Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xe siècles)

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Régine Le Jean
, 
Alain Dierkens
, 
et al.

Mère du Roi, épouse du Christ et fille de saint Pierre : les dernières années de l’impératrice Agnès de Poitou. Entre image et réalité

Jean-Marie Sansterre

Texte intégral

  • 1 L’exposé le plus fouillé sur le « coup d’État » de Kaiserswerth (l’île du Rhin où Agnès et Henri IV (...)
  • 2 Sur cette idée et celle d’une régence n’existant que de fado, cf., par ex., E. Boshof, Die Salier, (...)
  • 3 Contrairement à l’opinion commune, M. Black-Veldtrup, Kaiserin Agnes (1043-1077). Quellenkritische (...)
  • 4 M. Black-Veldtrup, op. cit., passim, réagit avec vigueur – et, me semble-t-il, en forçant quelque p (...)

1Vers le début du mois d’avril 1062, le roi Henri IV, un enfant de onze ans, fut ravi à sa mère, l’impératrice Agnès de Poitou, par l’archevêque de Cologne1 Privée de l’enfant roi qui, en théorie, disposait déjà de la plénitude de ses pouvoirs2, Agnès perdit la régence de fait qu’elle exerçait sur les royaumes germanique et italien depuis la mort en 1056 de son époux Henri III3. Je ne reviendrai pas ici sur cette régence jugée de façon diverse tant par les contemporains que par les historiens modernes4, mais je voudrais m’arrêter aux dernières années de l’impératrice et plus précisément à la période allant de son installation à Rome en 1065 à sa mort en décembre 1077. Alors qu’elle s’était rendue en Italie avec la volonté d’y vivre retirée du monde, elle joua plusieurs fois un rôle politique fort notable. Tout aussi remarquable, mais moins étudiée, l’image variée, répondant souvent à un souci de propagande, donnée par les sources de la conduite d’Agnès durant la période en question. Je lui consacrerai la seconde partie de l’exposé.

I

  • 5 M.L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 78 ; T. Struve « Zwei Briefe... », loc. cit., p. 416 ; M. Blackveld (...)
  • 6 T. Struve, « Die Romreise... », loc. cit., p. 1-29. L’auteur prouve de façon magistrale qu’Agnès ne (...)
  • 7 Agnès naquit probablement vers 1025 : M.L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 6.
  • 8 T. Struve, « Die Romreise... », loc. cit., p. 14-16.
  • 9 Sur ce schisme, cf. notamment T. Schmidt, Alexander II. (1061-1073) und die römische Reformgruppe s (...)
  • 10 Texte : T. Struve, « Zwei Briefe... », loc. cit., p. 424. Commentaire : ibid., p. 419-423, et S. We (...)
  • 11 T. Struve, « Die Romreise... », loc. cit., p. 18-21 (que je ne puis cependant pas suivre sur un poi (...)

2En automne 1061, Agnès avait pris le voile, probablement sur la tombe de son époux à Spire. Elle avait adopté ainsi l’état religieux de veuve, elle était entrée en viduité, sans abandonner pour autant la régence5 Après l’avoir perdue, elle attendit encore trois ans avant de renoncer au monde comme elle le souhaitait, peut-être afin de ne pas affaiblir la position de son fils en cessant d’assurer durant sa minorité la direction et donc le maintien de la maison paternelle6. En 1065, après qu’Henri IV eut atteint sa quinzième année et eut été déclaré majeur, elle quitta l’Allemagne à l’âge d’environ quarante ans7. Elle avait pris soin de se ménager d’importantes ressources en Italie afin d’assurer son entretien et de pouvoir continuer son activité charitable, gage de salut et source d’influence8. Mais elle ne partait pas l’âme sereine. Elle éprouvait un vif remords pour sa responsabilité dans le schisme provoqué par l’élection à Bâle en 1061, avec l’appui éphémère de la cour allemande, du pape Honorius II contre le pape Alexandre II, élu par le parti réformateur romain et sorti vainqueur du conflit9. Un passage d’une brève lettre adressée, sans doute peu avant son départ, aux moines de l’abbaye de Fruttuaria dans le Piémont témoigne de son état d’esprit : « Ma conscience, dit-elle, me glace d’une terreur pire que si j’étais en face d’un fantôme. Je fuis dès lors par les lieux saints, cherchant à échapper à cet effroi. Mon grand désir est de venir auprès de vous, car je sais que votre intercession est certitude de salut... »10. Elle dut séjourner quelque temps à Fruttuaria, puis, la même année, elle alla s’établir à Rome, où elle obtint son pardon11

  • 12 T. Struve, « Die Romreise... », loc. cit., p. 22-25.
  • 13 Jean de Fécamp, Lettre à l’impératrice Agnès, éd. A. Wilmart, « Deux préfaces spirituelles de Jean (...)
  • 14 Sur ce dossier, on verra déjà M. Parisse, « Des veuves au monastère », dans Id. éd., Veuves et veuv (...)
  • 15 H. Schwarzmaier, « Der Liber Vitae von Subiaco. Die Klöster Farfa und Subiaco in ihrer geistigen un (...)

3Dans une lettre qui ne doit pas être antérieure à 1073-107412 et qui accompagnait l’envoi de divers ouvrages à l’impératrice, Jean, abbé du monastère de Fécamp en Normandie, distingue le statut d’Agnès de celui des moniales du monastère, inconnu par ailleurs, dans lequel elle vivait à Rome. Sa condition restait celle qu’elle avait choisie en prenant le voile, l’état religieux de veuve13, ce qui mériterait d’être versé au dossier complexe de la distinction entre vierges et veuves dans les monastères14. Cette condition et plus encore l’éminente dignité de l’impératrice lui laissaient une grande liberté de mouvement. Ainsi pérégrina-t-elle avec sa suite en divers endroits d’Italie, notamment aux abbayes de Farfa, de Subiaco et du Mont-Cassin. Elle leur offrit de riches présents et fut reçue dans leur fraternité de prière15

  • 16 À ces voyages clairement attestés s’en ajoute peut-être un autre (en 1070) selon M. Black-Veldtrup,(...)
  • 17 Dans ce sens M.L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 89-104 (passim) ; W. Eggert, loc. cit., p. 165-166, 16 (...)
  • 18 M.L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 67,110-111.
  • 19 W. Eggert, loc. cit., p. 169.
  • 20 Infra, n. 66-67, 76 et texte correspondant.
  • 21 Pour d’autres réactions contre l’image de passivité et de faiblesse souvent donnée de l’impératrice (...)

4.Trois autres voyages la menèrent en Allemagne pour des raisons politiques16. On a affirmé qu’Agnès, désormais gagnée à la cause romaine, agit seulement sur l’ordre du pape Alexandre II, auquel elle s’était ralliée, et de son successeur Grégoire VII17. Nature passive18, mieux faite pour obéir que commander19, elle serait tombée entièrement sous la coupe de ses mentors romains, trop heureux de la mettre au service de leur politique. Version moderne d’une image véhiculée – on va le voir – dès le XIe siècle20, mais que quelques données invitent à nuancer, même si notre documentation ne permet guère de cerner la personnalité de l’impératrice21.

  • 22 Cf. M. Black-Veldtrup, op. cit., p. 45-46,95.
  • 23 A. Wilmart, « Une lettre de S. Pierre Damien à l’impératrice Agnès », dans Revue bénédictine, 4, 19 (...)
  • 24 Lambert de Hersfeld, Annales, a. 1072, éd. W. D. Fritz (d'après l'éd. d'O. Holder-Egger), trad. all (...)

