Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xe siècles)

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Régine Le Jean
, 
Alain Dierkens
, 
et al.

Les femmes, les arts et la culture en Occident dans le haut Moyen Âge

Rosamond Mckitterick

Texte intégral

  • 1 R. McKitterick, « Royal patronage of culture in the Frankish kingdoms under the Carolingians: motiv (...)

1La participation des femmes aux arts et à la culture du haut Moyen Âge est perceptible à travers ce qu’elles produisaient, ce qu’elles offraient, ce qu’elles recevaient et les entreprises qu’elles soutenaient. Ce sont ces quatre aspects que j’examinerai dans ma communication, même s’il est important de souligner que les exemples francs que j’utiliserai seront purement illustratifs, et non exhaustifs. En outre, le caractère limité et ambigu des témoignages du haut Moyen Âge qui subsistent aujourd’hui en matière de production, de don, de réception et de soutien d’œuvres d’art permettent très rarement d’une part d’associer des manuscrits, objets d’art, travaux d’érudition ou constructions à une personne précise (homme ou femme), d’autre part d’établir la nature exacte de la relation existant entre le producteur (artiste, artisan ou auteur) et son éventuel mécène1. Ainsi, nous manquons d’informations précises remontant à cette période ancienne sur toutes sortes de sujets, entre autres sur ce qu’un artiste ou un scribe, quel que fût son sexe, pouvait recevoir d’un mécène en retour de son travail, ou sur ce qu’un bienfaiteur attendait d’un protégé. De telles carences dans les sources font qu’il est également difficile de déterminer s’il existe une quelconque différence entre les nombreuses formes revêtues par l’activité culturelle des femmes et celles que revêtait l’activité culturelle des hommes.

La production

  • 2 M. Budny et D. Tweddle, « The Maaseik embroideries », dans Anglo-Saxon England, no 13, 1989, p. 65- (...)
  • 3 J.-P. Laporte et R. Boyer, Trésors de Chelles : Sépultures et reliques de la reine Bathilde (+ vers (...)
  • 4 Pour le don de l’impératrice Judith à une princesse danoise, voir Ermold Le Noir, éd. E. Faral, Poè (...)

2Si l’on considère tout d’abord la production, il est clair que la broderie fine, la couture et le tissage étaient des activités particulièrement reconnues chez les femmes du haut Moyen Âge. Les rares fragments précieux de travaux de ce type que nous avons conservés et qui étaient destinés à l’ornement des vêtements sacerdotaux, comme la casula brodée de Maaseik2, ou la casula de Balthild3, sont désormais et à juste titre considérés comme des œuvres d’art ; et on fait ici et là référence dans les récits de l’époque à des présents diplomatiques prenant la forme de vêtements brodés ou tissés par les reines elles-mêmes4. En revanche, il est fort possible que des techniques telles que la sculpture de l’ivoire, le travail des métaux (or ou argent), l’émaillage, la sculpture sur bois, la taille des pierres précieuses et le soufflage du verre, aient été réservées aux hommes. Quant aux autres travaux, les différences liées au sexe sont plus difficiles à établir, et l’on serait sans doute malavisé de tenter de le faire.

  • 5 R. McKitterick, « Nuns’ scriptoria in England and Francia in the eighth century », Francia no 19/1, (...)
  • 6 E. A. Lowe, Codices Latini Antiquiores, 11 vols + Supplément, Oxford, Clarendon Press, 1935-1971, I (...)
  • 7 Ibid., vol. I, no 105, p. 30-31. Voir les illustrations dans J. Hubert, J. Porcher et W. Volbach, E (...)
  • 8 E. A. Lowe, Codices Latini Antiquiores, II, no 238, p. 34-35.
  • 9 Ibid., VI, p. xviii et no 766, p. 18-19. B. Bischoff, « Panorama der handschriftenüberlieferung aus (...)
  • 10 H. A. Lowe, Codices Latini Antiquiores, V, no 630, p. 32-33. Voir l’illustration dans J. Hubert, J.(...)

3Dans le domaine de la production des livres, par exemple, le travail des femmes comme scribes et décoratrices de manuscrits est indifférenciable de celui de leurs collègues masculins, tant sur le plan de la compétence technique que des facultés intellectuelles. Le travail des religieuses de Jouarre et de Chelles au huitième et au début du neuvième siècle, par exemple, inclut d’excellentes copies parfaitement maîtrisées des principaux ouvrages patristiques et livres de liturgie en usage dans les royaumes francs5. Elles sont écrites et décorées dans la plus pure tradition des royaumes francs de l’époque. Des exemples datant du début du huitième siècle sont fournis par la copie du De trinitate d’Augustin, écrite en onciale franque du huitième siècle (Oxford, Bodleian Library Laud. misc. 126)6, par une copie du sacramentaire Gélasien (Rome, Bibliotheca Apostolica Vaticana reg. lat. 316) ornée de majuscules d’une fantaisie exubérante7, et par un Évangéliaire (Oxford, Bodleian Library Douce 176)8. Ce sont également des femmes scribes qui ont produit des livres provenant de Laon et rédigés dans ce qu’on appelle l’écriture a-z, où un style calligraphique caractéristique, comme celui de la copie du De natura rerum d’Isidore de Séville de Laon (Bibliothèque Municipale 423)9, est combiné à des majuscules décoratives de couleur vive que l’on trouve dans des livres comme le Quaestiones in Heptateuchum d’Augustin (Paris, Bibliothèque Nationale lat. 12 168)10.

  • 11 R. McKitterick, « Continuity and innovation in tenth-century Ottonian culture, » dans L. Smith et B (...)
  • 12 Illustration dans L. Grodecki, F. Mütherich, J. Taralon, F. Wormald, Le siècle de l’an mil, Paris, (...)
  • 13 Illustration dans Ibid., p. 153.
  • 14 B. Bischoff, « Literarisches und künstlerisches Leben in St Emmeram (Regensburg) wâhrend des frühen (...)

4Dans d’autres centres des royaumes carolingien et ottonien des neuvième et dixième siècles, il est même possible que des manuscrits possédés par des communautés particulières de religieuses, ou associés à ces communautés, aient été produits par elles-mêmes11. C’est peut-être le cas, par exemple, des Évangiles dits de Hitda, où l’abbesse Hitda de Meschède est représentée en train d’offrir le livre au saint patron de son couvent (Darmstadt Hessische Landes - und Hochschulbibliothek ms 1640 fol. 6r)12, et qui sont également enrichis d’illustrations tirées de scènes de la vie du Christ, comme la fameuse représentation du Christ sur la mer de Galilée (Darmstadt, Hessische Landes — und Hochschulbibliothek ms 1640 fol. 117r)13, et du manuscrit d’Uta provenant de Niedermünster, qui contient également une petite miniature de l’abbesse Uta (Munich, Bayerische Staatsbibliothek Clm 13 601, fol. 4r)14.

