Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xe siècles)

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Régine Le Jean
, 
Alain Dierkens
, 
et al.

La veuve du prince au tournant de l’an mil : l’exemple de Berthe de Bourgogne1

Emmanuelle Santinelli

Texte intégral

  • 1 Je remercie Régine Le Jan pour les remarques dont elle m’a fait part, après lecture de cet article.
  • 2 Voir en particulier J. Verdon, Les femmes dans la société en France aux Xe-XIe siècles, Paris, 1974 (...)
  • 3 Voir en particulier P. Corbet, Les saints ottoniens. Sainteté dynastique, sainteté royale et sainte (...)
  • 4 Je me propose donc de combler cette lacune en étudiant les veuves entre Seine et Rhin, du VIIIe au (...)

1Depuis une vingtaine d’années, le nombre d’études et de colloques portant sur les femmes du haut Moyen Âge s’est multiplié2, et depuis plus récemment, une catégorie de ces femmes retient l’attention : les veuves3, bien qu’aucun ouvrage n’ait encore étudié la question dans son ensemble4 : les historiens s’efforcent de saisir quels pouvaient être le statut et le rôle de la femme à cette époque, notamment des femmes mariées, donc souvent mères, et parfois veuves. Ce sont ces deux aspects que les organisateurs du présent colloque m’ont demandés d’aborder, et il m’a semblé que l’étude du cas de Berthe de Bourgogne permettrait d’apporter ma contribution à cette enquête.

  • 5 Avant 981, puisque dans un acte d’Eudes du 3 mai 983, figurent parmi les souscripteurs, son plus je (...)
  • 6 Eudes Ier, du fait de l’importance de sa puissance, est qualifié de princeps dans les sources.
  • 7 Eudes meurt le 12 mars 996 (voir F. Lot, Études sur le règne de Hugues Capet et la fin du Xe siècle (...)

2Berthe, fille du roi Conrad de Bourgogne et de sa seconde femme Mathilde, épouse, en 981 au plus tard5, Eudes, comte de Blois, Tours et Chartres6, dont elle a plusieurs enfants. Devenue veuve7 en 996, elle se remarie, quelques mois plus tard, avec le roi Robert II le Pieux. Berthe, femme de la très haute aristocratie, a donc été mère et veuve : mais quel type de mère fut-elle ? Quelles relations Berthe a-t-elle entretenue avec ses enfants ? Quelles furent les conséquences de la mort de son mari, au niveau politique, économique, social, sentimental ? Pourquoi Berthe se remaria-t-elle ? Et quelles furent les conséquences de ce remariage pour les enfants de son premier lit ? Autant de questions qui trouvent en partie réponse dans les sources narratives et diplomatiques. L’étude de celles-ci révèle les deux grandes facettes de la personnalité de Berthe : c’est, d’une part, une mère proche de ses enfants, et d’autre part, une veuve, chef de famille, agissant donc toujours dans l’intérêt de celle-ci.

I. Une mère proche de ses enfants

  • 8 Agnès figure parmi les souscripteurs de deux chartes sans date du cartulaire de Saint-Père de Chart (...)
  • 9 Voir note 5 ci-dessus.
  • 10 S. F. Wemple, op. cit., p. 59 ; S. F. Wemple, « Sons and Mothers », dans D. Baker, op. cit., p. 90- (...)
  • 11 Selon l’interprétation de l’époque, la capacité de donner des enfants, et plus particulièrement des (...)
  • 12 Berthe devait alors avoir une trentaine d’années. Ses parents se sont mariés vers 964 (voir F. Lot,(...)
  • 13 G. Duby, Le chevalier, la femme et le prêtre, Paris, 1981, p. 89 ; et qu’il avait besoin d’une nouv (...)
  • 14 G. Duby, op. cit., p. 91. Le mariage de Robert et de Berthe, même s’il a été accepté par une partie (...)

3Avec son premier époux, Berthe a donc eu plusieurs enfants, dont 3 nous sont connus : 1 fille, Agnès8, et 2 fils, Thibaud, Eudes9. Il convient de rappeler, tout d’abord, l’importance d’être mère pour une femme du haut Moyen Âge. Pour une femme de l’aristocratie, cela signifiait qu’elle avait donné à son époux - ou qu’elle pourrait lui donner - un héritier, événement qui lui permettait de fortifier sa position aux cotés de son époux10. Si Berthe n’avait pas donné de fils à Eudes, et ainsi prouvé ses capacités11, et si elle n’était pas encore en âge de pouvoir en concevoir12, Robert ne l’aurait pas prise pour épouse, bien qu’elle constituât un très beau parti sur lequel nous reviendrons plus loin. Et si Berthe a été répudiée par Robert, qui avait pourtant su résister pendant plusieurs années aux pressions de l’Église, c’est probablement plus parce que Berthe ne lui avait pas donné d’héritier13, que parce qu’il avait fini par se plier aux injonctions papales et épiscopales14.

4Berthe a donc su remplir la première mission qui est exigée d’une épouse, à savoir donner à son époux des héritiers. Quelles ont été ses relations avec ses enfants ? Quel type d’éducation leur a-t-elle donné ? Les sources ne nous fournissent guère de détails sur ce dernier point. Mais, d’après ce qu’elles nous révèlent et ce que l’on sait par ailleurs pour d’autres mères, on peut émettre quelques hypothèses sur les relations de Berthe avec ses enfants, alors que ceux-ci étaient en bas âge. Nous sommes ensuite mieux renseignés sur ses rapports avec eux, après le décès d’Eudes.

1.1. Berthe et ses enfants en bas âge

  • 15 Voir note 5 ci-dessus.
  • 16 P. Riché et D. Alexandre-Bidon, L’enfance au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 53. Les premières traces de (...)
  • 17 P. Riché et D. Alexandre-Bidon, op. cit., p.
  • 18 R. Le Jan, op. cit., p. 379.

5Tout d’abord, une charte d’Eudes, souscrite le 3 mai 983, fut signée par sa femme Berthe, puis par ses 2 fils Thibaud et Eudes, dont il est précisé pour ce dernier qu’il dormait dans un berceau15 : Berthe disposait, en effet, comme d’autres mères de cette époque, d’un mobilier destiné aux enfants - attesté par les sources écrites mais aussi par l’archéologie - à commencer par le berceau, qui était donc déplacé d’une pièce à l’autre, en fonction des activités de la mère, ici de la chambre à la grande salle du château de Blois, voire emporté à l’extérieur de la maison16 ; mais Berthe a pu aussi disposer, comme une minorité de mères, pour ses enfants en bas âge de petites chaises, de cuvettes pour les baigner, de déambulateurs pour apprendre à marcher17. La charte citée ci-dessus montre, par ailleurs, que les enfants du comte et de la comtesse de Blois vivaient auprès de leurs parents et que, même petits, ils étaient étroitement associés à la vie familiale, y compris à la politique, puisqu’ils figuraient parmi les témoins des actes. Au Xe siècle, la structure interne du ménage s’est en effet profondément modifiée, comme l’a démontré R. Le Jan18, pour se structurer plus fermement autour du couple conjugal et de ses enfants qui deviennent alors tous responsables de la puissance et de la fortune familiale.

