Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xe siècles)

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Régine Le Jean
, 
Alain Dierkens
, 
et al.

Les stratégies matrimoniales de l’aristocratie byzantine aux IXe et Xe siècles

Isabelle Brousselle

Texte intégral

  • 1 Syméon Magistros, p. 703 ; Léon Grammatikos, p. 273.
  • 2 Sur les réseaux aristocratiques des IXe-Xe siècles, cf. H. G. Beck, Byzantinische Gefolgschaftswese (...)
  • 3 Essentiellement la Chronographie de Théophane et ses continuations. Afin de ne pas surcharger les n (...)
  • 4 E. Patlagean, « Les Débuts d’une aristocratie byzantine et le témoignage de l’historiographie : sys (...)
  • 5 Peira : J.G.R., t. 4, p. 11-260.
  • 6 Cette famille témoigne d’une remarquable permanence, s’illustrant des années vingt du VIIIe siècle (...)

1Les IXe et Xe siècles voient, dans l’aristocratie de fonction qu’est alors l’aristocratie byzantine, l’émergence et l’affirmation de familles — ou de clans familiaux — qui parviennent à pérenniser leur position sociale privilégiée. Cette relative stabilisation de l’aristocratie byzantine repose cependant sur des fondements fragiles. La disgrâce ou la simple défaveur du chef de famille peut sonner le glas des ambitions de sa parenté : l’épeiktès Basile peu après le décès de sa tante, l’impératrice Zôè Zaoutzina complota contre Léon VI parce qu’il craignait que ce dernier ne le renvoie pour le remplacer par quelque parent ou protégé de la nouvelle impératrice1. Aussi, les familles aristocratiques cherchent-elles à asseoir leur influence en s’insérant dans un réseau de parents, d’amis et de clients sur lesquels elles s’appuient2. L’archonte qui bénéficie de la faveur impériale favorise la promotion de ses proches qui, en retour, le soutiennent dans ses entreprises. Si les parents par le sang constituent le cœur de la Gefolgschaft des IXe-Xe siècles, les alliés, les amis et les « hommes » des archontes leur apportent également leur appui. Nous nous proposons ici de souligner le rôle joué par les alliances matrimoniales dans la constitution et l’évolution des premiers clans aristocratiques que les sources nous permettent d’éclairer, au cours des IXe et Xe siècles ou, plus précisément, jusqu’au règne personnel de Constantin VII Porphyrogénète, à la fois pour respecter la cohérence de notre corpus documentaire3 et parce qu’à partir de ce règne, les liens entre le pouvoir impérial et les grandes familles aristocratiques se modifient. À partir de la fin du VIIIe siècle, les familles aristocratiques apparaissent en effet avec plus de netteté dans les sources à la faveur du développement de l’usage des noms patronymiques4 et de la mention accrue des liens de parenté unissant les archontes. Toutefois, le corpus documentaire relatif aux familles aristocratiques est encore modeste et peu diversifié pour cette époque, les premiers actes de la pratique intéressant les comportements matrimoniaux n’étant pas antérieurs aux années 1040-10505 ; aussi notre vision de la question reste, de ce fait, fort partielle. Ainsi, nous ignorons le nom patronymique de certaines familles de tout premier plan, comme celle qui donna à l’Église byzantine les patriarches Taraise, Photius et Sergios II6. Ces limites posées, il n’en demeure pas moins que l’évolution constatée dans les sources traduit la place nouvelle prise par la parenté par alliance dans les clans aristocratiques ; les pratiques matrimoniales qui s’y développent entrent dans le cadre d’une véritable stratégie mise en œuvre pour conserver ou renforcer la puissance des groupes familiaux.

  • 7 Sur la législation relative au mariage, voir, pour les premiers siècles de l’empire byzantin, J. Be (...)
  • 8 Le seul exemple connu de ce type de famille est celle de saint Philarète le Miséricordieux qui prés (...)
  • 9 L’élévation d’un « homme nouveau » comme Basile le Macédonien, paysan parvenu jusqu’au trône impéri (...)
  • 10 Skylitzès, p. 240, 85. Sur l’utilisation des empêchements canoniques pour rompre des fiançailles ou (...)
  • 11 Cf. note 22.
  • 12 Constantin VI accusa sa femme Marie d’Amnia d’avoir voulu attenter à ses jours mais le patriarche N (...)
  • 13 Ekloga, 2.9.2 et 2.9.8.
  • 14 Il s’agit du divorce bona gratia (Basiliques, 28.7.1 et 28.7.4).
  • 15 Cf. note 22.
  • 16 Théodore Stoudite, P.G. 99, II, 51, col. 1261-1264 ; Léon Grammatikos., p. 292-6.

2Rappelons tout d’abord brièvement que les pratiques matrimoniales de l’aristocratie byzantine, au IXe et Xe siècles, s’inscrivent, comme d’ailleurs celles des autres milieux sociaux, dans des cadres légaux et idéologiques fortement marqués par la tradition : elles reposent sur une conception classique du mariage et de ses fins et sont soumises au respect d’une législation civile qui tend depuis le VIIIe siècle à se rapprocher des règles canoniques imposées par l’Église7. Comme l’usage le veut, le choix de leur futur conjoint échappe généralement aux intéressés, du moins pour leur premier mariage : ceux-ci sont mariés très jeunes, à partir de 14 ans pour les garçons et de 12 ans pour les filles et les décisions qui président à ces unions incombent donc au père ou au chef de famille si celle-ci a gardé un caractère patriarcal8. La latitude laissée aux archontes par la législation impériale et le droit canon pour mettre en place les stratégies matrimoniales de leur choix est encore large aux IXe-Xe siècles car les empêchements au mariage relatifs à la parenté par le sang, l’alliance ou le baptême s’avèrent peu contraignants en raison de l’important brassage social qui a renouvelé l’aristocratie aux VIIIe-IXe siècles9. Les projets matrimoniaux élaborés par les familles ne rencontrent pas les obstacles légaux dont les sources du XIe siècle commencent à faire état. Le premier exemple de la mention d’un empêchement au mariage est, à ma connaissance, celui que souleva le projet de mariage (963) entre l’impératrice Théophanô, veuve de Romain II et le domestique des scholes Nicéphore Phocas. Des voix s’élevèrent alors pour protester, affirmant que Nicéphore avait tenu sur les fonts baptismaux l’un des enfants de Théophanô, cette parenté spirituelle rendant leur union illicite. D’autres voix assurèrent bien vite que le parrain de l’enfant impérial était en fait Léon Phocas, frère de Nicéphore, ce qui permit de conclure cette union si empreinte de considérations politiques...10. La législation imposait par ailleurs aux archontes, à partir du rang de protospathaire, le versement d’une dot ; toutefois, cette disposition du droit justinien, bien qu’elle ait été reprise dans les Basiliques, n’était peut-être plus, dans la pratique, appliquée avec rigueur comme en témoigne l’un des Récits de Paul de Monembasie commenté plus bas11. Une fois conclue, une union matrimoniale ne peut en principe être rompue. La législation impériale prévoit toutefois un certain nombre de cas, d’ailleurs exceptionnels12 permettant de dissoudre un mariage13. Aussi la seule vraie possibilité qui s’offre à des archontes de mettre fin à leur union, devenue inopportune, pour en contracter une nouvelle est l’entrée de l’un des conjoints dans un monastère ; cette retraite doit s’opérer librement pour rendre la dissolution du mariage valide14. Cette disposition qui, dans tous les cas connus, concerne l’épouse apparaît comme un moyen discret de rompre un mariage malheureux ou ayant perdu son intérêt politique, comme en témoigne l’un des Récits de Paul de Monembasie commenté plus bas15. Les péripéties entourant le mariage de Zôè, fille aînée de Constantin VIII, ont illustré toute l’ambiguïté de ce type de divorce et montré quelles pressions pouvaient s’exercer sur le conjoint contraint à se retirer du monde. Il est difficile d’apprécier l’importance de cette pratique aux IXe et Xe siècles en raison de sa très rare mention dans les sources historiques et de l’absence de textes normatifs sur cette question avant le XIe siècle. Si une des correspondantes de Théodore Stoudite fût tentée, pour des raisons purement spirituelles de quitter sa famille pour se faire nonne, Marie, la première épouse de Basile le Macédonien, le futur Basile Ier, dut entrer dans un monastère pour lui permettre de se remarier avec Eudocie Ingerina, la maîtresse de Michel III, selon les vœux de l’empereur16.

