Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xe siècles)

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Régine Le Jean
, 
Alain Dierkens
, 
et al.

Une femme politique d’exception à la fin du XIe siècle : Anne Dalassène

Élisabeth Malamut

Texte intégral

  • 1 Ce chrysobulle est entièrement rapporté par Anne Comnène, fille d’Alexis 1 dans l’Alexiade : cf. B.(...)

1En août 1081, soit quatre mois après son couronnement (4 avril 1081), la traversée de l’Adriatique par les Normands, avec Robert Guiscard à leur tête, obligea Alexis I Comnène à quitter Constantinople. Il remit alors le gouvernement impérial à sa mère, rendant publique sa décision par chrysobulle1.

2Il convient, d’abord, de présenter Anne Dalassène et le passé de cette femme profondément politique à laquelle revint le gouvernement de l’empire en août 1081 pour plusieurs années. Ensuite, il conviendra d’analyser ce que fut le pouvoir de cette femme en droit et en fait. Il sera alors intéressant de situer le gouvernement d’Anne Dalassène dans une problématique plus large, celle du pouvoir des « impératrices » à Byzance. Enfin la question de la titulature sera abordée avec les éléments à notre disposition.

I. Anne Dalassène, portrait

  • 2 Anne Comnène, I, p. 125-127 ; P. Gautier, Nicephorii Bryennii historiarum libri quattuor, Introduct (...)

3Grâce à sa petite fille, Anne Comnène et au mari de celle-ci, Nicéphore Bryennios, nous connaissons assez bien l’ascendance et la parentèle d’Anne Dalassène2.

4Née vers 1030, Anne Dalassène était la fille d’un haut fonctionnaire impérial d’Italie, nommé « Charon », parce que, chaque fois, qu’il frappait un ennemi, il le tuait. Par sa mère, Anne descendait des fameux Adrien et Théophylacte Dalassène. Mariée vers 1045-1050 à Jean Comnène, le frère de l’empereur Isaac I Comnène (1057-1059), elle eut cinq fils et trois filles et perdit son époux en 1067.

  • 3 Anne Comnène, I, p. 120.

5La première caractéristique de la personnalité d’Anne Dalassène est certainement le rapport affectif extrêmement fort qui la liait à ses fils et que laissent transparaître les premiers mots d’Alexis à son égard dans le chrysobulle susmentionné : « Il n’y a rien qui égale une mère tendre et aimante ; il n’y a pas de rempart plus fort qu’elle, quand un danger apparaît à l’horizon, quand un malheur quelconque est à redouter »3.

  • 4 Bryennios, p. 102.
  • 5 Ibid., p. 105.

6Chez Anne Dalassène, l’amour de la mère pour ses fils était ancré dans la représentation qu’elle se faisait de leur place dans la société et était donc profondément lié à la gloire de la dynastie dont ils héritaient et qu’ils devaient perpétuer. Le témoignage de Bryennios est à cet égard éclairant. Il nous raconte son angoisse lorsqu’elle apprit, au printemps 1071, que son aîné, le curopalate Manuel, était tombé gravement malade lors d’une campagne militaire : elle quitta Constantinople, « traversa en hâte le Détroit et gagna la métropole de Bithynie. Y ayant appris que la maladie de son fils empirait, elle franchit la montagne, nommée Azalas par les indigènes, et le trouva au pied de celle-ci dans un monastère dédié à la Mère de Dieu, le monastère d’Alypos, à l’article de la mort »4. Or, malgré sa douleur extrême, ne voulant pas que le nom de Comnène disparût des grandes batailles, elle envoya son troisième fils, Alexis, âgé alors de treize ans faire campagne avec l’empereur. Celui-là, déjà partagé entre l’amour de sa mère et la passion des combats, s’en va, en versant des torrents de larmes, rejoindre à Dorylée l’empereur Romain Diogène, qui le renvoya immédiatement auprès de sa mère5.

  • 6 Anne Comnène, I, p. 32.

7À ses fils Anne Dalassène tenta d’inculquer ce qui faisait d’elle « la femme aimant Dieu », c’est à dire sa profonde dévotion à tout ce qui touchait la religion, et se montra à cet égard d’une extrême rigueur. On dit qu’elle ne les laissait pas partir sans être accompagnés de leur conscience et de leur moralité, c’est à dire d’un moine vénérable. Ainsi le futur Alexis I se soumit à la volonté de sa mère, non seulement pendant son enfance, mais encore lorsqu’il se rangea parmi les jeunes gens, et cela jusqu’à son mariage6.

8L’amour pour ses fils, la volonté de ne pas laisser la gloire d’une dynastie s’éteindre, l’amour en Dieu, toutes ces dispositions étaient tournées dans un seul but, la conquête du pouvoir. S’appuyant sur elles, son ambition en était d’autant plus extraordinaire et forte.

  • 7 Bryennios, p. 80-82.

9Lors de l’abdication d’Isaac Comnène (22 nov. 1059), elle supplie son mari auquel Isaac avait offert sa succession, de prendre le pouvoir : « Ne sais-tu pas que, si un autre s’empare de l’empire des Romains, il se hâtera d’exterminer notre famille... Pourquoi commettre cette sottise de nous exposer nous-mêmes et nos enfants à un danger évident et repousser l’empire des Romains si convoité de tous ? À quoi bon cette attitude nuisible, cette pusillanimité hors de propos ? Si tu m’en crois, hâte-toi de te rendre aux conseils du basileus ton frère et prends le pouvoir »7. Elle pleura et supplia, et devant le refus de son époux, elle se tut, mais resta ulcérée et en colère contre lui.

  • 8 Ibid., p. 130.

10Son ambition l’amena donc à haïr les Doukas dont un membre avait été choisi alors par Isaac Comnène pour devenir empereur (Constantin X Doukas). À tel point que, quelques années plus tard, elle fut accusée par le clan Doukas et le jeune Michel VII d’avoir envoyé des lettres de soutien (une lettre ayant été interceptée) à Romain Diogène au retour de sa campagne désastreuse (Mantzikert, 1071), quand il aspirait encore au pouvoir et était donc devenu un rebelle. Aussi l’affaire prit une tournure assez grave, un tribunal fut convoqué au palais et on envoya chercher Anne Dalassène pour être jugée. Brusquement elle produit l’image du « Juge suprême », qu’elle tenait cachée sous son manteau et, adoptant un air grave et fixant les juges, elle s’écria : « Voici le Juge qui décidera aujourd’hui entre vous et moi »8. Là dessus, elle leur demanda de bien le regarder avant de rendre leur sentence Elle fut bannie avec ses enfants dans l’île de Prinkipo au début de 1072.

  • 9 Et. Sargologos, La Vie de Saint Cyrille, le Philéote, moine Byzantin (Subsidia Hagiographica 39), B (...)
  • 10 Ainsi Ioannikios, sur sa sainte montagne de l’Olympe, était-il pressenti par les nobles de Constant (...)
  • 11 Anne Comnène, I, p. 109-110.

11Était-ce un peu avant ces événements ou quelque temps après, quand elle fut revenue à Constantinople, qu’impatiente de connaître l’avenir de sa famille, notamment de ses fils, elle convoqua chez elle saint Cyrille le Philéote pour l’interroger9. Malgré ce qu’en dit la Vie, c’est-à-dire l’envoi et la recommandation de Cyrille auprès d’Anne Dalassène par un moine de Constantinople, Hilarion, il est plus probable que ce fut Anne Dalassène qui fit appel au saint. C’était, en effet, une large coutume à Byzance que les grands du royaume fissent appel aux dons d’un saint homme pour prévoir leur avenir politique10. En tout cas, après qu’elle fut tombée aux pieds du saint, lui eut demandé sa bénédiction, et se fut repentie de tous les manquements qu’elle avait commis, le saint fit bien la prophétie qu’elle attendait en disant : « Que tes fils règnent sur les villes et les nations et que leur nom devienne célèbre et redoutable à leurs ennemis » et, même plus qu’elle n’attendait, en prophétisant qu’elle régnerait elle-même sur la Nouvelle Jérusalem. Cyrille le Philéote ne fut pas le seul à être consulté par Anne Dalassène. Anne Comnène raconte, en effet, qu’un certain moine nommé Eustratios et surnommé Garidas, qui habitait près de Sainte-Sophie et qui « jouait à l’homme vertueux » allait souvent chez la mère des Comnènes, à qui il faisait des prédictions sur le pouvoir. En échange de ses heureuses prédictions, Anne Dalassène aurait eu l’intention de le faire monter sur le trône patriarcal11.

  • 12 Bryennios, p. 221.
  • 13 Anne Comnène, I, 75.

12Mue par cette même frénésie de pouvoir introduire sa famille dans les sphères du pouvoir, elle arrangea le mariage de ses filles avec de grandes familles, si possible impériales : ainsi, si deux de ses filles furent mariées à de grandes familles militaires (les Taronitès et les Mélissènoi), la troisième, Théodora épousa Constantin, fils de Romain Diogène. Elle consentit même au mariage de son fils Alexis avec Irène (1078), la petite-fille de Jean Doukas12, malgré son aversion pour la famille, parce que c’était alors la famille régnante. Pour les mêmes raisons politiques, elle négocia, enfin, le mariage de la fille de Manuel, son fils aîné défunt à un petit fils de Nicéphore Botaniatès, alors empereur, vers 108013.

