Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xe siècles)

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Régine Le Jean
, 
Alain Dierkens
, 
et al.

L’aristocrate byzantine et sa fortune1

Michel Kaplan

Texte intégral

  • 1 Nous remercions Joëlle Beaucamp et Jean-Claude Cheynet pour leur aide précieuse.
  • 1 Théophane Continué, V, c. 74-75, Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae, Bonn, 1838, p. 317-319.
  • 2 Ibid., c. 76-77, p. 320-321. La version de Skylitzès de ces deux épisodes est beaucoup plus sobre : (...)

1« Dès que Basile devint empereur, il honora le fils de Danèlis de la dignité de prôtospathaire et lui accorda libre accès auprès de lui en vertu du lien de communauté que crée la fraternité spirituelle. Alors, la mère de celui-ci conçut un grand désir de voir l’Empereur ; sur ordre de celui-ci, elle se rendit dans la ville impériale avec une nombreuse escorte et suite. Comme elle ne pouvait monter sur un chariot ni sur un cheval, mais qu’elle était amollie par l’abondance de ses richesses, elle se coucha sur une litière, choisit trois cents serviteurs, jeunes et robustes, et leur ordonna de la soulever et de la conduire. Dix d’entre eux prirent la litière et, se relayant à tour de rôle les uns les autres, ils accomplirent le trajet du Péloponnèse jusqu’à la ville impériale. Reçue à la Magnaure, comme les empereurs des Romains ont coutume de le faire lorsqu’ils vont recevoir l’un des illustres et considérables chefs d’un peuple étranger, elle est introduite elle aussi auprès de l’Empereur dans de magnifiques honneurs, apportant des présents de toute sorte, comme aucun souverain étranger n’en avait jusqu’alors apporté à un empereur des Romains. Il y avait cinq cents esclaves, dont cent splendides eunuques... Venaient ensuite cent tisserandes (σκιάστριαι), cent pièces (σιδόνια) d’étoffe de couleurs variées,... cent pièces de peluche de lin (λινομαλοτάρια), ...deux cents pièces de velours de lin et aussi cent autres pièces de fil plus fin que celui d’une araignée, dont chacun était engagé sur un coude de roseau, et des vases de valeur en argent et en or, nombreux et variés. Dignement reçue et traitée avec les immenses égards dus à son rang et à sa noblesse, jugée digne d’être appelée mère de l’Empereur, elle reçut de nombreux honneurs impériaux, elle exultait de joie de tous ces cadeaux reçus en retour et qui dépassaient de beaucoup les simples convenances. Aussi, elle ajouta de grand cœur aux dons énumérés une bonne part du Péloponnèse, qui était sa propriété et qu’elle donna libéralement alors à son fils et empereur. Elle passa son temps dans cette grande ville autant qu’elle l’ambitionnait et qu’elle en profitait, puis aussitôt rentra dans sa propre contrée comme l’impératrice et maîtresse des lieux, jouissant d’honneurs beaucoup plus nombreux et plus grands que par le passé »1. Finalement, Danèlis survécut et à son fils et à Basile Ier ; elle se rendit auprès de Léon VI et « lui apporta aussi d’admirables cadeaux et le fit héritier de sa propre fortune (κληρονόμοι... τῆς ο ἰκείας… ὑπάρξεως) (son fils Jean avait déjà quitté la vie) ;... elle demanda qu’un officier impérial fut envoyé qui devrait faire l’inventaire de sa fortune et entrer en possession. Elle partit aussitôt ;...elle mourut peu après son départ. Le prôtospathaire Zènobios, qui avait été envoyé avec l’ordre d’accomplir tout ce que la vieille femme avait demandé et disposé, arrivé au kastron de Naupacte, apprit de Daniel, parent de Danèlis, qu’elle était partie pour l’autre vie. Arrivé dans sa maison et prenant dans ses mains le double original de son testament, il géra tout conformément à ses volonté et dispositions. Il trouva une grande quantité de nomismata et le reste de sa fortune en vases d’argent et d’or, en vêtements, en objets de bronze, en esclaves et en animaux ; cela dépassait une fortune privée et atteignait presque celle des gouvernants. Comme la foule de ses esclaves domestiques était innombrable, sur ordre impérial, trois mille personnes lurent affranchies pour s’établir dans le thème de Longobardie. Le reste de ses biens-fonds, richesses et esclaves, fut divisé conformément à ce qu’elle avait disposé dans son testament ; à son impérial héritier échut aussi en propriété privée, en plus du reste, quatre-vingts proasteia »2.

  • 3 Il est évidemment tentant et possible de révoquer en doute le récit du continuateur de Théophane. I (...)
  • 4 La seule fortune dont nous ayons une description suffisante dans un document de la pratique et qui (...)

2La fortune de Danèlis est assurément la plus considérable dont nous ayons une description à l’époque mésobyzantine3, du moins pour les fortunes privées4. Que Danèlis soit une femme joue un rôle dans le récit qui fait de la famille de Basile Ier son héritier, mais pas dans la gestion de la fortune elle-même ; les mêmes gratifications auraient pu venir d’un homme ; la fortune de Danèlis avait pu être celle de son mari auparavant et aurait pu devenir celle de son fils si celui-ci n’avait pas disparu prématurément, vraisemblablement sans enfants. Du point de vue qui nous occupe aujourd’hui, nous devons donc nous préoccuper de savoir s’il y a une spécificité féminine dans l’appréhension et dans la gestion de la fortune. Une femme byzantine a-t-elle les mêmes droits qu’un homme à l’égard de sa fortune, tant pour les droits théoriques que pour la libre disposition ? À partir des constatations que l’on peut faire sur ce plan, les aristocrates ont-elles une situation à part, ou du moins certaines d’entre elles, compte tenu que les documents parvenus ne nous parlent pratiquement que de membres de l’aristocratie ?

  • 5 Nous avons conscience de caricaturer une réalité complexe et nuancée dont on peut prendre connaissa (...)
  • 6 Ce point mériterait une longue discussion ; pour notre époque, toutefois, cela ressort tant de la l (...)
  • 7 Aux considérations juridiques et morales contenues dans les lois romaines (cf. note suivante), le c (...)
  • 8 Acte de Docheiariou no 3, éd. N. Oikonomidès, Paris, 1984 (Archives de l’Athos XIII), 1. 5, p. 67. (...)
  • 9 Acte de Docheiariou no 3, 1. 17, p. 68.

3Au plan des biens matériels, l’on peut résumer la situation juridique de la femme de la façon suivante5 : les enfants naissent égaux ; garçons et filles ont droit en principe à la même part successorale6 ; sauf mention expresse, le droit s’applique aux femmes comme aux hommes et il n’existe pas de discrimination juridique dans le domaine de leurs biens propres, pour lesquels elles peuvent passer contrat et tester tout comme les hommes, sauf ceux constitués en dot, dont le mari obtient la gestion ; dès lors qu’une femme occupe une position sociale suffisamment élevée pour faire valoir ses droits, rien ne l’empêche de jouer un rôle économique et de gérer sa fortune, de naviguer entre les incapacités qui la touchent et qui ont plutôt tendance à se renforcer. Car cette égalité de principe ne résiste pas à un principe opposé : la femme est un être essentiellement faible et faillible7 ; il faut donc la protéger, elle, ses enfants et, plus largement, sa famille, contre les errements matériels ou moraux que cette faiblesse ne manquera pas ou du moins risquera à tout moment de lui faire commettre. Un seul exemple suffira à nous en convaincre : en 1112, une femme de Thessalonique, Eudocie Bouriôn, femme du prôtospathaire Étienne Rasopôlès, vend au monastère athonite de Docheiariou son domaine d’Isôn ; nous reviendrons longuement sur cet exemple ; mais, puisqu’il s’agit d’une femme qui vend un bien dotal, le monastère s’entoure de garanties ; aux formules « masculines » qui lui font affirmer qu’elle est libre de toute contrainte ou puissance, tromperie ou autre exception d’illégalité, Eudocie ajoute la « simplicité féminine » (γυναικεία άπλóτης)8. Plus loin, elle explique sa condition : « par mariage, j’ai été unie par mes parents, pour mon utilité, à un homme qui, jusqu’à aujourd’hui, gérait ce qui nous fait vivre comme nous le pouvions »9.

  • 10 Le Digeste prévoit déjà que les gouverneurs provinciaux peuvent contraindre les pères à doter leurs (...)
  • 11 P. Gautier, « Le typikon du sébaste Grégoire Pakourianos », dans REB, 42, 1984, c. 18, p. 93 : « to (...)
  • 12 P. Gautier, « La diataxis de Michel Attaliate », dans REB, 39, 1981, p. 19 : « J’avais pris le part (...)

4Cette faiblesse ontologique entraîne des mesures de protection à la fois contre les abus que pourrait commettre le mari et contre les erreurs présumées de la femme qui pourraient léser la famille. La dot en est le point central. Doter les filles est une obligation essentielle de la famille, notamment des pères10, et des mères si celles-ci sont veuves et donc devenues responsables de la fortune familiale. Grégoire Pakourianos explique ainsi dans le typikon qu’il donne en 1083 à son monastère de la Théotokos à Pétritzos en Thrace qu’il a commencé sa carrière sans aucun bien patrimonial : il était orphelin et avait des sœurs ; sa mère, consciente que lui pourrait toujours se débrouiller pour faire carrière sur ses seuls talents, ce qui s’est avéré exact, a consacré la totalité de ses biens à doter ses filles dont elle ne pouvait assurer l’avenir autrement, privant ainsi Grégoire et son frère Apasios de leur part d’héritage ; et les filles ainsi dotées de partir quasi à l’aventure à la recherche d’un mari, du moins si l’on en croit les propos amers de Grégoire11. De la même façon, l’historien et juriste Michel Attaliate, au mieux de modeste aristocratie pamphylienne, comme son nom l’indique, doit toute sa fortune à ses seuls talents : tout ce qui venait de ses parents, il l’a donné à ses sœurs, évidemment pour les doter ; de plus, les deux femmes qu’il a successivement épousées ne lui ont presque rien laissé en héritage ; apparemment, les femmes d’Attaliate auraient eu le droit de tester d’une façon ou d’une autre en sa faveur, mais ne l’ont pas fait. On peut même frire quelques remarques complémentaires : l’une, qui ne lui a rien laissé du tout, est sans doute la mère de son fils Théodore, qui hérite des biens maternels ; l’autre, dont il a été désigné comme exécuteur testamentaire avec sa belle-mère lui a laissé seulement « une petite maison de rien » et a disposé de distribuer le reste aux pauvres, ce qui permit à Attaliate d’acheter au passage l’un des domaines mis en vente12.

  • 13 Cf. A. Laiou, « The Role of Women in Byzantine Society », dans Jahrbuch der Österreichischen Byzant (...)
  • 14 Peira VII, 1 : ἐνήλλακται ή τάξιε τῆς ἐξουσίας.
  • 15 R. Guilland, « Un compte rendu de procès par Psellos », dans Byzantinoslavica, 20, 1959, p. 205-230 (...)
  • 16 Ivirôn no 44, éd. J. Lefort, N. Oikonomidès, D. Papachryssanthou, V. Kravari, H. Métrévéli, Actes d (...)
  • 17 Basiliques XXIX, 1, 115, c. 15, éd. H. I. Scheltema, N. Van der Wal, t. A4, Groningue, 1962, p. 147 (...)

5La dot est donc un point essentiel de la politique familiale13, d’où la priorité qui peut parfois être accordée à la dotation des filles même sur l’héritage des garçons ; le mari n’a dessus que des droits en théorie limités, sauf celui d’usufruit, qui, à vrai dire, constitue un droit important, et pas davantage s’il reste veuf avec des enfants, car ceux-ci en détiennent la nue-propriété. En cas d’abus du mari, le tribunal le forcera à rétablir la valeur initiale de la dot et pourra même en ce cas donner à la femme le droit d’administrer la dite dot, ce qui constitue clairement aux yeux des juges un renversement de l’ordre naturel14 : la femme acquiert les droits et obligations du mari et réciproquement. Souvent, la dot est donnée non en biens-fonds, mais en espèces et assimilées ; en ce cas, l’usufruit peut permettre au mari de dilapider tranquillement la dot de sa femme. Quand Psellos décide de marier sa fille adoptive, il ne lui donne aucune terre, et les 50 livres sont constituées à concurrence de 20 livres par la dignité de prôtospathaire, ce qui assure la jouissance du revenu par le mari15. Quant à Kalè Basiliakè, épouse de Symbatios Pakourianos, elle a reçu la même somme ; dans son testament, Symbatios déclare avoir reçu la dot en numéraire (διὰ χαράγματος), avec quoi il a acquis différents objets d’argent ; ceux-ci se trouvent en la possession de Kalè lors de la rédaction du testament16. De toute façon, la liberté de gestion du mari est largement limitée, car il ne peut en aucun cas vendre les biens dotaux17. Réciproquement, si la femme peut disposer librement des biens qui lui reviennent par héritage, elle ne peut vendre sa dot sans l’accord de son mari, puisque celle-ci fait partie du contrat de mariage ; point crucial, que nous allons voir plus en détail à travers l’exemple d’Eudocie Bouriôn, épouse Rasopôlès.