  • 17 Ne mentionnons que quelques topoi : la piété, la pudeur, la modestie et l’obéissance sont tradition (...)
  • 18 En particulier l’Oraison funèbre de Basile Ier, éd. A. Vogt et I. Hausherr, Orientalia_Christiana, (...)

3Quels espoirs soutendaient les pratiques matrimoniales des archontes ? Nous n’aborderons pas ici l’idéologie du mariage ou les considérations sur les vertus attendues des conjoints, topoi qui émaillent les récits hagiographiques17 ou les panégyriques impériaux18 et où se déploient des conceptions qui, pour être très traditionnelles, n’en sont pas moins éloignées des intérêts plus pragmatiques qui guidaient les chefs de famille. Un décalage certain se fait jour entre la réalité des comportements matrimoniaux et la présentation souvent flatteuse et orientée qu’en donnent les sources.

  • 19 L’empereur Léon VI légiféra toutefois sur la part d’héritage qui devait revenir aux femmes sans for (...)
  • 20 Théophane Cont., p. 44, De Ceremoniis, p. 645
  • 21 Récits édifiants de Paul, évêque de Monembasie et d’autres auteurs, éd. J. Wortley, no 12, § 2 p. 9 (...)
  • 22 Vie de saint Michel Maléïnos (894-961), éd. L. Petit, Revue de l’Orient chrétien, 7 (1902), § 3, p. (...)

4En effet, il apparaît que l’homogamie est la règle première respectée par les chefs de famille cherchant à unir leurs enfants. Le mariage homogamique fait tant figure de norme que des contre-exemples permettent de pressentir la rareté et même l’incongruité des mariages inégaux19. Au début du IXe siècle, sous le règne de l’empereur Léon V, le puissant stratège des Anatoliques, Bardanios le Turc, avait donné l’une de ses filles en mariage à un officier subalterne, son prôtostratôr Michel. Son entourage s’en offusqua et trouva cette union « étrange et paradoxale ». Une telle décision de la part d’un archonte aussi important était si stupéfiante que les chronographes qui rapportent cette anecdote ne manquent pas d’en révéler le sens caché : peu de temps auparavant, le stratège avait été secrètement informé par un devin du futur destin de Michel qui devait accéder au trône impérial et régner sous le nom de Michel IL L’ambitieux stratège, en mariant ainsi sa fille, servait ses intérêts et ceux de sa famille alors qu’il paraissait manquer de sens commun20... L’un des « récits édifiants » attribués à Paul, évêque de Monembasie, rédigé peu après la mort de l’empereur Constantin VII (959) illustre également, avec un certain pathos, la réprobation sociale qui accompagnait les mariages hypogamiques dans l’aristocratie. Un archonte de Larissa avait marié son fils à une orpheline sans fortune qu’il avait recueillie sous son toit. Ce choix, fondé sur l’excellence morale de la jeune fille, que la suite du récit allait naturellement démontrer, remplit d’indignation les proches de son époux : les parents et les amis du jeune homme ne cessaient de lui faire honte de cette union, lui répétant : « Qu’est-ce que ton père t’a fait ? Il ne t’a trouvé nulle part une femme de rang égal au vôtre mais t’a donné comme épouse cette indigente d’humble naissance ». Devant les pressions incessantes de son entourage, la jeune épouse finit par supplier son mari de la laisser entrer dans un monastère et de se remarier avec une femme « de même rang, issue d’une famille illustre ». Comme son mari refusait son sacrifice, elle s’enfuit pour vivre dans une île déserte21. Les perspectives d’édification de ce récit sont évidentes mais il n’en traduit pas moins la force des préjugés sociaux qui pesaient dans les milieux aristocratiques. Tout un clan familial témoigne son hostilité à une jeune femme qui n’apportait à son mari ni dot ni réseau de solidarités influent. Il prône une morale cléricale reposant sur l’eugeneia morale et s’opposant aux normes sociales en usage. Mais un tel idéal n’était pas partagé par tous les hommes d’Église : de nombreux récits hagiographiques rapportant la vie de saints issus de familles d’archontes n’omettent pas de mentionner l’illustration et l’eugeneia de sa parenté dans le topos classique consacré aux parents du saint, présentés naturellement aussi comme de parfaits chrétiens. Ceux-ci sont dits « bien nés », « issus d’une famille d’archonte », « issus d’une famille illustre ». La Vie de saint Michel Maléïnos présente même un développement d’ampleur inhabituelle sur les ancêtres de Michel (896- 961), tant du côté paternel que maternel, remontant sa généalogie sur plusieurs générations et mentionnant parmi ses parents saint Eudocime, mort en 840 qui exerça la charge de stratopédarque de Charsianon sous le règne de Théophile22.

  • 23 Par exemple, Vie de saint Michel Maléïnos, ç3 (grand-mère du saint apparentée à Romain Lécapène).
  • 24 L’eugeneia, au sens social du terme, est prisée dans certains milieux. Cf. par exemple les formules (...)
  • 25 Constantin VII souligne la parenté de sa mère Zôè Karbonopsina — et donc la sienne — avec saint Thé (...)
  • 26 N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles, Paris, 1972, p. 83, I. 18

5Au sein de l’aristocratie, un prestige particulier entoure certaines familles, la famille impériale23, au premier chef, mais aussi les lignées pouvant s’enorgueillir d’une illustration déjà ancienne24 (eugeneia au sens social du terme) ou de la parenté avec un saint personnage25. Cependant, compte tenu des liens entre les archontes et le pouvoir impérial et de l’important renouvellement connu par l’aristocratie au cours des VIIIe et IXe siècles, la place du chef de famille dans la hiérarchie des titres de dignité (axiai), le crédit dont il est gratifié à la cour, prévalent sur l’ancienneté de la famille, son eugeneia : comme le déclare doctement l’atriklinès Philothée dans son traité sur les préséances, « la célébrité dans la vie... tient à la valeur des titres »26.