  • 19 P. Riché et D. Alexandre-Bidon, op. cit., p.
  • 20 P. Riché et D. Alexandre-Bidon, op. cit., p. 112-3. C’est ce que nous révèle explicitement le Manue (...)
  • 21 R. Le Jan, op. cit., p. 348-349 ; R. Le Jan, « Apprentissages militaires, rites de passage et remis (...)

6Les sources ne nous ont pas laissé de détails sur l’éducation que Berthe donna à ses enfants. Il est probable que, comme les autres mères de l’époque, ce soit elle qui se chargea de leur première éducation19, et notamment de leur instruction religieuse. Il appartenait en effet aux mères d’initier leurs enfants à la prière, aux gestes et à la manière de prier20 : Berthe s’étant montrée généreuse et attentive envers les établissements religieux, il est peu probable qu’elle ne se soit pas acquittée de cette tâche. Après cette première éducation, elle a probablement ensuite passé le relais à son époux pour qu’il se charge de l’éducation militaire que ses fils ont dû recevoir, comme tout fils de l’aristocratie21, se réservant la poursuite de celle d’Agnès.

1.2. Berthe, veuve aux côtés de ses enfants

  • 22 Emma, sœur d’Eudes Ier, est alors veuve de Guillaume IV, dit Fierbras, duc d’Aquitaine, mort en 996
  • 23 L. Lex, Eudes, comte de Blois, de Tours, de Chartres et de Meaux (995-1037) et son frère Thibaud (9 (...)
  • 24 Diplômes de Hugues Capet, dans Recueil des Historiens de la Gaule et de la France, t. X, no XII, p. (...)
  • 25 L. Lex, op. cit., no VII, p. 131.
  • 26 L. Lex, op. cit., no VIII, p. 133 ; Cartulaire de Marmoutier pour le Dunois (832-XVIIIe s), éd. C. (...)
  • 27 E. Mabille éd., Cartulaire de Marmoutier pour le Dunois, Chateaudun, 1874, no III, p. 4.
  • 28 L. Lex, op. cit., catalogue d’actes, no 13, p. 102.
  • 29 En 1004, selon moi : voir note 85.
  • 30 L. Lex, op. cit., no X, p. 136.
  • 31 1005 correspond à l’année de mariage d’Eudes II avec Ermengarde (voir note 33), qui apparaît dans l (...)
  • 32 B. Guerard éd., Cartulaire de Saint-Père de Chartres, Paris, 1840, t. 1, no V, p. 96.
  • 33 Eudes a épousé Ermengarde, fille de Robert comte d’Auvergne et d’Ermengarde, soeur de la reine Cons (...)

7Nous sommes, par contre, mieux renseignés sur les relations de Berthe avec ses enfants, une fois celle-ci devenue veuve. Les sources nous la montrent aux côtés de ceux-ci, pendant leur minorité, mais aussi ensuite. En 996, à la requête de sa belle-sœur Emma22, elle confirma avec ses fils, Thibaud et Eudes, la donation du domaine de Bourgueil qu’Eudes Ier avait faite à sa sœur pour y fonder un monastère (future abbaye de Bourgueil, dédiée à Saint-Pierre)23, et, accompagnée de ses fils, elle alla trouver les rois Hugues et Robert, pour les supplier de confirmer cette fondation24. Son remariage avec Robert ne l’empêcha pas de continuer à intervenir en Touraine : ainsi, dans un acte daté de 996-1001 par L. Lex, elle souscrit, avec le titre de regina, aux côtés de son fils Eudes, une donation du vicomte Hugues de Chateaudun, à l’abbaye de Marmoutier25. Pendant la même période, elle abandonna avec ses fils, à cette même abbaye de Marmoutier, le droit de tonlieu levé sur chaque bateau passant au port de Blois26. En 1004, elle souscrit avec son fils Eudes une donation de Giselbert et sa femme Ingultie encore au même monastère27. Elle ne resta pas seulement en contact avec ses fils : sa fille Agnès fut aussi présente à Blois, en 1001, avec ses frères Thibaud et Eudes, lors de la confirmation par Berthe de la donation faite par Emma à l’abbaye de Bourgueil28. Après sa répudiation29, les chartes nous la montre aux côtés de son fils Eudes, auprès duquel elle revint s’établir : En 1009-1012, elle souscrit, à Tours, avec lui, la vente de la viguerie de Chinon par Hubert de Saumur à Saint-Pierre de Bourgueil30 ; et à une date inconnue, entre 1005 et 102431, elle souscrit la donation de son fils à Saint-Père de Chartres32. Mais à ce moment là, elle ne jouait plus le premier rôle auprès de celui-ci : Berthe signa, en effet, après l’épouse de son fils, Ermengarde33, et d’une façon générale, elle apparut beaucoup moins dans les actes de son fils.

1.3. Des enfants attachés à leur mère

  • 34 L. Lex, op. cit., p. 56.
  • 35 L. Lex, no XXIV, p. 159-160 (1034-1037) : Eudes fait une donation à Marmoutier, entre autre « pro a (...)

8Si Berthe a toujours été proche de ses enfants et a toujours défendu leurs intérêts, ceux-ci se sont aussi montrés attachés à leur mère. Ainsi, comme nous l’avons vu, Eudes l’a accueillie après sa répudiation, se plaçant ainsi en protecteur de sa mère, qui ne disposait alors plus de protection masculine, puisque veuve et répudiée par son deuxième époux. De même, après sa mort, ses fils ne l’abandonnèrent pas, et travaillèrent, en bons fils, à son salut : en effet, pour racheter les péchés de leur mère (et notamment son mariage avec Robert, et sa non-obéissance à l’Église pendant 8 ans, sur lesquels nous reviendrons), ils firent plusieurs donations, notamment à Reims, à Chartres34, et à Marmoutier35 : c’était un juste retour des choses, puisque, comme nous allons le voir, Berthe avait toujours agi pour sauvegarder leurs intérêts. En effet, en mère proche de ses enfants, c’est en grande partie le souci de ses enfants, de leur protection et de la préservation de leur patrimoine, qui a dicté sa conduite, après la mort de leur père. Elle s’est en effet substituée à lui et joua donc alors le rôle d’un véritable chef de famille.

II. Berthe, une veuve chef de famille

  • 36 Eudes Ier détenait, en effet, 2 groupes de territoires : le premier en Beauce (autour de Chartres e (...)
  • 37 Richer, Histoire de France (888-995), éd. et trad. R. Latouche, t. II, Paris, 1864, p. 330.
  • 38 R. Le JAn, op. cit., p. 366.
  • 39 Pour les références conciliaires et capitulaires, voir E. Santinelli, Les veuves dans la vie de l’É (...)
  • 40 Richer, op. cit., p. 328 : « Berta, Odonis uxor, suarum rerum defensorem atque advocatum Rotbertum (...)

