Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xe siècles)

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Régine Le Jean
, 
Alain Dierkens
, 
et al.

L’enseignement maternel à Byzance

Judith Herrin

Texte intégral

1En choisissant l’expression « l’enseignement maternel » je voudrais attirer votre attention sur un paradoxe. Pendant toute la période médiévale on ne pense que rarement aux femmes qui enseignent. Elles sont normalement illettrées, sans instruction ; alors se pose la question : que savent-elles et que sont-elles en mesure de transmettre ? Que cache le mot « enseignement » ? J’espère vous indiquer comment revoir l’opinion courante, et vous proposer un aspect du rôle maternel qu’on pourra ainsi mettre en évidence.

  • 1 C. W. Atkinson, « ‘Your Servant, My Mother’ the Figure of Saint Monica in the Ideology of Christian (...)

2« La maternité », comme a bien observé Clarissa Atkinson, « est une idée et une institution sociale non moins qu’une réalité personnelle, et les femmes qui élèvent des enfants... participent nécessairement à la maternité comme elle est définie et comprise dans leurs propres sociétés »1. À Byzance nous sommes informés sur quelques définitions de la maternité par des lois, des coutumes, des sources narratives, des pratiques sociales et des renseignements indirects, et je m’efforcerai de trouver des données dans ces documents. Cependant, il faut noter qu’ils sont écrits presque tous par des hommes, qui construisent des rôles maternels selon leur propre compréhension. De cette documentation, remplie de préjugés contre les femmes, il me semble possible de tirer des informations sur la façon d’élever les enfants qui correspondent, à mon avis, à une sorte d’enseignement largement fourni par des mères de famille.

  • 2 D. Chomatianos, cité par A. Laiou, Mariage, amour et parenté à Byzance aux XIe-XIIIe siècles, Paris (...)
  • 3 Jean Chrysostome, op. cit., c. 90,196-7.
  • 4 A. Rousselle, Porneia. On desire and the body in Antiquity, Oxford, Blackwell, 1988, p. 47-62 ; T. (...)

3Il n’y a rien de neuf dans la constatation que les mères doivent élever leurs enfants avec soin. De Saint Jean Chrysostome au IVe-Ve siècle à Demetrios Chomatianos, grand juge du XIIIe, cela paraît reconnu : « La mère est responsable de l’éducation des enfants ; elle a la responsabilité de les nourrir et de les élever »2. En plus, les mères doivent prendre soin surtout des jeunes filles, qui sont élevées dans les appartements des femmes, et guidées par elles « loin des folles dépenses et des parures personnelles et de toutes ces vanités qui sont la marque des prostituées »3. Du côté des anciens et du côté des Pères de l’Église, les Byzantins sont héritiers des théories sur l’importance de l’enfance4. Mais nous devons essayer de voir de plus près comment les mères remplissent ces devoirs ; comment leurs enfants réagissent, et en quoi consistent les bonnes relations entre les générations et la réussite du rôle maternel.

4Citons d’abord des témoignages qui rapportent les manières d’élever les enfants. Je commence avec la Chronographie de Michel Psellos, qui rapporte le comportement de l’impératrice Eudocie Makrembolitissa, veuve de Constantin X et mère de trois fils et deux filles, dont l’aîné, Michel, avait peut-être dix-sept ans en 1067, à la mort de son père. Quoique Michel fût assez âgé pour accéder au pouvoir, sa mère garda en mains un contrôle total du gouvernement. Les historiens ne sont pas d’accord sur l’ambition d’Eudocie. Mais lisons ce que dit Psellos, de Michel et sa mère :

  • 5 M. Psellos, Chronographie, livre VII, Eudocie, III, éd. E. Renauld, Paris, Les Belles Lettres, 1967 (...)

« Non certes sa mère ne le négligea pas tout d’abord, mais d’elle-même elle le prépara par l’exercice ; ensuite, elle lui confia le choix des dignitaires et elle l’incita à rendre des jugements. Souvent, s’approchant de lui, elle l’embrassait, et elle le jugeait digne d’éloges et souhaitait jouir de sa présence ; elle lui façonnait harmonieusement le caractère, et doucement elle l’acheminait vers toutes les opérations qui conviennent à un empereur »5.

5Ce témoignage, perfide selon beaucoup de commentateurs, révèle néanmoins un des moyens par lesquels les mères instruisent leurs enfants. La façon dont Eudocie prépara son fils pour accomplir ses devoirs d’empereur me semble typiquement maternelle. Elle l’encourageait ; elle lui donnait des signes d’approbation quand il rendait de bons jugements ; elle n’hésitait pas à l’embrasser en public quand il se comportait comme il fallait. C’était sa façon de montrer que Michel saurait quoi faire au moment où il prendrait en main les rênes du pouvoir. S’il ne réussit pas dans son rôle impérial, c’est peut-être d’avantage la faute de Psellos lui-même, son tuteur, que de sa mère.

6Tournons-nous ensuite vers l’autre bout de l’échelle sociale et une période différente. Au début du VIe siècle une autre veuve, désespérée, mère de trois petites filles, chercha un autre homme pour remplir le travail de son mari décédé. Elle n’atteignit pas ce but mais, pendant cette tentative, elle eut l’idée d’exhiber ses enfants, dont l’aînée n’avait que sept ans, dans l’Hippodrome de Constantinople, dans l’attitude de suppliants. Elle trouva ainsi un moyen de soutenir sa famille, et elle commença un programme d’éducation professionnelle pour ses filles. Je cite :

  • 6 Procope, Anekdota, ou Histoire secrète, IX, p. 8-9.

