Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xe siècles)

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Régine Le Jean
, 
Alain Dierkens
, 
et al.

L’épouse du comte du IXe au XIe siècle : transformation d’un modèle et idéologie du pouvoir

Régine Le Jan

Texte intégral

  • 1 P. Veyne, « L’amour et la famille sous le Haut-Empire romain », dans Annales ESC, 1978, p. 35-63. I (...)
  • 2 P. Guichard, « De l’Antiquité au Moyen Âge : famille large et famille étroite », dans Histoire de l (...)
  • 3 R. Le Jan, « Entre maîtres et dépendants : réflexions sur la famille paysanne en Lotharingie aux IX(...)
  • 4 R. Le Jan, Famille et pouvoir..., op. cit., p. 334-343.
  • 5 Ead., p. 349-350 et M. Aurell, Les noces du comte. Mariage et pouvoir en Catalogne (785-1213), Pari (...)

1Les clercs carolingiens proposent à la société laïque, aux conjugati, un modèle familial qui se nourrit des écrits de saint Paul, de saint Augustin et d’Isidore de Séville : une famille conjugale unie par la caritas et l’affection réciproque. D’un point de vue anthropologique, ce modèle correspond au type de famille qui, dominant déjà dans l’Antiquité tardive1, s’est imposé progressivement en Occident au cours du haut Moyen Âge : une famille de type conjugal2. À l’époque carolingienne, la famille, celle du comte mais aussi celle du paysan dépendant3, est une famille conjugale, virilocale, centrée sur le couple et ses enfants. Dans l’aristocratie, la famille conjugale s’élargit à des parents non-mariés, à des compagnons, des fidèles, des dépendants4. L’exposé qui suit ne cherche pas à dresser un tableau du rôle de l’épouse et de ses fonctions dans le ménage, car celles-ci n’ont guère évolué au cours du haut Moyen Âge : l’épouse gère la sphère domestique, elle s’occupe de l’éducation des enfants, assure la continuité de la mémoire familiale et intervient dans les affaires religieuses avec son mari5. Je m’intéresserai plutôt au système de représentation, c’est-à-dire à l’image que l’on donne de l’épouse, de sa place dans le ménage, au côté de son mari. Faute de réflexion des femmes sur elles-mêmes, les modèles sont exclusivement masculins. Les changements qui interviennent traduisent les transformations culturelles qui affectent la société aristocratique aux Xe et XIe siècles.

  • 6 Vita Arnulfi, éd. B. Krusch, MGH. SSRM. 2, p. 432.
  • 7 Isidore de Séville, Étymologies IX, 7,29, éd. M. Reydellet, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p. 236 (...)
  • 8 Hucbald de Saint-Amand, Vita Rictrudis abbatissae Marcianensis, AA. SS.O.S.B. II, p. 941.

2Le jeune aristocrate qui, pressé par ses parents et ses amis, se met en quête d’une « épouse convenable »6, peut se laisser guider par les conseils que lui prodiguent les écrits des clercs carolingiens. Au début du IXe siècle, dans le De institutione laicali qu’il écrit pour le comte Matfrid d’Orléans, Jonas d’Orléans définit les qualités qui doivent déterminer le choix d’une épouse. Il reprend le modèle de l’épouse idéale d’Isidore de Séville7, comme le fera Hucbald de Saint-Amand, au début du Xe siècle, dans la Vita Rictrudis8 : chez une femme, l’homme doit rechercher la beauté, la naissance, les richesses et les bonnes mœurs. Un tel mode de représentation de l’épouse répond parfaitement à l’image que l’on se fait de l’épouse idéale dans les milieux de la haute aristocratie : l’épouse du comte doit être belle, noble, riche et sage.

3En insistant sur la naissance et la richesse, l’Église tient compte des contraintes homogamiques qui pèsent alors sur le mariage, même si dans l’aristocratie les règles du connubium et du mariage public réduisent la liberté de choix et le consensualisme qui fondent la validité du mariage chrétien. Pour respecter les normes sociales, l’épouse du comte doit se distinguer par la noblesse de ses ancêtres (naissance) et la puissance de sa famille (richesses).

  • 9 R. Le Jan, familie et pouvoir, op. cit., p. 288-292 et M. Aurell, Les noces du comte, op. cit., Par (...)
  • 10 R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., p. 289-292.
  • 11 Vita Geretrudis, éd. B. Krusch, MGH. SSRM 2, p. 454 : « propter terrenam ambitionem et mutuam amici (...)
  • 12 Concile de Tribur, MGH. Capitularia Regum Francorum t. 2, éd. Boretius-Krause, Hanovre, 1897, p. 23 (...)

