Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xe siècles)

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Régine Le Jean
, 
Alain Dierkens
, 
et al.

Les reines carolingiennes1

Janet L. Nelson

Texte intégral

  • 1 Je veux exprimer ici mes remerciements chaleureux à Alain Dierkens, Stéphane Lebecq, Régine Le Jan, (...)
  • 2 Cf. pour une analyse extraordinairement subtile du contexte comparatif et général, P. Stafford, « Q (...)

1Les études récentes ont apporté beaucoup d’éléments nouveaux pour mon sujet2. Il me faut donc faire une sélection rigoureuse et je me limiterai à trois thèmes. J’examinerai d’abord le point de vue normatif pour dégager le type idéal de la reine ; puis j’envisagerai les reines en action, à travers les sources plus ou moins descriptives ; je tenterai enfin de dégager les ambiguïtés et les limites du pouvoir féminin, ou même de la souveraineté féminine.

  • 3 MGH Capit. I, éd. A. Boretius, Hannover, 1883, no 32, p. 83-91. Cf. ibid., Capit. no 146, De Discip (...)
  • 4 MGH Capit. I, no 32, c. 16, p. 84 : « de verbo nostro aut reginae [...] »
  • 5 Ibid., c. 47, p. 87 : « Ut venatores nostri et falconarii vel reliqui ministeriales, qui nobis in p (...)

2Je commence donc par quelques prescriptions ou textes normatifs. D’abord un capitulaire, c’est-à-dire un texte administratif, presque le seul à ma connaissance qui fasse mention de la reine. C’est le célèbre Capitulaire de Villis, où la reine n’apparaît pas moins de cinq fois3. Dans le seul chapitre seize, il y a quatre mentions : « Nous voulons (c’est Charlemagne qui parle, et avec le pluriel de majesté) que si nous ou la reine avons ordonné quelque chose à un régisseur (index), ou si un de nos ministres a ordonné de notre part ou de la part de la reine »4 [la reine a donc elle aussi son verbum, son pouvoir de donner verbalement des ordres] « et s’il y a quelqu’un qui traîne par négligence, qu’il soit obligé de demander pardon jusqu’au moment où il viendra en notre présence ou celle de la reine » [elle tient donc des séances où elle impose de rendre des comptes aux régisseurs et aux ministres royaux]. « Si un régisseur est parti pour faire le service militaire et si on adresse la demande à ses subordonnés (iuniores) et qu’ils refusent d’obéir, qu’ils soient punis soit sur le dos ou ailleurs, comme il semblera bon à nous ou à la reine » [elle a donc le pouvoir d’infliger des châtiments corporels]. De nouveau dans le chapitre 47 : « quant à nos chasseurs et nos fauconniers ou d’autres officiers quelconques qui nous servent dans le palais, qu’ils aient de bons conseils dans nos domaines, selon les ordres écrits par nous ou par la reine » [comme son mari, donc, elle fait usage de l’écrit]5. Rien d’étonnant à trouver la reine dans les chapitres concernant l’organisation de la maison, de la domus, voire des domaines, et de l’approvisionnement de la table du roi. On remarque que la reine a ses propres ministres.

  • 6 De Ordine Palatii, éd. T. Gross ET R. Schieffer, MGH Fontes iuris germanici, Hannover, 1980, p. 74. (...)
  • 7 Vita Sanctae Balthildis, éd B. Krusch, MGH SSRM II, Hannover, 1888, p. 475-508, surtout c. 4, p. 48 (...)
  • 8 P. Toubert, « La théorie du mariage chez les moralistes carolingiens », dans Il matrimonio nella so (...)

3Deuxième texte, aussi bien connu : le de Ordine Palatii d’Adalard de Corbie, dont la rédaction remonte aux années 820, mais qu’on possède sous une forme due à Hincmar de Reims, vers 8806. Ici, la reine doit s’occuper du bon ordre du palais (honestas palatii), et en particulier de l’ornamentum regale, c’est-à-dire des regalia, des insignes, des instruments liturgiques, des objets de luxe ; elle doit également s’occuper des dons annuels aux milites, voire aux jeunes compagnons du roi, aux hommes de sa mesnie. Il incombait à la reine, et, sous ses ordres, au chambrier (c’est-à-dire, au trésorier), de surveiller l’approvisionnement de la cour, afin que tout soit bien préparé et en temps utile (tempore congruo, opportuno tempore), selon les besoins. Enfin, tandis qu’en général c’était le chambrier qui s’occupait des cadeaux aux ambassadeurs des pays étrangers, dans quelques cas, la reine s’en occupait parfois à ses côtés, sur l’ordre du roi. Elle était responsable de la nourriture, de la gestion des cadeaux, de la réception des hôtes. Les jeunes guerriers faisant eux aussi partie de la maison royale, il fallait donc leur donner de l’argent de poche. Si l’on compare ces données avec la description de la reine Bathilde (VIIe siècle) telle qu’elle apparaît dans sa Vita7, on constate que la représentation de la reine comme mère de la familia est une donnée presque permanente dans le royaume franc : Cependant, le rôle de la reine carolingienne s’est accentué, il est devenu plus public. Elle est représentée comme la gardienne des insignes royaux, fonction qui relevait d’un pouvoir public, ce qui pouvait la mettre en position de tenir en main l’avenir du royaume en temps d’interregnum. Il y a là quelque chose de vraiment nouveau. J’y reviendrai. Enfin, l’honestas palatii dont la reine est responsable ne se rattache pas seulement au prestige extérieur : c’est une phrase chargée de sens moral. Sans honestas, le pouvoir royal, à la fois centré et symbolisé dans le palais, perd son droit à l’autorité. Là aussi, la reine-gardienne joue un rôle nouveau. Les effets de la valorisation chrétienne du couple et du mariage, ceux de l’insistance croissante de l’Église sur la monogamie sont ici très nettement visibles8.

  • 9 Sedulius Scottus, Liber de rectoribus christianis, c. 5, éd. S. Hellmann, Sedulius Scottus, Quellen (...)
  • 10 1 Cor. 7 h 14.