« Quand les enfants eurent atteint l’âge, la mère les mit immédiatement sur scène, parce qu’elles étaient jolies à voir... La première, Comito, avait déjà brillé parmi les prostituées de son âge ; la seconde, Théodora, habillée d’une petite robe d’esclave, la suivait partout, portant toujours sur ses épaules le petit tabouret sur lequel sa sœur avait l’habitude de se mettre pendant les séances »6.

7Suit la description détaillée des talents de la seconde, qui allait devenir impératrice et épouse de Justinien.

  • 7 Voir A. Cameron, Procopius and the Sixth Century, London, Duckworth, 1985, p. 56-61.
  • 8 Miracula Sancti Artemii, ed. A. Papadoupoulos-Kerameus, texte reproduit dans V.S. Crisafulli et J.W (...)

8Vous avez deviné qu’il s’agit de Théodora, dont Procope nous a laissé un portrait peu flatteur dans son Histoire Secrète. Voilà un morceau d’invective du type pratiqué par les anciens écrivains7. Mais à travers sa critique, très sévère d’ailleurs, des origines de Théodora, on peut remarquer que la situation de sa mère, veuve et rejetée par les Verts, auxquels son mari avait appartenu, n’est pas un cas unique. Au contraire, parmi les pauvres gens de Byzance, nous rencontrons beaucoup de veuves dans des positions analogues ou même plus désespérées. Sophie, par exemple, une mère du VIIe siècle, qui confia son fils à l’église de Saint. Artemios et promit de vendre tout ce qu’elle avait s’il pouvait être guéri. Ou Marie, qui voulait tant épouser en secondes noces un soldat, qu’elle alla jusqu’à tuer ses deux enfants. Selon la version de Jean Moschos, à la fin VIe siècle, elle avait été poussée à ce crime par le fait que le soldat refusait d’accepter ses enfants8.

  • 9 A. Cameron, Circus Factions, Oxford, Clarendon, 1976, p. 206-7, 219-21, 226-9 ; C. Roueche, Perform (...)
  • 10 R. Webb, « Salome’s sisters », dans L. James, éd. Women, Men and Eunuchs : Gender in Byzantium, Lon (...)
  • 11 Procope, op. cit., p. 11-12, (sur la famille d'Antonina, qui venait aussi du même milieu) ; E. Patl (...)

9Mais la solution dont la mère de Comito, Théodora et Anastasia se sert pour sortir de cette situation difficile, repose sur sa propre compétence et ses talents : elle dirige l’instruction et la formation de ses filles afin de les voir obtenir un grand succès au théâtre de pantomime de Constantinople. Effectivement danseuses, mimes et joueuses de flûte et de cithare, elles prenaient une place prévue dans les spectacles du cirque ; elles remplissaient les entractes entre courses de chevaux et de chars organisés par les Bleus et les Verts, les factions de l’Hippodrome9. Mais en ce qui concerne les spectacles féminins, nous savons que ces traditions sont transmises d’une génération à la suivante, de mères en filles, comme la mère de Salomé à sa fille célèbre (ce fut le cas pour plusieurs métiers dans l’Antiquité)10. On pourrait ainsi parler des talents professionnels préservés par les factions du cirque et restreints à quelques familles qui monopolisaient cet emploi11. La mère de Théodora, paraît-il, prit en main son éducation professionnelle, pour s’assurer que sa fille maîtriserait les techniques de sa carrière. Théodora fut élevée et préparée par sa mère à remplir des fonctions précises, ce qu’elle fit avec beaucoup de talent avant son mariage avec le futur empereur.

  • 12 M. Alexiou, The ritual lament in Greek tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1974, p. 3 (...)
  • 13 J. Baucamp, « L’allaitement : mère ou nourrice ? », dans Jahrbuch der Oesterreichischen Byzantinist (...)

10Avant de passer à d’autres témoignages, je dois souligner un aspect de cette formation des jeunes filles : elle n’était jamais écrite mais faisait partie d’un héritage oral. Presque tout ce que nous savons des métiers exercés par les femmes byzantines — ceux de nourrice, sage-femme, pleureuse, par exemple — reste difficile à préciser car toute documentation écrite manque. Mais beaucoup de renseignements indirects révèlent des femmes qui ont une compétence particulière et participent à des événements d’une grande importance : de la naissance d’enfants, où assistent les sages-femmes, jusqu’à la mort, pleurée par celles qui préservent la tradition des chants funèbres (myrologoi), suivant le corps du défunt, se frappant la poitrine, s’arrachant les cheveux et poussant de grands cris d’une manière appréciée12. À Byzance, les familles aristocratiques se payent le travail de ces femmes, par exemple celui d’une nourrice suivant la naissance d’un enfant que la mère ne veut, ou ne peut pas allaiter13. Et on sait que les enfants ainsi soignés se souviennent de leurs nourrices, de leurs frères et de leurs sœurs de lait.

  • 14 J. Benton, « Trotula, women’s problems, and the professionalization of medicine in the Middle Ages  (...)

11Bien qu’ils nous échappent presque entièrement, ces emplois féminins prennent à toute époque une grande place dans la vie byzantine. Leurs fonctions sont nécessaires et supposent une tradition orale par laquelle les vieilles dames instruisent les jeunes. Pour les sages-femmes, surtout, celles qui ont de l’expérience prennent en apprentissage les débutantes, et leur transmettent une sagesse obtenue par la pratique en assistant aux naissances. Il n’y a pas de Trotula byzantine14 mais il devait y avoir des traditions qui permettaient aux femmes expérimentées de confier leur expérience d’une génération à la suivante, peut-être de mère en fille. Je crois que les techniques d’artistes, de mimes et de musiciennes étaient transmises de la même façon.

12À présent je voudrais laisser les cas notoires, concernant des femmes qui devinrent impératrices, pour considérer la situation du menu peuple qui est très peu commentée par les historiens. Heureusement, le genre littéraire de l’hagiographie nous fournit une masse de détails sur les familles de saints, y compris leurs mères. Je retiens ici trois cas de saints qui sont tous élevés dans des familles sans père (c’est assez fréquent).

