un jardin. Arrivé dans une autre curtis, il blâme la « mère de famille », parce qu’il y manque de poules et de poulets et, lorsque celle-ci invoque une pénurie de nourriture, lui recommande de déplacer la volaille de lieu en lieu dans la cour, où elle se nourrira de petits vers. Au paysan, les labours ; à l’intendant, le maintien de l’ordre social, l’approvisionnement des greniers ou la levée des cens. À la femme du villicus, le soin des jardins ; à la mère de famille, celui du poulailler8...

  • 9 Sur le problème de l’obligation du repos dominical, voyez en dernier lieu G. Philippart, « Temps sa (...)
  • 10 Admonitio generalis (789), cap. 81, MGH LL Capit 1, no 22, c. 81, p. 61.
  • 11 La sphère domestique reste en dehors de la prohibition du travail définie par les Pères conciliaire (...)

4Le travail de la femme n’est apparu aux yeux de l’Église comme une activité productive interdite le jour du Seigneur, qu’avec près de trois siècles de retard sur les travaux agricoles des hommes9. C’est à la fin du VIIIe siècle que la norme ecclésiastique a pris en compte les travaux des femmes parmi les opera servilia prohibées. Aux hommes, déclare l’Admonitio generalis, Dieu a prescrit d’interrompre le dimanche les opera ruralia : cultiver la vigne, labourer les champs, moissonner ou faucher les foins, placer des clôtures, défricher dans les bois ou y couper des arbres, travailler à la carrière ou construire des maisons et jardiner, se rendre au plaid judiciaire ou se livrer à la chasse et la plupart des transports. Aux femmes, il a interdit les opera textilia, de tailler des vêtements, de coudre ou de broder, de filer la laine ou battre le lin, de laver des vêtements en public ou de tondre les brebis10. Laver en public : une part au moins de la sphère et des travaux domestiques reste donc en dehors de la prohibition du travail dominical11.

  • 12 L. Kuchenbuch, Opus Feminile, cité ci-dessus n. 5, p. 139-144 et 149-159. Ambroise de Milan affirme (...)
  • 13 Jusqu’au début du XIIe siècle. Voyez la démonstration bien argumentée de D. Herlihy, Opera muliebri (...)
  • 14 « [...] nec berbices tundere [...] »: Admonitio generalis (789), cap. 81, MGH LL Capit. 1, no 22, c (...)
  • 15 Par exemple, dans le polyptyque de Prüm ; Das Prümer Urbar, hrsg. v. I. Schwab, Düsseldorf, 1983, ( (...)
  • 16 Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims (IXe-XIesiècles), éd. J. P. (...)

5Kuchenbuch a montré de manière particulièrement claire que le travail productif de la femme, l’opus feminile, est intimement lié dans les textes normatifs et dans les documents de la pratique du IXe siècle à l’opus textile’12. À la femme, et sans doute à la femme seule, est revenu de manier la quenouille durant tout le haut moyen âge13. L’assimilation est si forte qu’elle intègre au territoire des femmes tous les stades de la production textile : laver et tondre les brebis14 avant de carder puis de filer la laine ; récolter et battre le lin, avant de le rouir, puis de le préparer pour le filage15. Le lin, sous forme de semences ou de filasse, est la redevance caractéristique des paysannes libres, comme l’est pour les serves la fabrication de la toile de lin ou du drap de laine. Et dans un domaine de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, une substance tinctoriale, le vermillon, apparaît aussi comme une charge spécifique des femmes16.

  • 17 Voyez par exemple l’importance des femmes dans les activités pastorales dans l’Irlande médiévale, q (...)
  • 18 Le lin n’est que faiblement représenté à Villiers-le-Sec avant le VIIIe siècle. Ph. Guilbert, « L’e (...)
  • 19 R. Delort, « Fibres textiles et plantes tinctoriales », dans L’Ambiente vegetale nell’alto medioevo (...)
  • 20 Cité par W. Endreï, L’évolution des techniques de filage et de tissage du Moyen Âge à la Révolution (...)

6Il serait faux de considérer comme une sorte d’invariant culturel la division des tâches entre hommes et femmes dans les sociétés rurales traditionnelles17. Le partage des tâches y varie dans le temps et dans l’espace, en fonction de modèles de comportement social ou des exigences du travail de la terre. Les espèces cultivées et le rythme des saisons et des jours qu’elles imposaient réglaient également la division des métiers et des rôles entre les sexes. Dans la région parisienne, la forte croissance du lin parmi les pollens observés à partir du VIIIe siècle coïncide avec l’essor du grand domaine18. La place importante que le lin occupe dans l’économie domaniale peut expliquer l’intervention de la femme à tous les stades de la préparation de la matière textile. Le lin est, comme le chanvre, une culture de jardin, qui fait partie du territoire des femmes. Il vient à maturité en juillet. Il est arraché et non coupé. Et le long travail qui mène au fil coïncide à la période la plus intense de l’année agricole. Il est « beaucoup plus écrasant que celui menant à la farine ; et celui du tissage n’a aucun rapport avec celui du boulanger pour passer de la farine au pain »19. Un ethnologue hongrois a estimé qu’il fallait plus de 1500 heures de travail pour traiter de l’arrachage au filage la production d’un hectare et demi de chanvre20.

  • 21 P. Grimm, « Zwei bemerkenswerte Gebaüde in der Pfalz Tilleda », dans Prähistorische Zeitschrift, 41 (...)
  • 22 P. Toubert, La part du grand domaine, cité ci-dessus n. 21, p. 79. Sur l’organisation de la seigneu (...)
  • 23 L. Kuchenbuch, Opus Feminile, cité ci-dessus n. 5, p. 156 et no 46.
  • 24 Voyez en dernier lieu A. E. Verhulst, « Economic Organisation », dans The New Cambridge Medieval Hi (...)
  • 25 G. Pasquali éd., « S. Giulia di Brescia », dans Inventari altomedievali di terre, coloni e redditi,(...)
  • 26 Dans les grandes maisonnées laïques, le phénomène est particulièrement sensible au Xe siècle. Voyez (...)

7Quelle a été la part de l’exploitation seigneuriale et de la production paysanne dans l’artisanat textile du haut moyen âge ? La révélation, au début des années soixante, de la découverte de deux grands ateliers textiles dans les fouilles du palais ottonien de Tilleda a constitué le point de départ d’une série de recherches sur les gynécées médiévaux. Ces ateliers domaniaux, qui ont pu rassembler une à deux douzaines de femmes, ont-ils concentré la production textile dans le cadre du grand domaine21 ? Le gynécée est certes présenté par la Lex Alamannorum et dans l’organisation idéale du patrimoine royal exposée dans le capitulaire De villis, comme une composante du très grand domaine, où il a pu englober le cycle de fabrication complet du textile, de la fibre au tissu teinté22 Il aurait représenté une sorte de « réserve artisanale » pour le travail féminin dans le cadre d’un prélèvement assez comparable à ce qu’était la corvée pour le travail masculin. Beaucoup de ces installations collectives échappent sans doute au style de description trop sommaire de la réserve dans les polyptyques23. Rien n’autorise cependant à penser que le gynécée, au même titre par exemple que la brasserie ou le moulin, ait systématiquement fait partie des installations de la réserve et que ses activités aient pu dépasser partout l’artisanat domestique. L’idée d’une très grande diversité du régime domanial plaide pour l’existence de différences régionales dans la composition et les productions de la réserve24. À Santa Giulia de Brescia, où le polyptyque décrit la réserve de 85 curtes et curticellae, seule la cour de Nuvolera était dotée d’un genitium25. Là où la réserve était solidement organisée et surveillée directement par le seigneur ou par son intendant, la production textile pouvait être concentrée dans un atelier domanial et confiée à la domesticité du manoir. Cette situation a pu se rencontrer dans certains domaines royaux et ecclésiastiques, et surtout dans les grandes maisonnées laïques, où les femmes pouvaient être réunies (avec la maîtresse de maison) pour se livrer à l’opus textile. Dans certaines villae, des paysannes, installées dans des manses, effectuaient également des travaux de couture dans la camera domaniale26.

  • 27 Hincmar de Reims, Capitula quibus de rebus magistri et decani per singulas ecclesias inquirere, et (...)

8Des petits groupes de femmes œuvraient également de concert aux travaux textiles, chez des petits ou moyens propriétaires. Les décisions d’un synode tenu à Reims en 863 contiennent une condamnation du prêtre, qui achèterait des terres par un prête-nom ou userait des biens de son église pour y faire des bâtisses et, entre autres, y installer des femmes « quae lanificium suum exerceant, et curam domus agant, et ad eandem loca presbyter incongrue recurrerit, frequentaverit, vel manseri »27. Le prêtre de paroisse me paraît ici une figure assez représentative du petit propriétaire, qu’une documentation lacunaire laisse ordinairement dans l’ombre.

  • 28 P. Toubert, La part du grand domaine, cité ci-dessus n. 21, P-80.
  • 29 Sur la diffusion de l’artisanat textile dans les manses, voyez P. Toubert, La part du grand domaine (...)
  • 30 Dans une région de production textile de l’importance de la Frise, la prédominance du travail domes (...)

9L’archéologie et les textes montrent que la production textile s’est aussi déroulée tout naturellement dans le cadre familial28. L’opus textile est une ressource indispensable à l’habillement du ménage. La maîtrise du travail du bois, nécessaire à la construction d’un métier, était à la portée de tout ménage paysan. Dans les domaines de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, où l’élevage ovin était particulièrement répandu dans les tenures paysannes et où la livraison de têtes du cheptel familial était très fréquemment demandée aux tenanciers, aucune redevance en laine n’a par exemple été relevée. On peut donc penser que la laine tondue y restait la part des paysans29. La multiplication des fouilles d’habitat rural du haut moyen âge met en évidence la présence fréquente d’une « cabane de tisserand » parmi les fonds de cabane rattachés à l’habitation principale. Elle est habituellement constituée d’une seule pièce excavée de 6 à 8 m2, en général dépourvue de foyer et munie d’un métier à tisser vertical à deux barres. Dans un site carolingien comme celui de Villiers-le-Sec, dans une zone de culture du lin, la dispersion des ustensiles textiles comme des lissoirs en verre, des fusaïoles, des peignes à carder et des broches de tisserands témoigne que l’activité textile est pratiquée dans toute la zone d’habitat domestique du village30.

  • 31 Ces activités sont groupées par la recherche allemande sous le concept de « generativen Arbeit ». V (...)
  • 32 Voyez ci-dessus et n. 8. Pour le jardinage, voyez l’exemple de Mehring, ci-dessous, n. 35. L’engrai (...)
  • 33 Première apparition de ce topos chez Grégoire de Tours, Liber in gloria Martyrum, 15. MGH SS rer. M (...)

10L’importance de l’artisanat textile et son assimilation au travail de la femme ne doivent pas faire oublier la multitude des autres tâches féminines. Les polyptyques n’en donnent qu’une image lacunaire. Dans les tâches agricoles, les registres ne citent que celles qui répondent aux exigences du maître. Il ne faut pas y chercher (mais les choses ont-elles vraiment changé ?), de mention des travaux domestiques : préparer les repas, laver le linge, mettre au monde et élever les enfants31..., ou de certaines tâches agricoles : nettoyer le potager, soigner la basse-cour32... Et alors que les polyptyques restent muets sur ce sujet, tous les récits de miracles, qui les mettent en scène, montrent que le dur labeur de manier le moulin à bras était aussi le privilège de la femme33.

  • 34 L. Kuchenbuch, Opus Feminile, cité n. 5, p. 159-161.

11Le style de rédaction des listes de redevances payées par les manses ne permet généralement pas de déterminer de manière complète la part du travail de l’homme et de la femme dans la marche de l’exploitation. L’une ou l’autre exceptions éclairent toutefois cette question34.

  • 35 Das Priimer Urbar, cité no 15, p. 182-184, cap. 24 (893) : Ex supradictis mansis habet Eurihc mansu (...)

12À Mehring, un domaine de l’abbaye de Prüm situé le long de la Moselle décrit à la fin du IXe siècle, les charges des tenanciers étaient réparties en deux listes35.

  • 36 L. Kuchenbuch, Opus Féminile, cité n. 5, p. 159, estime que la mention d’un cens en vin important, (...)
  • 37 Le partage des tâches pour les travaux de la moisson entre mari et femme est également stipulé à Fr (...)

À l’homme :

- poules et œufs

- coupe et artisanat du bois

- travaux de culture des champs et des vignes

- charrois

- fabrication du pain

- récolte des glands

À la femme :

- vin36

- cueillette des mures

- fabrication de la moutarde

- nettoyage du potager

- récolte et préparation du lin

- laver et tondre les brebis

En commun :

- fenaison, moisson37 et vendanges

  • 38 Le polyptyque et les listes de cens de l'abbaye de Saint-Remi, cité n. 16, p. 50 (ap. 848) : Dodo s (...)

13Les charges sont également partagées entre l’homme et la femme dans des manses serviles décrits dans le polyptyque de l’abbaye de Saint-Remi de Reims au milieu du IXe siècle38

Sault-Saint-Remi

À l’homme :

- poules et œufs

- coupe et artisanat du bois

- travaux de labour et de récolte

- maltage de l’orge

À la femme :

- argent

- matière tinctoriale

- poules, œufs et poules grasses

En commun :

- rachat du service d’Aix

Viel-Saint-Remi

À l’homme :

- fourniture de torches

- travaux de labour

- transport du fumier

- les autres services qui lui sont imposés

À la femme :

- argent

- poules, œufs et poules grasses

  • 39 Voyez aussi les exemples de la fourniture de torches, de fer et de services de portage parmi les re (...)
  • 40 H. W. Goetz, Leben im Mittelalter, München, 1986, p. 52-53 ; le-même, Frauenbild und weibliche Lebe (...)
  • 41 Confié à Mehring et Sault-Saint-Remi (cité ci-dessus, n. 35 et 38) à l’homme. Associé à la femme, p (...)
  • 42 L’archéologie du village, en plein développement, devrait permettre de mieux connaître les variatio (...)

