Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xe siècles)

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Régine Le Jean
, 
Alain Dierkens
, 
et al.

Idéaux et préjugés : la femme dans l’imagination culturelle byzantine des Xe-XIe siècles

Rosemary Morris

Texte intégral

  • 1 Voir H. Maguire, Art and eloquence in Byzantium, Princeton, Princeton University Press, 1981, 148 p (...)
  • 2 Voir par ex., H. Maguire, Art and éloquence, p. 22-34, pour le massacre des Innocents ; p. 96-109, (...)

1Quand nous parlons de l’imagination, de quoi s’agit-il ? C’est la question critique pour cette discussion, et je propose d’y répondre par le double chemin de l’écrit et de l’image. Tous les deux sont effectivement des formes de description et d’expression bien connues des Byzantins cultivés de l’époque. En effet, une partie importante des recherches des historiens de l’art ces dernières années a permis de souligner les liens étroits entre les mots écrits et la représentation en images dans la culture de Byzance1. La rhétorique — autrement dit l’art de l’expression formelle et élégante, avec des conventions reconnues de forme et de contenu, expression qui pouvait être écrite ou orale — avait son parallèle dans les arts visuels de la période. Car l’artiste byzantin n’était pas libre de peindre à son gré le sujet de son choix : il se trouvait contraint par autant de conventions que son analogue littéraire. Il est même évident que la rhétorique dans ses formes écrites était très souvent liée à sa contrepartie en images : les descriptions rhétoriques du Massacre des Innocents, par exemple, ou bien des lamentations de la Vierge au pied de la Croix, sont reproduites par les artistes byzantins avec les mêmes détails fidèlement rendus2. De cette façon on voit la transformation de l’imagination littéraire en images visuelles. Et dans la même logique, il serait possible de comparer (et peut-être de contraster) l’imagination des femmes par la description qu’on en a en mots et en images visuelles. Les mots et les images étaient souvent entrelacés dans l’imagination byzantine ; et, là où ils s’entrelaçaient, ils risquaient de s’inspirer également.

  • 3 P. Magdalino, « Aspects of twelfth-century Byzantine Kaiserkritik », Speculum 518, 1983, p. 326-46, (...)

2Mais quand une image est évoquée en mots ou en illustrations, nous avons intérêt à nous demander dans quelle mesure il est permis de prendre cette image à la lettre. Toute représentation (même celle de la photographie de nos jours, qui semble si réaliste) est le produit d’une formation quelconque. Certes, dans les cas de ces descriptions littéraires que nous avons conservées de cette époque, il est évident que leurs auteurs ne voulaient pas nous léguer un portrait véritable ou réaliste. Leur intention était de dépeindre les qualités essentielles du sujet, bonnes ou mauvaises, et par cet expédient de communiquer leur admiration ou leur condamnation du personnage en question. À Byzance, le caractère n’était pas dépeint avec nuances : on était bon ou mauvais, blanc ou noir, en accord avec les conventions du panégyrique et de son opposé, le psogos (le blâme)3. Cette convention n’est nulle part plus vive que dans le traitement de la femme.

  • 4 Michel Psellos Chronographie ou histoire d’un siècle de Byzance (976-1077), éd. et trad. par E. Ren (...)
  • 5 Cité dans L. Garland, « The life and ideology of Byzantine women: a further note on conventions of (...)

3Comment étaient-elles, ces descriptions ? Je prendrai pour exemples les descriptions des femmes de l’aristocratie offertes par l’historien Michel Psellos (qui écrit vers le milieu du XIe siècle), et par Anne Comnène, dont l’Alexiade, qui date des premières années du XIIe, célèbre les exploits de son père, l’Empereur Alexis I Comnène4. Ils partageaient tous les deux la même vision du rôle et de la conduite de la femme, et il n’y a rien dans les écrits d’Anne Comnène pour suggérer une attitude plus floue. Aux yeux de Michel Psellos, comme à ceux d’Anne Comnène, le comportement féminin devrait indiquer, idéalement, une préférence pour la retenue, une nature peu expansive, et surtout une modestie dans tous ses rapports sociaux. La femme idéale aspirait au célibat — un trait qu’on admirait même chez ces femmes (et elles constituaient la large majorité de la population féminine) qui étaient destinées au mariage. Anne Comnène se comprenait dans cette catégorie : dans l’introduction de son testament, elle déclara que si elle s’était mariée, ce n’était que pour faire plaisir à ses parents5. Pour elle comme pour d’autres, le geste et le comportement étaient d’une très grande importance en contribuant à l’image littéraire de la femme vertueuse. Décrivant Anne Dalassène, la mère d’Alexis Comnène, elle s’exprime ainsi :

  • 6 Alexiade, LEIB, III.8, 3-4, t. I, p. 126.