  • 15 La Vie ancienne de S. Syméon Stylite te Jeune, c. 113, éd. P. Van den Ven, Subsidia Hagiographica, (...)
  • 16 Ibid., c. 3-4, 10-13 ; t. 1, p. 5-7, 10-12.

131. Saint Syméon le Jeune, un saint stylite dont la mère, Marthe, devint aussi sainte et participa aux succès de son fils dans son monastère au Mont Admirable en Syrie. Je pense surtout à la fête qui eut lieu quand Syméon descendit de son pilier pour monter sur une colonne plus haute en 551. À la tête d'un grand cortege Marthe, portant la Croix dans ses mains, guide la communauté entière tout autour des bâtiments monastiques15. Syméon fut un enfant très précoce, si on en croit les données de sa Vie. À l’âge de six ou sept ans, il s’était déjà retiré du monde en compagnie d’un stylite nommé Jean, qui devint son père spirituel et prit soin de son éducation. Mais les six premières années de sa vie à Antioche sont marquées par la dévotion de sa mère Marthe, qui l’élevait dans la crainte de Dieu. Dans cette tâche, elle fut guidée par Saint Jean le Baptiste, qui lui apparut en plusieurs visions et lui donna des instructions spécifiques — comment il devait manger plus tard, et comment il devait servir Dieu16. Notons, que les visions de nuit sont le moyen préféré pour révéler aux mères de saints ce qu’elles doivent faire. Il s’agit évidemment d’un topos littéraire, qui prévient ces femmes du destin de leurs fils. La vision remplit une pareille fonction dans tous les cas ; mais la réaction des mères n’est pas pareille. Elles montrent des plans tout différents pour leur fils, comme nous allons le voir dans le deuxième cas.

  • 17 Vie de S. Théodore de Sykéon, c. 3, éd. A.-J. Festugière, Subsidia Hagiographica 48, Bruxelles, Soc (...)

142. Théodore de Sykéon en Galatie est né neuf mois après le passage d’un officier impérial dans l’auberge tenue par sa mère, Marie. L’enfant illégitime fut élevé par trois femmes, sa mère, sa tante Despoina, et sa grand-mère Elpidia, toutes courtisanes, selon l’auteur de la vie17. Mais ces trois savent se débrouiller et survivre sans mari ; on note encore une fois la succession de mère en filles dans l’emploi d’aubergiste.

  • 18 Ibid., c.5, t. 1, p. 4-5.

15Le garçon grandit et à l’âge de six ans sa mère mit à exécution ses idées sur son avenir. Elle l’habilla de ses plus beaux vêtements, le chargea d’une ceinture d’or, d’un collier et d’un bracelet tout doré, et ainsi paré elle songea à l’amener à Constantinople faire fortune dans le service impérial où avait travaillé son père. Théodore, naturellement, refusa et s’enfuit dans une cave dans un endroit désert où il resta sans nourriture. Sa mère voulut le forcer mais eut une vision du martyr saint Georges qui lui interdit ce projet, car « l’empereur des cieux a besoin de lui » (Théodore)18. Ainsi informée qu’il était dédié à Dieu, Marie pleura son sort et continua à essayer de convaincre son fils de manger plus au moins. Mais Théodore se dépouilla de tout l’or qu’il portait, et s’adonna avec excès aux privations.

  • 19 Ibid., c.25, t. 1, p. 21-22.

16Après beaucoup d’efforts, les femmes le laissèrent tranquille, et sous son influence, dit l’hagiographe, elles renoncèrent au du métier de courtisanes et devinrent tout à fait décentes. Plus tard, sa mère abandonna son fils, « pour lequel elle ne gardait pas les tendres sentiments d’affection naturelle », et se maria avec un notable du métropole d’Ancyre. Mais sa grand-mère, sa tante et sa petite sœur, Blatta, se vouèrent à la tempérance et la chasteté, et restèrent auprès de lui. En effet, Elpidia se montra très douée pour l’éducation des jeunes filles, même celles tourmentées par des esprits impurs. Après leur guérison, si elles voulaient rester au couvent, elle « les instruirait des devoirs appropriés et elles obtiendraient d’entrer dans la troupe ascétique »19.

17On voit néanmoins que Marie, sa sœur et sa mère avaient participé à l’éducation de Théodore qui fut conçue d’une façon précise. Marie l’avait préparé pour un rôle égal à celui de son père, sachant que Théodore devait porter dignement des vêtements corrects, démontrer sa situation par le port de bijoux en or, s’il voulait faire bonne figure dans la métropole de l’empire. Il devait donner une bonne impression : ici « l’habit devrait faire le moine ». Malheureusement pour elle, Théodore fut un jeune homme obstiné qui ne voulait à aucun prix se détacher de la vie dédiée à Dieu.

  • 20 C. L. et W. R. Connor, The Life and Miracles of St Luke, c. 7, Brookline, Massachusetts, 1994, p. 1 (...)
  • 21 Ibid., c. 11, p. 20.
  • 22 Ibid., c. 12, p. 20.
  • 23 Ibid., c. 16, p. 24.