4En premier lieu, il faut respecter le principe de l’homogamie, juridique et sociale : l’épouse aristocratique, celle du comte en particulier, doit se distinguer par sa naissance et sa situation sociale, elle doit appartenir à une famille noble et riche9. Cette règle est massivement respectée durant toute la période, au moins dans le cas des unions légitimes, les Muntehen. Certes, comme on se trouve dans un système de parenté indifférencié, un aristocrate a toujours la possibilité d’épouser une femme de niveau social inférieur, voire une non-libre qui a été affranchie. Cependant, dans l’aristocratie comtale, de tels cas sont très rares, car les implications du mariage public, officiel, sont avant tout sociales et politiques : le choix de l’épouse relève d’une savante stratégie familiale10 qui vise à accroître la puissance familiale et surtout à créer de nouvelles amicitiae, à conforter les alliances11. En outre, les unions secondaires permettent de tourner les contraintes du connubium. Même si la polygamie a disparu au IXe siècle, les grands concluent encore, à certains moment de leur vie, des unions secondaires, au moment de leur adolescence, ou au contraire lorsqu’ils deviennent veufs. Ils ne considèrent pas ces unions comme définitives et les rompent facilement, lorsqu’ils jugent utile de conclure un mariage légitime. Le combat de l’Église pour imposer l’indissolubilité du mariage et restreindre les possibilités de divorce, le renforcement des contraintes du connubium à la fin du IXe siècle ont sans doute multiplié le nombre de ces unions. En tout cas, l’Église franque s’en est inquiétée et les évêques réunis à Tribur en 895 ont précisé ce qu’était à leurs yeux un mariage légitime en rappelant que « tout libre ayant épousé une affranchie, rendue libre par manumission et précepte royal, devrait la conserver comme si elle était née d’une famille noble, sauf cas d’adultère : et il ne pourra en prendre une autre tant qu’elle vivra. Et en vertu du pape Léon, nous disons qu’est épouse légitime celle qui a été rendue libre, légitimement dotée et honorée dans des noces publiques »12. Au Xe siècle, les contraintes du connubium se renforcent encore, comme nous le verrons plus loin.

  • 13 R. Le Jan, « Aux origines du douaire médiéval (VIe-Xe siècle), dans La Veuve et le veuvage dans le (...)
  • 14 Capitula Legi Salicae addita, t. LXVII, MGH, Leges Nationum Germanicarum, p. 238.
  • 15 R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., p. 293.

5Après la naissance, la richesse. La richesse va de pair avec la noblesse, même si elle n’en est pas le fondement. Elle seule permet aux nobles de participer aux échanges qui rythment les relations entre aristocrates, elle leur permet de se reconnaître, de s’estimer à leur juste valeur. Les perspectives économiques ne sont donc pas absentes de la stratégie matrimoniale. Les différentes étapes qui conduisent au mariage sont sanctionnées par l’échange de cadeaux, souvent précieux. Cependant, c’est au mari de doter son épouse, par la Morgengabe et la dos13, même s’il arrive fréquemment que le père dote sa fille (dot directe), avant qu’elle ne se marie14. Enfin, la fille hérite de ses parents : elle hérite des biens immobiliers (mais ses droits sont inférieurs à ceux de ses frères) et surtout des biens mobiliers, objets précieux, tissus, bétail, etc. Au IXe siècle, le système de parenté indifférencié et l’hérédité large des honores que les Carolingiens ont laissée se développer favorisent aussi la diffusion des droits aux honores, selon un mode cognatique, par les hommes aussi bien que par les femmes. Cependant, l’enchevêtrement de ces droits rend alors les calculs d’autant plus difficiles que le roi reste maître de ses choix15. Plus encore que de richesse, c’est donc de puissance familiale qu’il s’agit. Les principes premiers qui déterminent le choix d’une épouse à l’époque carolingienne sont d’abord les alliances : elles doivent assurer la sécurité du groupe et conforter la puissance de la famille. Ces mêmes principes déterminent encore les mariages dans le système lignager, mais le développement de la dot directe (du père à la fille) et le renforcement de l’unité de filiation par le biais de l’hérédité directe qui fait de la fille une héritière potentielle accroissent les calculs. La stratégie matrimoniale est donc complexe.

  • 16 Jonas d’Orléans, De institutione laicali II, c. XII, PL 106, col. 189.
  • 17 P. Toubert, « La théorie du mariage chez les moralistes carolingiens », dans Il matrimonio nella so (...)