5On peut admettre que le premier voyage, en 1067 (-1068 ?)22, sur lequel on est mal informé, se fit à la demande d’Alexandre II pour obtenir une aide contre les Normands23. Et il est certain que le troisième, en 1074, constitua une mission pontificale sur laquelle je vais revenir dans un instant. Je doute fort, par contre, qu’il en ait été de même en ce qui concerne le deuxième voyage. En 1072, à Worms, l’impératrice intervint avec succès auprès d’Henri IV en faveur du duc de Souabe, Rodolphe de Rheinfelden, qui avait été son beau-fils. Or, un auteur contemporain digne de foi, l’annaliste Lambert de Hersfeld, le seul à relater cette démarche, la présente comme une initiative personnelle en réponse à un appel à l’aide de Rodolphe24. Une telle intervention montre en tout cas l’influence qu’Agnès avait conservée en Allemagne.

  • 25 Pour ce contexte, cf notamment Ch. Schneider, Prophetisches Sacerdotium und heilsgeschichtliches Re (...)

6La mission de 1074 s’inscrit elle aussi dans un contexte où Agnès ne se contenta pas de jouer les utilités. Grégoire VII avait accédé au pontificat en avril 1073, à un moment de tension entre la curie romaine et la cour royale allemande. Mais la tension ne dégénéra pas d’emblée en une lutte sans merci entre le regnum et le sacerdotium. Il y eut d’abord, de 1073 à 1075 inclus, une phase de dialogue durant laquelle, sans céder sur ce qui lui paraissait l’essentiel, le pape tenta de collaborer avec le roi et futur empereur dans la réforme de l’église impériale. Henri IV, de son côté, dut faire montre de plus de souplesse en raison de difficultés rencontrées en Allemagne, si bien qu’on arriva – pour peu de temps – à un accord entre les deux pouvoirs25. Agnès y contribua de façon notable.

  • 26 Henri IV, Epist., 7, éd. (d’après celle de C. Erdmann) et trad. allemande F.-J. Schmale, Quellen zu (...)
  • 27 Ch. Schneider, op. cit., p. 44 et 85 ; E. Goez, Beatrix von Canossa und Tuszien. Eine Untersuchung (...)
  • 28 M.L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 98-100 ; Ch. Schneider, op. cit., p. 80-85 ; W. Goetz, loc. cit., p (...)
  • 29 Grégoire VII, Epist., 28 (= Registrum, I, 85), éd. (d’après celle d’E. Caspar) et trad. allemande F (...)

7Adressant à Grégoire VII un message secret, Henri IV lui recommande de n’en donner connaissance qu’à sa mère ainsi qu’à ses parentes, la margrave Béatrice de Toscane et la fille de celle-ci, la célèbre Mathilde26. Ces trois femmes faisaient partie d’un petit cercle de personnes de confiance dont le pape eut recours aux conseils et à la médiation dans sa recherche d’une entente avec le roi27. L’action de l’impératrice atteignit un point culminant précisément dans la mission de 1074. En compagnie de deux légats pontificaux, elle se rendit en Allemagne pour obtenir la réalisation des promesses faites par son fils au pape, c’est-à-dire sa réconciliation avec l’Église romaine, ce qui eut lieu, et sa participation à la réforme voulue par le pontife, ce que fit échouer l’opposition des évêques allemands soucieux d’autonomie28. « Nous savons », lui écrit le pape, « que vous œuvrez beaucoup pour la paix et la concorde de l’Église universelle et que tout ce qui peut attacher étroitement le pontificat et l’empire par la colle de l’affection (glutino caritatis) vous le souhaitez plus que je ne pourrais le dire et vous le recherchez avec une sollicitude inlassable »29. Une action sans conteste au service de la papauté et de la réforme de l’Église, mais dont le premier souci était de rétablir l’idéal d’harmonie entre les deux pouvoirs.

  • 30 Sur cette rupture, cf., par ex., E. Boshof, op. cit., p. 218-224 ; T. Struve, « Gregor VII... », lo (...)
  • 31 M.L. Bulst-Thibe, op. cit., p. 101 ; M. Black-Veldrup, op. cit.,p. 54 et 98.
  • 32 Cela pour autant qu’on puisse accepter la véracité, communément admise, de la lettre transmise seul (...)
  • 33 Grégoire VII, Epist., 74 (= Registrum IV, 3), éd. cit., p. 234 ; cf. W. Berges, « Gregor VII. und d (...)

8Cet idéal se trouva réduit à néant par la rupture de l’année 107630. Agnès assista au synode romain qui répliqua à l’attaque frontale du synode de Worms en prononçant l’excommunication et la déposition du roi31. Et, dans une brève lettre à l’évêque Altmann de Passau, elle ne s’éleva pas contre cette condamnation, mais déplora que l’Église fût en danger à cause de l’attention accordée par son fils aux conseils d’insensés32. Grégoire VII se demandait néanmoins s’il pourrait compter sur l’impératrice au cas où, devant l’obstination du souverain, il faudrait élire un nouveau roi33.

  • 34 M L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 103 ; T. Reuter, « Unruhestiftung, Fehde, Rebellion, Wideistand : G (...)
  • 35 T. Reuter, loc. cit., p. 323, cf. p. 320 sqq. ; G. Althoff, « Demonstration und Inzenierung. Spielr (...)

9Contrairement à Mathilde de Toscane, Agnès ne figura pas parmi les médiateurs qui, en janvier 1077 à Canossa, négocièrent avec le pape les conditions de l’absolution d’Henri IV et en garantirent l’exécution34. Or, l’humiliation après laquelle le roi obtint un pardon qui n’eut rien de définitif s’explique moins par la tradition de la pénitence ecclésiastique que par le rituel de deditio, de soumission d’un rebelle35 L’impératrice se tint donc à l’écart – ou fut tenue à l’écart – d’un rituel incompatible avec l’idéal auquel elle avait aspiré. Mais cet effacement final ne saurait masquer l’intérêt et le caractère exceptionnel d’une action politique imposée par les circonstances, le prestige de sa dignité et le choix même de Rome comme lieu de retraite.

II

  • 36 Cf. supra, n. 13-14.
  • 37 Il y avait, en outre, un sermo pour servir à l’instruction des moniales du monastère dans lequel vi (...)
  • 38 Jean de Fécamp, Lettre à l’impératrice Agnès, 6, éd. A. Wilmart, op. cit., p. 15 ; éd. J. Leclercq (...)
  • 39 Ibid., 6, p. 14 = p. 213.
  • 40 Ibid., 8, cf. 1-3, éd. A. Wilmart, op. cit., p. 10-13, 15 ; éd. J. Leclercq et J.-P. Bonnes, op. ci (...)
  • 41 Pour une comparaison avec cette lettre du même auteur, cf. A. Wilmart, op. cit., p. 5-22.
  • 42 P. Corbet, Les saints ottoniens. Sainteté dynastique, sainteté royale et sainteté féminine autour d (...)
  • 43 Ibid, p. 194-200 ; Id., « Pro anima senioris sui. La pastorale ottonienne du veuvage », dans M. Par (...)
  • 44 Jean De Fécamp, Lettre à l’impératrice Agnès, 2, éd. A. Wilmart, op. cit., p. 12 ; éd. J. Leclercq (...)