  • 27 Epanagogè, A 27.40.
  • 28 Sur la dot, la donation anténuptiale et le statut juridique des biens du couple, J. Beaucamp, « Au (...)
  • 29 Vie de saint Théophane, éd. de Boor, p. 4.
  • 30 Épitaphios, P.G. 99, col. 808, § 6 et 7.
  • 31 P Lemerle, « "Roga" et rente d’État aux Xe-XIe siècles », dans REB, 25, 1967, p. 77-100.
  • 32 Cf. sur ce sujet J.-C. Cheynet, Pouvoirs, op. cit., p. 207-237.
  • 33 Vie de sainte Euphrosyne la Jeune, AASS Nov. III, 1910, § 5, p. 863.

6Les considérations financières n’apparaissent pas en pleine lumière dans les sources des IXe-Xe siècles évoquant les pratiques matrimoniales ; néanmoins elles jouaient selon toute vraisemblance un rôle important dans les choix des chefs de famille. L’intérêt porté par la législation impériale à la dot, à la donation maritale et au contrat de mariage qui se doublait fréquemment d’un contrat successoral27, incitent à penser que les familles accordaient le plus grand soin à ces aspects matériels du mariage28. La Vie de saint Théophane le Confesseur, souligne ainsi avec insistance les manœuvres d’un patrice, tuteur du jeune saint qui détenait un important patrimoine foncier dans les îles égéennes, pour l’amener à épouser sa fille. Le cupide personnage, très riche lui aussi, usa de l’amitié que lui portait l’empereur Léon IV pour arriver à ses fins et continuer à contrôler les biens de son pupille29. Par ailleurs, la fréquente mention de la richesse des familles aristocratiques dans les textes hagiographiques montre qu’il s’agit là d’une composante importante dans la décision qui détermine le choix d’un futur conjoint. Saint Platon, l’oncle de Théodore Stoudite, qui gère admirablement ses biens, est considéré comme un gendre idéal par les mères de la capitale30 ! Toutefois, cette dimension ne doit pas être surestimée : plus que sur sa richesse en biens fonciers et mobiliers, l’importance d’une famille repose sur sa position sociale à la cour, sur les charges que ses membres exercent, et les dignités que l’empereur leur a conférées31, une position qui est source d’enrichissement. Aussi le mariage, dans les milieux aristocratiques, n’est-il que secondairement l’union de deux patrimoines. L’état de la documentation ne permet pas de déterminer, pour cette époque, dans quelle mesure les stratégies matrimoniales de l’aristocratie ont pu favoriser la constitution de vastes domaines fonciers dans les provinces. Tout au plus peut-on mentionner les liens de parenté unissant au début du Xe siècle de puissantes familles micrasiatiques possédant des biens en Cappadoce, les Maléïnoi et les Phokades32. Constantinople toutefois jouait alors le rôle de creuset où se fondaient des archontes issus de toutes les régions de l’empire : les pères y envoyaient leurs filles en âge d’être mariées comme la jeune Euphrosyne, fille d’un stratège du Péloponèse, accueillie par son oncle dans la capitale sous le règne de Léon VI33.

  • 34 Le dictionnaire de Ducange ne mentionne pas d’occurence antérieure au Xe siècle : par exemple, Léon (...)
  • 35 Grègoras Ibèritzès est ainsi présenté par rapport à Andronic Doukas dans Skylitzès, p. 187, 68-70.
  • 36 Quelques exemples dans les Vies de saint où les usages du récit hagiographique veulent que la mère (...)
  • 37 La famille Mélissène s’enorgueillissait d’une alliance avec la dynastie isaurienne sous le règne de (...)

7Le mariage consacre bien plus un rapprochement entre deux familles. Un terme nouveau apparaît d’ailleurs au IXe siècle dans les sources byzantines pour qualifier les liens qui unissent les pères des nouveaux conjoints ; ils sont dits sympentheroi34. Ce néologisme qui précise le terme kèdestès35, vraisemblablement calqué sur syngambroi, les parents par alliance, gendres ou beaux-frères et sur synteknos le parrain de l’un de vos enfants, souligne l’importance désormais accordée à ce lien de parenté par alliance. Il est tout aussi significatif de constater que la jeune fille qui va permettre de créer ce nouveau lien n’est qu’exceptionnellement nommée dans les sources : la simple mention de la grand-mère maternelle de Michel Maléïnos et de sa sœur n’ont d’autre fonction que de rappeler les glorieuses alliances dont s’honorait son génos36. La force de ces nouveaux liens peut parfois conduire le gendre à se comporter en fils adoptif et à prendre le nom patronymique de son beau-père, comme le fit le protospathaire Théophile Mélissène Lydiatès37.

  • 38 Sur le père de l’empereur Léon V, Scriptor incertus de Leone Armenio, p. 336 et Génésios, p. 36 qui (...)
  • 39 Théophane Cont., p. 148, 13-14.
  • 40 Id., p. 156 et 175 (Arsavir) et p. 175 (Constantin Baboutzikios) ; sur l’origine de cette famille, (...)
  • 41 Théophane Cont., p. 205 ; Georges le Moine Cont., p. 834, 7.
  • 42 Théophane Cont., p. 107, 14.

8Autant que nos sources nous permettent d’en juger, les unions matrimoniales se fondent sur des liens préexistants entre deux familles aristocratiques. L’amitié (philia), une commune origine ethnique, des liens de voisinage, l’exercice d’un même type de fonctions ou des intérêts politiques communs peuvent être renforcés par ce nouveau lien. L’état de notre documentation éclaire particulièrement les unions réalisées dans les milieux aristocratiques d’origine arménienne, plus faciles à cerner pour des raisons onomastiques. Sans multiplier les exemples, ne citons que les plus remarquables. Ainsi, avant de monter sur le trône impérial, le futur empereur Léon V, fils d’un certain Bardas, épousa la fille du questeur Arsavir38. Quelques décennies plus tard, la famille de l’impératrice Théodora, l’épouse de Théophile avait multiplié les alliances avec d’autres familles aristocratiques originaires des régions caucasiennes. Théodora, nièce du stratège d’origine arménienne Manuel39, comptait parmi ces beaux-frères un certain Arsavir ainsi que Constantin Baboutzikios, probablement issu d’une famille géorgienne40. Le gendre de son frère Bardas, Symbatios est également explicitement présenté comme arménien41. L’empereur Théophile renforça lui aussi ces liens en choisissant comme gendre et successeur présomptif, avant la naissance de son fils Michel, un jeune aristocrate, Alexis Mousélè, de la famille des Krinitès porteur de deux noms patronymiques d’origine arménienne42.

  • 43 Vie de sainte Marie la Jeune, éd. E. Kourilas, Thrakika, 26 (1957).
  • 44 P.G. 99, col. 804.