  • 14 Ibid., p. 75-79.
  • 15 Ibid., p. 78.

13Après avoir ainsi œuvré dans les couloirs du pouvoir, elle finit par être la cheville ouvrière de la révolte de ses fils contre Nicéphore Botaneiatès le 14 février 108114. C’est elle qui organisa leur fuite, tout en se réfugiant elle-même dans une église, dite le sanctuaire du Pontife Nicolas, jouxtant Sainte-Sophie et appelé « le Refuge » parce que réputé pour servir d’asile à ceux qui étaient sous le coup d’accusations. Mais elle y entra avec toutes les femmes de la maison des Comnène par subterfuge en faisant croire au portier qu’elles étaient un groupe de femmes venues d’Orient, qui avaient dépensé tout leur argent dans la capitale et qui venaient faire leurs dévotions avant de rentrer chez elles. Elle mit à profit la complexité de sa personnalité où se mêlaient la foi dévote la plus extrême, une grande intuition politique et des talents de comédienne indiscutables - qu’elle avait déjà révélés lors du procès pour complot contre l’empereur-, quand des envoyés impériaux voulurent l’amener au palais et qu’elle s’y refusa, s’accrochant aux portes de l’iconostase en criant : « À moins que l’on ne me coupe les mains, je ne sortirai pas de ce temple saint avant d’avoir reçu la croix du basileus comme gage de mon salut »15. Et non seulement elle demandait une croix, mais une grosse croix pour qu’elle fût visible à tous. Elle obtint finalement de Nicéphore Botaneiatès un sauf conduit pour elle-même et les parentes des conjurés, qui purent se rendre au monastère du Pétrion (selon Anne Comnène) ou de Kanikliou (selon Zonaras) et ne pas y être inquiétées. Elle fut délivrée à l’entrée victorieuse de ses fils dans la capitale.

II. Anne Dalassène impératrice

  • 16 Ibid., p. 121-122.

14Les pouvoirs octroyés par le chrysobulle (entre avril 1081 et juillet 1082) ont défini très exactement le pouvoir de droit d’Anne Dalassène. Nous en citons les termes exacts16 :

15« Donc ma Majesté décrète explicitement par le présent chrysobulle que, en vertu de sa grande expérience des affaires du monde, bien qu’elle en ait le plus profond mépris, ce que ma mère aura décidé par écrit, d’après les comptes rendus du président des sécréta, ou des fonctionnaires ses subordonnés, ou de tout autre à qui sont confiés les rapports, requêtes ou décisions en matière de dégrèvements d’impôts (sympatheiai dèmosiakai), cela aura force de loi au même titre que les décisions de l’autorité sérénissime de ma Majesté et les édits qui émanent de sa bouche. Que toutes les réponses (lyseis) qu’elle fera aux requêtes, et toutes les ordonnances (prostaxeis) écrites ou verbales (engraphoi è agraphoi), motivées ou non motivées, pourvu qu’elles soient revêtues de son sceau, la Transfiguration du Christ et la Dormition de la Vierge, soient tenues comme venant de ma majesté même, par le fait qu’elles portent la datation de celui qui à ce moment préside les sékréta... ».

16Le chrysobulle ajoute qu’Anne Dalassène aura toute souveraineté également pour les promotions et les successions des fonctionnaires aussi bien dans les bureaux de la capitale (sekreta) qu’en province (themata), l’octroi des dignités et des charges, les donations de biens fonciers, l’augmentation des traitements (rogai) des fonctionnaires, les suppléments de présents, les dégrèvements des sportules (sympatheia tôn legomenôn synètheiôn). Toutes ses décisions seront irrévocables. Que les mesures prises se soient révélées bonnes ou mauvaises, il n’y aura aucune poursuite contre le personnel de l’administration, notamment contre le logothète des sékréta.

17En conséquence, le domaine dans lequel Anne Dalassène reçoit les droits impériaux concerne les affaires fiscales, les biens du fisc et de la couronne, les fonctionnaires (promotions, traitements dégrèvements), qu’ils soient civils ou militaires, puisque rien n’est précisé — et il s’agit de l’ensemble des charges — et les dignitaires. Aucun domaine de l’administration n’échappe donc à Anne Dalassène. Néanmoins, on relève que la politique extérieure ne fait pas partie de ses attributions, ni la législation proprement dite. Par ailleurs, on remarque qu’au niveau des actes de la chancellerie, il est fait mention de lyseis et de prostaxeis, mais non de chrysobulles ni de sigillia.

  • 17 P. Gautier, « Le Discours de Théophylacte de Bulgarie à l’autocrator Alexis I Comnène », dans Revue (...)
  • 18 Anne Comnène, I, p. 121.

18Malgré ces limites formelles, les contemporains s’acheminèrent vers l’idée d’une investiture non plus seulement du pouvoir, mais de la fonction impériale, investiture naturelle, puisqu’il y avait une unicité de la mère et du fils, de leurs charismes et de leurs vertus. Théophylacte de Bulgarie ne dit pas autre chose, lorsque s’adressant à Alexis I dans son discours à l’empereur du 6 janvier 1088, qui célèbre ses victoires en Occident, les conversions en Asie Mineure, il fait l’éloge d’Anne Dalassène : « ... jadis la fonction impériale était incommunicable ou difficilement communicable... Mais eux ont partagé cette fonction avec joie ; tous deux ont souci d’un seul et un seul a souci des deux »17. D’ailleurs le préambule du chrysobulle d’Alexis I va dans le même sens, quand il dit : « On a reconnu qu’il n’y avait qu’une seule âme dans nos deux corps, et par la grâce du Christ, cela a heureusement duré jusqu’à présent. Ces mots si froids « le mien » ou le « tien » ne furent jamais prononcés »18.

  • 19 Théophylacte, ch. 18. Sur l’héritage par l’empereur des références vétéro-testamentaires, voir G. D (...)
  • 20 Anne Comnène, I, p. 124, 1. 25-26.
  • 21 Ibid., p. 125, 1. 9-11.
  • 22 Ibid., p. 127,1. 6.
  • 23 Sur ce thème voir G Dagron, op. cit., p. 100.

19Anne Dalassène, peut alors être comparée aux grands rois d’Israël Salomon et David et elle a sa place dans l’héritage de la grande tradition constantinienne19. Les contemporains n’ont d’ailleurs pas hésité à lui attribuer la détention du pouvoir suprême : « En un mot, dit Anne Comnène, la situation était la suivante : Lui avait l’apparence du pouvoir, elle, le pouvoir lui-même (basileia) »20 et encore : « Tels sont les commencements du règne d’Alexis. On n’oserait vraiment pas l’appeler autocrator, en ce moment où il venait de confier à sa mère la charge d’autocrator »21. Elle fut donc « impératrice » avec le titre de « despoina », comme en témoignent les actes qu’elle promulgua. Nous verrons que c’est le seul titre officiel qu’elle ait porté. Si Anne Comnène parle d’elle comme de la « basilissa »22, cette expression est uniquement littéraire, car Anne Dalassène ne fut jamais couronnée, ni ne naquit dans la porphyre, Tune ou l’autre des conditions permettant de porter le titre de basilissa. Anne Dalassène a donc eu la marque de la basileia sans avoir été couronnée. C’est bien le signe qu’à l’avènement d’Alexis I Comnène, qui lui-même n’était pas né dans la pourpre, le pouvoir crée l’empereur plus que la couronne23.

  • 24 Anne Comnène, I, p. 125, 1.27.
  • 25 Ibid., 1, p. 125, 1.29-30
  • 26 Théophylacte, ch. 17.

20Au palais, on dit qu’Anne Dalassène remit de l’ordre dans un gynécée quelque peu licencieux depuis Constantin Monomaque. Mieux elle créa une sorte d’étiquette (taxis)24, devenant pour tous une règle et un modèle (stathmè et kanôn)25. Elle fixa des heures pour les hymnes sacrés, pour les repas, pour le conseil, pour les réceptions des visiteurs. Elle transforma en quelque sorte le palais en monastère. Théophylacte attribue également à Anne Dalassène la décence dans la « demeure consacrée » qu’est le palais et, par là même, l’unit à l’empereur dans le « sacerdoce impérial » (basileion hierateuma)26.

  • 27 Ibid.
  • 28 Cantique 3. 12-13.
  • 29 Théophylacte, ch. 17, 18. C’est comme si une nouvelle dynastie des Comnènes naissait d’elle, qui ét (...)

21On glissa rapidement vers l’image de la sainteté d’Anne Dalassène : ses prières permettent les victoires de l’autocrator : « ses larmes d’or vous donnent la victoire sans larme »27. Grâce à l’intercession de sa mère, les Scythes sont venus demander la paix à Alexis I. En fait le trophée de la victoire sur les Petchénègues, qui fut remporté sans combattre, est la couronne que lui ceint sa mère, comme Salomon fut ceint de la couronne dont l’a couronné sa mère28. Théophylacte développe même l’idée de la dynastie sainte des Comnène dont la sainte origine est Anne Dalassène, à partir de laquelle se ramifient tous les descendants29.