183. En troisième lieu, je citerai le cas de Luc, le troisième de sept enfants né en Grèce au Xe siècle. Sa mère, Euphrosyne, ne croyait pas à son enthousiasme pour les affaires de Dieu, et le suivit une nuit pendant qu’il s’adonnait à la prière. Cachée, avec d’autres femmes, elle fut étonnée de le voir entouré d’une lumière brillante, et même plus effrayée quand il s’éleva bien au-dessus de la terre, « comme s’il était attiré vers Dieu »20. Ainsi convaincue de sa spiritualité précoce, elle cessa de le surveiller et se plaignit de sa perte lorsqu’il quitta la maison pour entrer dans la vie monastique. « Gémissant beaucoup, elle s’adressa à Dieu pour savoir pourquoi elle devait tant souffrir : « Jamais je ne l’ai retenu de ton devoir et ton service. Jamais je ne l’ai forcé de te donner moins d’attention. Jamais je ne lui ai pas appris [έdid άskon] à surestimer les choses matérielles par rapport aux choses immatérielles, ou les choses qui passent, plus que celles qui durent. Mais j’ai été bien instruite par mes parents pour être la mère non seulement du corps mais aussi de l’âme, et je souhaitais que mon enfant montre plus de respect pour l’âme »21. Et par la suite, l’abbé du monastère où demeurait Luc fut fréquemment tracassé par des visions de la mère qui le réprimandait en ces termes : « Pourquoi avez-vous tyrannisé mon veuvage ? Pourquoi avez-vous emporté ma seule consolation ? »22 et ainsi de suite. L’abbé, fâché contre Luc qui n’avait rien dit sur sa famille, le renvoya, observant que les prières de sa mère étaient très efficaces. Finalement, la Vie nous apprend la grande joie d’Euphrosyne quand son fils rentra chez elle, même si ce n’était que pour quelques mois. Après quoi il s’en alla pour toujours, mais cette fois-ci avec la bénédiction de sa mère, qui avait appris qu’il convient d’honorer Dieu au dessus de ses parents23.

19Notons qu’ici nous avons affaire à une éducation selon des principes chrétiens. Euphrosyne suivit l’exemple de ses parents qui avaient enseigné des valeurs spirituelles qu’elle avait transmises à son tour à ses enfants. Luc en fut le bénéficiaire car elle l’avait instruit à chérir les aspects les plus spirituels de cette vie transitoire afin de se préparer pour la vie éternelle. Par ce moyen, les principes d’une éducation chrétienne passent d’une génération à la suivante, à travers les femmes. Il y a très peu de traces de ces traditions orales chez les Byzantins. Mais nous pouvons quand même identifier un type de formation qui paraît répandu. À maintes occasions nous observons des femmes seules, veuves avec de jeunes enfants, qui doivent se débrouiller pour survivre.

  • 24 L. Ryden éd., Das Leben des heiligen Narren Syméon von Leontios von Neapolis, Studia graeca Upsalie (...)
  • 25 Ibid.

20L’influence maternelle peut être ainsi observée dans plusieurs cas, par exemple le jeune Syméon dit Salos, qui avait été élevé par sa mère après la mort de son père. L’hagiographe nous raconte comment le futur saint lui avait montré son dévouement ; il ne pouvait pas se priver d’elle pour plus de deux heures et n’avait jamais couché dans un autre lit que le sien24. (Pas question d’inceste mais un simple contestation que les familles du VIIe siècle ne possédaient plus qu’un lit). Cela veut dire aussi que pendant sa jeunesse son éducation avait omis toute référence au sexe féminin sauf à sa mère, à laquelle il montrait un fort attachement. Cet attachement fut tel que son ami, Jean, craignait qu’il ne supporterait pas d’être séparé d’elle au moment où les deux se décidèrent à se dédier à la vie monastique. Et pour sa part, Syméon pensait que Jean ne pourrait pas vivre sans sa jeune femme25. Mais en fin de compte tous deux maîtrisèrent la pratique ascétique et purent se priver complètement de la compagnie des femmes. Syméon avait quand même expliqué à sa mère que sa décision était irrévocable et elle l’avait respectée. On n’apprend rien de pareil au sujet de la femme, très riche et belle, de Jean qui fut abandonnée si vite.

21Ces mères essaient de prendre soin des enfants et de les élever correctement. Même veuves, pauvres, sans soutien, elles cherchent des moyens de les promouvoir socialement. Ce sont là les devoirs de mères de famille partout dans le monde, à n’importe quelle époque. Mais je crois qu’on peut identifier à Byzance des structures qui confirment ce comportement. Car la société byzantine, quoique hiérarchisée, était beaucoup plus souple que dans l’Occident médiéval. Il y avait une mobilité sociale qui permettait aux mères de souhaiter un avenir moins humble, plus riche et plus convenable pour leurs enfants. La maternité à Byzance pouvait ainsi contribuer à la création de possibilités nouvelles d’ascension sociale.

  • 26 A. Laiou, op. cit., p. 16-17.

22Une façon bien établie d’atteindre ce but fut toujours la possibilité d’arranger un mariage avantageux. Au XIe siècle Eustathe Romaios rappelle un fait souvent observé dans les cours de justice à Constantinople : les parents veulent toujours arranger les mariages de leurs enfants à un âge très bas, même plus bas que l’âge légal de sept ans, surtout dans le cas des enfants uniques. Il se demande pourquoi. Et il répond : souvent les pères de familles meurent avant le mariage de leurs enfants, aussi sont-ils toujours pressés de conclure des alliances matrimoniales de bonne heure26. C’est-à-dire qu’il donne une explication démographique à un phénomène familier. Si ce phénomène est connu, j’ajoute qu’il doit y avoir aussi beaucoup de femmes restées veuves avant que ces mariages ne soient consommés.