6Venons-en maintenant à la beauté et à la sagesse, la pulchritudino et la prudentia. Sachant combien les calculs politiques pèsent dans la stratégie matrimoniale, on peut être tenté de minimiser l’importance des qualités physiques et morales dans le choix de l’épouse. Ce serait oublier que dans le système de représentation de la société médiévale, la beauté est intrinsèquement liée à la noblesse, au même titre que le courage. La beauté de l’épouse, rehaussée par la coiffure, les vêtements et les bijoux, conforte donc les positions du mari, elle est pour lui un facteur de reconnaissance sociale. D’ailleurs, bien des mariages ont été rompus parce que le mari trouvait son épouse trop vieille ou trop laide16. Cependant, l’Église réinterprète la beauté physique comme étant un don de Dieu, inséparable de la beauté de l’âme dont elle n’est que le reflet extérieur. La beauté du corps et celle de l’âme, sublimées dans la caritas, l’amour conjugal, favorisent ainsi le bon mariage, c’est-à-dire l’engagement réciproque et définitif des deux époux liés par la fides, l’affectio et la caritas17.

  • 18 Sur ce problème, voir C. Nolte, Conversio und christianitas. Frauen in der Christianiserung vom 5. (...)
  • 19 Theodulfe d’Orléans, Contra Judices, MGH Poetae latini medii aevi, t. l, p. 511.
  • 20 Sur Judith, voir E. Ward, « Caesar’s Wife. The Career of the Empress Judith, 819-829 », dans Charle (...)

7On en arrive alors à l’essentiel : les qualités morales, la sagesse. En insistant sur cette qualité, les clercs travaillent directement à la christianisation du modèle matrimonial : l’épouse chrétienne est responsable du consortium conjugal avec son époux, parce qu’elle le conseille. Depuis des siècles, les topoi hagiographiques diffusent l’image de l’épouse conseillère du mari. La conversion revue et corrigée par les écrits des hommes d’Église se fait toujours selon un modèle conjugal, l’épouse acceptant la première la conversion et réussissant ensuite à persuader son époux de se convertir. Le schéma est toujours le même, il reflète l’image que l’Église cherche à imposer de l’épouse conseillère de son mari18. Les clercs carolingiens vont plus loin. Comme les grands, associés au ministerium royal, doivent au roi fidélité et conseil, fides et consilium, l’épouse, unie à son mari par l’affection et la fides, doit à son mari le consilium. Elle est donc responsable des actes de son mari, bons et mauvais, puisqu’elle a pour mission de le conseiller : Théodulfe d’Orléans dresse à la fin du VIIIe siècle un portrait sans complaisance des épouses de juges qui poussent ces derniers à exiger de somptueux cadeaux de leurs justiciables, pour satisfaire leurs désirs19. Agobard de Lyon et les évêques qui entourent Lothaire accusent l’impératrice Judith d’avoir ensorcelé Louis le Pieux, de l’avoir détourné de ses devoirs de roi et de père, d’être responsable de son échec20. L’Église offre ainsi à la société laïque un modèle matrimonial qui élève l’épouse au rang de consors. Il va de soi que dans une société violente et dominée par les hommes, le consortium conjugal est une communauté morale, affective et matérielle qui ne va pas jusqu’à l’égalité des deux époux : associée au consortium, l’épouse doit rester sous la tutelle, sous la protection, sous le mundium, de son mari. Tel est le modèle matrimonial que l’Église s’efforce d’imposer à la société laïque.

  • 21 D. Bullough, « Early medieval social groupings : the terminology of kinship », dans Past and Presen (...)
  • 22 cité par E. Hlawitschka, « Die Verwandschaft Ottos und Irmengards von Hammerstein und die Familie d (...)
  • 23 Liber memorialis Romaricensis t. 1, fol. 24v, Libri memoriales et necrologia N.S. I, éd. E. Hlawits (...)

8Un certain nombre d’indices montrent qu’à partir de la fin du IXe siècle, un tel modèle s’impose dans l’aristocratie comtale. Le premier de ces indices a été souligné par les travaux fondamentaux de Karl Schmid et de son équipe sur les libri memoriales et par un article de Donald Bullough21 : le mode d’entrée des familles aristocratiques dans les libri memoriales change à la fin du IXe siècle. On sait que les aristocrates demandaient aux moines de prier pour eux et leurs proches et que, depuis la fin du VIIIe siècle, ils avaient pris l’habitude de se faire inscrire sur les livres qui servaient aux moines à conserver les listes de ceux pour qui ils s’étaient engagés à prier. Au IXe siècle, les épouses étaient mentionnées (modèle conjugal) dans les entrées, mais on avait plutôt tendance à séparer les hommes et les femmes. Au Xe siècle au contraire, les entrées se font par couples : on inscrit le mari, son épouse, leurs enfants. Par exemple, une entrée de Remiremont, datée des années 930-940, fait apparaître le comte Godefroid de Verdun, son épouse Ermentrude, leurs cinq enfants22. Un tel changement doit être considéré comme significatif, comme l’est la place spécifique que commence à occuper le fils aîné dans ces mêmes entrées : dans une entrée du marquis Arnoul Ier de Flandre († 964), Arnoul fait inscrire son fils aîné Baudoin († 962) après lui, juste avant son épouse Adèle de Vermandois. Les deux filles d’Arnoul et d’Adèle viennent ensuite, suivies d’Egbert, le fils cadet23.