  • 15 R. McKitterick, « Nuns’ scriptoria », et B. Bischoff, « Die Kölner Nonnenhandschriften und das Skri (...)

5Les religieuses d’un certain nombre de centres dans l’ensemble des royaumes francs aux huitième, neuvième et dixième siècles copiaient des textes non seulement pour leurs propres dévotions, pour les lectures du Carême et pour leur instruction, mais aussi pour un usage pratique dans les églises des diocèses auxquels elles appartenaient. Ainsi, les religieuses vivant dans la constellation des couvents de la Seine au huitième siècle produisirent des ouvrages pour les évêques de Paris et de Meaux ; et les religieuses de Chelles écrivirent à la fin du huitième et au début du neuvième siècle des livres pour l’archevêque de Cologne. C’était donc elles-mêmes qui, en quelque sorte, bénéficiaient d’un mécénat15.

  • 16 E.M.C. Van Houts, « Women and the writing of history in the early middle ages: the case of Abbess M (...)
  • 17 R McKitterick, « Women and literacy », et P. Dronke, Women writers of the middle ages, Cambridge, C (...)

6En ce qui concerne la composition de textes, il est tout aussi difficile de distinguer entre l’œuvre des hommes et celles des femmes, à moins de connaître le nom de l’auteur. Les ouvrages que l’on peut attribuer sans risque d’erreur à des femmes sont également complètement fidèles aux traditions intellectuelles de leur époque, car ils participent de genres majeurs tels que l’histoire16, l’hagiographie, la poésie et l’art épistolaire17. Dans l’exégèse biblique et la théologie, aucun traité original n’a été attribué à la plume d’une femme, même si, comme nous allons le voir, il y avait dans le royaume franc certaines femmes qui portaient un vif intérêt à de tels sujets.

  • 18 McKitterick, The Carolingians and the written word, Cambridge, Cambridge University Press 1989
  • 19 Dhuoda, Manuel pour mon fils, éd. P. Riché, Paris, Sources Chrétiennes 225, 1975.
  • 20 Hugeburc de Heidenheim, Hodoeporicon ou Vita Wilbaldi episcopi Eichstetensis et Wynnebaldi abbaus H (...)
  • 21 R. McKitterick, « Women and literacy », p. 32-36.

7Le débat sur la paternité (ou la maternité ?) littéraire soulève la question du degré d’alphabétisation et du niveau d’instruction des femmes à cette époque. J’ai développé ailleurs l’argument selon lequel la capacité d’écrire et de lire n’était pas la propriété exclusive d’une élite cléricale masculine, même s’il était probablement concentré, mais pas exclusivement, dans les couches sociales les plus élevées de la société18. Il existe également un nombre considérable de témoignages indiquant que les femmes pouvaient contribuer de façon remarquable à la vie religieuse et intellectuelle de leurs communautés et de leurs diocèses, aussi bien que stimuler la diffusion du savoir dans le monde laïc. Lorsque les femmes peuvent être identifiées comme auteurs, comme dans le manuel que Dhuoda, femme de Bernard de Septimanie, écrivit pour son fils Guillaume19, comme dans le Hodoeporicon de Hugeburc20, ou comme dans les nombreuses lettres qui existent encore, leur niveau d’éducation et leur maîtrise du latin sont semblables à ceux de leurs collègues masculins21.

Le don

  • 22 E.A. Lowe, Codices latini antiquiores, III, no 1197, p. 48-49 ; L.E. von Padberg et H.-W. Stork, De (...)

8De plus, il existe de nombreux exemples de livres et d’objets d’art qui, bien que ne résultant pas du travail de femmes, furent donnés par elles à des institutions particulières. À cet égard également, il se peut que les relations exprimées par de tels dons soient les mêmes que pour les hommes. Un manuscrit contenant les Synonyma d’Isidore de Séville (Fulda Stiftsbibliothek Codex Bonifatianus 2) fut rédigé sur ordre d’une femme laïque possédant une richesse et une éducation certaines à la fin du septième ou au début du huitième siècle. On associe ce manuscrit au saint missionnaire anglo-saxon Boniface, à qui il se peut qu’elle l’ait donné22.

  • 23 L. Nees, The Gundohinus Gospels, Cambridge, Mass., Medieval Academy Books 95, 1987.

9D’après la mention qui en est faite dans le manuscrit (fol. 186), les Évangiles de Gundohinus (Autun, Bibliothèque municipale, ms 4), furent commandes au scribe Gundohinus entre 754 et 757 et rédigés à la demande de Fausta, une femme moyennement riche, et du moine Fuculph. Mais on manque d’arguments pour savoir si ce livre était destiné à l’usage personnel de Fausta, peut-être pour une chapelle privée, ou à quelque autre membre de sa maisonnée23.

  • 24 A. von Euw, Vor dem Jahr 1000. Abendländische Buchkunst zur Zeit der Kaiserin Theophanu, Cologne, 1 (...)

10Il arrivait que les membres de la noblesse dotent leurs églises de livres liturgiques de grande valeur. Par exemple, le comte Théodoric II de Hollande et sa femme Hildegarde (parents de l’archevêque Egbert de Trêves, 977-999) donnèrent au monastère d’Egmond un très bel Évangiliaire (La Haye, Koninklijke Bibliotheek, ms 76 Fl)24. Mais, dans ce cas, le livre donné n’a pas été créé pour la circonstance ; il s’agit en effet d’un livre beaucoup plus ancien, produit à Reims dans le troisième quart du neuvième siècle, mais auquel un bifolium, commandé à un artiste gantois vers 975, a été ajouté en marque de générosité et de piété, contenant d’une part un portrait des deux donateurs déposant leur don sur l’autel, d’autre part une illustration représentant Saint Adalbert intercédant auprès du Christ en leur faveur.

  • 25 E.A. Lowe, Codices latini antiquiores, no 681, p. 46-47 et W. Koehler, Die Karolingische Miniaturen(...)
  • 26 R. McKitterick, « Royal patronage of culture ».

11Les membres de la famille royale firent également don de livres et d’objets d’art. La reine Hildegarde, par exemple, commanda avec son mari Charlemagne un Lectionnaire au scribe Godescalc (Paris BN n.a. lat. 1203)25. En outre, ce Lectionnaire était le produit de l’effort fait à la cour pour réformer le texte des Évangiles et distribuer des textes approuvés par l’autorité royale dans des centres bien spécifique du royaume26.