9Dans la frange de l’aristocratie qui occupait les échelons les plus bas de la hiérarchie des honneurs et où les stratégies matrimoniales n’étaient pas affectées par des considérations politiques, les liens de voisinage ou d’amitié, les solidarités professionnelles servaient fréquemment de fondement à des unions. Ainsi sous le règne de Léon VI, sainte Marie la Jeune, fille d’un notable arménien qui s’était réfugié dans l’empire sous Basile Ier, fut mariée par son beau-frère, Bardas Bratzès, lui-même Arménien, à l’un de ses amis et voisins43. Dans le même ordre d’idées, mentionnons l’union de la mère de Théodore Stoudite : Théoktistè fut mariée par son oncle et tuteur à un certain Photeïnos qui exerçait comme lui une charge civile au palais impérial44.

  • 45 Vie de sainte Irène de Chrysobalanton, Acta SS Juillet, VI (1729, § 8 et 9. Un Gouber exerça les ch (...)
  • 46 Sur la relation de parenté entre l’impératrice et le patriarche Photius, H. Ahrweiler, « Sur la car (...)
  • 47 Cf. supra note 1.

10Dans les cercles les plus proches du pouvoir impérial, les unions matrimoniales répondaient à d’autres espérances ; les pratiques matrimoniales y prennent une véritable dimension de stratégie. La vivacité des luttes pour le pouvoir a entraîné la multiplication de mariages revêtant un caractère d’alliance politique, voire même de pacte permettant de mettre un terme aux rivalités des clans aristocratiques qui se disputaient la faveur impériale. Les nombreuses demandes en mariage dont la fille d’un archonte cappadocien, Irène Gouberina, fit l’objet illustrent bien cette conception du mariage dans la haute aristocratie. Irène était en effet un parti des plus intéressants : elle appartenait à un génos très en faveur à la cour puisqu’Irène et sa sœur Théodosia furent admises à figurer au concours de beauté organisé par l’impératrice Théodora pour le mariage du jeune Michel III. Sa sœur épousa d’ailleurs par la suite le César Bardas, oncle de Michel III. Irène, candidate malheureuse au concours de beauté, fut recherchée en mariage par des aristocrates, attirés par « sa beauté et l’illustration de sa famille »45. Les alliances matrimoniales nouées dans la famille de l’impératrice sont particulièrement recherchées comme le montre l’insistance des sources sur les unions des sœurs de l’impératrice Théodora46. L’élévation de l’impératrice bénéficie en effet à toute sa parenté ; la réaction de Basile l’épeiktès que nous avions relevée plus haut l’illustre parfaitement47.

  • 48 Théophane Cont., p. 392-393.
  • 49 Analyse des devoirs mutuels qui liaient les membres de ces clans dans H.G. Beck, Gegolgschaftswesen (...)
  • 50 Bardas, son fils Antigonos et son frère Pétrônas occupèrent successivement cette charge.
  • 51 Théophane Cont., p. 238.
  • 52 Id., p. 392-393.
  • 53 Id., p. 382.
  • 54 Id., p. 390.

11Ainsi, dans le contexte politique troublé de la minorité de Constantin VII Porphyrogénète, les deux chefs des factions dominantes du moment, le domestique des scholes Jean Garidas et Romain Lécapène, envisagèrent de conclure un pacte d’alliance, dirigé contre le clan Phocas ; il devait reposer sur un serment et être doublé par un mariage48. Trop lié aux aléas des jeux politiques, ce projet ne se concrétisa pas mais il est néanmoins révélateur des stratégies matrimoniales qui permettaient aux puissants d’assurer leurs positions. Qu’offraient de tels pactes d’alliance ? Les aristocrates qui les concluaient attendaient assurément le concours de leurs parents par alliance à leurs entreprises, tout comme ils l’espéraient de leurs parents par le sang49. La vie politique de la moyenne période byzantine fut en effet animée, particulièrement pendant les régences et sous les règnes d’empereurs influençables, par les manœuvres de puissants chefs de clans. S’appuyant sur leur parenté, leurs amis et leur clientèle, ils cherchaient à accaparer les principales charges de l’administration civile et militaire. Dans ces clans qui tout au long du IXe siècle et encore largement au Xe siècle restent à base étroitement familiale, parents par le sang et parents par alliance jouent des rôles similaires. L’un des exemples les plus aboutis de cette utilisation des liens de parenté à des fins politiques put s’observer sous le règne de Michel III, pendant la régence de Bardas, son oncle maternel. Ce dernier érigea en véritable système de gouvernement l’attribution des postes-clés de l’appareil administratif à ses proches ; ainsi l’importante charge de domestique des scholes ne sortit pas de sa famille50. Son gendre Symbatios joua un rôle important dans ce dispositif et Bardas, pour mieux se l’attacher, lui fit miroiter l’espoir d’accéder un jour au trône impérial51. De même, Jean Garidas, nommé domestique des scholes exigea que des postes importants soient confiés à son beau-frère et à son neveu...52. Ces liens pouvaient amener des archontes à soutenir des tentatives d’usurpations ou des révoltes contre le pouvoir impérial : la révolte du stratège Andronic Doukas fut pleinement appuyée par son sympentheros Grègoras l’Ibère qui participa aussi à celle de son gendre Constantin Doukas en réunissant les conjurés sous son propre toit53. Il est, à mon sens, tout à fait révélateur de l’ampleur revêtue par ce phénomène que des dignitaires eunuques, issus généralement de milieux modestes ou d’origine étrangère se soient eux — aussi engagés dans les stratégies matrimoniales de l’aristocratie, comme le fit le parakoimôméne Constantin, ancien favori de Léon VI qui avait retrouvé son influence pendant la minorité de Constantin VII et qui avait donné sa sœur en mariage au domestique des scholes Léon Phocas54.

  • 55 Tous les représentants de sexe masculin de la famille Doux furent éliminés au lendemain de l'échec (...)
  • 56 Théophane Cont., p. 206 et 238.
  • 57 Id. p. 444 et surtout Vie de saint Basile le Jeune, AASS. Mars III, § 16.
  • 58 Sur ce personnage, voir L.W. Westerink, Nicétas Magistros, Lettres d'un exilé (928-946), Introducti (...)

12Ces groupes familiaux élargis à la parenté par alliance restent toutefois encore mal structurés au IXe siècle et dans les premières décennies du Xe siècle. Leur poids politique, dépendant du crédit de leur chef auprès de l’empereur, s’effondre lorsque celui-ci tombe en disgrâce55. Mais ces clans se disloquent aussi d’eux-mêmes, sous l’effet de rivalités internes, quand l’attrait du pouvoir l’emporte sur la force des liens familiaux. La fidélité des parents par alliance se révèle alors aléatoire. La stratégie qui avait présidé à la formation de ces alliances se révélant dépassée, les solidarités familiales s’effondrent. Symbatios, gendre du régent Bardas, n’hésite pas à comploter contre son beau-père lorsqu’il comprend que ce dernier se jouait de lui et ne le servirait pas dans ses ambitions impériales56. L’empereur Romain Lécapène fut lui aussi victime des ambitions de ses proches, de son gendre Romain Saronitès57 et de son sympentheros, le magistre Nicétas qui tenta de pousser à la révolte son gendre Christophore Lécapène, fils aîné de Romain58.