  • 18 Les πανθεῶται étaient des membres des services palatins, comme les manglabites ; au XIe siècle, ils (...)
  • 19 Sur la hiérarchie des dignités et le cursus honorum au début du règne d'Alexis Comnène, cf. J.­ Cl. (...)
  • 20 Docheiariou n° 3, 1. 24-25, p. 68-69.
  • 21 Ibid., 1. 70-72, p. 72.
  • 22 Jean Mélédonès (prôtocuropalate) est en effet de dignité supérieure à Elpidios Chandrènos (prôtopro (...)
  • 23 Basiliques XXII 5, 15, éd. H. I. Scheltema, N. van der Wal, t. A3, Groningue 1960, p. 1078 ; cf. l' (...)

6Eudocie rentre bien dans l’objet de la présente étude. Elle appartient à la petite aristocratie provinciale de Thessalonique, par la filiation et le mariage d’abord. Elle est la fille de feu Grégoire Bouriôn, patrice et ἐπὶ τοῦ πανθέου18, deux dignités qui ne sont plus très élevées autour de 1100, mais qui suffisent à situer leur titulaire dans la petite aristocratie provinciale. En se mariant, Eudocie suit la condition d’Étienne Rasopôlès, prôtospathaire ; la dignité de celui-ci est certes inférieure, mais ce n’est pas vraiment une mésalliance, car il était évidemment plus jeune que Grégoire et l’on pouvait légitimement espérer qu’il atteigne une dignité du même ordre19. De toute façon, la dignité est sénatoriale ; dans le cours de l’acte, le prôtoproèdre et logariaste Elpidios Chandrènos expose avoir interrogé Eudocie sur la sincérité de la requête par laquelle elle demande à aliéner un bien dotal20 ; plus loin, dans une addition à l’acte, il rapporte qu’il ne l’a pas interrogée lui-même, mais que « le prôtocuropalate et juge Jean Mélédonès et les autres assesseurs sont revenus en rapportant sa déposition écrite »21 ; bref, Chandrènos n’a pas quitté son office, mais a envoyé ses adjoints accompagner le fonctionnaire de l’ordre judiciaire compétent22 au domicile de la requérante ; de fait, c’est un privilège des personnes de rang sénatorial de ne pas se déplacer pour prêter serment23 ; un prôtospathaire est donc encore de rang sénatorial en 1112 et son épouse suit cette condition.

  • 24 « La moitié de ma maison patrimoniale située à proximité de la Théotokos (Acheiropoiète, cf. infra (...)
  • 25 Procheiron, 9, I, Zépos, Jus Grœcoromanum, t. 2, p. 140 ; Épanagôgè, 18, 18, ibid., p. 283 ; Basili (...)
  • 26 Docheiariou no 3, 1. 19-20, p. 68.
  • 27 Cf. J. Lefort, Villages de Macédoine, Notices historiques et topographiques sur la Macédoine orient (...)
  • 28 Docheiariou no 3, 1. 39, p. 69-70 : ύπέρπυρα παλαιὰ πενταλαίμια cf. C. Morrisson, « Découverte de t (...)
  • 29 Cf. M. Kaplan, Les hommes et la terre, op. cit. supra, n. 3, p. 477-480 ; J.-Cl. Cheynet, É. Malamu (...)

7Aristocrate par les titres, elle l’est aussi par la fortune. Certes son mari semble ruiné, au point de ne pouvoir la nourrir, elle et ses enfants. Il ne lui reste plus que la moitié de sa maison paternelle, qu’il engage d’ailleurs en garantie de la vente effectuée par son épouse24. Comme celle-ci concerne des biens dotaux, dont la vente est interdite au mari par la loi, mais que la femme peut aliéner précisément en cas d’urgence absolue, à commencer par les besoins alimentaires25. Eudocie adresse au sébaste Andronic Doukas, duc et praitôr de Thessalonique et de Serrès, une requête pour obtenir un dékréton l’autorisant à vendre « soit sur les biens immeubles patrimoniaux (γονικά μου ἀκίνητα) que j’ai dans le kastron, soit sur les parcelles (τόπια) que j’ai en dehors »26. Ce qu’elle vend, c’est le proasteion d’Isôn, composé de trois parcelles comportant une église dans l’énoria de Brya(i)27 ; le prix du bien est de 28 nomismata28, versé en pièces d’or anciennes de deux siècles (Romain Ier) ou même plus (Constantin VI ou Théophile), de plein poids et titre, sortis du trésor du monastère, et donc d’une valeur sans doute supérieure aux hyperpères d’Alexis Ier. Pour autant, la somme n’est pas considérable ; certes, il s’agit au départ de la terre de première qualité, puisque dotée d’une église, et cultivée en jardins et en vigne ; mais ceux-ci sont inexploités. Bref, cela représente l’équivalent d’une ou deux tenures paysannes29. Ce bien constituait une partie de la dot et figurait dans le contrat de mariage.

  • 30 Docheiariou no 3,1. 53, 58, 64, 67, p. 71-72.
  • 31 Ibid., I. 56, p. 71.
  • 32 Contrairement à la dot de Kalè Basiliakè, celle d’Eudocie, pourtant du même montant, consiste en pr (...)
  • 33 Une aulè est un ensemble de bâtiments qui doit cette appellation technique à la cour sur laquelle i (...)
  • 34 Nous revenons infra sur ces localisations ; elles se situent toutes dans la partie orientale de The (...)

8Eudocie a d’autres biens, puisqu’elle les engage en garantie de la vente à la requête des moines. En effet, l’acte de vente vaut procès-verbal de mise en possession (ἀντί πρακτικοῦ παραδόσεως), ce qui rend la vente exécutoire et autorise Docheiariou à faire exploiter la terre. Mais, pour que la propriété soit ferme et ne puisse être contestée par le fisc, il faut que l’impôt en soit transféré : le monastère paiera désormais l’impôt. Eudocie doit faire procéder au changement de contribuable par les services du fisc, donc faire inscrire le nom du monastère à la place du sien dans le kôdix et fournir au monastère un extrait conforme de celui-ci, l’isokôdikon30, qui en sera la preuve et garantira aussi la vente contre toute attaque des gens de la famille ou de personnes extérieures à celle-ci31. Entre dans cette hypothèque d’abord le reste de la dot : le père d’Eudocie n’est pas parvenu à compléter celle-ci et a inscrit, à la place d’espèces et d’objets précieux32, les ateliers patrimoniaux du quartier de Kataphygè, sur le Forum d’en bas, à proximité de l’église des Asômatoi, et deux autres bâtiments situés à proximité de l’aulè paternelle33 ; tout ceci se situe dans le même quartier34.

  • 35 Docheiariou no 3,1. 41-42, p. 70.
  • 36 Ibid., 1. 51, p. 70 : ἐχρημάτισαν.
  • 37 Ibid., 1.28, p. 69 : μήκοθεν τῆς μήκοθεν τῆς Ɵεσσαλονικῆς. Il est possible que la famille de Plasta (...)
  • 38 Selon le Traité Fiscal de la Marcienne, une terre ne devenait clasmatique qu’après au moins trente (...)
  • 39 Vraisemblablement celui de Kassandra-Bryai (cf. supra, n. 27).

9Eudocie est donc issue d’une famille aisée de l’aristocratie thessalonicienne, du côté tant paternel que maternel. Le proasteion d’Isôn, qu’elle vend, vient de sa famille maternelle, comme cela semble souvent être le cas pour la dot des filles : « il portait le nom de Plastaras ou encore de Bourionos, car l’un est mon aïeul et l’autre mon père »35. On peut risquer la reconstitution suivante : le proasteion d’Isôn formait au moins une partie de la dot de la mère d’Eudocie ; comportant trois lopins, situés en bord de mer pour deux d’entre eux, comme le périorismos en atteste, il a été relativement prospère, avec son église « ancienne » du Prodrome, ses jardins et ses vignes qui, au moment de la dévolution de la dot, étaient productifs36. Le passage dans la famille Bouriôn semble avoir été fatal au proasteion d’Isôn, parce que le bien est situé trop loin37, soit tout de suite, soit du fait de l’incurie du mari d’Eudocie alléguée dans l’acte ; « comme ils sont déserts, ces biens sont livrés à d’autres qui veulent se les attribuer sans que personne vienne l’interdire ». D’ailleurs, la désertion, au moins fiscale, est confirmée dans le document ; le périorismos signale en effet, entre deux des trois parcelles, « les terres clasmatiques prises sur ce champ », donc une bande de terre que, faute d’en pouvoir ou vouloir payer l’impôt, Plastaras, Grégoire Bouriôn ou Étienne Rasopôlès ont dû abandonner au fisc et qui a été incorporée à l’épisképsis de Macédoine38. De toute façon, les candidats à la prise de contrôle ne manquent pas, compte tenu des voisins qu’énumère le périorismos : le César (Nicéphore Bryennios ou Isaac Comnène, troisième fils d’Alexis), l’évêché39, les biens impériaux. Bref, il s’agit de biens de petite dimension, mal situés pour l’exploitation par un petit oikos moyen, d’une valeur assez faible, mais dont le prix de vente effectivement pratiqué ne doit pas être trop éloigné du juste prix ; le seul motif de réclamation contre lequel ne se protège pas le monastère, par exemple par le biais d’une donation partielle, c’est l’achat dit « de mauvaise foi », pour moins de la moitié de la valeur.

10L’acte de vente passé par Eudocie pose la question du degré réel d’implication d’une femme mariée dans la mise en œuvre de sa fortune du vivant de son mari. En effet, comme il s’agit de biens dotaux, elle intervient personnellement du début à la fin de l’acte ; non seulement elle paraît à l’initiative, et les fonctionnaires se déplacent pour recueillir son serment et vérifier la sincérité de sa volonté de vendre, mais son mari, dont le consentement reste nécessaire et mentionné explicitement dans l’acte, apparaît a priori comme un pauvre hère, un incapable notoire, même pas bon à nourrir sa famille, sauvée par l’intervention bienveillante de la femme. Pourtant, il est rapidement clair qu’elle ne gère en principe rien du tout. Il va d’ailleurs de soi que ses parents l’ont mariée pour son « utilité », pour que son époux s’occupe de la faire vivre, situation considérée comme normale ; c’est la faillite de son mari qui la conduit à solliciter l’autorisation de mobiliser sa fortune dotale pour faire vivre ses enfants. De plus, elle ne semble disposer, sous réserve de l’autorisation de son mari, toujours nécessaire, que de biens dotaux ; or son père est mort et elle aurait donc dû en hériter, si sa dot était inférieure à une part d’enfant. Pourtant, elle ne possède rien d’autre ; en effet, elle a dû engager, pour garantir la vente d’une partie de sa dot, la totalité du reste. De plus, si elle avait reçu en héritage des biens propres, elle aurait pu les engager aussi. Surtout, elle n’aurait pas été dans l’indigence.

  • 40 Cf. J.-M. Spieser, Thessalonique et ses monuments du IVe au VIe siècle : contribution à l’étude d’u (...)
  • 41 La définition et la localisation de ce quartier de Kataphygè est un point délicat. Cf. les précisio (...)
  • 42 Il s'agit évidemment de la Théotokos Acheiropoiète, mais l'appellation n'apparaîtra qu'ultérieureme (...)
  • 43 Diataxis, citée supra, n. 12, p. 43-45.
  • 44 N. Oikonomidès, « Quelques boutiques de Constantinople au Xe s. : prix, loyers, imposition (cod. Pa (...)

11Ce dernier aspect fait problème. Parmi les biens qu’elle engage en garantie, Eudocie dispose d’ateliers ou boutiques et de bâtiments à Thessalonique, dont le nombre n’est pas précisé, mais qui ne sont pas forcément chose négligeable. Bien sûr, Thessalonique n’est pas Constantinople ; mais ces ateliers sont bien placés, sur le Forum inférieur40, dans l’actif quartier de Kataphygè41, à proximité du célèbre sanctuaire de la Théotokos42. Au début du XIIe siècle, Thessalonique est une ville prospère, idéalement placée sur les routes en pleine expansion du commerce occidental ; il n’y a donc aucune raison de croire que les ergastèria rapportent sensiblement moins ici qu’à Constantinople. Or, nous savons par la diataxis d’Attaliate43 que le loyer annuel d’un ergastèrion se situe entre 14 (une parfumerie) et 24 nomismata (une boulangerie). Les boutiques de textile se louaient entre 22,5 et 36 nomismata au Xe siècle44.. La vente d’Isôn rapporte 28 nomismata, soit à peine le loyer annuel de deux ou, au pire, de trois ergastèria, qu’il n’est pas question de vendre, qui constituent au contraire une garantie valable et qui, contrairement au proasteion d’Isôn, ne sont nullement qualifiés d’improductifs. Bref, à supposer même qu’Étienne Rasopôlès ne touche plus la roga d’une livre attachée à la dignité de prôtospathaire, Eudocie, ses enfants et son mari ne risquaient point du tout de mourir de faim ; elle a failli nous arracher des larmes, mais il s’agit en fait d’un prétexte pour pouvoir aliéner, malgré la loi et à un prix qui n’est pas forcément si désavantageux maintenant que nous savons que le couple n’est pas aux abois, des biens dont elle souhaite se défaire.

  • 45 La comparaison avec l’acte suivant de Docheiariou est instructive : le proèdre Nicéphore Bourtzès e (...)
  • 46 Cf. le nombre très élevé de dégrèvements dits provisoires (sympatheiai) dans le Cadastre de Thèbes  (...)