  • 30 Anne Comnène, I, p. 126,1.21-25.
  • 31 Ibid., p. 127, I. 13-16.

22Anne Dalassène a donc les vertus et le comportement de la sainte ; ainsi sa maison est ouverte aux parents nécessiteux, aux étrangers, aux moines et aux prêtres et, malgré la charge que représentait l’administration de l’État, « elle consacrait la plus grande partie de la nuit aux hymnes saintes, se consumant dans une prière continuelle et dans les veilles »30. Et même, pendant la journée, elle prenait part aux offices liturgiques dans la sainte église de la martyre Thècle, qui avait été fondée par l’autocrator Isaac Comnène, le frère de son mari31.

III. Le Témoignage des archives : réalité et limites du pouvoir d’Anne Dalassène

  • 32 Voir aussi ci-dessous le témoignage de Zonaras.

23Nous avons vu les pouvoirs, qui de droit étaient attribués par le chrysobulle d’Alexis I à sa mère, et nous avons examiné les textes des contemporains qui, au-delà des termes du dit chrysobulle, en faisaient une impératrice investie de la basileia et du sacerdoce impérial. Il s’agit maintenant d’examiner la réalité de ce pouvoir de droit et s’il coïncide au pouvoir suprême dont les chroniqueurs32 et les rhéteurs la disaient investie. Cette réalité ne peut en fait qu’être perçue à travers les actes de la pratique, qui représentent pour nous la réelle confrontation des faits avec l’image que l’on se faisait d’elle ou qu’on voulait donner d’elle.

24Cette analyse quelque peu fastidieuse s’orientera dans trois directions, d’abord la définition diplomatique des actes et leur signature, ensuite la délimitation du champ d’application, enfin la chronologie serrée des actes d’Anne Dalassène et d’Alexis I.

  • 33 La liste des documents ci-dessous analysés est la suivante (références bibliographiques abrégées) :(...)
  • 34 N. Oikonomidès, « Quelques remarques sur le scellement à la cire des actes impériaux byzantins (XII (...)

25L’ensemble des actes qui nous sont parvenus comme ayant été délivrés par le sceau d’Anne Dalassène s’élève au nombre de sept, ce qui est peu, et ils concernent les années 1082-108933. C’est la mention de son sceau qui est la marque authentique de la promulgation de ces actes par Anne Dalassène : on sait, en effet, que depuis 1074 environ certains documents impériaux, pour être validés, devaient porter le sceau de cire, y compris les chrysobulles qui portaient une bulle d’or34.

  • 35 Il y a deux types de signature, 1. la complète : prénom en Christô tô Théo pistos basileus kai auto (...)
  • 36 Sur ce point F. Barisiç (« Povelje vizantijskih carica », dans Zbornik Radova 13, 1971, p. 143-194, (...)
  • 37 N. Oikonomidès, « L’évolution de l’organisation administrative de l’empire byzantin au XIe siècle ( (...)

26En ce qui concerne la datation, qui, selon le chrysobulle, devait être écrite de la main de celui qui préside les bureaux de la chancellerie, nous constatons que tous nos documents d’archives ont respecté cette disposition, puisque le prostagma de 1082 le pittakion du 23 mai 1088 et le document de Docheiariou portent le ménologe35 de la main du logothète des sékréta et que le pittakion de Patmos du 15 juin 1087 porte celui du « vestarque Machétarès », qui devait, vu son titre, être probablement un subordonné du logothète des sékréta absent ce jour là. Seuls les documents de la despoina, insérés dans les actes de fonctionnaires, ne portent pas la mention de celui qui a écrit les lettres du ménologe, mais ces documents « insérés » ne peuvent apporter aucune contradiction à cette disposition qui semble avoir été parfaitement respectée36. Pour comprendre l’ensemble des dispositions d’Alexis I, il faut savoir que précisément le poste de logothète des sékréta a été créé pour assurer la coordination des différentes administrations pendant la régence d’Anne Dalassène. Il est, en conséquence, chargé de tâches précises dont l’écriture du ménologe37.

  • 38 La prostaxis du 25 mars 1089 n’a pas de dénomination particulière. Ce document et le pittakion d’Al (...)

27Les dénominations officielles de ces actes par les copistes posent en revanche problème : nous constatons en effet que le prostagma de 1082 est appelé « basilikon prostagma de notre empereur kyr Alexis Komnenos » et que le pittakion de mai 1088 est appelé « basilikon pittakion » sans précision38. En revanche le pittakion du 15 juin 1087 est appelé « despoinikon », et tous les autres actes d’Anne Dalassène, insérés dans les actes des fonctionnaires, sont décrits comme « émanant de la despoina ».

  • 39 Prostagma de 1082 : les deux formules sont employées au nom d’Alexis I ; pittakion basilikon du 23 (...)
  • 40 Pittakion du 15juin 1087 (Actes de Patmos I, no 47) : 1. 5 : è basileia hèmôn désigne Alexis ; 1. 1 (...)

28Si l’on analyse le contenu de ces actes, on s’aperçoit que dans les ordonnances dites impériales, scellées par le sceau d’Anne, la personne qui émet l’acte, l’émet au nom de « sa majesté » comme si c’était l’empereur et donc ne distingue pas l’acte présent des actes antérieurs promulgués par l’empereur Alexis39. C’est pourquoi ces ordonnances peuvent être définies comme ayant été rédigées au nom de l’empereur. En revanche, dans les actes dits de la despoina, Anne Dalassène se réfère aux actes de son « très cher fils et empereur », en les distinguant des actes qu’elle a elle-même promulgués ou qu’elle promulgue à l’instant, même si par le terme « notre majesté », l’auteur (Alexis I ou elle-même) des documents mentionnés n’est pas toujours clairement désigné40.

  • 41 Actes de Patmos I, p. 347.
  • 42 U. V. Bosch, « Einige Bemerkungen zum Kanzleiwesen der Byzantinischen Kaiserin », dans Mélanges Iva (...)
  • 43 J. B. Bury, The Constitution of the Later Roman Empire, Amsterdam, 1964, p. 111.
  • 44 Par le serment solennel écrit d’Eudocie, son épouse, de ne pas contracter un second mariage après s (...)
  • 45 Ce dont témoignent par exemple les circonstances (en 919) qui firent de Romain Lécapène le serviteu (...)
  • 46 F. Dôlger, Regesten der Kaiserurkunder des Oströmischen Reiches, I-V, Munich, 1924, 195 (cité infra(...)
  • 47 Cet argument avancé par C. Christophilopoulou (op. cit., p. 68) nous semble sans faille.

29Si ces deux types d’actes promulgués par Anne Dalassène ont été bien repérés par les éditeurs des Actes de Patmos41, aucune explication n’a été donnée, ni même évoquée. Néanmoins cette constatation infirme les conclusions de l’article d’Ursula V. Bosch, selon lesquelles une souveraine pouvait légiférer en tant qu’impératrice sans être perçue comme « basileus »42. Il nous semble donc que la thèse de J. B. Bury43, contre laquelle l’auteur argumente, ne peut être rejetée. Les souveraines ont publié des sigillia ou des chrysobulles seulement quand elles étaient perçues comme « empereurs », c’est à dire quand elles régnaient à l’exclusion de l’empereur, telles Zoé et Théodora, qui effectivement eurent les pleins pouvoirs en 1042, telle Théodora en 1056, sans parler d’Irène l’Athénienne, qui s’intitula « basileus » dans les actes officiels. Excepté pour cette dernière, nous n’avons pas conservé les actes originaux de ces souveraines et nous ne savons pas du tout comment se présentaient ces actes et quel était leur formulaire et comment signait la souveraine. De plus, il semble bien, au moins jusqu’à la régence d’Eudocie Makrembolitissa, qui mérite un traitement particulier44, que les régentes ne publiaient pas d’actes en leur nom propre, mais en celui de leur fils45. Cette dernière impératrice semble, en revanche, promulguer des actes officiels en son nom, même si l’on ne sait pas si elle a promulgué autre chose que des mémorandums ou des ordonnances pratiques46. Il nous semble, en effet, que si les actes d’autres impératrices régentes avaient été promulgués en leur nom, nous en aurions la trace par leurs mentions dans les actes postérieurs47.

  • 48 JGR, I, p. 296-298.

30Pour en revenir à Anne Dalassène, nous nous sommes demandé si l’origine des deux catégories d’actes ne provenait pas des domaines distincts dans lesquels s’était exercée son autorité. Pour le prostagma impérial de 1082, il est parfaitement clair qu’il s’agit de légiférer et non de gouverner : la novelle porte sur les ruptures de contrats et les amendes dues conséquemment au fisc et sur l’héritage de ceux qui sont décédés sans enfant et intestats48. Or nous avons vu que le « chrysobulle de régence » ne mentionnait pas la possibilité pour la souveraine de légiférer.