4Je passe maintenant à trois autres textes qui me semblent typiques, et spécifiques, de l’époque carolingienne. Le premier est dû à l’irlandais Sedulius Scottus qui, dans son Liber de rectoribus christianis de 869/870, consacre tout un chapitre à la femme du roi9. Il s’intéresse en premier lieu à ses relations avec son mari : c’est lui qui a pour office de régir (regendi ministerium gerit), se dirigeant lui-même, puis dirigeant sa femme, ses enfants et les gens de sa maison (les domestici, les hommes de la mesnie). Il ne suffit pas que le roi lui-même soit honnête, il faut aussi que son épouse brille par sa pureté. Car de même que la lune brille grâce à la splendeur des étoiles qui l’entourent, de même la puissance du roi juste est rehaussée par son entourage, et surtout par sa femme. C’est à elle de s’occuper disciplinariter de toutes les choses nécessaires, c’est à elle de régir d’une façon paisible (pacifice) les enfants et la familia, l’entourage, le ménage, avec un visage modeste et un discours joyeux (humili facie hilarique sermone). Elle doit exprimer la beauté de la familia ; elle doit posséder la prudence d’un bon conseiller. La bonne épouse donne le consilium, la mauvaise épouse la persuasio. Sans prendre en compte la faiblesse du sexe féminin, le mari d’une femme prudente doit se féliciter de ses conseils. Saint Paul avait dit, « le mari païen (infidelis) sera sanctifié (sanctificatus erit) par sa femme fidèle »10. Selon Sedulius, « le mari sera sauvé (salvabitur) par sa femme ». À côté du roi, la reine doit fleurir dans sa prudence, comme jadis la reine Esther :

5Princeps et rectrix, populum si rite gubernant,

6suam regant prosapiam.

  • 11 Éd. Hellmann, p. 37. Il faut ajouter que Sedulius utilise, en suivant Boèce, une forme prosymétriqu (...)
  • 12 Pour cette femme rejetée, infra, p. 135.

7« Si le prince et la souveraine gouvernent justement le peuple, qu’ils régissent leurs enfants »11. Le nom de rectrix, souverain féminin, se trouve dans le poème. Elle gouverne, bien sûr, toujours à côté du prince son mari ; elle règne, toujours avec lui. Régir le peuple, régir les enfants : les deux sphères de l’activité de la reine sont intimement liées. C’est dire qu’en tant que mère de la famille royale, la reine détient un véritable pouvoir politique. On écarte parfois le témoignage des miroirs de prince sous prétexte qu’il s’agit d’un genre stéréotypé. Mais le miroir de Sedulius n’est pas conventionnel. C’est en effet une œuvre de propagande, polémique. L’objet de cet assaut, c’est un roi, Lothaire II, qui n’ayant pas d’enfants légitimes, essaye de divorcer de son épouse en niant évidemment son statut de reine12.

  • 13 P. Willmes, Der Herrscher-Adventus im Kloster des Frühmittelalters, München, XXXX, 1976, (Münstersc (...)

8Puis, deuxième genre de textes : les Commentaires sur la règle de saint Benoît où il est prescrit que, même si les femmes doivent se tenir éloignées du monastère, il est permis à la reine d’y être accueillie13. Il existe donc des rituels d’adventus pour la reine autant que pour le roi. Avec une différence cependant. Quand le roi arrive, le moine fidèle doit s’agenouiller (prosternat) sur les deux genoux. Pour les comites (les comtes, ou les compagnons du roi) ou pour les autres officiers, il suffit que le moine salue en s’inclinant, en penchant la tête. Comment faire pour saluer la reine ? Le moine s’agenouille simplement sur un genou : Juste milieu ! La façon de résoudre la contradiction entre la théorie : éloignement de toute femme — et la praxis : exception faite pour la reine, révèle quelque chose de nouveau, et de particulier, dans le statut de celle-ci.

  • 14 Pour les renseignements bibliographiques, cf. J. Nelson, « Early rituals of queens-making », art. c (...)

9Enfin, troisième témoignage de l’époque carolingienne. Si l’Église a su sacrer le roi carolingien, elle a aussi sacré la reine. Peut-on en conclure qu’il existait alors un queenship à côté du kingship ? On pourrait le croire, en se référant aux ordines des reines. Les plus précoces d’entre eux datent du neuvième siècle (même si la reine Bertrade et les impératrices Ermengarde et Judith avaient été sacrées, les rituels sont perdus)14.

10Pour Judith, fille de Charles le Chauve, puis pour la reine Ermentrude, épouse de Charles, nous possédons de vrais ordines de couronnement. L’ordo de Judith est le plus ancien. Cette Judith n’était pas, bien sûr, une reine carolingienne : son père l’avait mariée à douze ans au roi anglo-saxon Ӕthelwulf. Mais l’ordo de Judith, même si ses matériaux sont d’origine anglo-saxonne, est de fabrication franque, et en raison de son influence sur tous les rites royaux postérieurs en France et ailleurs, ce rite est d’une importance capitale dans l’histoire des couronnements européens. La prière de la consécration est elle-même empruntée à un ordo antérieur relatif au roi et pour nous qui sommes intéressés par ce qui tient au gender-specific, il est très intéressant de voir comment le rédacteur a dû le modifier pour l’adapter à la reine, faisant ainsi apparaître les différences entre le roi et la reine.

  • 15 Je crois avoir démontré que cet ordo (tel qu’il apparaît dans le Leofric Missal (c. 900), est l’ord (...)
  • 16 Je signale l’édition récente de R. A. Jakson, Ordines Coronationis Franciae. Texts and Ordines for (...)

I. L’ordo d’un roi anglo-saxon15

L’ordo de Judith (856)16

Deus electorum fortitudo et humilium celsitudo, qui in primordio per effusionem diluvii crimina mundi castigare voluisti et per columbam, ramum olivae portantem, pacem terris redditam demonstrati, iterumque Aaron famulum tuum per unctionem olei sacerdotem unxisti, et postea per huius unguenti infusionem ad regendum populum Israeliticum sacerdotes, reges et prophetas perfecisti, vultumque ecclesiae in oleo exhilarandum per propheticam famuli tui voce
David esse praedixitis: ita, quaesumus, omnipotens pater, ut per huius creaturae pinguedinem hunc servum tuum sanctificare tua benedictione digneris, eumque in similitudinem columbae pacem simpliciatis populo sibi subdito praestare, et exempla Aaron in Dei servitio diligenter imitari, regnique fastigia in consiliis scientiae et aequitae iudicii semper assequi, vultumque hilaritatis per hanc olei unctionem tuamque benedictionem, te adiuvante, toti plebi paratum haber fadas;

Deus electorum fortitudo et humilium celsitudo, qui in primordio per effusionem diluvii crimina mundi purgari voluisti et per columbam, ramum olivae portantem, pacem terris redditam demonstrati, iterum Aaron famulum tuum per unctionem olei sacerdotem unxisti et postea per huius unguenti infusionem ad regendum populum Israeliticum sacerdotes, reges et prophetas perfecisti, vultumque ecclesiae in oleo exhilarandum prophetica famuli tui voce David esse praedixisti: qui hoc etiam unguento famulae tuae Iudith ad liberationem sevorum tuorum et confusionem inimicorum vultum exhilarasti et ancillae tuae Hester faciem hac spiritali misericordiae tuae unctione adeo lucifluam reddidisti, ut efferatum cor regis ad misericordiam et salvationem in te credentium ipsius precibus inclinares : te quaesumus, omnipotens Deus, ut per huius creaturae pinguedinem, columbae pace, simplicitae, ac pudicitia decoram efficias.