9Devenue veuve, Berthe s’est tout d’abord attachée à protéger ses enfants ainsi que leur patrimoine. Elle pouvait s’inquiéter. La mort d’Eudes la laissait à la tête d’une puissante principauté36, sans protection masculine, puisque que ses fils étaient encore fort jeunes : l’aîné, Thibaud, devait avoir une quinzaine d’années. Or, l’ennemi héréditaire de la maison de Blois ne manqua pas de profiter de la situation : Foulques Nerra, comte d’Anjou, s’empara, en effet, alors de Tours et d’autres possessions du comte de Blois37 : Berthe se devait donc, comme toute veuve de la haute aristocratie restant dans le siècle, d’avoir un défenseur (ou avoué) pour diriger les opérations militaires dans les conflits, et d’une façon générale, faire valoir ses droits et la seconder dans la gestion de ses domaines38. Berthe s’adressa alors au roi Robert, qui lui devait protection à double titre : en tant que seigneur des comtes de Blois, il devait protéger ses vassaux ainsi que leur famille ; et en tant que roi, il avait la mission (reçue lors du sacre) de défendre les faibles, au premier rang desquels figurent les veuves39. Robert devint donc l’avoué de Berthe et le défenseur de ses biens40, afin de l’aider à gérer et à conserver le patrimoine de ses enfants.

2.1. Un remariage pour préserver l’héritage d’Eudes

  • 41 Richer, op. cit., p. 330 : « Berla, Rotberto nubere volens, Gerbertum consulit »
  • 42 Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux, op. cit., p. 93 : « ... facinus copulationis inlicitae, (...)
  • 43 Robert a répudié sa première épouse, Rozala-Suzanne, parce que, nous dit Richer, elle était trop vi (...)
  • 44 Richer, op. cit., p. 330 : « Melius sit parvum aggredi malum ut maximum evitetur ».
  • 45 G. Duby, op. cit., p 87.
  • 46 A. Baudoin, « Les trois femmes du roi Robert », dans Mémoire de l'Académie des Science Inscriptions (...)

10Que Berthe ait voulu ensuite transformer cette relation en un lien plus durable et plus sûr, cela peut se justifier, d’autant que les Capétiens avaient toujours, jusque-là, soutenu les comtes d’Anjou. Le remariage de Berthe s’expliquerait donc par sa volonté de conserver l’héritage de son mari. Cela dit, si Richer nous montre Berthe à l’origine41 de ce mariage doublement condamné par l’Église42, on sait que Robert était tout à fait capable de ne pas s’embarrasser d’une femme dont il ne voulait pas43, et donc, si le mariage eut lieu, c’est qu’il y était consentant. Richer nous dit d’ailleurs que, pour se justifier, Robert affirma qu’il préférait faire un petit mal, à savoir enfreindre les canons conciliaires, pour en éviter un très grand44 : en effet, Berthe assurait la « régence », pour la principauté de Blois-Tours-Chartres, dont les possessions enveloppaient celles des Capétiens ; Pour G. Duby, ce mariage était, pour Robert, un moyen de « mieux tenir sinon la couronne, du moins la principauté, le duché de France »45. Par ailleurs, Berthe était la sœur du roi Rodolphe III de Bourgogne, qui n’avait pas de descendance directe. Les fils de Berthe, voire son époux si elle se remariait, pourraient donc revendiquer des droits sur l’héritage de celui-ci46 : ainsi la principauté de Blois-Tours-Chartres, déjà très importante, pourrait encore accroître sa puissance. Le danger que représentait une telle réalité, à court et à plus long terme, était évident. Épouser Berthe permettait à Robert de l’éviter.

  • 47 Berthe était donc apparentée aux plus grands de l’époque : elle cousinait avec Louis V, Arnoul, arc (...)
  • 48 C. Pfister, Étude sur le règne de Robert le Pieux (996-1031), Paris, 1885, p. 47-8.
  • 49 C’est aussi l’avis de P. Stafford, op. cit., p. 33.

11Par ailleurs, Berthe, fille de Mathilde, et donc petite-fille de Louis IV et Gerberge47, avait du sang royal dans ses veines, et mieux encore du sang carolingien, ce qui ne pouvait que renforcer la légitimité des Capétiens ; et enfin, comme nous l’avons vu, Berthe, ayant donné au moins deux fils à son premier mari, serait à même d’engendrer un héritier. Berthe constituait donc l’un des meilleurs partis à l’époque. Si certains historiens ont vu dans ce mariage une belle histoire d’amour48, ce qui n’est pas forcément exclu, il ne fait cependant aucun doute qu’il s’agissait avant tout d’un mariage politique, dans lequel chacun des deux partis trouvait son intérêt49.

  • 50 Richer, op. cit., p. 330 : « Rotbertus rex, patri succedens,... Bertam duxit usorem ».
  • 51 L. Halphen, Le comté d’Anjou au XIe siècle, Paris, 1906, p. 232, démontre que début 997, Berthe n’é (...)
  • 52 Pour différentes raisons : religieuses, selon C. Pfister, op. cit., p. 50, Robert violant par là-mê (...)
  • 53 L. Lex, op. cit., no VIII, p. 133 : « Berta nutu omnipotentis dei regna ». Cartulaire blésois de Ma (...)
  • 54 L. Lex, op. cit., no VII, p. 131 ; Cartulaire de Saint-Père de Chartres, op. cit., I, no V, p. ; Ca (...)
  • 55 Le 19 avril 997 (M. W. Newman, Catalogue des actes de Robert II, roi de France, Paris, 1937, no 9, (...)
  • 56 Richer, op. cit., t. II, p. 330.
  • 57 L. Lex, op. cit., p. 27-28.

12Cette union eut lieu peu après la mort de Hugues Capet50, fin 996-début 99751, soit moins d’un an après le décès d’Eudes Ier, donc assez rapidement, ce qui peut s’expliquer par l’urgence de la situation. Le mariage aurait même pu avoir lieu avant, mais il semble que Hugues y était hostile52. Berthe devint donc reine, « par la volonté de Dieu tout puissant », précise-t-elle dans l’acte de l’une de ses donations à Marmoutier53 ; titre de reine qu’elle porte dans de nombreux actes54. On la voit alors agir auprès de Robert, qui souscrit un certain nombre d’actes à sa demande55. Mais cela ne lui en fait pas pour autant oublier la principauté qu’a laissée Eudes Ier, ni la défense des intérêts de celle-ci, et donc de ses enfants, d’autant que, comme nous l’avons vu, c’est essentiellement pour cette raison qu’elle a effectué ce second mariage. D’ailleurs, l’une des premières choses à laquelle elle se soit attachée, ce fut d’inciter Robert à remettre en cause le système d’alliance des Capétiens, en le poussant à prendre parti pour la maison de Blois aux dépens de celle d’Anjou, et donc à attaquer Foulques, dès 997. Ainsi, cela permit à Berthe et à ses fils de récupérer Tours et les autres biens que celui-ci leur avait pris56. De même, c’est l’appui de Robert qui permit à Eudes, en 1006-1007, de conserver la dot de sa première épouse défunte Mathilde, dot qu’il avait refusée de rendre au frère de celle-ci, Richard II duc de Normandie, qui lui en contestait la propriété57. Berthe a donc réussi, en se remariant, à préserver l’héritage laissé par son défunt mari.

2.2. Berthe, substitut du père dans le gouvernement de la principauté et la gestion du patrimoine

  • 58 S. F. Wemple, « Le pouvoir des femmes en Europe occidentale au Xe siècle », dans M. Rouche et J. He (...)
  • 59 L. Lex, op. cit., no VI, p-131.
  • 60 Diplômes de Hugues Capet, op. cit., p. 563.
  • 61 L. Lex, op. cit., catalogue d’actes no 13, p. 102.
  • 62 P. Stafford, op. cit., p. 50.
  • 63 L. Lex, op. cit., no VII, p. 131-2.

