Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans d'université lilloise

 | 
Robert Vandenbussche

III. Le déploiement universitaire

L’Université et son environnement régional

Robert Vandenbussche

Texte intégral

1Un siècle d’histoire de l’Université lilloise permet de disposer des jalons et des repères nécessaires pour mesurer non seulement son cheminement, son fonctionnement, ses activités scientifiques et pédagogiques, mais surtout son rôle et son insertion dans l’environnement régional.

2Tout en créant des pôles universitaires, la loi du 10 juillet 1896 laisse à l’État central toute compétence pour définir et appliquer une politique universitaire. À ce titre, l’Université demeure sinon un monopole – des facultés privées et spécialement catholiques sont installées – du moins une instance d’élaboration et de diffusion du savoir placée sous l’étroite tutelle de l’État. Néanmoins, en annonçant la création des pôles universitaires, l’État prétend leur laisser la possibilité de définir une stratégie d’insertion locale, en leur permettant d’imaginer et de mettre en œuvre des formations et des diplômes d’Université. Ainsi, le ministère appelle de ses vœux l’Université de Lille à construire un foyer scientifique capable de rayonner sur une partie de l’Europe du Nord. Dans une certaine mesure, des ambitions de déconcentration nuancent la tutelle centralisatrice.

3Les initiatives locales, comme le soulignent plusieurs communications, ont précédé la décision de l’État et ont pesé sur elle. L’engagement de la ville de Lille, soutenue par le Conseil général du Nord, est un levier important pour l’édification du pôle universitaire que l’on souhaite enraciner dans la région. L’essor d’une activité pédagogique comme d’une recherche scientifique à l’écoute des milieux régionaux contribuent à porter un projet d’avenir. Telles sont, du moins, les intentions.

4Pourtant, dès l’origine, les ambiguïtés ne manquent pas. En effet, la loi du 10 juillet 1896, ne suscite pas un écho très large dans la région : la presse lui consacre quelques remarques dispersées. Pour Lille, l’Université date plutôt de l’inauguration, les 1er, 2 et 3 juin 1895, des bâtiments construits par la ville pour accueillir les enseignements et la recherche universitaires. Des cérémonies grandioses ont caractérisé cette manifestation à laquelle ont été associés des représentants de toutes les facultés françaises et de nombreuses universités étrangères.

5La municipalité lilloise, animée par les républicains modérés et dirigés par Gery Legrand, est particulièrement flattée des éloges publics que lui adressent hommes politiques ou universitaires, puisqu’elle a compris « la mission et la nécessité de la science et fait, en sa faveur, de grands et intelligents sacrifices ». Mais sa fonction s’achève ; en effet, elle offre l’hospitalité mais les choix scientifiques et pédagogiques ne relèvent pas de ses compétences puisque l’État garde les moyens financiers et les postes d’enseignants. La construction du potentiel immobilier doit contribuer à donner à Lille le statut de « capitale » dans la région, et plus précisément dans l’académie qui groupe plusieurs départements. C’est pourquoi l’inauguration du « quartier latin lillois » se déroule quelques mois avant les élections municipales du printemps 1896.

6L’intention échoue puisqu’une nouvelle municipalité, composée de socialistes et de radicaux socialistes, prend la direction des affaires lilloises. Même si des universitaires comme Charles Debierre appartiennent à la nouvelle équipe, les projets de l’union de la gauche lilloise n’accordent nulle priorité à l’essor du « haut enseignement ». Le maire Gustave Delory et ses collaborateurs ont l’ambition de mettre en œuvre un « socialisme municipal » dont les préoccupations essentielles ne concernent pas l’élite intellectuelle et sociale de la région. Si le développement de l’enseignement les concerne, il s’agit d’abord de l’enseignement primaire, éventuellement de l’enseignement primaire supérieur et professionnel. De même, l’enseignement populaire peut aussi trouver sa traduction dans « l’Université populaire » que crée Charles Debierre à Lille en 1900. Dès lors, il revient à la nouvelle municipalité d’assurer le financement des emprunts engagés par ses prédécesseurs et d’achever les équipements. Mais la charge est tellement lourde qu’aucun autre investissement n’est envisagé pour l’avenir immédiat. Le « haut enseignement » ne mobilise plus, pour une longue durée, les élus locaux lillois.

7Dans le discours qu’il fait lire, à l’occasion de l’inauguration du « pôle universitaire », le ministre de l’Instruction publique Raymond Poincaré appelle de ses vœux l’ouverture des chercheurs sur le monde contemporain et leur « sortie de temples inabordables » afin d’offrir à la société et à la démocratie françaises les moyens de la modernisation nécessaire ». De fait, si la loi de 1896 permet aux Universités d’imaginer des réponses aux questions posées par les milieux régionaux, l’ouverture réalisée n’a pas l’ampleur souhaitée par le ministre. La diffusion des thèses régionalistes influence la mise en œuvre d’enseignements caractérisés (en histoire, en géographie) ou de recherches expérimentales (chimie, géologie) mais à vrai dire le pôle universitaire lillois n’acquiert pas de réelle spécificité. Les initiatives d’identité régionale se développent en dehors des structures universitaires ; c’est le cas de l’Institut industriel du Nord, des écoles de commerce ou des Facultés catholiques. La tutelle de l’État qui défend ses propres critères contribue à encourager les universitaires, rarement issus du milieu régional, à développer une activité d’enseignement et de recherches sans lien direct avec le tissu local. Le positivisme ambiant donne sa justification théorique aux choix universitaires.