11Le rédacteur de cet Ordo, l’archevêque Hincmar de Reims, retint l’essentiel de l’Ordo royal antérieur. Il retint, notamment, les références à l’huile dont Dieu s’était servi pour consacrer les prêtres, les rois et les prophètes « afin de gouverner le peuple d’Israël ». Il s’est débarrassé des phrases relatives à l’office du roi (le populus subditus, le service de Dieu, le sommet du royaume), et les vertus d’un souverain mâle (consilia, aequitas). Il ajouta (en désorganisant un peu la structure de la prière) deux références bibliques, à Judith, et à Esther, afin de signaler les rôles de la reine. C’est elle qui pourra être choisie par Dieu pour libérer ses serviteurs, et qui saura incliner le cœur farouche du roi à la miséricorde : rôles plus qu’ancillaires. Il faut remarquer l’absence de la fertilité comme qualité recherchée (cependant elle apparaît ailleurs dans cet ordo). Dans la prière pour la remise de l’anneau, il y a un autre élément intéressant et qui convient je crois parfaitement au rôle de la reine :

Accipe anulum fidei, signaculum sanctae Trinitatis, quo possis omnes hereticas pravitates devitare, barbaras quoque gentes virtue tibi praestita ad agnitionem veritatis advocare. (« Reçois l’anneau de la Foi, signe de la Sainte Trinité, par lequel tu sauras éviter tous les vices de l’hérésie, et aussi par lequel tu sauras appeler, par la vertu ainsi donnée, les peuples barbares à la connaissance de la Vérité »).

  • 17 C. A. Bouman, Sacring and Crowning, Groningen, J. B. Wolters, 1957, p. 131.

12On a prétendu que cette prière devait avoir fait originalement partie d’un rituel masculin, pour un roi ou bien pour un évêque, et que son utilisation pour une reine cadrait mal avec les fonctions de l’épouse du roi17. Je ne crois pas. On verra que la reine pouvait être vraiment chargée de surveiller les bonnes mœurs, et en même temps d’attirer les barbarae gentes. Je note pour conclure cette brève discussion sur les témoignages liturgiques, deux autres ordines presque contemporains.

  • 18 R. Elze, « Ein karolingischer Ordo für die Krönung eines Herrscherpaares », Bullettino de l’Istitut (...)
  • 19 R.A. Jackson, Ordines, no XIII, p. 151-52. P. E. Schramm donna l’appellation à l’ordo et, en dépit (...)
  • 20 J. Nelson, « Early rituals of queen-making », art. cit.

13L’un, du milieu IXe siècle, récemment édité par Reinhard Elze, est destiné à un couple royal. On prie pour que soient donnés les consilia et la sapientia aux deux domini, aux deux principes, à elle ainsi qu’à lui. Si l’utilisation de cet ordo reste douteux, l’intérêt vient de ce que l’on a pu concevoir un équilibre de ce type18. L’autre rituel est un peu plus tardif, il date de la fin du IXe siècle et conçoit des ordines jumeaux pour le roi et la reine. Ce rituel qui est l’exemple le plus précoce d’un tel doublet, est connu sous le nom du grand savant allemand, Carl Erdmann19. La plus grande partie de la prière pour la consécration de la reine est empruntée à la prière traditionnelle pour l’ordinatio d’une abbesse, le seul ministère féminin qui avait déjà valeur d’autorité aux yeux de l’Église, le seul office ecclésiastique ouvert aux femmes20. Cet emprunt signifie donc, là encore, que la reine est reconnue comme détenant un pouvoir légitime.

14Jusqu’à présent, je n’ai utilisé que les textes normatifs, ou rituels. Est-ce qu’on peut trouver trace du rôle de la reine dans les sources narratives ? Oui, car maintes anecdotes attestent l’activité personnelle, l’influence des reines carolingiennes dans la maison, dans la famille, auprès du roi, les reines « en action », pour ainsi dire. Voici une petite histoire, relatée par Notker de Saint-Gall. Réelle, peut-être pas, mais au moins vraisemblable ou réaliste. Il y avait un évêché vacant, et Charlemagne entendait le pourvoir au bénéfice d’un de ses clercs. La reine voulait que l’évêché fut donné à l’un de ses propres clercs (elle avait donc ses propres clercs), malgré les vœux du roi. « Toutes les femmes [et je cite Notker] sont comme ça : elles ont leurs idées à elle, elles veulent prendre le pas sur les décisions de leurs maris. La reine cacha sa colère, baissa sa voix et s’appliqua avec de tendres caresses à détourner le roi de son projet... » Cosi fan tutte... Un peu plus tard, le clerc du roi s’efforça de convaincre Charlemagne de tenir bon dans ses intentions : « Tenez ferme, O mon roi », dit-il, « ne permettez jamais à personne d’arracher de vos mains le pouvoir que le bon Dieu vous a donné ». La reine menaçait-elle donc d’usurper le pouvoir royal ?

  • 21 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, (...)
  • 22 Je dois cet aperçu à Matthew Innes qui m’a aimablement fait voir son étude sur Notker, à paraître. (...)
  • 23 Annales regni Francorum 787, éd. F. Kurze, MGH SRG, Hanovre, 1895, p. 76. Fastrade aussi était heur (...)
  • 24 Pour les détails suivants au sujet de Fastrade, voir J. Nelson, The Frankish World, p. 235-6 ; et I (...)
  • 25 Voir deux autres grandes dames de la même époque : la duchesse Adalperge de Benevent, qui, en 788, (...)