14Le territoire de l’homme s’étend donc aux champs et aux forêts, aux charrois et à l’artisanat du bois39. La Femme apparaît comme la Hausfrau, à la fois mère et maîtresse de maison40. À la Femme appartient la sphère domestique, de la maison au jardin, de l’atelier au foyer ; l’éducation des enfants, le jardinage, l’élevage (engraissement) de basse-cour, la production textile... Certains rôles sont tantôt associés à l’homme, tantôt à la femme : ce sont singulièrement la confection du pain et le maltage du grain41 deux activités qui ont pu se dérouler dans le foyer familial (au deux sens du mot), dans le territoire de la femme, ou dans des installations collectives situées en dehors de la maison et de ses abords immédiats, dans le territoire des hommes42. À l’avenir, une étude systématique des asymétries entre homme et femme dans les redevances personnelles, qui reste à mener au masculin, devrait encore venir enrichir et nuancer ce tableau.

  • 43 P. Toubert, « Le moment carolingien (VIIIe-Xe siècle), dans Histoire de la famille, t. 1, Mondes lo (...)
  • 44 R. Le Jan, « Entre maîtres et dépendants : réflexions sur la famille paysanne en Lotharingie, aux I (...)
  • 45 Souligné par H. Wunder, « Historische Frauenforschung. Ein neuer Zugang zur Gesellschaftsgeschichte (...)

15L’anecdote de Géraud d’Aurillac doit aussi diriger notre attention vers un aspect fondamental de la société carolingienne : « la prépondérance écrasante... d’une structure familiale fondée sur la famille conjugale simple »43. Son mari malade, la femme ne trouve personne, dans son entourage immédiat, qui puisse labourer les champs du ménage. Dans une étude très fine des listes de mancipia en Lotharingie aux IXe et Xe siècles, Régine Le Jan vient de montrer que c’est dans le courant du IXe siècle que le mode d’entrée, qui s’y faisait antérieurement par sexe ou par suite de noms, est devenu conjugal44. L’émergence du couple comme cellule de base de la vie sociale des campagnes a des conséquences considérables sur la condition et les rapports des hommes et des femmes entre eux. La vie en couple signifie des relations mutuelles, qui ne se réduisent pas à la dépendance juridique traditionnelle de la femme ou à l’interdépendance économique du ménage paysan, mais doivent revêtir également une dimension émotionnelle, que les sources sont bien incapables de refléter45.

  • 46 Voyez en dernier lieu, J.-P. Devroey, « La démographie du polyptyque de Saint-Remi de Reims », dans(...)
  • 47 P. Toubert, Le moment carolingien, cité n. 43, p. 337-338. L. Kuchenbuch, Bauerliche Gesellschaft u (...)
  • 48 Voyez en dernier lieu, H.-W. Goetz, « Zur Namengebung baüerlicher Schichten im Frühmittelalter. Unt (...)
  • 49 Contra B. Andreolu, Tra podere e geniceo, cité n. 4, p. 29-30, croit pouvoir affirmer une certaine (...)

16Avec le triomphe de la famille conjugale, le cercle familial des proches et des cousins ne s’efface pas comme structure de représentation sociale dans les campagnes. Vers 850, les enquêteurs, qui recensent les paysans de Saint-Remi de Reims, dressent à la fois l’état des ménages dans l’ordre des feux et des listes de plusieurs milliers de noms de personnes, ordonnés dans la sphère de la famille large46. Malgré la pauvreté du vocabulaire de la parenté dans le monde rural47, le mode de dénomination dénote, au travers de la variation thématique, l’existence d’une véritable conscience familiale et le désir chez les paysans de perpétuer le souvenir de leur origo. L’étude des variations de la dénomination n’a pas révélé une nette prépondérance des thèmes issus de la famille paternelle ou l’existence de préférence dans la dénomination des filles48. Mais ceci n’indique rien sur le pouvoir de la femme dans la transmission du nom49.

  • 50 Des femmes n’apparaissent comme co-tenanciers d’un manse qu’à Villance. Das Prümer Urbar, cité n. 1 (...)
  • 51 L. Kuchenbuch (Opus Feminile, cité n. 5, p. 160-161, no 57) fournit un relevé des tenures marginale (...)

17La place accordée au couple à partir du IXe siècle témoigne du programme politique et religieux de l’État franc et de son projet d’organisation de la société rurale. Elle se traduit par la naissance et l’expansion rapide d’une nouvelle institution agraire, le manse, qui s’est répandue au départ de la région parisienne à partir du VIIe siècle. Le manse, qu’un texte contemporain définit à juste titre comme la terra unius familiae est donc à l’origine une cellule économique et sociale adaptée à la famille conjugale, un ménage, puisque ce mot vient précisément du latin médiéval mansionaticum. L’organisation de la villa traduit les exigences de la production céréalière. Elle implique l’installation ou la fixation dans les manses d’un groupe d’agriculteurs spécialisés, manœuvriers ou bouviers aptes à manier la charrue. La raison d’être du manse dans le grand domaine est l’opus rurale, qui est, on vient de le voir, œuvre virile. Les conjectures sur la possibilité offerte à la femme d’être à la tête d’une telle exploitation doivent se ranger à cette évidence, que rappelle avec vigueur la vie de Géraud d’Aurillac. Dans les terres romanes, la présence des femmes comme seules tenancières d’un manse représente quelques dizaines de cas. Je n’ai par contre relevé aucun exemple semblable dans les domaines germaniques de l’abbaye de Prüm50. On doit donc s’attendre à des variations régionales, voire locales, dont la cartographie pourrait se révéler à l’avenir éclairante51.

  • 52 Uualateus colonus et uxor eius colona, nomine Framengildis, homines sancti Germani, habent secum in (...)
  • 53 B. Lützow, « Studien zum Reimser Polyptychum Sancti Remigii », dans Francia, 7, 1980, p. 19-99, aux (...)
  • 54 Voir par exemple à Ville-en-Selve : Femine simul cum prescriptis vins mansa tenentes ; Le polyptyqu (...)
  • 55 Cette question doit être abordée avec beaucoup de prudence. Voyez F. L. Ganshof, « Le statut de la (...)
  • 56 Dans les biens de Saint-Germain-des-Prés situés dans la centena de Corbon. Das Polyptychum von Sain (...)
  • 57 P. Galetti, La donna contadina, cité n. 15, p. 41-54. Pour l’A., la zone romano-byzantine conservai (...)

18En règle générale, les inventaires carolingiens attribuent à l’homme la primauté dans la tenure et l’exécution des charges domaniales52. La Loi des Alamans attribue sans détour les obligations du tribut au serf chasé sur un manse. La distinction entre l’homme et la femme n’y apparaît qu’à propos des services de travail. Britta Lützow et Ludolf Kuchenbuch ont certes signalé le cas d’un domaine de Saint-Remi de Reims, où le singulier tenet ou le pluriel tenent sont utilisés alternativement à propos de couples, tenanciers responsables de manses53. Dans plusieurs chapitres du polyptyque rémois, le rédacteur sépare des listes de tenanciers responsables (dans l’écrasante majorité des cas, des hommes) l’énumération des « femmes qui tiennent ces manses avec les hommes susdits »54. Le couple « tient » donc ici le manse en commun, mais rien ne permet d’en conclure à une égalité de droits et de devoirs des conjoints. La prudence s’impose en l’absence de toute indication sur ce qu’ont pu être les règles du droit vulgaire et de la coutume domaniale pour la transmission héréditaire de la tenure55. La variation a été aussi sociale ou géographique. Dans le Perche du début du IXe siècle, une série de notices, qui concernent probablement des familles de la paysannerie libre aisée illustrent une véritable stratégie matrimoniale, où des femmes donnent des terres propres à leur mari ou apparaissent comme leur égal dans les stipulations d’un contrat de précaire56. En Italie, l’étude des contrats agraires permet d’apercevoir deux aires culturelles : le domaine « romano-byzantin », où la femme apparaît régulièrement, si pas toujours, aux côtés de son mari comme locataire de la terre et l’aire lombarde et franque, où l’on rencontre peu de femmes concessionnaires de terres57.

  • 58 Dans les domaines de Prüm, par exemple ; à Rommersheim (Das Prümer Urbar, cité n. 15, p. 168, cap. (...)

19Dans la pratique, les femmes « excédentaires », veuves, filles ou sœurs de tenanciers paraissent avoir été assez nombreuses à devoir quitter les manses. Cette impression est confirmée par la fréquence des mentions de femmes seules ou accompagnées d’enfants dans des tenures marginales les plus petites du village : maisons avec ou sans courtil, fermes réduites à un champ, hostises ou petites fractions de manse58.

  • 59 L’hypothèse de l’infanticide des petites filles est fréquemment émise sur la base des travaux d’Emi (...)
  • 60 C. Klapisch-Zuber, « Les femmes dans les stratégies familiales et sociales », dans Histoire des fem (...)
  • 61 J.-P. Devroey, « À propos d’un article récent : l’utilisation du polyptyque d’Irminon en démographi (...)

20Comment les rapports sociaux et économiques, qui règnent dans les campagnes carolingiennes décrites dans les polyptyques, se sont-ils traduits en différences dans la condition féminine et masculine ? Avec son caractère double d’exploitation familiale et agricole orientée vers le labour et les autres tâches masculines de l’opus rurale, le manse a pu connaître un réel déséquilibre démographique entre hommes et femmes. Les variations du taux de masculinité — autrement dit le nombre d’hommes pour 100 femmes — ont déjà fait couler beaucoup d’encre. Si les femmes sont effectivement moins nombreuses que les hommes dans les recensements des polyptyques, cette situation trahit-elle leur sous-enregistrement, les effets d’une mortalité différentielle ou même les pratiques de discrimination violente d’une société misogyne, comme l’infanticide des petites filles59 ? L’hypothèse d’une pratique généralisée de l’infanticide sélectif ne doit pas être retenue. Avec Christiane Klapisch-Zuber, il faut d’abord souligner que « tout au long du Moyen Âge le rapport numérique entre les sexes se signale par ses variations »60. Dans les domaines de Saint-Germain-des-Prés, le groupe des enfants dont le sexe est indiqué montre un déficit très fort des filles (taux de masculinité de 141). Mais, dans les autres cas où il est possible de mesurer le rapport entre filles et garçons dans des classes d’âges homogènes, on enregistre plutôt un surcroît des fillettes ou des taux tout â fait compatibles aux variations normales enregistrées dans les populations rurales jusqu’au XXe siècle61

Polyptyque de Saint-Victor de Marseille (ensemble des domaines) :

Classes d’âge

N. hommes

N. femmes

Taux de masculinité

De 3 à 9 ans

15

15

100

De 10 à 15 ans

7

4

175

Plus de 15 ans

66

40

165

Adultes autochtones

88

106

74

Population totale

176

165

107

Polyptyque de Saint-Remi de Reims (5 domaines)

Taux de masculinité des enfants

97

Taux de masculinité des adultes

116

21C’est dans les populations de jeunes célibataires et d’adultes que se manifeste un véritable déficit féminin. Pour paraphraser David Herlihy, ce phénomène doit être évalué à partir d’une double question : « Où sont les femmes manquantes ? » et « Qui sont les hommes surnuméraires ? ».

  • 62 L. R. Ménager, « Considérations sociologiques sur la démographie des grands domaines ecclésiastique (...)
  • 63 Les étrangers immigrants sont en majorité des hommes dans les villae provençales de SaintVictor de (...)
  • 64 Voyez ci-dessous, p. xx.

22Il ne semble pas qu’il faille retenir l’idée selon laquelle la plupart des grands domaines ecclésiastiques auraient connu un afflux de travailleurs masculins, installés sur des tenures de défrichement et voués à un « mode de vie pionnier »62. Il a pu en être ainsi dans des contextes bien particuliers, comme celui de domaines en voie de constitution63. Mais, lorsque le recensement porte sur des villages entiers et permet d’étudier les mouvements migratoires, la mobilité paraît avoir été plutôt l’affaire des femmes64. La question principale demeure donc de « chercher la femme » !

  • 65 P. Toubert, Le moment carolingien, cité ci-dessus n. 43, p. 340 ; D. Herlihy, Medieval Households, (...)
  • 66 D. Herlihy (Medieval Households, cité n. 61, p. 76) dénombre 86 veuves pour 133 veufs parmi les ser (...)

23À Saint-Victor de Marseille, un net surcroît d’hommes apparaît dans le groupe des jeunes célibataires, ce qui pourrait suggérer des épousailles plus précoces pour les filles. L’aspect de la pyramide des âges fait penser à un âge moyen au mariage d’une quinzaine d’années pour les femmes. La question de l’âge du premier mariage divise toutefois les historiens. Il est manifeste que l’aetas perfecta a connu une nouvelle définition durant le haut moyen âge, avec un net rajeunissement sur la norme antique de 30 ans. Certains indices permettent de songer à un âge de mariage plus précoce et à une relative égalité entre garçons et filles. Mais, ces témoignages très parcellaires sont fragiles. Les chiffres contradictoires avancés par les historiens doivent être regardés avec beaucoup de prudence65. Comme le souligne avec raison David Herlihy, l’équilibre relatif du nombre des veufs et des veuves plaide plutôt pour l’hypothèse d’une relative égalité66.