8Cet éloignement de l’Université et de la « ville » explique que la politique d’aménagement urbain initiée par le démantèlement de Lille après 1919 ait occulté les besoins de l’enseignement supérieur. Des universitaires, appartenant au mouvement de l’Université nouvelle, soucieux de contribuer à la transformation des conceptions classiques, n’hésitent pas à imaginer des projets d’aménagement cohérents avec le développement d’une ville qui recherche de nouvelles fonctions après la première guerre mondiale. Convaincus du rôle moteur que l’Université peut jouer dans la renaissance et la rénovation régionales, ils préconisent, avec de nouvelles missions scientifiques et pédagogiques, une traduction immobilière de la modernité dans une architecture ouverte et modulable. Éloignés des « forteresses construites pour l’éternité », enfermant la science dans une structure de type conventuel inspirée de l’Allemagne, les projets de ces universitaires recherchent plutôt l’influence américaine. C’est pourquoi les terrains libérés par les fortifications pourraient, selon eux, fournir les superficies nécessaires à la construction d’un campus de type américain. Ces préoccupations ne sont pas prises en compte par les élus locaux. Le nombre des étudiants – un peu plus d’un millier en 1919-1920 – et la jeunesse des bâtiments universitaires associent leurs effets au coût général de l’aménagement urbain lillois pour écarter ces projets aux regrets répétés de ces universitaires modernistes. Ils déplorent que la municipalité socialiste lilloise oublie qu’une Université florissante peut être un élément indispensable à la construction d’une capitale régionale. Mais, ils surestiment la place que la société contemporaine confère aux Universités puisque l’État ne laisse aucune priorité à l’éventuelle construction de nouveaux bâtiments universitaires. Ils sous-estiment aussi les besoins considérables de la population lilloise, l’insalubrité de bien des quartiers qui impose réhabilitation et rénovation immobilières, l’exiguïté d’un territoire municipal qui limite nécessairement les ambitions de développement et évaluent fort mal le coût général des transformations lilloises. Néanmoins, un problème d’avenir est posé puisque l’extension de l’Université lilloise, postérieure à 1950, va exiger des surfaces foncières que les projets d’urbanisme n’ont pas réservées en 1919-1920.

9Ces prudences municipales sont conformes à la culture politique du socialisme français dont les préoccupations sont différentes. Elles traduisent aussi un sentiment plus général qui n’accorde pas à l’Université une fonction privilégiée dans la modernisation ni dans l’affirmation des capacités régionales. Le mouvement régionaliste qui se développe dans le Nord-Pas-de-Calais, à l’instar d’autres régions françaises, dans les années d’après guerre, s’inspire de revendications économiques, politiques, culturelles et linguistiques. L’Université n’y a pas vraiment sa place puisque, par son statut et ses modes de fonctionnement, elle incarne la centralisation étatique. En revanche, les facultés catholiques, par leurs capacités juridiques et financières d’adaptation et d’intégration au milieu local, peuvent offrir leur caution scientifique à des mouvements qui, rapidement, dérivent d’ailleurs vers une revendication corporatiste.

10Néanmoins, la ville, dans le cadre de la législation, ne néglige pas l’Université. Dès les années 1920, elle distribue, sur critères universitaires, des bourses ou des prêts d’honneur aux étudiants lillois d’origine modeste. De même, elle finance une chaire d’histoire lilloise, des cours publics en géographie régionale, ou subventionne des activités de recherches comme la création d’un laboratoire d’hydrologie avant de contribuer au financement d’une chaire d’hydrologie. À cet égard les choix de Roger Salengro apparaissent fort pertinents. Son projet de construction d’une cité hospitalière, rassemblant dans un même lieu pratique hospitalière, recherche médicale et activité d’enseignement, est particulièrement novateur. De même, une nouvelle convention entre la Ville et l’État, signée en 1937, prépare la construction d’une nouvelle Faculté de droit, au nord-est du quartier Saint-Sauveur. De son côté, l’Université essaie de répondre à de nouveaux besoins locaux. La création d’un Institut d’hygiène sociale, la construction d’un Institut régional d’éducation physique, l’ouverture d’enseignement de la langue et de la culture polonaises au moment où les immigrants arrivent en nombre, illustrent cet intérêt pour l’environnement régional.