« Elle connaissait si bien en effet la mesure de la réserve et de la gravité qu’elle ne montrait ni une retenue sauvage et brutale, ni un laisser-aller sans frein et excessif ; telle est, je pense, la définition de la bienséance : calculer la bonté et la dignité morale. Elle s’était portée par nature à la méditation »6

4De sa propre mère, Irène Doukaina, elle écrit, en parlant de sa modestie et de son désir exprimé de rester à la maison à lire des livres saints et à prier le Bon Dieu :

  • 7 Disciple et peut-être femme de Pythagore.
  • 8 Alexiade, LEIB, XII.3, 2-3, t. III, p. 60.

« Quand elle devait figurer en public comme basilissa dans une circonstance indispensable, elle était envahie par la pudeur, la rougeur aussitôt fleurissait ses joues ; comme la philosophe Théano7 avait un jour le coude nu, quelqu’un en riant lui dit « Le beau coude ». « Mais il n’est pas pour le public », répliqua-t-elle. La basilissa ma mère, l’image de la dignité, le temple de la sainteté, loin d’aimer montrer en public son coude ou ses yeux, ne voulait même pas faire entendre sa voix à des oreilles étrangères, tellement elle était un être admirable de pudeur »8.

  • 9 Alexiade, LEIB, XIII.3, 6, t. III, p. 62.
  • 10 Chronographie, éd. Renauld, VI.4, t. I, p. 121.
  • 11 Chronographie, loc. cit.
  • 12 Chronographie, éd. Renauld, VI.159, t. II, p. 49 ; cf. aussi, VI.64, t. I, p. 150 où l’on trouve la (...)
  • 13 Chronographie, éd. Renauld, VI.159, t. II, p. 49.

5Il est vrai qu’elle laissait de côté sa « pudeur naturelle » quand elle entrait en campagne avec son mari. Mais, même dans ces circonstances atténuantes, « elle ne se départissait pas de sa réserve habituelle, et par son regard, son silence sa manière d’être, elle restait impénétrable pour le plus grand nombre »9. Bien sûr cette description dépeint un idéal, mais un idéal très intéressant qui souligne des qualités et un comportement qu’Anne Comnène mit en évidence pour faire des compliments à sa mère : réserve et humilité personnelles ; modestie dans son comportement comme dans sa tenue ; dévouement à la fois à la prière et aux affaires du ménage ; surtout, peut-être, une certaine passivité. En contraste, Michel Psellos, plus tôt dans le même siècle, critiqua implicitement l’Impératrice Zoé pour avoir montré trop d’enthousiasme : « semblable... aux vagues de la mer, qui soulèvent le navire et le jettent de nouveau dans les profondeurs »10. Ni elle, ni sa sœur cadette Théodora, « dont l’esprit était égal à lui-même et, pour ainsi dire, émoussé d’un côté », comme dit Psellos, n’avait le tempérament apte pour gouverner l’Empire11. Et Psellos, dans un passage bien connu, décrit ainsi les activités de Zoé. « L’impératrice s’abstenait complètement des travaux de femme ; jamais, en effet, elle n’occupa ses mains au fuseau, jamais elle ne se mit à tisser ni ne s’appliqua à quelque autre ouvrage »12. Par contre, elle passait son temps à confectionner de nouveaux parfums et à préparer les onguents : « Composer et façonner les uns et transformer les autres »13. Psellos regardait cette activité avec un dédain qu’il cachait mal, car pour lui le rôle de la femme devait, même dans la sphère impériale, s’exprimer par une imagerie de vie domestique. Aujourd’hui, par contre, nous pourrions admettre d’être en quelque mesure intrigués — même si Zoé ne passerait guère pour une Marie Curie byzantine — par son goût pour la chimie et ses applications. Les perspectives s’en avèrent très différentes.

6La convention littéraire byzantine — même quand nous la trouvons exprimée par des écrivains femmes — avait une préférence pour la femme comme héroïne domestique, honorée dans son monde très limité et peu disposée à en sortir. Comme écrit Anne Comnène, au sujet de sa grand-mère, Anne Dalassène et en citant un chrysobulle de son père Alexis :

  • 14 Alexiade, LEIB, III.6, 2, t. I, p. 120.

« Il n’y a rien qui égale une mère tendre et aimante, il n’y a pas de rempart plus fort qu’elle quand un danger apparaît à l’horizon, quand un malheur quelconque est à redouter, car, si elle donne un conseil, son conseil est sûr ; si elle prie, ses prières seront un soutien et une protection invincibles »14.

  • 15 Voir J. Grosdidier de Matons, op. cit., p. 19.

7Le « conseil » envisagé ici est celui attribué par Psellos à sa propre mère, ou par Théodore le Stoudite à la sienne — un mot calme et prudent, une supplication à son mari, la possibilité d’influencer une décision plus que de la prendre elle-même15.