  • 59 La Vie de Michel Maléïnos montre clairement les liens noués entre les familles Lécapène-Adralestos- (...)
  • 60 J.-C. Cheynet, Pouvoirs, op. cit., p. 272.
  • 61 Cf. législation de Basile II, dirigée contre ces « puissants ». Rappelons que l’empereur aurait ins (...)

13Cette utilisation des liens familiaux à des fins politiques prend — autant que les sources nous permettent d’en juger — une dimension nouvelle à la fin du IXe siècle et dans les premières décennies du Xe. Des stratégies matrimoniales s’élaborent, concernant non plus des individus ou des clans familiaux unis par des liens horizontaux, mais des lignées. On observe que les familles en vue semblent reproduire une ligne de conduite identique d’une génération à l’autre : elles privilégient les alliances avec les familles implantées dans les mêmes régions de l’empire et exerçant le même type de charges’ essentiellement des fonctions militaires59 ; mais surtout les clivages politiques entre clans rivaux sont reconduits sur plusieurs générations : ainsi les familles liées aux Phocas ne nouent pas de liens de parenté avec les familles liées aux Lécapènes60. Des stratégies matrimoniales judicieuses menées sur plusieurs décennies permirent alors à un petit nombre de familles alliées entre elles de monopoliser les hautes charges et de constituer un groupe qui tendit à distinguer du reste de l’aristocratie par son poids politique, sa richesse et son influence sociale jusqu’à menacer le pouvoir impérial61. L’ascension de clans comme les Phokadès, Kourkouadès, Maléïnoi, Sklèroi repose largement sur la constitution de réseaux de solidarités fondés sur des liens matrimoniaux.

14L’influence accrue de ces familles ne pouvait laisser indifférent le pouvoir impérial : les limites que l’empereur Basile II s’efforça d’opposer aux stratégies matrimoniales et aux appétits fonciers de l’aristocratie eurent des précédents dans la législation de Léon VI ; celle-ci présente en effet des perspectives différentes de la législation justinienne qui visait essentiellement à protéger les sujets de l’empereur des abus de pouvoir des représentants de l’autorité impériale.

  • 62 Novelle 23 qui complète Dig. XXIII, 2, 38.
  • 63 Sur cette fonction, N. Oikonomidès, Les listes de préséances byzantines des IXe-Xe siècles Paris, 1 (...)
  • 64 Vie de saint Antoine le Jeune, éd. Papadopoulos-Kérameus, Soc. Orthod. de Palestine, LVII 1907.

15L’empereur Léon VI, dans ses Novelles, s’est particulièrement attache à légiférer sur les failles du dispositif juridique qui entourait les fiançailles et le mariage des archontes. Il compléta la législation traditionnelle concernant les projets matrimoniaux des stratèges et de leurs officiers. Ces derniers, tant qu’ils étaient en fonction dans un thème, n’avaient pas le droit de s’y marier ou d’y conclure une union pour leurs fils, petits-fils et parents de sexe masculin. L’empereur renouvela ces dispositions et élargit cette interdiction à leurs filles, petites-filles et parentes, ôtant ainsi aux stratèges et à leurs subordonnés toute possibilité légale d’abuser de leur charge pour se constituer un patrimoine ou une assise régionale en s’alliant par mariage à de riches familles provinciales62. Cette législation séculaire toutefois semble d’avoir pas été appliquée avec rigueur au IXe siècle : la Vie de saint Antoine le Jeune par exemple fait état des préparatifs du mariage du saint, alors ek prosopou du thème des Cibyrrhéotes63 avec la fille d’un notable local. Aucune allusion n’est faite à la législation impériale qui interdit en droit de telles unions ; ce mariage est au contraire présenté comme l’aboutissement des espoirs des proches des futurs conjoints64.

  • 65 Canon 98 du concile in Trullo.
  • 66 Novelle 18, p. 69-73 et 109, p. 355-357, complétées par la novelle 74 qui interdit de donner la bén (...)
  • 67 Dans le même ordre d’idées, Théodore Stoudite évoque de façon piquante les agissements d’un archont (...)
  • 68 Novelle 129.
  • 69 Novelle 18, p. 68.

16Léon VI légiféra également sur les fiançailles qui étaient assimilées au mariage par l’Église65 en leur consacrant essentiellement deux novelles66 ; l’empereur souhaitait assurément compléter l’harmonisation, croissante depuis le VIIIe siècle, entre la législation religieuse et la législation civile mais des considérations plus politiques ont pu lui inspirer cette actualisation du droit. En dépit de leur caractère sacré aux yeux de l’Église, les fiançailles précoces permettaient en effet aux familles d’anticiper sur la date de l’union matrimoniale et de conclure ainsi une alliance tout en se ménageant une possibilité de rompre leur engagement si un meilleur parti se présentait ou si les bénéfices attendus de l’union projetée ne répondaient plus à leurs intérêts du moment. L’empereur stigmatise avec virulence les pratiques, présentées comme courantes67, de ceux qui faisaient des fiançailles un « jeu ». Même si la portée de la loi était générale, les archontes étaient sans doute les premiers concernés par ce reproche : aux dires de l’empereur, des pères n’hésitaient pas à fiancer leurs enfants avant que ces derniers aient atteint l’âge de raison et à user de ce prétexte pour rompre leurs engagements. Sans transgresser ouvertement la loi, ils en détournaient cependant l’esprit. Pour faire cesser ces abus, l’empereur fixa l’âge minimal des fiançailles à sept ans68 et sacralisa les fiançailles en décrétant qu’une bénédiction devait accompagner la cérémonie. De plus, l’amende qui traditionnellement était versée à la famille lésée par la rupture des fiançailles serait désormais fixée à l’avance dans le contrat de fiançailles. Léon VI précise qu’il ne fait, sur ce dernier point, qu’entériner une pratique que la coutume (sunètheia) avait déjà largement répandue69. L’empereur prévoyait toutefois des dérogations à sa propre législation : des fiançailles pourraient engager des enfants de moins de sept ans s’il y donnait son consentement. Cet assouplissement des dispositions de la loi s’explique peut-être par le fait que Léon VI redoutait de se trouver entravé dans sa politique dynastique ou diplomatique mais l’on peut également penser qu’il se réservait le droit de favoriser les stratégies matrimoniales de ses fidèles.

  • 70 Théophane Cont., p. 359 ; Skylitzès, p. 177-178.

17Les sources littéraires ne mentionnent guère de pressions exercées par l’empereur pour contrôler les mariages dans l’aristocratie ; toutefois le refus du domestique des scholes Nicéphore Phokas d’épouser une fille du basiléopatôr Stylianos Zaoutzès parce qu’il redoutait de susciter la colère et les soupçons de l’empereur laisse à penser que Léon VI, pourtant très favorable aux Phocas, se serait opposé à la constitution d’un lien matrimonial scellant une alliance qui aurait pu menacer son pouvoir70.