10Dans sa lettre à Agnès36, Jean de Fécamp ne retient rien de cette activité politique qu’il ne pouvait ignorer. Il n’était certes pas nécessaire d’en parler à propos de l’envoi, entre autres, de deux ouvrages demandés par Agnès, un livret sur la contemplation et un recueil de textes sacrés destiné à servir de norme de conduite pour son statut de veuve37. Mais Jean de Fécamp fait allusion aux voyages d’Agnès au nord des Alpes en n’évoquant que sa générosité à l’égard des églises et des monastères38. Il réagit aussi contre des critiques dont l’impératrice était l’objet comme si on lui reprochait uniquement sa piété et ses aumônes à grande échelle39. Cela procède d’un choix délibéré de cantonner l’image dans la sphère strictement religieuse. Il n’est pas question de la mère du roi, mais seulement de « l’exemple éclatant de saint veuvage »40. Avec une tonalité monastique plus marquée, en particulier dans la partie consacrée à la contemplation empruntée à une lettre adressée à une moniale41, le veuvage apparaît comme ce temps de chasteté et d’intensification de la vie religieuse dont Patrick Corbet a montré l’importance dans la pastorale des clercs saxons de l’an Mil42. On retrouve aussi une fonction essentielle attribuée à la veuve par cette pastorale : les suffrages pour l’époux défunt43. Agnès n’a pas voulu se remarier, elle a eu le courage de mépriser l’attrait de la chair et du monde pour servir le Christ dans la chasteté. Elle donne ainsi aux femmes nobles un exemple à imiter afin qu’elles restent fidèles à leurs maris défunts et demandent pour eux à Dieu la rémission des péchés par des messes et de fréquentes aumônes44.

  • 45 Voir, parmi bien d’autres travaux, J. Leclercq, Saint Pierre Damien, ermite et homme d’Église, Roma (...)
  • 46 Pierre Damien, Epist., 104, éd. K. Reindel, Die Briefe des Petrus Damiani, III, Munich, MGH, 1989 ( (...)
  • 47 M.-L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 104-108 ; J. Leclercq, op. cit., p. 127-131 ; T. Struve, « Die Rom (...)
  • 48 Pierre Damien, Epist., 104, éd. cit., p. 141-158 (en particulier p. 148). Sur le caractère de lettr (...)
  • 49 Pour ce thème, cf. en dernier lieu M. Grandjean, Laïcs dans l’Église. Regards de Pierre Damien, Ans (...)
  • 50 Cf. Paul, I Cor. 1, 21.
  • 51 Pierre Damien, Epist., 104, éd. cit., p. 141-158 (passim) – Agnès était arrivée à Rome en compagnie (...)

11Autre auteur à exalter l’état d’Agnès : Pierre Damien († 1072). À son arrivée à Rome, Agnès s’était placée sous la direction spirituelle de cette grande figure de la réforme de l’Église, ermite par vocation, cardinal évêque par devoir45, et elle lui avait confessé ses péchés auprès du tombeau de saint Pierre46. Bien vite se noua une amitié nourrie par de pieux entretiens et quelques lettres47. Dans la première d’entre elles, un véritable écrit de propagande destiné à avoir d’autres lecteurs, Pierre Damien loue en grand style l’humble pénitente, veuve du souverain le plus élevé de la terre qui, plutôt que de se remarier avec un inférieur, avait préféré devenir l’épouse du Christ48. Magnifique occasion pour lui de développer un de ses thèmes favoris, celui du mépris du monde49, en opposant la gloire passée au dépouillement présent, gage de l’exaltation future. Une reine de Saba, dit-il en substance, vint autrefois à Jérusalem en grand arroi, avec toutes ses richesses, pour écouter la sagesse de Salomon. Celle-ci est venue à Rome, humble et en larmes, pour apprendre la folie du pêcheur50 et se faire ouvrir le royaume des cieux par le ministère d’un simple portier. Elle a changé la couronne pour le voile, la pourpre pour un vêtement grossier et la main qui avait l’habitude de tenir un sceptre s’use à porter un psautier. Alors que dans un mariage terrestre la richesse de l’épouse glorifie l’époux et l’enflamme davantage d’amour, Agnès prodigue ses biens aux pauvres et aux églises afin de parvenir nue, sans charge, à l’étreinte de l’époux céleste. Quelle nuque ne se courberait pas en voyant la pauvreté volontaire de celle qui gouvernait un si grand royaume. La destinée des rois est changeante et soumise à la mort commune. Qu’elle persévère donc dans son propos celle qui, de la fange de l’orgueil terrestre, s’est élevée au faîte de la vraie humilité51.

  • 52 Id., Epist., 149, éd. cit., p. 547-554.

12Faisant d’Agnès la figure emblématique d’une salutaire aversion à l’égard du monde, Pierre Damien ne pouvait lui reconnaître – du moins pas dans une lettre ouverte – un rôle politique. Au moment du premier voyage d’Agnès en Allemagne, en 1066-1067, il exprime la crainte que, descendue de la contemplation céleste vers le monde, elle ne subisse l’attrait du siècle, reste à la cour et prive ainsi de son exemple ceux dont elle est le guide52.

  • 53 Lambert de Hersfeld, Annales, a. 1072, éd. cit. (voir n. 24), p. 162. – Sur l’appartenance de l’aut (...)

13Même dans un milieu plus modéré, celui du monachisme bénédictin allemand traditionnel, on pouvait s’interroger sur la compatibilité des retours d’Agnès en Allemagne avec son statut religieux ou du moins avec l’image exemplaire qu’on voulait en donner. C’est ce que montre le soin mis par Lambert de Hersfeld à justifier dans ses Annales l’intervention de l’impératrice en faveur du duc de Souabe, Rodolphe de Rheinfelden, en 1072. « Bien que l’impératrice ait pour des motifs religieux renoncé à jamais à toutes les affaires du siècle, elle ne jugea pas qu’il était trop éloigné de sa résolution, ni étranger aux obligations imposées par l’Église, d’apporter son aide à un homme bien méritant à son égard qui se trouvait dans une situation difficile et à brider la tumultueuse jeunesse de son fils. Elle vint donc à Worms, entourée d’un très grand nombre d’abbés et de moines et... fit absoudre le duc du soupçon de tout crime. Aussitôt après avoir accompli ce pourquoi elle était venue, elle quitta son fils pour qu’il soit parfaitement clair à tous que ce n’était pas tant par une affection chamelle que pour le bien commun qu’elle avait été amenée à se charger de cette affaire séculière »53.

  • 54 Il y avait parmi eux Hugues de Cluny (voir supra, n. 24).
  • 55 Lambert de Hersfeld, Annales, a. 1072, éd. cit., p. 160.
  • 56 Pierre Damien, Epist., 104, éd. cit., p. 149.

14On aura noté au passage l’allusion à la foule de moines entourant l’impératrice54. La coloration monastique de l’image, en l’occurrence fort vraisemblable, devient exagérée lorsque Lampert évoque l’ascèse d’Agnès. À l’en croire, elle « mena au-delà des Alpes une vie tellement austère que sa constance dans les jeûnes et les veilles excédait la commune mesure des forces humaines »55. Dans leurs lettres à l’impératrice, Jean de Fécamp et Pierre Damien ne soufflent mot d’une telle ascèse. Pierre la console même de ne pas pouvoir assez maîtriser son envie de nourriture en lui faisant observer qu’elle pratique d’autres formes de jeûne, le jeûne de la pourpre et celui de l’étreinte d’un homme56.

15En milieu monastique toujours, le portrait de l’impératrice versa parfois carrément dans l’hagiographie. On l’entrevoit pour le Mont-Cassin et on le constate à la lecture de la chronique de Berthold de Reichenau.

  • 57 Il s’agit d’Atto et de Thietmar : Pierre Diacre, De viris illustribus Casinensibus, 24, PL, 173, co (...)
  • 58 Parmi les œuvres du cassinien Pandolf, Pierre Diacre, De viris illustribus Casinensibus, 26, éd. ci (...)
  • 59 Aimé du Mont-Cassin, Histoire des Normands (conservée seulement dans une traduction française faite (...)