13En ce qui concerne le gouvernement de la principauté que son mari avait laissée, les sources nous montrent alors Berthe agir en chef de famille, comme un homme l’aurait fait à sa place58. Jusqu’en 1004, elle intervient dans la majorité des actes souscrits par ses fils, et paraît avoir eu l’initiative pour certains d’entre eux, notamment au début de la période. En 996, c’est à Berthe qu’est venue s’adresser Emma, sœur de son défunt mari, pour obtenir la confirmation de la donation que lui avait faite Eudes Ier, pour la construction de l’abbaye de Bourgueil : Thibaud et Eudes confirmèrent cette donation et signèrent l’acte en premiers, mais il semble bien que ce soit à Berthe que s’était adressée Emma59 et c’est à sa belle-sœur qu’Emma demanda d’intervenir auprès des rois Hugues et Robert pour leur faire confirmer la fondation de cette abbaye60. De même, en 1001, c’est encore à Berthe qu’Emma s’adressa pour que sa belle-sœur et ses enfants confirment les donations qu’elle avait faite à la même abbaye61. Et, quand, à une date incertaine entre 996 et 1001, Hugues de Saint-Maurice, vicomte de Chateaudun, fait une donation à l’église de Marmoutier, Berthe souscrit avant son fils. Cependant, son remariage avec Robert a donné à celui-ci un droit de regard sur les affaires de la principauté62, puisque, dans cette dernière charte, c’est lui qui signe en premier, avant Berthe et Eudes63.Cela dit, c’est la seule fois où il apparaît dans les actes de Touraine : Berthe a probablement su se réserver ce qui lui revenait de droit, ne faisant appel à Robert uniquement quand elle était en difficulté et qu’elle avait donc besoin de son appui.

  • 64 Après la mort de Thibaud, en 1004, Eudes II devient principal héritier de la principauté.
  • 65 L. Lex, op. cit., no X, p. 136-140 : « Mater Odoni, Berta nomine, habuit una uncia de auro et sepia (...)

14Berthe assura donc le gouvernement, et par là même, la continuité du pouvoir dans la principauté, du moins jusqu’à ce que son fils Eudes soit à même de l’exercer. À partir de 1004, elle apparaît moins souvent aux cotés de son fils64, qui est alors secondé par son épouse Ermengarde, mais elle doit continuer à avoir une certaine influence à la cour d’Eudes II, si Ton en croit une charte de 1009-1012 : en effet, lors de la vente de l’un de ses biens effectuée par Hubert miles du château de Saumur, à Saint-Pierre de Bourgueil, Eudes, pour avoir donné son consentement à la transaction, reçoit cent sous, et Berthe, en tant que mère du comte, reçoit une once d’or et mille sèches65.

  • 66 Provins, dot présumée de Lietgarde, mère d’Eudes Ier, faisait partie du douaire de Berthe (M. Bur, (...)
  • 67 F. Lot, « La chanson de Landri », dans Romania, t. 32, 1903, p. 1-17, p. 3 ; F. Lot, Étude sur le r (...)
  • 68 R. Le Jan, op. cit., p. 365.
  • 69 R. Le Jan, op. cit., p. 369.
  • 70 L. Lex op. cit., no VIII, p. 133 ; Cartulaire blésois de Marmoutier, op. cit., no V, p. 10.
  • 71 R. Le Jan, op. cit., p. 371.
  • 72 L. Lex, op. cit., catalogue d’actes, no 11, p. 101 ; Cartulaire de Marmoutier pour le Dunois, op. c (...)
  • 73 Cartulaire de Saint-Père de Chartres, op. cit., no V, p. 96.
  • 74 R. Le Jan, op. cit., p. 371.
  • 75 R. Le Jan, op. cit., p. 365.

15Les sources nous montrent aussi Berthe gérer, en chef de famille, le patrimoine familial, avec ses fils. Dans son Rythmus satiricus, Adalberon nous montre Berthe prête à disposer de ses biens propres66, à savoir ici de Provins, en faveur de Landri, comte de Nevers, favori du roi, si celui-ci lui rendait service67. Ses fils ne sont pas alors mentionnés, mais il ne s’agissait là que d’une promesse, et par la suite, la donation de Provins n’a pas eu lieu ; car sinon, les fils de Berthe auraient probablement dû y consentir puisqu’à partir du Xe siècle, la gestion du patrimoine des veuves est plus étroitement contrôlée par leurs fils68, notamment lorsqu’il s’agit du douaire69. Ainsi, alors qu’elle est reine, la donation de Berthe à l’abbaye de Marmoutier, à savoir le tonlieu perçu sur chaque bateau passant par le port de Blois, est faite de concert avec ses fils Thibaud et Eudes70. Mais, en contrepartie, ses fils devaient gérer leur héritage avec l’accord de leur mère71. Berthe était ainsi associée à la donation de son fils, le comte Eudes, à l’abbaye de Marmoutier72. De même, quand, à une date indéterminée après 1005, Eudes donna à Saint-Père de Chartres sa part de la terre de Boscus medius, Berthe signa après son fils et l’épouse de celui-ci, Ermengarde73. Berthe, comme les autres veuves de la fin du Xe siècle, disposait donc moins librement de ses biens que ses ancêtres des trois siècles précédents, mais en contrepartie, elle gagnait, d’une part, un droit de regard sur la gestion du patrimoine laissé par son époux74, et d’autre part, une plus grande autorité qu’auparavant75, comme nous l’avons vu.

2.3. Berthe, respectueuse des devoirs réservés à l’épouse et à la veuve

  • 76 S. Farmer, « Persuasive Voices. Clerical images of medieval wives », dans Speculum, 61, 1986, p. 51 (...)
  • 77 Cartulaire de Saint-Père de Chartres, op. cit., no I, p. 81.
  • 78 L. Lex, op. cit., no VI, p. 129-131.
  • 79 voir note no 55.
  • 80 Diplômes du roi Robert, op. cit., no IV, p. 575-576.
  • 81 L. Lex, op. cit., no VIII, p. 133 ; catalogue d’actes, no 11, p. 101 ; Cartulaire blésois de Marmou (...)
  • 82 L. Lex op. cit., catalogue d’actes, no 15, p. 103 ; Chronique des églises d’Anjou, op. cit., p. 255
  • 83 Voir carte en annexe.

16Mais si Berthe, après la mort de son époux, a pris en main, tel un homme, le gouvernement de la principauté et la gestion du patrimoine, elle n’en a pas pour autant oublié les devoirs spécifiques réservés aux femmes. Ainsi, Berthe s’est illustrée dans son action en faveur des établissements ecclésiastiques, devoir typiquement féminin, même si les hommes se sont aussi montrés généreux ; mais les actes précisent souvent que ces derniers sont intervenus à la demande de leur épouse ou de leur mère76. Déjà, alors qu’elle était encore mariée avec Eudes, Berthe était intervenue auprès du roi Lothaire, en faveur de Saint-Père de Chartres77 On l’a vu ensuite confirmer, en 996, la donation de son mari pour la fondation de l’abbaye de Bourgueil78. Puis elle profite de sa situation de reine pour demander à Robert de souscrire des actes en faveur du monastère de Saint-Maur-des-Fossés, en 997 et 99979 et en faveur de l’abbaye de Saint-Magloire vers 99980. Elle fait elle-même quelques donations, notamment à Marmoutier81 et va jusqu’à s’adresser au pape Jean XVII afin que celui-ci confirme les possessions de l’abbaye de Saint-Florent de Saumur82. Berthe s’est donc montrée une femme pieuse, généreuse, et elle n’a pas épargné sa peine en faveur des monastères, notamment ceux de sa principauté (Saint-Père de Chartres, Bourgueil, Marmoutier, Saint-Florent de Saumur)83.