8Jusqu’à présent nous avons centré l’exposé sur les idéaux, mais pour les femmes on trouvait aussi des préjugés. Le général en retraite Kekaumenos, vers la fin du XIe siècle, exprime un préjugé de très vieille souche et essentiellement chrétien qui voit dans toutes les femmes des Èves latentes, capables comme elle de séduire, de faire tomber d’autres dans la tentation.

  • 16 Cité par J. Grosdidier de Matons, op. cit., p. 18.

« Garde-toi quand tu parles avec une femme, même si elle te paraît bien élevée, et ne deviens pas son familier ; car tu n’échapperas pas à ses filets. Tes yeux s’égareront, ton cœur chancellera, et tu ne seras plus maître de toi-même. Tu seras assailli de trois façons par le diable : par sa vue, par ses propos et par la nature. Car c’est un grand exploit que de la vaincre »16.

9Dans cette description, les mêmes qualités de retenue et de modestie sont affichées. La femme vertueuse s’assure que son regard est toujours baissé, son corps bien caché, et son comportement calme et préoccupé. Mais la malédiction d’Ève est la sienne pour toujours, et elle reste en dépit de tous ses efforts une source possible de péchés.

  • 17 C. Mango, éd. et trad., The Homilies of Photios, Patriarch of Constantinople, Cambridge, Mass., Har (...)

10La seule femme capable de sortir de son état et de vaincre la malédiction d’Ève était, bien évidemment, la Vierge. Honorée par son rôle de « Théotokos », comme la Mère de Dieu, elle occupa une position sublime parmi les femmes, sans souillure aucune, et dotée de toutes les qualités maternelles qui concernaient tellement Anne Comnène et Michel Psellos dans leurs écrits. C’est dans l’étude de la Vierge que nous avons une rare occasion de juxtaposer les imaginations littéraires et visuelles. La mosaïque de la Vierge et son Enfant (planche no 1) dans l’abside de Haghia Sophia à Constantinople qui fut inaugurée le Samedi Saint, 29 mars 867, fut décrite dans une homélie écrite par le Patriarche Photios pour fêter l’inauguration : « Donc même dans ses images la grâce de la Vierge nous fait plaisir, nous réconforte, nous donne de la force... Elle tourne affectueusement les yeux sur le Christ qu’elle a engendré dans l’amour du cœur »17.

  • 18 C. Mango, Homilies of Photios, Homélies VII, p. 142-143 (trad. AIF).
  • 19 A. Grabar et M. Manoussacas, L’illustration du manuscrit de Skylitzès de Madrid, Venise, 1979, (Bib (...)
  • 20 fol. 102a, voir A. Grabar et M. Manoussacas, pl. XIX = fig. 110.
  • 21 fol. 44v, A. Grabar et M. Manoussacas, pl. XI = fig. 38.
  • 22 Voir, par ex., la mosaïque dans la galerie sud d’Haghia Sophia, qui dépeint la Vierge et l’Enfant J (...)

11On retrouve ici les qualités si admirées de nos écrivains du XIe siècle : l’affection maternelle, la grâce, mais aussi le sens du calme et du repos, un détachement de l’activité du monde. Dans une homélie sur l’Annonciation, Photios décrit la Vierge « enchaîner la colère... avec sa pensée impassible... elle créa de son âme un autel saint à la soumission »18. Le calme, la modestie, l’impassibilité : tous ces éléments furent exprimés par les artistes de notre période par une série de conventions. Si l’on cherche plus loin, on passe au manuscrit illustré du chroniqueur Skylitzès, composé, on le présume, au XIIe siècle dans le sud de l’Italie, mais inspiré par des prototypes beaucoup plus vieux19. Ici on discerne deux exemples fort intéressants de femmes modestes. Le premier est le portrait de la veuve Danilis, une princesse slave qui habite la Grèce et qui rend visite à l’empereur vers la fin du IXe siècle. Elle est portée en litière, en tenue très correcte, la tête et les bras bien couverts. Dame riche, mais quand même vertueuse (planche no 2)20. Le deuxième exemple est le portrait de Sainte Théoktiste, qui enseigne aux filles de l’Empereur Théophile la véritable manière de vénérer les icônes (planche no 3)21. Les princesses sont habillées en tenue de cour. Il est vrai que les cheveux sont exposés (comme c’est le cas sur une mosaïque d’impératrice du XIIe siècle à Haghia Sophia)22, mais elles sont présentées comme des êtres calmes et imposants. Plus intéressant est le fait que la sainte est peinte avec des vêtements qui rappellent la représentation traditionnelle de la Vierge. Toutes les figures sont immobiles — leurs gestes formels et effectués sans trace de précipitation, même face à un objet si plein d’émotion qu’une icône du Christ.