11Pourtant, lorsque l’accroissement rapide du nombre des étudiants impose ses exigences dans les années 1950, la décision de construire un campus en dehors de Lille est prise par l’autorité de tutelle. Certes, Lille, qui dispose de faibles réserves foncières, ne peut accueillir un campus à l’américaine comme les urbanistes l’imaginent. Surtout, l’État centralisé et centralisateur aménage le territoire en fonction de perspectives technocratiques. Lille est dépossédée de son Université qui doit devenir le cœur d’une ville nouvelle en construction. La municipalité n’exerce pas de résistance effective parce qu’elle n’en a pas la capacité. Néanmoins, dans le cadre de la nouvelle communauté urbaine, Lille et son agglomération ne peuvent demeurer indifférentes à l’Université. C’est pourquoi, pendant de longues années, l’aménagement urbain dans la Communauté se structure autour des relations entre la ville nouvelle – Villeneuve d’Ascq – et la ville centre. La construction du métro répond à cet objectif principal et permet à l’Université d’origine lilloise de devenir une Université de la Métropole.

12À l’évidence si les lois de 1968 et de 1984 laissent à l’État les compétences essentielles dans la mise en œuvre des politiques universitaires. Les conseils régionaux, qui devaient participer à la définition d’une identité universitaire régionale, ne sont jamais installés. Les lois de décentralisation de 1982-1983 élargissent les capacités des collectivités territoriales en leur confiant des missions essentielles en matière d’enseignement, primaire, secondaire et professionnel. Mais l’enseignement supérieur n’est pas concerné. Pourtant, l’essor rapide des besoins de formation et l’accroissement des effectifs d’élèves dans les lycées annoncent une expansion future de l’enseignement supérieur. La carte des délocalisations construite dans la seconde moitié des années 1980 suppose un partenariat avec les communes concernées pour l’installation immobilière et l’aide à la gestion. Mais l’initiative des projets demeure universitaire tandis que la décision relève toujours de l’État. Quant au plan « Universités 2000 » qui définit les perspectives de développement des institutions universitaires, s’il associe État et Région, il ne confère pas au partenariat local de larges capacités. Pourtant la prise de conscience régionale ne manque pas de lucidité. Les exigences d’une restructuration économique profonde et urgente peuvent déterminer des pistes que la construction d’universités généralistes ne parvient pas à prendre en compte. Les retards de formation, dans une région marquée par des activités économiques souvent peu qualifiées donnent leur justification aux choix des centres de formation universitaire susceptibles de favoriser la démocratisation de l’enseignement supérieur et de bénéficier des capacités de rayonnement nécessaire. Mais la nature des enseignements mis en place, selon un schéma de conception classique, ne peut résoudre la totalité des problèmes culturels et sociaux posés aux jeunes de la région. Enfin, les recrutements des chercheurs et des enseignants comme leurs perspectives de carrière ne contribuent pas aisément à l’émergence d’une identité universitaire bien définie puisque l’attraction des grands centres demeure forte.

13Au total, si les pouvoirs publics locaux ont facilité l’émergence et l’essor de l’enseignement supérieur régional, les rythmes et l’intensité de cette contribution ont évolué dans la durée tandis que les moyens de peser sur la décision sont restés modestes. Néanmoins ni le modèle allemand, rêvé à la fin du XIXe siècle, ni le modèle américain imaginé dans la seconde décennie du XXe siècle n’ont trouvé de points d’application définitifs. C’est que la volonté unificatrice de l’État jointe au souci des universitaires de se dégager, au nom de leur indépendance, des influences trop proches, a construit un compromis dans lequel les collectivités locales préparent principalement les conditions de l’hospitalité universitaire alors que les objectifs et les contenus de l’enseignement et de la recherche appartiennent toujours aux instances nationales.

Lors du colloque « Cent ans d’Université lilloise », devant le bâtiment de la Faculté des Lettres, rue Angellier

Lors du colloque « Cent ans d’Université lilloise », devant le bâtiment de la Faculté des Lettres, rue Angellier

MM. Alain Lottin (président de l’Université d’Artois, ancien président de Lille 3), André Varinard (recteur de Lille), Guy Debeyre (ancien recteur de Lille), Jean Celeyrette (ancien président de Lille 3), Pierre Deyon (ancien recteur de Strasbourg, ancien président de Lille 3), Gérard Losfeld (président de Lille 3), Bernard Alluin (ancien président de Lille 3)

MM. Guy Debeyre, André Lebrun (Lille 1), Michel Parreau (Lille 1), Jean Celeyrette, Alain Lottin. Daniel Vion (Lille 2), André Varinard, Pierre Deyon, Gérard Losfeld, Bernard Alluin

Table des illustrations

Titre Lors du colloque « Cent ans d’Université lilloise », devant le bâtiment de la Faculté des Lettres, rue Angellier
Légende MM. Alain Lottin (président de l’Université d’Artois, ancien président de Lille 3), André Varinard (recteur de Lille), Guy Debeyre (ancien recteur de Lille), Jean Celeyrette (ancien président de Lille 3), Pierre Deyon (ancien recteur de Strasbourg, ancien président de Lille 3), Gérard Losfeld (président de Lille 3), Bernard Alluin (ancien président de Lille 3)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende MM. Guy Debeyre, André Lebrun (Lille 1), Michel Parreau (Lille 1), Jean Celeyrette, Alain Lottin. Daniel Vion (Lille 2), André Varinard, Pierre Deyon, Gérard Losfeld, Bernard Alluin
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1607/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

Auteur

Lille 3 CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540