31Il est plus difficile d’interpréter la nécessité pour Anne Dalassène d’avoir promulgué un acte en faveur de Christodule sous forme de pittakion impérial en mai 1088, alors que nous connaissons d’autres actes en faveur du même personnage promulgués au nom de la despoina. En considérant que l’acte de mai 1088 confirme l’exemption totale de charges fiscales sur l’île de Patmos, nous avançons l’hypothèse que le pittakion impérial était nécessaire quand il s’agissait d’un bien qui ne faisait pas partie des biens d’Anne Dalassène, ni à titre personnel ni à titre des biens impériaux de son ressort. En effet, nous savons que les actes en faveur de Christodule qu’elle émit indépendamment de celui-là concernent des biens qui faisaient antérieurement partie de sa liste civile, soit par leur appartenance au monastère du Pantepoptès, qui était sa fondation personnelle, soit parce qu’ils étaient du ressort du Myrélaion, sekréton qu’Alexis I avait attribué à sa mère. Reste à savoir si l’acte mentionné de Docheiariou peut correspondre lui aussi à un tel type de documents. Nous constatons simplement qu’il est question de biens impériaux auxquels Xiphilin, juge du thème de Boléron, avait menacé de rattacher une partie des possessions du monastère, mesure contre laquelle Anne Dalassène s’oppose, en confirmant aux moines de Docheiariou leurs biens et, mieux encore, en leur attribuant une donation de terres. On pourrait supposer que, comme pour les îles de Léros, Leipsos et Pharmakos, Anne Dalassène détenait au titre du Myrélaion, un certain nombre de biens-fonds en Chalcidique.

  • 49 F. Barisiç, op. cit., n 35.

32Cette hypothèse est confortée en quelque sorte par l’étude des actes de chancellerie émis par les impératrices, épouses de l’empereur principal ou associé, des périodes postérieures49.

  • 50 Comme en témoignent notamment les deux Horismoi de Théodora en faveur de Christodule pour des biens (...)
  • 51 Actes de Patmos I, no 36. Horismos daté de 1269. Le document confirme l’exemption de taxes de quatr (...)
  • 52 R. P. L. Petit et B. Korablev, « Actes de Chilandar, Actes grecs », dans Vizantijskij Vremenik, XVI (...)
  • 53 J. Verpeaux, Pseudo Codinos. Traité des Offices. Introduction, Texte et Traduction, Paris, éd. du C (...)

33En effet, les chartes de Théodora, épouse de Michel VIII (principalement celles de la Théotokos Lembiotissa près de Smyrne) concernent les propriétés privées de Théodora50, même si l’impératrice rend publiques ses décisions par des ordonnances qu’elle adresse à l’ensemble des fonctionnaires. Les fonctionnaires citent toujours l’acte de l’impératrice comme « theios et proskynètès despoinikos horismos ». L’impératrice, de plus, ne signe pas le ménologe de sa main51. De Maria-Xéna, épouse de l’empereur associé Michel IX, qui avait des biens-fonds dans la région de Thessalonique, nous avons un horismos d’août 132152, dont il faudra attendre la nouvelle édition des Actes de Chilandar pour savoir si le ménologe est vraiment de la main de l’impératrice. Toutes ces remarques un peu dispersées nous permettent de considérer d’une part une large extension, après le XIIIe siècle, aux impératrices épouses de l’empereur principal ou associé53 du droit d’émettre des actes de chancellerie, mais en même temps une limitation aussi bien pour la signature que pour l’origine des biens concernés à une époque où les domaines des membres de la famille impériale deviennent pratiquement des apanages.

  • 54 Néanmoins F. Barasiç (op. cit., no 35) fait observer que c’est Jean V Paléologue âgé de dix ans à p (...)
  • 55 Il faut en effet attendre la régence d’Anne de Savoie pour connaître un horismos exactement formulé (...)

34La régence d’Anne de Savoie jusqu’en 1347 se caractérisa par la dévolution pleine et entière du pouvoir souverain et la qualité d’autokratôr, qui lui permit de signer en son nom des horismoi54, tandis que sa qualité de souveraine locale à Thessalonique lui permit par la suite d’émettre également des horismoi55 : avec Anne de Savoie, se concrétisent les deux pouvoirs de l’impératrice, celui qu’elle peut détenir en tant qu’investie de la basileia, et celui qu’elle peut exercer dans le cadre d’une administration autonome.

  • 56 Nous rejoignons ici les conclusions de C. Christophilopoulou (op. cit., p. 129), si ce n’est que no (...)
  • 57 E. Renauld, Michel Psellos, Chronographie, II, Paris, 1928, p. 152. U. V. Bosch insiste beaucoup su (...)
  • 58 D’après Psellos, en 1067 Michel avait dépassé depuis longtemps l’âge de la jeunesse : ce point rapp (...)
  • 59 Sur ce sujet, voir infra.

35Il semble, dans ces conditions, que la « régence d’Anne Dalassène » se situe au début de cette double évolution, d’une part pour les impératrices épouses de pouvoir promulguer en toute liberté des actes concernant les biens qui leur sont dévolus (biens privés ou impériaux), d’autre part pour les régentes, qui, à partir du règne d’Eudocie Makrembolitissa, semblent pouvoir agir désormais en qualité d’autokratôr56. À Anne Dalassène ont donc été données, un peu comme à Anne de Savoie deux siècles et demi plus tard, à la fois la dévolution des pleins pouvoirs — en tant impératrice mère de l’empereur, au même titre qu’Eudocie Makrembolitissa, qui fut investie du pouvoir souverain57, alors que son fils aîné avait l’âge de gouverner58 -, et la possibilité d’émettre des actes en son nom pour les biens relevant de sa fortune ou de sa liste civile. Le cas particulier d’Anne Dalassène reste néanmoins de ne pas avoir été couronnée et d’avoir été plus souveraine encore que les impératrices des XIIIe-XIVe siècles — dont le champ d’activités était plus restreint -, et d’avoir exercé le pouvoir suprême plus durablement que la régente Eudocie Makrembolitissa, qui ne le détint que sept mois, alors qu’Anne Dalassène gouverna treize années entières au moins. Nous pensons néanmoins qu’en tant qu’« empereur », elle a émis des actes non en son nom, mais en celui de son fils, même si elle les scellait de son sceau59.

36Le dernier point que nous voudrions aborder concernant les actes de la pratique, est celui de la chronologie comparée des actes d’Anne Dalassène avec ceux de son fils de 1087 à 1089 et les problèmes qu’elle suscite.

  • 60 Voir références à ces actes no 32.
  • 61 MM VI, p. 29 = Actes de Patmos I, no 46.

37De l’année 1087, en effet, nous possédons une prostaxis d’Anne Dalassène du mois de juin adressée à Eustathe Charsianitès, stratège et recenseur de Samos ordonnant la mise en possession des dits biens en faveur du dit Christodule. Cet acte doit être antérieur à une autre pros taxis d’Anne Dalassène datée du 15 juin 1087 adressée au Myrélaion, qui mentionne non seulement le chrysobulle d’Alexis I, mais aussi l’instruction donnée à Eustathe Charsianitès de faire la mise en possession et ordonne, en conséquence, d’enregistrer l’exemption des diverses charges fiscales qui pesaient sur les biens de Christodule dans les îles de Léros et de Leipsos60. Or de ce même mois de juin 1087 nous possédons un pittakion d’Alexis I61 confirmant les dispositions du chrysobulle en faveur de Christodule sur les biens de Léros et de Leipsos, et adressé au sékréton tôn oikeiakôn, c’est à dire au service chargé des biens du fisc et de la couronne, un des services administratifs les plus importants de l’époque. Cet acte de confirmation pratique du chrysobulle de donation de mai 1087, doit le suivre immédiatement, et il doit être le premier des documents émis en juin. Nous avons, par ailleurs, une autre prostaxis d’Alexis I Comnène à Eustathe Charsianitès, ordonnant la mise en possession de ces biens conformément à la prostaxis antérieure d’Anne Dalassène à ce sujet.

  • 62 Anne Comnène, II, p. 89, 92. À ce sujet, voir E. Malamut, « L’image byzantine des Petchénègues », d (...)

38Si nous considérons maintenant les événements de cette année là, nous rappellerons qu’au printemps 1087 eut lieu une grande offensive des Petchénègues contre l’empire. Ils traversèrent le Danube et les Rhodopes et parvinrent jusqu’à Ainos. Alexis I partit en campagne en juin 1087 pour Lardéas situé entre Diampolis et Goloè et resta là quarante jours à rassembler des troupes avant de rencontrer une ambassade de 150 Petchénègues, ce que l’on appelle « l’entrevue de Goloè », datée du 1er août 108762. Ces données coïncident assez bien avec la date de la promulgation de la prostaxis d’Anne Comnène au Myrélaion (15 juin 1087), car il fallut quelques jours à Alexis I pour arriver à Diampolis. Anne Dalassène aurait donc, en l’absence de l’empereur parti en campagne, promulgué des actes officiels conformément aux clauses du chrysobulle : celui du 15 juin, qui est destiné au Myrélaion et celui non daté par le jour de juin 1087 qui est l’ordre de mise en possession. Telle est jusqu’aujourd’hui l’explication traditionnelle donnée par les historiens.