12Eudocie - ou son mari, nous y reviendrons - gère au plus près ; ces terres d’Isôn sont trop éloignées, ce qui a entraîné leur quasi abandon, l’impossibilité de les remettre en culture faute de pouvoir les surveiller ; mieux vaut les vendre45. Il faut donc trouver un moyen de tourner la loi qui interdit la vente de biens dotaux pendant le mariage et faire jouer l’exception d’indigence. Tout le monde est complice : les moines, qui d’ailleurs ne sont pas dupes et s’entourent d’un luxe de garanties contre une vente manifestement illégale mais qui leur a peut-être permis d’acquérir pour un prix correct une terre pas forcément aussi déserte qu’il y paraît puisque les vendeurs continuaient d’en acquitter l’impôt alors que l’obtention d’une sympatheia n’était point trop difficile46 ; les fonctionnaires, le duc et préteur et sa foule d’assesseurs, qui acceptent l’exception d’indigence en se donnant l’apparence d’une enquête sérieuse.

  • 47 Docheiariou no 3, 1. 4, p 67 : ὲγγύης τε τοῦ συζύγου μου, proclame Eudocie. On peut ici poursuivre (...)
  • 48 Ibid., 1. 66-69, p. 72 ; cette ruine est peut-être le seul élément tout à fait vraisemblable ; pour (...)
  • 49 Cf. A. Laiou, loc. cit. supra, n.13.

13Bien sûr, le mari ne peut vendre les biens dotaux de sa femme de sa propre autorité ; c’est donc elle qui fait la demande, elle qui agit. Mais avec l’accord de son mari, qui garantit la vente elle-même47, sa bonne exécution et la transmission de l’isokôdikon par une hypothèque de ce qui lui reste de fortune48. Finalement, l’on a ici un cas de cogestion de la crise, ou de la prétendue crise par les époux, mais, en dernière analyse, cela ne lève pas totalement la γυναικεία ἁπλòτης. Au bout du compte, c’est vraisemblablement Étienne Rosopôlès qui est à l’origine de l’action. Pour assurer la gestion globale en période de crise ( ?), il veut vendre un bien dotal marginal : il est bien forcé de faire intervenir sa femme. Malgré les apparences du document, il ne faut pas y voir un quelconque renoncement du mari à la gestion des biens de sa femme qui rendrait à celle-ci sa liberté économique. Certes, Eudocie doit agir dans la procédure de vente des biens dotaux, et il ne peut en être autrement ; mais on ne peut en inférer qu’une aristocrate mariée retrouve la disposition agissante de sa fortune, même si cela se situe dans le cadre d’un accroissement tendanciel du rôle joué par les femmes en la matière49.

  • 50 Pour l’édition et l’étude de ce document, cf. P. Lemerle, Cinq études, p. 15-65 ; pour une étude de (...)
  • 51 Testament d’Eustathe Boïlas, p. 24, 1. 115-117.

14Si nous montons dans la hiérarchie sociale, nous trouvons Kalè Pakourianè et les deux filles d’Eustathe Boïlas : celle-là a reçu en dot 50 livres, celles-ci 30 livres, ce qui est bien du même ordre. Nous examinerons Kalè ultérieurement car elle nous intéresse avant tout comme veuve. Irène et Marie Boïlas sont les deux enfants survivants d’un veuf, le prôtospathaire Eustathe Boïlas, dont nous connaissons le testament d’avril 105950. À cette date, la dignité de prôtospathaire est encore assez élevée. Boïlas est un émigré qui a reconstitué récemment sa fortune. Irène a épousé le spatharocandidat Grégoire et Marie le mérarque Michel. Sur les 30 livres de dot, Irène n’a pas hésité à se servir en cachette en argenterie, étoffes, esclaves et animaux ; le reste sera constitué par le proasteion de Salèm, siège de l’oikos de Boïlas, « terre despotique » qui rapporte un Πάκτον de 80 nomismata et l’ennomion. Marie a reçu, sans se servir elle-même, le même type de biens meubles pour une valeur de 10 livres ; son mari Michel, pour une contre valeur de 5 livres, a reçu le chôrion d’Isaiou ; la moitié du proasteion de Bouzina constituera le reste, donc 15 livres, ou 20 livres si Michel a acheté Isaiou en dehors de la dot. Il semble que les filles Boïlas ne doivent hériter de rien de plus que leur dot ; Eustathe distribue le reste de sa fortune d’une part à ses nombreux affranchis et d’autre part aux deux églises, la Théotokos de Salèm qui reçoit en toute propriété l’autre moitié du proasteion de Bouzina et l’église cimetériale Sainte-Barbara qui reçoit les revenus du chôrion de Parabouniou ; il ne lui reste pas d’autres biens-fonds et il n’a pas de numéraire51. Nous cernons donc à peu près clairement la fortune de ces deux moyennes et fragiles aristocrates ; mais Boïlas institue comme administrateurs et économes de sa succession ses deux gendres et le prêtre le plus ancien de la Théotokos de Salèm ; nos deux femmes de l’aristocratie n’interviennent au mieux que subrepticement dans la gestion de leur fortune, placée entre les mains de leur mari. À moins, évidemment, qu’elles ne se retrouvent veuves.

  • 52 Cf. l’édition de E. Kürtz, « Unedierte Texte aus der Zeit des Kaisers Johannes Komnenos », Byzantin (...)
  • 53 Cf. A. Laiou « Observations on the Life and Ideology of Byzantine Women », dans Byzantinische Forsc (...)

15Au contraire, certaines femmes ont une position sociale si élevée que celle-ci vient compenser d’une certaine façon leur mise en tutelle. Bien que nos documents soient un peu tardifs pour nous appesantir dessus ici, nous en examinerons deux sans autre lien entre eux que d’être issus d’une mère et de sa fille, Irène Doukas et Anne Comnène. Du testament de cette dernière, nous ne possédons que le prologue52, ce qui incite à une certaine prudence ; il est rédigé vers 1122, après la mort d’Alexis (1118), mais avant la mort d’Irène. Anne parle de son mari, Nicéphore Bryennios, encore vivant, mais surtout de ses parents ; tout ce qu’elle a vient d’eux, ce qui semble désigner sa dot, composée d’or, d’argent, de vêtements dorés et autres tissus de soie, de bâtiments et de terres. De ses enfants, les fils sont morts et les autres vivent encore et survivront à leurs parents. Pourtant, c’est à sa mère seule qu’elle confère le soin de décréter quand le contenu de ce testament, alors secret, sera dévoilé53. On semble rester entre femmes, mais Irène Doukas bénéficie de l’autorité sur ses enfants et leurs biens que procure le veuvage.

  • 54 P. Gautier, « Le typikon de la Théotokos Kécharitôménè », dans REB, 43, 1985, p. 5-166. A. Laiou, d (...)
  • 55 « Ma Majesté, qui a fait bâtir tout le monastère avec ses dépendances et les constructions qui l’en (...)
  • 56 Typikon de la Théotokos Kécharitôménè, c. 1, p. 29. Sur ce statut, cf. l’exemple des fondations d’A (...)
  • 57 Typikon de la Théotokos Kécharitôménè, c. 3, p. 33-35. Cette mission consiste d’une part à s’assure (...)
  • 58 Ibid., c. 3, 1. 261-265.
  • 59 Pour cette datation, cf. P. Gautier, « Le typikon de la Théotokos Kécharitôménè », art. cit., supra (...)
  • 60 On remarquera au passage un point très important : Irène, fille d’Anne et de Nicéphore Bryennios, e (...)
  • 61 Mais elles perdent ce droit si veuves, elles se remarient, donc passent à un autre lignage.
  • 62 Typikon de la Théotokos Kécharitôménè, c. 80, p. 145, 1. 2258-2259.

16En revanche, le typikon d’Irène Doukas pour le monastère de la Théotokos Kécharitôménè qu’elle a fondé54 est rédigé vers 1110, donc du vivant de son mari. D’ailleurs, dans plusieurs dispositions, elle s’exprime au masculin pluriel, ce que l’on peut interpréter de deux façons complémentaires : elle engage son impérial époux pour donner une garantie supplémentaire à sa fondation ; mais elle n’agit pas seule dans la disposition de la partie de sa fortune55 qu’elle consacre à son monastère et apparaît donc ainsi partiellement sous tutelle. Néanmoins, Irène a rédigé des clauses supplémentaires d’une grande importance après la mort de sa fille Eudocie et à une époque où Alexis est mort et donc où elle bénéficie de l’indépendance propre à la veuve. Or ces clauses supplémentaires modifient profondément le statut du monastère au regard de la fortune. Dans le typikon originel, Irène, et donc Alexis, disposent que le monastère sera autodespote56 et que leur fille Eudocie, à qui ils confient cette surveillance n’aura sur lui que l’ἐϕορεία57 ; à ce stade, Irène vit dans le monde et ne dirige donc pas, en théorie, le monastère ; c’est pourquoi elle en confie la surveillance à la seule de ses filles qui soit alors moniale. Irène refuse d’organiser ce qui se passera par la suite, mais prévoit simplement, en termes très généraux que « après sa mort (celle d’Eudocie), seront chargées de la surveillance et du patronage du monastère celles à qui ma Majesté accordera ce droit, soit par un texte ajouté à ce typikon, soit par un écrit concernant mes dernières volontés »58. Irène a choisi la première solution et le texte existe : c’est l’ajout évoqué plus haut et qui date des années 1120-113059. Irène y prévoit que l’éphoreia passera à ses autres filles Anne et Marie, puis se transmettra héréditairement dans la descendance féminine de sa fille Anne, à commencer par la seconde fille de celle-ci, Irène60 ; faute de descendance féminine en ligne directe, les brus pourront assurer la surveillance61 ; et, à défaut, « le patronage reviendra à la femme la plus illustre de notre famille »62.

  • 63 Ibid., c. 79, p. 137, 1. 2092-2097.
  • 64 Le typikon ne permet pas de savoir d’où lui venait ce terrain : propriété familiale des Doukas, don (...)

17La situation se complique du fait qu’Irène a « fait construire aussi dans ce vénérable monastère des demeures magnifiques, à l’écart de celles qui sont indispensables au monastère et qui satisfont tout à fait à la nécessité pour les moniales d’habiter à part »63. Or ces demeures, non seulement celles d’Eudocie, mais celles d’Irène, de ses enfants et serviteurs des deux sexes, ne relèvent pas du monastère mais appartenaient à Eudocie, alors décédée ; Irène les donne à Anne pour qu’elle en soit la propriétaire et détentrice (κατέχ και νέμηται). De ces biens, Irène dispose librement et après elle Anne et sa petite-fille Irène Doukaina ; elles les transmettront librement, à des femmes ou à des hommes, sous réserve, pour les brus, qu’elles ne se remarient pas en cas de veuvage. Les deux cours (αὐλαί) extérieures du monastère, situées entre celui-ci et le monastère masculin par elle fondé du Christ Philanthrope, auxquelles Irène ajoute l’église de saint Dèmètrios avec les deux bains qui en dépendent et un tiers de l’eau arrivant au monastère, Irène en est restée propriétaire, y a construit comme bon lui a semblé et en transmet la propriété à sa descendance en favorisant dans un premier temps sa fille Anne. Certes, il s’est agi avant tout de faire des demeures pour l’impératrice, ses filles et leurs serviteurs ; mais on a tellement construit sur ces terrains, qui étaient auparavant des vignobles, que les maisons appuyées sur le mur de clôture du Christ Philanthrope risquent de faire écrouler celui-ci et qu’il ne faut donc plus y construire. En cas de destruction accidentelle, les héritières auront tout loisir de gérer comme elles veulent, sauf de les céder. Bref, on voit ici Irène et ses héritières donner quasiment dans la spéculation immobilière, qui pousse à construire serré dans la capitale alors fort peuplée. On peut donc esquisser une histoire d’ensemble de ces biens : Irène détient64 un terrain semi rural, comme il en existait à Constantinople, mais de moins en moins à cette époque et donc ce terrain n’est pas très étendu ; elle y a fait édifier à ses frais deux monastères, l’un de femmes et l’autre d’hommes, à qui elle a conféré le statut d’autodespote et donc la propriété des terrains où ils sont bâtis ; mais elle garde la propriété d’une partie de ces terrains pour y bâtir des habitations où elle et ses filles et petites-filles puissent vivre à proximité du monastère ; et les terrains bâtis sont imbriqués dans ceux des monastères, justement parce que l’ensemble est d’une dimension somme toute modeste.