23Un autre moyen pour une jeune fille d’atteindre le mariage tant désiré est de capter l’attention du prince impérial. Même si on ne croit pas aux histoires des « concours de beauté », il est évident que beaucoup de familles pouvaient toujours souhaiter que le jeune héritier pose son regard sur leurs filles. Et le fait que quelques-unes ainsi remarquées étaient en effet devenues impératrices laisse espérer que cette possibilité se répéterait. Comme nous ne connaissons guère leurs familles, par exemple Anastaso, mieux connue sous son nom de Theophano, femme de Romain II, il se peut qu’elle ait attiré le souverain à elle sans introduction officielle. À la cour impériale il y avait toujours de la place pour des belles jeunes filles, et leurs parents pouvaient leur souhaiter un tel avenir. On sait que c’est par ce moyen que le premier ministre Stéphane Zaoutzes introduisit sa fille Zoé qui capta l’attention de l’empereur Léon VI, ainsi que peut-être Théodote, qui supplanta Marie, femme de Constantin VI.

  • 27 M.-H. Fourmy et M. Leroy éds., « La Vie de Philarète », dans Byzantion, 9, 1934, p. 85-170, ici p.  (...)
  • 28 Voir G. Dagron, « Nés dans la pourpre », dans Travaux et Mémoires, 12, 1994, p. 105-42, ici p. 139.

24Cette Marie est une des impératrices choisies, selon la Vie de Philarète, dans un concours de beauté organisé par l’impératrice mère Irène27. Quoiqu’il en soit de la véracité des détails de ces histoires, du côté impérial on note que la mère, belle-mère, grand-mère ou la seconde femme de l’empereur, prend généralement un rôle dominant dans ces concours, qui se donnent pour but de trouver la plus belle fille dans tout l’empire, celle qui va devenir la femme du prince. Ainsi, même si les aspects communs voilent un processus beaucoup plus compliqué28, ils retiennent et insistent sur le fait que la reine mère prend soin de chercher partout cette jeune fille, dont la taille et le visage doivent correspondre aux mesures conçues comme ‘parfaites’. Les officiers chargés de cette enquête portent un portrait, lauraton, qui représente un modèle de la beauté ainsi définie. Dans cette construction de l’histoire, la famille de la fille n’entre pas en question, car le prince peut s’unir avec quelqu’un de très pauvre si elle est conforme aux idées reçues de la beauté. En réalité, évidemment, le choix n’est pas du tout ouvert à n’importe qui, car il doit correspondre aux besoins politiques, économiques, sociaux ou régionaux de la cour impériale. Mais cela n’empêche pas les parents de filles d’essayer de les préparer à participer au concours et à gagner la couronne.

  • 29 Ibid., p. 141, 143.
  • 30 Ibid., p. 165-167.

25Ainsi du côté de la famille qui participe à un tel concours, on note le rôle établi de la mère qui doit expliquer à sa fille comment se tenir pour être choisie. Dans le texte le plus circonstancié, les officiers de la cour qui sont venus en Paphlagonie chercher la femme désirée, rencontrent chez Philarète ses trois petites-filles, dont la mère, Hypatie, est déjà veuve. Elle les accompagne avec leurs cousines et encore une dizaine d’autres jeunes filles pendant le voyage à Constantinople pour être présentées à l’impératrice et à son fils. Après une inspection de toutes les autres, c’est Hypatie qui présente finalement ses filles : sur-le-champ Marie est choisie par le prince, et ses deux sœurs y trouvent des maris distingués. Le mariage de Marie avec Constantin VI est fêté par tout le monde29. De sa mère on n'entend plus parler, mais on peut supposer qu’elle vécut à Constantinople auprès de sa fille impératrice. La grand-mère de Marie, Théosebes, y resta jusqu’à la mort de son mari, Philarète, puis elle rentra chez elle en Paphlagonie et s’adonna aux œuvres de charité. Mais elle revint aussi à la capitale où elle mourut et fut ensevelie à côté du saint dans le monastère des femmes à Krisi30.

26Même si l’histoire du concours de beauté a été écrit avec un but tout autre que celui annoncé par son auteur, il est difficile de nier le rôle qu’y jouèrent deux mères, toutes deux soucieuses de l’avenir de leurs enfants. L’une, Irène, impératrice, déterminée à trouver une femme pour son fils Constantin dans une famille qui peut servir utilement à ses projets ; l’autre, Hypatie, anxieuse pour les perspectives d’avenir de ses trois filles, à cause de la charité excessive de leur grand-père, Philarète le philanthrope prodigue. Dans le cas de mariages des princes porphyrogénètes (nés dans la pourpre), peu importe la méthode employée par la cour si la femme choisie accomplit son rôle suprême, la naissance d’un successeur pour prolonger la dynastie impériale. Avant tout, elle doit être en bonne santé afin d’avoir la chance de mettre au monde des fils. Et en effet, comme Marie ne réalisa pas ce but nécessaire, car ses deux filles ne comptent pas, Constantin VI la renvoya.

  • 31 J. P. Migne éd., Patrologia graeca, 100, col. 1076B-D, 1080A.
  • 32 J. Beaucamp, « Difficile et dissimulée : la rébellion contre la famille à Byzance (4e-7e siècles) » (...)

27Cette préoccupation des mères (et bien entendu des pères aussi) pour les mariages de leurs enfants, pouvait essuyer un échec, comme nous l’avons vu, par le fait que des jeunes se dédiaient à Dieu dès un âge assez bas. Les parents pouvaient aussi se prononcer contre le mariage pour un enfant qui était dédié au service du Seigneur avant même sa conception ; c’était un cas fréquent chez les vieux couples qui attendaient sans succès un enfant, par exemple les mères de Théodoret de Cyr, Grégoire de Nazianze ou sainte Élizabeth d’Héraclée. Pendant la période qui nous occupe on pourrait citer le cas de la mère de S. Étienne le Jeune qui pria devant l’icône de la Vierge aux Blachemes, implorant d’être aidée dans cette tâche31. Après la naissance miraculeuse qui suivit, l’enfant fut présenté au saint responsable et commença une vie célibataire. Un autre façon de dédier un fils était de le faire châtré tout jeune, car il y en avait à Byzance toute une série d’offices réservés aux eunuques, ceux « sans barbe » qui servaient et l’église et la cour. Mais pour la plupart de parents une telle possibilité n’existait pas ; ils pensaient à négocier des alliances matrimoniales avantageuses et ils comptaient sur l’obéissance de leurs enfants. Ainsi le refus d’un enfant de se marier pouvait se présenter comme un acte de révolte, un des rares cas où les jeunes avaient la possibilité de l’emporter sur leurs parents32. Ou bien les nouveaux mariés pouvaient décider de se dédier à Dieu et de vivre sans relations sexuelles, comme saint Théophanes le Confesseur, ce qui provoqua les protestations des parents qui demandent de petits-enfants. Mais dans plusieurs cas, rapportés normalement par l’hagiographie, les parents acceptaient en fin de compte la consécration des jeunes au service de Dieu.