  • 63 N. Oikonomidès, L’évolution.... op. cit., réf. no 37, p. 136.

39Néanmoins, si l’on considère quelque peu attentivement l’ensemble des ordonnances promulguées par Anne Dalassène et son fils Alexis I, tout se passe comme si Anne Dalassène envoyait ses ordres au bureau de son oikos, le Myrélaion, et Alexis I envoyait des instructions correspondantes au bureau du service chargé de la juridiction des terres appartenant en propre au fisc (le sékréton tôn oikeiakôn)63. Dans ces conditions, on peut même supposer que l’acte promulgué par Anne Dalassène n’a rien à voir avec le départ d’Alexis en campagne. En revanche la confirmation par l’empereur d’un ordre d’Anne Dalassène ce même mois de juin pourrait, lui, témoigner du fait que l’empereur a effectivement délégué son pouvoir, mais qu’il a dû, à son retour confirmer les dispositions de sa mère. On note par conséquent la difficulté pour Anne Dalassène d’affirmer son autorité, alors même qu’il s’agit de domaines qui avaient été autrefois de son ressort et qui, selon son ordre, ont été rayés de la liste de ses biens.

40En conclusion, pour cette année 1087, si l’on peut penser qu’à un certain moment Anne Dalassène a remplacé son fils parti en campagne contre les Petchénègues, ses actes de la pratique ont eu une portée extrêmement limitée.

  • 64 Actes de Patmos I, no 49.

41En 1088, nous constatons tout d’abord qu’Alexis I, encore en campagne contre les Petchénègues, comme chaque année jusqu’en mars 1091, ne devait cette fois ci avoir aucune possibilité de promulguer des actes au cours du mois de juin : les actes d’Alexis 1 de cette année-là ne vont pas au delà du mois d’avril. Comme il fallait encore ordonner un certain nombre de dispositions, c’est effectivement Anne Dalassène qui a tout assumé en mai-juin 1088 et peut-être même jusqu’en septembre. Certes aucun de ses actes n’a reçu de confirmation postérieure d’Alexis I. Mais l’on constate que l’acte de mai 1088, qui confirme à nouveau l’exemption fiscale totale sur l’île de Patmos est envoyé aux divers services de l’administration fiscale (le sékréton tôn oikeiakôn, celui du logothète tou génikou, celui de la sakellè, celui du logothète tou stratiôtikou etc.)64. Or cet acte, nous l’avons vu, est justement l’acte promulgué par la bouche de l’empereur et simplement délivré par le sceau de cire de la despoina. Les autres actes de cet été 1088 concernent des litiges entre moines et paysans à l’intérieur des domaines déjà attribués l’année précédente. On en revient à la même constatation : l’exercice du pouvoir d’Anne Dalassène officiellement reconnu par le chrysobulle reste limité tant qu’elle ne décrète pas par la bouche de l’empereur.

  • 65 Actes de Docheiariou, no 2, 1. 3-7 ; 20-22.
  • 66 Anne Comnène, II, p. 108.
  • 67 MM VI, p. 57-58 = Actes de Patmos I.

42Enfin, pour l’année 1089, le seul acte que nous possédions d’Anne Dalassène, du 25 mars 1089, concerne les biens du monastère de Docheiariou. Nous savons qu’antérieurement (courant 1088 ?), il y avait eu des ordonnances d’Alexis I sur cette affaire qui opposait les moines aux recenseurs du fisc, nous savons même qu’il y eut au moins un ordre d’Anne Dalassène65. Néanmoins nous raisonnerons à partir des actes datés et donc du pittakion d’Alexis I de février 1089. L’acte suivant est donc celui du mois de mars d’Anne Dalassène. Or Anne Comnène nous raconte justement qu’au début du printemps, quand les Petchénègues arrivèrent à Chariopolis, Alexis I se trouvait déjà à Bulgarophygon66, ce qui coïncide tout à fait avec la délégation renouvelée du pouvoir à Anne Dalassène. Néanmoins il faut savoir qu’en avril 1089, Alexis I, à nouveau dans la capitale, promulgue une prostaxis au recenseur de l’île de Kôs67.

  • 68 Anne Comnène, II, p. 201 : Cet ordre dépassait de loin les problèmes administratifs. Il touchait l’ (...)

43Cette analyse de la chronologie comparée des actes d’Anne Dalassène et d’Alexis I montre à l’évidence qu’Anne Dalassène ne promulgua des actes que très peu de temps chaque année, à l’occasion d’une campagne de son fils empereur, et quand il n’y avait pas moyen de faire autrement. Dès que l’empereur revenait, c’est lui qui promulguait les actes administratifs, y compris les actes courants. Ce que donc nous avons perçu au niveau de la réalité effective du pouvoir exercé par Anne Dalassène, c’est-à-dire un pouvoir limité dans son contenu et sa portée, à moins qu’exceptionnellement elle ne promulgue par la bouche de l’empereur, se vérifie au niveau de la durée effective de ce pouvoir. Sans doute Anne Dalassène tenait-elle en mains l’administration impériale un mois ou deux par an et encore. Toutes ces constatations issues de la pratique nous emmènent bien loin des propos des contemporains, qui en faisaient le « véritable autocrator » du règne d’Alexis I, du moins jusqu’en 1095, date du dernier ordre connu d’Anne Dalassène68.

IV. Les témoignages des sceaux et la titulature

  • 69 J. CI. Cheynet - J. F. Vannier, Études Prosopographiques, Paris, 1986 p. 97-98.

44Anne Dalassène a laissé de nombreux sceaux69, tous à l’effigie de la Vierge, sauf lorsque la légende occupe les deux faces du plomb. On peut les distinguer selon leur légende et tenter d’établir une chronologie de leur date d’émission :

45a) Sceaux dont à l’avers la Vierge est en pied tenant l’enfant sur le bras droit. Au revers : Que la Vierge aide ton esclave Anne Dalassène Kouropalatissa et domestikissa.

46Le titre de domestikissa est octroyé à l’épouse du domestique et mari d’Anne. On peut donc sans difficulté dater ce type de sceaux entre 1057 et 1067 (date de la mort de Jean Comnène).

  • 70 Ibid., p. 98. L’auteur se fonde sur P. Gautier, « L’obituaire du Typikon du Pantocrator », dans Rev (...)
  • 71 Voir ci-dessous.

47b) les sceaux d’Anne Dalassène « prôtokouropalatissa » ou d’Anne Dalassène « Kouropalatissa et moniale » ont été datés par J. C. Cheynet de la période 1067 à 1081 (avènement d’Alexis I). Il y a au moins six exemplaires de cette sorte. J. Cl. Cheynet est perplexe quant au titre de « prôtokouropalatissa », puisque Jean Comnène n’a pas obtenu de dignité supérieure à celle de curopalate70. Comment sa veuve aurait-elle pu progresser dans la hiérarchie aulique ? Par ailleurs le qualificatif de « moniale » pose encore un autre problème de chronologie71.

48c) Nous avons des sceaux d’Anne Dalassène comme « moniale et mère du basileus », ou comme « prôtè et mère du basileus » en un grand nombre d’exemplaires (13). Les sceaux portant la mention d’Anne Dalassène « moniale et mère du basileus » furent utilisés soit après 1081 (si l’on suppose qu’Anne Dalassène était moniale en 1081), soit après 1095, si elle se fit moniale seulement à cette date.

49Il n’y a pas de sceaux avec la transfiguration sur une face, la Dormition sur l’autre avec la légende « Anne Dalassène despoina » comme on l’attendrait. J. Cl. Cheynet suppose que ces sceaux étant en cire pour sceller les documents officiels (comme nous avons plusieurs fois la mention dans les actes examinés), ils n’ont pas été conservés. Par ailleurs se pose la question de la signification de « prôtè », mot dont J. Cl. Cheynet doute qu’il est l’équivalent féminin de « prôtos », c’est à dire supérieur d’un ensemble de monastères.

50Nous voudrions revenir encore sur ces légendes des sceaux d’Anne Dalassène et tenter une interprétation nouvelle.

  • 72 Anne Comnène, I, 126
  • 73 Th. Büttner-Wobst, Ioannais Zonarae epistomae historiarum libri XIII-XVIII, t. III, Bonn, 1897 (cit (...)
  • 74 L’un et l’autre témoignage y auraient fait nécessairement allusion.

