Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xe siècles)

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Régine Le Jean
, 
Alain Dierkens
, 
et al.

Avant-propos

Alain Dierkens

Texte intégral

1Dans le cadre d’un enseignement de troisième cycle, récemment restructuré en DES (Diplôme d’Études Spécialisées) en Histoire de Byzance et du haut Moyen Âge occidental, la section d’Histoire de l’Université Libre de Bruxelles organise depuis 1990 d’importants colloques pluridisciplinaires. Ces rencontres internationales, bisannuelles, ont été consacrées respectivement au souverain (1990 : actes publiés dans la revue Byzanthion, 1991, t. 61), aux moines et au monachisme (1992 : actes publiés dans la Revue Bénédictine, 1993, t. 103) et aux voyages et voyageurs (1994). Elles ont rencontré un vif succès, tant par la qualité des communications que par le nombre élevé de participants, spécialistes, étudiants mais aussi un large public cultivé, conformément au souci d’ouverture de la Faculté de Philosophie et Lettres. Les Actes des deux premiers colloques furent publiés très rapidement et sont déjà devenus des ouvrages de référence ; ceux du troisième devraient paraître cette année (1999) dans les collections de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège.

2Après avoir collaboré successivement avec l’Institut des Hautes Études de Belgique, l’abbaye de Maredsous et le département des Sciences Historiques de l’Université de Liège, deux des soussignés (A.D. et J.-M. S.) ont souhaité co-organiser ce quatrième colloque avec leurs collègues et amis de l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3 (UFR des Sciences Historiques, Artistiques et Politiques), Stéphane Lebecq et Régine Le Jan. Cette collaboration, dans laquelle les liens d’amitié ont joué (et continuent à jouer) un rôle prépondérant, vient de prendre une forme institutionnelle durable grâce à la conception d’un programme de recherches commun entre la toute récente Unité de Recherches en Histoire médiévale de l’ULB (que dirige Jean-Pierre Devroey) et l’Université de Lille 3, et plus particulièrement le Centre de Recherches sur le haut Moyen Âge de cette université ; ce programme fort vaste concerne la « Genèse médiévale d’identités culturelles en Occident et en Orient (IVe-XIIe siècle) ». Cette perspective nouvelle de travail en commun s’inscrit dans une longue tradition de liens scientifiques entre les deux universités. Faut-il, par exemple, rappeler que, de 1976 à 1981, Georges Despy, alors directeur du séminaire d’histoire du Moyen Âge de l’ULB, fut associé aux travaux du séminaire d’histoire du Moyen Âge de l’Université de Lille ? Faut-il rappeler aussi la part prépondérante que prend l’ULB dans la réalisation du Bulletin critique d’histoire de Belgique régulièrement publié dans la Revue du Nord, éditée par l’Université de Lille et successivement placée sous la responsabilité d’Hervé Hasquin, de Jean-Marie Duvosquel et de Jean-Pierre Devroey ? Et les soussignés espèrent beaucoup des accords en matière d’enseignement et de recherche, signés en 1997 par les plus hautes instances administratives et académiques des universités de Bruxelles et de Lille 3.

3Comme ce fut le cas pour les précédents colloques, le thème retenu (Femmes et pouvoirs des femmes du Ve au Xe siècle) se prête bien à la démarche scientifique originale qui consiste à mettre en parallèle et à étudier sur un pied d’égalité Byzance et l’Occident. Il s’inscrit, par ailleurs, dans un courant de recherches considéré comme particulièrement « porteur », celui de la « Gender History » (expression anglo-saxonne courante, pour laquelle il n’existe curieusement pas d’équivalent francophone) ; ainsi, l’European Science Foundation (Strasbourg) vient de décider d’élargir à ce domaine d’investigation scientifique le vaste projet de recherche interdisciplinaire consacré à la « Transformation de l’Empire Romain (IVe-IXe siècle) », auquel les soussignés ont participé depuis le début.

4Le colloque se tint d’abord, les jeudi 28 et vendredi 29 mars 1996, dans la salle Eugène Dupréel de l’Université de Bruxelles, puis le samedi 30 mars dans les locaux de l’Université de Lille 3. Le présent volume contient le texte de presque toutes les communications faites à cette occasion. On n’y a pas reproduit les discussions, mais les conférenciers ont évidemment pu revoir leur texte en fonction de ce qui a été dit au cours des séances.

5Les éditeurs du volume et organisateurs du colloque souhaitent remercier ceux qui ont accepté de présider les séances (dans l’ordre chronologique, leurs collègues Guy Philippart, Claire Billen, Patricia Karlin, Jean-Marie Duvosquel, Bruno Judic et Bernard Delmaire). Ils tiennent aussi à dire leur gratitude aux responsables des institutions qui leur ont permis de mener à bonne fin leur entreprise : la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Bruxelles (en la personne de son doyen, Albert Mingelgrün, et de son vice-doyen, Guy Haarscher) et, au sein de celle-ci, la section d’histoire ; l’UFR des Sciences Historiques, Artistiques et Politiques de l’Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, le Conseil Scientifique de cette Université et le Centre de Recherches sur le haut Moyen Âge ; le département Lettres et Sciences Humaines de l’Université du Hainaut-Cambrésis (Valenciennes) ; le Fonds National belge de la Recherche Scientifique ; le Ministère de la Communauté française de Belgique ; le Crédit Communal de Belgique (en la personne de celui qui dirigeait alors son département culturel, Jean-Marie Duvosquel). Enfin, une part importante de l’organisation matérielle du colloque a été prise en charge par la Gestion culturelle de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’ULB, en particulier par Nathalie Nyst aidée de Magali Delporte et d’Ivan Evrard. Quant au présent volume d’actes, il a bénéficié de l’aide diligente de Nathalie Delierneux (ULB), et il n’aurait pu voir le jour sans le dévouement et le professionnalisme de Martine Aubry (Ingénieur d’études au Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest de l’Université de Lille 3). Que tous cinq en soient sincèrement remerciés.

6Au nom des éditeurs

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540