  • 67 G. Halsall, « Female Status and Power in Early Merovingian Central Austrasia: the Burial Evidence » (...)
  • 68 Pactus Legis Salicae 24, 7, éd. K.-A. Eckhardt, MGH LL., Sect. 1, vol. 4. Le droit franc tardif fix (...)
  • 69 Lex Ribuaria 12, 1, éd. F. Beyerle, R. Buchner, MGH LL., Sect. 1, vol. 3. G. Halsall, Female Status (...)
  • 70 Lex Visigothorum, 1, 8. F. L. Ganshof, Le statut de la femme, cité n. 55, p. 48.

24En réalité, les recherches récentes mettent plutôt en évidence une asymétrie dans l’échelonnement des âges de la vie. Guy Hallsall vient d’illustrer cette hypothèse à partir du mobilier funéraire des cimetières lorrains des VIe et VIIe siècles67. Les jeunes filles sont inhumées dès la puberté avec les attributs matériels de la féminité. Chez les adolescents, les attributs masculins ne sont acquis qu’à l’âge adulte (vers 20 ans). Le contenu différent des tombes ne traduit peut-être pas une différence d’âge au mariage, mais bien une évolution différente de la place de la femme et de l’homme dans la famille. La loi fixe au même âge (douze ans) le début de la majorité pour les filles et les garçons68. Pour la jeune fille, la puberté et le mariage signifie la plénitude de sa maturité d’adulte, avec la maternité. Pour la femme, la fin de l’aetas perfecta vient plus vite. Dans les tombes étudiées par Hallsall, le mobilier funéraire se raréfie et perd de sa spécificité chez la femme âgée de plus de 40 ans. 11 y a corrélation entre les pratiques funéraires et les textes : la Lex Ribuaria du VIIe siècle spécifie que le wergeld triple de 600 s. pour les femmes enceintes s’applique entre la puberté et 40 ans69. La diminution du wergeld pour les gens âgés intervient de 40 à 60 ans pour la femme et de 50 à 65 ans pour l’homme dans la Lex Visigothorum70. Pour le garçon, la puberté n’est que le début d’un long processus de socialisation au sein du groupe masculin et de la société, qui n’exclut pas le mariage. Entre ceux-ci et leur aînés, la concurrence est inégale, puisqu’elle s’exprime dans le monde rural en termes d’expérience, d’équipement et d’accès à la terre.

  • 71 J.-P. Devroey, articles cités n. 61 et M. Zerner, « Enfants et jeunes au IXe siècle. La démographie (...)

25Il n’y a pas de réponse simple à la question du surcroît des hommes dans les inventaires carolingiens. Une part au moins du phénomène relève du mirage statistique et tient aux caractéristiques et à la portée du recensement. Les polyptyques n’ont pas été dressés pour enregistrer la population, mais la propriété et les revenus de la terre et des hommes. L’individu y est présent parce qu’il est l’homme d’un seigneur, acteur d’un système de redevances et de prestations de travail et sujet d’un rapport réciproque de dépendance et de protection. Des hommes peuvent être cités plusieurs fois parce qu’ils exploitent d’autres terres que le manse, où est décrit leur famille. L’étranger, qui dépend d’un autre seigneur, n’apparaîtra dans le registre que s’il exploite quelque bien en tenure. L’épouse étrangère d’un dépendant sera omise avec ses enfants, et son conjoint rejoindra la catégorie surreprésentée des célibataires apparents71. La femme « manquante » est donc souvent une femme occultée par les critères de l’inventaire. Mais, cette sous-estimation est certainement insuffisante pour expliquer partout le déficit des femmes.

  • 72 J.-P. Devroey, La démographie du polyptyque de Saint-Remi de Reims, cité n. 46.

26La quasi totalité des inventaires ont limité leur objet à la population des tenures. Or, un document exceptionnel du IXe siècle montre que la portée du recensement change tout à fait les choses en matière de taux de masculinité et d’autres indicateurs démographiques. Les enquêteurs, qui ont visité peu après 848 Viel-Saint-Remi, un village des Ardennes françaises qui appartenait à l’abbaye de Saint-Remi de Reims, y ont dressé l’état de l’ensemble de la population dépendante, qu’elle ait résidé à l’intérieur ou à l’extérieur des limites territoriales du domaine. Les occupants des manses y représentent moins du quart du total... ! Le taux de masculinité parmi les mansionnaires est de 185.Il est de 91 seulement parmi les accolae, de 109 parmi les forains, qui résident à l’extérieur ! Le pourcentage des dépendants, hommes et femmes, mariés est de 61 % dans les manses et de 25,4 % seulement parmi les accolae. L’exemple exceptionnel de Viel-Saint-Remi montre que le « déficit » féminin des polyptyques traduit des différences significatives entre les sexes, en fonction de la position domaniale, de la situation économique ou du statut juridique personnel des intéressés72

Polyptyque de Saint-Remi de Reims (apr. 848)

27La variation du taux de masculinité de la population adulte en fonction de la résidence :

Domaine

Tenanciers des manses

Accolae

Forains

Ville-en-Selve

110

100

80

Beine

224

100

85

Viel-Saint-Remi

185

91

109

Sault-Saint-Remi

226

107

40

28Les hommes sont nettement plus nombreux à demeurer dans les manses. Hommes et femmes sont à égalité parmi les accolae. C’est dans le groupe des forains, que les femmes sont régulièrement les plus nombreuses.

  • 73 La signification d’accola appliqué à une personne n’a guère intéressé jusqu’ici les historiens. À c (...)
  • 74 J.-P. Devroey, A propos d’un article récent, cité n. 61, p. 511-512. L. Kuchenbuch, Bauerliche Gese (...)

29Le polyptyque de Saint-Remi de Reims a donc gardé la trace d’une profonde asymétrie dans les situations de résidence et la mobilité géographique ou sociale entre hommes et femmes73. À l’intérieur du groupe des mansionnaires, la perpétuation de la tenure et des services agricoles qu’elle supporte repose sur les fils. Cette hypothèse peut être renforcée par la trace d’une très forte virilocalité des mariages paysans sur les manses. Très marqué, on l’a vu, à Saint-Remi de Reims, le phénomène est également perceptible à Saint-Germain-des-Prés. Dans le fisc de Béconcelles, où les enquêteurs ont pris soin d’inscrire les noms des habitants venus de l’extérieur, on trouve 8 hommes pour 12 femmes parmi les étrangers et 7 hommes pour 12 femmes parmi les dépendants de l’abbaye nés ailleurs. Le même phénomène apparaît dans l’ensemble du polyptyque, où la mobilité spatiale peut être étudiée partiellement par la mention d’origine géographique des occupants des manses, nés sur une terre de l’abbaye cédée en bénéfice. Sur un ensemble de 69 personnes, on trouve 77 % de femmes. Toutes les femmes sont mariées, alors que parmi les 16 hommes recensés, ils se trouvent célibataires. Pour ces femmes, le mariage paraît avoir été la motivation principale de la mobilité d’un domaine de Saint-Germain-des-Prés à un autre74.

  • 75 J.-P. Devroey, Les méthodes d’analyse démographique, cité n. 61, p. 77-78.
  • 76 J.-P. Devroey, La démographie du polyptyque de Saint-Remi de Reims, cité n. 46.

30Dans l’ensemble des domaines de Saint-Remi de Reims décrits au milieu du IXe siècle, il y avait 156 hommes pour 100 femmes intra villam, alors que les émigrants n’étaient en moyenne que 82 pour 100 de leurs compagnes. C’est dans les domaines les plus petits que la mobilité féminine est la plus forte75. Les villages de Saint-Remi de Reims connaissaient une forte exogamie. Cette mobilité de la population était avant tout le fait des femmes. Maîtres et dépendants ont soin de conserver la trace écrite du lien qui les unit, même si celui-là se matérialise par le don de quelques journées de travail par an. Ceux qui quittent les villae ecclésiastiques, parfois décrites par les historiens comme des clairières de civilisation dans un monde sous-développé, ne tombent pas dans la misère ou ne disparaissent pas dans le chaos. Et dans le commerce amoureux, c’est à la femme qu’il revient de franchir les distances. Vers quel « ailleurs », les paysannes de Saint-Remi partait-elle ? Parmi la centaine de forains attachés à la villicatio de Condé-sur-Marne, un peu plus de la moitié seulement résidaient au-delà de la Vesle, soit à une quinzaine de kilomètres, une journée de marche mais aussi un monde, à l’échelle du temps paysan76.

  • 77 Das Prümer Urbar, cité n. 15, p. 187, cap. 24 (893) ; à Mehring :... femine de ipsius villa, que a (...)
  • 78 Das Prümer Urbar, cité n. 15, p. 194, cap. 33 (893) ; à Remich : Ad missam sancti Remigii debet den (...)
  • 79 A. Deléage, La vie rurale en Bourgogne jusqu’au début du onzième siècle, Maçon, 1941, p. 558.

31Ces paysannes, qui quittent leur domaine natal constituent de véritables marqueurs des innovations introduites par les seigneurs dans la matérialisation des liens de dépendance. C’est l’imposition d’un chevage aux forains ou même son application à l’intérieur de la potestas à des femmes qui résident sur leur propre terre, en l’absence de toute tenure77 l’introduction du formariage78,… Sans doute la faiblesse relative, économique, sociale et juridique de la femme explique-t-elle la fréquence et la vigueur de ces liens, qui obligent le protecteur comme sa protégée : « la liberté du faible, c’est l’efficacité de la protection qu’on lui accorde tout autant que la modération des charges qu’on lui impose pour prix de cette protection »79.

  • 80 D. Herlihy, Medieval Households, cité n. 61, p. 67.

32Le mariage n’est certainement pas la seule motivation de cette mobilité. Et la mobilité n’a sans doute pas été uniquement géographique ! D’autres variations significatives du taux de masculinité apparaissent, lorsque le statut personnel des habitants est pris en considération. À Saint-Germain-des-Prés, le taux de masculinité est de 119 parmi les colons, 159 parmi les lides, 266 parmi les serfs80 ! Il faut retenir que cette corrélation entre « hypermasculinité » et statut personnel des individus n’est enregistrée par le polyptyque d’Irminon que dans la population recensée des tenanciers. Les femmes manquantes doivent à l’évidence être recherchée ailleurs, dans les groupes qui ont échappé à l’enquête : parmi les paysans qui habitent la seigneurie de l’abbaye, sans être à la tête d’un manse ; parmi les forains, qui ont quitté ces domaines ; parmi les domestiques, qui résident au manoir domanial.

  • 81 D. Herlihy, Medieval Households, cité n. 61, p. 67. Il est plus difficile de suivre Herlihy (Ibidem (...)
  • 82 S. M. Stuard, « Ancillary Evidence for the Decline of Medieval Slavery », dans Past and Présent, no(...)

33Pour David Herlihy, l’extraordinaire excédent des serfs de Saint-Germain-des-Prés sur leurs consœurs, suggère qu’il faut précisément chercher les ancillae manquantes dans les rangs des serfs de la réserve. Dans un domaine de l’abbaye de Farfa, la curtis de Forcone (entre 789 et 822), le polyptyque recense 299 ménages chasés et les serfs de la réserve. Alors que les tenures connaissaient un typique surcroît des hommes (taux de masculinité de 122), il y avait 73 femmes pour 23 hommes parmi les domestiques81 Cette trace directe est unique. Mais, elle pourrait étayer l’idée, récemment exposée par Susan Stuard, que les ancillae furent moins nombreuses que les serfs à bénéficier des bénéfices du chasement et à demeurer dans les tenures héritables, pour constituer une sorte de poche de rémanence de l’esclavage antique à l’intérieur des réserves et dans les ateliers domaniaux82.

  • 83 Gaius, Institutiones, I, 9. Ce principe est repris par Charlemagne dans la Responsa misso cuidam da (...)
  • 84 Voyez parmi les domaines de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, à Petit-Fleury (Le polyptyque et les l (...)
  • 85 S. M. Stuard, Ancillary Evidence, cité n. 82, p. 5 : « Sorne persons with chatte! slave status cont (...)
  • 86 S. M. Stuard (Ancillary Evidence, cité n. 82, p. 6-7) renvoie vaguement à des études régionales, to (...)
  • 87 À Courtisols, où l’abbaye a contraint par jugement en 848 des familles de serfs, qui se prétendaien (...)

34La question essentielle, que cette hypothèse pose est de savoir si il est légitime d’enfermer la population servile du IXe siècle dans la dichotomie servi casati = serfs, servi non casati = esclaves ? Si le droit romain des personnes et sa descendance médiévale connaissent la sépara-tion tranchée entre non libre et libre quod omnes homines aut liberi sint aut servi, l’espace social et économique est traversé par d’autres césures83. À Saint-Remi de Reims, servi et ancillae excédentaires, nés dans les manses, ont la possibilité de résider en dehors de leur domaine natal, avec le statut de forain84. Les serves, apparemment plus nombreuses à demeurer à l’intérieur du domaine, les femmes isolées, qui s’installent aux lisières du système domanial, sur des micro-tenures, ont pu être employée comme domestiques ou ouvrières dans les ateliers du manoir, sans constituer nécessairement ces esclaves absolues, dont parle Stuard85. À propos de l’affranchissement (comme à celui du mariage), il est vrai que la règle de la transmission maternelle du statut lui donne une tout autre portée pratique, quand il concerne la femme plutôt que l’homme. Dans l’état actuel de nos connaissances et d’une documentation une fois encore lacunaire et, de surcroît, peu étudiée sous cet aspect, il ne semble pas démontré que les serfs furent beaucoup plus nombreux que leurs sœurs à en bénéficier tout au long du IXe et du Xe siècle86. Dans certaines régions, l’affranchissement a constitué un phénomène massif au début du IXe siècle. Il a concerné des groupes entiers de femmes. L’importance des populations d’epistolarii et de cartularii dans les domaines de Saint-Remi de Reims montre que l’affranchissement y a constitué un phénomène généralisé, en dehors de toute discrimination sexuelle87.