51En ce qui concerne la date à laquelle Anne Dalassène se fit moniale, il nous semble que les témoignages d’Anne Comnène et de Zonaras sont assez explicites. En effet, Anne Comnène mentionne qu’Anne Dalassène, « bien qu’elle s’occupât de l’administration de l’État, ne méprisait d’aucune manière le genre de vie qui convient aux moines et elle consacrait la plus grande partie de la nuit aux hymnes saintes, se consumant dans une prière continuelle et dans les veilles »72. Zonaras est encore plus clair. Il raconte qu’à l’avènement d’Alexis I, sa mère ne put partager ni les insignes royaux, ni l’acclamation, ni la proclamation, parce qu’elle portait l’habit de moniale. Elle participa seulement au nom de l’empire, mais administra toute la direction des affaires »73. En 1081 Anne Dalassène était par conséquent déjà moniale, ce qui explique que pour la période antérieure, nous avons des sceaux d’Anne Dalassène « kouropalatissa et moniale ». Le problème est de savoir depuis quand Anne Dalassène était tonsurée. Elle ne l’était pas lors de la visite de Cyrille le Philéote, ni quand elle dut comparaître devant le tribunal impérial, c’est-à-dire en 107274. Il est, en revanche, fort vraisemblable qu’elle soit devenue moniale justement à la suite de cette comparution, quand elle fut exilée avec sa famille dans l’île de Prinkipo. Nous pensons donc que les sceaux d’Anne Dalassène comme « kouropalatissa et moniale » peuvent être datés de la période 1072-1081.

52Il nous semble, par ailleurs, à la relecture des légendes, qu’il faille aller à l’hypothèse la plus simple, qui est de fait la plus plausible :

  • Si l’on remarque que pour le sceau d’Anne Dalassène comme « prôtokouropalatissa », il existe au moins un exemplaire différent où l’on a pu lire clairement « prôtè kai kouropalatissa », et dans la mesure également où le terme « prôto » ou « prôtè » est une abréviation, il me semble que le problème de prôtocuropalate n’existe pas.

  • Si l’on met à part les sceaux où Anne Dalassène porte le titre de « domestikissa », qui ne posent pas de problème, nous avons donc deux séries de sceaux distincts du fait que sur l’une des deux figure la précision « mère du basileus » et que cette légende ne figure pas sur l’autre. De ces deux séries, l’une est antérieure à 1081, l’autre postérieure.

53Chaque série est alors divisée en deux types.

54La première série, antérieure à 1081, comporte une légende avec Anne D. « moniale et curopalate », et une autre avec Anne D. « prôtè et curopalate » (le terme kai étant oblitéré sur au moins un sceau).

55La seconde série comporte une légende avec Anne D. « moniale et mère de l’empereur », et une autre avec Anne D. « prôtè et mère de l’empereur ».

56Ce qui change, effectivement, entre les deux séries, c’est que la dignité du curopalate a été transformée en une autre beaucoup plus grande, qui est celle d’être « la mère de l’empereur ».

  • 75 Remarquons que tous les sceaux d'impératrices conservées portent la légende d'augousta : sceaux de (...)
  • 76 Qu’Anne D eut été prôtè (supérieure d’un certain nombre de monastères) ne me semble présenter aucun (...)

57Reste à savoir si pour les documents officiels qu’Anne Dalassène a scellés, il existait un autre type de sceau avec une autre effigie, celle de la Transfiguration du Christ et de la Dormition de la Vierge, comme le précisait le chrysobulle, et une autre légende qui donnerait à Anne Dalassène le titre de « despoina », le seul qu’elle pouvait officiellement porter. N’ayant jamais été couronnée, elle ne pouvait, en effet, être dite officiellement « augousta »75 ni « basilis ». Il est donc impossible qu’il y ait jamais eu un sceau d’Anne Dalassène au titre d’augousta. En revanche s’offrent deux possibilités : ou bien il y eut effectivement des sceaux de cire d’Anne Dalassène comme « despoina » à une époque où le souverain principal a sur ses sceaux et ses monnaies le titre de « despotès », ou bien il n’y eut pas d’autres légendes que celles ci-dessus mentionnées, y compris les sceaux de cire. Nous inclinerions volontiers à adopter cette dernière hypothèse. Nous pensons qu’Anne Dalassène, du fait de son statut très particulier, qui lui avait interdit de participer aux proclamations et aux insignes de la royauté, n’a jamais eu de sceau avec une titulature autre que « prôtè et mère de l’empereur »76 ou « moniale et mère de l’empereur ».

Le bilan

  • 77 Zonaras, p. 746-747.

58Zonaras77, comme Anne Comnène, expose clairement que pendant des années, c’est Anne Dalassène qui dirigea le gouvernement de l’empire, Alexis n’en étant que le titulaire. Ce qui est faux, dans la mesure où nous avons constaté qu’il y eut de très nombreux actes d’Alexis I pendant toute cette période et qu’il ne déléguait qu’exceptionnellement le gouvernement à sa mère, le temps d’une campagne. Néanmoins, dans la mesure où Anne Dalassène eut effectivement le pouvoir à intervalles réguliers, on peut supposer qu’elle défaisait parfois ce que l’empereur avait décidé, ce que suggère l’acte de Docheiariou que nous avons cité.

  • 78 P. Lemerle, A. Guillou, D. Papachryssanthou, N. Svoronos, Actes de Lavra I (Archives de l’Athos 5), (...)
  • 79 Anne Comnène, II, p. 10-12.
  • 80 C’est justement l’argent englouti pour les campagnes d’Alexis I aux dépens de la prospérité de l’em (...)

59Les étapes du litige entre les moines de Docheiariou et l’administration fiscale ont, en effet, été reconstituées par les éditeurs et il paraît clair qu’Anne Dalassène a fait annuler les dispositions moins avantageuses pour les moines qu’avait prises Alexis et, même plus, elle a interprété à sa façon les actes officiels promulgués par l’empereur. Et, si l’on constate en ce cas particulier qu’Alexis I a justement pris des décisions à l’encontre des moines, peut-on aller plus loin et conclure de cet exemple qu’Anne Dalassène a favorisé, en dépit d’Alexis I, les monastères aux dépens des biens impériaux et du fisc ? Est-ce la raison pour laquelle Zonaras accuse son administration d’avoir été l’origine des malheurs des sujets de l’empire pendant la période où elle a gouverné ? Nous ne pouvons, en fait, nous prononcer sur une politique originale d’Anne Dalassène, en dépit du texte de Zonaras, dans la mesure où l’on constate une politique de va et vient identique de l’empereur Alexis dans les actes concernant Lavra et le fisc et se réglant finalement toujours en faveur du monastère, sans qu’Anne Dalassène ait eu une participation perceptible dans les dispositions qui ont alors été prises78. Il est, alors, très difficile de cibler une politique d’Anne Dalassène distincte de celle d’Alexis I. En tout cas, l’affaire des biens de l’Église fondus pour en tirer de la monnaie servant à payer l’armée, prouve bien une totale coopération entre Alexis I, sa mère et même Isaac, le frère d’Alexis79, et infirme l’idée d’une politique systématiquement favorable à l’Église. Mais servir les besoins de l’armée n’était sans doute pas perçu par les contemporains comme une administration favorable aux sujets de l’empire80.

  • 81 Zonaras, p. 746.
  • 82 P. Gautier, « Le Typikon de la Théotokos Kécharitôménè », dans Revue des Études Byzantines, 43, 198 (...)

60Son départ du pouvoir (dont on ne peut préciser la date, si ce n’est qu’elle est postérieure à 1095) était en fait désiré par Alexis, toujours selon Zonaras, et Anne Dalassène aurait préféré prendre les devants, en cédant volontairement les rênes et en quittant le palais pour se retirer dans le monastère du Pantepoptès qu’elle avait fondé81. Elle mourut, âgée environ de 80 ans, vers 1100 : elle est commémorée dans le Typikon de la Théotokos Kécharitoménée, fondation monastique d’Irène Doukaine sous la mention de « ma sainte despoina, la belle-mère de ma Majesté » le 1er novembre82.

61En dernière et brève conclusion de toute notre analyse, le pouvoir d’Anne Dalassène n’a pas été de droit le pouvoir suprême et dans la réalité, elle ne l’exerça que par la bouche de l’empereur, son fils. Du point de vue idéologique ce privilège était ambigu et reposait sur l’union, c’est-à-dire sur l’accord total entre Alexis et sa mère, plus que sur le partage de la fonction impériale. C’est pourquoi, comme le dit Zonaras, il prit fin selon la volonté de l’empereur. Il n’empêche qu’Anne Dalassène eut pendant plusieurs années une influence certaine sur la vie de l’empire, à commencer par la vie dans le palais dont elle voulut faire un monastère, une « maison consacrée » selon la tradition byzantine du sacerdoce royal. « Moniale et Mère de l’empereur » sont bien les titres qui lui conviennent le mieux.

Notes

1 Ce chrysobulle est entièrement rapporté par Anne Comnène, fille d’Alexis 1 dans l’Alexiade : cf. B. Leib, Anne Comnène, Alexiade, Paris, Les Belles Lettres, 1967 (cité infra Anne Comnène), I, p. 120-122.

2 Anne Comnène, I, p. 125-127 ; P. Gautier, Nicephorii Bryennii historiarum libri quattuor, Introduction, Texte et notes (Corpus Fontium Historiae Byzantinae 9, Series Bruxellensis), Bruxelles, 1975, (cité infra Bryennios), p. 77-79.