  • 23 A. Cutler, The aristocratie psalters in Byzantium, Paris, Picard, 1984, (Bibliothèque des Cahiers A (...)

12Le calme et le sérieux sont aussi symptomatiques d’un autre groupe de femmes auquel il nous faut passer à présent. Un des aspects les plus frappants de la supposée « renaissance macédonienne » de la fin du IXe et début du Xe siècle est l’essor remarquable du classicisme sous toutes ses formes culturelles. Un exemple spectaculaire en est le fameux Psautier de Paris (BN gr. 139), qui abonde en allusions classiques, surtout peut-être dans la représentation des vertus comme la vérité (aletheia), la justice (dikaiosyne), la modération (sophrosyne), la sagesse (sophia), et la prophétie (prophetia). On y trouve également des personnifications païennes qu’on avait converties à des fins chrétiennes, telles que la nuit (nux), la mélodie (melodia), ou bien la mer (thalassa). Sur le folio 1v on voit David jouant de sa harpe, inspiré de Melodia ; le folio 419v montre les Israélites traversant la Mer Rouge, représentée par la dame avec une rame sur l’épaule qui est surveillée par la Nuit, jeune femme en écharpe parsemée d’étoiles qu’on retrouve sur le folio 435v, la prière d’Isaïe, où elle apparaît comme la partenaire non pas du Jour, mais du jeune enfant Aube. Comme l’a souligné Hugo Buchthal, avec son corps et visage bleus, elle a une ressemblance avec les Selène et Hekate des textes classiques (planches no 4, 5, 6)23.

  • 24 Voir Cutler pour le Parisinus BN. gr. 139, fig. 251. Cette scène est un des développements iconogra (...)
  • 25 Voir, par ex., les représentations (masculines) de la « Montagne de Bethléem » dans le Psautier de (...)

13On voit souvent les personnifications de la Sagesse et la Prophétie se tenir des deux côtés de David, avec lequel elles étaient, bien entendu, souvent associées. C’est une scène qu’on retrouve dans bien des psautiers, y compris le Psautier de Paris, fol. 7v (planche no 7)24. Toutes ces figures sont peintes comme femmes, mais nous devons nous poser la question critique : s’agit-il de véritables femmes, ou simplement des images féminines ? En effet, quoique ces figures soient passionnantes pour elles-mêmes, elles dépendent pour leur représentation du genre des mots dont elles dérivent. Il est peut-être significatif que la personnification du mot to oros (la montagne) est toujours masculine et forte, même si le mot lui-même est du neutre25. En l’occurrence, on ne devrait donc pas se laisser trop impressionner par le fait que les figures féminines sont, au niveau qu’on attendrait des Byzantins, habillées sans modestie, et qu’elles semblent s’associer librement avec des hommes ! Si problème il y a, nous devrions peut-être le passer aux philologues : pourquoi, en fin de compte, suppose-t-on qu’un si grand nombre de mots grecs pour les qualités, les vertus, et plus généralement les phénomènes abstraits sont au féminin ?

  • 26 Psautier de Paris, fol. 5v.
  • 27 Moscou Musée Historique, cod. 129, fol. 148v. Les miniatures du Psautier Khludov sont reproduites d (...)
  • 28 fol. 33r.
  • 29 fol. 84v.
  • 30 Je n’entrerai pas dans la controverse récemment lancée par N. Oikonomidès, qui estime que la couron (...)

14Mais dans ce même Psautier de Paris, il y a des portraits de femmes — véritables — en même temps que des formes plus abstraites du féminin. Les filles d’Israël dansant devant David ne sont pas des personnifications classiques (planche no 8)26. Ni Myriam non plus, cette Myriam qui danse une sortie de flamenco pour fêter la traversée réussie de la Mer Rouge dans le Psautier Khludov, qu’on peut dater de la fin du IXe siècle, (planche no 9)27. Ni les femmes peintes dans les scènes du même manuscrit représentant le Christ au puits avec la Samaritaine (planche no 10)28, ou le Christ au moment de sa rencontre avec la prostituée et la femme à l’écoulement de sang (planche no 11)29. Et que penser des jeunes danseuses qu’on voit gambader sur les émaux de la supposée couronne de Constantin Monomaque à Budapest (planche no 12)30 ? Quelle conclusion nous faut-il tirer de ces témoignages ?

  • 31 K. Weitzmann, « The classical in Byzantine art as a mode of individual expression », dans Byzantine (...)
  • 32 A. Grabar, « Le succès des arts orientaux à la cour byzantine sous les Macédoniens », dans Münchene (...)
  • 33 Voir no 29 et Planche no 10.