  • 84 J.-D. Mansi, op. cit., t. XIX, col. 225.
  • 85 En 1004, selon moi : pour C. Pfister, Constance a déjà épousé Robert en 1003, mais Mabillon précise (...)
  • 86 Helgaud de Fleury, op. cit., p. 64.
  • 87 Raoul Glaber, Histoire, éd. et translated J. France, Oxford, 1989, p. 106-109 ; M. Bur, op. cit., p (...)
  • 88 M. Bur, op. cit., p. 156-157 ; Lex 1., op. cit., no 41 ; M.W. Newman, op. cit., no 55 ; Diplômes du (...)

17On peut donc se demander pourquoi alors, elle a enfreint les lois de l’Église en épousant le roi Robert en secondes noces ? Le fait que, comme Robert, Berthe se soit par ailleurs montrée pieuse et soucieuse des fondations religieuses, montre bien que, pour l’un comme pour l’autre, ce mariage représentait de graves enjeux, qui les obligeaient à transgresser ces lois et à subir pendant plusieurs années, la menace d’anathème proférée à leur encontre par le concile de Rome, en 99884 : pour Berthe, il s’agissait de l’avenir de ses fils. Grâce à son remariage, elle préserva l’intégrité de la principauté, et même après sa répudiation85, la maison de Blois conserva une influence à la cour. Helgaud de Fleury nous montre ainsi Eudes, fils de Berthe, auprès de Robert, à coté d’autres grands du royaume parmi les plus puissants86, et si Hugues de Beauvais se fit assassiner en 1008, par des agents de Foulques Nerra, c’est parce qu’il défendait, un peu trop au goût de celui-ci, auprès du roi, les intérêts de la maison de Blois87. En 1021, Eudes reçut même officiellement le titre de comte palatin, qui en faisait le premier conseiller du roi, titre dont le dernier porteur avait été Hugues de Beauvais88. Le remariage de Berthe a donc permis une influence durable de la maison de Blois à la cour. Berthe n’avait donc pas enfreint les lois de l’Église pour rien.

  • 89 P. Corbet, op. cit., p. 199.
  • 90 Idéal proposé, à partir du modèle de sainteté de l’impératrice Mathilde (décédée en 968), par l’Egl (...)
  • 91 L. Lex, op. cit., no VI, p. 129-131 : « pro amore omnipolentis Dei sanctorumque omnium veneralione, (...)
  • 92 L. Lex, op. cit., no VIII, p : « pro remedium animarum noslrorum et absolulionem piismi Odonis comi (...)
  • 93 Guibert de Nogent le dit explicitement en évoquant le cas de sa mère, dans De Vita sua, éd. et trad (...)
  • 94 P. Corbet, art. cit., p. 244.
  • 95 P. Corbet, art. cit., p. 240-1.
  • 96 P. Corbet, op. cit., p. 193-4, et art. cit., p. 236.
  • 97 Berthe est donc un autre exemple d’« épouse gardienne et aimante de la vie et de l’âme de son mari  (...)
  • 98 R. Le Jan, op. cit., p. 55.
  • 99 R. Le Jan, op. cit., p. 35.
  • 100 Richer, op. cit., t. II, p. 300. Dans un contexte de constitution de nécropoles familiales sacralis (...)

18Si Berthe a donc rempli ses devoirs envers l’Église, elle s’est aussi acquittée de ses obligations de veuve89, à savoir travailler, par ses bonnes œuvres, au salut de son époux défunt90. Ainsi, quand, en 996, Berthe et ses fils confirmèrent la donation de Bourgueil qu’Eudes avait faite à sa sœur Emma, il est dit dans l atte que c’est pour l’amour de Dieu tout puissant et la vénération de tous les saints, mais aussi, pour la rémission de tous les péchés de son seigneur le comte Eudes91. De même, quand elle donna, avec ses fils, les revenus du tonlieu de Blois, à Marmoutier, il est précisé que cela a été fait pour le repos de leurs âmes, mais aussi pour l’absolution de celle du pieux comte Eudes92. La veuve se devait, en effet, par ses donations, mais aussi par ses prières, de racheter les péchés de son époux, et d’adoucir ainsi ses supplices dans l’au-delà93. En effet, comme le remarque P. Corbet94, « dans une perspective chrétienne, il est naturel que le conjoint survivant se tourne vers Dieu en espérant le salut du compagnon disparu », ce qui montre que la mort de l’époux ne mettait pas fin à la communauté spirituelle fondée par les noces chrétiennes et rappelle la notion d’indissolubilité du mariage95 : l’épouse restait l’auxiliaire de son époux, même après le décès de celui-ci. Et, par ses gestes pro anima mariti, ses suffrages96, Berthe contribua à assurer la survivance de la memoria de son époux défunt, même après son remariage97 : la conservation et la transmission du souvenir des ancêtres, à commencer par celle du père, mort alors que ses enfants étaient en bas âge, était l’une des attributions essentielles de l’épouse aristocratique98, à une époque où la haute noblesse se fondait sur la gloire des ancêtres et où la mémoire permettait à l’individu de se situer dans sa parentèle99. Berthe mourut vers 1024 : peut-être rejoignit-elle son époux enterré à Marmoutier100, abbaye qui avait fait l’objet de tous ses soins durant son vivant ?

19Au total, Berthe s’est montrée une mère attentive à ses enfants et proche d’eux. Alors que ceux-ci étaient encore jeunes, elle a su préserver leur patrimoine, quitte à se remarier. Ce second mariage ne dut pas être, cependant, un lourd sacrifice pour Berthe qui devint ainsi reine de France, aux cotés d’un roi, loin d’être déplaisant aussi bien physiquement que moralement et intellectuellement, si l’on en croit les descriptions d’Helgaud de Fleury. Berthe nous donne l’exemple d’une mère et d’une veuve de la haute aristocratie de la Francia capétienne, au tournant de l’an Mil, cumulant les fonctions typiquement féminines d’entretien de la mémoire et de générosité envers l’Église, mais sachant aussi parfaitement assumer des charges normalement réservées aux hommes, comme le gouvernement de la principauté.

Annexes

ANNEXES

1. Berthe, liée au 3e degré à Robert

2. Berthe, apparentée aux plus grands personnages de l’Occident

3. Une puissante principauté enveloppant le domaine capétien

La France au début du XIe siècle

La France au début du XIe siècle

M. Parisse, « Qu’est-ce que la France de l’an Mil ? », dans R. Delort, La France de l’an Mil, Paris, 1990, p. 48.

4. Des donations en faveurs des monastères, notamment de sa principauté

Monastères qui ont bénéficié des faveurs de Berthe

Monastères qui ont bénéficié des faveurs de Berthe

Notes

1 Je remercie Régine Le Jan pour les remarques dont elle m’a fait part, après lecture de cet article.

2 Voir en particulier J. Verdon, Les femmes dans la société en France aux Xe-XIe siècles, Paris, 1974, Medieval women, D. Baker éd., Oxford, 1978 ; S. Wemple, Women in Frankish Society. Mariage and the Cloister, 500-900, Philadelphie, 1981 ; P. Stafford, Queens, Concubines, and dowagers, Athens Georgia, 1983 ; La femme au Moyen Âge, M. Rouche et J. Heuclin éd., Maubeuge, 1990 ; Histoire des femmes, G. Duby et M. Perrot dir., t. 2, Le Moyen Âge, Paris 1991.