  • 27 R. McKltterick, « Carolingian book production : some problems », dans The Library, Sixth series, no(...)
  • 28 J. Deshusses, « Chronologie des grands sacramentaires de Saint-Amand », dans Revue Bénédictine, no (...)
  • 29 C. Vogel, Medieval Liturgy. An introduction to the sources, Washington, D.C., The Pastoral Press, 1 (...)
  • 30 R. McKitterick, « Charles the Bald (832-877) and his library: the patronage of learning », dans The (...)

12Un autre don royal est celui du Sacramentaire de Glazier (New York Pierpont Morgan Library Glazier 57), rédigé aux alentours de 860 en minuscule Caroline fine et élégante dans le style parachevé caractéristique du monastère de St-Amand27. Des majuscules romaines rustiques divisent le texte en sections, et le premier mot de chaque prière commence par une majuscule agrandie et carrée. Beaucoup de pages possèdent des bordures décoratives très travaillées. Ce missel contenait une version amendée du Sacramentaire grégorien fondée sur l’Hadria-num, le livre de messe envoyé par le pape à Charlemagne à la fin du huitième siècle. Il comprenait la préface Hucusque rédigée par Benoît d’Aniane et le Supplément que Benoît avait préparé pour compléter l’Hadrianum, ainsi que quelques-unes des messes votives d’Alcuin28. Vogel considère cet ouvrage comme point de départ de la production d’une série de missels révisés produits à Saint-Amand entre 860 et 88029. Tous les exemplaires connus de ces livres de messe ont apparemment été commandés à Saint-Amand par des évêques ou des abbés différents, car chaque texte a été adapté de façon à prendre en compte les observances liturgiques et les cultes des saints locaux : de ce groupe ont subsisté des ouvrages préparés pour les évêchés de Reims, du Mans, de Sens et de Tournai, et pour les abbayes de St-Denis et de Saint-Germain-des-Prés. Le Sacramentaire de Glazier fait toutefois figure d’exception dans la mesure où il a été donné au couvent de religieuses de Chelles et peut-être commandé à cet effet par la reine Ermintrude, épouse de Charles le Chauve et abbesse de ce couvent royal, car c’est son nom qui apparaît dans la litanie. On voit donc là un lien possible entre la reine et la distribution d’un texte de la messe réformé et rédigé dans le scriptorium monastique de Saint-Amand. De plus, le monastère de Saint-Amand a beaucoup bénéficié dans les années suivantes du mécénat de son mari, Charles le Chauve, roi de Francie occidentale30.

  • 31 Notker Balbulus, Gesta Karoli, I, 4, éd. R. Rau, Quellen zur karolingische Reichsgeschichte 3, Darm (...)
  • 32 Ardo, Vita Benedicti Anianensis, c. l, éd. G. Waitz, MGH Scriptores XV, 1 p. 261.
  • 33 R. McKitterick, « Nuns’ scriptoria ».
  • 34 E.A. Lowe, Codices latini antiquiores, I, no 101, 103, 92, p. 30-1, 26-7.
  • 35 J. L. Nelson, « Women at the court of Charlemagne: a case of monstrous regiment? », dans J.-C. Pars (...)

13Les deux exemples du lectionnaire de Godescalc et du Sacramentaire de Chelles suggèrent de façon tout à fait tentante l’implication de la reine, ne fût-ce que comme protectrice distante et riche, dans la production d’exemplaires érudits et amendés d’ouvrages liturgiques. Cette suggestion trouve un renfort dans le fait qu’on trouve ici et là la trace des cercles érudits qui entouraient les reines franques. Les érudits de la reine Hildegarde sont mentionnés en passant par Notker le Bègue dans ses Gesta Karoli31. Dans le récit fait par Ardo de la carrière du grand moine réformateur carolingien Benoît d’Aniane, la formation du jeune saint est décrite comme s’étant déroulée dans le cercle des érudits entourant la reine Bertrade à la cour royale du roi Pépin III32. Les informations sur ce cercle d’érudits sont évasives, mais deux informations convergentes sont d’une importance capitale. Tout d’abord, Benoît d’Aniane, comme nous l’avons vu, révisa le Sacramentaire Hadrianum, et le fit sur la base d’une connaissance approfondie de la liturgie jusqu’alors en usage dans les royaumes francs. Deuxièmement, il existe un groupe de Sacramentaires datés du milieu du huitième siècle et produits au sein de la constellation des scriptoria de religieuses situés dans le bassin de la Seine, y compris Chelles33. Cette production d’ouvrages liturgiques est étroitement liée à la cour royale. C’est Pépin, et peut-être Bertrade, de concert avec Chrodegang, évêque de Metz, qui promurent au milieu du huitième siècle ce qu’on appelle la liturgie romaine. Pour trois des ouvrages liturgiques produits à cette époque, à savoir un Psautier double (Rome, Biblioteca apostolica vaticana, reg. lat. 11) et deux livres de messe (Rome, Bibliotheca apostolica vaticana, reg. lat. 257 et pal. lat. 493)34, des liens ont été établis avec la cour royale à la suite d’une analyse minutieuse de leur contenu en relation avec les ouvrages plus tardifs provenant sans aucun doute possible de la cour. Il est fort probable que les rôles de Bertrade et de Chelles aient été plus importants dans la production de ces ouvrages qu’on ne le considère généralement aujourd’hui. De plus, Chelles même servit d’apanage pour les femmes de la maison royale carolingienne pendant la majeure partie des huitième et neuvième siècles ; ainsi voit-on Gisèle et Rotrude, respectivement sœur et fille de Charlemagne, y remplir plusieurs mandats en tant qu’abbesses, tout comme la reine Ermintrude, dans les décennies qui suivirent35.

14Ceux et celles qui faisaient don d’ouvrages apportaient également leur soutien à leur production et aux érudits qui rédigeaient les textes contenus dans ces livres. Dans certains cas, on peut même établir la distinction entre l’encouragement massif d’un nouveau savoir et la promotion par quelques femmes franques des réformes religieuses.

La réception

15On trouve la preuve de l’encouragement donné à la production des œuvres érudites par les femmes franques dans les traités qui leur sont dédiés, et dont certains, sans doute exagérément flatteurs, contiennent des lettres dédicatoires louant l’érudition de leur destinataire.

  • 36 Prudentius de Troyes, dans Migne, Patrologia Latina 115, col 1449-1459.
  • 37 H. Stevenson, Codices palatini latini bibliothecae vaticanae, Rome, 1886, p. 2 n. 14 : Richerii [si (...)
  • 38 Hraban Maur, Épître dédicatoire, éd. E. Dümmler, MGH Poetae 2, p. 165-166 et MGH Epistolae 5, p. 42 (...)
  • 39 Alcuin, Epitres 195, 214, éd. E. Dümmler, MGH Epistolae IV, Karolini Aevi II, Berlin 1895.