15Ces ouvrages nous offrent le spectacle de femmes dansantes, cheveux défaits et avec une gaieté mal déguisée, spectacle associé dans la pensée byzantine avec les actrices et les prostituées, qui se permettent une conduite qu’on regardait — s’il faut croire Anne Comnène et Psellos — comme immodeste et impudique. Leur posture est, bien entendu, des plus intéressantes. Il y a assez longtemps, Kurt Weitzmann avait suggéré que les artistes de la période macédonienne se servaient de prototypes classiques pour représenter le mouvement du corps ; la Myriam dansante et les filles d’Israël pourraient donc avoir leurs prototypes ailleurs, dans les Minades31. Et pour beaucoup d’érudits, les danseuses sur la couronne de Monomaque ont leurs origines dans l’art islamique, et surtout dans celui de la Perse32. Bien sûr, c’est un point sur lequel il n’y a pas d’accord universel, mais l’idée est séduisante que les Byzantins, à ces moments où le texte exigeait la peinture de quelque chose (comme la danse) qui, dans d’autres contextes, aurait été vu comme vulgaire et peu convenable pour une femme respectable, cherchaient ailleurs leur inspiration et empruntaient à d’autres traditions plus vieilles ou moins immédiates. En le faisant, ils illustraient ce qu’ils pensaient respectable par une représentation de l’opposé : bref, par des mouvements agités et la révélation de la forme féminine au lieu de la sérénité et la pudeur. Pour mieux expliquer ce point, revenons à l’image des deux femmes, la prostituée et la souffrante, qui s’approchent du Christ pour être bénies et guéries (planche no 11)33. La vertueuse, voilée et sereine, fait les gestes traditionnels de supplication et de prière. La prostituée, par contre, les cheveux déchaînés, se porte en avant et dans un geste impulsif lave les pieds du Seigneur. Le contraste entre leurs qualités ne pouvait guère être plus évident : la tranquillité, l’humilité, et la prière d’un côté ; le mouvement et l’impétuosité de l’autre.

  • 34 Je voudrais remercier mon mari, Alan Forrest (AIF), qui a aimablement traduit cet article de l’angl (...)

16Je me suis lancée dans cette communication en posant des questions sur la nature de l’imagination byzantine, et je dois terminer en suggérant qu’en fait, les écrivains et les artistes dont j’ai parlé en manquaient presque totalement — ou, plus exactement, en manquaient dans tout sens qui serait compréhensible à notre culture et à notre siècle. Pour nous, l’imagination implique une certaine originalité de pensée ; en revanche, pour les Byzantins, c’était la représentation d’après des critères connus et fixes. Quand ils avaient envie de représenter des gens, ils avaient donc tendance à les représenter comme types et non pas comme individus. Mais ils n’étaient pas les seuls à le faire ; reconnaissons que leurs analogues en Occident faisaient de même34.

Planche 1 : La Vierge et son Enfant dans l’abside de Haghia Sophia, Constantinople (9e s.)
[Photo. Robin Cormack]

Planche 1 : La Vierge et son Enfant dans l’abside de Haghia Sophia, Constantinople (9e s.)[Photo. Robin Cormack]

Planche 2 : La Veuve Danilis dans le manuscrit illustré de Skylitzès (Madrid, Bib. Nat., Vitr. 26-2, fol. 102a, 12e s.)
[Photo : Bibliothèque Nationale, Madrid]

Planche 2 : La Veuve Danilis dans le manuscrit illustré de Skylitzès (Madrid, Bib. Nat., Vitr. 26-2, fol. 102a, 12e s.)[Photo : Bibliothèque Nationale, Madrid]

Planche 3 : Sainte Théoktiste et les filles de l’empereur Théophile (Madrid, Bib. Nat., Vitr. 26-2, fol. 44v°)
[Photo : Bibliothèque Nationale, Madrid]

Planche 3 : Sainte Théoktiste et les filles de l’empereur Théophile (Madrid, Bib. Nat., Vitr. 26-2, fol. 44v°)[Photo : Bibliothèque Nationale, Madrid]

Planche 4 : David jouant de la harpe (Psautier de Paris, 10e s., Paris, BN, gr, 139, fol. 1v°)
[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris]

Planche 4 : David jouant de la harpe (Psautier de Paris, 10e s., Paris, BN, gr, 139, fol. 1v°)[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris]

Planche 5 : Les Israélites traversant la Mer Rouge (Paris, BN, gr. 139, fol. 419 v°)
[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris]

Planche 5 : Les Israélites traversant la Mer Rouge (Paris, BN, gr. 139, fol. 419 v°)[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris]

Planche 6 : La prière d’Isaïe (Paris, BN, gr. 139, fol. 435v°)
[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris]