3 Voir en particulier P. Corbet, Les saints ottoniens. Sainteté dynastique, sainteté royale et sainteté féminine autour de l’an Mil, Sigmaringen, 1986, notamment les pages 191-200, sur « le veuvage, prolongement du mariage » ; M. Parisse éd., Veuves et veuvage dans le haut Moyen Âge, Paris, 1993 ; R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, 1995, et plus particulièrement les pages 365-378 sur « les veuves et leur parenté » ; M. Aurell, Les noces du comte. Mariage et pouvoir en catalogne (785-1213), Paris, 1995, qui analyse précisément, entre autre, le veuvage de plusieurs comtesses.

4 Je me propose donc de combler cette lacune en étudiant les veuves entre Seine et Rhin, du VIIIe au XIe siècle (sujet de thèse en cours, sous la direction de Régine Le Jan).

5 Avant 981, puisque dans un acte d’Eudes du 3 mai 983, figurent parmi les souscripteurs, son plus jeune fils Eudes (II), adhuc in cunabulo quiescentis, et son fils aîné Thibaud, ce qui fait remonter leur naissance, pour Eudes, au début de l’année 983, voire en 982, et pour Thibaud, au plus tard en 981-2, ce qui implique un mariage de Berthe et Eudes avant cette date.

6 Eudes Ier, du fait de l’importance de sa puissance, est qualifié de princeps dans les sources.

7 Eudes meurt le 12 mars 996 (voir F. Lot, Études sur le règne de Hugues Capet et la fin du Xe siècle, Paris, 1903, p. 178, no 2).

8 Agnès figure parmi les souscripteurs de deux chartes sans date du cartulaire de Saint-Père de Chartres, éd. M. Guerard, Paris, 1840, t. I, c. IV, p. 95-6 et c. V, p. 96, ainsi que dans une charte de 1001 du cartulaire de Bourgueil, éd. L. Musset, « Actes inédits du XIe siècle, III : les plus anciennes chartes de l’abbaye de Bourgueil », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, t. LIV, année 1957 et 1958, Caen-Rouen, 1959, p. 15-54, Annexes, no I, p. 48-9.

9 Voir note 5 ci-dessus.

10 S. F. Wemple, op. cit., p. 59 ; S. F. Wemple, « Sons and Mothers », dans D. Baker, op. cit., p. 90-1 ; R. Le Jan, op. cit., p. 348 ; J. Hyam, « Ermentrude and Richildis », dans M.T. Gibson et J.-L. Nelson, Charles the Bald, Court and Kingdom, Oxford, 1990, p. 79-100, p. 158-61.

11 Selon l’interprétation de l’époque, la capacité de donner des enfants, et plus particulièrement des fds, ne relève bien évidemment que de la femme, tout homme étant par définition capable d’engendrer des garçons !

12 Berthe devait alors avoir une trentaine d’années. Ses parents se sont mariés vers 964 (voir F. Lot, Les derniers Carolingiens, Lothaire, Louis V, Charles de Lorraine, Paris, 1891, p. 177 ; Berthe est donc née en 965 au plus tôt.

13 G. Duby, Le chevalier, la femme et le prêtre, Paris, 1981, p. 89 ; et qu’il avait besoin d’une nouvelle alliance angevine, précise P. Stafford, op. cit., p. 42.

14 G. Duby, op. cit., p. 91. Le mariage de Robert et de Berthe, même s’il a été accepté par une partie de l’Église, a été condamné par le pape et un certain nombre d’évêque : le concile de Rome de 998, dans J. D. Mansi éd., Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, Florence-Venise, 1759-1778, t. XIX, col. 223-7, ordonne la séparation des deux époux et 7 ans de pénitence pour chacun d’eux (le pape, Grégoire V, cousin de l’empereur Otton III présent au concile, applique la politique disciplinaire, concernant les mariages consanguins, politique alors appliquée en Germanie : je remercie P. Corbet de m’avoir fait part de cette remarque) ; par ailleurs, Gerbert n’a pas donné son accord à ce mariage, lorsque Berthe s’était adressé à lui, et Helgaud de Fleury rappelle l’action d’Abbon de Fleury, qui fit d’amères reproches au roi, concernant son mariage et continua ses admonestations jusqu’au jour où le roi reconnut sa faute et abandonna Berthe, Vie de Robert le Pieux, éd. et trad. R. H. Bautier et G. Labory, Paris, 1965, ch. 17, p. 94.

15 Voir note 5 ci-dessus.

16 P. Riché et D. Alexandre-Bidon, L’enfance au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 53. Les premières traces de berceau à bascule attestées par l’archéologie remonte au VIIe siècle. Cela dit, le berceau reste réservé à une petite minorité : en Bourgogne, au XIVe s., seuls 3 % à peine des foyers en sont pourvus (p. 52).

17 P. Riché et D. Alexandre-Bidon, op. cit., p.

18 R. Le Jan, op. cit., p. 379.

19 P. Riché et D. Alexandre-Bidon, op. cit., p.

20 P. Riché et D. Alexandre-Bidon, op. cit., p. 112-3. C’est ce que nous révèle explicitement le Manuel de Dhuoda, éd. et trad. P. Riché, Paris, 1991 : Dhuoda, épouse et mère de la grande aristocratie du IXe siècle, séparée de son fils Guillaume, entreprit la rédaction de cet ouvrage, pour lui rappeler les principes moraux et religieux qu’il devra suivre.

21 R. Le Jan, op. cit., p. 348-349 ; R. Le Jan, « Apprentissages militaires, rites de passage et remises d’armes au haut Moyen Âge », dans Initiation, Apprentissage, Éducation au Moyen Âge, Actes du 1er colloque international de Montpellier de novembre 1991, Montpellier 1993, p. 211-232, p. 218.

22 Emma, sœur d’Eudes Ier, est alors veuve de Guillaume IV, dit Fierbras, duc d’Aquitaine, mort en 996.

23 L. Lex, Eudes, comte de Blois, de Tours, de Chartres et de Meaux (995-1037) et son frère Thibaud (995-1004), Troyes, 1892, no VI, p. 313.

24 Diplômes de Hugues Capet, dans Recueil des Historiens de la Gaule et de la France, t. X, no XII, p. 563.

25 L. Lex, op. cit., no VII, p. 131.

26 L. Lex, op. cit., no VIII, p. 133 ; Cartulaire de Marmoutier pour le Dunois (832-XVIIIe s), éd. C. Metais, Chartres-Blois, 1891, no V, p. 10.

27 E. Mabille éd., Cartulaire de Marmoutier pour le Dunois, Chateaudun, 1874, no III, p. 4.

28 L. Lex, op. cit., catalogue d’actes, no 13, p. 102.

29 En 1004, selon moi : voir note 85.

30 L. Lex, op. cit., no X, p. 136.

31 1005 correspond à l’année de mariage d’Eudes II avec Ermengarde (voir note 33), qui apparaît dans l’acte ; et 1024, à l’année présumée de la mort de Berthe.