16Prudentius, évêque de Troyes, écrivit une brève introduction à la Bible pour une femme noble anonyme36 et Ratelm composa un commentaire sur le Psautier pour la comtesse Hoda37. Hraban Maur dédia son commentaire sur le livre des Maccabés à l’impératrice Judith, et une copie de ce livre (Genève, Bibliothèque publique et universitaire 22, fol. 3v) inclut un portrait de Judith elle-même38. Plus tôt, Alcuin, abbé de Tours et érudit qui avait été précepteur du roi, dédia son commentaire sur l’Évangile selon St Jean à Gisèle et à Rotrude, respectivement sœur et fille de Charlemagne39 ; or les circonstances révèlent que ce sont Gisèle et Rotrud qui avaient elles-mêmes commandé ce commentaire. Il est possible que beaucoup d’autres destinataires de tels traités ou de tels outils d’étude et de dévotion privées en aient également fait la demande. Le commanditaire d’un travail pouvait dans une certaine mesure déterminer la longueur et la structure de l’exposé, ainsi que décider s’il fallait faire appel à des auteurs particuliers faisant autorité ou aborder des sujets bien précis, exactement de la même façon que le commanditaire d’un manuscrit enluminé pouvait certainement fixer l’importance et le nombre des illustrations et peut-être certains aspects de l’iconographie aussi bien que du contenu du texte. Ces dons faits à des femmes ne sont donc pas nécessairement les dons d’un mentor de rang supérieur à une humble élève, et il se peut que les femmes qui en étaient les destinataires aient eu un rôle plus actif, comme protectrices éduquées et intéressées, dans leur production et dans le soutien apporté aux érudits qui les rédigeaient. Considérons un peu plus en détail les implications de cette autre forme possible de mécénat.

Le mécénat

  • 40 Notker Balbulus, Gesta Karoli, c. 1, éd. Rau, p. 322.

17Le mécénat peut être compris comme le soutien et l’encouragement d’une personne par une autre personne qui se trouvait dans une position supérieure ou influente. Dans le contexte du haut Moyen Âge, cette relation pouvait impliquer la production d’ouvrages et de beaux objets d’art. Pourtant, l’exercice du mécénat en relation avec les arts et la culture dans les royaumes francs est particulièrement difficile à distinguer du mécénat offert à des individus qui se trouveraient au service de leur mécène à un titre ou à un autre. Un poète de cour pouvait également être notaire à la chancellerie royale, chapelain à la chapelle du palais, conseiller du roi, administrateur, comte, évêque ou abbé. Notker le Bègue nous donne une idée des complexités du mécénat d’art dans ses Gesta de Charlemagne : « Deux Irlandais proclamaient sur la place d’une ville qu’ils avaient de la sagesse à offrir à quiconque désirait en acquérir. Lorsque Charlemagne leur demanda ce qu’ils voulaient comme paiement, ils protestèrent que tout ce qu’ils voulaient, c’était un endroit où ils puissent enseigner et des esprits talentueux à former : en plus, bien sûr, de nourriture pour manger et de vêtements pour s’habiller, car sans cela leur mission ne pouvait être accomplie »40. Les Irlandais restèrent au début à la cour, mais par la suite Charlemagne en plaça un comme directeur d’une école de Francie et l’autre à la tête du monastère de St Augustin près de Padoue, de telle sorte que quiconque le souhaitait pouvait les y rejoindre et en recevoir de l’instruction.

  • 41 Ibid, c. 4, p. 326.
  • 42 Ermold le Noir, éd. E. Faral, Poème sur Louis le Pieux et épîtres au roi Pépin, Les Classiques de l (...)

18Dans cet exemple, le mécénat prit donc la forme de fourniture des moyens d’existence nécessaires et d’un travail. De temps à autre, la reine pouvait contribuer à la subsistance de ceux qu’elle favorisait. Notker cite également l’histoire de la reine Hildegarde qui alla trouver le roi pour solliciter un évêché pour l’un de ses propres ecclésiastiques41. Le mécénat ne prenait pas toujours une forme aussi substantielle, et il n’était pas nécessairement destiné à favoriser le développement intellectuel et les arts. En effet, il est clair que la protection et le soutien apportés à l’art et à la culture entraient dans le cadre d’un réseau social de relations et d’obligations plus vaste, tout comme les tentatives pour acquérir les faveurs politiques et sociales pouvaient souvent prendre la forme de livres, d’objets ou de poèmes luxueux par exemple, le poème épique à la gloire de l’Empereur Louis le Pieux fut rédigé par Ermold le Noir alors qu’il était en exil et afin de rentrer en grâce42.

  • 43 Eginhard, éd. K. Hampe, MGH Epistolae V, Aevi karolini III, Berlin, 1898-99, Ép. 13, p. 116-117 et (...)
  • 44 M. De Jong, « Power and humility in Carolingian society: the public penance of Louis the Pious », d (...)
  • 45 Par exemple, Eginhard, Ep. 15, éd. K. Hampe, p. 118.

19Un des érudits carolingiens les plus connus était Eginhard, auteur de la célèbre biographie de Charlemagne et apparemment impliqué dans la conception des plans du palais d’Aix-la-Chapelle. Parmi les lettres d’Eginhard, il y en a trois qui expriment son inquiétude de perdre les faveurs de l’impératrice Judith, et donc de l’empereur Louis. Quand Judith quitta Aix-la-Chapelle en 830, elle avait ordonné à Eginhard de la suivre jusqu’à son palais de Compiègne. Il se mit donc en route, et il lui fallut dix jours pour aller de Maastricht à Valenciennes. Eginhard demanda l’autorisation de se reposer à Saint-Vaast43. Les cyniques auraient pu voir dans ce moment de faiblesse d’Eginhard en 830, c’est-à-dire à un moment où Louis le Pieux avait été renversé par ses fils, une façon commode de ne pas se compromettre de façon trop évidente en faveur de l’empereur44. Une maladie et un retard pouvaient certainement être interprétés de façon soit négative soit positive selon qu’il s’agissait d’amis ou d’ennemis, mais les efforts sincères d’Eginhard pour effacer cette impression suggèrent vraiment qu’il accordait plus d’importance aux faveurs de l’impératrice et qu’il était donc resté constant dans sa loyauté envers Louis. Il est curieux que des lettres plus tardives du recueil précisent qu’Eginhard utilisait des intermédiaires quand il sollicitait les faveurs royales45. Peut-être Louis et Judith étaient-ils dans une telle situation qu’ils soupçonnaient leurs anciens amis d’être devenus des ennemis, et qu’ils ne comprenaient pas très bien les raisons du retard d’Eginhard. En ce qui nous concerne, cependant, il est crucial de noter qu’Eginhard se montrait affligé de n’avoir pas respecté les ordres de Judith, comme si les faveurs de l’impératrice lui importaient beaucoup et qu’on ne pouvait y renoncer sans tenter de les regagner.