  • 65 Ibid., c. 11, p. 47-51. Après la mort de la fondatrice, la désignation se fera par tirage au sort e (...)
  • 66 Sur l’économe, ibid., c. 14, p. 55-59. L’économe est l’un des prêtres du monastère et il est second (...)
  • 67 Le respect de la clôture impose aux moniales de ne pas quitter le monastère, sauf pour visiter un p (...)
  • 68 Sur ces offices, cf. ibid., c. 19-28, p. 65-75 et l’appréciation portée par A. Laiou, « Life and Id (...)
  • 69 Ibid., p. 86-87

18Il reste qu’il s’agit d’un monastère féminin, destiné presque exclusivement à des femmes de l’aristocratie, où l’abbesse dispose d’une autorité considérable et pour lequel Irène prévoit que la surveillance, en même temps protection (ἐϕορεία), sera transmise après sa mort à des membres féminins de sa famille ; quant à l’abbesse, nommée par Irène tant qu’elle est en vie, puis sous la surveillance de ses successeurs féminins65, elle joue un grand rôle dans la gestion du monastère même si les aspects exécutoires de celle-ci sont confiés à un homme, eunuque comme tous ceux qui interviennent à la Kécharitôménè, l’économe66. Cette médiation masculine est inévitable s’agissant de tâches qui supposent d’aller sur le terrain surveiller les intendants et même éventuellement les parèques, ce que l’obligation stricte de respecter la clôture rend impossible fût-ce à une aristocrate67. Pour autant, les moniales de la Kécharitôménè ne se désintéressent pas de la gestion : huit des nonnes, dont le nombre total est compris entre 24 et 40, sont des officières en charge de tâches administratives et économiques, comme celle chargée de tenir les comptes des recettes et dépenses ainsi que les archives, ce qui suppose les capacités correspondantes, sans que la fondatrice ait même besoin de se poser la question de savoir si les aristocrates qui vont peupler son monastère les auront ; de même, les caissières tiennent un livre de comptes ; et les deux responsables des ateliers donnent aux caissières le revenu qu’elles ont tiré de la fabrication des vêtements68. Ces capacités se retrouvent plus encore chez l’abbesse. Certes, elle reçoit l’aide d’un économe et d’un paréconome, mais elle exerce un vrai contrôle : elle choisit elle-même et change éventuellement les gérants des domaines ; elle vérifie leurs comptes ; ce doit être une femme qui, dans la vie qu’elle a mené auparavant dans le monde, avait appris à diriger un économe et des gérants, à surveiller recettes et dépenses. L’abbesse de la Kécharitôménè donne l’image d’une aristocrate qui serait une gestionnaire instruite, intelligente, voire intéressée à ce genre de travail, et les femmes de l’aristocratie qui peuplent le monastère ont des compétences comptables et gestionnaires peut-être acquises dans le siècle69. Pour autant, elles n’étaient pas forcément veuves avant de devenir moniales, une condition qui donnait leur indépendance aux femmes.

  • 70 Vie de Théodora de Thessalonique, c. 20, éd. S. Paschalidès, 'O βίos Tῆs δσιομνροβύτιδος Θεοδώρας τ (...)

19Que le veuvage soit la condition qui donne à la femme romaine puis byzantine un maximum d’indépendance et de possibilités vis-à-vis de ses enfants si elle en a et vis-à-vis de sa fortune est un fait établi auquel il n’est point nécessaire d’ajouter. Mais nous voudrions approfondir notre examen pour l’usage que la veuve byzantine fait de sa fortune et, éventuellement, de celle de son mari. Théodora de Thessalonique doit attendre la mort de son mari, en 837, pour disposer de biens dont on ne sait s’il s’agit des siens ou de ceux de son époux. Elle donne très normalement un tiers des biens aux pauvres pour le repos de celui-ci ; puis elle entre au monastère Saint-Étienne en apportant cent nomismata en numéraire ; enfin, lorsqu’elle a été tonsurée, elle donne à la sainte maison tout le reste de sa fortune70. On voit bien qu’elle a dû attendre d’être veuve pour donner suite à ce que l’hagiographe estime naturellement être son vœu le plus profond : disposer de sa personne et de ses biens en faveur d’un monastère. Ajoutons que Théodora avait une fille, mais que celle-ci l’avait précédée dans la retraite monastique.

  • 71 Non seulement la dignité de koubouklèsios est peu considérable, mais on notera que Glykéria ne sait (...)
  • 72 Lavra, no 20, t. 1, p. 158-161.
  • 73 L’affaire est embrouillée ; prétextant sans doute la création d’une église du Sauveur (I. 12), l’év (...)
  • 74 Lavra, no 20, 1. 67 : πάντα τὰ μὲν μoὶ τὰ δὲ τ μoὶ συνεν κ γoνικs κληρoνoμίαs.. On reste tou (...)

20Dans les actes athonites, la première aristocrate que nous voyons intervenir est la moniale Glykéria, veuve du koubouklèsios Jean71 ; en 1016, elle fait don à l’higoumène Eustratios de Lavra et au monastère de tous ses biens patrimoniaux dans l’île de Skyros72. Le couple n’a pas eu d’enfants. De leur vivant, ils ont décidé de fonder, en transformant leur « pauvre maison », un monastère pour lequel ils n’ont pas eu la prudence de faire un typikon ou du moins de préciser le statut, car ils l’ont légué à Lavra ; l’évêque compétent tente donc de récupérer ce bien73 et Glykéria allume un contre-feu en confirmant la donation à Lavra ainsi que tous les biens du couple situés à Skyros. Elle donne à la fois ses biens familiaux (γονικῶν κτημάτων) et ceux de son mari, dont elle a donc hérité à la mort de celui-ci et dont elle peut disposer comme bon lui semble puisqu’ils n’ont pas eu d’enfants. Toutefois, elle doit garantir Lavra contre les réclamations éventuelles d’autres héritiers, donc d’un retour d’intérêt de la famille de son mari. À ceci près, et du fait qu’elle est veuve, elle a dû assumer la charge de parfaire la fondation monastique décidée par le couple, en fait par son mari, et de la défendre contre la revendication épiscopale. Dans cette dernière lutte, elle est visiblement en position de faiblesse, mais son mari avait déjà rencontré des difficultés ; toujours est-il qu’elle appelle au secours un protecteur intéressé, Eustratios de Lavra. Veuve, Glykéria s’est trouvée en charge à la fois de sa fortune patrimoniale et de celle de son mari74 ; il n’est plus fait mention de dot, s’il y en eut, puisque, son mari étant mort, elle avait récupéré celle-ci. On sent bien que cette aristocrate bas de gamme ne s’est occupée de sa fortune que par défaut, parce qu’elle ne pouvait faire autrement.

  • 75 Ivirôn, no 44 (23 janvier 1090), t. 2, p. 154-156.
  • 76 Cf. sur ce sujet J. Beaucamp, e Προικουπόβολον - ύπόβoλoυ - ύπoβάλλω [, dans B. Kremmydas, C. Malté (...)
  • 77 La donation ultérieure du proasteion de Radolibos au monastère d’Ivirôn dans le testament de Kalè ( (...)
  • 78 Soudaga est situé dans le pétiton de Macédoine : Ivirôn no 47,1. 26, p. 179.
  • 79 Elle envoie son homme, le koitônitès Étienne, muni d’une procuration de sa main pour accepter la tâ (...)
  • 80 Ce que confirme le testament de Kalè : Ivirôn no 47, 1. 7 : son époux l’a faite « maître et proprié (...)
  • 81 Ivirôn no 44, 1. 8, p. 154.

21Kalè Basiliakè, épouse de Symbatios Pakourianos, appartient à un niveau social plus élevé ; elle non plus n’a pas eu d’enfants, ce qui la met dans une position idéale pour recueillir l’héritage de son mari et le gérer à sa guise. Le testament de celui-ci lui est extrêmement favorable75. Elle récupère évidemment la dot (50 livres) ainsi que la donation effectuée par la famille Pakourianos au moment du mariage, contrepartie de la dot, l’hypobolothéôrètron76, dont le montant, pris sur la fortune mobilière, n’est pas précisé, mais qui pouvait atteindre au moins la moitié de la dot. Surtout, elle hérite de la quasi totalité des biens immeubles de Pakourianos : seul le proasteion de Moustonianè échoit à Serge, frère du défunt. Mais Symbatios énumère trois proasteia qui reviennent à Kalè : Radolibos77, Bélabisda et Soudaga78, donné par l’Empereur dans le thème de Macédoine. Symbatios prévoit diverses dispositions pieuses, mais le reste de sa fortune échoit entièrement à sa femme et toute réclamation est exclue ; non seulement elle est désignée comme exécuteur testamentaire79 avec son beau-frère Serge, mais elle n’aura aucun compte à rendre80. Ce qui donne le mieux la mesure de l’indépendance acquise par Kalè, c’est la phrase concernant la fortune personnelle qui lui vient de la famille Basiliakos, indépendamment de la dot : « les biens-fonds inscrits à son nom dans notre contrat de mariage (malheureusement non énumérés), elle les gérera (διoικεῖν καὶ oἰκoνoμεῖν) de son vivant et à sa mort selon ses désir et volonté »81. On ne peut être plus clair : du vivant de Symbatios, c’est lui qui gère les biens-fonds personnels de sa femme, inscrits dans le contrat de mariage à cette fin ; une fois veuve, Kalè obtient la totale liberté de gestion à la fois de ceux-ci et des trois domaines légués par son mari ; elle se trouve donc à la tête d’un fort bel oikos.

22Notons que, au moment où meurt son mari, Kalè est déjà devenue la nonne Marie, ce qu’elle n’était pas trois ans auparavant, au moment de la rédaction du testament ; cela obère évidemment son avenir de gestionnaire d’oikos.

  • 82 Ivirôn no 47, 1. 5-6, p. 178.
  • 83 Ivirôn no 47, p. 178-183.
  • 84 Ibid., 1. 67-68, p. 182.

23Le sort s’acharne sur Kalè ; non seulement elle n’est pas restée mariée longtemps et n’a pas eu d’enfants, ce qui est déshonorant82, mais elle est malade ; elle rédige donc son testament le 4 novembre 109883. Ce document nous renseigne à la fois sur la façon dont une veuve peut disposer de sa fortune, mais d’une certaine façon, quoique assez peu, sur la gestion. Les legs sont très nombreux, puisqu’ils concernent quarante personnes physiques, en plus des monastères d’Ivirôn, de Vatopédi et d’Hosios et des pauvres ou pénètes, conçus comme entité : neuf membres de sa famille, cinq moines, une moniale, quatorze « hommes » dont un patrice, un moine et deux eunuques, onze affranchies dont trois moniales. La plupart des legs sont en objets précieux, en animaux et en argent. Sur les trois domaines reçus de Symbatios, elle donne celui de Radolibos à Ivirôn à titre de psychikon pour la mémoire de son époux et celui de Soudaga à son cousin le prôtovestès Léon ; en revanche, aucune affectation n’est prévue ni pour le troisième domaine de Symbatios, Bélabisda, ni pour les autres biens-fonds qui constituaient la fortune patrimoniale de la jeune mariée Kalè Basiliakè. Sont-ils compris dans la phrase générale qui prévoit que tout le reste de ses biens meubles et immeubles sera distribué aux pauvres84 ?

  • 85 Ibid., 1. 35, p. 180.
  • 86 Ibid., 1. 48-49, p. 181.
  • 87 Ibid., 1. 50, p. 181.

24Même malade, Marie se préoccupe de bonne gestion : les récoltes en grain et en vin qui seront en stock à sa mort serviront à payer une année de gages à ses « hommes », sans doute les affranchis et autres cités dans le testament et qui étaient ses employés, puisque, à sa mort, on les trouvera auprès d’elle ou en service ailleurs85 ; ils toucheront une prime spéciale sous forme de deux porcs et deux moutons86. Quant aux parèques, ils seront dispensés de l’oikomodion, du zeugologion, de la dîme de leurs animaux et toutes les autres redevances annuelles87. Marie montre donc une bonne connaissance de la marche de son oikos, de ses employés domestiques et des paysans qui exploitent ses domaines ; même depuis sa retraite monastique, elle suit l’affaire. D’ailleurs, elle envisage que, au jour de sa mort, qui peut survenir à Constantinople mais aussi en n’importe quel endroit, ce qui ne laisse pas de surprendre pour une moniale, certains de ses serviteurs qualifiés de ses « hommes » soient avec elle ; les uns sont des domestiques, mais les autres des employés de la gestion, qu’elle assure visiblement au moins en partie elle-même, y compris sur le terrain.

  • 88 E. Anagnôstakis, « L’épisode de Danièlis », art. cit., supra, n. 3.
  • 89 Le point de vue de l’auteur, réfuté par I. Sevçenko, loc. cit. infra n. 94, mérite quelques nuances (...)
  • 90 I Rois 10/1-13. Sur le parallèle entre le roman d’Alexandre et le récit de la reine de Saba, cf. J. (...)
  • 91 Forte tête, ce moine ne s’était pas levé à l’arrivée dans l’église de Théophile, le maître de Basil (...)
  • 92 Théophane Continué, C. 11, p. 227 ; cf. Skylitzès, C. 6, p. 122.
  • 93 Sur la parrèsia, cf. B. Flusin, Miracle et Histoire dans l’œuvre de Cyrille Scythopolis, Paris, 198 (...)