15Dans l’histoire de Notker, la reine, c’est Hildegarde, une femme noble, issue de la noblesse franco-alémanique21. Notker s’est montré particulièrement bien renseigné sur la famille de cette reine, et recueillit peut-être ses informations dans ce milieu22. Si les rois carolingiens se sont fait consacrer pour se distinguer de l’aristocratie, ils ont épousé des aristocrates pour s’en faire des partenaires. Les femmes de ces rois étaient nobles, et presque toutes franques ce qui présentait des avantages. Mais (même en tenant compte des défaillances des sources) les reines ne sont pas interchangeables. Il y avait toujours place pour le jeu des qualités personnelles. La reine Fastrade, femme de Charlemagne, savait utiliser les occasions qui se présentaient. Les Annales Royales ne disent qu’une seule fois que Charlemagne s’est senti heureux, et ce grâce à Fastrade, lorsqu’il la retrouva après une assez longue absence23. On sait que Fastrade s’occupait bien de ses beaux-fils (les fils que Charlemagne avait eus d’une épouse antérieure)24. On sait aussi que Charlemagne, parti encore une fois en guerre, demanda que Fastrade fasse organiser des prières et des jeûnes afin que lui et l’armée franque puissent battre leurs ennemis. On sait enfin que Fastrade rendit au moins une fois un jugement judiciaire en l’absence de son mari. On remarque que les Annales Royales utilisèrent pour la première fois le mot comitatus pour désigner l’entourage de Fastrade, alors que Charlemagne était encore absent. Il y avait enfin des évêques parmi les familiers de la reine. Peut-être était-ce pour Fastrade que Charlemagne choisit Francfort pour le grand concile de 794, car elle s’y trouvait déjà avant le concile, et elle y était malade (elle est décédée pendant les séances du même concile). Bref, on a pour Fastrade une quantité relativement importante de renseignements, de divers genres, qui nous démontrent finalement sa grande importance pendant toute la décennie de son mariage avec le roi25.

  • 26 Servatuslupus, Epistulae, no 6, éd. P. Marshall, Leipzig, Teubner, 1984, p. 16 : « ... ad palatium, (...)
  • 27 Annales regni Francorum 819, p. 150. Cf. Esther 2 : 1-4.
  • 28 E. Ward, « Caesar’s wife », p. 208. À voir, pour Fastrade, J. Nelson, « The siting of the Council » (...)
  • 29 Charles le Chauve à Nicolas I, PL 124, col. 873.
  • 30 Cf supra
  • 31 Je tire cela de la poésie des années 820 et 830, et des ouvrages dédiés à Judith : voir R. R. Bezzo (...)
  • 32 Ermold le Noir, Poèmes sur Louis le Pieux, éd. E. Faral, Les Classiques de l’histoire de France au (...)
  • 33 J. Nelson, Charles the Bald, London, Longman, 1992, p. 79-88.
  • 34 Nithard, Historiarum Libri IV, II, 6, 8, 9, éd. E. Müller, MGH SRM, Hannover, 1907, p. 19, 21-2, 23
  • 35 Agnellus de Ravenne, Liber Pontificalis Ecclesiae Ravennatis, éd. O. Holder-Egger, MGH SRL, Hannove (...)

16Une deuxième reine se révèle à nous dans une lettre de Loup de Ferrières : c’est Judith, femme de Louis le Pieux. Elle fit venir le jeune savant au palais, « où », dit-il, « elle comptait pour beaucoup »26. Quelques années auparavant, Judith avait été sélectionnée parmi les filles des nobles, dans un concours de beauté, style byzantin mais aussi style vétéro-testamentaire27. Comme Fastrade, Judith était la fille d’un comte installé dans une région qui représentait une grande importance politique à l’époque du mariage28. En 823, juste après avoir mis au monde son fils Charles, Judith fit envoyer un anneau à Ebbon, archevêque de Reims, en lui demandant de prier pour le nouveau né. « Elle promit à la fois que, si Ebbon se trouvait en difficultés, il devrait renvoyer l’anneau à la reine, et elle viendrait à son aide ». Par la suite, Ebbon présenta souvent des requêtes et la reine honora chaque fois sa promesse29. Judith avait ses partisans à la cour, ses hommes de confiance, y compris le chambrier, qui travaillait intimement avec elle, pourrait-on dire30. Les membres de sa parenté - ses frères, sa sœur, sa mère-allaient acquérir des honneurs et des faveurs. Judith donnait le ton à la cour, elle était l’arbitre du goût et du style31. Elle aimait la poésie, la musique, les processions de la cour, peut-être aussi le drame liturgique, ce qui fit d’elle la collaboratrice des prêtres. Elle participa aux rituels de 826, quand le roi danois Hérold et sa femme reçurent la baptême, Louis se fit parrain d’Hérold et l’impératrice marraine de la reine danoise32. Judith s’occupait de la formation de son fils, ainsi que du choix de ses précepteurs33. Son influence au palais grandit dans les dernières années de la vie de son mari. On écrivait à la reine en la priant d’user de son influence auprès du roi pour assurer la promotion d’un tel à un évêché. Après 840, Judith, devenue veuve, soutint son fils Charles dans les premières années de son règne, en lui expédiant les regalia de son chef-lieu en Aquitaine, et en lui apportant des forces militaires avant la bataille critique de Fontenoy en 84134. Au moment où son fils a combattu pour son héritage, elle avait encore son entourage militaire et ses propres fidèles. Elle était là sur le champ de bataille. Après sa victoire, Charles fit miséricorde, grâce à l’intercession de la reine sa mère, à l’archevêque de Ravenne, partisan de Lothaire, frère ennemi mais vaincu du jeune roi35. À cette époque, Judith avait toujours une grande influence sur son fils.

  • 36 Annales Fuldenses, 883, éd. F. Kurze, MGH SRG, Hannover, 1891, p. 100; cf. Reginon de Prüm, Chronic (...)
  • 37 Pour la princesse mariée comme peacemaker, voir P. Stafford, Queens, Concubines and Dowagers (cité (...)

17Un troisième cas concerne Gisèle, la fille du roi Lothaire II. Elle avait reçu un nom bien carolingien. Elle était carolingienne de naissance, mais de légitimité douteuse, parce que son père avait été bigame et que sa mère Waldrade n’avait jamais été reconnue officiellement comme reine. En 882, treize ans après la mort de Lothaire, Hugues, frère de Gisèle, et son cousin l’empereur Charles le Gros ont arrangé le mariage de la jeune princesse avec le roi viking Gotfried. Ce mariage encouragea le frère de la nouvelle mariée (selon un annaliste contemporain). Hugues, qui croyait désormais en son destin royal36. On pensait que Gisèle, en se mariant avec Gotfried, lui apporterait une certaine légitimité carolingienne. Le mariage a également scellé la paix entre Francs et Danois, Gisèle étant l’intermédiaire entre les deux peuples37. Est-ce que Gisèle avait l’intention d’être une épouse missionnaire auprès de son mari, nouvellement baptisé, et aussi auprès du peuple danois — barbaras quoque gentes ad agnitionem veritatis advocare ? À ce moment-là, dans les années 880, s’ouvrait vraiment la possibilité de faire naître une Normandie-sur-le-Rhin.