  • 71 G. Dagron, Empereur et prêtre. Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, 1996, p. 59-60 et 67 (...)
  • 72 Skylitzès, p. 221, 73 ; 225, 59 et 61.
  • 73 Tableau généalogique dans S. Runciman, The Emperor Romanus Lecapenus and his Reign, Cambridge, 1929
  • 74 De thematibus, II, 6, éd. Pertusi, p. 91.
  • 75 Théophane Cont., p. 394.
  • 76 Théophane Cont., p. 394. Sur cette famille, J.-F. Vannier, Familles byzantines. Les Argyroi (IXe-XI (...)
  • 77 Skylitzès, p. 251, 83.
  • 78 Skylitzès, p. 251, 80 et Vie de saint Basile le Jeune, AASS Mars III, § 16.
  • 79 Théophane Cont., p. 422.
  • 80 Le domestique des scholes Panthèrios est dit parent de Romain : Théophane Cont., p. 429, 16 ; sur s (...)
  • 81 Vie de saint Michel Maléïnos, op. cit., § 3, p. 550-551.
  • 82 Théophane Cont., p. 426, 3.
  • 83 Liste des domestiques des scholes dans R. Guilland, Recherches sur les institutions byzantines, Ber (...)
  • 84 Théophane Cont., p. 414.
  • 85 D.A.I., § 43, 153-155, p. 197. Voir V. Laurent, « Alliances et filiation des premiers Taronites, pr (...)
  • 86 D.A.I., § 19, 104-175, p. 70-74.

18Venons-en maintenant au dernier aspect de cette question et examinons dans quelle mesure l’empereur nouait lui-même des liens matrimoniaux avec les familles aristocratiques. La nature du pouvoir impérial, de la basileia, comme l’a récemment souligné G. Dagron71, donne au choix de la future impératrice un caractère éminemment symbolique. Mais le souci des empereurs régnants de renforcer la légitimité de leur dynastie y éclate aussi clairement lorsqu’ils concluent pour eux-mêmes ou leurs fils des mariages avec des jeunes filles apparentées à la dynastie précédente. Les mariages impériaux, conclus dans les cercles étroits de l’aristocratie, relèvent, du moins au IXe siècle, de fins bien différentes de celles qui animaient les unions des archontes. De plus, lorsqu’ils avaient un fils susceptible d’assurer la continuité dynastique, les empereurs, comme Michel III, Basile Ier puis Romain II enfermaient plus volontiers leurs filles ou leurs sœurs dans des monastères qu’ils ne les mariaient ; les princesses étaient en effet susceptibles de transmettre à leur époux leurs droits sur le trône impérial. Le règne de Romain Lécapène marque toutefois une certaine rupture avec les pratiques matrimoniales de ses prédécesseurs : une fois monté sur le trône impérial, il continua à mener les stratégies matrimoniales qu’il avait amorcées alors qu’il n’était qu’un archonte et maria tous ses enfants légitimes à l’exception de Théophylacte qu’il destina au patriarcat de Constantinople, suivant en cela le précédent voulu par Basile Ier72. Sa nombreuse famille, les sept enfants nés de son premier mariage ainsi que ses proches parents, lui permirent de tisser des liens avec les principales familles aristocratiques de son temps73. Avant d’accéder au pouvoir impérial, Romain Lécapène maria son fils aîné Christophore à Sophie, fille du patrice Nicétas qui occupait selon toute vraisemblance un rang identique au sien74. Il imposa sa fille aînée Hélène à Constantin VII Porphyrogénète en 919, prenant le titre de basiléopatôr, peu de temps avant de se faire proclamer empereur75. Ses autres enfants, mariés après son accession à l’empire, épousèrent des membres de l’aristocratie, permettant à Romain Lécapène de nouer des alliances avec des familles puissantes, prestigieuses ou très riches comme les Argyroi76, les Mousélè77, les Saronitès78 et les Katakalôn79. L’empereur était par ailleurs apparenté à d’autres génoi illustres : les Sklèroi80, la famille du domestique des scholes Adralestos81. À la veille de sa déposition, Romain Lécapène songeait à parfaire sa stratégie matrimoniale en fiançant son petit-fils Romain à la fille du domestique des scholes Jean Kourkouas, l’un des rares fidèles auquel il n’était pas encore lié par mariage82. Ainsi tous les domestiques des scholes en fonction sous le règne de Romain Lécapène83 (Adralestos, les frères Pothos et Léon Argyros, Jean Kourkouas, Panthèrios) lui étaient apparentés ou faillirent l’être. De plus, Romain eut également soin de nouer des liens matrimoniaux avec des souverains étrangers : pour sceller l’amitié nouvelle entre la Bulgarie et l’empire, il maria sa petite-fille Marie, fille de Christophore au souverain bulgare Pierre84 ; de même, pour consolider sa politique arménienne, il favorisa le mariage de l’une de ses parentes avec le prince arménien Pankratios, stratège du thème nouvellement créé de Taron, et envisagea d’unir une autre de ses parentes à Apoganem, prince arménien appartenant à une autre famille régnante85. Cette dernière série d’alliances matrimoniales entre dans le cadre traditionnel de la politique étrangère byzantine et, contrairement à ce qu’affirme Constantin VII86, n’a rien de nouveau ou de déshonorant. Par contre les unions des enfants de Romain Lécapène présentent un caractère plus original : elles doivent sans nul doute traduire le souci de l’empereur de renforcer son pouvoir, encore fragile et contesté, en s’alliant avec des familles disposant d’une large clientèle et susceptibles de l’aider à ancrer sa légitimité. Une seule famille aristocratique de premier plan n’entra pas dans la parenté de l’empereur, la famille Phocas qui s’opposa à l’ascension de Romain et fut partiellement écartée du pouvoir sous son règne.

  • 87 J.-C. Cheynet, Pouvoirs, op. cit., p. 413.

19Concluons. Encore peu structurés, les groupes familiaux qui composent l’aristocratie byzantine au IXe siècle, ont, par le jeu d’alliances homogamiques, renforcé leur puissance et leur cohésion. De puissants clans dominent l’histoire de l’empire au Xe siècle, des clans qui, forts de leurs réseaux de solidarité, peuvent traverser des phases de défaveur prolongée et revenir au tout premier plan, comme les Phokadès au début du règne personnel de Constantin VII. Ces stratégies où les femmes sont réduites à un rôle mineur de trait d’union, d’objet social entre deux familles, trouveront leur point d’aboutissement lorsque le clan Comnène accédera au pouvoir87

Notes

1 Syméon Magistros, p. 703 ; Léon Grammatikos, p. 273.

2 Sur les réseaux aristocratiques des IXe-Xe siècles, cf. H. G. Beck, Byzantinische Gefolgschaftswesen, Bayer. Akademie der Wissench. Phil. Hist. Kl. Sitzungberichte, 1965, p. 1-32.

3 Essentiellement la Chronographie de Théophane et ses continuations. Afin de ne pas surcharger les notes, les références seront prises, sauf exceptions, dans la Continuation de Théophane, éd. I. Bekker, Bonn, 1838.

4 E. Patlagean, « Les Débuts d’une aristocratie byzantine et le témoignage de l’historiographie : système de noms et liens de parenté aux IXe-Xe siècles », dans The Byzantine Aristocracy. IX to XIII Centuries, éd. M. Angold, Oxford, 1984, p. 23 et s.

5 Peira : J.G.R., t. 4, p. 11-260.

6 Cette famille témoigne d’une remarquable permanence, s’illustrant des années vingt du VIIIe siècle aux premières décennies du XIe siècles.