  • 24 M. Aurell, Les noces, op. cit., p. 151.
  • 25 Ibid., p. 151-152.
  • 26 R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., p. 358.
  • 27 A. Molinier, Obituaires de la province de Sens, t. 1, Paris 1902, p. 101.

9Le deuxième indice du changement dans le mode de représentation de l’épouse du comte me semble encore plus probant. Dans les sources du midi de la France, Berteis, veuve de Raimon Ier de Toulouse est citée comme comitissa en 86524. En Catalogne, le titre apparaît en 88525. Plus au Nord, c’est également à partir de la fin du IXe siècle que l’épouse du comte est désignée comme comitissa dans les nécrologes, les libri memoriales et les actes diplomatiques. Le changement est net dans les nécrologes : au IXe siècle, l’épouse du comte est désignée comme conjux de son mari ou Deo sacrata, lorsqu’elle est veuve. Ainsi dans le nécrologe de Saint-Germain-des-Près, Rotrude, épouse du comte Gérard de Paris, est inscrite comme conjux Gerehardi et Grimhilde, veuve du comte Leuthard (fils de Gérard), comme Deo sacrata26. La première comitissa inscrite comme telle dans le nécrologe de Saint-Germain-des-Près est Hadwige, veuve d’Hugues le Grand27. À partir du Xe siècle, le titre comitissa apparaît fréquemment dans les nécrologes. Dans les libri memoriales également, les mentions de comitissae abondent dès le premier quart du Xe siècle. Le titre apparaît enfin dans les actes diplomatiques à partir de la fin du IXe siècle. L’épouse du comte est désormais désignée comme comtesse.

  • 28 S. Wemple, Women in Frankish society. Marnage and the cloister, 500-900, Philadelphie, 1981, p. 110 (...)

10Le troisième indice est le consentement de l’épouse aux donations de son mari. L’analyse des donations aux monastères montre qu’aux VIIIe et IXe siècles, le mari dispose seul de ses biens propres, sans avoir à solliciter le consentement de quiconque, épouse, fils ou proches. En revanche, les biens de l’épouse, hérités ou offerts, sont intégrés dans le consortium et, sauf exception, gérés par le mari28. Quoique l’épouse ait pu disposer seule de ses biens propres, rares étaient les femmes qui usaient de ce droit (les reines, filles de roi, etc.). En fait les donations conjointes du mari et de l’épouse (elles représentent 15 % des donations) concernent des biens appartenant à l’épouse. En tout, la femme, seule (mais dans ce cas il s’agit essentiellement de veuves ou de moniales) ou avec son mari, intervient dans moins de 30 % des donations, ce qui relativise l’indépendance matérielle dont on crédite généralement l’épouse franque. Ce n’est qu’une fois veuve, que la femme acquiert une réelle indépendance, gérant ses biens comme elle l’entend, sans avoir à demander (officiellement) le consentement de ses fils.

  • 29 D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme de l'an mil au XIVe siècle, Paris 1993, p. 546 e (...)
  • 30 S. Wemple, Women ... , op. cit., p. 106-123.
  • 31 S. D. White, Custom, Kinship and Gifts to Saints, the «  laudatio parentum » in Western France, 105 (...)
  • 32 R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., p. 240.
  • 33 Voir en particulier l’exemple vendômois dans D. Barthélemy, La société, op. cit., p. 519-523.

11Aux Xe et XIe siècles, le mari continue de gérer les biens familiaux, y compris ceux de son épouse. La tutelle qu’il exerce sur les biens de celle-ci semble même se renforcer, puisque l’épouse a besoin du consentement de son second mari pour aliéner le douaire donné par le premier mari29. Cependant, il ne faut pas en rester là et conclure à une détérioration du statut de l’épouse au Xe siècle, comme l’a fait Susan Wemple30. À partir de la seconde moitié du Xe siècle, le consentement de l’épouse, comme d’ailleurs celui des fils, est systématiquement requis, même lorsqu’il s’agit de biens appartenant en propre au mari. La laudatio parentum, bien étudiée par Stephen White pour la France de l’Ouest, entre 1050 et 115031, est en fait apparue très tôt, dès la fin du VIIIe siècle. Elle est alors rarement utilisée et ne concerne que les fils ou les frères et sœurs qui donnent explicitement leur accord aux donations faites par leurs parents (père et mère) ou par leur frère32, probablement moyennant dédommagement, comme c’est le cas aux Xe et XIe siècles33. À partir du Xe siècle au contraire, le consentement de l’épouse est systématiquement requis et l’épouse est dédommagée, au même titre que les fils et d’autres membres du consortium, lorsque le chef de famille aliène une part du patrimoine familial. Les droits de chacun des époux semblent donc avoir été progressivement redéfinis dans le cadre d’un consortium plus conjugalisé et plus étroitement contrôlé par chacun de ses membres.