  • 33 Voir Protévangelion de Jacques, c. 6-8, Evangelion de Thomas, c. 48-50 ; F. Queré, Évangiles apocry (...)

28De telles circonstances me permettent de poser la question de savoir si le modèle suprême, celui de la Vierge, a influencé les mères byzantines. Certes, le Protévangile de Jacques contient toute une histoire de la conception miraculeuse de l’enfant, de la présentation au Temple de la jeune fille, guidée par ses parents, Joachim et Anne, et de la préparation à son rôle suprême. Les écrits apocryphes donnent aussi à la Vierge un rôle important dans l’éducation du jeune Christ33. Il paraît clair que les chrétiens se sont demandé comment ont été élevés et la Vierge et le Christ, et des traditions ont rempli le vide quasi complet laissé par l’information du Nouveau Testament.

  • 34 J. Lafontaine-Dosogne, Iconographie de l'enfance de la Vierge dans l’Empire byzantin et en Occident (...)
  • 35 J. Lafontaine-Dosogne, op. cit., t. I, p. 157-8, avec l’inscription, H thetokos didaskomene en to h (...)
  • 36 Il ‘Peri tou Biou tes Hyperagias Theotokou’di Epiphanio, éd. E. Franceschini, Studi e Note di Filol (...)

29D’autres relations plus tardives présentent l’éducation de la Vierge comme beaucoup plus poussée que l’aptitude à lire : elle avait plutôt un enseignement supérieur en hébreu qu’elle avait maîtrisé à un âge très bas. Et qui fut responsable de cette éducation soignée ? Ce fut le travail d’un ange : « elle a reçu l’éducation de la perfection de la part de l’ange qui la nourrit »34 ; ou bien des deux parents Joachim et Anne qui ont présenté leur fille au Temple où elle a appris à tisser les rideaux du Temple. Mais le fait que Madame Lafontaine-Dosogne n’a trouvé aucun cas parallèle à la seule représentation de la Mère de Dieu instruite dans le sanctuaire (du Temple) à Kariye Djami, avec une inscription inconnue ailleurs, nous indique clairement les problèmes35. En effet, contre la tradition que les parents furent responsables tous deux de l’éducation de la Vierge, au IXe siècle le moine Épiphane met l’accent sur le fait que la Vierge continua son éducation, y compris l’étude de l’hébreu, toute seule, car elle fut orpheline dès l’âge de sept ans quand son père Joachim mourut. Il mentionne sa mère simplement pour rapporter le fait qu’elle alla habiter Jérusalem à côté de sa fille pendant deux ans, puis elle mourut aussi. Son texte fut traduit en latin au XIIe siècle par Paschalis de Rome et se répandit bientôt largement en Occident36.

  • 37 W. Scase, « St. Anne and the Education of the Virgin : Literary and Ascetic Traditions and their Im (...)
  • 38 Communication personnelle de M. le Professeur Jeffrey Anderson, qui reçoit mes plus vifs remercieme (...)

30La tradition selon laquelle sainte Anne a instruit sa fille trouve ses racines dans une tradition occidentale qui parle en détails de sa formation dans toutes les disciplines37. Cela donne lieu aux images où sainte. Anne est représentée en train d’apprendre à lire à la Vierge. Elle instruit la Vierge par la Sainte Bible, indiquant avec son doigt les mots du psaume : « Audi filia et vide et inclina aurem tuam... », les mots qui prédisent l’Annonciation. Tandis que cette tradition devint très répandue grâce aux Bibles moralisées, il semble que la scène manque complètement à Byzance : sainte. Anne ne figure jamais dans un tel rôle. Dans un seul manuscrit du XIIe siècle, la Vierge est peinte avec un livre sur ses genoux38. Les histoires byzantines de l’enfance de la Vierge omettent les détails du rôle de sa mère ; Anne devient sainte et est souvent représentée sur les icônes avec sa fille et son petit-fils, le Christ.

  • 39 J. Herrin, « Women and the faith in icons in early Christianity », dans R. Samuel et O. Stedman Jon (...)
  • 40 Syméon le Logothète, Chronographia, p. 624-9 ; George le Moine, Vitae imperatorum recentiorum, p. 7 (...)

31Ces peintures et ce culte ont dû peut-être inspirer quelques mères, qui semblent s’identifier avec les mères saintes de la Bible. Cette tradition contribua à l’attachement des femmes aux icônes, pas seulement aux représentations peintes de personnages féminins, mais aux images religieuses en général. Quoique discutée, la théorie selon laquelle les femmes figurent parmi les iconophiles et y prenaient une place importante, semble trouver un appui dans les études récentes des lettres de saint Théodore du monastère de Stoudios à Constantinople39. Un aspect important de l’enseignement maternel est fourni par des mères qui instruisent leurs enfants à vénérer les icônes, surtout pendant les persécutions iconoclastes. Ici, le cas de Théoktiste, mère de l’impératrice Théodora, et d’Euphrosyne, sa belle-mère, paraît frappant : sous le nez de l’empereur Théophile, sa femme amena leurs enfants porphyrogénètes au monastère dit des impératrices où les deux vieilles dames gardaient les icônes qu’elles vénéraient avec des baisers et d’autres marques d’affection et de respect40.