  • 88 E. Coleman, « Medieval Marriage Characteristics: A Neglected Factor in the History of Medieval Serf (...)
  • 89 Le polyptyque de l’abbaye de Saint-Bertin (844-859). Édition critique et commentaire, éd. F. L. Gan (...)
  • 90 K. Elmshäuser, A. Hedwig, Studien zum Polyptychon von Saint-Germain-des-Prés, Köln-Weimar-Wien, 199 (...)

35Le déficit de femmes parmi les mansionnaires est un phénomène général, qui transcende le statut personnel. Mais, il est tout à fait exact qu’il est plus accentué encore chez les non-libres. L’ancilla, note Susan Stuard, à partir des études menées sur les mariages des dépendants de Saint-Germain-des-Prés, est rejetée par les autres tenanciers, non pas en terme de production mais de reproduction, parce que la servitude s’y transmettait par la mère88. Dans quatre domaines de Saint-Remi de Reims, le pourcentage des unions homogènes était de 45 % chez les ingenui et de 22 % chez les serfs. Sur vingt-deux unions où apparaissent des non-libres, la moitié des hommes et le quart seulement des femmes sont unis à un conjoint de statut supérieur. Dans les villae de l’abbaye de Saint-Bertin, il se trouvait 44,4 % de serfs installés dans les manses pour seulement 27,6 d’ancillae89. Dans l’ensemble du polyptyque de Saint-Germain-des-Prés, le premier ménage installé sur les manses serviles est représenté à 51,4 % par des servi et à seulement 14,7 % par des ancillae90.

  • 91 Beine, Beconis villa (Bouconville ?), Courtisols, Viel-Saint-Remi.
  • 92 Beconis villa (Bouconville ?), Courtisols, Viel-Saint-Remi

36Le polyptyque de Saint-Remi de Reims permet également d’observer ces phénomènes ailleurs que dans les manses. Dans cinq domaines, où le recensement porte apparemment sur l’ensemble des servi et ancillae intra villam, on trouve 38 serfs pour 8 ancillae parmi les ménages non-libres installés sur les manses91. La proportion s’inverse dans le groupe des autres dépendants non-libres, qui résident intra villam : il s’y trouvait 31 serfs pour 49 ancillae. Là où les enquêteurs ont également noté les noms des serfs forains, les serfs sont cette fois plus nombreux que leurs consœurs à avoir quitté le domaine : on trouve 18 servi pour 10 ancillae92 Il y avait au contraire en moyenne 100 femmes pour seulement 93 hommes parmi les libres fo.rains de Saint-Remi.

  • 93 Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. 16, p. 26.
  • 94 Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. 16, p. 71.
  • 95 Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. 16, p. 44.

37Le document rémois suscite encore d’autres remarques. Alors que les enquêteurs prétendent avoir dressé des listes de l’ensemble de la population servile, les hommes y restent plus nombreux que les femmes. Quant aux serfs non chasés, qui résident intra villam, il paraît difficile d’en faire des esclaves de la réserve, privés de tout pécule. À Courtisols, serfs et ancillae, qu’ils résident dans les limites ou hors de la seigneurie, doivent à partir de leur majorité un chevage de 12 deniers. Des charges spécifiques s’y ajoutent pour les ancillae, qui aliquam partem mansi habuerint93. Le même chevage de 12 deniers était perçu sur les serfs et ancillae forains du groupement domanial de l’ancienne villa royale de Condé-sur-Marne, peu après 86194. En dehors des manses, les serfs de Saint-Remi apparaissent parmi les accolae, qui devaient être installés sur d’autres terres à l’intérieur de la seigneurie et les forains, qui avaient été autorisés à quitter le domaine95.

38Depuis le XIXe siècle, l’historiographie a insisté avec raison sur l’importance que le chasement a occupé dans l’amélioration de la condition économique et sociale des non-libres. La possibilité de fonder un véritable foyer et de transmettre la tenure à leurs enfants ont constitué une émancipation et un progrès humain radicaux.

  • 96 Urkundenbuch der Abtei Sankt Galien, éd. H. Wartmann, Zürich-Sankt Galien, 1863-1882, 1, no 228 (81 (...)
  • 97 Une donation à l’abbaye de Lorsch comprend dix journaux de terre et deux femmes, qualifiées de manc (...)

39S’ensuit-il que le « laissé pour compte », le serf domestique ait partout et toujours été l’héritier de la condition misérable des esclaves antiques, tenu de travailler pour son maître sans limitation de ses prestations ? En 817, un bienfaiteur de l’abbaye de Saint-Gall précise que les servi et les ancillae mariés et installés dans les manses devront la moitié des redevances, charrois, manœuvres, travaux de tissage et autres services, à l’exception du labour et que lespuellae, qui vivent à l’intérieur du manoir (infra salam), travailleront trois jours pour l’abbaye et trois jours pour elles-mêmes96. Ces ancillae de la réserve ne sont donc pas des esclaves sans pécule ; elles travaillent pour elles-mêmes la moitié de la semaine97. Un témoignage aussi clair est exceptionnel. Mais, il ne manque pas d’indices de l’existence, à côté des serfs tenanciers, d’autres non-libres, chez qui l’imposition même d’un chevage traduit la possession d’un pécule régulier.

  • 98 Cité par L. Schütte, « Enlope lude und Verwandte. Beziehungen fur eine soziale Randgruppe in Westfa (...)
  • 99 Voyez en dernier lieu L. Schütte, Enlope lude, cité n. 98, p. 29-74.
  • 100 Aux exemples cités par L. Schütte, Enlope lude, cité n. 98, p. 63-65, il faut ajouter les mentions (...)

40L’acte de Saint-Gall n’exprime-t-il pas une tout autre dichotomie ? Les tenures y apparaissent comme l’espace de la famille et du couple marié (servi uel ancillae coniugati) ; la réserve, comme celui de la jeune fille et du célibataire (puellae infra salam). Dans une société chrétienne, qui a voulu généraliser l’institution du mariage, il paraît difficile d’imaginer une autre équation que celle qui fait des servi coniugati, des servi casati. À l’opposé, la domesticité apparaît comme un monde de célibataires. Au XIVe siècle, un registre du chapitre cathédral de Münster définit les losiungere comme des servi non habentes proprias mansiones nec uxores legitimas98. Le vocabulaire médiéval a conservé la trace de la place occupée dans la seigneurie par ces solitaires, solivagi, solitarii, hofjungere, enlope lude...99. Dans l’est et le nord-ouest du royaume franc, plusieurs polyptyques du IXe siècle distinguent dans ce groupe de célibataires, les hommes, haistaldi, des femmes, simplement qualifiées de feminae. Les uns et les autres disposent de revenus et payent un chevage100. Le célibat varie également en fonction de l’âge. Le serf domestique est d’abord un enfant ou un adolescent. Puer/puella sont des synonymes du jeune esclave dans la langue classique et le latin médiéval. La domesticité du manoir a pu aussi accueillir dès l’enfance une partie de la progéniture des paysans chasés, qui ne trouvait pas sa place sur la tenure familiale.

  • 101 Un cens en monnaie, qui varie de 12 à 20 d., appelé pro opere feminili ou pro opere feminarum appar (...)
  • 102 « All animals are equal, but some animals are more equal than others »; George Orwell, Animal Farm,(...)

41Hormis l’indice a contrario que constitue l’hypermasculinité des populations de mansionnaires, rien ne permet aujourd’hui, de penser que les femmes ont été plus nombreuses que les hommes parmi ces serfs domestiques. Les textes montrent qu’en dehors du groupe des serfs tenanciers, nombre de servi, hommes et femmes disposaient d’assez de temps libre pour accumuler un petit pécule et s’acquitter régulièrement d’un chevage. Certains paraissent même être parvenu à racheter à leur maître une partie de leurs services101. Aucun texte contemporain ne permet de fonder l’idée d’une différence entre hommes et femmes dans la définition de la liberté et de la non-liberté au regard du droit des personnes. Si « tous les serfs étaient (juridiquement) égaux, c’est l’espace social, qui permet de comprendre pourquoi les hommes y étaient plus égaux que d’autres... »102. L’asymétrie entre hommes et femmes, qui s’illustre dans le handicap matrimonial observé dans les villae de Saint-Germain-des-Prés, me paraît plus subtilement le fruit d’une surdétermination. L’ancilla est doublement défavorisée, comme non-libre et comme femme, dans des campagnes marquées par la primauté du travail agricole sur les opera muliebria.

  • 103 Lex Alamannorum, § 22, Die Gesetze des Karolingerreiches 714-911, éd. K. A. Eckhardt, p. 14 (German (...)
  • 104 Pour une illustration de ces règles dans la pratique, voyez les documents de Saint-Gall : les servi (...)
  • 105 Lex Baiuvariorum, § XIII, Die Gesetze des Karolingerreiches 714-911, éd. K. A. Eckhardt, p. 88-89 ( (...)
  • 106 Voyez par exemple dans le polyptyque de Saint-Remi de Reims, le cas d’un manse de Condé-sur-Marne, (...)

42Relisons le passage célèbre de la Loi des Alamans103 qui fixe ce que les serfs chasés doivent à leur maître : « les serfs de l’Église doivent rendre le tribut légitime : quinze sicles de cervoise, un porc valant un tiers de sou, un pain de deux muids, cinq poules (et) vingt œufs. Les ancillae font le travail qui leur est imposé sans négligence. Les serfs rendent en labour la moitié (de leur temps) pour eux et l’autre pour le seigneur, et s’il y a d’autres tâches, ils ont trois jours pour eux et trois pour le seigneur »104. Il a déjà été souligné que c’est l’homme qui est rendu responsable du tribut en nature. En matière de travail, le serf échappe déjà par son métier de laboureur à la définition arbitraire qui s’attache à sa compagne. Et comme l’exprime l’article voisin de la Loi des Bavarois105 les travaux, qui lui sont demandés, évoluent avec l’équipement de la tenure : « Si son seigneur lui a donné des bœufs ou d’autres biens qu’il garde, qu’il serve autant qu’il lui aura été imposé dans la mesure du possible ». C’est la généralisation de ce principe, qui a bientôt effacé la différence entre serf et libre dans les systèmes de charges du manse, au profit d’une distinction basée sur la dénomination juridique de la tenure. Désormais, l’homme, serf ou libre, est généralement astreint aux mêmes redevances et aux mêmes services, selon que le manse sera qualifié de libre ou de servile106.

  • 107 À Neuilly (Dos Polyptychum von Saint-Germain-des-Prés, cité n. 52, cap. 11, no 11, p. 97), les serf (...)
  • 108 À Neuilly (Das Polyptychum von Saint-Germain-des-Prés, cité n. 52, cap. 11, n° 3 et 13, p. 95- 96)  (...)
  • 109 C'est le cas d' ancillae installées sur des hostises du domaine de Villa supra Mare (Saint­Gennain- (...)
  • 110 Ce système n’est pas appliqué dans la majorité des domaines de Saint-Germain-des-Prés : à Palaiseau (...)
  • 111 À Viel-Saint-Remi (Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. (...)
  • 112 À Sault-Saint-Remi (Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. (...)
  • 113 Sault-Saint-Remi (Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. 1 (...)
  • 114 Sault-Saint-Remi (Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité no 1 (...)

43Cette évolution n’est pas générale. Dans une partie des villae de Saint-Germain-des-Prés, l’ensemble des serfs107 et des ancillae108 installés sur les manses ou de simples hostises109 supportent des redevances personnelles110. Dans un domaine de Saint-Remi de Reims, les charges des manses serviles varient en fonction du statut personnel de leur tenancier111. Mais, dans de très nombreux cas, ce système de charges personnelles ne pesait que sur les ancillae. À Sault-Saint-Remi. la serve épouse d’un tenancier doit en plus huit deniers, deux onces de vermillon, deux poules grasses et cinquante œufs112. Le serf marié à une libre ne doit rien de plus113. Le même éventail de redevances spéciales est exigé d’une autre ancilla. qui tient une maison et un journal seulement de terre arable114.

  • 115 Il est remarquable qu’à Saint-Germain-des-Prés, les seuls domaines où une redevance spécifique est (...)

44Au-delà du principe inscrit dans la loi - Ancillae autem opera inposita une neglecto faciant -, le droit vulgaire ou la coutume domaniale connaissaient donc des variations régionales ou des exceptions d’application notables115. Mais dans l’ensemble, le passage de l’application des charges du statut du tenancier à celui de la tenure a plus souvent profité à l’homme qu’à la femme. Serve, la femme emporte alors avec elle dans la tenure sa capacité à travailler pour son maître à l’opus textile. Mais cette discrimination n’a jamais été générale.

45Femmes au miroir des polyptyques...