16Agnès était restée près de six mois au Mont-Cassin. Son séjour avait marqué d’autant plus les esprits que deux de ses chapelains finirent par y embrasser la vie monastique57. Un moine contemporain écrivit à son sujet un ouvrage qu’on ne possède plus58, mais dont un passage de l’« Histoire des Normands » composée par Aimé du Mont-Cassin vers 1083 permet de deviner le ton. Brodant selon toute vraisemblance sur un fait réel, le récit montre Agnès se rendant à Salerne avec toute la communauté pour obtenir du prince de l’endroit la grâce d’un jeune noble d’Amalfi, fils d’un bienfaiteur du Cassin devenu moine. L’impératrice se jetta aux pieds du prince, lui promit de payer cent livres d’or et même de se faire couper un doigt. Mais le tyran, ne craignant pas le jugement de Dieu, martyrisa le jeune homme59.

  • 60 Chronica monasterii Casinensis, III, 31, éd. H. Hoffmann, Hannover, Hahnsche Buchhandlung, 1980 (MG (...)

17L’éloge de l’impératrice n’était pas désintéressé. Il servait la gloire de l’abbaye comme le montre, vers 1100, la chronique cassinienne de Léon Marsicanus. Après avoir parlé de la construction sur l’ordre de l’abbé Didier et de la dédicace de la prestigieuse basilique abbatiale, le chroniqueur évoque la venue de la nouvelle reine de Saba aspirant à voir l’autre Salomon et l’autre temple. Ce qu’elle vit dépassa ce dont elle avait entendu parler. Elle affirma que le lieu, le père de la communauté et les frères devaient être tenus comme les plus célèbres de leur ordre dans tout l’univers60.

  • 61 W. Wattenbach, R. Holtzmann et F.-J. Schmale, Deutschlands Geschichtsquellen im Mittelalter. Die Ze (...)

18Il est vraisemblable que les bonnes relations d’Agnès avec Grégoire VII contribuèrent à cette image positive. Chez Berthold de Reichenau, un partisan fanatique du pape61, les motivations politico-religieuses ne font aucun doute même si son portrait de l’impératrice, brossé vers 1080, ne se limite pas à cet aspect.

  • 62 Berthold de Reichenau, Annales, a. 1077, éd. G.H. Pertz, MGH, Scriptores, V, Hannover, 1844, p. 303 (...)

19Sous l’année 1077, l’auteur interrompt le récit des vicissitudes du conflit entre Grégoire VII et Henri IV et des troubles qui en résultèrent en Allemagne par un excursus sur Agnès, décédée le 14 décembre. Le passage tient de la Vie de saint. Une première partie idéalise la conduite religieuse de celle qui avait renoncé au monde. Berthold y vante non seulement son humilité, sa charité et sa ferveur dans la prière, mais aussi son ascèse à la fois rude et équilibrée ainsi que sa soumission à ses directeurs de conscience. Puis l’auteur s’attache à montrer qu’Agnès avait choisi le camp de Grégoire VII. Après avoir souligné son hostilité à l’égard des nicolaïtes et des simoniaques, il raconte qu’elle était d’abord restée en Allemagne pour réprimer, par la discipline maternelle et par la liberté de parole dont elle jouissait plus que les autres, les erreurs d’enfance, puis d’adolescence de son fils. Mais finalement, comme Henri et ses conseillers, loin de s’amender, machinaient pire encore, elle refusa de supporter plus longtemps leur insolence, leurs rapines, leur opposition et leurs folies. Elle s’en alla à Rome auprès de saint Pierre et de tant d’autres saints. Elle ne cessa d’y progresser dans la vie religieuse. Quand vint l’heure de la récompense, elle rendit son âme dans les mains de Dieu et des apôtres Pierre et Paul. Au milieu des hymnes et des louanges de l’église romaine tout entière, son corps saint fut enseveli par le pontife au côté de sainte Pétronille, fille de saint Pierre62.

20Ainsi la destinée d’Agnès permet-elle d’opposer la cour royale, domaine du péché et de la déraison, à la Rome pontificale, lieu de salut et de sainteté. Le passage de la mère du roi de l’une à l’autre magnifie l’église romaine.

  • 63 Pierre Damien, Epist., 144, éd-cit., p. 526-527.
  • 64 G. Fornasari, « Prospettive del pensiero politico di S. Pier Damiani », dans Fonte Avellana nella s (...)

21Le thème s’esquisse déjà dans une lettre de Pierre Damien qui date de 1067. Appelant de tous ses vœux le retour de l’impératrice alors en mission en Allemagne, Pierre s’exclame : « Reviens, ma dame, reviens..., toi que nous pleurons comme une gemme étincelante du ciel arrachée à Rome la tête du monde. Le palais royal te donnait la nausée, que seul le filet du pêcheur répande son parfum à tes narines. Qu’il te plaise d’avoir là avec Pétronille ta sépulture, pour que ce père insigne se réjouisse que repose auprès de lui ses deux filles, l’une qui l’est par la chair, l’autre par l’esprit »63. Mais Pierre Damien ne pouvait prévoir que le souhait se réaliserait dix ans plus tard dans un contexte devenu étranger à l’idéal traditionnel d’entente entre les deux pouvoirs, un idéal qui avait toujours été le sien64. L’ensevelissement de la mère du roi auprès de la fille de saint Pierre était devenu un geste politique d’affirmation de la papauté face au regnum.

  • 65 Grégoire VII, Epist., 28 (= Registrum, I, 85), éd. cit. (voir n. 29), p. 92-94.
  • 66 Vita Anselmi episcopi Lucensis, 19, éd. R. Wilmans, MGH, Scriptores, XII, Hannover, 1856, p. 19. Su (...)
  • 67 Bonizon de Sutri, Liber ad amicum, 1. VI, éd. E. Dümmler, dans MGH. Libelli de lite, cit. (voir n. (...)
  • 68 Donizon, Vita Mathildis, I, v. 1163-1165, éd. L. Bethmann, dans MGH, Scriptores, XII, Hannover, 185 (...)

22Remerciant Agnès pour sa mission auprès d’Henri IV en 1074, Grégoire VII louait l’aide exemplaire apportée à la cause du prince des apôtres65. Deux des partisans du pontife allèrent plus loin peu après sa mort en 1085. L’auteur anonyme de la première Vie d’Anselme de Lucques oppose la conduite de la mère et du fils à l’égard des antipapes. Tous deux, souligne-t-il, avaient participé à l’élection d’Honorius II contre Alexandre II, mais alors que, loin d’éprouver du remords, le roi avait plus tard fait élire Clément III contre Grégoire VII, sa mère avait confessé sa faute à Alexandre II. Outre les veilles, les prières et les jeûnes, le pape lui avait prescrit comme pénitence d’être utile autant qu’elle le pouvait à l’église romaine consiliis et auxiliis, par les conseils et aides qu’un vassal doit à son suzerain66. L’évêque Bonizon de Sutri affirme, pour sa part, qu’au concile romain de 1073 l’impératrice elle-même demanda l’excommunication de certains conseillers d’Henri IV67. Mieux, au dire d’un auteur un peu plus récent, le moine Donizon qui composa une Vie métrique de Mathilde de Toscane au début du XIIe siècle, Agnès vit en songe que l’enfant qu’elle portait dans son sein était un vrai dragon, autrement dit un démon, et elle le fit savoir à des nombreuses personnes68.

  • 69 G. Severino, « La Vita Metrica di Anselmo da Lucca scritta da Rangerio. Ideologia e genere letterar (...)
  • 70 Rangerius de Lucques, Vita metrica Anselmi Lucensis episcopi, v. 2047-2186, éd. E. Sackur, G. Schwa (...)
  • 71 Supra, n. 32.