  • 38 Eginhard, Vila Karoli, c. 20, éd. O. Holder-Egger, MGH SRG, Hannover, 1911, p. 26.
  • 39 G. Kapfhammer, Sagenhafte Geschichte. Das Bild Karls des Grossen durch die Jahrhunderte, München, B (...)

18J’arrive à la troisième partie de mon exposé, au carrefour entre théorie et réalité. Poursuivons les trois cas de reines dont je viens de parler. La question est de savoir si leur position, leurs rôles officiels, étaient vraiment solides, s’ils étaient réellement enracinés dans les structures du royaume franc ? Pour Fastrade, on sait qu’après sa mort (mais peut-être aussi de son vivant ?), les Francs l’ont rendue responsable des échecs du règne de Charlemagne, c’est-à-dire des révoltes de 785 et 792. Selon Éginhard, c’est la cruauté de la reine qui fit naître la dissidence, puisque le roi Charlemagne avait normalement le cœur tellement bon que tout le monde l’aimait38. Il devait s’être fait momentanément ensorcelé par sa femme. Durant sa vie Fastrade a exercé une réelle influence personnelle. Influence nécessairement viagère puisqu’elle n’avait pas de fils et qu’elle mourut après seulement dix ans de mariage. Morte, elle devint dans les épopées, les histoires populaires, une reine style Morgane la Fée, une reine-sorcière39.

  • 40 Voir E. Ward, « Agobard of Lyons and Paschasius Radvertus », p. 23; cf. G. Bührer-Thierry, « Reines (...)
  • 41 Cf. E. Peters, The Magician, the Witch and the Law, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, (...)
  • 42 Paschasius, Epitaphium Arsenii, II, cc. 13-15, 20, 23, éd. E. Dümmler, Abhandlungen der preussische (...)
  • 43 Cette différence a été bien soulignée par E. Ward, « Agobard of Lyons and Pachasius Radbertus ».
  • 44 Agobard, Libri Apologetici, II, c. 2, dans Agobardi Opera Omnia, éd. L. Van Acker, CC, continuatio (...)
  • 45 Ibid., I, c. 5, p. 311, en adaptant, d’une façon très suggestive, I Tim. 3 : 4-5, où st Paul discut (...)
  • 46 Libri Apologetici, I, c. 6.
  • 47 Epitaphium, II, 7 : « ... confregerat omnia ossa virtutum vis feminea ».
  • 48 Pour les frères de Judith, Conrad et Raoul, voir J. Nelson, Charles the Bald, p. 100, 141, 177-8.
  • 49 G. Tessier éd., Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, vol. 2, Paris, Imprimerie (...)
  • 50 Annales Xantenses, 843, éd. B. Von Simson, MGH SRG, Hannover, 1909, p. 13 : « ... predata a filio s (...)

19Derechef l’impératrice Judith fut, elle aussi, accusée de sorcellerie40. Elle fut en 830, puis encore en 833, la cible principale (pour quelques-uns aussi le bouc émissaire) des critiques contre le régime de Louis le Pieux. Selon Paschase, propagandiste acharné de ces révoltes, Judith était coupable du pire, de la magie noire, crime typique des cours royales avec leur atmosphère de serre chaude41 ; coupable aussi d’adultère, vice abominable, d’inspiration diabolique. De cette manière, Judith avait égaré son mari, l’avait soumis à sa volonté, l’avait conduit à la déraison, donc à la tyrannie. Un prophète éleva la voix contre la nouvelle Jézabel, avec une critique tout à fait personnelle42. Agobard de Lyon, autre propagandiste contre Louis et Judith, préféra, lui, une autre espèce d’assaut43. Il souligna la puissance potentielle de la reine, elle qui devait être collaboratrice (adiutrix) dans le gouvernement du palais et du royaume (in regimine palatii et regni). C’est la raison pour laquelle l’empereur avait dû se remarier, pour avoir une reine à ses côtés44. Mais, dit Agobard, elle aussi, comme son mari, devait montrer une grande maîtrise d’elle-même : si la reine ne savait pas se régir, comment saurait-elle prendre soin de l’honneur, ou des bonnes mœurs (honestas) du palais, comment saurait-elle exercer avec assiduité le gouvernement du royaume (gubernacula regni exercere) ?45 Agobard souligne donc les devoirs de la reine afin de mieux démontrer l’incapacité personnelle de Judith pour ce rôle si indispensable. Elle jouait d’une façon enfantine (pueriliter) devant une assistance cléricale qui jouait aussi avec elle46. Mais le fondement de l’accusation concernait l’institutionnel : le rôle de la reine apparaît ici presque comme un office. Chez Paschase, en revanche, l’idée d’un rôle personnel de la reine est complètement nié : « La force féminine avait cassé tous les os des vertus »47. Pour Paschase, la condition féminine semble exclure le pouvoir. Ce qu’Agobard admet, Paschase le refuse. Cependant, chez Agobard, le rôle de la reine n’est qu’ajouté à celui du roi, il est toujours dépendant de celui de son mari ou de son fils. Il est vrai qu’à l’époque médiévale, tout individu était entouré de seigneurs, de clients, de familiers, de parents. Mais une reine, en tant que femme, pouvait être particulièrement entourée, encadrée par sa propre famille. L’essor de Judith concerna notamment ses parents et sa chute (même momentanée) les toucha également. Il faut cependant remarquer que pour les frères de Judith, et pour leurs descendants, leur parenté avec le roi continua à jouer bien après la fin de la belle carrière de Judith48. Pour elle, la fin survint après le mariage de son propre fils Charles le Chauve, au mois de décembre 842. À la cour, une jeune reine remplaça la vieille reine. La mère du roi se trouva écartée. Le dernier acte connu, et voulu, de Judith fut le don de ses terres (peut-être une partie de son douaire) à Saint-Martin de Tours49. Son fils s’y opposa. Il l’avait déjà dépouillée de tous ses biens, raconte un annaliste, ancien familier de la cour impériale de Judith et Louis50. Charles allait attendre près de vingt ans avant de réaliser la donation de sa mère.

  • 51 Annales Fuldenses, 885, p. 102 ; Réginon, Chronicon, 885, p. 123-4.

20Enfin notre troisième cas, Gisèle, femme du roi viking Gotfried. Elle fut la victime des conflits entre sa famille de naissance et son mari, victime lui aussi des grands qui s’avérèrent être des traîtres. Gotfried et sa femme furent attirés par une ruse franque sur un îlot dans le Rhin sous prétexte de pourparlers, puis sa femme fut persuadée de le quitter pour discuter de la paix ailleurs, avec des ecclésiastiques. Isolé sans elle, Gotfried fut tué par des Francs51. On ne sait absolument rien de plus. Gisèle aurait pu être la reine d’un royaume franco-viking, mais celui-ci avait échoué.