3 Anne Comnène, I, p. 120.

4 Bryennios, p. 102.

5 Ibid., p. 105.

6 Anne Comnène, I, p. 32.

7 Bryennios, p. 80-82.

8 Ibid., p. 130.

9 Et. Sargologos, La Vie de Saint Cyrille, le Philéote, moine Byzantin (Subsidia Hagiographica 39), Bruxelles, 1964, ch. 17.

10 Ainsi Ioannikios, sur sa sainte montagne de l’Olympe, était-il pressenti par les nobles de Constantinople de prédire l’avenir lorsque l’empereur régnant Staurakios agonisait en 811, cf. Vie de Ioannikios par Sabas : Acta Sanctorum (cité infra AASS), Nov. t. II, 1 (F. Halkin, Bibliotheca Hagiographica Graeca3, Bruxelles, 1957, cité infra BHG, 935), ch. 15. De même alla-t-on chercher Constantin le Juif sur cette même montagne, lorsque le futur Léon VI fut emprisonné par son père Basile I et que l’on se demandait quel serait l’avenir de l’empire : le saint prédit le prochain avènement de Léon, cf. Vie de Constantin le Juif, AASS. Nov. IV (BHG 370), ch. 69.

11 Anne Comnène, I, p. 109-110.

12 Bryennios, p. 221.

13 Anne Comnène, I, 75.

14 Ibid., p. 75-79.

15 Ibid., p. 78.

16 Ibid., p. 121-122.

17 P. Gautier, « Le Discours de Théophylacte de Bulgarie à l’autocrator Alexis I Comnène », dans Revue des Études Byzantines, 20, 1962, p. 93-130 (cité infra Théophylacte), ch. 18.

18 Anne Comnène, I, p. 121.

19 Théophylacte, ch. 18. Sur l’héritage par l’empereur des références vétéro-testamentaires, voir G. Dagron, Empereur et prêtre, Étude sur le « césaropapisme byzantin », Paris, Gallimard, 1996, p. 69-70, 155.

20 Anne Comnène, I, p. 124, 1. 25-26.

21 Ibid., p. 125, 1. 9-11.

22 Ibid., p. 127,1. 6.

23 Sur ce thème voir G Dagron, op. cit., p. 100.

24 Anne Comnène, I, p. 125, 1.27.

25 Ibid., 1, p. 125, 1.29-30

26 Théophylacte, ch. 17.

27 Ibid.

28 Cantique 3. 12-13.

29 Théophylacte, ch. 17, 18. C’est comme si une nouvelle dynastie des Comnènes naissait d’elle, qui était une Dalassène.

30 Anne Comnène, I, p. 126,1.21-25.

31 Ibid., p. 127, I. 13-16.

32 Voir aussi ci-dessous le témoignage de Zonaras.

33 La liste des documents ci-dessous analysés est la suivante (références bibliographiques abrégées) :
JGR : A. et P. Zépos, Jus Graecoromanum, t. 1-7, Athènes, 1931.
MM : F. Miklosich, J. Müller, Acta et diplomata graeca Medii Ӕvi sacra et profana, 6 vol., Vienne, 1860-1890.
Actes de Patmos I : E. Vranoussi, Byzantina engrapha tès monès Patmou, A’- Autokratorika, Athènes, 1980.
Actes de Patmos II : M. Nystazopoulou-Pélekidou, Byzantina engrapha tès monès Patmou, B’- Dèmosiôn leitourgôn, Athènes, 1980.
Actes de Docheiariou : N. Oikonomidès, Actes de Docheiariou (Archives de l’Athos 13), Paris, P. Lethielleux, 1984.
1. - 6 juillet 1082 Prostagma d’Anne Dalassène délivré au nom d’Alexis I : JGR I, p. 296-298.
2. - 15 juin 1087 Pittakion d’Anne Dalassène concernant les proasteia Parthénion et Téménia et la moitié du kastron de Pantélion, l’île de Leipsos... adressé au sekréton du Myrélaion, cf. MM VI, p. 32-33 = Actes de Patmos I, n 47.
3. - juin 1087 (après le 10 juin) Prostaxis d’Anne Dalassène, cf. MM VI, p. 34-35 = Actes de Patmos II, no 52-40, I. 43 (texte inséré dans le praktikon de l’île de Leipsos, des deux biens Parthénion et Téméneia et de la moitié du kastron de Pantélion dans l’île de Léros daté après avril 1089)
4. - 23 mai 1088 Pittakion d’Anne Dalassène en faveur de Patmos adressé au sekreton tôn oikeiakôn, cf. MM VI, p. 53-55 = Actes de Patmos I, no 49.
5. - juin 1088 Prostaxis (dite encore Pittakion) d’Anne Dalassène sur la terre de pature dans le bien Parthénion de Léros, cf. MM VI, p. 39 = Actes de Patmos II no 52,1.109-130 (document inséré). Sans doute est-ce la prostaxis mentionnée dans Actes de Patmos II, no 53, 1.187.
6. - après juin 1088 et avant sept. 1088 : Prostaxis d’Anne Dalassène sur la donation de l’autre moitié du kastron de Pantélion dans l’île de Léros au monastère de Patmos, cf. MM VI, p. 40 (texte inséré) = Actes de Patmos II, no 52.
7. - 25 mars 1089. Prostaxis d’Anne Dalassène en faveur du monastère de Docheiariou, cf. Actes de Docheiariou, no 2.

34 N. Oikonomidès, « Quelques remarques sur le scellement à la cire des actes impériaux byzantins (XIIIe-XVe siècles) », dans ZPhF, 14, 1, 1979, p. 123-128.

35 Il y a deux types de signature, 1. la complète : prénom en Christô tô Théo pistos basileus kai autokratôr Romaiôn o et nom de famille. Utilisée aussi par le co-empereur s’il porte le titre d’autokratôr. 2. Le ménologe qui est l’indication du mois et indiction. Utilisé par les co-empereurs à partir d’Andronic II, cf. N. Oikonomidès, « La chancellerie impériale de Byzance du 13e au XVe siècle », dans Revue des Études Byzantines, 43, 1985, p. 183.

36 Sur ce point F. Barisiç (« Povelje vizantijskih carica », dans Zbornik Radova 13, 1971, p. 143-194, en serbe, rés. français p. 194-202) s’est trompé en pensant qu’il y avait des actes de la main d’Anne Dalassène.

37 N. Oikonomidès, « L’évolution de l’organisation administrative de l’empire byzantin au XIe siècle (1025-1118) », dans Travaux et Mémoires, 6, 1976, p. 128.

38 La prostaxis du 25 mars 1089 n’a pas de dénomination particulière. Ce document et le pittakion d’Alexis de février 1089 sont présentés ensemble par le copiste comme « vénérables pittakia », cf. Actes de Docheiariou no 2, p. 58.

39 Prostagma de 1082 : les deux formules sont employées au nom d’Alexis I ; pittakion basilikon du 23 mai 1088 (Actes de Patmos I, no 49) 1. 255 : è basileia mou se réfère à Alexis ; 1. 258, 263 : è basileia mou, 1. 258 : to kratos hèmôn peuvent se référer à Alexis ou à Anne Dalassène ; en revanche, dans la prostaxis d’Anne Dalassène du 25 mars 1089 (Actes de Docheiariou, no 2) : les termes è basileia mou 1. 20, 31, 36 se réfèrent à Anne Dalassène sans ambiguité.

40 Pittakion du 15juin 1087 (Actes de Patmos I, no 47) : 1. 5 : è basileia hèmôn désigne Alexis ; 1. 10 et 12 : è basileia hèmôn désigne Anne Dalassène.

41 Actes de Patmos I, p. 347.

42 U. V. Bosch, « Einige Bemerkungen zum Kanzleiwesen der Byzantinischen Kaiserin », dans Mélanges Ivan Dujcev, Byzance et les Slaves, Paris, 1979, p. 90.

43 J. B. Bury, The Constitution of the Later Roman Empire, Amsterdam, 1964, p. 111.

44 Par le serment solennel écrit d’Eudocie, son épouse, de ne pas contracter un second mariage après sa mort, devant le Patriarche de Constantinople, le Saint-Synode et le Sénat (cf. N. Oikono-Midès, « Le serment de l’Impératrice Eudocie, 1067). Un épisode de l’histoire dynastique de Byzance », dans Revue des Études Byzantines, 21, 1963 p. 101-128), Constantin X Doukas n’a pas donné plus de pouvoir à l’impératrice que ne l’avaient fait les empereurs antérieurs qui laissaient à leur mort leur épouse assumer la régence au nom de leur(s) fils mineur(s). La recommandation par l’empereur mourant de son épouse, qui devait assumer la régence, n’était pas exceptionnelle — Théophile, à la veille de mourir, réunit tout le Sénat à la Magnaure et demanda solennellement de garder la fidélité et la bienveillance envers sa femme Théodora et son fils et de leur conserver l’empire en dehors de toute intrigue, cf. I. Bekker, Theophanes Continuatus, Bonn, 1838 (cité infra Th. Cont.), p. 138 ; I. Thurn, Ioannis Scylitzae Synopsis Historiarum (Corpus Fontium Historiae Byzantinae 5, Series Berolinensis), Berlin-New York, 1973 (cité infra Skylitzès), p. 79-80. Ainsi Constantin X Doukas n’a rien fait de différent de Théophile : il ne cherche qu’à assurer le pouvoir à ses enfants (Voir N. Oikonomidès, op. cit. p. 120-121). Néanmoins, au delà des cadres formels, Eudocie Makrembolitissa a exercé un pouvoir personnel, qui dépassa celui des autres régentes (cf. C. Christophilopoulou, « La régence à Byzance », dans Symmeikta, 2, 1970, p. 65-75, 129), exception faite une fois de plus d’Irène l’Athénienne, contre laquelle s’insurgèrent les soldats du thème des Arméniaques qui ne voulaient pas acclamer d’abord Irène, puis Constantin, mais Constantin et Irène, comme ils le faisaient antérieurement (cf. C. De Boor, Theophanis Chronographia I, Leipzig, 1883, p. 465).