  • 116 Joan Scott, « Gender. A Useful Category of Historical Analysis », dans American Historical Review 1 (...)

46Cette recherche plaide pour une lecture des sources au masculin et au féminin plutôt que pour une histoire des femmes. Celle-ci perdrait beaucoup de son sens si elle se limitait à éclairer l’autre moitié du monde, sans chercher à mesurer la disparité de rôles et de valeurs et à analyser les rapports sociaux entre les sexes. C’est dans cette perspective seulement que la femme peut éclairer l’homme pour rendre sa globalité à l’histoire rurale116.

Notes

1 J. L. Nelson, « Commentary on the papers of J. Verdon, S.F. Wemple and M. Parisse », dans Frauen in Spätantike und Frühmittelalter. Lebensbedingungen, Lebensnormen, Lebensformen. Beiträge zu einer internationalen Tagung am Fachbereich Geschichtswissenschaften der Freien Universität Berlin, 18. bis 21. Februar 1987, hrsg. v. W. Affeldt, Sigmaringen, 1990, p. 325-332, à la p. 325.

2 E. Ennen, Frauen im Mittelalter, München, 1985. Histoire des femmes en Occident, sous la dir. de G. Duby et M. Perrot, 4 vol., Paris, 1991.

3 D. Herlihy, Opera muliebria: Women at Work in Medieval Europe, Philadelphia, 1990.

4 B. Andreolli, « Tra podere e gineceo. Il lavoro delle donne nelle grandi aziende agrarie dell’alto medioevo », dans Donne e lavoro nell’ltalia medievale, a cura di M. G. Muzzarelli, P. Galetti, B. Andreolli, Torino, 1991, p. 29-40.

5 L. Kuchenbuch, « Opus Feminile. Das Geschlechtverhältnis im Spiegel von Frauenarbeit im früheren Mittelalter », dans Weibliche Lebensgestaltung im frühen Mittelalter, hrsg. v. H. W. Goetz, Köln-Weimar-Wien, 1991, p. 139-175.

6 Cité par J. P. Poly, « Régime domanial et rapports de production « féodalistes » dans le midi de la France (VIIIe-Xe siècles) », dans Structures féodalistes et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles). Bilan et perspectives de recherches, Paris, 1980, p. 58-84, à la p. 69 (Collection de l’École française de Rome, 44). Commentaire et interprétation par L. Kuchenbuch, Opus Feminile, cité no 5, p. 141-142. Odon de Cluny, Vita s. Geraldi Auriliacensis, 21, éd. Migne, Patrologie Latine, 133, col. 655 sv. : Dum per aggerem publicum aliquando graderetur, in agello viae contiguo quaedam rusticana mulier aratrum ducebat. Quam requirit cur opus virile mulier agere praesumpsisset. Respondit virum suum diutius jam languere, tempus sationis praeterire, se solam esse, nullumque qui sibi subveniat habere. Cum quidem ille calamitatem ejus miseratus, tantos ei nummos dari jubet, quanti dies sationis superesse videbantur, quatenus per singulos dies agricolam sibi conduceret, et ipse dehinc a virili opere cessaret. Omne fucatem, ut ait Ambrosius, refugit natura, et auctor ejus Deus quod contra illam est abhorret. Haec ergo res per se quidem exigua est, sed affectus recti hominis naturae legibus conveniens eam grandescere facit.

7 Ambrosius Mediolanensis, Epistulae, lib. 4, epist. 15: (Ad) Irenaeo [...] Sic enim scriptum est: Non erit, res viri super mulierem neque induetur vir stolam muliebrem, quia inmundus est domino omnis qui fecerit hoc. Et si vere discutias, incongruum est quod ipsa abhorret natura ». Dans la même lettre, Ambroise étend ces caractères distinctifs de l’homme et de la femme aux moeurs, aux usages et aux actes : [...] Arbitror autem quod non tam de veste quam de moribus dixerit vel de usibus nostris adque actibus, quod alius virum, alius feminam deceat actus [...] et emploie, après Sénèque, l’expression opera muliebria : [...] Quam deforme autem virum facere opera muliebria ! Ergo et pariant ergo parturiant, qui crispant comam sicut feminae ! Et tamen illae velantur, isti belligerantur.

8 Vita Meinwerci episcopi, ed. F. Tenckoff, MGH SS in us. schol., cap. 146-151. Cap. 148: Nihem quoque veniens, ortum urtica et eruca aliisque herbis adopertum noxiis, excepto modico spatio in medio, invenit; et mox uxorem villici ambitiosis suis vestibus spoliari praecipiens, donec germen noxium, quod in altum excreverat, terrae coequaretur, per totum hortum eam trahi mandavit [...]; cap. 149: Ad aliam curtem quandam veniens, matrem familias, cur pullis et gallinis careret, culpavit; et penuriam pastus ea conquerente, mandavit ei, ut fieri faceret quod adpastum pullorum de loco ad locum per curiam moveri per temporum intervalla provideret. Que facto, veniente iterum ad eandem curtem episcopo, habundantibus pullis, qui creverant de pastu minutorum vermiculorum, gratias egit [...]. Meinwerk a été évêque de Paderborn de 1009 à 1036. La Vita a été mise par écrit entre 1155 et 1165 par un moine de l’abbaye d’Abdinghof, à partir d’une très riche documentation, comprenant plus d’une centaine de chartes. Voyez F. Irsigler, « Divites und Pauperes in der Vita Meinwerci. Untersuchungen zur wirtschaftlichen und sozialen Differenzierung der Bevölkerung Westfalens im Hochmittelalter », dans Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, 57, 1950, p. 449-499, aux p. 451-452.

9 Sur le problème de l’obligation du repos dominical, voyez en dernier lieu G. Philippart, « Temps sacré, Temps chôme. Jours chômés en Occident de Caton l’Ancien à Louis le Pieux », dans Le travail au moyen âge. Une approche interdisciplinaire, Actes du Colloque international de Louvain-la-Neuve, 21 au 21 mai 1987, éd. J. Hamesse, C. Muraille-Samaran, Louvain-la-Neuve, 1990, p. 23-34. L’interdiction du travail rural se met en place au début du VIe siècle. La loi pseudo-constantinienne Omnes iudices, qui date d’après G. Philippart (Ibidem, p. 28-29) au plus tôt du milieu du Ve siècle, l’autorise au contraire explicitement. Codex Theodosianus, III, 12, De Feriis § 2 (3). Le 3e Concile d’Orléans (cap. 31) en 538 énumère les champs d’application de l’interdiction de l’opus rurale : arata, vinea, sectio, messio, excussio, exartum, saepes. Les occupations à la maison et les voyages demeurent autorisés. Corpus Christianorum, Series Latinae, 148A, p. 125, 1. 287-288. O. Pontal,Histoire des conciles mérovingiens, Paris, 1989, p. 113.

10 Admonitio generalis (789), cap. 81, MGH LL Capit 1, no 22, c. 81, p. 61.

11 La sphère domestique reste en dehors de la prohibition du travail définie par les Pères conciliaires durant la période mérovingienne et carolingienne, bien que certains canonistes soient tentés dès le début du VIe siècle par une mécaniste ritualiste maximaliste, qui les rapprocherait des règles d’observance du sabbat. G. Philippart, Temps sacré, cité no 9, p. 29-31.

12 L. Kuchenbuch, Opus Feminile, cité ci-dessus n. 5, p. 139-144 et 149-159. Ambroise de Milan affirme que Dieu mulieribus dedit texturae sapientiam. Ambrosius Mediolanensis, Exameron, dies 5, cap. 9 et De fide libri V, lib. 2, prol.

13 Jusqu’au début du XIIe siècle. Voyez la démonstration bien argumentée de D. Herlihy, Opera muliebria, cité no 3, passim. Parlant à propos des saintes carolingiennes de « manly woman », J. M. H. Smith (« The Problem of Female Sanctity in Carolingian Europe », dans Past and Present, no 146, p. 3-37, à la p. 20) note que « all that was « womanly » about female saints in the ninth century was their handiwork ». Sur la virtus dans le monde des laïcs, voyez H. W. Goetz, « Frauenbild und weibliche Lebensgestaltung im fränkischen Reich », dans Weibliche Lebensgestaltung im frühen Mittelalter, cité no 5, p. 7-44, aux p. 31-37.

14 « [...] nec berbices tundere [...] »: Admonitio generalis (789), cap. 81, MGH LL Capit. 1, no 22, c. 81, p. 61.

15 Par exemple, dans le polyptyque de Prüm ; Das Prümer Urbar, hrsg. v. I. Schwab, Düsseldorf, 1983, (Rheinische Urbare 5), p. 175, cap. 10 (893), à Etteldorf : Ille femme, que camsiles faciunt, colligunt linum et trahunt de aqua et parant ; à Mötsch, p. 180, cap. 23 : llle femine, que camsiles faciunt, tondant verveces et lavant. On rencontre la même pratique dans les contrats agraires italiens ; P. Galetti, « La donna contadina. Figure femminili nel contratti agrari italiani dell’alto medioevo », dans Donne e lavoro nell’Italia medievale, a cura di M. G. Muzzarelli, P. Galetti, B. Andreolli, Torino, 1991, p. 41-54, à la p. 49.

16 Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims (IXe-XIesiècles), éd. J. P. Devroey, Reims, 1984, p. 50-51 (Travaux de l’Académie nationale de Reims, 163) (ap. 848). Les citations du polyptyque de Saint-Remi de Reims tiennent compte des nouveaux manuscrits découverts par P. Desportes et F. Dolbeau, « Découverte de nouveaux documents relatifs au polyptyque de Saint-Remi de Reims. A propos d’une édition récente », dans Revue du Nord, 68, 1986, p. 575-607. À Sault-Saint-Remi, chaque ancilla installée sur un manse paye pro vermiculo unciae. II. ; également à Condé-surMarne, sans attribution à l’homme ou à la femme (p. 65 et 72) ainsi que dans le domaine lorrain de Prüm, à Montigny-sur-Chiers (Das Prümer Urbar, cité ci-dessus n. 15, cap. 36, p. 196) (893) : Suivit unusquisque pro vermiculo denarios. VI.

17 Voyez par exemple l’importance des femmes dans les activités pastorales dans l’Irlande médiévale, qui contraste avec la tradition continentale ; D. Herlihy, Opera muliebria, cité n. 3, p. 25-27.

18 Le lin n’est que faiblement représenté à Villiers-le-Sec avant le VIIIe siècle. Ph. Guilbert, « L’environnement naturel et les cultures. Études palynologiques », dans Un village au temps de Charlemagne. Moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du VIIe siècle à l’An Mil, Paris, 1988, p. 196-197.

19 R. Delort, « Fibres textiles et plantes tinctoriales », dans L’Ambiente vegetale nell’alto medioevo, Spoleto, 1990, t. 2, p. 821-861, (Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’altomedioevo, 37) à la p. 841.

20 Cité par W. Endreï, L’évolution des techniques de filage et de tissage du Moyen Âge à la Révolution industrielle, Paris, 1968, p. 21.

21 P. Grimm, « Zwei bemerkenswerte Gebaüde in der Pfalz Tilleda », dans Prähistorische Zeitschrift, 41, 1963, p. 62-83 et le-même, « Archäologische Beobachtungen an der Pfalz Tilleda », dans Deutsche Königspfalzen, 2, 1965, p. 298. F. Irsigler, Divites und Pauperes, cité ci-dessus n. 8, p. 482-490. Irsigler voit dans l’atelier textile domanial un élément constitutif du grand domaine classique, tout au moins au Xe siècle. Il est suivi par B. Andreolli, Tra podere e gineceo, cité ci-dessus n. 4, p. 31-33 et D. Herlihy, Opera muliebria, cité ci-dessus n. 3, p. 35-40, 78-81. Pour K. Elmshäuser et A. Hedwig (Studien zum Polyptychon von Saint-Germain-des-Prés, Köln-Weimar-Wien, 1993, p. 414), l’absence de livraisons de toile parmi les charges des manses dans la plupart des domaines de Saint-Germain-des-Prés, signifierait même qu’il y avait encore des gynécées « réguliers » dans ces villae ! P. Toubert, « La part du grand domaine dans le décollage économique de l’Occident (VIIIe-Xe siècles) », La croissance agricole du haut moyen âge. Chronologie, modalités, géographie, Auch, 1990, p. 53-86, aux p. 78-80, penche au contraire pour une prédominance de la production domestique dans le cadre du manse. L. Kuchenbuch, Opus Feminile, cité no 5, p. 152 et sv, dresse un tableau très complet et nuancé des deux secteurs, réserve et tenures, de l’artisanat textile rural.

22 P. Toubert, La part du grand domaine, cité ci-dessus n. 21, p. 79. Sur l’organisation de la seigneurie dans la Lex Alamannorum, voyez W. Rösener, « Strukturformen der adeligen Grundherrschaft in der Karolingerzeit », dans Strukturen der Grundherrschaft im frühen Mittelalter, hrsg. v. W. Rösener, 2. Auflage, Göttingen, 1993, p. 126-180, aux p. 135-136 (Veröffentlichungen des Max-Planck-instituts für Geschichte, 92). L’amplitude des activités textiles dans le gynécée des domaines royaux est illustrée par la liste des produits qui doivent lui parvenir, d’après le chapitre 43 du Capitulaire de Villis ; B. Andreolli, Tra podere e gineceo, cité ci-dessus n. 4, p. 32.