7 Sur la législation relative au mariage, voir, pour les premiers siècles de l’empire byzantin, J. Beaucamp, Le statut de la femme à Byzance : 4e-7e siècle, I, Le droit impérial, Paris, 1990 et II, Les pratiques sociales, Paris, 1992 et les pages introductives du livre de A. Laiou, Mariage, amour et parenté à Byzance aux XIe-XIIIe siècles, Travaux et Mémoires du Centre de Recherche d’Histoire et de Civilisation de Byzance, Collège de France, Monographies, 7, Paris, 1992.

8 Le seul exemple connu de ce type de famille est celle de saint Philarète le Miséricordieux qui préside en patriarche biblique aux destinées de ses petites-filles, en permettant aux agents impériaux de les voir et de s’assurer qu’elles correspondent aux normes physiques exigées d’une impératrice : Vie de saint Philarète le Miséricordieux (702-792), éd. M. H. Fourmy et M. Leroy, B, IX (1934), p. 137-139.

9 L’élévation d’un « homme nouveau » comme Basile le Macédonien, paysan parvenu jusqu’au trône impérial en est l’exemple le plus clair.

10 Skylitzès, p. 240, 85. Sur l’utilisation des empêchements canoniques pour rompre des fiançailles ou des mariages, A. Laiou, Mariage, op. cit., p. 21-90.

11 Cf. note 22.

12 Constantin VI accusa sa femme Marie d’Amnia d’avoir voulu attenter à ses jours mais le patriarche Nicéphore ne fut pas dupe de ce prétexte : Théophane, p. 469-470.

13 Ekloga, 2.9.2 et 2.9.8.

14 Il s’agit du divorce bona gratia (Basiliques, 28.7.1 et 28.7.4).

15 Cf. note 22.

16 Théodore Stoudite, P.G. 99, II, 51, col. 1261-1264 ; Léon Grammatikos., p. 292-6.

17 Ne mentionnons que quelques topoi : la piété, la pudeur, la modestie et l’obéissance sont traditionnellement requises des femmes ; l’épouse a longuement hésité entre le mariage et le célibat et n’a renoncé à la virginité que par obéissance envers ses parents.

18 En particulier l’Oraison funèbre de Basile Ier, éd. A. Vogt et I. Hausherr, Orientalia_Christiana, XXVI, 1, Rome, 1932, p. 52-54 où Léon VI évoque sa mère, Eudocie Ingerina et met l’accent sur l’illustration de sa naissance et sur sa très grande beauté. Sur l’idéal de beauté physique des Byzantins, voir A. Laiou, Mariage, op. cit., p. 34-35.

19 L’empereur Léon VI légiféra toutefois sur la part d’héritage qui devait revenir aux femmes sans fortune et sans biens qui avaient épousé des hommes riches mais ne fait pas spécifiquement état des archontes : novelle 106, Les Novelles de Léon le Sage, édition P. Noauxes et A. Dain, Paris, 1944, p. 347-349.

20 Théophane Cont., p. 44, De Ceremoniis, p. 645

21 Récits édifiants de Paul, évêque de Monembasie et d’autres auteurs, éd. J. Wortley, no 12, § 2 p. 96-98.

22 Vie de saint Michel Maléïnos (894-961), éd. L. Petit, Revue de l’Orient chrétien, 7 (1902), § 3, p. 3-4. La Vie de saint Eudocime précise que le père du saint était le patrice Basile., B.Z., III, 1894, p. 424. L’illustration de la famille Maléïnos est donc attestée par les sources depuis le premier quart du IXe siècle.

23 Par exemple, Vie de saint Michel Maléïnos, ç3 (grand-mère du saint apparentée à Romain Lécapène).

24 L’eugeneia, au sens social du terme, est prisée dans certains milieux. Cf. par exemple les formules de courtoisie de Théodore Stoudite envers ses correspondants laïcs issus de famille illustres depuis plusieurs générations : J. Gouillard, « La Femme de qualité dans les lettres de Théodore Stoudite », dans XV Internationales Byzantinistenkongress, Wien, 1981, Akten II/2 (J.Ö.B) 32/2, p. 445-452. Voir aussi les railleries de Constantin VII Porphyrogénète épinglant les prétentions de Nicétas Rentakios, beau-père de Christophore Lécapène à des ancêtres illustres : De thematibus, II, 6, éd. Pertusi, p. 90.

25 Constantin VII souligne la parenté de sa mère Zôè Karbonopsina — et donc la sienne — avec saint Théophane le Confesseur, D.A.I., 22, 78-79, l’hagiographe de Michel Maléïnos celle de l’empereur Nicéphore Phocas avec Michel et de celle de ce dernier avec saint Eudocime, Vie de saint Michel Maléïnos, op. cit., § 3.

26 N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles, Paris, 1972, p. 83, I. 18.

27 Epanagogè, A 27.40.

28 Sur la dot, la donation anténuptiale et le statut juridique des biens du couple, J. Beaucamp, « Au XIe siècle, Byzance : le jeu des nonnes et des comportements », dans Familles et biens en Grèce et à Chypre, dir. C. Piault, Paris, 1985, p. 197-210. La loi faisait obligation aux archontes de passer un contrat de dot, à partir du rang de protospathaire (Bas. 28,4.51), reprenant une disposition du droit justinien : Just. Nov. 117,3. Cf. A. Laiou, Consensus facit Nuptias. Et Non. Pope Nicolas I 's Responsa to the Bulgarians as a Source for Byzantine Marriage Customs, V .R., op. cit., p. 194-195

29 Vie de saint Théophane, éd. de Boor, p. 4.

30 Épitaphios, P.G. 99, col. 808, § 6 et 7.

31 P Lemerle, « "Roga" et rente d’État aux Xe-XIe siècles », dans REB, 25, 1967, p. 77-100.

32 Cf. sur ce sujet J.-C. Cheynet, Pouvoirs, op. cit., p. 207-237.

33 Vie de sainte Euphrosyne la Jeune, AASS Nov. III, 1910, § 5, p. 863.

34 Le dictionnaire de Ducange ne mentionne pas d’occurence antérieure au Xe siècle : par exemple, Léon Grammatikos, p. 484 (Grègoras Ibèritzès et Andronic Doukas) ; id., p. 494 (Romain Lécapène et Nicétas). Le terme (D.A.I., 13/107, 114, 143, 148 et 30/74) s’emploie également, au sens de s’allier par mariage, dans le cas des unions mixtes.

35 Grègoras Ibèritzès est ainsi présenté par rapport à Andronic Doukas dans Skylitzès, p. 187, 68-70.

36 Quelques exemples dans les Vies de saint où les usages du récit hagiographique veulent que la mère du saint ou de la sainte soit nommée : par exemple, Anastasô, mère de Michel Maléïnos, Vie, op. cit., § 3, p. 551. Mais cette dernière Vie passe sous silence les noms de sa grand-mère maternelle, apparentée à l’empereur Romain Lécapène et surtout de sa sœur qui épousa Bardas Phocas et fut la mère de l’empereur Nicéphore Phocas, § 3.