25En revenant au IXe siècle et à Danèlis, nous changeons d’échelle pour retrouver celle d’Anne Comnène ou d’Irène Doukas, puisque les chroniqueurs soulignent que sa fortune dépasse ce que l’on attend d’une personne privée et qu’elle fait penser à la fortune impériale. L’épisode se trouve chez Skylitzès, où il est avant tout le décalque de la version originale de la Continuation de Théophane, donc de Constantin Porphyrogénète. E. Anagnôstakis88 a recherché l’inspiration épique et biblique du récit, qui présenterait des similitudes avec le personnage de la veuve Kandakè du Roman d’Alexandre89 et avec l’épisode de la Reine de Saba tel qu’il est rapporté au Livre des Rois90. Ce rapprochement ne doit pas faire oublier le genre de la Vita Basilii, qui la rapproche d’une certaine façon de l’hagiographie ; et le récit emprunte ici certains traits à ce genre en vogue sous Constantin VII. Danèlis entre en scène lorsqu’on lui a rapporté l’attitude d’un moine dans l’église Saint-André de Patras91 : ayant la prescience du destin de Basile, grâce à son charisme qui lui permet de voir l’avenir à l’avance (προοрατιкόν χάрισμα), il s’est levé à l’entrée de ce sous-ordre car il a su qu’il serait l’Empereur des Romains oint du Christ92. Danèlis utilise une seconde fois ce don, après l’avènement de Léon VI, pour recevoir des informations sur la date probable de sa propre mort (vers 888) et pour prendre les dispositions testamentaires que l’on connaît. La mise en présence de Danèlis et de Basile est également miraculeuse ; vu sa position sociale, Danèlis n’aurait pas pu rencontrer Basile seul sans convoquer également et surtout son supérieur hiérarchique Théophile, à qui elle ne veut évidemment pas révéler que Basile va remplacer, donc détrôner, Michel III dont Théophile est non seulement un collaborateur mais un parent. Alors intervient ce qui ressemble fortement à un miracle : Basile est empêché de partir par une mystérieuse maladie ; Théophile regagne seul la capitale et Danèlis peut alors convoquer Basile pour un tête-à-tête. De plus, on note lors de l’entretien le topos du refus du don ; de même, Danèlis affecte de ne demander à Basile rien d’autre que de « nous prendre en pitié », vertu caractéristique du saint. Enfin, devenu Empereur, Basile concrétise la fraternité spirituelle qu’il avait avec Jean, le fils de Danèlis ; il lui accorde la dignité de prôtospathaire, mais surtout il lui accorde le libre accès auprès de lui ; or, ce libre accès, c’est la parrhsiva, qui désigne ailleurs la liberté de parole du saint auprès de Dieu93. La ressemblance avec les récits hagiographiques n’est donc pas moins sensible que les références littéraires ou vétérotestamentaires.

  • 94 E. Anagnostakis, « L'épisode de Danièlis », évite cela dans le titre, mais la qualifie de veuve dès (...)
  • 95 Théophane Continué, c. 11, p. 227 ; Skylitzes, c. 6, p. 122.

26Les chroniqueurs mettent l’accent sur l’action personnelle et déterminée de Danèlis. Leur récit souligne à plaisir qu’elle fait de sa fortune ce qu’elle veut, notamment pour couvrir Basile puis Léon de cadeaux. Ceci nous pousse à revenir sur la position de ce puissant personnage. Notons d’abord que la coutume la fait qualifier de veuve94, mais que les textes n’apportent pas cette précision : embarrassés par le prénom, les chroniqueurs signalent qu’on l’appelle ainsi d’après le nom de son mari95, mais ne précisent pas que celui soit décédé. Plus tard, elle est devenue une « vieille femme » et veut rendre visite à Basile Ier ; mais le récit reste muet sur son statut matrimonial. Certes, le seul silence sur son mari, la déconcertante facilité avec laquelle elle dispose de ses biens suffisent à faire affirmer à tous les commentateurs de ces récits que Danèlis est veuve, et cette supposition semble effectivement raisonnable, mais même une telle hypothèse ne permet pas d’éclairer en totalité le récit ; surtout, les chroniqueurs n’apportent pas cette précision simple parce qu’ils ne peuvent pas ou ne veulent pas.

  • 96 Il est vrai que le don en richesses et surtout en espèces est nécessaire au récit ; avec l’argent r (...)
  • 97 Théophane Continué, c. 75, p. 319 : où μιкpόν кαί тῆς Пϵλопоννήσου μέроs öпϵр ώs ϊδιоν ктῆμα тυλχάν (...)
  • 98 Cf. supra, n.89.
  • 99 Théophane Continué, c. 75, p. 319 : cf. supra, n.89.

27Au moment décisif d’en venir au traitement que réserve Danèlis à sa fortune, nous n’avons donc pas de donnée certaine sur sa position matrimoniale. Nous savons seulement qu’elle est de bonne naissance (ϵύγϵνής) et très riche (πλουσιωτάτη) ; le premier qualificatif s’applique à sa personne, le second pourrait lui venir de son mari. Sa liberté à disposer de biens peut d’ailleurs avoir évolué avec le temps. Lors de la première entrevue avec Basile Ier, à Patras, Danèlis ne lui donne que des biens meubles et des esclaves domestiques, ce dont la femme dispose le plus facilement hors du contrôle de son mari ; elle n’est pas forcément veuve à cette époque96. En échange de ces cadeaux alors considérables, Basile promet de la faire si possible « maîtresse de toute cette terre » (τῆς) γῆς γῆς кείνης ἁпάσης... кυрίαν). Le sens de propriétaire pourrait sembler s’imposer, mais il faut tenir compte du jeu de mot qui vient, car, ceci fait, Basile retourne vers la Ville Impériale et rejoint son maître (кυρίoν), l’archonte Théophile ; comme Danèlis se définit elle-même comme le chef des gens de ce pays (τὢν v τῂ χώρ ταύτ περέχουσαν кαί πρоάρχουσαν), l’ambiguïté entre propriété et pouvoir demeure. En tout état de cause, on notera que la promesse est pour elle et non pour son fils dont Basile, devenu Empereur, fait simplement un prôtospathaire, mais sans lui donner en apparence de propriétés : une femme peut être maîtresse ou (et) propriétaire d’une grande étendue de terre. En effet, le second épisode résout le problème laissé pendant par le premier ; à en croire Constantin Porphyrogénète, reçue comme une princesse à la Magnaure par Basile Ier, Danèlis, qui est venue avec de somptueux cadeaux qui consistent toujours en biens meubles et esclaves, ajoute « une bonne part du Péloponnèse, qui était comme sa propriété privée »97 ; la promesse de Basile ne consistait donc pas en un don de propriétés, dont elle a à revendre puisqu’elle en donne elle-même une partie, mais une dévolution de pouvoir, celle de « la mère de l’Empereur »98 ; elle rentre dans sa province non plus seulement comme le chef (πρоάρχουσα), mais « comme une impératrice et maîtresse des lieux (ou des habitants) »99.

  • 100 Ibid., c. 76, p. 320 : кληрονόμον αтόν тῆς оίкϵίας поιησαμένη пάрξϵως. Cela pose un problème d’in (...)
  • 101 Rappelons que Léon VI mène une politique d’affranchissement systématique des esclaves impériaux (no (...)
  • 102 A titre de comparaison, l’énumération des biens fonciers du monastère du Christ Pantokratôr fondé p (...)

28Si l’on accorde foi aux expressions employées par Constantin Porphyrogénète, les terres du Péloponnèse que Danèlis donne à Basile Ier ne lui viennent pas de son mari, car, à ce moment-là, son fils Jean est encore vivant et Danèlis aurait au mieux la gestion des biens conjugaux ; elle les prend sur sa fortune personnelle, ce qui éclaire la situation. Peu importe qui est Daniel, le mari de l’héroïne, ni à quel moment il est mort ; la fortune foncière, c’est elle qui en dispose car elle lui vient de sa famille ; elle est la fille d’un magnat de la région et cela lui conférait non seulement la naissance illustre, mais la fortune et le pouvoir. C’est ce que confirme le dernier récit, celui de la visite à Léon VI vers 888 ; Jean est alors mort et Danèlis, qui n’a plus d’héritier vivant, institue Léon « héritier de sa fortune personnelle »100. La procédure qui suit la mort de Danèlis permet d’affiner notre connaissance de la situation ; Léon VI envoie le prôtospathaire Zènobios prendre possession de ce qui lui revient ; avant même d’atteindre Patras, arrivé à Naupacte, prêt à embarquer, Zènobios voit venir à sa rencontre un nommé Daniel, que le chroniqueur présente comme parent de Danèlis, mais que son nom doit faire considérer comme un parent du mari de l’héroïne. Daniel donne à Zènobios un double authentique (ἴσоν) du testament, dont on peut reconstituer la teneur. Une partie de l’héritage consiste en numéraire, objets d’argent et d’or, vêtements, objets de bronze, animaux et esclaves ; cette partie revient à l’Empereur et faisait donc clairement partie de la fortune personnelle de Danèlis ; les esclaves sont tellement nombreux que l’Empereur en affranchit 3.000 pour les envoyer s’établir dans le thème de Longobardie101. Mais ce n’est pas tout ; il reste des biens à partager, ceux qui justifient la présence de Daniel, représentant des intérêts de la famille du mari, d’autant qu’aucune terre ne figure dans l’énumération précédente ; une partie échappe à l’Empereur, ne faisait donc pas partie de la « fortune personnelle » de Danèlis, et, sur la portion de l’héritage qui vient de Danèlis elle-même, Léon doit se contenter, si l’on peut dire, de 80 proasteia, soit tout de même presque le double de la fortune de Philarète le Miséricordieux, beau-père de Constantin VI un siècle auparavant102. On ne saisit pas bien à quel titre Danèlis a pu disposer de ces proasteia, mais l’on voit bien que, comme plus tard les épouses successives d’Attaliate, elle ne laisse pas grand chose, voire le moins possible, à la famille de son mari. Et ce à un moment où, son fils étant mort, elle n’a plus de raison objective à ses libéralités en faveur de son impérial héritier. Le conflit d’intérêts à l’intérieur de l’aristocratie péloponnésienne nous échappe ; nous voyons simplement que le nommé Daniel a en apparence réussi à sauver ce qui pouvait l’être de la fortune familiale.

29Au bout du compte, l’étude des données rares et dispersées qui viennent éclairer les rapports de l’aristocrate byzantine et de sa fortune sont sans surprise ; si le législateur ne fait pas exagérément confiance aux femmes pour s’occuper de leurs affaires, si la seule femme qui dispose de droits étendus sur sa fortune comme sur celle de ses enfants est la veuve, ce schéma théorique ne résiste pas totalement au regard que l’on peut porter sur la partie la plus éminente de la gent féminine. Arrivée à un certain degré de richesse et de puissance, la femme retrouve son indépendance ; Danèlis fait de ses biens ce qu’elle veut, pour ne pas dire n’importe quoi, du moment qu’elle ne lèse pas le lignage de son mari ; et les filles d’Anne Comnène portent le patronyme de leur grand-mère maternelle, fière et indépendante fondatrice et bienfaitrice, sur sa fortune, de deux grands monastères constantinopolitains, défenseur acharné et finalement efficace d’un lignage illustre, celui des Doukas, qui s’incarne assez bien dans une femme, même pour la gestion de sa fortune.

Notes

1 Théophane Continué, V, c. 74-75, Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae, Bonn, 1838, p. 317-319.

2 Ibid., c. 76-77, p. 320-321. La version de Skylitzès de ces deux épisodes est beaucoup plus sobre : « Le fils de Danèlis, à qui l’unissait le lien de fraternité spirituelle, [Basile Ier] l’honora de la dignité de prôtospathaire et (p. 161) lui accorda une grande facilité d’accès auprès de lui. Il fit venir à lui la vieille Danèlis. Celle-ci n’était pas capable de monter à cheval ; elle se coucha sur une litière, choisit trois de ses esclaves jeunes et vigoureux pour la porter et se mit en route ; ils se relayaient pour porter la litière. Arrivée à la ville impériale, reçue, selon l’habitude, à la Magnaure, elle fut introduite avec les honneurs auprès de l’Empereur, apportant des cadeaux de toute sorte ; raconter chacun produirait un récit de mauvais goût. Elle était accueillie selon son désir ; elle circula dans la ville impériale autant que ce fut à son goût puis retourna dans sa propre région. Il lui arriva de revenir dans la ville impériale. L’Empereur était mort et son fils Léon avait hérité du pouvoir ; la vieille femme revint avec de semblables cadeaux ; elle le salua et l’inscrivit comme héritier de sa fortune, puis elle rentra chez elle et, peu de temps après, elle mourut. Mais c’est plus tard » ; Skylitzès, Ioannis Scylitzœ Synopsis Historiarum, éd. I. Thurn, Berlin-New-York, 1973, (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, Series Berolinensis 5), Basile le Macédonien, c. 6, p. 122-123.

3 Il est évidemment tentant et possible de révoquer en doute le récit du continuateur de Théophane. Il s’agit en effet de Constantin Porphyrogénète, le propre petit-fils de Basile Ier, et on n’a pas manqué de le faire ; cf. en dernier lieu E. Anagnôstakis, « Tò έπέισoδιο τῆs Δανηλίδα (Πληροφορίες καθηρεμυoῦ βίου ἢ μυθοπλαστικἀ στοιχεῖα’) », dans C. Angélidi, Ἡ καθημερινὴ ζωὴ στò Βυζάντιο (Τομέs καὶ συνέχεις στὴν ἑλληνιστική καὶ ρωμαϊκή παράδοση), Athènes, 1989 (Πρακτικἀ τοῦ Α’ διεθυoύs συμποσίου), p. 375-390. Il s’agit en effet d’expliquer par des causes extérieures la fortune du fondateur de la dynastie, sans doute acquise par des moyens moins avouables. Toutefois, lorsqu’il donnait des précisions, l’auteur devait veiller à une certaine vraisemblance. Il y a bien un problème à faire de Danèlis le propriétaire d’une bonne part du Péloponnèse, d’autant que cela excède les 80 proasteia finalement cités ; mais ce dernier ordre de grandeur a toute chance d’être valable. On peut en effet rapprocher celui-ci du chiffre tout aussi mythique, mais vraisemblable, de la fortune de Philarète le Miséricordieux. Ces deux fortunes sont étudiées en dernier lieu dans M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance du VIe au XIe siècle, propriété et exploitation du sol, Paris, 1992 (Byzantina Sorbonensia 10), p. 332-334. Philarète est un aristocrate parfaitement attesté ; les autres données de sa Vie tiennent plutôt bien la route en cette matière ; cf. la brillante démonstration de M.-F. Auzépy, « De Philarète, de sa famille et de certains monastères de Constantinople », dans C. Jolivet-Lévy, M. Kaplan, J.-P. Sodini, Les saints et leurs sanctuaires à Byzance. Textes, images et monuments, Paris, 1993 (Byzantina Sorbonensia 11), p. 117-135. Danèlis est ainsi ramenée au double de la fortune d’un beau-père d’Empereur, ce que chacun peut admettre dans le public de Constantin VII. L’épisode retrouve toute sa valeur historique du point de vue qui est ici le nôtre. Cf. infra, l’interprétation globale de l’épisode.