12Les indices relevés, et sans doute y en a-t-il d’autres, vont dans le même sens, vers la transformation de l’épouse en une véritable consors, sur le modèle défini par l’Église. Reste à expliquer les raisons profondes qui ont permis au modèle promu par l’Église de s’imposer à partir de la fin du IXe siècle. Elles sont bien évidemment d’ordre idéologique et politique.

  • 34 M.J. Enright, « Lady With a Mead-Cup. Ritual, Group Cohesion and Hierarchy in the Germanic Warband  (...)
  • 35 A. Sprengler-Ruppenthal, « Zur Theologie der consors-regni-Formel in der sächsischen Königs-und Kai (...)
  • 36 P. Delogu, « Consors regni : un problema carolingio », dans Bolletino dell’istituto storico italian (...)
  • 37 R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., p. 362.

13Il est évident que le titre comitissa est calqué sur le titre regina porté par l’épouse du roi depuis l’époque mérovingienne. Après son mariage, l’épouse royale était sublimée (sublimare), élevée à la dignité de reine, c’est-à-dire associée au consortium royal. L’importance du rôle de la reine au sein des cours royales germaniques a été récemment mise en lumière par Michael Enright34. Au cours des banquets, la reine conforte par toute une série de rituels les liens hiérarchiques et affectifs qui unissent le roi à ses fidèles. À l’époque carolingienne, l’association devient plus étroite encore, lorsque la reine est bénie, et même ointe. Les laudes regiae associent la reine au roi dans les prières qui s’élèvent du chœur des fidèles. Sous Charles le Chauve, les ordines de couronnement rédigés à l’occasion du mariage de Judith ou du couronnement de la reine Ermentrude ont prévu la bénédiction et l’onction de la reine, associée ainsi au consortium regni, sans pour autant que la formule consors regni ait été employée35. Or le titre regina est lié au mode de transmission de l’honor royal : dans le lignage royal, la regina met au monde les fils royaux, destinés à hériter un jour du regnum de leur père. La réflexion s’approfondit encore au Xe siècle, lorsque la reine est désignée comme consors regni36 et qu’elle participe directement à la regalis potestas37.

  • 38 R. Le Jan, « Domnus, illuster, nobilissimus. Les mutations du pouvoir au Xe siècle », dans Haut Moy (...)

14L’apparition du titre comitissa, calqué sur le titre de la reine, s’inscrit dans le cadre du processus de transformation des structures du pouvoir et de la parenté qui se produit fin IXe-début Xe siècle. Elle est le pendant du ego gratia Dei comes qu’elle accompagne38. Ces titulatures nouvelles, apparues au même moment, marquent la prétention des grands à exercer un pouvoir de même nature que celui du roi et à y associer leur épouse, comme le roi associait la reine à son honor. La désignation de l’épouse du comte comme comitissa conforte le principe dynastique qui se met en place dans la haute aristocratie autour de la transmission directe des honores.

  • 39 D. Barthélemy, La société..., op. cit., p. 542.
  • 40 M. Aurell, Les noces du comte..., op. cit., p. 69-78.
  • 41 R. Le Jan, Famille et pouvoir..., op. cit., p. 229-230.
  • 42 Sigebert de Gembloux, Vita Wicberti, c.18, MGH, SS, VIII, p. 513.
  • 43 Richer, Histoire de France (888-995), IV, 11, éd. et trad. R Latouche, Paris, Les belles Lettres, 1 (...)
  • 44 R. Le Jan, Famille et pouvoir...,op. cit., p. 301