  • 52 Annales Bertiniani, 865, éd. F. Grat, J. Viellard et S. Clemencet, Paris, Librairie C. Klincksieck, (...)
  • 53 Ibid., p. 122, avec observations supplémentaires dans la traduction par J. Nelson, The Annals of St (...)
  • 54 Ibid., 869, p. 167.

21Pour moi aussi, il est temps de conclure ou presque. Je n’ai pas eu le temps de discuter les cas d’autres reines qui ont été diffamées. J’aurais voulu considérer le cas célèbre de la reine Theutberge, épouse de Lothaire II, une femme épouvantablement maltraitée par son mari, par les grands, par des évêques qui ont même trahi les secrets de la confession ; une reine contrainte à s’accuser d’inceste sodomite avec son propre frère ; une femme qui jetait un regard âpre (asper intuitus) sur les évêques hypocrites, en leur exprimant son vœu de se retirer dans un monastère féminin : « De vous, dit-elle, je ne veux que de la pitié » ; une femme vraiment à la merci des hommes de pouvoir. Mais en définitive, est-ce que Theutberge était complètement dépourvue de pouvoir ? Comme reine dépouillée de tout, elle donnait l’impression de n’être qu’une femme parmi les pauperes — les gens sans pouvoir, mais elle restait quand même une reine qui luttait sans cesse pour obtenir son propre rétablissement. En 865, grâce au soutien du pape et des oncles de Lothaire, Theutberge parvint à se faire restaurer, au moins momentanément. Le légat Arsène alla la chercher chez Charles le Chauve, où elle avait trouvé refuge ; il l’accompagna dans le royaume de Lothaire qui fit jurer par ses fidèles qu’ils étaient témoins de ce qu’en tout point, il se conduirait désormais envers Theutberge « comme un roi doit traiter la reine sa femme »52. Puis, le 15 août, fête de l’Assomption de Marie, Lothaire et Theutberge assistèrent à la messe, « tous les deux portant vêtements royaux et couronnes »53. Pour la reine, le triomphe fut bref, car son mari la rejeta de nouveau. Mais Lothaire mourut au mois d’août 869 et Theutberge, devenue veuve, joua une nouvelle fois un rôle politique. Elle vivait dans une retraite honorable chez sa sœur, lorsque les deux femmes reçurent au mois d’octobre 869 un messager de Charles le Chauve (dont la femme venait de mourir) qui voulait épouser en deuxièmes noces la nièce de Theutberge54. On reconnaissait donc à la reine-veuve, auparavant si méprisée, son pouvoir au sein de sa famille de naissance, et son pouvoir dans les affaires d’un royaume.

22Pour conclure, je ferai quelques constatations qui semblent contradictoires, mais qui sont quand même significatives. L’époque carolingienne a vu une augmentation remarquable, et même une sorte de consécration quasi-officielle, des fonctions et des rôles reconnus aux reines. Cela allait avec le renforcement d’une royauté dynastique et patrimoniale. Comme le disait en effet Agobard, à tout roi, il fallait une reine. On voit donc d’un côté, chez quelques-uns, l’image idéale de la reine rectrix, une reine qui gouverne, une reine dotée sinon du pouvoir formel (potestas), au moins d’une puissance (potentia) visible surtout dans l’influence qu’elle exerçait sur son mari. Mais d’un autre côté, on voit aussi une reine qui n’octroyait jamais d’actes en son propre nom, qui demandait plutôt à son mari d’exercer sa bienveillance à l’égard des autres ; une reine qui n’émettait pas de monnaies ; une reine qui (sauf cas exceptionnel) ne jugeait pas ; une reine qui ne gouvernait qu’à côté de, ou au travers de son mari, le roi. Les reines carolingiennes se révèlent donc vulnérables, ce sont des reines qui, dans l’accomplissement même de leurs fonctions politiques, sont exposées facilement au mépris, aux critiques, aux scandales, à la ruine. On constate donc un décalage entre idéal et réalité, décalage aussi entre deux idéaux : l’idéal de reine et l’idéal de femme. En définitive, à l’époque carolingienne, puissance de quelques reines, oui, certainement ; pouvoirs de reines, peut-être, mais à moitié institutionnalisés seulement, toujours limités aux relations familiales et au cycle féminin de la vie, donc pouvoirs mouvants, contestés, finalement fragiles. Les ambiguïtés de la souveraineté féminine, du queenship, sont apparues dès le début. Elles étaient appelées à durer.

Notes

1 Je veux exprimer ici mes remerciements chaleureux à Alain Dierkens, Stéphane Lebecq, Régine Le Jan, Jean-Marie Sansterre et leurs collègues qui m’ont si aimablement invitée au Colloque Bruxelles-Lille ; et de nouveau à Régine Le Jan et Stéphane Lebecq pour avoir eu la bonté de corriger mes fautes de français.

2 Cf. pour une analyse extraordinairement subtile du contexte comparatif et général, P. Stafford, « Queen Emma : Women and Power in Eleventh-Century England », dans A. Duggan, Queens and Queenship in Medieval Europe, Woodbridge, Boydell and Brewer, 1997, à paraître ; Id., Queens, Concubines and Dowagers. The King’s Wife in the Early Middle Ages, Athens GA et London, University of Georgia Press, 1983; et ID., Queens Emma and Queen Edith. Queenship and Women’s Power in Eleventh-Century England, Oxford, Blakwell, 1997, à paraître. On trouvera beaucoup d’indications utiles dans L. Fradenburg, Women and Sovereignty, Edimbourg, University of Edinburgh Press, 1992, et dans J. C. Parsons, Medieval Queenship, New York, St Martin’s Press, 1993. Pour l’époque carolingienne, E. Ward, « Caesar’s wife: the career of the Empress Judith, 819-829 » dans P. Godman ET R. Collins, Charlemagne’s Heir. New Perspectives on the Reign of Louis the Pious, Oxford, Oxford University Press, 1990, p. 205-27; Id., « Agobard of Lyons and Paschasius Radbertus as critics of the Empress Judith », Studies in Church History, 27,1990, p. 15-25; J. Hyam, « Ermentrude and Richildis », dans M. T. Gibson ET J. L. Nelson, Charles the Bald. Court and Kingdom, 2° éd., Aldershot, Variorum, 1990, p. 154-68; G. Bührer-Thierry, « Les reines adultères », Cahiers de Civilisation médiévales, 35, 1992, p. 299-312. J’ai moi-même esquissé quelques aspects des problèmes dans The Frankish World, Londres, Hambledon, 1996; et dans trois articles à paraître: « The siting of the Council at Frankfort: some reflections on family and politics », dans R. Berndt Das Frankfurter Konzil von 794, Frankfurt, 1997, p. 149-65; « Early Rituals of Queen-Making and the Making of Queenship », dans A. Duggan, op. cit., et « Medieval Queenship », dans L. Mitchell, Women in Medieval Western European Culture 1997.