23 L. Kuchenbuch, Opus Feminile, cité ci-dessus n. 5, p. 156 et no 46.

24 Voyez en dernier lieu A. E. Verhulst, « Economic Organisation », dans The New Cambridge Medieval History, t. 2, c. 700-c. 900, éd. R. McKitterick, Cambridge, 1995, p. 480-509, aux p. 488 et sv.

25 G. Pasquali éd., « S. Giulia di Brescia », dans Inventari altomedievali di terre, coloni e redditi, éd. A. Castagnetti et al., Roma, 1979, p. 66 (Fonti per la storia d’Italia, 104). Vingt femmes sont actives dans le gynécée de Nuvolera, alors que seize seulement d’entre-elles sont comptées parmi les prebendarii. Le reste de la main d’œuvre féminine devait donc venir d’ailleurs, sans doute des tenures. Voyez G. Pasquali, « La corvée nei polittici italiani dell’alto Medioevo », dans Le prestazioni d’opera nelle campagne italiane del Medioevo, Bologna, 1987, p. 107-128, à la p. 121 ; P. Toubert, La part du grand domaine, cité no 21, p. 79 et n. 32-133.

26 Dans les grandes maisonnées laïques, le phénomène est particulièrement sensible au Xe siècle. Voyez les exemples nombreux cités par F. Irsigler, Divites und pauperes, cité n. 8, p. 485-486, pour l’Allemagne et la Flandre. Les femmes des manses doivent ces travaux de coutures dans le manoir dans certains domaines de l’abbaye de Prüm, à Etteldorf (Das Prümer Urbar, cité n. 15, p. 175, cap. 10 (893) : Custuram faciunt ad cameram... ; à Mötsch sur des manses lidiles, (Ibidem, p. 181, cap. 21) : De lino libram. I.; custuram faciunt ad cameram he femine, qui linum solvunt…

27 Hincmar de Reims, Capitula quibus de rebus magistri et decani per singulas ecclesias inquirere, et episcopo renuntiare debeant, (non daté) éd. Migne, Patrologie Latine, t. 125, coll. 779-780. Pour la date, voyez J. Devisse, Hincmar archevêque de Reims, 845-882, 3 t., Genève, 1976 (Travaux d’histoire éthico-politique, 29), p. 867.

28 P. Toubert, La part du grand domaine, cité ci-dessus n. 21, P-80.

29 Sur la diffusion de l’artisanat textile dans les manses, voyez P. Toubert, La part du grand domaine, cité n. 21, p. 78. La même réflexion peut être formulée à propos des produits laitiers, lait, beurre et fromages, qui n’apparaissent pratiquement jamais dans les listes de redevances en nature des polyptyques carolingiens.

30 Dans une région de production textile de l’importance de la Frise, la prédominance du travail domestique est attestée par la dispersion des trouvailles dans les sites d’habitat rural ; S. Lebecq, Marchands et navigateurs frisons du haut moyen âge, t. 1, Lille, 1983, p. 131. Sur cette production domestique, voyez aussi les exemples d’habitat rural cités par J. Chapelot, « L’habitat rural : organisation et nature », dans L’Ile-de-France de Clovis à Hugues Capet. Catalogue de l’exposition, Musée archéologique du département du Val d’Oise, Service régional de l’Archéologie, 1993, p. 178-199, aux p. 187-188 ; M. Petit, « Artisanat », Ibidem, p. 272-275 ; L. Klemens, M. Matheus, Zur Entwicklung von Tuchproduktion und Tuchhandel in’Oberlothringen’im hohen Mittelalter (ca. 900-1300), Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichjte, 75, 1988, p. 15-31, à la p. 19 ; J. Schweitzer, « L’habitat rural prémédiéval haut-rhinois : état des connaissances », dans Archéologie médiévale en Alsace (= Bulletin de la Soc. Ind. de Mulhouse), 3, 1987, p. 27-33 ; W. Winkelmann, « Archäologische Zeugnisse zum frühmittelalterlichen Handwerk in Westfalen », dans Frühmittelalterliche Studien, 11, 1977, p. 92-126, aux p. 105-111 ; R. Guadagnin, « L’artisanat des textiles et du cuir », dans Un village au temps de Charlemagne, cité n. 18, p. 275-288. Par comparaison, les deux ateliers domaniaux du palais ottonien de Tilleda mesuraient respectivement env. 150 et 70 m2 ; P. Grimm, Zwei bemerkenswerte Gebaüde, cité n. 21, p. 73. L’absence de chauffage dans les cabanes de tisserand attire l’attention sur le rôle de chauffoir qu’ont pu joué pour les paysannes de ces villages les pièces chauffées du manoir domanial, souvent citées, sous le nom de pensilis/pisilis, dans les documents du IXe s. Dans un tel contexte, leur mention ne signifierait pas grand chose sur l’existence de gynécées peuplés d’esclaves domestiques...

31 Ces activités sont groupées par la recherche allemande sous le concept de « generativen Arbeit ». Voir L. Kuchenbuch, « Trennung und Verbindung im bauerlichen Werken des 9. Jahrhunderts. Eine Auseinandersetzung mit Ivan Illichs Genus-Konzept », dans Frauen in der Geschichte VII. lnterdisziplinäre Studien zur Geschichte der Frauen im Frühmittelalter. Methoden, Probleme, Ergebnisse, hrsg. W. Affeldt, A. Kuhn, Düsseldorf, 1986, p. 227-242. La sous-estimation du travail domestique est soulignée par H. Wunder, « Historische Frauenforschung. Ein neuer Zugang zur Gesellschaftsgeschichte », dans Frauen in Spatantike und Frühmittelalter, cité n. 1, p. 31-41, aux p. 10-11.

32 Voyez ci-dessus et n. 8. Pour le jardinage, voyez l’exemple de Mehring, ci-dessous, n. 35. L’engraissage des poules et des livraisons supplémentaires d’œufs font partie des charges spécifiques imposées aux ancillae dans les polyptyques de Saint-Remi de Reims et de Saint-Germain-des-Prés. Voyez les exemples cités ci-dessous.

33 Première apparition de ce topos chez Grégoire de Tours, Liber in gloria Martyrum, 15. MGH SS rer. Mer., 1/2, p. 48. Il s’agit de cuisson du pain sous la cendre. Grégoire de Tours (Historia Francorum, IX, 38) rapporte également que Septimania, nourrice des enfants de Childebert II, fut emmenée à la villa de Marlenheim après avoir comploté contre le roi, pour manoeuvrer la meule et préparer les farines nécessaires à l’alimentation des femmes de l’atelier textile domanial.

34 L. Kuchenbuch, Opus Feminile, cité n. 5, p. 159-161.

35 Das Priimer Urbar, cité no 15, p. 182-184, cap. 24 (893) : Ex supradictis mansis habet Eurihc mansum. 1. integrum et picturam. 1.; solvit tonnam. I, gardos. III., daurastuvas. V., faculas. XII., pullos. III., ova. XX. De vino modios. V., scindalas. C., palos. C., perticas. CC. In adventu regis pullum. I, ova. V. ; angariam. I. inter. IIII. omni tempore cum bove vel manu et dabitur eis panis ; facit corvadas. III. cum aratro, qui boves habent, et qui non habent, trahit perticas aut fodiat in campo ; haistaldi s militer. Ad vineas ligandas centenam.I., ad fodiendam alteram, ad colligendam terciam simul cum carro suo, ad messem colligendam quartam. Colligit glandes modios. V, navigum facit, facit pagines. VII.: in venna. in curtem. IIII., in vinea. II. « Ratio quomodo servire debeant. » Uxor illius solvit de vino modios. X., moras colligit quartalem. I., sinapum staupum. I., de porritto mundat in orto agrum. de porro maiore agrum. I. et dimidium ; linum debet colligere et componere, verveces lavare et tondere. In prato et in messe et in vindemiam et vir et uxor cotidie operari cum carro suo.

36 L. Kuchenbuch, Opus Féminile, cité n. 5, p. 159, estime que la mention d’un cens en vin important, parmi les redevances propres à la femme, indique que celle-ci avait également en régie une parcelle de vigne. Les travaux de culture de la vigne et la fourniture d’objets utiles (tonneaux, perches,...) sont mentionnés dans la part de son mari. Je ne pense pas que la mention du cens, même élevé, suffise à appuyer cette opinion. D’après la description de Mehring, chaque manse possédait une seule pièce de vigne, appelée pictura.

37 Le partage des tâches pour les travaux de la moisson entre mari et femme est également stipulé à Friemersheim, un domaine de l’abbaye de Werden. Die Urbar der Abtei Werden an den Ruhr, éd. R. Kötzschke, Bonn, 1906, p. 17 (Rheinische Urbare 2) ; (fin IXe s.) : De petitorio iurnale debet uxor ad quinque acervos manipulos alligare et eosdem acervos colligere et construere. Tunc quattuor manipulos sibi assumat. Maritus vero duos ex acervis in horreum dominium inferat, reliqui a curte procurentur.

38 Le polyptyque et les listes de cens de l'abbaye de Saint-Remi, cité n. 16, p. 50 (ap. 848) : Dodo seruus tenet mansus seruilem. I. ; arat similiter ; donat pullos. V., oua. XXV., faculas. V ; ligni carrum. I. ; et in banno carrum dimidium pro pasto ; ad scuriam operiendam, de stramine dominico colligit et cooperit portionem suam ; scindulas. LX ; facit brazium et omne seruitium sibi iniunctum. Petronilla ancilla tenet medietatem de eodem manso ; donat denarios. VIII.. de vermiculo uncias. Il., pullos. VIII., pastas. II., oua. L. ; donant simul pro boue aquensi denarium. I.

La situation du manse servile de Sault-Saint-Remi n'est pas comparable à celle rencontrée à Mehring (cité ci-dessus, n. 35). Dodo acquitte les charges supportées par le manse servile entier. C'est à titre personnel que Petronilla, qui tient la moitié du même manse doit les redevances indiquées dans le tableau, comme le prouve la suite du texte. Dans les autres manses serviles, les redevances payées par Petronilla ne sont dues par l'épouse du tenancier responsable que lorsque celle-ci est une ancilla. De la même ma­nière, Dodelberga ancilla, qui tient de l'abbaye une maison et un journal de terre arable donne également denarios. VIII., vermiculo uncias. II., pullos. VIII., pastas. Il., oua.L. Une situation analogue se rencontre à Viel-Saint-Remi; voyez ci-dessous, n. 106.

39 Voyez aussi les exemples de la fourniture de torches, de fer et de services de portage parmi les redevances spécifiques des servi à Saint-Germain-des-Prés, ci-dessous, n. 107.

40 H. W. Goetz, Leben im Mittelalter, München, 1986, p. 52-53 ; le-même, Frauenbild und weibliche Lebensgestaltung im fränkischen Reich, cité n. 13, p. 21-22, avec renvoi à la littérature antérieure.

41 Confié à Mehring et Sault-Saint-Remi (cité ci-dessus, n. 35 et 38) à l’homme. Associé à la femme, par exemple dans la description du domaine de Staffelsee ; Capitulare de villis, éd. C. Brühl, Stuttgart 1971, p. 49-51 (Dokumente zur deutschen Geschichte in Faksimiles. Reihe 1, Bd. 1) (v. 810): Uxor vero illius facit camsilem.I. et sarcilem; conftcit bracem et coquit partent; K. Elmshàuser, « Untersuchungen zum Staffelseer Urbar », dans Strukturen der Grundherrschaft, cité n. 22, p. 335-369 aux p. 359 et 365.

42 L’archéologie du village, en plein développement, devrait permettre de mieux connaître les variations chronologiques et géographiques des installations de cuisson du pain. En région parisienne, le four est d’abord une structure éphémère, proche de l’habitat familial, avant d’être remplacé dans le courant du IXe et du Xe siècle par des structures permanentes.

43 P. Toubert, « Le moment carolingien (VIIIe-Xe siècle), dans Histoire de la famille, t. 1, Mondes lointains, mondes anciens, sous la dir. de A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen, F. Zonabend, Paris, 1986, p. 336-338.

44 R. Le Jan, « Entre maîtres et dépendants : réflexions sur la famille paysanne en Lotharingie, aux IXe et Xe siècles », dans Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris, 1995, p. 277-296, à la p. 286. En Alsace, une liste de mancipia de l’abbaye de Wissembourg adopte ce mode de groupement familial dès 737 ; L. Kuchenbuch, Opus Feminile, cité n. 5, p. 165 et no 69.

45 Souligné par H. Wunder, « Historische Frauenforschung. Ein neuer Zugang zur Gesellschaftsgeschichte », dans Frauen in Spätantike und Frühmiltelalter, cité n. 1, p. 31-41, aux p. 9-11.

46 Voyez en dernier lieu, J.-P. Devroey, « La démographie du polyptyque de Saint-Remi de Reims », dans Compter les Champenois, Colloque d’histoire régionale, Reims, 26 au 26 avril 1996, à paraître.

47 P. Toubert, Le moment carolingien, cité n. 43, p. 337-338. L. Kuchenbuch, Bauerliche Gesellschaft und Klosterherrschaft im 9. Jahrhundert. Studien zur Sozialstruktur der Familia der Abtei Prüm, Wiesbaden, 1978 (Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte. Beihefte, 66), p. 86 et sv.

48 Voyez en dernier lieu, H.-W. Goetz, « Zur Namengebung baüerlicher Schichten im Frühmittelalter. Untersuchungen und Berechnungen anhand des Polyptychons von Saint-Germain-des-Prés », dans Francia, t. 15, 1987, p. 852-877.