23On ne manqua pas non plus d’insister sur la mission de 1074. Le sommet, à cet égard, est atteint dans la Vie métrique d’Anselme de Lucques à l’extrême fin du XIe siècle. L’auteur prête à Agnès un long discours typique d’une œuvre dans laquelle « l’épaisseur des personnages se réduit presque entièrement à l’adhésion à l’un des deux partis en lutte »69. L’appel éploré à la crainte de Dieu et à la soumission à l’Église se double d’une évocation des vices et fautes d’un roi pire que Nabuchodonosor et Hérode, et qui risque bien de connaître leur triste sort70. Comme dans la Vie de Mathilde de Toscane ou chez les auteurs brandissant tel un bulletin de victoire la lettre écrite par Agnès au lendemain de la condamnation d’Henri IV71, la mère porte témoignage contre le fils.

  • 72 Paul de Bernried, Vita Gregorii VII, 59 (cf. aussi 58), éd. I.M. Watterich, Pontificum Romanorum qu (...)

24En revanche, elle contribue à justifier Grégoire VII. Le chanoine Paul de Bernried, vers 1128, mentionne la « mère du roi très inique, la vraie reine qui, après avoir renoncé au diadème royal et abandonné le siècle, s’est attachée de façon inébranlable aux pas de Dieu et des apôtres Pierre et Paul » parmi les personnages illustres et pleins de religion dont le témoignage permettrait de repousser les calomnies répandues contre Grégoire. Et il l’associe dans ce contexte aux margraves Béatrice et Mathilde de Toscane72.

  • 73 Concilium Wormatiense. Episcoporum epistola Gregorio VII. missa, éd. L. Weiland, dans MGH, Constitu (...)
  • 74 Ibid.
  • 75 Dans ce sens E. Goez, op. cit. (voir n. 27), p. 165,232.
  • 76 Sigebert de Gembloux, Chronographia sive Chronica, a. 1076, dans MGH, Scriptores, VI, Hannover, 184 (...)

25Les relations féminines de Grégoire VII, invoquées ici comme un témoignage en sa faveur, sont interprétées tout autrement dans la lettre expédiée au pape par les évêques allemands présents au synode de Worms qui, en 1076, refusa l’obéissance au pontife et réclama son abdication. Je n’insiste pas sur le reproche d’une intimité excessive avec une personne de l’autre sexe, accusation somme toute banale et, oserais-je dire, de bonne guerre puisque le pape ne se privait pas d’appeler fréquemment des évêques « fils de courtisanes »73. Mais à ce grief s’ajoute un autre, plus intéressant : tous les décrets du siège apostolique sont rédigés par des femmes et l’Église universelle est administrée par ce « nouveau sénat de femmes »74. L’allusion vise non seulement Béatrice et Mathilde, mais aussi Agnès75 dont l’appui à la réforme voulue par Grégoire VII devait déplaire à beaucoup d’évêques allemands. Par leur antiféminisme, de tels propos dénigraient le pape plus sûrement que le reproche inverse – chargé de connotations positives dans l’autre camp – d’avoir soumis l’impératrice à sa volonté. Ce fut pourtant ce reproche qui l’emporta. Au début du XIIe siècle, Sigebert de Gembloux observait que Grégoire VII avait détaché d’Henri IV même le cœur de sa mère76. Mais la rareté des témoignages du côté des partisans du roi permet de penser qu’on préféra souvent passer la chose sous silence.

26Ainsi la figure d’Agnès servit-elle tour à tour à exalter le saint veuvage, le mépris du monde ou l’engagement au service de l’Église, à glorifier la Rome papale et le Mont-Cassin au faîte de sa splendeur, à défendre ou dénigrer le successeur de Pierre, à condamner le roi son rival. À une époque de réforme et d’intense polémique, la propagande devait forcément s’emparer de la destinée singulière de celle qui, après avoir régné avec l’empereur et gouverné au nom de l’enfant roi, s’était certes retirée du monde, mais auprès de l’autre pouvoir, à la veille d’une rupture qu’elle contribua dans une certaine mesure à retarder par son rôle de médiatrice.

Notes

1 L’exposé le plus fouillé sur le « coup d’État » de Kaiserswerth (l’île du Rhin où Agnès et Henri IV séjournaient alors) est celui de G. Jenal, Erzbischof Anno IL von Köln (1056-75) und sein politisches Wirken. Ein Beitrag zur Geschichte der Reichs-und Terrilorialpolilik im II. Jahrhundert, 2 vol., Stuttgart, Anton Hiersemann, 1974 (Monographien zur Geschichte des Mittelalters, 8), I, p. 175-195.

2 Sur cette idée et celle d’une régence n’existant que de fado, cf., par ex., E. Boshof, Die Salier, Stuttgart-Berlin-Köln-Mainz, Kohlammer, 1987 (Urban-Taschenbücher, 387), p. 167-168 ; F.-R. Erkens, « Die Frau als Herrscherin in ottonisch-frühsalischer Zeit », dans A. von Euw et P. Schrei-ner éd., Kaiserin Theophanu. Begegnung des Ostens und Westens um die Wende des ersten Jahrtausends, 2 vol., Köln, Schnütgen-Museum, 1991, II, p. 245-259 (p. 253-257).

3 Contrairement à l’opinion commune, M. Black-Veldtrup, Kaiserin Agnes (1043-1077). Quellenkritische Studien, Köln-Weimar-Wien, Böhlau, 1995 (Münstersche Historische Forschungen, 7), p. 346-376, s’est efforcée de montrer que le « coup d’État » n’aurait pas changé la position de l’impératrice. Après avoir pris le voile quelques mois plus tôt (cf. infra, n. 5), Agnès aurait confié le gouvernement à un « sous-régent », l’évêque Henri d’Augsbourg, et se serait bornée depuis lors à donner des conseils. L’archevêque Annon de Cologne n’aurait fait que se substituer à Henri d’Augsbourg, Agnès restant « nach der Schleiernahme ebenso wie nach Kaiserswerth die unangefochtene Regentin, die dem gleichfalls unangefochtenen Thronfolger Heinrich IV. bis 1065 die Herrschaft sicherte » (p. 376). Mais l’argumentation s’avère plus ingénieuse que convaincante. Je remercie Alain Dierkens de m’avoir signalé, après le colloque, la parution de cet ouvrage écrit dans une perspective fort différente de celle adoptée ici.

4 M. Black-Veldtrup, op. cit., passim, réagit avec vigueur – et, me semble-t-il, en forçant quelque peu le trait – contre l’image de l’impératrice généralement admise depuis le livre de M.L. Bulst-Thiele, Kaiserin Agnes, Leipzig-Berlin, Teubner, 1933 (Beiträge zur Kulturgeschichte des Mittelalters und der Renaissance, 52), celle d’une femme faible et indécise dont la régence fut un échec ; cf. notamment W. Eggert, « Agnes von Poitou. Ein Leben in Sorge und Frömmigkeit », dans E. Uitz, B. Pätzold, G. Beyreuther dir., Herrscherinnen und Nonnen. Frauengestalten von der Ottonenzeit bis zu den Staufern, Berlin, Deutscher Verlag der Wissenschaften, 1990, p. 148-169, 275-276 ; K.-U. Jäschke, Notwendige Gefährtinnen. Königinnen der Salierzeit als Herrscherinnen und Ehefrauen im römisch-deutschen Reich des 11. und beginnenden 12. Jahrhunderts, Saarbrücken, Dadder, 1991 (Historie und Politik, 1), p. 95-137. Sans aller aussi loin que M. Black-Veldtrup, T. Struve, « Zwei Briefe der Kaiserin Agnes », dans Historisches Jahrbuch, 104, 1984, p. 411-424 ; Id., « Die Romreise der Kaiserin Agnes », ibid., 105, 1985, p. 1-29, avait déjà appelé à reconsidérer cette image. Pour les jugements des contemporains, cf., par ex., Id., « Zwei Briefe... », p. 422, n. 50 ; W. Eggert, loc. cit., p. 167.