32 B. Guerard éd., Cartulaire de Saint-Père de Chartres, Paris, 1840, t. 1, no V, p. 96.

33 Eudes a épousé Ermengarde, fille de Robert comte d’Auvergne et d’Ermengarde, soeur de la reine Constance, vers 1005, selon M. Bur, La formation du comté de Champagne vers 950 - vers 1150, Nancy, 1977, p. 154.

34 L. Lex, op. cit., p. 56.

35 L. Lex, no XXIV, p. 159-160 (1034-1037) : Eudes fait une donation à Marmoutier, entre autre « pro animae patris mei ac matris ».

36 Eudes Ier détenait, en effet, 2 groupes de territoires : le premier en Beauce (autour de Chartres et Chateaudun) et sur la moyenne vallée de la Loire (autour de Blois et Tours), le second en Brie (autour de Meaux et Provins jusqu’à Reims et Troyes) (F. Lot, op. cit., p. 159, M. Bur, op. cit., p. 125, et Y. Sassier, Hugues Capet, Paris, 1987) : voir carte en annexe.

37 Richer, Histoire de France (888-995), éd. et trad. R. Latouche, t. II, Paris, 1864, p. 330.

38 R. Le JAn, op. cit., p. 366.

39 Pour les références conciliaires et capitulaires, voir E. Santinelli, Les veuves dans la vie de l’Église, entre Seine et Rhin, du VIIe au XIe siècle, Lille, DEA., 1993, p. 63, notes 105 et 106.

40 Richer, op. cit., p. 328 : « Berta, Odonis uxor, suarum rerum defensorem atque advocatum Rotbertum regem accepit ».

41 Richer, op. cit., p. 330 : « Berla, Rotberto nubere volens, Gerbertum consulit »

42 Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux, op. cit., p. 93 : « ... facinus copulationis inlicitae, dum commatrem et sibi consanguinitatis vinculo nexam duxit uxorem ». Ce mariage était doublement condamné, car, d’une part, Robert et Berthe, ayant pour arrière grand-père commun Henri 1er l’Oiseleur, étaient parents au 3e degré, or l’Église interdisait les mariages entre parents jusqu’au 7e degré ; et d’autre part, Robert était parrain de l’un des enfants de Berthe, or l’Église condamnait les mariages entre les personnes liées par une parenté spirituelle (voir généalogie en annexe). Mais il semble que seuls les mariages pour consanguinité aient fait alors l’objet de poursuites.

43 Robert a répudié sa première épouse, Rozala-Suzanne, parce que, nous dit Richer, elle était trop vieille : Richer, op. cit., p. 286.

44 Richer, op. cit., p. 330 : « Melius sit parvum aggredi malum ut maximum evitetur ».

45 G. Duby, op. cit., p 87.

46 A. Baudoin, « Les trois femmes du roi Robert », dans Mémoire de l'Académie des Science Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, 8c série, t. V, ler semestre, Toulouse, 1883, p 201-222, p. 202-203. M. Bur, op. cit., p. 171.

47 Berthe était donc apparentée aux plus grands de l’époque : elle cousinait avec Louis V, Arnoul, archevêque de Reims, Otton, duc de Basse-Lorraine, et Gerberge, femme du comte Lambert de Louvain. Sœur, comme nous l’avons vu, du roi de Bourgogne Rodolphe, mais aussi de Gerberge, duchesse de Souabe, elle cousinait, du coté paternel, avec la reine Emma et l’empereur Otton II (voir M. Bur, op. cit., p. 152-3)

48 C. Pfister, Étude sur le règne de Robert le Pieux (996-1031), Paris, 1885, p. 47-8.

49 C’est aussi l’avis de P. Stafford, op. cit., p. 33.

50 Richer, op. cit., p. 330 : « Rotbertus rex, patri succedens,... Bertam duxit usorem ».

51 L. Halphen, Le comté d’Anjou au XIe siècle, Paris, 1906, p. 232, démontre que début 997, Berthe n’était pas encore mariée, en s’appuyant sur un acte reconnu faux par O. Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage, Paris, 1972, 2 t., t. 1, p. 24, no 124) : la date du remariage de Berthe reste donc comprise entre la mort d’Hugues Capet (23 au 23 octobre 996) et mai-juin 997.

52 Pour différentes raisons : religieuses, selon C. Pfister, op. cit., p. 50, Robert violant par là-même la législation canonique (mais on a vu que le clergé de Francie occidentale avait réagi assez mollement), mais plus sûrement politiques : tout d’abord, c’est Hugues qui avait négocié le premier mariage de son fils avec Rozala-Suzanne, que Robert répudia, moins d’un an après ; et d’autre part, Hugues privilégiait l’alliance angevine (G. Duby, op. cit., p. 88). Robert attendit donc la mort de son père, avant de prendre Berthe pour épouse.

53 L. Lex, op. cit., no VIII, p. 133 : « Berta nutu omnipotentis dei regna ». Cartulaire blésois de Marmoutier, op. cit., no V, p. 10.

54 L. Lex, op. cit., no VII, p. 131 ; Cartulaire de Saint-Père de Chartres, op. cit., I, no V, p. ; Cartulaire de Marmoutier pour le Dunois, op. cit., no III, p. 4.

55 Le 19 avril 997 (M. W. Newman, Catalogue des actes de Robert II, roi de France, Paris, 1937, no 9, p. 9-12 ; Migne éd., Patrologia latina cursus completus, t. 141, col. 947) ; vers 999 (Diplômes du roi Robert, dans Recueil des Historiens de la Gaule et de la France, t. X, no IV, p.  575-6) ; le 26 octobre 999 (M. W. Newman, op. cit., no 13, p. 14-5 ; Diplômes du roi Robert, op. cit., t. X no V p. 577).

56 Richer, op. cit., t. II, p. 330.

57 L. Lex, op. cit., p. 27-28.

58 S. F. Wemple, « Le pouvoir des femmes en Europe occidentale au Xe siècle », dans M. Rouche et J. Heuclin, op. cit., p. 343-351, p. 351 ; R. Le Jan, op. cit., p. 373 ; Même remarque pour le comté de Barcelone où, dans la première moitié du XIe siècle, Ermensende exerce deux fois l’autorité comtale, à la mort de son époux, puis à celle de son fils, voir M. Aurell, op. cit., p. 227-231, et du même auteur, « Les avatars de la viduité princière : Ermensende (ca. 975-1058), comtesse de Barcelone », dans M. Parisse, op. cit., p. 201-232, p. 203-206).

59 L. Lex, op. cit., no VI, p-131.

60 Diplômes de Hugues Capet, op. cit., p. 563.

61 L. Lex, op. cit., catalogue d’actes no 13, p. 102.

62 P. Stafford, op. cit., p. 50.

63 L. Lex, op. cit., no VII, p. 131-2.

64 Après la mort de Thibaud, en 1004, Eudes II devient principal héritier de la principauté.

65 L. Lex, op. cit., no X, p. 136-140 : « Mater Odoni, Berta nomine, habuit una uncia de auro et sepias mille ». Il ne semble pas qu’il y ait eu de conflit mère-veuve/fils, du type de ceux attestés entre Ermensende de Barcelone et son fils Berenguer Ramon Ier (voir M. Aurell, art. cit., p. 205), ou entre Constance et son fils Henri (voir C. Pfister, op. cit., p. 76-83).