49 Contra B. Andreolu, Tra podere e geniceo, cité n. 4, p. 29-30, croit pouvoir affirmer une certaine égalité du mari et de la femme, à partir de l’onomastique et de la mention dans des polyptyques, comme celui de Saint-Germain-des-Prés, du nom des conjoints dans la description de la tenure

50 Des femmes n’apparaissent comme co-tenanciers d’un manse qu’à Villance. Das Prümer Urbar, cité n. 15, p. 205-206 ; cap. 45 (893) : De Lizze [...] Adelgrimus, Botgis, Hainricus tenent mansum I. [...] De Trancin [J Ergis quartalem.I. absum. Nodalus, Brandulf, Bercis, Erlebertus mansum.I. [...] De Hogemunt [...] Teoduinus fossarius et Gerhardus, item Gerhardus et Motbergia mansum.I.... et dimiserunt quartalem.I. absum. Waringis, Engillardus, Wifridus, Gotsinus mansum.I.

51 L. Kuchenbuch (Opus Feminile, cité n. 5, p. 160-161, no 57) fournit un relevé des tenures marginales occupées par des femmes.

52 Uualateus colonus et uxor eius colona, nomine Framengildis, homines sancti Germani, habent secum infantes II., his nominibus Uualantrudis, Nadilindis. Tenet mansum ingenuilem [...] solvit [...] facit [...] ; Das Polyptychum von Saint-Germain-des-Prés. Studienausgabe, unter Mitwirkung v. K. Elmshäuser, A. Hedwig, hrsg. D. Hägermann, Köln-Weimar-Wien, cap. 1 no 2 (823-827), p. 1.

53 B. Lützow, « Studien zum Reimser Polyptychum Sancti Remigii », dans Francia, 7, 1980, p. 19-99, aux p. 92 et sv ; L. Kuchenbuch, Opus Feminile, cité n. 5, p. 160-161.

54 Voir par exemple à Ville-en-Selve : Femine simul cum prescriptis vins mansa tenentes ; Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi, cité n. 16, p. 12

55 Cette question doit être abordée avec beaucoup de prudence. Voyez F. L. Ganshof, « Le statut de la femme dans la monarchie franque », dans La femme, Bruxelles, 1962, t. 2, p. 5-58, aux p. 33-40 (Recueils de la Société Jean Bodin pour l’histoire comparative des institutions, XII). Dans la transmission de la tenure devait également jouer l’incapacité de la femme mariée en matière d’obligations (Ibidem p. 29-30.

56 Dans les biens de Saint-Germain-des-Prés situés dans la centena de Corbon. Das Polyptychum von Saint-Germain-des-Prés, cité n. 52, cap. 12, no 22, p. 100.

57 P. Galetti, La donna contadina, cité n. 15, p. 41-54. Pour l’A., la zone romano-byzantine conservait à l’égard de la femme la tradition juridique romaine, qui lui reconnaissait la pleine capacité juridique, alors qu’aux yeux de la législation lombarde, elle représentait un sujet minoris juris. Sur le caractère archaïque du droit lombard, voyez F. L. Ganshof, le statut de la femme, cité n. 55, p. 11.

58 Dans les domaines de Prüm, par exemple ; à Rommersheim (Das Prümer Urbar, cité n. 15, p. 168, cap. 1 (893) : Femina Alduini habet curtilem.I. et terras ; facit servicium et dimidium camsilem [...] Femina de ecclesia habet curtilem. l. et solvit denarios. IllI. ; à Gundensdorpht près de Prüm (Ibidem, p. 170, cap. 4) : Vidua Radulphi tenet iugera ; à Mehring (Ibidem, p. 187, cap. 24) : femine de ipsius villa, que a nabis non habent, ibi residentes, in propriolo suo, solvunt de vino modios. V. et si propriolo non habent, nichil solvunt ; à Vic-sur-Seille (Ibidem, p. 198, cap. 41) : Vidua una tenet heralem. J., solvit denarios. IIII. ; à Villance (Ibidem, p. 204, cap. 45) : Leuduida habet sacium. I., solvit friskingam. I. pro denariis. V.

59 L’hypothèse de l’infanticide des petites filles est fréquemment émise sur la base des travaux d’Emily Coleman. Voyez en dernier lieu, G. Gruppe, « Die’Ressource Frau’. Aussagemöglichkeiten der Biowissenschaften », dans Frauen in Spätantike und Frühmittelalter, cité no 1, p. 105-114. E. Coleman, « L’infanticide dans le haut moyen âge », dans Annales E.S.C., 1975, p. 315-335 ; Id., « Infanticide in the Early Middle Ages », dans Women in medieval Society, éd. S. Stuard, Philadelphia, 1976, p. 47-70. Le rapport biologique entre hommes et femmes est de 105 garçons pour 100 filles à la naissance.

60 C. Klapisch-Zuber, « Les femmes dans les stratégies familiales et sociales », dans Histoire des femmes en Occident, t. 2, Le Moyen Âge, Paris, 1991, p. 172-184. La surmortalité des petits garçons ramène ce rapport à l’égalité, vers 5 ans, alors qu’à partir de l’âge nubile, le nombre des jeunes hommes a tendance a dépassé celui des jeunes femmes dans les populations traditionnelles.

61 J.-P. Devroey, « À propos d’un article récent : l’utilisation du polyptyque d’Irminon en démographie », Revue belge de philologie et d’histoire, 55, 1977, p. 509-514 ; le même, « Les méthodes d’analyse des polyptyques du haut moyen âge », dans Acta Historica Bruxellensia, 4, 1981, p. 71-88. Réédités dans J.-P. Devroey, Études sur le grand domaine carolingien, Aldershot, 1993, no IV et V ; D. Herlihy, Medieval Households, Cambridge-London, 1985, p. 66.

62 L. R. Ménager, « Considérations sociologiques sur la démographie des grands domaines ecclésiastiques carolingiens », dans Études d’histoire du droit canonique dédiées à Gabriel le Bras, 2, Paris, 1965, p. 1334-1335.

63 Les étrangers immigrants sont en majorité des hommes dans les villae provençales de SaintVictor de Marseille. J.-P. Devroey, Les méthodes d’analyse démographique, cité n. 61, p. 79.

64 Voyez ci-dessous, p. xx.

65 P. Toubert, Le moment carolingien, cité ci-dessus n. 43, p. 340 ; D. Herlihy, Medieval Households, cité no 61, p. 74-78.

66 D. Herlihy (Medieval Households, cité n. 61, p. 76) dénombre 86 veuves pour 133 veufs parmi les serfs de Saint-Germain-des-Prés. A Florence en 1427, où la différence d’âge entre les conjoints est en moyenne de douze ans plus âgé pour l’homme, les veuves sont 5,6 fois plus nombreuses que les veufs.

67 G. Halsall, « Female Status and Power in Early Merovingian Central Austrasia: the Burial Evidence », dans Early Medieval History, 5, 1996, p. 1-24, spéc. aux p. 13-20.

68 Pactus Legis Salicae 24, 7, éd. K.-A. Eckhardt, MGH LL., Sect. 1, vol. 4. Le droit franc tardif fixe toutefois la majorité à 15 ans accomplis ; F.L. Ganshof, Le statut de la femme, cité n. 55, p. 9-10.

69 Lex Ribuaria 12, 1, éd. F. Beyerle, R. Buchner, MGH LL., Sect. 1, vol. 3. G. Halsall, Female Status and Power, p. 18 et no 50, suggère que le passage analogue du Pactus Legis Salicae, 65, qui donne 60 ans, pour la fin de la procréation, devrait être lu XL et non LX.

70 Lex Visigothorum, 1, 8. F. L. Ganshof, Le statut de la femme, cité n. 55, p. 48.

71 J.-P. Devroey, articles cités n. 61 et M. Zerner, « Enfants et jeunes au IXe siècle. La démographie du polyptyque de Marseille, 813-814 », dans Provence historique, 31, 1981, p. 355-384. Ces résultats ont été synthétisés par P. Toubert, Le moment carolingien, cité no 43. D. Herlihy (Medieval Households, cité n. 61, p. 65-66) met en évidence des exemples de double enregistrement de dépendants mâles dans le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés. Si le polyptyque d’Irminon signale incidemment que tel conjoint ou tels enfants ne sont pas recensés, quia non sunt Sancti Germani, cette pratique n’a pas été relevée dans les autres polyptyques.

72 J.-P. Devroey, La démographie du polyptyque de Saint-Remi de Reims, cité n. 46.

73 La signification d’accola appliqué à une personne n’a guère intéressé jusqu’ici les historiens. À côté d’un sens très général d’habitant, dans le contexte du polyptyque de Saint-Remi, l’accola paraît être un dépendant, installé dans les limites territoriales de la potestas, qui ne tient pas de manse du seigneur.

74 J.-P. Devroey, A propos d’un article récent, cité n. 61, p. 511-512. L. Kuchenbuch, Bauerliche Gesellschaft, cité no 47, p° 87.

75 J.-P. Devroey, Les méthodes d’analyse démographique, cité n. 61, p. 77-78.

76 J.-P. Devroey, La démographie du polyptyque de Saint-Remi de Reims, cité n. 46.

77 Das Prümer Urbar, cité n. 15, p. 187, cap. 24 (893) ; à Mehring :... femine de ipsius villa, que a nobis non habent, ibi residentes, in propriolo suo, solvunt de vino modios. V. et si propriolo non habent, nichil solvunt.

78 Das Prümer Urbar, cité n. 15, p. 194, cap. 33 (893) ; à Remich : Ad missam sancti Remigii debet denarios. V. propterea, qui femine fiscaline servos acceperunt et idcirco istos denarios solvunt. La règle est formulée de manière plus générale à Trittenheim (Ibidem, p. 190, cap. 29) : Haistaldus de vino modios. V. Si in aliam potestatem mansum acceperit aut feminam, sovit denarios. XII. et si femina forinsecum hominem acceperit, solvitpullos. II., ova.X. et de lino clauns. II. et de lino semine bacinum.I.

79 A. Deléage, La vie rurale en Bourgogne jusqu’au début du onzième siècle, Maçon, 1941, p. 558.

80 D. Herlihy, Medieval Households, cité n. 61, p. 67.

81 D. Herlihy, Medieval Households, cité n. 61, p. 67. Il est plus difficile de suivre Herlihy (Ibidem, p. 68) dans son utilisation des listes de dépendants astreints au chevage dans le polyptyque d Irminon, qui comptent au total 150 femmes pour 122 hommes. Il ne s’agit pas en effet systématiquement de « Landless Persons », mais fréquemment d’individus déjà recensés par le polyptyque parmi les occupants des manses ! Voyez par exemple, ci-dessous, note 108, à Neuilly.

82 S. M. Stuard, « Ancillary Evidence for the Decline of Medieval Slavery », dans Past and Présent, no 149, 1995, p. 3-28.

83 Gaius, Institutiones, I, 9. Ce principe est repris par Charlemagne dans la Responsa misso cuidam data (801-814 ?) : quia non est amplius nisi liber et servus ; MGH LL Capit. 1, no 58, p. 45. A partir de ce texte, G. von Olberg, « Ein sozialgeschichtliches Schlusselzeugnis im Lichte der Textenforschung », dans Frühmittelalter Studien, 20, 1986, p. 123-136, montre qu’il est crucial de tenir compte du contexte dans l’interprétation de ces notions. Dans le contexte d’une consultation, la réponse à la question du statut personnel n’est pas ambigüe. Par contre, les révisions carolingiennes des lois barbares continuent à distinguer, le cas échéant, les libres et les non-libres, d’une catégorie intermédiaire de demi-libres, affranchis et lètes. G. Von Olberg (Ibidem, p. 129-132) montre qu’à l’intérieur d’une même loi, le lidus est tantôt assimilé aux libres (pour ses devoirs vis à vis de l’État), tantôt aux non-libres, lorsque les intérêts des grands propriétaires entrent en jeu !

84 Voyez parmi les domaines de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, à Petit-Fleury (Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. 16, p. 7) : Servi vel ancillae forasticae de Floreio ; à Ville-en-Selve (Ibidem, p. 13), la liste des forains fixe une redevance personnelle uniforme pour les libres et les serfs : Foreuses praefatae villae debentes dies VIIII. au dinarios IIII [...] Gentisma ancilla, Hiltbertus, filius servus [...] ; Courtisols (Ibidem, p. 26) : Nomina omnium seruorum vel ancillarum, interius et exterius, de eadem villa... ; à Beconis villa (Ibidem, p. 35) : Intra villam serui vel ancillae [...] Forastici : Bertrudis ancilla [...] ; à Viel-Saint-Remi (Ibidem, p. 44) : Adelherus seruus, uxor eius Railla ancilla cum infantibus IIII., Anglehagdis filia ancilla cum infante. !, Gifagdis sororforensis ancilla [] : ainsi qu’à Sault-Saint-Remi (Ibidem, p. 53). À Condé-sur-Marne (Ibidem, p. 70), serfs et ancillae cites dans la liste des forains payent un cens capital uniforme de 12 deniers.

85 S. M. Stuard, Ancillary Evidence, cité n. 82, p. 5 : « Sorne persons with chatte! slave status continued to live generation after generation in the countryside, occupying positions of the lowest status ».