5 M.L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 78 ; T. Struve « Zwei Briefe... », loc. cit., p. 416 ; M. Blackveldtrup, op. cit., p. 27,367-372 (voir supra n. 3).

6 T. Struve, « Die Romreise... », loc. cit., p. 1-29. L’auteur prouve de façon magistrale qu’Agnès ne gagna l’Italie qu’en 1065 et non peu après le « coup d’État » de Kaiserswerth comme on le croyait jusqu’alors. Cf. aussi, à présent, M. Black-Veldtrup, op. cit., p. 27-36, 92-94.

7 Agnès naquit probablement vers 1025 : M.L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 6.

8 T. Struve, « Die Romreise... », loc. cit., p. 14-16.

9 Sur ce schisme, cf. notamment T. Schmidt, Alexander II. (1061-1073) und die römische Reformgruppe seiner Zeit, Stuttgart, Hiersemann, 1977 (Päpste und Papsttum, 11), p. 104-133.

10 Texte : T. Struve, « Zwei Briefe... », loc. cit., p. 424. Commentaire : ibid., p. 419-423, et S. Weiss, « Zur Datierung von Böhmer-Struve, Reg. Imp. 3, 2, n. 254 », dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 49, 1993, p. 583-588.

11 T. Struve, « Die Romreise... », loc. cit., p. 18-21 (que je ne puis cependant pas suivre sur un point, cf. infra, n. 66). Si on admet la datation fort convaincante proposée par S. Weiss, loc. cit., pour la lettre d’Agnès aux moines de Fruttuaria, il n’y a pas lieu de déplacer à l’année suivante la visite de ce monastère comme le fait M. Black-Veldtrup, op. cit., p. 38 et 95.

12 T. Struve, « Die Romreise... », loc. cit., p. 22-25.

13 Jean de Fécamp, Lettre à l’impératrice Agnès, éd. A. Wilmart, « Deux préfaces spirituelles de Jean de Fécamp », dans Revue d’ascétique et de mystique, 18, 1937, p. 3-44 (p. 10-22) ; éd. J. Leclercq et J.-P. Bonnes, Un maître de la vie spirituelle au XIe siècle : Jean de Fécamp, Paris, Vrin, 1946 (Études de théologie et d’histoire de la spiritualité, 9), reprise avec une trad. italienne dans Giovanni di Fécamp. Pregare nel medioevo : la Confessio Theologica e altre opere, introduzione di J. Leclercq, traduzione e note di G. Maschio, Milano, Jaca Book, 1986 (Biblioteca di cultura medievale = Di fronte e attraverso, 163), p. 155-161, 291-296 ; cf. en particulier les § 1-4, 8 de cette lettre. Le fait qu’un des ouvrages est adressé à Agnès ad instruendas sanctimoniales quae in tuo monasterio congregatae sunt (§ 8) ne permet guère de penser qu’Agnès vécut ailleurs que dans un monastère (contra M. Black-Veldtrup, op. cit., p. 59-60).

14 Sur ce dossier, on verra déjà M. Parisse, « Des veuves au monastère », dans Id. éd., Veuves et veuvage dans le haut Moyen Âge. Table ronde organisée à Göttingen par la Mission Historique Française en Allemagne, Paris, Picard, 1993, p. 255-274. Ce n’est toutefois pas en tant que « future moniale » (ibid., p. 261) qu’Agnès reçut la lettre de Jean de Fécamp.

15 H. Schwarzmaier, « Der Liber Vitae von Subiaco. Die Klöster Farfa und Subiaco in ihrer geistigen und politischen Umwelt während der letzten Jahrzehnte des 11. Jahrhunderts », dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 48, 1968, p. 80-147 (p. 118-124, 146) ; H. Dormeier, Montecassino und die Laien im 11. und 12. Jahrhundert, Stuttgart, Hiersemann, 1979 (Schriften der Monumenta Germaniae Historica, 27), p. 114, 135-137, 178 ; J. Wollasch, « Kaiser und Könige als Brüder der Mönche. Zum Herrscherbild in liturgischen Handschriften des 9. bis 11. Jahrhunderts », dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 40, 1984, p. 1-20 (p. 4-5) ; T. Struve, « Die Romreise... », loc. cit., p. 24-25 ; M. Black-Veldtrup, op. cit., p. 336-341.

16 À ces voyages clairement attestés s’en ajoute peut-être un autre (en 1070) selon M. Black-Veldtrup, op. cit., p. 48 et 97.

17 Dans ce sens M.L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 89-104 (passim) ; W. Eggert, loc. cit., p. 165-166, 169 ; K.-U. Jäschke, op. cit., p. 134-135.

18 M.L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 67,110-111.

19 W. Eggert, loc. cit., p. 169.

20 Infra, n. 66-67, 76 et texte correspondant.

21 Pour d’autres réactions contre l’image de passivité et de faiblesse souvent donnée de l’impératrice, cf. supra, n. 4.

22 Cf. M. Black-Veldtrup, op. cit., p. 45-46,95.

23 A. Wilmart, « Une lettre de S. Pierre Damien à l’impératrice Agnès », dans Revue bénédictine, 4, 1932, p. 125-146 (p. 136-139) ; M.L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 92.

24 Lambert de Hersfeld, Annales, a. 1072, éd. W. D. Fritz (d'après l'éd. d'O. Holder-Egger), trad. allemande A. Schmidt, Berlin, Rütten & Loening, 1973 (Ausgewlthlte Quellen zur deutschen Ges­chichte des Mittelalters, 13), p. 160-162 (voir infra, n. 53 et texte correspondant). Le témoignage de Donizon, Vita Mathildis, I, v. 1230-1232, éd. L. Bethmann, dans MGH, Scriptores, XII, Hannover, 1856, p. 376, invoqué notamment par M.L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 93, n. 1, concerne en fait le voyage de 1074 (cf. v. 1232-1242). D'autre part, la présence au côté de l'impératrice d'Hugues de Cluny, chargé d'une mission pontificale auprès de l'abbé de Reichenau (Lambert, op. cit., p. 162), ne prouve nullement que le pape ait été l'instigateur de la démarche d'Agnès. Mais on peut supposer qu'il appuya sa décision puisque Rodolphe de Rheinfelden était un partisan de la réforme de l'Église et jouissait d'un réel crédit à Rome, cf. E. Hlawitschka, « Zur Herkunft und zu den Seitenverwandten des Gegenkônigs Rudolf von Rheinfelden. Genealogische und politisch-historische Untersuchungen », dans S. Weinfurter éd., Die Salier und das Reich, 3 vol., 2e éd., Sigmaringen, Thorbecke, 1992, I, p. 175-220 (p. 217-220).

25 Pour ce contexte, cf notamment Ch. Schneider, Prophetisches Sacerdotium und heilsgeschichtliches Regnum in Dialog 1073-1077, Munich, Fink, 1972 (Münstersche Mittelalter-Schriften, 9) ; T. Struve, « Gregor VII. und Heinrich IV. Stationen einer Auseinandersetzung », dans La riforma gregoriana e l’Europa. Congresso internazionale, Salerno, 20-25 maggio 1985, II, Communicazioni, Roma, Libreria Ateneo Salesiano, 1991 (Studi Gregoriani, 14), p. 29-60 (p. 29-35).

26 Henri IV, Epist., 7, éd. (d’après celle de C. Erdmann) et trad. allemande F.-J. Schmale, Quellen zur Geschichte Kaisers Heinrichs IV., Berlin, Rütten & Loening, 1963 (Ausgewählte Quellen zur deutschen Geschichte des Mittelalters, 12), p. 58.