37 La famille Mélissène s’enorgueillissait d’une alliance avec la dynastie isaurienne sous le règne de Constantin V, Vie de Nicolas le Studite, P.G. 105, col. 916 D. Par contre les raisons qui ont conduit le magistre Bardas, neveu de l’impératrice Théodora, à prendre le nom de son beau-père, le patrice Constantin Contomytès (Constantin « au petit nez ») restent sans réponse : Théophane Continué, p. 175. Il est également possible que le port de deux patronymes par Alexis Mousélè, de la famille des Krinitès, s’explique par le fait qu’il ait repris le nom de ce qui pourrait être sa lignée maternelle, plus prestigieuse, les Mousélè : Théophane Cont., p. 107, 14.

38 Sur le père de l’empereur Léon V, Scriptor incertus de Leone Armenio, p. 336 et Génésios, p. 36 qui le désigne comme patrice. Sur le questeur Arsavir, Théophane, p. 483, 25, Génésios, p. 16, 82.

39 Théophane Cont., p. 148, 13-14.

40 Id., p. 156 et 175 (Arsavir) et p. 175 (Constantin Baboutzikios) ; sur l’origine de cette famille, voir le compte-rendu des travaux de P. Peeters, B, t. IV (1927-1928), p. 801.

41 Théophane Cont., p. 205 ; Georges le Moine Cont., p. 834, 7.

42 Théophane Cont., p. 107, 14.

43 Vie de sainte Marie la Jeune, éd. E. Kourilas, Thrakika, 26 (1957).

44 P.G. 99, col. 804.

45 Vie de sainte Irène de Chrysobalanton, Acta SS Juillet, VI (1729, § 8 et 9. Un Gouber exerça les charges de logothète du drôme et de comte de l’Opsikion sous Michel III : Georges le Moine, p. 833, Léon Grammatikos, p. 247.

46 Sur la relation de parenté entre l’impératrice et le patriarche Photius, H. Ahrweiler, « Sur la carrière de Photius avant son patriarcat », B.Z., 52, 1965, p. 351 et contra C. Mango, « The Liquidation of Iconoclasm and the Patriarch Photius », dans Iconoclasm, Ninth Spring Symposium of Byzantine Studies, University of Birmingham, éd. A. Bryer et J. Herrin, 1977, XV, p. 133-140.

47 Cf. supra note 1.

48 Théophane Cont., p. 392-393.

49 Analyse des devoirs mutuels qui liaient les membres de ces clans dans H.G. Beck, Gegolgschaftswesen, op. cit., supra note 2 et, pour les Xe-XIIe siècles, J.-C. Cheynet, Pouvoir, op. cit., p. 287-301.

50 Bardas, son fils Antigonos et son frère Pétrônas occupèrent successivement cette charge.

51 Théophane Cont., p. 238.

52 Id., p. 392-393.

53 Id., p. 382.

54 Id., p. 390.

55 Tous les représentants de sexe masculin de la famille Doux furent éliminés au lendemain de l'échec de la révolte de Constantin Doux: Théophane Cont., p. 383-385.

56 Théophane Cont., p. 206 et 238.

57 Id. p. 444 et surtout Vie de saint Basile le Jeune, AASS. Mars III, § 16.

58 Sur ce personnage, voir L.W. Westerink, Nicétas Magistros, Lettres d'un exilé (928-946), Introduction, édition et traduction, Paris, 1972.

59 La Vie de Michel Maléïnos montre clairement les liens noués entre les familles Lécapène-Adralestos-Maléïnos-Phocas, Vie, § 3.

60 J.-C. Cheynet, Pouvoirs, op. cit., p. 272.

61 Cf. législation de Basile II, dirigée contre ces « puissants ». Rappelons que l’empereur aurait inspiré le Tomos du patriarche Sisinnios qui renforce les empêchements de parenté.

62 Novelle 23 qui complète Dig. XXIII, 2, 38.

63 Sur cette fonction, N. Oikonomidès, Les listes de préséances byzantines des IXe-Xe siècles Paris, 1972.

64 Vie de saint Antoine le Jeune, éd. Papadopoulos-Kérameus, Soc. Orthod. de Palestine, LVII 1907.

65 Canon 98 du concile in Trullo.

66 Novelle 18, p. 69-73 et 109, p. 355-357, complétées par la novelle 74 qui interdit de donner la bénédiction nuptiale aux futurs conjoints avant l’âge légal du mariage. La novelle 93, p. 347-349 ne fait que préciser la législation justinienne : elle prévoit également la rupture des fiançailles si la fiancée a perdu sa virginité.

67 Dans le même ordre d’idées, Théodore Stoudite évoque de façon piquante les agissements d’un archonte qui retira sa fille du monastère où il l’avait placée dès son enfance à la suite d’un vœu pour la marier car un bon parti s’était entre temps présenté. N’osant par scrupule religieux rompre totalement son vœu, il substitua à l’aînée sa cadette qu’il destina alors à la vie monastique : P.G. 99, II, lettre 172, col. 1540-1541. Théodore blâme cependant plus l’échange des sœurs que la décision du père de placer sa fillette dans un monastère. Cependant, dans une autre lettre : II, 183, col. 1 564 C, il s’élève contre la tonsure forcée de jeunes garçons.

68 Novelle 129.

69 Novelle 18, p. 68.

70 Théophane Cont., p. 359 ; Skylitzès, p. 177-178.

71 G. Dagron, Empereur et prêtre. Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, 1996, p. 59-60 et 67-68.

72 Skylitzès, p. 221, 73 ; 225, 59 et 61.

73 Tableau généalogique dans S. Runciman, The Emperor Romanus Lecapenus and his Reign, Cambridge, 1929.

74 De thematibus, II, 6, éd. Pertusi, p. 91.

75 Théophane Cont., p. 394.

76 Théophane Cont., p. 394. Sur cette famille, J.-F. Vannier, Familles byzantines. Les Argyroi (IXe-XIIe siècles). Paris, 1975.

77 Skylitzès, p. 251, 83.

78 Skylitzès, p. 251, 80 et Vie de saint Basile le Jeune, AASS Mars III, § 16.

79 Théophane Cont., p. 422.

80 Le domestique des scholes Panthèrios est dit parent de Romain : Théophane Cont., p. 429, 16 ; sur son appartenance probable à la famille Sklèros, voir J.-C. Cheynet, Pouvoirs, op. cit, p. 269, note 52.

81 Vie de saint Michel Maléïnos, op. cit., § 3, p. 550-551.

82 Théophane Cont., p. 426, 3.

83 Liste des domestiques des scholes dans R. Guilland, Recherches sur les institutions byzantines, Berlin-Amsterdam, 1967, p. 426-468.

84 Théophane Cont., p. 414.

85 D.A.I., § 43, 153-155, p. 197. Voir V. Laurent, « Alliances et filiation des premiers Taronites, princes arméniens médiatisés », Échos d’Orient, 37, 1938, p. 127-135. Le prince arménien Apoganem désirait épouser une parente de Romain Lécapène mais il mourut avant la célébration du mariage.

86 D.A.I., § 19, 104-175, p. 70-74.

87 J.-C. Cheynet, Pouvoirs, op. cit., p. 413.

Auteur

Université Charles de Gaulle — Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540