86 S. M. Stuard (Ancillary Evidence, cité n. 82, p. 6-7) renvoie vaguement à des études régionales, tout en soulignant que beaucoup de leurs auteurs « have mistakenly cast their arguments into the masculine mode... La seule référence précise est faite à P. Bonnassie, From Savery to Feudalism in South­Western Europe, Cambridge, 1991, p. 56-57, sur la base d'un mémoire de maîtrise de V. Sablayrolles, De l'esclavage au servage de Louis le Pieux à Philippe Ier, d'après les actes royaux, Université de Tou­louse-le-Mirail, 1982

87 À Courtisols, où l’abbaye a contraint par jugement en 848 des familles de serfs, qui se prétendaient libres, à réintégrer leur servitude, le polyptyque contient également une liste de quinze femmes ingenuitatem habentium per cartam [...] et debent annis singulis dies. IIII. ; Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. 16, p. 26.

88 E. Coleman, « Medieval Marriage Characteristics: A Neglected Factor in the History of Medieval Serfdom », dans Journal of Interdisciplinary History, 2, 1971, p. 205-219. S. M. Stuard, Ancillary Evidence, cité n. 82, p. 5.

89 Le polyptyque de l’abbaye de Saint-Bertin (844-859). Édition critique et commentaire, éd. F. L. Ganshof, Paris, 1975 (Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 45).

90 K. Elmshäuser, A. Hedwig, Studien zum Polyptychon von Saint-Germain-des-Prés, Köln-Weimar-Wien, 1993, p. 482.

91 Beine, Beconis villa (Bouconville ?), Courtisols, Viel-Saint-Remi.

92 Beconis villa (Bouconville ?), Courtisols, Viel-Saint-Remi

93 Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. 16, p. 26.

94 Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. 16, p. 71.

95 Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. 16, p. 44.

96 Urkundenbuch der Abtei Sankt Galien, éd. H. Wartmann, Zürich-Sankt Galien, 1863-1882, 1, no 228 (817) : [...] ut senti uel ancillae coniugati et in mansis manentes tributa et uehenda et opera uel texturas seu functiones quaslibet dimidia faciant, excepto aratura, puellae uero infra salam manentes tres opus ad uestrum et tres sibi faciant dies et, hoc quod Alammanni chuuiltiuuerch dicunt, non faciant (). Les actes de Saint-Gall sont particulièrement riches en expressions pour désigner les serfs non-tenanciers mancipia intra domum, (hobae) cum mancipiis, quae in illis sunt et alia [...] mancipia inter matres et feminas ; mancipia [...] seu infra curtem sive in hobis ; ancillae foris domo. Voyez H.W. Goetz, « Beobachtungen zur Grundherrschaftsentwicklung der Abtei St. Galien vom 8. zum 10. Jahrhundert », dans Strukturen der Grundherrschaft, cité n. 22, p. 197-246, à la p. 218.

97 Une donation à l’abbaye de Lorsch comprend dix journaux de terre et deux femmes, qualifiées de mancipia, quae sibimet ipsis. III. dies in ebdomada proficiant,. III. dies sancto Nazario seruiant ; Codex Laureshamensis, éd. K. Glöckner, Darmstadt, 1936, no 868 (775).

98 Cité par L. Schütte, « Enlope lude und Verwandte. Beziehungen fur eine soziale Randgruppe in Westfalen im Mittelalter », dans Vierteljahrschriftfür Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, 77, 1990, p. 29-74, aux p. 70-71.

99 Voyez en dernier lieu L. Schütte, Enlope lude, cité n. 98, p. 29-74.

100 Aux exemples cités par L. Schütte, Enlope lude, cité n. 98, p. 63-65, il faut ajouter les mentions d’haistaldi et de feminae dans les polyptyques de Saint-Amand et de Lobbes. On rencontre également des cas d’haistaldi mariés, sans doute à une épouse étrangère à la seigneurie. Voyez la charte de Charles le Simple de 887, pour son fidèle Hrotmund, in villa Borco [...] hagistaldos censales XIIII et feminas XIII, in villa Crangia hagistaldum unum, qui vocatur Isembertus, et uxorem eius cum infantibus suis. MGH DD Karol III, no 167, p. 270. sv.

101 Un cens en monnaie, qui varie de 12 à 20 d., appelé pro opere feminili ou pro opere feminarum apparaît régulièrement dans le registre de l’abbaye de Lorsch au milieu du IXe siècle ; cité par L. Kuchenbuch, Opus Feminile, cité n. 5, p. 139. Dans un domaine de l’abbaye de Wissembourg, à Insheim, les dépendants payaient 6 setiers de vin pro opere mulierum ; Liber Possessionum Wizenbrugensis, éd. C. Dette, 1987, cap. 8 (Quellen und Abhandlungen zur mittelrheinischen Kirchengeschichte, 59) ; C. Dette, « Die Grundherrschaft Weissenburg im 9 und 10. Jahrhundert », dans Strukturen der Grundherrschaft, cité no 22, p. 181-196, à la p. 195. Toutes ces mentions paraissent concerner des ancillae installées sur des tenures. Par contre, à Tournai, les six femmes qualifiées de camsiliariae, qui dépendent de l’abbaye de Saint-Amand-les-Eaux (>821-872<), ne paraissent pas avoir occupé de tenures. Elles ont racheté les pièces de toile de lin qu’elles livraient à l’abbaye : Sunt ibi camsiliariae VI., quae redimunt camsiles denariis. VIII. ; Das Polyptychon und die Notifia de Areis von Saint-Maur-des-Fossés. Analyse und Edition, Sigmaringen, 1990 (Beihefte der Francia, 23), p. 104. Dans une autre villa de Saint-Amand-les-Eaux, Maire, c’est la livraison de laine (in tertio annopro lana dont denarios. II.) et le filage du lin ou de la laine (profilatura denarium.I.), qui ont été rachetés (Ibidem, p. 104), cette fois par les tenanciers.

102 « All animals are equal, but some animals are more equal than others »; George Orwell, Animal Farm, London, 1944.

103 Lex Alamannorum, § 22, Die Gesetze des Karolingerreiches 714-911, éd. K. A. Eckhardt, p. 14 (Germanenrechte, 2).

104 Pour une illustration de ces règles dans la pratique, voyez les documents de Saint-Gall : les servi vel ancillae coniugati et in mansi manentes doivent : le cens (tributum), les charrois (vehenda), les services de travail (opera) et de tissage (texturae) et toutes autres réquisitions (quaelibet functiones). H. W. Goetz, Beobachtungen, cité n. 96, p. 222. À Saint-Gall également, les puellae infra salam, opposées aux ancillae foris domo, doivent trois jours de travail à l’abbaye.

105 Lex Baiuvariorum, § XIII, Die Gesetze des Karolingerreiches 714-911, éd. K. A. Eckhardt, p. 88-89 (Germanenrechte 2,2).

106 Voyez par exemple dans le polyptyque de Saint-Remi de Reims, le cas d’un manse de Condé-sur-Marne, partagé en deux moitiés tenues respectivement par un colon et un serf (Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. 16, p. 66) : Mansum dimidium ingenuilem tenet Hrotfridus colonus ; aliam medietatem tenet Alius piscator seruus, uxor eius Vuinehaidis colona, infantes eorum Vuineboldus, Audiganus, Otgingus, Hildulfus, Alius, serui, Otgildis soror eorum ancilla, et Vuineda ancilla ; debent ut supra.

107 À Neuilly (Dos Polyptychum von Saint-Germain-des-Prés, cité n. 52, cap. 11, no 11, p. 97), les serfs solvunt faculas et faciunt portaturam ; à Boissy (Ibidem, cap. 13, no 109, les serfs solvunt de ferro pensas. XXXIII., de fumlone modios. VIII. et sistarios. IIII., faculas. CCC.

108 À Neuilly (Das Polyptychum von Saint-Germain-des-Prés, cité n. 52, cap. 11, n° 3 et 13, p. 95- 96) :

(3) Gisleuertus servus et uxor eius lida, nomine Gotberga. lsti sunt eorum infantes [...]. Et Sinopus servus et uxor eius ancilla, nomine Frolaica. Isti sunt eorum infantes […]. Et Ansegudis ancilla. lsti sunt eorum infantes [...]. Isti. lII. manent in Nuuiliaco. Tenent mansum.I., [...]. Solvunt similiet.

(11) lsti sunt servi, [...] Gisleuertus [...] Isti solvunt faculas etfaciunt portaturam.

(13) Iste sunt ancillae [...] Frotlina (sic) Ansegundis [...]

/sta pascunt pascas, etfaciunt drappos, si lanificum eis datur.

Les lides, installées sur des manses doivent 4 deniers de litmonium, alors que leur congénères mâles sont libres de redevances personnelles (Ibidem, p. 97).

À Boissy (Ibidem, cap. 13, n° 109 et 110, p. 118), les serves si datur eis linificium, faciunt camsilos et les femmes lides autfaciunt camsilos de octo alnis, aut solvunt denarios. IllI.

À Chavannes (Ibidem, cap. 23, n° 27 et 28, p. 190, les femmes lides debent solvere camsilos. IllI. aut denarios. XVI. et une serve debet facere de dominica fana sarcilem. I. et pascere pastas.

À Maisons (Ibidem, cap. 25 n° 6, p. 212), dans un manse tenu par un ménage d'un colon et d'une ancilla : Uxor vero eius autfacit sarci/em aut solvit denarios. XII.

À Villeneuve-Saint-Georges (Ibidem, cap. 15, n° 70, 76, 78, 82) une partie des ancillae installées sur des manses paient des redevances spécifiques, mais d'autres pas (Ibidem, cap. 15, n° 77, 83 et 84): (70) Acloinus, servus et uxor eius ancilla, nomine Uualdadrudis. Iste tenet mansum.I. ingenuilem, […]. Cetera similiter. Et illa ancilla facit de lana dominica sarcilum. l. ; pastas quantum ei iubetur.

109 C'est le cas d' ancillae installées sur des hostises du domaine de Villa supra Mare (Saint­Gennain-Village ?) et de chacun des cinq moulins (Das Polyptychum von Saint-Germain-des-Prés, cité n. 52, cap. 20, n° 2, 38, 39, 40, 41) : (38) Anganildis ancilla [...] Tenet hospicium, habentem de terra bunuarium.I. Facit camsilem de lino dominico ; pascit pastas. VI. ; et aliud servicium quod ei iniungitur

110 Ce système n’est pas appliqué dans la majorité des domaines de Saint-Germain-des-Prés : à Palaiseau, à Verrières, à la Celle-Saint-Cloud, à Nogent-l’Artaud, à Villemeult, à Combs, à Morsang, à Coudray, à Maule, à Secval et à Béconcelle, malgré la présence d’ancillae sur les manses. Voyez par exemple à Palaiseau (Das Polyptychum von Saint-Germain-des-Prés, cité n. 52, cap. 2, no 38, p. 9) et passim.

111 À Viel-Saint-Remi (Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. 16, p. 36-37), les libres ou les affranchis, qui tiennent des manses serviles y paient la moitié des redevances du manse ingénuile, alors que serfs et serves suivent un régime spécifique : Adelharius seruus (facit in anno corrogatas. VI. ; donat faculas.L. ; vehit fimum ; et facit omne seruitium quod ei iniungitur), uxor eius Radila ancilla cum infantibus. V. souuit annis singulis denarios VIII., pullos X., pastas II., ova L.

112 À Sault-Saint-Remi (Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. 16, p. 51) : Ansigisus seruus, uxor eius Dodila ancilla cum infnatibus IIII., et Dominicus ingenuus, uxor eius Eurasia ancilla cum infantibus II., tenent mansum I. ; ex istis duobus ancillis douant unaquaeque denarios VIII., vermiculo uncias IL, pullos VIII., pastas II., oua L. ; ceterafaciunt similiter. Le même système s’applique dans d’autres domaines de Saint-Remi, avec toutefois des différences de barème : à Courtisols (Ibidem, p. 26) : Nomina omnium seruorum sel ancillarum, interius et exterius, de eadem villa, debentium unusquisque seruorum scilicet perfectae aetatis dinarios XII., ancillarum vero dinarios. XII ; sin autem aliquem partem mansi ancillae habuerint, douant postas III. pascentes eas de dominico, et oua XV ; à Viel-Saint-Remi, voyez ci-dessous, n.l 13 et à Ville-en-Selve (Ibidem, p. 11) : Vuiliandus servus tenet dimidium mansum ingenuiliter ; facit medietatem similiter ; uxor eius Ainthis ancilla donat uini modios III., pullos VI, pastas II, oua XXX.

113 Sault-Saint-Remi (Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité n. 16, p. 48) : Gelboldus seruus, uxor eius Altiardis ingenua, et Adelgaudus ingenuus, uxor eius Hostia ingenua, tenent mansum.I. ingenuilem ; similiter.

114 Sault-Saint-Remi (Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, cité no 16, p. 51) : Dodelberga ancilla habet mansionem I, de terra arabili jornale I ; donat denarios VIII., vermiculo uncias II., pullos VIII., pastas II., oua L.

115 Il est remarquable qu’à Saint-Germain-des-Prés, les seuls domaines où une redevance spécifique est appliquée aux hommes de condition servile, soient ceux où cette particularité de la coutume domaniale est notée en fin de chapitre, avec les listes de serfs et ancillae du domaine. Ailleurs, la redevance qui pèse sur les femmes, est mentionnée au cas par cas.

116 Joan Scott, « Gender. A Useful Category of Historical Analysis », dans American Historical Review 1, 91, 1986, p. 1053-1075 ; P. Schmitt Pantel, « L’histoire des femmes en histoire ancienne aujourd’hui », dans Histoire des femmes en Occident, t. 1, L’Antiquité, Paris, 1991, p. 493-502.

Auteur

Université Libre de Bruxelles

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540