Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans d'université lilloise

 | 
Robert Vandenbussche

III. Le déploiement universitaire

L’Université de demain dans le Nord-Pas-de-Calais

Bernard Allun

Texte intégral

1Évoquer ce que sera l’Université de demain dans le Nord-Pas-de-Calais n’est pas une tâche aisée. Toute prévision risque d’être démentie par les faits. Si quelqu’un s’était livré à cet exercice il y a dix ans, il n’aurait guère pu prévoir alors le développement, dans notre région, de nombreuses antennes universitaires ni la création de deux nouvelles universités.

2Au moins peut-on tenter de lire l’avenir à partir d’une observation du présent à un moment qui constitue un tournant dans l’histoire de nos universités : c’est en effet le moment où l’Université d’Artois et celle du Littoral deviennent des universités à part entière en abandonnant leur statut dérogatoire ; c’est aussi le moment où le nombre d’étudiants se stabilise après avoir connu une progression considérable : cette situation nouvelle permet de mener une politique universitaire visant, davantage encore, à la qualité. Peut-on présager que les retards en encadrement de toutes natures seront totalement résorbés ? De grands efforts ont été accomplis en ce domaine par l’État et ont été soutenus par les politiques dynamiques des différentes équipes de direction universitaires. Des progrès restent à faire : gageons qu’ils seront effectués très bientôt.

3À coup sûr les Universités du Nord-Pas-de-Calais continueront à affirmer leur spécificité et à cultiver leur autonomie. La politique de contractualisation qui les invite à élaborer des projets originaux puis qui les lie à l’État dans le cadre d’un contrat spécifique, les encourage dans cette direction. Il est sain que, clans une région aussi importante que le Nord-Pas-de-Calais, six universités différentes mettent en œuvre leur propre stratégie et se situent les unes par rapport aux autres dans une position d’émulation : le regretter équivaudrait à souhaiter l’existence d’une seule université régionale qui serait conduite à promouvoir une recherche et une formation forcement plus uniformes et donc moins riches sur l’ensemble de notre territoire.

4Chaque Université tire ainsi le meilleur parti, dans le domaine de la Recherche en particulier, de ses caractéristiques propres (traditions, spécialités des enseignants-chercheurs, taille, réseaux de relations nationales et internationales etc.), de sa situation géographique (c’est évident, par exemple, pour l’Université du Littoral implantée sur la Côte d’Opale qui abrite trois grands ports) et de son environnement social et économique.

5À travers leurs spécificités les Universités du Nord-Pas-de-Calais poursuivent des visées communes ; on citera ici deux exemples d’objectifs poursuivis :

  • La professionnalisation des études universitaires : les présidents des six Universités ont, à cet égard, réussi à faire évoluer profondément les mentalités. Pour ne prendre que deux chiffres, notre région prépare actuellement à 74 DESS et à des diplômes d’ingénieurs maîtres, préparés dans 19 IUP.
  • L’élévation du niveau universitaire des jeunes de la Région : celle-ci a rattrapé son retard en ce qui concerne le nombre des bacheliers ; elle doit désormais veiller à ce que les étudiants accèdent en plus grand nombre aux second et aux troisième cycles de nos universités.

6L’avenir conduira très certainement les universités, dans un contexte de développement des échanges européens et de mondialisation des savoirs, à conforter les structures communes qu’elles viennent, tout récemment, de mettre en place et qui favoriseront leur visibilité nationale et internationale. Depuis plusieurs années, déjà, l’IUFM les rassemblait dans une politique concertée de formation des enseignants. Les créations récentes d’une maison d’édition commune (Les Presses Universitaires du Septentrion), d’une Université d’été commune (située à Boulogne-sur-Mer), la constitution de DEA communs, la mise en place du Pôle Universitaire Européen de Lille Nord-Pas-de-Calais, toutes ces initiatives porteront leurs fruits. Dès à présent, par le biais du Pôle Universitaire Européen où viennent les rejoindre le réseau des Grandes Écoles du Nord-Pas-de-Calais, l’IUFM, les Facultés catholiques, les Chambres de commerce (régionale et métropolitaine), le Conseil Régional et la Communauté urbaine de Lille, ainsi que de grands organismes de recherche, les Universités ont amorcé une série d’opérations communes, avec le soutien de leurs partenaires et celui de l’État : création d’un Observatoire régional des Études supérieures, mise en réseau des fonds documentaires des bibliothèques des universités nordistes et belges, des bibliothèques des grandes villes, des chambres de commerce, édition de plaquettes d’information communes à l’intention des étudiants étrangers. Bientôt devrait se concrétiser le projet d’une conférence eurorégionale des Recteurs et des Présidents d’universités du nord de la France, du Kent, de Belgique et d’autres pays limitrophes.

7Ainsi les Universités du Nord-Pas-de-Calais tirent-elles leur richesse de leur diversité et de leur aptitude à l’innovation que stimule l’autonomie de chacune d’elles. À l’avenir leur vitalité se manifestera aussi dans leur capacité à travailler en réseau, les unes avec les autres, et à se rassembler sur de grands objectifs. L’abolition des frontières européennes, le développement considérable des nouvelles technologies qui ouvre un espace planétaire pour les activités de recherche et de formation, la concurrence de grands centres universitaires répartis dans le monde les y inciteront inévitablement. Elles réussiront ainsi à contribuer au dynamisme de toute une région.

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540