  • 46 Loup de Ferrières, éd. L. Levillain, Loup de Ferrières, Correspondance, Les Classiques de l’histoir (...)
  • 47 Ibid., Ép. 11, p. 84.

20Les lettres de Loup de Ferrières indiquent également les faveurs que l’on pouvait recevoir grâce à l’intercession de Judith46. Dans une lettre adressée à un ami en 837, Loup envisageait les avantages qu’il aurait à être appelé au palais par la reine, qui avait une grande influence, et dont beaucoup de gens pensaient qu’elle pourrait lui conférer sans attendre quelque dignité, ce qui lui permettrait de disposer de plus de temps pour l’étude47.

  • 48 Par exemple, par Judith : T. Sickel, Regesten der Urkunden der ersten Karolinger 751-840, Vienne, W (...)

21Les dons d’un poste d’abbé ou d’une haute fonction ecclésiastique, ainsi que l’octroi de faveurs royales sous d’autres formes dont on ne peut plus trouver trace écrite, pouvaient par conséquent également servir des intérêts culturels en même temps qu’avoir des implications politiques et stratégiques. Un certain nombre de diplômes royaux, par exemple, font mention de l’intercession de la reine au profit de quelqu’un, pourquoi pas un encouragement ou une récompense en faveur d’un érudit bien précis48.

22La pratique du mécénat est aussi étroitement liée au rôle et aux attentes des femmes dans la Francia du haut Moyen Âge. Il va de soi que nous avons affaire à des individus riches et influents, mais il existe, comme nous l’avons vu, quelques indications montrant que certaines de ces femmes étaient instruites et bien informées, et s’intéressaient à des aspects très spécifiques de la conquête du savoir et de la culture. La correspondance entre Alcuin et la sœur et les filles de Charlemagne en offre un exemple caractéristique. Elle reflète ostensiblement la formation d’amitiés entre mentor et élèves et non nécessairement entre mécène et protégé. Il se peut toutefois que nous ayons affaire à une relation aux nuances complexes, dans laquelle le soutien matériel, l’adulation et les louanges sont accordés en retour de l’indépendance, de la sagesse et de conseils spirituels ou moraux. On observe un lien intime entre supériorité et dépendance.

  • 49 Alcuin, Ép. 154, éd. Dümmler, p. 249.
  • 50 Ibid, Ép. 84, 154, p. 127, 249.
  • 51 Ibid., Ép. 216, p. 359-360.
  • 52 Ibid, Ép. 195, p. 322-333.

23Alcuin répond à Gisèle qu’il est ravi de ce qu’elle lui écrit et réconforté par cette amitié sacrée, et qu’il est satisfait du travail qu’elle accomplit pour l’étude des textes ; il l’assure qu’il est heureux de l’aider dans la mesure de ses capacités. Fridugisus, un moine de Tours, est censé lui apporter son aide49. Il la remercie pour le don d’une croix, d’un manteau, d’un psautier et d’un missel50. Il envoie à Gisèle et à sa nièce des traités écrits par Bède dans un style simple avec une signification subtile que les deux femmes réclamaient. Il leur demande que les traités soient copiés et renvoyés aussi vite que possible51. En une autre occasion, il envoie un ouvrage rédigé dans un style concis à lire pour les dévotions et le réconfort. Il recommande particulièrement l’Évangile selon St Jean et ajoute qu’il aurait envoyé un commentaire sur l’Évangile tout entier s’il n’avait pas été occupé par la commande faite par le roi de la révision de l’Ancien et du Nouveau Testament. Il promet que lorsqu’il aura le temps de terminer cet ouvrage, il le leur dédiera52.

  • 53 Ibid., Ép. 213 et 214, p. 354-358.

24Alcuin tint sa promesse. Il écrit plus tard à Gisèle et à Rotrude que le livre est désormais terminé, qu’il a étudié tous les Pères de l’Église, et qu’il a reproduit ce qu’il a lu aussi fidèlement que sa mémoire le lui a permis53. Il a préfacé le commentaire avec d’une part la lettre par laquelle elles lui avaient demandé de l’écrire, d’autre part la lettre par laquelle il avait accédé à leur demande. Il ajoute qu’il avait souhaité écrire ce livre trente ans auparavant mais que sa plume n’avait pas bougé faute que quelqu’un ne la stimule.

  • 54 Ibid., Ép. 196, p. 324.
  • 55 J.N.D. Kelly, Jérôme. His life, writings and controverses, Londres, Duckworth, 1975, p. 91-103.
  • 56 Bischoff, « Die kölner Nonnenhandschriften », p. 21.
  • 57 Paris, Bibliothèque Nationale lat. 1, fol. 3v; illustration dans J. Hubert, J. Porcher et W. Volbac (...)

25Alcuin lui-même, donc, semble donner à Gisèle et à Rotrud le rôle de muses l’encourageant dans la poursuite de son œuvre d’érudition. Pourtant, sa gratitude pour leurs présents, sans compter la position confortable qu’il avait à Tours, indique qu’il tirait un grand avantage de son intimité avec la famille royale. C’est la lettre écrite par Rotrude et Gisèle54 - de surcroît dans un très bon latin et avec d’élégantes tournures de phrases - qui renforce de façon significative l’impression de la dette contractée par Alcuin à l’égard de ces deux femmes. Elles établissent un parallèle assez spirituel entre Alcuin et Jérôme, et se comparent aux amies de sexe féminin de Jérôme55. L’amitié entre Jérôme et Marcella, Paula et sa fille Eustochium était bien connue à l’époque carolingienne. Non seulement les préfaces adressées à telle ou telle d’entre elles étaient incluses dans la traduction des livres particuliers de la Bible, mais les recueils des lettres de Jérôme, incluant ses missives à Paula, Eustochium et Marcella, étaient disponibles dans la plupart des grandes bibliothèques, et ont même été copiés vers 800 par les nonnes de Chelles (Quedlinburg Gymnasialbibliothek 74)56. Cette amitié est aussi célébrée dans les scènes de la vie de Jérôme sélectionnées par les artistes tourangeaux de la Bible de Vivien, offerte à Charles le Chauve aux environs de 84657.

  • 58 P. Rousseau, « Learned women and the development of a Christian culture in late antiquity », dans S (...)
  • 59 Jérôme, Epistulae, XX1X.2, éd. I. Hilberg, Corpus scriptorum ecclesiasticorum latinorum, 54, F. Tem (...)