3 MGH Capit. I, éd. A. Boretius, Hannover, 1883, no 32, p. 83-91. Cf. ibid., Capit. no 146, De Disciplina palatii, p. 298, où on trouvera allusion aux ministeriales dilectae conjugis nostrae [...] qui, avec les ministeriales du roi et des enfants royaux, doivent enfumer les prostituées de toutes les maisons et tous les quartiers féminins (scruas, cf. Capit. de Villis c. 49, p. 87, screonas ?) d’Aix-la-Chapelle. On trouvera aussi référence à la mère du roi dans des formules de serment, Capit. I, no 34, p. 101 (« [...] Berthanae reginae »), 102 (« Berthane », sans titre ; à noter en plus : manque de référence à la mère du roi dans la formule de 789, ibid. no 23, p. 63) ; Capit. II, éd. A. Boretuis et V. Krause, Hannover, 1897, no 261, p. 278 (« [...] Karolo Hludowici et Iudit filio »). Cf. aussi Capit. I, no 95, p. 201 (« res [...] Hildegardae reginae traditae ») ; et Capit. I, no 111, p. 225, qui est en effet une lettre de Charlemagne et Fastrade au pape.

4 MGH Capit. I, no 32, c. 16, p. 84 : « de verbo nostro aut reginae [...] »

5 Ibid., c. 47, p. 87 : « Ut venatores nostri et falconarii vel reliqui ministeriales, qui nobis in palatio adsidue deserviunt, consilium in villis nostris habeant, secundum quod nos aut regina per litteras nostras iusserimus [...] »

6 De Ordine Palatii, éd. T. Gross ET R. Schieffer, MGH Fontes iuris germanici, Hannover, 1980, p. 74. Cf. B. Kasten, Adalhard von Corbie. Die Biographie eines karolingischen Politikers und Klostervorstehers, Düsseldorf, Droste, 1986, p. 72-84, discussion subtile avec bibliographie exhaustive.

7 Vita Sanctae Balthildis, éd B. Krusch, MGH SSRM II, Hannover, 1888, p. 475-508, surtout c. 4, p. 485-7, trad. anglaise, P. Fouracre et R. A. Gerberding, Late Merovingian France. History and Hagiography 640-720, Manchester, Manchester University Press, 1996, p. 118-32, avec commentaire excellent, p. 97-118.

8 P. Toubert, « La théorie du mariage chez les moralistes carolingiens », dans Il matrimonio nella società altomedievale, Settimane di Studio del Centre di Studi sull’Alto Medioevo, Spoleto, Presso la Sede del Centre, 1977, I, p. 233-82.

9 Sedulius Scottus, Liber de rectoribus christianis, c. 5, éd. S. Hellmann, Sedulius Scottus, Quellen und Untersuchungen zur lateinischen Philologie des Mittelalters, I, 1, München, 1906, p. 34-7. Pour la datation et signification de l’ouvrage en général, voir N. Staubach, Rex Christianus. Hofkultur und Herrschaftspropaganda im Reich Karls des Kahlen. Teil II : Die Grundlegung der « religion royale », Köln-Weimar-Wien, Böhlau, 1993, Sedulius utilise (par l’intermédiaire de la Historia Tripartita de Cassiodore) le modèle de la femme de Théodose I ; sur elle, cf. K. G. Holum, Theodosian Empresses. Women and Imperial Dominion in Late Antiquity, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1982, p. 22-30; cf. J. Nelson, « Medieval Queenship ».

10 1 Cor. 7 h 14.

11 Éd. Hellmann, p. 37. Il faut ajouter que Sedulius utilise, en suivant Boèce, une forme prosymétrique, et que ce n’est que dans la section poétique du c. 5 que l’on trouve les mots regina et rectrix.

12 Pour cette femme rejetée, infra, p. 135.

13 P. Willmes, Der Herrscher-Adventus im Kloster des Frühmittelalters, München, XXXX, 1976, (Münstersche Mittelalterliche Schriften, 22).

14 Pour les renseignements bibliographiques, cf. J. Nelson, « Early rituals of queens-making », art. cit.

15 Je crois avoir démontré que cet ordo (tel qu’il apparaît dans le Leofric Missal (c. 900), est l’ordo le plus ancien toujours existant : J. Nelson, Politics and Ritual in Early Medieval Europe, London, Hambledon, 1986, ch. 15.

16 Je signale l’édition récente de R. A. Jakson, Ordines Coronationis Franciae. Texts and Ordines for the Coronation of Frankish and French Kings and Queens in the Middle Ages, vol. I, Philidelphia, University of Pennsylvania Press, 1995, Ordo V, p. 73-9. Cf. aussi J. Nelson, « Early rituals of queen-making », art. cit.

17 C. A. Bouman, Sacring and Crowning, Groningen, J. B. Wolters, 1957, p. 131.

18 R. Elze, « Ein karolingischer Ordo für die Krönung eines Herrscherpaares », Bullettino de l’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 98, 1992, p. 417-23.

19 R.A. Jackson, Ordines, no XIII, p. 151-52. P. E. Schramm donna l’appellation à l’ordo et, en dépit des objections d’Erdmann (déc. 1944) lui-même, le nom est resté : Jackson, Ordines, p. 143. Le plus ancien des deux manuscrits de « Erdmann », un pontifical de Sens, a été généralement daté c. 900, mais pour les arguments encore inédits de P. Konakov et G. Lobrichon, qui le datent « c. 875 », ou même un peu plus tôt, voir Jackson, Ordines, p. 26.

20 J. Nelson, « Early rituals of queen-making », art. cit.

21 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 42, 226.

22 Je dois cet aperçu à Matthew Innes qui m’a aimablement fait voir son étude sur Notker, à paraître. Pour les légendes plus tardives autour d’Hildegarde, voir K. Schreiner, « Hildegardis regina ». Wirklichkeit und Legende einer karolingischen Herrscherin », Arbeiten zur Kirchengeschichte, 57, 1975, p. 1-70.