32On peut se demander si Théodora n’a pas été élevée dans cette tradition iconophile par sa mère, Théoktiste, et Euphrosyne par la sienne, car sa mère fut Marie d’Amnia, la première malheureuse femme de Constantin VI, petite-fille de Philarète. Quand il décida de rompre avec Marie, celle-ci fut renvoyée avec ses filles dans un exil monastique qu’elles partagèrent. Exclue ainsi de la cour impériale, Euphrosyne resta plus de vingt ans à l’écart des querelles politiques jusqu’au moment où Michel II la demande en mariage pour des raisons dynastiques. Pendant cette période il semble qu’elle soutint les traditions iconophiles et qu’elle retourna à la cour toujours dévouée au culte des icônes. Là elle trouva Théoktiste, elle aussi identifiée comme une iconophile fervente, et ensemble elles se mirent à contourner la persécution des iconophiles en instruisant les enfants impériaux à vénérer les icônes. Ainsi dans plusieurs cas peut-on mettre en évidence un rôle maternel qui se reproduit à travers les générations, transmis par une pratique et une tradition silencieuse laissant pourtant des traces claires : les enfants de Théodora et Théophile n’ont jamais suivi l’iconoclasme de leur père. Il faut se demander si d’autres enfants moins célèbres n’ont pas été instruits de la même façon par leurs mères.

33Évidemment l’expérience accumulée qui passait des mères aux enfants n’était jamais écrite à Byzance. Mais nous pouvons voir, dans le témoignage d’Euphrosyne, mère de saint Luc, qu’elle pouvait servir de guide et renforcer une sagesse féminine qui n’est pas à dédaigner. Cette forme d’expérience, qui soutenait les mères dans leur tâche d’enseignement maternel, peut être comparée à celle des sages-femmes. Elles furent aussi aidées par des pratiques développées dans la société byzantine, qui acceptait comme un but de la vie chrétienne et le mariage souhaité, avec la naissance des petits-enfants, et aussi la consécration au service du Seigneur. Quoique cette dernière possibilité restât assez restreinte, son existence même pendant toute la période byzantine laissait aux jeunes une alternative au mariage que leurs parents devaient respecter. Ainsi la vie monastique continuait à attirer vers elle des jeunes gens des deux sexes, même d’un âge très bas. L’éducation maternelle à Byzance pouvait aussi mener à cette fin, et il ne faut pas écarter l’influence des mères dans ce domaine.

  • 41 Je tiens à remercier Madame Catherine Otten qui a bien voulu lire et améliorer mon texte français.

34En somme, on peut dire que la maternité demande une certaine compétence que les filles apprennent de leurs mères et grands-mères, qui peuvent avoir une large influence sur leurs fils aussi. Les rôles maternels sont construits et reconstruits à chaque époque, mais j’espère avoir indiqué que toutes les mères héritent d’une sagesse accumulée qui les aide dans leur devoir d’enseignement maternel41.

Notes

1 C. W. Atkinson, « ‘Your Servant, My Mother’ the Figure of Saint Monica in the Ideology of Christian Motherhood », dans C. W. Atkinson, C. H. Buchanan et M. R. Miles, Immaculate and Powerful. The Female in Sacred Image and Social Reality, Boston, Beacon Press, 1985, p. 139-72, ici р. 139.

2 D. Chomatianos, cité par A. Laiou, Mariage, amour et parenté à Byzance aux XIe-XIIIe siècles, Paris, de Boccard, 1992, p. 148 ; S. Jean Chrysostome, Sur la vaine gloire et l’éducation des enfants, с. 22, 32, 40 (où les mères de garçons sont associées avec leurs pères dans les devoirs des parents), Introduction, texte critique, traduction et notes, éd. A.-M. Malingrey, Paris, Sources chrétiennes, 1972, p. 106, 124, 136. Les mères de jeunes filles sont mentionnées seules à la fin, c. 90, 196-7.

3 Jean Chrysostome, op. cit., c. 90,196-7.

4 A. Rousselle, Porneia. On desire and the body in Antiquity, Oxford, Blackwell, 1988, p. 47-62 ; T. Wiedemann, Adults and children in the Roman Empire, London, Routledge, 1989, p. 143-208 ; G. Clark, « The ‘ages’ of childhood », dans D. Wood éd., The Church and Childhood, Studies in Church History, 31, Oxford, 1994, p. 12-27.

5 M. Psellos, Chronographie, livre VII, Eudocie, III, éd. E. Renauld, Paris, Les Belles Lettres, 1967, t. II, p. 153.

6 Procope, Anekdota, ou Histoire secrète, IX, p. 8-9.

7 Voir A. Cameron, Procopius and the Sixth Century, London, Duckworth, 1985, p. 56-61.

8 Miracula Sancti Artemii, ed. A. Papadoupoulos-Kerameus, texte reproduit dans V.S. Crisafulli et J.W. Nesbitt, The Miracles of St. Artemios, Leiden, Brill, 1997, no 36, p. 188-93 ; Jean Moschos, Le Pré Spirituel, c. 76 ; éd. J. P. Migne, Patrologia graeca, t. 87 (3), col. 2 928-9.

9 A. Cameron, Circus Factions, Oxford, Clarendon, 1976, p. 206-7, 219-21, 226-9 ; C. Roueche, Performers and Partisans at Aphrodisias in the Roman and late Roman Periods, London, Society for the Promotion of Roman Studies, 1993, p. 25-28,36 et planche II.