Planche 6 : La prière d’Isaïe (Paris, BN, gr. 139, fol. 435v°)[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris]

Planche 7 : David avec les personnifications de la Sagesse et la Prophétie (Paris, BN, gr. 139, fol. 7 v°)
[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris]

Planche 7 : David avec les personnifications de la Sagesse et la Prophétie (Paris, BN, gr. 139, fol. 7 v°)[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris]

Planche 8 : Les filles d’Israël dansant devant David (Paris, BN, gr. 139, fol. 5v°)
[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris

Planche 8 : Les filles d’Israël dansant devant David (Paris, BN, gr. 139, fol. 5v°)[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris

Planche 9 : Myriam dansant devant les Israëlites (Psautier Khludov, 9e s., Moscou, GIM, 129, fol. 148 v°)
[Photo : Musée Historique de l’État, Moscou]

Planche 9 : Myriam dansant devant les Israëlites (Psautier Khludov, 9e s., Moscou, GIM, 129, fol. 148 v°)[Photo : Musée Historique de l’État, Moscou]

Planche 10 : Le Christ et la Samaritaine (Moscou, GIM, 129, fol. 33r°)
[Photo : Musée Historique de l’État, Moscou

Planche 10 : Le Christ et la Samaritaine (Moscou, GIM, 129, fol. 33r°)[Photo : Musée Historique de l’État, Moscou

Planche 11 : Le Christ avec la prostituée et la femme à l’écoulement de sang (Moscou, GIM, 19, fol. 84v°)
[Photo : Musée Historique de l’État, Moscou]

Planche 11 : Le Christ avec la prostituée et la femme à l’écoulement de sang (Moscou, GIM, 19, fol. 84v°)[Photo : Musée Historique de l’État, Moscou]

Planche 12 : Danseuse de la « couronne de Constantin Monomaque », 11e s.
[Photo : Musée d’État hongrois, Budapest]

Planche 12 : Danseuse de la « couronne de Constantin Monomaque », 11e s.[Photo : Musée d’État hongrois, Budapest]

Notes

1 Voir H. Maguire, Art and eloquence in Byzantium, Princeton, Princeton University Press, 1981, 148 p. (+ 72 p. planches).

2 Voir par ex., H. Maguire, Art and éloquence, p. 22-34, pour le massacre des Innocents ; p. 96-109, pour la lamentation de la Vierge au pied de la Croix.

3 P. Magdalino, « Aspects of twelfth-century Byzantine Kaiserkritik », Speculum 518, 1983, p. 326-46, traite de « l’image » de l’Empereur Manuel Comnène. À consulter aussi, P. Magdalino et R. Nelson, « The emperor in Byzantine art of the twelfth century », dans Byzantinische Forschungen 8, 1982, p. 123-88. Ces deux articles sont reproduits dans P. Magdalino, Tradition and transformation in medieval Byzantium, London, Variorum, 1992. Pour le panégyrique et le psogos byzantins, voir A. Kazhdan et al., Oxford Dictionary of Byzantium, New York/Oxford, Oxford University Press, t. I-III, 2232 p. (=ODB), s.v. enkomion, t. I, p. 700-701 ; invective, t. II, p. 1004-1005.

4 Michel Psellos Chronographie ou histoire d’un siècle de Byzance (976-1077), éd. et trad. par E. Renauld, Paris, Les Belles Lettres, 1926-1928, 2t. Anne Comnène Alexiade, éd. et trad. par B. Leib, Paris, Les Belles Lettres, 1939-1945, 3 t. ; Index, par P. Gautier, Paris, Les Belles Lettres, 1976. Pour Psellos comme écrivain, G. Weiss, Oströmische Beamte im Spiegel der Schriften des Michael Psellos, München, Institut für Byzantinistik und neugriechische Philologie der Universität, 1973, Miscellanea Byzantina Monacensia 16, 367 p. et A. Gadolin, A theory of history and society, Stockholm/Göteborg/Uppsala, Almqvist et Wiksell, (Acta Universitatis Stockholmiensis Stockholm Studies in History of Literature 11), 1970, 217 p., voir p. 130-143. Pour Anne Comnène, M. Mullett et D. Smythe dir., Alexios I Komnenos, Belfast, 1996, (Belfalst Byzantine Texts and Translations 4); 1. 437 p., voir, en particulier, B. Hill, « Alexios I and the imperial women », p. 37-54; et l’étude de G. Buckler, Anna Comnena. A study, London, Oxford University Press, 1929, 558 p.

5 Cité dans L. Garland, « The life and ideology of Byzantine women: a further note on conventions of behaviour and social reality as reflected in eleventh- and twelfth-century historical sources », dans Byzantion 58, 1988, p. 361-393, p. 368; cf. aussi, L. Garland, « The eye of the beholder: Byzantine imperial women and their public image from Zoe Porphyrogenita to Euphrosyne Kamaterissa Doukaina (1028-1203) », dans Byzantion 64, 1994, p. 19-39; 261-313.