23 Annales regni Francorum 787, éd. F. Kurze, MGH SRG, Hanovre, 1895, p. 76. Fastrade aussi était heureuse : « ibi ad invicem gaudentes et laetificantes... »

24 Pour les détails suivants au sujet de Fastrade, voir J. Nelson, The Frankish World, p. 235-6 ; et Id., « The siting of the Council at Frankfort : some reflections on family and politics » (cité dessus, note 1).

25 Voir deux autres grandes dames de la même époque : la duchesse Adalperge de Benevent, qui, en 788, alla avec ses filles au sanctuaire St-Michel du Monte Gargano pour offrir des prières pour son royaume ; et sa soeur, Liutberge, duchesse de Bavière, dont l’influence politique suscita des dénonciations franques : voir J. Nelson, « Making a difference in eight-century politics : the daughters of Desiderius », dans A. C. Murray, Studies presented to Walter Goffart, Toronto, 1997, à paraître.

26 Servatuslupus, Epistulae, no 6, éd. P. Marshall, Leipzig, Teubner, 1984, p. 16 : « ... ad palatium, regina, quae plurimum valet, evocante, promoveo... »

27 Annales regni Francorum 819, p. 150. Cf. Esther 2 : 1-4.

28 E. Ward, « Caesar’s wife », p. 208. À voir, pour Fastrade, J. Nelson, « The siting of the Council », p. 154, 161-4.

29 Charles le Chauve à Nicolas I, PL 124, col. 873.

30 Cf supra

31 Je tire cela de la poésie des années 820 et 830, et des ouvrages dédiés à Judith : voir R. R. Bezzola, Les origines et la formation de la littérature courtoise en Occident, I, Bibliothèque de l'École des Hautes Études, 286, Paris, 1944 ; P. Godmann, Poets and Emperors, Oxford, Oxford University Press, 1987, p. 141-5 ; E. Sars, « Louis the Pious as miles Christi. The Dedicatory lmag in Hrabanus Maurus's De laudibus sanctae crucis », dans P. Godmann et R. Collins, Charlemagne 's Heir, p. 620-1.

32 Ermold le Noir, Poèmes sur Louis le Pieux, éd. E. Faral, Les Classiques de l’histoire de France au moyen âge. 14, Paris, Les Belles Lettres, 1964, p. 173-175.

33 J. Nelson, Charles the Bald, London, Longman, 1992, p. 79-88.

34 Nithard, Historiarum Libri IV, II, 6, 8, 9, éd. E. Müller, MGH SRM, Hannover, 1907, p. 19, 21-2, 23.

35 Agnellus de Ravenne, Liber Pontificalis Ecclesiae Ravennatis, éd. O. Holder-Egger, MGH SRL, Hannover, 1878, p. 390.

36 Annales Fuldenses, 883, éd. F. Kurze, MGH SRG, Hannover, 1891, p. 100; cf. Reginon de Prüm, Chronicon, 882, éd. F. Kurze, MGH SRG, Hannover, 1890, p. 120. À remarquer qu’évidemment Gisèle n’était pas encore mariée avant 882 : elle devait avoir bien plus de vingt ans.

37 Pour la princesse mariée comme peacemaker, voir P. Stafford, Queens, Concubines and Dowagers (cité dessus, no 1), p. 29, 44-5, 48-9.

38 Eginhard, Vila Karoli, c. 20, éd. O. Holder-Egger, MGH SRG, Hannover, 1911, p. 26.

39 G. Kapfhammer, Sagenhafte Geschichte. Das Bild Karls des Grossen durch die Jahrhunderte, München, Bayerische Vereinsbank, 1993, p. 23-5.

40 Voir E. Ward, « Agobard of Lyons and Paschasius Radvertus », p. 23; cf. G. Bührer-Thierry, « Reines adultères », art. cit.

41 Cf. E. Peters, The Magician, the Witch and the Law, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1978, p. 112-25, surtout p. 116.

42 Paschasius, Epitaphium Arsenii, II, cc. 13-15, 20, 23, éd. E. Dümmler, Abhandlungen der preussischen Akademie der Wissenschaften, 2, Berlin, 1900, p. 80-2, 92, 94. Le prophète était Wala de Corbie.

43 Cette différence a été bien soulignée par E. Ward, « Agobard of Lyons and Pachasius Radbertus ».

44 Agobard, Libri Apologetici, II, c. 2, dans Agobardi Opera Omnia, éd. L. Van Acker, CC, continuatio medievalis 52, Turnhout, 1981, p. 316.

45 Ibid., I, c. 5, p. 311, en adaptant, d’une façon très suggestive, I Tim. 3 : 4-5, où st Paul discute la sélection des évêques.

46 Libri Apologetici, I, c. 6.

47 Epitaphium, II, 7 : « ... confregerat omnia ossa virtutum vis feminea ».

48 Pour les frères de Judith, Conrad et Raoul, voir J. Nelson, Charles the Bald, p. 100, 141, 177-8.

49 G. Tessier éd., Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, vol. 2, Paris, Imprimerie Nationale, 1952, no 239, p. 40. Cet acte est daté le 23 avril 862. Les pressions de la communauté de Saint-Martin furent enfin prédominantes.

50 Annales Xantenses, 843, éd. B. Von Simson, MGH SRG, Hannover, 1909, p. 13 : « ... predata a filio substantia omni ». L’auteur probable était Gerward, ancien bibliothécaire impérial.

51 Annales Fuldenses, 885, p. 102 ; Réginon, Chronicon, 885, p. 123-4.

52 Annales Bertiniani, 865, éd. F. Grat, J. Viellard et S. Clemencet, Paris, Librairie C. Klincksieck, 1964, p. 120 : « ... eam sic habebit in omnibus, sicut decet regem habere reginam uxorem ».

53 Ibid., p. 122, avec observations supplémentaires dans la traduction par J. Nelson, The Annals of St Berlin, Manchester, Manchester University Press, 1991, p. 126, no 14. Je tiens à remercier Stuart Airlie pour m’avoir montré son analyse fine de cet épisode, dans une étude à paraître. Pour le contexte général théorique (mais sans référence à 865), voir l’article très intéressant de D. Iogna-Prat, « Le culte de la Vierge sous le règne de Charles le Chauve » et « La Vierge et les ordines de couronnement des reines au IXe siècle », dans D. Iogna-Prat, E. Palazzo et D. Russo, Marie. Le culte de la Vierge dans la société médiévale, Paris, Beauchesne, 1996, p. 65-98, 101-7.

54 Ibid., 869, p. 167.

Auteur

King’s College, Londres

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540