45 Ce dont témoignent par exemple les circonstances (en 919) qui firent de Romain Lécapène le serviteur paternel de Constantin VII pendant la régence de Zoé : c’est Constantin, âgé alors de quatorze ans, qui non seulement écrivit la lettre, mais encore la signa de sa main, cf. Th. Cont., p. 391 ; de même c’est Constantin qui, en ce même mois de mars, envoie des grammata à Léon Phokas donnant ordre de ne tenter aucun soulèvement, cf. Th. Cont., p. 394 ; Skylitzès, p. 209. Nous n’avons pas la preuve pour l’époque antérieure, quand Zoé prenait les décisions militaires et envoyait des ambassades, qu’elle n’ait pas signé d’actes en son nom, mais cela nous semble peu probable.

46 F. Dôlger, Regesten der Kaiserurkunder des Oströmischen Reiches, I-V, Munich, 1924, 195 (cité infra Dölger, Reg.) no 967, 983. U. V. Bosch (op. cit.) rappelle à juste titre l’hypomnèma qu’elle adressa au prôtonobellissime Théodore Dalassènos, mentionné dans le Tipoukeitos comme « hypomnèma de la basilissa », cf. JGR I, p. 279 = Dôlger, Reg. no 967 (mai-déc. 1067). Il faut parler de pouvoir plus que de titre officiellement dévolu (cf. N. Oikonomidès, op. cit., p. 123). C’est sur ce point très certainement de l’exercice du pouvoir suprême que l’on peut comparer Anne Dalassène à Eudocie.

47 Cet argument avancé par C. Christophilopoulou (op. cit., p. 68) nous semble sans faille.

48 JGR, I, p. 296-298.

49 F. Barisiç, op. cit., n 35.

50 Comme en témoignent notamment les deux Horismoi de Théodora en faveur de Christodule pour des biens situés à Kôs, île qui faisait partie de ses biens propres, cf. Actes de Patmos I, no 31, 32.

51 Actes de Patmos I, no 36. Horismos daté de 1269. Le document confirme l’exemption de taxes de quatre bateaux de Patmos dans les ports se trouvant dans le domaine impérial ou privé de l’empereur et de l’impératrice. Théodora en tant que propriétaire de domaines privés et de la couronne, confirme les actes des empereurs antérieurs et de l’impératrice Irène, épouse de Jean Vatatzès. Par ailleurs, on ne peut pas, comme le fait U. V. Bosch (op. cit., p. 97), mettre sur le même plan que les documents témoins de l’activité gouvernementale et légiférante de l’impératrice, la profession de foi antiunioniste de l’impératrice Théodora par chrysobulle en 1283. Intitulatio : « Theodora en Christô tô Theô pistè augousta kai autokratorissa Romaiôn Doukaina Komnènè è Palaiologinè »

52 R. P. L. Petit et B. Korablev, « Actes de Chilandar, Actes grecs », dans Vizantijskij Vremenik, XVII, Priloz, 1911, no 68.

53 J. Verpeaux, Pseudo Codinos. Traité des Offices. Introduction, Texte et Traduction, Paris, éd. du CNRS, 1966, p. 175, 1. 26-32.

54 Néanmoins F. Barasiç (op. cit., no 35) fait observer que c’est Jean V Paléologue âgé de dix ans à peine, qui signait en son nom les chrysobulles.

55 Il faut en effet attendre la régence d’Anne de Savoie pour connaître un horismos exactement formulé sur le modèle de l’empereur au nom de l’impératrice avec le ménologe autographe, néanmoins écrit à l’encre noire, cf. Actes de Docheiariou, no 35.

56 Nous rejoignons ici les conclusions de C. Christophilopoulou (op. cit., p. 129), si ce n’est que nous pensons qu’une catégorie au moins d’actes lui a toujours échappé, les chrysobulles et les sigillia.

57 E. Renauld, Michel Psellos, Chronographie, II, Paris, 1928, p. 152. U. V. Bosch insiste beaucoup sur les pouvoirs comparables d’Eudocie Makrembolitissa et d’Anne Dalassène (op. cit., p. 92 sq).

58 D’après Psellos, en 1067 Michel avait dépassé depuis longtemps l’âge de la jeunesse : ce point rapproche Eudocie Makrembolitissa d’Anne Dalassène. La mère de l’empereur n’est pas régente comme tutrice de son fils mineur, mais est investie de la fonction impériale au nom de son fils, en âge de gouverner.

59 Sur ce sujet, voir infra.

60 Voir références à ces actes no 32.

61 MM VI, p. 29 = Actes de Patmos I, no 46.

62 Anne Comnène, II, p. 89, 92. À ce sujet, voir E. Malamut, « L’image byzantine des Petchénègues », dans Byzantinische Zeitschrift, 88, 1995, p. 136-138.

63 N. Oikonomidès, L’évolution.... op. cit., réf. no 37, p. 136.

64 Actes de Patmos I, no 49.

65 Actes de Docheiariou, no 2, 1. 3-7 ; 20-22.

66 Anne Comnène, II, p. 108.

67 MM VI, p. 57-58 = Actes de Patmos I.

68 Anne Comnène, II, p. 201 : Cet ordre dépassait de loin les problèmes administratifs. Il touchait l’armée et concernait un imposteur, accusé de crime de lèse majesté, que la régente ordonna de ramener de Tzouroulos, où il se trouvait prisonnier, à Constantinople, alors que l’empereur poursuivait sa campagne contre les Coumans. Est-ce cet ordre donné à l’insu de l’empereur qui précipita la chute d’Anne Dalassène ?

69 J. CI. Cheynet - J. F. Vannier, Études Prosopographiques, Paris, 1986 p. 97-98.

70 Ibid., p. 98. L’auteur se fonde sur P. Gautier, « L’obituaire du Typikon du Pantocrator », dans Revue des Études Byzantines, 27, 1969, p. 248.

71 Voir ci-dessous.

72 Anne Comnène, I, 126

73 Th. Büttner-Wobst, Ioannais Zonarae epistomae historiarum libri XIII-XVIII, t. III, Bonn, 1897 (cité infra Zonaras), p. 731.

74 L’un et l’autre témoignage y auraient fait nécessairement allusion.

75 Remarquons que tous les sceaux d'impératrices conservées portent la légende d'augousta : sceaux de Sophia, épouse de Christophore en 922-931 (cf. V. Laurent, La Collection Orgidan, Paris, 1952, n° 10), d'Eudocie Makrembolitissa (cf. G. Zachos - A. Veglery, Byzantine Lead Seals, l, Bâle, 1972, n° 976) et de Théodora, épouse de Michel VIII (V. Laurent, Les sceaux byzantins du Médaillier Vatican, 1962, n° 15 et 16).

76 Qu’Anne D eut été prôtè (supérieure d’un certain nombre de monastères) ne me semble présenter aucune difficulté particulière, même si elle assumait le gouvernement quand son fils était en campagne. N’oublions pas que la délégation à Anne D. de l’administration de l’empire n’occupait qu’un mois ou deux dans l’année. Les actes d’Anne D. ne représentent qu’une infime minorité par rapport à ceux d’Alexis I.

77 Zonaras, p. 746-747.

78 P. Lemerle, A. Guillou, D. Papachryssanthou, N. Svoronos, Actes de Lavra I (Archives de l’Athos 5), Paris, P. Lethielleux, 1970, no 50.

79 Anne Comnène, II, p. 10-12.

80 C’est justement l’argent englouti pour les campagnes d’Alexis I aux dépens de la prospérité de l’empire que dénonce Jean l’Oxite, sans souffler mot d’ailleurs du gouvernement d’Anne Dalassène, à moins que l’allusion à un « partage de l’empire » et de ses richesses entre les membres de la famille impériale ne la vise personnellement, cf. P. Gautier, « Diatribes de Jean l’Oxite contre Alexis I Comnène », dans Revue des Études Byzantines, 28, 1970, p. 5-55.

81 Zonaras, p. 746.

82 P. Gautier, « Le Typikon de la Théotokos Kécharitôménè », dans Revue des Études Byzantines, 43, 1985, p. 124.

Auteur

CNRS —Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540