26Alcuin n’est pas moins dépendant du bon vouloir des filles et de la sœur de Charlemagne que Jérôme ne l’était financièrement et socialement de Marcella et de Paula. Une grande partie de l’esprit de la lettre de Gisèle et de Rotrude est en fait fondée sur le renversement des rôles. Alcuin n’est pas leur supérieur : ce sont elles qui lui demandent de travailler pour elles. Il est également clair que dans leur relation avec Alcuin, elles ne se considéraient pas comme des bénéficiaires de l’instruction relativement condescendante que l’on jugeait jusqu’alors comme le privilège naturel d’Alcuin. Ces femmes rencontraient Alcuin sur son propre terrain. Tout comme, en fait, les modèles qu’elles s’étaient choisies, Marcella, Paula et Eustochium, qui, comme Philip Rousseau l’a suggéré, ont accéléré le rythme de l’évolution culturelle en combinant la réflexion studieuse et un grand effort moral mis au service de la nouvelle religion58. Rousseau a souligné à quel point Jérôme était dépendant du statut social de ses amies femmes, particulièrement de Paula, pour obtenir ses entrées auprès de l’élite chrétienne de Rome. Il est clair que dans le milieu culturel de la fin de l’antiquité, on considérait qu’un certain degré d’érudition était naturel parmi les femmes cultivées. Les échanges entre Marcella et Jérôme, en particulier, montrent à quel point c’était elle qui donnait le ton. Jérôme se plaint que Marcella consacre son temps au travail d’érudition et qu’elle ne lui écrit jamais sauf (je cite) « pour me malmener et me forcer à lire les Écritures »59. Marcella incitait même Jérôme à lire des œuvres qu’elle avait lues, mais pas lui, en lui demandant son avis sur les arguments d’un auteur précis. Elle était assurément son mécène, mais il s’agissait d’une relation réciproque dans la mesure où Jérôme pouvait répondre avec ses propres conseils, la plupart, bien sûr, ayant trait à la vertu et à la chasteté religieuse. Pourtant, comme Rousseau l’a souligné, ces femmes vinrent à Jérôme avec des ressources bien en place et des exigences très claires. Elles s’étaient mises en route de leur propre chef et voulaient ses conseils sur la meilleure façon de poursuivre un chemin qu’elles avaient déjà choisi.

  • 60 M. Garrison, « Fictions of familiarity », dans Alcuin’s world through his letters and verse, Univer (...)

27De même, lorsqu’Alcuin écrit aux princesses royales carolingiennes à Chelles, leur statut social est tel qu’il permet à Alcuin d’avoir accès à l’élite sociale du pays. Les lettres qu’il leur adresse fournissent une estimation du degré d’érudition qu’il pouvait compter trouver parmi des femmes carolingiennes de bonne naissance. De plus, Gisèle et Rotrude avaient, comme Marcella et Paula, leurs modèles de femmes chrétiennes, déjà opté pour la vie religieuse et recherchaient activement l’érudition religieuse, et elles étudiaient les Écritures dans un lieu qui s’était révélé être un environnement intellectuel propice depuis le début du huitième siècle. C’est, comme nous l’avons vu, à Chelles et dans sa maison mère Jouarre, que nous trouvons les preuves les plus évidentes d’une production féminine de livres et de la contribution féminine à l’élaboration de textes complexes - dans l’ordre patristique et théologique - essentiels à l’éducation des autres lecteurs. Le statut singulier d’Alcuin provenait, comme Marry Garrison le souligne dans son livre à paraître60, de sa position d’intime de la famille royale, de son savoir et de ce que Charlemagne le tenait pour indispensable. Si, dans ses lettres à Charlemagne, Alcuin était forcé de reconnaître la véritable autorité du roi et sa propre dépendance à l’égard de son bon vouloir, il est clair que les relations qu’il avait avec sa sœur, sa femme et ses filles étaient déterminantes pour mériter ses bonnes grâces.

  • 61 Voir aussi M. Garrison, ibid., p. 245.

28Ainsi, lorsque l’on considère les femmes comme protectrices des arts et de la culture, il faut envisager une relation complexe qui s’exprime sous une forme apparemment rigide. Elle impliquait choix et préférence, attitude et conviction, foi et érudition. Une femme pouvait se servir de la position influente dont elle jouissait dans sa demeure pour rechercher ses propres intérêts. Ceux qui lui pourvoyaient un stimulus intellectuel, des conseils spirituels, ou qui étaient en mesure, sur son ordre, de lui fournir les livres qu’elle voulait, étaient également dépendants de son bon vouloir. Étant donné le statut social et la position politique de la sœur et de la fille de Charlemagne, ainsi que la propre position d’Alcuin, en dehors des structures officielles du pouvoir61 mais jouissant d’une énorme influence personnelle, il n’est guère surprenant que l’amitié entre Alcuin et ces femmes ait été d’un équilibre si délicat.

29Nous disposons d’un grand nombre de preuves d’un mécénat royal et masculin de production de livres, d’ateliers royaux, ou encore de comtes utilisant les scriptoria afin d’octroyer de riches présents. Les quelques exemples que nous avons de femmes, de reines, d’abbesses et de comtesses qui faisaient de même suffisent à montrer que, de ce point de vue - à savoir le mécénat comme munificence -, les femmes ne différaient pas des hommes. Cependant, dans la relation suggérée par les lettres d’Alcuin, nous tenons peut-être quelque chose de beaucoup plus important en ce qui concerne l’encouragement à l’acquisition du savoir.

  • 62 J’aimerais exprimer ma gratitude envers les organisateurs du colloque, Alain Dierkens, Jean-Marie S (...)

30On peut dire que, si les personnes de sexe féminin qui assuraient ou qui bénéficiaient d’un mécénat étaient en dehors des grandes structures du pouvoir, elles étaient en même temps capables d’avoir une influence énorme en raison de leur rang, de leur richesse, de leur érudition ou de leur caractère. Chacune à sa façon, elles contribuèrent par conséquent à l’épanouissement des arts et de la culture du haut Moyen Âge62.

Notes

1 R. McKitterick, « Royal patronage of culture in the Frankish kingdoms under the Carolingians: motives and consequences », dans Committenti e produzione artistico-letteraria nell’alto medioevo occidentale, Settimane di Studio del Centro Ilaliano di studi sull’alto medioevo XXXIX, Spolète, 1992, p. 93-129.

2 M. Budny et D. Tweddle, « The Maaseik embroideries », dans Anglo-Saxon England, no 13, 1989, p. 65-96 et M. Budny, « The Anglo-Saxon embroideries at Maaseik : their historical and art-historical context », dans Mededelingen\an de Koninklijke Akademie voor Wetenschappen, letteren en schone Kunsten van Belgie, no 45, 1984, p. 57-133 (avec illustrations en couleur).