27 Ch. Schneider, op. cit., p. 44 et 85 ; E. Goez, Beatrix von Canossa und Tuszien. Eine Untersuchung zur Geschichte des 11. Jahrhunderts, Sigmaringen, Thorbecke, 1995 (Vorträge und Forschungen. Sonderband, 41), p. 165-166. Le conseiller de l’impératrice, l’évêque Rainald de Côme, appartenait également à ce groupe, cf. W. Goez, « Rainald von Como. Ein Bischof des 11. Jahrhunderts zwischen Kurie und Krone », dans H. Beumann éd., Historische Forschungen für Walter Schlesinger, Köln-Wien, Böhlau, 1974, p. 462-494 (p. 488-490).

28 M.L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 98-100 ; Ch. Schneider, op. cit., p. 80-85 ; W. Goetz, loc. cit., p. 490 ; M. Black-Veldtrup, op. cit., p. 51-52, 97.

29 Grégoire VII, Epist., 28 (= Registrum, I, 85), éd. (d’après celle d’E. Caspar) et trad. allemande F.-J. Schmale, Quellen zum Investiturstreit, I : Ausgewählte Briefe Papst Gregors VII., Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1978 (Ausgewählte Quellen zur deutschen Geschichte des Mittelalters, 12a), p. 92.

30 Sur cette rupture, cf., par ex., E. Boshof, op. cit., p. 218-224 ; T. Struve, « Gregor VII... », loc. cit., p. 35-39.

31 M.L. Bulst-Thibe, op. cit., p. 101 ; M. Black-Veldrup, op. cit.,p. 54 et 98.

32 Cela pour autant qu’on puisse accepter la véracité, communément admise, de la lettre transmise seulement par deux partisans de Grégoire VII : Hugues de Flavigny, Chronicon, 1. II, éd. G.H. Pertz, dans MGH, Scriptores, VIII, Hannover, 1948, p. 435 ; Manegold, Ad Geberhardum liber, 27, éd. K. Francke, dans MGH, Libelli de lite imperatorum et pontificum saeculis XI. et XII. conscripti, I, Hannover, 1891, p. 358-359.

33 Grégoire VII, Epist., 74 (= Registrum IV, 3), éd. cit., p. 234 ; cf. W. Berges, « Gregor VII. und das deutsche Designationsrecht », Studi Gregoriani, 2, 1947, p. 189-209 (p. 201-202).

34 M L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 103 ; T. Reuter, « Unruhestiftung, Fehde, Rebellion, Wideistand : Gewalt und Frieden in der Politik der Salierzeit », dans S. Weinfurter éd., Die Salier und das Reich, op. cit., III, p. 297-325 (p. 323). Agnès participa sans doute à des négociations antérieures, cf. G.B. Borino, « Le persone che consigliarono Gregorio VII di andare in Germania (1076) », dans Studi Gregoriani, 6, 1959-1961, p. 349-354.

35 T. Reuter, loc. cit., p. 323, cf. p. 320 sqq. ; G. Althoff, « Demonstration und Inzenierung. Spielregeln der Kommunikation in mittelalterlicher Öffentlichkeit », dans Frühmittelalterliche Studien, 27, 1993, p. 27-50 (p. 37-38).

36 Cf. supra, n. 13-14.

37 Il y avait, en outre, un sermo pour servir à l’instruction des moniales du monastère dans lequel vivait Agnès et un livret sur les œuvres de miséricorde. Sur ces ouvrages, cf. A. Wilmart, « Deux préfaces... », loc. cit., p. 33-44.

38 Jean de Fécamp, Lettre à l’impératrice Agnès, 6, éd. A. Wilmart, op. cit., p. 15 ; éd. J. Leclercq et J.-P. Bonnes, op. cit., p. 213.

39 Ibid., 6, p. 14 = p. 213.

40 Ibid., 8, cf. 1-3, éd. A. Wilmart, op. cit., p. 10-13, 15 ; éd. J. Leclercq et J.-P. Bonnes, op. cit., p. 211-212, 214.

41 Pour une comparaison avec cette lettre du même auteur, cf. A. Wilmart, op. cit., p. 5-22.

42 P. Corbet, Les saints ottoniens. Sainteté dynastique, sainteté royale et sainteté féminine autour de l’an Mil, Sigmaringen, Thorbecke, 1986 (Beihefte der Francia, 15), p. 191-194.

43 Ibid, p. 194-200 ; Id., « Pro anima senioris sui. La pastorale ottonienne du veuvage », dans M. Parisse éd., Veuves et veuvage dam le haut Moyen Âge, op. cit., p. 233-252 (en particulier p. 238-239, pour la lettre de Jean de Fécamp).

44 Jean De Fécamp, Lettre à l’impératrice Agnès, 2, éd. A. Wilmart, op. cit., p. 12 ; éd. J. Leclercq et J.-P. Bonnes, op. cit., p. 212.

45 Voir, parmi bien d’autres travaux, J. Leclercq, Saint Pierre Damien, ermite et homme d’Église, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 1960 (Uomini e dottrine, 8) ; P. Calati, « Pierre Damien », Dictionnaire de spiritualité, XII, 2, 1986, col. 1551-1573.

46 Pierre Damien, Epist., 104, éd. K. Reindel, Die Briefe des Petrus Damiani, III, Munich, MGH, 1989 (Die Briefe der deutschen Kaiserzeit, IV, 2), Hannover, 1989, p. 151.

47 M.-L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 104-108 ; J. Leclercq, op. cit., p. 127-131 ; T. Struve, « Die Romreise... », loc. cit., p. 4-6, 19-22.

48 Pierre Damien, Epist., 104, éd. cit., p. 141-158 (en particulier p. 148). Sur le caractère de lettre ouverte : ibid., p. 149 et n. 34.

49 Pour ce thème, cf. en dernier lieu M. Grandjean, Laïcs dans l’Église. Regards de Pierre Damien, Anselme de Cantorbéry, Yves de Chartres, Paris, Beauchesne, 1994 (Théologie historique, 97), p. 67-114.

50 Cf. Paul, I Cor. 1, 21.

51 Pierre Damien, Epist., 104, éd. cit., p. 141-158 (passim) – Agnès était arrivée à Rome en compagnie de sa belle-sœur Ermesinde, entrée elle aussi en viduité (ibid., p. 142 et n. 3). Mais Ermesinde ne resta pas à Rome (Id., Epist., 124, p. 408).

52 Id., Epist., 149, éd. cit., p. 547-554.

53 Lambert de Hersfeld, Annales, a. 1072, éd. cit. (voir n. 24), p. 162. – Sur l’appartenance de l’auteur au monachisme bénédictin traditionnel, cf. T. Struve, « Lampert von Hersfeld. Persönlichkeit und Weltbild eines Geschichtsschreibers am Beginn des Investiturstreits », dans Hessisches Jahrbuch für Landesgeschichte, 19, 1969, p. 1-123, et 20 (1970), p. 32-142 (p. 57-72 de la seconde partie) ; cf. aussi ibid. (seconde partie), p. 74-75, pour sa sympathie à l’égard de la piété et de l’ascèse.

54 Il y avait parmi eux Hugues de Cluny (voir supra, n. 24).

55 Lambert de Hersfeld, Annales, a. 1072, éd. cit., p. 160.

56 Pierre Damien, Epist., 104, éd. cit., p. 149.

57 Il s’agit d’Atto et de Thietmar : Pierre Diacre, De viris illustribus Casinensibus, 24, PL, 173, col. 1035 (Atto) ; Id., Ortus et vita iustorum cenobii Casinensis, 49, éd. R.H. Rodgers, Berkeley - Los Angeles - London, University of California Press, 1972 (Classical Studies, 10), p. 71-73 (Thietmar). Pour ce séjour et une visite plus courte, cf. en dernier lieu M. Black-Veldtrup, op. cit., p. 49-50, 337-340.