4 La seule fortune dont nous ayons une description suffisante dans un document de la pratique et qui égale, voire dépasse, le récit de Danèlis, est celle du monastère et hôpital du Christ Sauveur Pantokratôr à Constantinople, fondé et doté par Jean II Comnène et sa femme Irène, tel que le décrit l’énumération de ses biens dans le typikon de 1136, éd. P. Gautier, « Le typikon du Christ Sauveur Pantokrator », dans Revue des Études Byzantines (=REB), 32, 1974, p. 115-123 pour les propriétés données par Jean II (78 entrées) et p. 123-125 pour celles données par Irène (10 entrées). Cela donne une idée de l’échelle et rajoute à la vraisemblance.

5 Nous avons conscience de caricaturer une réalité complexe et nuancée dont on peut prendre connaissance dans le magistral ouvrage de J. Beaucamp, Le statut de la femme à Byzance (4e-7e siècle), t. 1 : Le droit impérial, Paris 1990 ; t. 2 : Les pratiques sociales, Paris, 1992 (Travaux et mémoires du centre de recherches d’Histoire et Civilisation de Byzance, Collège de France, Monographies 5 et 6). L’auteur s’arrête à peu près exactement à l’époque où notre propos commence, mais elle a envisagé par ailleurs l’évolution ultérieure : EAD « La situation juridique de la femme à Byzance », dans Cahiers de Civilisation Médiévale, 20, 1977, p. 145-176. Nous lui empruntons ce qui suit. D’une façon générale, la stabilité l’emporte sur l’évolution.

6 Ce point mériterait une longue discussion ; pour notre époque, toutefois, cela ressort tant de la législation de Léon VI (Novelle 19, éd. P. Noailles, A. Dain, Les novelles de Léon VI le Sage, Paris, 1944, p. 73-75) que de la jurisprudence telle que définie par Eustathe Rômaios dans la Peira (Peira XLVIII, 10-11, P et J. Zépos, Jus Grœcoromanum, t. 4, Athènes, 1931-1962, p. 195-196).

7 Aux considérations juridiques et morales contenues dans les lois romaines (cf. note suivante), le christianisme ajoute ses propres arguments, mais qui ne vont pas tous dans le sens d’une condamnation de la femme. Cf. J. Beaucamp, Le statut de la femme, op. cit. supra, n. 5, t. 2, p. 282-283.

8 Acte de Docheiariou no 3, éd. N. Oikonomidès, Paris, 1984 (Archives de l’Athos XIII), 1. 5, p. 67. Le terme, que l’on retrouve avec le même sens dans deux autres actes de Docheiariou, semble être l’équivalent de la fragilitas, ἁsθέυεια de la haute époque, dont traite J. Beaucamp, Le statut de la femme, t. 1, p. 11-14 et t. 2, p. 46-47.

9 Acte de Docheiariou no 3, 1. 17, p. 68.

10 Le Digeste prévoit déjà que les gouverneurs provinciaux peuvent contraindre les pères à doter leurs filles : cf. J. Beaucamp, Le statut de la femme, t. 1, p. 243 et n. 27.

11 P. Gautier, « Le typikon du sébaste Grégoire Pakourianos », dans REB, 42, 1984, c. 18, p. 93 : « toute sa fortune, notre mère, par un comportement bien féminin, la donna en dot pour les besoins de ses filles, nos sœurs, et nous laissa sans ressources et les mains vides de tout argent venant de notre père, mais aussi du sien, c’est-à-dire de l’argent maternel. Nos sœurs s’en furent avec leur dot se marier en différentes contrées ». On notera cette appréciation négative sur le « comportement bien féminin » et l’image saisissante des sœurs de Grégoire Pakourianos mariées aux quatre coins de la Géorgie ou des confins de l’Empire. Sur la fortune de Grégoire Pakourianos, cf. P. Lemerle, Cinq études sur le XIe siècle byzantin, Paris, 1977, p. 175-191 et M. Kaplan, Les hommes et la terre, op. cit. supra, n. 3, p. 337-339. Naturellement, il peut s’agir d’une coutume géorgienne ; on est toutefois frappé par la ressemblance avec le comportement d’Attaliate.

12 P. Gautier, « La diataxis de Michel Attaliate », dans REB, 39, 1981, p. 19 : « J’avais pris le parti de partager [ma fortune] entre mes sœurs et j’avais encore ajouté à mes biens patrimoniaux beaucoup de mes biens propres ». On remarquera que ni Pakourianos ni Attaliate ne mentionnent le nombre de leurs sœurs. Sur la fortune d’Attaliate, cf. P. Lemerle, Cinq études, op. cit. n. précédente, p. 99-102, et M. Kaplan, Les hommes et la terre, p. 336-337. On ne peut exclure qu’Attaliate mette ici en relief une générosité toute personnelle au moment où il opère la fondation destinée à assurer le salut de son âme.

13 Cf. A. Laiou, « The Role of Women in Byzantine Society », dans Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 31/1, 1981 (XVI. lntemationaler Byzantinistenkongress, Akten 1/1), p. 233-260, principalement p. 237-241.

14 Peira VII, 1 : ἐνήλλακται ή τάξιε τῆς ἐξουσίας.

15 R. Guilland, « Un compte rendu de procès par Psellos », dans Byzantinoslavica, 20, 1959, p. 205-230 (= Recherches sur les institutions byzantines, t. 1, Berlin, Amsterdam, 1967, Berliner Byzantinische Arbeiten 35, p. 84-107) ; P. Lemerle, « Roga et rente d’État aux Xe-XIe siècles », dans REB, 25 (Mélanges V. Grumel II), 1967, p. 77-100 (= Le monde de Byzance, Histoire et Institutions, Londres, 1978, Variorum Reprints, XVI), p. 84-88.

16 Ivirôn no 44, éd. J. Lefort, N. Oikonomidès, D. Papachryssanthou, V. Kravari, H. Métrévéli, Actes d’Ivirôn II : du milieu du XIe siècle à 1204, Paris, 1990 (Archives de l’Athos XVI), 1. 4-5, p. 154. On remarquera la gestion commune et non économique de la dot, ce qui la protège de toute contestation.

17 Basiliques XXIX, 1, 115, c. 15, éd. H. I. Scheltema, N. Van der Wal, t. A4, Groningue, 1962, p. 1478 ; Basiliques XXIX, 6, 13-15, ibid., p. 1500-1501 ; Basiliques XXIX, 7, c. 3, p. 1505 ; cf. Bas. Scolies, XXIX, 6, 4, éd. H. I. Scheltema, D. Holwerda, t. B5, Groningue, 1961, p. 2144 ; Bas. Scolies XXIX, 6, 13-14, ibid., p. 2146-2148.

18 Les πανθεῶται étaient des membres des services palatins, comme les manglabites ; au XIe siècle, ils ont été remplacés par les vestiarites et leur charge devient une dignité ; cf. N. Oikonomidès, « L’évolution de l’organisation administrative de l’empire byzantin au XIe siècle », dans Travaux et Mémoires, 6, 1976, p. 129. La charge valait un bon prix au début du XIe siècle, 10 livres selon la Peira, XVII, 19, Zépos, Jus Grœcoromanum, op. cit. supra, n. 6, t. 4, p. 232. J.-Cl. Cheynet, C. Morrisson, W. Seibt, Sceaux byzantins de la collection Henri Seyrig, Catalogue raisonné, Paris, 1991, publient deux sceaux, l’un d’un Léon, spatharocandidat et έπίτοῦ πανθέου, qu’ils assignent au deuxième tiers du XIe siècle (no 14, p. 28) et l’autre d’un Théodore, πανθεώτης, du dernier tiers de ce même siècle (no 15, p. 29) ; Grégoire Bouriôn, dont on ne peut savoir quand il est décédé avant 1112, peut être plus tardif que ce Théodore. Suivant un processus classique, ces dignités, d’abord réservées à de hauts personnages (Michel IV le Paphlagonien fut archonte du Panthéôn avant de devenir Empereur : Skylitzès, éd. Thurn, CFHB, p. 390 ; à la même époque, le duc de Thessalonique envoie le πανθεώτης Zépé reprendre la ville de Démétrias où Déléanos, révolté contre cet empereur s’est retranché : Kékauménos, Stratégicon, c. 31, éd. G. G. Litavrin, Sovety i rasskazy Kekavmena. Socinenie vizantijskogo polkovodca XI veka, Pamatniki srednevekovoj istorii narodov central’noj i vostocnoj Evropy, Moscou, 1972, p. 172-174), terminent leur carrière au profit de membres de l’aristocratie locale.

19 Sur la hiérarchie des dignités et le cursus honorum au début du règne d'Alexis Comnène, cf. J.­ Cl. Cheynet, « Dévaluation des dignités et dévaluation monétaire dans la seconde moitié du XIe siècle », dans Byzantion, 53, 1983, p. 453-477 ; il ressort des constatations de l'auteur, p. 473-475, que la dignité de prôtospathaire se situe presque au bas de l'échelle, avec seulement au-dessous celle de spatharocandidat, que la dignité de magistros joue désormais le rôle dévolu au xe siècle à celle de prôtospathaire, avec une démultiplication des étapes de promotion dans les honneurs et dans les rogai ; patrice se situe quatre échelons au-dessus de prôtospathaire, avec une roga quadruple.

20 Docheiariou n° 3, 1. 24-25, p. 68-69.

21 Ibid., 1. 70-72, p. 72.

22 Jean Mélédonès (prôtocuropalate) est en effet de dignité supérieure à Elpidios Chandrènos (prôtoproèdre) ; cf. J.-Cl. Cheynet « Dévaluation des dignités », art. cit., supra, n. 19.

23 Basiliques XXII 5, 15, éd. H. I. Scheltema, N. van der Wal, t. A3, Groningue 1960, p. 1078 ; cf. l'édit d'Alexis Comnène de 1083, ou 1098 ou 1113, Zépos, Jus Grœcoromanum, t. 1, appendice, n° 23, p. 645-646 : les personnes inscrites dans un corps de métier ou exerçant un métier commercial ne peuvent se prévaloir du privilège juridique réservé aux membres du Sénat; naturellement, le fait de posséder des ateliers, comme c'est le cas d'Eudocie, n'entraîne nullement l'assimilation à ceux qui exercent le métier.

24 « La moitié de ma maison patrimoniale située à proximité de la Théotokos (Acheiropoiète, cf. infra n.48) et tout le reste de ma fortune », Docheiariou no 3, 1. 68, p. 72, c’est-à-dire pas grand chose, puisque, contrairement à ce qui se passe pour Eudocie, ce reste ne fait pas l’objet d’une énumération ; on comprend mieux que, en apparence, il ne puisse pas subvenir aux besoins vitaux de sa famille, pour ne pas parler des dépenses par lesquelles un aristocrate tient son rang.

25 Procheiron, 9, I, Zépos, Jus Grœcoromanum, t. 2, p. 140 ; Épanagôgè, 18, 18, ibid., p. 283 ; Basiliques XXVIII, 8, 20, éd. H. I. Scheltema, N. van der Wal, t. A4, p. 1378 (pour payer des dettes, acheter des champs fertiles, soigner les enfants, frères et sœurs ou parents ou les racheter s’ils sont prisonniers) ; Bas. Scolies, éd. H. I. Scheltema, D. Holwerda, t. B5, p. 1904.

26 Docheiariou no 3, 1. 19-20, p. 68.

27 Cf. J. Lefort, Villages de Macédoine, Notices historiques et topographiques sur la Macédoine orientale à l’époque byzantine, t. 1.La Chalcidique Occidentale, Paris, 1982 (Travaux et mémoires du centre de recherches d’Histoire et Civilisation de Byzance, Collège de France, Monographies 1). Le lieu-dit Isôn, appelé Isouna dans un document d’Ivirôn de 1042, et situé dans la commune de Néa Pélagia, fait l’objet d’une notice p. 73. Bryai était un kastron, donc une ville ; le document d’Esphigménou no 4 de 1078 (Actes d’Esphigménou, éd. J. Lefort, Paris, 1973, Archives de l’Athos VI, p. 53, 1. 13) signale un évêque de Kassandreia et Bryai, mention que l’on retrouve jusqu’en 1327 ; cf. la notice de J. Lefort, p. 50-52.