3 J.-P. Laporte et R. Boyer, Trésors de Chelles : Sépultures et reliques de la reine Bathilde (+ vers 680) et de l’abbesse Bertille († vers 704). Catalogue de l’exposition organisée au Musée Alfred Bonno, Ville de Chelles, 1991.

4 Pour le don de l’impératrice Judith à une princesse danoise, voir Ermold Le Noir, éd. E. Faral, Poème sur Louis le Pieux et épîtres au roi Pépin. Les Classiques de l’histoire de France au Moyen Âge 14, Paris, Société d’édition « Les Belles Lettres », 1964, vv. 2266-2275, p. 172-4. Sur 1’opus muliebre voir L. Kuchenbuch, « Opus feminile : das Geschlechterverhältnis im Spiegel von Frauenarbeiten im früheren Mittelalter », dans H.-W. Goetz éd., Weibliche Lebensgestaltung im frühen Mittelalter, Cologne, Weimar et Vienne, Böhlau Verlag, 1991, p. 139-75 et H.-W. Goetz, Frauen im frühen Mittelalter, Cologne, Weimar et Vienne, Böhlau Verlag, 1995, p. 270-4.

5 R. McKitterick, « Nuns’ scriptoria in England and Francia in the eighth century », Francia no 19/1, 1992, p 1-35, réimprimé dans R. McKitterick, Books, scribes and learning in the Frankish kingdoms, sixth to ninth centuries, Aldershot, Variorum Collected Studies Series, 1994, chapitre VII.

6 E. A. Lowe, Codices Latini Antiquiores, 11 vols + Supplément, Oxford, Clarendon Press, 1935-1971, II, no 252, p. 36-37.

7 Ibid., vol. I, no 105, p. 30-31. Voir les illustrations dans J. Hubert, J. Porcher et W. Volbach, Europe in the dark ages, Londres, Thames and Hudson, 1969, p. 165, 180.

8 E. A. Lowe, Codices Latini Antiquiores, II, no 238, p. 34-35.

9 Ibid., VI, p. xviii et no 766, p. 18-19. B. Bischoff, « Panorama der handschriftenüberlieferung aus der Zeit Karl des Grossen », dans Karl der Grosse. Lebenswerk und Nachleben II Das Geistige Leben, Düsseldorf, Schwann Verlag, 1965, p. 233-54, à no 35; repr. B. Bischoff, Mittelalterliche Studien III, Stuttgart, Anton Hiersemann, 1981, p. 5-38; trad. anglaise M. Gorman dans B. Bischoff, Manuscripts and Libraries in the age of Charlemagne, Cambridge Studies in Palaeography and Codicology, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 20-55.

10 H. A. Lowe, Codices Latini Antiquiores, V, no 630, p. 32-33. Voir l’illustration dans J. Hubert, J. Porcher et W. Volbach, Europe in the dark ages, p. 179-181.

11 R. McKitterick, « Continuity and innovation in tenth-century Ottonian culture, » dans L. Smith et B. Ward, Intelleclual life in the middle ages. Essays presented to Margaret Gibson, Londres, Hambledon Press 1992, p. 15-24, réimpr. dans R. McKitterick, The Frankish Kings and Culture in the early middle ages, Aldershot, Variorum Collected Studies 1995, chapitre XII.

12 Illustration dans L. Grodecki, F. Mütherich, J. Taralon, F. Wormald, Le siècle de l’an mil, Paris, Gallimard, 1973, p. 87.

13 Illustration dans Ibid., p. 153.

14 B. Bischoff, « Literarisches und künstlerisches Leben in St Emmeram (Regensburg) wâhrend des frühen und hohen Mittelalters », dans B. Bischoff, Mittelalterliche Studien II, Stuttgart, Anton Hiersemann, 1967, p. 77-115. Voir aussi R. McKitterick, « Frauen und Schriftlichkeit im Frühmittelalter », dans H.-G. Goetz, Weibliche Lebensgestaltung im frühen Mittelalter R. McKitterick, « Women and literacy in the early middle ages », dans Books, scribes and learning in the Frankish Kingdoms, sixth to ninth centuries, Aldershot, Variorum Collected Studies, 1994, chapitre XIII.

15 R. McKitterick, « Nuns’ scriptoria », et B. Bischoff, « Die Kölner Nonnenhandschriften und das Skriptorium von Chelles », dans B. Bischoff, Mittelalterliche Studien I, Stuttgart, Anton Hiersemann, 1966, p. 16-34.

16 E.M.C. Van Houts, « Women and the writing of history in the early middle ages: the case of Abbess Matilda of Essen and Aethelweard », dans Early Medieval Europe, n° 1, 1992, p. 53-68 et J.L. Nelson, « Gender and genre in women historians of the early middle ages », dans J.-L. Nelson, The Frankish World 750-900, Londres, Hambledon Press, 1996, p. 183-198, reproduit en français dans J.­ P. Genet éd., L'historiographie médiévale en Europe, Paris, Éditions du CNRS, 1991, p. 149-63.

17 R McKitterick, « Women and literacy », et P. Dronke, Women writers of the middle ages, Cambridge, Cambridge University Press, 1984.

18 McKitterick, The Carolingians and the written word, Cambridge, Cambridge University Press 1989

19 Dhuoda, Manuel pour mon fils, éd. P. Riché, Paris, Sources Chrétiennes 225, 1975.

20 Hugeburc de Heidenheim, Hodoeporicon ou Vita Wilbaldi episcopi Eichstetensis et Wynnebaldi abbaus Heidenheimensis, MGH Scriptores XV.1, p. 86-117 et B. Bischoff, « Wer ist die Nonne von Heidenheim ? », dans Studien und Mitteilungen zur Geschichte des Benediktinerordens, no 49, 1931, p. 387-97 et Dronke, Women Writers, p. 33-35.

21 R. McKitterick, « Women and literacy », p. 32-36.

22 E.A. Lowe, Codices latini antiquiores, III, no 1197, p. 48-49 ; L.E. von Padberg et H.-W. Stork, Der Ragyndrudis-Codex des Hl. Bonifatius, Fulda, Bonifatius Druck-Buch-Verlag, Paderborn et Verlag Parzeller, Fulda, 1994.

23 L. Nees, The Gundohinus Gospels, Cambridge, Mass., Medieval Academy Books 95, 1987.

24 A. von Euw, Vor dem Jahr 1000. Abendländische Buchkunst zur Zeit der Kaiserin Theophanu, Cologne, 1991, p. 165-167, avec illustrations en couleur.