6 Alexiade, LEIB, III.8, 3-4, t. I, p. 126.

7 Disciple et peut-être femme de Pythagore.

8 Alexiade, LEIB, XII.3, 2-3, t. III, p. 60.

9 Alexiade, LEIB, XIII.3, 6, t. III, p. 62.

10 Chronographie, éd. Renauld, VI.4, t. I, p. 121.

11 Chronographie, loc. cit.

12 Chronographie, éd. Renauld, VI.159, t. II, p. 49 ; cf. aussi, VI.64, t. I, p. 150 où l’on trouve la même idée citée dans des mots presque identiques. Le filage et le tissage sont considérés comme les activités les plus convenables pour les femmes : voir J. Grosdidier de Matons, « La femme dans l’empire byzantin », dans P. Grimal dir., Histoire mondiale de la femme, Paris, Nouvelle Librairie de France, 4 t., t. III, p. 11-43, p. 37. Georges Tornikios, dans son éloge funèbre pour Anne Komnène, raconte qu’« elle a échangé la quenouille et le fuseau pour l’érudition », remarque citée par Garland, op. cit., p. 378-379.

13 Chronographie, éd. Renauld, VI.159, t. II, p. 49.

14 Alexiade, LEIB, III.6, 2, t. I, p. 120.

15 Voir J. Grosdidier de Matons, op. cit., p. 19.

16 Cité par J. Grosdidier de Matons, op. cit., p. 18.

17 C. Mango, éd. et trad., The Homilies of Photios, Patriarch of Constantinople, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1958, (Dumbarton Oaks Studies 3), 327 p. Homélie XVII, p. 290 (trad. AIF). La représentation des femmes dans l’art byzantin est le sujet de I. Hutter, « Das Bild der Frau in der byzantinischen Kunst », dans W. Hörandner, J. Koder, O. Kresten, E. Trapp, Byzantios. Festschrift für Herbert Hunger zum 75. Geburtstag, Vienne, Ernst Beavar, 1984, p. 163-70 (+ 15 pl.).

18 C. Mango, Homilies of Photios, Homélies VII, p. 142-143 (trad. AIF).

19 A. Grabar et M. Manoussacas, L’illustration du manuscrit de Skylitzès de Madrid, Venise, 1979, (Bibliothèque de l’Institut Hellénique d’Études byzantines et post-byzantines 10), 210 p. (+ planches et figures). Le manuscrit est le Bibliotheca Nacional de Madrid, Vitr. 26-2.

20 fol. 102a, voir A. Grabar et M. Manoussacas, pl. XIX = fig. 110.

21 fol. 44v, A. Grabar et M. Manoussacas, pl. XI = fig. 38.

22 Voir, par ex., la mosaïque dans la galerie sud d’Haghia Sophia, qui dépeint la Vierge et l’Enfant Jésus, avec, des deux côtés, l’empereur Jean II Komnène et sa femme, l’impératrice Irène. Les longs cheveux d’Irène sont bien visibles sous sa couronne, voir T. Whittemore, The mosaics of Haghia Sophia at Istanbul. Third preliminary report. The imperial portraits of the South Gallery, Boston, Mass., Oxford University Press for The Byzantine Institute, 1942, 87 p. (+plan = xxxvii planches), pl. xx et pour Irène seule, pl. xxix. Voir aussi M. Emmanuel, « Some notes on the external appearance of ordinary women in Byzantium. Hairstyles, headdresses: Texts and iconography », dans Stephanos. Studia byzantina ac slavica Vladimiro Vavrinek ad annum sexagesimum quintum dedicata, = Byzantinoslavica, 56, 1995, 1-3, 3, p. 769-778.

23 A. Cutler, The aristocratie psalters in Byzantium, Paris, Picard, 1984, (Bibliothèque des Cahiers Archéologiques 13), 254 p. Voir aussi H. Buchthal, The miniatures of the Paris Psalter. A study in middle Byzantine painting, London, 1938, (Studies of the Warburg lnstitute 2), 84 p. (+ xxix planches). Pour les quatre vertus cardinales à Byzance : le courage (andreia), la justice (dikaiosyne), la prudence - dans le sens de la modération - (sophrosyne) et la prudence = bon sens (phronesis), et leurs additions la sagesse (sophia) et la bonté (praotes), ODB, n. 3, t. III, p. 2178. Sous l'influence monastique, la magnanimité (megalopsychia) a été remplacée par l'humilité (tapeinosis). Pour les personnifications, ODB, t. II, p. 1634 ; pour la personnification féminine de la mer (thalassa), ODB, t. III, p. 2030 ; cf. H. Buchthal, Miniatures of the Paris Psalter, p. 40.