28 Docheiariou no 3, 1. 39, p. 69-70 : ύπέρπυρα παλαιὰ πενταλαίμια cf. C. Morrisson, « Découverte de trésors à l’époque byzantine et monnaies inconnues : les pentalaimia », Bulletin de la Société française de numismatique, 37, 1989, p. 150-152 (= Monnaie et finances à Byzance : analyses, techniques, Londres, 1994, Variorum reprints, VIII).

29 Cf. M. Kaplan, Les hommes et la terre, op. cit. supra, n. 3, p. 477-480 ; J.-Cl. Cheynet, É. Malamut, C. Morrisson, « Prix et salaires à Byzance (Xe-XVe siècle) », dans C. Morrisson, J. Lefort, Hommes et richesses de Byzance, t. 2, VIIIe-XVe siècle, Paris, 1991 (Réalités byzantines 3), p. 344-348. Quelle que soit la valeur réelle en monnaie de 1112 des hyperpères anciens pentalaimia, l’ordre de grandeur reste exact : il ne s’agit pas d’un grand domaine, ni même d’une partie importante d’un village.

30 Docheiariou no 3,1. 53, 58, 64, 67, p. 71-72.

31 Ibid., I. 56, p. 71.

32 Contrairement à la dot de Kalè Basiliakè, celle d’Eudocie, pourtant du même montant, consiste en principe pour une part en valeurs mobilières, comme pour Kalè, mais pour une autre en terres. Sans doute, les Basilakioi avaient-ils de quoi donner 50 livres en numéraire sans entamer leur fortune foncière, tandis que la famille Bouriôn ne peut le faire que pour une partie et, finalement, faute de liquidités, pour la totalité.

33 Une aulè est un ensemble de bâtiments qui doit cette appellation technique à la cour sur laquelle ils ouvrent ; ils comportent à la fois les maisons d’habitation et les bâtiments techniques d’exploitation de l’oikos que constitue l’ensemble économique relevant d’un aristocrate ; sur l’oikos aristocratique, cf. M. Kaplan, Les hommes et la terre, p. 331-359 et notamment p. 336 et 338 pour les aulai que possèdent Michel Attaliate et Grégoire Pakourianos.

34 Nous revenons infra sur ces localisations ; elles se situent toutes dans la partie orientale de Thessalonique, à proximité de la porte Kassandréotique. L’église des Asômatoi n’est autre que la Rotonde de Saint-Georges, identification proposée par G. Théocharidès, « Ό ναòs τῶν Ἀσωμάτων καὶ ή Ρότονδα τοῦ ἁγίου Γεωργίου Ɵεσσαλουίκηs », dans ‘Eλληυικά, 13, 1959, p. 26-70. Nous remercions Raphaëlle Castaing de ces précieuses indications topographiques.

35 Docheiariou no 3,1. 41-42, p. 70.

36 Ibid., 1. 51, p. 70 : ἐχρημάτισαν.

37 Ibid., 1.28, p. 69 : μήκοθεν τῆς μήκοθεν τῆς Ɵεσσαλονικῆς. Il est possible que la famille de Plastaras soit originaire de l’énoria de Bryai, ou bien que, elle aussi thessalonicienne, elle ait trouvé commode de se débarrasser de ce proasteion dont l’exploitation est rendue difficile par la distance (environ 50 km) en le donnant en dot à la mère d’Eudocie.

38 Selon le Traité Fiscal de la Marcienne, une terre ne devenait clasmatique qu’après au moins trente ans de dégrèvement provisoire (sympatheia) : F. Dölger, Beiträge zur Geschichte der byzantinischen Finanzverwaltung besonders des 10. und 11. Jahrhrunderts, Berlin, 1927, rééd. 1960 (Byzantinisches Archiv 9), c. 5, p. 116. La décrépitude du proasteion d’Isôn a donc commencé avant 1082. En revanche, Eudocie paie toujours l’impôt des terres qui restent, puisqu’elle doit faire substituer le nom du monastère de Docheiariou au sien dans le kôdix ; les voisins ne se voyant pas réclamer l’impôt n’ont donc pas le droit d’exploiter le sol ; mais la tentation est forte. Les terres clasmatiques sont normalement incorporées aux épiskepseis au XIe siècle ; cf. N. Oikonomidès, « Das Verfalland im 10.-11. Jahrhundert. Verkauf und Besteurung », dans Fontes Minores VII, Francfort, 1987, p. 161-168.

39 Vraisemblablement celui de Kassandra-Bryai (cf. supra, n. 27).

40 Cf. J.-M. Spieser, Thessalonique et ses monuments du IVe au VIe siècle : contribution à l’étude d’une ville paléochrétienne, Athènes-Paris, 1984 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 254), p. 82-89. L’agora de Thessalonique s’étend en dessous de Saint-Dèmètrios en direction de l’église de l’Acheiropoiète ; mais le terrain est accidenté ; un escalier séparait vraisemblablement le Forum supérieur du Forum inférieur. Comme les fora de la capitale, ceux de Thessalonique devaient être entourés de portiques au fond desquels se trouvaient des ergastèria ; cf. le commentaire par N. Oikonomidès de l’acte de Docheiariou no 4, p. 80-82.

41 La définition et la localisation de ce quartier de Kataphygè est un point délicat. Cf. les précisions successives de A. Xyngolopoulos, Συμβολαί εἰs τήν τοπογραφίαυ τῆν βυζαντινῆs Ɵεσσαλονίκηs, Thessalonique, 1949 (ταιρεία Μακεδoνικῶν Σπουδῶν, πιστημονικαὶ Πραγματείιαι, Σειρὰ фλολογικὴ καὶ θεολογική 2) 2), p. 7-20 ; D. E. Évangélidè, Ἡ Παναγία τῶν Χαλκεῶν, Thessalonique, 1954, (Δημοσιεύματα τῆs έταιρείαs τῶν фιλῶν τῆs βυζαντινῆς Μακεδονίας 4), p. 9 et n.4, p. 91 ; et surtout N. Oikonomidès, Actes de Docheiariou, p. 78-80. En restant sur des considérations simples, il apparaît que le quartier de Kataphygè s’étend jusqu’à l’église des Asômatoi ; comme il conduit vers l’Ouest jusqu’à Saint-Dèmètrios et au sud jusqu’aux églises de la Théotokos Acheiropoiète et de la Panagia Chalkéôn et jouxte le tracé de la Via Egnatia, il semble bien que ce quartier soit un ensemble de vastes dimensions, comportant notamment le forum supérieur et le forum inférieur.

42 Il s'agit évidemment de la Théotokos Acheiropoiète, mais l'appellation n'apparaîtra qu'ultérieurement (à partir de 1314, acte d'Ivirôn n° 73, éd. citée supra, n. 16, t. 3, De 1204 à 1328, Paris, 1994 (Archives de l'Athos 18), p. 188-189) ; auparavant, l'église est toujours qualifiée de Théotokos ou Mégalè Théotokos ; cette église du Ve siècle est la plus ancienne de Thessalonique, mis à part la Rotonde de Saint-Georges, qui n'était pas à l'origine un bâtiment ecclésiastique. II existait donc également un quartier de la Théotokos, qui jouxtait celui de Kataphygè et débordait probablement au sud de la Via Egnatia. Synthèse récente sur cette église par E. Kourkoutidou Nikolaïdou, Acheiropoietes, the great church of the mother of God, Thessalonique, 1995 (lnstitute for Balkan Studies).

43 Diataxis, citée supra, n. 12, p. 43-45.

44 N. Oikonomidès, « Quelques boutiques de Constantinople au Xe s. : prix, loyers, imposition (cod. Patmiacus 171) », dans Dumbarton Oaks Papers, 26, 1972, p. 345-356 (= Byzantium from the Ninth Century to the Fourth Crusade, Studies, Texts, Monuments, Londres, 1992, Variorum reprints, VIII).

45 La comparaison avec l’acte suivant de Docheiariou est instructive : le proèdre Nicéphore Bourtzès et sa femme Anne cèdent au monastère la moitié du proasteion de Rôsaion, situé lui aussi à Bryai, en échange de sept boutiques avec cour à Thessalonique et de 50 hyperpères : Docheiariou no 4 (14 décembre 1117), p. 82-88. La raison est ici explicitée de la même façon : la distance est trop grande (διά τε τò εἶναι μήκοθεν τῆς ἐμῆς κατοικίας ; cf. supra, n. 37) et il n’a pas l’occasion de s’en occuper (l. 14-15). La différence est néanmoins à tous égards considérable : Nicéphore Bourtzès, bien que sachant à peine lire et écrire, ce dont il semble s’excuser car cela ne devait pas être normal dans son milieu, a hérité de son père Samuel, conjointement avec sa sœur Eudocie décédée depuis sans héritier, un proasteion transmis par le césar Nicéphore Mélissénos, donation confirmée par un chrysobulle d’Alexis Comnène, et provenant de l’épisképsis dont l’acte no 3 nous révèle l’activité dans la région. Mais ce proasteion est impressionnant : terre arable, champs, prairies, chênes, puits, mais surtout des parèques qui en assurent l’exploitation, des bâtiments et un « siège social » (αὐτῆς τῆς καθέδρας), donc un ensemble de bâtiments de maître permettant d’en assurer l’exploitation. D’où, évidemment, une valeur sans commune mesure avec biens des Rasopôlès ou Bouriôn, ce qui concorde une nouvelle fois avec la dignité de proèdre de Nicéphore Bourtzès. On trouvera une étude complète de cette famille des Bourtzès dans J.-Cl. Cheynet, J.-F. Vannier, Études prosopographiques, Paris, 1986 (Byzantina Sorbonensia 5), p. 15-55 ; Nicéphore occupe la notice no 25, p. 48-49, avec trois sceaux, où il est qualifié de vestès puis magistros et katépanô, donc antérieurs à notre acte de 1117, où il est qualifié de proèdre.

46 Cf. le nombre très élevé de dégrèvements dits provisoires (sympatheiai) dans le Cadastre de Thèbes : N. Svoronos, « Recherches sur le cadastre byzantin et la fiscalité aux XIe-XlIe siècles : le cadastre de Thèbes », dans Bulletin de Correspondance Hellénique, 83, 1959 (= Études sur l’organisation, la société et l’économie de l’Empire byzantin, Londres, 1973, Variorum reprints, III), passim.

47 Docheiariou no 3, 1. 4, p 67 : ὲγγύης τε τοῦ συζύγου μου, proclame Eudocie. On peut ici poursuivre la comparaison avec l’acte no 4 ; Nicéphore Bourtzès fait en effet intervenir sa femme dans l’échange (en fait partiellement vente, puisqu’il touche 50 hyperpères) avec Docheiariou ; il s’agit en cette occasion de l’inverse de la dot ; le proasteion en question a fait partie de la dotation ante nuptias que reçut Anne, et qui est protégée comme la dot (Basiliques XXIX, 7, éd. H. I. Scheltema, N. van der Wal, t. A4, p. 1503-1505) ; l’intervention de l’épouse est aussi inévitable que pour la dot, sans que la question du poids réel dans la décision se pose véritablement ; cf. infra notre conclusion en ce sens sur la vente par Eudocie.

48 Ibid., 1. 66-69, p. 72 ; cette ruine est peut-être le seul élément tout à fait vraisemblable ; pour se refaire, selon un schéma pas uniquement byzantin, il a besoin de la dot de sa femme. On remarque au passage que la maison patrimoniale d’Étienne se situe également à proximité de l’église de la Théotokos Acheiropoiète, donc peu éloignée des ateliers d’Eudocie, puisque le quartier de Kataphygè où se trouvent ceux-ci va quasiment jusqu’à cette église (cf. supra, n. 41 et 42) : le mariage a allié des lignages voisins à l’intérieur du petit monde de l’aristocratie locale thessalonicienne, puisque, nous l’avons vu, le quartier de la Théotokos jouxte celui de Kataphygè. Les noms de quartier nous paraissent d’ailleurs variables et l’on ne peut exclure que le quartier de Kataphygè contienne éventuellement celui de la Théotokos.

49 Cf. A. Laiou, loc. cit. supra, n.13.

50 Pour l’édition et l’étude de ce document, cf. P. Lemerle, Cinq études, p. 15-65 ; pour une étude de la fortune de Boïlas, cf. M. Kaplan, Les hommes et la terre, p. 334-336.

51 Testament d’Eustathe Boïlas, p. 24, 1. 115-117.

52 Cf. l’édition de E. Kürtz, « Unedierte Texte aus der Zeit des Kaisers Johannes Komnenos », Byzantinische Zeitschrift, 16, 1907, p. 98-102.

53 Cf. A. Laiou « Observations on the Life and Ideology of Byzantine Women », dans Byzantinische Forschungen, 9, 1985, p. 59-102. Cet article, qui tire des conclusions justement limitées du texte d’Anne, étudie en détail le typikon d’Irène Doukas.

54 P. Gautier, « Le typikon de la Théotokos Kécharitôménè », dans REB, 43, 1985, p. 5-166. A. Laiou, dans l’article cité à la note précédente, tire du typikon nombre d’indications sur des sujets important en relation indirecte avec la fortune : liens familiaux, succession.

55 « Ma Majesté, qui a fait bâtir tout le monastère avec ses dépendances et les constructions qui l’entourent à grands frais et dépenses personnels, a rigoureusement le droit de fixer à sa guise le sort de ces biens immeubles » : Typikon de la Théotokos Kécharitôménè, c. 79, p. 143,1. 2220-2222.