25 E.A. Lowe, Codices latini antiquiores, no 681, p. 46-47 et W. Koehler, Die Karolingische Miniaturen II, Berlin 1935, p. 22.

26 R. McKitterick, « Royal patronage of culture ».

27 R. McKltterick, « Carolingian book production : some problems », dans The Library, Sixth series, no 12, Londres, The Bibliograpahical Society, 1990, p. 1-33.

28 J. Deshusses, « Chronologie des grands sacramentaires de Saint-Amand », dans Revue Bénédictine, no 87, 1977, p. 230-237.

29 C. Vogel, Medieval Liturgy. An introduction to the sources, Washington, D.C., The Pastoral Press, 1988, p. 90-91. Traduction anglaise et édition révisée par W.G. Storey et N Rasmussen d’Introduction aux sources de l’histoire du culte chrétien au Moyen Âge, Spolète, Centra italiano di studi sull’alto medioevo, 1981.

30 R. McKitterick, « Charles the Bald (832-877) and his library: the patronage of learning », dans The English Historical Review no 95, 1980, p. 28-47, réimp. dans R. McKitterick, The Frankish kings and culture, chapitre V.

31 Notker Balbulus, Gesta Karoli, I, 4, éd. R. Rau, Quellen zur karolingische Reichsgeschichte 3, Darmstadt, Wissenschaltliche Buchgesellschaft, 1975, p. 326.

32 Ardo, Vita Benedicti Anianensis, c. l, éd. G. Waitz, MGH Scriptores XV, 1 p. 261.

33 R. McKitterick, « Nuns’ scriptoria ».

34 E.A. Lowe, Codices latini antiquiores, I, no 101, 103, 92, p. 30-1, 26-7.

35 J. L. Nelson, « Women at the court of Charlemagne: a case of monstrous regiment? », dans J.-C. Parsons éd., Medieval Queenship, New York, St Martin’s Press, 1993, p. 43-61; réimpr. dans J. L. Nelson, The Frankish World, p. 223-242.

36 Prudentius de Troyes, dans Migne, Patrologia Latina 115, col 1449-1459.

37 H. Stevenson, Codices palatini latini bibliothecae vaticanae, Rome, 1886, p. 2 n. 14 : Richerii [sic] et Ratelmi monachorum Adnotatio de psalteriis decantatis pro Hodane comitissa.

38 Hraban Maur, Épître dédicatoire, éd. E. Dümmler, MGH Poetae 2, p. 165-166 et MGH Epistolae 5, p. 420-2. Portrait dans un manuscrit de Reims du second quart du neuvième siècle : illustration dans E. Sears, « Louis the Pious as Miles Christi. The dedicatory image in Hrabanus Maurus’s De laudibus sanctae crucis », dans P. Godman et R. Collins éd., Charlemagne’s heir: new perspectives on the reign of Louis the Pious, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 605-628 et fïg. 54. Voir aussi E. Ward, « Caesar’s wife: the career of the empress Judith, 819-829 », dans ibid, p. 205-227.

39 Alcuin, Epitres 195, 214, éd. E. Dümmler, MGH Epistolae IV, Karolini Aevi II, Berlin 1895.

40 Notker Balbulus, Gesta Karoli, c. 1, éd. Rau, p. 322.

41 Ibid, c. 4, p. 326.

42 Ermold le Noir, éd. E. Faral, Poème sur Louis le Pieux et épîtres au roi Pépin, Les Classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, Paris, Société d’édition « Les belles Lettres », 1964, Dédicace, p. 2-4.

43 Eginhard, éd. K. Hampe, MGH Epistolae V, Aevi karolini III, Berlin, 1898-99, Ép. 13, p. 116-117 et Ép. 13, p. 117.

44 M. De Jong, « Power and humility in Carolingian society: the public penance of Louis the Pious », dans Early Medieval Europe, no 1, 1992, p. 29-52.

45 Par exemple, Eginhard, Ep. 15, éd. K. Hampe, p. 118.

46 Loup de Ferrières, éd. L. Levillain, Loup de Ferrières, Correspondance, Les Classiques de l’histoire de France 10, Paris, Société d’Édition « Les belles Lettres », 1964, Ép. 42, p. 176.

47 Ibid., Ép. 11, p. 84.

48 Par exemple, par Judith : T. Sickel, Regesten der Urkunden der ersten Karolinger 751-840, Vienne, Wiener Akademie, 1867, no 256, p. 161.

49 Alcuin, Ép. 154, éd. Dümmler, p. 249.

50 Ibid, Ép. 84, 154, p. 127, 249.

51 Ibid., Ép. 216, p. 359-360.

52 Ibid, Ép. 195, p. 322-333.

53 Ibid., Ép. 213 et 214, p. 354-358.

54 Ibid., Ép. 196, p. 324.

55 J.N.D. Kelly, Jérôme. His life, writings and controverses, Londres, Duckworth, 1975, p. 91-103.

56 Bischoff, « Die kölner Nonnenhandschriften », p. 21.

57 Paris, Bibliothèque Nationale lat. 1, fol. 3v; illustration dans J. Hubert, J. Porcher et W. Volbach, Carolingian Art, Londres, Thames and Hudson, 1970, p. 137. Voir aussi R. McKitterick, Women in the Ottonian church : an iconographic perspective, dans D. Wood éd., Women in the church, Studies in Church History no 27, Oxford, Basil Balckwell Publishers, 1990, p. 79-100 et réimpr. dans R. McKitterick, The Frankish Kings and culture in the early middle ages, Aldershot, Variorum Collected Studies, 1995, chapitre XI.

58 P. Rousseau, « Learned women and the development of a Christian culture in late antiquity », dans Symbolae Osloenses no 70, 1995, p. 116-47.

59 Jérôme, Epistulae, XX1X.2, éd. I. Hilberg, Corpus scriptorum ecclesiasticorum latinorum, 54, F. Tempsky et G. Freytag, Vienne et Leipzig, 1910, p. 232 : « Verum tute in tractatibus occuparis, nihil mihi scribis, nisi quod me torqueat et scripturas legere conpellat ». : cité P. Rousseau, « Learned women », p. 139.

60 M. Garrison, « Fictions of familiarity », dans Alcuin’s world through his letters and verse, University of Cambridge, unpublished Ph.D. dissertation, 1995, p. 140-246, esp. p. 234.

61 Voir aussi M. Garrison, ibid., p. 245.

62 J’aimerais exprimer ma gratitude envers les organisateurs du colloque, Alain Dierkens, Jean-Marie Sansterre, Stéphane Lebecq et Régine Le Jan, pour leur aimable invitation, et à Stéphanie Drouet pour la traduction française.

Auteur

Université de Cambridge

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540