58 Parmi les œuvres du cassinien Pandolf, Pierre Diacre, De viris illustribus Casinensibus, 26, éd. cit., col. 1036, mentionne un De Agnete imperatrice.

59 Aimé du Mont-Cassin, Histoire des Normands (conservée seulement dans une traduction française faite autour de 1300), éd. V. De Bartholomaeis, Roma, Istituto storico italiano per il Medio Evo, 1935 (Fonti per la storia d’Italia, 76), p. 343-346. Pour le contexte, cf. U. Schwartz, Amalfi im frühen Mittelalter (9.-11. Jahrhundert). Untersuchungen zur Amalfitaner Überlieferung, Tübingen, Niemeyer, 1978 (Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom, 49), p. 56-58.

60 Chronica monasterii Casinensis, III, 31, éd. H. Hoffmann, Hannover, Hahnsche Buchhandlung, 1980 (MGH, Scriptores, XXXIV), p. 402-403.

61 W. Wattenbach, R. Holtzmann et F.-J. Schmale, Deutschlands Geschichtsquellen im Mittelalter. Die Zeit der Sachsen und Salier, II, Köln-Graz, Böhlau, 1967, p. 514-521, et III, Köln-Wien, Böhlau, 1971, p. 157* ; F.-J. Schmale, « Berthold von Reichenau », dans Lexikon des Mittelalters, I, 10, 1980, col. 2036.

62 Berthold de Reichenau, Annales, a. 1077, éd. G.H. Pertz, MGH, Scriptores, V, Hannover, 1844, p. 303-304. Sur la tombe d’Agnès, cf. M. Black-Veldtrup, op. cit., p. 342-345. L’inscription, aujourd’hui disparue, évoquait son animant bonis operibus facundam et s’achevait ainsi : Et hic ubi antea imperaverat, Clavigero caeli, pro cujus amore ibidem peregrinata fuerat,... expectans spem beatae resurrectionis, et adventum gloriae magni Dei, membra carnis commendavit in pace (ibid., p. 343).

63 Pierre Damien, Epist., 144, éd-cit., p. 526-527.

64 G. Fornasari, « Prospettive del pensiero politico di S. Pier Damiani », dans Fonte Avellana nella società dei secoli XI et XII. Atti del II Convegno del Centro di studi Avellaniti (1978), Fonte Avellana, 1979, p. 103-156 (p. 117-121, 141-144) ; M. Grandjean, op. cit., p. 58, 104-108.

65 Grégoire VII, Epist., 28 (= Registrum, I, 85), éd. cit. (voir n. 29), p. 92-94.

66 Vita Anselmi episcopi Lucensis, 19, éd. R. Wilmans, MGH, Scriptores, XII, Hannover, 1856, p. 19. Sur cette œuvre, cf. en dernier lieu E. Pàsztor, « La « Vita » anonima di Anselmo di Lucca. Una rilettura », dans C. Violante éd., Sant’ Anselmo vescovo di Lucca (1073-1086) nel quadro delle trasformazioni sociali e della riforma ecclesiastica, Roma, Istituto storico italiano per il Medio Evo, 1992 (Nuovi studi storici, 13), p. 207-222. – Le caractère polémique du passage invite à ne pas lui accorder le crédit que lui reconnaissent entre autres M.L. Bulst-Thiele, op. cit., p. 88 ; T. Struve, « Die Romreise... », loc. cit., p. 20-21 ; M. Black-Veldtrup, op. cit., p. 38.

67 Bonizon de Sutri, Liber ad amicum, 1. VI, éd. E. Dümmler, dans MGH. Libelli de lite, cit. (voir n. 32), I, p. 600. Sur l’auteur, cf. G. Miccoli, « Bonizone di Sutri », dans Dizionario biografico degli Italiani, 12, 1970, p. 246-259 ; W. Berschin, Bonizone di Sutri. La vita e le opere, trad. A. Tabarroni, Spoleto, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 1992 (Medioevo. Traduzioni), p. 1-151 (quelques modifications et corrections par rapport à l’éd. allemande Berlin, 1972). En raison du caractère fort tendancieux de l’œuvre de Bonizon, j’hésiterais à accepter ce témoignage comme on le fait d’ordinaire (cf. en dernier lieu M. Black-Veldtrup, op. cit., p. 50, 97, 379-380).

68 Donizon, Vita Mathildis, I, v. 1163-1165, éd. L. Bethmann, dans MGH, Scriptores, XII, Hannover, 1856, p. 375. Sur l’auteur, cf. P. Golinelli, « Donizone », dans Dizionario biografico degli Italiani, 41, 1992, p. 200-203.

69 G. Severino, « La Vita Metrica di Anselmo da Lucca scritta da Rangerio. Ideologia e genere letterario », dans C. Violante éd., Sant’Anselmo..., op. cit., p. 223-271 (p. 249-250).

70 Rangerius de Lucques, Vita metrica Anselmi Lucensis episcopi, v. 2047-2186, éd. E. Sackur, G. Schwartz, B. Schmeidler, dans MGH, Scriptores, XXX, 2, Leipzig, 1934, p. 1200-1203. – Il est intéressant aussi de noter que Donizon, Vita Mathildis, I, v. 1230, éd. cit., p. 376, commence le bref récit de cette mission par l’observation suivante : Regis erat mater tune Romae subditapapae.

71 Supra, n. 32.

72 Paul de Bernried, Vita Gregorii VII, 59 (cf. aussi 58), éd. I.M. Watterich, Pontificum Romanorum qui fuerunt inde ab exeunte saeculo IX usque ad finem saeculi XIII Vitae ab aequalibus conscriptae, I, Leipzig, 1862, p. 506, cf. p. 505. Sur cette œuvre, cf. A. Fliche, La réforme grégorienne, t. II, Grégoire VII, Louvain-Paris, Champion, 1925 (Spicilegium sacrum Lovaniense, 9), p. 65-69 ; W. Wattenbach, R. Holtzmann et F.-J. Schmale, op. cit., t. III, p. 851-852. – Dans un contexte semblable, le chanoine Manégold de Lautenbach, entre 1080 et 1085, recourt à la figure d’Agnès de façon indirecte : il insiste sur le témoignage offert par Pierre Damien en faveur de Grégoire VII et souligne à ce propos, qu’Agnès se plaça sous le magistère de Pierre Damien, Manégold, Ad Geberhardum liber, 8, éd. K. Francke, dans MGH, Libelli de lite, op. cit., I, p. 326-327. Cf. sur ce passage quelque peu ambigu (puisque, selon une interprétation moins convaincante, Manégold parlerait du magistère de Grégoire VII, et non de Pierre Damien), S. Freund, Studien zur literarischen Wirksamkeit des Petrus Damiani, Hannover, Hahnsche Buchhandlung, 1995 (MGH, Studien und Texte, 13), p. 65 et n. 184.

73 Concilium Wormatiense. Episcoporum epistola Gregorio VII. missa, éd. L. Weiland, dans MGH, Constitutiones et acta publica imperatorum et regum, I, Hannover, 1893, p. 108.

74 Ibid.

75 Dans ce sens E. Goez, op. cit. (voir n. 27), p. 165,232.

76 Sigebert de Gembloux, Chronographia sive Chronica, a. 1076, dans MGH, Scriptores, VI, Hannover, 1844, p. 363.

Auteur

Université Libre de Bruxelles

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540