10 R. Webb, « Salome’s sisters », dans L. James, éd. Women, Men and Eunuchs : Gender in Byzantium, London, Routledge, 1997, sous presse.

11 Procope, op. cit., p. 11-12, (sur la famille d'Antonina, qui venait aussi du même milieu) ; E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance 4e-7e siècles, Paris-La Haye, Mouton, 1977, p. 132-3.

12 M. Alexiou, The ritual lament in Greek tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1974, p. 3-35.

13 J. Baucamp, « L’allaitement : mère ou nourrice ? », dans Jahrbuch der Oesterreichischen Byzantinistik, 32/2, 1982, p. 549-58.

14 J. Benton, « Trotula, women’s problems, and the professionalization of medicine in the Middle Ages », dans Bulletin of the History of Medicine, 59, 1985, p. 30-53 ; M. Green, « Recent work on women’s medicine in Medieval Europe », dans Society for Ancient Medicine, Newsletter, 21, 1993, p. 132-41.

15 La Vie ancienne de S. Syméon Stylite te Jeune, c. 113, éd. P. Van den Ven, Subsidia Hagiographica, 32, Bruxelles, Société des Bollandistes, 1962, t. I, p. 93.

16 Ibid., c. 3-4, 10-13 ; t. 1, p. 5-7, 10-12.

17 Vie de S. Théodore de Sykéon, c. 3, éd. A.-J. Festugière, Subsidia Hagiographica 48, Bruxelles, Société des Bollandistes, 1970, t. 1, p. 3.

18 Ibid., c.5, t. 1, p. 4-5.

19 Ibid., c.25, t. 1, p. 21-22.

20 C. L. et W. R. Connor, The Life and Miracles of St Luke, c. 7, Brookline, Massachusetts, 1994, p. 14-15.

21 Ibid., c. 11, p. 20.

22 Ibid., c. 12, p. 20.

23 Ibid., c. 16, p. 24.

24 L. Ryden éd., Das Leben des heiligen Narren Syméon von Leontios von Neapolis, Studia graeca Upsaliensia, 4, Uppsala, Almquist et Wiksell, 1963, p. 130 ; tr. Fr., Vie de Syméon le Fou, A.J. Festugière, Bibliothèque archéologique et historique, 94, Paris, Geuthner, 1974.

25 Ibid.

26 A. Laiou, op. cit., p. 16-17.

27 M.-H. Fourmy et M. Leroy éds., « La Vie de Philarète », dans Byzantion, 9, 1934, p. 85-170, ici p. 141-5.

28 Voir G. Dagron, « Nés dans la pourpre », dans Travaux et Mémoires, 12, 1994, p. 105-42, ici p. 139.

29 Ibid., p. 141, 143.

30 Ibid., p. 165-167.

31 J. P. Migne éd., Patrologia graeca, 100, col. 1076B-D, 1080A.

32 J. Beaucamp, « Difficile et dissimulée : la rébellion contre la famille à Byzance (4e-7e siècles) », dans M. T. Fögen éd., Ordnung und Aufruhr im Mittelalter, Frankfurt am Main, Klostermann, 1995, p. 265-86.

33 Voir Protévangelion de Jacques, c. 6-8, Evangelion de Thomas, c. 48-50 ; F. Queré, Évangiles apocryphes, Paris, Le Seuil, 1983. Je tiens à remercier vivement Mme le professeur Aline Rousselle, qui a attiré mon attention sur la large diffusion de ces textes en langues diverses (recensions arabe, copte, géorgienne, arméniennne, slavonne et latine).

34 J. Lafontaine-Dosogne, Iconographie de l'enfance de la Vierge dans l’Empire byzantin et en Occident, Mémoires de la classe des Beaux-Arts, 2e série, t. XI, fasc., 3, Bruxelles, 1964, cité ici d’après la réed. 1992, t. II, p. 183, suggère que la version géorgienne d’une Vie de la Vierge par Maxime le Confesseur, aurait pu servir de base pour cette idée, voir le c. 9.

35 J. Lafontaine-Dosogne, op. cit., t. I, p. 157-8, avec l’inscription, H thetokos didaskomene en to hiero.

36 Il ‘Peri tou Biou tes Hyperagias Theotokou’di Epiphanio, éd. E. Franceschini, Studi e Note di Filologia Latina Medievale, Milan, Vita e Pensiero, 1938, p. 109-28, ici p. 113-4.

37 W. Scase, « St. Anne and the Education of the Virgin : Literary and Ascetic Traditions and their Implications », dans N. Rogers éd., England in the Fourteenth Century, Harlaxton Medieval Series, 3, Stamford, 1993, p. 81-96, ici p. 90-92.

38 Communication personnelle de M. le Professeur Jeffrey Anderson, qui reçoit mes plus vifs remerciements.

39 J. Herrin, « Women and the faith in icons in early Christianity », dans R. Samuel et O. Stedman Jones éds., Culture, Ideology and Politics, London, Routledge, 1982, p. 56-83 ; A.-M. Talbot et A. P. Kazhdan, « Women and Iconoclasm », dans Byzantinische Zeitschrift, 84/5, 1991/2, p. 391-408 ; P. Hatlie, « Women of discipline during the Second Iconoclast Age », dans ibid., 89, 1996, p. 37-44.

40 Syméon le Logothète, Chronographia, p. 624-9 ; George le Moine, Vitae imperatorum recentiorum, p. 789-90, Theophanes Constinuatus, p. 89-92, éd. I. Bekker, Corpus Scriptorum Historiae Byzantiane, t. 45, Bonn, 1838.

41 Je tiens à remercier Madame Catherine Otten qui a bien voulu lire et améliorer mon texte français.

Auteur

Centre for Hellenic Studies King’s College — Londres

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540