15La promotion de la regina au rang de consors regni et celle de la comitissa sont également liées au durcissement des règles homogamiques qui vaut pour les rois autant que pour les comtes. S’il est toujours légalement possible pour un fils de roi, ou un fils de comte d’épouser une femme noble, mais de niveau social inférieur, issue par exemple de l’aristocratie comtale pour les rois ou de la militia pour les comtes, le cas est considéré comme anormal par les contemporains. Le fils du comte, surtout celui qui va hériter, doit trouver une épouse au moins aussi noble que lui, puisque la comitissa est maintenant une véritable consors, associée et responsable de l’honor. En Vendômois, les mariages des fils sont donc massivement isogamiques39. En Catalogne, aux Xe et XIe siècles, dans les familles comtales étudiées par Martin Aurell, 23 fils de comtes sur 27 font des mariages isogamiques40. Le système de parenté reste indifférencié, la noblesse continue donc de se transmettre par le père aussi bien que par la mère41. Cependant, la force de l’union conjugale est maintenant telle que la qualité de l’épouse rejaillit directement sur celle de son mari : elle la renforce ou elle l’affaiblit selon les cas. Au début du XIe siècle, Sigebert de Gembloux écrit à propos d’un noble Lotharingien du Xe siècle qu’il « se distinguait parmi les nobles brabançons par sa famille et ses richesses. Sa noblesse s’était trouvée augmentée d’une autre noblesse, puisqu’il avait épousé Renuide, sœur de notre très noble seigneur Wicbert (Guibert) »42. Le texte est clair : la noblesse de Renuide a accru celle d’Héribran. À l’inverse, les détracteurs de Charles de BasseLotharingie, l’archevêque Adalbéron de Reims en tête, soulignent que l’insigne noblesse du duc (il est fils du roi Louis IV et de Gerberge, cousin de l’empereur Otton II), a été corrompue par son mariage hypogamique, avec une femme issue de la militia43. Il y a donc eu redistribution des rôles au sein de la famille : tandis que le père transmet la puissance à ses héritiers, la mère devient le principal vecteur de transmission de la noblesse44. Associées directement à la responsabilité du consortium, les reines et les comtesses doivent être de niveau égal à celui de leurs époux. Comme elles sont de niveau égal au leur, elles ont droit à être des consortes. Il y a action et interaction des deux phénomènes.

16Jusqu’à présent, nous sommes restés dans la sphère des représentations, dans le domaine de l’idéologie. Il nous reste à examiner si dans la pratique, l’épouse du comte promue au rang de comitissa participe réellement à la gestion du consortium. Il semble que oui.

  • 45 Vita virtutesque Fursei, éd. Krusch, M.G.H. SSRM 4, p. 447.
  • 46 Chroniques et chartes de l’abbaye de Saint-Mihiel, éd. A. Lesort, no 32, Mettensia VI, Paris, 1909  (...)
  • 47 L. Lex, Eudes, comte de Blois, de Tours, de Chartres et de Meaux (995-1037) et son frère Thibaud (9 (...)

17Un extrait des Virtutes Fursei, daté du début du IXe siècle, montre comment l’on concevait alors l’union conjugale. La scène se passe au VIIe siècle, dans la maison du maire du palais Erchinoald. Son épouse Leutsinda lui reproche avec véhémence de dilapider les biens du ménages, au profit d’un saint irlandais nommé Fursy, que le maire a accueilli chez lui et qu’il comble de cadeaux. Elle lui reproche de la laisser sans ressource, elle et leurs enfants, et lui demande « de la faire sortir de son consortium » s’il continue ses agissements. Avec beaucoup de patience, Erchinoald s’efforce de raisonner son épouse, puis excédé, il en vient aux menaces : s’il la répudie, comme elle semble le souhaiter, elle perdra tout le confort (deliciis) qu’il lui avait donné jusque-là45. On en conclue que l’épouse ne peut alors s’opposer aux donations du mari et que ce dernier gère comme il l’entend les biens familiaux. La situation semble complètement changée au Xe siècle. Une notice de 1006 relate comment le comte Thierri de Bar a donné des biens et des serfs à Saint-Mihiel. L’épouse dudit Thierri, nommée Sconehilde, s’est d’abord opposée à cette donation (contradixere) avec le comte Richer, son propinquus, et son fils Baldawinus. Ensuite, cette domina a accepté la donation, convaincue par le conseil de ses amis et calmée par des cadeaux46. Après la mort de son mari, elle confirme la donation avec son fils devant l’autel de Saint-Mihiel. Le consentement de l’épouse dont il a été question plus haut n’est donc pas une simple formalité. Soutenue par sa propre famille, la comtesse a les moyens de faire valoir ses droits, si le mari ne respecte pas les règles. De la même manière, un acte de Bourgueil, daté des années 1009-1012 montre les droits que les épouses ont acquis sur le consortium. Hucbert, miles du castrum de Saumur vend aux moines de Bourgueil la viguerie de Chinon qu’il tenait de son seigneur Alon de Chinon, à la demande de ce dernier. Pour que la donation ne puisse être contestée, il fait dédommager les parties prenantes, selon le principe de la laudatio parentum. Lui-même reçoit 1 000 sous et son seigneur Alon 200 sous, un haubert et un cheval. Les fils d’Alon reçoivent 2 poulains. Pour son consentement, le comte Eudes, de qui relevait l’honor de Chinon, reçoit 100 sous, la mère du comte Eudes, Berte, une once d’or, la mère de l’épouse d’Hucbert, 100 sous, Emmeline, épouse d’Hucbert, une once d’or et Senegonde, épouse d’Alon, 100 sous47. Toutes les parties prenantes sont donc dédommagées, y compris les femmes, épouses et veuves, qui ont maintenant un droit de regard sur la gestion des biens familiaux, fussent-il des honores.