24 Voir Cutler pour le Parisinus BN. gr. 139, fig. 251. Cette scène est un des développements iconographiques du Xe siècle : J. Meyendorff, « Wisdom-Sophia. Contrasting approaches to a complex theme », dans Durnbarton Oaks Papers 41, 1987, p. 391-401 et idem, « L'iconographie de la Sagesse Divine dans la tradition byzantine », dans Cahiers Archéologiques, 10, 1959, p. 259-77.

25 Voir, par ex., les représentations (masculines) de la « Montagne de Bethléem » dans le Psautier de Paris (fol. lv) et le Cod. Vat. gr. 381b (fol. lv) ; Cutler, Aristocratic psalters, figs. XX et 294.

26 Psautier de Paris, fol. 5v.

27 Moscou Musée Historique, cod. 129, fol. 148v. Les miniatures du Psautier Khludov sont reproduites dans M. V. Scepkina, Miniatury Khludovskoi Psaltiri, Moscou, Iskusstvo, 1977, 318 p. Pour une analyse récente de ce manuscrit important, voir K. Corrigan, Visual polemics in the ninth-century Byzantine psalter, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, 323 p.

28 fol. 33r.

29 fol. 84v.

30 Je n’entrerai pas dans la controverse récemment lancée par N. Oikonomidès, qui estime que la couronne n’a aucun intérêt à part celui engendré par un beau trucage. Pour une discussion de la couronne de Constantin Monomaque : K. Wessel, Byzantine enamels ; from the 5 th to the 13 th century, trans. I. R. Gibbons, Shannon, Irish University Press, 1969, 211 p : no 32, p. 96-104 (pl. 32d-e). Pour une des diverses reconstructions des plaques de la couronne, Z. Radar, « Quelques observations sur la reconstruction de la couronne de l’empereur Constantin Monomaque », dans Folia Archeologica 16, 1964, p. 113-124.

31 K. Weitzmann, « The classical in Byzantine art as a mode of individual expression », dans Byzantine art, an European art, Athens, XXX, 1966, p. 149-177 (p. 168).

32 A. Grabar, « Le succès des arts orientaux à la cour byzantine sous les Macédoniens », dans Münchener Jahrbuch der bildener Kunst, 2, 1951, p. 36-60.

33 Voir no 29 et Planche no 10.

34 Je voudrais remercier mon mari, Alan Forrest (AIF), qui a aimablement traduit cet article de l’anglais.

Table des illustrations

Titre Planche 1 : La Vierge et son Enfant dans l’abside de Haghia Sophia, Constantinople (9e s.)[Photo. Robin Cormack]
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1642/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Planche 2 : La Veuve Danilis dans le manuscrit illustré de Skylitzès (Madrid, Bib. Nat., Vitr. 26-2, fol. 102a, 12e s.)[Photo : Bibliothèque Nationale, Madrid]
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1642/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Planche 3 : Sainte Théoktiste et les filles de l’empereur Théophile (Madrid, Bib. Nat., Vitr. 26-2, fol. 44v°)[Photo : Bibliothèque Nationale, Madrid]
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1642/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Planche 4 : David jouant de la harpe (Psautier de Paris, 10e s., Paris, BN, gr, 139, fol. 1v°)[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris]
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1642/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Planche 5 : Les Israélites traversant la Mer Rouge (Paris, BN, gr. 139, fol. 419 v°)[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris]
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1642/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Planche 6 : La prière d’Isaïe (Paris, BN, gr. 139, fol. 435v°)[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris]
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1642/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Planche 7 : David avec les personnifications de la Sagesse et la Prophétie (Paris, BN, gr. 139, fol. 7 v°)[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris]
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1642/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Planche 8 : Les filles d’Israël dansant devant David (Paris, BN, gr. 139, fol. 5v°)[Photo : Bibliothèque Nationale, Paris
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1642/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Planche 9 : Myriam dansant devant les Israëlites (Psautier Khludov, 9e s., Moscou, GIM, 129, fol. 148 v°)[Photo : Musée Historique de l’État, Moscou]
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1642/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Planche 10 : Le Christ et la Samaritaine (Moscou, GIM, 129, fol. 33r°)[Photo : Musée Historique de l’État, Moscou
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1642/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Planche 11 : Le Christ avec la prostituée et la femme à l’écoulement de sang (Moscou, GIM, 19, fol. 84v°)[Photo : Musée Historique de l’État, Moscou]
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1642/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Planche 12 : Danseuse de la « couronne de Constantin Monomaque », 11e s.[Photo : Musée d’État hongrois, Budapest]
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1642/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

Auteur

Université de Manchester, UK

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540