56 Typikon de la Théotokos Kécharitôménè, c. 1, p. 29. Sur ce statut, cf. l’exemple des fondations d’Attaliate et Grégoire Pakourianos dans P. Lemerle, Cinq Études, p. 103-105 et 184-186 ; cf. M. Kaplan, Les hommes et la terre, p. 296-297. Le statut d’autodespote renforce l’autorité de l’abbesse en matière de gestion de la fortune du monastère.

57 Typikon de la Théotokos Kécharitôménè, c. 3, p. 33-35. Cette mission consiste d’une part à s’assurer que les prescriptions, notamment spirituelles, du typikon seront bien préservées et d’autre part qu’aucune autorité ne remettra en cause le statut d’autodespote et ne s’instituera le patron spirituel ou matériel de la fondation.

58 Ibid., c. 3, 1. 261-265.

59 Pour cette datation, cf. P. Gautier, « Le typikon de la Théotokos Kécharitôménè », art. cit., supra, n. 54, p. 14. L’ajout occupe les c. 79-80, p. 137-147.

60 On remarquera au passage un point très important : Irène, fille d’Anne et de Nicéphore Bryennios, est appelée Irène Doukaina ; elle n’hérite ni du patronyme de son père ni de celui, plus illustre encore, de son grand-père, mais le patronyme, comme ici la surveillance du monastère, se transmet en ligne matrilinéaire.

61 Mais elles perdent ce droit si veuves, elles se remarient, donc passent à un autre lignage.

62 Typikon de la Théotokos Kécharitôménè, c. 80, p. 145, 1. 2258-2259.

63 Ibid., c. 79, p. 137, 1. 2092-2097.

64 Le typikon ne permet pas de savoir d’où lui venait ce terrain : propriété familiale des Doukas, don d’Alexis sur des biens impériaux, achat.

65 Ibid., c. 11, p. 47-51. Après la mort de la fondatrice, la désignation se fera par tirage au sort effectué par le prêtre desservant le monastère entre trois noms choisis par la supérieure précédente ou, à défaut, par les sœurs avec arbitrage de la patronne.

66 Sur l’économe, ibid., c. 14, p. 55-59. L’économe est l’un des prêtres du monastère et il est secondé par un paréconome recruté de la même façon dans le même corps. Sur le rôle de l’économe en général, cf. en dernier lieu M. KAPLAN, « Les moines et leurs biens fonciers à Byzance du VIIIe au XIe siècle », Le monachisme à Byzance et en Occident du VIIIe au Xe siècle, aspects internes et relations avec la société, Revue Bénédictine, 103, 1993, p. 209-223, et ID„ « Evergetis typikon and the management of monastic estates in the XIth century », dans M. Mullett, A. Kirby, The Theotokos Evergetis and eleventh-century monasticism, Belfast, 1994 (Belfast Byzantine Texts and Translations 6.1), p. 103-123.

67 Le respect de la clôture impose aux moniales de ne pas quitter le monastère, sauf pour visiter un proche parent mourant ; en ce cas, la moniale sort en compagnie de deux moniales « âgées et respectables » et rentre le plus vite possible ; il ne peut donc s’agir de gestion. Ibid., c. 17, p. 61-63.

68 Sur ces offices, cf. ibid., c. 19-28, p. 65-75 et l’appréciation portée par A. Laiou, « Life and Ideology », art. cit., supra, n. 53, p. 82-83.

69 Ibid., p. 86-87

70 Vie de Théodora de Thessalonique, c. 20, éd. S. Paschalidès, 'O βίos Tῆs δσιομνροβύτιδος Θεοδώρας τῆs έν Θεσσαλονίκη, Thessalonique, 1991, ('Ιερά μητρόπολις Θεσσαλονίκης κέντρον ὰγιολογικῶν μελετῶν 1), p. 104-106. Sur la Vie de Théodora de Thessaloni­que, cf. É. Patlagean, « Théodora de Thessalonique. Une sainte moniale et un culte citadin (IXe-Xe siècle) », dans S. Boesch Gajano, L. Sabastini, Culto dei santi, istituzioni e classi sociali in età preindu­triale, Rome, 1984, p. 36-67 ; D. DE F. Abrahamse, « Women's Monasticism in the Middle Byzantine Period, Problems and Prospects », dans Byzantinische Forschungen, 9, 1985, p. 35-58.

71 Non seulement la dignité de koubouklèsios est peu considérable, mais on notera que Glykéria ne sait pas écrire (Lavra no 20,1. 76-77, p. 160).

72 Lavra, no 20, t. 1, p. 158-161.

73 L’affaire est embrouillée ; prétextant sans doute la création d’une église du Sauveur (I. 12), l’évêque, au nom de son droit de stavropégie, se serait opposé à la fondation.

74 Lavra, no 20, 1. 67 : πάντα τὰ μὲν μoὶ τὰ δὲ τ μoὶ συνεν κ γoνικs κληρoνoμίαs.. On reste toutefois surpris que Symbatios laisse pratiquement tout à sa femme, sauf un proasteion à son frère Serge (cf. infra) : la plus grande partie de cette fortune change ainsi de lignage sans que, apparemment, la famille Pakourianos ne proteste.

75 Ivirôn, no 44 (23 janvier 1090), t. 2, p. 154-156.

76 Cf. sur ce sujet J. Beaucamp, e Προικουπόβολον - ύπόβoλoυ - ύπoβάλλω [, dans B. Kremmydas, C. Maltézou, N. M. Panagiôtakès, ϕιέрμα στόν Νίко Σβорὢνо, t. 1, Réthymnon, 1986, p. 153-161 ; cf. aussi D. Simon, « Das Ehegüterrecht der Pira. Ein systematischer Versuch », dans Fontes Minores VII, Francfort, 1986, p. 223-230, et D. R. Reinsch, « Eustathios Rhomaios über das Hypobolon », ibid., p. 239-252.

77 La donation ultérieure du proasteion de Radolibos au monastère d’Ivirôn dans le testament de Kalè (cf. infra) explique la présence dans les archives de ce monastère d’une copie conforme du testament de Symbatios et de la procuration de Kalè acceptant d’être l’exécuteur testamentaire, effectuée en 1122. Sur Radolibos, cf. J. Lefort, « Le cadastre de Radolibos (1103), les géomètres et leurs mathématiques », dans Travaux et Mémoires, 8, Paris, 1981 (Mélanges P. Lemerle), p. 269-313 ; Id., « Radolibos : Population et paysage », dans Travaux et Mémoires, 9, Paris, 1985, p. 195-234.

78 Soudaga est situé dans le pétiton de Macédoine : Ivirôn no 47,1. 26, p. 179.

79 Elle envoie son homme, le koitônitès Étienne, muni d’une procuration de sa main pour accepter la tâche d’exécuteur testamentaire : Ivirôn no 46 (11 janvier 1093), p. 169.

80 Ce que confirme le testament de Kalè : Ivirôn no 47, 1. 7 : son époux l’a faite « maître et propriétaire sans compte à rendre... de toutes ses propriétés, meubles et immeubles ».

81 Ivirôn no 44, 1. 8, p. 154.

82 Ivirôn no 47, 1. 5-6, p. 178.

83 Ivirôn no 47, p. 178-183.

84 Ibid., 1. 67-68, p. 182.

85 Ibid., 1. 35, p. 180.

86 Ibid., 1. 48-49, p. 181.

87 Ibid., 1. 50, p. 181.

88 E. Anagnôstakis, « L’épisode de Danièlis », art. cit., supra, n. 3.

89 Le point de vue de l’auteur, réfuté par I. Sevçenko, loc. cit. infra n. 94, mérite quelques nuances : Kandakè est reine tandis que Danèlis est seulement « qualifiée de mère d’Empereur » (μήτηр кαλϵΐσθαι ασιλέως) et rentre à Patras après avoir rencontré Basile Ier alors empereur, à peu près au moment de la construction de la Néa, ὢς τις δέσποινα τὢν έкϵΐθϵν βασίλισσα. Kandakè est réellement veuve alors que la chose n’est pas clairement affirmée pour Danèlis ; cf. infra.

90 I Rois 10/1-13. Sur le parallèle entre le roman d’Alexandre et le récit de la reine de Saba, cf. J. Trumpf, « Alexander und die Königin von Sabas », dans Athenaeum, 44,1966, p. 307-308.

91 Forte tête, ce moine ne s’était pas levé à l’arrivée dans l’église de Théophile, le maître de Basile, proche de la famille impériale ; de même, Danèlis lui fait remarquer qu’il ne se lève pas non plus pour elle, la personne « la plus haut placée des gens de ce pays ».

92 Théophane Continué, C. 11, p. 227 ; cf. Skylitzès, C. 6, p. 122.

93 Sur la parrèsia, cf. B. Flusin, Miracle et Histoire dans l’œuvre de Cyrille Scythopolis, Paris, 1983, p. 178-179 ; cf. M. Kaplan, « Le miracle est-il nécessaire au saint byzantin ? », dans D. Aigle, Les saints et leurs miracles à travers la littérature chrétienne et islamique (IVe-XVe s.), sous presse. Sur cet épisode étudié du point de vue de la parenté politique, cf. R. Macridès, « Dynastic marriages and political kinship », dans Byzantine Diplomacy, Papers from the Twenty-fourth Spring Symposium of Byzantine Studies, Cambridge, March 1990, éd. J. Shepard, S. Franklin, Aldershot, 1992, p. 263-280, notamment p. 265

94 E. Anagnostakis, « L'épisode de Danièlis », évite cela dans le titre, mais la qualifie de veuve dès les premiers mots ; même appréciation chez M. Hendy, Studies in Byzantine monetary economy, c. 300-1450, Cambridge, 1985, p. 206. I. Sevçenko, « Religious Missions Seen from Byzantium », dans Proceedings of the International Congress Commemorating the Millennium of Christianity in Rus'­Ukraine, éd. O. Pristak, I. Sevçenko, Harvard Ukrainian Studies, 22-23, 1988-1989, p. 7-27, avance, p. 13, n.11, que Danèlis serait un représentant de l'élite slave du Péloponnèse en voie d'assimilation au IXe siècle ; il résume ainsi une communication qu'il n'a pas publiée. Ce n'est pas le lieu de discuter ce point de vue, mais, même vérifiée, cette hypothèse ne modifierait pas notre argumentation. L'auteur reprend la même hypothèse dans I. Sevçenko, « Re-reading Constantine Porphyrogenitus », dans Byzantine Diplomacy, op. cit. n. 94, p. 167-195, notamment p. 193 et n. 68.

95 Théophane Continué, c. 11, p. 227 ; Skylitzes, c. 6, p. 122.

96 Il est vrai que le don en richesses et surtout en espèces est nécessaire au récit ; avec l’argent reçu. Basile a acheté les biens que la famille possédait en Macédoine ; la seule justification du récit Danèlis à ce stade est en effet de fournir une explication à la façon dont la famille de Basile, modeste à l’origine, est devenue un riche lignage macédonien ; il faut donc trouver l’origine des richesses qui ont permis d’acheter les biens en Macédoine ; un don en biens fonciers dans la région de Patras aurait rendu l’explication par trop acrobatique.

97 Théophane Continué, c. 75, p. 319 : où μιкpόν кαί тῆς Пϵλопоννήσου μέроs öпϵр ώs ϊδιоν ктῆμα тυλχάνоν αύтῆs.

98 Cf. supra, n.89.

99 Théophane Continué, c. 75, p. 319 : cf. supra, n.89.

100 Ibid., c. 76, p. 320 : кληрονόμον αтόν тῆς оίкϵίας поιησαμένη пάрξϵως. Cela pose un problème d’interprétation du début du récit de Théophane continué ; Danèlis reproche au moine qui a la prescience du destin de Basile de ne pas lui avoir accordé les mêmes honneurs à elle, à son fils ou à un autre parent (ἔкγоνоς) ; s’agit-il d’un simple parent ou plus précisément d’un petit-fils, sens le plus fréquent ? Quel que soit le sens choisi, il semble étrange que Danèlis, si soucieuse de son fils, ne défende pas les intérêts d’un éventuel petit-fils par la suite ; inexistant ou décédé, ce dernier peut donc être négligé dans le fil de l’histoire tel qu’il s’offre à nous.

101 Rappelons que Léon VI mène une politique d’affranchissement systématique des esclaves impériaux (novelle 38, éd. citée, supra, n. 6, p. 151-153 ; cf. M. Kaplan, Les hommes et la terre, p. 158) : certes, l’épisode se situe avant la promulgation de la novelle qui généralise cette pratique, mais on ne peut exclure qu’il s’agisse ici de la quasi totalité des esclaves de Danèlis, ce qui n’est déjà pas si mal, du moins si le nombre de 3.000 doit être accepté.

102 A titre de comparaison, l’énumération des biens fonciers du monastère du Christ Pantokratôr fondé par Jean II et sa femme Irène comporte 88 entrées dont certaines sont des oikoi entiers, mais dont la plupart sont des chôria et des proasteia ; la fortune de la plus riche fondation des Comnènes est donc supérieure, mais pas de tellement, à ce que Danèlis lègue à Léon VI en matière de biens fonciers ; cf. supra, n.4.

Notes de fin

1 Nous remercions Joëlle Beaucamp et Jean-Claude Cheynet pour leur aide précieuse.

Auteur

Université de Paris I

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540