  • 48 R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., p. 364

18Dans l’acte de Saint-Mihiel cité plus haut, la comtesse Sconehilde est qualifiée de domina, féminin de dominas. Les comtesses des Xe et XIe siècles apparaissent en effet comme des dominae, consentant avec leurs époux aux donations de leurs vassaux, assurant le relais entre leur mari et leur famille de procréation, menant parfois leur propre politique monastique, comme Emma, sœur d’Eudes Ier et comtesse de Poitiers qui s’intéresse de près au monastère de Bourgueil, situé dans la principauté de Blois48.

19Ainsi la comitissa jouit-elle certainement d’une autorité dont elle ne disposait pas auparavant. Les fondements idéologiques du pouvoir, l’évolution de son mode de transmission, le renforcement des contraintes homogamiques ont fait de l’épouse du comte une véritable consors, à l’image de la reine. Cependant, sa marge de manœuvre est étroite, limitée par la tutelle maritale : associée à son mari dans les limites définies par lui, la comtesse est responsable du consortium avec lui, elle ne partage pas le pouvoir, elle n’agit que par délégation. Sa position n’est jamais totalement assurée, et pour garantir ses droits, elle a besoin du soutien des hommes de sa famille, père, frère, cousin ou fils, qui la défendront au besoin, comme l’ont fait le propinquus et le fils de Sconehilde. Dans la société féodale qui s’est progressivement mise en place depuis le IXe siècle, l’épouse du comte est le pivot de l’équilibre social, mais elle est aussi la première victime des déséquilibres : le terrible Foulque Nerra ne fut-il pas accusé d’avoir fait brûler son épouse Élisabeth, ce qu’un pèlerinage à Jérusalem ne suffit sans doute pas à expier.

Notes

1 P. Veyne, « L’amour et la famille sous le Haut-Empire romain », dans Annales ESC, 1978, p. 35-63. Id., « Les noces du couple romain », dans L’Histoire, 1984, 63, p. 47-51.

2 P. Guichard, « De l’Antiquité au Moyen Âge : famille large et famille étroite », dans Histoire de la Famille, sous la direction de A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen, F. Zonabend, Paris, A. Colin, 1986, t. 1, p. 277-292 ; P. Toubert, « Le moment carolingien (VIIIe-IXe siècle) », dans Histoire de la famille t.1, p. 333-361. R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 332-379.

3 R. Le Jan, « Entre maîtres et dépendants : réflexions sur la famille paysanne en Lotharingie aux IXe et Xe siècles », dans Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 277-296.

4 R. Le Jan, Famille et pouvoir..., op. cit., p. 334-343.

5 Ead., p. 349-350 et M. Aurell, Les noces du comte. Mariage et pouvoir en Catalogne (785-1213), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 168-175.

6 Vita Arnulfi, éd. B. Krusch, MGH. SSRM. 2, p. 432.

7 Isidore de Séville, Étymologies IX, 7,29, éd. M. Reydellet, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p. 236-239.

8 Hucbald de Saint-Amand, Vita Rictrudis abbatissae Marcianensis, AA. SS.O.S.B. II, p. 941.

9 R. Le Jan, familie et pouvoir, op. cit., p. 288-292 et M. Aurell, Les noces du comte, op. cit., Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 34-162.

10 R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., p. 289-292.

11 Vita Geretrudis, éd. B. Krusch, MGH. SSRM 2, p. 454 : « propter terrenam ambitionem et mutuam amicitiam ».

12 Concile de Tribur, MGH. Capitularia Regum Francorum t. 2, éd. Boretius-Krause, Hanovre, 1897, p. 235.

13 R. Le Jan, « Aux origines du douaire médiéval (VIe-Xe siècle), dans La Veuve et le veuvage dans le haut Moyen Âge, éd. M. Parisse, Paris 1993, p. 107-122.

14 Capitula Legi Salicae addita, t. LXVII, MGH, Leges Nationum Germanicarum, p. 238.

15 R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., p. 293.

16 Jonas d’Orléans, De institutione laicali II, c. XII, PL 106, col. 189.

17 P. Toubert, « La théorie du mariage chez les moralistes carolingiens », dans Il matrimonio nella societa altomedievale, XXIV Settimana di Studi del centro italiano sull’alto medioevo, Spolète, 1977, p. 233-282 ; et ID., « L’institution du mariage chrétien de l’Antiquité à l’an Mil », dans Morfologie sociali e culturali in Europa fra tarda antichità e alto Medioevo, XLVa Settimana di studio del Centro Italiano di studi sull’alto Medioevo, Spolète 1998, pp. 503-549.

18 Sur ce problème, voir C. Nolte, Conversio und christianitas. Frauen in der Christianiserung vom 5. bis 8. Jahrhundert, Monographien zur Geschichte des Mittelalters 41, Stuttgart Hiersemann 1995.