66 Provins, dot présumée de Lietgarde, mère d’Eudes Ier, faisait partie du douaire de Berthe (M. Bur, La formation du comté de Champagne vers 950-vers 1150, Lille, 1977, p. 99).

67 F. Lot, « La chanson de Landri », dans Romania, t. 32, 1903, p. 1-17, p. 3 ; F. Lot, Étude sur le règne de Hugues Capet et la fin du Xe siècle, Paris, 1903, p. 408 ; F. Lot, Les derniers Carolingiens. Lothaire, Louis V, Charles de Lorraine, op. cit., p. 175, no 5 ; A. Baudouin, op. cit., p. 210 ; C. Pfister, op. cit., p. 50, no 3 et p. 254 : Landri, comte de Nevers à partir de 987-990, serait intervenu auprès du roi Robert pour favoriser le mariage avec Berthe.

68 R. Le Jan, op. cit., p. 365.

69 R. Le Jan, op. cit., p. 369.

70 L. Lex op. cit., no VIII, p. 133 ; Cartulaire blésois de Marmoutier, op. cit., no V, p. 10.

71 R. Le Jan, op. cit., p. 371.

72 L. Lex, op. cit., catalogue d’actes, no 11, p. 101 ; Cartulaire de Marmoutier pour le Dunois, op. cit.. no XIV, p. 14.

73 Cartulaire de Saint-Père de Chartres, op. cit., no V, p. 96.

74 R. Le Jan, op. cit., p. 371.

75 R. Le Jan, op. cit., p. 365.

76 S. Farmer, « Persuasive Voices. Clerical images of medieval wives », dans Speculum, 61, 1986, p. 517-543 ; J. Leclerc (Dom), « Rôle et pouvoir des épouses au Moyen Âge », dans M. Rouche et J. Heuclin, op. cit., p. 87-97, notamment p. 92.

77 Cartulaire de Saint-Père de Chartres, op. cit., no I, p. 81.

78 L. Lex, op. cit., no VI, p. 129-131.

79 voir note no 55.

80 Diplômes du roi Robert, op. cit., no IV, p. 575-576.

81 L. Lex, op. cit., no VIII, p. 133 ; catalogue d’actes, no 11, p. 101 ; Cartulaire blésois de Marmoutier (832-XVIIIe s), op. cit., no V, p. 10 et no L, p. 61.

82 L. Lex op. cit., catalogue d’actes, no 15, p. 103 ; Chronique des églises d’Anjou, op. cit., p. 255.

83 Voir carte en annexe.

84 J.-D. Mansi, op. cit., t. XIX, col. 225.

85 En 1004, selon moi : pour C. Pfister, Constance a déjà épousé Robert en 1003, mais Mabillon précise que, dans l'acte dont il est question, les souscriptions ont été rajoutées après coup (C. Pfister, op. cit., p. 64). Par ailleurs, dans une charte de 1004 que nous avons déjà mentionnée, il est dit que Giselbert et sa femme Ingutie se rendirent auprès de la reine Berthe pour qu'elle souscrive leur donation au monastère de Saint-Martin, et surtout Berthe signa avant son fils Eudes (Cartulaire de Marmoutier pour le Dunois, op. cit., n° III, p. 4). Or le seul autre acte, dans lequel on observe le même ordre des signatures, c'est celui où l'on voit Berthe souscrire juste après le roi Robert, une donation à la même abbaye de Marmoutier (L. Lex, op. cit., n° VII, p. 131) ; ce qui me fait penser que Berthe était encore auprès de Robert en 1004 ; comme après cette date, on voit disparaître le nom de Constance au bas des libéralités que fait sa mère aux abbayes de Provence, on peut supposer que c'est cette même année que Berthe fut répudiée par Robert, qui épousa alors Constance.

86 Helgaud de Fleury, op. cit., p. 64.

87 Raoul Glaber, Histoire, éd. et translated J. France, Oxford, 1989, p. 106-109 ; M. Bur, op. cit., p. 157.

88 M. Bur, op. cit., p. 156-157 ; Lex 1., op. cit., no 41 ; M.W. Newman, op. cit., no 55 ; Diplômes du roi Robert, op. cit., no XXXII, p. 603-604.

89 P. Corbet, op. cit., p. 199.

90 Idéal proposé, à partir du modèle de sainteté de l’impératrice Mathilde (décédée en 968), par l’Eglise ottonienne aux veuves laïques, dans un contexte de distinction des ordines (voir P. Corbet, « Pro anima senioris sui. La pastorale ottonienne du veuvage », dans M. Parisse, op. cit., p. 249). Ce même rôle assigné aux veuves est aussi attesté en Catalogne (voir M. Aurell, op. cit., p. 94-96, et art. cit., p. 229).

91 L. Lex, op. cit., no VI, p. 129-131 : « pro amore omnipolentis Dei sanctorumque omnium veneralione, et senioris sui dulcis memoriae, comilis Odonis, peccalorum omnium remissione ».

92 L. Lex, op. cit., no VIII, p : « pro remedium animarum noslrorum et absolulionem piismi Odonis comitis ».

93 Guibert de Nogent le dit explicitement en évoquant le cas de sa mère, dans De Vita sua, éd. et trad. R. Labande, p. 146 : « Nosti tamen, Domine, quid fidei, quid amoris etiam defuncto ipsi suo jugali detulerit, quam cotidianis pene cacrificis, orationibus ac lacrymis, haud mediocribus eleemosynis solvendae ejus animae, quam peccatis praepediri noverat, indesinenter institerit », et p. 152, quand sa mère voit en songe son époux dans l’au-delà et que celui-ci lui affirme que la prière, l’aumone et le saint sacrifice lui procurent quelques soulagements (« an oratio, eleemosyna, an sacrificium aliquod subsidium ferret »).

94 P. Corbet, art. cit., p. 244.

95 P. Corbet, art. cit., p. 240-1.

96 P. Corbet, op. cit., p. 193-4, et art. cit., p. 236.

97 Berthe est donc un autre exemple d’« épouse gardienne et aimante de la vie et de l’âme de son mari », selon l’expression de Thietmar de Mersebourg (mort en 1018), relevée par H. Platelle, « L’épouse « gardienne aimante de la vie et de l’âme de son mari », quelques exemples du haut Moyen Âge », dans La femme au Moyen Âge, M. Rouche et J. Heuclin éd., Maubeuge, 1990.

98 R. Le Jan, op. cit., p. 55.

99 R. Le Jan, op. cit., p. 35.

100 Richer, op. cit., t. II, p. 300. Dans un contexte de constitution de nécropoles familiales sacralisant le pouvoir des grandes familles aristocratiques, Marmoutier tendait à devenir le sanctuaire des Thibaldiens : Lietgarde, mère d’Eudes Ier, y était aussi inhumée (et Eudes II l’y sera en 1037), voir R. Le Jan, op. cit., p. 50-2.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1634/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre La France au début du XIe siècle
Légende M. Parisse, « Qu’est-ce que la France de l’an Mil ? », dans R. Delort, La France de l’an Mil, Paris, 1990, p. 48.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1634/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Monastères qui ont bénéficié des faveurs de Berthe
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1634/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

Auteur

Université du Hainaut-Cambrésis, Valenciennes

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540