19 Theodulfe d’Orléans, Contra Judices, MGH Poetae latini medii aevi, t. l, p. 511.

20 Sur Judith, voir E. Ward, « Caesar’s Wife. The Career of the Empress Judith, 819-829 », dans Charlemagne’s heir, new Perspectives on the Reign of Louis the Pious, éd. P. Godman et R. Collins, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 205-227. S. RosÉ, La reine carolingienne au IXe siècle : l’exemple de l’impératrice Judith (v. 800-843), Lille3, Mémoire Maîtrise, 1996.

21 D. Bullough, « Early medieval social groupings : the terminology of kinship », dans Past and Present, 1969, 45, p. 16-17.

22 cité par E. Hlawitschka, « Die Verwandschaft Ottos und Irmengards von Hammerstein und die Familie des lothringischen Pfalzgraf Gottfried aus der I. Hälfte des 10. Jahrhunderts », dans Die Anfänge des Hauses Habsburg-Lothringen, Sarrebruck, 1969, p. 2.

23 Liber memorialis Romaricensis t. 1, fol. 24v, Libri memoriales et necrologia N.S. I, éd. E. Hlawitschka, K. Schmid, G. Tellenbach, Dublin-Zurich, 1970.

24 M. Aurell, Les noces, op. cit., p. 151.

25 Ibid., p. 151-152.

26 R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., p. 358.

27 A. Molinier, Obituaires de la province de Sens, t. 1, Paris 1902, p. 101.

28 S. Wemple, Women in Frankish society. Marnage and the cloister, 500-900, Philadelphie, 1981, p. 110 et R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., p. 351.

29 D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme de l'an mil au XIVe siècle, Paris 1993, p. 546 et R. Le Jan, Famille et pouvoir, p. 353.

30 S. Wemple, Women ... , op. cit., p. 106-123.

31 S. D. White, Custom, Kinship and Gifts to Saints, the «  laudatio parentum » in Western France, 1050-1250, Chapell Hill and London, 1988.

32 R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., p. 240.

33 Voir en particulier l’exemple vendômois dans D. Barthélemy, La société, op. cit., p. 519-523.

34 M.J. Enright, « Lady With a Mead-Cup. Ritual, Group Cohesion and Hierarchy in the Germanic Warband », dans Frühmittelalterliche Studien, 1988, 22, p. 170-203.

35 A. Sprengler-Ruppenthal, « Zur Theologie der consors-regni-Formel in der sächsischen Königs-und Kaiserzeit », dans Jahrbuch der Gesellschaft für niedersächsische Kirchengeschichte 83, 1985, p. 102-106 et P. Stafford, « Charles The Bald, Judith and England », dans Charles the Bald, Court and Kingdom, éd. M. Gibson et J. Nelson, Londres, 1988, p. 146-147.

36 P. Delogu, « Consors regni : un problema carolingio », dans Bolletino dell’istituto storico italiano per il medioevo e archivio muratoriano, 1964, 76, p. 47-98.

37 R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., p. 362.

38 R. Le Jan, « Domnus, illuster, nobilissimus. Les mutations du pouvoir au Xe siècle », dans Haut Moyen Âge, culture et société, études offertes à P. Riché, Paris 1990, p. 439-449. En Catalogne, à partir du milieu du Xe siècle, les scribes vont même jusqu’à écrire que l’épouse du comte est gratia Dei comitissa. Voir à ce sujet M. Aurell, Les noces du comte, op. cit., p. 152.

39 D. Barthélemy, La société..., op. cit., p. 542.

40 M. Aurell, Les noces du comte..., op. cit., p. 69-78.

41 R. Le Jan, Famille et pouvoir..., op. cit., p. 229-230.

42 Sigebert de Gembloux, Vita Wicberti, c.18, MGH, SS, VIII, p. 513.

43 Richer, Histoire de France (888-995), IV, 11, éd. et trad. R Latouche, Paris, Les belles Lettres, 1964, t. 2, p. 162-163

44 R. Le Jan, Famille et pouvoir...,op. cit., p. 301

45 Vita virtutesque Fursei, éd. Krusch, M.G.H. SSRM 4, p. 447.

46 Chroniques et chartes de l’abbaye de Saint-Mihiel, éd. A. Lesort, no 32, Mettensia VI, Paris, 1909 : consilio amicorum persuasa et muneribus delinita.

47 L. Lex, Eudes, comte de Blois, de Tours, de Chartres et de Meaux (995-1037) et son frère Thibaud (995-1004) avec un catalogue d’actes et de pièces justificatives, Pièce jointe no 10, Troyes 1892.

48 R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., p. 364

Auteur

Université Charles de Gaulle — Lille 3 (CRHEN-O)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540